Jump to content
Warhammer Forum

Schattra

Membres
  • Content Count

    1,369
  • Joined

  • Last visited

About Schattra

  • Birthday 10/30/1989

Contact Methods

  • Website URL
    http://nebelheim.wordpress.com/

Profile Information

  • Location
    Levallois-Perret

Previous Fields

  • Jeux
    Warhammer ; Empire+Nains

Recent Profile Visitors

10,459 profile views
  1. Mais il est très bien ce résumé! Drôle (mention spéciale à l'itinéraire touristique), incisif, complet et concis: tu as le droit de penser que le bouquin est mauvais et ne pas en faire des tartines, hein! Albert m'avait plutôt fait une bonne impression, mais je ne me base que sur deux nouvelles, ce qui n'est pas lourd (avec Born of the Storm dans le rôle du "plutôt" et Green & Grey dans celui du "bon"). Je veux bien croire que son premier "long format" ne soit pas un chef d'oeuvre, ce qui aurait été difficile avec des Space Marines comme protagonistes d'ailleurs. En tout cas, il semble qu'il ait au moins tenté d'incorporer un twist final dans son intrigue, ce qui est appréciable. Schattra, "attention aux pièges à touristes"
  2. Tu le vends mieux celui-là. ^^ J'aime particulièrement ce passage: Les Sensei @gilian, n'oublie pas les Sensei! Ça me donnerait presque envie de donner sa chance à Kyme, mais si je suis honnête, c'est surtout parce que les Custodes font toujours rêver le fanboy (que je reconnais être). C'est peut-être un facteur de succès pour un roman court: choisir une faction "intéressante" pour appâter le chaland, charger généreusement en fluff pour le garder intéressé, et tenter de faire un perfect en matière d'intrigue et de déroulement. Vu la manière dont ça se termine, Cartovandis perd aussi un dixième à l’œil gauche et 3 décibels à l'oreille droite pour se retrouver assigné sur Kobor? Petite question fluffique: c'est quoi une misericordia pour un Custodes? Ça a un rapport avec les miséricordes, les dagues utilisées pour donner le coup de grâce aux blessés sur le champ de bataille au Moyen-Âge? Schattra, l'odieux aurique
  3. Hello @gilian! C'est altruiste de ta part de continuer ton entreprise d'information publique avec les fonds de tiroir de la Black Library. Sans avoir lu l'objet du délit (et vu ton retour, c'est pas demain la veille), il est vrai que les choix de St. Martin sont parfois audacieux. J'ai eu l'impression que les souvenirs de Makaron (blague gratuite) prenaient autant de place que l'histoire proprement dite, ce qui me semble un chouilla disproportionné. D'un autre côté, la morale de l'histoire... ...est très 40K dans l'esprit. Je pense qu'un auteur plus doué aurait réussi à donner une impression "d'achèvement" à cette histoire: le catalogue de la BL comporte son lot de nouvelles et romans qui se finissent sur un triomphe sans équivoque des "méchants", et certains sont bons. Schattra, "Démon démon" - ti ti pi di bi - (air connu)
  4. Bonjour à tous et bienvenue dans cette revue critique (longuement attendue1) de l’anthologie Wolf Riders, initialement publiée par GW Books, vénérable ancêtre de la Black Library, en l’an de grâce 1989. Pour quiconque est familier de l’époque et du premier recueil de GW-Fiction sorti quelques semaines plus tôt (Ignorant Armies), ce second volume de nouvelles prenant place dans le monde de Warhammer Fantasy Battle s’inscrit dans la droite ligne des travaux initiés par David Pringle sous la houlette du démiurge littéraire Bryan Ansell. Nous y retrouvons donc les textes d’une poignée d’auteurs recrutés par Pringle dans le vivier de la revue dont il était le co-fondateur et éditeur (Interzone), ayant pour trois d’entre eux (William – Bill – King, Brian Craig et Jack Yeovil) déjà participé à Ignorant Armies. Wolf Riders voit le retour de personnages déjà rencontrés par le lecteur, comme la pas encore tout à fait iconique paire Gotrek & Felix (Geheimnisnacht) et le reste de la famille Von Diehl (The Laughter of Dark Gods), et voit les débuts d’une autre « célébrité » de Warhammer Fantasy Battle: le détective Halfling Sam Warble, qui fera une distinguée carrière de PNG dans les ouvrages de WFB Roleplay. Pour le reste, et également comme ce fut le cas pour Ignorant Armies, une partie non-négligeable du corpus ici étudié est constituée des seules et uniques contributions d’auteurs n’ayant pas lié leur destin littéraire à la GW-Fiction. Fans de Ralph T. Castle, Pete Garratt et Simon Ounsley, voici le seul ouvrage contenant des contributions Warhammeresques de vos idoles. Raison de plus pour en profiter. Publié sous l’exotique format B et disposant d’illustrations intérieures en noir et blanc (une bonne initiative qui sera abandonnée dès la réédition du livre par Boxtree), dont certaines du légendaire Paul Bonner (Loup Solitaire, Confrontation, Donjons & Dragons, Magic the Gathering…), Wolf Riders occupe la place jamais facile du cadet, destiné à être comparé – en bien et en mal – à son aîné ad vitam aeternam. Et, devinez quoi, c’est exactement ce que nous allons faire ici, après avoir soigneusement décortiqué toutes les huit nouvelles que comporte cet antique ouvrage, bien sûr. En selle (Bryan?), donc. 1 : Non pas que mes armées de fans me l’ait réclamée à corps et à cris, sacrifiant leurs premiers nés et toutes leurs économies dans l’espoir illusoire d’attirer mon attention sur le sujet, mais il faut bien reconnaître que 30 ans séparent la publication de ce recueil avec sa première (à ma connaissance) critique française. Wolf Riders – W. King: Alors que nous avions laissé nos héros à crapahuter nuitamment aux alentours de Bogenhafen pendant la tristement célèbre Nuit des Secrets (Geheimnisnacht) dans la nouvelle initiale autant qu’initiatique du même nom, nous les retrouvons bien plus au Sud, dans les Principautés Frontalières, alors que Felix a trouvé le moyen de se mettre dans de beaux draps. Témoin de la drague lourdingue dont une frêle demoiselle faisait les frais dans le relais trappeur où notre héros venait d’entrer s’en jeter un petit, pendant que l’autre (petit) était parti couler un bronze dans la forêt, notre romantique héros a en effet trouvé malin d’intervenir, provoquant l’ire des trois (ruffians recouverts d’une bonne couche de graisse d’) ours faisant du pied – normal pour des plantigrades – à Boucles d’Or. Bien mal lui en a pris, les harceleurs n’appréciant guère être interrompus en plein malespreading, et le faisant savoir en termes non incertains1. D’excuses non acceptées en menaces explicites, la situation finit par tout à fait dégénérer, et le poète d’Altdorf (qui semble à ce moment avoir oublié qu’il disposait d’une épée) aurait bien mal fini sans l’arrivée à point nommé de son compagnon, dont la simple apparence et le sourire ravagé (plutôt que ravageur) convainquent les trois gros cochons de prendre congé séance tenante. Ayant sauvé la face – et pas que… – Felix recueille les premiers dividendes de son intervention zéroïque, en raccompagnant la belle Kirsten jusqu’à la charrette de Frau Winter, la sorcière dont elle est l’apprentie. Et si l’humble hameau où le récit prend place a la chance de compter une mage parmi ses résidents, c’est que cette dernière fait partie des sujets du Baron exilé Gottfried Von Diehl, chassé de l’Empire quelques mois plus tôt, et parti dans les Principautés Frontalières avec ses gens se tailler un nouveau fief. Ayant déjà développé un honnête béguin pour la fraîche donzelle, qui lui dépose un chaste mais reconnaissant bécot sur la joue avant de prendre congé de son sauveur (même si « leurre » serait plus adapté, Gotrek ayant fait tout le boulot), Féfé persuade son comparse de proposer leurs services comme mercenaires au Baron, donnant ainsi à notre Don Juan en culottes rayées l’occasion de conclure, et à Gotrek celle de reposer ses pieds douloureux2. Nous apprenons par la même occasion pourquoi nos compères sont partis prendre le bon air du Sud : rencardé par un tavernier Nain du nom de Faragrim (Capitaine du Grondor), Gotrek s’est mis en quête de la horde3 perdue de Karaz aux Huits Pics, trésor mythique gardé par un Troll l’étant tout autant, soient deux excellentes raisons pour un Tueur de membres du forum 15-18 de JVC de partir en balade. Ne souhaitant pas partager ce très hypothétique butin avec quiconque, le Dawi fait jurer à son commémorateur de garder le silence sur ce point, ce que ce dernier accepte sans problème. Une visite rapidement expédiée dans le camping car des cousins Von Diehl (Mannfred, neveu et héritier de Gottfried, et Dieter, fils bâtard du Baron et de Frau Winter), et l’affaire est entendue, même si Felix découvre avec effroi que les trois trappeurs seront également du voyage, et serviront de guide à la caravane de migrants… Fast forward à travers les riantes forêts des Principautés, et les tout autant riants Gobelins qui hantent ces dernières, et prennent un malin plaisir à harceler les vaillants pionniers, et nous voilà devant les murs du village fortifié d’Akendorf. Pas de chance pour les gueux du voyage, la forte escorte mobilisée par les Von Diehl n’inspire pas du tout confiance chez les locaux, qui refusent catégoriquement de laisser les rescapés passer la nuit à l’abri de leurs murailles. Beaux joueurs, ils préviennent tout de même les marcheurs de ne pas aller plus au Sud, où s’étendent les sinistres Collines de Geistenmund, notoirement hantés par des morts sans repos. Bien évidemment, ce sera dans cette direction que les Von Diehl, dont la réputation de lignée maudite tient peut-être à ce genre de décisions malheureuses, décideront d’aller, ce qui aura de funestes conséquences. À toute chose, malheur est bon cependant, puisque c’est dans ce cadre bucolique que Felix aura, mais oui, l’occasion de conclure avec Kirsten (sans doute le passage le plus osé publié par la BL à ce jour). Bravo champion. S’en suit une attaque confuse et brumeuse de squelettes assez patauds, narrée de manière fragmentaire par un Bill King assez peu inspiré sur le coup. Deuxième satisfaction de la nuit pour Felix : il se tape Lars le trappeur, celui-là même qui lui avait fait des avances déplacées quelques jours plus tôt, dans le tumulte de la mêlée générale. Le jour se lève sur la victoire sans appel des vivants, qui peuvent reprendre la route malgré de nombreuses pertes, et l’inquiétante certitude que l’un des leurs est probablement responsable de l’attaque des sacs d’os, dont la sépulture a été ouverte à dessein… Fast forward bis, à travers les plaines méridionales cette fois-ci, où la présence de Gobelins (encore) ne dissuade pas nos trekkeurs de l’extrême de prendre possession d’un fort abandonné pour installer leur colonie. Felix, résolument amoureux de Kirsten à présent, se retrouve face à un dilemme cornélien : s’il souhaite refaire sa vie avec sa go, il doit trouver le moyen de plaquer son Go (et survivre à leur rupture, ce qui est loin d’être certain). Pour gagner du temps, il parvient à convaincre le Tueur d’aider les colons à fortifier leur domaine, ce qu’il accepte de faire sans trop rechigner. Ces précautions se révèlent assez rapidement fondées, une tribu de Chevaucheurs de Loups Gobelins (avec un titre pareil, ça ne faisait pas un pli) se présentant rapidement devant les portes du fort de rondins pour en poutrer les occupants (ce qui est assez approprié, reconnaissons-le). Malgré la présence de l’Impératrice Palpatine (Frau Winter, qui balance des éclairs bleus à tour de doigts) parmi les défenseurs, la situation n’est pas brillante pour ces derniers, car les Peaux Vertes peuvent elles aussi compter sur un chamane compétent. Alors que l’assaut final sur les portes de Fort la Latte (de bois) se prépare, Gotrek envoie Felix chercher la sorcière, mandée quelques minutes plus tôt par son suzerain… Si Geheimnisnacht marque la première apparition de Gotrek et Felix, Wolf Riders occupe une place tout aussi importante dans la genèse du couple le plus iconique de la Black Library. Soumission plus conséquente que sa prédécesseur, cette nouvelle permet à King de développer à la fois ses personnages et sa vision du monde de Warhammer, qu’il parvient à rendre à la fois incroyablement sombre, dangereux et sinistre, mais également crédible et authentique. La trouvaille de l’auteur, qui s’incarne littéralement dans ses deux héros, consiste à incorporer des éléments de « normalité heureuse », telle que la romance (consommée, et c’est assez rare pour le souligner, la BL étant bizarrement assez prude sur ce sujet) entre Felix et Kirsten pour faire contrepoint à l’avalanche de grimdark que les protagonistes doivent endurer par ailleurs, et dont Gotrek est la personnification parfaite. Un autre point positif de cet épisode de l’infinie (dans tous les sens du terme) saga de l’Omnitueur est la vulnérabilité dont King le dote, et qu’il perdra bientôt pour se transformer en invulnérable machine à occire, ce qui résultera en un désengagement émotionnel de la part du lecteur. Au moment où Bill King écrit cette nouvelle, Felix et Gotrek ne sont en effet pas des légendes de la GW-Fiction, mais deux nouveaux personnages récemment créés, et dont la disparition ne chagrinerait pas grand-monde. Du fait de sa profession, on sait que Gotrek est susceptible de rencontrer une fin violente et rapide, et lorsqu’il se jette dans la mêlée à la fin de l’histoire, le lecteur de 1989 pouvait tout à fait penser qu’il ne s’en sortirait pas cette fois-ci. S’il avait voulu jouer la carte du grimdark nihiliste jusqu’au bout, King aurait très bien pu opter pour donner à son héros une mort indigne (se faire tuer par un mage Gobelin n’étant pas très glorieux pour un Tueur Nain), soulignant ainsi la cruauté du monde de Warhammer. S’il ne l’a pas fait, on ressent tout de même un suspense plus important que lors de la majorité des aventures du duo, ce qui est très appréciable. Seul léger bémol à cette partition autrement très satisfaisante, la mise en scène décousue des affrontements majeurs (la skelly night et le siège du fort) de la nouvelle, dont King ne livre que quelques fragments « felixiens », qui ne permettent pas vraiment au spectateur de se plonger dans ce qui auraient dû être des apex épiques de l’intrigue. Personne n’est parfait. En tout cas, Wolf Riders tient bien sa place de nouvelle centrale du recueil éponyme dans lequel elle figure, et se place parmi les tous meilleurs épisodes de la série. Un vrai classique. 1 : Et assez osés pour le public et l’époque, puisque l’un des trappeurs annonce même qu’il est prêt à se taper Felix plutôt que la fille. C’est ce qui s’appelle avoir la dalle. 2 : Sa seule faiblesse apparente. On connaissait le talon d’Achille, Warhammer a les durillons de Gotrek. 3 : Détail amusant, King fait deux fois de suite la même faute d’orthographe et utilise « horde » à la place de « hoard » (magot en anglais). 