Aller au contenu
Warhammer Forum
  • Annonces

    • Crilest

      Facebook, Twitch et Youtube Warfo!   29/01/2017

      Facebook, Twitch et Youtube Warfo! N'hésitez pas à vous abonner! (Cliquez pour avoir les liens directs) :
      Twitch https://www.twitch.tv/warfo_ // Youtube https://www.youtube.com/channel/UCdfGqlNnp_NRXtUkD9zB1Uw // Facebook https://www.facebook.com/groups/28144942833/
    • Crilest

      Offre WARFO Warhammer2TotalWar ! -20%   21/09/2017

      Une promo spéciale Warfo sur la franchise TotalWar et notamment la préco de Warhammer2TotalWar est disponible pendant un temps limité via notre partenaire GamesPlanet! Toutes les infos ici : http://www.warhammer-forum.com/index.php?/topic/254012-gamesplanet-warhammer-2-total-war-offre-warfo/ Offre valable jusqu'au 29/09!

Tiki

Modérateurs Section SDA
  • Compteur de contenus

    1 067
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Tiki

  • Rang
    Modérateur Background - SDA
  • Date de naissance 15 mars

Previous Fields

  • Jeux
    Aucune (BA quand j'avais 10 ans)

Visiteurs récents du profil

14 621 visualisations du profil
  1. Conférences sur Tolkien à Paris

    Chers amis, Le séminaire Tolkien qui s'est tenu à l'ENS de Paris rue d'Ulm pendant deux ans (2015-2017) se termine en beauté avec une séance exceptionnelle rassemblant les conférenciers de ces deux années, le samedi 23 septembre prochain à l'ENS, avec la participation confirmée de Vincent Ferré (Prof. Univ. Créteil, Les rivages de la Terre du Milieu, Lire JRR Tolkien...) Léo Carruthers (Prof. Uni. Sorbonne Paris 4, Tolkien et le Moyen Âge, Tolkien et la religion) Isabelle Pantin (Prof. ENS Ulm, Tolkien et ses légendes) et une dizaine d'intervenants issus du milieu universitaire et associatif (docteurs, étudiants, membres de Tolkiendil, etc.) Cette ultime séance consacrera une large part à la discussion avec le public et se conclura par un pot organisé par l'association Tolkiendil, également marraine du séminaire Tolkien. N'hésitez pas Plus d'info sur l'event FB : https://www.facebook.com/events/2009633829307582/
  2. Vos avis sur la gestion du patrimoine intellectuel de Tolkien

    Oui, ceci dit je crois que cela ne change pas grand chose, cela entérine uniquement l'exploitation de la licence des films pour les jeux vidéos.
  3. L'univers et langues fantasy de Tolkien, libre ?

    Il y a donjon de Naheulbeuk ; j'ai aussi souvenir que Final Fantasy IX a allègrement utilisé le mot mithril à toutes les sauces dans son univers médiéval-fantastique. Et il y a des inspirations très couramment de la littérature ou des films vers les jeux vidéos. Cependant, tant que ces supports ne se faisaient pas concurrence, je pense qu'il y a une coutume de ne pas foncer dans le tas. Mais là il semblerait que tu mettes les pieds dans le plat. Je te conseillerais de regarder comment Eragon a fonctionné, puisque son univers est très proche.
  4. Nouveaux jeu viéo "L'Ombre de la Guerre"

    Ah c'est donc le spectre de Celebrimbor ... voilà autre chose
  5. Nouveaux jeu viéo "L'Ombre de la Guerre"

    Pour le Gondorien ou l'officier, je trouve pas ça choquant, surtout dans la mesure où le jeu n'a aucune prétention de respect vis-à-vis de Tolkien : normalement la prise de Minas Ithil se déroule environ 1900 ans avant la reconstruction de Barad-dûr que l'on voit dans le trailer. Sans même parler de l'idée d'un anneau de pouvoir pour le héros...
  6. Evènement "l'Apocalypse et Tolkien" 20/05/17

    Je ne pense pas, ce n'est pas un colloque... tu débarques toi !
  7. Evènement "l'Apocalypse et Tolkien" 20/05/17

