Jump to content
Warhammer Forum

Schattra

Membres
  • Content Count

    1,739
  • Joined

  • Last visited

About Schattra

  • Birthday 10/30/1989

Contact Methods

  • Website URL
    http://nebelheim.wordpress.com/

Profile Information

  • Location
    Levallois-Perret

Previous Fields

  • Jeux
    Warhammer ; Empire+Nains

Recent Profile Visitors

14,378 profile views
  1. Ca ira pour cette fois. Je me laisse une Hérésie pour terminer de tout classer, et puis il faut en profiter pendant qu'il y en a encore ! Merci pour les revues additionnelles, c'est vrai que ces ultimes nouvelles (qui seront peut-être republiées dans un dernier recueil) valent leur poids en auramite. Bien que pour certaines d'entre elles, seul un expert comme toi est capable d'identifier les révélations qu'elles contiennent. Schattra, qui n'est pas du tout passé à côté de 'The Lightning Hall', non non...
  2. Je reprends du service actif et quotidien à l'occasion du lancement par la BL d'une nouvelle semaine thématique, la première de 2021 : l'Inquisition Week. Comme le nom l'indique, ce sont les Saints Ordos qui serviront de fil rouge aux cinq nouvelles inédites publiées entre aujourd'hui et vendredi, avec des têtes connues (Annandale, Ware, Brooks) et inconnues (Nguyen, Hayward) mises à l'affiche. Et on commence d'ailleurs avec un petit (peut-être) nouveau, qui s'est dégoté une spécialité pas piquée des vers : l'Ordo Militarum. The Last Crucible - N. Nguyen : Schattra, creuse(t) sa tombe
  3. Un petit récapitulatif des prochaines sorties (VO et VF, pour changer) dans le post d'aujourd'hui de Warhammer Community. Dans la langue de Molière, on nous promet une précommande prochaine pour : 'Les Egarés' (Première Partie) - Dan Abnett [40K] '13ème Légion' - Gav Thorpe [40K] 'Noces À Bout Portant' - Will McDermott [NDA] 'Forgés par les Flammes' - Nick Kyme [HH] Pour ne rien gâcher, la semaine prochaine sera une semaine à thème pour la Black Library, avec la première édition de l'Inquisition Week. Une nouvelle inédite par jour du lundi au vendredi, avec une offre de groupe de 5 pour le prix de 4 : Comme dit le proverbe, personne ne s'attend à ce que l'Inquisition (espagnole ou autre) débarque, et c'est le cas ici. On va prier l'Empereur pour que les nouvelles d'Annandale et de Ware soient bonnes (ou courtes, a minima), que Mike Brooks soit inspiré (et fasse revenir Chetta), et que les deux nouveaux venus aient pris la mesure du monstre sacré auquel ils se sont frottés. Schattra, qui a besoin de faire une pause de 'Direchasm' de toute façon
  4. Merci pour ce retour. C'est à peu près ce que j'attendais de la part de Green, des quelques nouvelles de la bande de Badenov que j'avais pu lire ça et là. La couverture me vendait pourtant du rêve! Celle-là est un peu particulière car c'est la nouvelle de l'Inferno #0, qui a ouvert la voie au magazine susnommé, et plus tard à Hammer & Bolter. Elle n'est pas très intéressante et assez foutraque, mais occupe tout de même une place à part dans l'histoire de la GW Fiction. Schattra, "ce n'était pas forcément mieux avant"
  5. Ajout des nouvelles de la Warhammer Horror Week 2020 + retours sur 'Nexus & Other Stories' (merci @gilian & @Kaelis !). Pentimento - N. Kyme The Cache - J. Brogden Nexus & The Test of Faith // L’Épreuve de Foi - T. Parrott Kraken - C. Wraight Redeemer // Rédempteur & To Speak as One // Parler d'une seule Voix - G. Haley The Darkling Hours // Les Heures Crépusculaires - R. Harrison Lightning Run // Attaque Éclaire - P. McLean Missing in Action // Portés Disparus - D. Abnett The Crystal Cathedral // La Cathédrale de Cristal - D. Ware Where Dere's Da Warp Dere's a Way // Tant que Ya l'Warp Ya Moyen - M. Brooks Redemption on Dal'yth // Rédemption sur Dal'yth - P. Kelly Light of a Crystal Sun // L'Eclat d'un Soleil de Cristal - J. Reynolds War in the Museum // La Guerre au Musée - R. Rath Headhunter // Chasseurs de Tête - S. Parker Duty onto Death // Servir jusqu'à la Mort - M. Collins
  6. Bon, je profite du week-end pour griller la politesse @Kaelis et poster ma critique de 'Nexus & Other Stories', que j'ai "fini" de lire récemment. Je précise que contrairement à 'Crusade & Other Stories', je n'ai pas lu ce recueil en une fois, mais me suis contenté de prendre connaissance des nouvelles que je n'avais pas déjà chroniquées (7/16). Il manque du coup un peu d'uniformité à ce retour, qui est un patchwork de critiques. *** Bonjour et bienvenue dans cette chronique de ‘Nexus & Other Stories’, la dernière anthologie de nouvelles se déroulant dans les ténèbres d’un lointain futur où war reigns supreme, pour la faire en glaouiche, sortie par la Black Library. Le timing de cette publication peut surprendre, le méga-über-all inclusive omnibus ‘The Eagle & the Hammer’ étant paru à l’été 2020, et les deux bouquins jouant visiblement dans la même cour et visant le même public. Abondance de biens ne nuisant presque jamais, laissons cependant de côté les absconses considérations marketing de Nottingham pour nous réjouir de cette actualité chargée pour les amateurs de courts formats de la BL, ainsi que la sortie simultanée de l’ouvrage en français, ce qui ne doit jamais être considéré comme acquis. Pourvu que ça dure. Beau pavé de plus de 400 pages (en format numérique), ‘Nexus & Other Stories’ reprend le format bien établi de ses prédécesseurs : une novella d’une centaine de pages, mettant en vedette les armées poster de GW (Ultramarines Primaris vs la galaxie hostile1 pour 40K), et une douzaine de nouvelles, généralement sorties précédemment, s’efforçant de couvrir le plus de factions/d’auteurs différents pour faire découvrir la richesse de cet univers au lecteur… et lui donner envie d’acheter des bouquins, évidemment. C’est Thomas Parrott, le futur ex-contributeur de la Black Library au moment de la sortie de ce recueil, qui prend le lead ici avec le moyen format éponyme, complété par une chtite nouvelle pour faire bonne mesure. Parmi ses compagnons de route et de plume, une majorité de noms connus, des vénérables Dan Abnett (et une nouvelle vintage de 2002), Chris Wraight et Guy Haley, au plus récents Rachel Harrison, Mike Brooks et Marc Collins. Chaque histoire commence par un paragraphe de mise en contexte, petite innovation qui fait sens pour un omnibus destiné à des lecteurs pas forcément familiers de l’univers, et que la BL serait inspirée de conserver pour la suite. And without further ado, pour finir cette introduction comme elle a commencé, rentrons dans le vif du sujet. 1 : C’est presque aussi c*n que Les Marseillais vs le monde quand on y réfléchit. Et à peine plus intelligent en général. Nexus - T. Parrott : Sur l’un des multiples fronts de la Croisade Indomitus, qu’elle a aussi larges et espacés qu’Alain Juppé, une Compagnie de Primaris Ultramarines rend service à la collectivité en détruisant un fort de pirates de l’espace, qui faisaient des misères à la planète de Cassothea. L’affrontement s’étant produit hors champ, nous faisons la connaissance de notre héros, le Sergent Intercessor Allectius, alors qu’il patiente dans la soute du Thunderhawk qui le ramène vers le croiseur d’attaque In Nomine Imperator. Rien ne le distingue vraiment de la myriade de Schtroumpfs énergétiques mis en exergue auparavant par la BL, mais Allectius est un meneur d’escouade chevronné et efficace, très content de laisser à ses supérieurs le soin de réfléchir sur le long terme. Le surhomme sage connaît ses limites, comme dit le proverbe. Invité par ses supérieurs, les Lieutenants Triarius et Falerius, à donner son ressenti sur la mission que les Ultras viennent juste d’accomplir, Allectius a le malheur d’avouer qu’il considère le job comme indigne de guerriers de la trempe des fils de Guilliman, et que la Flotte Impériale aurait pu très bien se charger de purger bébé1. Cette innocente déclaration met en rogne l’Empereur, qui avait jusqu’alors pris soin de ne mettre que des adversaires faciles sur le chemin de Ses guerriers, afin de leur permettre de level up sans trop de pertes. « Ah, c’est ainsi ? On prend la confiance, chacal ? », éructe MoM, « bah prépare toi à manger tes morts, sale race ». Ou quelque chose comme ça. Bref, on apprend deux pages plus tard que Cassothea tombe de Charybde en silos de missiles Hammerfall, car les Nécrons ont commencé à faire du vilain à proximité de la capitale planétaire. N’écoutant que son devoir, Triarius donne l’ordre d’un déploiement immédiat et…(fast forward huit mois plus tard) on apprend qu’il s’est fait buter comme un bleu (héhé) au début de la campagne par les Xenos. En fait, les choses ne sont pas allées dans le sens de l’Imperium, puisqu’au dernier décompte, seule la capitale était encore à peu près tenue, un champ mortifère appelé Nexus Paria (et d’où la nouvelle tire son nom) est en train de saper la vitalité et le moral des derniers défenseurs, les munitions viennent à manquer, et la Compagnie d’Allectius est passée de 93 à 39 représentants. Moins un pour le frère Landrian de sa propre escouade, découpé par un Skorpekh Destroyer très en jambe lors d’une patrouille de routine2. Et moins deux pour le Lieutenant Falerius, snipé par des Deathmarks lors de la sortie héroïque de trop. Privée de ses officiers supérieurs, la Compagnie se tourne alors vers le Saint Codex Astartes pour désigner son commandant de facto… ou plutôt aurait agi ainsi si Falerius n’avait pas laissé sur le frigo un post it faisant d’Allectius son successeur désigné. Et tant pis pour le Sergent Vétéran Fulgentius. Voici comment notre tête brûlée se retrouve en charge de la gestion d’une campagne plus que pourrie à ce stade, ce qu’il ne souhaitait pas le moins du monde. You can’t always get what you want… Laissons le temps à Allectius d’accuser ce dur coup (en guise de lot de consolation, il hérite tout de même d’un bouclier et d’une lame relique très corrects) en présentant l’autre personnage important de l’histoire, un Serf humain des Ultramarines du nom de Gnaeus. Spécialisé dans la réparation de l’armement de ses seigneurs et maîtres, son rôle principal sera de nous faire ressentir de façon vivace les effets délétères du Nexus Necron. Apathie, pensées suicidaires, faiblesse généralisée, et coma irrémédiable dans les cas les plus sévères : les effets kill cool de cette bulle sont nombreux. Cela n’empêche pas le brave Gnaeus de (tenter de) faire son devoir du mieux qu’il le peut, à la faveur d’un accrochage presque fatal avec un groupe de Dépéceurs dans un premier temps, puis en filant un coup de main à l’emménagement des civils ayant convergé vers le dernier bastion impérial de Cassothea dans l’espoir d’être évacués par les Ultramarines. Ce pont orbital humanitaire a cependant dû s’arrêter lorsque les Necrons ont pris l’avantage au sol, leur technologie baroque empêchant les aéronefs impériaux d’opérer. Réaliste sur ses chances de remporter la victoire, surtout après que l’In Nomine Imperator lui ait appris que des milliers de Xenos étaient en train de converger sur sa position, Allectius décide d’organiser une mission suicide/baroud d’honneur avec l’essentiel de ses survivants, pour aller péter le pylône 5G soupçonné de relayer le Nexus Paria à la surface de la planète. Ne laissant qu’une escouade de Space Marines pour coordonner les défenses, le Lieutenant malgré lui met les gaz vers le QG ennemi, espérant que la mobilité légendaire de l’Astartes lui permette de passer entre les mailles du filet. Ce qui ne sera pas le cas, évidemment. Un affrontement mécanisé ayant mené à la perte d’un tiers de ses hommes (dont un Archiviste dont le plus haut fait d’armes aura été d’avoir eu mal à la tête) plus tard, Allectius se dit qu’il n’est vraiment pas doué pour le commandement… et décide de mener une petite quête secondaire pour appuyer ce constat, perdant une précieuse 1H30 au passage, mais ramassant un Judiciar Doom Eagles, seul survivant du vaisseau s’étant crashé sur la planète il y a quelques semaines, au passage. Le nouveau-venu, un dénommé Bittrien, se montrera utile et quasiment inarrêtable lorsque que commencera la baston finale, comme attendu de la part d’un nouveau personnage de corps à corps dont la figurine est incluse dans une boîte d’initiation (non mais). Je vous donne les grandes lignes de cet affrontement homér(d)ique, dans lequel viennent s’intercaler des passages du siège de la capitale de Cassothea vu par les yeux de Gnaeus (qui préfère déserter son poste pour tenter d’aller sauver des civils que faire face aux Necrons) : au prix de combats acharnés et de quelques morts de personnages nommés, les Ultramarines parviennent jusqu’au pylône en question… qui se révèle trop résistant pour leurs explosifs. Gag. Fort heureusement, la capitaine de l’In Nomine Imperator vient à la rescousse de cette buse d’Allectius en lui indiquant que le pouvoir des Xenos semble provenir d’un unique individu, qui ne peut être que le Plasmancer en robe de soirée qui insulte les meilleurs de l’Empereur à distance, en bonne petit.e vie.ux.lle qu’iel est. Sacrifiant le reste de son effectif dans une charge de la dernière chance (de ne pas repartir broucou*lle), Allectius fait manger à l’ancêtre son bouclier relique, ce qui désactive le réseau Xenos assez longtemps pour permettre au croiseur d’attaque de bombarder la zone, rasant le pylône, les Necrons et les derniers Ultramarines en vie. Ca compte comme une victoire morale ? De son côté, Gnaeus parvient lui aussi à ses fins, en amenant un groupe de réfugiés jusqu’au spatioport, et en leur gagnent un temps précieux en défiant l’Overlord Necron à un concours de baffes. J’ai la tristesse de vous dire ici que le brave auxiliaire a légèrement perdu la/es main/s à cette noble occupation, mais réchappe tout de même à l’extermination lorsque le Sergent Ultramarine laissé en réserve par Allectius décide de mourir lui aussi en héros, et engage le QG adverse (et sa garde rapprochée) au corps à corps. Rapatrié sur l’In Nomine Imperator, Gnaeus peut songer au dévouement de ses maîtres depuis la sécurité de l’orbite haute, en attendant que ses prothèses lui soient posées et qu’il puisse reprendre du service. 