4 : On pourra dire qu’une nouvelle fois, Felix a pris son pied. Quel tombeur. The Tilean Rat – S. Mitchell: Par une nuit humide et froide, dans le dédale sans foi ni loi de Marienburg, un héros tourmenté se retrouve confronté à un dilemme cornélien. Le choix qui s’offre à lui a beau paraître simple, les conséquences en seront irréversibles, et le poursuivront sans relâche pendant… au moins quatre heures. Bon, il a fait son choix le petit Monsieur ? Ce sera un soufflé aux noisettes ou des cerises à la Bretonienne pour le dessert ? Alors que Sam (Buttermere pour sa vieille môman) Warble était en train de soupeser cette grave question avec tout l’attention qu’elle mérite, il est interrompu par l’arrivée à sa table réservée du Tablier d’Esmeralda, son QG officieux, d’une Elfe rousse. Ce qui n’est certes pas banal. L’arrivante, qui se prénomme Astra et dit venir de la lointaine cité de Feiss Mabdon, a eu vent des talents particuliers du Sieur Warble, et cherche à le recruter pour retrouver un précieux artefact lui ayant été volé dans sa chambre à l’auberge du Cygne Volant. Prête à tout pour remettre la main sur la statuette du Rat Tiléen1, héritage familial à la valeur sentimentale aussi forte que son aspect est kitchissime, Astra règle sans sourciller une coquette avance à notre détective privé aux pieds poilus, qui promet de se mettre en chasse dès le lendemain (le dîner, c’est sacré). Fort de sa connaissance intime de la cité marchande, Warble passe en revue tous les lieux de recel potentiel où le voleur aurait pu chercher à écouler son rat mal acquis, faisant chou blanc mais glanant tout de même quelques informations de premier choix de la bouche du Vieil Harald, antiquaire vénal mais bavard une fois sa patte graissée. Il semblerait en effet que Sam ne soit pas le seul à chercher la pièce, Harald ayant été interrogé à ce sujet le même jour par un gros lard bien habillé accompagné d’un acolyte petit et fluet. La partie se compliquant, notre héros résout de jouer la sécurité en rapportant l’affaire à un de ses contacts dans la Milice Urbaine, l’affable Capitaine Gil Rolan, en profitant pour se rencarder sur la découverte possible de cadavres frais dans les canaux de la ville, destin probable de quiconque se hasarderait à cambrioler un établissement aussi huppé et « bien en guilde » que le Cygne Volant. Là encore, rien à signaler, ce qui plonge le Halfling dans un doute de plus en plus profond quant à la mission qu’on lui a confié. Lorsque la meurtrière Lisette, autre contact de ce dernier, lui confirme que la Guilde des Voleurs n’a pas autorisé ses membres à chasser au Cygne, il doit se rendre à l’évidence : il y a quelque chose de très louche sous cette affaire. En route vers la taverne convenable la plus proche pour casser la croûte, Warble est soudainement abordé par… un gros lard bien habillé, qui se présente comme Erasmus Ferrara, et confesse volontiers être à la recherche du Rat Tiléen. Accompagné d’un complice nommé Leppo, dissimulé sous un grand manteau et un large chapeau, il cherche, entre deux éclats de rire tonitruant, à débaucher Warble, Astra étant une de ses concurrentes, et non pas la légitime propriétaire de la statuette, comme elle l’avait annoncé. Fidèle à son éthique professionnelle, Sam refuse de retourner sa veste, ce qui fait bien rire Ferrara (qu’un rien amuse). Laissant le détective réfléchir à son offre, l’antiquaire portugais repart en se gondolant comme une baleine, tandis que Warble va se remettre de ses émotions au Tablier. Là, il fait la rencontre d’un marin Norse bien renseigné, qui lui détenir le Rat, et être prêt à discuter d’un prix pour ce dernier avec sa cliente dans un endroit discret des docks, le soir même. Pas vraiment ravi de s’être fait manipuler de la sorte par l’Elfe rouquine, Warble, en vrai professionnel, va tout de même lui faire son rapport, et lui transmettre la proposition du loup de mer, qu’elle accepte de grand cœur. Notre héros aurait pu en rester là, sa mission accomplie et ses gages payés, si l’arrivée d’un Harald outré au Tablier n’avait, de façon ironique, remis une pièce dans la machine. Car cette fourbe pingre d’Astra a cru malin de rémunérer Warble avec des pièces de plomb doré, ce dont Harald, qui en a hérité d’une un peu plus tôt, n’a pas tardé à se rendre compte. Déterminé à avoir le fin mot de l’histoire, Sam suit discrètement Astra à sa sortie du Cygne Volant, jusqu’au point de rendez-vous fixé par le Norse. Ce dernier, plus doué pour faire des frayeurs aux Halflings qu’à négocier pied à pied avec les Elfes, se fait prestement éviscérer et exproprier (pas nécessairement dans cet ordre), plaçant la précieuse statuette en possession d’Astra… mais pas pour très longtemps. L’Elfe croise en effet la route de Ferrara et de Leppo alors qu’elle se rendait au temple de Khaine (le roux était probablement du henné) clandestin de Marienburg avec sa prise. Double surprise pour un Warble très nauséeux (les penchants des Khainites en termes de décoration d’intérieure sont… particuliers), mais toujours en filature : le gros lard était un mage, probablement de Slaanesh, et Leppo, son Snotling domestique. Quelle décadence. La conversation entre les deux rivaux prend rapidement un tour venimeux, avant de franchement dégénérer. Astra fracasse le crâne de Leppo d’un coup de statue bien placé, et se prend un carreau d’arbalète de la part de Ferrara en représailles, avant que les acolytes des uns et des autres ne se mêlent au débat et que les sortilèges ne commencent à voler. Réalisant qu’il est temps pour lui de s’éclipser, Sam a le soulagement de croiser au cours de sa retraite stratégique une patrouille menée par Gil Rolan, toute prête à ramasser les survivants de l’affrontement entre cultistes. Quant à la statuette, elle n’avait finalement aucune valeur particulière, seule son socle, constitué d’une rare pierre de sang, suscitant la convoitise des praticiens des arts occultes. QUAND ON VOUS DISAIT QUE LE SOCLAGE, C’EST IMPORTANT, NOMDIDIOU ! Deux réactions possibles à la lecture de The Tilean Rat. Soit vous avez lu/vu le roman/film noir (Le Faucon Maltais ou The Maltese Falcon en VO) que Mitchell pastiche ici sans vergogne, et vous êtes donc en capacité d’apprécier toutes les références glissées par l’auteur dans son texte à sa source d’inspiration. Soit vous ne faîtes pas partie des happy few familiers de l’oeuvre de Dashiell Hammett et/ou John Huston (ce que l’auteur de ces lignes avoue sans honte avoir été, jusqu’à que quelques recherches complémentaires lui permettent de découvrir le pot aux roses, ou au rat), et vous vous demandez sûrement ce que Mitchell avait fumé au moment d’écrire cette nouvelle. Avec un peu de recul, et bien que je reste convaincu que la connaissance du « matériel original » soit la condition sine qua non pour tirer le plein potentiel de The Tilean Rat, on peut toutefois reconnaître à Sandy Mitchell une histoire assez rondement menée (même si pas aussi sombre que Le Faucon Maltais, qui est considéré par beaucoup comme l’un des archétypes du roman noir), mettant en scène un héros assez attachant (à l’inverse d’Astra et Ferrara, qui sont beaucoup trop ouvertement parodiques à mon goût) dans un décor pittoresque. On peut déjà sentir l’esprit impertinent, mais respectueux malgré tout, de Ciaphas Cain percer sous Sam Warble, personnage qui fit une honnête carrière au sein de la GW-Fiction, et bénéficie encore aujourd’hui d’une certaine considération de la part des plus érudits des nouveaux contributeurs de la BL (dont l’incollable Josh Reynolds). Bref, The Tilean Rat n’est peut-être pas la nouvelle la plus marquante du corpus de Games Workshop, mais elle demeure l’une des plus intéressantes, et un moyen assez sûr de briller en société, si le cœur vous en dit. 1 : Qui pourrait très bien être une figure de Verminarque lourdement convertie et peinte par Darren Latham, si on en croit la description qui en est faite. Ce serait effectivement une précieuse relique. The Phantom of Yremy – B. Craig: La paisible bourgade d’Yremy, située dans la grande banlieue de Moussillon, en Bretonnie, frissonne et se passionne dans le même temps pour les exploits crapuleux d’un mystérieux cambrioleur visitant les hôtels et les manoirs de ses honnêtes bourgeois. L’événement est d’autant plus notable que la ville était jusqu’alors connue pour son application sévère mais juste des lois du Royaume, maintenant par l’exemple le taux de criminalité à des niveaux très raisonnables, au grand déplaisir du petit peuple1. Magistrat à la cour de justice locale, l’honorable Mr Voltigeur (en français dans le texte2) suit les déprédations de celui que l’on nomme bientôt le Fantôme d’Yremy avec un intérêt tout professionnel, jusqu’à ce qu’il devienne clair que le faquin cible précisément l’entourage du juge par ses larcins, faisant de ce dernier le récipiendaire probable d’une cabale aux motifs encore incertains. Lorsque le Fantôme s’introduit chez l’une des filles de Voltigeur pour lui dérober un cœur de bois qui lui avait été remis par sa défunte mère, qui, à défaut d’avoir une quelconque valeur marchande (la sotte fille ayant préféré se marier par amour plutôt que par raison, au grand désespoir de son père), avait une grande valeur sentimentale pour la victime, le Grand Juge – comme on le surnomme dans la ville, en reconnaissance de son inventivité dans les sentences décrétées – fait de ce cas une affaire personnelle, et défie le forban de venir lui rendre visite à son domicile, où il se fera fort de lui rendre la monnaie de sa pièce. Résolu mais pas téméraire, Voltigeur prend aussitôt des mesures pour ne pas se retrouver bêtement embroché par l’épée de sa Némésis, qu’une précédente rencontre avec un garde motivé mais pas tellement dégourdi, a permis d’identifier comme une fine lame. Secondé par son fidèle ami et subalterne Jean Malchance, avec lequel il a fait ses classes et qui est devenu son greffier attitré après ces dernières, le juge prend soin d’armer ses domestiques, et engage même un sorcier du nom d’Odo (juste Odo… pas très impressionnant comme nom de scène) pour protéger par des sceaux magiques les portes et coffres de sa demeure. La nuit tombe une fois ces préparatifs accomplis, et, bien que rassuré par les mesures prises pour sa protection, et la certitude que Malchance se tient prêt à intervenir depuis la pièce adjacente où il a choisi de se positionner, Voltigeur sombre difficilement dans un sommeil troublé…qui est interrompu par l’arrivée du fameux Fantôme au pied de son lit. Craignant, à juste titre, pour sa vie, Voltigeur a toutefois la surprise d’entendre l’intrus lui annoncer que cette première visite n’a que pour but prononcer la sentence que le Fantôme réserve au juge. Le mystérieux bandit, dont l’identité est dissimulée derrière un masque noir et un long manteau à capuche, promet toutefois de revenir le lendemain pour recueillir la confession du condamné, et le jour d’après pour exécuter la sentence. En attendant, il se contente de repartir avec le peigne en argent de Mme Voltigeur, malgré le fait que l’objet se trouvait dans un coffre enchanté. Ayant, un peu tard, songé à appeler à l’aide, Voltigeur ne peut que constater la disparition inexplicable du Fantôme, dont le bruit des exploits retenti dès le lendemain dans Yremy. Inquiet mais pas découragé pour autant, notre héros passe la journée à renforcer encore ses protections, aussi bien ésotériques (grâce à ce bon vieil Odo et ses alarmes magiques pratiquement toujours efficaces, mais également au renfort d’un prêtre de Morr local, Hordubal) que matérielles, via l’acquisition d’un pistolet (pas très fluff pour un Bretonnien). Bien évidemment, cela n’empêche pas le Fantôme de revenir lui conter fleurette à la nuit tombée, et de repartir cette fois avec la robe de chambre préférée de Mme Voltigeur, qui semble donc être son love interest indéniable. Peu familier du fonctionnement des armes à feu, Mr Voltigeur s’est fait surprendre par la fumée et le bruit de sa pétoire, pour des résultats spectaculaires mais peu concluants. Alertée par ce boucan, sa garde rapprochée fait irruption dans la pièce, sans trouver le malotru tourmentant le pauvre magistrat, dont la puissance cognitive se trouve mise en échec par les apparitions et disparitions inexpliquées du Fantôme. Questionnés à ce sujet, tant Odo que Hordubal se perdent dans des conjonctures oiseuses. Quant à Malchance, il a le toupet d’envisager que Voltigeur lui-même soit le Fantôme, étant le seul à l’avoir vu, ainsi que le seul à avoir eu la possibilité de prendre les objets subtilisés des coffres sans en déclencher l’alarme. Outré par cette insinuation, pourtant basée sur une simple déduction logique, Voltigeur chasse à grands cris ses consultants de la place, et se résout à attendre seul la troisième et dernière venue de son tourmenteur… Brian Craig est sans doute l’un des contributeurs de la GW-Fiction les plus clivants qui soient. Son style particulier, résolument éloigné des canons de la maison, peut dérouter le lecteur, tout autant que sa tendance à placer ses histoires « en dehors » du monde de Warhammer, afin de se concentrer sur le développement de ses personnages, qui peuvent apparaître comme peu représentatifs de l’univers dans lequel ils évoluent. Craig et le grimdark, cela fait deux (au minimum), c’est certain, et je peux donc tout à fait comprendre les réactions épidermiques que sa prose pourrait générer chez l’amateur de ce genre de littérature. D’un autre côté, cet auteur est un des conteurs les plus doués et les plus singuliers ayant travaillé pour Games Workshop, et lorsqu’il choisit d’insuffler un peu d’humour à son récit, comme c’est ici le cas, le résultat vaut vraiment le détour, mon humble avis. The Phantom of Yremy est donc à mes yeux le parfait échantillon littéraire permettant de déterminer la compatibilité du lecteur avec la production, finalement assez conséquente, de Brian Craig pour la GW-Fiction. Si la perspective de passer trente pages à lire un huis-clos mêlant mystère, humour (pince sans rire) et commentaires badins sur la vie dans une ville de Bretonnie créée pour l’occasion et dont personne n’a plus entendu parler depuis vous interroge plus qu’elle en vous rebute, voici une nouvelle qui risque fort de vous surprendre (en bien). À l’inverse, si vous ne voyez la Bretonnie que sous le prisme de la quête du Graal et des charges en fer de lance, je ne saurais trop vous conseiller de passer votre chemin. Il en faut pour tous les goûts ! 1 : Qui aimerait bien qu’on le laisse traficoter peinard, au lieu de le forcer à s’esquinter la santé à cultiver des navets et des betteraves. C’est bien connu, les pauvres, ce sont tous d’infâmes profiteurs feignasses. 2 : Une langue que Brian Craig maîtrise parfaitement. Il a d’ailleurs traduit un grand nombre d’ouvrage depuis le français vers l’anglais au cours de sa carrière. Cry of the Beast – R. T. Castle: Tomas (sans -h) vit avec son beau-père adoptif Brodie dans une masure sur la côte tiléenne, non loin de la cité de Remas. Orphelin de père et de mère, il a été recueilli par ce généreux Halfling dans sa prime enfance, et a grandi jusqu’à atteindre l’adolescence, aidant son tuteur à la pêche en semaine et gagnant un peu d’argent de poche sur les marchés le week-end en faisant des acrobaties. Pêcheur jongleur vaut toujours mieux que casseur flowteur, comme on dit à Miragliano. Notre histoire commence, assez logiquement, par un cri strident qui vient tirer le héros de son sommeil alors que l’aube n’est pas encore venue planter ses doigts roses dans les bajoues flasques de la nuit, comme aurait pu l’écrire Homère en son temps. Intrigué plus qu’inquiet par cet événement incongru, Tomas se tient prêt à sortir de la bicoque familiale pour enquêter sur ce tapage techniquement encore nocturne, mais se fait subrepticement retenir par Brodie, qui lui prépare séance tenante un copieux petit déjeuner avant qu’il n’ait pu passer la porte, super pouvoir Halfling qui retarde notre héros jusqu’au lever du jour. Ses œufs brouillés et son pain frit avalés, la table débarrassée et la vaisselle faite – on ne rigole pas avec ces choses là chez Brodie – Tomas est enfin libre de sortir sur la plage, où il trouve une jeune fille Elfe étendue de tout son long. Appelant Bro’ à la rescousse, et grâce aux solides notions de secourisme dont dispose ce dernier, qui a décidément tous les talents, le deux larrons parviennent à réanimer la donzelle, qui a échoué sur le pas de leur porte après que son bateau ait fait naufrage la nuit précédente. Ramenée au chaud et au sec, elle révèle s’appeler Linna, et s’inquiéter fortement pour son frère ivrogne et joueur, Corma, qui voyageait avec elle. Pendant que Brodie va inspecter l’épave des Elfes navigateurs, qui sont par la force des choses devenus sous-marins, Tomas a le temps de faire plus ample connaissance avec son invitée, qui se révèle être assez câline, sans que ce balourd de Toto ne saisisse la perche que cette dernière (à moins que ça ne soit l’auteur) lui tend. Au retour de Brodie, qui n’a malheureusement trouvé aucun autre survivant, le trio se réconforte autour d’un bon gueuleton, ce qui donne au Halfling l’occasion de se lancer dans ses histoires, et en particulier celle du brave Richard Crowell, dont la première qualité était sans doute d’avoir un nom normal dans un univers de Fantasy. Même Nagash est jaloux. Exterminateur de bestioles chaotiques et pacificateur de la région de Remas il y a de cela des années, Crowell finit par partir chasser la tarasque dans son habitat naturel, la Norsca, dont il ne revint jamais. The end. Sur ces belles paroles, il est déjà temps d’aller se coucher, et les deux garçons laissent galamment la chambre de Tomas à disposition de Linna, dont les tentatives désespérées de se taper le héros tombent dans l’oseille d’un four. L’interspécisme, ça ne donne jamais rien de bon (comme le prouve bien l’exemple d’Eluréd1). Il en faut cependant plus que ça pour décourager la nymphette de sortir de la friendzone, et elle réveille Tomas peu de temps après… parce qu’elle a vu quelque chose à la fenêtre. À première vue, cette chose semble être le disparu Corma, que Linna s’empresse d’aller saluer. À deuxième vue cependant, c’est bel et bien un Bisounours de Slaanesh (un Baisounours, donc), adepte de transformisme, qui se tient sur le pas de la porte, accompagné de quelques Gobelins. Because why not. Désolation pour Linna, qui se fait charrier comme un sac à patates par la bête, dont le glapissement lubrique déchire à nouveau la nuit. Consternation pour Tomas, impuissant à empêcher le monstre de repartir avec la fille qu’il considère juste comme une amie. Renonciation pour Brodie, finalement réveillé et pas très chaud à l’idée d’aller faire un safari en pleine obscurité. Le prudent Halfling parvient toutefois à retenir son fils adoptif assez longtemps pour lui apprendre la vérité sur ses origines : il n’est autre que le fils du légendaire Crowell, laissé aux bons soins du cuisinier (Brodie) de son expédition punitive pendant que le héros et son armée s’aventuraient en Norsca. Le semi-homme remet à l’adolescent la pierre d’aube enchantée que portait sa mère, capable de dissiper la magie, et l’informe que son père portait exactement la même le jour de son départ (you see what’s coming ?). Ainsi briefé, Tomas, toujours sans hache mais désormais en possession d’une épée rouillée, se jette à la poursuite de Winnie the Foe, réglant leur compte à son entourage de Gobelins en chemin. Parvenu à une grotte, il croit apercevoir Linna enchaînée à un rocher, mais son nouveau talisman lui permet de percer à jour les faux-semblants de son ennemi avant de finir en sashimi. La bataille qui s’en suit contre le Champion de