Jump to content
Warhammer Forum

Schattra

Membres
  • Content Count

    1,466
  • Joined

  • Last visited

About Schattra

  • Birthday 10/30/1989

Contact Methods

  • Website URL
    http://nebelheim.wordpress.com/

Profile Information

  • Location
    Levallois-Perret

Previous Fields

  • Jeux
    Warhammer ; Empire+Nains

Recent Profile Visitors

10,930 profile views
  1. Ce n'est pas un news à proprement parler, mais ça vaut tout de même le détour pour les fans (anglophones) de la BL et de Josh Reynolds. Ce dernier a lancé un thread Twitter où il donne des exemples d'idées de nouvelles ou de romans soumises à la BL et rejetées par Nottingham. Et il y a vraiment des choses que j'aurais donné cher pour lire dans le lot! https://twitter.com/JMReynolds/status/1243882796977979393 Schattra, "Sly Marbo vs Boss Snikrot..."
  2. Merci camarade! ^^ Tu as atteint ma limite de lecture de la série, donc je ne pourrai plus lire tes comptes-rendus avant d'avoir commencé le dernier cycle, mais ne t'arrête pas dans ta lancée! Schattra, le vaillant petit tailleur
  3. Bonjour et bienvenue dans cette revue critique de Oaths & Conquests, la dernière anthologie de nouvelles d’Age of Sigmar publiée par la Black Library (à ce jour). Après avoir longtemps traîné des pieds et rechigné à traiter de ce genre d’ouvrage (après tout, entre les sorties 40K, les nouveaux numéros d’Inferno! et mon stock de vieilleries, j’ai largement de quoi m’occuper), je me jette dans le grand bain avec ce recueil, qui regroupe de nombreux (10 sur 13, pour être précis) courts formats déjà sortis par la BL, en tant que nouvelles individuelles et/ou dans d’autres publications. Avant de rentrer dans le vif du sujet, remarquons la présence au sommaire de ce recueil de quelques nouveaux-venus, pour certains (Hollows, Stephens, Lucas) dans la GW-Fiction, et d’autres (Rath, et le grand ancien Bill King) dans les Royaumes Mortels. Pour le reste, notre casting est assez classique, bien que l’on puisse s’alarmer de l’absence de Josh Reynolds parmi les plumes convoquées ici. Le père nourricier d’Age of Sigmar serait il passé à autre chose, tel Sigmar décidant de se retirer des Royaumes après les avoir créés? Seul l’avenir nous le dira… Pour l’heure, contentons nous de partir à la découverte de ce copieux volume, et de ce qu’il peut nous apprendre du fluff d’Age of Sigmar en ce début troublé de 2020. Ça vaut mieux que d’attraper la scarlatine, pas vrai? The Fist of an Angry God - W. King: Assignés à la conquête de la forteresse d'Azumbard, dans le Royaume d'Aqshy, le Liberator-Prime Balthus1 et ses Knights Excelsior sont à la peine. Non seulement la décoration psychédélique et les relents d'encens bon marché de leurs adversaires Tzeentchiens sont un affront à leurs sur-sens de surhommes, mais, nombre sacré du Dieu Poulet oblige, ils ont passé des plombes à sécuriser les neuf tours du bastion adverse, ce qui pèsera lourdement sur leur rémunération variable de l'année, alors que les Hammers of Sigmar affectés au front Slaaneshi ont une charge de travail un tiers moindre. Saleté de numérologie cosmique. Faisant contre mauvaise fortune feu de tout bois, Balthus mène ses ouailles à l'assaut de l'ultime donjon adverse, sans réussir à se défaire d'une étrange sensation de déjà-vu, qui ne lui dit rien qui vaille. L'absence de résistance des disciples de Tzeentch lui semble en effet de mauvais augure, et cette sinistre prémonition se trouve vérifiée lorsque la petite force de Stormcast qu'il commande se retrouve embusquée et submergée par une horde d'emplumés vindicatifs. Ayant pris deux méchants coups sur l'occiput, notre héros tombe dans les bras de morphine, et se réveille enchaîné dans un laboratoire arcanique, où il fait la connaissance de la sorcière Aesha, qui à son grand étonnement, semble le connaître2. Après quelques instants consacrés à tenter de se défaire de ses liens enchantés, sans grand succès (ces derniers se resserrant de plus en plus à chaque fois que Balthus force dessus, conséquence d'un puissant enchantement... ou de l'utilisation d'un simple demi-nœud), le Liberator prisonnier - ironie - accepte d'ouvrir le dialogue avec Aesha, qui, cornes et sabot mis à part, se révèle être une hôte plutôt décente, et se montre plus intéressée par la poursuite des examens initiés sur son sujet d'étude que sur le sacrifice de ce dernier. L'échange permet de comprendre que les motivations de la magus sont, en toute simplicité, de percer à jour les secrets ayant permis à Sigmar de créer les Stormcast Eternals, qu'Aesha considère comme la clé de la transcendance divine. Ayant appris, sans doute à la lecture des tomes de la Fin des Temps (trouvés en occasion sur e-bay), que beaucoup des membres du panthéon de l'Ordre et de la Mort ont commencé leur carrière comme de simples mortels dans le Monde qui Fut, notre ambitieuse sorcière ne voit pas de raison de ne pas tenter le coup à son tour. Horrifié par ce projet blasphématoire, et peut-être également par le résultat de l'IRM complet qu'Aesha lui a fait passé grâce à ses miroirs ensorcelés, Balthus décide de contrecarrer les plans de sa Némésis en... rage-quittant. Ou plutôt, en essayant de rage-quitter. Car sa tentative héroïque de se suicider en tirant à mort (littéralement) sur ses chaînes se fait contrecarrer par Aesha, qui le met en pause avant qu'il ne perde son dernier PV, et profite de son coma réparateur pour infiltrer ce rêve, étrange pénétrant, de la fin inconnue de Balthus. En des temps très anciens, Balthus était en effet Leoric, prince héritier du royaume d'Asqualon. Son règne fut toutefois aussi court (3 minutes et 26 secondes) que sanglant, puisqu'il hérita de la couronne après la mort de son père pendant la défense du Temple de l'Orage, dernier bastion de l'Ordre face aux assauts du démon Arkatryx et de ses disciples indisciplinés. Garrotté par son adversaire, Leoric invoqua Sigmar pour venger son paternel, et fut exaucé lorsque le Dieu lui envoya un éclair salvateur, non pas directement sur le démon, ce qui aurait été trop simple, mais sur l'épée que notre héros brandissait toujours. Chargé à bloc, Leoric trouva la force d'électrocuter son adversaire d'un ultime horion, avant de partir en direction de la forge divine. Par un hasard qui n'en était sans doute pas un, Aesha était également présente ce jour là (après tout, c'est elle qui a coup fatalisé le roi Aldred), ce qui donne un nouveau sujet de discussion tout trouvé à nos deux personnages une fois Balthus émergé de sa torpeur. S'en suit une joute verbale digne d'un débat de la primaire démocrate, avec Aesha se posant en Bernie Sanders chaotique, en lutte contre le 1% asqualique ayant exploité le petit peuple et fait exécuter son père parce qu'il avait volé une miche de pain. Face à ce déferlement de progressisme, Balthus ne peut que se référer aux bullet points qui lui ont été inculqués pendant sa formation: "l'Ordre, c'est cool" et "Yes, Sig' Can". Ce passionnant échange est toutefois écourté par la notification que reçoit Aesha sur son portable professionnel, l'informant de l'intrusion d'une meute de militants en sigmarite dans son QG, avanie qu'il lui faut gérer sans attendre. "Pas si vite poulette" lui répond Balthus, qui dégaine son special move et gueule "Par le pouvoir du <insert random stuff here> ancestral, je détiens la force toute puissante!", et parvient enfin à se défaire de ses chaînes par l'intervention du saint sigmarite esprit. La fin de la nouvelle voit nos deux protagonistes jouer au chat et à la souris dans le dédale du donjon d'Aesha, jusqu'à ce qu'ils arrivent dans la salle de téléportation aménagée par cette dernière, et qui se révèle être le Temple de l'Orage où ils se sont rencontrés pour la première fois il y a des millénaires. S'il ne parvient pas à stopper la bougresse avant qu'elle ne s'éclipse, Balthus a au moins la satisfaction de mettre la main sur son ancienne épée, qu'il était le seul à pouvoir retirer de la pierre dans laquelle il l'avait plantée en transperçant le démon (ça me dit vaguement quelque chose...). Un milliard de Tzaangors occis plus tard, notre héros est récupéré par ses frères d'armes, esquinté mais en vie, et ayant inscrit sur sa to do liste de caler un nouveau tête à tête avec Aesha pour discuter du bon vieux temps dès qu'elle se montrera disponible. King fait ses premiers pas dans les Royaumes Mortels de manière assez discrète avec The Fist of an Angry God. Comme on pouvait l'attendre, et peut-être l'espérer, son passif d'auteur historique pour Warhammer Fantasy Battle apparaît clairement dans cette nouvelle à travers le personnage d'Aesha, dont la connaissance du Monde Qui Fut apparaît comme un clin d'œil (je le vois comme ça en tout cas) au parcours de King. Ce dernier prend en marche le train du "Sigmar-bashing" qui sous-tend beaucoup des dernières publications mettant en scène des Stormcast Eternals, et dépeint les méthodes de recrutement du Dieu Roi sous un jour contrasté, tout en justifiant en partie le passage au Chaos d'Aesha. Pas de manichéisme ici donc, et c'est bien le moins qu'on attendait de la part d'un contributeur aussi expérimenté que Bill King, dont les écrits ont toujours mis en avant la "grisaille" ambiante des univers de GW. À titre personnel, je suis toutefois déçu de l'articulation de la nouvelle, dont le début est finalement insignifiant (je m'attendais à ce que King fasse une révélation sur un stratagème spatio-temporel utilisé par les disciples de Tzeentch, ce qui aurait justifié la sensation de "déjà-combattu" de Balthus) et la fin hurle littéralement "À SUIVRE..." à la tête du lecteur3. Le fond étant, comme dit plus haut, assez intéressant à défaut d'être captivant (cela montre au moins que King a digéré le background de cette nouvelle franchise), je trouve dommage que la forme n'ait pas été plus pensée et soignée par l'auteur. Ceci dit, King ne s'est jamais montré très doué sur les très courts formats, ses meilleures nouvelles se situant sur la marque des 40/50 pages. Quoiqu'il en soit, il convient de suivre la suite des événements avec attention, et espérer que le King finisse par remettre la plume sur le fils spirituel ayant lui aussi réussi son passage de Warhammer Fantasy Battle à Age of Sigmar, un certain Mr G. Gurnisson... 1 : À ne pas confondre (je l'écris car je l'ai fait moi-même) avec Balthas Arum, la réincarnation de Balthazar Gelt dans les Royaumes Mortels. 2 : Le plus étonnant pour le lecteur est surtout la question que pose Balthus à sa geôlière juste après qu'elle l'ait identifié. OSEF quoi mon grand. 3 : En plus de passer vraiment vite sur des éléments pas anodins du tout pour l'intrigue, comme la libération miraculeuse de Balthus. The Garden of the Mortal Delights - R. Rath : Notre histoire prend place sur une île de Ghyran, où le seigneur slaaneshi Revish l’Epicurien tient cour et jardin. Contrairement à la majorité de ses collègues cultistes, Revish s’intéresse davantage aux plaisirs de la chère qu’à ceux de la chair, et occupe donc une bonne partie de son temps à se délecter des mets les plus recherchés et exotiques, comme le foie gras d’un homme de foi, ou encore les gariguettes bio dynamiques et permacultivées produites ultra-localement par bouturage sur des Dryades préalablement décapitées. Comme il fallait une petite main verte à notre gourmet pour s’assurer du bon approvisionnement de son garde-manger, et qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même un esclave hautement qualifié, notre Hannibal Lecter med-fan s’est assuré les services, pas vraiment librement consentis, d’une sorcebranche du nom de Wilde Kurdwen, capturée avec ses sœurs étêtées lors d’un raid sur un bosquet mal gardé. Bien qu’il lui en coûte, et qu’écouter les greffons décérébrés de ses congénères réciter en boucle leur jingle de bataille1 lui file un bourdon pas possible, Kurdwen a accepté le CDI gracieusement offert par son geôlier, et lui fourni légumes, fruits et baies de première qualité. À l’occasion de la punition d’un larbin qui avait eu la mauvaise idée de grignoter quelques mûres ne lui étant pas destinées, Revish accompagne sa jardinière dans un petit tour du propriétaire, qui leur donne l’occasion de discuter des différences philosophiques entre hédonistes et botanistes. Kurdwen en profite également pour présenter à son boss son nouveau projet : la culture de graines âmes, qu’elle voit comme la première étape d’une future alliance entre Slaaneshi et Sylvaneth contre les armées de Nurgle qui ravagent Ghyran. Jouant sur la fibre paternaliste de Revish, elle use de tous ses charmes végétaux pour plaider sa cause auprès de l’Epicurien, qui se montre finalement assez intéressé par cette joint-venture bouture. Cependant, le projet est accueilli avec une froideur palpable par sa girlfiend Sybbolith2, plus intéressée par la quête de Slaanesh que par le reboisement à impact social. Suspectant que l’apathie gloutonne de Revish est le fruit (mouahaha) des minauderies de Kurdwen, Syb’ convainc ce dernier de placer la sorcebranche devant un choix qui lui permettra de juger de sa véritable allégeance : lorsque Revish revient le lendemain, accompagné par quelques guerriers de sa garde personnelle, il demande à la dryade de lui remettre la graine âme expérimentale qu’elle a fait pousser dans son coin, afin qu’il puisse la déguster. Un refus de sa part signifierait que la loyauté de Kurdwen n’est pas aussi absolue qu’elle voulait lui faire croire. Et devant le peu d’enthousiasme manifesté par la semencière à la demande cannibale de Revish, il semble bien que les carottes soient cuites pour la préposée aux espaces verts... Robert Rath réussit son coup, et son entrée dans Age of Sigmar, avec The Garden of Mortal Delights, qui offre au lecteur une exploration intéressante à plus d’un titre des particularités du lore de cette franchise. Mariant à la fois concepts intrigants mais tout à fait dans l’esprit du fluff (les Dryades servant de substrat aux plantations personnelles d’un slaaneshi gourmet) et mise en relief d’aspects développés dans les Battle Tomes mais pas encore trop dans la GW-Fiction (les différents courants de pensée à l’œuvre chez les hédonistes ; Revish étant un Invader – assez casanier sur ses vieux jours – alors que Sybbolith est une Godseeker pur jus), cette nouvelle est une vraie bonne surprise, qui illustre bien le potentiel dont dispose le background des Royaumes Mortels, dès lors qu’il est confié à un auteur inventif et concerné. Prometteur pour Robert Rath, qu’il faudra suivre à l’avenir. 1 : La légende raconte qu’il s’agit de la musique d’attente du standard téléphonique d’Alarielle. 2 : Que la traduction française a criminellement choisi de ne pas baptiser Ciboulette. C’était l’occasion pourtant. Shriekstone - E. Dicken : Ratgob, High Creeper - et donc nabab en chef - de la forteresse Gloomspite Gitz de Shriekstone est confronté à un problème littéralement existentiel. Alors qu'il avait mené quelques uns de ses gars massacrer l'habituelle expédition de Duardins malavisés ayant décidé d'explorer les ruines de leur ancienne demeure (Shriekstone étant auparavant connue sous le nom de Lachad, loge et logis de Fyreslayers), il recueille la confession rigolarde d'un des nabots, qui l'avertit que sa mort sera bientôt vengée par l'arrivée d'une armée de rouquins à hache, mobilisée par le Père des Runes Thunas-Grimnir l'inflexible1 pour reconquérir les lieux. Cette funeste prédiction se réalisant sous quelques jours, Ratgob est d'abord tenté de prendre la poudre d'escampette, mais réalise en chemin qu'il ne peut tout simplement pas laisser les avortons barbus lui arracher ce que ses ancêtres ont dérobé aux leurs sans se battre. Question de principe. En plus de ça, sa statue personnelle dans le Hall of Fame2 de Shriekstone n'est pas encore terminée, et ne le sera jamais s'il ne prend pas en charge la défense du bastion. Première étape pour notre verdâtre héros: convaincre sa myriade de sous-fifres de ne pas déserter leur poste, ce qui est loin d'être gagné à la vue de l'ost mobilisé par Thunas. Heureusement, Ratgob n'est pas devenu High Creeper par hasard, et parvient à rallier tout son monde à sa bannière rapiécée, en affirmant haut et fort qu'il a reçu une vision de la Mauvaise Lune en personne, qui lui a révélé les ruz' nécessaires pour vaincre les Duardin. Devant un tel argument d'autorité, les autres Gobs ne peuvent qu'obtempérer, certains de plus mauvaise grâce que d'autres, comme le shaman et sceptique devant l'éternel Vishuz Spookfinger. Si le siège tourne d'abord plutôt en faveur des défenseurs, qui, guidés par le génie tactique la fourberie mesquine de leur boss, jouent quelques mauvais tours aux Fyreslayers, à base d'attaques sur leur base arrière, de fosses à squigs affamés, de gaz hallucinogène, de lâchers de fanatiques, ou, encore plus mesquin, d'empoisonnement de leur réserve de bière3 (tous les coups sont permis), la férocité, discipline et haine ancestrale qui animent les attaquants contraignent les peaux-vertes à sans cesse reculer. Ayant joué son va tout en provoquant une attaque inconsidérée des Fyreslayers dans l'enclos des Troggoths locaux en poussant ses derniers esclaves dans ce dernier afin de pincer la corde honorable des Duardin, Ratgob n'a plus qu'à vendre chèrement sa vie et celles de ses derniers gars au cours d'un dernier carré davantage provoqué par les