Jump to content
Warhammer Forum
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt
Sign in to follow this  
Naya

Fluff à la cool et primarque

Recommended Posts

Une bonne petite base pour modifier l'histoire des primarques est de regarder ce que sont devenus les custodes.

A l'origine ils étaient purement humains, avec un uniforme pour le moins particulier. PUIS ils ont été "über space marinisés" en devenant plus grands plus forts et plus dorés que les SM déjà surhumains.

 

Et en vrai ce serait assez drôle d'imaginer les primarques comme des mutants et des psykers carrément borderline et ralliés à l'Empereur par la négociation et la magouille car ça pourrait atténuer un point noir de l'HH dans les romans : la connerie de l'Empereur et de ses actions douteuses.

 

Mais bon, ça ne change pas grand chose en réalité. Et il semble quand même que les primarques doivent au moins être élevés au niveau des SM physiquement (via des implants), puisque les SM ont traversé l'histoire, eux (même si là encore ce serait drôle d'imaginer que leur taille et leur puissance physique et mental ont évolué avec le temps via l'expérimentation et qu'ils sont devenus de moins en moins humains au fil du temps).

 

Après, bon, comme déjà dit le chaos existe à 40k, la magie avec, et les navigateurs sont des mutants stables consanguins et indispensables... commencer à "rabaisser" tel ou tel point du fluff n'a pas forcément beaucoup d'intérêt ^^.

Et il serait tout à fait possible de réarranger l'histoire des primarques tout en les gardant comme ils étaient à la base, mais en "effaçant" les bouquins de l'HH pour écrire des relations plus complexes et intéressantes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, Magnifique a dit :

Si on prend l'idée de Naya, ça ne me pose aucun problème... si on m'explique que c'est le dogme de son Chapitre/Régiment/Secteur etc et qu'on me brode une justification à ça. En gros si on me dit qu'ils sont en désaccord avec l'histoire officielle parce que "X"... ça me gêne si, et seulement si, le fluff de la personne en fait une vérité générale venant remplacer celle du jeu car se faisant il contredit le FLUFF et mon fluff (après ça ne m'empêche pas de dormi mais ça me fait blablater ). Pour moi, le postula de son fluff doit rentrer en opposition/lutte avec celui du "canon" et pas le remplacer purement et simplement.

 

Je me souviens du récit de la rencontre de l'empereur avec Leman Russ par un joueur SW au cours d'une bataille à 8 joueurs SM contre SMC (on a même pas fait semblant de faire un scénario crédible, vous pensez bien. Ambiance de potes). Bref, il nous explique comment Leman et l'Empereur ont fait un concours de « qui pisse le plus loin ».

 

Réaction d'un autre SW : « Ouais, trop vrai, trop la classe »

Réaction des autres SM : « M'ouais.... »

Réaction des SMC : « [Se roulent par terre en se foutant de la gueule des SW et de leurs histoires bonnes pour des dégénérés accrocs aux froliks] » (c'est du troll entre pote, de bonne guerre)

 

Et bien on a passé un bon moment figurez-vous, ça a égayé notre journée. On incarnait vraiment nos factions. Quelqu'un avait-il vraiment raison ? Non, on jouait notre rôle, et le fluff nous le permettait sans qu'on perde en cohérence. Si j'avais été SW, j'aurai dit « ouais, trop vrai ».

 

Si demain, j'affronte un SM et que je joue un serviteur de Lorgar des WB en prince démon qui a la dégaine de Sainte Célestine (un peu limite mais admettons), il va me dire :

— Ahh ! Vil faquin de Lorgar qui accuse mon Empereur d'être faux ! Mort à l'hérétique... » et tout cela est très convenu.

Alors au lieu de répondre « les dieux du chaos sont les vrais dieux » et lui donner raison, je vais chercher à effectivement agir en hérétique et taper sur ses convictions..

— Mais ton Empereur est aussi un dieu du Chaos, celui du fanatisme stupide et dévôt. Moi je ne sers personne mais j'accepte la nature chaotique du monde. J'essaie de sauver l'humanité de votre folie.

Est-ce bête que mon seigneur le prétende, voir le pense ? Pas tant que ça. Est-ce qu'il a vraiment définitivement tord ? J'aime à penser que les deux sont de mauvaise foi.

Le vrai intérêt est le suivant, la prochaine fois que mon adversaire me traitera d'hérétique, il le pensera de tout son coeur. Il va peut-être même faire une erreur et perdre en voulant absolument tuer mon mec tellement son hérésie l'a agacé. Et ça, c'est du fluff. Et il y aura pas de rancune, parce qu'il n'y a pas de « vraie bonne version ».

 

Il y a 10 heures, Inquisiteur Thorstein a dit :

[...]

Après, bon, comme déjà dit le chaos existe à 40k, la magie avec, et les navigateurs sont des mutants stables consanguins et indispensables... commencer à "rabaisser" tel ou tel point du fluff n'a pas forcément beaucoup d'intérêt ^^.

Et il serait tout à fait possible de réarranger l'histoire des primarques tout en les gardant comme ils étaient à la base, mais en "effaçant" les bouquins de l'HH pour écrire des relations plus complexes et intéressantes.

[ok avec ce qui précède]

Ça « rabaisse » les figures des primarches au niveau des Sébastien Thor ou des Macharius.
Je suis pas d'avis d'effacer les mauvais bouquins. On se contente de prendre les morceaux bien inspirés et mettre le reste de côté (comme on le fait très bien avec les jeux vidéos de la licence d'ailleurs, pourquoi on accorde plus de crédibilité aux livres ?). Et c'est même bon que certain prennent des morceaux de fluff qui nous paraissent incohérents, on peut se taunter autour de la table.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Inquisiteur Thorstein a dit :

Et il serait tout à fait possible de réarranger l'histoire des primarques tout en les gardant comme ils étaient à la base, mais en "effaçant" les bouquins de l'HH pour écrire des relations plus complexes et intéressantes.

