Jump to content
Warhammer Forum

Schattra

Membres
  • Content Count

    1,824
  • Joined

  • Last visited

3 Followers

About Schattra

  • Birthday 10/30/1989

Contact Methods

  • Website URL
    http://nebelheim.wordpress.com/

Profile Information

  • Location
    Levallois-Perret

Previous Fields

  • Jeux
    Warhammer ; Empire+Nains

Recent Profile Visitors

16,967 profile views
  1. Salut à tous. Des nouvelles de la gamme Warhammer Horror. 3 ouvrages prévus... bientôt (probablement vers Halloween, mais ce n'est pas dit clairement)? Le roman de Justin D. Hill, 'The Bookkeeper’s Skull', n'a pas vraiment de caractéristiques particulières, au contraire de celui d'Anna Stephens, 'Gothghul Hollow'. Se déroulant dans la franchise Age of Sigmar, ce bouquin est présenté comme le premier volume d'une série Mhurghast (la ville qui était citée comme un clin d’œil dans toutes les publications Warhammer Horror pour AoS depuis le lancement de la gamme). Je pense donc que l'on va retrouver les personnages principaux de 'Gothghul Hollow', dont deux sont représentés en couverture, dans les romans qui suivront. 'The Accursed', une anthologie de nouvelles, complète cette série. On y retrouvera Peter Fehervari (joie!), David Annandale, Ray Cluley, James Brogden (qui ont tous déjà collaboré avec la BL), et many more... Schattra, "lisez, lisez, braves gens..."
  2. Ajout de retours additionnels sur 'Blood of the Emperor'. The Passing of Angels (J. French) The Abyssal Edge (A. Dembski-Bowden) Mercy of the Dragon (N. Kyme) Shadow of the Past (G. Thorpe) The Emperor's Architect (G. Haley) Prince of Blood (L. Goulding) The Ancient Awaits (G. McNeill) Misbegotten (D. Abnett)
  3. Bonjour et bienvenue dans cette revue de 'Sons of the Emperor', une anthologie de nouvelles centrées sur les fils prodigues et prodiges de l'Empereur : les Primarques. Les hasards de la vie et les vagabondages littéraires de l'auteur de ces lignes ont fait que cette chronique arrive après celles de 'Scions of the Emperor' (ici) et 'Blood of the Emperor' (là), deux recueils pourtant publiés après 'Sons...', et basés sur le même concept. L'ouvrage qui nous intéresse aujourd'hui doit donc être considéré comme le modèle sur lequel 'Scions...' et 'Blood...' ont été reproduits et/ou comme le prototype que ces deux publications ultérieures sont venues perfectionner. Nous verrons bien quel qualificatif correspond le mieux à 'Sons...' Le casting d'auteurs réuni au sommaire de cet opus mérite quant à lui un respect rétrospectif : à l'époque de la sortie de 'Sons...' (2018), nous ne savions pas encore que cette anthologie regroupait cinq des six Seigneurs de Terra (les auteurs chargés de l'écriture de l'arc 'Siege of Terra', considérés par beaucoup d'observateurs comme la dream team de la BL), j'ai nommé Abnett, Dembski-Bowden, French, Haley et Thorpe. Vient s'ajouter à cette belle brochette d'hérétiques un power trio de contributeurs de la maison d'édition de Nottingham : les éditeurs vétérans Nick Kyme et Laurie Goulding, et le vénérable Graham McNeill, que l'on peut considérer comme l'un des pères rédacteurs de la franchise (10 romans, 4 novellas, 15 nouvelles, 5 audio dramas). On est donc en droit de s'attendre à de la qualité SCSienne à la lecture de cette anthologie, qui sur le papier (pun intended) en remontre très franchement à ses petites sœurs, aussi bien en termes de contributeurs que de consistance (8 nouvelles contre 6 pour 'Blood...'). Le favori sera-t-il à la hauteur de son statut, ou, tel un Horus littéraire, décevra-t-il les attentes placées en lui par une galaxie entière? Let's find out, folks. . The Passing of Angels - J. French : La planète Harpic, intégrée à l’Imperium pendant la Grande Croisade, a décidé de faire sécession de l’empire de Pépé. Ce crime de lèse majesté ne pouvant évidemment pas rester impuni, l’Armée Impériale est envoyée sur place pour calmer les velléités indépendantistes du Gouverneur Planétaire… et est accueillie à coup de bombes nucléaires, résultant en des pertes colossales parmi les assaillants mais également la population locale, sacrifiée sur l’autel du « vous ne m’aurez jamaaaaaaaaaaais ». L’Empereur ayant clairement établi que l’atome, c’était le mâââl dans une célèbre interview donnée au Journal de Mickey en M30, la machine de guerre impériale passe en mode hardcore et envoie Sanguinius et ses Blood Angels « pacifier » pour de bon la planète mutine, renommée H_____ en signe de la gravité de ses crimes. Nous suivons donc le Primarque ailé et les soixante Space Marines de l’Ost de la Destruction, armés de l’arsenal le plus sale à disposition de l’Astartes (armes à phospex, grenades à radiations, cocktails cacatov et tutti quanti), alors qu’ils font s’abattre le jugement de l’Empereur sur les dissidents de H_____. Sanguinius a donné des ordres stricts : il ne doit y avoir aucun survivant, et, conscient du lourd fardeau psychologique qu’un tel massacre pourrait avoir sur ses fragiles de fistons, il leur a ordonné de revêtir le masque d’argent des Destructeurs, permettant à son porteur de dissocier son identité des actes horribles commis en tant que membre de l’Ost1. Seul le Primarque se rend au combat tête nue, car sa nature surhumaine lui permet d’endosser sans faiblir la responsabilité de ce massacre (raison officielle) et que mettre un casque lui aplatit les cheveux de manière disgracieuse (raison officieuse). Bien évidemment, les soldats de H_____ ne font pas le poids face à la furie sanguin(ius)aire des Blood Angels, et leur insignifiante petite planète ne tarde pas à repasser du bon côté de l’histoire. La nouvelle se termine par une réunion informelle entre Horus et Sanguinius sur le Vengeful Spirit, pendant laquelle les deux frangins se livrent à leur activité préférée : battre son frère à un jeu de plateau pour Horus, et faire de lourds sous-entendus sur l’avenir pour Sanguinius. C’était une époque plus simple… Je suis un peu déçu de l’approche choisie par French pour cette nouvelle estampillée Primarques, car elle ne nous apprend au final pas grand-chose sur le personnage que l’auteur a choisi de traiter (Sanguinius)2, et aurait donc pu être cataloguée comme nouvelle "classique" de l’Hérésie à la place. Certes, on voit le Primarque mener ses fils à la bataille, mais la noblesse tragique dont il fait preuve au cours de la purge de H_____ n’est pas une caractéristique inconnue de Sanguinius : quiconque est un tant soit peu familier du personnage sait qu’il s’agit au contraire de la base de son identité. Partant, le propos déroulé par French dans ‘The Passing of Angels’ n’apporte pas de nouvel éclairage sur l’Archange de Baal, ce qui est à mes yeux la raison d’être d’un récit Primarques. Le même argument peut être avancé pour la scène de dialogue entre Sanguinius et Horus, qui relève à mon sens plus du clin d’œil à des éléments de fluff déjà établis au cours de l’Hérésie que d'une quelconque avancée de l’arc des Pépé Bros. Je suis également resté sur ma faim avec l’Ost de la Destruction, convoqué par French pour montrer que même la Légion de Space Marines la plus angélique ne rechignait pas à faire le sale boulot de temps à autre, mais avait développé une technique bien à elle pour ne pas laisser ces actes barbares affecter durablement ses membres. L’idée est intéressante, mais sa mise en pratique tellement lacunaire que l’on ne sait pas comment le processus en question fonctionne. Les masques mortuaires des Destructeurs ont-ils seulement une fonction symbolique, ou sont-ils capables d’effacer les souvenirs de ceux qui les portent ? Bref, ‘The Passing of Angels’ passe à mes yeux à côté de son sujet, et si French est suffisamment compétent en tant qu’auteur pour que la lecture de cette nouvelle ne soit en rien désagréable, j’attendais plus et mieux de sa part ici. 1 : C’est dans l’esprit très semblable aux masques de guerre des Guerriers Aspects Eldars… sauf qu’ici, on ne nous dit pas s’il y a une véritable technologie permettant de brainwasher le porteur, ou bien s’il devra faire la dissociation tout seul comme un grand. 2 : La plus grande révélation de ‘The Passing of Angels’ a été pour ma part d’apprendre que Sangui avait une vision laser, qui pouvait détecter une rupture d’alignement de l’ordre d’un micron. Il aurait dû être coiffeur au lieu de chef de guerre avec ce don, moi je dis. The Abyssal Edge - A. Dembski-Bowden : Gravement blessé dans le crash de son appareil au cours d’une glorieuse victoire impériale, le chef d’escadron Orthos Ulatal a été réaffecté au service des archives de la Grande Croisade, son corps étant trop endommagé pour lui permettre de s’envoyer en l’air comme autrefois. La réception par notre héros cabossé et amer d’un rapport d’un genre particulier va l’arracher à la monotonie pré-dépressive qui constituait son nouvel ordinaire : un certain Khayon des Khenetai, légionnaire Thousand Sons, a en effet proféré de graves accusations à l’encontre des Night Lords de Konrad Curze, alors que les deux Légions « coopéraient » au cours de la campagne de pacification de Zoah, plus connue sous le nom de « Dévastation de Zoah ». Après avoir cherché conseil – un peu – et échangé quelques remarques acerbes – surtout – avec son ancienne camarade et désormais remplaçante, Perdita, Lulu décide qu’il est de son devoir de faire toute la lumière sur cette bisbille inédite entre deux Légiones Astartes. La révélation de conflits larvés entre les champions de l’humanité risquerait en effet d’avoir un effet désastreux sur le moral des troupes, gavées de propagande impériale où tout le monde il est bô, tout le monde il est jenti (sauf le fourbe et puant ENNEMI, bien sûr). Après un voyage mouvementé et donc vomitif à travers l’espace impérial, Ulatal parvient jusqu’au Nightfall, vaisseau amiral des Night Lords, et demande à être reçu par un des archivistes (et pas Archivistes) de la Légion, afin d’entendre la version des natifs de Nostramo sur les événements de Zoah. À sa grande, et pas franchement heureuse, surprise, c’est le Premier Capitaine de la VIIIème Légion, ce farceur de Sevatar, qui vient finalement toquer à sa porte, pour lui proposer un deal aux conséquences potentiellement funestes : enterrer le rapport de ce couillon de Khayon comme n’importe quel fonctionnaire sensé l’aurait fait depuis belle lurette, ou apprendre ce qu’il s’est réellement passé entre Night Lords et Thousand Sons sur Zoah… Aaron Dembski-Bowden opère une fois encore sa magie narrative avec ce ‘The Abyssal Edge’, qui replonge le lecteur dans les savoureux paradoxes des Night Lords pré-Hérésie (un sujet de prédilection de cet auteur). On y retrouve bien sûr l’incontournable Sevatar, égal à lui-même en matière de killer one-liners, je m’en foutisme insolent1 et droiture morale bien cachée, mais le clou du spectacle est évidemment la joute verbale entre Konrad Curze et Magnus le Rouge au sujet de la Tour de la Sérénité. Dembski-Bowden prend soin de dépeindre les deux protagonistes de façon équilibrée, chacun ayant ses qualités (l’esprit critique de Magnus, qui lui donne la perspective nécessaire pour aller à l’encontre d’un édit impérial qu’il trouve stupide ; la « magnanimité » de Curze, qui a déterminé que l’utilisation de tactiques de terreur était la manière la plus efficace et la moins meurtrière pour conquérir Zoah) et ses défauts (l’indignation sélective de Magnus, qui a laissé les Night Lords mener la campagne comme ils le souhaitaient et ne s’oppose à eux que lorsqu’ils décident de raser la Tour de la Sérénité ; et ai-je vraiment besoin de souligner les problèmes de Curze2 ?), ce qui laisse au lecteur le soin de déterminer pour qui il prend fait et cause à la fin de la nouvelle. Reste la partie consacrée à Ulatal, qui me paraît être trop développée pour un personnage à usage unique, et qui se conclut avec une indication assez nette que la gueule cassée se trouve un nouveau job parmi les auxiliaires humains de la Légion. Comme ADB a mis sous les feux des projecteurs les pilotes des escadrons de chasseurs de la flotte des Night Lords3 dans d’autres textes, je m’attendais à ce qu’Ulatal reparaisse à un moment ou à un autre dans le corpus nostramien de cet auteur, mais mes recherches n’ont rien donné à ce jour. Cela n’empêche pas de savourer cette nouvelle à son plein potentiel, mais pose la question de ce que voulait faire l’auteur avec ce personnage. À suivre ? 1 : La scène où Curze et Magnus lui disent en même temps de la fermer vaut son pesant de viande de grox. 2 : Le fait que l’on en apprenne plus sur Magnus dans ‘The Abyssal Edge’ que sur Konrad Curze me mène à considérer que cette nouvelle devrait être liée au premier plutôt qu’au second dans une optique ‘Primarques’. 3 : Particulièrement la pilote Taye Karenna, commandante de l’escadron des Voilés et chauffeur privé de Sevatar dans ‘Prince of Crows’. Mercy of the Dragon - N. Kyme : Les réunions de famille ne sont pas toujours une partie de plaisir, c’est bien connu. Toutefois, les retrouvailles entre Vulkan et l’Empereur sur Nocturne se passèrent de manière que l’on peut qualifier de cordiale, surtout si on les compare à d’autres épisodes d’affiliés au premier regard tournées plus tard au cours de la Grande Croisade. Bien sûr, le fils adoptif de N’bel le forgeron a une âme paisible sous ses abords farouches, et il faudra une longue discussion (et une salamandre encore plus longue, mais c’est une autre histoire…) pour le convaincre de laisser tomber sa planète pourrie et sa salopette rapiécée pour prendre sa place aux côtés de son créateur dans la conquête de la galaxie. C’était à l’époque où Pépé prenait encore le temps de discuter avec ses fistons avant de les bombarder à la tête de leur Légion1… Et croyez-le ou non, mais un des critères majeurs ayant guidé la décision du colosse aux yeux de braise fut de savoir si ses nouveaux camarades de jeu allaient être gentils avec lui pouvaient apprendre quelque chose de sa part, lui qui se voyait davantage chaudronnier que chef de guerre. « Mais bien sûr gros bêta », lui répondit son papounet. « Attends un peu de rencontrer ce joyeux drille de Ferrus… ». Flash forward quelques temps plus tard, au cours de la campagne de mise en conformité de Ranknar. Les indigènes ne se sont montrés sensibles ni aux talents oratoires, ni aux sculptures en ballons de l’Empereur (on ne peut pas être bon partout hein), et la guerre fait rage à la surface de la planète. Les défenseurs vont de défaites en défaites, leurs forteresses imprenables se faisant mettre minables en un temps ridicule et un déluge de flammes par un guerrier terrifiant, surnommé le Dragon par ses adversaires malheureux. Nous suivons le soldat Sarda et le prêtre Veddus alors qu’ils se rendent jusqu’à l’ultime bastion de la résistance : la Citadelle Rouge de Romistad. Le dernier carré des ranknariens dans la cité de Venikov s’est en effet terminé de manière abrupte et infernale, après que le Dragon ait décidé d’y allumer le feu. À Romistad, la situation des défenseurs semble un chouilla moins désespérée, car ils ont à leur disposition non pas une, mais deux armes top secrètes moumoutes. Ceci dit, les impériaux ont de leur côté non pas deux, mais trois membres des Ramones (nouvelle période) : Peypey, Féroce Manosque, et bien sûr le Dragon, qui est bien sûr le nom de code trop trop secret de Vulkan. Bref, les carottes ne sont pas cuites, elles sont sur le point d’être carbonisées pour les irréductibles gaulois. La stratégie de l’Empereur, qui consiste à lancer un Vulkan fou de rage (sans qu’on sache trop bien pourquoi d’ailleurs) sur l’ennemi en mangeant des chips avec Ferrus Manus à bonne distance des combats, rencontre toutefois ses limites lorsque les défenseurs abattent leur premier joker : un trio de bogatyrs, c’est-à-dire des golems de la taille d’un Titan, menant une sortie désespérée sur les lignes impériales. Ne pouvant pas laisser Vuvu se faire exploser sans intervenir, Pépé intervient gracieusement pour rétablir le déséquilibre en faveur de ses troupes, ce qui permet à l’irrascible Hulk, mit encore plus en rogne par la découverte de la source d’énergie des bogatyrs (des enfants sous hémodialyse) de charger seul la porte de la Citadelle Rouge, afin d’apprendre à ses occupants de quel boa il se chauffe…. Et c’est là qu’arrive la boulette. Malgré ses puissants pouvoirs de guidage de missiles, l’Empereur n’est en effet pas foutu d’empêcher le dernier tir d’une salve tardive d’exploser pile sur la position de Vulkan, alors qu’il attendait que la gardienne vienne lui ouvrir. Pour sa défense, il y avait péril en demeure pour les impériaux, l’ultime botte secrète des défenseurs étant de déclencher une bombe virale, ce qui n’aurait pas été fair play. Fort heureusement, ‘tis but a scratch pour Papamanders, qui étrenne certainement ainsi sa perpétualité (reste à voir comment il a regénéré aussi vite ceci dit), et convainc les Ranknariens de déposer les armes après que ces derniers aient constaté que le féroce Dragon a fait obstacle de son corps pour protéger un frêle enfançon qui jouait à la marelle sur le champ de bataille. Le pouvoir de la gentillesse ! Bon, on ne dira rien sur les centaines de milliers de morts avant ça parce que ça serait un peu mesquin… Nick Kyme n’a pas écrit le roman Primarques de sa Légion de cœur (l’honneur en est revenu à David Annandale), mais il s’est tout de même payé le luxe de raconter en quelques pages comment la rencontre entre le père et le fils s’est déroulée… et je reste un peu dubitatif sur la valeur de cette offrande. Le problème tient en deux mots : character development. Mettre en scène des personnages aussi iconiques que l’Empereur et ses Primarques de fils nécessite en effet de connaître le riche background de ces figures majeures, mais également de les faire agir en gardant en tête leur stature d’êtres sur(sur)humains. Et si j’aborde ce sujet, c’est bien entendu que Nick Kyme s’est planté sur les deux tableaux. On a ainsi un Empereur qui minaude en faisant briller ses gantelets au soleil et balance des répliques dignes du Thesaurus, mais également un Vulkan utilisé à total contre-emploi avec son fluff établi (le Primarque qui se soucie des simples humains), puisqu’il passe la majorité de la campagne de Raknar à se comporter comme un proto-Angron, massacrant l’ennemi sans lui montrer aucune pitié2, et sans que Kyme ne justifie d’aucune façon cette soudaine agressivité. Que Vulkan ait pété une durite après avoir vu comment ses adversaires faisaient avancer leurs golems de combat, ok, mais avant cela ? Ce n’est pas comme si le même Vulkan avait failli refusé la proposition de l’Empereur de rejoindre la Grande Croisade parce qu’il ne se sentait pas l’âme d’un guerrier littéralement deux paragraphes avant, hein. On peut toutefois reconnaître à Kyme les efforts sincères qu’il a fait pour donner une culture un peu fouillée à Raknar et ses habitants/fidèles (car oui, c’est à la fois une planète et un dieu), ce qu’il ne s’est pas toujours motivé à faire dans sa production pour la Black Library. Ce n’est toutefois pas suffisant pour équilibrer l’ardoise, et ‘Mercy of the Dragon’ reste à mes yeux globalement raté. 1 : D’après la chronologie donnée par Laurie Goulding (et donc aussi officielle que possible), Vulkan a été le cinquième Primarque retrouvé. L’Empereur a commencé à s’en balec au douzième round (Mortarion). 2 : En témoigne le dialogue entre Sarda et Veddus au début de la nouvelle, qui permet d’établir que plus de cent mille hommes ont péri dans la défense de Venikov (sans compter les civils), avec Vulkan en allumeur en chef. Shadow of the Past - G. Thorpe : Pendant que la galaxie part en sucette énergétique, sur Sicarus les grands travaux lancés par Lorgar afin de templaformer la planète avancent gentiment. Sous le patronage avisé et le commandement sévère mais brusque de l’Apôtre Noir/chef de chantier Kalta-Ar, des milliers d’esclaves suent sang et os (on est dans l’Œil de la Terreur, tout est possible) pour bâtir la Beneficta Diabola, basilique impie qui comportera deux piscines, un centre commercial et un boulodrome olympique. Soucieux du respect le plus strict des meilleurs standards de santé et sécurité, Kalta-Ar a pris soin de protéger le chantier d’incursions démoniaques, fréquentes en ces latitudes, par des pentacles et sceaux de protection du tout dernier cri1. Aussi est il fort mécontent d’apprendre de la part de ses acolytes qu’un nombre croissant de légionnaires disparaissent sans laisser de trace, au lieu de monter la garde en chantant des cantiques impies comme ils étaient sensés le faire. Accompagné de son bras droit Arkula le Coryphaus et du Sergent Isaikash, K-A se rend sur les lieux de la dernière disparition, qui devient vite l’avant-dernière car un autre Word Bearer fait soudainement une mauvaise rencontre sur le chemin de ronde, et rend l’âme après cinq secondes de hurlements stridents sur le WhatsApp de groupe. Malaisant. Si quelques esclaves ont été témoins des derniers instants de frère Barbaque, les subtiles techniques d’interrogatoire de nos héros ne leur permettent pas d’apprendre grand-chose sur la nature du prédateur qui s’amuse à les faire tourner bourrique. Les mortels ont en effet seulement vus une ombre écarteler le malheureux Space Marine, ce qui n’est pas lourd pour faire avancer une enquête. Jugeant probable que ces déboires sont de nature démoniaque, et suspectant les serfs d’avoir réussi à appâter un gros Nurgling dans le Materium pour se venger des mauvais traitements infligés par leurs geôliers, Kalta-Ar est sur le point de diligenter une inspection surprise de ses propres opérations (aux grands porteurs du mot, les grands remèdes) lorsqu’une présence indistincte mais pas franchement amicale se matérialise soudain à proximité. Les rapports alarmistes et disparitions brutales commençant à se multiplier, nos trois affreux décident finalement de prudemment de battre en retraite en direction du portail Warp reliant la Beneficta Diabola au QG de Lorgar, afin de respectueusement demander au boss de venir gérer un impondérable que ses incapables de larbins sont bien en peine de pondérer de leur côté. Cette retraite stratégique, qui se transforme sous peu en débâcle effrénée vers la chambre de papa, voit un nombre non négligeable de Word Bearers aux noms plus exotiques les uns que les autres2 se faire oblitérer par le terrible blurry man qui les poursuit, mais également ce fieffé coquin de Marduk, fier comme Ar-Thaban dans son armure Terminator, faire son apparition dans l’histoire. Fidèle à lui-même, il se montre odieux envers Kalta-Ar et ses survivants, et d’une piètre aide lorsque the thing se remet à faire des siennes. Pourquoi se donner du mal quand on a une armure en scenarium, pas vrai ? Heureusement pour nos héros, Lorgar avait les oreilles qui traînait et, bien qu’il tique un peu sur le vocabulaire peu flatteur utilisé par ses fils pour parler de lui, l’adoré doré fait son apparition pour se confronter au démon qui tourmente sa marmaille… Gav Thorpe se paie le luxe de conclure la saga hérétique (et la saga tout court pour Corax) de deux Primarques à travers ce sympathique ‘Shadow of the Past’, ce qui est un ratio fluffique tout bonnement exceptionnel pour une simple nouvelle. Si les prémisses de cette histoire ne sont pas très intéressantes, et qu’un lecteur un peu au fait du passif de cet auteur pendant l’Hérésie d’Horus aura tôt fait d’identifier le mystérieux persécuteur de cette cruche de Kalta-Ar, je trouve la deuxième partie du récit nettement supérieure, notamment grâce à l’idée de faire de Corax une sorte de démon non chaotique3, ce qui permet de justifier à la fois comment le Primarque a pu survivre à son départ dans le Warp, et à quoi il occupe ses journées. En plus de ça, un petit duel entre deux frangins légendaires, ça ne se refuse pas (surtout quand c’est la tête à claque qui perd). Il y a même le Marduk d’Anthony Reynolds qui vient faire coucou, ce qui est sympa de la part de Thorpe, et fera sans doute plaisir aux fans du personnage. Bref, un final vraiment sympathique qui fait plus que rattraper un début assez meh. Si Gav Thorpe pouvait toujours s’en tenir à ce standard, je serais un lecteur comblé. 1 : ...des victimes sacrificielles utilisées pour les tracer. 