événements que choisi par les défenseurs. Notre héros s'est auparavant débarrassé de ce faux-jeton de Spookfinger, qui avait, de façon prévisible, tenté de lui faire la peau (et de façon même pas originale en plus, ce que Ratgob fait remarquer au traître avant de le laisser en pâture aux trolls). Encerclés par les survivants, bien éprouvés il est vrai, de l'armée du Père des Runes, les Gobelins vendent chèrement leur peau (verte), à l'image de Ratgob qui parvient, au terme d'un duel accroché au cours duquel il finit unijambiste, à refiler une souche ultra virulente du COVID 19 à Thunas-Grimnir. Le virus étant, comme chacun sait, plus mortel chez les personnes âgées, les 267 ans bien tassés de l'Inflexible vieillard le condamnent donc à une suffocation expresse, permettant au High Creeper d'arracher une victoire morale. Et alors que tout semble perdu pour notre héros, à la merci des derniers Fyreslayers, il a la satisfaction d'entendre approcher une horde de ses congénères dans les niveaux inférieurs de Shriekstone, qui se remet à geindre de plus belle après quelques minutes d'aphonie4. Comme dit le proverbe: pierre qui hurle n'amasse pas barbe. Très sympathique nouvelle de la part d'Evan Dicken, dont la construction minutieuse dénote d'une maîtrise appréciable des codes du genre et de l'univers d'Age of Sigmar. On peut ainsi mettre au crédit de l'auteur tant son choix de renverser les rôles classiquement attribués dans l'affrontement iconique entre Nains et Gobelins (en faisant des seconds les protagonistes et les défenseurs, ce qui est plutôt rare), que sa réussite à faire de Ratgob et de ses sbires des personnages plutôt attachants, en grande partie grâce à leur fibre comique, qui contraste agréablement avec la fureur vertueuse du malheureux Thunas. Au final, le lecteur a bien du mal à prendre un parti entre la cause, fondamentalement noble et justifiée, des Duardin, et celle du charismatique High Creeper, ce qui donne au duel final de la nouvelle une tension narrative très bienvenue. Autre preuve manifeste du soin apporté par Dicken à la construction de son propos, la symétrie parfaite de l'ouverture et de la conclusion de son propos, qui mettent tous deux en scène un personnage mourant annonçant à son vainqueur qu'il va être vengé par ses congénères. C'est net et précis, et ça fait du bien de la part de la Black Library, qui se contente souvent de publier des histoires à l'intrigue et au déroulement approximatifs. Et en plus, on a le droit à un peu de fluff intéressant sur Ghur. Pas grand chose à jeter dans ce Shriekstone, et un parcours de plus en plus intéressant pour Dicken, qui se positionne comme l'une des nouvelles plumes les plus intéressantes des Royaumes Mortels. 1: Nommé ainsi à cause de son absence de souplesse légendaire: il n'arrive même pas à toucher ses genoux en se baissant. 2 : Ou, comme on dit chez les Gitz, la Grotte of Grots. 3: On découvre à cette occasion que les Duardin des Royaumes Mortels ont "hérité" de leurs ancêtres Dawi du Vieux Monde l'habitude de baptiser leur binouze avec des X. Par respect pour la XXXXXX de Bugman, celle de l'armée de Thunas ne s'appelle que XXXX. 4: En fait, la forteresse a été nommée Shriekstone (la pierre hurlante en VO) après que les Fyreslayers en aient été chassés, car la roche s'est mise à produire des sons similaires à des hurlements. On peut penser à de la magie runique ou de l'animisme, mais moi je pense simplement que les Duardin ont volontairement déclenché l'alarme du détecteur de fumée pour faire chier les Gobs. The Serpent's Bargain - J. Crisalli : Victime des déprédations classées S (pour salaces) d’une bande de Maraudeurs de Slaanesh, le village de Varna ne doit son salut qu’à l’exploitation raisonnée décrétée par l’économe Seigneur Zertalian. Les pillards partis, pour mieux revenir quelques temps plus tard, les survivants sortent de leur trou (littéralement dans le cas de notre héroïne, la précautionneuse mais pas téméraire Laila) et tiennent conseil sur la marche à suivre. Malgré la position stoïque prônée par les anciens du village, qui préfèrent rester chiller au coin du feu dans l’espoir que les Slaaneshii trouvent une autre cible plus juteuse d’ici à leur prochaine crise d’ennui homicidaire, Laila, qui a déjà perdu son mari sous la lame des psychopathes princiers, est, elle, partisane d’une approche un peu plus proactive. Et pourquoi pas aller demander de l’aide aux Blonds1, ces mystérieux reclus qui vivent dans la vallée d’en face et que les légendes locales décrivent comme des adversaires acharnés du Chaos, et en particulier de ces margoulins dépravés d’Hédonistes ? Il paraîtrait même que ces gais lurons volent à la rescousse de ceux qui luttent contre de tels ennemis, ce qui est précisément le cas de nos Varnites. Devant la réaction mitigée que sa proposition suscite auprès du conseil gériatrique du village, Laila décide de faire profil bas, mais n’en résout pas moins d’aller tenter sa chance auprès des Blonds, entraînant avec elle un vieux pote chasseur de niveau 3 (Stefen) et un lancier mercenaire gras du bide mais au pied léger (Ano). Le trio trace la route vers la blonde vallée, bravant pour ce faire le décret de confinement édicté par les anciens, et finit par arriver à bon port, n’ayant perdu qu’un seul de leur membre (Ano le stalker) en chemin. Faisant face à un temple décoré de moultes statues de donzelles en string et en rogne, les deux survivants commencent à douter du caractère véridique de leurs légendes, mais il est trop tard pour faire demi-tour, et l’entrée du temple étant gratuit pour les filles et interdite pour les mecs, c’est seule que Laila pénètre à l’intérieur. Laissant prudemment le chaudron rempli de serpents à bonne distance, elle marche jusqu’à un petit jardin intérieur, où elle fait la connaissance de Cesse, jardinière manifestement elfique qui consent à écouter la doléance de son invitée. S’en suit une petite négociation, à l’issue de laquelle Cesse accepte d’aller combattre les Slaaneshii, qu’elle et le reste de ses Blondes détestent véritablement, en échange d’un paiement en sang de la part des humains. C’est alors que Laila révéle sa propre blonditude, croyant bêtement que la petite coupure qu’elle hérite pour sceller le pacte consiste en sa part du paiement en totalité. Aha. La cruche. Elle aurait ouvert un Battle Tome Daughters of Khaine, ou même eu la moindre notion en elfenoirologie qu’elle aurait compris qu’elle venait de se faire carroter dans les grandes largeurs. Les dangers de l’ignorance. Bref. Ressortant du temple, Laila découvre avec effroi une flèche brisée et une flaque de sang là où elle avait laissé son chasseur de compagnie, et en conclut que ce dernier n’a pas fait de vieux os. Parvenant malgré tout à revenir jusqu’à Varna, elle relate son périple à ses concitoyens, s’attirant un regard lourd de reproches de la part des vieux de la vieille, qui se doutent bien que le marché passé avec les Blondes a de grandes chances de ne pas se résoudre en faveur des péquenauds. Avec raison. En effet, lorsque les scions de Zertalian décident de refaire une virée pillarde et paillarde en ville, ils ont beau se faire promptement méduser par Cesse et ses groupies, cette dernière demande ensuite que le tribut de sang leur soit remis. Incompréhension, puis mauvaise foi de la part de Laila, qui ne trouve pas ça très charlie. Qu’importe, un marché est un marché, et les Varnites ne sont de toute façon pas en mesure d’empêcher les Fifilles de Kékhaine de prendre leur dû, soit les faibles du village. Comme l’explique doctement Cesse à une Laila qu’elle précipité du haut du mur d’enceinte pour lui apprendre à mal lui parler, il n’y a qu’en supprimant les faibles que les forts pourront survivre, et il s’agit d’une mission de service public, vraiment. Cela ne convainc pas vraiment Laila, qui finit la nouvelle en pleurant comme une madeleine sur sa propre stupidité. Moralité : si les hommes préfèrent les blondes, la réciproque n’est pas toujours vraie. Retour mi-figue mi-raisin pour Jamie Crisalli, qui ne retrouve pas avec ce The Serpent’s Bargain la recette du succès de sa première soumission pour Inferno!. La faute à une intrigue cousue de fil blanc (le marché léonin conclu par un héros ignorant avec des « alliés » pas si sympathiques que cela), exploitée par d’innombrables auteurs dans autant d’ouvrages avant que Crisalli ne revisite à nouveau ce classique des classiques. Si son choix de ne pas faire de la révélation de la fourberie des Blondes le twist final de sa nouvelle est compréhensible, l’absence d’éléments venant enrichir l’intrigue et le déroulé du récit l’est moins. À titre personnel, j’aurais bien aimé que l’auteur passe plus de temps à justifier le positionnement des Filles de Khaine, et pourquoi leur mission d’épuration des faibles leur tient tellement à cœur (ce que Crisalli fait en quelques lignes en fin de nouvelle), ce qui aurait apporté un contrepoint bienvenu à la vision « gentillesque » autant qu’horrifiée de Laila. Je n’ai pas non plus compris ce que Crisalli voulait accomplir avec les personnages de Stefen et Ano, dont la relative importance dans le récit ne débouche sur pas grand-chose. Coup de moins bien, donc. Espérons qu’il ne soit que temporaire. 1 : Fair Ones en VO. Ce qui peut se traduire par les Beaux, également. Voyez-y un hommage à Gad Elmaleh, ou à son inspirateur. A Tithe of Bone - M. R. Fletcher : Markash, champion de Tzeentch de son état et philosophe bavard à ses heures perdues (il commence la nouvelle en dictant ses pensées sur la destinée à son scribe Palfuss1) a été envoyé par ses patrons conquérir la ville de Knazziir, en Shyish, histoire d'apprendre à ce vieux chnoque de Nagash que le changement, c'est maintenant. Persuadé d'avoir hérité d'une destinée grandiose, il ne doute pas un instant de réussir là où son ancien mentor, le légendaire Ammerhan, a failli. Cet autre Élu de Tzeentch a en effet cessé de poster sur Instagram peu de temps après avoir commencé sa campagne necrophobe, ce qui laisse à penser que les indigènes ont eu sa peau, ou plutôt, ses os. Ayant réussi à enlever Knazziir en un après-midi de glorieux combat, Markash a passé les dernières semaines à la défendre contre les attaques, à vrai dire mollassonnes, des âmes damnées du grand Nécromancien, qui poppent au petit bonheur la chance de façon régulière. Cela lui laisse donc beaucoup de temps pour enrichir son corpus philosophique, même si son humeur reste, comme son épée démoniaque Ktchaynik2, massacrante (en témoignent les volutes de fumée noire exhalées par les joints de son armure). Alors qu'il était sur le point de revisiter 'I Had a Dream' à la sauce samouraï architecte (du changement), il est interrompu dans son exposé par l'arrivée de son bras droit, le chevalier Stayn Lishik, qui lui annonce que des "morts bizarres" se sont présentés à la porte de Knazziir. Remisant ses souvenirs d'enfance dans sa psyché éclatée, Markash sort de son isolement pour voir de quoi il en retourne. Effectivement, un petit groupe ossu patiente obligeamment devant les murs de la cité. Menés par un Mortisan Soulreaper très poli, les collecteurs de Nagash demandent que la dîme d'os leur soit remise. "Des os neufs" précise Morty, après que Markash lui ait fait remarquer que les alentours de la ville étaient tapissés de cadavres en plus en moins bon état. Le Nag' ne fait pas dans la seconde main (ni pied, ni jambe, ni cage thoracique) pour son élite combattante, c'est bien connu. Peu impressionné par les envoyé mortifères, Markash décide d'aller se dérouiller les solerets et entraîne quelques uns de ses suivants avec lui - laissant la cité aux mains avides de Stayn Lishik en son absence - pour débiter de l'os à moelle. La bataille qui s'en suit se révèle cependant bien plus accrochée que ce à quoi s'attendait le champion de Tzeentch, qui voit ses guerriers se faire abattre, dépecer et recycler3 par les sac d'os, tandis que lui se trouve fort occupé à repousser les assauts d'un Necropolis Stalker en furie, dont l'un des aspects et des crânes se révèle être occupé par feu (rose de Tzeentch) Ammerhan. Après avoir mis son ancien professeur K.O./Chaos, Markash doit recommencer avec un duelliste Aelfe, un Stormcast Eternal, et une maîtresse bâtonnière bien vénère, qui prélèvent chacun un peu de son endurance et quelques éléments de son anatomie au passage. Finalement vainqueur de ce 1 vs 4 imprévu, et seul survivant de l'équipe anarchiste (je ne compte pas Palfuss, qui se contente de prendre des notes dans un coin), Markash exulte un court instant... avant de se faire prendre la tête d'un coup de faux par le Mortisan Soulreaper de garde. Pas très fair play, ça. Par un étrange revirement de situation, peut-être dû à l'endroit où se déroule le récit, ce n'est pas la fin pour notre champion déchu, qui contemple d'un air (et d'un crâne) détaché son corps être collecté par les Ossiarchs, et sa tête incorporée au Stalker qu'il venait de vaincre, en remplacement de ce bon à rien d'Ammerhan. Sonné par l'expérience, il se "réveille" un peu plus tard dans son nouveau corps, totalement rallié à la cause du Nag' grâce aux bons soins des Mortisans Soulmasons, qui ont remplacé toutes les mentions de Tzeentch dans son code interne par Nagash. Voilà un bel exemple d'économie circulaire appliquée. Les Soulmasons ne l'ont toutefois pas débarrassé de sa croyance en la destinée, et Markash se fixe donc le but de grimper dans la hiérarchie des Ossiarch Bonereapers jusqu'à devenir Katakros à la place du Katakros4. Il faut bien avoir des rêves dans la (non) vie. L'histoire se termine avec le retour de notre héros devant Knazziir, où il a le plaisir de défier en duel son ancien assistant de direction, qui n'a pas fait grand-chose pour venir à son secours lorsqu'il en avait eu besoin. Le combat entre un Markash calcifié et un Stayn Lishik sur-stuffé (il a récupéré l'épée de son patron) est rapidement expédié, et le vaincu mis à profit pour construire un petit Kavalos (triste destin pour un chevalier du Chaos). Comme quoi, il n'est jamais trop tard pour opérer une réorientation professionnelle dans le monde merveilleux d'Age of Sigmar. Soumission sympathique de la part de Michael Fletcher, A Tithe of Bone permet au lecteur d'en apprendre un peu plus sur la nouvelle faction des Ossiarch Bonereapers, et plus particulièrement, sur les mortels Necropolis Stalkers que notre héros finit par rejoindre, d'abord à sa tête défendante. Si le titre et la structure de la nouvelle permettent au lecteur d'anticiper le triste destin de Markash, que l'auteur arrive bien à "caractériser" dans les quelques pages qui précèdent sa dernière sortie en ville, le choix de Fletcher de poursuivre la narration après la décapitation de son héros, pour surprenante (dans le bon sens) qu'elle soit, lui permet d'explorer plus en profondeur les arcanes et le fonctionnement de troupes de choc de Nagash. On sort de cette nouvelle avec une meilleure idée du potentiel et de la dangerosité des Ossiarch Bonereapers, qui ne sont définitivement pas venus dans les Royaumes Mortels pour faire de la figuration. Do fear the reapers... 1: Vu de loin, on aurait dit Hitler dictant ses pensées à Rudolf Hess, sauf que le livre se serait appelé 'My Change' au lieu de 'Mein Kampf'. 2: D'où dérive ce cri de guerre bien connu: "Ktchaynik, Ktchaynik,Ktchaynik... Aïe Aïe Aïe". 3: Les Ossiarch Reapers ont bien des défauts, mais ce sont les champions incontestés du tri sélectif des Royaumes Mortels. 