Slaanesh ayant atteint le grade exalté de Furry se passe assez mal pour notre héros (illustration à l’appui), qui ne doit son salut qu’à ses compétences d’acrobate, la stupidité de son adversaire, et quelques gros rocher bien placés, que Tomas arrive à déverser en avalanche sur la sale bête. Cette victoire par K.O. et K.You a toutefois un goût doublement amer pour Toto, qui n’est pas long à s’apercevoir que sa bonne amie s’est faite boulotter comme un vulgaire Twix par le monstre, et que ce dernier n’est, ô surprise, autre que son père, comme l’atteste la pierre d’aube qu’il portait autour du cou. Ces réalisations poussent assez logiquement Tomas dans les bras vengeurs de Solkan, le dieu des vrais rageux, et nous prenons congés de notre héros après qu’il ait pris le parti de marcher sur les traces de ses parents et d’aller à son tour botter les fesses des méchants chaoteux du grand Nord. Tu quoque, fili. Si Cry of the Beast peut paraître étrange au lecteur contemporain de la GW-Fiction, incarnée depuis maintenant des décennies par la Black Library, et comporte certainement son lot de bizarreries plus ou moins justifiables, tant d’un point de vue fluffique (une Haut Elfe qui drague un paysan humain ? Des Gobelins qui accompagnent un champion chaotique ?) que de celui des « conventions canoniques » usitées dans la littérature Warhammeresque (comme le fait de ne pas appeler un Tiléen avec un nom de comptable anglais), la tentative de Castle est assez honnête pour l’époque. Sur le canevas classique de la quête initiatrice d’un héros destiné à la grandeur par un héritage qui lui était jusque là caché, l’auteur tisse une histoire convenable, et finalement assez sombre (ou tout du moins elfophobe), sous son air de high fantasy. En choisissant pour antagoniste un Élu du Chaos corrompu par les forces maléfiques qu’il s’était juré de combattre, Castle démontre sa compréhension d’une des idées sous-tendant le lore des franchises de Games Workshop, faisant du Crowell en porte-jarretelles le lointain ancêtre d’Archaon. Oui, cette comparaison me fait plaisir. Finalement, les vrais défauts gênants de Cry of the Beast sont certainement à chercher du côté de son intrigue et de sa construction, qui sont loin d’être au-dessus de tous reproches, le principal étant l’apparition inexpliquée de la fameuse bête sur la côte tiléenne, qui aura attendu bien longtemps et fait un looooong chemin pour retrouver son descendant. Pourquoi à ce moment, et comment a-t-il trouvé la trace de Tomas ? Mystère. Concomitamment, le naufrage du navire de Linna juste au moment où le Bébête-Show arrive en ville plage, afin de donner une raison supplémentaire au héros de se confronter au monstre, est tellement intéressé d’un point de vue narratif que cela ne m’étonnerait pas que le fameux cri de la bête soit un long et plaintif WIIIIIIIIIIIIIIIIIJH… On ne saura jamais la suite de l’épopée que Ralph T. Castle voulait donner à son héros (tout le monde n’est pas Konrad), mais il y aurait eu des choses à rectifier pour en faire une lecture digne de ce nom. 1 : La preuve, personne ne sait ce qu’il est devenu. No Gold in the Grey Mountains – J. Yeovil: Joh Lamprecht, patron d’une TPE de collecte de fonds dans l’arrière-pays du Reikland, emmène sa bande de hors la loi à l’assaut de la diligence transportant les taxes de la ville minière de Raukner jusqu’aux coffres du bon empereur Karl Franz, lorsque le destin lui joue un bien vilain tour. Le fiacre ciblé se révèle inexplicablement dénué du précieux chargement convoité par les bandits1, qui peuvent cependant se consoler, après s’être passé les nerfs sur le pauvre conducteur et le noble pompeux qui voyageait dans la carriole (et s’est rendu compte de la dangerosité insoupçonnée de l’essuyage de carreaux, si votre interlocuteur a une arbalète), à la vue de la dernière passagère. La dame Melissa d’Acques, 12 ans, autant de neurones et, surtout, son papa très riche, peuvent en effet faire le bonheur de Joh et consorts, pour un peu que l’ado attardée sur laquelle ils ont mis la main, et qui ne réalise pas du tout la gravité de sa situation, leur donne les moyens d’expédier une demande de rançon en bonne et due forme à l’un de ses nombreux domiciles. Pour l’heure, les malfrats (l’affreux Johjoh, le nemrod anxieux Yann Groeteschele, le gladiateur psychopathe et lycantrope Rotwang, et Fat Fool Freder, comme ses collègues l’appellent) décident d’emmener leur invitée jusqu’à leur camp de base, installé dans les ruines lugubres mais désertes du château de Drachenfels (l’histoire se déroule après la purge organisée par Oswald et Genevieve). L’ambiance n’est pas folichonne et la déco franchement datée, mais les voisins ne viennent pas vous embêter, c’est certain. La nuit tombée et Melissa enfermée dans sa chambre, la bande se réunit pour établir un plan d’actions visant à enfin toucher le gros lot, après des mois de chiche brigandage. Cependant, à l’intérieur du château abandonné, une ancienne et maléfique présence s’est éveillée, et Melissa pourrait bien ne pas être la seule à devoir se faire un mauvais sang… Après avoir donné un petit masterclass en matière de nouvelle d’aventures à la sauce Warhammer dans son Ignorant Armies, publié dans le recueil du même nom, Yeovil se penche sur un genre qu’il maîtrise particulièrement : l’horreur. Et si on ne retrouve pas ici de personnage précédemment mis en scène par l’auteur, mis à part une discrète mention de Geneviève et d’Oswald, l’utilisation du château – abandonné – de Drachenfels comme décor de ce court format à la sauce survival/maison hantée ferait presque illusion, tant ce lieu maudit pèse sur l’ambiance et l’intrigue de No Gold… On parle souvent d’Abnett comme le mètre étalon de la GW-Fiction, et c’est indubitablement vrai pour la production moderne et contemporaine de cette dernière (depuis le lancement de la Black Library, pour simplifier), mais Yeovil aurait fait un concurrent sérieux s’il avait repris du service après la fin de l’aventure GW Books/Boxtree. Ici, l’auteur démontre en quelques paragraphes sa capacité à instiller une atmosphère et convoquer des personnages plus intrigants qu’attachants, faisant de cette nouvelle un authentique page-turner. À un autre niveau, l’intégration d’un rebondissement final à l’intrigue permet de voir « travailler » un scénariste doué, que l’on ait deviné qui était l’antagoniste2 avant le dénouement final – auquel cas, on remarque l’habileté avec laquelle Yeovil entraîne le lecteur sur une fausse piste, en évitant avec maestria le moindre « faux raccord narratif » – ou bien que la surprise joue à plein – chanceux que vous êtes ! Blooding on the cake, on a même droit à quelques éléments de fluff, qui, si on peut douter de leur caractère canonique3 aujourd’hui, apportent une valeur ajoutée supplémentaire à No Gold… Bref, nous tenons ici, près de 30 ans avant que GW ne se lance sur le créneau, la toute première nouvelle de Warhammer Horror, qui n’a pas pris une ride et ferait une pièce centrale de choix dans les anthologies modernes de la BL. Faîtes moi confiance, je les ai lues… 1 : Qui aurait dû se douter que les braves mineurs de Raukner, dont trois virements avaient déjà été interceptés par les ruffians dans des conditions similaires, avaient changé leurs préférences de paiement. Un petit Lydia, ça change tout. 2 : Ce qui était mon cas à la seconde lecture (qui a pris place tellement longtemps après la première que j’avais tout oublié de l’histoire, donc il y avait tout de même un challenge !). Je ne sais pas pourquoi mais j’ai eu une sorte d’épiphanie à la « Entretien avec un Vampire » au moment de la première apparition de la vieille dans la nouvelle. 3 : Friendly reminder que Yeovil a tellement impressionné le patron de l’époque de GW, Bryan Ansell, que ce dernier a arbitré un conflit de background en faveur de l’écrivain. C’est ainsi que Genevieve est restée une Vampire au lieu de devenir une Elfe. The Hammer of the Stars – P. Garratt: Wurtbad, par un petit matin frisquet d’hiver. La cité impériale se réveille dans un état d’effervescence peu commun, du fait de la survenue mystérieuse d’une bande d’exotiques migrants à l’intérieur de ses murs pendant la nuit. L’incrédulité du lecteur, jusque là fermement suspendue au mur avec son consentement formel, s’écrase cependant violemment au sol et éclate en mille morceaux qui partent chacun en moonwalk lorsque nous faisons la connaissance des héros de notre histoire : Peredur Mappavrauch et sa cousine Saskia Whiteflower. Qui ne sont pas les joyeux migrants s’étant matérialisés dans Wurtbad, mais bien d’authentiques et véritables citoyens impériaux, aux patronymes des plus typiques, comme on peut bien s’en rendre compte. Nous en sommes à la cinquième ligne de la nouvelle. Peredur est le fils d’un chevalier défunt (son honneur l’ayant poussé à accepter un peu trop de duels judiciaires comme commis d’office), dont la mère souhaite, assez naturellement, qu’il épouse une carrière d’érudit plutôt que de guerrier. Cela ne l’empêche pas d’aller s’entraîner quand il le peut avec les écuyers locaux, en compagnie de Saskia, un vrai garçon manqué elle aussi orpheline, mais ayant la chance de compter le Graf de Wurtbad comme oncle, ce qui lui permet de ne rien foutre de ses journées à part explorer les souterrains de la ville. Utilisant cette connaissance à bon escient, elle convainc Pepe de l’accompagner jusque dans la basse ville pour assister à la confrontation entre les arrivants et les autorités municipales, assez chafouines de devoir gérer un problème que les murailles de la ville auraient dû traiter. La rencontre, d’abord franchement tendue, entre les deux parties, finit par déboucher sur un compromis fragile : les chefs de la bande de vagabonds, qui prétendent venir en paix, acceptent de prêter serment de bien se comporter au temple de Verena de Wurtbad, ce qui est une garantie suffisante pour le Graf. M’est avis que le gonze est un peu myope, et qu’il a cru avoir affaire à d’honorables Nains, alors que ses hôtes n’étaient pas petits, mais juste loin. Disons cependant un mot des hôtes en question. Au marteau volant et au sanglier d’apparat, nous trouvons N’drug le Fort. Au bâton et au pipeautage magique, please welcome K’nuth le Gros. N’drug a également deux sœurs jumelles assez plaisantes à l’œil, D’vorah et C’tlain, qui se déplacent sur traîneau tiré par des lévriers géants. Bref, c’est probablement la belle famille de Radagast qui a débarqué à Wurtbad, soi-disant pour rendre hommage à Ulric et Taal pendant le jour sacré commun aux deux frères divins : le solstice de printemps. Quand le grand jour arrive, Peredur trouve le moyen de croiser la route de la belle D’vorah alors qu’il se rend dans l’arène où les festivités doivent prendre place. Amouraché par les quelques mots échangés avant qu’elle ne s’éclipse, notre héros à la frayeur de la voir participer au spectacle organisé par les baladins, d’abord en jouant à la funambule sur une corde tirée entre deux tours, puis en partant en saute-bison, Minos-style, jusqu’à ce qu’elle chute lamentablement, forçant le vigilant N’drug à faire usage de son marteau magique pour calmer les ardeurs du ruminant enragé. Le banquet qui s’en suit voit plusieurs choses intéressantes se dérouler. Premièrement, les étrangers insistent très lourdement pour que leurs hôtes leur chantent leurs propres couplets d’un air traditionnel s’appelant L'Énigmatique Chanson des Phoques1, et qui selon la légende permet de guider celui qui fait sens des paroles jusqu’aux sept sceaux enchantés, gardant eux-mêmes le légendaire Marteau des Etoiles. Et d’ailleurs en y repensant, Saskia se souvient d’avoir vu un mural représentant une reine elfique portant un sceau dans les niveaux inférieurs de la ville. Ce qui n’est absolument pas suspect, bien sûr. Deuxièmement, ces mêmes étrangers insistent tout aussi lourdement pour que du vin de Fallerion soit servi à tous les convives, et consomment en grande quantité du piment brun d’Achillesia pour en combattre les effets hypnotiques. Ce qui est absolument normal. Troisièmement, le tuteur de Peredur à l’académie, frère Martin, ne se rend compte du 1) et 2) qu’une fois le mal fait, c’est à dire la secret Wurtbad mixtape partagée et la bibine hypnotique consommée. C’est moche de vieillir. Quatrièmement, le destin de Wurtbad repose désormais entre les mains de Pepe, Saskia et Martin, les seuls locaux à être restés sobres, dans le cas de Peredur parce qu’il s’est engueulé avec N’drug qui l’avait surpris en train de reluquer sa sœur et s’est mis à bouder depuis. À quoi tient le destin d’un héros, parfois. Comprenant que la cité court un grave péril, et que les bateleurs à apostrophes ne sont pas aussi sympathiques qu’ils en ont l’air, le trio infernal court s’équiper au domicile de Peredur – qui hérite pour l’occasion de la magnifique armure de plates manteau2 paternelle – et Saskia, et s’enfonce dans les souterrains de Wurtbad. Après quelques détours sans intérêt, c’est la confrontation finale avec les ruffians, qui viennent de mettre la main sur… un sceau magique ? Non. Le Marteau des Etoiles ? Non ! L’identité secrète des deux Primarques disparus. NON !!! Rien de moins que le bracelet d’infinité de Thanos3, qui, si j’ai bien suivi, était la relique laissée en héritage par Verena dans la cité de Wurtbad, et qui garantissait la protection de la ville contre la magie maléfique. Pourquoi cette relique précieuse n’est pas gardée dans le temple de la déesse, mystère. En tout cas, la protection accordée par cette dernière laisse à désirer, puisque la parole donnée par les baladins dans ce même temple a été enfreinte sans que cela ne leur cause de problème. Avant que N’drug, qui a mis le bracelet malgré les grands « noooooooooon » des Wurtbader et Peredur se mettent sur la tronche, le premier a toutefois la bonté d’expliquer la raison de sa traîtrise. Mais alors, soit que lui ou que Castle, ou les deux, aient été bourrés à ce moment, en tout cas la révélation reste brumeuse. Une fumeuse histoire de disciple d’Ulric qui veut récupérer une arme puissante pour aller combattre le Chaos comme un vrai bonhomme, et n’hésite donc pas à aller se servir chez les citadins mous et gras pour arriver à ses fins. Problème, son essai du bracelet fait sauter les fusibles des torches de la crypte et déclenche l’alarme incendie, ce qui n’est jamais un bon signe. Cependant, il reste convaincu qu’il peut réparer sa boulette en ramenant le sceau au temple d’Ulric de Middenheim et le laissant en chargement jusqu’à l’hiver. Ce à quoi Frère Martin répond que c’est un bracelet magique, par une chaufferette de poche. En tout cas, ça n’aurait pas détonné, au point où nous en sommes. La baston attendue s’engage, et se déroule à peu près comme on pouvait s’y attendre, l’inexpérimenté héros ayant d’abord le dessous face à la force brute de son adversaire, jusqu’à ce que ce dernier fasse une couennerie monumentale (en l’occurrence, frapper tellement fort avec son marteau que le manche se brise, provoquant un retour brutal de la tête chercheuse de l’arme dans le torse de son propriétaire). Saskia profite de la confusion pour menacer à bout touchant N’drug de sa hallebarde. Il décide de jouer au con en tentant de se relever, et se coupe un peu sur le fil de la lame. D’vorah, que tout le monde avait oublié, mais qui était là, comme K’nuth et C’tlain, tombe dans les pommes. Du coup, N’drug s’avoue vaincu, et jette le bracelet en même temps que l’éponge. Le temps pour C’tlain de faire une prophétie à deux balles sur le destin qui attend Peredur, et les forains mal lunés se téléportent hors de la crypte. (En)Fin. La contribution de Peter Garratt à la GW-Fiction, pour limitée4 et obscure qu’elle soit, ne manque certes pas de panache. Manque de chance, cette superbe ne repose ni sur le respect du background de Warhammer, ni sur une intrigue robustement bâtie, comme la lecture des paragraphes précédents vous en auront probablement convaincus. Il n’aurait cependant pas fallu grand-chose à l’auteur, et surtout à ses éditeurs, pour que cette pitrerie assez calamiteuse ne sombre pas dans aussi profondément dans le nanard littéraire (ce qui en fait donc une lecture très distrayante, notez bien) : quelques rectifications sur les noms et histoires des personnages, une relecture critique digne de ce nom pour identifier les manquements béants de la deuxième moitié de la nouvelle en termes de continuité et de logique, et le tour était joué. Au lieu de cela, le lecteur se retrouve plongé dans un univers parallèle qui ressemble à Warhammer Fantasy Battle sans l’être réellement. Et à ce petit jeu là je préfère de loin Blood Bowl à la dimension alternative proposée par Garratt. Bref, faire lire The Hammer of the Stars à un habitué de la BL, c’est un peu comme donner un shot de génépi à un amateur de bière : il/elle reconnaîtra que les deux expériences sont vaguement liées, mais il y a de fortes chances que le choc des cultures soit trop fort pour que le test soit concluant. Je parle d’expérience dans les deux cas. 1 : OK, en vrai c’est la ‘Chanson des Sceaux’. Mais ça a moins de charme. 2 : Elle s’enfile comme une veste. C’est concept. 3 : Vous croyiez vraiment que le gantelet se portait sans accessoire ? Tellement casual. 