Jump to content
Warhammer Forum

All Activity

This stream auto-updates     

  1. Past hour
  2. Pour les exalter il faut qu'il y ai un effet qui leur retire un pion blessure même s'ils n'en ont pas. Par contre lifesurge retire des pions seulement aux figurines qu'y en ont un ou plus donc ça n'exalte pas les elfes qui n'ont pas de blessure.
  3. C'est très bien ces petites conversions pour tes Elfes. Sa donne du cachet Effectivement les poses sont très vite répétitive sans ça.
  4. Oui @MadakillMadakill , j'y avais aussi pensé. Au final, ce détachement est cool, mais ne peut pas du tout se débrouiller seul (mes wraiths ont craché leurs poumons sur la table les pauvres). Je vais refaire des parties tests sur du 1 000 pour avoir de la troupaille à côté et des PCs. Pour le tournoi, je vais partir sur quelque chose de moins exotique: Bataillon Iyanden: Farseer skyrunner chance/exécuteur 132 Spiritseer célérité 65 sdg auspice de vecteur d'incertitude relique ailes de faolchu Warlock protection 55 6 wraithguards canons wraith 228 20 guardians defender 160 2x5 avengers 2x55 750pts Comme ça je profite de mon trait de cw, des stratas sur les wraiths avec un p'tit pécule de 8PCs.
  5. C’est vrai que la boîte de base permet au moins de faire une bonne affaire car il y a beaucoup de figurines et le livre de base pour un prix relativement intéressant. Sinon il y a la boîte intermédiaire à 65 euros qui offre un petit guide au lieu du livre de règles... c’est moins cher même si c’est plutôt une extension de la grosse boîte que véritablement un point d’entrée...
  6. Bonjour ! Pas sur que se soit le bon endroit mais ça à l'aire de correspondre ! J'ai (avec l'aide de quelqu'un aussi !) fait la trad et compilé tout les éléments des Legion, du Mechanicum ainsi que Chevalier et Titan. Viendrons ensuite les Custodes et les les Solar / Auxilia, puis les démons ! Bon, ces fichiers sont accessible sur le FB Horus Heresy France (Groupe Privé). Je vous invite donc à venir le récupérer !
  7. Bien qu'un peu éloigné du sujet on pourra aussi signaler qu'en dehors du WAP et du 9TA il y a aussi le forum de The Eighth Edition For Life qui propose les nouvelles unités et factions AOS avec les règles de la V8 de Warhammer.
  8. Question bête, c'est pas le même que celui la ? (ou c'est une version métal . finecast ? ) https://www.games-workshop.com/fr-FR/Fatemaster
  9. Salut Wahou, je suis impressionné par ton travail sur le tissu, vivement la fig terminé! A plus!
  10. Today
  11. c'est étrange, je reste pas convaincu ... (pas l'impression de retrouver le coté dark)
  12. Fortement probable que ça soit un gros clins d'œil/teasing pour les booster de cartes qu'on aura dans 2 mois / Sinon pour la VO je ne vois pas de probleme, la carte ''remove 1 wound token'', et sur les cartes d'inspi c'est bien marquer qu'il faut retiré un ou des marqueurs blessures pour exaltés /
  13. Youhou ! J'en suis... Aucune idée avec quoi mais j'en suis !
  14. non je n'ai pas encore joué et je n'ai que les règles de base d'un magazine pour le moment...mais je crois que je devrais finalement prendre la boite de base mm si je ne veux pas des stormcast
  15. L'exaltation précise bien qu'il faut retirer un token, y compris si la figurine n'en possède pas. Donc lifesurge est un must have pour les Sylvaneth.
  16. 10 cartes universels : https://www.warhammer-community.com/2019/04/19/warhammer-underworlds-the-top-10-new-universal-cardsgw-homepage-post-4/ question sur la carte "Lifesurge" et la bande d'elfes qui sort la semaine prochain : Cette carte ne va exalter que les elfes avec un point blessure sur eux ? Car la carte ne soigne pas mais permet d'enlever un token... Je suis pas sur entre l'intitulé de l'exaltation et la carte.
  17. Bordel... Ils pouvaient pas attendre debut Mai qu'ils m'envoient ma paye? Comment je fais pour dépenser mon argent pour ma compagnie dans ces conditions? En tous cas, clairement je vais m'en prendre.