    Félicitations Poupi pour ta contribution à la compréhension et à la diffusion de Tolkien, cela a l'air très réussi
  8. Réécriture des mythes Européen dans le Seigneur des anneaux

    Je n'ai pas envie de débattre sur chacun de mots que j'ai employés et qui ne sont pas non plus tous employés à tort, désolé.
  9. Réécriture des mythes Européen dans le Seigneur des anneaux

    Évidemment, à partir du moment où l'on fait une loi, on n'est plus sur du coutumier. Mais les lois que l'on connaît viennent toujours, je crois, préciser la coutume, y compris à Nùmenor où on voit le terme "custom" employé : But elsewhere the new law is formulated differently from this. The fullest and clearest account states in the first place that the "old law," as it was afterwards called, was not in fact a Númenórean "law," but an inherited custom which circumstances had not yet called in question; and according to that custom the Ruler's eldest son inherited the Sceptre. Mais ailleurs la nouvelle loi est formulée différemment. Le compte-rendu le plus complet et le plus clair statue que l'ancienne loi (comme elle fut appelée après coup) n'était pas en fait une loi nùmenoréenne, mais une coutume, que les circonstances n'avaient pas remise en question et selon laquelle le fils aîné héritait du Sceptre. CLI2.2 Cela signifie que, pour tout le reste où il n'y a pas de loi, le royaume continue sur l'usage traditionnel, car la coutume n'est changée seulement (dixit Tolkien) si les circonstances la remettent en question. La loi n'est donc pas créée ex nihilo, elle vient préciser ou changer la coutume, toujours présente dans le fonctionnement de la société. De fait, cette coutume reprit le dessus par la suite, la loi d'Aldarion étant tombée en désuétude sous les Royaumes en Exil, comme le fait remarquer Arvedui, roi de l'Arnor, lorsqu'il prétendit au trône du Gondor : It is true that the law has not been observed in the lands of exile ever troubled by war; but such was the law of our people, to which we now refer, seeing that the sons of Ondoher (mort en 1944 T.A.) died childless. Il est vrai que cette loi n'a pas été observée au sein des terres en exil, troublées par la guerre ; mais telle était la loi de notre peuple, à laquelle nous nous (nous = Arvedui) référons ici, voyant que les fils d'Ondoher sont morts sans descendance. Appendice A.4 Les lois sont minoritaires qualitativement et quantitativement, tout simplement parce que le droit, le vrai, le meilleur, chez Tolkien, "tombe du ciel". Il y a une corrélation directe entre le droit et Eru que l'on peut voir dans l'exemple des palantiri, qui offrent un surcroît de puissance aux utilisateurs légitimes, c'est-à-dire aux souverains de droit ou à leurs lieutenants. Il y a d'autres exemples. Le droit que peuvent créer les humains ne vient que compléter ce droit divin, la coutume : l'oeuvre humaine vient juste pinailler sur des points de détail, mais comme on le voit cette coutume peut reprendre le dessus. Au contraire, c'est comme pour Nùmenor : il est très simple de voir une loi parce que les sources en parlent, mais pour une loi que l'on voit, il y a dix pratiques coutumières invisibles qu'on ne remplace pas. Le fait qu'un magistrat présente toujours sa loi devant le Sénat est un trait essentiel de la vie politique romaine, mais nulle loi ne l'y oblige. Le fait que le princeps senatus parle le premier au sénat est une coutume également, comme le fait qu'on ne coupe pas la parole à un sénateur pendant son exposé au sénat. Tout le monde sait que les Romains font des lois et je n'ai jamais dit que le coutume était plus importante à Rome qu'en Grèce ou ailleurs. Je dis juste que la coutume est très importante à Rome parce que non seulement les lois en sont souvent tirées (la coutume créatrice de droit) mais qu'en plus la coutume traverse la République et l'Empire sans être forcément altérée ; et même lorsqu'il y a une loi sur le même sujet, la coutume a encore "force de droit" et peut s'y opposer, particulièrement en droit pénal. Je ne dis pas que l'on juge au nom de dieu. Je dis que pour être légitime, pour que son gouvernement se réclame des Valar, on suit la coutume divine transmise par les Elfes. Oui, ce n'est pas la tyrannie ou l'impiété de Pharazon qui le poussent à la catastrophe. C'est son infidélité vis-à-vis des Valar, poussée à un point de non-retour. Il ne pouvait plus y avoir de gouvernement légitime de l'île de Nùmenor, les faveurs données par les Valar aux Hommes n'avaient plus de raison d'être. Sauf le vent de Manwë qui poussa les navires des Fidèles, le même qui poussa celui d'Aragorn. La faveur divine ne défait peut-être pas toujours les rois, mais elle les fait, ce qui revient un peu au même. D'où ce qui n'est pas que symbolique dans le geste de Gandalf ; ce n'est pas non plus qu'une marque d'humilité d'Aragorn. C'est une marque de sa légitimité vis-à-vis des Valar. En effet, les autres rois ne le faisaient pas, mais ils n'en avaient pas besoin : on est ici dans le renouvellement et dans la création d'une nouvelle dynastie, d'où l'approbation populaire et le couronnement valarien, fondements de la légitimité royale dans Tolkien.
  10. Réécriture des mythes Européen dans le Seigneur des anneaux