4 : Et pourtant, il ouvrait grand la porte au retour de Peredur! Comme quoi, il vaut mieux parfois s’appeler Konrad je pense… Pulg’s Grand Carnival – S. Ounsley: Etant né albinos et doté d’une imposante tache de naissance sur la joue, le jeune Hans décide de quitter son Hazelhof natal, où, de toute évidence, il menait une dure et solitaire vie de paria (la triste réalité sociale de l’hyper-ruralité), pour aller tenter sa chance dans la ville du coin, Krugenheim. Il rencontre sur le chemin un vieil homme à l’agonie, blessé à mort par les bandits l’ayant pris en embuscade et délesté de toutes ses possessions de valeur… à l’exception d’une petite flûte en os, que le vagabond remet à son bon et blanc samaritain en récompense de sa sollicitude, non sans l’avoir charrié au préalable sur sa tronche de porte-bonheur (la triste réalité sociale de la grande marginalité). Cette flûte, apprend-t-il à Hans, possède le pouvoir de donner à qui en joue – même mal, et c’est heureux car notre héros, n’étant pas allé au collège, ignore tout de l’art ancestral de la flûte à bec – un contrôle total sur ses auditeurs, qui obéiront aux ordres que le joueur leur donnera par la pensée. Un tel pouvoir ne venant pas sans de grandes conséquences une batterie limitée, le vioque informe enfin Hans avant de clamser qu’il ne pourra utiliser cette capacité que trois fois par an, sans quoi la flûte perdra tout son pouvoir. Ce qui n’empêchera pas Blanco de cramer une utilisation pour humilier deux charretiers qui l’avaient vanné à son arrivée dans la cité (la triste réalité sociale de l’hyper-urbanité), sans doute pour évacuer la déception de constater que sa vie serait très certainement aussi misérable à Krugenheim qu’à Hazelhof. Dans son malheur, qui va en s’accroissant car notre héros fait l’erreur de baguenauder dans le quartier chaud de la ville, où il se fait faire les poches par une bande de soûlards sans compassion pour le neo-citadin, Hans a toutefois la chance de croiser la route d’Hannibal Pulg et de sa Wyverne apprivoisée Folderol, alors qu’ils se rendaient à un rendez-vous professionnel dans une taverne de Krugenheim. Pulg exerce le beau et rare métier de directeur de cirque ambulant, et gagne sa vie en présentant son Grand Carnaval de ville en ville. Remarquant rapidement la complexion peu commune de Hans, il lui propose de rejoindre la troupe, ce que ce dernier finit par accepter, la prospective de devenir un freak de cirque lui paraissant plus attractive que toutes les autres alternatives attendant un albinos sans le sou dans une ville impériale. Accompagnant Pulg à son rendez-vous avec l’honorable négociant en crottin Herr Schickelzimmer, Hans ne met pas longtemps à découvrir que son nouveau boss, pour excentrique et beau parleur qu’il soit, n’a pas que des amis à Krugenheim. Son prospect lui tape ainsi un scandale quand il apprend que les excréments que Pulg souhaite lui vendre proviennent d’animaux fantastiques, et non pas d’honnêtes bêtes de trait1, et un notable local du nom de Grunwald essaie de monter la foule contre l’imprésario, lui reprochant entre autres crimes haineux de vouloir répandre du fumier chaotique sur les légumes Krugenheimer. Ce qui mettrait certainement en péril la certification bio de ces derniers. Ayant réussi à calmer le jeu en distribuant quelques tickets gratuits à la cantonade, Pulg ramène Folderol et Hans jusqu’à son QG, où notre héros fait la rencontre du reste de la ménagerie, ainsi que des autres employés de Pulg, la sarcastique Heidi et l’odoriférant Wolfgang. Dès lors, la situation évolue peu entre nos différents personnages, le Grand Carnaval s’efforçant de subsister malgré l’opposition croissante de Grunwald et ses sbires, qui inventent sans cesse de nouveaux stratagèmes pour exproprier Pulg de ses locaux. Bien qu’il apprécie plutôt sa nouvelle vie, Hans se doute bien que la situation va finir par dégénérer, son patron préférant passer ses soirées à se murger à la taverne plutôt que de prendre la mesure du problème. Quant à Heidi, elle révèle à son nouveau collègue d’autres informations peu flatteuses à propos de Pulg, qui a hérité de sa ménagerie de son père adoptif, un puissant sorcier ayant enchanté tous les animaux du cirque au bénéfice de son fils afin de lui permettre de vivre sa vie. Ce fragile équilibre est rompu lors d’une nuit fatidique, pendant laquelle Grunwald envoie la garnison locale de Chevaliers du Loup Blanc appréhender Pulg sur son lieu de détente. Ayant réussi à s’échapper avec Hans, qui lui servait de chaperon et de « chauffeur » sur le dos de Folderol, il revient au bercail à tire d’aile… mais se retrouve confronté aux mêmes templiers, ayant eu le bon sens de diviser leurs effectifs pour maximiser leurs chances de succès. C’est le moment que choisit Hans pour partir en solo de pipeau, ce qui plonge les chevaliers dans la torpeur, mais brise également l’enchantement de docilité de Folderol, qui rate son test de réaction de monstre et provoque un grand carnage dans l’assistance. Il faudra quelques décharges de tromblon de Pulg, plus pratique que sentimental au final, pour rétablir le calme dans le quartier. Dès lors, tout s’enchaîne rapidement : très intéressé par le pouvoir de la flûte, Pulg parvient à se la faire remettre par Hans, et convainc ce dernier d’abandonner la ménagerie (dont les pensionnaires sont tous devenus sauvages de toute façon2) et Heidi – Wolfgang ayant fini en snack de Wyverne – pour fuir la ville. Le plan n’a cependant pas le temps d’être mis à exécution, les deux fugitifs, habilement déguisés en druides, se faisant cueillir par une patrouille à leur sortie du passage dérobé qu’ils ont emprunté. Heidi, plus attachée à ses pensionnaires qu’elle en donnait l’impression, a en effet passé un marché avec les autorités : permettre l’arrestation de Pulg en échange d’un délai supplémentaire pour quitter Krugenheim avec la ménagerie. La nouvelle se termine ainsi avec un Pulg placé en garde à vue par les Loups Blancs survivants, ce qui ne l’inquiète pas outre mesure grâce à la flûte qu’il a en sa possession, et Heidi et Hans disposant d’une journée pour faire quitter la ville à des bêtes sauvages enragées. Business as usual. Il flotte sur Pulg’s Grand Carnival une atmosphère joyeuse assez rare dans les œuvres de GW-Fiction, ce qui pourra soit attirer, soit repousser le lecteur, en fonction des ses appétences en la matière. Bien qu’accusant son âge de façon visible, notamment à travers les éléments de « background » qu’elle essaie de vendre au lecteur avec autant de flamboyance et de malhonnêteté intellectuelle que son personnage principal (le snotball ?), cette nouvelle n’est pas la plus désagréable des curiosités littéraires commises par GW Books qu’il nous soit donné de lire, et j’irai même jusqu’à dire qu’elle vaut le détour pour les amateurs de Vieux Monde et de second degré. En fait, nous tenons ici la mère de toutes les nouvelles de Blood Bowl, tant dans l’intrigue (Grunwald étant principalement opposé à Pulg car ce dernier veut investir le stade de snotball local pour y donner des représentations) que dans l’esprit, et si vous êtes fans de cette franchise, vous vous devez sans doute de jeter un œil sur Pulg’s Grand Carnival. De façon générale, cette pincée de légèreté (relative, Ounsley incorporant à son récit quelques éléments plus sombres) dans un monde autrement désespéré, et qui a d’ailleurs fini par en mourir, apporte un contrepoint intéressant et bienvenu à la tendance grimdark de la GW-Fiction. Ounsley n’a jamais plus collaboré avec GW par la suite, mais on peut le remercier pour la vision très personnelle, et distrayante, qu’il a eu du monde de Warhammer. 1 : Une des rares occasions où quelqu’un regrette vraiment le bullsh*t de son interlocuteur. 2 : Une preuve irréfutable du degré d’insuportabilité des sons émis par une flûte à bec. The Way of the Witchfinder – B. Craig: La loi est dure, mais c’est la loi. Voici quelle pourrait être la devise des serviteurs de Solkan, le Dieu de la VENGEANCE !!! (mais de la vengeance légale, ce qui est déjà assez tortueux comme concept), dont le culte est, heureusement ou malheureusement, assez peu répandu dans le Vieux Monde, et donc en Bretonnie, où se déroule notre histoire (quelle surprise pour une nouvelle de Brian Craig !). Élève d’un prêtre vieillissant mais aussi inflexible que le manche à balai qui lui sert d’insigne – il appelle ça le Bâton de la Loi, mais c’est pour se donner un style, vraiment – le jeune Florian est envoyé par ce dernier (Yasus Fiemme) passer son grand oral dans la cité côtière d’Ora Lamae, considérée par Solkan lui-même1 comme le test rêvé (et ça tombe bien, car c’est en rêve qu’il instruit son serviteur) pour révéler du bois dont le novice est fait. Emportant avec lui le manche de rechange de son vieux maître ainsi qu’une amulette de pierre volcanique gravée de la maître-rune de Solkan2. Flo part donc pour son stage de fin d’études, prouver qu’il est lui aussi un vrai dur. Arrivé sur place, il ne lui faut pas longtemps pour recueillir une masse de témoignages accablant sur les maîtres des lieux, le gouverneur Bayard Solon et sa fille Syrene, dépeinte par les bonnes gens du cru comme une sorcière hédoniste. Bouillant d’une juste fureur sur son matelas (c’est la coutume de Bretonnie pour les prêtres itinérants de recevoir les fidèles ainsi), Florian se prépare à agir, mais doit avant cela répondre à une convocation provenant de la haute cité. Mené par un page jusqu’au donjon d’Ora Lamae, il se présente devant la perfide Syrene, qui essaie de le dévergonder, mais en vain. La confrontation ne donnant rien, l’enchanteresse téléporte Flo jusqu’à sa paillasse, où il se fait cueillir par la milice locale peu de temps après, et jeter dans une oubliette pour sa peine. Il en faut toutefois plus décourager notre héros, qui, disposant toujours de son fidèle balai en bois d’arbre et de son amulette en pierre de caillou, commence à entonner un chant sacré de Solkan, qui finit par venir à bout de son confinement au bout de trois jours d’efforts. S’en suit une cavalcade héroïque à travers la cité, la vengitude extrême de Florian lui permettant de venir à bout de la garde comme des maléfices tissés par Syrene. Parvenu en haut de la plus haute tour d’Ora Lamae, et alors que la victoire finale et l’ordination de Prêtre de Solkan lui tendent les bras, Florian a toutefois le malheur de se laisser émouvoir par la mine déconfite présentée par son adversaire, qui le supplie de l’épargner. Ce qu’il accepte. Galant, mais intolérable pour Solkan, qui ne tarde pas à faire sentir son déplaisir à sa chochotte de disciple : une vague apparaît à l’horizon3, et se rue sur la cité dépravée. Peut-être est-ce un tsunami divin, peut-être est-ce juste une grande marée (honnêtement, la nouvelle se termine de telle façon que les deux peuvent fonctionner). En tout cas, on peut en conclure que Florian a raté son examen, et je ne pense pas que Solkan fasse passer des repêchages… Un héros envoyé purger une forteresse tombée aux mains de cultistes du Chaos, cela ne vous évoque rien ? Probablement que non. Pourtant, c’est une intrigue que Brian Craig connaît bien, puisqu’elle sous-tend son roman Zaragoz, en plus de cette courte nouvelle, qui a peut-être été pensée comme un premier jet de ce long format. Comme toujours avec cet auteur, le style reste l’intérêt principal d’une lecture de ce The Way of the Witchfinder, dont la progression simple, voire simpliste, et la conclusion servie comme une morale pas vraiment percutante, n’ont pas grand-chose d’intéressantes. On peut toutefois apprécier de voir le culte de Solkan mis au premier plan d’une nouvelle, même de second ordre, le Dieu du Bien Fait Pour Ta Gu*ule n’ayant jamais bénéficié de la couverture médiatique qu’il méritait pourtant pleinement. Une bonne raison pour lui de se venger en détruisant le monde de Warhammer. Vous croyiez vraiment que c’était Archaon ? Ha ! 1 : C’est l’avantage avec les cultes confidentiel : les contacts avec le big boss sont beaucoup plus fréquents. 2 : Sans nul doute « Ճ ». Après tout, ça se prononce « cheh ». 3 : Vous vous demandez sûrement comment Solkan peut commander à l’océan, qui est le domaine de Manann. Moi aussi. *** Lorsque j’avais lu pour la première fois Wolf Riders, il y a de cela quelques années, j’avais été assez déçu de n’y trouver que quelques nouvelles semblables à la production classique de la Black Library, qui constituait alors ma seule référence en termes de GW-Fiction. J’avais toutefois noté que cette minorité (Wolf Riders – sans doute l’une des meilleures nouvelles de Gotrek & Felix publiées – et No Gold in the Grey Mountains) était d’un très bon niveau, et pouvait se comparer avantageusement avec les meilleurs travaux récents de la BL. Mon avis sur les soumissions de King et Yeovil n’a pas changé, mais le temps écoulé depuis cette première lecture, et les nombreux ouvrages parcourus depuis, m’ont mené à adoucir mon jugement sur le reste de ce recueil. S’il me parait évident que Wolf Riders surprendra, et parfois de façon négative, celui qui le considérerait comme une anthologie « classique » de nouvelles se déroulant dans le monde de Warhammer Fantasy Battle, le lecteur averti pourra cependant apprécier l’agréable diversité des histoires, atmosphères et partis pris que se partagent ces huit courts formats. En plus de contenir quelques incunables, et pour une bonne partie de son contenu les seules contributions à la GW-Fiction d’auteurs d’un – quoi qu’on puisse penser de leur compréhension et maîtrise du background de WFB – assez bon niveau, Wolf Riders se permet davantage de fantaisies que son prédécesseur (Ignorant Armies), le caractère humoristique, parodique ou satirique des nouvelles The Tilean Rat, The Phantom of Yremy et Pulg’s Grand Festival ne faisant guère de doute. Avec le recul, on peut s’émerveiller du culot de ces auteurs, qui n’ont pas hésité à donner dans le second degré alors que l’univers pour lequel il écrivait n’en était encore qu’à ses balbutiements d’un point de vue littéraire. On peut y voir le traditionnel esprit frondeur britannique, ou un début de rébellion face à l’intransigeance butée des huiles de GW (voir la chronique de Steve Baxter à propos de cette époque héroïque). En tout cas, Wolf Riders reste à mes yeux une lecture des plus valables, mais définitivement dédiée à un public averti. On n’en fait définitivement plus des comme ça. - Comme d'habitude, les critiques de ces nouvelles, agrémentées d'éléments fluff pertinents, peuvent être retrouvées dans le sujet central dédié. - Schattra, "they see me wolfriding, they hating"
  5. Merci pour les compléments d'information @gilian, et surtout pour le conseil sur La Guerre du Monde de Rynn. On ne peut pas vraiment compter sur la BL pour proposer des choix évidents en matière de rapport qualité-prix à ses lecteurs... Et c'est vrai qu'il y a les deux derniers volumes de Warhammer Adventures qui viennent d'être traduits. Si le cœur vous en dit, vous pouvez donner à Les Secrets des Taus sa chance. Il n'y en avait qu'un (de secret) en VO, et c'était bien assez! Comme la page Coming Soon de la Black Library a été mise à jour pour les sorties de fin Mars et début Avril, j'en profite pour signaler les dates définitives de sortie des deux seuls inédits de la liste: Inferno!#5, avec normalement une nouvelle de Ben Counter sur la Cabale Corvus (si la logique voulant que l'illustration de la couverture soit en rapport avec le sujet de la première nouvelle du numéro), du Guy Haley, du Marc Collins, du Michael Fletcher et du Graeme Lyon, entre autres. Sortie le 11/04. Warriors & Warlords, un recueil de nouvelles 40K mettant à l'honneur, entre autres, Graham McNeill, Rachel Harrison (peut-être la version manuscrite de The Way Out? Même si ce serait plus logique dans un recueil Warhammer Horror) et Guy Haley (To Speak as One?). Sortie le 25/04 en hardback et ebook. Schattra, "en Avril, il va falloir garder le fil"
  6. Merci pour ce retour très complet @gilian. La lecture du Roi Perdu dans Croisade et Autres Récits m'avait également laissé sur ma faim (de loups, évidemment), je suis content d'apprendre comment l'histoire se termine (et se termine vraiment, grâce à ton compte-rendu de la fin de la campagne). J'imagine que la lecture du bouquin donne une autre impression, mais celle de tes résumés m'ont mené à penser que l'action n'avançait au final pas des masses... À la fin du Roi Perdu, j'étais certain que la flotte des Dark Angels était sur le point de se jeter dans la mêlée, mais finalement elle reste en marge des combats pendant une grande partie du livre. De la même façon, la quête pour Logan Grimnar qui ne donne absolument rien, c'est un peu bizarre. Et apprendre que la Grande Compagnie de Redmaw est la raison de la victoire de l'Imperium dans un conflit où les Space Marines étaient déjà très nombreux, ça fait très lupus ex machina à mon goût. La manière dont McNiven fait "traîner" les événements me rappelle les compte-rendus romancés des campagnes mondiales organisées par Games Workshop dans le passé. Je ne serais pas surpris si ces huit nouvelles avaient été publiées à intervalles réguliers au moment du lancement de Warzone Fenris (si lancement il y a eu). Schattra, "la suite au prochain épisode"