 Une sorte de fiction à la Dornian Heresy? J'achète! On pourrait appeler ça la Naya Heresy? Nayan Great Crusade? ;)

 

Les primarques pourraient prendre un rôle plus ambigus, comme Guilliman avec ses 500 Mondes. Son ralliement à l'Empereur pourrait être plus nuancé, disposant déjà d'un petit empire à lui ou avec comme objectif de prendre la place de l'Empereur.

De même certains comportements de l'Empereur prendraient plus de sens: sauvetage d'Angron et son traitement indigne (Hop, l'Empereur récupère un mutant dont l'ADN pourrait être intéressant ou la technologie des griffes du boucher). Ou encore Magnus dont il planifie l'encoffrage dans le Trône d'or etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, NonoChapo a dit :

Remettre en question un fondamentale serait de dire que les primarques n'ont pas du tout existé, sous aucune forme, ni d'humain, ni de général, ni de sur-homme boosté, ni d'une création génétique-mystique, une pure invention de propagande, là c'est sure c'est plus dure de garder une cohérence avec la trame GW.

 

Il y a 14 heures, Naya a dit :

(j'ai marqué ça avant de voir le message au-dessus, qui fait carrément plaisir)

 

Le 13/04/2019 à 19:24, Naya a dit :

Est-ce que l'empereur n'aurait pas juste adopté 20 chenapans qui envoyaient du pâté sur les planètes qui se sont ralliées, et le reste ce serait de la désinformation ? Est-ce que cette lecture a déjà été proposée et parait-elle intéressante pour ce qu'elle ouvre ?

 

C'est un peu ça quand même, non ? Ou alors, on n'en est vraiment pas très loin :D 

 

"L'Empire a été fondé par un Empereur sur-humain (voire, pas vraiment humain) qui s'est génétiquement créé 20 fils pour reconquérir les étoiles, et plus principalement les mondes humains isolés par des tempêtes immatérielles résultant de la chute des Aeldari, anciens "maîtres de la Galaxie" dont les excès ont mené à la naissance de Slaanesh et à une ouverture pour le Chaos entre l'Immaterium et le Materium."

 

Ca, à mon sens, c'est un des fondements (voire, le fondement principal) de l'univers de W40K. Si on le modifie, même en partie ("L'Empereur n'est qu'un simple humain", "les Primarques ne sont pas ses fils sur-humains génétiques", "les SMC sont juste des gars déguisés et le Chaos n'existe pas", "les Aeldari ne sont pas une ancienne civilisation victime de ses propres excès", ...), on change d'univers parce que, justement, on l'élague de sa mythologie (et un univers sans mythologie n'est pas un univers complet, à mon sens).

 

L'exemple avec Solo et Greedo, c'est du détail. Par contre, réduire les Jedi à des prêcheurs de bonne-aventure qui se défoncent avec des substances leur permettant de manipuler l'esprit des gens, ça, ça toucherait à un des fondements de l'univers de Star Wars.

 

L'univers de W40K a ceci de particulier qu'il s'est développé de manière ouverte et anarchique, en même temps que les sorties et versions du jeu. A partir de quelques idées de base (dont celle qui, en un court paragraphe, expliquait que la moitié des Primarques, fils génétiques de l'Empereur, s'était retournée contre son père en emboîtant le pas à Horus), l'univers, tant dans sa partie "mythologique" (30K) que "pragmatique" (40K), a évolué et s'est enrichi (au fil de dizaines et dizaines de romans et suppléments écrits par des dizaines et dizaines de personnes différentes, bien qu'estampillées officielles par GW). Les frustrations liées à des choix effectués sur des événements longtemps laissés libres à l'imaginaire de chacun, voire à la révision/retour en arrière sur certains concepts/événements sont probablement le prix à payer de ce mode d'évolution. C'est un défaut, mais une force aussi ...

 

Parallèlement, GW a toujours poussé ses clients à utiliser leur imaginaire, que ce soit côté fluff ou modélisme (voire, même, règles à certains moments). Il est donc possible de trouver, ça et là, des personnes qui jouent avec des règles/codex modifiés (voire inventés), des Space Marines à tête de Skaven, ou des versions alternatives de l'univers (l'Hérésie Dornienne, par exemple). Mais pour partager le tout globalement (i.e. avec d'autres personnes que celles de son microcosme), il faut quand même un référent commun, ce qui nécessite d'être capable d'aligner ses figurines avec les règles officielles, d'accepter que des Skavens ne soient pas considérés comme des Space Marines et de s'accorder sur les fondamentaux de l'univers tel qu'il est actuellement présenté.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

C'est un peu ça quand même, non ? Ou alors, on n'en est vraiment pas très loin


Euh, non on est à l'opposé, moi je dis que remettre un fondamentale c'est dire que les primarques n'ont jamais existé du tout ! Ce n'était pas des créations de l'empereur, pas de grand généraux, pas des humains, pas des pingouins, pas des cailloux, rien du tout à part une propagande inventé par l'Imperium et donc la remise en question de beaucoup, beaucoup de chose dans l'univers de 40k.

Dans le cas de @Naya , si j'ai bien compris la propagande est de faire croire qu'ils sont une création ex-nihilo de l'empereur alors qu'en faite c'était des Humains incroyables, exceptionnels qui ont reçu des améliorations génétiques et une place de grand généraux au sein des armées de l'Imperium, que l'on appellerai primarque.