    La distinction entre Hauts et "bas" (ce qui ne se dit pas au passage) Elfes n'est pas sociale, mais historique. Elle peut recouvrir des aspects sociaux, technologiques, mais c'est annexe, car la distinction découle seulement de la séparation originelle entre Elfes d'Aman et Elfes de Terre du Milieu, pays qui avaient des richesses différentes. Le terme "Haut" est ambigu parce qu'il fait penser à une hiérarchie sociale, mais ce n'est pas le sens du propos, les Sindar n'étant pas les larbins des Noldor. Toute la population elfe, Sindar comme Noldor, obéit communément au roi qui est effectivement de race noldorine (souvent). "Haut" signifie que les Elfes sont plus proches du Ciel et des Valar, parce qu'ils ont connu Aman et la lumière des Deux Arbres. Leur proximité avec le divin les rend plus légitimes au gouvernement, même si leur peuple a été désavoué par certains des Valar. C'est en ce sens qu'ils assument la direction des peuples qui se joignent à eux, ce qui est refusé au moins une fois, par Oropher le père de Thranduil, qui se lança sur la Morannon avant que Gil-Galad n'en ait donné l'ordre. Cette distinction historique offre une légitimité divine, qui se retrouve dans les droits des rois dùnedain à commander à l'ensemble des hommes dans un contexte particulier (la guerre contre Sauron par exemple). Cela ne leur donne pas le droit de les asservir (d'où la condamnation de la colonisation nùmenoréenne). En revanche les peuples peuvent rejoindre le royaume (comme les Sindar qui composaient sans doute environ 50% de la population à Gondolin). A la fin il n'y a plus de roi noldo car il n'y a plus assez de Noldor. Elrond songe à reprendre le titre laissé par Gil-Galad, mais la population est trop peu nombreuse pour légitimer cette revendication. Le droit divin est important, mais il n'y a quand même pas de roi sans accord populaire, comme le montre l'entrée d'Aragorn à Minas Tirith. Pour les orques, c'est la lettre 210, mais le terme "mongol" est employé avec recul : " They are (or were) squat, broad, flat-nosed, sallow-skinned, with wide mouths and slant eyes: in fact degraded and repulsive versions of the (to Europeans) least lovely Mongol-types. ". Pour des européens, car c'est le point de vue de son histoire.
  11. Réécriture des mythes Européen dans le Seigneur des anneaux