2 : Hesta-Pek, Takla-Gad, Apall-Af, Ghoa-Lok, Ukna-Tav… 3 : Ou carrément affilié à Malal/Malice, ce qui serait encore plus cool, et une hypothèse pas si farfelue que ça pour une soumission d’un auteur aussi au fait du fluff que Thorpe. Après tout, les motivations et le code couleur de Corax correspondent tout à fait à ceux du dieu banni… The Emperor's Architect - G. Haley : Olivier et Marissa LeBon, associés à la ville comme à la scène, arrivent sur Olympia pour tenter d’exercer leur noble mais difficile profession au mieux de leur capacité. Le couple est en effet spécialisé dans l’écriture de biographie de Primarques, et malgré leur patronage par Malcador en personne, il n’est pas aisé de convaincre un demi-dieu boudeur (et ils le sont tous) de prendre quelques heures pour raconter sa vie à cœur ouvert. Il n’y a d’ailleurs que Vulkan qui a accepté de jouer le jeu, mais seulement pendant une petite heure, car cette galaxie ne va pas se conquérir toute seule, nom de Pépé ! Leurs trente années de collaboration et cohabitation ont également mis l’amour et la patience d’Olivier envers sa tendre moitié à rude épreuve, et on sent bien qu’il a lost that lovin’ feelin’ à la manière dont il passe son temps à souffler pendant que la navette approche du spatioport et que Marissa s’émerveille du paysage si pittoresque de la planète natale de Perturabo. Malheureusement pour le couple, le moment est mal choisi pour débuter ce nouveau projet. Non seulement leur sujet d’étude est parti aux confins de la galaxie mener une campagne ingrate de déhrudisation sur les ordres de l’Empereur, mais le régent qu’il a laissé pour régler les affaires courantes, et qui n’était autre que son vieux père adoptif, Dammekos, vient de mourir. Saignée à blanc par les besoins de la Légion en recrues et en ressources, Olympia gronde sourdement, et les quelques Iron Warriors chargés du service d’ordre ont fort à faire pour réprimer les manifestations et les émeutes de la populace mécontente. Cela n’empêche toutefois pas nos héros d’hériter d’un factotum/guide touristique à neuroglotte, le stoïque et froncé Krashkalix, qui se fait un devoir de les amener visiter les sites les plus notables de la planète, afin de leur (enfin, surtout Marissa, Olivier n’en a plus grand-chose à faire) permettre de prendre la mesure de Perturabo. En parallèle de cette excursion hagiographique, nous suivons les premiers pas du Primarque sur la planète, avant qu’il ne soit surpris en train de faire de l’escalade sur les falaises de Lochos. Sans surprise, Perturabo s’est révélé être un enfant précoce, chassant le monstre à coup de gourdin pour le bénéfice et la sécurité de pauvres bergers, et squattant la forge de villages isolés pour se faire son matos. C’est d’ailleurs dans la forge où il a ouvragé sa première épée que les LeBon font la rencontre d’une forte tête n’ayant pas la langue dans sa poche : Gerademos, petit-fils d’Andos, lui-même fils de Dammekos et donc frère adoptif de Perturabo. Gege n’hésite pas longtemps avant de balancer du gros dossier sur le Primarque, dont l’un des petits plaisirs coupables était de défier son frangin à des concours d’artisanat ou d’ingénierie, dont il sortait logiquement systématiquement vainqueur. Sauf UNE fois, ce qui mit Rabo tellement en rogne qu’il détruisit les statues réalisées pour l’occasion (en prenant soin de laisser de beaux restes à la sienne pour que les gens puissent tout de même voir à quel point il est doué). Olivier trouve ça génial, mais Marissa est horrifiée par cette anecdote, inexploitable pour le panégyrique qu’elle en a tête. Les dissensions entre mari et femme vont alors croissants, jusqu’à ce que cette dernière finisse par avouer qu’elle considère l’Empereur comme un dieu, et est donc prête à sacrifier la vérité sur l’autel de la glorification de Pépé et de ses créations. C’est évidemment contraire à la Vérité Impériale instituée par le même Pépé, et Olivier considère l’infraction comme étant assez grave pour pouvoir demander un divorce en tort exclusif… ou en tout cas, abandonner Marissa à sa lecture du ‘Lectitio Divinitatus’ pendant que lui va faire le coup de feu avec les gilets jaunes d’Olympia, qui parviennent finalement à déclarer leur indépendance de l’Imperium, sous la tutelle de la sœur du Primarque absent, Calliphone. L’histoire se terminera mal, on le sait, mais il reste permis d’espérer que Marissa a réussi à compléter en solo la biographie de Perturabo avant le début de l’Hérésie. Elle a peut-être pu s’inspirer du travail d’un obscur écrivain de M3 du nom de Gaïallet pour ce faire… Guy Haley se démarque de ses petits camarades de Library par sa capacité à surprendre son lecteur en s’aventurant, souvent avec succès, sur des chemins que la maison d’édition de Nottingham ne fréquente pas. ‘The Emperor’s Architect’ vient démontrer la versatilité de Haley en mettant au cœur de son propos les querelles mesquines d’un vieux couple marié1, à des années lumières de ce à quoi on pouvait s’attendre de la part d’une nouvelle estampillée Primarques. Si vous êtes comme moi à la recherche de fantaisie (et pas de fantasy) et de caractère dans vos lectures de GW-Fiction, cette simple idée, farfelue mais suffisamment bien intégrée à l’univers et à l’ambiance générale de 40K pour ne pas jurer avec ces derniers, vous convaincra de donner sa chance à cette petite histoire. Ce vent de fraîcheur m’a d’ailleurs tellement plu que j’ai regretté que Guy Haley finisse son propos en faisant reposer une bonne partie de l’opposition entre Olivier et Marissa sur la lecture du ‘Lectitio Divinitatus’ par cette dernière. Comme s’il avait senti le besoin de justifier son « audace » en dégainant une explication que le fanboy moyen ne pourrait pas lui contester. Il aurait pu passer outre à mon avis (c’est pas comme si les couples humains avaient attendu la prose de Lorgar pour s’engu*uler), mais ce n’est que mon ressenti. En plus de cette caractéristique très sympathique, ‘The Emperor’s Architect’ a le bon goût d’être le parfait complément du roman que Haley a consacré au maître d’Olympia, dont je vous recommande la lecture. En plus de couvrir des périodes de la saga perturabienne précédemment passées sous silence (son arrivée sur la planète, la campagne contre les Juges Noirs, le soulèvement de la population), cette nouvelle continue de fouiller la personnalité, décidemment très complexe, de cet enferré de Primarque. On le voit ainsi faire preuve d’un altruisme d’une pureté immaculée envers les bergers des montagnes, mais également se comporter avec une mesquinerie incroyablement puérile avec son pauvre frère adoptif, qui n’avait rien fait pour mériter ça. Une force de l’écriture de Haley est de parvenir à réconcilier ces aspects pourtant opposés du caractère de Perturabo pour donner l’impression d’une psyché véritablement surhumaine (et donc incompréhensible), alors qu’un auteur moins doué aurait juste donné l’impression de se contredire par manque de sérieux. Pour terminer, ‘The Emperor’s Architect’ n’est pas avare en détails fluffiques allant du notable (pourquoi Perturabo ne souvient-il pas de ses premiers jours sur Olympia ?) au superficiel (ne pas faire de tartare de jalpidae si on est pas un Space marines ou mieux), ce qui est toujours sympathique. Une vraie réussite. 1 : Aux noms tout à fait banal qui plus est, ce qui renforce encore le décalage par rapport à l’exotisme patronymaire (?) auquel la BL nous a habitué. Je soupçonne Haley d’en avoir fait exprès, et il a eu raison. Prince of Blood - L. J. Goulding : Nous avions laissé la Légion des World Eaters dans une situation délicate à la fin des événements de ‘Betrayer’, leur bien-aimé Primarque ayant été élevé à la dignité de Prince Démon de Khorne contre sa volonté suite aux manigances de cette fouine de Lorgar. Rapatrié sur son vaisseau amiral, le Conqueror, et enfermé dans sa salle de jeux avec un trône en crânes pour seul mobilier, Angron beugle comme un beau diable – qu’il est devenu en grande partie – à travers les cloisons de plastacier, ce qui n’aide pas à remonter le moral, déjà très éprouvé, de ses fils et de leurs serviteurs mortels. Pour ne rien arranger, Khorne a décidé qu’il serait très amusant de transformer toutes les réserves d’eau du vaisseau en sang, ce qui est certes thématique mais pose rapidement des problèmes de pressing, vaisselle et déshydratation. Sur le pont de commandement du Conqueror, nous retrouvons deux têtes connues : le Capitaine et Ecuyer du Primarque Khârn, ayant décidé de populariser le half sleeveless style que nous lui connaissons bien, et la… Capitaine (de vaisseau) Lotara Sarrin, à court de liquide potable pour avaler ses cachetons. Au petit jeu du « j’ai la plus grosse migraine », un Space Marines devant de facto gérer une Légion de tueurs psychopathes à la place de son Primarque changé en démon tout en luttant contre l’influence débilitante des crocs du boucher arrive logiquement loin devant la concurrence, aussi l’effrontée Lotara reste assez cordiale envers son homologue, même lorsque ce dernier se met à massacrer l’équipage humain après une sortie non prévue du Conqueror hors du Warp. Ce qui valait sans doute mieux au final car la Navigatrice du vaisseau, sentant sans doute les bad vibes monter en flèche, venait de poser sa lettre de démission/suicide. En M30, les emm*rdes volent toujours en escadrilles. Laissant le soin à Lotara de recruter un nouveau Navigateur (Ramosz) et de l’installer dans ses quartiers, Khârn, une fois remis de ses émotions, s’en va accomplir une tâche autrement plus dangereuse et ingrate : essayer de comprendre pourquoi Angron s’est soudainement tu. Un silence de mauvais augure, pour sûr. En même temps, le moindre acte, ou absence d’acte, de la part d’Angron est de mauvais augure, alors… Usant de ses talents de diplomate/baby-sitter, déjà démontrés dans ‘After Desh’ea’ avant même le début de l’Hérésie, le fidèle Ecuyer parvient à avoir une discussion digne de ce nom avec son père génétique, qui ne voudrait rien de plus qu’aller jouer au pied du trône de Khorne au lieu de zoner dans le Materium avec une Légion dont il n’a plus rien à faire. Correction : dont il n’a jamais eu rien à faire. Le drame des World Eaters est toutefois qu’eux aiment trop leur papounet d’amour pour le laisser vivre sa non-vie, et sont prêts à génocider toutes les planètes entre le recoin d’Ultima Segmentum où Lorgar les a abandonnés à leur sort et Terra pour garder Angron (relativement) heureux et (en quelque sorte) bien nourri. Le premier monde sur leur bucket of blood list est Tekeli, deshumanisé en huit jours top chrono, mais il y en aura bien d’autres après lui, tout comme il y aura bien d’autres crânes collectés par Khârn (qui commence son fameux décompte à cette occasion) pour payer le leasing primarquiel réclamé par le dieu du sang… Laurie Goulding reprend en main l’arc et les personnages World Eaters développés par Aaron Dembski-Bowden et parvient à maintenir le niveau (sacrement élevé) de ce dernier de façon correcte dans ce ‘Prince of Blood’. Même s’il s’agit clairement d’une nouvelle de transition, où rien de particulièrement important ne se passe, on a plaisir à retrouver nos trois rageux favoris sur ces quelques pages, tout comme on a plaisir à en apprendre plus sur la transition des World Eaters « pré-ascension » à la bande de joyeux berzerkers qui tuent, mutilent et brûlent nos tables de jeu au 41ème millénaire. Il est cependant intéressant de noter que ‘Prince of Blood’, malgré son marquage Primarques, est davantage centrée sur le personnage de Khârn que sur celui d’Angron : rien que de très logique quand on considère que ce dernier a achevé son arc et atteint sa forme finale, tant au sens propre qu’au sens figuré, après son apothéose sur Nuceria, alors que son Ecuyer n’est pas encore devenu la machine à tuer décérébrée que nous connaissons bien. Goulding fait ainsi progresser le futur Félon de quelques pas sur le chemin octuple, mais la route reste encore longue pour le Capitaine à crocs… The Ancient Awaits - G. McNeill : Un trio de sorciers Thousand Sons, Vistario le Corvidae (visions du futur), Murshid l’Athanean (télépathe) et Akhtar le Raptora (télékine), a été envoyé par Magnus le Rouge enquêter sur l’origine d’une vision subie par le premier. Ne pouvant pas désobéir à un ordre direct de leur borgne de boss, mais disposant de très peu d’indices pour localiser l’origine du message, une vague demande d’aide faite depuis les ruines d’une cité détruite, les compères ont passé les dernières années (ou l’équivalent en temps warpique) à voyager de monde mort en monde mort, sans succès. Leur chance a toutefois tourné lorsque le message s’est soudainement précisé, faisant état de l’identité de son émetteur, un certain « Ancien », qui patienterait donc à proximité. Guidé par une intuition de Murshid, les Thousand Sons prennent pied sur une nouvelle planète ravagée, sans savoir son nom ou ce qui lui est arrivé. Les indices troublants s’accumulent toutefois au fur et à mesure que nos héros s’approchent de leur destination : des douilles de bolts marquées du sceau des World Eaters sont retrouvées dans les décombres, et les ruines explorées par le trio portent la marque caractéristique d’un Exterminatus. Cependant, les niveaux inférieurs de la cité dans laquelle ils progressent ont résisté au terrible bombardement orbital déclenché par l’Imperium, ce qui indique que la civilisation qui a occupé cette planète était au fait des capacités destructrices des Legiones Astartes, et a pris des mesures pour résister à leur fureur. De façon tout aussi mystérieuse, mais beaucoup plus pressante, une tierce présence est détectée à proximité par les sens affutés de Murshid et Vistario : il semblerait que Magnus le Rouge ne soit pas le seul à s’intéresser à ce que cet énigmatique Ancien a à révéler. Le fameux Ancien s’avère être un Dreadnought en très mauvais état, avachi à quelques mètres de la navette qu’il prévoyait sans doute d’utiliser pour quitter la planète au moment de son martyr. Il reste cependant suffisamment de batterie à la vénérable machine pour attraper Murshid alors qu’il passait à proximité, et pointer son canon d’assaut sur Vistario pour faire bonne mesure. Jugeant plus sage de négocier avec l’acariâtre vieillard énergétique plutôt que d’engager un combat qu’il n’est pas sûr de pouvoir remporter, Vistario opte pour une petite discussion avec l’Ancien, passablement confus après sa longue période d’isolation… Graham McNeill n’en avait pas fini avec l’Ancien Rylanor (abandonné à son sort à la fin de ‘La Galaxie en Flammes’ et ‘Fulgrim’), et « détourne » une nouvelle Primarques pour donner à ce personnage secondaire du début de l’Hérésie la sortie de scène qu’il pensait lui devoir. Je suis moins convaincu que McNeill de la nécessité de terminer des arcs narratifs dont la plupart des lecteurs de la BL avaient dû oublier l’existence, mais c’est après tout la prérogative d’un auteur de raconter ce qui lui passe par la tête et le stylo. Là où le bât blesse, en ce qui me concerne, est l’absence d’un travail de contextualisation/explication digne de ce nom de la part de McNeill. J’ai beau voir d’un œil permissif l’emploi « d’heureuses coïncidences » pour faire avancer et dénouer une intrigue, ‘The Ancient Awaits’ prend beaucoup trop de liberté à cet égard, et fait joyeusement exploser son compteur de WIJH. Comment Rylanor parvient-il à envoyer son RSVP à travers le Warp (ce personnage n’ayant aucune espèce de pouvoirs psychiques) ? Comment expliquer que le trio de Thousand Sons arrive pile au même moment que Fulgrim ? Et en bonus, pourquoi Magnus tenait tant à ce que ses fils se rendent sur place pour investiguer ce vague écho de l’Empyrean ? On peut supposer, au vu de ses pouvoirs, qu’il savait ce qu’ils allaient trouver, ce qui revient à poser la question de pourquoi le Cyclope voulait nuire à Fulgrim. Je laisse à chacun le soin d’apporter ses réponses à ces questions : pour ma part, je mets tout sur le compte d’un manque d’investissement de la part de Graham McNeill dans la construction de cette nouvelle, obnubilé qu’il était par son désir d’en terminer avec Rylanor sous couvert d’écrire une nouvelle Primarques1. Je sors donc déçu de cette lecture, qui ne mérite pas à mon sens son inclusion au sommaire de ‘Sons of the Emperor’. 1 : Dont le cahier des charges est tout autre. Si vous voulez lire un court format très instructif sur la personnalité et le destin de Fulgrim écrit par le même McNeill, je vous conseille chaudement ‘The Reflection Crack’d’. Misbegotten - D. Abnett : Alors que les préparations pour la campagne d’Ullanor se terminent, la 63ème flotte d’expédition, commandée par nul autre qu’Horus Lupercal, se regroupe dans le système d’Issinium après vingt mois d’intenses mises en conformité. À la grande satisfaction du Primarque, pas moins de six civilisations humaines isolées au cours de la longue nuit ont accepté de rejoindre l’Imperium, et ce sans que le moindre bolt ne soit tiré ni aucune vie perdue. Ce tableau idyllique est toutefois compromis par les difficultés rencontrées par Hastur Sejanus à convaincre les habitants de Velich Tarn de give Pépé a chance. La planète a beau être insignifiante, tant en terme stratégique que démographique (400 habitants d’après les scans orbitaux), il n’est pas dans la nature des Luna Wolves de quitter un niveau sans l’avoir fini à 100%, et, comme il n’a plus rien d’autre à faire pour le moment, Horus décide d’aller pranker/soutenir son vieux poto Sejanus en se rendant incognito sur Velich Tarn. Sur place, il se fait briefer en détail par le Capitaine dans son bunker de commandement, et réalise que la situation est plus compliquée que ce que le briefing initial le laissait à penser. Le maître de Velich Tarn est en effet un biogénéticien de sinistre réputation, Basilio Fo, ayant fuit Terra il y a plus de cinq mille ans après que ses voisins aient dénoncé ses expérimentations pas très ragoutantes aux autorités. N’ayant rien perdu de son génie morbide, Fo a passé le temps en transformant la population de sa planète d’adoption en abominations biologiques (pensez à The Human Centipede version 40K), plus que capables de dévorer/découper/éventrer/bouillir/écorcher un Space Marine qui leur tomberait sous la main/griffe/sabot/tentacule/trompe/nageoire. De plus, si les scanners n’ont détecté que 400 formes de vie humaine à la surface de la planète, c’est sans tenir compte des milliers de clones de chacune d’entre elles : les combats opposant la 4ème Compagnie des Luna Wolves aux hordes bioadaptées de Fo, surnommés « les bâtards » (misbegotten en VO) par les toujours inventifs transhumains, ont donc été beaucoup plus sanglants et accrochés que prévus (16 morts du côté des Legiones Astartes, tout de même). L’arrivée d’Horus et de son massif buff de zone a toutefois accéléré le dénouement de cette campagne, et Sejanus apprend de son avant-garde que ce fieffé fripon de Fo a été capturé. Un peu trop facilement d’ailleurs. Horus a à peine le temps de froncer ses sourcils primarquiels que le bunker est éventré par l’arrivée du méga-monstre gardé en réserve par Fo, dans le but avoué d’abattre le meneur adverse dans un dernier acte de défiance. Vous ne serez pas surpris d’apprendre que cela ne fonctionne pas, et bien qu’Horus sorte de l’affrontement recouvert de sang, de bile et d’autres liquides encore moins identifiables, le coup fourré du bio-généticien dément échoue lamentablement. D’une humeur magnanime, le Primarque tient à interroger son prisonnier plutôt que de l’exécuter sommairement, comme n’importe qui d’autre l’aurait fait. La conversation qu’il a avec Fo vient donner un éclairage particulier au projet de l’Empereur de réunir l’humanité sous sa bannière : on apprend ainsi que notre bad guy du jour a quitté Terra car même lui jugeait les desseins de Pépé comme étant trop démesurés et intrinsèquement condamnables pour tremper de près ou de loin dans cette future combine. Se voyant comme un simple scientifique s’amusant avec le potentiel infini du génome humain, Fo est sincèrement horrifié par Horus, qu’il considère comme une monstruosité bien plus repoussante et dangereuse que la plus mortelle de ses propres créations. Après tout, même son lombric géant n’avait pas le potentiel nécessaire pour mettre à feu et à sang la galaxie… On est toujours le Misbegot de quelqu’un d’autre, Fo croire. Interloqué par cette discussion, et toujours dans sa phase touleumondilégenty, Horus se résout à envoyer Fo à son cher Pôpa pour que le dissident puisse recevoir la vérité impériale de la bouche (ou de tout autre orifice qu’Il choisirait d’utiliser pour l’occasion) de Son créateur. Il est désormais temps pour les Luna Wolves de préparer la prochaine campagne de la Grande Croisade, car comme dit le proverbe : « quand y en a plus, y a Ullanor ». Pour ce qui a toutes les chances d’être sa dernière nouvelle écrite pour le compte de l’Hérésie d’Horus (hélas), Dan Abnett retourne aux origines et nous livre une sorte de prologue au roman ‘Horus Rising’, mettant enfin en scène la relation fratermicale entre Horus et Hastur Sejanus, seulement esquissée dans le précédent roman. On a plaisir à retrouver ce monstre de charisme, d’empathie et de badasserie qu’était le demi-divin chauve au moment de la Grande Croisade, et Abnett démontre en quelques pages qu’il est toujours capable de signer des nouvelles de remplissage1 de très grande qualité. C’est bien simple, il n’y a que du contenu appréciable dans ‘Misbegotten’, qui choisit de limiter les combats à leur portion congrue pour se concentrer sur des descriptions de l’avancement de la Grande Croisade, des interactions sympathiques entre les (nombreuses) têtes connues de son casting, et des réflexions intéressantes/clins d’œil prophétiques sur le lore de 30K. Il n’y a rien à jeter ici, et si la BL avait la bonne idée de commander à Abnett un bouquin consacré uniquement aux aventures d’Horus et de sa Légion avant que le premier devienne Maître de Guerre, je le pré-commanderais dès son annonce (c’est dire à quel point j’apprécie ce qu’Abnett parvient à faire ici). Bien entendu, les chances que cela se produisent sont infinitésimales, aussi me contenterai-je de recommander chaudement ‘Misbegotten’ à tous ceux qui aiment Dan Abnett, l’Hérésie d’Horus, et Dan Abnett écrivant l’Hérésie d’Horus. 1 : J’utilise ce terme sans arrières-pensées péjoratives. Il faut reconnaître que ‘Misbegotten’ n’apporte rien à l’Hérésie en termes d’intrigue ou de révélation, mais cela ne veut pas dire que sa lecture est superflue. *** Et voilà qui termine cette revue de ‘Sons of the Emperor’, et très probablement celle du cycle complet de recueils Primarques, à moins que la BL ne sorte de son chapeau quelques inédits et une nouvelle façon de dénoter un lien de filiation (sachant que sons, scions et blood sont déjà pris, children trop connoté et runts franchement péjoratifs). Etant en position de comparer ces anthologies les unes aux autres, je ne vois pas pourquoi je me priverai de ce petit plaisir, et peux donc vous révéler que ‘Sons…’ arrive à mes yeux légèrement devant ‘Scions…’, et largement devant ‘Blood…’. Ces deux premiers recueils ont en effet le même rapport qualité/prix (5 nouvelles que je considère comme étant réussies sur 8), mais ‘Sons…’ m’a paru être plus un peu plus inventif et distrayant dans son propos1. La marge est cependant assez fine, en plus d’être totalement subjective, pour que je recommande à qui serait intéressé par une découverte du monde merveilleux et fou des Primarques de récupérer les deux volumes en question pour se faire une opinion en son âme et conscience. Après tout, ‘Sons…’ et ‘Scions…’ sont deux solides ouvrages (au regard des standards habituels de la Black Library), et méritent donc d’être lus si vous vous intéressez à l’histoire des people de l’Hérésie. Je profite également de cette fin de cycle pour vous faire une petite liste récapitulative des nouvelles et recueils à lire en fonction de vos préférence primarquielles. Je suis sympa, je sais : Pour ma part, après avoir couvert le début et la fin des recueils de nouvelles de l’Hérésie d’Horus, il est temps de me remettre dans le droit chemin et de payer mes hommages à cette bonne vieille progression chronologique (en plus, il paraît que cela aide à mieux comprendre ce dont il en retourne : incroyable non ?). Le prochain arrêt de votre dévoué serviteur dans la belle contrée d’Airaisy sera donc ‘Legacies of Betrayal’ et ses 19 nouvelles. Une bonne rasade de traîtrise, ça passe tout seul. 1 : Et pour conforter ce choix, la réalisation que ‘The Conqueror’s Truth’ de Gav Thorpe est en fait totalement repompé sur ‘The Abyssal Edge’ d’Aaron Dembski-Bowden m’a un peu refroidi sur cette nouvelle, que je considérais comme un simple clin d’œil amical d’un auteur à un autre auparavant. 2 : À tout seigneur maître de guerre tout honneur, Horus est donc le seul de la fratrie à apparaître (de façon un peu marquante, sinon Magnus vient lui contester la couronne) dans trois nouvelles sur les 22 que constituent ce corpus primarquiel. Schattra, ils sont venus, ils sont tous lààààààà...
  4. Le titre (en VO uniquement malheureusement) proposé à prix réduit par la BL pour le mois de Juillet est 'Gloomspite' d'Andy Clark. Le bouquin est disponible en format numérique à 4€, offre valable jusqu'au 11 Juillet. Schattra, mauvaise lune et bonnes affaires...
  5. Merci pour ce retour @Red Qafe! C'est peut-être seulement une impression, mais ce deuxième tome ne fait pas vraiment avancer l'intrigue de la série, non? Ça m'inquiète un peu pour une saga présentée comme l'héritière de l'Hérésie d'Horus, et qui contrairement à cette dernière, n'est pas limitée par une conclusion connue d'avance. Je passe sur les brouettées de nouveaux personnages que Clark introduit (la couverture du bouquin ne mentait pas à ce sujet!): dans l'absolu je ne suis pas fan de cette approche, mais si c'est suffisamment bien fait, pourquoi pas. Je tique par contre sur le passage de Bucharis dans le camp des grands méchants chaoteux : il m'avait semblé qu'il était décrit dans le fluff comme "juste" un despote assoiffé de pouvoir, mais pas vraiment intéressé par les choses spirituelles (ce qui est d'autant plus intéressant pour un Cardinal). Révéler qu'il était en fait un agent de la Ruine, avec un anneau trotro puissant (qui lui aurait été utile pour conquérir Fenris, sans doute...), affaiblit cette partie du background plus qu'elle ne le renforce à mes yeux. Schattra, tombé sur un os
  6. Vu sur Twitter, puis sur le site de la Fnac (mais pas sur Amazon pour le moment): une nouvelle anthologie de nouvelles Age of Sigmar, 'Thunderstrike & Other Stories' va sortir (fin Juillet d'après la Fnac, mais plus sûrement peu de temps après la sortie de la nouvelle version d'AoS). Comme d'habitude, on y trouvera une novella inédite et éponyme, et une sélection de nouvelles, dont certaines seront également publiées pour la première fois (pour autant que je puisse le dire): Thunderstrike, The Spears of Autumn et Blood of the Flayer (Richard Strachan) Bossgrot, The Hammer of Immanence (Eric Gregory) The Sea Taketh (David Guymer) Buyer Beware (Gav Thorpe) Shiprats et Last of the Braskovs (C L Werner) The Neverspike (Darius Hinks) The Garden of Mortal Delights (Robert Rath) Blessed Oblivion (Dale Lucas) The Serpent's Bargain (Jamie Crisalli) Ghastlight et The Siege of Greenspire (Anna Stephens) The Gossip of Ravens (David Annandale) Strong Bones (Michael R Fletcher) Mourning in Rainhollow (Dave Gross) Watchers of Battle (Ben Counter) Soit 19 histoires pour 7€! Schattra, "l'été sera Bête"
  7. Ajout des retours de @gilian sur 'Blood of the Emperor'. On a presque fait le tour... Lupus Daemonis (G. McNeill) Skjalds (N. Kyme) The Sixth Cult of the Denied (D. Guymer) The Will of the Legion (A. Clark) Council of Truth (M. Brooks) Terminus (C. Wraight)
  8. Merci à toi surtout: je me rends bien compte du travail qu'il a fallu pour sortir autant de critiques de haut niveau sur à peine plus d'un an! Il va falloir te trouver un nouveau défi à ta taille maintenant: le Daniverse ne va pas te tenir occupé très longtemps. Et les quelques nouvelles sorties sous le manteau dans des recueils confidentiels. ^^ C'est aussi mon petit pronostic sur l'avenir. Cette nouvelle sent vraiment l'introduction d'un arc young Horus, et ce n'est pas un Primarque que l'on peut donner à n'importe qui. Ca a été mon problème avec cette nouvelle je pense. Je n'ai pas ta culture hérétique et j'ai pris 'Council of Truth' au premier degré. Pas un bon plan pour une nouvelle Alpha Legion, mais la flemme quoi... Intéressant, je n'avais pas vu ce sous-texte à ma lecture. Maintenant que Wraight a terminé (en tout cas j'espère pour lui) son bouquin du Siège de Terra, il va peut-être pouvoir travailler sur le bouquin Primarques consacré avec Mortarion, et tout fera sens à sa sortie? Schattra, et maintenant...que va-t-il fai-reuh...de tout ce temps...que sera sa viiiiiie....
  9. Pas du niveau d'une revue complète de l'Hérésie d'Horus, mais l'ouvrage le plus volumineux que j'ai traité, c'est sûr. J'espère que les prochaines anthologies sur un Chapitre en particulier (comme celle sur la Deathwatch prévue pour cet été) seront un peu moins massives. Mise à jour tout aussi massive (j'avais laissé ça pour plus tard...), avec les nouvelles de 'What Price Victory', 'Bringers of Death' et 'Sons of Sanguinius'. Xenocide - S. Jowett Elucidium - S. Spurrier Hunter/Prey - A. Hoare Flesh of Cretacia, Sons of Wrath, Trial by Blood, Know Thyself, Blood in the Machine, From the Blood, Torturer's Thirst, Death's Shepherd, Immortalis, The Quickening, Astorath: Redemeer of the Lost, Gabriel Seth: The Flesh Tearer et A Son's Burden - A. Smillie Menshad Korum - C. S. Goto The Chalice - C. Wraight Eternal - D. Abnett Calculus Logi - D. Hinks Mephiston: Lord of Death, Lemartes: Guardian of the Lost et Honour & Wrath - D. Annandale Sin of Damnation & Sanguis Irae - G. Thorpe Crimson Night, Heart of Rage, The Fury, Honours, The Sanguinor: Exemplar of the Host, Dante: Lord of the Host - J. Swallow Even Unto Death - M. Lee Red Reward & Forever Loyal - M. Scanlon The Blooding - R. Harrison The Beguiling - S. Mitchell Xenocide - S. Jowett Elucidium - S. Spurrier
  10. Avec le recul, c'était pourtant évident... Au point où même Strachan (que je vais supposer être non francophile accompli, comme beaucoup d'anglo-saxons) aurait pu faire le lien et - peut-être - baser son histoire sur ce calembour. Je vieillis, je vieillis! J'en profite pour annoncer l'ajout des nouvelles de la Gods & Monsters Week 2021. Oracle (L. Merciel) Archmage (E. Dicken) Dark Master (R. Strachan) Everqueen (N. Van Nguyen) God of Earthquakes (P. Kelly)