  18. On verra si demain je reussis à avoir des photos à l'endroit. j'ai pas mal avancé. J'ai terminé tous les vétérans commences en BOUM. J'ai aussî terminé 10 primaris. j'ai été surpris du plaisir de peindre ces figurines. Le changement d'échelle est vraiment bienvenue. Du coup j'avais prevu de peindre 10 intercessors, je vais tenter d'en peindre 15. Cela dit j'ai un tournoi la semaine prochaine, peut être que je ferai des rapports de bataille en session BOUM. c'est genial de voir mon bureau débarrassé de tous ces SM qui ont plus de dix ans. Restera les symboles de chapitres, Maîs pour Ca j'attends de commander les bitz. Mon porte monnaie est bien vide. je suis passé sur vos posts et et c'est vraiment chouette de voir vos travaux . bonne nuit les frutos.
  19. Pas de nouvelles car pas de mail reçu, BaGhLa va poster les listes pour notre team, Bonne soirée
  20. Bonjour et bienvenue à tous dans cette chronique d’un format un peu particulier, puisqu’il ne sera pour une fois pas question de nouvelles, mais d’un des ouvrages constitutifs de la saga Primarques (Primarchs), édités par la Black Library depuis 2016 en complément de sa série principale consacrée à l’Hérésie d’Horus. Comme ce titre d’une élégante simplicité le laisse à penser, nous avons ici droit à des récits se centrant sur un des Fils de l’Empereur, au cours d’un moment considéré par l’auteur du livre comme étant particulièrement important pour le personnage dont l’histoire est relatée. Précision supplémentaire, ces épisodes fondateurs prennent tous place au cours de la Grande Croisade, soit entre le moment où le Primarque a été retrouvé par son Pôpa (après une annonce micro à l’entrée de la galaxie) et le début de la crise d’adulescence de ce fripon d’Horus. À tout seigneur, tout honneur, ce fut à Hergé en personne d’ouvrir le bal, et de prendre souffle et vie sous la plume de David Annandale. Le Grandissime Schtroumpf nous est présenté au cours de la campagne de Thoas, nom du monde siège d’un empire Xenos soigneusement desorké par les guerriers de la XIIIème Légion, et ultime bastion de la menace verte. Nous laissons donc la plume à David alors que la flotte du Grand Bleu arrive en orbite autour de Thoas pour faire un peu de green washing… Intrigue: Nous suivons la progression de la bataille de Thoas à travers les yeux du Primarque en personne, mais également de plusieurs personnages rattachés au XXIIème Chapitre des Ultramarines, surnommé Némésis par les guerriers de la XIIIème Légion. Ayant subi de lourdes pertes dans sa chaîne de commandement au cours d’affrontements précédents1, Némésis attend le bon vouloir de Guilliman à lui désigner un nouvel officier supérieur, que tout le monde s’attend à être le Capitaine vétéran Hierax, en application de la tradition bien établie à l’intérieur du Chapitre. C’est d’ailleurs tout juste si notre homme n’a pas commencé à reprendre en main la décoration des quartiers personnels de feu Machon Phalaris, l’ancien boss du XXII, tant il est sûr du caractère inévitable de sa nomination prochaine. Bien lui a pris d’attendre cependant, car le choix de Rob’ se porte au final sur Eleon Iasus, un Macraggais pur jus (alors que Némésis est historiquement Terran), et même pas issu des rangs du Chapitre (lui vient du XVIème, c’est donc un bourge). Consternation et début de pensée à tendance légèrement séditieuse de la part des Nems, qui voient d’un mauvais œil la décision paternelle. Et si Guilliman prend bien la peine d’introduire en personne l’impétrant, tout aussi gêné par la tournure prise par les évènements que ses nouveaux camarades de classe, et souffle en coulisse à son vieux poto Marius que cette petite révolution à beau lui fendre le cœur, il la mène pour le bien du XXII, qui file un mauvais coton depuis quelques temps ; on se dit malgré tout que l’intégration ne sera pas facile pour le bizut. Le déploiement de la vague bleue à la surface de Thoas laisse cependant peu de temps à nos larrons pour cogiter sur l’insondable sagesse de leur inspiré Primarque. Dernier monde tenu par les Orks dans ce petit coin de la galaxie, la planète présente, entre autres intérêts, la particularité d’avoir abrité une civilisation humaine avancée dans un passé pas si lointain. Guilliman, dans une poussée d’archéophilie soudaine, décide donc de conquérir Thoas à la force du