4: Ce même sentiment le pousse à bolosser ses camarades de crâne, sur lesquels il a prouvé sa supériorité. Il existe donc dans les armées de Nagash un Necropolis Stalker qui n'utilise qu'un seul Aspect - l'aspect de Bogosserie - pour tataner ses adversaires. C'est ce qui s'appelle avoir une nuque roide. Beneath the Rust - G. Lyon : Jusqu'où faut-il aller pour conquérir un prospect? Pour Borri Kraglan, Endrinrigger (euse?) de son état, et rattachée par ses supérieurs de Barak-Nar à l'accompagnement de l'expédition de la Fraternité Sigmarite en Chamon, la réponse est assez simple: les Stormcast Eternals qu'elle et ses comparses Kharadron over-chapeautent ayant découvert un réseau de tunnels s'étendant en dessous du lieu qu'ils ont choisi pour bâtir un avant-poste, il faudra accompagner les surhumains azyrites dans leurs aventures cataphiles (contre monnaie sonnante et trébuchante après établissement d'un avenant au contrat, bien sûr). Pour être complet dans notre introduction, précisons en outre que le bout de terrain sélectionné par la Fraternité était auparavant squatté par une horde de disciples de Khorne mal léchés, dispersés à grands coups de marteau dans les gencives pour leur apprendre à respecter le droit de propriété. Sans blague. En plus de Borri Kraglan, les spéléologues en herbe et armures de plates complètes comptent Mr et Mme Steelfist, respectivement Capitaine Arkanaute et Endrinrigger (et meilleure amie - et bien plus encore - de Borri), accompagnés d'une bande de farouches corsaires Kharadron, et un petit groupe de Stormcast voltigeants (super choix pour explorer des tunnels), menés par le très zen Venator Ferram Drakesbane. Si tout se passe assez normalement pendant les premiers temps de la descente, les choses se compliquent cependant assez rapidement, les visiteurs se trouvant confrontés à une nouvelle vague de Khorneux assez chafouins que l'on vienne à nouveau violer leur intimité (un vrai truc de Slaaneshi!). Après une escarmouche rapidement remportée par les forces de l'Ordre, la tension a bien du mal à retomber entre les Kharadron, qui sont même à deux doigts de commencer à se mettre sur le masque. Grâce à ses super pouvoirs de Reforgé et sa pratique intensive de la méditation, Ferram met toutefois rapidement le doigt sur le problème: une influence maléfique rend les Duardin très irritables (lui-même et les autres Stormcast étant immunisés à ces effets délétères). Rendue consciente du problème, mais ayant bien du mal à ne pas claquer le beignet de Harek Steelfist, auquel elle n'a jamais vraiment pardonnée de lui avoir "volé" sa BFF Mala, Borri fait de son mieux pour ne pas piquer sa crise, d'autant plus que sa chère et tendre n'est pas revenue avec les Prosecutors de Ferram de la poursuite engagée des fuyards chaotiques. Les recherches de nos héros finissent par les amener dans un cul de sac, ce qui énerve (logiquement) suffisamment Harek pour qu'il balance un coup de poing dans le mur... ce qui permet d'ouvrir une porte cachée, apparemment équipée d'un rage-o-mètre intégré1. Derrière cette paroi, l'expédition retrouve enfin Mala, allongée sur autel maculé de sang et entouré d'une douzaine de Bloodreavers, qui ne résiste pas longtemps à la mauvaise humeur ni aux munitions perforantes des Kharadron. Alors que les choses semblent s'améliorer, une remarque malheureuse de Borri à Harek fait déborder le vase à éther-or de ce dernier, qui se met en tête d'apprendre à cette mégère non apprivoisée à se mêler de ses affaires, à coup de hache si nécessaire. Dans la confusion qui s'ensuit, Borri met un coup de scie éthermatique mal placé dans l'autel, qui se fend en deux dans un déferlement de visions sanguinaires. Lorsque notre héroïne revient à elle, le boss de fin de la nouvelle a fait son entrée comme le prince démon de Khorne qu'il est, et s'active à massacrer tout ce qui a le malheur de croiser le chemin de sa hache. Le petit laïus explicatif de rigueur rapidement expédié par le toujours aussi chill Ferram, il faut maintenant à nos héros trouver un moyen de bannir leur Némésis. Ceci sera fait grâce au détournement des enveloppes porteuses (mon dieu que ce terme est moche) de Borri et Mala, transformées en bombes artisanales en deux tours de clé à molette par les ingénieux Duardin. Il faudra tout de même que Ferram se sacrifie noblement pour aller faire détonner le deuxième drone piégé au contact du démon pour arracher la victoire, qui se soldera en outre par la mort de Mala, qui poussera cet empoté de Harek hors de la trajectoire de la hache de Dédé mais encaissera à sa place l'ultime horion du Khorneux. C'est ça aussi d'avoir une Initiative de 2. Unis dans leur chagrin, mais également dans leur détestation mutuelle, Borri et Harek remontent à la surface, et la nouvelle se termine avec la décision de la première d'aller explorer les Royaumes pour se changer les idées. Après tout, pourquoi pas. Pas grand-chose à se mettre sous la dent avec ce Beneath the Rust, tant au niveau de l'intrigue, d'une simplicité consommée, que des éléments fluff apportés par Lyon. C'est d'autant plus dommage que l'auteur aurait pu rendre son propos plus intéressant sans apporter de grands changements à son récit, par exemple en gardant la cause de l'énervement suspect des Kharadron pour la conclusion de la nouvelle, au lieu de l'éventer après la première escarmouche: la tension narrative en aurait été préservée. Je note également que Lyon s'inscrit à contre-courant de la tendance actuelle des auteurs d'Age of Sigmar de faire de la Reforge des Stormcast Eternals un événement traumatique et redouté par ceux qui y sont soumis: ce brave Ferram Drakesbane n'hésite en effet pas une seconde à se changer en kamikaze pour remporter la victoire, en justifiant sa décision par son immortalité. Il revient d'ailleurs en fin de nouvelle partager le deuil de ses camarades, sans apparaître avoir changé d'un iota: vu comme ça, c'est vraiment cool d'être un Stormcast. Finalement, l'élément le plus mémorable de Beneath the Rust restera sans doute le triangle amoureux entre Borri, Mala et Harek, inédit à bien des aspects. Ce n'est pas vraiment ce à quoi de m'attendais en commençant la lecture d'une histoire de Nains steampunk se déroulant dans un univers med-fan, mais (à nouveau) pourquoi pas. 1: C'est un peu comme lorsqu'on arrive faire fonctionner un appareil ménager en tapant dessus. Cette bonne vieille énergie cinétique a accompli bien des miracles que la science peine à expliquer. The Unlamented Archpustulent of Clan Morbidus – D. Guymer : C’est un jour spécial qui se lève commence (le soleil brille-t-il ici ?) à Vile Ville pour Rattagan Borkris, l’honorable Malfaisant Supérieur de l’Eglise de la Ruine Rongeuse. À la suite du décès brutal, mais pas totalement imprévu de l’Archipustulent Heerak Gungespittle, la charge occupée par ce dernier est vacante, et notre héros compte bien la faire sienne. S’il parvient à ses fins, il occupera une position de choix au sein du clan Morbidus, et pourra rêver à siéger un jour au sein du Conseil des Treize, si le représentant actuel de sa faction devait lui aussi avoir un accident malheureux. Pour cela, il lui faut remporter l’élection du Lycée des Lecteurs, dont les vingt-et-un membres doivent se réunir sous peu pour désigner le nouveau chef spirituel du clan. Pouvant compter sur le soutien de huit des cardinaux, Borkris est pleinement confiant dans la suite des événements, n’ayant besoin que de convaincre deux autres votants de la qualité de sa candidature pour accéder à la fonction à laquelle il aspire. Cependant, l’ambitieux Supérieur doit compter avec deux rivaux, tout aussi déterminés que lui à prendre en patte la destinée du clan. Hascrible, un simple moine de la Peste, compensant sa cécité et ses origines serviles par un zèle implacable et une dévotion exubérante envers le Grand Corrupteur, a l’oreille des masses laborieuses et du bas clergé Morbidus, et constitue donc une force avec laquelle il faut compter. Le Verminable Dengue Cruor, 500 ans bien tassés et de fait doyen de l’assemblée, est un autre prétendant valide à l’élévation, et le seul disposant d’une influence à même de rivaliser avec celle de Borkris. Coup de chance pour ce dernier cependant, Nicodemus a eu une panne de rat-veil ce matin, et avec l’absence simultanée d’un autre Lecteur, Drassik, il n’a besoin que d’un vote supplémentaire pour devenir rat-life à la place du rat-life. À quelque distance du Temple Fendillé, où se tiennent les débats, nous retrouvons les deux absents, occupés à d’importants préparatifs. Cruor, en sa qualité de Sage Bilieux de la Voie Extirpée et maître des potions, s’active à une concoction un peu spéciale en vue de faciliter sa future élection. Drassik, de son côté, le seconde de son mieux, en lui fournissant une moustache, puis son dernier rât-le, deux ingrédients nécessaires à la réussite du gaspacho mitonné avec application, plutôt qu’avec amour, par l’ancien maître. N’ayant pas vu passer l’heure, il se hâte ensuite vers le concile, où les choses ont avancé plus vite qu’il ne l’avait prévu. Le premier tour de vote n’a en effet rien donné, Borkris ratant l’élection à une voix près, secondé de plus loin par Hascrible, qui demande de manière véhémente un recomptage des voix (ce n’est pas parce qu’il est aveugle qu’on peut la lui faire à l’envers), et, à la surprise générale, y compris la sienne, par un troisième larron, Salvik Rakititch, joueur du FC Rat-rcelone, plénipotentiaire du clan sur Aqshy. Les débats ayant été levés pour la journée, Borkris s’empresse d’aller à la rencontre de Rakititch afin de lui proposer une offre qu’il ne pourra pas refuser, et cimenter ainsi son prochain succès. Alors que nos deux larrons étaient sur le point de conclure un accord, l’intrusion soudaine de Hascrible et de ses zélotes, animés de mauvaises intentions (ce qui est mal) et armés de fléau à malepierre (ce qui est pire), vient sonner la fin des pourparlers, et force les intrigants à chercher la protection de leurs escortes respectives. Il faudra l’intervention musclée autant que solidaire des septons du Temple Fendillé pour stopper l’alga-rat-de, au cours de laquelle Rakititch essaiera de zigouiller Borisk, sans succès (c’est résistant, un rat de Nurgle), qui lui rendra la pareille de façon plus efficace. Un de moins. Carton plein pour Guymer, depuis le titre savamment sophistiqué de sa nouvelle jusqu’à la conclusion, convenablement tragi-comique (ce terme a été inventé pour les Skavens) de cette dernière. Ayant pu lire beaucoup de bien à propos des ouvrages de notre homme pour la Black Library, sans avoir été personnellement emballé par rien de ce que j’avais pu lire de sa prose jusqu’à présent, que ce soit dans le Monde qui Fut (The Tilean Talisman) ou les Royaumes Mortels (God’s Gift), j’étais plus qu’un peu dubitatif sur la hype entourant le sieur Guymer. The Unlamented… est la soumission qui a mis tout le monde (c’est à dire votre serviteur et le reste de l’univers) d’accord sur le sujet, et plutôt à l’avantage de notre auteur, ce qui est le meilleur scénario possible (croyez-le ou pas, mais je préfère lire des textes qualitatifs, même si, je l’avoue, chroniquer des scories littéraires est généralement une entreprise assez rigolote). Pour aller un peu plus loin dans l’exposition de mes louanges, je distinguerai trois sources principales de satisfaction : le fond, la forme, et le parti pris de narration. Par ce dernier terme, j’entends le choix fait par Guymer de plonger directement dans le lecteur dans le cœur du lore d’Age of Sigmar, sans prendre le temps de lui présenter/prémâcher le background de base des factions mises en scène (ici les nobles Skavens). Je n’ai aucun problème à reconnaître que les premières pages, et la première lecture en général, de The Unlamented… ont été un peu ardues pour moi, même si je me considère comme raisonnablement calé en matière antropomurine. Mon bagage de connaissances, hérité quasi-exclusivement de mes lectures WFB, s’est en effet avéré insuffisant pour couvrir l’organisation ecclésiastique du clan Morbidus1, autour de laquelle Guymer construit l’intrigue de la nouvelle. Entre les noms, les titres et les relations de pouvoirs des membres du Lycée des Lecteurs du Clan, il est assez facile de s’emmêler les moustaches au sujet de qui veut faire quoi et tuer qui. Personnellement, cette approche « rentre dedans » me plaît davantage que la tendance inverse, consistant à tout expliquer, souvent de façon très scolaire – et donc assez ennuyeuse – pour être sûr de ne pas perdre le lecteur, surtout si ce dernier a des chances d’être neuf dans le Zhobby. Inferno! étant un produit plutôt destiné aux vétérans de la BL, le choix de Guymer m’apparaît tout à fait valide, et assez valorisant pour le public, qui appréciera sans doute qu’on ne le prenne pas pour le dernier des noobs (même si nous sommes tous passés par là). Deuxièmement, la forme est donc également une source de satisfaction. On se trouve en présence d’une vraie nouvelle, dont l’intrigue se développe et mature au fur et à mesure que les motivations et les projets des trois personnages principaux sont présentés. Les péripéties s’enchaînent de façon convaincante, alternant entre intrigues et confrontations, parfois violentes, de nos cardinaux scrofuleux. Enfin, la conclusion vient illustrer de façon adéquate pourquoi les Skavens, malgré tous les avantages à leur disposition par rapport aux autres factions d’Age of Sigmar, n’ont pas réussi à conquérir les Royaumes Mortels (et n’y arriveront sans doute jamais). Cette tendance à l’autodestruction, de manière spectaculaire, douloureuse et distrayante (vue de l’extérieur) est en effet une marque de fabrique de cette noble race, et il aurait été déplacé de ne pas y faire référence. Enfin, le fond est lui aussi à l’honneur dans The Unlamented…, Guymer parvenant à retranscrire de belle manière le fonctionnement et les luttes intestines du Clan Morbidus, tout en nourrissant généreusement son lectorat d’éléments fluff sur l’organisation de ce dernier, sa place dans la société skaven et son territoire au sein de Vile Ville. Même si la nouvelle ne contient pas de révélations majeures sur le background raton, elle est suffisamment bien écrite pour satisfaire l’amateur, qui en retirera des éléments intéressants, et une meilleure compréhension de l’organisation (ou de son manque) des suivants du Rat Cornu. Bref, un très bon cru que The Unlamented Archpustulent of Clan Morbidus, et un mètre étalon raton à garder en tête pour les prochaines soumissions de David Guymer. 1 : Et pourtant, j’ai une copie des Uniformes et Héraldiques Skavens, dans lequel le Clan a été introduit. The Siege of Greenspire – A. Stephens : Ambiance tendue dans la tour de guet de Greenspire, dirigée par la Capitaine vétéran Brida Devholm. Eprouvée par des accrochages de plus en plus fréquents avec les mutants et les Tzaangors hantant le Hexwood, sa garnison est en sous-effectif, et les nouvelles recrues qui lui ont affectée en renfort ne se montrent guère à la hauteur des espérances de l'officier. En témoignent les maladresses de Kende, un paysan fraîchement reconverti dans les choses militaires, et qui commence la nouvelle en fracassant un tonneau de poudre noire sur le sol, avant d'être pris en train de roupiller à son poste quelques heures plus tard en compagnie d'une autre novice, Raella. Fort heureusement, Brida peut également compter sur la compétence et le dévouement de ses frères d'armes, à commencer par ceux de son second, le Lieutenant Duardin Drigg, et du Sergent Brock, tout juste revenu d'une mission d'approvisionnement l'ayant mené à Fort Gardus. Chargeant chacun de la supervision d'un des pioupious mal dégourdis, elle organise avec une anxiété croissance la préparation de Greenspire à une nouvelle attaque chaotique, qui ne saurait malheureusement tarder. Les choses prennent un tour encore plus sombre lorsque Drigg découvre à la faveur d'un contrôle de routine que l'un des canons de la tour a été saboté. Un peu plus tard dans la même journée, ce sont les cas de gastro-entérite aiguë qui se multiplient, reléguant une bonne partie de la garnison aux toilettes de l'infirmerie. La nature suspicieuse de Brida ne met pas longtemps à la convaincre qu'un traître est à l'oeuvre à l'intérieur de la tour, mais le temps lui manque pour effectuer une enquête poussée: la vigie signale en effet l'arrivée d'une horde d'emplumés, qu'il s'agit de repousser bellement avant que justice ne puisse être rendue. Malheureusement pour la milice de la Justice de la Dame, l'agent double n'a pas chômé, et ils découvrent bientôt que la totalité de leur stock de poudre est impropre à l'utilisation, tandis que le feu d'alerte au sommet de Greenspire refuse obstinément de passer au rouge (c'est bien la première fois que quelqu'un s'en plaint), et ainsi de signaler aux tours voisines la situation périlleuse dans laquelle Brida et ses hommes se trouvent. Les soupçons de cette dernière se portant sur ce bon à rien de Kende, ainsi que sur la préposée aux canons Orla, dont les agissements au cours des dernières heures lui apparaissent comme hautement suspects, la Capitaine ordonne à Brock de les placer en détention le temps que l'attaque soit repoussée, si elle peut encore l'être... Début satisfaisant de la part d'Anna Stephens, qui choisit pour l'occasion de disserter autour de thèmes classiques de ce genre de littérature: le dernier carré épique d'un petit groupe de héros et la présence d'un traître parmi ce même groupe de gens de bonnes mœurs. Mission remplie sur les deux tableaux, même si la brièveté de la nouvelle se ressent sur l'une et l'autre des dimensions narratives choisies: la bombe F (comme farine) concocté par Brida et Cie s'avère d'une efficacité redoutable, tout comme la culpabilité de Brock crèvera les yeux du lecteur familier des romans policiers. En 17 pages, difficile de faire mieux (c'est à dire plus complexe), et quand on compare The Siege of Greenspire à From the Deep, autre récit inaugural d'une auteur bien établie mettant en scène la défense par l'Ordre de ses terres (ou mers) devant l'attaque d'armées chaotiques, on se dit que l'on a définitivement gagné au change. On notera également la fin à suspens dont Stephens gratifie son récit, qui débouchera peut-être sur d'autres textes détaillant ce qui semble être un assaut de grande ampleur des Bêtes du Chaos sur Hammerhal-Ghyra. C'est osé pour une première soumission, mais après tout, les éditeurs de la BL ont laissé faire, donc pourquoi pas... Ghosts of Khaphtar – M. A. Drake : La Mer de Khaphtar, en Shyish, est tarie. Si on peut remercier les plombiers Skavens pour ce haut fait d'ingénierie appliquée (qui a tout de même provoqué de légers dégâts des eaux et des os dans Vile Ville), ce drainage sauvage n'a pas fait que des heureux, en particulier les habitants de l'enclave Idoneth de Khaphatar, que cet assèchement subit autant que subi a placé sous le regard furibard de Nagash (qui n'apprécie guère qu'on lui pique des âmes quand il a le dos tourné). S'étant absentée avec sa partie de chasse pour faire du spiritisme sur les côtes avoisinantes au moment des faits, la Soulrender Akhlys ne peut que constater l'étendue (boueuse et salée) du désastre, et