  7. Ajout des chroniques des nouvelles du recueil Invocations. The Hunt (D. Annandale) He Feasts Forever (L. Gray) The Healer (S. Shiel) The Growing Seasons (R. Strachan) Supplication (J. Ozga) A Sending from the Grave (C. L. Werner) Flesh and Blood (R. Cluley)
  8. Ajout des chroniques des nouvelles du recueil Invocations. From the Halls, the Silence & The Summon of Shadows // L'Appel des Ombres (D. Annandale) The Confession of Convict Kline (J. Hill) Stitches (N. Kyme) Blood Sacrifice (P. McLean)
  9. Hello tout le monde. La BL commence l'année avec quelques annonces et sorties, relayées par ses newsletters anglaise et française. On va commencer par la langue de Molière: Sortie du 2ème volume The Horus Heresy Collection, qui regroupe les tomes de la série trois par trois. Ici, nous avons donc droit à La Fuite de l'Eisenstein, Fulgrim et Le Retour des Anges. Pas grand-chose à ajouter, si ce n'est que l'ensemble intègre des illustrations en noir et blanc, sans doute les mêmes que celles incluses dans les versions "deluxe" des romans. Trois sorties pour Steve Parker, dont les deux tomes de sa série Deathwatch (Deathwatch et Opération Shadowbreaker), accompagnés d'une réédition (I guess?) du Monde de Rynn (chroniqué ici). Toutes les nouvelles que j'ai lues de Parker me le font considérer comme un bon, voire excellent, élément de la BL, c'est donc plutôt une bonne chance pour le public francophone de pouvoir accéder à ses travaux (à mes yeux). Une autre sortie siglée Crimson Fists, L'Héritage de Dorn de Mike Lee. On peut s'interroger sur le coup de projecteur mis sur les disciples de Pedro Kantor par la BL, les romans de Parker et Lee étant sortis il y a un bout de temps en VO. Je n'ai pas vu d'opération commerciale qui portait sur ce Chapitre en particulier, mais je ne m'y attendais pas vraiment, la traduction française des sorties de la BL étant sans doute le cadet des soucis de GW. And now, in English... On savait qu'il arrivait, et il est maintenant disponible à la pré-commande: le recueil de nouvelles Lord of the Dark Millenium (en espérant que le sous-titre "the definitive short story collection" ne veuille pas dire qu'il n'écrira plus de nouvelles pour la BL!), 100% consacré à Dan Abnett, et compilant 37 de ses nouvelles se déroulant dans les univers de 40K (Fantômes de Gaunt, Eisenhorn, Ravenor, Bequin...) et l'Hérésie d'Horus. À première vue, l'ouvrage a l'air d'être exhaustif (même s'il ne comport qu'une seule nouvelle Brothers of the Snake), et retrace plus de 25 ans de bons et loyaux services de la part d'Abnett. On pourrait simplement regretter que notre homme ne se soit pas fendu d'un petit inédit pour l'occasion! En tout cas, voici un concurrent très sérieux au titre de meilleur recueil de nouvelles publié par la BL, avec un rapport qualité/quantité/prix vraiment favorable (13,99€ en ebook, 22€ en hardback). Dans le détail, voici les titres choisis: En lien avec les dernières sorties de figurines, la BL publie Profit's Ruin (C. L. Werner), la suite des aventures du Kharadron Overlord Brokrin Ullissonn et de son équipage. Enfin, l'inépuisable Josh Reynolds signe un audio drama Warhammer Horror se déroulant au cours d'une soirée mortelle des Royaumes Mondains, ou l'inverse: Darkly Dreaming. Schattra, "to read before WWIII"
  10. Tu m'as provoqué une belle montée de nostalgie avec ta critique @Rhydysann! J'avais lu ce roman il y a une bonne dizaine d'années, et oublié de quoi il parlait. J'en gardais un vague sentiment de contentement, surtout en comparaison de mes autres lectures de l'époque (Curse of the Necrarch, Forged in Battle et série Keeper of the Flame) Tout est revenu quand j'ai vu mention de la famille Kopf et surtout des Halflings tueurs à gages. Et je suis d'accord avec toi : ce roman est une pépite cachée du catalogue de la Black Library. J'espère que ta chronique donnera envie à d'autres de lui laisser sa chance, malgré le fait qu'il soit dur à trouver et jamais traduit. C'est définitivement l'une des publications de la BL qui "récompense" la capacité de lire la VO. J'ai des souvenirs un peu plus clair de celui là. C'est une sorte de 10 Petits Negres entre pèlerins, avec Angelika et Franziskus qui essaient de chopper le tueur, n'est-ce pas ? Très sympa également, notamment parce qu'il montre que Laws est capable de faire quelque chose de très différent du premier tome. Petite remarque cependant : Bientôt la suite j'espère ! Schattra, "10 ans puta*n..." Edit: L'illustration de la couverture est signée Cristopher Moeller.
  11. Et moi je réponds là. Il sortira en VF à la fin du mois de Février (précommande disponible sur Amazon). Comme le dit @Rhydysann, ce n'est pas vers la BL qu'il faut se tourner en premier pour avoir les prochaines sorties françaises de la BL. Les grandes plateformes de distribution sont en position de force par rapport à un "petit" fournisseur comme la Black Library, et ne se soucient pas de respecter leurs modalités et planning de communication. Si tu vas sur le premier post du sujet ci-dessous, tu pourras cliquer sur deux bannières qui mènent sur le site d'Amazon et te donneront les infos les plus fraîches. Schattra les bons tuyaux
  12. Merci pour ton retour @Lami! Les sorties de fin d'année m'ont freiné dans mon élan mais je compte bien m'attaquer à un nouveau bouquin de cette série dans les semaines à venir. Si je trouve d'autres articles intéressants sur le sujet, je les integrerais au sujet. Schattra, le bon vieux temps
  13. Hello tout le monde et bonne année (ça c'est fait)! Passage à 2020 oblige, le futur de la BL a été en partie éclairci via un post sur Warhammer Community aujourd'hui. Je remonte les informations qui me semblent les plus importantes/inédites (certaines annonces étant connues depuis un bail): Le Black Library Celebration 2020 sera plus conséquent ('even BIGGER!') que celui de cette année. La brève est illustrée par une photo de la figurine de Severina Raine, commercialisée l'occasion du BLC 2019. On sait déjà que cette année, nous aurons droit à 2 figurines (un Custodien et une Sœur du Silence du prochain roman de Chris Wraight), et comme le Custodien est techniquement even BIGGER qu'un Commissaire Impérial, ça ne nous apprend pas grand-chose si la BL choisit une approche littérale. On peut espérer que cette progression se traduise aussi d'un point de vue littéraire, ce qui est quand même la première activité d'une maison d'édition. Warhammer Crime sera lancé en Juillet 2020, et ne se concentrera (au moins pour le moment) que sur 40K. La BL a créé une "niche" spécifique pour ce segment: Varangantua. Planète, cité-ruche, vaisseau spatial? On ne sait pas trop ce que c'est pour le moment. On peut toutefois noter que Crime surfe sur la vague récente de sa grande soeur Horror, qui a commencé à lier entre elles les publications 40K/AoS. Pas moins de 10 nouveaux auteurs publieront leur premier roman pour la BL cette année. La brève parle en introduction des Novella Series #1 et #2, sorties en 2018 et 2019... et ne dit rien d'une éventuelle #3. Faut il y voir un simple oubli, une volonté de préserver un peu de suspense, ou une annonce en filigrane d'un arrêt de ce type de publications? Your guess. Moins sexy mais à garder en tête: la BL cherche à se vendre sur de nouvelles plateformes, et vient de conclure un accord pour une diffusion sur Amazon Kindle pour les marchés Canadien et Australien. Pas de mention du fait qu'Amazon spoile les nouvelles sorties beaucoup plus à l'avance que les canaux officiels de GW, mais j'imagine que ces derniers n'ont pas leur mot à dire... Schattra, "c'est tout... pour le moment"
  14. Bonjour et bienvenue dans cette revue critique d’Invocations, le second1 recueil de nouvelles publié par la Black Library pour le compte de Warhammer Horror, segment horrifique de la GW-Fiction. Comme cela avait été le cas pour le premier ouvrage de ce genre (Maledictions), Invocations regroupe une douzaine de courts formats prenant aussi bien place dans les ténèbres du lointain futur que dans celles, tout aussi noires, des Royaumes Mortels. À titre personnel, j’espère bien voir l’Hérésie d’Horus et Blood Bowl faire leur entrée sur ce nouveau terrain de jeu dans les mois à venir, ces franchises n’étant après tout pas moins dérangeantes, glauques et effrayantes que les autres (surtout Blood Bowl, si vous voulez mon avis). Un rapide coup d’œil à la liste des contributeurs de cette anthologie permet d’identifier un autre trait commun entre ce volume et le précédent, à savoir la participation d’habitués de la BL (Annandale – qui s’impose d’ailleurs comme le chef de file d’Invocations, avec pas moins de trois nouvelles à son actif – , Kyme et Werner), de représentants de la nouvelle vague de Nottingham (Hill et McLean), et d’un certain nombre de spécialistes du genre, dont les travaux pour la Black Library se sont pour le moment confinés à ce segment de la GW-Fiction (Gray, Strachan – qui ont tous deux eu une nouvelle publiée dans Maledictions – Sheil, Ozga et Cluley). Il est à noter que quatre des nouvelles incluses dans ce recueil ont été initialement publiées pendant la Warhammer Horror Week, le dernier événement DNC (daily new content) récurrent lancé par la BL, dans le cas présent sur la première semaine de Mai. On peut donc s’attendre à la sortie de nouveaux ouvrages similaires à celui-ci dans les années à venir si Nottingham maintient cette horrible semaine sur son calendrier. Comme cela avait été le cas pour Maledictions, le but de cette revue sera d’identifier les soumissions les plus intéressantes et les plus réussies de ce second volume, en utilisant pour cela le cahier des charges, particulier et exigeant, de l’horreur en littérature. L’enthousiasme d’Annandale pour le genre est-il (enfin) récompensé à sa juste mesure ? McLean réussit-il à faire aussi malsain que son Predation of the Eagle ? Strachan a-t-il rectifié le tir de son trop gentillet The Widow Tide ? Sheil et Cluley ont ils une meilleure connaissance du lore de 40K et Age of Sigmar que Kane ? Autant de questions dont la réponse se trouve dans les pages d’Invocations. Lisez-donc, si vous l’osez… 1 : Troisième si on prend en compte la réédition du Silver Nails de Jack Yeovil. The Hunt – D. Annandale [AoS]: Il y a des réalisations qui peuvent déprimer même le plus optimiste et enthousiaste des individus. Dans notre morne quotidien grimdull, cela peut être le changement climatique, la corruption politique ou la 16ème place du DFCO1. Pour les hardis habitants des Royaumes Mortels, les raisons peuvent s’avérer un peu plus exotiques, comme c’est le cas pour notre héros, le Chasseur de Sorcières Bered Ravan. La déprime de notre fier Répurgateur est en effet causée par le constat implacable qu’une véritable marée de Spectres renfrognés, qu’il est le seul à voir et à entendre, se rapproche insensiblement de lui chaque nuit. À la tête de cet ost sépulcral, une Banshee fort en voix n’en finit plus de roucouler, empêchant Bered de jouir du sommeil réparateur auquel chaque honnête citoyen sigmarite a droit. Bien que notre homme ignore la raison pour laquelle Casper et sa famille élargie en ont après lui, il se doute qu’il a peu de chances de pouvoir plaider sa cause une fois que les ectoplasmes lui auront mis la main dessus, ou plutôt, au travers. Vivant sur du temps emprunté, et ne pouvant que constater à chaque crépuscule l’approche inexorable de ces hordes diaphanes, Bered tire logiquement une tête de six pieds de long, ce qui ne l’empêche pas de répondre à l’appel du devoir lorsque nécessaire. C’est donc avec empressement que l’inquisiteur répond à la sollicitation de la marchande Thevana Pasala, une ancienne connaissance avec laquelle il a rompu toutes relations il y a de cela bien des années, et pour une excellente raison : alors que tous deux servaient dans la milice locale de leur cité natale, Everyth, soumise aux déprédations régulières des bandes chaotiques de la région avant que Sigmar ne lance sa fameuse royaumetada, Bered fit le choix de déserter son poste de défenseur de la forteresse de Grenholm, assiégée par les séides de Nurgle, pour aller rejoindre les Stormcast Eternals fraîchement matérialisés. Thevana, elle, fit honneur à son serment et combattit jusqu’à la chute du bastion, dont elle fut l’une des rares survivantes. Rongé par la honte et le remords, Bered s’est tenu à distance de son ancienne amie pendant des lustres, mais accepte volontiers d’aller lui rendre une visite professionnelle, découvrant avec un soulagement non feint par la même occasion que la belle ne lui tient pas rigueur de son parjure. Voila qui fait la journée de notre homme, la nuit étant, comme dit plus haut, une toute autre affaire. Si Thevana l’a fait venir, toutefois, c’est avant tout parce qu’elle a des preuves de l’existence d’un culte chaotique local, comme l’illustrent les gravures profanes retrouvées au flanc des tonneaux de vivres qu’elle comptait expédier à Mhurghast pour soutenir l’effort de guerre. Comme on peut l’imaginer, ces dégradations païennes ont eu un effet délétère sur la nourriture contenue dans les fûts, et la catastrophe n’a été évitée que de justesse (on suppose que les procédures de rappel de marchandises sont aussi efficaces dans les Royaumes Mortels que dans notre bas monde). Sans piste sérieuse à exploiter, Bered décide de rendre une petite visite au tonnelier fournisseur de sa comparse, qui a la mauvaise idée de ne pas faire de discrimination à l’embauche, suscitant de fortes suspicions de la part de notre intolérant zélote. Ayant fait sortir tout le monde pour mieux pouvoir inspecter l’atelier, Bered se fait surprendre dans ses recherches par un cultiste empressé mais maladroit, que notre héros occit d’un bon coup de torche en pleine tête (le danger d’avoir des cheveux gras…). La fouille du corps révélant un double marquage de cultiste Slaaneshi et de milicien de la forteresse de Grenholm, c’est assez logiquement2 que le Répurgateur opte pour se rendre sur place, afin de se confronter à ce mystère en même temps qu’à son passé… Connaissez-vous Le K, amis lecteurs ? Cette nouvelle du grand Dino Buzzati met en scène un héros passant toute sa vie à fuir l’approche menaçante d’un gigantesque requin (le fameux K), pensant à tort que le squale cherche à le gober, mais réalisant dans ses derniers instants que ce dernier voulait juste lui remettre une perle de bonheur, dont il meurt avant de pouvoir faire usage. Un classique des classiques, que je ne peux trop vous recommander. Il ne vous aura donc pas échappé que The Hunt est la version aos-ée de ce texte fondateur, qu’Annadale adapte à sa sauce et avec malheureusement plus de bonnes intentions que de réussite. Si l’idée de la marée de fantômes pourchassant le héros est ainsi excellente dans le cadre d’une nouvelle Warhammer Horror, car elle apporte une dimension indéniablement angoissante à l’histoire, le twist final est trop rapidement expédié pour que la révélation qui l’accompagne fasse vraiment effet. La faute à mes yeux au choix d’Annandale de rajouter un deuxième coup de théâtre, qui tient plus du coup d’épée dans l’eau, avec la trahison de Thevana, qui, elle faisait beaucoup moins mystère (mais avait été « préparée » de façon assez bancale également). Comme cela arrive parfois avec les auteurs de la BL, l’excès de bonnes choses, ou en tout cas d’idées intéressantes, est parfois un mal, et je pense sincèrement que The Hunt aurait été d’un tout autre calibre si Annadale avait simplifié sa copie. On retiendra également de cette nouvelle l’usage, assez rare mais très sympathique je trouve, de la seconde personne du singulier par le narrateur, qui décrit donc en direct toutes les actions du héros jusqu’à ce que ce dernier fasse sa connaissance. En définitive, et malgré les réserves exprimées plus haut, je crois que nous tenons le texte le plus marquant et abouti d’Annadale à ce jour, ce qui est somme toute logique au vu de l’attrait que notre homme a pour le genre horrifique. Il n’y a plus qu’à attendre le prochain recueil pour voir si les progrès se poursuivent… 1 : Au moment de l’écriture de cette chronique. 