poignet, au lieu d’ordonner un bombardement en bonne et due forme de la horde Ork, qui se dénombre par millions d’individus tout de même. Peut-être est-ce le remords lié à Monarchia qui travaille Hergé pour qu’il choisisse cette approche assez particulière (en même temps, une frappe orbitale aurait réglé le propos en trois pages, ce qui est court pour roman), mais en tout cas, il a concocté un plan infaillible pour remporter une nouvelle victoire et garnir l’étagère à trophées de Pépé. On suit donc la charge glorieuse des Ultramarines à travers les plateaux crépusculaire de Thoas, planète ne tournant littéralement pas rond, en direction du complexe de pyramides forteresses tenues par les Orks. Ces derniers n’ayant pas pris la peine d’installer d’interphones à l’entrée de leur pied à terre, ils se voient obligés de descendre pour accueillir comme il se doit leurs nouveaux locataires. Et là, coup de génie stratégique de la part de Guilli Guilli : au lieu d’un bête affrontement ligne à ligne, il tape une pointe de vitesse avec ses potes du 1er Chapitre pour percuter l’avancée Orks en avant-première. D’où la création d’une attaque en pointe (vous suivez-toujours ? C’est hyper avancé comme manœuvre je sais), qui permet de fixer les Orks sur place et de les prendre de flanc alors qu’ils s’acharnent à tabasser les sprinteurs de la XIIIème Légion. Malgré l’avantage certain apporté par sa brillance ta-que-tik et tai-ke-nik, Roboute doit tout de même s’employer pour calmer les ardeurs astarticidaires des peaux vertes, et donne donc de sa personne pour décapoter un chariot de guerre Ork qui passait dans le coin, entre autres rafales de son bolter et moulinets de son épée énergétique. Quel (sur)homme. Dans le peloton des poursuivants, la situation n’est pas aussi rose Calgar Blue pour les bidasses de Guilliman, qui malgré les ravages perpétrés par leur supériorité aérienne, technologique et intrinsèque, doivent lutter pied à pied contre les vagues vertes qui s’abattent sur leurs positions avec une sauvagerie persistante. La profondeur du banc des peaux-vertes commence également à jouer, les millions de remplaçants attendant patiemment leur chance de se prendre un bolt en pleine poire épongeant facilement les milliers de pertes infligées par les Ultramarines à chaque instant (no joke). Chargés par Big Daddy de sécuriser la pyramide la plus septentrionale de zone de débarquement de la XIIIème Légion, Iasus et ses nouveaux collègues sont clairement à la peine, à tel point que le Capitane Sirras, vieux pote devant l’éternel du prétendant éconduit Hierax, en vient à désirer la participation de ce dernier et de ses copains Destroyers à l’effort de dévermination. L’arsenal nucléaire n’a en effet pas été déployé par un Guilliman cherchant à tout prix à conserver les précieuses ruines de Thoas intactes, pour des raisons philosophico-fumistes qui ont néanmoins force de loi. Malgré cela, les Némésis parviennent à sécuriser l’objectif et à explorer les niveaux inférieurs de cette mystérieuse construction. Leur visite d’estimation est cependant brutalement interrompue par un nouvel assaut Ork, venant cette fois-ci de l’intérieur de la pyramide et de toutes les directions imaginables. Piégés entre l’ennemi intérieur et l’ennemi extérieur, comme les autres contingents Ultra ayant investi leur Kheops personnel, la situation se corse singulièrement pour les vaillantes bleues-bites. Mis au courant des déboires de ses ouailles, l’infaillible Guilliman réalise rapidement que son plan génial a été mis en échec sur les grandes largeurs. Mais comment pouvait-il prévoir, aussi, que les Orks qui squattaient les lieux depuis des dizaines, voire centaines d’années, auraient la présence d’esprit d’utiliser le réseau de souterrains de Thoas pour contrattaquer en masse et couper ainsi les forces Astartes les unes des autres ? Avouez que même l’Empereur et son don de prescience seraient tombés dans le panneau. Gui le Man est donc chagrin et colère, en plus d’être passablement vexé de constater que son génie stratégique a été contrecarré par une foule anarchique de Xenos au crâne épais. Voilà ce qu’on récolte à être trop intelligent, trop subtil, trop technique, Robbie : au XXIème siècle, des gilets jaunes, au XXXIème millénaire, des givrés verts. Faisant contre mauvaise fortune bons cœurs, le