1 : À ne pas confondre avec l’expression « purger Pépé », qui est l’apanage exclusif des Custodiens, comme chacun sait. 2 : Pendant que son Sergent, qui ne connaît pas la peur mais pas la témérité non plus, s’est héroïquement chargé de courir après le petit Plasmacyte. Et a failli y passer. Thomas Parrott se plie à l’exercice, jamais simple, de la novella d’illustration du contenu de boîte d’initiation à travers ce ‘Nexus’, comme Andy Clark avait pu le faire avant lui (‘Crusade’, qui contextualisait l’affrontement entre Ultramarines et Death Guard). Si le résultat n’est dans l’absolu pas très intéressant pour un lecteur n’étant pas un novice impressionnable, on doit tout de même reconnaître à l’auteur un certain sérieux dans le récit des aventures funestes du Lieutenant Allectius. L’ensemble reste très lisible, même si tout à fait convenu et très peu surprenant (cahier des charges de « revue des unités » oblige), et les passages racontés du point de vue Gnaeus ajoutent un contrepoint « humain » bienvenu à l’impassible stoïcisme des Space Marines, auquel le Nexus Paria en touche une sans faire bouger l’autre (je parle de leurs progénoïdes, évidemment). Il n’est en effet pas inutile de rappeler que les Necrons ne sont pas que des robots inflexibles fans de Terminator, mais également les représentants d’une espèce animée par une motivation bien précise et dont la technologie peut prendre des formes insoupçonnées, mais toujours avec des effets horriblement efficaces pour qui se trouve du mauvais côté du rayon de Gauss. À titre personnel, j’ai également trouvé que l’héroïsme désintéressé des Ultramarines était plutôt bien représenté dans la novella, notamment à travers l’intervention salvatrice du Sergent envers Gnaeus à la toute fin du récit. Finalement, le seul véritable reproche que je pourrais faire à Parrott sur ce ‘Nexus’ est le manque de caractérisation des Necrons avant l’arrivée du Plasmancer, seul Xenos de l’histoire doté de la parole. Cela aurait été compréhensible du temps où les Necrontyrs n’étaient encore que des robots tueurs dans le fluff, mais depuis que ce dernier a été recton pour laisser place à des personnages doués de personnalité et d’émotion (au moins au niveau des hauts gradés), c’est une possibilité narrative qu’il aurait fallu exploiter mieux que ça à mon sens. Restons-en là pour cette œuvre de pure commande, dont il serait mesquin d’attendre plus que du bolter porn enrobé de fluff de type Foundation. Il s’agit de la taxe littéraire du recueil, et elle n’est pas si terrible que ça ! Kraken - C. Wraight : La planète aquatique de Lyses, habituellement si paisible, est confrontée à un mystère inquiétant. Les stations de collecte d’algues parcourant la surface de son océan disparaissent les unes après les autres, éparpillées façon puzzle par une force mystérieuse. Les investigations menées par les enquêteurs locaux (Morren Oen et Preja Eim) ne donnant rien, un appel à l’aide a été envoyé par les Astropathes de Lyses, et l’Empereur, fidèle à sa réputation de générosité, a provaïdé. Un pu(iss)ant guerrier de l’Astartes est en effet arrivé depuis le vide intersidéral, dans sa Twingo1 grise cabossée : Kvara des Space Wolves. Incarnation testotéronée et cradingue de la figure du loup solitaire, le nouveau venu traîne son mal-être et sa lassitude de zone de guerre en zone de guerre depuis vingt ans, cherchant à se confronter à un monstre suffisamment coriace pour apaiser l’esprit des huit guerriers de sa meute qu’il a perdus au combat sur Deneth Teros. Préférant opérer seul, Kvara demande qu’on lui prête un pédalo (énergétique, bien sûr) et qu’on lui indique la direction de la dernière catastrophe, et il se chargera du reste. Intimidé par la carrure et par l’odeur de l’ étranger, Oen accède à ses requêtes, mais prend soin de placer une balise GPS sous la coque du véhicule de courtoisie pour pouvoir suivre les faits et gestes du Space Marine. Kvara, qui avant de boire au Canis Helix était chasseur de calmar-l’ermite colossal sur Fenris (le terme vernaculaire est hvaluri), et avant ça, apprenti sorceleur à Kaer Morhen, n’a aucun mal à traquer les mouvements de sa proie en fermant les yeux et humant la brise une fois arrivé sur les lieux du naufrage, ce qui est illogiq… bien pratique pour faire avancer le scénario. On va dire qu’il a pris la spécialisation « vieux loup de mer » lors de sa dernière formation professionnelle obligatoire. Pendant qu’il pédale à toute berzingue dans la direction que lui pointe son instinct infaillible, on a le temps pour un petit flashback, qui raconte comment, tout gamin, il s’était illustré en trépanant en solo un hvaluri lors d’une sortie en mer. Il avait pris un méchant coup sur la tête et s’était cassé le bras en glissant sur une bernacle mal fixée, mais cela en valait tout de même la peine, puisque ce haut fait avait attiré l’attention des Space Wolves, sans doute à la recherche d’ingrédients frais pour monter un buffet froid dans le Croc. La qualité des ingrédients, c’est important. Retour à notre histoire : Kvara finit par arriver sur une autre plateforme, cette fois-ci intacte, mais suspicieusement calme. Comprenant que ça va commencer à barder, l’homme loup s’équipe de pied en cap, pendant que ses surveillants réalisent un peu tard qu’une station qui n’émet pas depuis dix jours, c’est assez suspect. Surtout quand un compte rendu quotidien est demandé. Comme l’explique le préposé aux commandes : « il y a trop à faire, je suis complètement sous l’eau ». Expression malheureuse puisque Preja Eim le prend au mot et le balance par-dessus bord2. Malgré tous leurs efforts, les vaillantes forces de l’ordre lysesiennes n’arriveront qu’après la bataille, laissant Kvara affronter seul, dans les ténèbres claustrophobiques de la station désertée… 1 : Le descriptif qui est donné de l’engin laisse en effet à penser que ce dernier est trop petit pour accueillir d’autres passagers que son pilote et quelques Serviteurs. Donc pas de Navigateur. Ce qui est embêtant pour voyager dans le Warp. 2 : C’est pure invention de ma part, mais reconnaissez que ça aurait pu être approprié. Un peu d’humour dans une galaxie en guerre, ça ne peut pas faire de mal. Drôle d’histoire que celle-ci, qui parvient être à la fois très satisfaisante d’un point de vue narratif, et beaucoup moins aboutie sur le plan de l’intrigue et du respect du fluff. Le principal reproche que je ferai à Wraight sera son utilisation complètement contrintuitive des Tyranides comme antagonistes de Kvara. Et là où cela est particulièrement dommage, c’est que son histoire aurait pu tenir debout s’il avait utilisé des Genestealers à la place de bêtes et « impossibles » Hormagaunts. Quant à la Némésis de notre Space Wolf, rien n’indique qu’elle soit un rejeton de la grande dévoreuse (ou alors j’ai raté un truc dans la description du combat), ce qui pose les questions, logiques, du « pourquoi ? » et « pourquoi maintenant ? ». Moins flagrants, mais tout aussi embêtants, les problèmes posés par le vaisseau spatial du héros et sa capacité miraculeuse à suivre les monstres marins (qui nagent donc profondément sous la mer, et ne laissent pas d’empreintes ou d’odeur à suivre…), empêchent de prendre trop au sérieux cette soumission d’un – à l’époque – jeune Chris Wraight, déjà conteur fort habile, mais scénariste maladroit. Il s’est amélioré depuis, mais ce ‘Kraken’ aurait mérité d’être rejeté à la mer par la BL le temps qu’il murisse un peu plus. Redeemer // Rédempteur - G. Haley : On a tous déjà été confronté à ce moment, plus ou moins long, pendant lequel une chanson – souvent débile, comme La Danse des Canards, T’Es Si Mignon ou Despacito – nous restait collée dans la tête malgré tous nos efforts pour forcer notre cerveau de passer à autre chose. Eh bien cette expérience abominable, c’est le quotidien d’Astorath l’Inflexible, Grand Chapelain des Blood Angels et Rédempteur des Égarés, dont il entend les fredaines pathétiques lui rabâcher les oreilles dès que l’un d’entre eux sombre totalement dans la Rage Noire. Il est alors de son devoir de rappliquer dare dare pour abréger les souffrances (les leurs et les siennes) à grands coups de hache, ce qui le conduit à passer sa vie dans l’espace, voyageant de zones de guerres en théâtres d’opérations dans son véhicule de fonction (l’Eminence Sanguis), accompagné de quelques fidèles acolytes. Aujourd’hui, direction Asque, d’où proviennent les échos lointains de Djadja joués à la flûte à bec par un Snotling asthmatique, ce qui est passablement désagréable, vous en conviendrez. Laissant le fidèle Sergent Dolomen garder le vaisseau, comme il en a l’habitude1, Astorath part à la rencontre de l’escouade de Blood Angels affectés par le mâââl, escorté par le Prêtre Sanguinien Artemos et guidé par un trio de locaux, fortement impressionnés par la panoplie macabre de leur visiteur (qui fait moins le malin lorsque les ailes factices de son jet pack se prennent dans les branches sur le chemin, ceci dit). En chemin, les bouseux apprennent au Grand Chapelain que leur monde est victime depuis plusieurs décennies des attaques d’une race de Xenos peu sympathiques, baptisés les Silencieux par les pragmatiques Asquiens, et qui ont forcé ces derniers à abandonner leur cité ensoleillée pour se réfugier dans les forêts de champignons insalubres et humides recouvrant la majeure partie de la planète. Leurs appels à l’aide étant resté lettre morte pendant des décennies, l’ouverture de la Cicatrix n’aidant certainement pas, il leur a fallu prendre leur mal en patience et apprendre à vivre comme Yoda sur Dagobah, la Force en moins, le temps qu’une demi-escouade de Blood Angels soit dépêchée sur place pour botter le train aux Silencieux. Tout se passait très bien jusqu’à ce qu’un des Astartes ne pique une colère noire pour un motif indéterminé, et fausse compagnie à ses camarades pour aller baguenauder dans les sous-bois d’Asque. Cette version est confirmée par le trio de Primaris qu’Astorath et Artemos rencontrent à leur retour de patrouille, et encore traumatisés par le pétage de plomb de leur mentor, le Sergent Erasmus, après que leurs hôtes leur aient apportés un steak d’ordes bien cuit au lieu de saignant. Détail important, Erasmus était un Space Marine de la vieille école, et pas un Primaris, dont la résistance à la Soif Rouge et à la Rage Noire relève encore de la théorie et des boniments de Belisarius Cawl. Ayant recueilli assez d’indices pour procéder à la traque et à la rédemption d’Erasmus, dont le séjour sur Asque sera le dernier échange culturel, Astorath se prépare à apporter la paix à la brebis énergétique égarée, siphonant un peu de rouge à la veine d’Artemos pour se donner du cœur à l’ouvrage, mais refusant catégoriquement que son acolyte vienne lui porter main forte dans sa mission sacrée. La confidentialité de la relation patient-thérapeute/confesseur/bourreau doit être respectée, que diable. Après une petite partie de beat ‘em all sur le chemin de la ville abandonnée par les Asquais (les Silencieux trouvant malin de s’attaquer à Astorath à son passage, malgré leur corps de lâche et leur équipement rudimentaire), notre héros parvient enfin à localiser Erasmus, complètement enragé et donc persuadé de purger le Vengeful Spirit en lieu et place de son Primarque, alors qu’il massacre en fait la colonie de Silencieux ayant investi