se détourner de sa patrie, désormais perdue, pour entreprendre le périlleux voyage jusqu'à l'enclave la plus proche, Mor'phann. En plus de devoir passer par des territoires tenus par les suivants du Grand Nécromancien, les Idoneth doivent également composer avec la rarification des courants éthériques qu'ils mettent à profit pour se déplacer, condamnant leurs poissons de guerre à une asphyxie rapide, et - plus grave - notre héroïne à se débarrasser de son casque cérémoniel, bien trop lourd et encombrant pour être porté à l'air libre. Bref, c'est la lose. Escortée d'un Tidecaster traditionaliste (Tethyssian), d'un trio d'Akhelians démontés et d'un groupe de Namarti rendus encore plus obtus qu'à l'accoutumée par cette crise inédite de liquidité, Akhlys choisit de privilégier une approche furtive lors de la traversée de l'Isthme Blanchi, qui relie la nouvelle Mer Morte de Shyish - c'est dans l'esprit me direz-vous - au Quagmire qui abrite Mor'phann. Cependant, les survivants auraient grand besoin de récupérer des âmes en route, d'abord pour remettre sur pieds les blessés qu'ils transportent avec eux, mais également redonner du pep's et des yeux runes brillantes à leur contingent de Namarti, et, pourquoi pas, avoir de quoi monnayer leur passage jusqu'à Mor'drechi auprès des autochtones1. Cela tombe bien, un village fortifié se trouve sur leur route, et nos Idoneth mettent à contribution les malheureuses sentinelles qui croisent leur route pour se requinquer, l'altruiste Akhlys décidant de claquer ses âmes mal acquises au bénéfice de la classe laborieuse des Idoneth, plutôt que les garder de côté pour plus tard. La progression de la cinquième colonne finit toutefois par être repérée par les natifs, qui se mettent à donner la chasse aux militants de Sea Shepherd, juchés sur leurs échasses et tromblons à la main (un beau mélange). Ils peuvent également compter sur le support de la milice locale, constituée des cadavres animés de leurs anciens, et sur l'appui aérien prodigué par Batgirl, une vampire ailée à faux cils et faucille, ne se déplaçant jamais sans ses nuées de chauve-souris de compagnie. La nouvelle change alors de rythme, et se mue en retraite stratégique/course éperdue vers l'océan, qui n'est bien entendue pas sans prélever un lourd tribut parmi les Deepkin. Lorsque ces derniers parviennent, après avoir remporté de haute lutte cette course à la mer, à se mettre enfin à l'eau, ils ne sont plus qu'une poignée, dont l'increvable mais bien crevée Akhlys, dont la trépanation sauvage de la suceuse de sang a plongé le reste des poursuivants dans la confusion. Il sera temps plus tard de se soucier de l'accueil réservé par les Mor'phann à leurs cousins mergains, pour l'heure, notre héroïne profite d'une thalassothérapie bien méritée, même si les vagues de la Quagmire ont une qualité huileuse assez particulière. Comme quoi, l'herbe peut être plus verte chez le voisin, mais l'eau n'est pas forcément plus propre. Cette nouvelle soumission consacrée par Drake aux Idoneth Deepkin s'inscrit dans la droite lignée de The Harrowing Deep, publié quelques jours avant la sortie de Oaths & Conquests. On y retrouve le parti pris de l'auteur de plonger sans ménagement son lecteur dans les arcanes du fluff de la faction des Aelfs nautiques, en abreuvant largement ce dernier de références (en particulier géographique) dont il devra se dépatouiller comme un(e) grand(e). Subtilité/complexité supplémentaire, Miles Drake intègre à son intrigue des éléments de background tirés de Malign Portents, où il est pour la première fois (à ma connaissance) fait mention de l'enclave de Khaphtar, et des conséquences de ce relativement nouvel arc narratif, comme le drainage de la Mer de Khaphtar. Au final, si vous n'êtes pas un minimum familier avec la civilisation des Idoneth (en particulier leur dépendance aux courants éthériques) et avec le néo-fluff des Royaumes Mortels, il se peut que vous ayez un peu de mal à vous repérer dans cette histoire, qui est sinon assez simple dans sa construction (une petite bande de survivants doit aller d'un point A à un point B sans se faire repérer). J'ai d'ailleurs trouvé The Harrowing Deep plus intéressant à lire, car Drake y livrait une double intrigue (la chasse au gros d'un côté et la rivalité entre les héros de l'autre), alors que Ghosts of Khaphtar se rapproche de la nouvelle d'action made in BL, dont le but premier est de romancer une bataille pour permettre à une partie du bestiaire de la faction mise en avant de s'illustrer au combat. Dommage que l'auteur ait terminé son propos avant qu'Akhlys et ses derniers suivants n'aient fait leur jonction avec leurs cousins Mor'phann: assister à la rencontre des ressortissants de deux enclaves Idoneth aurait été intéressant, car les relations ne semblent pas au beau fixe (ou au Grand Bleu) entre les habitants de Bikini Bottom. Au titre des satisfactions, relevons la touche d'exotisme que Drake insuffle à son récit avec sa description des pêcheurs de Shyish, qui avec leurs échasses, leurs arquebuses et leurs accessoires de bois flotté et plumes de mouettes, s'avèrent être hauts en couleurs. En comparaison, la vampire qui sert d'antagoniste principale apparaît comme assez quelconque, et pas vraiment mémorable. Une nouvelle plus compliquée que complexe au final, et s'adressant davantage aux fluffistes acharnés d'Age of Sigmar qu'aux lecteurs casu' de la BL, même si la marche n'est pas inatteignable pour les seconds. 1: C'est bien connu, les Mor'phann sont des morfales (d'âmes). Bossgrot – E. Gregory : Gribblak, boss du Gobbolog Skrap, rencontre un problème de leadership des plus sévères, qui pourrait bien remettre sa place dans la hiérarchie, ainsi que son intégrité physique, en question. Après une nouvelle bataille catastrophique contre un ramassis de cultistes de Khorne ayant eu la mauvaise idée de faire du camping sauvage dans le parc privé du Loonking, s'étant soldée par une débâcle inqualifiable et la perte de nombreux bons Gits (et d'un Gargant nommé Hurg), Gribblak réunit son Gobex et lui soumet son projet de conquête du jusqu'ici inexpugnable Mont Pizmahr, sur lequel toutes les armées envoyées par Skargrott se sont jusqu'ici cassé le nez (qu'elles ont pointu). Rien de tel qu'une randonnée sous les boulets de canon pour booster le moral des troupes, pas vrai? À sa grande surprise, ses fidèles conseillers, par la voix du chamane Oghlott, expriment un avis contraire de façon très marquée, et enfoncent le clou en révélant au bienheureux Gribblak1 que sa côte de popularité auprès de l'homme de la rue, ou dans notre cas, du Gob' du tunnel, est abyssalement basse, et qu'il ferait mieux de se faire oublier quelques temps s'il ne tient pas à finir en croquettes de squig. "Basses menteries et piteuses billevesées!" s'exclame Gribblak2, qui décide d'aller prendre le pouls de l'amour que ses troupes lui portent en se rendant incognito (une capuche noire suffit, c'est l'avantage avec les Gobelins de la Nuit) dans les baraquements du Skrap. Et là, surprise et désappointement, il se révèle bien que tous ceux auxquels il parle nourrissent de bien sombres desseins à son égard, et ne rêvent que de le voir périr de la façon la plus divertissante possible. Comprenant qu'il n'est plus le bienvenu parmi les siens, et proprement renversé par le putsch tramé par ce traître d'Oghlott pendant qu'il faisait du micro-trottoir, Gribblak décide de montrer au monde de quel bois il est fait et de prouver à tous que le peuple le plus brave de la Gaule, c'est lui! Ou quelque chose comme ça. En tout état de cause, il profite du tumulte pour aller chercher son véhicule de fonction (un beau duo de Manglers) au sous-sous-sol, et partir en catimini et en laissant ouvert l'enclos à squigs, car sinon c'est pas drôle. Les problèmes se succédant les uns aux autres, il se rend rapidement compte qu'il n'a jamais passé le permis S, et s'il parvient à diriger sa deux chevaux squigs dans la bonne direction, il bute en revanche sur l'usage du levier de vitesse. Repéré par les gardiens du Mont Pizmahr, l'audacieux Git se fait canarder de toute part, crève un pneu, puis l'autre, pour finir catapulté sur le toit d'une des bâtisses du camp retranché maintenu par les cités de Sigmar sur cette montagne. N'ayant heureusement pas été repéré par les zoms qui ont bassement plombé ses montures, notre héros réalise qu'il s'est attaqué à un trop gros morceau, et qu'il sera déjà chanceux de faire ce que la Mauvaise Lune sait faire de mieux: s'éclipser. Trahi par la ferraille mal entretenue qu'il trimbale sur lui, Gribblak attire l'attention de la garnison, mais parvient à subtiliser une arquebuse à l'un de ses poursuivants avant de s'élancer dans un zig-zag éperdu qui finit par l'amener devant un Celestial Huricanum expérimental, en pleine opération de divination... Eric Gregory signe une petite nouvelle très rigolote3, et presque émouvante par endroit (ce pauvre gobbo que personne n'aime alors qu'il se croyait populaire... c'est d'un triste!), qui ferait presque figure de fable dans le monde cruel et sanglant d'Age of Sigmar. Oubliez La Petite Poule Rousse (The Little Red Hen en VO, d'où vient l'expression "the little hen that could"), place au Vaillant Petit Gobelin, qui a réussi - sur une succession de gros coups de bol, il faut le reconnaître - à regagner l'estime de sa tribu et enlever une forteresse qui résistait aux armées de Loonking. Bon, il a probablement causé la mort de quelques dizaines de braves soldats et mages humains, qui étaient sans doute de bons bougres, mais on n'est pas à quelques victimes collatérales près. Il est rassurant de voir que la Black Library n'a pas complément fermé les vannes du second degré en matière de GW-Fiction, et autorise de temps à autre un de ses auteurs à soumettre ce genre de nouvelles. Après le positivement répugnant Gloomspite d'Andy Clark, dépeignant la faction sous son (absence de) jour le plus détestable et sadique, une alternance plus légère complète bien le "spectre" gobelinoïde dans la littérature BL. Il en faut pour tous les goûts. 1: En même temps, ce serait déplacé que de lui reprocher d'avoir la tête dans la lune: il a tout fait pour et en est très fier, merci pour lui. 2: Enfin, il aurait certainement dit ça s'il avait le vocabulaire nécessaire. En l’occurrence, il s'est contenté d'un "céfô". 3: Ma punchline préférée étant "‘You boys remember,’ Vork interrupted, ‘when we lost a lair to those trees? Trees in a cave. I never.’" Ashes of Grimnir – M. Hollows : La Loge d'Ealrung traverse une bien mauvaise passe. Située dans un petit volcan de Shyish, elle est assiégée ad vitam aeternam par les hordes désincarnées de Nagash, décidément guère partageur. Sentant la fin arriver sous peu, le Runemaster local, Orrag-Un, en est réduit aux mesures désespérées et se déverse un kilo de coke1 sur le pif, pendant que ses coreligionnaires chantent « pin-pon » (le chant secret des Fireslayers, qui leur permet de résister à la chaleur du magma) autour de lui. Inspiré par l’expérience, il subit plusieurs visions, à commencer par un petit teaser de la chute prochaine de la forteresse, mais parvient tout de même au bout de plusieurs tentatives à visionner le tuto « comment éviter l’annihilation (quand on est petit et roux) » sur la chaîne YouTube personnelle de Grimnir. La réponse divine, qu’il s’empresse de rapporter au Père des Rune Ealgrum-Grimnir et à sa cour (après avoir terminé son bad trip), est d’une simplicité enfantine : il faut que les Fireslayers aillent récupérer l’ur-or qui les attend dans la montagne de chez Smith d’en face. Problème, Ealgrum est moyen-chaud (un comble pour un Fireslayer) pour envoyer des guerriers dans une quête annexe, alors que la survie de la PME familiale est sévèrement menacée. Qu’à cela ne tienne, son unique fille, Varga (Agnès de son premier prénom), est prête à rendre son vieux pôpa fier en allant chercher le bling avec quelques volontaires pendant que ses douze frères se contentent de faire des nœuds dans leur barbe d’un air gêné. Girl powaaa. Accompagnée par Groggni, Oncle des Runes par la force des choses, le fyrd de ce dernier, un apprenti Runesmither raté (Ongrad) et un Berzerker à l’épiderme plus brillant que sa conversation (Ardvig), Varga part en direction de la montagne que lui a indiqué Orrag-Un, qui se trouve être la même vers laquelle son 13ème frère Grumgran s’est dirigé il y a des années, lorsqu’il a tenté (sans succès notable) d’ouvrir une franchise indépendante. Bien évidemment, les morts sans repos ne comptent pas laisser passer les Duardin sans leur jouer de vilains tours, comme leur souffler froidement dans le cou au passage, ce qui est très désagréable. La première embuscade, coordonnée par une Gardienne des Âmes mal-aimable, permet à notre petite troupe de gagner des points de style en fourrageant des spectres de bas niveau (comprendre qu’aucun personnage nommé plus de deux lignes avant ne meurt). Varga fait sa part du travail et mène par l’exemple en (tentant de) piquer à re-mort les assaillants avec vigueur, mais des résultats aléatoires. Saleté de règle spéciale « Ethéré ». Heureusement, Advig le fan de runing2 est là pour dissoudre les ectoplasmes entreprenants, et la petite troupe peut bientôt repartir. Arrivés à destination, les quêteux se rendent rapidement compte que cette dernière a été aménagée par la main de l’homme/du nain. Jonchées de cadavres plus ou moins décomposés, les galeries souterraines s’avèrent être désertes, mais alors qu’ils se rapprochent du cœur de la montagne, les morts se mettent soudainement à se réveiller… Michael J. Hollows signe avec Ashes of Grimnir une honnête nouvelle filler, et fait donc ses débuts au sein de la Black Library sans se faire remarquer, ni en bien ni en mal4. En choisissant de mettre en scène une faction (les Fyreslayers) dans une de leurs occupations iconiques (le scrap-booking la recherche d’ur-or perdu), l’auteur fait œuvre de vulgarisation fluffique, ce qui est l’une des lignes éditoriales de Nottingham, ne l’oublions pas. Petit twist dans un tableau sinon très (trop) classique, l’utilisation par Hollows d’un personnage principal féminin, Varga, en lieu et place du héros velu5 que nous étions en droit d’attendre ici, pourra être perçu soit comme une addition bienvenue, soit comme un quota « diversité » requis par l’époque, selon le point de vue depuis lequel on se place. La randonnée mortelle de la Sharon Stone de Shyish (vu son amour pour le meurtre au pic – peut-être à glace – ) et de ses ouailles, s’il elle se révèle aussi mémorable qu’un sommaire de Battle Tome, permet au moins à l’auteur de glisser quelques références culturelles et arcaniques bienvenues, comme ce « clouage de runes » improvisé pendant le combat final, que je ne m’imaginais pas vraiment comme ça, mais maintenant c’est canon. Reste à évoquer la conclusion du récit, et les conséquences aussi tragiques que surprenantes (en termes de déroulé de l’intrigue) du retour tardif de Varga jusqu’à son camp de base. Illustration que la prophétie n’est pas une science exacte, ou perche (magmatique) auto tendue par Michael J. Hollows pour convaincre la BL de le refaire bosser sur la suite de la saga de sa Fifi Brin d’Acier personnelle ? À vous de voir. À noter les points communs entre Ashes of Grimnir et La Route de Volturung (le Berzerker abruti, le Maître des Runes paria), même si la longue nouvelle de Haley est bien supérieure à celle de Hollows. 1 : Hollows a beau dire qu’il s’agit des cendres des ancêtres de la Loge, je ne pense pas qu’une substance aussi banale aurait des effets aussi puissants. 2 : À ne pas confondre avec le running. Le runing c’est comme le tuning, mais avec des runes. 3 : Je le souligne car l’auteur prend le soin de préciser qu’Ardvig était déjà mort lorsque Varga parvient à le rejoindre après qu’il ait été presque décapité par son frangin. Logique. Il aurait dû investir dans une Rune de Préservation. 4 : Je m’attendais à bien pire après avoir lu sur le blog Track of Words (qui chronique de façon semi-officielle les sorties de la BL) que son auteur se refusait à faire une revue de ‘Ashes of Grimnir’, car il n’avait pas été emballé par la nouvelle et ne souhaitait pas écrire de critique négative (ce qu’il ne fait effectivement jamais, même lorsque votre humble serviteur considérerait qu’un peu de vitriol ne ferait pas de mal). À ma connaissance, le malheureux Hollows a été le seul contributeure de la BL à recevoir un tel traitement, j’étais donc aussi curieux qu’inquiet de lire de quoi il en retournait. 