2 : Je suis assez généreux avec Annandale ici. Bered saute quelques étapes à mon goût en décidant de délocaliser son enquête sur la foi d’une coïncidence somme toute assez facilement explicable. The Confession of Convict Kline – J. Hill [40K]: Confesseur pénitentiaire rattaché à une prison de haute sécurité du monde ruche de Telken’s Rest, Thanaton passe ses journées à tenter d’extorquer des repentirs sincères de la part des condamnés les plus dépravés de la planète. Cette main tendue vers l’âme des misérables qu’il visite n’a beau pas être systématiquement saisie par ces derniers (en même temps, c’est ‘achement dur de saisir une main avec son âme, à moins d’être un psyker), et la pénibilité de sa fonction être chichement prise en compte par son régime de cotisation retraite, Thanaton sait que sa tâche est aussi noble qu’indispensable, la rédemption qu’il arrive (parfois/rarement) à offrir à ses charges faisant reculer d’autant le risque qu’un accident Warp ne se déclenche, la concentration de sociopathes meurtriers et de cultistes convaincus ayant tendance à fragiliser la frontière avec l’Immaterium. Accompagné de son Servo-Crâne Cithaeron et d’une paire de matons aussi amènes qu’une porte de leur lieu de travail, Thany enchaîne donc les visites privées, supervisant l’exécution sommaire des indécrottables païens et permettant aux pénitents convaincus d’embrasser l’utile et musicale carrière d’Arcoflagellants. Qu’il est beau de voir le monte-charge social à l’oeuvre. Alors que nous suivons notre héros faire vaillamment son devoir au cours d’une journée classique, et traiter une cinquantaine de cas désespérés avec humanité et efficacité, nous arrivons à la dernière cellule du bloc Alpha, où attend un prisonnier particulier à deux égards. Premièrement, le condamné en question, Helleb Kline, est indubitablement et totalement rongé par le remords de ses crimes, et considère son châtiment comme totalement justifié – y compris l’amputation de ses mains et pieds et la fixation de ses moignons par des vis traversantes à sa chaise d’interrogatoire, c’est dire s’il l’a mauvaise. Deuxièmement, Kline, qui a terrorisé le quartier Ecclesiarchique de Telken’s Rest sous le nom du Nightkiller avant d’être appréhendé, servait sous les ordres, comme Thanaton, dont il désire ardemment recevoir le pardon. Le confesseur, peu habitué à un tel accueil, se montre quelque peu soupçonneux envers le grox galeux qui lui fait face, et se livre à un interrogatoire serré du prisonnier afin de s’assurer de la sincérité du repenti. Ses demandes de précisions sur les meurtres commis par Kline, prêtre dévot ayant soudainement développé une hyperacousie psychotique qui l’a mené à massacrer ses bruyant voisins du dessous dans un accès de rage, puis, de portes qui claquent en acouphènes persistants, à devenir le roi de silence le plus tyrannique et sanguinaire jamais couronné ; mènent Thanaton à identifier des anomalies significatives dans le récit du prétendu Nightkiller. La preuve d’une monumentale erreur judiciaire, conduisant à la libération du malheureux mutilé ? Haha, bien sûr que non voyons. Simplement une nouvelle séance de torture pour Kline, qui se fait matraquer électriquement et consciencieusement par les argousins de Thanaton, afin de l’aider à mettre un peu d’ordre dans ses souvenirs. Cette méthode, pour douce qu’elle soit, ne donne pas les résultats escomptés, Kline s’obstinant à s’emmêler les pinceaux et à s’accuser de crimes plus vieux que lui. Son confesseur finit par perdre patience et menace l’hypocrite et/ou amnésique d’une euthanasie sommaire et damnatoire… Hill propose avec The Confession of Convict Kline une nouvelle plus inspirée et mieux réalisée que son seul autre travail précédemment lu par votre serviteur (The Battle for Markgraaf Hive), ce qui n’était, en soit, pas très difficile, mais démontre tout de même une dynamique positive. L’idée « horrifique » déclinée par l’auteur se révèle tout à fait valable et suffisamment clairement intégrée à la narration pour que le lecteur sorte de The Confession… avec une vision claire du but poursuivi par Hill. Comme tout le monde n’y arrive pas au sein de la BL, j’ai pensé qu’il était fair-play de ma part de le souligner ici. On pourrait à la limite regretter la manière un chouilla artificielle avec laquelle l’auteur prépare sa chute1, mais l’ambiance dérangeante propre au genre est bien au rendez-vous, et Hill fait étalage (à quelques reprises) d’une solide technique narrative – comme lors de la scène d’introduction, où la prisonnière que Thanaton finit par faire exécuter par ses gardes se révèle ne pas être Kline, malgré ce que le titre pouvait laisser penser au lecteur. Bref, je ressors de cette confession un peu plus rassuré par le potentiel de la recrue Justin Hill, à laquelle je pense pouvoir accorder, si ce n’est mon absolution, au moins une neutralité bienveillante pour ses prochaines soumissions. Use it well, dude. 1 : « Bon, sans transition aucune, qui est ce mystérieux Valgaast qui apparaît dans votre dossier, Mr Kline ? Vous fracasser la tête sur les montants de votre chaise en baragouinant en flamand n’est pas une réponse convenable, vous savez… ». À noter que le seul Valgaast qui apparaît dans la GW-Fiction à ce jour et à ma connaissance est la ville dans laquelle se trouve ‘The House of Night and Chain’ de David Annandale. Je penchais davantage pour une entité démoniaque, mais peut-être que tout est lié… He Feasts Forever – L. Gray [AoS]: Cuisinier employé à la cour du roi, Dedric mène une vie affairée mais heureuse dans le tumulte et la chaleur de sa brigade d’adoption. La seule ombre au tableau de son existence bien réglée est la relation tendue qu’il entretient avec son frère aîné, une sombre brute du nom de Hodge, qui sert sa majesté en qualité de chasseur. Alors que le roi et son armée, de retour d’une longue campagne, se préparent à faire bombance dans leur château, Hodge se présente avec une nouvelle prise, un jeune cerf que Dedric n’a d’autre choix que de caser tant bien que mal dans un garde-manger déjà plein à craquer, son frangin n’étant pas connu pour sa patience ou son empathie. Plus tard, alors qu’il prépare la carcasse (sur son temps libre), il est interrompu dans sa tâche par un garçonnet apparemment captivé par l’art de la marinade de jarret et de la préparation du bouillon à l’os. Les ravages de Top Chef. Intrigué par cet invité mystère, qu’il ne se souvient pas d’avoir croisé auparavant, Dedric s’entend dire par ce dernier qu’ils se sont pourtant déjà rencontrés sur la Route Orientale, ce qui dit vaguement quelque chose à notre héros. Cette conversion a au moins le mérite de faire réaliser au marmiton qu’il n’a bizarrement que peu de souvenirs de sa vie avant son arrivée dans le château. Les ravages d’Alzheimer. Décidant d’en avoir le cœur net, Dedric s’ouvre à Hodge à ce sujet, récoltant une fraternelle clé de bras et une menace de mort pour sa peine (ce qui était à prévoir), mais également la confirmation tacite que ce dernier a également la mémoire qui flanche à propos de son origin story. Cette confrontation fait remonter d’autres souvenirs, assez déplaisants, à Dedric, qui revit des bribes d’une orgie de protéines crues, ingérées de manière contrainte en compagnie d’individus répugnants. Et, non, ce n’est pas d’une session de all you can eat dans un sushi shop miteux du 13ème arrondissement dont il est question ici… De retour dans sa cuisine, Dédé croise à nouveau le mystérieux garçon, qui se montre cette fois un peu plus prolixe dans sa conversation, et finit par cracher le morceau (ce qui est particulièrement dégoûtant dans un endroit où la nourriture est stockée) à son interlocuteur… Lora Gray poursuit l’exploration des côtés sombres des factions d’Age of Sigmar avec une nouvelle bien pensée et tournée, tirant le meilleur parti de la cruelle et terrifiante illusion collective qui frappe les Flesh-Eaters Courts. Comme dans Crimson Snow, Gray ne se montre pas avare en détails macabres et gores, ce qui est ce que l’on attend d’une nouvelle de Warhammer Horror, et donc tout à fait approprié (mais bien dégueu tout de même…). On pourra seulement reprocher à cette solide soumission que sa révélation centrale, le soit justement de façon littérale. La mindblowing révélation qui frappe Dedric arrive en effet aux deux tiers du récit, débouchant sur une longue « conclusion » qui à mon sens n’apporte pas grand-chose à ce dernier. Je fais ma fine bouche, mais s’il y a bien une nouvelle où cela est approprié, c’est sans doute He Feasts Forever (superbe titre, au passage). Stitches – N. Kyme [40K]: Bucher est un médecin militaire rattaché au 66ème Valgaast, et, de son propre aveu, plutôt mauvais dans l’exercice de ses fonctions. Confronté à un afflux constant de blessés et de mourants, le Doc’ fait de son mieux pour sauver les patients placés sous sa charge, mais les résultats sont loin d’être à la hauteur. En plus des déficiences professionnelles et de l’alcoolisme patent de notre héros, le fait que les braves Gardes Impériaux de Valgaast soient confrontés à des cultistes de Nurgle n’augmente évidemment par leurs chances de survie, en plus de nécessiter des désinfections régulières à coup de lance-flammes. Ayant été témoin d’un cas désespéré de parasitisme infectieux, Bucher reprend ses fonctions quelques jours plus tard, toujours marqué par cette expérience traumatisante, mais également anxieux d’arriver à améliorer ses statistiques de mortalité, qui sont, justement, un peu trop mortelles (ce qui est plutôt une mauvaise chose, convenons-en). Le médecin redoute en effet que son incapacité chronique à sauver la vie des ses camarades de régiment ne pousse sa hiérarchie à le muter en première ligne et à donner son poste à l’un de ses sous-fifres, ce qui constituerait une évolution professionnelle regrettable. Malheureusement pour lui, et en dépit de ses meilleurs efforts, l’incompétent Bucher (ou le très compétent boucher) termine sa garde sur un 0/7 peu probant, aucun des blessés transférés dans son bloc n’ayant survécu. Ce terrible constat d’échec est interrompu par un bruit particulier, semblable à un poisson échoué se débattant sur le sol. Une brève inspection des locaux permet au Dr Mamort d’identifier la source du problème : un poumon égaré derrière un brancard, qui, extraordinairement, semble respirer. Pris d’une inspiration subite, et allant à l’encontre de toutes les règles d’hygiène les plus élémentaires ainsi (et c’est beaucoup plus grave au 41ème millénaire) que de tous les enseignements du culte impérial, Bucher ramasse l’organe, et décide de le greffer sur le cadavre de son dernier patient, dont le décès a justement été causée par une insuffisance respiratoire. Bien évidemment, l’opération est un succès, et le soldat Gruemann revient d’entre les morts quelques minutes après la fin de l’opération, et est renvoyé au front par un Bucher incrédule mais ravi. Persuadé d’avoir été béni par l’Empereur, et bénéficiant d’une réserve conséquente d’organes dans laquelle piocher grâce aux nombreux Valgaastiens tombés au champ d’honneur depuis le début de la campagne, Bucher se mue en Dr Strange du Militarum, réussissant à remettre sur pied tous les cas, mêmes les plus désespérés, qui lui sont envoyés, grâce l’animation miraculeuse des pièces détachées organiques qu’il conserve dans son cabinet. Ces brillants états de service attirent l’attention du Colonel Rake, qui remercie Bucher en affectant à son service un aide soignant du nom de Renhaus… ce qui est bien la dernière chose que notre héros souhaitait. Sans doute conscient au fond de lui même que ses nouveaux talents sont un chouilla suspect, Bucher jalouse également Renhaus, qui, lui, est véritablement compétent. La cohabitation entre Jekyll et Hyde ne dure cependant pas longtemps, Bucher assassinant, puis découpant, Renhaus alors que ce dernier cherchait la source d’un bruit particulier, que le bon Docteur ne voulait absolument pas qu’il trouve. Cet équarrissage frénétique et psychotique terminé, Bucher réalise que la base est devenue très calme, les canons du poste de commandement s’étant tus pour la première fois depuis le début des opérations. Cherchant à comprendre la cause de cet armistice, il sort de son bloc et monte à la surface, où il ne peut que constater que le régiment n’est plus constitué que de Zombies de la Peste, Colonel Rake compris. Réalisant que ses opérations miraculeuses ont permis la propagation de l’infection que le patient 0 – celui colonisé par un immonde ver solitaire, et incinéré par ses camarades en début de nouvelle – portait, Bucher finit sa carrière et sa vie entre les mains de ses anciens patients, décidés à se faire une petite partie de Dr Maboul pour passer le temps. Comme quoi, l’acharnement thérapeutique peut avoir des conséquences vraiment négatives… That’s it folks ! Après des années et des dizaines de nouvelles variant du moyen au comiquement mauvais, je pense que nous tenons avec Stitches le meilleur court format de Nick Kyme à ce jour, et, chose appréciable, il est plutôt bon en plus d’être supérieur à ses autres soumissions (ce qui n’était pas un gage de qualité intrinsèque, comme exposé ci-dessus). Cet huis-clos macabre et sanglant bénéficie en effet d’une atmosphère glauque particulièrement efficace, faisant la part belle aux illusions de grandeur d’un héros minable mais de bonne foi, auquel on peut simplement reprocher d’avoir fait passer son intérêt personnel avant le bien commun. Sans défaut manifeste tant sur le fond que sur la forme, et beaucoup plus inspiré que la moyenne Kymesque, Stitches est sans aucun doute la nouvelle de cet auteur que je conseillerais à tous ceux qui voudraient découvrir ce dernier (avant de leur recommander de ne pas aller plus loin, sauf peut-être pour Blueblood). Qu’il soit donc solennellement acté que je n’aurais pas dit que du mal de la prose de Nick Kyme dans mes critiques, ce qui démontre bien que la persévérance (et la résilience) est toujours récompensée. J’espère bien que je n’aurais pas à attendre 2024 pour tresser d’autres lauriers à notre homme, même si je me garderai bien de le considérer comme tiré d’affaire d’un point de vue littéraire. Pour rester dans la continuité de cette nouvelle, le patient Kyme est sorti des soins intensifs et a été placé en observation, dans un état grave mais stable. The Healer – S. Shiel [AoS]: Guérisseuse itinérante, Mère Zinka traverse le Great Parch dans sa petite roulotte, prodiguant des soins aux nécessiteux des villages et hameaux isolés qui parsèment sa route. Lorsque son aide est demandée par la jeune Adirene, dont le père a contracté une méchante bubonite, Zinka n’hésite pas une seconde à faire halte chez les affligés, où elle parvient à chasser le mal tourmentant le brave homme d’une imposition des mains parfaitement exécutée. Tout à leur joie de constater la rémission inespérée du moribond, les villageois ne remarquent pas que la guérisseuse repart d’un pas las se reposer dans son mobil home après s’être dissimulé le visage sous un châle1. Témoins de l’efficacité de l’infirmière libérale, les Aqshyiens n’hésitent pas à la solliciter pour qu’elle les guérisse de leurs propres maux, ce que Zinka ne peut refuser de faire. Seul le forgeron Konrath fait figure d’oiseau de mauvais augure, questionnant tout haut la source des pouvoirs de leur hôte, et prévenant ses concitoyens qu’ils auront à payer le prix de ces soi-disant miracles. Le séjour de la bonne Mère s’éternise donc, chaque session de thaumaturgie laissant la praticienne affaiblie, et nécessitant une nuit de repos complet dans sa caravane, d’où elle ressort fraîche et dispose le lendemain matin, prête à soulager la misère du monde. Cet échange de bons procédés trouve toutefois une conclusion tragique lorsqu’une famille provenant d’un village voisin arrive sans crier gare pour exposer son cas à la Mère Zinka. Profitant de l’absence de cette dernière, Adirene, fascinée par le personnage et convaincue que sa vocation est de devenir l’apprentie de Zinka, se glisse jusque dans la roulotte de la voyageuse, où elle est persuadée de trouver le secret de ses pouvoirs… Débuts réussis de la part de Steven Shiel avec cette histoire de pacte méphistophélique à la sauce Age of Sigmar, suffisamment bien exécuté pour que la non-surprise de sa conclusion (il est rapidement évident que Mère Zinka dissimule un lourd secret) ne vienne pas ternir le plaisir de lecture. En particulier, j’ai trouvé l’idée de la foi dévoyée en Sigmar de la protagoniste être une très bonne inclusion de la part de Shiel : il est somme toute logique que des Sigmarites cherchent à gagner les bonnes grâces de leur divinité tutélaire pour devenir des Stormcast Eternals, qui ne sont rien de moins que des demi-dieux immortels (ce qui est un statut intrinsèquement supérieur à celui du péquenot moyen), et que certains prennent des décisions un peu trop extrêmes dans leur quête de reconnaissance. La figure de Mère Zinka, guérisseuse totalement dévouée à sa cause et objectivement bonne, sauf à l’encontre du fils qu’elle a choisi de sacrifier pour le bien commun3… mais pas seulement, est particulièrement réussie, et met parfaitement en lumière l’impossible manichéisme du culte de Sigmar. 1 : Cela aurait été gonflé de la part d’anti-vaxx de faire un procès en laïcité à leur sauveuse. Tous coupables aux yeux de la République vous êtes, mauvais citoyens. 