Ca ne change strictement rien à tous le reste, ils étaient 20, 2 ont été effacé des archives, 9 se sont rebellés et 9 autres ont protéger l'Empereur, il survit à peine, le chaos, les eldars, le warp ect tout est là ! C'est juste que le fluff officiel serait de la théologie afin d'appuyer le côté "Divin" de l'empereur ! Donc dans le fluff officiel, la propagande de l'Imperium fait croire que les primarques ont été créer par l'Empereur comme ses fils, une part de lui, des fils de dieu si tu préfères. Une création bien au-delà de  la simple manipulation génétique utilisé pour les Custodes, SM et Guerrier Tonnerre, ce qui fait déjà de lui un grand scientifique, mais la propagande des primarques fait de lui un Dieu créateur.

Naya propose que même les primarques soient une amélioration génétique, un poil supérieur au custodes, dédié à des Humains déjà hors norme avant toutes modifications ;) Tous le reste ne s'en retrouve pas bouleversé pour autant. Ca déifie un peu l'Empereur, d’ailleurs il rejette l'idée des Dieux et d'en être un.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous vous rendez compte que ce sujet est dinguement intéressant ?

A défaut de pouvoir servir réellement, il propose quelques concepts auxquels il est amusant de réfléchir un peu...

C'est quoi l'hérésie Dornienne ? Une fan fiction ?

 

Si vous voulez, je pense qu'il pourrait être marrant de considérer le fluff V1 (si je me trompe pas) comme véridique face au fluff moderne.

Si j'ai bien compris, les Space Marines étaient à l'origine juste des soldats abreuvés de "bio-chem" et de "psycho-chirurgie", pas génétiquement modifiés et pas si "religieux" qu'aujourd'hui.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'hérésie Dornienne est une version de l'hérésie où les roles sont inversés. Dorn est l'archi hérétique, les Ultramarines font secession et huit légions se tournent vers le chaos. Les anciens renégats deviennent loyalistes. Bref, c'est le monde à l'envers ^^. Mais c'est assez bien narré.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'Hérésie Dornienne (il me semble) est une fan fiction où, en gros, ce serait Dorn qui aurait trahi l'Empereur et Horus qui serait resté loyal... après je pense que ça va plus loin que ça car j'en ai toujours entendu que du bien mais la dernière fois que je me suis penché dessus elle était seulement en anglais et je n'avais pas le niveau 😋

 

A titre personnel ça me gêne de remettre en cause les origines des Primarques car c'est toucher à la mythologie, dans un univers où la mythologie est réelle. On est dans une fiction SF où les dieux existent, la magie etc... (et c'est assez rare pour être noté, car quand la SF fait dans le surnaturel on sombre très souvent dans le verbeux, le mystique et les interrogations philosophiques fumeuses (et n'est pas Herbert qui veut), l'avantage de 40k est qu'on reste dans le jubilatoire et le défoulatoire si on le souhaite). Remettre en question les origines "divines" des Primarques, c'est pour moi se passer volontairement de ce qui fait l'attrait de l'univers. C'est un peu comme le film Troie avec B.Pitt, une histoire normalement indissociable de la mythologie où il y en à pas une once et qui se veut réaliste... ça donne un film quelconque.

 

Faire des Primarques les fils de l'Empereur ça renforce le mythologique mais surtout la dramaturgie du récit... c'est l'histoire d'un père trahi par ses fils, une fratrie qui se déchire jusqu'au meurtre, les jalousie du quotidien qui prennent des proportions cosmiques, c'est le drame familiale à l'échelle intergalactique, tous on un rôle à jouer et aucun n'en ressort indemne etc...c'est du Shakespeare, un schéma classique qui a fait ses preuves et pose tous les enjeux et côté fondateur de l'Hérésie. Si les Primarques ne sont que 20 généraux, sans lien entre eux et avec l'Empereur on perd une grand parti de l'impact de l'histoire, on a juste un despote quelconque qui fait face à une guerre civile. S'ils sont des humains dans toute leur "fadeur" on à juste une lutte de pouvoir entre gars avide qui voulaient être calife à la place du calife, ça devient banal hormis l'échelle du conflit, s'ils sont sont quelconques, leurs motivations et leurs agissements le deviennent aussi.

 

De plus, les origines des Primarques créé tout le paradoxe, ce sont des "non-humains" qui sont placés à la tête de l'humanité... ils sont à la fois plus et moins que ceux qu'ils doivent protégé et leur perfection et la raison même de leurs lacunes. Le fait qu'ils soient tellement au-dessus des hommes et de leurs considérations fait que pour certains d'entre-eux ils perdent complètement pied et échouent à remplir leur rôle et c'est là le drame... au contraire d'un homme normal, les Primarques savent pourquoi ils existent, pourquoi ils sont là ils ont un rôle, un but, qui les défini et s'ils se révèlent inaptes ou faillibles dans leur rôle, leur raison d'exister, que sont-ils?

 

( vous imaginez Star Wars si la Force n'existe pas, que Dark Vador est juste un militaire et n'est pas le père de Luke? Ca changerait un peu le déroulement mais l'histoire ne perdait-elle pas beaucoup plus?)

 

Le problème c'est que comme toute mythologie, ça peut tourner au ridicule si on met tout en lumière et c'est le pêcher de l'HH. Je suis comme tout le monde, j'ai eu la "hype" au début, avec la joie d'enfin tout savoir et de voir les légendes de l'univers en action...et comme beaucoup d'envie on reste sur notre faim.