les habitations des colons après le départ de ces derniers. L’arrivée du Grand Chapelain fait définitivement pencher la balance en faveur de l’Imperium, et après que les derniers mobs aient été farmés, il est temps pour l’ultime séance de psychiatrie du Sergent Erasmus, administrée de main et de hache énergétique de maître par Astorath. Guidé par son amour fraternel et sa miséricorde absolue, le Rédempteur rédemptionne avec retenue, se contentant de saigner son patient pour saper sa force plutôt que de le décapiter sans sommation. Ah, il lui coupe une jambe aussi, mais seulement pour qu’Erasmus se tienne enfin tranquille, et qu’il puisse lui adresser une imposition des mains salutaire, permettant à l’égaré d’enfin refaire surface, et de mourir dans la lumière de Sanguinius et de l’Empereur. C’est presque une happy end, en fait. Ce problème résolu, et les glandes d’Erasmus récoltées, il est temps pour Astorath et Artemos de repartir sur les routes, la version de Bella exécutée au mirliton et à la scie musicale venant lui trotter dans la tête lui indiquant qu’un autre frère a besoin de ses bons offices… 1 : La planque ultime pour un Blood Angels tout de même. M’est avis que Dolomen a dû faire une remarque désobligeante lors du dernier vernissage de Dante pour avoir été affecté à une mission aussi chiante. Guy Haley s’empare du personnage d’Astorath l’Inflexible (possiblement le Blood Angels doté du background au plus fort potentiel narratif) et nous sert une petite mise en situation dont il a le secret, soulignant à la fois les caractéristiques saillantes de son héros et levant le voile sur des aspects de sa personnalité et de son passé non abordés par les quelques paragraphes qui lui sont dédiés dans le Codex Blood Angels. Sur cette base éprouvée, Haley trouve également le moyen de faire le lien avec le lore avec un grand L (ce qui est approprié pour un personnage avec des grande ailes), en mentionnant l’ouverture de la Cicatrix et la dévastation de Baal, ainsi qu’en abordant la question fondamentale de la vulnérabilité potentielle des Primaris Blood Angels aux tares du matériel génétique de leur Primarque. Le résultat est très solide, à défaut d’être particulièrement original, et on se prend à espérer que la BL commissionne Haley pour d’autres travaux mettant l’Inspection Générale faite (sur)homme en vedette. The Test of Faith // L'Epreuve de la Foi - T. Parrott : Déployée à la surface du monde de Muz, dont les stations de collecte de prometheum mouvantes (à la Mortal Engines) sont suspectées d’abriter une forme de corruption encore mal définie, une petite force de Dark Angels part à l’assaut d’une de ces forteresses roulantes, le Meridian Secundus. Quittant l’abri confiné1 de leur Repulsor, les Intercessors du Sergent Raum, escortés par non pas un, mais deux Chapelains (l’Interrogateur Raguel et l’Interrogé Hadariel, qui est également un Primaris), se fraient un rapide et sanglant chemin à travers la première ligne de défense ennemie, dont le courage suicidaire et les EPI mal entretenus ne font pas le poids face à l’arsenal meurtrier et la détermination absolue des assaillants. Ces premiers moments sont l’occasion pour nous de faire la connaissance de Chapi et Chapo, dont la relation apparaît comme un peu trouble. Non pas que l’honorable Raguel donne des signes d’avoir abusé la confiance placée en lui par son pupille, mais plutôt que ce dernier apparaisse comme bizarrement mutique et renfermé auprès de ses camarades, ce qui est assez rédhibitoire pour un officier sensé insuffler un zèle sans failles dans le(s) coeur(s) des meilleurs de l’Empereur. D’ailleurs, la froideur d’Haradiel ne manque pas d’interroger l’un des vieux copains de Croisade Indomitus, le jovial Gnaeus, qui ne vivra pas assez longtemps pour investiguer le sujet en profondeur (ce qui est généralement une mauvaise idée quand on est un Dark Angels lambda). Ce dont Gnaeus est mort, mis à part l’expulsion de ses deux cœurs et trois poumons hors de sa cage thoracique, est un assaut en bonne et due forme d’un essaim de Genestealers, révélant du même coup la nature de l’ennemi ainsi que les raisons de la bravoure inhabituelle des techniciens de forage massacrés quelques minutes plus tôt. Les Dark survivants prennent donc la direction de la salle de commandement du Meridian, où la jonction avec les autres escouades léonines est sensée s’opérer. Premiers sur les lieux, la team chapelure en prend plein la capuche de bure (ça rime), les lieux étant occupés par des représentants de la moitié des entrées du Codex Culte Genestealers (sauf les Jackals, évidemment), dont un Magos adepte du harcèlement psychologique. Il faudra l’intervention désintéressée d’Haradiel pour que son mentor parvienne à joindre les deux bouts (celui de son Crozius et celle de la colonne vertébrale du psyker mutant), permettant aux Space Marines de se rendre mettre des lieux, et aux renforts d’arriver sur place pour achever les survivants… 1 : Bien que le nombre précis des Anges de la Mort ne soit pas précisé, on sait qu’ils étaient plus nombreux que les six places réglementaires offertes par le transport. Et bien que l’un des participants au raid soit plus fluet qu’un Primaris, le compartiment du véhicule ne devait rien avoir à envier à une rame de métro de la ligne 13 en heure de pointe. 2 : Au hasard, le fait que notre idéaliste Primaris n’ait pas accueilli la révélation de l’histoire trouble de son Chapitre avec l’enthousiasme, ou au moins, l’impavidité, souhaités par le Cercle Intérieur ? Les nouvelles sur les Dark Angels se suivent et se ressemblent, la question des Déchus occupant toujours une place centrale dans l’intrigue proposée par l’auteur, qui qu’il fût. Partant de ce constat, on ne peut pas dire que la tentative de Thomas Parrott soit particulièrement indigente, l’intégration du nouveau fluff apporté par les Primaris, et la difficile intégration de ces derniers au sein du Chapitre qui a sans doute été le moins content de voir arriver ces renforts inopinés, se révélant assez bien faite. Une plus grande place laissée à la préparation du retournement (ou plutôt, de la légère inflexion, l’effet de surprise étant proche du néant pour quiconque est familier du genre) de situation finale aurait été appréciable, le récit des combats contre le Culte Genestealer n’apportant en fin de compte rien d’autre à l’histoire que la toile de fond martiale que la BL semble considérer comme étant indispensable à une nouvelle de Space Marines. Au final, la valeur ajoutée de ce The Test of Faith repose quasi-exclusivement dans le petit bout de fluff qu’il délivre au lecteur, et le constat que la guéguerre entre les anciens et les modernes fait encore rage sur le Roc. Il ne fallait sans doute pas s’attendre à autre chose, pour être honnête. The Darkling Hours // Les Heures Crépusculaires - R. Harrison : À peine remis de leur escapade ghollienne (‘A Company of Shadows’), la Commissaire Severina Raine et le Capitaine Storm Trooper Andren Fel, que l’on devine être au bord de la liaison amoureuse assumée (ils discutent en buvant du thé sur leur temps libre, ce qui est le niveau de tension érotique maximal pour une nouvelle de Gardes Impériaux), sont convoqués par le haut commandement du 11ème Fusilier d’Antari. La Générale Juna Keene a en effet besoin que quelqu’un débloque la situation dans la mine Iota, que les forces du Chaos refusent obstinément d’abandonner à l’Imperium. Les efforts de la Garde se sont jusqu’ici soldés par des échecs cuisants, en raison de la présence d’un Psyker renégat capable de provoquer une peur panique à des kilomètres à la ronde. Là où une attaque en masse a échoué, une frappe chirurgicale menée par une poignée de vétérans endurcis et chaperonnés par une Commissaire inflexible aura peut-être plus de chances de réussir, et c’est ainsi que Raine part en Valkyrie avec les Duskhounds de Fel, sauter en grav-chute au dessus de l’inexpugnable cratère. Ce brave Andren se fait un peu de mouron pour son love interest, car la lecture des marcs de thé de sa tasse la nuit précédente (encore une métaphore torride, pour qui sait lire entre les lignes) lui a révélé la figure de mauvais augure du Duskhound, symbole de mort sur Antar. Mais le devoir est le devoir. Le vol d’approche est l’occasion de faire la connaissance de l’escouade d’élite escortée par Raine, dont les quatre membres ont des noms aussi courts (Tyl, Rol, Jeth, Myre) que leur intérêt est limité. Après avoir donné le conseil-bullshit-qui-sauvera-tout-de-même-les-héros (« faire confiance à son instinct ») à ses troupes, la Commissaire fait le grand saut… et manque de s’éclater sur la paroi de la mine. C’est bien sûr l’influence du Psyker chaotique qu’il faut blâmer, et pas du tout sa mauvaise lecture de l’altimètre. Evidemment. S’en suit une rapide progression dans les boyaux souterrains, entrecoupée de quelques meurtres de cultistes, qui malgré leur statut de Vus (Sighted), se montrent incapables de détecter les Duskhounds avant qu’il ne soit trop tard. Cette promenade de presque santé permet également de comprendre pourquoi les forces du Chaos n’ont pas cédé de terrain malgré l’avance de l’Imperium : c’est en effet dans les galeries d’Iota que sont récoltées les pierres de vue dont les… Vus raffolent (en porte-clés, boucles d’oreille et remplacement de leurs globes oculaires). Remontant le courant de leur pétoche grandissante, preuve indéniable qu’ils sont sur la bonne piste, les commandos finissent par débusquer le sorcier dans son antre. Le combat final/duel de volonté peut alors commencer, la verroterie du Psyker et les miroirs à facettes installées dans son pied à terre compliquant la vie et troublant la raison des Duskhounds et de leur garde chiourme. La caméra se braque en alternance sur Fel et sur Raine, qui doivent chacun livrer leur propre bataille : l’Antari voit ses camarades et, pire, sa chère Severina, se faire déchiqueter par des molosses spectraux, tandis que cette dernière est confrontée au fantôme de sa sœur (sans doute jumelle) Lucia, morte dans des circonstances troubles auxquelles l’inflexible officier pourrait bien ne pas être étrangère. Nos deux têtes de lard refusent toutefois de capituler devant les effets de manche du mentaliste, qui finit par se manger trois bolts dans le caisson (ce qui le déplume littéralement) pour sa peine. Bilan des courses : une cible abattue, une offensive qui peut reprendre, et aucune perte pour l’élite impériale, qui peut repartir en direction du barraquement pour se prendre une tisane bien méritée. Petite nouvelle d’accompagnement de l’arc narratif de Severina Raine, ‘The Darkling Hours’ permet d’en apprendre plus sur le passé trouble de l’héroïne de Rachel Harrison, d’étoffer le background propre au 11ème Fusilier d’Antari, et d’approfondir la relation particulière entre le Capitaine Storm Trooper et la Commissaire. Bien que cette histoire soit dans l’absolu beaucoup plus dispensable que ‘A Company of Shadows’ et ‘Execution’, elle suffisamment bien racontée pour mériter la lecture, surtout si on apprécie les récits de Gardes Impériaux « à la Gaunt ». Lightning Run // Attaque Éclaire - P. McLean : Sur la planète d’Elijan III, les forces du glorieux Empereur de l’Humanité sont en train de se faire mettre minable par le culte chaotique local, menaçant de priver l’Imperium des précieuses ressources de prométheum de cette colonie. Affectée au transport d’un général de la Flotte, la pilote Salvatoria Grant patiente dans le cockpit de sa bien-aimée Valkyrieen attendant l’arrivée du colis, et tue le temps en murmurant à l’oreille du tableau de bord de son oiseau de fer, s’attirant des remarques acerbes de son co-pilote, le fumiste et fumeur Herrion. Avant que Grant n’ait eu le loisir de mettre sa menace de flinguer l’irrespectueux à bout portant (grosse ambiance), le général Gobrecht arrive avec son escorte, et enjoint son chauffeur Uber de l’amener à la base Patroclus en moins de huit heures, ce qui ferait la différence entre la victoire et la défaite pour cette campagne. Si un raccourci est techniquement faisable pour tenir ces délais serrés, ce dernier force toutefois la Valkyrie à chevaucher au dessus du territoire ennemi, ce qui, je vous le donne en mille, ne se termine pas super bien pour le fringant appareil. Heureusement pour nous d’ailleurs, sinon la nouvelle aurait fait cinq pages. Bref, le coucou se prend un missile en pleine queue, Sal’ fait du sale, et crashe son appareil dans un bout de forêt bien loin derrière la ligne de front, avant de sombrer dans l’inconscience avec la satisfaction du devoir presque bien accompli1. À son réveil, elle a tôt fait de réaliser qu’elle est la seule survivante de son atterrissage sauvage, le général Gobrecht