  11. Salut tout le monde. Amazon a mis à jour sa page consacrée aux sorties Black Library, ce qui permet d'avoir quelques indications sur les dates de publication des romans annoncés il y a quelques semaines. For the Emperor (Sandy Mitchell): début juillet -> version Masterwork Battle for the Soulspring (Tom Huddleston) & Tomb of the Necron (Cavan Scott): fin juillet (Warhammer Adventures) Broken City (recueil Warhammer Crime): début août Deathwatch: The Long Vigil (recueil): mi-août Sanction & Sin (recueil Warhammer Crime): mi-septembre Warhawk (Chris Wraight): mi-octobre (version hardback) Steel Tread (Andy Clark): début décembre -> Je pense que c'est le titre officiel du livre sur les tankistes dont on a vu la couverture lors des dernières annonces. Schattra, nous sacherons
  12. Bonjour et bienvenue dans cette revue critique de 'Sons of Sanguinius', une anthologie consacrée aux nombreux et sanguins descendants du Primarque ailé. Si vous avez l'impression d'avoir déjà vu sortir un recueil centré sur ce type d'Astartes, c'est que 'Sons of Sanguinius' n'est effectivement pas la première tentative de la Black Library pour abreuver ses lecteurs de récits à haute teneur en fer. On peut ainsi penser à 'The Book of Blood' (2010), qui avait la particularité d'intégrer le roman graphique 'Blood Quest' en plus de nouvelles soigneusement choisies par nul autre que Christian Dunn. Plus proche de nous (2020), le personnage de Rafen eut le droit à sa propre anthologie ('The Complete Rafen Omnibus'), regroupant dans un copieux pavé toutes les péripéties du héros Blood Angels par excellence (...)1. 'Sons of Sanguinius' paraît et apparaît donc en terrain relativement connu, et devra bien sûr tenter de justifier son existence en se différenciant de ses prédécesseurs. Il faudra garder cela en tête au moment de juger de ses qualités. On peut toutefois déjà reconnaître à 'SoS' son rapport quantité-prix exemplaire : à 15.99€ en format numérique, il est 8 fois moins cher que la somme de ses parties, achetées individuellement. Tout le monde n'ayant pas le budget pour se permettre ce genre de frais somptuaires, ce regroupement est d'ores et déjà une bonne nouvelle pour les fans de Space Vampires n'ayant pas 130 Baal à mettre dans leur liste de lecture. Un rapide regard au sommaire de cette véritable brique (plus de 1.000 pages au format mobi) permet de déceler quelques tendances intéressantes, avant même d'avoir commencé la lecture de l'ouvrage. On constate ainsi que, contrairement à ce qu'on aurait pu penser, ce n'est pas James Swallow (Rafen's Dad) qui occupe la place de premier contributeur (en termes de pages) pour les Blood Angels, mais bien David Annandale, qui au cours de ces dernières années s'est imposé comme la plume de référence pour ce Chapitre. Le retrait de Swallow de la BL s'en trouve acté par écrit, comme une transmission du Graal Rouge entre deux générations d'auteurs. En plus de Haley, qui signe le seul roman2 du recueil, les autres plumes particulièrement mises à contribution ici appartiennent à Andy Smillie (M. Flesh Tearers) et Gav Thorpe (qui a vu de la lumière et était comme souvent dispo pour écrire une novella et une nouvelle), Wraight, Harrison et Abnett ne faisant guère plus qu'un cameo avec un "1.000 caractères" chacun3. Cette diversité des formats, allant de 4 à 416 pages, est l'une des autres caractéristiques notables de 'Sons of Sanguinius', promettant au lecteur une expérience variée, mais pas nécessairement intéressante pour autant. Nous verrons bien. 1 : Il n'y a que la micro-nouvelle 'The Fury' qui soit commune à 'Rafen...' et 'Sons of Sanguinius'. 2 : Qui ne sera pas critiqué ici, je le précise d'emblée. D'une part à cause de la prédilection de l'auteur de ces lignes pour les courts et moyens formats, d'autre part pour tenter de publier cette chronique dans des délais raisonnables après la sortie du bouquin. 3 : On remercie au passage la BL d'avoir laissé tomber ce format bizarroïde, très en vogue à Nottingham au début des années 2010, mais nécessitant des auteurs de très haute volée pour obtenir un résultat intéressant en si peu d'espace. Le fait que ces micro-nouvelles aient été, et soient toujours, vendues au prix de 3,49€ est un scandale autrement plus honteux que le Failcast, si vous voulez mon avis. Flesh of Cretacia - A. Smillie : Nous sommes quelques années après la fin de l’Hérésie d’Horus, alors que ce planqué de Guilliman a réussi à mettre son plan de scission des Légions loyalistes à exécution. L’un des Chapitres successeurs des orphelins laissé par Sanguinius est les Flesh Tearers, mené par l’irascible et énervé Amit. Occupés à astropoutrer une flottille de vaisseaux Orks ayant eu le malheur de croiser leur route à proximité d’un système solaire inconnu, les Fleshy Boyz se retrouvent fort dépourvus quand la victoire fut viendue. L’affrontement n’ayant pris place que dans l’espace, sans le moindre petit corps à corps pour faire descendre le niveau de testostérone inhabituellement élevé de ces rageux devant l’éternel, nos héros restent sur leur faim et leur soif rouge. Une distraction salutaire leur est toutefois offerte lorsque la capitaine du vaisseau amiral des Flesh Tearers informe le bouillant Amit que quelques survivants Orks ont réussi à rejoindre une planète toute proche. Sautant sur cette excuse facile et dans son Thunderhawk de fonction, le Maître de Chapitre emmène sa Compagnie personnelle (phoque le Codex) en vadrouille à la surface de Cretacia1, démontrant au passage toute la virilité de son leadership (un gros front à front des familles lorsqu’un de ses Capitaines ose lui faire la réflexion que c’était pas une grande idée2). Prennent part à cette vadrouille improvisée tout un tas de francs Tearers plus ou moins intéressants pour notre histoire, dont le Scout Cassiel (Vincient de son prénom) et le Sergent d’Assaut Manakel. Je vous épargne la présentation des frères Bridel, Bonduel, Minitel, Pernohel et Komainavionsanzel, qui sont la même variation du colosse écumant de rage et d’hormones si commun parmi les effectifs du Chapitre. Notons tout de même la présence au casting du Chapelain Zophal, en charge de la Compagnie de la Mort qu’Amit embarque aussi avec lui, parce que voilà. Ce que les Flesh Tearers ne savent pas, ou n’ont pas pris le temps de demander à leurs subalternes, c’est que Cretacia est un monde méchamment hostile, depuis son atmosphère très venteuse jusqu’à sa faune ultra-agressive, et composée en grande partie de… roulements de tambour… dinosaures. C’est le Thunderhawk transportant l’escouade de Manakel qui prend le plus cher dans la descente, une attaque de ptérodactylllles (ils ont quatre ailes) en rogne faisant tellement de dégâts que les Space Marines décident de sauter en vol. Vous allez me dire que ça peut le faire quand on est équipé d’un réacteur dorsal. Sauf que celui de Manucure connait une avarie technique au pire moment, envoyant notre personnage secondaire se crasher au sol avec la grâce d’un sac de sable largué d’un ballon. Il survivra à l’expérience, ne vous inquiétez pas. Les autres appareils de l’escadron parviennent eux à garder le cap et à se poser en formation resserrée, ce qui est un petit miracle en soit quand on juge du rapport très particulier qu’ont les Flesh Tearers avec la technologie. Après avoir dégagé une piste d’atterrissage dans la jungle en deforestant au bolter lourd, le contingent de Space Marines décide sagement d’établir un périmètre fortifié (un peu) et d’organiser un tournoi de MMA (surtout), pendant que les Scouts partent explorer les alentours à la recherche d’Orks auxquels vendre des boîtes de cookies. Retour à Manakel, qui se sort de sa mauvaise chute avec seulement un bras démis et un casque fêlé. Abandonnant ce dernier d’un geste altier, et devenant du même coup un véritable Sergent Space Marines, l’officier se met ensuite à la recherche de ses hommes, éparpillés sur des kilomètres par leur largage sauvage. Malheureusement, les vélociraptors de Cretacia ne sont pas du genre commode et Manakel ne retrouve que des fragments mâchonnés de son escouade, ce qui le met d’humeur chagrine. Tellement chagrine d’ailleurs qu’il charge soudainement un arbre qui l’avait regardé de travers… et se fait remettre en place par cet adversaire trop coriace pour lui. Cette scène peu banale décide la horde de guerriers locaux, en chasse eux aussi des Orks qui par un gros coup de bol ont atterri à proximité d’un village d’indigènes et en ont massacré les femmes et enfants pendant que les hommes étaient partis escalader une falaise de 6.000 mètres sans corde pour ramener des œufs au logis, à se manifester auprès du colosse non identifié qui trouve malin de mettre des coups de boule à des troncs. Les natifs étant peu pacifiques par nature, c’est un combat singulier contre l’un des petits chefs tribaux qui attend Manakel, suivi d’une mêlée fermée contre la centaine de zoulous décomplexés de feu le grand sachem. Rien de bien difficile pour un Flesh Tearer ceci dit, et la vision du massacre (suivi d’une ingestion de quelques cadavres par le Space Marine affamé) convainc les autres nobles sauvages d’opter pour une approche plus consensuelle. Par un heureux hasard, il se trouve que Cretacia a été visitée dans un passé plus ou moins lointain par des envoyés de l’Imperium, qui ont laissé derrière eux un collier en forme d’aquila et un souvenir suffisamment positif3 pour que les natifs essaient de convaincre Manakel qu’ils sont dans le même camp en utilisant ce symbole commun. Malgré la barrière de la langue, une entente est rapidement scellée entre les Cretaciens et leur visiteur, qui joue de son statut de dieu vivant auprès de ses hôtes pour les enrôler comme auxiliaires et repartir avec eux en direction du camp avancé des Flesh Tearers. Du côté d’Amit et de ses frérots, la situation a légèrement dégénéré quelques heures après leur arrivée à la surface. Attaqués sans qu’on sache vraiment pourquoi par tous les dinosaures à des lieues à la ronde (capables de coordonner leur attaque avec une précision digne de force spéciales), les Space Marines encaissent sans broncher la furia animale, prenant quelques pertes au passage mais amorçant franchement l’extinction de masse qui ne tardera pas à suivre. Amit se fait plaisir en fourrant un T-Rex un peu trop curieux à la bombe à fusion, et lorsque le calme finit par revenir, il décrète brutalement que cette planète est tellement cool qu’elle deviendra le monde chapitral des Flesh Tearers. Et les Orks, me direz vous ? Eh bien ils sont tous morts à ce stade, comme la reconnaissance douloureuse et semée d’embuches de l’escouade de Cassiel a permis de l’établir. Je vous épargne les détails de cette fade épopée (il y a quand même eu un duel triffides vs trouffions au menu), qui ne sert qu’à faire passer le Sergent Vétéran Asmodel et ses cinquante ans de service dans les rangs de la Compagnie de la Mort, et ainsi démontrer que nul n’est à l’abri d’une déprime passagère et d’une folie psychotique terminale. Ramené jusqu’au camp par les deux derniers Scouts de son escouade, Asmodel est remis aux bons soins du Chapelain Zophal, qui passe son armure au chalumeau pour acter de son intégration dans les rangs des condamnés… et c’est tout. Je dois aussi préciser que la Compagnie de la Mort est restée tranquillement dans l’habitacle de son Thunderhawk pendant toute l’attaque des dinosaures. C’est pas comme si les autres Flesh Tearers auraient eu besoin d’un coup de main de spécialistes du corps à corps pour repousser des mastodontes enragés. Mais gardez bien ça en tête car la suite n’en est que plus ridicule. Tous nos personnages étant regroupés au même endroit, il est temps de passer à l’acte final de cette sinistre farce. Par un heureux hasard bis, le chef indigène qui a fait ami ami avec Manakel avait également sous la main une épée monstrueuse, fabriquée à partir de l’incisive d’un prédateur encore plus colossal que celui qu’Amit a fait sauter à grand peine (pour donner un ordre de grandeur, les dents de cette bestiole – un raktor – sont à peine assez grandes pour faire une dague, alors que celles du raktoryx sont plus grandes qu’un Space Marine en armure Terminator). Inspiré par cette réalisation, ou plus prosaïquement rendu malade de jalousie par la réalisation que quelqu’un s’est battu avec un dino encore plus gros que le sien, Amit décide naturellement qu’il faut exterminer le/un raktoryx. Ce qui est complètement con, lui fait remarquer le Capitaine Barakiel, car les Flesh Tearers ont déjà subi de lourdes pertes en participant au safari improvisé à la waneugaine par leur boss, et sont attendus par les Angel Vermillions pour filer un coup de main à la croisade de Sakkara. Ce à quoi l’éloquent Amit ne peut que répondre « MAIEUUUUUUUUUUUUUHHHH !!! », et lui latter sa face de type raisonnable (à travers son armure Terminator), pour lui apprendre à être intelligent4. Cette menue querelle ayant été vidée, il ne reste plus à nos héros qu’à s’organiser pour trouver le fameux raktoryx et lui faire la peau. Par un heureux hasard ter, le dernier Thunderhawk en état de voler du contingent tombe sur un spécimen adulte qui faisait ses courses dans les environs, et par un heureux hasard quater, le Biocoop fréquenté par le reptile géant se trouve dans la vallée d’un volcan actif. Mother of all heureux hasards, la Compagnie de la Mort emmenée par Zophal en direction du raktoryx et du volcan, dont ils ne pouvaient pas connaître à l’avance la localisation, arrive à proximité du cratère au moment où Amit ordonne au Thunderhawk d’attaquer Godzilla (car oui, la bestiole crache du feu). Le plan des Flesh Tearers était de déclencher une éruption volcanique, seule capable de tuer un monstre de cette taille, en jetant quelques bombes à fusion dans le cratère, pendant que le Thunderhawk maintenait la bestiole sur place. Un peu concon (qu’est-ce qui empêche un dinosaure insensible à des tirs de canon laser de s’éloigner d’un volcan sur le point de péter s’il en a envie ?) mais pourquoi pas. Il faudra cependant m’expliquer pourquoi Zophal a trouvé malin de partir à pied vers un cratère situé à des jours de marche avec sa bande de psychopathes, alors qu’il pouvait faire le voyage en Thunderhawk avec Amit et se sacrifier héroïquement (apparemment, il faut se jeter en même temps que les charges explosives dans le cratère, sinon c’est pas du jeu) sans avoir besoin de trekker pendant une semaine avec les pires randonneurs de la galaxie. Mais ainsi l’a voulu Smillie, et ainsi disparaissent Zophal, qui promeut Manakel Chapelain avant de faire son saut de l’ange fatal, et le raktoryx qui n’avait rien demandé à personne. Mission accomplished ? Pas encore tout à fait, car avant de repartir vers d’autres cieux, en laissant les larbins du Mechanicum lui construire une forteresse chapitrale digne de ce nom, Amit fait un discours enfiévré aux guerriers tribaux de Cretacia, qui ne comprennent bien sûr rien, et fait exécuter leurs chefs devant leur yeux (y compris celui qui avait coopéré depuis le début et lui avait révélé l’existence du raktoryx), pour bien montrer que c’est lui le patron. Mais pourquoi est-il si méchant ? Andy Smillie fait très fort avec cette novella retraçant l’établissement du Chapitre des Flesh Tearers sur Cretacia. Très fort dans le n’importe nawak, malheureusement pour lui (et heureusement pour nous – mis à part les fans des Flesh Tearers, qui auront sans doute déchiqueté leur livre/liseuse avant d’arriver à la fin), mais très fort tout de même. On passera rapidement sur le trip « Space Marines vs Dinosaures », que l’on peut aimer ou non (moi c’est non) mais qui relève de la licence artistique de l’auteur et est donc assez peu critiquable dans l’absolu. La chasse est par contre ouverte sur le reste de ‘Flesh of Cretacia’, qui cumule personnages grotesques, intrigue décousue, obscure et illogique, bolt porn bas du front et pépites WTF dans un mélange détonnant dont Smillie avait le secret. Cette novella passe complètement à côté de son objectif (donner un passé digne de ce nom à un Chapitre de descendants de Sanguinius particulièrement affecté par la Soif Rouge et la Rage Noire), et, loin de faire d’Amit et de ses fidèles des parangons de noblesse torturés par des pulsions psychotiques qu’ils essaient à grand peine de contenir, elle les dépeint (et surtout lui d’ailleurs) comme des berserks butés, colériques, cruels et complètement stupides. Lorsque le rideau tombe enfin sur Cretacia, un génocide et écocide totalement gratuits plus tard, les Flesh Tearers n’ont pas évolué d’un iota par rapport au début de l’histoire, laissant le lecteur se forger sa propre explication de la survie, proprement miraculeuse à ce stade, du Chapitre pendant les dix millénaires qui ont suivi. Alors que c’était un peu la raison d’être de ce… truc à la base, non ? YOU HAD ONE JOB, SMILLIE ! Si on est vraiment d’humeur charitable, on pourra accorder quelques points à l’auteur pour les détails fluff qu’il apporte sur ses Angry Marines entre deux poussées frénétiques. Ceci dit, le désastre ambiant est tel qu’il fait considérer à deux fois le bien fondé de prendre les ajouts de Smillie au background au premier degré (coucou la céramite liquide). Bref, un disasterclass comme on n’en fait heureusement peu et plus pour la Black Library, et une preuve supplémentaire du mauvais karma des Flesh Tearers devant l’éternel. 1 : Qui s’appelait déjà Cretacia pour les natifs apparemment. Par un heureux hasard, les Flesh Tearers eurent la même idée un peu plus tard. Bravo Smillie. 2 : En même temps, qu’attendre de la part d’un type qui dit dans le plus grand des presque calmes : « Dans le doute, faut tout tuer » ? 3 : Il faut aussi noter que les indigènes ont deux cœurs. Non ça n’est pas justifié ni contextualisé par Smillie (c’est pas comme si c’était une caractéristique notable d’une des factions les plus iconiques de l’univers hein). Deal with it, comme pour le reste. 4 : Précisons ici que sans l’intervention du Sergent « CRS » de la Compagnie, Amit aurait battu Barakiel à mort. Et ça se dit civilisé ? Sons of Wrath - A. Smillie : La novella commence avec le récemment nommé, et à son corps défendant, Maître de Chapitre des Flesh Tearers, Amit, contemplant d’un œil vitreux et torve une armure Terminator flottant dans un champ de stase. Cette armure, ce sera la sienne s’il accepte d’endosser le rôle qui lui a été confié après la scission de la Légion des Blood Angels, et de présider à la destinée de ses frères dans un Imperium encore ébranlé par l’Hérésie d’Horus. Amit est un légionnaire dans l’âme, et aurait bien aimé la Sangui Family ne soit pas dispersée aux quatre sangs, mais quand on a du mal à faire une phrase avec des mots de plus de trois syllabes, difficile de convaincre Roboute Guilliman que ses idées sont stupides. Alors Amit boude dans sa cellule gelée (on ne chauffe pas les locaux chez les Flesh Tearers), et aurait pu rester à fixer son nouveau jouet pendant quelques centaines d’années si le dévoué Capitaine Barakiel n’était pas venu lui secouer les puces et lui rappeler qu’il avait des missions à remplir, comme choisir à qui attribuer le dernier caisson de Dreadnought disponible dans l’armurerie du Chapitre. Entre le (petit) Sergent Grigori et le Chapelain Varel, Amit choisit le premier par pur népotisme. C’est son droit le plus strict, notez bien. Un peu plus loin, toujours sur la barge de bataille Victus et vaisseau amiral du Chapitre, nous faisons la connaissance d’un autre personnage important de l’histoire : l’Archiviste Nuriel, qui a très mal à la tête. Cela est en partie dû au fait que le Victus et le reste de la flotte chapitrale sont dans le Warp et se dirigent vers le système de Zurcon, afin de… euh… crier dans le vide sans être dérangé (ils ont une prescription pour ça je suis sûr), et en partie dû à la grosse déception de ne pas avoir été choisi comme Chef Archiviste par Amit. Nuriel est en effet persuadé d’être ZEU BAIST, et après avoir échoué à calmer son mal de crâne en donnant des coups de tête dans les murs de sa cellule, il décide d’aller se passer les nerfs en descendant dans l’arène du vaisseau, et plongeant dans le coma le plus grand nombre de ses condisciples possibles. Nuriel est un chouilla caractériel, voyez vous. Il faudra l’intervention personnelle d’Amit, qui assoit sa dominance en montrant que celui qui met les meilleurs coups de casque, c’est lui, pour clore l’incident (et remplir l’infirmerie). La séquence se termine sur une visite du Maître de Chapitre dans le niveau ultra top secret du Victus (il y fait tellement noir que même un Space Marine n’y voit rien – et il y a des trous partout dans le sol), où Amit garde sa réserve personnelle d’Astartes renégats, qu’il massacre à main nue quand il a besoin de faire descendre la pression. Un Emperor’s Children et un World Eater plus tard, et ça repart1. Après un voyage presque sans encombre d’un point de vue warpesque (seulement un petit saut des champs de Geller pendant quelques secondes dans un pont inférieur occupé par des serfs… rien de graaaaave), la flotte Flesh Tearers arrive dans le système de Zurcon. Elle y est attendue, sans que Smillie explique comment cela est possible, par la flotte locale, qui ne semble pas être animée d’intentions charitables envers les nouveaux venus. Le désamorçage de conflit n’étant pas le point fort de nos héros, ces derniers foncent dans le tas sans trop se poser de questions, contents de pouvoir enfin tuer quelque chose, même de loin, après toutes ces semaines de restreinte. La bataille ne se déroule cependant pas comme prévu, les vaisseaux ennemis se révélant impossibles à toucher par les canons impériaux. Incapables de réfléchir à une autre stratégie que de tirer au pif, les Flesh Tearers auraient sans doute été le premier Chapitre de la seconde fondation à être éradiqué sans la vision salutaire qui vient frapper Nuriel à l’improviste. Catapulté par cette dernière à la surface de Zurcon Primus, il se rend compte qu’une assemblée de Psykers est responsable des déboires de ses collègues, en camouflant la position des vaisseaux zurconiens et conjurant des illusions trompant les appareils impériaux. Attaqué par des manifestations psychiques branchées elles aussi sur réalité alternative, il est secouru par un mystérieux guerrier rouge, qui l’aide à vaincre les maléfices de ses ennemis. Grâce à cette révélation bien pratique, les Flesh Tearers parviennent à renverser le cours de la bataille en bombardant la tour servant d’antenne wifi aux défenseurs à la surface de Zurcon Primus, ce qui rend détectable la flotte des défenseurs, prestement exterminée par le Victus et les autres vaisseaux survivants de l’irrascible armada. Ne voulant rien laisser au hasard, Amit déclare la saison du massacre ouverte et déploie son Chapitre de psychopathes à la surface de Zurcon Primus pour châtier du mécréant. Il charge également Nuriel d’inspecter les ruines de la tour bombardée afin de s’assurer que le travail a été bien fait (ce que la destruction de la flotte de Zurcon semblait déjà démontrer…). Ce sera la corvée de trop pour l’ambitieux Archiviste, qui pète une durite à son arrivée sur les lieux, se retourne contre l’escouade qui l’accompagnait (et le pauvre Capitaine Barakiel, dans tous les mauvais plans2), sous l’influence maléfique et passablement démoniaque du fameux guerrier rouge, qui se révèle être un démon de Khorne affilié à Kabanda. Possédé par le faquin, Nuriel commet ensuite un incident diplomatique en détruisant un Thunderhawk appartenant au Chapitre des Eagle Warriors, ainsi que ses occupants. Car oui, les Flesh Tearers ont été rejoints en cours de bataille par la Compagnie du Capitaine Nikon, qui croyait répondre à un appel à l’aide envoyé par les Zurconiens (depuis plusieurs mois, askip). Cette simultanéité des événements est tellement parfaite qu’elle en devient non euclidienne, moi je dis. Nous reviendrons sur les good guys Marines un peu plus loin : pour le moment, il faut juste noter qu’ils décident de se déployer également dans la capitale de Zurcon Primus, afin d’avoir une petite discussion avec Amit (mauvaise idée). Sur le Victus, les choses évoluent également rapidement et brutalement. L’avarie des champs de Geller précédemment évoquée était en fait plus grave que prévue, puisqu’elle se termine par la possession de la Capitaine du vaisseau (une pâle copie de Lotara Sarrin jusqu’ici) par un démon de Khorne doté de pouvoirs psychiques. Ce qui n’est pas banal, vous me l’accorderez. Résultats des courses : le Victus atomise le vaisseau de ces pauvres Eagle Warriors à l’improviste, et les quelques Flesh Tearers étant restés à bord doivent se sortir les doigts du culte (il y a une majorité de Chapelains dans le lot) pour reprendre le contrôle de la barge à la barje. Comme si la situation n’était pas assez complexe, Smillie invite à table un nouveau personnage : le Thousand Sons Omari, gardé au frais par Amit dans son frigo à victimes expiatoires, et qui proteste depuis des années de sa fidélité à l’Empereur. Ayant besoin d’un Psyker pour bouter les démons et rebooter l’ordinateur de bord, Zophal promet au prisonnier de le remettre en liberté s’il accepte de filer un coup de main, ce qu’il fait, évidemment. Tout aussi évidemment, les gentils finissent par arriver à leurs fins malgré de lourdes pertes… et Zophal parvient à convaincre Omari qu’il est dans son meilleur intérêt de retourner dans sa cellule, démontrant ainsi à Amit qu’il est vraiment un loyaliste n’ayant rien à se reprocher. Un choix que je qualifierais de ballsy, quand on connaît les tendances psychotiques du personnage, mais en tous cas, Omari finit la novella en un seul morceau. Sur le plancher des grox, on suit Amit se frayer un chemin jusqu’au parlement de la capitale afin de s’expliquer calmement avec les autorités locales, en commettant un tout petit peu de génocide au passage. Mais comme les élites de Zurcon Primus étaient au final des cultistes de Tzeentch, comme l’apparition de mutants aviformes dans l’hémicycle permet de l’attester, les Flesh Tearers ne massacrent pas, ils purgent. C’est très différent. De son côté, le Capitaine Nikon se voit contraint d’autoriser ses hommes à se défendre contre les assauts des Flesh Tearers les plus enragés3, ce qui ne facilite pas la discussion avec Amit lorsque les deux officiers finissent par se rencontrer. Avant que l’aigle énergétique ne se soit fait déplumer par son homologue, l’arrivée de Nuriel Robin permet au Maître de Chapitre de se concentrer sur le véritable ennemi, et d’en apprendre un peu plus sur les plans de Khorne au sujet des Flesh Tearers. Au terme d’un combat très meh, au cours duquel Amit invoque Grigori le Dreadnought dans le plus pur style d’un dresseur pokémon, Kabandinho est renvoyé dans le Warp après que son adversaire ait cassé sa jolie épée. Une faiblesse peu commune pour un démon, mais celui-ci devait sans doute beaucoup tenir à ses affaires. L’histoire se termine sur la réalisation par Amit qu’il faudrait vraiment qu’il règle le problème des sautes d’humeur de ses hommes (et les siennes) s’il veut éviter aux Flesh Tearers de speedrun le chemin octuple. Aux insinuations du démon est en effet venue s’ajouter l’extermination « préventive » des Eagles Warriors survivants, décidée par le pragmatique Zophal pendant qu’Amit se remettait de ses blessures, afin que les fistons de Guilliman n’aillent pas balancer les Flesh Tearers à Terra. Pas de témoin, pas de problème. Soumission un peu foutraque de la part d’Andy Smillie, mais présentant quelques idées valides sur le positionnement et les failles des Flesh Tearers juste après leur création, ‘Sons of Wrath’ positionne surtout ce nouveau Chapitre comme les héritiers de la face sombre et torturée de Sanguinius, comme leur bisbille avec la smala de Kabanda le laisse apparaître de façon transparente. Tel père, tels vices, comme dit le proverbe. Il me semble que le résultat final aurait pu être plus satisfaisant si l’auteur s’était contenté de concentrer son récit autour de quelques personnages vraiment importants (Amit, Nuriel, Nikon) au lieu de convoquer le ban, l’arrière-ban, la chaise et le tabouret des Flesh Tearers4 dans son histoire, et avait de même épuré son intrigue en se concentrant sur les péripéties les plus significatives (donc exit la bataille spatiale et les Psykers de Zurcon, qui sont juste une distraction) à la conclusion de la novella : les Flesh Tearers et Amit en particulier sont à deux doigts de passer à Khorne, et ont commis des actions méritant leur extermination par l’Imperium à peine quelques semaines après leur fondation. On peut penser ce qu’on veut des capacités de scénariste et de romancier de Smillie, mais ces idées étaient assez intéressantes dans l’absolu, et auraient mérité d’être davantage exploitées par la suite (ce qui ne semble pas avoir été le cas, comme ‘Flesh of Cretacia’ et son approche purement « safaresque » le montre). Que les amateurs cyniques du bonhomme se rassurent, cette novella est d’une teneur en WTF tout à fait satisfaisante, mais contrairement à d’autres travaux de Smillie, le fond n’est pas aussi biscornu et irrécupérable que la forme, et c’est un… progrès, j’imagine ? 