 

Je pense qu'en fait c'est l'HH comme on nous l'a sert depuis le début qui peut donner envie d'avoir des Primarques "normaux"... parce que la BL a fait le choix (je ne suis même pas certain que ça soit volontaire) de nous présenter des demi-dieux plus branques les uns que les autres.

 

Quelques rappels non-exhaustifs :

-Horus qui trahi parce qu'il pense que Papa ne l'aime plus,

-Fulgrim qui se fait manipuler par un démon aussi machiavélique qu'un elfe de maison juste pour être encore plus beau

-Dorn qui fluctue entre dépression et hyper-activité

-le Khan qui veut juste tailler la route avec le vent dans les cheveux

-etc...

-mention spéciale à l'Empereur himself, lui c'est même pas que ses "voix sont impénétrables"ou éloignées des considérations mortelles, c'est que d'un roman à l'autre c'est la pire des pourritures sans vraiment de raison voire le parfait idiot imbu de lui-même (il est capable de fédérer une galaxie mais pas capable de faire du relationship avec ses généraux).

 

C'est vrai que vu sous cette angle on a bien des raisons de douter du côté divin des Primarques et qu'en faire des "humains" permettrait de digérer bien des trucs de l'HH mais à leur décharge ça doit être très compliqué de faire un récit intéressant sur des êtres quasi parfaits et d'expliquer pourquoi certains ont trahi... m'enfin on était pas obligé d'en faire des être bicentenaires avec la sensibilité et les réactions d'un ado gothique de 15 ans.

 

C'est triste à dire mais aujourd'hui alors qu'il étaient loin d'être mes préférés, les seuls que je trouve encore supportables sont Guilliman, qui est un gestionnaire et donc qui gère et sauve les meubles, Magnus qui lui trahi mais parce qu'il n'a pas le choix et donc a une vraie bonne raison et le Lion qui fait le général taciturne et mysanthrope (houlàlà c'est vrai qu'il a une mauvaise image dans le fluff et chez les fans...rendez vous compte il gagne des batailles mais il n'est pas sympa... mince on lui a pas dit que les être divins ça doit venir à tous les baptêmes et avoir un mot gentil pour tout le monde ???).

 

Enfin tout ça pour dire que ce n'est pas les origines des Primarques qui me gênent personnellement, mais le traitement qui en est fait... et c'est pour ça que comme toute bonne mythologie après coup, ça gagne à rester dans le flou.

 

Alors quid des premières versions du fluff? Pour moi c'est déjà trop typé années 80 (et j'y ai vécu je connais hein 😎) et je trouve déjà ça presque illisible désormais... on a des SM finalement très mad-max avec des illustrations où on boit de la bière etc (quand je regarde ça aujourd'hui ça me fait une sensation de pastiche) et un joyeux méli-mélo de tout et n'importe quoi fait par des gars passionnés. Alors on rend à César ce qui est à César, sans ça on aura pas l'univers qu'on aime aujourd'hui et bien des grandes lignes y étaient déjà, mais je trouve qu'il y manquait pas mal de choses qui font que 40k se démarque et est unique.

 

Je ne suis pas forcément adepte du côté "c'était mieux avant" à 40K (même si la nostalgie ça marche toujours)

Edited by Magnifique

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est le genre de projet qui me plaît cette hérésie Dornienne.

 

@NonoChapo 100% d'accord avec ce qui serait un « mythe fondateur ».

 

il y a une heure, Magnifique a dit :

Je pense qu'en fait c'est l'HH comme on nous l'a sert depuis le début qui peut donner envie d'avoir des Primarques "normaux"... parce que la BL a fait le choix (je ne suis même pas certain que ça soit volontaire) de nous présenter des demi-dieux plus branques les uns que les autres.

Même si je ne tiens pas les romans en haute estime, ne faisons pas leur procès ici. Si nous n'y trouvons pas toutes les réponses satisfaisantes, envisageons-en juste d'autres. Comme... des primarques trouvés au fur et à mesure de la croisade ? :P

 

il y a 42 minutes, Magnifique a dit :

Je ne suis pas adepte du côté "c'était mieux avant" à 40K (même si la nostalgie ça marche toujours)

Je n'ai découvert le vieux fluff que tardivement (après les romans HH du moins). Je me suis ouvert à lui autant qu'au nouveau fluff et je ne me positionne pas dans ce débat.


 

Il y a 9 heures, Guivrus a dit :

 Une sorte de fiction à la Dornian Heresy? J'achète! On pourrait appeler ça la Naya Heresy? Nayan Great Crusade? ;)

[...] Ou encore Magnus dont il planifie l'encoffrage dans le Trône d'or etc.

À peine vous reprenez  mon idée en ajoutant les vôtres, et j'en vois déjà qui me plaisent beaucoup et baladent mon imagination. J'ai bien fait de venir.

Et je suis narcissique déjà, n'estampillez pas mon nom comme ça ou je vais rougir 😚.

 

 

Je vais peut-être vous faire une fanfictionette pour rigoler, 40k est bien le seul univers où des fanfictions sont meilleurs que les livres officiels, autant en profiter :P.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Allez, histoire de remettre un crédit impérial dans la machine à rêve...

 

L'Empereur a unifié Terra, et tourne désormais son regard vers la galaxie. Il aurait bien besoin d'une belle histoire pour justifier son expansion "lebensraum-esque" au reste de l'Humanité (terrane) qui s'est tout de même pris dans les dents quelques décennies de lutte armée le temps que Pépé s'empare de la ceinture de champion du monde. 