Primarque sonne la révolte et court à la rescousse de la pyramide la plus proche, espérant faire boule de neige et regagner l’initiative. Idée brillante s’il en est, mais dont l’exécution se trouve compliquée par la stupidité crasse du Capitaine Sirras, qui malgré l’ordre explicite qui lui a été donné, recourt à l’artillerie lourde de ses blindés pour maintenir l’ennemi à distance. Mal lui en prend car les parois en placoplâtre de la pyramide ne tardent pas à céder, provoquant l’effondrement de cette dernière et l’enfouissement de la totalité des Némésis. Gag. Prenant un moment pour réfléchir sur la connerie de ses fistons, Guilliman a alors cette phrase immortelle : « On a chié dans la colle. » La catastrophe n’est toutefois pas totale pour les bleus, quelques survivants du XXIIème, dont le non-respecté Iasus, manifestant leur présence auprès des autorités compétentes. Abandonnant toute prétention de haute stratégie, Roboute commande un Kaptein pour aller sauver ce qu’il reste du Chapitre dont il a si artistement orchestré le changement de gouvernance. Il accepte également la requête de Hierax de venir prêter main forte à ses copains de chambrée, sur un vieux pressentiment tout moisi qu’il aura loisir de justifier par la suite dans le livre qu’il est déjà en train de rédiger dans sa tête sur comment il a vaincu l’empire Ork de Thoas. Ce même Hierax démontre son acuité intellectuelle (ou peut-être sa capacité à analyse une information tout ce qu’il y a de plus classique) en suggérant qu’il y a peut-être un lien entre les hauts niveaux de radiations détectées dans la pyramide de l’infortuné Némésis, et le fait que les Orks soient plus nombreux et plus féroces dans cette zone du champ de bataille. « Give this man a cookie !2 » gueule Guilliman, alors qu’il se note d’investiguer personnellement cette troublante corrélation. La concentration d’awesomeness, de fureur vengeresse et de personnages principaux sur un petit périmètre a tôt fait de contraindre les Orks à la retraite, ce qui ne dissuade pas Guilli & Cie de s’enfoncer à leur suite dans les profondeurs de la Fuku-ramide, où les attend… 1 : Un bête accrochage pare-brise contre pare-brise malheureux à la sortie d’Agrigentum V. Le Maître de Chapitre était au volant, quatre Capitaines en passagers, et personne n’avait sa ceinture de sécurité. Les ravages de la vitesse tragiquement illustrés. 2 : Il était sur le point de promouvoir Hierax pour cette superbe idée, lorsque Gage lui a rappelé que c’est lui-même qui avait refusé que le Capitaine Vétéran reprenne la tête du Chapitre, afin de permettre à ce dernier d’adopter des mœurs plus ultra-urbaines sous le commandement d’un extérieur. Au final, il invite les Destroyers à tirer à vue sur les Orks avec leurs armes saaaaales et se fait souffler la solution par le type qu’il a recalé. Superb Management Skills. 3 : Quand on pas le Zimbabwe qui vous vend de l’uranium enrichi sous le manteau, c’est tout de suite plus compliqué hein. . Avis: Commencer une nouvelle série n’est jamais chose facile, et c’est d’autant plus vrai lorsque le héros qu’on vous impose n’est autre qu’un Primarque, que sa sur-surhumanité rend difficile à décrire de manière crédible et adaptée. Comble d’infortune pour Annandale, Guilliman présente les difficultés supplémentaires d’être à peu près « parfait » en termes de caractère, sans défauts ni failles connues à exploiter pour lui donner un peu plus de singularité et de profondeur, et d’être connu comme l’un des plus géniaux stratèges de l’histoire de l’Humanité, Codex Astartes à l’appui, réputation que l’auteur n’avait d’autres choix que d’honorer dans ses écrits. Et j’ai le regret de vous apprendre qu’il s’est planté à peu près partout, ce qui, du haut de mes quelques lectures Annandalesques, était plus ou moins couru d’avance. On a le donc droit à un Guilliman dépeint de manière tout à fait classique comme un demi-dieu à l’inégalable perfection et à la sagesse infinie. Problème, dès qu’il a le malheur d’ouvrir la bouche ou de prendre une décision, Roboute contribue à saborder sa propre légende de manière aussi caricaturale qu’absolue. Petit exemple gratuit mais parlant pour vous donner une idée de la profondeur du mal : la toute première intervention du Primarque au cours du roman consiste à se plaindre auprès de Gage du non-respect