s’accrochant à son ultime point de vie juste assez longtemps pour lui remettre un anneau de pouvoir qu’elle devra aller jeter au cœur de la Montagne du Destin, et… euh, pardon, erreur d’univers. L’anneau que le gradé blessé à mort lui remet est un décodeur de niveau vermillon, dont le haut commandement de la base Patroclus aura besoin pour décrypter les plans de bataille de l’ennemi, envoyés par mail sécurisé quelques heures plus tôt. À cela s’ajoute un mot de passe en haut gothique, parce que ça fait classe, qui permettra à la coursière commise d’office d’accéder jusqu’à la base en question sans se faire abattre en cours de route. Ceci fait, il ne reste plus qu’à notre héroïne qu’à troquer sa licence de Kaptain pour celle de Deliveroo, ce qui ne fait pas grande différence, il faut bien le reconnaître. Un rapide coup d’œil sur le temps qui lui reste et sa position sur la carte l’amène toutefois à une conclusion logique : il lui faudra piquer un avion aux hérétiques pour tenir les délais. Coup de chance, une base aérienne chaotique ne se trouve qu’à quelques kilomètres du lieu du crash, permettant à la débrouillarde Grant de hijacker un Lightning laissé à l’abandon sur le tarmac. Quelques tirs de pistolet laser plus tard, et grâce à la magie de la standardisation de la technologie impériale, notre pilote est donc de retour dans les nuages, dans un cockpit détrempé de sang certes, mais nécessité fait loi. Ce n’est cependant pas la fin des problèmes pour Grant, qui doit maintenant trouver un moyen de se poser sans se faire dégommer par un tir ami, l’aspect proto-punk de son avion incitant les forces impériales de tirer à vue. Ces petits rigolos de cultistes ayant piraté la radio de bord, elle a ainsi toutes les difficultés du monde à se faire comprendre de la part de la tour de contrôle locale, et ne réussit à négocier une autorisation d’atterrir qu’après avoir été forcée d’abattre quelques missiles et détruire quelques Hydres en dessinant l’aquila dans le ciel. Ce léger malentendu, ayant toutefois fait 29 morts du côté loyaliste et réduit l’épaule de notre héroïne en steak haché, dissipé, Grant peut enfin remettre sa précieuse bagouze à la colonel Shrake (baptisée en hommage à l’Ogryn philosophe, avec lequel elle partage une certaine ressemblance physique), et recevoir quelques soins. S’attendant à finir devant le peloton d’exécution à cause du carnage – certes involontaire – qu’elle a provoqué sur la base à son arrivée, elle est cependant la première surprise de se retrouver catapultée héroïne de l’Impérium pour son action décisive dans la campagne d’Elijan III, prestement remportée par le camp des gentils une fois leur décodeur installé. Ce n’est cependant pas tout à fait la fin pour Grant, dont l’élévation au statut d’outil de propagande ne fait pas grand-chose pour combattre la profonde dépression dans laquelle ses actes désespérés l’ont fait sombrer. Devenue alcoolique, et utilisée sans vergogne par le haut commandement comme motivation speaker, ou quelque chose comme ça, à destination des bidasses des Flotte et Garde impériaux, Grant réalise amèrement qu’il n’est décidément pas facile de faire son devoir pour l’Impérium, que l’on soit simple pilote ou tête de gondole. Espérons qu’elle puisse bénéficier des sages conseils de Ciaphas Cain sur le sujet avant de commettre l’irréparable… 1 : Il y a une leçon à tirer de cet accident. Si tu es un personnage de McLean et que l’on te propose de faire un tour de Valkyrie, rentre à pied (‘No Hero’). McLean livre avec Lightning Run une nouvelle d’action pure, qui n’aurait pas dépareillée au sommaire de l’anthologie Wings of Blood, se terminant avec un twist final d’un genre un peu particulier et faisant à mes yeux tout l’intérêt d’une soumission autrement très classique (mais efficacement mise en scène et déroulée quoi qu’il en soit). En effet, en suivant Grant pendant les quelques semaines venant après son sauvetage de la campagne d’Elijan III, l’auteur montre à quel point le statut d’héros de l’Imperium peut être dur à porter malgré les apparences, et comment l’appareil de propagande impérial a tôt fait de mettre à profit les individus méritants, sans grande considération pour leur bien-être ou leur santé mentale. Cet aspect de l’effort de guerre, peu abordé jusqu’ici dans la GW-Fiction, permet de conclure la nouvelle sur une touche un peu plus originale, même si bien sombre1, que ce que le déroulement des événements ne nous le laissait pressentir. La marque d’un auteur qui ne se contente pas de servir la soupe, mais cherche à faire sortir ses écrits du lot, ce qui n’est jamais un mal dès lors que les idées sont intéressantes et l’exécution convenable. 1 : Et encore, je pense que McLean aurait pu faire bien pire dans ce registre. Après tout, Grant finit l’histoire vivante, non ? Missing in Action // Portés Disparus - D. Abnett : À peu près remis de son aventureuse traque du Necroteuch (‘Xenos’), au cours de laquelle il a débloqué le skin exclusif Buster Keaton, Gregor Eisenhorn a été remis en service actif par les Saints Ordos, qui lui ont donné une mission bidon sur Sameter pour lui remettre le pied à l’étrier en douceur. Comme quoi, on peut ordonner des Exterminatus sans sourciller et gérer ses subalternes avec une profonde humanité. L’affaire n’ayant rien donné, les enquêteurs s’apprêtent à plier bagage lorsqu’un ministre du gouverneur sollicite une audience pour avoir l’avis d’un expert reconnu sur une série de meurtres qui ont tout l’air d’être l’œuvre d’un culte chaotique. Les quatre victimes identifiées à ce jour ont en effet toutes eu les mains, les yeux et la langue enlevés (voire plus si affinités). Flairant un défi digne de ses talents, Greg’ accepte de reprendre le dossier, et commence sa petite enquête de voisinage en compagnie de ses associés (la Paria fashion victim Bequin, l’ex-Arbites Fischig, le pilote Betancore et le Savant Aemos). Les interrogatoires des voisins, l’examen des cadavres des victimes et d’un suspect trop lent, les informations déterrées par Aemos et le flair éprouvé d’Eisenhorn ne mettent que quelques heures/pages à identifier une piste prometteuse, qui mène nos héros sur les traces d’un régiment de Sameter ayant combattu sur Surealis il y a une vingtaine d’années. Marqués autant par les horreurs du Chaos que par les rayons UV des soleils de ce système, les vétérans qui ont regagné leurs pénates lorsque le régiment a été débandé auraient basculé dans la psychose et se seraient mis à fliquer en douce leurs compatriotes, en faisant disparaître les individus suspectés d’hérésie. C’est l’hypothèse qui reçoit les faveurs grimaçantes d’Eisenhorn en tout cas, et qui le mène jusqu’au lieu de conscription du régiment en question, laissé depuis longtemps à l’abandon… Petit interlude inquisitorial comme Abnett en a signé quelques uns au cours de l’écriture des trilogies ‘Eisenhorn’ et ‘Ravenor’, ‘Missing In Action’ voit Greg le missionnaire mener une enquête en deux temps trois mouvements en compagnie d’une bonne partie de sa clique (il manque Harlon Nayl et Kara Swolle, sans compter la barquette Ravenor), dans une ambiance empruntant plus au film noir qu’à la SF « spectaculaire » (pouvoirs psychiques et Xenos en folie). C’est simple, on pourrait assez facilement adapter cette histoire à notre époque, pour en faire un récit policier tel que Grange, Vargas ou Cohen pourraient en écrire. Tout cela est plus sympathique qu’essentiel, et permet de constater, si besoin était, que Dan Abnett est un auteur plus accompli que la plupart des auteurs de la BL, et est tout à fait capable de signer une nouvelle à la fois sans prétention et de très bon standing. À savourer sans modération pour les lecteurs familiers de la série, et à découvrir sans réserve par ceux qui ne le sont pas (encore). The Crystal Cathedral // La Cathédrale de Cristal - D. Ware : Nous retrouvons la Sœur Augusta Santorus de l’Ordre de la Rose Sanglante, peu de temps après les événements couverts dans Forsaken. Toujours placée sous le patronage sévère mais juste de la Sœur Supérieure Veradis, l’escouade à laquelle notre héroïne appartient a reçu une nouvelle mission : assister à la reconsécration de la cathédrale de Clermont-Ferrand Caro, un ouvrage de cristal noir unique en son genre que la populace reconnaissante a élevé en souvenir de la victoire remportée il y a un millénaire par la Sœur Farus, elle aussi de la Rose Sanglante, sur l’infestation Xenos qui avait gagné cette petite lune1. Cette cérémonie est le point d’orgue des festivités organisées par les locaux pour célébrer le retour à la normale, et notamment la réouverture des fameuses mines de pierres précieuses dont Caro s'enorgueillit. Et à ceux qui trouveraient que 1.000 ans, ça fait long pour passer le balai, je répondrais qu’obtenir un permis de détruire, puis un permis de construire, depuis le centre administratif du sous-Segementum, ça prend un certain temps, et que les travaux, on sait quand ça commence mais pas quand ça finit. Non mais. Toujours est il que nos pieuses Sœurs arrivent sur place, déposent leurs armes à l’entrée du lieu saint – car apparemment, il est blasphématoire d’entrer armé dans la maison de l’Empereur, comme tout Custodes ne vous le dira certainement pas2 – et pénètrent à l’intérieur de la nef, où une foule considérable s’est rassemblée pour assister à l’office. Les Roses Sanglantes ont cependant à peine le temps de profiter du son et lumière grandiose qui s’offre à elle, et qui culmine en une conjonction astrale rarissime permettant à la rosace du chœur central de s’illuminer pour la première fois en mille ans (depuis le début de la construction de l’édifice, donc), qu’une tragédie s’abat sur la congrégation, sous la forme d’un Xenomorphe3 tyranide qui dégringole du plafond dans une cascade de verre brisé. 7 millénaires de malheur. Alors que la foule fuit piteusement les assauts meurtriers de la bestiole (sauf le Diacre en charge de l’office, tellement vénère d’être interrompu qu’il se met à injurier le maraud sans discontinuer : ça ne sert à rien mais c’est marrant), les Sœurs de Bataille réagissent avec leur efficacité coutumière, en opérant une retraite stratégique vers l’entrée de la cathédrale afin de récupérer leurs bolters et ainsi équilibrer les… Ah non. Sainte Barbie m’envoie une vision me prévenant que Verandis préfère envoyer la porteuse de bolter lourd repartir seule rechercher son arme, tandis que les autres membres de l’escouade engagent Tyty au corps à corps. J’avais oublié que nous étions dans une nouvelle de Danie Ware, où tout le monde est grand-maître de Krav Maga (sauf Verandis elle-même, qui préfère le judo et envoie donc son adversaire au tapis d’un Koshi Guruma bien senti). Le combat qui s’ensuit, pour violent et sanglant qu’il soit, ne s’avère guère concluant. D’un côté, le Xenos bouge à la vitesse du son et est doté d’une force prodigieuse, ainsi que d’une chitine impénétrable pour les petites dagues que les Sororitas s’obstinent à utiliser contre lui, de l’autre, l’armure énergétique des meilleures de l’Empereur absorbe les horions de Tyty avec une facilité déconcertante (peut-être que les jets de sauvegarde se font sur un D66, ce qui rend le 3+ beaucoup plus favorable). Toujours est-il qu’il ne se passe pas grand-chose pendant quelques pages (un peu comme lors d’un corps à corps de la V3), jusqu’à ce que l’artilleuse de la sororité, une dénommée Leona, arrive avec son petit ami (Scarface like). Et là, c’est le drame. Doublement même. D’une part car l’une des Sœurs de Bataille, Pia, se retrouve dans la ligne de mire de sa comparse, et finit sa carrière en victime collatérale. C’est moche. Mais surtout, surtout, car Ware ose sortir un special move tellement débile et cartoonesque de la part de la même Pia, que l’Empereur a dû en faire des saltos dans le Trône d’Or. Jugez plutôt4. Hérésie ! HÉRÉSIE !! HÉRÉSIE !!! Toujours est-il que la douche de pruneaux explosifs finit par avoir raison de Tyty, qui mord enfin la poussière après avoir fait bien des dégâts (mais échoué à tuer la moindre Sœur). L’orage étant passé, le temps du deuil et de l’exploration minutieuse des souterrains environnants afin de s’assurer que la grosse blatte était toute seule, arrive. Pour la petite histoire, il semblerait que c’est la lumière qui ait réveillé la bête au bois dormant, qui pionçait jusque là tranquillement… dans la voûte d’une cathédrale érigée il y a mille ans ? Et les ouvriers n’ont rien vu ? Quoi qu’il arrive, je pense que les habitants du coin peuvent faire jouer l’assurance, car il y a clairement eu malfaçon. En tout état de cause, le triste destin, ou martyr glorieux, de Sœur Pia fournit de quoi méditer à Augusta, qui n’oubliera plus de toujours garder avec elle son bolter. On n’est jamais trop prudente. 