 

Idée géniale: il communique sur le fait que ses 20 fistons ont été dispersés aux quatre coins de la galaxie, et qu'en tant que père-poule, il est de son devoir d'aller les chercher. En fait, il ne s'est rien passé de tel, l'Empereur a bien essayé de créer des Super Space Marines mais les résultats ont été des êtres difformes et peu viables. Il a du coup mis la pédale douce sur l'expérimentation débridée lors de la création de ses Légions de Space Marines (qui sont plus petits que les Thunder Warriors d'ailleurs, on peut l'interpréter comme un échec de la part de l'Empereur dans la course vers le toujours plus beauf). D'ailleurs, il y a une différence notable entre les premières Légions (Thousand Sons, Blood Angels, Emperor's Children...) et les dernières en terme de stabilité du patrimoine génétique. C'est dû à l'arrêt précipité du programme Primarque par l'Empereur quand il a vu que ça ne donnait rien et a choisi de rester sur des bases plus saines, si plus ternes, pour la suite. 

 

Bref, l'Empereur tient une cause qui fait chialer dans les chaumières, et c'est tout ce qu'il lui faut. De son côté, il a une sorte de blanc seing de la part de ses sujets de continuer ses péripéties galactiques jusqu'à ce que la smala soit réunie. Et puis à chaque retrouvaille, c'est l'occasion de créer un peu de mythe impérial à peu de frais. Effet Kiss-cool, déjà évoqué ci-dessus, ça peut faciliter le ralliement de mondes (ou d'empires entiers pour Ultramar//Inwit) un peu dur à la comprenette, car il est entendu qu'une planète qui a accueilli un fils de l'Empereur doit bénéficier d'un traitement de faveur dans l'Imperium. 

 

L'Empereur arrive sur Chtonia, et "découvre" un premier Fils, Horus. Comme ça ne fait pas longtemps que la Croisade a commencé, il est obligé de le prendre jeune pour coller à sa version. Tant mieux d'ailleurs car les ados résistent mieux à leur über-isation que les vioques. Au fil des années, ce sont 19 autres Primarques qui sont ajoutés au palmarès de Mom. Pour certains, tout se passe bien, mais pour d'autres, on sent que Big E n'avait pas vraiment le choix. Comment justifier l'inclusion de mutants tels que Magnus et Sanguinius à cette noble confrérie sinon? Dans deux cas, l'affaire tourne cependant au jus de boudin, à tel point que l'Empereur raye des cadres le nom des faquins et interdit à quiconque d'en reparler. 

 

C'est là que survient le drame. La Grande Croisade dure depuis trop longtemps, et le petit Horus accuse désormais totalement son âge. Il finit d'ailleurs pas mourir, laissant l'Empereur dans l'embarras. Il avait communiqué largement sur le fait que ses fistons pouvaient vivre très longtemps! Pour ne rien arranger, Pépé est victime d'une tentative de chantage de la part d'une junte d'officiers des Luna Wolves, qui menace de dévoiler le pot aux roses à moins de bénéficier d'avantages supplémentaires. Pris au piège, l'Empereur accepte, "upgrade" un remplaçant à Horus en loucedé, qu'il bombarde Maître de Guerre pour faire bon genre, donnant aux séditieux un grand pouvoir sur la suite de la Croisade. Ces mêmes séditieux conseillent fortement à l'Empereur de retourner sur Terra pour se faire oublier un moment, ce qu'il accepte.

 

Le nouveau Horus n'étant qu'un pantin, il a tôt fait d'être corrompu par les loges chaotiques qui ont commencé à gangréner les Légions depuis que l'Empereur a eu la mauvaise idée de claquer le beignet de Lorgar sur Monarchia. Il fait donc ouvertement sécession, et entraîne avec lui un bon nombre de ses "frères" Primarques, au départ convaincu par la justesse de sa cause. Après tout, tous leurs mondes ont été "conquis" par Terra, alors qu'ils étaient au départ indépendants et contents de l'être.

 

Parmi les Loyalistes, la situation est complexe et diverse. Certains croient réellement qu'une Humanité unie est un trésor à protéger, d'autres calculent juste qu'une fidélité intéressée (Roboute Guilliman, Lion'El Jonson) pourrait les mener à terme à hériter du Trône, sous réserve qu'il se passe un "malheureux accident" impliquant l'Empereur pendant les combats. Ce dernier Empereur a lui recours à toutes les ruses pour faire pencher la balance en sa faveur, y compris en "ressucitant" les Primarques Loyalistes tombés sur Isstvan, comme Vulkan qui se réveille mystérieusement sur Ultramar après avoir été porté disparu, et Corax, dont la non-participation active à la suite de l'Hérésie tient au fait qu'aucun "clone" convaincant n'ait été produit au final (ça n'a pas marché pour Ferrus Manus car les Traîtres ont pris des tas de selfies avec sa tête tranchée, ce qui rend difficile de contredire leur version). 

 

Le reste n'est que pure Hérésie...

 

Schattra, Visionnaire 

Share this post


Link to post
Share on other sites

On a tout de suite une hérésie avec plus de thèmes abordés (et notamment l'utilisation politique des selfies).

 

J'en remet une louche en fantasmant sur des rapports de force d'un autre genre entre ces primarques non-divins. Faîtes pas attention aux détails de comment je décris untel, je suis pas assez doué pour ça et ça se sent. L'intérêt c'est que ce soit éloigné et ironique par rapport à ce qu'on en sait plus tard ; et l''ambiance que ça donne, l'ambiance. Lointain reflet du culte Impérial travestit par les millénaires.