par Hierax des procédures en vigueur pour le contact d’officiers supérieurs. En effet, le Capitaine Némésis a envoyé un texto à son vieux pote de Légion, ce qu’il n’aurait pas dû faire du fait de leur différence de statut. Voilà comment faire passer RG pour le psychorigide, ascendant gros relou, qu’un certain nombre d’hobbyistes le considère comme étant, sans doute au corps défendant de GW. Ce roman à la gloire du Seigneur d’Ultramar aurait pu et dû être l’occasion de remettre les pendules à l’heure et redorer cette image un peu écornée aux yeux des fans, mais il n’en sera rien, malheureusement. La plupart des actions du Grand Schtroumpf seront ainsi placées sous le sceau du cryptisme le plus abscons (nommer Iasus à la tête de Némésis, en sachant que ça allait causer des vagues, mais en n’expliquant à personne sauf à Gage – qui s’en fout mais ne peut pas le dire – quel est le but de la manœuvre) ou de la simplicité la plus benoîte (voir les « tactiques » mises en place contre les Orks, qui ne volent pas haut du tout pour un génie militaire de ce calibre). À cela vient s’ajouter la désagréable impression que Guilliman s’épanouit pleinement dans la flagornerie la plus vile de la part de ses subordonnés, à cause de la tendance de ces derniers à citer les extraits des (nombreux) ouvrages écrits par leur boss, alors même qu’il se trouve dans la pièce, voire qu’ils discutent avec lui. Et puis cette manie assommante d’intégrer du « Théorique/Pratique » (une bonne cinquantaine de mentions pour chaque au final) dans tous les dialogues, franchement… Comme ficelle filin narratif pour faire comprendre aux lecteurs que les Ultramarines sont très organisés sur le sujet, ça se pose là. Plutôt que de donner l’impression d’une maîtrise de l’art de la guerre née de l’étude rigoureuse de ce dernier et de la prise en compte d’autant d’informations que possible dans le but de prendre la meilleure décision de manière rationnelle, c’est plutôt un ressenti d’annonement poussif de la FAQ pondue par Papa Rob’ qui a prédominé de mon côté. De plus, et c’est assez dommage, Annandale ne révèle finalement qu’assez peu de choses sur son protagoniste, alors que c’est typiquement la prospective d’avoir accès à du fluff inédit sur un personnage majeur de l’univers 40K qui pousse – à mon sens – le lecteur de la BL moyen à acheter ce genre de publications. L’auteur dépeint Guilliman en super Space Marine d’action, évidemment inarrêtable sur le champ de bataille, capable de stopper un assaut blindé Ork à lui seul comme de massacrer un Giga Nob (de la taille d’un dreadnought tout de même) sans trop se fouler. Les deux tiers du roman verront ainsi Gui bondir d’une zone à l’autre du conflit pour sauver les fesses de ses fistons en compagnie de l’intraitable 1er Chapitre1, sans grande valeur ajoutée narrative si on n’est pas fan absolu de bolter porn. Bien que Papa Schtroumpf ne soit pas le Primarque dont l’histoire m’intéresse le plus, en apprendre davantage sur son éducation et sa prise de pouvoir sur Macragge, ou sur la manière dont il a pris en main le royaume d’Ultramar, ne m’aurait pas déplu. Au lieu de ça, on se retrouve avec une bibliographie conséquente (chaque chapitre commence avec un extrait d’un des bouquins du gonze) et quelques miettes de caractère à exploiter. C’est peu. Pour enchaîner sur une vision plus large de l’objet du délit, j’ai également trouvé que la mise en scène de la campagne de Thoas n’était pas des plus heureuses. Sensée démontrer de manière irréfutable le génie stratégique du rédacteur du futur Codex Astartes, cette dernière n’apparaît que comme un monstrueux beat them all, où les Space Marines massacrent des hordes inépuisables d’Orks sans beaucoup de suite dans les idées. Cet ennemi particulier ayant le double avantage d’effectifs pléthoriques et d’un goût immodéré pour la castagne, le rythme de la bataille n’évoluera guère tout au long du récit, les braves Ultramarines endurant waaagues sur waaagues avec l’aplomb et le professionnalisme qu’on leur connaît. D’ailleurs, il est à noter qu’aucun protagoniste majeur ne tombe sous les coups des peaux-vertes au cours de l’histoire, malgré le fait qu’Annandale s’évertue à faire monter ses goons en gabarit au fur et à mesure des pages, sans doute afin de renforcer la menace qu’ils sont sensés représentés pour les