1 : La suite de la nouvelle nous apprend que les Xenos en question étaient des Tyranides. Comme une seule escouade de Sœurs de Bataille a suffi à les exterminer, on en déduit qu’ils sont venus en Kaptein plutôt qu’en vaisseau ruche. 2 : Et comme la même Santorus ne le fera certainement pas non plus lors de son exploration de la cathédrale de Mercy. En même temps, la leçon qu’elle s’apprête à recevoir l’a sans doute marquée. 3 : J’utilise cette dénomination peu précise car Ware n’identifie jamais clairement la bestiole. Ca pourrait tout aussi bien être un Carnifex qu’un gros Hormagaunt. 4 : Jugez aussi de la manière parfaitement naturelle dont la Sœur Supérieur donne l’ordre d’agir à sa Novice. À croire que c’était répété à l’entraînement. Danie Ware persiste et signe avec ce nouvel épisode de la saga full contact d’Augusta Santorus, poussant encore un peu plus loin le concept du « jeu de main, jeu de vilain ». En clair, ses héroïnes sont tellement imprenables au corps à corps qu’elles pourraient sans problème mettre à Abbadon la tête dans le slip (malgré le fait qu’il soit en armure Terminator et qu’il ait un énorme catogan), si jamais ce dernier avait le malheur de croiser leur chemin. Donnez ne serait-ce qu’une épée tronçonneuse rouillée à ces viragos, et je vous garantis que la Cicatrix est fermée dans les 20 minutes qui suivent. On aime ou on déteste (je pense que mon choix a été fait de façon sans équivoque), mais c’est définitivement une caractéristique propre au style de Ware qui est ici à l’oeuvre. D’une certaine manière, j’ai hâte de lire la suite, comme le cinéphile déviant a hâte de voir Sharknado 7. Si on veut aller plus loin dans la critique, on peut également noter que, slapstick mis à part, l’intrigue même de la nouvelle est friable. Qu’il s’agisse des mille ans de stase de la cathédrale, de l’exploit inaugural de Sœur Farus (et de sa sidekick Neva, citée une fois et passée à la trappe), de l’approche tactique du combat des Sororitas, ou du réveil opportun du petit ranide, rien ne semble pouvoir résister à un examen soutenu dans cette histoire. Heureusement que la sortie des Sœurs de Bataille en plastique est venue rendre euphorique tous les fans : « gagner » une Danie Ware comme auteur assermentée de faction aurait mis un coup fatal au moral de cette communauté qui a connu plus que son lot d’injustices (et James Swallow en faisait partie, encore que pas à ce niveau). Il ne reste plus qu’à espérer que Rachel Harrison a, elle, fait le job. To Speak as One // Parler d'une Seule Voix - G. Haley : Alors qu'il attend l'arrivée prochaine d'un collègue de l'Ordo Xenos sur une station prison inquisitoriale abandonnée orbitant autour de la planète Otranti, l'Inquisiteur Cehen-qui reçoit une missive émanant de Belisarius Cawl en personne, lui intimant l'ordre de remettre le Xenos retenu prisonnier dans la station de correction investie par lui et son équipe. Peu habitué à recevoir des ordres, quand bien même ils proviendraient d'une sommité galactique telle que l'Archimagos Dominus, et aient été contresignés par Guilliman en personne, Cehen-qui informe sa fine équipe d'acolytes (l'être à tout faire Callow, le porte-flingues livre1 Valeneez, le Magos hipster - Frenk - Gamma et la serpentiforme et mal réveillée psyker ShoShonai) qu'il n'a aucune intention de coopérer, et qu'il défendra son bien jusqu'à la mort... de tous ses suivants, et même la sienne si on en arrive jusque là. L'arrivée soudaine d'un vaisseau de l'Adeptus Mechanicus va lui donner l'occasion de mettre à l'épreuve sa résolution farouche. À bord du croiseur de l'Omnimessie, élégamment nommé 0-101-0, nous faisons la connaissance du reste du casting de la nouvelle, constitué de l'Archiviste Primaris Alpha Primus, qui déteste tout et tout le monde (mais a un faible pour la confiture d'albaricoque) et d'un clone de Cawl, Qvo-87. Chargés par leur patron de lui ramener le sujet de ses désirs afin qu'il puisse continuer ses expériences, les deux larrons cohabitent difficilement du fait de leur différence de caractère. Si Primus est gai comme une porte de prison qui viendrait de perdre sa famille dans un accident de voiture, Qvo-87 est gai comme un pinson (Cawl a dû intégrer le coffret collector des Grosses Têtes dans sa banque de données internes), et même si ses boutades tombent systématiquement à plat, il ne se départit jamais de sa bonne humeur, qui énerve Primus au plus haut point. Comme tout le reste d'ailleurs. Confiant dans la capacité de son vaisseau à sortir vainqueur d'un échange de tirs avec la station où est retranchée la suite inquisitoriale, mais souhaitant laisser un chance à son interlocuteur de régler l'affaire à l'amiable avant de passer aux choses sérieuses, Qvo opte pour une approche diplomatique, mais envoie tout de même son stoïque collègue aborder discrètement le complexe, ce qu'il fait à la Roboute (comprendre qu'il se jette dans le vide depuis son vaisseau et rejoint sa cible à la nage). Grand bien lui en fait car les négociations avec Cehen-qui se révèlent rapidement infructueuses, et l'inévitable bataille spatiale s'engage après que les deux camps aient conclu à un accord sur leur désaccord... 1: J'en aurais bien dit plus à son sujet, mais il ne fait littéralement que ça d'utile au cours de la nouvelle. Nouvelle intéressante de la part du vétéran Haley, non pas par son intrigue, mais bien par son ton, qui, à ma grande surprise, s'est révélé flirter sans complexe du côté de la pastiche. Qu'il s'agisse de l'Inquisiteur Cehen-qui, éminence grise foncée aussi hautaine que précieuse, et qui n'aurait pas détonné comme méchant dans un sous James Bond philippin, ou du binôme de choc Alpha Primus (Bourriquet dans un corps de psyker Primaris) et Qvo-87 (Kev Adams dans un corps d'Archimagos), les personnages de To Speak as One manient la petite blague aussi facilement que le bolter, ce qui place cette nouvelle à part de l'écrasante majorité du corpus de la Black Library. Le résultat final, s'il est assez plaisant, n'est donc pas à mettre entre toutes les mains. Passée cette remarque introductive, cette soumission de Guy Haley gagnerait peut-être à être mise en relation avec le autres écrits que notre homme a consacré au Dark Imperium, afin de pouvoir établir si les personnages présentés ici se retrouvent ailleurs. Si c'est le cas, cela pourrait expliquer pourquoi l'auteur ne se donne pas la peine d'introduire convenablement Primus et Qvo, que le lecteur ne pourra identifier comme mari et femme Primaris et Replicae qu'au bout de quelques paragraphes. Primus reste malgré tout assez mystérieux, ni son Chapitre d'appartenance, ni les raisons qui expliquent son rattachement au service de Cawl, n'étant abordés au cours du récit. Enfin, on peut (en tout cas, je le fais) reprocher à Haley la légèreté avec laquelle il met en scène son twist final "principal", qui est à mes yeux celui d'après lequel la nouvelle a été baptisée, ou en tout cas qui aurait dû l'être compte tenu de ce choix. Quand le lecteur apprendra le fin mot de l'histoire à propos de cette double parole (To speak as one: parler d'une seule voix), il sera en droit d'être un peu déçu par la micro révélation apportée par ce développement, le "vrai" retournement de situation étant tout autre. Pinaillage peut-être, mais on ne bâcle pas un choix de titre, Mr Haley. Where Dere's Da Warp Dere's a Way // Tant que Ya l'Warp Ya Moyen - M. Brooks : Assistant de direction d’une bande de Pistol Boyz Bad Moon rattachée à la Waaagh ! de Da Meklord, Ufthak Blackhawk vit à fond le rêve américain Ork, fait de bagarres, d’abordages et de compétitions pour devenir le boss à la place du boss. Le o+1 de notre héros est Badgit Snazzhammer, charismatique, à défaut d’être cérébral, Nob et tirant son nom de son arme de prédilection, un combi marteau énergétique/lime à ongles, qu’il ne dédaigne pas utiliser pour motiver les troupes lorsque le besoin s’en fait sentir. Chargés par Da Meklord en personne de sécuriser la salle du réacteur Warp d’un vaisseau de l’Adeptus Mechanicus afin de permettre à un Mek inventif de jouer avec la tek’ des zoms, Ufthak, Badgit et consorks prennent le premier ‘Ullbreaker pour aller apporter leurs sentiments et bourre-pifs les meilleurs aux fidèles de l’Omnimessie. Une fois sur place, et après avoir dérouillé une malheureuse patrouille qui tentait de faire son devoir, nos Orks se mettent à errer dans les coursives du croiseur martien, les indications du Mek à roulette1 leur servant de GPS manquant en précisions. Au petit jeu du porte/monstre/trésor, les peaux-vertes finissent par tomber sur plus fort et plus dur qu’eux, comme le malheureux Badgit en fait l’expérience lorsque lui prend la mauvaise idée de charger un Kastelan opérant comme physionomiste à l’entrée de la boite de Warp. Comme quoi, foncer tête baissée est le meilleur moyen pour la perdre. À toute chose malheur est bon, car le décès de son chef permet à Ufthak de s’improviser leader de la bande de Pistol Boyz, malgré les protestations de Mogrot Redtoof, l’autre bras droit de feu Snazzhammer. Ruzé mais brutal, Ufthak accouche d’une tactique de diversion qui lui permet d’arriver au contact de l’angry robot, récupérer l’arme de fonction de son boss, et terrasser l’ennuyeux androïde au cours d’un corps à corps épique et piquant, et même détonnant, l’usage malavisé d’une arme à contondante à champ de force sur le réacteur du Kastelan dispersant Ufthawk façon puzzle2. Ce n’est toutefois pas la fin pour notre héros, les Orks étant, comme chacun sait, plutôt coriaces. Se réveillant très diminué, mais se réveillant tout de même (ce qui est déjà pas mal quand on n’est plus qu’une tête sur un demi-tronc), Ufthak se voit proposer par le Dok Drozfang, qui accompagnait la bande, un marché qu’il ne peut décemment pas refuser. En un tour de scie circulaire et quelques agrafes, voilà la tête du Boy greffée sur le corps de Badgit, sans trop d’effets secondaires. Ça c’est ce qu’on peut appeler de la chirurgie reconstructrice. Remis de ses émotions, bien qu’ayant – et c’est compréhensible – un peu mal aux cheveux qu’il n’a pas, Ufgit (Badthak ?) refait son retard sur le reste des Boyz, calme les ardeurs de ce parvenu de Mogrot et lui reprend le bâton marteau de parole, et invite le Mek à appuyer sur le gros bouton rouge qu’il a branché sur le moteur Warp du croiseur. Selon les savants calculs de l’ingéniork, cette machine devrait permettre au vaisseau de rebrousser chemin jusqu’à sa planète d’origine, monde forge plein de tek’ à piller… 1 : Car oui, il n’y en a qu’une dans son cas, on peut parler de monorkwheel. 2 : Après l’Interrogatrice Spinoza dans ‘Argent’, c’est la deuxième nouvelle de la BL qui souligne les dangers des masses énergétiques pour leur porteur. Faut-il voir une ligne éditoriale de Nottingham ? Nouvelle rigolork (c’est le dernier mot-valise à base d’Ork, je le jure) de Mike Brooks, et à laquelle je décerne la palme d’argent du titre le plus inventif (catégorie 5 mots et plus), derrière l’indétrônable Badlands Skelter’s Downhive Monster Show de Matthew Farrer, Were Dere’s… n’a pas grand-chose à offrir au lecteur à part une plongée humoristique dans le quotidien, forcément agité, d’un Boy. Les péripéties grand-guinorkesque (j’ai menti) s’enchaînent de manière plaisante, mais ne vous attendez pas à une conclusion édifiante, ou même intéressante, à cette nouvelle. C’est dommage, car Brooks avait prouvé dans Dead Drop qu’il savait terminer un court format comme il se doit. Nous tenons donc ici la pastille comique de l’Inferno! #4, et il ne faudra pas lui demander davantage. Redemption on Dal'yth // Rédemption sur Dal'yth - P. Kelly : Les cadets de la caste du Feu en visite culturelle du musée de la conquête de Dal'yth, en ce Jeudi 18 Octobre 000.078.M41 (ou quelque chose comme ça) ne le savent pas encore, mais quelque chose de très spécial est sur le point de se produire durant leur découverte de la campagne menée par leurs héroïques ancêtres, bien des années auparavant. Menés par un conférencier de la caste de l'Eau grabataire et alcoolique1, qui déblatère son discours pré-mâché avec la fougue professionnelle que tous les sujets du Bien Suprême se doivent de posséder sous peine de mort, nos pioupious arrivent dans la pièce maîtresse de l'exposition: une représentation grandeur nature de l'affrontement entre Sha'kanthas, une figure illustre de la Seconde Sphère d'Expansion, et accessoirement mentor de ce traître de Farsight, et un Space Marine physiquement ravagé du bulbe. Comme le Stéphane B(l)e(u)rn dal'ythien ne leur manque pas de faire remarquer, il ne s'agit pas d'une banale reconstitution de cet affrontement mythique, mais bien du véritable duel entre les deux héros capturés sur le vif, certes, mais surtout par un champ de stase déclenché par l'Astartes en désespoir de cause, et qui a figé la scène à jamais... Ou presque. Car, après quelques siècles de bons et loyaux et services, la pile plate alimentant le gadget impérial finit par rejoindre la droite de l'Omnimessie, ramenant brutalement nos combattants dans la quatrième dimension. S'engage, ou plutôt se poursuit, un duel homérique entre Sha'kanthas, bien handicapé par les problèmes techniques rencontrés par son exo-armure XV8, l'empêchant tout bonnement de tirer son coup (de plasma), et le Maître de Chapitre Durian2, dont l'amour pour des technologies bien plus fiables (Paf...