 

(Je veux pas tant vendre ma came d'écrivaillon que libérer le marché du monopole de la BL. On peut cohabiter sans clarifier qui a raison bon sang !)
 

Révélation

Dans les vides bordant le système Istvaan, les communications allaient bon train.

Attentif et silencieux, l’état major autour de Vulkan communiquait par gestes ou mimiques. Seul l’image du primarque, saisit par la caméra au col de son armure, était transmise aux autres flottes. Dans la pièce, à l’opposé des tables où se tenaient les officiers, six emplacements étaient dédiés aux hologrammes des autres légions. Certaines optaient pour des gros plans du commandant, d’autres montraient tout l’état major. La réunion holographique du gratin dans toute sa diversité.

 

Personne n’avait de nouvelles de la flotte de Horus et personne ne comprenait son geste.

Vulkan avait lu sa déclaration d’indépendance avec une consternation teintée de respect. Bien écrite, affirmant ne vouloir qu’une cohabitation pacifique avec la confédération de l’Imperium, elle ne semblait prêter le flan à aucune critique et c’était bien là le style du maître de guerre. Il évoquait minutieusement, sans en avoir l’air, toutes les grandes critiques adressées à l’Empereur, sans prendre parti. Ainsi, il distillait le doute chez les plus raisonnables et tendaient la main aux détracteurs zélés du régime, quelque soient leurs origines. L’art subtile de rallier tout le monde en ne fâchant personne.

La rumeur parlait de trois légions favorables à ses théories. Les « enfants de l’empereur » semblaient avoir franchit le pas de l’alliance.
L’hologramme de Lorgar décrivait la situation au mieux. Dans un vêtement civil, encadré par deux légionnaires, le primarque était un pastiche de l’iconographie de l’Empereur. Pathétiques politiciens prétentieux.
— Horus peine à obtenir l’allégeance du secteur. Le massacre d’Istvaan IV est une démonstration de force ratée, ses anciens alliés écœurés se tournent contre lui. Les pouvoirs locaux sont soulagés de notre présence et nous prêteront assistance. Cette mutinerie ne peut pas se tenir dans la durée, Horus doit le savoir. La seule place forte qui lui fournit un ravitaillement décent c’est Istvaan V, la plus grosse économie de la région. Sa flotte n’y est pas actuellement, un siège pourrait l'étouffer sans verser des monceaux de sang. Une fois sa situation à ce point compromise, ses alliés devraient se désolidariser de lui.


Sur l’hologramme d’à côté, ce qu’il restait du visage de Perturabo s’articula au milieu de machineries baroques supportées par une immense armure énergétique.
— Un siège serait dangereusement long. Horus sait utiliser chaque seconde qu’on lui accorde, il est négligent de lui accorder un délai. Même si les usines stratégiques sont profondément enterrées, le gros de l’économie planétaire peut-être rasée en deux heures. Sans main-d’oeuvre, les usines d'Istvaan V ne serviront à rien.

Une proposition dans toutes les têtes, mais coûteuse en vie, matériel et diplomatie.

— C’est le plus expéditif, jugea Lorgar en grimaçant.
— C’est le meilleur plan contre Horus, commenta un des officiers de l’Alpha Legion.
Ces nouveaux venus dans la confédération Impériale étaient indiscernables les uns des autres avec leurs armures identiques. Étaient-ils des résurgences archéo-communistes ou quelques égalitaristes radicaux ? Vulkan aurait aimé connaître leur modèle social, mais ce n'était pas le moment. Lorgar reprit son laïus.
— Je ne sais pas à quoi pensait Horus, mais il est évident qu’il a commis des erreurs dans ses plans. Il va forcément venir à envisager une solution diplomatique pour limiter la casse, et si ce n’est pas lui vivant, ce sera son état major. Les attaques brutales rallonge les conflits en rallongeant la détermination des belligérants, or nous souhaitons l'écourter autant que possible.
— L’extermination écourte parfois les conflits, suggéra la silhouette en uniforme sévère de Curze.

Au milieux d’un état major hétéroclite, le visage ridé et usé de l’homme qui fut un des grands adversaires de l’Impérium imposait la crainte. Personne n’avait bombardé les populations humaines autant que lui durant ses années de guerre contre la confédération impériale. On s’étonnait même de le voir là. Ce n’était certainement pas à l’invitation du conseiller Dorn, qui avait condamné à moyen terme son monde natal en le bombardant jusqu’à lui faire une balafre et dérégler sa rotation. Seul l’intervention de  Fulgrim avait sauvé la situation et mit fin aux exterminatus en cascade en incluant l'Empire de Nostromo dans la confédération..

 

Les ennemis d’hier deviennent les sauveurs d'aujourd’hui, et vice versa.

 

— Je peux mettre cette planète en ordre en une semaine si j’engage des manoeuvres au sol, avec votre flotte en orbite pour me prémunir d’une attaque des sécessionnistes. Il n’y aura pas beaucoup de morts, quelques millions au plus, déclara Corax.

Lui aussi ne montrait que son visage plein d’énergie. Il avait la tête d’un jeune premier biberonné aux privilèges, l’arrogance débordait chez lui. N’était-ce pas son père qui avait, lors de sa rencontre pour des pourparlers avec l’Empereur, déclaré en face de celui-ci qu’il était « un vulgaire psycher possédé par un parasite du warp et qu’il pouvait bien aller se faire cuir le cul avec une grille de four ». Son franc-parler dissuada les huiles de le faire primarque par la suite, mais comme il était incontournable chez lui, son fils hérita du privilège. Peu probable que la propagande Impériale immortalise la citation.
 