5: Je ne me prononcerai pas sur la présence de barbe ici, le débat faisant encore rage parmi les experts. Blessed Oblivion – D. Lucas : S’il y a bien une constante dans le monde professionnel, ce sont les effets débilitants et démoralisants que la routine peut avoir sur les travailleurs. Dans le cas, certes assez extrême, de notre héros, le Liberator Klytos de l’ost des Celestial Vindicators, cette routine est littéralement mortelle. Comprendre que le (quasi) quotidien de notre armoire à glace turquoise est de se faire déboîter, éventrer, décapiter, piétiner, empaler, et j’en passe, ce qui le contraint à de fréquents passages sur l’Enclume de l’Apothéose, où il perd à chaque fois des souvenirs de sa vie passée. Et ça, Klytos le vit très mal1. Alors, avant chaque bataille, il passe en revue les éléments – de moins en moins concrets – qu’il lui reste de son existence de mortel : le visage de sa femme et de son bébé, les mains de son père (ou d’un vieux type, il ne sait plus trop). Déployé avec sa cohorte sur une mission humanitaire en Shyish, Klytos n’a pas à attendre longtemps avant d’être à nouveau renvoyé à la case l’enclume départ, après s’être fait ouvrir en deux comme une huître par un Exalted Deathbringer amateur de poésie (et de hache à deux mains). Etant arrivé devant les Six Forgerons juste au retour de leur pause pipe (je les vois mal fumer autre chose), notre héros bénéficie d’une remise en état expresse, et est renvoyé sur le terrain très rapidement, où il retrouve ses camarades éprouvés mais victorieux. Ayant à nouveau perdu un peu de sa mémoire, il sombre dans une rêverie morose tandis les autres Liberators de son unité se livrent chacun à leurs propres rituels post-traumatiques (grosse ambiance chez les Stormcast Eternals). C’est dans cet état contemplatif que son supérieur, le Liberator-Prime Gracchus le trouve. Après avoir proféré quelques politesses mensongères mais motivantes2, Primo décide que le mieux pour Klytos est d’aller voir là-bas s’il y est, ou « mission de supervision de la sécurisation du périmètre allié », comme on dit à Azyrheim. Envoyé se dérouiller les solerets dans les collines avoisinantes, Kly’ tombe par hasard sur une scène de combat opposant un couple de hipsters à un groupe de beaufs. Classique. Sauf qu’à la place des hipsters, il s’agit en fait d’un bretteur et d’une sorcière Aelfe, le premier n’hésitant pas un instant à donner sa vie pour que la seconde puisse jeter un sort mortel aux importuns, en couchant la plupart. Les survivants, un duo de Skullreapers chaperonné par un Slaughterpriest faucheur, n’ont cependant pas de mal à capturer la donzelle pendant la recharge de son blast, et l’histoire se serait sans doute mal finie pour elle sans l’intervention héroïque de Klytos, qui parvient à occire les deux goons. Malmené par le maxi mini-boss, le Liberator se voit déjà repartir à la reforge, mais est à son tour sauvé par l’intervention de la sorcière, qui fait dévorer le prêtre par des lombrics de lumière. Awesome. L’ennemi vaincu, les deux vainqueurs socialisent un peu. L’enchanteresse révèle s’appeler Lichis Evermourn, et être en mission secrète pour récupérer une pierre de royaume cachée dans une maison de campagne abandonnée par son couvent dans l’arrière-pays de Shyish. D’abord peu intéressé par la quête de celle qu’il considère avec méfiance après l’avoir vu égorger son malheureux compagnon (malgré le volontariat de ce dernier), Klytos se fait finalement convaincre par Litchi de lui servir de garde du corps, en échange d’une mémoire restaurée grâce à la magie de la pierre en question. Adieu, veau, Vindicators, cochon, couvée, notre héros déserte et s’embarque pour un trek en pays ennemi avec sa nouvelle patronne. Au bout de quelques jours de marche, les deux lascars arrivent en vue d’une bâtisse qui semble abandonnée… mais ne l’est pas tout à fait. Deux honnêtes cambrioleurs sont en effet à pied d’œuvre lorsque Klytos et Lichis arrivent, ce qui ne plait pas du tout à cette dernière, qui les bouledefeu-ise sur le champ afin de s’assurer qu’ils n’ont pas récupérer la précieuse pierre sur un malentendu. Evidemment, cela ne plaît pas vraiment à Klytos, qui, de rage… se débarasse de son casque. Chacun ses méthodes de gestion de la colère. Rassurée que le grisbi est toujours à sa place, Lichis entraîne son preux mais plus très motivé chevalier servant en sous-sol, où se trouve une crypte. Klytos réalise, un peu tard, que la sorcière n’est qu’une voleuse de tombes de bas étage, ce qui le rend chafouin, mais ses états d’âme sont remis à plus tard lorsque le gardien des lieux se matérialise après que Lichis ait commencé à incanter pour briser le sceau protégeant la pierre. Confronté au cousin germain de Kedrek, Klytos a bien du mal à se faire respecter du Knight of Shrouds en furie et en voix qui se met à le tataner sévère. Entre deux formules ésotériques, Lichis parvient toutefois à balancer un hack à son palouf de compagnie : « Utilise la Force Foi, andouille ! ». Et le pire dans tout ça, c’est que ça marche. Puisant dans des ressources insoupçonnées, Klytos parvient à aligner suffisamment de 6 sur ses jets de dés pour envoyer Shroudie au tapis. Bien joué gamin. Le gardien vaincu et la pierre du royaume récupérée, tout s’annonce pour le mieux pour notre héros, qui insiste pour que mémoire lui soit rendue, malgré la réticence de Litchi… Surfant sur la vague du Stormcast Blues, cette nouvelle introductive de Dale Lucas dépeint avec justesse l’autre côté du masque de bataille des colosses en sigmarite, qui malgré leurs abords stoïques, restent sujets à des doutes et peurs bien humains. Le personnage de Klytos, tenaillé par son devoir envers Sigmar, qu’il vénère par-dessus tout, et son désir – assez légitime – de ne pas perdre tout souvenir de sa vie précédente, offre un mélange complexe de sentiments tourmentés au lecteur, en plus de poser quelques questions intéressantes en matière de fluff (et si l’amnésie progressive des Stormcast Eternals était finalement une bonne chose pour eux ?). À ce rythme là, nous n’aurons guère à attendre avant que la BL ne nous propose des histoires de Stormcast renégats, ou en tout cas émancipés de leur curatelle divine, ce que je suis tout prêt à lire ! Plus sombre et psychologique que la nouvelle Stormcast Eternals classique, Blessed Oblivion a également la bonne idée de mettre en avant une sous-faction assez peu représentée jusqu’ici, les Darkling Covens, et leur rapport pour le moins particulier au concept d’Ordre. Les frictions entre Klytos et Lichis se font ainsi l’écho de l’hétérogénéité des philosophies des différentes cultures que Sigmar et son panthéon ont rallié sous leur bannière, thématique riche de potentiel encore peu explorée par les auteurs de la Black Library, qui ont pour le moment privilégié les coopérations « faciles » dans leurs ouvrages (ceux que j’ai lu en tout cas). Avec autant d’idées pertinentes, et plutôt bien développées, à son actif pour une première soumission, Dale Lucas se positionne naturellement parmi les rookies à suivre de la BL, en espérant que cette dernière poursuive sa collaboration avec cet auteur déjà établi. 1 : On pourrait arguer qu’il n’avait qu’à être meilleur à son taf’ au lieu de claquer aussi souvent, comme un noob. Ce serait vrai, mais peu charitable. 2 : Gracchus complimente Klytos en lui disant qu’il s’est bien battu ce jour. À moins qu’il ait aussi des problèmes de mémoire, il ne lui aura pas échappé que son protégé s’est fait sortir dans les deux premières minutes de la bataille… Blood of the Flayer – R. Strachan : Dans la vie, il y a des gens qui ne sont jamais contents : Alain Souchon, la mère de l'artiste précédemment connu sous le nom de Prince, ou encore le Seigneur Huthor. Au hasard. Comme vous pouvez vous en douter, notre histoire porte sur le dernier de ces trois individus1, chef d'une bande de Maraudeurs chaotiques tout ce qu'il y a de plus vanille sévissant dans le Royaume de Chamon. Connu sous le nom d’Écorcheur, à cause de sa tendance à mal prononcer le nom de ses interlocuteurs, mais aussi son penchant pour le dépeçage, Huthor voue aux Kharadron Overlords une admiration mêlée de profonde détestation, et aimerait bien aller dépiauter les Duardin volants qui sillonnent les cieux du Royaume, vœu pieux pour le moment. Gardez bien ça en tête, on en aura besoin plus tard. Approché par la sensuelle et aguicheuse Dysileesh, godseeker à plus d'un titre, au sortir d'un petit pillage de village, Huthor accepte de souscrire à une offre de découverte des plaisirs Slaaneshi, sans obligation d'achat. Car s'il y a bien une chose qui vénère notre ombrageux héros, c'est qu'on lui dise - justement - qui vénérer. En attendant, c'est la belle vie pour l’Écorcheur et ses disciples, qui se vautrent dans le stupre et la fornication avec abandon. À tel point que Dysileesh finit par accoucher d'un garçon, Vhorrun, dont la paternité reste sujette à débat entre les Maraudeurs. Ah, c'est ça aussi d'avoir des mœurs libres. Etablis dans les ruines de la Forteresse Dorée, les affreux déprèdent aux alentours dans la joie et la bonne humeur, jusqu'à ce qu'il prenne à Huthor l'idée farfelue d'aller chercher des noises aux Rotbringers barbotant au Nord de son domaine, dans les marais d'Onoglop. L'expédition tourne au fiasco, et notre héros se prend une hache rouillée en plein torse en prime, le condamnant à une longue et douloureuse agonie... jusqu'à ce qu'il se réveille guéri (avec un petit coup de croûte de Nurgle, tout de même). Manque de pot, ses gais compagnons étaient tellement convaincus de son trépas imminent qu'ils ont, pour la plupart d'entre eux (y compris cette insatiable Dysileesh), baffré jusqu'à s'en faire littéralement péter la panse. Ralliant à lui ses derniers fidèles, dont Vhorrun et Vhoss, son plus vieux pote et fidèle bras droit, Huthor décide d'aller se mettre au vert pour un temps, abandonnant son train de vie de bobo dispendieux et vain pour aller au contact de la terre (pourrie). Accueillis à tentacules ouverts par les ploucs d'Onoglop, l'Ecorcheur et sa bande coulent des jours heureux pendant quelques semaines/mois/années2, mais un nouveau venu, le Magos Tyx’evor’eth, arrive un beau matin sur son disque à jantes alu pour tenter de rallier Huthor, décidément très demandé par les Pouvoirs, à la cause de Tzeentch. S'étant pris huit râteaux d'affilée, mais sentant que la neuvième tentative serait la bonne, Tyx' repart une dernière fois à la charge, et parvient à piquer l'intérêt du bouseux en lui faisant remarquer qu'il est en train de gâcher ses plus belles années à faire du camping dans un marais. Vu comme ça, c'est plus la même, et Huthor se laisse enfin convaincre de s'habiller décemment et de perdre un peu de poids pour rejoindre les armées de l'Architecte du Changement (le Magos se chargeant de faire disparaître toutes les mutations disgracieuses affligeant notre héros et ses fidèles au passage). Comme vous devez vous en douter, ce ne sera à nouveau qu'une parenthèse dans l'existence de Huthor, qui finit par rejoindre Khorne après une bonne pige à se balader en toge et à (tenter d') apprendre des sorts, et une rencontre décisive avec un Champion Bloodreaver malchanceux mais guère rancunier. La boucle est bouclée, l'Ecorcheur ayant fait le tour du Panthéon chaotique. Désormais accompagné seulement par son peut-être fils Vhorrun (il a buté Vhoss pendant sa période psychédélique, après que ce dernier ait tenté de l'assassiner) parmi ses compagnons initiaux, Huthor n'a plus qu'une chose à faire : aller casser du Kharadron. Je vous avais dit que c'était important. Et comme il a laissé sa collection de disques à Tyx’evor’eth lorsqu'il se sont séparés à l'amiable, il doit utiliser une technique un peu plus rudimentaire : l'assaut aéroporté à base de bestioles chaotiques. Ayant chargé ses suivants de domestiquer toutes les chimères, manticores et autres bêtes de guerre ailées des alentours, il mène son flying circus à l'assaut de la première flotte Duardin ayant eu la mauvaise idée de croiser dans le coin... La troisième fois aura été la bonne, ou en tout cas la meilleure à ce jour, pour Richard Strachan. Après des débuts en demi-teinte dans la gamme horrifique de la Black Library (The Widow Tide et The Growing Seasons), il signe en effet avec Blood of the Flayer sa contribution la plus aboutie au corpus des Royaumes Mortels avec Blood of the Flayer, variation intéressante sur le thème bien connu de la destinée attendant les adorateurs du Chaos, et des répercussions, tant physiques et psychologiques, que leur allégeance envers l'unes des quatre Puissances auront sur eux et leurs suivants. Avec Huthor, véritable mercenaire de la dévotion, Strachan se paie le luxe de passer en revue toute l'anarchique fratrie au fur et à mesure des réorientations professionnelles de Mr I Can't Get No Satisfaction. On notera, pour les plus anciens des lecteurs, la différence majeure entre la "rétractabilité" tolérée dans les Royaumes Mortels, et le caractère irrémédiable du ralliement à tel ou tel Dieu, qui était la norme (sauf exceptions vraiment rarissimes, comme Bel'akor et Archaon) dans le Monde qui Fut. Vous vous souvenez de l'époque où on choisissait son allégeance une fois pour toute, et on la conservait jusqu'à la mort (et plus si affinité)? Pepperidge Farm remembers. Si on peut discuter de la validité fluffique de l'approche de Strachan (avant tout nécessaire à l'intrigue, et peut-être pas à graver dans la guimauve séance tenante), il faut lui reconnaître une belle maîtrise narrative, donnant à son récit un équilibre et une symétrie peu communs dans le corpus de la BL. À partir du moment où Huthor rallie les redgreen-necks des marais d'Onoglop, le lecteur est en mesure de comprendre où l'auteur veut en venir, ce qui ne gâche pas le plaisir de lecture pour autant, notamment grâce à l'inclusion de la rivalité latente entre le seigneur indécis et son héritier putatif, qui permet de garder un peu de suspens. On peut également saluer le petit twist final et sanguin de Strachan, plus sympathique que renversant (sauf pour Huthor, bien sûr), mais qui vient terminer son propos de façon opportune, tant sur le plan stylistique que fluffique. Après tout, une histoire où le protagoniste est un suivant des Dieux Sombres ne peut pas bien se terminer, c'est contractuel. Bref, une nouvelle bien sympathique, à conseiller à tous les amateurs des Fab 4 (et aux autres), de l'humble Nurgling au vénérable Prince Démon. 1 : Ce que je trouve personnellement dommage, car j'aurais bien aimé voir Souchon tenter d'aller voir sous les jupes des Gloomspite Gitz. On avance. 2 : M'est avis qu'ils ont du abuser de champignons et de lichens pour avoir ainsi perdu la notion du temps. *** À l’heure des comptes, je dois reconnaître que je suis plutôt satisfait de la qualité et de la consistance de cette anthologie (dont la couverture chromée et Stormcastée me faisait honnêtement craindre le pire). Comportant une majorité de nouvelles intéressantes, bien construites et/ou distrayantes, Oaths & Conquests a également pour lui de brasser large en matière de factions couvertes, y compris certaines jusqu’ici discrètes dans les pages de la Black Library. On attendra encore un peu pour les Seraphons, mais pour le reste, c’est un sans faute. Bien que ne bénéficiant pas d’un grand nombre de contributeurs établis parmi son casting (pas de Reynolds, Haley, Werner, Annandale ici), la jeune garde qui a suppléé ces derniers à la plume levée ne démérite dans l’ensemble pas, et donne envie d’être suivie dans les mois et années à venir. Moi qui m’était emparé de cet ouvrage plus par conscience « professionnelle » que par enthousiasme pur, me voici un peu plus rassuré dans la qualité des recueils de nouvelles siglés Age of Sigmar, et c’est avec curiosité et plaisir que je retenterai l’expérience à la prochaine sortie de ce type. D’ici là, il reste bien d’autres courts formats à chroniquer… - Comme d'habitude, les critiques de ces nouvelles, agrémentées d'éléments fluff pertinents, peuvent être retrouvées dans le sujet central dédié. - Schattra, promis et conquis
  4. On est tous égaux sur le plan de l'appréciation des bouquins de la Black Library, qu'on en ait lu un ou cent! Si tu aimes cette série, tant mieux: après tout, tu investis du temps et de l'argent (il paraît que c'est la même chose) dans cette activité, alors autant que ça se passe le mieux possible! Schattra, chacun son sale goût
  5. Dans Magnus the Red: Master of Prospero, Perturabo rappelle à ce dernier que l'Empereur les a prévenu que certains coins du Warp étaient très mal famés, et que même lui n'osait pas y poser son regard. Magnus a pris ça comme un défi, Perturabo comme une interdiction formelle. Je peux retrouver l'extrait au besoin. Comme Perturabo n'a pas de capacités psychiques développées, on peut supposer que si Pépé a pris le temps de le briefer sur un danger assez abstrait pour lui, il a fait de même pour les autres Primarques. Ou peut-être qu'il voulait seulement prévenir Magnus et que Perturabo était dans le coin à ce moment là... Schattra, "bande de sales gosses"
  6. S'ils sont malins (et je pense qu'ils le sont), ils proposeront le premier tome d'une nouvelle série chaque semaine. L'Eveil de la Bête ne me dit trop rien non plus, mais c'est tellement peu cher que je me laisserais sans doute tenter (c'est pas du hoarding si on achète des biens immatériels, pas vrai?). Schattra, (im)material guy
  7. Hello tout le monde. Ca ne vous aura certainement pas échappé: en ces temps de confinement, de nombreuses entreprises font des gestes en faveur des cloîtrés et/ou des soignants. La BL ne fait pas exception, puisqu'elle vient de lancer une offre d'audio-book à vil prix (99 pences), pour nous aider à passer le temps. Le premier ouvrage à bénéficier de cette réduction est I Am Slaughter de Dan Abnett, le premier tome de la série L'Eveil de la Bête. Il est prévu une nouvelle "sortie" par semaine, tous les lundis, jusqu' nouvel ordre... et probablement la fin du confinement au Royaume-Uni. Même si on n'aura droit qu'à de la VO, saluons l'initiative de la part de la Black Library. Schattra, tu te coucheras moins Bête (Waaagh!!!)