épée! Clong... bouclier!) se révèle d'abord gagnant. Désarmé par les moulinets de son adversaire, ainsi que par son obstination à vouloir continuer le combat alors que le rapport de force est de quelques millions pour un, Shak' opte pour la technique du chasseur prudent, sort de son opercule de fonction (désormais inutilisable) et entraîne le Space Marine à sa suite dans le dédale du complexe commémoratif, tout en tentant tant bien que mal de réduire les pertes civiles. Fort heureusement pour lui, notre héros peut compter sur l'aide enthousiaste et la connaissance des lieux des Fire cadets précédemment évoqués, qui le guident jusqu'à une salle où est stockée une autre exo-armure XV8, relique technologique des temps anciens de l'empire. Cela tombe bien car c'est le seul modèle que notre Pa'pi résistant sait manœuvrer, la disparition du levier de vitesse et de l'embrayage à pédale sur les versions plus récentes constituant un mystère insoluble pour le valeureux ancêtre. Un bonheur n'arrivant jamais seul, il se trouve que l'auto-radio de sa nouvelle bécane est également opérationnel, ce qui permet à Sha'kanthas d'être contacté par son ancien élève Farsight, dont le sentimentalisme l'avait poussé à sanctuariser la fréquence d'émission utilisée par son vieux maître avant sa cryogénisation subite. Les élucubrations de Shak' pendant les premières minutes de la seconde mi-temps (vous parlez d'une coupure pub) ne sont donc pas tombées dans l'oreille d'un kroot, mais bien dans celles d' O'shovah, qui se fait un plaisir de distiller de sages conseils à son tuteur. Ce dernier, bien que rendu chafouin par la réalisation brutale de la défection de son élève, accepte de jouer le jeu, et occupe cet écorché vif de Durian assez longtemps pour qu'une humble cadette au nom plus insignifiant qu’imprononçable3 ne place un neck shot bien senti dans le gorgerin du Space Marine, ce qui le distrait assez longtemps pour que Sha'kanthas lui règle définitivement son compte de sa botte secrète: le coup du chass'taupes (ça ne marche qu'avec des adversaire qui ne portent pas de casques). La nouvelle se termine par le remplacement de la vitrine perdue du musée par une dissection de toute beauté du cadavre de Durian, et un Sha'kanthas ayant pris un rendez-vous avec son conseiller Apec pour réaliser le bilan de compétences qui devrait lui permettre de donner un nouvel élan à sa carrière. Ces trimestres ne vont pas se cotiser tous seuls! 1 : Les experts sont formels, le 'dzincta' tape à 45°C. 2 : Qui a choisi ce nom en hommage au fruit de Terra, dont il partageait le distinct fumet. 3 : Kha’lithra, si vous insistez. Voilà un scroll de souris que vous ne pourrez jamais regagner. L'avenir nous dira si la création/exhumation par Phil Kelly d'une nouvelle figure notable de l'entourage du Commandeur Farsight servira à autre chose que mettre ce dernier en valeur, et lui permettre d'avoir des dialogues profonds. Sha'kanthas ne marque en effet pas le lecteur par son charisme débridé, et son empoignade avec le malheureux Durian ne lui donne pas l'occasion de s'illustrer outre mesure. De son côté, le Maître de Chapitre éprouve les pires difficultés à faire une phrase sujet verbe complément (même quand son adversaire a la gentillesse de lui traduire ses répliques), et se contente de courser T'auT'au en rugissant comme un possédé. On s'interrogera enfin sur la plausibilité qu'un simple champ de stase impérial ait mis en échec la technologie avancée du Bien Suprême, qui n'a pas déployé de grands efforts pour récupérer l'un de ses héros les plus célèbres. À noter que les ingénieurs de la caste de la Terre ont trouvé un moyen pour déplacer une bulle de stase, ce qui me semble conceptuellement difficile (ça ne tient pas sur un monte charge classique tout de même?). Bref, une nouvelle dont la fin, et surtout, la poursuite, semble justifier les moyens et le peu d'intérêt narratif pour Phil Kelly. Il a intérêt à faire le taf', ce Sha'kanthas... Void Crossed // Astres Contraires - J.C. Stearns : Sur la planète disputée (Eldars -> Imperium -> Orks -> Eldars) de Dunwiddian, l’Archonte Melandyr de la Serre d’Emeraude livre un combat aussi équilibré que sans merci aux forces du Vaisseau Monde de Tir-Val. Féru de marche à pied et de vol d’âme à la tire, Melandyr a surtout une grande passion dans la vie : Ciorstah. Ce nom est celui de son ancienne amante, du temps où tous deux servaient parmi les Corsaires du Prince Eidear (déjà entr-aperçu dans ‘Wraithbound’, du même auteur), avant que des dissensions sur leur choix de carrière (loyaliste bonne pour Madame, hédoniste mauvais pour Monsieur) ne les fâche et les éloigne pour de bon. Ayant appris que Tir-Val, dont les armées sont maintenant menées par l’Autarque Ciorstah, avait pour projet de conquérir Dunwiddian après le départ des envahisseurs Orks, Melandyr a sauté sur l’occasion et le portail Warp le plus proche pour reprendre (full) contact avec son ex. Pendant que leurs forces respectives s’amenuisent avec une constance et une réciprocité admirable (la bataille se termine par un duel après que tout le monde ait fui et que Melandyr ait tué la Banshee qui venait d’occire son dernier Incube), et que les premiers temps de leur relation sont racontés par quelques épisodes en flashback, les deux tourteraux se rentrent dans le lard avec une fougue intacte et des résultats prévisibles : une agonie partout, Baal au centre. Alors que Melandyr et Ciorstah poussent le vice et l’amour vache jusqu’au concours de celui qui mourra en dernier, qui voit on arriver à l’horizon ? Les Ynnari, toujours là quand il s’agit de manger des morts (notamment la cabale du Lotus Acéré, déjà vue dans ‘The Turn of the Adder’). On ne saura pas ici si les fidèles d’Ynead parviennent à recruter ou reformater l’un ou l’autre ou les deux rivaux, mais on peut tous reprendre en cœur avec les Rita Mitsouko : « les histoires d’amour finissent mal…eeeeeeennnnn….géeeeneeeéraaaaal ! ». On devine dès les premières pages de la nouvelle où J.C. Stearns veut nous conduire, mais il le fait avec une efficacité sobre et assez plaisante à lire, qui compense à mes yeux l’absence de suspense de ce ‘Void Crossed’. Stearns confirme un peu plus son statut d’auteur Eldar tout terrain, position que l’inconstance chronique de Gav Thorpe a franchement ouverte. Mine de rien, notre homme prend soin de faire des passerelles entre ses différentes histoires à oreilles pointues, et pourrait donc prétendre à la création d’un Stearniverse placé sous le double signe de l’amûûûûr (‘Wraithbound’ présentait également une histoire d’amants contrariés) et d’Ynnead, deux spécialisations sur lesquelles il y a pour le moment peu de risques qu’on vienne le concurrencer au sein de la BL. On verra bien si cela débouche sur quelque chose de plus conséquent, mais en tout cas J.C. Stearns a prouvé qu’il savait écrire du 40K de façon convenable. Light of a Crystal Sun // L'Eclat d'un Soleil de Cristal - J. Reynolds : De retour de sa petite virée shopping & smashing dans le Vaisseau Monde Lugganath (Primogenitor), Fabius Bile se retrouve confronté à un problème aussi insoluble qu’acéré. Le cristal qu’il a dérobé dans le bosquet psychique des Zoneilles, et qu’il compte utiliser pour découvrir la manière dont ces derniers arrivent à stocker l’intellect et la personnalité de leurs Prophètes dans de la matière inerte, refuse obstinément de livrer ses secrets. Pire que ça, il se permet de gueuler comme un putois en rut dans son laboratoire, ce qui apparaît à notre rationnel savant fou (car l’un n’exclut pas l’autre) comme hautement improbable. Après tout, si les morts peuvent danser, ils ne devraient pas pouvoir hurler. Fascinant. Ab-so-lu-ment fa-sci-nant. Si Bile tient tant que cela à craquer les mots de passe des Eldars, c’est qu’il aimerait bien pouvoir disposer d’une copie externe de sa précieuse personne, qui consomme corpus sur corpus à un rythme soutenu depuis plusieurs millénaires. Et si la maîtrise du clonage dont il dispose lui permet de continuer son grand œuvre sans trop perdre de temps, chaque transfert dans un nouvel organisme s’avère plus risqué que le précédent. Voilà pourquoi notre Apothicaire touche à tout bricole dans son laboratoire depuis plusieurs jours, faisant grande consommation de Psykers maison pour tenter de débloquer ce contenu caché. Ses tâtonnements ayant conduit un grand nombre de ses serviteurs à l’état de légumes décérébrés, Fabio décide de prendre les choses en main, ou plutôt, en tête, se prépare un petit cocktail psychotrope carabiné, et prend place dans le cercle des mutants en voie de disparition, malgré les conseils de prudence proférés par son fidèle Narthecium1, Arrian Zorzi. Après un petit cul sec, c’est donc parti pour une session d’oculus rift d’un genre particulier. Et si le début de partie se passe sans problème pour notre cyber grand-père, qui, coquet, se choisit même un avatar reflétant sa plastique au moment du siège de Terra, le soleil cristallin au cœur du Vaisseau Monde, habité par les âmes et esprits des Eldars défunts de Lugganath, ne tarde pas à darder des rayons hostiles en direction de l’intrus. S’en suit une bataille digne d’un boss fight de Dark Souls, Fabius cassant du cristal de droite et de gauche – et assommant sans doute quelques Psykers au passage avec ses grands moulinets – sans obtenir de résultats probants jusqu’à l’expiration du timer, marqué par la combustion spontanée des batteries psychiques survivantes. Jugeant cette manifestation comme un signe que la partie était mal engagée, Arrian coupe la connexion à la borne, sauvant probablement la vie de son chef, mais ne décourageant pas ce dernier de retenter sa chance dès que ses laborantins lui auront installé une nouvelle LAN. Press Start… Press Start… 1 : L’équivalent d’un bras droit chez les Apothicaires. Quand une nouvelle se termine sans avoir fait avancer la situation dans laquelle le protagoniste se trouve au départ, on peut légitimement se poser la question de son intérêt. Et, bien que mon attachement pour Josh Reynolds reste aussi sincère que profond, nous nous trouvons malheureusement dans ce cas de figure avec Light of a Crystal Sun. L’Apothicaire cancéreux arrivera-t-il à hacker le disque dur cristal externe de Lugganath, ou les pare-feux psychiques installés par les Guerriers Aspects du Temple de Dent Bleue1 se révéleront-ils trop coriaces pour le papy gâteux ? Eh bien, on ne le saura pas, ou en tout cas pas ici. Si l’auteur démontre une fois encore qu’il est parfaitement à l’aise dans la mise en scène du 41ème millénaire et l’utilisation de personnages nommés aussi iconiques que Fabius Bile, la copie qu’il rend cette fois-ci est tristement quelconque, et même assez confuse lorsque Georges Cloné se frite avec l’avatar vitreux et vitré du Vaisseau-Monde pillé. Retenons simplement que Fabius a un beef en cours avec ce poseur d’Ahriman – l’information la plus importante de la nouvelle, en toute objectivité – et restons-en là. 1 : Peu connu mais très utile, surtout quand l’âge moyen de votre population dépasse allègrement les 500 ans. War in the Museum // La Guerre au Musée - R. Rath : S'il y a bien une chose d'infinie chez Trazyn, c'est sa capacité à se mettre dans l'embarras tout seul comme un grand, bien souvent en tentant le diable C'Tan pour embellir sa collection de Chibis. Nous retrouvons notre esthète millionnaire (aussi bien en ressources qu'en années) alors qu'il finalise la restauration d'un spécimen de Prince Tyranide, collecté en même temps qu'un essaim entier de ses congénères de la flotte ruche de Kronos sur le monde de Vuros un quart de siècle plus tôt. Cet attrait pour les cafards de l'espace ne lui a pas valu que des commentaires élogieux dans le Telerama Necron, beaucoup parmi ses congénères voyant d'un mauvais œil les derniers ajouts opérés par l'excentrique Overlord à ses galeries personnelles. Même Orikan le Devin s'est fendu d'une petite prophétie à ce sujet, pressentant que la Grande Dévoreuse finirait par engloutir Trazyn et son musée... sans succès