Vulcain prit la parole :
— Horus m’a dit un jour : « ne pas tirer le premier coup de feu avant de savoir qu’on a gagné la guerre ». Il n’y a qu’à manœuvrer pour qu’il comprenne qu’il a déjà perdu. C’est un homme intelligent qui ne fera pas de tuerie inutile. Nous pourrons négocier.
— Et Istvaan III alors ? demanda Perturabo, c’est l’oeuvre d’un homme intelligent ?
Sur l’hologramme estampillé Iron Hand, un visage perdu dans la vallée dérangeante prit la parole d’une voix synthétique :
— Nos hommes peuvent remettre ces complexes industriels en route en quelques jours si on limite les destructions.
— Et si Horus débarque avec sa flotte au milieu de ces opérations et nous bombarde ? demanda Perturabo.
Vulkan était agacé de ces excès de prudence menant aux massacres de population et sa voix le fit sentir.
— Nous sommes sept légions contre deux. Peut-être deux autres au pire si les mangemondes et la garde de Barbarus débarquent, ce qui reste très improbable, ils ne l’ont pas rejoint encore à notre connaissance et sont peut-être encore dans le warp. Je crois qu’on peut raisonnablement épargner ce monde.
— Il ne faut pas sous estimer Horus, rappela Perturabo.
— Alors prenons-le de vitesse, coupa Corax. J’ai la majeure partie de ma légion ici et pleins d’autres mondes à conquérir. Les salamanders sont accompagnés par près d’un millier de vaisseau de l’armée impériale pour sécuriser la zone. Qu’on résolve cette crise avec les moyens dingues que nous avons. On a déjà listé les cibles et leurs systèmes de défense, avec le renfort des Iron Hands et en mettant le paquet, drop pod et toute la clique, je vous la sécurise en moins d’une journée standard moi, cette planète.
L’assemblée sembla goûter la proposition. Il y eu des conciliabules.

Puis Curze reprit la parole.
— Deux légions, ça me parait juste pour finir en vingt quatre heures. L’Empire de Nostromo propose de mettre ses Night Lords à votre service pour contrôler la population.
Curze avait une façon de dire « contrôler » qui n’était pas sans rappeler sa réputation. Lorgar et d’autres semblaient gênés, les méthodes des Night Lords ne faciliterait pas la reconstruction politique du secteur.
— Nous nous en occuperons, trancha Vulkan. Vous avez une flotte de combat et nous une flotte d’invasion, cette répartition est plus logique. Nous ferons débarquer les éléments de l’armée Impériale que nous transportons dans le même temps, afin qu’ils prennent le relais plus rapidement. J’ai douze millions d’hommes à débarquer en plus de mes space marines. Il faudra juste dégager les accès autour des spatioports en prévision de leur dispersion.
On sentit plusieurs spectateurs se détendre.

——————————————————————

Un nouveau thunderhawk s’écrasait sur des buildings dans une immense explosion.
La dernière vision du dehors avant que les immenses portes blindées ne se referment sur le reste du bataillon-commando des salamandres, les coupant de la surface. Ils venaient d’entrer dans le tunnel menant au principal complexe enterré, déterminés à le prendre sans tarder et sans précaution. L’objectif n’était plus stratégique, la seule préoccupation était d’atteindre la profondeur des tunnels pour espérer survivre. Des bombardements planétaires allaient forcément suivre.
Dans son Land Raider s’enfonçant dans les profondeurs, Vulkan essayait de contacter sa flotte et reprendre les choses en main, mais toutes les ondes étaient brouillées. Il improvisait avec un archiviste et un officier télépathe de sa suite.
— À défaut de joindre les nôtres, interceptez toute trace de communication dans le warp. Je veux savoir ce qui se passe en haut et quand Curze ou les Alpha vont nettoyer les traitres dans leur légion qui me clouent au sol.

L’avant garde du cortège de véhicules avait engagé l’ennemi avec précipitation. On avait renoncé à l’avantage tactique. La ballade de santé se transformait en course mortelle. Mais ça, c’était devenu secondaire et le lieutenant-commandeur du bataillon n’avait pas besoin que son primarque lui dise quoi faire.
L’officier télépathe s’agita.
— J’ai un signal Seigneur Vulkan, mais ça vient des Word Bearers.
— Est-ce qu’il peut me dire pourquoi les Nostromo et les Alpha nous tirent dessus ?
— Je le fais… La transmission est confuse.
Vulkan attendait les réponses avec impatience.
- Ça parle de de contamination… de nous mettre en quarantaine.
Vulkan était désemparé. Ce n’était pas une réponse, il n’y avait pas d’explication logique ; ni se faire tirer dessus par mesure de quarantaine, ni être trahis par Lorgar Aurelian. L’idée que son bataillon n’avait peut-être pas été le seul pris pour cible l’effleura.
Un autre officier de liaison se manifesta :
— J’ai attrapé une communication des corbeaux. Ils confirment la présence de Horus, et d’autres vaisseaux… Ils subissent également des tirs alliés.
Vulkan perdit le recul habituel qu’il avait au combat, son ventre se tordait douloureusement sous l’angoisse.

Des traîtres infiltrés en nombre dans la légion de ses alliés, une manœuvre pour les désolidariser peut-être ? Si la flotte d’Horus était là, tout se jouait dans l’espace, et il n’y était pas. Les vaisseaux salamanders étaient dégarnis de leurs combattants et s’offraient aux abordages. Ses milliers de space marines étaient dispersés sur des objectifs ayant perdu tout intérêt stratégique, un peu partout sur cette foutue planète. Les corbeaux et les Iron Hands étaient dans la même situation. Il en mourrait de rage.