1 : Mais c’est tout de même au Chapelain Zophal de littéralement passer la serpillière après coup. Les avantages du leadership. 2 : Et les séquences étranges. Smillie fait ainsi rêver à Barakiel qu’il parvient à prévenir Amit du coup de sang de Nuriel avant de sombrer dans un coma sus-an des familles… sans que cette information finalement pas transmise soit d’une quelconque importance pour la suite. 3 : Et pourtant, il n’est pas du genre à prendre une décision aussi lourde de conséquences à la légère. Même la vue de son propre porte étendard, éventré par deux Flesh Tearers écumant de rage, pouvait à ses yeux s’expliquer par un simple malentendu. M’est avis que lui devait connaître un peu plus la peur que la moyenne des Space Marines. 4 : Un parti pris que je soupçonne Smillie d’avoir emprunté à Dan Abnett et à son ‘Know No Fear’ (pas le meilleur bouquin de ce dernier d’ailleurs). Trial by Blood - A. Smillie : Un conclave de Maîtres de Chapitre descendants des Blood Angels s’est réuni sur Baal, pour juger l’un des leurs dans l’intimité cosy du Forum Judicium, sorte de Cour Suprême pour les petits enfants de Sanguinius. L’accusé est, ô surprise, Gabriel Seth des Flesh Tearers, dont la réputation de tueurs sanguinaires et incontrôlables n’est plus à faire. Appelé à répondre de ses actes devant ses pairs, Seth sait que la survie de son Chapitre est dans la balance, mais n’est pas du genre à tourner autour du pot de Mephiston Red, et refuse de faire acte de contrition pour les génocides erreurs passées des Fleshy Bois. Comme dans tous les forums, la tension monte vite entre les participants, et les insultes et coups bas ne tardent pas à voler1. Entre deux invectives virulentes, Seth et ses juges se remémorent les actions des Flesh Tearers sous le commandement du premier, litanie de massacres et de bains de sang parfois perpétrés pour une bonne cause, mais le plus souvent causés par le mental fragile et le tempérament irascible des descendants d’Amit. Après que toutes les parties en présence aient eu l’opportunité de s’exprimer et de se faire menacer de mort par Seth, la séance est ajournée pour que les Maîtres de Chapitre puissent ruminer en paix2, et rendre leur jugement… Il est compliqué de donner un avis sur ‘Trial by Blood’ car cette novella est en fait une anthologie à part entière, intégrant dix courts formats4 pondus par Andy Smillie sur son Chapitre de prédilection, reliés de façon très lâche entre eux par quatre séquences écrites pour l’occasion, et décrivant le déroulé du procès des Flesh Tearers. Si on se concentre sur ces dernières, on doit reconnaître que l’auteur se montre plutôt généreux en termes d’apports fluff, comme la description du Forum Judicium et l’inclusion de nombreux Maîtres de Chapitre l’attestent. C’est à mes yeux le principal point fort de cette pseudo-novella, dont le caractère artificiel se ressent rapidement, et vient cruellement souligner la vacuité des (més)aventures des Flesh Tearers telles qu’écrites par Smillie. En effet, on a l’impression de lire dix fois de suite la même histoire de Space Marines trotro énervés5, cherchant à contrôler leurs pulsions pour faire leur devoir, mais échouant lamentablement et multipliant les gaffes et les bévues en conséquence. Cela est particulièrement évident lorsque l’auteur introduit ‘Beneath the Flesh’, ‘Torturer’s Thirst’ et ‘Death’s Shepherd’ comme le plaidoyer de Seth cherchant à démontrer les efforts accomplis par les Flesh Tearers pour lutter contre la Soif Rouge et la Rage Noire. Le seul problème est que ces histoires ne montrent rien de tel (se référer à leurs critiques respectives), et dépeignent les Flesh Tearers comme les mêmes psychopathes en armure énergétique que Smillie prend plaisir à stigmatiser depuis des lustres. Au final, ‘Trial by Blood’, malgré sa construction particulière, s’avère être du même tonneau que le reste du corpus Flesh Tearers d’Andy Smillie : une Space Marinade assez insipide sur la forme, truffée de problèmes structurels majeurs6, sur lesquels on passe l’éponge par lassitude plus que par sympathie. Vu les contraintes de mise en forme avec lesquelles cette novella a dû composer, le résultat n’aurait sans doute pas pu être brillant, mais un auteur un peu plus doué/motivé aurait pu à mon sens obtenir un tout un peu plus cohérent que ce patchwork inabouti. 1 : Gaby s’illustrant particulièrement en s’attaquant à la couleur de la livrée des Lamenters, qui pour leur malheur ont une armure jaune, preuve irréfutable de lâcheté d’après l’expert en psycho-héraldique qu’est notre ami Seth. 2 : C’est pas moi qui le dit, c’est Smillie. On le sait peut, mais Sanguinius adorait les vaches. 3 : On rigole mais Seth est littéralement émerveillé par les talents d’orateur du nouveau venu. Faut dire que lui passe plus de temps à grogner qu’à pratiquer la rhétorique. 4 : 'Know Thyself', 'Blood in the Machine', 'From the Blood', 'Beneath the Flesh', 'Torturer's Thirst', 'Death's Shepherd', 'Immortalis', 'The Quickening', 'Astorath: Redemeer of the Lost' et 'Gabriel Seth: The Flesh Tearer'. 5 : Ils devraient prendre un âne comme emblème, ce serait approprié à plus d’un titre. 6 : Ici, on a Astorath qui se donne le pouvoir de contredire un jugement prononcé par plusieurs Maîtres de Chapitre, dont le sien, sur un simple coup de tête… Know Thyself - A. Smillie : La nouvelle s’ouvre sur une description proprement marseillaise dans son exagération du vaisseau amiral des Flesh Tearers, ce bon vieux Victus, avec sa coque de céramite de plusieurs kilomètres d’épaisseur, et ses états de service l’ayant amené à effectuer un millier d’Exterminatus. Bien que très marrante pour tout le monde, sauf pour la crédibilité de l’auteur et de la nouvelle, cette introduction superlative n’a pas grand-chose à voir avec la suite de l’intrigue, et c’est donc à regret que nous continuons à l’intérieur de la mirifique barge de bataille, où nous retrouvons le Chapelain Appollus et le Champion de Compagnie Harahel. Les deux compères ont été envoyé par Gabriel Seth, le Maître des Flesh Tearers, accueillir un visiteur de marque : l’Inquisiteur Corvin Herrold. La mauvaise réputation et les agissements borderline des Flesh Tearers ont en effet fini par les rattraper, et à la suite d’un massacre sanglant et avec témoin commis sur une population civile pendant les Guerres de l’Eclipse, un signalement a été envoyé aux autorités compétentes par des lanceurs d’alerte bien intentionnés1. Ne pouvant pas envoyer balader un Inquisiteur comme il fuit d’habitude ses responsabilités, Gaby consent à une entrevue, mais avec une mauvaise volonté oscillant entre le palpable et le quasi physique. Séparé de sa suite dès son débarquement sur le Victus, même pas autorisé à enregistrer la conversation avec Seth, et forcé à poireauter dans une salle sans chaise pendant que son hôte finit sa séance de pilates dans le Reclusiam, Corvin endure les mesquineries des Flesh Tearers avec flegme, jusqu’à ce que le Maître de Chapitre finisse enfin par passer la porte. N’étant pas en temps normal particulièrement empathique et conciliant, Seth se montre ici particulièrement abrupt, menaçant et péremptoire au cours de la conversation, déniant en bloc les accusations d’exactions pesant sur son Chapitre, molestant physiquement Corvin, puis lui donnant quinze minutes pour quitter le Victus, sous peine d’être renvoyé à ses chères études par macrocanon interposé… Nouvelle de pur remplissage, où l’on n’apprend strictement rien de nouveau sur les Flesh Tearers du 41ème millénaire qui n’ait été couvert précédemment2 (par Smillie ou par d’autres), ‘Know Thyself’ a pour elle le petit twist sympathique de la révélation de l’échange des rôles entre l’Inquisiteur et son grouillot, que je n’avais franchement pas vu venir. Je ne sais pas si c’est à mettre honnêtement au crédit d’Andy Smillie, car je pensais initialement que la couardise manifeste du pseudo Corvin devant les grognements de Seth se justifiait simplement par une nouvelle mauvaise interprétation du lore de 40K par l’auteur. C’est dire à quel point je rabaisse mes standards quand je lis sa prose. ‘Know Thyself’ peut à l’extrême limite être considérée comme un tournant majeur dans l’histoire contemporaine du Chapitre, car c’est là que commence le feud avec l’Inquisition (poursuivi dans ‘Blood in the Machine’), mais c’est faire beaucoup de cas de 13 pages très banales. 1 : Quand ce sont les Space Wolves, et leur rapport conflictuel avec les saints Ordos, qui te balancent à l’Inquisition, c’est que la boulette que tu as commise pourrait être qualifiée de planétoïde. 2 : Bon, si on veut vraiment chipoter, on (moi en tous cas) découvre que Manakel – un personnage Flesh Tearers ayant vécu au moment de la création du Chapitre – est devenu un Dreadnought. C’est peut-être couvert dans une autre nouvelle, mais je l’avais laissé en un seul morceau dans ‘Sons of Wrath’ et ‘Flesh of Cretacia’. Blood in the Machine - A. Smillie : Engagés dans la défense d’Armageddon contre les hordes d’Orks de Ghazgkull, les Flesh Tearers tentent de se racheter une réputation en faisant des trucs héroïques, comme venir au secours d’un bataillon de Gardes Impériaux sur le point d’être anéantis par les Xenos. Ces nobles desseins sont toutefois interrompus par l’arrivée d’une escouade de Gardes Sanguiniens, envoyée par le Capitaine ‘Double Face’ Tycho des Blood Angels afin d’inviter Gabriel Seth à une réunion des plus urgentes. Après avoir protesté un peu pour la forme (c’est ennuyeux, il venait de remettre des piles dans son Eviscerator), le Fleshest des Tireurs accepte de laisser la Légion d’Acier prendre la rouille et la dérouillée qui lui était promise avant l’arrivée providentielle de son escouade de commandement, et se fait hélitreuiller (sans rire) jusqu’au QG des Blood Angels. Là, il rencontre l’Inquisitrice Nerissa, recommandée par Dante en personne, et la véritable raison pour laquelle il a été rappelé au bercail. Nerissa a en effet une hypothèse potentiellement lourde de conséquences pour la suite du conflit, qu’elle veut vérifier dans les plus prompts délais : selon elle, les Orks sont revenus sur Armageddon parce qu’ils ont été attirés à leur insu par l’esprit belliqueux d’un Titan chaotique ayant été enseveli lors de la première guerre mondiale ayant pris place sur la planète. Après lui avoir demandé si elle n’avait pas par hasard glissé le scénario de Dawn of War : Winter Assault dans son dossier de recherche, Seth accepte en grommelant très fort (et pour esquiver une perquisition de glandes progénoïdes) de servir de garde du corps à l’Inquisitrice lors de son voyage jusqu’à la mine où le Titan a été localisé. Il reste bien sûr accompagné de sa fidèle escouade de commandement, composé d’un nombre non nul de personnages précédemment inconnus au bataillon (il y a Harahel le Champion de Compagnie et l’Apothicaire Nisroc parmi les véritables VIP), qui se feront une joie et un devoir de mourir en cours de mission1, afin de montrer toute la dangerosité de cette dernière. Après quinze pages de progression sanglante et tout terrain (air, terre, mer, mine : c’est un véritable trail cette mission), nos héros pénètrent enfin dans la salle de contrôle du Titan oublié, et Seth réalise soudainement qu’il y a un petit problème… Je suppose qu’il faut voir cette nouvelle comme le récit de la descente aux enfers progressive des Flesh Tearers, entraînés « malgré eux » (mouarf) dans une spirale incontrôlable de vengeance et de trahison, dont la seule issue ne peut être que l’excommunication et la destruction du Chapitre. C’est en tout cas ce que Smillie voudrait nous vendre, et je ne suis que très moyennement convaincu. Si on passe outre tous les passages d’action pure, qui forment le gros de ‘Blood in the Machine’, il ne reste en effet que les actions mercurielles d’un Gabriel Seth dont l’empathie pour les simples humains fluctue entre héroïsme chevaleresque et sociopathie profonde en fonction des situations. Il aurait fallu un auteur un peu plus solide que Smillie pour faire apparaître une logique dans ces oscillations d’humeur, et au final dépeindre le Maître des Flesh Tearers comme un personnage torturé par sa conscience, et non comme un boucher colérique et inconstant. ‘Blood in the Machine’ n’a donc pas le moindre intérêt intrinsèque, que l’on se place du point de vue de la saga Flesh Tearers ou de celui du corpus de textes 40K de la Black Library. À archiver. 1 : Mention spécial au Frère Shemal (sans -e à la fin), qui disparaîtra pendant un saut depuis un Stormraven jusqu’au Titan-taxi réquisitionné par Nerissa pour traverser un bras de la mer bouillonnante à pied, et perpétue ainsi la longue et distinguée tradition des Flesh Tearers s’écrasant au sol comme des bouses. 2 : Notons au passage que l’exécution par Compagnie de la Mort interposée laisse en pratique suffisamment de temps à l’Inquisitrice pour envoyer un message alertant sa hiérarchie de la trahison des Flesh Tearers. C’est donc un nouveau super plan de la part de ce génie de Seth. 3 : Qui va sur ses dix mille ans à ce moment, à moins qu’il ne s’agisse d’un homonyme du compagnon du premier Maître de Chapitre des Flesh Tearers, bien sûr. Autre hypothèse : c’est un Dreadnought/Chapelain/Capitaine de croiseur d’attaque, ce qui fait beaucoup de spécialisation pour un même individu. From the Blood- A. Smillie : Les Flesh Tearers de l’Archiviste Balthiel et du Chapelain Appollus (Gabriel Seth avait rage poney ce jour là) prennent part à la campagne de pacification du système de Stromark, déchiré par une guerre civile opposant les familles dirigeantes de ses deux planètes habitées, Prime et Secundus. Les armées de l’Empereur ayant grand besoin des armes et munitions produites par ces bastions industriels, les autorités du secteur ont envoyé une flotte balancer quelques glaçons dans le slip des Gouverneurs en bisbille, depuis l’orbite haute s’il le faut. L’expédition a également la « chance » de pouvoir compter sur non pas un, mais deux contingents de Space Marines en support, tous deux issus de Chapitres descendants des Blood Angels : les Flesh Tearers donc, et les Angels Encarmine, menés par le Maître de Chapitre Zargo en personne. Nous suivons nos héros sanguinaires dans leur attaque de Stromark Prime, dont les défenses aériennes sont tellement formidables qu’elles forcent Balthiel à user d’un pouvoir psychique d’une manière pas franchement permise par les règles. Le brave Archiviste puise en effet dans ses réserves pour déployer un Bouclier de Sanguinius sur les drop pods de la Compagnie de la Mort alors qu’elle est déployée au sol, ce qui le fatigue fortement mais permet aux Flesh Tearers de s’emparer du palais de la Gouverneure Agrafena en un temps record. Fidèle à sa nature de psychopathe, le Chapelain Appollus laisse Agrafena, blessée à mort dans les affrontements, lancer par pure malice une frappe massive (300 milliards de morts, tout de même) sur Stromae Secundus dans ses derniers instants, officiellement pour accélérer la résolution du conflit, officieusement pour emm*rder les Angels Encarmine, chargés de la prise de la seconde planète du système. On apprend à la toute fin de la nouvelle qu’il ne faudra « que » sept générations pour que les capacités de production de Stromark reviennent à leur niveau d’avant la guerre civile, ce qui fait de cette campagne un succès total. Quelqu’un aurait-il l’obligeance de me rappeler pourquoi l’Imperium est intervenu, pour commencer ? Encore une nouvelle où les Flesh Tearers démontrent à quel point ils sont peu fréquentables (enfin, surtout Appollus), avec Balthiel occupant la place du personnage principal en remplacement de l’incontournable Gabriel Seth. À défaut de donner plus de profondeur à son Chapitre fétiche, ou de nous servir des scènes d’action un tant soit peu originales/satisfaisantes, Andy Smillie atteint son quota de pages en intégrant une nouvelle bataille spatiale peu intéressante – son péché mignon, voir ‘Sons of Wrath’ – dans son propos, ce qui lui donne l’occasion d’ajouter un nouveau personnage secondaire au casting déjà bien fourni de son Chapitre : le Chapelain cul de jatte Zuphias, condamné à servir comme Capitaine du Death Cowl jusqu’à sa mort à cause du manque de fauteuil roulant dans les réserves du Chapitre1. Pas grand-chose à dire de plus sur ce ‘From the Blood’, dont l’intérêt m’échappe encore à ce jour. 1 : Smillie nous dit qu’il aurait dû être incarcéré dans un sarcophage de Dreadnought après avoir perdu ses jambes lors d’une bataille contre des Démons de Khorne, mais qu’il est maintenant trop tard pour le retirer du trône de commandement du vaisseau où il avait été placé pour sa survie. Mais le gus n’a « juste » plus de jambes, et il est encore revêtu de son armure (et pas placé dans un caisson de survie) : on a du mal à déterminer la gravité réelle de ses blessures. Beneath the Flesh - A. Smillie : Relatant la mission d’une escouade de Flesh Tearers envoyée récupérer des données sensibles dans une base avancée du chapitre sur la planète d’Aere, et ce alors que la garnison stationnée sur place ne répond plus et que les forces du Chaos menacent de fondre sur l’avant-poste à tout moment (avec un rapport de force de un pour à peu près mille dix-neuf en faveur des cultistes – ne riez pas, c’est écrit noir sur blanc dans la nouvelle – ), Beneath The Flesh n’impressionne pas par son originalité, mais contient tout de même suffisamment d’éléments intéressants distrayants pour que sa lecture ne constitue pas la purge qu’elle aurait pu être. Car c’est une qualité que l’on doit reconnaître aux travaux de Smillie : pour perfectibles qu’ils soient, leur imprévisibilité et/ou incongruité les rend assez fendards à parcourir. Du Counter 2.0 en quelque sorte. Mis à part la poignée de soldats humains présentés comme renégats par Smillie, mais finalement tout à fait loyaux au Trône de Terra, et dûment massacrés par les Flesh Tearers pendant leur « investigation » de la base avancée, la première moitié de récit est assez calme, l’auteur se concentrant davantage sur la construction d’une atmosphère oppressante (bof) et la mise en relief de la tare génétique des descendants de Sanguinius (pas mal) que sur l’action pure. Et s’il aurait été intéressant, ou en tout cas original, de poursuivre sur cette voie de relative non-violence jusqu’au bout1, il ne fallait pas compter sur Andy pour se détourner de la voie royale de l’auteur BL qui se respecte, à savoir une franche explication de texte entre protagonistes et antagonistes. Au contraire, ayant rongé son frein pendant les 25 premières pages, Smillie embarque ses lecteurs dans un carnage digne des heures les plus sombres de l’Hérésie d’Horus, bien aidé il faut le reconnaître par le pedigree des forces en présence. Car aux (ig)nobles Flesh Tearers de l’escouade Barbelo est opposée une cohorte de World Eaters écumants, opposition ne pouvant déboucher sur autre chose qu’un tsunami d’hémoglobine. Heureusement pour nos héros, les Khorneux leur faisant face ne brillent ni par leur sens tactique (soit), ni par leurs capacités martiales (heu…), permettant aux six Flesh Tearers de massacrer leurs adversaires avec une désinvolture scandaleuse. Berzerkers, Raptors, Dreadnought et Aspirant Champion : tous finiront réduits en tapenade par la vertueuse furie et les pièges à cons des loyalistes, qui, au prix de quelques péripéties très confuses, arriveront à se regrouper et à tirer leur révérence au nez et à la barbe des séides d’Angron2. Commençons par distribuer le seul et unique bon point de la nouvelle, qui tient mieux la route que les deux précédentes publications du bon Andy dans Hammer & Bolter. L’auteur arrive à rendre assez bien l’état de tension permanente qui est le lot des Flesh Tearers quand ils sont en opération, leur penchant pathologique pour le prélèvement d’organes à mains nues et sans anesthésie devant être strictement contrôlé sous peine de céder définitivement à la Rage Noire. Et à ce petit jeu-là, les vétérans (comme le sergent Barbelo de l’escouade du personnage principal – Maion –) partent avec un gros désavantage, la tare génétique de Sanguinius les travaillant depuis plus longtemps que les Marines fraîchement intégrés. Le brave Barbelo fait donc (peut-être à dessein) bondir le compteur de conneries dès qu’il ouvre la bouche, mais j’anticipe sur la suite. Car 'Beneath The Flesh', c’est d’abord un festival de passages what the fuck-esques, qui continue avec une constance admirable d’un bout à l’autre de cette première partie. Ça commence très fort avec une arrivée sur site de l’escouade de Maion dans un Stormraven qui vient sciemment s’écraser à proximité de la base1 pour des raisons qui continuent à m’échapper à l’heure actuelle, Smillie ne prenant pas la peine d’expliquer pourquoi ses Flesh Tearers ont préféré prendre le risque de tous périr dans l’accident et de bousiller leur seul moyen de quitter la zone avant l’arrivée de l’ennemi, alors qu’un simple atterrissage conventionnel aurait parfaitement fait l’affaire. Pour ma part, je le soupçonne de ne pas bien faire la différence entre un Stormraven et un Drop Pod, mais passons. Passons également sur les fourreaux d’épée-tronçonneuse, l’identification d’un modèle de magasin d’autocanon (ainsi que sa capacité) à l’oreille, ou encore – et à regret cette fois-ci – sur le kill le plus saugrenu de l’histoire de la BL2 , pour nous concentrer sur le cas du sergent Barbelo. Comme dit plus haut, le loustic s’est spécialisé dans la stupidité crasse une fois sorti du Noviciat, ce qui lui a fort logiquement permis d’accéder à des fonctions de commandement. Refusant catégoriquement au Prêtre Sanguinien qui accompagne l’escouade l'autorisation de s’enquérir des glandes progénoïdes des Flesh Tearers qui étaient stationnés dans la base, sous prétexte que ce n’est pas l’objectif principal de la mission (c’est pas comme si le chapitre était en train de s’éteindre, hein), ne s’émouvant pas le moins du monde de l’absence de cadavres dans un bâtiment maculé de sang et d’organes (« c’est pas l’objectif principal de la mission ! » bis), coupant volontairement sa radio au moment où l’inévitable embuscade est lancée contre ses hommes (qui aurait besoin de coordonner son escouade dans une situation pareille, après tout ?), et adepte convaincu de la scission en groupes de un, Barbelo est une vraie tête de lard comme on n’en croise plus guère au fil des pages de la BL. Dans un autre registre, force est de constater qu’Andy Smillie a encore du chemin à faire pour amener ses rebondissements de manière un tant soit peu crédible. Ayant – à mon grand soulagement – laissé tomber l’approche du « zapping narratif »3 pour un rythme un peu plus compréhensible, il pêche cette fois par naïveté, les indices égrenés au long de son récit (car un bon twist est un twist dont le lecteur se dit qu’il aurait dû se rendre compte s’il avait fait plus attention à certains détails) ayant la subtilité d’un Nob en méga-armure défoncé aux champignons. La conclusion de 'Beneath the Flesh' est ainsi une compilation de révélations éventées depuis belle lurette et de zones d’ombres laissées sans explications. Comme prévu, Smillie confirme donc (enfin) que les malheureux Gardes Impériaux dépecés à l’apéritif par l’escouade Barbelo étaient de fidèles sujets de l’Empereur. Quel dommage que personne n’ait eu la riche idée de se servir de sa radio pour dissiper ce malentendu avant que la demi-douzaine de Space Marines en rut faisant figures de héros ne leur tombe sur leur râble ! À quoi tient la vie d’un bidasse (et la crédibilité d’un récit) parfois… Du côté des mystères non résolus, Andy Smillie se garde bien de révéler pourquoi la garnison originelle de la base avancée s’est retournée contre ses alliés (même si le classique « c’est diablerie, monseigneur » est balancé en loucedé par un Capitaine SM qui passait dans le coin), ni qui était le gus qui a mis en scène les corps des huit Flesh Tearers dans la chapelle. Je suis sûr que l’on pourrait multiplier les exemples à l’envi en creusant un peu, tant l’intrigue développée par Smillie est friable, mais à quoi bon tirer sur l’ambulance ? Toujours est-il que c’est Gabriel Seth himself (le Maître de Chapitre des Flesh Tearers, pour ceux qui ne suivent pas) qui clôt les débats, en ordonnant l’Exterminatus d’Arare, là non plus sans grande justification de la part de l’auteur. Mais qu’importe : c’est kwioul. Au final, 'Beneath the Flesh' n’est rien de plus qu’une nouvelle classique de Space Marines, dont seule la longueur justifiait qu’elle soit séparée en deux parties. Les possibilités narratives offertes par ce format n’ont malheureusement pas été exploitées par Andy Smillie, dont cette troisième contribution à Hammer & Bolter reste du même acabit que les précédentes, c’est-à-dire très dispensable. 1 : Je pense qu’une grande partie du désamour que j’éprouve à l’heure actuelle pour les histoires de Space Marines vient du fait que ces derniers sont toujours mis en scène dans des récits guerriers. À croire que leur vie se résume à foutre sur la tronche des ennemis de l’Empereur H24. Il doit pourtant y avoir des temps morts dans leurs vies trépidantes de surhommes, faute de quoi la longévité moyenne ne dépasserait pas les trois mois. Je trouve dommage que ces zones d’ombres de la vie des meilleurs de Pépé n’aient pas été plus explorées par les auteurs de la BL (bon, Counter a bien essayé de mettre en scène un tribunal militaire dans Phalanx, avec les résultats que l’on sait, mais je suis sûr qu’un ADB ou un French seraient capables de traiter le sujet de manière intéressante). 