  8. Merci pour ton retour, @Rhydysann! J'en ai terminé pour le moment avec les vieilles sorties de GW-Fiction pour WFB, même s'il me reste tout de même Silver Nails en recueil de nouvelles à couvrir pour être exhaustif en matière de nouvelles. Et comme c'est une anthologie 100% Yeovil, je pense que ça vaut le détour. La suite sera très probablement Deathwing, le premier recueil de nouvelles 40K de l'histoire (émotion). Si je me motive suffisamment, je pourrais même faire une analyse comparée des deux versions publiées au fil des années, et des éventuels retcon dont a bénéficié la seconde. Mais, franchement, comment résister au charme suranné de cette couverture? C'est ce que tu m'avais dit! J'attends avec impatience ton retour sur ces vieilleries, lorsque tu auras terminé la série Angelika Fleischer... Je pense que Yeovil a toujours pris le sacro-saint fluff de WFB un peu à la rigolade. Plusieurs sources (dont la chronique de Steve Baxter) s'accordent sur le fait qu'il ne dédaignait pas insuffler un peu de second degré dans ses récits, ce qui se voit bien dans Red Thirst, notamment avec l'esprit de l'ancêtre de Ch'ing qui donne dans le cliché du mandarin chinois. Coup de chance, Ansell aimait tellement ce qu'il faisait, et était si fier d'avoir un "vrai" auteur développer son background qu'il a tranché en son sens certains différends canoniques. Je pense que les puristes du fluff ont pu détecter l'impertinence de Yeovil de temps à autres et lui en tenir rigueur. Mais c'est un vrai bon auteur, et cela se ressent à la lecture de ses textes. Je n'ai pas encore lu toutes les nouvelles de Trollslayer, mais les deux qui ont été publiées dans Inferno! (The Mutant Master et Ulric's Children) m'ont semblé soit beaucoup moins prenante, soit mal exécutée. Encore qu'il semble que la version Trollslayer ne soit pas exactement la même que celle d'Inferno!. Il est vrai que le cheminement est beaucoup moins original que celui de Wolf Riders ceci dit, c'est littéralement une partie de JDR romancée. Schattra, porte/monstre/trésor
  9. Damned, encore une exception! Puisque tu es là @gilian, j'en profite pour te dire que je serai très déçu si tu ne nommes pas le Fantôme qui meurt avant d'avoir pu repriser les chaussettes de Gaunt dans Seule la Mort. ^^ Je ne sais absolument pas pourquoi mais c'est le souvenir numéro #1 que je garde de ce roman, suivi par le masterclass "s'asseoir sur une chaise sans faire de bruit" de Mkoll. Schattra, qui devrait consulter
  10. Oui, GW s'est fait un plaisir de déconstruire l'image d'Epinal du Commissaire dans la plupart des ouvrages de la Black Library. À leur décharge, un "héros" vraiment impitoyable, c'est difficile à mettre en scène. Il y a une très vieille nouvelle de Bill King (Deathwing) qui suit un groupe de Gardes Impériaux perdus dans la jungle tenter de retourner à leur base arrière dans les délais impartis (faute de quoi ils se prendront une douche de napalm). La fine équipe compte un Commissaire de la vieille école. Tout est parti à vau l'eau après... Après, Annandale a écrit pas mal de bouquins sur Yarrick, peut-être qu'il apparaît comme une vraie peau de vache dedans. Quant à Severina Raine, @gilian devrait pouvoir nous éclairer sur sa tendance à flinguer ses soldats. Schattra, trigger happy
  11. Je serai curieux de savoir si certains ont commencé la série en cours de route, et ce qu'ils pensent de cette dernière. Abnette rajoute des personnages secondaires à chaque nouveau tome, et au moins une intrigue secondaire "importante" un tome sur deux. Je me suis arrêté à Seule la Mort (j'attends que la BL sorte une anthologie complète du cycle La Victoire - et pas des Part One/Part Two, ça m'insupporte - ) et ce roman capitalise tellement sur tout ce qui s'est passé auparavant que le nouveau lecteur risque de trouver l'expérience vraiment bizarre. J'ai des souvenirs lointains (il faudrait que je relise l'intégrale), mais entre les apparition de Bragg et le retour de Soric + la ménagerie de personnages secondaires (l'ayatollah, les Commissaires, Ezrah... sans compter les soldats de base), c'est pas tellement newbie friendly. Mon avis sur la question est qu'il est normal qu'une série aussi longue s'adresse plus aux lecteurs vétérans qu'aux nouveaux venus à partir d'un certain point, mais cela peut être débattu. Schattra, "souvenirs souvenirs..."
  12. Merci pour ces ajouts @gilian. Comme toi, j'ai un gros faible pour Le Traître, qui est vraiment à part dans toute la série et permet à Abnett de montrer une autre facette de ses personnages. De là me vient mon attachement particulier à Mkvenner, que je ne désespère par de recroiser un jour (même si Abnett lui dit clairement adieu lors du bouquin où les Fantômes reviennent libérer Gereon). Et puis, Eszrah ap Niht a tellement la classe... Il faudrait que GW sorte une figurine à son effigie un de ces jours, avec les bonnes grosses Ray-Ban qui vont bien! On pourra simplement tiquer devant la scène où nos chères bidasses massacrent une nouvelle fois des Space Marines du Chaos en goguette, sans trop se fouler. J'ai des souvenirs moins marqués de Son Dernier Ordre, que je vois comme un passage obligé pour que la situation revienne à la normale, avec Gaunt et ses survivants qui reprennent en main leur régiment après leur absence sur Gereon (et avec un afflux de nouvelles troupes, et personnages secondaires, ce qui est appréciable). Le détail qui m'avait le plus marqué est l'échiquier géant que constitue le champ de bataille, j'avais trouvé cette révélation assez bien amenée au final. Il y avait également un Ogryn chaotique qu'Abnett utilisait comme personnage dans certains chapitres... Impossible de me souvenir de son nom, mais trouvaille également efficace. C'est un des reproches que je fais à Abnett dans cette série: il veut tellement montrer que ses personnages ont un bon fond (sauf Cuu) qu'il leur fait faire des trucs vraiment pas Codex Approved. Un Commissaire, ça exécute des fuyards, point barre. Ça exécute l'officier fautif dans un second temps aussi, mais ça ne fait pas des exceptions sous prétexte que les bidasses ont des excuses. À ce titre, le Commissaire de Necropolis (Kowle) était bien plus représentatif de la fonction je trouve. C'était la même chose dans Malus Darkblade, avec un héros Elfe Noir qui finit par devenir très sympathique sur ses vieux jours. Schattra, "que de souvenirs..."
  13. Ajout de la chronique de la nouvelle Bringer of Sorrow // Porteur de Tourment (A. Dembski-Bowden), incluse dans le recueil Black Library Celebration 2020.
  14. Ajout de la chronique de The Garden of Mortal Delights // Le Jardin des Plaisirs Mortels (R. Rath), incluse dans le recueil Black Library Celebration 2020.
  15. Bonjour à tous et bienvenue dans cette critique du recueil Black Library Celebration 2020 (à ne pas confondre avec les nouvelles de la Black Library Celebration Week 2020). Avec un peu de retard, dû à la réception tardive de mon exemplaire VO, je vous propose donc d’analyser les six courts formats regroupés dans ce petit livret distribué largement et gratuitement par Games Workshop en célébration de la GW-Fiction. Un certain nombre (4 sur 6, pour être précis) de ces nouvelles ayant été critiquées par votre serviteur au cours des mois précédents, il n’est je pense pas inutile de préciser dès à présent ce que sera le contenu original de ce post. En plus d’un retour sur Les Jardins des Plaisirs Mortels et Porteur de Tourments, vous aurez donc droit, pour chaque nouvelle, à un petit paragraphe qui s’attachera à discuter de la pertinence de son inclusion dans un recueil d’introduction à la Black Library, tel que celui-ci. On peut d’ores et déjà remarquer que Nottingham a fait les choses en grand cette année, en attribuant à chacune de ses franchises majeures (désolé Blood Bowl) une histoire. Cela compensera-t-il la « perte » d’un extrait de roman, comme cela avait été le cas en 2019 (je vois tout, c’est mon moindre défaut)? Nous n’allons pas tarder à le savoir. Forsaken // Abandonnés – D. Ware [40K]: Nous retrouvons la Sœur Augusta Santorus de l’Ordre de la Rose Sanglante, peu de temps après les événements couverts dans Forsaken. Toujours placée sous le patronage sévère mais juste de la Sœur Supérieure Veradis, l’escouade à laquelle notre héroïne appartient a reçu une nouvelle mission : assister à la reconsécration de la cathédrale de Clermont-Ferrand Caro, un ouvrage de cristal noir unique en son genre que la populace reconnaissante a élevé en souvenir de la victoire remportée il y a un millénaire par la Sœur Farus, elle aussi de la Rose Sanglante, sur l’infestation Xenos qui avait gagné cette petite lune1. Cette cérémonie est le point d’orgue des festivités organisées par les locaux pour célébrer le retour à la normale, et notamment la réouverture des fameuses mines de pierres précieuses dont Caro se targue. Et à ceux qui trouveraient que 1.000 ans, ça fait long pour passer le balai, je répondrai qu’obtenir un permis de détruire, puis un permis de construire, depuis le centre administratif du sous-Segementum, ça prend un certain temps, et que les travaux, on sait quand ça commence mais pas quand ça finit. Non mais. Toujours est il que nos pieuses Sœurs arrivent sur place, déposent leurs armes à l’entrée du lieu saint – car apparemment, il est blasphématoire d’entrer armé dans la maison de l’Empereur, comme tout Custodes vous ne le dira certainement pas2 – et pénètrent à l’intérieur de la nef, où une foule considérable s’est rassemblée pour assister à l’office. Les Roses Sanglantes ont cependant à peine le temps de profiter du son et lumière grandiose qui s’offre à elle, et qui culmine en une conjonction astrale rarissime permettant à la rosace du chœur central de s’illuminer pour la première fois en mille ans (depuis le début de la construction de l’édifice, donc), qu’une tragédie s’abat sur la congrégation, sous la forme d’un Xenomorphe3 tyranide qui dégringole du plafond dans une cascade de verre brisé. 7 millénaires de malheur. Alors que la foule fuit piteusement les assauts meurtriers de la bestiole (sauf le Diacre en charge de l’office, tellement vénère d’être interrompu qu’il se met à injurier le maraud sans discontinuer : ça ne sert à rien mais c’est marrant), les Sœurs de Bataille réagissent avec leur efficacité coutumière, en opérant une retraite stratégique vers l’entrée de la cathédrale afin de récupérer leurs bolters et ainsi équilibrer les… Ah non. Sainte Barbie m’envoie une vision me prévenant que Verandis préfère envoyer la porteuse de bolter lourd repartir seule rechercher son arme, tandis que les autres membres de l’escouade engagent Tyty au corps à corps. J’avais oublié que nous étions dans une nouvelle de Danie Ware, où tout le monde est grand-maître de Krav Maga (sauf Verandis elle-même, qui préfère le judo et envoie donc son adversaire au tapis d’un Koshi Guruma bien senti). Le combat qui s’ensuit, pour violent et sanglant qu’il soit, ne s’avère guère concluant. D’un côté, le Xenos bouge à la vitesse du son et est doté d’une force prodigieuse, ainsi que d’une chitine impénétrable pour les petites dagues que les Sororitas s’obstinent à utiliser contre lui, de l’autre, l’armure énergétique des meilleures de l’Empereur absorbent les horions de Tyty avec une facilité déconcertante (peut-être que les jets de sauvegarde se font sur un D66, ce qui rend le 3+ beaucoup plus favorable). Toujours est-il qu’il ne se passe pas grand-chose pendant quelques pages (un peu comme lors d’un corps à corps de la V3), jusqu’à ce que l’artilleuse de la sororité, une dénommée Leona, arrive avec son petit ami (Scarface like). Et là, c’est le drame. Doublement même. D’une part car l’une des Sœurs de Bataille, Pia, se retrouve dans la ligne de mire de sa comparse, et finit sa carrière en victime collatérale. C’est moche. Mais surtout, surtout, car Ware ose sortir un special move tellement débile et cartoonesque de la part de la même Pia, que l’Empereur a dû en faire des saltos dans le Trône d’Or. Jugez plutôt4. Hérésie ! HÉRÉSIE !! HÉRÉSIE !!! Toujours est-il que la douche de pruneaux explosifs finit par avoir raison de Tyty, qui mord enfin la poussière après avoir fait bien des dégâts (mais échoué à tuer la moindre Sœur). L’orage étant passé, le temps du deuil et de l’exploration minutieuse des souterrains environnants afin de s’assurer que la grosse blatte était toute seule, arrive. Pour la petite histoire, il semblerait que c’est la lumière qui ait réveillé la bête au bois dormant, qui pionçait jusque là tranquillement… dans la voûte d’une cathédrale érigée il y a mille ans ? Et les ouvriers n’ont rien vu ? Quoi qu’il arrive, je pense que les habitants du coin peuvent faire jouer l’assurance, car il y a clairement eu malfaçon. En tout état de cause, le triste destin, ou martyr glorieux, de Soeur Pia fournit de quoi méditer à Augusta, qui n’oubliera plus de toujours garder avec elle son bolter. On n’est jamais trop prudente. Danie Ware persiste et signe avec ce nouvel épisode de la saga full contact d’Augusta Santorus, poussant encore un peu plus loin le concept du « jeu de main, jeu de vilain ». En clair, ses héroïnes sont tellement imprenables au corps à corps qu’elles pourraient sans problème mettre à Abbadon la tête dans le slip (malgré le fait qu’il soit en armure Terminator et qu’il ait un énorme catogan), si jamais ce dernier avait le malheur de croiser leur chemin. Donnez ne serait-ce qu’une épée tronçonneuse rouillée à ces viragos, et je vous garantis que la Cicatrix est fermée dans les 20 minutes qui suivent. On aime ou on déteste (je pense que mon choix a été fait de façon sans équivoque), mais c’est définitivement une caractéristique propre au style de Ware qui est ici à l’oeuvre. D’une certaine manière, j’ai hâte de lire la suite, comme le cinéphile déviant a hâte de voir Sharknado 7. Si on veut aller plus loin dans la critique, on peut également noter que, slapstick mis à part, l’intrigue même de la nouvelle est friable. Qu’il s’agisse des mille ans de stase de la cathédrale, de l’exploit inaugural de Sœur Farus (et de sa sidekick Neva, citée une fois et passée à la trappe), de l’approche tactique du combat des Sororitas, ou du réveil opportun du petit ranide, rien ne semble pouvoir résister à un examen soutenu dans cette histoire. Heureusement que la sortie des Sœurs de Bataille en plastique est venue rendre euphorique tous les fans : « gagner » une Danie Ware comme auteur assermentée de faction aurait mis un coup fatal au moral de cette communauté qui a connu plus que son lot d’injustices (et James Swallow en faisait partie, encore que pas à ce niveau). Il ne reste plus qu’à espérer que Rachel Harrison a, elle, fait le job. 1 : La suite de la nouvelle nous apprend que les Xenos en question étaient des Tyranides. Comme une seule escouade de Soeurs de Bataille a suffi à les exterminer, on en déduit qu’ils sont venus en Kaptein plutôt qu’en vaisseau ruche. 2 : Et comme la même Santorus ne le fera certainement pas non plus lors de son exploration de la cathédrale de Mercy. En même temps, la leçon qu’elle s’apprête à recevoir l’a sans doute marquée. 3 : J’utilise cette dénomination peu précise car Ware n’identifie jamais clairement la bestiole. Ça pourrait tout aussi bien être un Carnifex qu’un gros Hormagaunt. 