humains. Mais à quoi sert de convoquer des colosses de 4 mètres de haut maniant des armes pesant une demi-tonne, si c’est pour les faire se faire ratatiner par le premier Capitaine venu ? Cela a beau renforcer le statut de l’Astartes comme guerrier suprême de l’Humanité, la pression narrative finit par retomber après une centaine de pages d’invulnérabilité avérée des gars en bleu (il n’y a que Sirras qui y passe, mais du fait de sa propre connerie plutôt qu’au fil d’un kikoup’). Victime collatérale de ce parti pris pas vraiment gagnant, l’idée sous-jacente d’Annandale – le risque réel d’autodestruction qui guette l’Humanité si elle se détourne de l’idéal de l’Empereur – est presque entièrement sacrifiée sur l’autel de la bourrinitude, et doit se contenter de quelques paragraphes de développement, alors qu’elle aurait pu avoir un tout autre impact avec un « soutien » plus étayé, tant au niveau de son installation2 que de son déroulé3 et de son ouverture4. Dommage. De manière similaire, la deuxième intrigue de Lord of Ultramar (la lutte de pouvoir qui agite Némésis) souffre du développement anémique auquel la mise en vedette des exploits martiaux de Guilliman la condamne. Cela commençait plutôt pas mal, avec la mise en avant de l’incompréhension totale des officiers du XXIIème Chapitre suite à la nomination d’Ialus, suivie d’une sorte de gentlemen’s agreement entre les Capitaines survivants pour mettre des bâtons dans les chenilles de leur nouveau boss s’il avait la mauvaise idée de dévier des traditions établies (ce qui revient à désobéir à la volonté du Primarque, donc sédition autant théorique que pratique). Lorsque ce même Ialus va au clash avec Sirras en refusant de prendre en compte une idée pas trop bête qu’il lui soumet, on se dit que la révolte ouverte n’est pas loin, et que les Ultramarines vont connaître leur petite rébellion honteuse comme d’autres Légions avant eux. On se prend même à rêver d’un affrontement fratricide impliquant les armes sales des Destroyers, ce qui aurait eu de la gueule, je le reconnais. Eh bien non. Cet abruti de Sirras trouve le moyen de se suicider par montagne interposée, ce qui calme d’un coup toutes les velléités belliqueuses de Hierax. Notre vétéran couturé ravale l’amour-propre qui lui reste d’un grand coup de neuro-glotte et se change en employé modèle, qui dit merci et tend la patte. Il n’y a pas à dire, les Ultras sont vraiment corporate. Dernier motif de grief, un peu plus léger celui-ci, l’absence de remise en contexte par Annandale des relations et jeux de pouvoir existants au moment où le récit prend place entre la XIIIème Légion et le reste de l’Imperium d’une part, et Hergé et ses frérots d’autre part. Pour avoir commencé depuis le Fulgrim de Josh Reynolds, je dois dire que ce genre de briefing politico-relationnel est particulièrement intéressant, voire permet (quand l’auteur est suffisamment doué et calé en fluff) de faire le lien entre des éléments de fluff pré-existants et la genèse de l’Hérésie. Ici, le choix d’Annandale de livrer un huis-clos ultramarin peut se comprendre, mais manque encore une fois cruellement de fluff un peu croustillant. Enfin, et pour conclure, je dois dire que le prix de vente de ce type d’ouvrage m’a semblé prohibitif. À 13,49 € la version e-book (ou seulement 9,99 € pour la version française), se retrouver avec un « roman » de 145 pages (d’après l’affichage de ma fidèle Kobo), dont à peine 123 de contenu utile, ne m’apparaît pas comme l’affaire du siècle. Cela aurait pu être à la limite basse du tolérable si l’ouvrage avait été excellentissime – ce qu’il n’est pas, si vous avez raté les quelques paragraphes mitigés ci-dessus – mais aurait malgré tout constitué l’un des rapports quantité/prix les plus défavorables du catalogue BL. Et je ne parle même pas de l’édition limitée collector, qui à 55 € pièce, peut légitimement être considéré comme de l’extorsion pure et simple. À ce prix-là, achetez-vous un Roboute en plastique, il vous occupera plus longtemps et vous apportera plus de plaisir à l’usage que les dizaines de feuillets de l’ami Annandale. J’espère que les publications suivantes de la série Primarchs ont corrigé le tir en proposant davantage de contenu, car sinon, je ne risque pas à me hasarder à l’acquisition autrement que via un Humble Bundle. 