2 : Le sujet commence à se dévorer lui-même, en commençant par les morceaux les plus tendres, tels que les yeux. 3 : Le syndrome de Münchhausen par procuration peut prendre des proportions invraisemblables dans les Royaumes Mortels. Blood Sacrifice – P. McLean [40K]: Après les événements traumatiques de Baphomet (Baphomet by Night, que votre serviteur n’a pas encore lu au moment où cette chronique est écrite), le Caporal Cully et le 45ème Reslian, respectivement héros et régiment préféré de McLean (No Hero, Predation of the Eagle) servent maintenant sur le monde ruche de Voltoth, où ils se préparent à défendre la ruche Lemegeton contre les assauts d’une Waaagh !. Pour le moment, et en attendant Godork, les braves bidasses s’occupent à creuser des latrines et autres activités réglementaires mais pas très fun, sous les ordres du Sergent Kallin, remplaçant (f)rigide du défunt Rachain. Au hasard d’une innocente discussion avec ce bon vieux Lopata, dans tous les bons plans (et pas uniquement parce qu’il est le trafiquant du régiment), et promu lui aussi au rang de Caporal, Cully se laisse embarquer dans une expédition clandestine à l’arrière des lignes impériales, où un contact de Loppy est prêt à mettre le prix pour obtenir la livraison à domicile d’un colis mystérieux. Notre héros endeuillé accepte donc de partir en balade après la fin de son service, en compagnie de quelques vétérans triés sur le volet, dont les têtes connues Varus (la scout la moins efficace du monde, aperçue dans No Hero) et Steeleye (la sniper défigurée et morveuse – mais ce n’est pas vraiment sa faute – de Predation of the Eagle). Après une marche d’approche rapidement expédiée et sans grand intérêt, notre mauvaise troupe parvient sur les lieux du deal, qui se trouve être une sorte de clinique abandonnée, et donc absolument pas creepy pour commencer. Pas du tout. J’insiste. Prudence étant mère de sûreté, les livreurs Deliveroo approchent en formation de combat, et se font accueillir par un duo de Serviteurs aides soignants très possessifs de leur territoire. La rencontre se passe aussi mal que l’on peut l’espérer, et notre escouade subit ses premières pertes (dont le soldat Tarran, ce qui illustre bien le fait que le fluff est toujours la première perte à 40K), même si les coriaces Reslian parviennent à se débarrasser de leurs assaillants après une période de flottement initiale. Les choses ne se passant certes pas comme elles étaient sensées le faire, et avec déjà deux morts violentes à justifier auprès de l’état-major à leur retour, nos héros décident malgré tout de pousser leur chance un peu plus loin, et fouillent les ruines à la recherche du contact de Lopata. En chemin, alertés par des cris de souffrance déchirants, ils découvrent un malheureux citoyen de Legemeton en plein processus de transformation en Serviteur, sans lobotomie ni anesthésie préalables. Ayant mis fin au calvaire du quidam, les vertueux Gardes Impériaux décident de tirer cette sombre et sanglante affaire au clair, et de démanteler cette sinistre entreprise avant de repartir vers leur caserne. Des intentions louables, qui ne seront pas récompensées à leur juste valeur… Grimdark, vous avez dit grimdark ? Comme c’est put*in de grimdark ! McLean offre à ses personnages du 45ème Reslian une sortie de piste aussi brutale que sinistre, et donc tout à fait appropriée pour une soumission Warhammer Horror. On ne peut que compatir avec nos braves bidasses, dont la transition des aventures vers le nouveau segment horrifique de la BL, alors qu’elles avaient commencé classiquement par du 40K lambda, les a condamnés à un sort peu enviable. Leur auteur et bourreau met avec ce Blood Sacrifice un point final sanglant à ce petit arc narratif (sauf si Cully fait une apparition à la Agun Soric dans une prochaine soumission, ce que je ne lui souhaite pas), qui se sera révélé de bonne qualité et aura donné un contrepoint d’une noirceur et d’un nihilisme conséquents aux aventures, autrement plus héroïques, des Fantômes de Gaunt. Si on peut reprocher à Abnett de ne pas savoir tuer ses héros (une règle de base dans l’écriture romanesque), cette réprimande ne peut pas être adressé à McLean, preuve à l’appui. Je plains les futurs protagonistes de notre homme, en même temps qu’il me tarde de les connaître, car leurs vies ne risquent pas d’être de tout repos… 1 : Dans ce contexte, comprendre qu’ils transforment leurs patients en infirmes. The Growing Seasons – R. Strachan [AoS]: Dans un coin perdu de Ghyran, au fond d’une vallée isolée du reste du Royaume, une petite communauté humaine vit dans une simplicité heureuse et le respect des commandements vitaux (et pas des commandements de Vitoo, qui sont un peu différents, mais restent dans l’esprit1). Nous faisons la connaissance de la famille du chef spirituel de nos braves péquenauds, Fletch, alors que ce dernier se prépare pour aller prendre sa place dans ce qui peut être décrit comme le carnaval local : la Procession Féconde. Déguisé en Grand Chasseur Vert, qui semble être un cosplay très poussé d’Orion, Fletch mène ainsi les fidèles dans une balade autour de la vallée, jusqu’à arriver devant l’Arbre des Libations, qui doit être dûment arrosé2 afin d’honorer les traditions centenaires assurant à la Vallée Cachée sa prospérité. La cérémonie est toutefois interrompue avant son terme par l’arrivée d’un individu titubant et nauséeux, qui se trouve être Eilert, le fils fugueur de Fletch, ayant précédemment quitté la maison familiale et son village natale pour explorer le vaste monde, à la grande honte de ses parents. Le voici donc revenu en ce moment décisif, et si certaines voix s’élèvent pour que le déserteur soit chassé séance tenante (on a la rancune tenace dans les campagnes), Fletch et Hedda (femme d’icelui) se laissent convaincre d’héberger le fils prodigue, au moins le temps qu’il se refasse une santé. Dans la confusion, les ruraux s’en retournent à leurs masures sans avoir uriné sur arrosé l’Arbre des Libations, ce que Fletch prend plutôt à la rigolade. Evidemment, cet oubli aura des conséquences fâcheuses, et notre héros s’en voudra longtemps de ne pas avoir pris les cinq minutes nécessaires au respect de la tradition (je parie que sa vessie était pleine à ce moment, en plus). Quelques mois plus tard, et alors que les récoltes sont prêtes à être lancées, Fletch est appelé à conduire un nouveau rituel pour débuter la saison de la Ferveur : le sacrifice d’une chèvre au milieu des champs en grains de la vallée. Préoccupé par la réintégration, pourtant assez réussie, d’Eilert dans la communauté, notre héros doit également composer avec, oh comme c’est étonnant, quelques cas d’une nouvelle maladie dont ni l’origine, ni l’antidote, ne sont connues. La cérémonie se passe cependant très mal, et pas que pour la chèvre, qui déverse un torrent d’asticots au lieu du sang attendu lorsque Fletch lui fait rendre gorge. Ce très mauvais présage, confirmé quelques jours plus tard par la perte de l’intégralité de la récolte, qui pourrit sur pied et se fait dévorer par des nuées d’insectes, n’est pas sans provoquer des remous parmi les villageois, d’autant plus que les cas de maladies se déclarent de plus en plus rapidement. Dépassés et effrayés par la situation, les bouseux souhaitent s’en remettre aux bonnes vieilles méthodes, comme l’incinération de sorcières (ils sont moyen chauds pour s’en remettre à un bouc émissaire, après le foin causé par le dernier), ou à défaut, le lynchage d’étrangers, Eilert dans le cas présent. Ayant réussi à calmer, au moins pour un temps, les velléités sanguinaires de ses concitoyens, et convaincu ces derniers que la meilleure solution à leur problème était de se mettre en quarantaine et d’éviter de prendre des douches (ce qui est à la fois merveilleusement altruiste et parfaitement suicidaire), Fletch n’a plus qu’à espérer que la situation va s’améliorer. Spoiler alert. La situation ne s’améliore pas. Au contraire, la riante petite vallée se transforme petit à petit en Zombieland, forçant les rescapés, de moins en moins nombreux et de plus en plus paranoïaques, à prendre des mesures drastiques, comme enfermer chez eux les villageois trop atteints par le mal en attendant qu’ils crament leurs derniers PV. Dans ce cauchemar permanent, Fletch a au moins le réconfort de pouvoir compter sur une famille unie, jusqu’à ce que son deuxième fils, Peer, fasse une poussée de Nurglisme aiguë, annoncée par une thelaziasis de mauvais augure. Pour ne rien arranger, un groupe de péquenauds désespérés décide de purger l’infection en bastonnant les individus suspectés d’avoir provoqué cette dernière, ce qui n’exclut pas grand monde au final. Flecht parvient tout juste à épargner le gourdin à Eilert, mais doit se résoudre à s’appliquer sa propre médecine et à s’enfermer avec ses proches dans leur maison… Pour sa deuxième soumission pour le compte de la Black Library, cette fois dans un format un peu plus conséquent que son initial The Widow Tide, Richard Strachan livre une version pestiférée des Quatre Saisons, qui, si elle s’avère plus aboutie que son travail précédent, n’est pas non plus, à l’instar du mystérieux Eilert, exempt de tous soupçons. En sa faveur, retenons une narration maîtrisée, la descente dans l’horreur de la Vallée Cachée, vue à travers les yeux de Fletch, se déroulant avec une implacable logique, depuis les discrets signes avant coureurs négligés par les personnages jusqu’à l’annexion totale et définitive de ce coin de Ghyran par les promoteurs de Papy Nurgle. D’un autre côté, on peut se demander si tout cet espace était nécessaire – autrement que pour instiller au récit une ambiance désespérée, s’entend – à l’aune de l’intrigue simpliste qui sous-tend ce récit. Car, oui, celui que tout indique comme le coupable est coupable, et comme notre héros est trop borné pour remonter sa piste, cette pourriture d’Eilert aura la partie facile du début à la fin de la nouvelle. Cela aurait pu se comprendre si Strachan avait donné au lecteur autre chose d’intéressant, comme une explication sur la manière dont le cultiste s’y est pris pour contaminer toute la vallée, mais rien de tel ne sera explicité3. Bref, plus de forme certes, mais pour la substance, nous n’y sommes toujours pas. 1 : Comme tromper son mari/sa femme avec 16 personnes différentes. Très bon pour le brassage génétique. 2 : Comme Strachan décrit le tronc comme marqué par des centaines d’années d’offrandes et que la procession s’arrête tous les cent mètres pour que ses participants boivent un coup, on ne m’ôtera pas l’esprit que la consécration de l’arbre passe simplement par un coup de goupillon (procédé tellement peu naturel). 3 : La relecture de la nouvelle m’a de plus fait noter que des fleurs aux formes suspectes étaient présentes dans l’écosystème local (et connues des villageois, puisque leur guérisseur recommande de les suspendre à la porte des maisons pour combattre l’infection) avant le retour d’Eilert. Du coup, une explication sur qui a fait quoi et comment n’aurait pas été de trop. Supplication – J. Ozga [AoS]: Meet your hero, Jondo1 : esprit libre au sein d’une tribu de libres penseurs, il a rompu tous liens avec sa famille et ses amis pour aller vivre avec son crush dans une petite maison construite de leurs mains dans les profondeurs sauvages de Ghur. Protégés par les pouvoirs de dissimulation de la donzelle (Jando, du coup), le couple a vécu heureux pendant des décennies, jusqu’à ce que la maladie, puis la mort de sa femme entraîne chez Jon une crise existentielle bien compréhensible. Témoin des changements affectant la région, et de la progression d’une sorte de pourriture incurable, dont sa femme, plus sensible que lui à cette malédiction, n’est qu’une des victimes, notre héros décide d’aller rendre une visite de courtoisie à ses proches – qui ne le sont plus vraiment –, après avoir donné des funérailles dignes de ce nom à son aimée (il fout le feu à leur maison, égorge tous leurs animaux, et part avec le crâne de Jan à la ceinture : pretty brutal). Signe d’une démence déjà bien prononcée, ou des pouvoirs persistants de la défunte enchanteresse, Jon entend la voix de sa femme dans sa tête, et les deux peuvent dialoguer de temps à autre, comme au bon vieux temps. Après quelques journées, et autant de pages, de trek bucolique dans un paysage de plus en plus marqué par ce que l’on ne peut qualifier que d’influence chaotique, Jon finit par rencontrer les premiers habitants de la vallée où le reste de sa tribu s’est installée, il y a de cela fort longtemps. Et, horreur et consternation, la procession qu’il voit déambuler sur la route est constituée de junkies Slaaneshi de la pire espèce, ce que notre hardi et vieux bûcheron ne peut supporter. Il faudra toute la diplomatie post-mortem de Jan pour le convaincre de ne pas foncer dans le tas avec sa cognée, combat qu’il aurait eu du mal à remporter malgré toute sa vaillance. Un peu plus tard, après avoir échappé à des arbres carnivores, Jon tombe sur une Démonette donnant une représentation du Lac des Cygnes au bord d’une rivière. Destiné à devenir le f*ckboy du démon et/ou à rejoindre son orchestre de choristes coralliens, il n’est sauvé que par l’intervention décisive (du crâne) de sa femme faisant comprendre à la petite débauchée démoniaque que Jon est déjà pris. La tentatrice laisse donc partir notre héros à regret et reprend ses entrechats, non sans lui avoir promis qu’un destin de toute beauté l’attendait. Mauvais cygne pour mauvais signe, si vous voulez mon avis… Pour ses débuts au sein de la Black Library, Jake Ozga choisit de s’écarter des chemins battus stylistiques de la maison, et de livrer une copie un peu moins « terre à terre » que la moyenne. Depuis les personnages non nommés jusqu’à la large part dédiée aux descriptions par rapport à l’action, en passant par le rythme contemplatif de la narration, Supplication est à mon avis assez proche de ce que pourrait produire Brian Craig s’il débutait dans la GW-Fiction de nos jours. Ayant un faible pour les mises en scènes intrigantes des Royaumes du Chaos, j’ai été plutôt gâté avec cette nouvelle, qui n’est pas avare en manifestations démoniaques et dérangeantes, bien qu’elle se déroule en théorie en Ghur. Seule la conclusion, que j’ai trouvé un peu faible, de cette histoire est venue ternir une performance autrement très solide de la part du nouveau venu Ozga, qui semble bien parti pour apporter un peu de variété aux récits autrement assez standardisés de la BL. 1 : Par convention, Ozga ne révélant pas les patronymes de ses personnages. From the Halls, the Silence – D. Annandale [40K]: Appelée au chevet du Prêcheur Tabin Garanthias, qui sent la mort arriver et souhaite faire une dernière confession avant rejoindre la droite de l’Empereur, l’Inquistrice Evenya Kaelstrop de l’Ordo Malleus parvient, après quelques difficultés1, à trouver la piaule du mourant. Cela est plutôt gentil de sa part, car, comme elle le fait remarquer à son hôte après être arrivée, ce n’est pas vraiment le boulot de la Sainte Inquisition d’écouter les auto-critiques des sujets impériaux, fussent-ils, comme pour notre ami Tabin, des saints en puissance. Mais Garanthias, après être passé par une phase de désorientation sévère relevant la gravité de son état2, a le bon goût de préciser que la confession qu’il a à faire est de celles qui intéressent les Ordos. Et notre homme sait de quoi il parle, ayant lui même servi comme acolyte inquisitorial au début de sa carrière. Attaché à l’Inquisiteur Herod Nestyr de l’Ordo Malleus, dont toute trace a disparu de Winquipedia (le wiki spécialisé et ultra confidentiel de l’Inquisition), le Prêcheur accompagna son maître – dont il était le seul suivant, à croire que les restrictions budgétaires touchent aussi les hauts fonctionnaires impériaux – sur la planète de Solus afin d’investiguer sur des allégations anonymes de corruption de la famille régnante, les Strock. Une fois n’est pas coutume, Nestyr laissa son acolyte prendre connaissance du dossier afin qu’il se forge une opinion personnelle, donnant à Tabin une idée précise de l’affaire. À peine arrivés, les enquêteurs eurent la désagréable surprise d’être invités à dîner par une autre lignée locale influente, les Montfor, illustrant par là même que leur venue sur Solus n’avait pas été aussi discrète qu’ils souhaitaient qu’elle fût. Peu enclins à passer une soirée à discuter le bout de gras – qui est justement le plat typique de la planète, et une autre raison d’éviter les réceptions officielles de Solus – avec des hôtes à la réputation aussi sulfureuse que celle des Strock était immaculée, Nestyr et Tabin posèrent un lapin aux Montfor, et optèrent à la place pour un premier repérage de la demeure de leur suspect, la Gouverneur planétaire Garwinn Strock. Quand on sait que la bicoque en question s’appellait Malveil, et se situait dans la ville de Valgaast, on comprend rapidement que les choses vont mal se passer pour nos intrépides enquêteurs… Les choses commencèrent en effet à tourner au vinaigre lorsque Nestyr, plus sensible, ou plus psychiquement affûté, que son sous-fifre, fût pris d’une crise d’angoisse au niveau du portail de la bâtisse. Revenu dans sa planque, il prit le parti de retourner seul à Malveil pour tenter d’y voir plus clair sur la nature du mal demeurant dans ces vieilles pierres, soupçonnant fortement une présence démoniaque de hanter la demeure. Et il ne parlait pas de Stéphane Plaza. Laissé seul comme un chihuahua dans le triplex de Paris Hilton, ou un enfant McCallister le lendemain d’un départ en vacances, Tab’ a attendu, attendu, mais Nestyr n’est jamais venu (il a pourtant sifflé tant qu’il a pu). Pour ne rien arranger, les affaires de son maître disparaissent subitement alors qu’il avait à son tour pris le chemin de Malveil (avant de réaliser que c’était complètement con de le faire à un moment où il ne pourrait pas dissimuler sa présence), et personne ne semble se souvenir que Nestyr ait été présent pour commencer… Déterminé à retrouver la trace de son patron, Tabin finit par se rendre pour de bon à Malveil, où il réussit trois tests de Commandement successifs (un pour chaque signe flippant laissé par le démon domestique à son attention : un portail qui s’ouvre tout seul, la rosette, puis le manteau de Nestyr laissés en évidence sur son chemin) avant de craquer lamentablement et de s’enfuir en courant3. Cette fuite emmènera notre héros à quitter la planète, puis l’Ordo Malleus, sans tarder, et débuter une carrière dans le Ministorum à l’autre bout de la galaxie, sans jamais avoir la certitude que la présence maléfique de Malveil avait lâché sa piste pour de bon. D’ailleurs, la confession de Tabin n’est pas plutôt terminée que la porte du presbythère claque très fort, distrayant Kaelstrom juste assez longtemps pour que le vieil homme disparaisse corps et bien (il n’en avait qu’un : la rosette de Nestyr) à son tour dans un abominable hurlement d’effroi. À son retour dans la chambre du prêtre, plongée dans un silence de mort, l’Inquisitrice ne peut que constater la volatilisation de Tabin et de son badge de dresseur Pokémon, sans doute happés par un Fantominus made in Warp. Hello silence my old fiend… Annandale s’exerce à un nouveau type d’horreur avec ce From the Halls, the Silence (très bon titre d’ailleurs), et met en scène une présence démoniaque dont on ne saura finalement pas grand-chose, et que l’on ne verra jamais à l’oeuvre, dans une nouvelle empruntant à des classiques tels que Le Horla (l’antagoniste invisible et omnipotent). Et bien que le premier réflexe du lecteur habitué de la BL (le mien en tout cas) soit de regretter que la nature du persécuteur de Tabin ne soit pas explicitée, ce qui aurait été logique pour un récit prenant place dans un univers où les démons sont aussi précisément connus que Warhammer 40.000 (alors que les écrivains du 19ème siècle pouvaient s’en tirer avec une vague mention du diable), j’en suis venu à considérer avec un peu de recul que ce mystère sert le propos d’Annandale plus qu’il ne l’affaiblit. En tout état de cause, il donne envie de lire The House of Night and Chain, auquel From the Halls… est intimement lié, afin de savoir si le destin, sans aucun doute funeste, de l’Inquisiteur Nestyr est révélé, et d’en apprendre plus sur le mal qui rôde dans Malveil. Bref, une soumission solide de la part de David Annandale, et d’autant plus si on l’aborde avec des yeux « neufs ». À bas les augmétiques, pour une fois. 1 : Il est probable que le monde de Caligo, où se déroule notre histoire, n’est pas encore passé à la 5G. En même temps, attendre une connexion rapide dans une ville qui se nomme Stagnum, c’est peut-être faire preuve d’un trop grand optimisme. 