2 : Leur Stormraven ayant été détruit dans la bagarre (il était de toute façon incertain que l’esprit de la machine ait suffisamment récupéré de l’immonde atterrissage voulu par ses passagers pour décoller), nos héros s’échappent en fusée. Si si. Le plus drôle est que la séquence, telle que narrée par Smillie, ressemble à s’y méprendre à la fin du générique d’Il Etait Une Fois l’Homme. 3 : Le Techmarine de la fine équipe coupe les moteurs et les rallume juste avant l’impact, ce qui ne sert strictement à rien au final puisque le fier vaisseau termine sa course dans le même état qu’une compression de César. Cette scène mémorable a été fidèlement adaptée dans Madagascar 2. 4 : Etape 1 : Arracher le crâne du cadavre de votre dernière victime en date. Etape 2 : Balancer le dit crâne sur le torse d’un nouvel adversaire. Etape 3 : L’impact écrase quelques côtes : le cœur s’arrête de battre. Fatality 5 : cf la critique de 'Mountain Eater'. Torturer's Thirst - A. Smillie : Les documentalistes du CDI d’Onuris Siti (très très réputé magheul) se sont mis en grève pour dénoncer leurs conditions de travail et ont fondé un syndicat d’obédience socialo-tzeenchienne, la Fraternité du Changement (c’est maintenant), pour porter leurs revendications en haut lieu. Envoyés à la table des négociations1 aux côtés de la Garde Impériale pour défendre les intérêts de Terra, les Flesh Tearers ont opté pour une approche agressive (pour changer), et nous suivons en particulier l’escouade de la Compagnie de la Mort du Chapelain Appollus, alors qu’elle part à l’assaut des cultistes avec une énergie débordante et un respect minimal pour les consignes du haut commandement. Appo’, dont la spécialité est d’ignorer les avertissements qui lui sont donnés (d’abord sur ses réserves de munitions, puis de carburant pour son jet pack, et pour finir sur le déclenchement d’un bombardement allié), se retrouve isolé de ses petits camarades et du soutien au porteur de crozius, et malgré toute sa vaillance et sa détermination, est fait prisonnier par l’ennemi après qu’un mystérieux Psyker en armure noire l’ai fait rebondir sur le sol plus de fois qu’une balle de service de Nadal. Ce sont des choses qui arrivent à la guerre. Appollus revient à lui dans une cellule obscure et en mauvaise position, nu comme un ver et pendu par les pieds, à la merci des sinistres tortionnaire de la Fraternité du Changement, les Fratris Crucio. Convaincu que le Chapelain dispose de secrets qui pourraient être utiles à sa victoire finale contre l’Imperium, le chef suprême du culte, le Space Marine du Chaos et Psyker précédemment aperçu, Abasi Amun, déchaîne les douloureux talents des Crucio contre son invité de marque, qui finit très très marqué par leurs délicates attentions, mais refuse obstinément de cracher autre chose que des mollards acides à la face de ses bourreaux. Prenant acte de l’échec de la manière forte, Abasi rend visite au Flesh Tearer (qui n’a jamais aussi bien porté son nom), et pénètre son esprit à l’aide de ses pouvoirs psychiques afin de lui arracher le secret qu’il dissimule au plus profond de son être… Andy Smillie avait l’occasion de nous en dire un peu plus sur le rapport que les Flesh Tearers entretiennent avec la Rage Noire dans cette nouvelle centrée sur le Chapelain Appollus et ses charges, mais on devra se contenter de l’approche très premier degré que l’auteur a choisi de mettre en pratique pour ce ‘Torturer’s Thirst’. Il y avait pourtant du potentiel à exploiter, le caractère quasi viral de l’affliction frappant le Chapitre (déjà souligné par Smillie dans ‘Know Thyself’) en faisant une arme qu’il est possible d’utiliser contre l’ennemi de plus d’une manière, comme l’inquisiteur Abasi Amun l’apprend à ses dépends. De la même manière, j’aurais bien aimé que Smillie explique pourquoi les membres de la Compagnie de la Mort n’attaquent pas Appollus quand il vient les libérer, alors qu’ils ne devraient être que des bêtes de guerre décérébrées à ce stade. Il y avait là aussi de la place pour donner quelques éléments de fluff sympathiques aux Flesh Tearers, mais tel n’a pas été le choix de l’auteur, qui a préféré miser sur l’action à outrance (et même pas tellement sur le gore porn que le titre laissait pourtant présager), comme dans tous ses autres travaux consacrés à ce Chapitre. Et qui comme pour tous ses autres travaux consacrés à ce Chapitre, livre au final une nouvelle très moyenne. La persévérance, c’est la clé. 1 : Ni la table, ni les négociations, ne sont contractuelles. 2 : Avant cela, il se grave à l’acide mollardique le symbole de son Chapitre sur le torse. Parce que c’est COOL. Death's Shepherd - A. Smillie : De retour sur le monde à problème de Zurcon Primus (déjà « pacifié » par leurs grands anciens il y a dix mille ans1), les Flesh Tearers sont à pied d’œuvre pour mater une nouvelle rébellion des autorités locales contre le pouvoir impérial. Le conflit ayant déjà fait 300 millions de morts au moment où la nouvelle commence, on ne peut pas parler de frappe chirurgicale de la part des meilleurs de l’Empereur, mais comme le protagoniste de l’histoire est (probablement, il n’est pas formellement identifié) le Chapelain Appollus, à qui le concept de victimes collatérales est étranger2, ce bain de sang préliminaire n’est pas vraiment une surprise. Appollus a pris la tête d’une bande de soldats zurconiens fidèles à l’Empereur, compensant leur manque d’équipement et de munitions par un fanatisme chevillé au corps et des baïonnettes attachées aux crosses de leurs fusils (ce qui n’est pas comment qu’on utilise une baïonnette, j’en suis presque certain). Le Chapelain et ses brebis galeuses doivent attaquer une position tenue par un régiment fidèle au Gouverneur local, et comme il est contractuellement tenu de faire un discours inspirant avant de mener ses hommes au carnage, Popol prononce royalement 37 mots qu’il estime motivants, avant de charger à toutes berzingues vers les lignes ennemies, confiant dans la protection que lui apporte son armure énergétique contre les tirs sporadiques des hérétiques. Au terme d’un combat à sens unique, le Chapelain se retrouve à court d’ennemis à massacrer, ce qui semble mettre fin à la guerre de Zurcon (sans rire, c’étaient vraiment les derniers rebelles de toute la planète : ça pourrait expliquer pourquoi Appollus est le seul Flesh Tearers de la nouvelle, Gabriel Seth ayant rappelé ses forces pour les déployer sur d’autres campagnes, et laissé le Chapelain faire mumuse en arrière garde). Mais avant de partir, Appollus tient à rappeler au lecteur qu’il est toujours le roi des sales types, et exécute donc gratuitement les trois survivants de son unité, afin de les châtier d’avoir laissé Zurcon se rebeller à nouveau contre l’Empereur. Comme si Jojo, Bébert et Steeve étaient responsables de cette crise. Mais comme dit le proverbe : l’innocence ne prouve rien sans casser des œufs. Ou quelque chose comme ça. Quatre pages d’action bourrine et convenue et un clin d’œil pas vraiment inspiré à ‘Sons of Wrath’, c’est à peu près tout ce que l’on peut tirer de ‘Death’s Shepherd’. De façon contrintuitive, il se pourrait que cette histoire soit plus intéressante pour qui n’est pas familier du reste des travaux Flesh Tearers d’Andy Smillie, car ce nouveau lecteur aura plus de chances d’être surpris par la conclusion goredumb (c’est pas du grimdark pour moi) de cette micro nouvelle que l’habitué des pulsions homicidaires de ce bon Chapelain Appollus. Mais à 3,49€ les mille mots, l’addition est salée et le risque couru d’être déçu par cette plongée dans le monde vermeilleux des Flesh Tearers à la sauce Smillie non négligeable. Bienvenue au club. 1 : Voir ‘Sons of Wrath’. 2 : Voir ‘From the Blood’. Immortalis - A. Smillie : Alors qu’il agonise sur le champ de bataille, un Space Marine des Flesh Tearers se rappelle ses deux morts précédentes. La première a été symbolique, et a pris place lorsque la Rage Noire s’est emparée de lui après qu’il soit tombé à court d’Orks à tuer, et ait compensé ce manque en faisant mumuse avec les Gardes Impériaux qui accompagnaient le Chapitre au combat. Cette incartade lui a valu d’être transféré au sein de la Compagnie de la Mort, et c’est au cours d’une mêlée furieuse contre ces pleureuses d’Eldars que notre héros a connu sa deuxième mort, le cœur primaire empalé par une lame Xenos. Il faut toutefois croire que FT Man était doué dans ce qu’il faisait, puisqu’au lieu de le laisser mourir en paix, le Maître du Chapitre le fit incarcérer dans un Dreadnought. Ce troisième service, et cette courte nouvelle, se terminent avec la troisième mort de notre gus, victime d’un « coucou qui c’est » pas franchement amical de la part d’un Genestealer Alpha en maraude. La trajectoire classique et tragique d’un Flesh Tearer, relatée en 1.000 mots par Andy Smillie, n’apprend pas grand-chose de neuf sur le Chapitre, et sa lecture est donc tout à fait dispensable. On notera au passage que contrairement aux Blood Angels, les Flesh Tearers atteints de la Rage Noire ne revivent pas les derniers instants de Sanguinius pendant le Siège de Terra (ce qui est totalement la classe, tout de même) : ils sont juste très très énervés. Symptôme propre au Chapitre ou gaffe fluffique de la part d’un auteur qui n’est décidément pas à l’abri de ce genre de bévue ? Je laisse à chacun le soin de se faire une opinion. The Quickening - A. Smillie : L’Archiviste Balthiel des Flesh Tearers a choisi d’opérer seul derrière les lignes ennemies pour mener à bien l’assassinat du Gouverneur hérétique de Spheris, et nous le voyons faire usage de ses pouvoirs psychiques, dont son signature move : the quickening (une sorte de bullet time qui lui permet de ralentir l’écoulement du temps autour de lui), pour se débarrasser de la garde personnelle du félon. Bien que très efficace, l’abus du Warp est dangereux pour la santé mentale, et Balthiel finit la novelinette (3 pages !) en PLS, sa mission accomplie mais sa messagerie mentale submergée de spam de Démons cherchant à lui vendre des analgésiques miraculeux et/ou à lui faire rencontre des hot single spawns dans son voisinage. Bref, un jeudi ordinaire pour notre ami Flesh Pseaker. Andy Smillie continue sa série consacrée à la mise en scène des pouvoirs psychiques des Blood Angels (et descendants) dans ses nouvelles Flesh Tearers avec cet insignifiant à tout point de vue ‘The Quickening’. Les amateurs de ce genre très particulier peuvent se tourner vers ‘From the Blood’ pour voir l’incroyable Balthiel utiliser le Bouclier de Sanguinius d’une manière fort peu orthodoxe (et tomber à nouveau dans les pommes, comme le gros bébé fragile qu’il est). Les autres économiseront les 3.49€ demandés pour ces quelques lignes peu mémorables1 et iront dépenser leur capital chèrement acquis ailleurs. 1 : Qui bénéficient malgré tout d’une recommandation de nul autre que James Swallow (« So visceral, you can taste the blood in your teeth »). Si ça ne vous donne pas une bonne raison supplémentaire de ne pas acheter ‘The Quickening’, vous allez vite apprendre… Astorath the Grim: Redemeer of the Lost - A. Smillie : Nous suivons Astorath dans son quotidien de Haut Chapelain des Blood Angels et voiture balai hache des descendants de Sanguinius, alors qu’il piste un groupe de Flesh Tearers de la Compagnie de la Mort ayant eu la mauvaise idée de survivre à la campagne d’Hamenlina. Le croirez-vous, mais même à un contre cinq, Astorath le bath parvient à apporter la paix des braves à ses brebis égarées. À peine le temps de prendre un petit café crémation, et voilà le Rédempteur reparti pour de nouvelles aventures sans queue (un peu) ni tête (surtout). Aucune surprise dans ces quatre pages, qui dépeignent un Astorath en tout point conforme à la présentation qui en est faite dans le Codex Blood Angels. Allez, si on veut être charitable, on peut dire que l’identité de ses victimes est une micro surprise pour qui ne connaît pas le passif d’Andy Smillie avec les Flesh Tearers (chanceux que vous êtes). Cela ne sert absolument à rien dans l’histoire, mais c’est une surprise (je vous avais dit que c’était de la charité hein). Encore une micro-nouvelle vendue beaucoup trop chère pour ce qu’elle apporte en termes de plaisir de lecture et d’éléments de fluff, et donc à éviter comme la Rage Noire1. 1 : Si le personnage d’Astorath vous intéresse, je vous conseille d’aller lire ‘Redeemer’ de Guy Haley, qui est d’un rapport qualité prix sans aucune mesure avec la soumission de Smillie. Et les deux sont vendues au même tarif par la BL ! Gabriel Seth: The Flesh Tearer - A. Smillie : Gabriel Seth en a gros sur la patate (énergétique). Ayant appris qu’Astorath avait exécuté des Flesh Tearers sans demander la permission auparavant1, le Maître de Chapitre lésé voyage jusqu’à Baal incognito (il a mis une capuche) afin de s’expliquer franchement avec le Haut Chapelain. Par un heureux hasard, Astorath est présent dans le Reclusiam de Baal lorsque Gaby y fait irruption2, et les deux surhommes peuvent enfin se dire leurs quatre vérités… et se mettre des bourre pifs. On ne va pas se mentir, je n’en attendais/espérais pas moins de la part Gabriel « coup de boule » Seth, toujours aussi doué en matière de diplomatie. Seulement voilà, notre héros fait moins le malin lorsque son adversaire est un personnage nommé en armure d’artificier renforcé au scénarium, et le crétin de Cretacia crache rapidement quelques dents (même s’il parvient à abimer le jet pack de son adversaire dans la bagarre). Ayant compris qu’il ne sortirait pas vainqueur de ce combat, Seth abandonne sa stratégie initiale (occuper Astorath pour l’empêcher d’aller chercher des noises à d’autres Flesh Tearers), d’une stupidité aussi redoutable que lui-même, et s’en va se faire poser des implants en céramite en jurant à son adversaire qu’il n’a pas intérêt à revenir prendre la tête à d’autres Flesh Tearers. Sinon… Sinon. De toutes les micro-histoires tournant autour des Flesh Tearers qu’Andy Smillie a écrit pour son Chapitre de prédilection, ‘Gabriel Seth : The Flesh Tearer’ est de loin celle que j’ai trouvée la plus intéressante. Voir le patron des Flesh Tearers aller régler ses comptes avec Astorath sur Baal pour protéger ses frères, même si ces derniers méritent dans l’absolu l’exécution que le Haut Chapelain des Blood Angels leur délivre, donne en effet plus de profondeur et de sympathie à Seth que toutes ses précédentes apparitions dans le corpus de Smillie. Cela n’est pas suffisant pour justifier le prix de vente de ces quelques pages, mais j’aurais apprécié que cette intrigue soit développée sur un format plus classique, afin de permettre une plus grande immersion dans les relations compliquées entre Gabriel Seth et ses « tuteurs » au sein des Blood Angels (Dante et Astorath), dont Smillie ne livre que des bribes au détour de ses dernières soumissions (voir ‘Trial by Blood’ et ‘A Son’s Burden’). Il reste un peu d’espoir… 1 : Voir ‘Astorath the Grim: Redeemer of the Lost’ du même auteur. 2 : Astorath passant son temps à voyager à travers la galaxie pour décoiffer les descendants les plus indisciplinés de la Légion de Sanguinius (ce qui fait un paquet de Chapitres à couvrir), on peut raisonnablement penser qu’il n’est pas souvent sur Baal. La nouvelle est d’ailleurs encore plus drôle si on considère que Seth est déjà venu vingt fois sur la planète, et est tombé à chaque fois sur une pancarte « sorry, we’re closed » lorsqu’il s’est présenté devant le Reclusiam. A Son's Burden - A. Smillie : La planète Nekkaris est assiégée par les forces chaotiques de Da’ka Jumoke, Space Marine renégat et impotent (il passera toute la nouvelle juché sur son trône, pépouze dans son Thunderhawk), mais peut compter sur l’aide des féroces Flesh Tearers de Gabriel Seth pour faire face à ce coup du sort. Venu avec l’intégralité de son Chapitre, Gab’ a toutefois commis l’erreur de renvoyer ses propres Thunderhawks passer leur contrôle technique une fois les Space Marines déployés au sol, réduisant drastiquement leur mobilité, et donc leur efficacité. Au moment où la nouvelle commence, on comprend que les fils bourrins de Sanguinius sont piégés avec leurs alliés dans les ruines de la capitale planétaire, et ne peuvent monter à l’assaut sans être réduits en pulpe d’Orangina Rouge par l’artillerie chaotique, qui pilonne la ville avec insistance. Résultat des courses : la galerie de personnages secondaires Flesh Tearers développée par Smillie au cours des précédents épisodes (le Chapelain Appollus, le Champion Harahel, l’Apothicaire Nisroc, l’Archiviste Balthiel) s’occupe comme elle peut en balançant des remarques désobligeantes sur le potentiel intellectuel des Nekkarites, qui n’ont pas encore maîtrisé l’art subtil du baissage de tête pour éviter les obus, comme les meilleurs de l’Empereur savent si bien le faire. What the duck, quoi. Un moyen comme un autre de canaliser la rââââââge qui menace de les faire dégoupiller à tout moment, comme c’est le lot des Sangui’ Bois de Cretacia. Plus intéressant, nous suivons en parallèle la mission d’infiltration de la Compagnie des Scouts1 du Capitaine Temel, chargée de neutraliser les batteries adverses afin de permettre au gros des troupes de charger, éviscerateur au clair. Dans ces conditions difficiles, les novices font du mieux qu’ils peuvent, mais la présence de patrouille de Space Marines du Chaos dans le cordon défensif d’une part, et les gros problèmes de self-control qui sont le lot des Tireurs de Flèches d’autre part, prélèvent un lourd tribut chez les loyalistes. Déterminé à mener sa mission à bien dans les délais qui lui ont été impartis, Temel fait fi des pertes catastrophiques et parvient à faire exploser les obusiers adverses, mais se fait gravement grenailler le bedon dans l’opération. Il peut toutefois contacter Gabriel Seth avec le sentiment du devoir accompli, et la certitude que ses Scouts ne vont pas tarder à être secourus par leurs gros copains… Andy Smillie livre avec ‘A Son’s Burden’ une introduction satisfaisante aux événements relatés dans ‘The Devastation of Baal’, du point de vue de ses chouchous Flesh Tearers. Si la mission commando de Temel occupe le plus gros de la nouvelle, et nous donne à voir toute l’abnégation du Capitaine, prêt à sacrifier ses hommes (et pour certains d’entre eux, à les abattre de ses mains lorsque la Soif Rouge se fait un peu trop pressante) et à laisser massacrer des civils pour parvenir à son objectif, la description de la décision de Seth d’abandonner des frères d’armes pour voler au secours de Blood Angels pourtant peu sensibles à la difficile situation de leur Chapitre successeur, donne une dimension noble et tragique à des Flesh Tearers que l’on avait jusqu’ici dépeint en brutes sanguinaires. Cet enrichissement du background des natifs de Cretacia est à mettre à l’actif d’un Smillie que j’ai trouvé plus mature et à l’aise dans son propos qu’il ne l’était dans ses premiers textes pour la Black Library. Deux défauts significatifs empêchent toutefois ‘A Son’s Burden’ d’être une réussite totale. Le premier est son traitement très « épisodique », en cela qu’on a l’impression tenace, et sans doute fondée3, que les événements relatés ici ne sont qu’un fragment d’un arc narratif beaucoup plus large : un tel procédé n’est pas interdit, mais je considère tout de même qu’une histoire vendue comme une nouvelle indépendante devrait pouvoir être lue de manière indépendante, sans avoir l’impression de passer à côté d’une partie du propos. Le second est l’usage inconstant des Thunderhawks des Flesh Tearers fait par Smillie : ce n’est certes qu’un détail, mais cela démontre un manque de connaissances et de réflexion sur le mode de fonctionnement d’un Chapitre Space Marines assez problématique. Bref, des progrès mais pas encore un sans faute. 1 : Qui devrait être la 10ème Compagnie, mais comme certaines sources établissent que le Chapitre n’en compte plus que quatre, je préfère ne pas m’avancer sur les nombres. 2 : C’est à se demander qui gère les Thunderhawks des Flesh Tearers. 3 : Même si Da’Ka Jumoke semble avoir tout à fait disparu de la surface de l’univers après cette nouvelle. The Rite of Holos - G. Haley : Notre histoire débute dans l’astroport du monde de Catria, planète de 43ème ordre en proie depuis quelques mois à un schisme profond. Détail mineur du récit, mais source potentiellement inépuisable de blagues lamentables (dont les écrits de votre serviteur font une consommation invétérée) que je ne peux donc (in)décemment passer sous silence, la population de Catria a pour particularité d’être à majorité féminine, les individus mâles étant chétifs et n’atteignant généralement pas l’âge adulte. L’immense majorité des protagonistes et antagonistes locaux de The Rite of Holos sont donc des représentants du beau sexe, dont la confrontation avec ce parangon d’uber virilité patriarcale qu’est le Space Marine impérial ne peut logiquement que faire des étincelles. Fin de la parenthèse et début de la beauferie. Dépassée par les évènements, la garnison locale a donc fini par contacter le SAC (Service Après Colonisation) impérial, demandant l’envoi de renforts pour mater la rébellion initiée par une certaine Hesta, sainte vivante autoproclamée ayant le goût des choses simples. Par chance pour les loyalistes, le chapitre des Blood Drinkers passait dans le coin au moment des faits, lancé qu’il était dans la traque de l’origine d’une infection Genestealers dans ce même sous-secteur1. Jamais un à laisser être bafouées saintes prérogatives de Pépé, le Maître de Chapitre des Buveurs (Caedis) accepte la requête des Catrians et se téléporte sur place en compagnie de sa garde rapprochée. Rapidement briefé sur la situation par la Colonel Indrana au cours d’une visite des abords du Reliquary Sanctum, place forte des rebelles s’étant révélée jusqu’ici inexpugnable, Caedis rejoint ensuite ses potes à la morgue pour procéder à l’étude d’un spécimen de mutant abattu à grand peine par les Gardes de Catria alors qu’il procédait à une distribution de (pâtes à) tartes sur les positions loyalistes. Trahie par de subtils détails, invisibles pour le tout-venant mais évidents pour les yeux entraînés des Blood Drinkers (absence de manucure, jean boyfriend sans talons, carapace chitineuse, troisième bras…), l’appartenance du mutant à un culte Genestealers apparaît au grand jour, au grand plaisir de Caedis et de ses lieutenants, le Réclusiarque Mazrael et le Maître Sanguinien Teale (qu’à partir de maintenant, j’appellerai frère Canardo). Ayant gentiment mais fermement envoyé la Colonel Indara lui préparer un sandwich pour pouvoir discuter de manière privée, Caedis expose son plan de bataille à ses sous-fifres pendant que Canardo eviscère le cadavre de Gennie avec un entrain déplacé : afin de pouvoir localiser l’origine de l’infection Xenos, il sera nécessaire pour les meilleurs de l’Empereur d’accéder au cœur du culte, là où la Matriarche et les jeunes ont trouvé refuge. Ce n’est en effet qu’en tirant parti de l’écho Warp des appels vers la Grande Dévoreuse de ces derniers que l’Archiviste de service (Guinian) pourra remonter à la source du problème. Il faudra donc faire le sale boulot soi-même au lieu de régler le problème d’une petite frappe orbitale bien placée, ce qui convient tout à fait à la philosophie martiale des Blood Drinkers. En guise d’ultime mais nécessaire préparation à cet assaut, Caedis autorise Ma et Canardo à réaliser le fameux rite d’Holos afin de préparer les frères de bataille à la confrontation avec l’ennemi et « aiguiser » leur Soif Rouge. Si les détails de l’opération ne sont pas donnés par Haley, on comprend assez facilement qu’une quantité significative de sang sera nécessaire à cette dernière, et que les brave Blood Drinkers ne seraient pas contre une participation active de la populace locale. Voilà qui est bien suspect. La suite de la nouvelle est consacrée à l’attaque sur Reliquary Sanctum, menée de main de maître par des Blood Drinkers ayant bien compris que cribler une femme de bolts est la plus belle preuve de respect qu’on puisse lui donner au 41ème millénaire. À la pointe de l’assaut, Caedis, Canardo, Guinian et une escouade de Terminators se fraient un chemin dans les niveaux inférieurs de la cathédrale de Sainte Catria, devant à la foi se garder des embuscades des genestealers et des pulsions meurtrières induites par la Soif Rouge, qui les incite à foncer tête baissée dans la mêlée et les place donc à la merci de leurs perfides adversaires. Malgré toute l’expérience et la discipline qui caractérisent les vétérans Blood Drinkers, frère Metrion est le premier à péter une durite, la vue des cheveux ternes (et probablement gras) des cultistes ayant outragé l’esthète qui sommeille au cœur de chaque descendant de Sanguinius. C’en est fini de la progression méthodique des Buveurs, qui tourne à la fuite en avant matinée de battle royale, les frères de bataille les plus posey tentant tant bien que mal de venir au secours des mâles en rut qui leur servent de compagnons d’armes, avec des résultats plus ou moins concluants. Ayant malgré tout atteint le cœur des positions ennemies (la cuisine de la cathédrale), les Blood Drinkers survivants se retrouvent face à face avec la magos Hesta, dont les pouvoirs psychiques et les lâches insinuations à propos de la virilité de nos héros les maintiennent un temps en respect. Heureusement pour les meilleurs de l’Empereur, le statu quo fini par être pulvérisé, en même temps qu’un des murs de la cathédrale, par l’intervention salutaire du Dreadnought Endarmiel. Ayant astucieusement fait le tour de la zone de combat grâce à sa capacité à lire des cartes, il effectue ensuite un parfait créneau qui met le canon de son fulgurant à hauteur du sternum de cette mégère d’Hesta, et transforme cette dernière en dés de poitrine fumé. La suite n’est plus qu’une formalité pour les Blood Drinkers survivants, qui peuvent repartir de Catria avec la satisfaction du travail bien fait et l’information cruciale qu’ils recherchaient depuis plusieurs mois, et laissant à leurs obligées le soin de faire le ménage de leurs sanglants exploits (cadavres de Gardes saignées comme des cochettes pour les besoins de leur potion magique secrète inclus). Voilà ce qui s’appelle une juste répartition des tâches. The Rite of Holos s’avère être une nouvelle assez sympathique à lire, même si la vacuité de son propos n’en fait pas une expérience mémorable. À ce titre, c’est bien la première partie du récit, pendant laquelle Haley réussit à peindre de manière assez convaincante la dangereuse dualité des Blood Drinkers, dont l’apparence angélique et la bienveillance manifeste dont ils font preuve envers leurs compagnons d’armes humains dissimulent un besoin viscéral et impérieux de satisfaire (de manière littérale et figurée) leur soif de sang, à n’importe quel prix, qui constitue le principal intérêt du récit. À titre personnel, j’aurais apprécié qu’Haley passe plus de temps sur ce fameux rite d’Holos, dont les modalités ne laissent que peu de doutes mais dont l’intérêt pour les Blood Drinkers est loin d’être évident, si on en juge par la facilité avec laquelle ils succombent à la Soif Rouge. Boire ou occire, il faudrait donc choisir. Au crédit de Haley, on peut également mettre son souci d’intégrer à son récit des éléments de fluff que la plupart des auteurs de la BL auraient tout bonnement ignorés (ici le souci de l’esthétisme chez un chapitre héritier des Blood Angels, dont le Maître de Chapitre préfère attaquer une position ennemie que la bombarder afin de préserver autant que possible