jusqu'ici. Tandis que son équipe s'active à réhydrater le Prince endormi, afin qu'il puisse prendre dignement sa place dans l'aile tyranique récemment aménagée par notre héros, ce dernier reçoit une alerte l'avertissant d'une présence inconnue à proximité. Ayant placé l'opération Blanche-Neige (il connaît ses classiques, le bougre) sous très haute surveillance, Trazyn décide d'aller enquêter lui-même sur la cause de ce désagrément, et remonte la piste des signaux jusqu'au cœur de sa soigneuse reconstitution de la défense héroïque d'un avant poste impérial par les hordes chitineuses de Kronos... et se fait massacrer par un Lictor en pleine possession de ses moyens. Les risques du métier. Ce n'est évidemment pas la fin pour Trazyn, rassurez-vous, qui a sagement stocké ses fichiers de sauvegarde sur le Cloud, et peut donc se matérialiser dans l'un de ses suivants pour mener à bien l'opération de chasse au gros qui s'impose. Laissant son Cryptek terminer le repulpage de sa pièce maîtresse, il entraîne donc ses Lychguards pour une partie de "Où est Charlictor?", dont il ne doute pas un instant du résultat. Il a donc la désagréable surprise de voir son escorte se faire fracasser avec une aisance déplorable par le Xenos en goguette, qui prend de plus un malin plaisir à cibler particulièrement le noble Necron, forçant ce dernier à transférer ses données d'hôte en hôte jusqu'à se retrouver seul, l'insatiable bestiole toujours sur les talons. Aux grands maux, les grands remèdes: se souvenant sans doute des vidéos de Qui veut gagner des millions? qu'il a découvert après avoir pillé les quartiers privés de Malcador au lendemain de l'Hérésie d'Horus, Trazyn décide de faire appel à un ami, ou, à défaut, un Magos spécialiste dans la lutte contre les Tyranides. Et ça tombe bien, il a justement en stock Mr. V1, qu'il sort de stase en cette heure de besoin. V accepte de filer un coup de méchadendrite à son hôte et geôlier, sous réserve qu'il lui permette de rester en veille prolongée au lieu de l'éteindre systématiquement, ce qui lui permettra de rester productif tout en prenant la pose de façon convenable pour les visiteurs de Trazyn. Marché conclu. La recommandation du senior consultant est de réveiller deux autres spécimens du musée ayant l'expérience de la lutte contre les xenomorphes: les sœurs et Sœurs de Bataille Clara et Setine Fontaine, "prélevées" lors de la défense d'Okassis contre la flotte ruche Kraken. Ayant pris soin de leur poser des scarabées firewall pour éviter tout excès de zèle fâcheux, Trazyn s'exécute, et convainc les Sistas de lui prêter main forte, en échange d'une libération de l'exposition où elle figurait jusque là. N'ayant pas beaucoup d'autres alternatives de toute façon, les filles de l'Empereur acceptent le deal. Je me dois de faire un petit aparté ici pour souligner une trouvaille scénaristique drôlatique de Rath. Il s'avère en effet que, si Clara est bien Clara, Setine, elle, s'est trouvée trop endommagée pour être mise en scène de façon photogénique par ce perfectionniste de Trazyn. Ce dernier a donc opté par un remplacement pur et simple, même s'il a réutilisé les parties valides de Setine pour réparer Clara (une pratique courante dans les musées, comme il le fait remarquer à cette dernière, horrifiée d'apprendre qu'elle a hérité de la main droite, la cornée et des organes internes de sa sœur). Setine est en fait Magdalena, et n'a jamais combattu les Tyranides, ce qui est logique car elle a servi au 36ème millénaire, sous les ordres de... Goge Vandire, auquel elle reste totalement dévouée. La reconstitution historique mène à des résultats parfois étranges... Notre fine équipe sort affronter le Lictor, qui finit par mordre la poussière après quelques échanges de bolts, lasers et rayons de fuseur nourris. Ce n'est toutefois pas la fin des e**erdes pour Trazyn et ses alliés de circonstance, puisque tous les champs de stase dans lesquels ses spécimens sont conservés tombent en panne les uns après les autres. Se retrouver au milieu de 20.000 Tyranides, certes un peu groggy, mais définitivement affamés, et menés par leur Prince, qui arrive tel un lui-même après avoir disposé du Cryptek de garde, n'étant pas porteur de grandes perspectives pour nos héros, ils décident sagement de battre en retraite, pendant que le musée se transforme en champ de bataille apocalyptique. Comprenant que quelqu'un tire les ficelles et appuie sur les boutons dans l'ombre, Trazyn fait grand train jusqu'au Nexus Mundi, la salle de contrôle de son centre d'exposition... 1: Quasi-certainement le Magos Varnak, qui commandait la garnison impériale du monde de Tyran, au moment où vous savez qui ont débarqué. Une célébrité donc. J'ai été très favorablement impressionné par cette nouvelle de Rath, qui se place plusieurs crans au-dessus de son inaugural Divine Sanction à mes yeux. En plus de parvenir à faire gagner à son propos en intensité dramatique et scénaristique au fil des pages (ça commence comme Predator, et ça finit comme Independence Day), Rath explore de façon jubilatoire le côté excentrique et pince sans rire de Trazyn, et met à profit les possibilités offertes par les prouesses technologiques Necron pour concocter quelques situations savoureuses. Il se paie même le luxe de poser un teaser fluff en fin de récit, Trazyn comprenant que si Orikan s'est contenté de monter une opération de faible envergure contre lui au lieu de revenir dans le passé pour s'assurer que la flotte ruche Behemoth ne rate pas Solemnace, comme la première fois, c'est parce qu'il a découvert la présence dans les collections de son ennemi d'une pièce de choix, abîmée mais toujours capable d'après lui de permettre l'apothéose Necron. Quelle est elle? Mystère (pour moi en tout cas), mais ça donne vraiment envie d'en savoir plus. Réservez votre pass coupe-file dès maintenant pour la prochaine exposition! Headhunter // Chasseurs de Tête - S. Parker : Dans les ténèbres obscures et sombres du sous-secteur Charybdis, à proximité du monde d’Arronax II… une baleine cosmique est venue se nourrir de krill stellaire. Quittons maintenant la chaîne National Geographic pour rejoindre Grimdark TV, et rendons-nous compte que la baleine était en fait un vaisseau Ork, venu récupérer les débris flottants d’un champ de bataille délaissé depuis longtemps1. La caméra se braque alors sur Gorgrot, un Mek plus chétif mais plus intelligent que la moyenne de ses congénères, et qui tombe sur une épave de navette spatiale dont l’habitacle contient un bouton clignotant lorsque les peaux vertes se réunissent pour examiner leur butin. Qui dit lumière dit énergie, et notre bricoleur de l’extrême se voit déjà inventer un fling’ kustom’ pas piqué des vers grâce à cette trouvaille inespérée… que cette dernière lui est confisquée par un de ses collègues de bureau, plus costaud et donc plus gradé que lui. C’est alors que l’habitacle de la navette s’ouvre, et que les vrais héros de notre histoire font leur apparition, pour la plus grande ruine des Xenos. Les cinq membres de l’escouade Talon fondent en effet sur les Meks et leurs assistants Grots comme le Miserere sur Mozart (ou l’inverse), et sécurisent les docks du vaisseau avec le professionnalisme qu’on est en droit d’attendre de la part de membres de la Deathwatch. Avant d’aller plus loin, présentons un peu plus en détail nos Astartes de choc ainsi que leurs raisons d’investir un bâtiment ork. Menée par l’Archiviste Karras (a.k.a. Scholar) des Death Spectres, l’escouade Talon sert un Inquisiteur acariâtre et tête voix à claque simplement nommé Sigma, et qui passera la nouvelle à critiquer ses grouilots et à augmenter le niveau de difficulté, déjà très relevé, de leur mission en improvisant des objectifs secondaires on the fly. En plus de Karras, Talon compte un Ultramarine scout, formé par Tellion en personne et ayant toujours un plan pour tout (Solarion a.k.a. Prophet), un Imperial Fists spécialiste en mécanique, véhicules et explosions (Maximmion Voss a.k.a. Omni), un Raven Guard berserker et grand maître en griffure éclair (Zeed a.k.a. Ghost), et un Exorcist renfrogné et asocial (Rauth a.k.a. Watcher), dont le plus grand plaisir dans la vie semble être d’épier les moindres faits et gestes de Karras2. Cette fine équipe a été envoyée sur le vaisseau du Big Boss Balthazog Bludwrekk (a.k.a. B4) pour, littéralement, lui prendre la tête, et Karras se trimballe donc une mallette de transport dernier cri (mais pesant vingt kilos) pour pouvoir ramener le trophée à Sigma en bon état. Pourquoi ? Mystère… Comme il sied à une mission de la Deathwatch écrite par Steve Parker, les probabilités de succès se trouvent quelques zéros derrière la virgule, ce qui n’empêche pas nos surhommes de se balancer des blagounettes (ou des remarques hautaines dans le cas de Solarion) alors qu’ils progressent vers leur cible. Pendant que les bons potes Ghost et Omni partent saboter les réacteurs du vaisseau, Scholar, Prophet et Watcher se fraient un chemin, par monte charge abandonné et escaliers délabrés interposés, jusqu’à la salle du trône de Bludwrekk. Tout le monde n’étant pas aussi discret que Solarion, l’alarme finit par être donnée, et Sigma donne l’ordre à l’Ultramarine d’aller faire péter quelque chose à l’arrière plan pour faire diversion, ne laissant que Karras et Rauth pour régler son compte au Big Boss. Ce dernier, en plus d’être protégé par deux gardes du corps de fort belle taille, est un Psyker expérimental, dont la puissance est augmentée par les centaines de Bizarboyz qu’il a trépané et installé sur une sorte de machine à dialyse psychique. Confronté à une telle puissance, les petits mantras inspirationnels de Karras et son épée de force très aiguisée ne font pas vraiment le poids, forçant l’Archiviste à tenter le diable et surtout le Warp pour l’emporter (bien aidé par Rauth, il faut dire). La décapitation de Bludwrekk manque de peu d’être suivie par l’exécution préventive de Karras par son garde chiourme, qui en bon Exorcist, déteste les Psykers et n’attendait donc que ça. Fort heureusement, Scholar retrouve ses esprits avant que Rauth ne finisse de réciter le Notre Père, et parvient à convaincre l’impitoyable Watcher de lui laisser une chance de réaliser un test de personnalité de retour au bercail, plutôt que de lui coller un bolt dans le crâne. C’était moins une. De là, il ne reste plus à notre petite bande qu’à retourner jusqu’à leur navette malgré les milliers d’Orks déchaînés se trouvant entre eux et le salut, et cela en un temps record car le vaisseau est sur le point d’exploser et leur évacuation hors du système doit se faire à une heure très précise. La routine pour la Deathwatch, qui n’a besoin que de quelques pages pour mener cette tâche à bien, et apporter à Sigma son nouveau jouet. Notre propos se termine avec la remise de la tête de Bludwrekk à un Magos du Mechanicus d’obédience plutôt radicale, qui tente de percer les mystères de l’énergie Waaagh !!!. C’est l’occasion pour Sigma de se fendre enfin d’un compliment envers l’escouade Talon, qui n’est bien sûr pas là pour l’entendre. Le devoir est sa propre récompense, comme on dit. 1 : Il faut noter que Parker est un défenseur convaincu et militant de la cause animale (cela se voit sur son compte Twitter), ce qui explique sans doute ce début « naturaliste ». 2 : Tous les surnoms ont été trouvés par Zeed, dont le rôle d’expert du combat en corps à corps se double de celui de boute en train de la bande. Il faut noter que Solarion et Rauth détestent être appelés autrement que par leur nom officiel, ce qui ne décourage absolument pas Zeed d’en faire à sa tête. Nouvelle d’action à la sauce Space Marines comme la BL en a pondu des centaines, ‘Headhunter’1 bénéficie fortement du talent de Steve Parker pour se placer d’une bonne tête (héhé) au-dessus de la concurrence. Il n’y a pas grand-chose à jeter ici, depuis l’aisance et l’inventivité narrative de l’auteur, qui nous gratifie d’un magnifique McGuffin en ouverture, puis enchaîne sur un récit nerveux, bien structuré et sans faux raccords évidents, en passant par le développement impeccable des personnages, « singularisés » de manière efficace, chacun attachant à sa manière – même cette mijaurée de Sigma –, et dont les relations évoluent entre le début et la fin de la nouvelle (c’est particulièrement vrai quand on a lu les romans de Parker), jusqu’aux petites touches de fluff intégrées à l’histoire. Ca paraît simple et facile à la lecture, mais, croyez moi sur parole, 95% des Space Marinades que vous lirez seront très en dessous de ce ‘Headhunter’. Raison de plus pour savourer cette réussite rare à sa juste valeur, et se féliciter que la Black Library l’ait mise à la disposition du plus grand nombre en la traduisant en français. 