2 : Comment expliquer sinon qu’il s’inquiète que l’Inquisitrice ait des doutes à son égard… Alors qu’il est la personne qui l’a faite venir. Les ravages de la vieillesse 3 : En même temps, au vu de la tournure prise par les événements, les seules choses qui pouvaient attendre Tabin à l’intérieur étaient soit un démon sadique et assoiffé de sang, soit un Inquisiteur ayant terminé un strip tease intégral. Aucune option n’était tentante. A Sending from the Grave – C. L. Werner [AoS]: La petite ville de Sigmarograd vit dans la terreur d’un tueur mystérieux, laissant derrière lui les cadavres de ses victimes complètement carbonisés. Isolée dans un marais fétide dont les eaux saumâtres attirent (de façon assez peu intuitive je dois dire) les comètes d’Azyr, ce qui a fait la prospérité de la cité, Sigmarograd se retrouve fort dépourvue maintenant que le light gheist s’en est (re)venu. Après avoir branché un honnête chercheur de fer pour se faire la main, le disjonctueur s’est mis à hanter les rues de la ville, avec un attrait particulier pour les membres de la famille Petrovovich. Nous suivons les événements se dérouler aux côtés d’Ivana, la testeuse de métal (assayer) municipale, dont l’affection, réciproque mais contrariée par des parents peu amènes, pour l’un des Petrovovich (Vassili), va placer malgré elle au cœur de l’intrigue. Espérant toujours le retour de son promis, engagé dans les armées de Sigmar depuis maintenant dix ans, Ivana semble être protégée des déprédations électriques de l’esprit vengeur, que ni la milice locale, ni les arquebusiers Duardin envoyés par la Guilde Ironweld protéger ses fournisseurs (et ses intérêts, par la même occasion), ne parviennent à mettre hors d’état de nuire. Quand le Knight-Incantor Arnhault (déjà aperçu dans Sacrosaint, et donc reforgé de frais) arrive à son tour à Sigmarograd pour poursuivre son enquête sur les effets débilitants de la Reforge sur les Stormcast Eternals, les pièces du puzzle ne tardent pas à se mettre en place. Le sagace Arnhault parviendra-t-il à mettre fin aux ravages de son « ancien collègue », sans que ce dernier ne fasse de nouvelles victimes civiles, et en apprenant un peu plus sur la déperdition d’énergie et de mémoire qui frappe les Elus de Sigmar à chaque passage à la case l’enclume départ ? Pas évident… Pas évident du tout… A Sending from the Grave m’a laissé avec un sentiment mitigé. Si Werner – à présent lancé dans une parenthèse russophone, après ses péripéties japonisantes – sait toujours comment embarquer le lecteur dans ses récits, cette nouvelle aurait à mon sens gagné à être plus courte et plus directe dans son approche. En premier lieu, la présence d’Arnault au casting ne tombait pas sous le sens, et tient plus du caméo raté1 que de l’arrivée du chevalier blanc. D’autre part, cela aurait donné une chance à la révélation finale sur laquelle Werner a bâti son récit de surprendre le lecteur. Au lieu de ça, le suspens est grandement éventé au fil des pages, et des révélations et supputations que les personnages émettent au fur et à mesure que le bodycount progresse. Si on ajoute à cela le fait que l’auteur n’apporte aucun nouvel élément fluff sur la malédiction de la Reforge, qui constituait, ou aurait dû constituer, si nous sommes honnêtes, la partie la plus intéressante de la nouvelle, la déception l’emporte largement. 1 : Peut-être encore marqué par sa propre Reforge, le Knight-Incantor se plante dans les grandes largeurs, le piège qu’il conçoit pour attirer le light gheist à lui ne fonctionnant pas des masses, et conduisant son « appât » à une mort peu enviable, juste avant que le Stormcast déformé – plutôt que réformé – n’aille se suicider sur un tas de caillou. Flesh and Blood – R. Cluley [AoS]: La vie est dure pour les habitants de Broken Cove, ville portuaire des Iles Trois Fois Maudites (Thrice Cursed Islands) du Royaume de Shyish. En plus des émanations délétères qui recouvrent fréquemment la cité, et apportent la pourriture pulmonaire (lung-rot) aux malheureux qui les respirent, le voisinage est également un problème, les goules de l’Île Muette (Mute Island) toute proche considérant les dodus et juteux citoyens de Broken Cove avec un sinistre intérêt. C’est pour cela que les autorités municipales ont institué un système de redevance charnelle, à travers lequel les malades, infirmes et vieillards de Broken Cove sont envoyés en pension sur l’Île Muette afin d’apaiser les appétits carnassiers des Mordants qui y résident. Ce système, dont notre héros, Loukas, est une des chevilles ouvrières, du fait de son rôle de takerman, a fonctionné pour un temps, jusqu’à ce qu’un beau matin, les goules décident de partir en virée au supermarché d’en face (il y a de grandes chances qu’elles le voient de cette manière en tout cas), et débarquent au port de Broken Cove depuis le navire qui était censé leur apporter le dernier chargement d’invalides. Surpris, comme tous ses concitoyens, de la tournure prise par les événements, Loukas n’a d’autre choix que de prendre ses jambes à son cou, s’il veut garder les unes comme l’autre intacts. Dans une reprise post-apocalyptique de « Oh ! J’cours tout seul » (William Sheller1), notre maton à mi-temps se battra (un peu, et autant avec des goules qu’avec une milicienne dont il a eu la mauvaise idée de « recruter » le paternel quelques semaines plus tôt) et se cachera (beaucoup), en essayant vaguement de trouver les deux seules personnes qui comptent à ses yeux : la vendeuse de fleurs Amberyn à laquelle il faisait du bringue, puis, par défaut, sa vieille môman malade, dont il a dissimulé l’état pour ne pas qu’elle soit elle aussi envoyée en cure sur l’Île Muette. Malheureusement pour eux, Loukas s’avère être plus doué en phrases de dragueur beauf qu’en maniement des armes, et l’arrivée d’un groupe de goules passablement affamées jusqu’à son appartement du second étage2 viendra mettre un terme à ces touchantes retrouvailles de façon définitive. They only hit until you die. // After that you don’t ask why… (cos u ded) Bizarre et inaboutie nouvelle que ce Flesh and Blood, avec lequel Ray Cluley signe des débuts contrastés pour la Black Library. Si le propos est indéniablement horrifique, dans la frange gore du concept, le lecteur se retrouve face à de nombreuses questions sans réponses après avoir fini cette soumission, qui tient plus de la course poursuite (perdue par le héros) dans The Walking Dead que du récit d’aventures dans les Royaumes Mortels. Ainsi, on ne saura pas pourquoi ni, surtout, comment (les cartes montrant bien la distance entre les Îles Trois Fois Maudite et l’Île Muette3) les goules se sont rendues à Broken Cove, qui est la Matriarche qui mène ses troupes, et pourquoi elle tient tant à allaiter un enfant humain (ce qui ne se passe pas très bien, comme on peut l’imaginer), ou plus généralement, quels sont les tenants et les aboutissants de l’intrigue. Mis à part Loukas, les autres personnages convoqués par Cluley apparaissent et disparaissent sans avoir d’impact sur l’histoire, à l’image de l’évanescente Amberyn, que l’on ne verra jamais vraiment de la nouvelle, ou la milicienne (non nommée) qui se fritte avec et contre le héros pendant un tiers du récit, avant de se faire boulotter hors champ par la random ghoul. Bref, et à moins que Cluley ne se décide à approfondir un peu plus son sujet avec ses prochaines soumissions – ce qui risque d’être difficile, tous ses personnages finissant Flesh and Blood littéralement estomaqués – je reste franchement sur ma faim. Un comble. 1: S’il avait choisi « Je marche seul » (Jean-Jacques Goldman), la nouvelle aurait duré 3 pages. 2 : C’est forcément le second étage. La chanson est formelle. 3 : À moins que Cluley ait confondu les cannibales dégénérés d’Age of Sigmar et les piratesses de Requiem. The Summons of Shadows – D. Annandale [40K]: Hakob Maltenus est un adepte de bas niveau sur le monde ruche en déréliction de Fumus, vivant seul depuis vingt ans et le « recrutement » de sa femme (Velya) et de ses fils jumeaux (Ballan & Ulys) dans les rangs de… la Garde Impériale, je suppose – même si l’intérêt de cette dernière d’intégrer des gamins de 10 ans dans ses rangs reste à prouver – alors que lui a bénéficié d’une exemption en raison de son corps de lâche et sa santé fragile. Quand on vous disait que c’est tous des planqués à la fonction publique territoriale. Quoi qu’il en soit, 20 ans c’est long, et il ne se passe pas un jour pendant lequel Hakob ne pense à sa famille disparue (surtout à Velya pour être honnête, il n’arrive plus trop à différencier les jumeaux), entre deux compilations de rapports aussi inutiles qu’obsolètes. The Imperium Dream en quelque sorte. Cette monotone mélancolie est interrompue de la pire des façons lorsque Hakob se met à ressentir la présence de ses êtres chers, et plutôt en mode Resident Evil que Casper. Distrait dans son travail par ces sinistres épiphanies à répétition, notre scribe asthmatique finit par mettre la main sur un document faisant état de la destruction du vaisseau dans lequel sa smala a embarqué il y a bien longtemps, victime d’une grossière erreur administrative ayant conduit à l’explosion de ses réacteurs plasma. Sans doute un travail bâclé par un vacataire peu concerné, moi je dis. En tout cas, cette réalisation laisse notre héros tout chose, puisqu’elle signifie que non seulement il ne reverra plus jamais ses femme et enfants (il continuait à espérer, le faible), mais en plus, que ces derniers sont morts de la façon la plus stupide et inutile possible, et pas en servant l’Immortel Empereur sur le champ de bataille, comme il se le représentait. Bref, grosse ambiance sur Fumus. Alors qu’il rentre chez lui après avoir terminé son service, Hakob continue de voir apparaître ses chers disparus à l’angle des rues ou au détour d’un virage, toujours de manière vaguement menaçante et totalement angoissante. Les préliminaires s’arrêtent lorsqu’une présence indistincte mais indubitablement hostile commence à se rapprocher en grognant de notre héros, qui tape alors son meilleur sprint (ce qui ne doit pas être fameux) pour aller s’enfermer dans la chambre vide de sa maison vide, pas pour écouter une symphonie ou regarder passer les oiseaux servo-crânes, non, mais pour échapper à un destin qui finira pourtant par le rattraper… et le manger. Vous vous en doutez, le poursuivant de Hakob n’était autre que l’esprit vengeur de ses proches, fusionnés dans une triplette mutante assez grotesque, et assez peu satisfaite du pater familias. Les repas de famille alors, quelle corvée parfois… Publiée à l’origine dans le White Dwarf de Mai 2019 (et traduite en français sous le nom de L’Appel des Ombres), The Summon of Shadows est un très court format (7 pages) où la forme prend assez logiquement le pas sur le fond. Pour une histoire d’horreur, cela veut surtout dire qu’Annandale a intégré à son texte le plus d’éléments creepy possibles, avec une thématique spectrale fortement mise en avant. Si on ajoute à cela l’auto-clin d’œil qu’il fait à The House of Night and Chain avec une mention de Valgaast, où se déroule l’intrigue de ce roman, il ne reste guère de place pour traiter des questions aussi importantes que : « Pourquoi/comment les esprits de la famille de Hakob lui apparaissent-ils subitement ? », « Pourquoi lui en veulent-ils, alors qu’il ne semble être responsable ni de leur conscription, ni de la destruction de leur vaisseau ? », ou encore « Si la « matérialisation » des esprits dans un corps matériel fait suite au souhait formulé par Hakob, cela veut-il dire qu’il est un psyker, ou bien y a-t-il une tierce partie maléfique (et un peu troll) à l’oeuvre ? ». En définitive, on peut sans doute affirmer qu’Annandale aurait mieux réussi son coup s’il avait disposé d’un peu plus d’espace pour cadrer son récit, le choix de la vague présente menaçante (From the Halls, the Silence) ayant ses limites. Petite consolation pour les anglophones, j’ai trouvé le texte un poil meilleur en VO, comparé à la VF proposée dans le White Dwarf en question, qui sonnait trop artificielle pour que l’ambiance dérangeante esquissée par l’auteur prenne vraiment. L’horreur est un genre délicat… *** En guise de conclusion, reconnaissons à Invocations, et à travers lui, à la gamme Warhammer Horror, une progression nette par rapport au recueil initial (Maledictions). La qualité globale de cet opus m’a ainsi semblé sensiblement supérieure, et, si je dois confesser que J. C. Stearns détient toujours la palme de la nouvelle horrifique la plus réussie de la GW-Fiction avec The Maraudeur Lives, Invocations contient de bien solides soumissions (He Feasts Forever, Stitches, Blood Sacrifice, The Healer, Supplication). Une autre qualité de ce second volet est l’absence de travaux « décevants », état de grâce dont son prédécesseur n’avait pas bénéficié. Ainsi, et contrairement à ce que le line up proposé me faisait craindre, Invocations n’inclut que des nouvelles variant du « respectable » au « réussi », et constitue de ce fait le choix le plus judicieux pour qui souhaite donner sa chance à la littérature d’horreur made in Black Library. Attendons de voir si le dernier tome de cette trilogie fondatrice (Anathemas, Mars 2020) relève encore davantage le niveau… Autre signe d’une plus grande maturité, ou en tout cas, d’une plus grande ambition de la BL par rapport à son nouveau terrain de jeu, les liens, plus ou moins évidents, établis entre les histoires se déroulant dans l’univers de Warhammer 40.000 (les mentions faites à Vargaast, où se trouve The House of Dark and Chain de David Annandale) et celles prenant place dans les Royaumes Mortels (Mhurghast, le Castle of Blood de C. L. Werner). Il est trop tôt pour établir si nous en resterons au stade du simple clin d’œil, ou si un effort éditorial plus conséquent sera entrepris par la Black Library pour créer une sorte de « meta-univers » horrifique dans chacune de ses franchises majeures, mais nous sommes quoi qu’il en soit en présence d’une initiative que je trouve louable. Plus solide sur le fond et doté d’une (pour le moment positivement) intrigante unicité, Invocations marque donc une progression nette par rapport à son prédécesseur. On ne peut qu’espérer que l’ouvrage fera lui aussi l’objet d’une traduction française dans les mois à venir, comme cela a été acté pour Maledictions, afin que le public francophone puisse poursuivre son immersion dans les eaux troubles et glauques de Warhammer Horror. Schattra, "let's call it a year" .
  15. Ajout des chroniques du Black Library Advent Calendar 2019 : Reflections in Steel (C. L. Werner) Strong Bones (M. Fletcher) The Age of Enlightment (D. Guymer) Skull Throne (J. Ozga)
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.