les reliques architecturales du site), ainsi que sa capacité à soumettre des idées pertinentes et originales (comme une planète peuplée seulement de femmes, ce qui doit exister dans un Impérium d’un million de mondes2). Les scènes de combat sont, elles, d’une platitude consommée, l’auteur ne parvenant pas à faire ressortir du lot cette nème confrontation entre Space Marines et ennemis de l’Imperium des dizaines, voire centaines de passages similaires produits par la BL au cours des dernières décennies. Bien sûr, la Soif Rouge vient pimenter un peu les choses, mais on reste là encore sur le territoire très connu du « ouhlala-ça-n’a-jamais-été-aussi-dur-mais-je-dois-absolument-résister », sur lequel Swallow (saga Rafen) et Smillie (Beneath the Flesh) ont déjà bâti des arcs narratifs entiers3. Dernier point d’insatisfaction, une « individualité » de la nouvelle pas assez marquée de la part de Haley. Si cela n’est pas rédhibitoire à la lecture, il est en revanche très clair que The Rite of Holos n’est qu’une bouture d’une œuvre plus conséquente (dans ce cas précis, Death of Integrity), et dont la raison d’être consiste à apporter quelques détails supplémentaires à cette dernière. Cela se perçoit particulièrement à travers le nombre important de personnages BD que Haley convoque (Caedis, Ma, Canardo, Guinian, Endarmiel), sans que ces derniers ne jouent un rôle vraiment important dans le récit. Un casting un peu plus réduit aurait sans doute permis à l’auteur de s’investir plus fortement sur ses protagonistes, et les rendre ainsi plus intéressant pour le lecteur. Ceci dit, la balance reste tout de même positive pour The Rite of Holos, et on peut qualifier les débuts de Guy Haley dans Hammer & Bolter de succès, certes pas éclatant, mais pas bradé non plus. 1 : Arc narratif qui se conclura dans 'Death of Integrity', commis par the same Guy. 2 : Peu d’auteurs de la BL ont pris la liberté d’explorer toutes les possibilités ouvertes par un cadre proprement galactique, les mondes impériaux en particulier étant en particulier touchés par une standardisation qui n’a pas lieu d’être. Guy Haley reprend le flambeau de Barrington J. Bayley, qui n’avait pas hésité à s’amuser franchement avec les planètes et cultures convoquées dans ses soumissions BL. 3 : La référence en la matière d’utilisation « optimisée » de la tare génétique des descendants de Sanguinius reste Aaron Dembski-Bowden et son 'At Gaius Point'. . Lemartes: Guardian of the Lost - D. Annandale : Une catastrophe minière s’étant produite dans la ceinture d’astéroïdes entourant la planète de Phlegethon a des conséquences tragiques pour les habitants de ce monde ruche, et démontre de façon irréfutable que les Blood Angels sont des planqués. Qui ? Quoi ? Comment ? Pourquoi ? Tout fera bientôt sens pour vous, lecteurs. Le prélude de notre histoire suit la trajectoire misérable et ténébreuse de Baldwin Morrov, l’un des mineurs piégés dans une galerie creusée dans l’une des nombreuses petites lunes orbitant autour de Phlegethon. Notre homme possède la capacité, totalement inutile pour lui et pour l’intrigue, de percevoir les prières qui sont adressées pour son salut. Au fur et à mesure que ces dernières se font moins nombreuses, les habitants de Phlegethon renonçant à envisager que la catastrophe a laissé des survivants, Morrov commence à déprimer, et, comme la plupart de ses camarades d’infortune, sombre dans la folie et le cannibalisme. Lui aura pourtant la chance de taper dans l’œil et le trône de Khorne, qui décide de jouer un tour pendable à ses voisins du Matérium en faisant de Morrov son prophète. Ayant trouvé par miracle un chemin jusqu’à la surface de la lune, Mo’ est récupéré par une équipe de secours qui passait dans le coin, et ramené en toute hâte sur Phlegethon afin d’y recevoir les meilleurs soins possibles, en sa qualité de héros et martyr. L’opération de com’ du Gouverneur local, qui a poussé le dévouement jusqu’à porter lui-même le brancard de Morrov, tourne toutefois au vinaigre lorsque ce dernier se réveille brutalement en salle d’opération, et balance un gros « BOOOOOOOOOOOOOR*EEEEEEEEEEEL DE M*RDDDDDE » à la cantonade, plongeant immédiatement ses soignants, puis par le jeu d’une contagion très rapide, toute la population de la ruche Profundis, dans une frénésie sanguinaire. Le début des ennuis pour Phlegethon. À l’autre bout du Segmentum, nous faisons la connaissance de nos véritables protagonistes et antagonistes. À ma droite, le Chapelain Lemartes, dont la Rage Noire s’exprime littéralement et littérairement par son utilisation de phrases très courtes. Pas plus de quatre mots. Parfois cinq. Mais c’est rare. Concentré il doit rester. Tout le temps. Faire la part des choses. Respirer profondément. Boire de l’eau. Beaucoup d’eau. À ses côtés, son thérapiste personnel, le brave et haut Prêtre Sanguinien Corbulo, qui passera beaucoup de temps dans la novella à demander à Lemartes où il est, afin de s’assurer qu’il n’est pas enfermé dans une lubie terrestre dangereuse1. Enfin, un mot sur le Capitaine de la 4ème Compagnie des Blood Angels, Castigon, à la tête de la force envoyée par Dante sur Phlegethon pour remettre un peu d’ordre sur la planète après que les déboires du monde ruche ait fuité. Du côté des méchants, ce sont les Blood Disciples de Khevrak, une bande de Space Marines renégats et affiliés à Khorne, qui tiennent le haut de l’affiche. Leur connexion divine leur a permis de détecter la venue du prophète rageux sur Phlegethon, et comme ils s’en veulent encore d’avoir tué sa dernière incarnation du temps où ils étaient encore loyaux et formaient la 8ème Compagnie des Emperor’s Wolves, il se rendent également sur place pour… euh… faire des excuses à qui de droit, et se racheter aux yeux de Khorne. Et c’est à présent qu’il me faut passer à la vitesse supérieure, tel un Rhino bénéficiant de la règle Moteurs Gonflés, car les 100 pages suivantes de ‘Lemartes: Guardian of the Lost’ sont d’une longueur et d’une lenteur absolue. Pour aller au fond des choses, nous suivons les Blood Angels alors qu’ils attaquent la ruche de Profundis, qui n’est plus peuplée que par des centaines de millions de Zombies de la Peste Raaaaage, afin de faire la peau au prophète susmentionné. Ce dernier les attend aux portes de la cité en faisant de la breakdance et du beat box très énervant, protégé par les Blood Disciples qui se répandent en excuses et en tirs de bolter. Les impériaux (il y a en plus des Blood Angels un régiment motorisé de Gardes de Fer de Mordian qui traînait dans le coin et cherche à se rendre utile) doivent à la fois repousser en permanence les assauts des citoyens enragés de Phlegethon, et composer avec les conditions climato-cataclysmiques difficiles que le prophète déchaîne sur eux toutes les vingt pages. Cela commence par un pilier de sang, qui aiguise la Soif Rouge des Blood Angels (dont Castigon, qui revient dans le droit chemin après que Corps de Bulot lui ait renversé le Graal Rouge sur la tête pour lui faire reprendre ses esprits) qui s’approchent trop à un niveau problématique. Puis on passe à une pluie de météorites. Puis à une vague de sang. Puis à un déluge de sang. Et pour terminer, un déluge de sang enflammé. Si ces intempéries rougeâtres n’affectent pas tellement Lemartes et ses petits copains de la Compagnie de la Mort, qui ont d’autres problèmes plus graves à gérer de leur côté, les Blood Angels « normaux », eux, dégustent méchamment, au point que Castigon, qui a sombré dans l’alcoolisme sanguinaire une deuxième fois au cours de l’histoire, et a été sevré une deuxième fois par Corbulo (qui lui a juste donné un grand coup de Graal sur le crâne), décide héroïquement de donner le commandement au Chapelain, et de rester tranquillement à l’abri dans son Rhino jusqu’à la fin de la bataille (avec Coco, évidemment). C’est d’autant plus drôle que les Mordians du Colonel Reinecker, eux, réussissent à maintenir leur discipline malgré tout ce qu’ils prennent dans les dents, depuis les hordes de rageux de Profundis jusqu’aux manifestations démoniaques de force 88 sur l’échelle de Magnus, en passant par les assauts des Blood Disciples et ceux de la Compagnie de la Mort de Lemartes (un malentendu2). Comme quoi, la taille et le nombre d’organes surnuméraires ne fait pas tout… Je dois à David Annandale d’avoir écrit le premier texte publié par la Black Library qui m’a semblé tellement long, et disons le tout net, chiant, que j’ai douté de ma capacité à en venir à bout. Ce ‘Lemartes: Guardian of the Lost’ manque en effet tellement d’idées pour meubler ses 125 pages que l’auteur étiiiiiiiiire/répète jusqu’à la nausée les trois péripéties auquel il a pensé pour l'animation de cette campagne d’une banalité confondante. Je pense sincèrement que cette novella pourrait être moitié moins longue, garder la même structure et les mêmes événements, et s’avérer plus lisible que cet extended cut qui pourrait être sous-titré « Voyage jusqu’au bout de l’ennui ». Si ce défaut structurel, sans doute causé par le besoin d’Annandale de donner à son éditeur un moyen format sur un sujet qui ne l’intéressait pas vraiment, est pour moi le plus gros point noir de ce texte, ce n’est pas le seul (comme souvent avec cet auteur). Je dois également souligner quelques passages incongrus, comme Lemartes qui bugge pendant cinq pages à rentrer dans son Rhino en essayant de se rappeler s’il a laissé ses clefs sur Terra en M31 ou sur Phlegethon en M41, qui durent également bien trop longtemps pour la crédibilité de cette novella. Lemartes lui-même, ou plutôt le traitement qui en est fait par l’auteur, est d’ailleurs une autre source de crispation, l’abus de phrases courtes pour représenter la folie contenue du personnage s’avérant rapidement lassant, car peu clair pour le lecteur. Citons également la tendance d’Annandale à intégrer à sa narration des détails potentiellement important pour la suite de l’histoire, mais qui ne serviront finalement à rien (comme le fait que le mineur Morrov perçoive les prières sans être un Psyker, ou que les Blood Angels reviennent sur Phlegethon après plusieurs millénaires). Enfin, et c’est peut-être la critique la plus subjective que j’adresserai à ce ‘Lemartes…’, j’ai trouvé la distinction qu’Annandale fait entre Rage Noire et Soif Rouge artificiellement nette. Le fait que les membres de la Compagnie de la Mort soit immunisés aux effets du pilier de sang « grâce » à leur affliction enlève à mes yeux le côté mystique de cette malédiction centrale à l’identité des Blood Angels, et la rapproche plutôt d’une pathologie classique (comme une grippe qui empêcherait d’attraper un rhume). Bref, il n’y a à mes yeux absolument aucune raison, sincère ou déviante, de s’infliger la lecture de la véritable purge littéraire qu’est cette novella, et c’est pour moi une désagréable nouveauté : jusqu’ici, Annandale avait au moins eu l’amabilité d’être distrayant dans sa bofitude. 1 : Lemartes lui répètera au moins aussi souvent que sa méthode ne sert à rien car il n’y a que lui qui peut se faire revenir à la réalité. Mais ça ne décourage pas Corbulo. 2 : Après coup, Lemartes vient engueuler le Colonel Reinecker dans l’hôpital de campagne (il s’est fait à moitié arracher le bras par le Chapelain), car ce dernier a osé voulu faire son devoir en progressant vers l’objectif. On peut être très zélé et de très mauvaise foi. Sin of Damnation - G. Thorpe : Plus de six siècles après s’être fait botter les fesses, qu’ils ont pourtant comme le nez, aquilines, par la colonie Genestealers créchant dans le Space Hulk Sin of Damnation, les Blood Angels repartent à l’assaut de ce môôôôôdit vaisseau fait de vaisseaux, afin de venger leur honneur (beaucoup) et de peut-être récupérer quelques gadgets de valeur dans l’épave (un peu). Guidés1 plutôt que menés par le Capitaine Raphael, la 1ère Compagnie des Anges de la Mort s’est déployée en force sur le Sin, et nous suivons en particulier les escouades des Sergents Lorenzo et Gideon, qui se trouvent être les protagonistes de la quatrième version du jeu Space Hulk. Le hasard fait tout de même bien les choses. Ces dix farouches vétérans seront rejoints à l’occasion par le Terminator d’Assaut Claudio et l’Archiviste Calistarius, et vivront de nombreuses et passionnantes aventures dans un environnement hostile et plein de blips. Au cours des 60 pages de ce ‘Sin of Damnation’, nous les verrons ainsi détruire les navettes de sauvetage du Space Hulk (au cas où le Genestealer à Lunettes trouverait comment les faire fonctionner, j’imagine), avoir des problèmes d’armure, aller secourir un chat – pardon un C.A.T.2 – perdu, lancer une diversion, empoisonner l’atmosphère de l’épave pour rétablir un peu le rapport de force (80 contre 40.000, c’est un peu déséquilibré même pour du jeu narratif3), se faire hypnotiser endormir par le Genestealer Alpha d’en face puis réveiller par quelques claques amicales de Calistarius, avoir des problèmes d’armure, retrouver l’éprouvette soumise par Sanguinius pour sa visite médicale d’embauche auprès de l’Empereur, battre en retraite et se perdre (saleté de mémoire eidétique discount), tomber dans des trous et mourir hors champ3, tomber dans la dépression et revenir au top, tenir la ligne pour permettre l’évacuation des camarades, AVOIR DES PROBLEMES D’ARMURE, repartir à l’assaut pour réaliser une biopsie d’un Genestealer Alpha, et finalement quitter le Sin of Damnation avec la satisfaction du devoir accompli et d’une campagne rondement menée. Le mot de la fin alternative revient tout de même au Frère Noctis, le seul à s’émouvoir de la stupidité de contester le Space Hulk à des nuées de Genestealers ayant réduit le Chapitre à 5% de ses effectifs quelques siècles plus tôt, alors qu’il serait facile de détruire cette menace depuis la sécurité d’une barge de bataille. Il faut savoir ravaler son panache parfois : c’est aussi à ça que sert le preomnor, que diable. Gav Thorpe était tout autant en mission que ses héros lorsqu’il a écrit cette novella, ou plutôt les morceaux de cette dernière accompagnant chacun des scénarios jouables de la boîte de jeu Space Hulk, et qui ont été assemblés pour former un tout certes cohérent, mais pas franchement intéressant, dans un deuxième temps. Il m’est donc difficile de reprocher à l’auteur sa responsabilité dans ces longuettes et répétitives péripéties, pendant lesquelles personne ne peut contractuellement mourir pendant la majeure partie du récit, et ne laissant guère de place au développement d’une véritable tension narrative, malgré les passages écrits depuis le point de vue d’un Genestealer Alpha. Thorpe étant Thorpe, il reste des passages/idées/détails pour lesquels il aurait pu faire un meilleur boulot s’il y avait réfléchi deux secondes (à commencer par une quasi absence de Soif Rouge/Rage Noire dans l’histoire, ce qui est contre-intuitif pour une novella dont les protagonistes sont tous des vétérans Blood Angels5), mais le véritable coupable de cette purge littérale et figurée reste la Black Library, qui n’a pas résisté à la tentation de se faire quelques crédits impériaux en proposant de la novella reconstituée à un public non averti6. Amis lecteurs, soyez un peu plus malins que les personnages de cette triste histoire, et ne tombez pas dans le piège grossier tendu par un adversaire retors mais pas très finot : si vous lisez ceci à temps pour suspendre votre potentiel achat de ‘Sin of Damnation’, cease and desist et trouvez quelque chose d’autre à consommer. 1 : Il passe toute la novella à (littéralement) mille kilomètres des combats, à donner ses instructions et délivrer des proverbes baalites depuis son studio de (drop)podcast. 2 : Cyber-Altered Task (unit), soit un Roomba avec une webcam scotchée sur le capot, et qui sert aux Techmarines Blood Angels à reconnaître les couloirs du Space Hulk. Déjà que c’est pas gagné contre de vrais chats, je ne pense pas qu’un vaisseau abandonné rempli de Xenos mals en groin soit le meilleur endroit pour déployer ce bidule. 3 : Ce tyran de Raphael ne voit pas de problème à envoyer nos dix héros contenir deux mille Genestealers à eux tous seuls. The bravery of being out of ra(n)ge. 4 : C’est le cas du Frère Omnio, que Thorpe fait simplement disparaître de la novella après qu’il soit passé à travers une cloison (sans dommage), et ait donné rendez-vous au reste de son escouade à l’escalier le plus proche. 5 : Et avec un Archiviste du nom de Calistarius (i. e. Baby Mephiston) au casting... 6 : 13.99€ le package ‘Sin of Damnation’ + ‘Sanguis Irae’ (88 pages seulement), et pas une seule mention sur le site de la BL de l’origine du « produit ». J’appelle ça de la tromperie sur marchandise. Sanguis Irae - G. Thorpe : Les maraudes galactiques de la 1ère Compagnie des Blood Angels, aussi appelée Eboueurs de l’Espace, se poursuivent tranquillement. Déployée en reconnaissance sur le Space Hulk SA-BA-325, l’escouade du Sergent Dioneas a fait une découverte peu banale alors qu’elle explorait les décombres du vaisseau : enfermé dans une salle isolée, un Terminator anonyme à l’armure trop endommagée pour permettre son identification s’accroche comme un forcené à son dernier point de vie. Seule certitude, le comateux anonyme est également un Blood Angel, ce qui motive le perspicace Dioneas à demander l’appui d’un A…rchiviste. Pourquoi essayer de réanimer un frère de bataille gravement blessé faisant tourner à plein régime sa membrane cataleptique quand on peut se contenter de sonder son esprit pour en percer les secrets, hein ? Toujours est il que ce raisonnement particulier convainc l’imperturbable Capitaine Raphael d’envoyer le brave Calistarius, déjà croisé dans ‘Sin of Damnation’, prêter assistance aux éclaireurs. Les ordres sont les ordres. Après une transition paisible pendant laquelle notre héros se souvient avec émotions de sa classe d’initiation musicale au conservatoire de Baal, et de ses tentatives peu concluantes de maîtriser l’hélicon énergétique, Calistarius se met à pied d’œuvre et se plonge dans la psyché du survivant miraculé, qui se révèle 1) être le frère Vespesario, ce qui permet d’identifier SA-BA-325 comme étant le Space Hulk Omen of Despair, disparu dans le Warp pendant que l’escouade de V pour Vespa était en train de l’explorer, il y a de cela deux siècles, et 2) complètement ravagé par la Rage Noire, ce qui ne facilite pas le travail de recherche et d’analyse de Calistarius. Par contre, le lecteur a le droit au récit circonstancié de l’abordage du Vengeful Spirit par Sanguinius et sa Garde d’Honneur, ce qui est tout de même sympathique je dois dire. Sur ces entrefaites, les inévitables Genestealers commencent à bliper à l’horizon de l’auspex de la fine équipe, ce qui motive Dioneas à demander un repli stratégique jusqu’au point d’entrée des Blood Angels, afin de leur permettre de tenir la ligne jusqu’à l’arrivée des renforts. Cela laisserait toutefois Vespesario à la merci des Xenos, ce qui n’est pas acceptable pour Calistarius. Ce dernier est en effet persuadé que le vétéran s’est enfermé dans sa chambre – malgré la Rage Noire – pour une bonne raison, et demande qu’on lui laisse quelques minutes supplémentaires pour identifier cette dernière. Après avoir court-circuité Dioneas pour plaider sa cause directement auprès de Raphael, qui accepte de retarder l’envoi de la deuxième vague de cinq minutes pour faire plaisir à son sous-fifre et mal au crâne au lecteur1, Calistarius poursuit ses explorations métaphysiques, et entre deux flashbacks hérétiques, en apprend de bien belles sur les occupants de l’Omen of Despair… Pour son retour dans la littérature hulkesque, après le très dispensable ‘Sin of Damnation’, Thorpe fait beaucoup mieux que cette passable novella et répond présent sur tous les tableaux avec ‘Sanguis Irae’. Cette nouvelle ne se contente en effet pas de mettre aux prises quelques Terminators avec beaucoup plus de Genestealers, mais ménage également un peu de suspens dans son déroulé et sa conclusion, nous fait la surprise d’un pseudo-caméo à haute valeur ajoutée (Sanguinius qui visite la chambre de son frérot, rien que ça), et contextualise le background de l’une des figures centrales des Blood Angels, l’irrascible et totalement emo Mephiston. En plus de se terminer avec un clin d’œil appuyé sur le futur qui attend Calistarius sur Armageddon, ‘Sanguis Irae’ avance quelques pistes permettant de comprendre le rapport particulier que l’Archiviste entretient avec la Rage Noire, dont il est devenu familier et a utilisé comme une arme psychique longtemps avant d’en ressentir lui-même les effets grâce à ses capacités mentales, ce qui autorise à développer des hypothèses pour expliquer le parcours sans commune mesure du Seigneur de la Mort. Bref, il est assez plaisant de constater que Thorpe a pris la peine de corriger dans cette nouvelle la plupart des défauts relevés dans ‘Sin of Damnation’, et je ne peux que conseiller à ceux qui voudraient prendre la mesure de la contribution de ce pilier de la BL au corpus Blood Angels de se détourner de la novella et de privilégier le court format. Vous ne le regretterez pas (ou au moins, moins). 1 : Pourquoi ne pouvait-il pas envoyer les renforts dans les meilleurs délais et permettre à Calistarius de rester dans la salle où se trouve Vespesario pendant quelques minutes supplémentaires ? La science n’a pas encore la réponse à cette question. 2 : Ce qui conduit à prendre le fluff hérétique intégré par Thorpe à son histoire avec des pincettes (notamment le fait qu’Horus était un Psyker et que Sanguinius s’est laissé tuer par son frère pour sauver sa Légion). Mephiston: Lord of Death - D. Annandale : Mis sur une affaire pas claire à la suite de son exploration métaphysique d’une barge de bataille Blood Angels portée disparue depuis cinq millénaires (‘Eclipse of Hope’), Mephiston a réussi à convaincre le Capitaine Castigon et sa 4ème Compagnie de l’accompagner jusque dans le système de Pallevon, dont les coordonnées étaient inscrites dans la salle du boss final de la nouvelle précédemment citée. C’est pas lourd, et ça sent le piège à plein nez, mais cela reste une piste à exploiter. Pendant que les rouges voyagent dans le Warp, Mémé médite dans ses quartiers privés, et on apprend que notre homme a maîtrisé la dimension du « sombre », qui est distincte de l’Immaterium mais influencée par ce dernier. Tout cela est bien mystérieux. À peine revenu dans l’espace réel, les Blood Angels sont confrontés à une vision d’urgence : la frégate Harrowing Faith, portée elle aussi perdue dans le Warp, mais il y a bien moins longtemps (troisième guerre d’Armageddon), est en train de se faire aborder sans son consentement par une force de Sanctifiés, une bande de Space Marines deux fois renégats (ils ont trahi Pépé puis les Word Bearers). N’écoutant que son devoir et son statut de personnage principal, Mephiston emmène une escouade sur place remettre les pendules à l’heure, et apprendre aux chaoteux à aller squatter en terre sanguinienne. Au bout d’un affrontement à sens unique, les Sanctifiés sont envoyés ad patres, et l’unique occupant de l’Harrowing Faith secouru. Il s’agit du Réclusiarque Quirinus, présumé mort depuis sa disparition dans le Warp au retour d’Armageddon, et dont la foi est tellement forte qu’elle a empêché la frégate de tomber en morceaux pendant ses quelques années/décennies/siècles à dériver dans la mare des khanards. Quirinus était également un ami de Calistarius, l’Archiviste Blood Angels étant devenu/ayant été remplacé par Mephiston après avoir succombé à la Rage Noire sur Armageddon, et s’être pris une spire dans le buffet. Le Chapelain rescapé accueille donc la nouvelle identité de son ancien camarade avec méfiance, malgré les assurances répétées que « ce n’est pas une phase » des officiers présents. Cette petite querelle devra cependant attendre car il reste un mystère à percer. Et ça tombe bien, Mephiston et Quirinus ont le même objectif : se rendre à la surface de Pallevon, dans la cité de Vekaira, où… ship will happen1. L’approche est compliquée par ces fripons de Sanctifiés, qui se sont apparemment rendus sur place pour la même raison que tout le monde, et s’amusent à tendre des embuscades, que Mephiston s’amuse à faire échouer, parfois en usant de ses pouvoirs de façon très limite (Quirinus en fronce des sourcils sous son casque, c’est dire). De toute façon, Vekaira est une ville désertée depuis des siècles, ce qui réduit d’autant le risque de pertes civiles – comme si les Blood Angels en avaient quelque chose à carrer, ceci dit. Les choses deviennent cependant plus sérieuses et plus complexes lorsque la 4ème Compagnie arrive au bord d’un amphithéâtre géant, doté de quelques caractéristiques intéressantes. Primo, il est vraiment très grand. Secundo, les niveaux supérieurs sont occupés par le campement de fortune de la population de la cité, qui semble n’être constituée que de parfaits demeurés. Tertio, au centre de l’amphithéâtre se dresse une tour qui semble avoir été construite par une autre civilisation que celle qui a bâti Vekaira. Quatro, la place qui entoure la tour est recouverte de Space Marines figés dans une battle royale de grande ampleur. Quinto (?), les Sanctifiés ont pris la tour et attendent de pied énergétique ferme les loyalistes. Guidés par leur ferveur et leur QG imprenable au corps à corps, les Blood Angels ne mettent pas longtemps à bouter les faquins hors du périmètre convoité. La tour se révèle être faite d’armes agglomérées, ce qui est pas banal et presque certainement inspiré de Game of Thrones, et, plus intéressant, en son sein se dresse une statue époustofibolmiracubandayable de Sanguinius, représenté au moment où il a glissé sur une peau de banane chaotique sur le pont du Vengeful Spirit, pendant qu’Horus riait grassement en se tenant la bedaine. L’effet sur les Blood Angels est immédiat : ils se prosternent tous devant le chef d’œuvre et se répandent en prières, guidés par la voix de stentor de Quirinus, qui vit sa meilleure vie. Tous ? Non ! Ce pisse vinaigre de Mephiston se montre peu enthousiasmé par la statue, ce qui convainc le Chapelain que le Maître Archiviste n’est plus réellement un Blood Angel. Avant que les choses ne s’enveniment, Mephiston décide d’aller prendre l’air pour ne pas faire avaler son épée de force au cureton en furie. La marque des grands. Sa petite balade lui permet de s’apercevoir que les Vekairans sont vraiment au-delà de toute rédemption (ils survivent depuis des siècles en se mangeant les uns les autres), et de se calmer les nerfs en en massacrant une bonne poignée. Cette dégénération terminale le conforte également dans sa suspicion envers la tour et la statue, dont la présence sur une planète corrompue jusqu’au trognon semble être trop belle pour être vraie. Ces savantes supputations sont cependant interrompues par l’attaque finale des Sanctifiés, dont le désavantage numérique et l’absence de blindés n’empêchent pas de foncer dans le tas avec une belle énergie. Suspectant un nouveau coup fourré, Mephiston déploie ses ailes pour aller inspecter les lignes arrières de l’ennemi, et débusque trois sorciers occupés à ritualiser quelque chose de pas très ecclésiastique. Malgré tous ses pouvoirs et sa bogossitude consommée, Mémé n’arrive pas à stopper l’incantation à temps, et cette dernière fait revenir à la vie les Space Marines en stase massés aux portes de la tour. Ces derniers étant tous des berzerkers écumants de rage, le rapport de force bascule tout d’un coup en défaveur des Blood Angels, et Mephiston tente alors le tout pour le tout : détruire la statue miraculeuse, en espérant que cela dissipera les énergies chaotiques à l’œuvre. Bien évidemment, Quirinus n’est pas de cet avis, et après être passé à deux doigts de convaincre le Chapelain de voir la vérité en face, Mephiston opte pour la méthode mi-forte (il paralyse Quirinus sans le tuer/le faire exploser/lui faire bouillir le sang), et fracasse enfin l’offensante sculpture. Ce qui fait basculer Quirinus dans la Rage Noire, comme le véritable esthète qu’il est. Fin de la partie ? Non, arrivée du boss de fin… Annadale conclut son cycle Mephistonesque commencé avec ‘Eclipse of Hope’ avec cette novella, que l’on ne peut que comparer à celle qu’il a consacré à une autre figure des colériques anonymes des Blood Angels, Lemartes. Et pour être honnête, je dois dire que ‘Mephiston : Lord of Death’ est bien plus abouti et plaisant à lire que sa contrepartie. Certes, il aurait été difficile de faire pire, mais Annandale semble avoir été inspiré par son personnage principal et cela se ressent clairement dans l’intrigue et dans le développement donné à Mephiston, qui derrière ses abords froids et sûrs de lui, est le premier à douter de sa véritable identité et de sa nature profonde. Cela change agréablement de « Je. Dois. Me. CONTRÔLEEEEEER. » Lemartes, que l’auteur n’a pas pris la peine de rendre intéressant ni (un minimum) profond. Il faut également reconnaître que Mephiston est beaucoup plus permissif en termes de potentiel narratif, puisqu’il peut utiliser ses pouvoirs psychiques pour régler tous ses problèmes, et qu’on attend de lui qu’il ne soit pas mesuré et circonspect quand il fait chauffer la coiffe. Je dois également donner à Annandale un bon point pour l’intégration du Chapelain Quirinus à son propos, car la philosophie fataliste de ce dernier (voir ci-dessus) donne un contrepoint intéressant au discours officiel des Blood Angels sur leur tare, que ce soit dans le fluff de leur Codex ou dans celui de la Black Library. Le choix de Quirinus de sombrer corps et âme dans la Rage Noire à la fin de la novella est une autre bonne trouvaille à mes yeux, car elle donne à l’histoire une conclusion un chouilla mélancolique que l’on trouve assez rarement dans les Space Marinades, et quasiment jamais chez David Annandale. Sans être un must read absolu, l’enchaînement ‘Eclipse of Hope’ et ‘Mephiston : Lord of Death’ se positionne comme l’une des toutes meilleures soumissions d’Annandale pour la BL, et mérite donc le détour si vous voulez juger du niveau maximum de notre homme (pour autant que je puisse en attester). 