    Il y a plusieurs lois connues dans les royaumes de culture nùménoréenne, comme je l'ai dit, mais ce sont pour l'essentiel des lois précises venant préciser/infirmer la coutume établie. En l'occurrence, le fonctionnement du gouvernement fait partie des aspects les plus anciennement établis, et à l'époque d'Aragorn il ne remonte pas seulement à Nùmenor, il tire en fait son inspiration dans le gouvernement des Elfes de Valinor, qui lui-même est hérité du gouvernement valarien ; il est difficile de faire plus vieux et plus inchangé que ça. Comme le rapporte un passage des CLI, le fait que c'était le fils aîné qui hérite du trône (primogéniture mâle) n'était pas une loi, mais une coutume. Le principe est le même pour les autres aspects les plus pérennes du gouvernement. De la même façon, une grande partie du fonctionnement politique romain est fondé sur la pratique coutumière, comme le rôle si particulier et si central du sénat, qui n'est pas inscrit dans la loi. La loi veut que ce soient les magistrats qui gouvernent, mais selon la coutume, ils demandent toujours l'avis du sénat. Loi et coutume se complètent donc, la loi ne vient confirmer ce qui n'est pas établi ou ce qui est enfreint : généralement, quand on fait une loi, c'est qu'un problème vient d'apparaître. Une grande partie du fonctionnement politique roule donc sur une pratique ancienne, la coutume. Mais oui, l'absence de description tient aussi fait qu'on est dans le registre épique, ceci dit, cela n'empêchait pas Tolkien de décrire davantage d'aspects. Je pense que c'est parce qu'il ne voulait pas trop de lois humaines, l'essentiel est la loi divine. Pharazon, Denethor, Castamir, finissent par ne plus être légitimes au regard de Dieu. Ils sont ensuite détrônés par la force des événements et le fait que d'autres prétendants sont favorisés par Eru. Cette faveur divine est visible dans le cas d'Elessar, je n'ai pas employé le terme de "religion" parce que c'est difficile chez Tolkien, mais il est clair que le rôle de Gandalf est celui d'un relai de Manwë pour couronner Elessar.
  12. Réécriture des mythes Européen dans le Seigneur des anneaux

    Le roi absolu, c'est les temps modernes. Que le récit que fait Tolkien soit ethnocentré n'a rien à voir avec des réflexes racistes ou à une inspiration des mythes européens. Tolkien écrit l'histoire de la Terre du Milieu depuis le point de vue des Elfes et de leurs alliés Hommes qui s'y sont établis. Leur histoire est celle de peuples qui revendiquent un droit à habiter sur ces terres plus important que ceux des autres, qu'ils soient migrants (Orientaux, Suderons) ou autochtones (Druedain, Hommes sauvages écartés par les nouveaux Gondoriens, Dunlendings chassés par les Rohirrim parce que le Gondor leur a donné le territoire). C'est un droit arrogé mais perçu comme légitime parce que perçu comme béni par les Valar. Tolkien écrit donc une histoire très subjective et bien xénophobe, mais parce qu'elle représente une histoire presque "nationale" si l'on entend la Terre du Milieu comme une nation composée de plusieurs peuples libres, qui vont progressivement diminuer au profit des seuls hommes. Tolkien raconte comment s'est formée la cohésion de cette Terre du Milieu avant qu'elle ne devienne notre Europe, car le monde de Tolkien est antérieur à elle. Il ne s'inspire pas seulement des mythes européens, il les intègre donc à son récit pour créer un passé européen alternatif. Tolkien était totalement conscient de la totale partialité de son récit qui frise l'aveuglement (cf. les Dunlendings et les Rohirrim, parachutés sur leur territoire). Pour preuve le passage où Sam imagine le point de vue suderon : "He wondered what the man's name was and where he came from; and if he was really evil of heart, or what lies or threats had led him on the long march from his home; and if he would not really rather have stayed there in peace – all in a flash of thought which was quickly driven from his mind." IV, 4). Mais Tolkien n'écrivait pas leur histoire (et de manière interne, il ne disposait pas des récits qui la racontaient).
  13. Réécriture des mythes Européen dans le Seigneur des anneaux