4 : Jugez aussi de la manière parfaitement naturelle dont la Sœur Supérieure donne l’ordre d’agir à sa Novice. À croire que c’était répété à l’entraînement. Si votre première rencontre avec les Sœurs de Bataille dans la GW-Fiction s’est fait par l’intermédiaire de Danie Ware, vous êtes peu chanceux. N’allez pas croire que les filles de l’Empereur sont capables de coucher d’une baffe bien sentie n’importe quel adversaire, quel que soit sa taille, son poids et sa férocité, grâce aux supers pouvoirs accordés par leur foi en l’Empereur: Warhammer 40.000 ne fonctionne pas comme ça. Ou, tout du moins, quand il le fait – ça s’appelle un miracle -, les formes sont généralement respectées, ce qui n’est pas le cas ici. Bref, un très mauvais choix de la part de la BL que d’avoir claqué sa cartouche (ou son bolt, si on veut rester dans le thème) 40K avec cette soumission très peu mémorable, ou fidèle à l’univers qu’elle est sensée illustrer. Dead Drop // Colis Mortel – M. Brooks [NDA]: La libre circulation des biens et des personnes n’étant pas un concept très familier aux autorités impériales, il est parfois nécessaire de recourir à des expédients un brin hasardeux, pour ne pas dire folkloriques, pour acheminer des marchandises à la légalité douteuse jusqu’à leur acquéreur. Sur ce sujet, Necromunda n’est guère mieux lotie que les autres planètes de l’Imperium, les zélés douaniers du Gouverneur Helmawr prenant un malin plaisir à inspecter les cargaisons qui auraient gagné à rester secrètes. Conséquence de cette absence scandaleuse de libre échange, il arrive que des colis d’un genre particulier soient expédiés directement dans les Désolations de Cendres qui entourent la Ruche Primus, dans l’attente du passage d’un gang coursier qui se chargera de la livraison à domicile contre espèces sonnantes et trébuchantes. C’est moins précis, mais parfois plus rapide, que Mondial Relay, notez. Le hic est que la profession est totalement dérégulée, et qu’il arrive souvent que plusieurs bandes convergent vers le même paquet, avec des résultats généralement sanglants. C’est précisément ce qui se passe ici, les Road Dogs (Clébards Routards en VF) du leader1 Danner Grimjack (Moroz en VF) tendant une embuscade aux Steel Crescents de la Maison Van Saar afin de subtiliser aux geeks du sous-monde, la précieuse cargaison qu’ils avaient looté dans le désert. Ayant révisé leur enchaînement accélération/embrayage et maté en boucle Mad Max: Fury Road pendant le week-end précédent, les Road Dogs s’abattent sur leurs proies comme un Ambull affamé sur un Crawler grassouillet, et harponnent sans coup férir l’utilitaire contenant le colis, dont ils se rendent maîtres après quelques échanges de tirs. L’opération, déjà endeuillée par la disparition tragique du fameux Sideswipe Eddy (mais si, Sideswipe Eddy quoi, ou Eddy Queue de Poisson en VF), manque cependant de tourner au fiasco lorsque la camionnette de location des Steel Crescents file droit vers la falaise la plus proche, la hampe de harpon ayant traversé et le volant, et le conducteur, venant prendre en défaut la robuste direction assistée des véhicules de Necromunda. Resté sur place plus longtemps qu’il n’aurait dû pour récupérer les restes mortels de son camarade (on n’abandonne pas Sideswipe Eddy, jamais) et mettre en marche son sécateur tronçonneur, le Juve Mungles se retrouve en mauvaise posture, pendu à bout de bras à un affleurement rocheux dépassant de la paroi de la falaise. Et il a beau hurler « j’veux pas des cendres » (on est dans les Désolations Cendreuses après tout), il semble que les Road Dogs sont bons pour une deuxième perte malgré l’intervention altruiste de Grimjack et sa cordelette moisie, jusqu’à ce que le reste du gang arrive et aide le boss à hisser le stagiaire sur le plancher des groxs. Chez les Orlocks, on est solidaires. Cette menue péripétie évacuée, il est temps pour les Doges d’aller écouler leur bien mal acquis. Ayant récupéré un jeton portant la marque de Caradog Huws, un receleur de quelque renom dans le sous-monde, dans le food truck de leurs rivaux, les pirates décident fort logiquement d’aller proposer au trafiquant de leur racheter sa cargaison. Il leur faut pour cela affronter l’heure de pointe sur les Voies Arachnéennes, le périf de Necromunda, pour atteindre la Porte de la Chapelle Cendreuse, et plus précisément le charmant patelin de Port Mad Dog (ça commence à faire beaucoup de -dog), où ils disposent d’une planque pratique chez Deeno, méchano amateur et ancien membre du gang avant que la perte de sa jambe ne le force à se ranger des voitures. Rendant un hommage ému à Sideswipe Eddy et promettant de lui offrir très prochainement les funérailles nationales qu’il a amplement méritées, Grimjack et ses mastiffs empruntent les tunnels clandestins sillonnant le sous-sol poreux de Necromunda pour émerger à Dust Falls, où ils espèrent pouvoir une bonne âme qui leur indiquera la localisation de l’échoppe de Huws. Même si Grimjack fait chou blanc2, Mungles revient avec l’information nécessaire, et les Road Dogs se rendent prestement devant la porte supposée de l’Outlaw’s Deep… Offrant au lecteur une excursion en plein air le temps d’une attaque de diligence, ou ce qui s’en rapproche le plus à Necromunda, Dead Drop est une variation appréciable de la nouvelle classique de ce sous-genre, permettant à Brooks d’explorer un peu de l’arrière-pays de la ruche Primus. Si les amateurs de suspens risquent de ressortir un peu déçus de cette lecture, le contenu de la caisse mystérieuse ne cassant pas trois pattes à un Van Saar, cette soumission brille en revanche par l’illustration qu’elle fait de la mentalité particulière des Orlocks, sans doute la Maison la plus sympathique du sous-monde en raison de la profonde solidarité qui unit ses membres. Dans les ténèbres d’un lointain futur, il semble que les concepts d’amitié, de sincérité et de confiance désintéressées ne soient pas totalement morts, ce qui offre une respiration bienvenue entre deux doses de grimdark vraiment sombre. Enfin, et c’est assez rare pour que je le souligne, j’ai trouvé la lecture de cette nouvelle sensiblement plus ardue que la publication moyenne de la BL, l’utilisation du pronom « they » (qui n’évoquera rien au lecteur francophone de but en blanc) et de tournures familières/argotiques par Mike Brooks compliquant l’entreprise. Rien d’insurmontable ceci dit. 1 : L’usage de ce terme neutre n’est pas anodin. Brooks utilise en effet le pronom « they » à l’encontre de son héros, ce qui indique sa non-binarité. À noter que l’antagoniste de sa nouvelle ‘A Common Ground’ était également genderqueer. 2 : Quand un être patibulaire vous aborde dans la rue pour demander son chemin et que vous ne savez même pas si vous devez l’appeler Monsieur ou Madame – et supputez qu’il prendrait mal d’être misgenré -, il est plutôt normal de répondre que l’on ne sait pas. 3 : Et pas de blagues sur les Escher, hein. On reste classe dans une nouvelle où apparaît Sideswipe Eddy. Si on peut arguer que Necromunda ne consiste généralement pas (ou pas encore) en des courses de quad à la Mad Max dans les plaines radioactives qui entourent la cité-ruche, il faut tout de même reconnaître que Brooks arrive à faire passer l’esprit de la franchise dans sa nouvelle: la vie de gang, ses dangers, ses relations hiérarchiques et amicales, mais également les rapports compliqués et souvent mortels que les différentes Maisons entretiennent avec les forces de l’ordre… tout y est, et c’est bien l’essentiel. De façon un peu plus « macro », le choix d’intégrer cette nouvelle dans un recueil introductif se révèle intéressant car il met le lecteur en présence d’un style narratif différent du traditionnel « BL-Style » que l’on retrouve partout ailleurs. Les tournures argotiques utilisées par Brooks colorent son récit, et ajoute au plaisir de lecture, en plus de démontrer que la BL est capable, de temps en temps, de varier son approche. Ce n’est pas souvent, certes, mais c’est mieux que rien. Enfin, on notera que le héros non-genré (si vous pensiez que les « iel » étaient une faute de frappe récurrente, vous aviez tort) est également un parti pris fort de la part de Brooks, et de la maison d’édition qui le publie. Necromunda est une franchise où la diversité n’est pas un vain mot! The Garden of Mortal Delights // Le Jardin des Plaisirs Mortels – R. Rath [AoS]: Notre histoire prend place sur une île de Ghyran, où le seigneur slaaneshi Revish l’Epicurien tient cour et jardin. Contrairement à la majorité de ses collègues cultistes, Revish s’intéresse davantage aux plaisirs de la chère qu’à ceux de la chair, et occupe donc une bonne partie de son temps à se délecter des mets les plus recherchés et exotiques, comme le foie gras d’un homme de foi, ou encore les gariguettes bio dynamiques et permacultivées produites ultra-localement par bouturage sur des Dryades préalablement décapitées. Comme il fallait une petite main verte à notre gourmet pour s’assurer du bon approvisionnement de son garde-manger, et qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même un esclave hautement qualifié, notre Hannibal Lecter med-fan s’est assuré les services, pas vraiment librement consentis, d’une sorcebranche du nom de Wilde Kurdwen, capturée avec ses sœurs étêtées lors d’un raid sur un bosquet mal gardé. Bien qu’il lui en coûte, et qu’écouter les greffons décérébrés de ses congénères réciter en boucle leur jingle de bataille1 lui file un bourdon pas possible, Kurdwen a accepté le CDI gracieusement offert par son geôlier, et lui fourni légumes, fruits et baies de première qualité. À l’occasion de la punition d’un larbin qui avait eu la mauvaise idée de grignoter quelques mûres ne lui étant pas destinées, Revish accompagne sa jardinière dans un petit tour du propriétaire, qui leur donne l’occasion de discuter des différences philosophiques entre hédonistes et botanistes. Kurdwen en profite également pour présenter à son boss son nouveau projet : la culture de graines âmes, qu’elle voit comme la première étape d’une future alliance entre Slaaneshi et Sylvaneth contre les armées de Nurgle qui ravagent Ghyran. Jouant sur la fibre paternaliste de Revish, elle use de tous ses charmes végétaux pour plaider sa cause auprès de l’Epicurien, qui se montre finalement assez intéressé par cette joint-venture bouture. Cependant, le projet est accueilli avec une froideur palpable par sa girlfiend Sybbolith2, plus intéressée par la quête de Slaanesh que par le reboisement à impact social. Suspectant que l’apathie gloutonne de Revish est le fruit (mouahaha) des minauderies de Kurdwen, Syb’ convainc ce dernier de placer la sorcebranche devant un choix qui lui permettra de juger de sa véritable allégeance : lorsque Revish revient le lendemain, accompagné par quelques guerriers de sa garde personnelle, il demande à la dryade de lui remettre la graine âme expérimentale qu’elle a fait pousser dans son coin, afin qu’il puisse la déguster. Un refus de sa part signifierait que la loyauté de Kurdwen n’est pas aussi absolue qu’elle voulait lui faire croire. Et devant le peu d’enthousiasme manifesté par la semencière à la demande cannibale de Revish, il semble bien que les carottes soient cuites pour la préposée aux espaces verts... Robert Rath réussit son coup, et son entrée dans Age of Sigmar, avec The Garden of Mortal Delights, qui offre au lecteur une exploration intéressante à plus d’un titre des particularités du lore de cette franchise. Mariant à la fois concepts intrigants mais tout à fait dans l’esprit du fluff (les Dryades servant de substrat aux plantations personnelles d’un slaaneshi gourmet) et mise en relief d’aspects développés dans les Battle Tomes mais pas encore trop dans la GW-Fiction (les différents courants de pensée à l’œuvre chez les hédonistes ; Revish étant un Invader – assez casanier sur ses vieux jours – alors que Sybbolith est une Godseeker pur jus), cette nouvelle est une vraie bonne surprise, qui illustre bien le potentiel dont dispose le background des Royaumes Mortels, dès lors qu’il est confié à un auteur inventif et concerné. Prometteur pour Robert Rath, qu’il faudra suivre à l’avenir. 1 : La légende raconte qu’il s’agit de la musique d’attente du standard téléphonique d’Alarielle. 2 : Que la traduction française a criminellement choisi de ne pas baptiser Ciboulette. C’était l’occasion pourtant. On aurait pu s’attendre/craindre que la BL choisisse de mettre en avant ses têtedegondolesques Stormcast Eternals dans la nouvelle consacrée à Age of Sigmar du recueil. Il n’en est rien, et c’est tant mieux si vous voulez mon avis. Rath fait un beau boulot d’introduction à deux factions un peu moins connues du grand public, ce qui devrait donner envie au lecteur d’aller à leur découverte dans le reste de la littérature, relative au jeu ou au background, de cette franchise. Ni trop simpliste, ni trop spécialisée, cette nouvelle a tout à fait sa place dans un recueil tel que celui-ci. The Heart of the Fallen // Le Cœur du Vaincu – S. Cawkwell [WRY]: Dans les grandes plaines du Bloodwind Spoil, une double traque est en cours. Pendant qu’un mystérieux chasseur poursuit sa proie dans les étendues sauvages, trois jeunes guerriers Untamed Beasts, le sensible Dhyer et les frère et sœur Open Skies et Fleet-Foot, sont à la recherche du frère ainé du premier, un pisteur bravache du nom de Sharp Tongue. Ayant juré de traquer l’une des grandes bêtes qui hantent le territoire de la tribu afin de prouver sa valeur et de gagner en prestige, Langue de P*te est parti en solitaire il y a quelques jours, et son frangin s’inquiète de ne pas le voir revenir. Comme quoi, on peut vénérer une divinité chaotique assoiffée de sang1 et avoir le sens de la famille. Les deux pistes finissent par converger à l’entrée d’une caverne d’un genre un peu particulier. Non pas qu’elle semble être un organisme géant, avec mur fourré (et probablement moquette du même acabit), ventilation pulmonaire et œils-de-bœuf plus vrais que nature. C’est finalement assez commun dans la région. C’est plutôt qu’elle possède des caractéristiques hydrographiques a priori inconciliables, la marque d’une véritable bénédiction des Dieux Sombres si vous voulez mon avis. Les Castueurs Juniors relèvent des indices de lutte, dont une dent humaine traînant dans la poussière, révélant que leur cher disparu n’est sûrement pas loin (et en effet, il a dû négocier un pétunia un peu envahissant à son arrivée dans la grotte, qui lui a prélevé quelques PV au passage). Redoublant de prudence, ils finissent par arriver dans une salle occupée par un lac de boue, au milieu duquel, unis dans la mort, se trouvent les cadavres d’un chasseur Untamed Beast et du monstre qu’il a tué avant de périr. Et quel monstre! Il s’agit rien de moins que d’un fort beau spécimen de Raptoryx2. On ne rigole pas dans le fond! Les ornithorynques du Chaos peuvent être dangereux quand ils sont acculés, et ce n’est pas Sharp Tongue qui soutiendra le contraire, raide mort qu’il est. Bien qu’un peu tristes de cette conclusion tragique, US Open, Flip Flop et D’ailleurs décident de rendre au défunt l’hommage qu’il mérite, en dévorant rituellement son cœur afin de bénéficier de la force du macchabée. Le buffet froid est toutefois brutalement interrompu par le réveil du Raptoryx, qui, malgré la lance lui traversant le gésier de part en part, était loin d’avoir dit son dernier coin. La triplette de ploucville n’a guère le choix: il faut finir le boulot que ce peine-à-occire de Sharpie a salopé pour espérer sortir de l’antre de la bête. Malgré leur habileté à la sagaie en os, la hachette en silex et la dague en onyx, les Untamed Beasts ne s’en sortent pas indemnes, et Open Skies change rapidement son nom en Open Guts. Son sacrifice n’est toutefois pas vain, sa sœur et son (probablement futur) beauf combinant leurs forces pour euthanasier l’impossible palmipède. La nouvelle se termine sur un nouveau gueuleton, obligeamment offert par Open Skies, qui dans la mort comme dans la vie, avait le cœur dans la main (même si, ironiquement, c’est du coup aussi vrai de Dhyer et Fleet-Foot). Mais alors que nos tourtereaux se préparent à prélever le foie gras proprement monstrueux de leur proie, les eaux du pédiluve boueux se mettent de nouveau à trembler3… Je suis un peu partagé au sujet de ce Heart of the Fallen. D’un côté, il m’est agréable de constater que Sarah Cawkwell ne semble pas partie pour retomber dans ses travers Hammer & Bolteresque, sa nouvelle étant solidement construite et, mises à part quelques incongruités (comme la caverne à la sécheresse humide) et erreurs de fluff (le Raptoryx présenté comme un prédateur solitaire alors qu’il a littéralement une règle qui indique qu’il chasse en meute – oui, je suis chiant -), somme toute assez mineures, plutôt agréable à lire. De plus, l’effet de nouveauté de Warcry joue encore à plein, justifiant d’autant plus la lecture de ce genre de soumissions, intrinsèquement originales (ce que ne peuvent pas dire les nouvelles de Space Marines et Stormcast Eternals qui constituent l’ordinaire de l’habitué de la BL). De l’autre, je suis assez déçu de la platitude de l’intrigue, alors que tout semblait indiquer qu’un twist final viendrait récompenser le quidam à la fin de la nouvelle. Jugez plutôt: et si le mystérieux chasseur, qui se révèle au final n’être que ce fier-à-bras-cassé de Sharp Tongue, avait été un guerrier d’un autre tribu que celle de nos héros, et que la bête qu’il traquait avait été Sharp Tongue, horriblement muté par le Chaos? J’avoue que je m’étais drôlement hypé sur cette hypothèse, que le refus catégorique de Cawkwell de nommer son premier protagoniste m’avait fait soupçonner, puis espérer, jusqu’à ce que le pot aux roses soit découvert. On ne me retirera pas de l’esprit que Heart of the Fallen aurait eu plus d’allure avec ce petit retournement de situation final, tout à fait grimdark dans l’esprit. Et puisqu’on parle de conclusion, ce qu’a voulu faire Cawkwell en achevant son propos sur ce que j’interprète comme l’arrivée d’un nouveau monstre dans la mare au canard (mais quel canard), sans plus de précisions ni d’indications sur son origine, m’échappe encore à l’heure actuelle. La nuit porte conseil paraît-il, alors… 1 : D’ailleurs Cawkwell insiste pour appeler le Grand Dévoreur ‘Eater of Worlds’. Ca ne vous rappelle rien? Peut-être qu’Angron vient chiller dans les Huit Pointes lorsqu’il se fait expulser du Materium par les Chevaliers Gris. 2 : Sachant que l’individu moyen arrive à l’épaule d’un être humain, celui-ci devait être aussi grand qu’un homme. Bon, ce n’est pas Thornwinder contre Harrow (voir The Devourer’s Demand), mais tout le monde ne peut pas se battre contre des vraies créatures semi-divines. 