1 : Plus exactement, les visions de Quirinus lui ont révélé l’existence d’une relique de Sanguinius, qu’il faut absolument récupérer. À peine plus original que la proposition de votre serviteur. 2 : Quirinus appairaitra brièvement dans ‘Lemartes : Guardian of the Lost’ du même Annandale, et connaîtra la fin d’un crapaud traversant une quatre voies. Eclipse of Hope - D. Annandale : Appelés à l’aide par la Garde de Fer de Mordia, elle-même sollicitée par les habitants de Supplicium Secundus en leur heure de besoin, les Blood Angels ont répondu en envoyant Mephiston et quelques potes dans le système en question. Les vampires énergétiques arrivent toutefois trop tard à la surface de la planète, et ne peuvent que constater que la totalité de sa population, ainsi que les braves Mordian débarqués pour faire le service d’ordre, se sont entre tués dans une orgie de massacre à faire se pâmer un héraut de Khorne. Mephiston trouve le spectacle de la plaine jonchée de cadavres jusqu’à l’horizon plutôt poétique, mais se garde bien de partager cette réflexion pas très Charlie avec ses sous fifres. Les questions que les Astartes et le lecteur se posent sont en partie résolues par l’arrivée de l’ultime survivant de cette battle royale planétaire, un Colonel Mordian complètement ravagé du bulbe, qui agresse violemment le brave Sergent Gamigin en grognant comme une bête enragée. Courtois mais un peu rude, le surhomme dans la pampa finit par tordre le cou au minus qui lui salit ses plates avec ses grosses mains pleines de doigts, mais semble récupérer le mal qui tourmentait son assaillant au passage, et commence à montrer des signes d’énervement qui n’augurent rien de bon venant d’un colosse génétiquement modifié et armé jusqu’aux canines. Heureusement, Mephiston est là pour faire un peu d’hypnose suggestive, ce qui permet à Gamigin de décompresser sans avoir tué personne (à part le Mordian bien sûr, mais il ne compte pas vraiment). De retour sur leur vaisseau, les Blood Angels découvrent la flotte de secours des Mordians, complètement désertée et remplie de cadavres. Les puissantes capacités déductives de Mephiston ne mettent pas longtemps à soupçonner que les transports de troupe ont été victimes de la même rage irrépressible que celle qui a décimé Supplicium Secundus, et la réception d’un nouvel appel à l’aide, celui-là venant de Supplicum Tertius, située un peu plus loin dans le système, vient confirmer les craintes de Seigneur de la Mort. Le virus du VENER-40.000 circule encore dans la zone, et il est du devoir des Blood Angels d’en trouver la cause et la cure. Parti dare dare vers la planète souffrante, dont les masses laborieuses commencent à s’entre-tuer avec méthode et enthousiasme, le croiseur d’attaque Crimson Exhortation manque d’être percuté en chemin par un vaisseau non identifié, ce qui ne peut pas être une coïncidence dans un milieu aussi espacé que… l’espace. Et en effet, le nouveau venu se révèle être l’Eclipse of Hope, ou plutôt son portrait robot dessiné par un enfant de 6 ans (comprendre que les proportions ne sont pas très bien respectées), une barge de bataille perdue par le Chapitre pendant la 5ème Croisade Noire. L’étude de la trajectoire du vaisseau fantôme ne laisse aucun doute à Mephiston : c’est bien la cause de la folie meurtrière qui a infecté Supplicum Secundus et Tertius, et il doit être détruit en conséquence. Plus facile à dire qu’à faire cependant, l’Eclipse encaissant sans problème et sans dégâts apparents un tir direct de canon nova. Comprenant que le Warp est à l’œuvre, Mephiston décide d’aller régler le problème à l’ancienne, B.A. style, c’est-à-dire en envoyant une poignée de vétérans purger l’épave de l’intérieur, comme cela a si bien réussi au Chapitre par le passé (remember Secoris ?). En plus de notre souriant héros et du Sergent Gamigin, résolu à prouver à l’univers combien il est cool, on retrouve un Chapelain, un Techmarine, un Prêtre Sanguinien et un Épistolier dans l’équipe des rouges. Tout ce petit monde aborde l’Eclipse, qui est une sorte de fantasme semi-solide, se nourrissant des souvenirs de ses hôtes pour prendre une forme concrète, et se dirige vers la salle de commandement du vaisseau, où se situe probablement le nœud du problème. En chemin, la rage instillée par l’épave est gardée sous contrôle par les Blood Angels, qui ont tous pris un Lexomil dans leur lait fraise avant de partir en mission, mais la manifestation d’un petit groupe de Sanguinaires à proximité de l’objectif des Astartes force ces derniers à passer en mode agressif, avec des résultats mitigés, la sainte colère des meilleurs de l’Empereur provoquant le spawnage de plus en plus rapide de leurs adversaires. Il revient à Mephiston, comme le héros qu’il est, de prendre les choses en main et de remettre ses compagnons sur la bonne route. Ses pouvoirs psychiques lui ayant permis de déterminer que la source du problème se trouvait dans le Librarium, et non sur le pont, il convoque un bouclier d’apathie, ou quelque chose comme ça, permettant à ses gardes du corps de s’extirper de la mêlée et de progresser jusqu’à la bibliothèque de l’Eclipse, où la messe devra être dite… Avant que Darius Hinks ne reprenne en main la carrière littéraire de Mephiston, c’était David Annandale qui avait la charge du Seigneur de la Mort, auquel il a consacré cette nouvelle et le roman ‘Lord of Death’. Ces deux histoires s’inscrivent dans le même arc narratif, ‘Eclipse of Hope’ faisant office de prologue à ‘Lord of Death’, et accomplissant bien cette fonction, donnant envie au lecteur de connaître la suite des aventures du grand blond avec une humeur noire. Je dois également reconnaître avoir été agréablement surpris par le style déployé par Annandale dans sa narration, d’un niveau nettement supérieur à sa propre moyenne. Cela contribue grandement au caractère digeste d’une nouvelle qui ne serait sans cela rien d’autre qu’une énième Space Marinade. Une des soumissions les plus abouties d’Annandale hors de son créneau horrifique de prédilection, et donc à lire de préférence aux (nombreux) autres textes moins convaincants signés par cet auteur. Heart of Rage - J. Swallow : Mis au service d’un Magos de l’Adeptus Mechanicus (Epja Xeren) aussi aimable qu’une porte de prison par cet animal politique de Dante, le Codicier Garas Nord et ses camarades Blood Angels (le Sergent Kale et les frères Dane, Corae et Serun) découvrent avec stupeur et tremblements que le plan de leur patron par procuration est d’aborder un vaisseau ruche tyranide plongé en hibernation. La fine équipe devra retrouver la trace, ou la dépouille mortelle, d’un larbin de Xeren, l’Adepte Indus, qui était en charge de la précédente tentative d’exploration du bio vaisseau. Le croirez-vous, mais cette dernière s’est terminée par une disparition pure et simple des vaillants et imprudents scientifiques, ce qui ne présage rien de bon pour les Space Marines qui passeront après eux. Les ordres sont toutefois les ordres, et même si ce briefing pourri est encore assombri par la sensation diffuse de Nord qu’une présence psychique indistincte flotte autour de l’épave Xenos, les Blood Angels se mettent à pied d’œuvre sans rechigner. Une fois sur place, et passé le premier accrochage réglementaire avec les formes de vie les plus caféinées du vaisseau (un trio de Lictors rapidement expédiés par les meilleurs de l’Empereur), nos héros ont la gentillesse de se séparer en deux groupes « pour couvrir plus de terrain », selon les conseils avisés de Xeren, qui se fait sans doute facturer à la minute les services de ses gros copains rageux. Dans le premier groupe, le Sergent Kale et Nord. Dans le second, les trois grouillots de service. Saurez vous deviner qui rencontre une mort rapide et horrible (piétinés à mort par une horde de Termagaunts déchaînés) à peu près 38 secondes après cette séparation ? Un indice ? L’indice de masse corporelle. Voilà voilà. Swallow s’étant débarrassé de la moitié de son casting en un paragraphe, il peut se concentrer sur ses vrais protagonistes, qui progressent lentement dans le dédale du bio vaisseau, mais ne rencontrent pas grand-chose de menaçant mis à part les attaques psychiques répétées dont est victime Nord. Au danger vient se mêler le mystère car l’Archiviste en souffrance est convaincu que ce qui le tourmente n’est qu’en partie tyranide. Décidé à tirer cette sombre affaire au clair, le duo magique laisse tomber la recherche d’Indus et part en direction du cœur de la structure Xenos, où Nord a détecté l’origine de ses tourments… James Swallow nous livre avec ‘Heart of Rage’ sa version de ‘In the Belly of the Beast’ (William King), « classique » de la Black Library et première nouvelle à avoir mis en scène une escouade de Space Marines explorant un bio-vaisseau tyranide au sommeil (très) léger. Si on peut reconnaître au reboot une meilleure contextualisation des raisons qui ont poussé les Blood Angels à entreprendre une mission qui puait à des années lumières à la ronde sur le papier, au lieu de faire exploser le vaisseau de loin comme tout être intelligent l’aurait fait, et savoir gré à Swallow d’avoir voulu (plutôt que réussi) offrir au lecteur un peu de surprise dans le dernier tiers de son récit par la révélation de la destinée d’Indus, l’original reste à mes yeux supérieur sur le plan de la tension narrative et de l’atmosphère proprement grimdark qui s’en exsude. La manière dont Swallow évacue trois personnages en une seule péripétie alors que King a pris le soin de les faire disparaître un par un en dit ainsi long sur les différences d’approche de ces deux auteurs. Chacun est libre de choisir lequel et laquelle il préfère, et dans mon cas, c’est encore une fois James Swallow qui se fait griller la politesse. Un autre grand classique de la BL, ça. 1 : Je ne suis pas particulièrement au fait du background de cette faction, mais est-ce possible qu’un membre de l’Adeptus Mechanicus soit doté de pouvoirs psychiques ? Crimson Night - J. Swallow : Déployé sur le monde désertique de Merron avec le reste de la 3ème Compagnie des Doom Eagles, le Sergent Tarikus se retrouve au cœur d’un imbroglio diplomatique entre les nouveaux arrivants et ceux dont ils viennent prendre la place : la 4ème Compagnie des tristement célèbres Flesh Tearers du Capitaine Gorn. En plus des vieilles rancœurs opposant les deux Chapitres, qui ont servi ensemble sur un théâtre d’opérations où la sauvagerie des Flesh Tearers attira l’attention de l’Inquisition, le comportement suspect de la population locale en présence des Astartes, relevant davantage de la terreur abjecte que de la déférence habituelle, fait bientôt suspecter au sagace Tarikus que Merron dissimule un lourd secret. Chargé par son supérieur, le Capitaine Consultus, de tirer discrètement les choses au clair avant que les descendants de Sanguinius ne quittent les lieux, notre héros ne met pas longtemps à trouver un cadavre exsangue, et portant un éclat de céramite pourpre dans la blessure causée par la paille en fer qui l’a vidé de son sang (c’est pas moi qui le dit, c’est Swallow). Voilà qui fait deux solides indices incriminant les Flesh Tearers, dont la sanguinaire réputation n’est plus à faire, même chez les pragmatiques et formels (ils adorent faire des rapports) Doom Eagles. Ce n’est toutefois pas assez pour convaincre le consensuel Consultus de déclencher un incident diplomatique, et Tarikus et ses hommes en sont quitte pour se remettre en chasse de preuves indubitables de la responsabilité de leurs collègues dans les disparitions qui frappent les Merrons depuis plusieurs mois. Leurs investigations les mènent dans les égouts de la capitale, où après un accrochage avec des rats laissant deux de ses hommes gravement blessés (dont un par un tir de bolter d’un de ses camarades… c’est pas moi qui le dit, C’EST SWALLOW), Tarikus doit continuer la mission seul et sans armure, le conduit menant jusqu’à la zone ayant affolé l’auspex de l’escouade étant trop étroit pour ses épaulières surdimensionnées. Ce n’est toutefois pas ça qui arrête notre farouche héros1, qui finit par arriver dans une salle remplie de cages où les prisonniers du croquemitaine local sont parqués, comme autant de packs de bière dans un frigo. Le Raide (le nom donné par les Merrons à leur Némésis) ne l’entend cependant pas de cette oreille, et se rue sur le Sergent naturiste dès que ce dernier pose l’orteil dans son repaire. Si les suspicions de Tarikus se révèlent exactes, ce n’est pas son slip de céramite qui va lui permettre de sortir victorieux de ce combat… James Swallow commence (je crois) sa période Doom Eagles avec ce ‘Crimson Night’, qui lui donne l’occasion de mettre à nouveau en scène des descendants de Sanguinius, après s’être fait les canines sur les Blood Angels (‘Deus Encarmine’ étant sorti en 2004). Fidèle à sa réputation de jaggernaut littéraire, cherchant à dérouler son intrigue sans guère de considération pour des détails tels que la cohérence, la vraisemblance ou le ridicule patenté dans lequel son approche bourrine fait sombrer ses personnages à intervalles réguliers, Swallow accouche au forceps d’une nouvelle concluant sUbTiLeMeNt que les Flesh Tearers ne sont pas forcément les coupables de tous les meurtres sordides s’étant déroulés à proximité de leurs baraquements. L’idée a beau être intéressante, sa mise en pratique est si balourde que seule la publication de ‘Crimson Night’ dans un recueil officiel de la Black Library empêche de considérer ce court format comme une parodie du genre. Swallow s’illustre particulièrement en ne prenant même pas la peine de rester cohérent avec ce qu’il a écrit passé les trois lignes précédentes, ce qui révèle soit sa grande audace, soit sa grande fainéantise (je penche pour la seconde option). En plus de l’absence de contextualisation de l’identité du tueur, décrite plus haut, on a également le droit à un échange lunaire entre Consultus et Gorn. Le premier demande au second de lui faire un rapport sur les crimes rapportés par la population locale avant de partir. Gorn accepte, et charge le Sergent Noxx (qui est aussi dans la pièce) de faire le sale boulot à sa place… et les deux s’en vont, sans plus d’explication3. Vous l’aurez compris, ‘Crimson Night’ ne dépeint pas les Doom Eagles et les Flesh Tearers sous leur meilleur jour, et je conseille aux lecteurs qui voudraient explorer le riche background de ces Chapitres de façon moins risible de se tourner vers d’autres auteurs. 1 : Qui s’étale tout de même de tout son long dans la m*rde au passage. Une péripétie peu glorieuse, mais que Swallow a décidé non seulement d’inclure dans son récit, mais également de placer au tout début de la nouvelle, en guise d’introduction au personnage héroïque qu’est le Sergent Tarikus. En guise de consolation pour ce dernier, Swallow semble prendre un malin plaisir à envoyer au sol les Doom Eagles qu’il met en scène, comme ‘Relics’ le montre. 2 : Sans rire, Swallow n’explique ni comment un seul psychopathe épais comme une bicyclette est arrivé à faire des dizaines de victimes dans une ville gardée par des Space Marines, ni d’où il vient, ni à quoi lui servait d’incriminer les Flesh Tearers. 3 : Et Swallow ne revient à aucun moment sur cet échange, pour faire comprendre au lecteur que le briefing a bien eu lieu, mais « hors champ ». C’est comme si le dialogue n’avait pas eu lieu. The Fury - J. Swallow : Une bataille comme les Blood Angels en ont mené des millions d’autres, à fracasser du cultiste du Chaos mal équipé, mal formé et malformé, dans la joie et la bonne humeur. Le personnage principal (Pépé) à une épée qui fait « Waaaaaah » et « Nieeeeeeeeuuuuuuh » (en tout cas, elle hurle). Il a aussi un frérot répondant au nom de Celcinan, qui a très visiblement perdu son combat personnel contre la Soif Rouge et/ou la Rage Noire, comme son absence de casque « pour des raisons logiques » l’indique très clairement. Celcinan s’amuse comme un fou, et c’est normal car il est, jusqu’au moment où un tir de canon laser lui applique un piercing thoracique d’un diamètre incompatible avec la continuation de son existence. Il tombe au ralenti, et sa dernière action est de jeter un regard rangouleux à Pépé… ce qui lui inocule la HAINE. La vache, que ce truc est contagieux. Pépé se rue donc sur le fâcheux qui a osé se défendre contre un Blood Angel en rut, et le met en pièce d’une manière pas très Codex Approved. La nouvelle le texte se termine sur ce suspens insoutenable et insoutenu (hommage à Daniel Baal Avoine, un Maître de Chapitre de M33) : la bataille extérieure – contre les cultistes – sera remportée sans doute possible, mais qu’en sera-t-il de la bataille intérieure – contre cette coquine d’adrénaline – hein ? Je vous le demande. Ne dîtez rien ceci dit : je me fous de la réponse. À ce stade de ma lecture de l’anthologie ‘Sons of Sanguinius’, dans laquelle ‘The Fury’ figure dans les toutes dernières pages, lire quatre pages sur les dangers du Fléau qui affecte les Blood Angels pendant les combats m’a semblé totalement superflu. Ca aurait été aussi le cas si cet échantillon littéraire avait été mis en ouverture du tome ceci dit. Bref, aucune espèce d’intérêt à moins que ce ne soit votre toute première rencontre avec ce Chapitre, auquel cas je peux vous dire sans trembler ni rougir que vous n’êtes pas vraiment chanceux. J’espère au moins que vous n’avez pas payé cet amuse-gueule au prix fort (3,49€) : si c’est le cas, celui qui devrait lutter pour réfréner sa colère, c’est plutôt vous. Honours - J. Swallow : Le Capitaine de la 1ère Compagnie des Blood Angels nous fait l’honneur d’expliquer comment il a gagné ses cicatrices, armes et emblèmes au cours de sa longue carrière. Il perdit un œil dans sa jeunesse, après avoir cru pouvoir se débarrasser en solo d’un Psyker finalement plus coriace que prévu. Son Maître de Chapitre lui remit l’épée énergétique Challenger après qu’il eut gagné un tournoi de tennis, et il l’utilisa pour bannir le Prince Démon de Tzeentch Sethselameth. Après être venu au secours d’une poignée d’Imperial Fists piégés pendant deux cents ans dans le siège d’une station spatiale (le rêve absolu pour eux), les fils de Dorn lui firent cadeau d’un bolter jaune poussin. Enfin, la gemme bleue ornant l’aquila de son plastron lui est revenue après des années de bons et loyaux services1. On apprend pour terminer que le Capichef est en fait mort au combat, tout son stuff légendaire n’ayant pas fait le poids face à une horde de peaux vertes motivés à faire du vilain sur le monde ruche de Levion Gamma. Ce sont les risques du métier. Swallow tire le maximum du format compliqué du 1.000 mots en troussant en décrivant par ses faits d’armes notables (avec un peu de fluff dedans, c’est appréciable) d’un héros méconnu du Chapitre des Blood Angels, ce qui est tout de même plus sympa à lire qu’une micro-baston entre deux tondus et trois pelés. Il y a même un micro-twist à la fin, attention appréciable de la part de l’auteur. Toujours trop cher pour ce que c’est, mais il y a bien pire que cet ‘Honours’, soyez-en certains. 1 : Swallow ne devait plus avoir d’idées à ce moment là de l’écriture. The Chalice - C. Wraight : Où l’on suit en parallèle le travail d’orfèvre d’un Prêtre Sanguinien restaurant un Calice de Sang micromètre par micromètre afin de lui rendre son éclat originel, et l’attaque désespérée du Capitaine de la 8ème Compagnie des Blood Angels, Laurentis, et de son escouade de Space Marines d’Assaut, sur une tour de la planète d’Arantia, gardée par un ost de Démons n’acceptant plus les visiteurs. Après de durs combats, au cours desquels tous ses hommes sont tués et lui-même gravement blessé, Laurentis parvient à récupérer le rubis qui ornait la face du Graal sur lequel le Prêtre Sanguinien travaille, et à le ramener sur Baal. Tout ça pour ça vous me direz (et Laurentis avec vous) ? Eh bien oui réponds-je, et le Prêtre Sanguinien avec moi, car c’est dans la nature des Blood Angels de mettre la beauté et sa recherche (parfois suicidaire) parmi leurs vertus cardinales. « L’art pour l’art, bande de gros lards », comme l’a dit lui-même Sanguinius (à Guilliman et Perturabo) pendant la Grande Croisade. Chris Wraight choisit de mettre en avant un aspect central de la culture des Blood Angels, mais assez peu représenté dans les œuvres de la Black Library1 : leur amour immodéré pour l’art, l’artisanat et l’esthétique en général, et de montrer jusqu’à quel point les fils de Sanguinius sont prêts à aller pour assouvir leur soif de beauté et d’harmonie (très, très loin). Ces prémisses sont intéressantes, et l’exécution de Wraight sur un format aussi court est satisfaisante, ce qui fait de ‘The Chalice’ une lecture honnête pour les trois minutes qu’elle prend – beaucoup moins pour les 3,49€ qu’elle coûte. 1 : Je pense à ‘Better Angels’ d’Ian St. Martin, et c’est à peu près tout. The Blooding - R. Harrison : Le Blood Angel Helias a été chargé par son Capitaine, Aphael1, de faire la peau à un Space Marine du Chaos qui faisait des dingueries dans une cathédrale profanée. Ce travail simple dans l’esprit, mais difficile dans l’exécution, met notre héros à rude épreuve, car il bascule tête la première, dents en avant et menton pointé dans la râââââge pendant son combat contre le renégat. L’expérience le plonge dans une série de visions illustrant tout ce qu’il risque d’arriver de pas glop à sa précieuse personne (comme sombrer métaphoriquement dans des sables mouvants pendant qu’Aphael fait des pâtés en arrière-plan), aux péquins moyens qui auraient le malheur de croiser sa route et, plus grave, au Chapitre, s’il ne parvient pas à se maîtriser. Ce micro-coma se termine avec un entretien avec super vampire (Sanguinius en personne), qui se montre dubitatif de la technique développée par ses fistons pour combattre le Fléau. Baptisée l’initiation2, cette pratique consiste à boire le sang de l’ennemi en un acte de catharsis, et ainsi pouvoir me se contrôler en bonne société. Sangui’ n’est pas convaincu, mais après dix millénaires de traitements infructueux, il est prêt à tenter des thérapies expérimentales, et donne donc son pseudo feu vert à Helias pour picoler un bon coup. Lorsque ce dernier revient enfin à lui, il se rend compte qu’il a saigné comme un goret son adversaire chaotique (ce qui ne doit pas être très bon en termes d’apports nutritifs), et bien qu’il soit maître des ses actions lorsqu’Aphael vient s’enquérir de la situation, il commence à douter de l’efficacité du remède de grand-père qu’on lui a prescrit jusqu’ici. Mais il vaut mieux un buvard qu’une bavure, comme on dit sur Baal. Rachel Harrisson, qui signait à l’époque Ray, a fait ses débuts au sein de la Black Library avec cette petite histoire très classique de Blood Angels pas aussi maître de leurs pulsions qu’ils semblaient le penser. Le sujet est éculé, mais l’exécution, sous forme de petites vignettes assez cinégéniques dans leur mise en scène, convenable. Elle a fait beaucoup plus ambitieux, original et intéressant depuis, mais n’a pas à rougir de cette œuvre de jeunesse, qui reste tout à fait lisible aujourd’hui (même si, encore une fois, beaucoup trop chère pour ses quatre pages). 1 : Head-cannon : les Capitaines des Blood Angels s’appellent tous Raphael, mais leur nom est raccourci d’une lettre au fur et à mesure que le numéro de la Compagnie augmente. 