1 : D’ailleurs, la sous-utilisation de Marius Gage dans l’histoire, alors qu’il est sans doute le personnage de la XIIIème Légion le plus connu après son Primogéniteur, est une autre source de regret. Mis à part son rôle de confident obséquieux et de porte-coussin du Gladius Incandor, l’utilité du tueur (à) Gage ne m’est pas apparue comme flagrante. 2 : Pourquoi diable le Primarque qui vient de raser la Notre-Dame-de-Colchis-dans-les-Prés du bien-heureux Lorgar sur ordre de Pépé priviliégériait-il la conservation de ruines au point de prendre d’assaut un monde Ork au lieu de tout raser depuis la sécurité de l’orbite haute ? 3 : Gage : « Oh, des fresques représentant les anciens habitants de Thoas. Ils n’avaient pas l’air commode. Je me demande bien pourquoi ils sont tous en uniforme rouge. » Guilliman : « OSEF. Regarde-moi plutôt infliger la pichenette de la mort à cette bande de nobs de 18 mètres de haut. » Gage : « Théorie : Voir ses meilleurs guerriers vaincus par un adversaire considéré comme moins fort a un effet dévastateur sur le moral ennemi (Roboute Guilliman, Du Repompage Éhonté de von Clauswitz – xviii-54) Pratique : GO-GO-GUI ! GO-GO-GUI ! » 973921 * 1041387 Orks tués plus tard… Gage : « Oh, des fresques représentant d’autres anciens habitants de Thoas. Ils n’avaient pas l’air commode. Je me demande bien pourquoi ils sont tous en uniforme violet, et sont représentés en train de fouler au pied les cadavres de types en uniforme rou-» Guilliman (en train de mettre le doigt dans l’œil d’un terra-boss Ork de 673,54 mètres de haut) : « WOHO, RECORD DE CROISADE ! ENFONCÉ HORUS ! » Gage : « Théorie : Guilliman est trop un beau gosse (Roboute Guilliman, Tout Ce Que Vous Avez Toujours Voulu Savoir Sur Roboute Guilliman… Sans Oser Le Demander – xii-542). Pratique : Oui. Il faudra tout de même qu’on creuse cette histoire de rouge et de violet les enfants, ça veut sans doute dire quelque chose. » 4 : Guilliman : « Avec le recul, j’aurais dû comprendre que le véritable enseignement de la campagne de Thoas était que l’homme est un loup pour l’homme. J’aurais pu utiliser cette connaissance durement gagnée pour prévenir l’Hérésie ! » Dorn : « Comment, en envoyant un exemplaire dédicacé de L’Empereur A Toujours Raison à Horus avec une boîte de chocolats après Isstvan ? » Guilliman : « Pas de mauvais esprit, Rogal, hein ! Je dis juste que c’était une leçon que je n’ai pas su tirer à temps, et c’est bien dommage. » Dorn : « C’est pas comme si l’Ere des Luttes de Terra avait vu des puissances humaines s’entre déchirer avec des armes nucléaires, qui ont mis la planète à genoux et ravagé la surface. Tu devais dormir en classe quand Pépé nous a fait la leçon. » Guilliman : « Hmm, pas con. Je crois que j’étais en train d’écrire ma fan fiction 50 Nuances de Bleu. D’ailleurs, je peux te signer une copie si tu veux. » Fluff: Roboute Guilliman : Un de ses traits de personnalité les plus marqués est son désir permanent d’informations, qu’il analyse et décortique constamment. Il chérit la précision et la rigueur plus que la perfection ou l’esthétisme (ce qui le différencie de Fulgrim à ses yeux). Il manie le Gladius Incandor (épée énergétique), l’Arbitrator (bolter), et le Hand of Dominion (gantelet énergétique). Son Thunderhawk personnel est le Masali Spear. Il considère qu’il aurait dû anticiper l’Hérésie, notamment en apprenant de l’exemple de Thoas. Guilliman (Bibliographie) : Axioms, Remark, Essay on the Principles of Command, Towards a Union of Theory and Praxis, Prologomena to Tactics, On the Practical Necessity of Theoretical, Treatise on the Disaster, For a Hermeneutics of Strategy, Reflections : Third Fragment, On Loyalty. Il tenait aussi un journal intime. Ultramarines (XXIIème Chapitre) : Surnommé Némésis, ce qui est vu d’un mauvais œil par Guilliman, qui n’aime pas les surnoms, surtout les surnoms nihilistes. Il compte deux compagnies de Destroyers, et est décrit comme un rassemblement de forces spécialisées plutôt qu’un Chapitre cohérent. Il possède une forte culture Terrane, même si la proportion de Légionnaires issus d’autres mondes a progressivement augmenté. Leur Maître de Chapitre a toujours été un Terran, jusqu’à la mort de Machon Phalaris contre les Orks de l’empire de Thoas, et la nomination par Guilliman du Capitaine Eleon Iasus, qui ne vient même pas du XXIIème mais du