    Elessar exerce formellement la justice (épisode où il affecte Beregon à la garde de Faramir) et on sait que les rois prennent leurs décisions seuls, même s'ils consultent leur Conseil. Ils peuvent être tyranniques et absolus (Pharazon, Castamir), mais ils n'oppressent jamais la majorité de leur peuple, la population qui souffre (Fidèles, proches d'Eldacar) reste limitée à un parti et la contestation ne s'étend pas à une large frange de la société comme c'est le cas dans le cas de la France absolutiste. Quand Castamir assiège Osgiliath, il signe ainsi un point de non retour. Ainsi, les rois tolkienniens qui sont de droit divin restent légitimes chez eux tant qu'ils sont en accord avec leur population, mais ils peuvent ne plus être légitimes au regard de Dieu. Cette double légitimité, populaire et divine, est illustrée par le fait que le roi de Nùmenor, lors des cérémonies sacrées sur le Meneltarma, était accompagné par une procession de tout le peuple. Le roi n'est donc pas seul, il bénéficie du soutien de son peuple qu'il représente devant dieu. L'aspect intéressant avec Pharazon est que la royauté sur l'île de Nùmenor leur avait été conférée par les Valar, et qu'ils s'en détournent. C'est une des raisons pour lesquelles cette légitimité leur est retirée par la destruction du Pays du Don. Le couronnement d'Elessar par Olorin relève du même principe : il reçoit la charge d'un royaume, devant le peuple qui a manifesté son approbation en criant "oui". Et il est intéressant de voir que lorsque Faramir le présente au peuple il ne se contente pas de rappeler son appartenance à la lignée via Isildur et Elendil : il mentionne sa victoire au combat ainsi que sa qualité de thaumaturge, signes de sa bénédiction par Eru.
  14. Réécriture des mythes Européen dans le Seigneur des anneaux

    Brasser les siècles et les concepts si rapidement invite nécessairement à entrer en contradiction à un moment donné, même si l'on est d'accord. Je trouve que royaume n'a pas tort sur la légitimité du souverain "européen" à mon avis assez complexe dans ce qu'on a hérité de la tradition romaine, alors que le pratique du pouvoir hellénistique ou parthe me paraît bien limitée à un droit de gouverner fondé sur la victoire et la bravoure. Bien sûr, cela n'exclut pas que des pouvoirs orientaux aient conçu le pouvoir de manière comparable, mais mais dans l'angle tolkienien qui est d'aveu même européanocentré, ce qui compte est bien l'idée que l'on se faisait de cet héritage romain. Pour les institutions, il est clair que Tolkien n'a pas développé richement le droit de ses Etats au-delà de certains aspects récurrents. Se dessine de façon plutôt précise un schéma-type du bon gouvernement légitimé par les dieux et assisté par un conseil royal, approuvé par le peuple. On connaît par exemple le Conseil royal du Gondor, ses membres, sa hiérarchie, et quelques-unes de ses prérogatives. On connaît aussi quelques lois mais, de manière générale, la "constitution" est fondée sur une pratique coutumière, ce que l'on peut comparer à Rome du reste. Cela n'empêche pas de regretter l'absence d'une précision sur les instances du gouvernement, le personnel politique principal ou secondaire, aspects délaissés au profit de l'apparition de grands généraux et de leurs capitaines. On sait globalement qui conseille l'Intendant, mais de la pratique concrète du pouvoir on ignore tout ou presque. Cela tient à deux aspects, le fait d'abord que Tolkien ne désirait pas développer le droit dans un contexte d'histoire originelle où celui-ci devait essentiellement être d'origine divine et peu d'origine humaine ; ensuite son intérêt pour les institutions devait se limiter au roi et à la curia regis d'après ce qui s'étudiait à son époque et qui était le goût général, particulièrement si l'on suit une histoire épique tournée vers les souverains. Ce n'est que plutôt récemment que l'attention s'est tournée vers la pratique du droit et une approche plus anthropologique, dans la lignée de Louis Gernet par exemple.
  15. Réécriture des mythes Européen dans le Seigneur des anneaux

    Je ne connaissais pas ces distinctions. Sont-ce des catégories pensées par les historiens ? Pour qui trouve-t-on ce terme de rector ? D'autant que ce terme de direction et de droiture peut certes recouvrir la foi, mais pas seulement. Quant au roi modèle, n'est-ce pas un leitmotiv des dirigeants en général et pourquoi est-ce incompatible avec l'autre ? Comme tu sembles disposer des connaissances je me permets de te pousser à expliquer un peu plus, mais n'y vois pas une bousculade
×

Important Information

By using this site, you agree to our Conditions d’utilisation.