Vulkan essaya de faire le compte. S’il reprenait contact avec sa flotte, devait-il ordonner la retraite ? Ça semblait très excessif. Si la Légion de Nostromo et des alphas sont gangrénés par les traîtres, qu’on ne peut pas compter sur Lorgar, il reste quatre flottes contre celle d’Horus. La bataille s’engageait bien plus mal que prévu, mais ils gardaient largement l’avantage. S’il ordonnait la fuite, il condamnait ses hommes au sol et ses alliés.
La porte du Land Raider s’ouvrit, le lieutenant-commandeur qui menait le convoi sollicitait une audience.
— Nous sommes arrivés à trois cents mètres sous terre pour l’instant, mais la résistance a été gravement sous-estimée.
— Nous devons avancer, à tout prix ou nous serons vaporisés.
— Ce point n’est pas contesté.
— Alors quoi ?
— Leur résistance est soutenue par des éléments de la Death Guard en plus des serfs des fils d’Horus, et en nombre. Vu ce qu’ils ont déployé, ils sont là depuis un moment.
Vulkan fit un signe de tête et le lieutenant retourna à ses manoeuvres. Il sentit l’espoir le quitter.
L’archiviste qui lui faisait face s’attrapa la tête avec douleur un instant, puis dit avec peine.
— L’Alpha Legion a envoyé ses terminators sur notre état major, j’entends la cacophonie des commandants de la flotte. Nos vaisseaux rescapés parlent de space marines hostiles dans leurs coursives.
L’archiviste se crispa encore, des larmes coulaient sur ses joues.
— Je… je crois que Perturabo négocie sa reddition avec Lorgar.
Vulkain n’eut pas le temps de réagir que l’intérieur du land raider trembla. Les capteurs de son armure énergétique le renseignèrent immédiatement sur l’origine : une première explosion nucléaire.
Il eut une pensée pour les millions d’homme de l’armée impériale coincés aux spatioports à la surface.

 

 

Alors ? C'est y pas mieux que des milliers de marines agglutinés les uns sur les autres comme des couillons et des primarques qui se font des duels persos ?

 

Au moins c'est pas pire... ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 17/04/2019 à 11:10, Naya a dit :

Alors ? C'est y pas mieux que des milliers de marines agglutinés les uns sur les autres comme des couillons et des primarques qui se font des duels persos ?

 

Au moins c'est pas pire... ?

C'est différent et rafraîchissant (joli brin de plume au passage !). On perd tout l'aspect tragique - au sens théâtral - de l'Hérésie mais on gagne une vision real politik tout aussi intéressante. Pour schématiser, on passe de l'Illiade au Trône de Fer. J'aime l'un comme l'autre, mais ça ne veut pas dire que tout le monde est dans mon cas. 

 

Ce sujet m'a fait penser au pied que ça serait d'avoir une approche à la Kaamelott de l'Hérésie. La série d'Astier réussit le tour de force d'être très drôle sans pour autant s'affranchir des éléments constitutifs de la geste arthurienne, même si elle en interprète certains à sa façon.

 

Mine de rien ce n'est pas si éloigné de notre propos car c'est une réflexion sur le décalage entre une réalité banale, voire grotesque, et l'idéalisation de cette dernière par les générations futures. Rien ne nous dit que Ferrus Manus et Fulgrim n'étaient pas les Caradoc et Perceval de 30K ! 😝

 

Schattra, sloubyiste 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je valide.

D'ailleurs les « télévisions » de l'Imperium doivent bien, elles aussi, adapter les grands mythes en série. Qui sait ce que ça donne ?

 

Une autre réunion Holographique, six mois plus tard.
Frère Malcador :     Et donc Horus arrive et…
Leman Russ :          Vous inquiétez pas sir. Avec Sanguinus on a développé de nouvelles techniques de combat. On va les bouillave les hérétiques.
Sanguinus :             C’est clair. On les attend les potrons-minets.
Leman Russ :         Moi dans ma légion, on a jeté toutes les motos et on va prendre des loups. Y’a un super Klaxon, et c’est raccord avec nos prothèses orthopédiques.
Frère Malcador :    Vos quoi ?
Leman Russ :         Bah nos grosses dents , faut suivre aussi.
Sanguinus :            Nous on a mit des plumes de pigeons sur nos réacteurs dorsaux. Comme ça l’ennemi, il nous voit pas venir.
Jagathai Khan :     Et au pire, vous pourrez toujours lui chier dessus.
Johnson :                Super, vous allez encore vous crêper le chignon. V’là l’ambiance, façon Horus, tout le monde le préfère parce qu’il a la classe.

                                 Moi maintenant on va m’appeler le chevalier au lion.
Frère Malcador :    Mais pourquoi un lion ?
Johnson au Lion : C’est moi le lion en fait, ça pète trop.
Rogal Dorn :           Mon ami, pourquoi ne pas la faire à l’américaine ? Les troubadours vous nommeraient « Lion’s Johnson »
Lion’s Johnson :     Pas mal, mais je voyais plus un côté ibérique mystérieux.
Rogal Dorn :            D’ailleurs mon oncle, je trouve que  nous aussi notre nom fait trop agressif. Je suggère que nous nous appelions désormais les « Iron fist in glove ».
Lion El’Johnson :   Ah oui, tout de suite, ça sonne mieux.
Frère Malcador :     Juste pour être sur, vous écrivez ça comment ?

 

Si tout cela est vrai, ça bouscule quand même un peu l'image de Guilliman sur un champ de bataille en 40k. 😚

Edited by Naya

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.