XVIème. Le Chapitre a subi de très lourdes pertes lors de la campagne de Thoas, l’utilisation malheureuse par le Capitaine Sirras de l’armement lourd de ses blindés ayant fait s’effondrer la pyramide-forteresse dans lequel le XXIIème combattait les Orks. Une centaine d’Astartes a survécu à cette catastrophe, auxquels il faut ajouter les deux compagnies de Destroyers gardés en réserve au début des combats. Ultramarines (Destroyers) : Ces spécialistes sont vus comme un mal nécessaire par Guilliman, l’incarnation de la nature violente réfrénée de ses fils. Leur armure est majoritairement noire, et cette particularité héraldique est partagée avec les Destroyers des Emperor’s Children et de la Raven Guard (rq : c’est heureux car l’armure de la Raven Guard est majoritairement… noire). Seules les épaulières et une bande verticale au milieu du casque sont de la couleur de la Légion. Les Destroyers utilisent des armes à radiation et à phosphex (rq : sorte de feu grégeois nucléaire) en plus de leurs bolters. Ces munitions sont dévastatrices mais contaminent à jamais le champ de bataille. Campagne d’Osiris : Campagne menée par les Ultramarines contre les Psybrids au cours de la Grande Croisade, avant la découverte de Roboute Guilliman. Un quart de la flotte de la Légion a été détruite au cours des combats. Le Seigneur Commandeur Vosotho a été tué lors de l’affrontement sur la planète de Septus XII, ce qui a décapité la Légion. Planète (Thoas) : Planète colonisée par l’Humanité et ayant abrité une civilisation avancée, qui s’est autodétruite dans une guerre civile nucléaire ayant irradié une partie des terres. Cette civilisation avait bâtie de grandes pyramides-forteresses dans les montagnes marquant la limite entre la partie diurne (inhabitée) et nocturne de Thoas. Les Orks sont arrivés après les combats et ont pris possession des lieux. Ils vénèrent les arsenaux nucléaires restants, et essaient de copier cette technologie, mais sans succès. Les Ultramarines ont reconquis Thoas au cours de la Grande Croisade et ont effacé toute trace de son passé honteux. Macragge’s Honour : Le vaisseau amiral de la XIIIème Légion mesure 15 miles (24 kms) depuis la proue jusqu’à la poupe. Macragge (ville) : Une des grandes cités de la planète, possiblement la capitale de cette dernière, se nomme Macragge Civitas (rq : Macragge c’est le Guatemala en fait. Sa plus grande ville s’appelle Guatemala City). STC : Ces schémas incluaient la construction d’armes nucléaires. Au final, cette prime(arque) expérience fut loin d’être satisfaisante, une triste constante avec la prose de David Annandale je dois le reconnaître. Il est à espérer que des tentatives d’auteurs plus aboutis (à mon goût en tout cas) se montrent d’un meilleur niveau, mais même ces hypothétiques pépites demandent un investissement non négligeable de la part du lecteur, et ne sont donc à considérer qu’avec suspicion. Malgré cela, la série est aujourd’hui bien lancée, avec douze tomes publiés ou annoncés sur les dix-huit Primarques à couvrir. Il y a fort à parier que les génies de la BL aient coordonnés les sorties de manière à faire coïncider celles de Siege of Terra avec celles des Primarchs restants. Et comme par hasard, on retrouve parmi ces derniers quelques têtes d’affiche qui joueront un grand rôle dans le dénouement du conflit, Horus et Sanguinius et Rogal Dorn en tête. On a de la suite dans les idées à Nottingham, reconnaissons-le.
  21. Et les miltiples de 9 pour les escouades y sont où? Je kiffe le nom de ta liste ^^
  22. Un peu de vieux fluff n'a jamais fait de mal à personne. Tu trouveras des réponses sur Taran : http://taran.pagesperso-orange.fr/ork_daclan.htm
  23. Pas de nouvelles d'Oliv Je le laisse voir avec Baglha ou Linker pour poster les listes si les acces ne sont pas débloqués. Je vais me coucher.
  24. La carabine Tesla est assaut 2 pas assaut 4. Il n'y a pas de difference si l'arme est sur un vehicule. Par contre l'advance c'est le nouveau nom du Sprint v7. Si tu bouge sans advance il n'y a pas de pénalité Il n'est pas ecrit que c'est un jet de 6 "non modifiable". Donc si t'as un malus de -1 plus de touche supp avec le tesla. A l'inverse avec un bonus de +1 pour toucher (capacité de l'overlord) tu fera 3 touches sur 5+
  1. Load more activity
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.