3 : Et? Eh bien rien du tout. Ça se termine vraiment comme ça. Étrange. Inclure une nouvelle traitant de Warcry, franchise de niche par définition, dans un recueil introductif, est un choix fort de la part de la Black Library. Pour avoir lu la totalité des nouvelles appartenant à ce petit coin, pas vraiment paradisiaque, des Royaumes Mortels, je pense que d’autres avaient plus leur place dans cette anthologie que ce Coeur du Vaincu, ne serait-ce que parce que cette histoire ne présente qu’une seule faction, alors que d’autres mettent aux prises deux, voire trois tribus de castagneurs de la banlieue lointaine de Varanspire. En conclusion, rien de rédhibitoire, mais il y avait moyen de faire mieux (notamment Proving Ground de la même Cawkwell). Bringer of Sorrow // Porteur de Tourments – A. Dembski-Bowden [HH]: Alors que sur Terra, tout le monde se prépare à l’arrivée des horribles hordes horusiennes (Ho ho ho), nous retrouvons un couple de personnages des plus singuliers, coincés sur le Monde Trône par la force des choses. À ma droite, le génial mais asocial au plus haut point Arkhan Land, techo-archéologue de renom et polymathe à ses heures perdues, en plus d’être très certainement l’idole absolue de cet arriviste de Cawl. À ma gauche, le Capitaine Blood Angels Zephon (peut-être nommé ainsi à cause de sa tendance aux flatulences), victime d’une maladie auto-immune ayant conduit son organisme à rejeter ses implants de Space Marines, et assigné à l’inauguration des chrysanthèmes par sa hiérarchie en conséquence depuis quelques années. Une bien triste mise au placard pour le fameux Porteur de Tourments, devenu porteur d'eau, de la Grande Croisade! Ayant fraternisé à l’occasion de la Guerre dans la Toile, à laquelle ils ont participé dans la mesure de leurs moyens (‘Le Maître de l’Humanité‘), les deux méta-hommes contemplent l’arrivée de la Légion de Sanguinius, qui n’est pas sans arracher quelques larmes de joie à ce fragile de Zephon. Land, qui est un être rationnel, lui, ne comprend pas bien la cause de ces épanchements hormonaux, démonstration imparable à l’appui. Qu’importe, Zephon est la patience et la bienveillance incarnées, et le techo-archéologue n’est pas loin de considérer le grabataire en armure rouge qui sert de perchoir à son psyber-macaque (les Jokaero, ça fait vraiment peuple) comme un ami, ce qui l’amène à lui proposer – à trois reprises car Zeph’ n’écoutait pas les deux premières – une séance de chirurgie réparatrice, ce que l’Astartes accepte de grand cœur. Un peu plus tard, dans le laboratoire de Land, ce dernier débute une opération de grande ampleur visant à remplacer les ressorts de sommier, tringles à rideau et autres rustines en chewing-gum qu’il a mis à profit pour remettre sur pied son comparse lorsque les démons sont venus toquer à la porte pendant que Pépé était sur le trône. Pour efficace que se soit avéré ce bricolage, en effet, les conséquences de long terme pour Zephon ne se sont pas avérées plaisantes. Mettant à profit ses connaissances scientifiques poussées, son approche radicalement hétérodoxe (pour ne pas dire hérétique) du problème, et sa réserve personnelle de gadgets récupérés de ci de là au cours de ses fouilles précédentes (dont un implant cérébral très probablement piqué à un homme de fer), Land parvient à retaper à neuf le Blood Angel, qui déborde donc de gratitude à sa sortie de catalepsie. La pureté du moment est toutefois battue en brèche lorsque Zephon se rend compte que l’intervention du Martien en exil a été motivée, non pas par son sens de l’amitié, mais par son désir d’obtenir une entrevue avec Sanguinius pour le convaincre d’aller botter le joint de culasse du séditieux de Kelbor-Hal, ce que ce jean et jaune foutre de Dorn s’est montré incapable de faire. Blessé dans son for intérieur par la froideur de Land, Zephon promet toutefois de faire ce qu’il peut pour organiser la rencontre. Quelques jours après cette opération à corps ouvert, Big Nose et son ouistiti attendent dans l’antichambre de la suite Aphelion, réquisitionnée par l’Ange pour la durée de son séjour sur Terra. Lorsqu’un membre de la Garde Sanguinienne se pose à ses côtés pour lui signifier que le Primarque attend son bon plaisir entre l’EAP de Raldoron et son Skype avec le Khan, Land ne met pas longtemps à comprendre que derrière l’armure clinquante et le masque doré du Rocket Man se cache Zephon, réintégré dans ses fonctions actives à la suite d’une visite médicale apparemment concluante. Ce qui fait chaud à son petit cœur de Martien, tout de même. Exercice de style plus drolatique que dramatique de la part d’ADB, cette petite nouvelle remet en scène deux personnages déjà utilisés par l’auteur dans des travaux précédents, et permet à ce dernier de souligner un peu plus l’opposition/complémentarité fondamentale entre le noble, droit et émotif Zephon, et l’acariâtre, rationnel mais néanmoins génial Arkhan Land. Parfait en mouche du coche protégé par ses relations hauts placées (il a causé à l’Empereur, tout de même) et totalement étranger à la moindre notion de savoir-être et d’entregent, le Arkhan le Martien révèle un côté un peu plus sombre de sa personnalité sous la plume de Dembski-Bowden. De son côté, Zephon a bien du mal à sécuriser sa place d’autre personnage principal, concurrencé bassement par le singe adoptif de son comparse et la mention de Diocletian. C’est dire s’il est charismatique. Bref, un petit extra littéraire sans grandes conséquences pour l’Hérésie avec un grand H, mais qui bénéficie du savoir-faire d’ADB pour faire passer un bon moment au lecteur. Comme Warcry, l’Hérésie d’Horus me semble être la chasse gardée des hobbyistes vétérans, tant le bagage fluffique nécessaire à la bonne appréciation des nouvelles se déroulant dans cette franchise s’avère conséquent. Au fur et à mesure que se rapproche la fin de l’Hérésie, ce constat ne fait que se renforcer, et ce Porteur de Tourments en est la parfaite illustration. Si toi, lecteur, tu ne sais pas qui est Arkhan Land, ce qu’est la Guerre dans la Toile, ou pourquoi notre matois de Martien a bien mal choisi son Primarque pour pétitionner la reprise de la planète rouge, il ne te reste pas grand-chose à apprécier, voire à comprendre, dans cette nouvelle. Certes, ADB a une belle plume, et les tenants et aboutissants de l’intrigue sont facilement saisissables, mais je ne suis pas convaincu que cela soit suffisant pour pousser les nouveaux venus dans les bras – puissants et fermes – du 31ème millénaire. C’est triste à dire, mais inclure de façon systématique La Tour Foudroyée dans un recueil introductif me semble être une décision bien plus sage de la part de Nottingham s’ils souhaitent recruter de nouveaux fanboys et girls. La marche est ici bien trop haute. The Hunt // La Traque – D. Annandale [WHR – AoS]: Il y a des réalisations qui peuvent déprimer même le plus optimiste et enthousiaste des individus. Dans notre morne quotidien grimdull, cela peut être le changement climatique, la corruption politique ou la 16ème place du DFCO1. Pour les hardis habitants des Royaumes Mortels, les raisons peuvent s’avérer un peu plus exotiques, comme c’est le cas pour notre héros, le Chasseur de Sorcières Bered Ravan. La déprime de notre fier Répurgateur est en effet causée par le constat implacable qu’une véritable marée de Spectres renfrognés, qu’il est le seul à voir et à entendre, se rapproche insensiblement de lui chaque nuit. À la tête de cet ost sépulcral, une Banshee fort en voix n’en finit plus de roucouler, empêchant Bered de jouir du sommeil réparateur auquel chaque honnête citoyen sigmarite a droit. Bien que notre homme ignore la raison pour laquelle Casper et sa famille élargie en ont après lui, il se doute qu’il a peu de chances de pouvoir plaider sa cause une fois que les ectoplasmes lui auront mis la main dessus, ou plutôt, au travers. Vivant sur du temps emprunté, et ne pouvant que constater à chaque crépuscule l’approche inexorable de ces hordes diaphanes, Bered tire logiquement une tête de six pieds de long, ce qui ne l’empêche pas de répondre à l’appel du devoir lorsque nécessaire. C’est donc avec empressement que l’inquisiteur répond à la sollicitation de la marchande Thevana Pasala, une ancienne connaissance avec laquelle il a rompu toutes relations il y a de cela bien des années, et pour une excellente raison : alors que tous deux servaient dans la milice locale de leur cité natale, Everyth, soumise aux déprédations régulières des bandes chaotiques de la région avant que Sigmar ne lance sa fameuse royaumetada, Bered fit le choix de déserter son poste de défenseur de la forteresse de Grenholm, assiégée par les séides de Nurgle, pour aller rejoindre les Stormcast Eternals fraîchement matérialisés. Thevana, elle, fit honneur à son serment et combattit jusqu’à la chute du bastion, dont elle fut l’une des rares survivantes. Rongé par la honte et le remords, Bered s’est tenu à distance de son ancienne amie pendant des lustres, mais accepte volontiers d’aller lui rendre une visite professionnelle, découvrant avec un soulagement non feint par la même occasion que la belle ne lui tient pas rigueur de son parjure. Voila qui fait la journée de notre homme, la nuit étant, comme dit plus haut, une toute autre affaire. Si Thevana l’a fait venir, toutefois, c’est avant tout parce qu’elle a des preuves de l’existence d’un culte chaotique local, comme l’illustrent les gravures profanes retrouvées au flanc des tonneaux de vivres qu’elle comptait expédier à Mhurghast pour soutenir l’effort de guerre. Comme on peut l’imaginer, ces dégradations païennes ont eu un effet délétère sur la nourriture contenue dans les fûts, et la catastrophe n’a été évitée que de justesse (on suppose que les procédures de rappel de marchandises sont aussi efficaces dans les Royaumes Mortels que dans notre bas monde). Sans piste sérieuse à exploiter, Bered décide de rendre une petite visite au tonnelier fournisseur de sa comparse, qui a la mauvaise idée de ne pas faire de discrimination à l’embauche, suscitant de fortes suspicions de la part de notre intolérant zélote. Ayant fait sortir tout le monde pour mieux pouvoir inspecter l’atelier, Bered se fait surprendre dans ses recherches par un cultiste empressé mais maladroit, que notre héros occit d’un bon coup de torche en pleine tête (le danger d’avoir des cheveux gras…). La fouille du corps révélant un double marquage de cultiste Slaaneshi et de milicien de la forteresse de Grenholm, c’est assez logiquement2 que le Répurgateur opte pour se rendre sur place, afin de se confronter à ce mystère en même temps qu’à son passé… Connaissez-vous Le K, amis lecteurs ? Cette nouvelle du grand Dino Buzzati met en scène un héros passant toute sa vie à fuir l’approche menaçante d’un gigantesque requin (le fameux K), pensant à tort que le squale cherche à le gober, mais réalisant dans ses derniers instants que ce dernier voulait juste lui remettre une perle de bonheur, dont il meurt avant de pouvoir faire usage. Un classique des classiques, que je ne peux trop vous recommander. Il ne vous aura donc pas échappé que The Hunt est la version aos-ée de ce texte fondateur, qu’Annadale adapte à sa sauce et avec malheureusement plus de bonnes intentions que de réussite. Si l’idée de la marée de fantômes pourchassant le héros est ainsi excellente dans le cadre d’une nouvelle Warhammer Horror, car elle apporte une dimension indéniablement angoissante à l’histoire, le twist final est trop rapidement expédié pour que la révélation qui l’accompagne fasse vraiment effet. La faute à mes yeux au choix d’Annandale de rajouter un deuxième coup de théâtre, qui tient plus du coup d’épée dans l’eau, avec la trahison de Thevana, qui, elle faisait beaucoup moins mystère (mais avait été « préparée » de façon assez bancale également). Comme cela arrive parfois avec les auteurs de la BL, l’excès de bonnes choses, ou en tout cas d’idées intéressantes, est parfois un mal, et je pense sincèrement que The Hunt aurait été d’un tout autre calibre si Annadale avait simplifié sa copie. On retiendra également de cette nouvelle l’usage, assez rare mais très sympathique je trouve, de la seconde personne du singulier par le narrateur, qui décrit donc en direct toutes les actions du héros jusqu’à ce que ce dernier fasse sa connaissance. En définitive, et malgré les réserves exprimées plus haut, je crois que nous tenons le texte le plus marquant et abouti d’Annadale à ce jour, ce qui est somme toute logique au vu de l’attrait que notre homme a pour le genre horrifique. Il n’y a plus qu’à attendre le prochain recueil pour voir si les progrès se poursuivent… 1 : Au moment de l’écriture de cette chronique. 2 : Je suis assez généreux avec Annandale ici. Bered saute quelques étapes à mon goût en décidant de délocaliser son enquête sur la foi d’une coïncidence somme toute assez facilement explicable. Chacun jugera si cette nouvelle est assez horrifique à son goût, mais elle fait toutefois le taf en présentant l’approche particulière qu’à cette franchise du 41ème millénaire et des Royaumes Mortels. Foin de guerriers héroïques et d’armées innombrables s’occissant à tout va pour la possession d’une plate-bande, nous sommes ici plongés dans le quotidien, guère plus riant, des citoyens lambda des univers de Games Workshop, parti pris original permettant de mieux envisager, ou en tout cas sous un angle différent, ce à quoi ressemble la vie de nos petites figurines entre deux batailles rangées. En bonus, et comme pour Colis Mortel, le style particulier adopté par Annandale dans son écriture, avec l’usage d’une narration à la deuxième personne du singulier, apporte une plus value appréciable au lecteur. Là encore, profitez en car l’ordinaire de la BL est beaucoup plus classique, mais bonne idée que d’avoir fait ce choix pour ce recueil introductif. *** Au final, le cru 2020 est à saluer sur sa variété stylistique et sa quasi-exhaustivité en matière de franchises couvertes. J’ajouterai également que la qualité moyenne de l’ouvrage me semble plutôt supérieure à celle de l’année dernière, qui avait pâti de quelques soumissions assez ternes, particulièrement dans sa version française. Si l’on peut s’interroger sur l’intégration de certaines nouvelles plutôt que d’autres, qui auraient mieux convenues à ce type de recueil volontairement grand public, je me dois de terminer sur un remerciement sincère à la Black Library pour ce geste de bienvenue, à nouveau réitéré, à l’encontre de tous les hobbyistes pouvant se montrer intéressés par la découverte de la GW-Fiction. Ça va peut-être vous surprendre venant de moi, mais je pense que vous devriez essayer… Schattra, moins cher que gratuit
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.