2 : Blooding en V.O., il y a évidemment un jeu de mot avec blood dans le terme employé, mais il est difficile de lui rendre justice. Honour & Wrath - D. Annandale : Par une belle nuit étoilée, un grand père (Kelaus Uhle) et son petit-fils (Harn) devisent à l’extérieur de la cathédrale de Laudamus. Papy a un peu froid, mais tient à partager avec son descendant ses souvenirs de l’invasion de la planète par le Flawless Host, quand il était tout gamin. S’étant rendus rapidement maîtres de Laudamus, les Space Marines renégats corrompirent la population locale et persécutèrent ceux qui choisirent de rester fidèles au culte impérial, forçant le jeune Kelaus Uhle et ses parents à se réfugier dans les égouts et la clandestinité pour survivre aux purges incessantes. La situation se renversa brutalement lorsque les Blood Angels débarquèrent et sifflèrent la fin de la partie : peu soucieux d’épargner la population civile dans leur campagne punitive, les fils de Sanguinius rasèrent une bonne partie de la cité dans laquelle se déroula la bataille finale contre les chaotiques, faisant des centaines de milliers de morts parmi les Laudamusiens. Caché dans les décombres, Kelaus Uhle vit ce bon vieux Sergent Gamigin (un second couteau/épée tronçonneuse habitués des récits de David Annandale) faire la peau à deux Astartes félons, d’une manière pas tellement PEGI 16, lui inspirant un respect mâtiné de terreur envers les libérateurs de sa planète. C’est le message qu’il souhaite faire passer à son petit-fils, qui l’écoute religieusement : nul ne défie impunément les Blood Angels… Un format aussi réduit que le 1.000 mots force logiquement à faire des choix, et celui d’Annandale a été de privilégier la mise en scène d’un twist final, ma foi fort correct (il y a même un frisson de Tchekhov en introduction) à sa petite histoire familiale. Zéro fluff, deux personnages à peine ébauchés, un chouilla d’action : le reste de ‘Honour and Wrath’ ne paie pas de mine, mais je peux respecter l’approche de David Annandale sur ce micro-récit, vendu comme tout le reste de la gamme trois fois et demi trop cher. Eternal - D. Abnett : Le Capitaine Froer du 16ème Régiment de Betal est bloqué dans son avance par une créature aux grognements et au caractère de cochon, et qui prend un malin plaisir à boulotter ses hommes lorsqu’ils s’approchent un peu trop près de la mare où elle a élu domicile. Rejoint par Gammarael, un Blood Angel élève de Mkoll (il est capable de marcher sans piétiner les petites fleurs sur le chemin, et déteste faire la conversation), l’officier est témoin d’une lutte sans merci entre le demi-dieu de Baal et… une guenaude aquatique ? Bien évidemment, ce sont les gentils impériaux qui gagnent à la fin et prennent possession du pédiluve pour la plus grande gloire de l’Empereur, mais cet accrochage a donné soif au farouche Gammarel. Plutôt que de se décapsuler un petit Garde pour la route, ou sucer un caillou pour faire passer l’envie, Gam’ rouge pique une tête au fond du bassin, laissant le brave Froer perplexe, mais vivant. Il ne connaît pas sa chance… Du Abnett correct sur la forme, mais très paresseux/peu inspiré sur le fond : j’attendais de voir ce que l’une des meilleures plumes de la BL serait capable de produire sous le format 1.000 mots, et la déception est grande. Quand même Annandale et Swallow te passent devant au classement, c’est qu’il y avait moyen de faire mieux. Ou alors le sens caché de cet ‘Eternal’ (pourquoi ce titre d’ailleurs) m’est passé totalement au dessus la tête, du fait de ma méconnaissance approfondie du Daniverse. En tous cas, l’un de nous (la nouvelle ou moi) is not worthy de l’autre… The Sanguinor: Exemplar of the Host - J. Swallow : Sur la planète de Skylos, un petit groupe de Blood Angels livre une guerre d’attrition perdue d’avance contre une horde de Tyranides. Alors que la fin/faim (ça dépend de quel bord on est) approche, une dispute d’ordre théologique éclate entre les survivants. En cause, la croyance du Scout Endemor en la véracité du mythe du Sanguinor, alors que le Sergent Vétéran Ganon considère qu’il s’agit d’un conte pour novices influençables. Sentant grâce à ses pouvoirs mystiques que l’on dit de la m*rde sur lui, Mr Bling Bling apparaît comme par magie pour inspirer ses frères/fils (ça dépend de quelle version on considère), juste au moment où les Tyranides se lancent à l’attaque de l’irréductible cratère gaulois. Galvanisés, même ce vieux reac’ de Ganon1, par l’exemplaire Exemplar qui leur a fait l’honneur de sa venue, les Blood Angels massacrent les Xenos malgré un rapport de force très défavorable, et remportent la bataille qui fait basculer le cours de la guerre pour Skylos. La morale de l’histoire est sans doute qu’il ne faut jamais cesser de croire au Père Noël : après tout avec un nom comme le sien, il y a de grandes chances qu’il soit lui aussi un descendant de Sanguinius… 1.000 mots avec un Sanguinor faisant exactement ce qu’on attend de lui dedans. Aucune sorte d’intérêt je dois dire, à moins d’être un amateur acharné du personnage (le Sanguinor ou Swallow, les deux fonctionnent), et avoir 3,49€ à claquer pour ce contenu ni décevant (je ne m’attendais à rien je dois dire) ni surprenant. Vous voilà prévenus. 1 : Qui sera toutefois le seul Space Marine à ne pas survivre à la bataille. Coïncidence ? I think not. Faut pas bitcher sur le Sanguinor. Dante: Lord of the Host - J. Swallow : Skylos à nouveau1, mais cette fois vue d’orbite. Les perturbations atmosphériques ayant piégé les Blood Angels et les Tyranides à la surface de la planète étaient en fait causées par les machinations d’une cabale de chronomanciens de Tzeentch, pour des raisons n’appartenant qu’à eux. Pas de chance pour les horlogers chaotiques, Dante passait par là et décide de partir à l’assaut de l’œuf de Fabergé géant qui leur sert d’atelier, boutique et repaire. Après s’être frayé un chemin dans les allées cryptiques et peuplées de démonstres (dur de dire, franchement), le vénérable Maître de Chapitre parvient enfin à parler à un manager, sorcier du Chaos ne ressemblant positivement à rien, et un peu trop sûr de lui pour un antagoniste lambda confronté à un personnage nommé. Grâce à ses pouvoirs impies, le maître des horloges plonge Old D (but goldy) dans une confusion sénile, certes débilitante, mais toutefois passagère. Dante a en effet trop de bouteille et de foi pour se laisser abuser par les faux souvenirs démoralisants que son adversaire souhaite lui faire revivre, et, prenant sa hache Mortalis bien en main, il décapite l’impudent jeunot, non sans lui avoir avant, chose suffisamment rare pour être soulignée, montré ses face. Et pour couronner le tout, il termine la nouvelle sur un one liner digne des Experts Miami. Tout simplement lé-gen-daire. Micro-nouvelle assez divertissante par son n’importe nawakisme (je ne sais pas qui était le prof de physique du jeune Swallow, mais iel a fait du sale boulot), ‘Dante : Lord of the Host’ aurait pu être intéressant (un peu plus en tout cas) si l’auteur avait pris soin de relier cette histoire à sa micro-jumelle2, et/ou de développer un peu les passages de la loooooooongue vie de son héros qui défilent pendant quelques secondes devant ses yeux et ceux du lecteur3. Au lieu de ça, Swallow clichetonne et nanarde comme un beau diable, ce qui n’est pas le pire des aspects, il faut bien le reconnaître. Comme toujours beaucoup trop cher, même en prenant en compte le capital sympathie de ces quelques pages. 1 : Planète déjà visitée en speed par les Blood Angels dans ‘The Sanguinor: Exemplar of the Host’, du même auteur. 2 : Ce qui n’est pas le cas mis à part la mention lapidaire des Blood Angels coincés sur Skylos. Cette planète ne semble d’ailleurs apparaître nulle part ailleurs dans le corpus de la Black Library. 3 : À la place, on a seulement du déjà connu ou du pas intéressant car pas assez détaillé. *** Et nous voilà enfin au bout de cette critique de 'Sons of Sanguinius', the graal that kept bleeding content comme on dit sur Baal (peut-être). Pour ceux qui n'ont pas eu la patience de lire le détail des retours sur les 29 (!) histoires distinctes qui forment cette anthologie et/ou qui voudraient avoir un avis final sur le bouzin, voici quatre points majeurs retenus par votre serviteur - qui a ce stade peut aussi être qualifié de Serviteur - à propos de ce recueil. Premièrement, et en dépit de son rapport quantité-prix impeccable (comme établi en introduction), 'Sons of Sanguinius' a une qualité intrinsèque assez faible, beaucoup de histoires mises au sommaire de l'anthologie variant du médiocre au moyen. Mention spéciale ici au 'Lemartes: Guardian of the Lost' de David Annandale, qui est littéralement pire que tout. L'habitué de la BL ne sera pas surpris de ce jugement sévère, vu les noms des auteurs ayant contribué à cette anthologie, qui ne font pas partie des tous meilleurs éléments de la maison d'édition de Nottingham. Mises à part quelques fulgurances de la part de Thorpe et du même Annandale, le contenu de 'Sons...' s'avère aussi peu inspiré que prévu, et pour un bouquin de près de 1.000 pages, c'est rédhibitoire. Deuxièmement, je dois dire que j'ai apprécié l'idée des éditeurs de varier les formats et les longueurs (et cela sans avoir lu le roman, qui plus est), ce qui n'arrive que rarement dans les recueils de la BL. Cela aurait été encore plus appréciable si cette variété avait été utilisée à plein potentiel, pour offrir une expérience de lecture réellement inédite en alternant micro-récits et nouvelles et novellas plus posées, par exemple. Au lieu de ça, on a l'impression que les 1.000 mots ont été rajoutés pour booster le nombre de contributeurs et d'histoires à mettre au sommaire... et c'est tout. Pour être honnête, c'est sans doute le cas, mais même si ce format m'a toujours semblé une arnaque dans la manière dont il est traité par la Black Library, je considère qu'il n'est pas intrinsèquement mauvais et aurait pu apporter quelque chose de plus qu'une poignée de pages et de noms supplémentaires à cette anthologie. À la place, ils sont relégués en fin de volume, et sont donc parcourus par le lecteur au moment où la bienveillance de ce dernier pour l'ouvrage est à son niveau le plus bas. Pas les meilleures conditions pour briller. Troisièmement, et je dois le souligner de manière explicite, très stupidement, le sommaire de 'Sons...' a été construit de manière absolument terrible. Passe encore de mettre les 1.000 mots en vrac à la fin, alors que certains sont centrés sur des personnages qui apparaissent bien plus tôt dans l'anthologie (Dante par exemple) : c'est à mon sens peu malin mais cela reste du nice to have (ou nice to be had). Par contre, il faut un certain niveau de génie pervers ou d'incompétence primaire pour mélanger l'ordre logique d'histoire prenant place les unes après les autres. On a ainsi 'Flesh of Cretacia' qui aurait du suivre 'Sons of Wrath', 'Eclipse of Hope' qui aurait du précéder 'Mephiston: Lord of Death', et en bonus, 'Lemartes: Guardian of the Lost' qui aurait dû être placé derrière le diptyque consacré à Mephiston. Pour moi, il s'agit d'une des tâches premières d'un éditeur digne de ce nom, et il a été glorieusement sabordé par quiconque a tenu ce rôle dans la réalisation de cette anthologie. Son nom n'apparaît d'ailleurs pas dans le livre : il reste possible que 'Sons...' ait été mis en forme de manière automatique, sans prise en compte de son contenu. Ca ne m'étonnerait même pas de la part de la BL. Quatrièmement et pour terminer, je regrette que cette anthologie ne couvre pas les événements notables du background les plus récents, depuis la défense de Baal contre les Tyranides (brièvement évoquée dans 'A Son's Burden', mais point de 'The Devastation of Baal', qui est la suite logique) jusqu'à l'arrivée des Space Marines Primaris. Je sais que ce genre de recueil est par nature limité par le matériel disponible au moment de sa création, et peut-être que Nottingham a décidé qu'il n'y en avait pas assez pour couvrir l'époque contemporaine du fluff ('Shield of Baal', anyone?), mais même une poignée de nouvelles auraient fait l'affaire, et montré de façon claire que la BL ne fermait pas volontairement les yeux sur ces derniers développements. J'aurais aussi apprécié et compris de voir des nouvelles récentes comme 'Blood Rite' (Rachel Harrison) ou 'Redeemer' (Guy Haley) être incorporés dans cette anthologie : elles y auraient eu tout à fait leur place. J'en ai enfin, cette fois, fini avec 'Sons of Sanguinius'. Vous voilà briefés dans le détail sur ce tome qui fera date dans la couverture littéraire des exploits et tragédies des descendants de Sanguinius : lisez maintenant à vos propres risques... Schattra, exsangue
  13. Scandaleux, tu n'es pas parvenu à boucler la critique de l'intégralité de l'Hérésie en une année! Merci pour ton retour sur Angron: de ce que j'avais de lui et sur lui, St Martin me semblait destiné à végéter dans la catégorie moyen moins des auteurs de la BL, mais on dirait qu'il a tout de même quelques idées quand le sujet l'inspire. Il s'est à mon sens compliqué la tâche en voulant faire la quadrature du cercle à la sauce World Eaters : réconcilier ce qu'ADB a fait pendant l'Hérésie avec l'image d'Epinal que l'on a d'eux au 41ème millénaire, et qui est beaucoup moins nuancée. On peut reprocher ça à King, dont la description historique de Khârn dans 'The Wrath of Khârn' en fait un simple berzerk, mais pour sa défense, en 1999 il n'y avait pas encore de projet de complexifier le fluff de cette faction pour la rendre plus intéressante à suivre dans des romans. Schattra, à l'impossible, nul n'est tenu
  14. Bonjour et bienvenue dans cette revue critique et partielle de l’omnibus ‘Undeath Ascendant’ publié par la Black Library en Mai 2021. Accompagnant la sortie du Battletome Soulblight Gravelords, incarnations AoSesque des Comtes Vampires « classiques » du Vieux Monde (un mélange Von Carstein et Dragons de Sang, à première vue), ‘Undeath Ascendant’ regroupe trois romans et trois nouvelles consacrés à cette ancienne et riche faction de Warhammer Fantasy Battle; le but étant de donner aux lecteurs intéressés par ce nouveau Battletome une introduction à la vision que Games Workshop a eu, et continue d’avoir, des suceurs de sang (les buveurs de sang, c’est autre chose comme chacun sait) dans ses franchises… et également de faire un peu d’argent en ressortant des archives des histoires écrites il y a un bail, plutôt que de créer des œuvres originales, je gage. Ceci étant, une partie du contenu de cette anthologie étant devenu impossible à trouver hors occasion/sites internet à la légalité douteuse, on peut aussi remercier les éditeurs de Nottingham d’avoir rendu son accès plus facile et plus économique au tout venant. Chacun voit donc son profit dans cette sortie, en quelque sorte. Si j’ai commencé mon introduction en établissant que cette revue serait partielle, c’est que je me concentrerai comme à mon habitude sur les courts formats inclus au sommaire de ce livre. Publiées initialement dans le magazine Inferno!, ces nouvelles, comme les romans qu’elles accompagnent et complètent, ont été choisies pour leur variété, chacune d’entre elles traitant d’une lignée distincte : les Lahmianes pour Gordon Rennie et ‘Portrait of my Undying Lady‘, les Von Carstein pour Robert Earl et ‘The Vampire Hunters‘, et les Dragons de Sang pour Graham McNeill et ‘Three Knights‘. Comme il s’avère que j’ai en mon jeune temps chroniqué ‘Curse of the Necrarch’ de Steven Savile (également auteur de la trilogie Von Carstein), vous trouverez ci-dessous un lien vers l’objet du délire, à consommer à vos risques et périls. Enfin, ‘The Red Duke’ de C. L. Werner (Dragons de Sang) et ‘Ancient Blood‘ de Robert Earl (Stryges) complètent cet omnibus, mais ne seront pas traités ici. Portrait of my Undying Lady - G. Rennie : Le génial Giovanni Gottio, portraitiste reconnu mais un peu trop attaché à la représentation de la vérité crue et sans fard chez ses modèles pour son propre bien, est approché dans une taverne de Trantio par un généreux mécène, cherchant à le convaincre d’accepter une commission d’un genre un peu particulier. Malgré les trois pichets de vinasse royalement avancés par son interlocuteur, l’incorrigible Gottio, blessé dans son orgueil par l’accueil glacial que sa représentation de la femme de Lorenzo Lupo a reçu de la part de son commanditaire, refuse avec emphase d’accepter cette commande et tire sa révérence avec toute l’élégance permise par une cuite au gros rouge. Il est cependant difficile de refuser la proposition d’un Vampire quand on fait un mètre cinquante, avec un petit bedon et 3 grammes d’alcool dans le sang, comme l’immense Gottio ne tarde pas à le découvrir à ses dépends. Ramené manu militari par son nouveau meilleur ami (Mariato) jusqu’à son véhicule de fonction, le peintre sombre dans l’inconscience avant que le fiacre n’arrive à destination. Se réveillant à l’intérieur d’une villa de campagne des environs de Trantio passablement délabrée, l’illustre Gottio est conduit jusqu’à celle qui va devenir sa muse, de gré ou de force : Dame Khemalla de Lahmia. Comme son titre, sa pâleur morbide et les nombreux portraits d’elle peints par des artistes ayant vécus il y a des siècles l’indiquent, Khemalla est une Vampire, dont l’un des vices les plus innocents est de se faire peindre par les maîtres de chaque époque, afin de pallier à son incapacité d’utiliser un miroir. Cela l’aide à ne pas sombrer dans la folie sanguinaire qui guette les buveurs de sang les plus vénérables, comme elle révèle sans ambages à son hôte. N’ayant pas d’autres choix que de s’exécuter sous peine de l’être, l’incomparable Gottio se met au travail pour accoucher de sa meilleure ou de sa dernière œuvre, comme il le remarque sombrement. Au cours des nuits suivantes, notre héros va peu à peu découvrir la réalité, pas forcément toujours glamour, d’une cour vampirique. En plus de devoir squatter une demeure abandonnée, et donc franchement insalubre sur les bords, il doit s’habituer au rythme décalé auquel vivent ses geôliers, les bruits de succion persistants qui résonnent près de sa cellule, les ballets de chauves souris géantes jusqu’à pas d’heure, ou encore les interruptions brutales de sessions pour cause de vendettas contre une autre lignée. Pire que tout, l’époustouflant Gottio se fait carrément menacer par cette fouine de Mariato, très jaloux de l’intérêt que sa maîtresse porte au scribouillard. Il aurait dû apprendre à dessiner au lieu de menacer gratuitement son prochain ceci dit, car peu de temps après que l’extraordinaire(ment effrayé) Gottio ait balancé son camarade à Khemalla, Mariato devient boursier (c’est-à-dire que l’insondable Gottio trouve ses cendres à l’intérieur d’une bourse glissée sous son lit). Le harcèlement professionnel, c’est un vrai sujet chez les Lahmianes apparemment. Enfin, la toile est complétée et l’exténué Gottio peut la présenter à sa commanditaire, qui s’apprête à partir pour des cieux plus cléments. Satisfaite du travail de son invisonnier, elle lui remet une coquette somme en dédommagement de ses services, ainsi qu’un élixir de longue vie dans la dernière coupe qu’ils partagent avant le départ de l’une et le coma de l’autre. De retour dans son gourbi minable par l’opération du sang esprit, le miraculé Gottio se découvre une nouvelle jeunesse grâce au tonique à l’hémoglobine de Dame Khemalla, et entreprend de mettre un peu d’ordre dans sa vie pour permettre à son talent d’être reconnu comme il se doit. C’est ce qui s’appelle être en veine. Gordon Rennie s’autorise une aventure extra Zavantale avec ‘Portrait of My Undying Lady’, mettant en scène la Némésis du sage détective d’Altdorf, Dame Khemalla, dans un huis clos où elle n’apparaît pas comme la maléfique éminence grise de service (pour changer). Cette petite nouvelle, si elle ne s’avère pas spécialement rythmée ou palpitante, et n’apporte rien à l’arc narratif de Zavant en tant que tel, se laisse toutefois lire sans problème, et a le bon goût de comporter quelques détails fluffiques qui pourront intéresser les plus curieux des lecteurs. Un amuse-gueule littéraire tout à fait convenable, en quelque sorte. The Vampire Hunters - R. Earl : Bienvenue à Novograd, petit village kislevite blotti dans la nature sauvage de cette contrée septentrionale. Nous arrivons juste à temps pour surprendre un trio de natifs confinés dans l’auberge locale, absorbés par l’activité reine de la mauvaise saison : écouter la tempête secouer les maisons tout en fantasmant sur sa mort prochaine et se cuitant à la vodka pour passer le temps. Voilà bien toute l’âme indomptable du Kislev résumée en quelques mots. Plongés dans cette introspection profonde et alcoolisée, nos personnages sont surpris par les coups donnés sur la porte de leur gîte par une force mystérieuse. Délaissant un instant la mastication de sa moustache, autre passe-temps très populaire dans le pays, l’aubergiste Grigori1 va s’enquérir de la cause de ce raffut pendant que ses compagnons dégainent leurs couteaux à saucisson, dès fois que ce serait Peppa Pig qui viendrait demander l’hospitalité. À l’extérieur, ce sont deux voyageurs assez bien mis, Calixte Lesec et son valet Viento, qui demandent à s’abriter de la tempête. Après avoir hésité un moment, car, comme tout homme civilisé, Grigori à entendu parler de la déplorable réputation des Lesec (remontant jusqu’à leur patriarche, Noisy), le tavernier finit par laisser les visiteurs entrer après qu’ils aient prononcé le mot magique : « nous avons croisé Petrokov sur la route ». Car Petrokov est le fils de Grigori, et s’il est parti en direction de la capitale au cœur de l’hiver, c’est pour y chercher de l’aide. En effet, Novograd a un problème. Un gros, vorace et nudiste problème. Une fois à l’intérieur, les nouveaux venus confirment qu’ils sont bien venus pour aider les locaux à se débarrasser de leur nuisance vampirique, car c’est bien de cela dont il s’agit, avec une confiance et une désinvolture qui ne leur attire pas les faveurs de Grigori. Pressé de questions par les mercenaires, il donne une description de l’individu suspect collant parfaitement avec le portrait type d’un Stryge (grand, baraqué, naturiste, avec une tête de chauve-souris), et accepte de mener ses hôtes dans les cavernes servant de repaire à la bête dès le lendemain. Sur la route dès potron minet – mais pas avant que Grigori ait pris son petit-déjeuner complet à base de porridge et de thé au miel (de Lustrie), car c’est le repas le plus important de la journée – les trois hommes progressent dans la poudreuse toute la matinée, et finissent par arriver devant les Dents de l’Ours, percées par un réseau de grottes dans lesquelles les locaux ont vu disparaître le vampire avec une proie sous le bras il y a quelques semaines… Soumission solide de la part d’un Robert Earl pas encore obnubilé par les aventures de Florin et Lorenzo (bien que la paire Calixte – Viento s’avère assez semblable à son équivalente bretonienne dans ses relations maître – serviteur), ce Chasseurs de Vampire permet au lecteur de découvrir le Vieux Monde dans toute sa dureté, tant climatique que « sociologique », et de prendre la mesure du fameux tempérament kislévite, garant de la survie de ce peuple plus exposé que les autres aux déprédations des forces du mâââââl. Bénéficiant d’une intrigue bien trouvée et mise en scène, notamment le passage de la grotte et l’approche angoissante du Stryge, qui n’aurait pas dépareillée dans une nouvelle de Warhammer Horror, cette histoire met à profit les éléments constitutifs de la GW-Fiction que sont l’action, le suspense et le grimdark, pour un résultat des plus convaincants. À placer parmi les modèles du genre. 1 : Qui a contracté cette sale habitude il y a quarante ans, et qui en a quarante-deux. On vieillit vite à Kislev, c’est connu. 2 : On suppose que Viento a mis la langue pendant leur séance de base jumping en amoureux ? . Three Knights - G. McNeill : Les trois frères Massone, Luc, Fontaine (?) et Belmonde (!?!), ont entrepris une quête d’aucuns considèreraient comme ambitieuse, pour le dire poliment : purger à eux seuls les ruines du Fort du Sang, autrefois bastion des tristement célèbres Vampires Dragons de Sang, et soigneusement évité par tous les voyageurs sains d’esprit depuis sa destruction il y a des décennies. Cette idée chevaleresquement stupide est celle de l’aîné du trio, Luc, qui s’est taillé une réputation de bretteur sans égal d’un bout à l’autre du Vieux Monde. Ses cadets (et par vertu de leur noms débiles, side kicks) ont accepté de lui prêter main forte dans son entreprise hardie, bien que ne disposant pas d’un pedigree aussi ronflant que Lulu. D’ailleurs, Belmonde n’est même pas encore un véritable chevalier du Royaume, ce qui vous situe le niveau moyen de la fine équipe. Après avoir fait leur arrêt réglementaire dans le village bretonnien puant et boueux (Gugarde) situé sur la route du Fort, et avoir tout aussi réglementairement refusé d’écouter les sages conseils du vétéran couturé qui picolait à la taverne locale, et avait pu en son jeune temps se rendre compte par lui-même qu’un Vampire n’était pas un adversaire à prendre à la légère1, les frangins repartent le lendemain avec un guide en direction de la forteresse maudite. Les choses sérieuses et mortelles commencent réellement à la tombée de la nuit, lorsque les quatre montagnards amateurs se font attaquer par une meute de loups funestes, qui croquent prestement le guide et la mule de bât de l’équipe. Une nuit passée à prélever de la biodiversité pourrissante, et une journée à peiner dans la neige et le froid plus tard, c’est enfin le Fort du Sang qui se présente devant nos héros, qui entrent prestement se mettre au sec et se remettre de leurs émotions. Guidés par Luc jusqu’à la salle des festins de la bâtisse abandonnée, les frères Massone se font cueillir comme des bleus par une vague de squelettes s’étant animés à la nuit tombée, et qui voient d’une mauvaise orbite trois punks à cheval venir squatter chez leurs ex-patrons. La quantité venant toujours à bout de la qualité, les chevaliers se font acculer dans un coin de la salle, et Fontaine finit embroché comme un döner kebab, au grand désarroi de ses frérots. Luc prend alors sa grosse voix et exige à parler au(x) directeur(s)… ce qui fait battre en retraite les squelettes et arriver un trio de Dragons de Sang, plus intrigués par la déclaration du paladin qu’il a réussi à tuer l’un des leurs qu’animés de chrétiennes (et pour cause, c’est pas le bon univers) intentions envers leurs hôtes du soir… Nouvelle très solide de la part de Graham McNeill, ‘Three Knights’ offre un concentré de grimdark à la sauce WFB à son lecteur à travers les péripéties plus ou moins chevaleresques de ses héros. En plus de mettre en perspective la proverbiale droiture des paladins de Bretonnie, qui tient finalement assez souvent de la légende urbaine rurale, cette nouvelle dispose d’une intrigue bien pensée et mise en place (une deuxième lecture de ‘Three Knights’ permet de repérer les jalons laissés par McNeill au cours des premières pages pour préparer sa conclusion), ainsi que d’une chute impeccable en termes d’exécution. Peut-être le meilleur court format de cet auteur pour Warhammer Fantasy Battle. 1 : En bonus, Fontaine et Belmonde participent à la soirée open mic’ en reprenant leurs rôles de plus mauvais duo d’acteurs du Monde qui Fut. . Pour les amateurs de sensations fortes, la revue (illustrée!) de 'Curse of the Necrarch' est consultable ici. *** Et voilà qui termine cette revue express de 'Undeath Ascendant'. Si j'extrapole un peu à partir des parties que j'ai effectivement lues de cet ouvrage, les nouvelles semblent être beaucoup plus satisfaisantes que les romans, ce qui est un peu dommage puisque ces derniers représentent la majorité du contenu du bouquin (j'ai tout de même espoir que Werner et Earl aient rendu une copie plus propre que Savile). Il n'est pas dit que la sortie d'autres factions vampiriques pour Age of Sigmar ne poussera pas la Black Library à publier d'autres ouvrages de la sorte pour accompagner les campagnes marketing de la maison mère, et vous pourrez alors compter sur moi pour faire mon office avec délectation, mais pour l'heure, il semble bien que les fans des Vampires du Vieux Monde n'aient que cet omnibus à se mettre sous les crocs pour la prochaine éternité. Il va falloir faire durer, donc. Schattra, "tout vient à point à qui sait ascendre"
  15. Avant de partir en week-end, et pour certains de découvrir 'Broken Realms : Kragnos', qui sort demain dans toutes les bonnes charcuteries, c'est à Phil Kelly qu'il revient de terminer cette semaine thématique avec une divinité sur le retour pour jouer de mauvais tours aux monteurs de châteaux de cartes et les fresqueurs dominos des Royaumes Mortels... God of Earthquakes - P. Kelly : Schattra, Attaque Coud'Boue !!!
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.