1 : Qui s’est d’abord appelée ‘Headhunted’. Le changement est difficile à rendre de façon élégante en français, mais on peut dire que le titre est passé de ‘Chassé dans la Tête’ à ‘Chasseur de Têtes’. Duty onto Death // Servir jusqu'à la Mort - M. Collins : Le monde mort et loqueteux de Loque II reçoit du beau monde aujourd’hui. Une série d’événements fortuits et regrettables ayant amené leur vaisseau à rentrer en collision avec une vrille de flotte ruche tyranide, le Capitaine Bouclier Tamerlain et ses frères Custodes n’ont eu d’autres choix que de se téléporter à la surface du planétoïde, avant que les Xenos ne commencent à grignoter la carlingue. Ils ont pris avec un eux un container d’auramite, dont ils tiennent absolument à préserver l’étanchéité, y compris de la curiosité du lecteur, qui se demande bien ce que le tupperware doré renferme comme trésor. Confrontés à rien de moins qu’une invasion planétaire en bonne et due forme, les tout meilleurs de l’Empereur ne se dégonflent pas le moins du monde, et font ce qu’ont leur a appris en BTS Custoderie : tenir les fortifications (ils se construisent un petit fort en basalte pour l’occasion, c’est trop choupinet). Les hordes chitineuses ont beau s’abattre sur l’humble redoute, nos héros ne cèdent pas un pouce de terrain, et punissent grièvement tous les assauts tyranides, depuis le classique et toujours (in)efficace Gaunt rush, jusqu’au plus exotiques Lictor sneak, Warrior strike et autre Zoanthrope probe. Bien évidemment, les compagnons de Tamerlain tombent un à un au champ d’honneur, histoire de ménager un brin de suspense, laissant le Capitaine Bouclier combattre seul le Prince tyranide qui finit par arriver comme un lui-même après plusieurs jours/semaines de combats sans merci. La lutte est un peu plus accrochée qu’au cours des quinze pages précédentes, mais Tamerlain finit tout de même par planter sa petite dague dans l’œil du monstre, qui a l’obligeance d’en décéder. Une ellipse bienvenue nous permet d’obtenir le fin mot de l’histoire, lorsqu’une barge de bataille d’un jaune pisseux finit par arriver en orbite de Loque II, et n’a aucun mal à défaire les flottes ruches (il y en avait plusieurs) en orbite autour du monde. Il faut croire que ce Prince était vraiment très populaire parmi ses sujets1, pour que sa disparition ait à tel point sapé leur moral. Si les Astartes se sont déplacés, c’est qu’ils ont capté un appel à l’aide de très haute priorité, évidemment envoyé par le mystérieux caisson de Tamerlain. Ce dernier, après avoir passé un enduit de chitine sur les fondations de son fortin pour s’occuper, s’était mis en mode économie d’énergie jusqu’à l’arrivée des renforts, qu’il accueille avec l’imperturbable calme de celui qui sait qu’il le vaut bien. Et si les introductions avec le Capitaine Ignus Vurl sont un peu fraîches, nul doute que l’atmosphère va se réchauffer lorsque Tata Merlain sortira son matos de primarisation de sa mallette. Car c’était bien pour ça que les Custodiens étaient partis en tournée galactique. Plaisir d’offrir… 1 : Sans doute une vrille britannique. Il y a des nouvelles dont le cahier des charges apparaît clairement à la lecture, ce qui est en général plutôt mauvais signe. ‘Duty Unto Death’ (la maxime que les Custodiens passent leur temps libre à se répéter) ne fait pas exception : la BL avait besoin d’illustrer l’exceptionnelle qualité/résistance/compétence des Gardiens de Pépé, à travers un engagement tellement déséquilibré qu’il en devient comique, ainsi que de mettre un peu à jour le fluff des über casaniers de Terra (maintenant que leur confinement de dix millénaires a pris fin), et Collins a écrit en fonction. Si on ne devait juger cette nouvelle que sur cette base, le résultat serait loin d’être honteux, même si les hauts faits martiaux de la bande à Tamerlain arracheront davantage un baillement qu’une larme au lecteur un tant soit peu habitué aux standards de la maison. Là où le bât blesse, c’est dans l’absence d’efforts faits par l’auteur pour justifier et valoriser un tant soit peu cette base narrative. Par justification, j’entends l’explication logique d’un affrontement qui n’aurait pas dû avoir lieu : je veux bien que les Tyranides ne réfléchissent pas beaucoup et pas souvent, mais une flotte ruche qui déballe le grand jeu1 en débarquant à la surface d’un monde mort et proprement immangeable toute la grande familia (too soon ?) pour tuer six malheureux Custodiens, c’est vraiment très bath. Tout comme chercher systématiquement le close en exposant ses créatures synapses, alors qu’une dizaine de Biovores à longue portée aurait plié la chose en trente minutes, c’est vraiment trop congre. On me dira que c’est la seule configuration qui permettait de rendre le combat cinégénique, ce à quoi je répondrai qu’un véritable auteur évite de prendre ses lecteurs pour des truffes et se creuse un peu la cervelle. Par valorisation en revanche, je regrette que Collins n’ait pas joué sur le terrible danger qu’aurait représenté la perte du kit de primarisation transporté par les Custodiens au profit des Tyranides. S’il y a bien une espèce de Xenos qui peut exploiter le potentiel génétique de super Space Marines, ce sont les cafards de l’espace, et le mentionner quelque part aurait ajouté un peu d’enjeu à la nouvelle. Bref, il y avait à mes yeux moyens de faire beaucoup mieux ici, même si le résultat est loin d’être aussi terrible que certaines soumissions de collègues de M. Collins. 1 : Au point où la masse de vaisseaux en orbite autour de Loque II influe sur la gravité de la planète. J’ai oublié beaucoup de chose de mes années de physique-chimie de collège/lycée, mais je suis raisonnablement certain que c’est très improbable. .*** Et voilà qui termine cette revue de ‘Nexus & Other Stories’, le produit d’initiation au fluff du 41ème millénaire de la BL en ce début de V9, comme la boîte Indomitus a (été) celui de découverte du jeu à proprement parler. La comparaison qui vient immédiatement à l’esprit est celle avec le recueil précédent sorti par la Black Library (‘Crusade & Other Stories’), dont ‘Nexus…’ ne constitue au fond qu’une simple mise à jour… incomplète sur certains points. Je veux par là revenir sur l’introduction au background actuel (le retour de Guilliman, la Croisade Indomitus, le Sombre Imperium…) que l’on est en droit d’attendre de la part d’un bouquin de ce type. Comme cela avait été le cas pour ‘Crusade…’, cette dimension n’a pas été franchement explorée, comme la présence de nouvelles assez anciennes (‘Missing in Action’ date de 2002, ‘Headhunter’ de 2009) le dénote. Etant de tendance assez conservatrice en matière de lore, ce n’est pas moi qui viendra me plaindre de la présence de ces vieilleries (qui comptent d’ailleurs parmi les meilleures entrées du recueil), mais il me fallait souligner cet état de fait pour les nouveaux venus dans le Zhobby. Pour le reste (présence des factions de 40K, variété des styles, caméos de personnages connus, auteurs convoqués), ‘Nexus’ m’a semblé être aussi bon, voire parfois meilleur, que son prédécesseur. Mention spéciale pour la veine humoristique notable qui parcourt le bouquin (‘Where Dere’s Da Warp…’, ‘To Speak as One’, ‘The War in the Museum’…), qui était absente de ‘Crusade…’ et qui manquait, avec le recul, à ce type d’ouvrage introductif. Car 40K ne serait pas 40K s’il était totalement et irrémédiablement grimdark au premier degré, une leçon que tout noobie se doit d’apprendre rapidement s’il veut aller loin et lire beaucoup sur la voie de la BL. Petite préférence pour la dernière version donc, même si ‘Crusade…’ reste très honnête pour son prix. Schattra, nexust
  7. Dommage, j'aurais bien aimé lire ça. Je me souviens d'une nouvelle foutraque qui se nomme 'The Miracle at Berlau' et qui était en lien avec ce bouquin, incluse dans un recueil sans introduction ni contextualisation. Un de mes premiers chocs BL (il y en a eu d'autres depuis). Merci pour ce dernier retour en tout cas. Petite question tout de même: tu as fait vœu de suivre ce que fais Hinks même en sachant qu'il a de grandes chances de te décevoir, ou c'est un auteur parmi d'autres pour toi au sein de la BL? Parce que s'enquiller 7 bouquins d'un mec qui a toujours été mauvais, ça ressemble à du masochisme. Schattra, I wanna know
  8. Très intéressant comme toujours, merci @gilian! J'ai l'impression que French est l'auteur "Marie Kondo" de l'Hérésie. C'est lui qu'on appelle pour mettre dans l'ordre dans le scénario après que les copains se soient dans des grands développements spectaculaires sans se soucier des conséquences. Il l'avait déjà fait avec 'Le Poing Ecarlate', il récidive avec 'Esclaves des Ténèbres', et de ce que j'ai pu en lire, 'La Guerre Solaire' avait également comme mission de mettre la suite du Siège de Terra sur des bases stables. Quand on le voit repartir au front après 'Saturnine' (que je n'ai toujours pas lu mais qui a l'air d'être très "abnettesque" en termes de surprises), ça ne m'étonnerait qu'à moitié qu'il revienne passer la mop une fois encore. ^^ Tu m'as aussi donné bien envie de lire 'Heralds of the Siege' (en fait les 5 dernières nouvelles, c'est déjà fait), notamment 'The Last Son of Prospero', qui semble valoir son pesant de fluff. Déjà que 'The Board Is Set' et 'Magisterium' m'avaient favorablement impressionnés au niveau des révélations/implications de background, ce recueil doit vraiment valoir le détour! J'en profite pour te féliciter en avance sur le bouclage programmé de ton tour d'horizon des 54 tomes de l'Hérésie d'Horus (+ le Siège de Terra, que tu ne devrais avoir aucun mal à finir te connaissant), et ce en moins d'un an. Un rythme de lecture et d'écriture infernal, au service de la communauté! Schattra,
  9. Hé, il s'approche de la moyenne au final ! Merci pour ces retours, qui m'ont bien fait marrer et m'ont (presque) donner envie de lire les bouquins pour juger de la mauvaiseté de la chose. Encore que je n'ai pas besoin de ça pour te rejoindre dans ton appréciation: la seule nouvelle correcte de Hinks que j'ai lue jusqu'ici à été 'Death on the Road to Svardheim' pour AoS. Il est intéressant de voir qu'il avait déjà tendance à ne pas finir ses intrigues, comme @Red Qafe l'a signalé dans le dernier bouquin 'Blackstone Fortress'... et que cela ne l'a pas empêché de gagner un prix prestigieux. Le premier ou le second bouquin? J'ai lu quelques nouvelles de 'Gilead's Blood' et ça passe, même si ce n'est pas du top qualité. Par contre, 'Gilead's Curse'... Schattra, "ça arrive même aux meilleurs"
  10. Je vais suivre ce sujet avec intérêt. Intérêt malsain et pervers certes (je ne fais pas partie des défenseurs de Hinks devant l'éternel), mais intérêt tout de même. ^^ Même si l'auteur n'est pas excellent, ce sera l'occasion de se replonger un peu dans WHB ici, ce qui arrive de plus en plus rarement. Schattra, the unworthy seven
  11. Merci pour cette dernière ligne droite 2020 menée tambour battant et ces deux ultimes fiches de lecture! J'étais particulièrement intéressé par un retour sur le dernier bouquin Primarques, et je m'attendais à de plus grosses révélations que ça. Je ne sais qu'il ne faut pas prendre ça pour argent comptant, mais le sous titre 'Master of the First' m'évoquait plutôt la constitution des Legiones Astartes, et la période où les D.A. étaient vraiment LA Légion de Space Marines, tant en termes de réputation que d'effectifs. J'ai peut-être été influencé par la lecture de la nouvelle 'First Legion' de Chris Wraight dans 'Scions of the Emperor' ceci dit. Ou peut-être que les D.A. placent la barre tellement haut en matière de secrets borderline qu'apprendre qu'ils ont "juste" des armes sales et méchantes (et pas vraiment pire que les autres Légions, cf le bouquin Primarques sur Roboute Guilliman, qui se finit par une irradiation en bonne et due forme) est un peu décevant. En tous cas, content d'apprendre que Guymer a plutôt réussi son coup (je le trouve assez inconstant). Schattra, toussa pour ça
  12. C'est lui qui a fait "l'ouverture" de la série, en 2016. Je ne dis pas que c'est facile d'écrire sur Roboute "Mr Propre" Guilliman, mais le sujet le faisait ch*er et il n'a pas essayé très fort de sortir quelque chose de correct, ça crève les yeux. Il aurait très bien pu enterrer la gamme avec un tel début, mais ça c'est amélioré par la suite, bien que j'ai du mal à comprendre qui est le public de ce genre de publications, surtout sous format deluxe. Je n'ai pas lu le bouquin sur Vulkan, signé par le même Annandale, mais j'ai peu d'illusion sur le niveau de cet ouvrage. Schattra, "ce Primarque est vraiment maudit"
  13. Bizarre, la série n'est même pas terminée ('Alpharius' sort en Janvier, et il manque encore des clients comme Sanguinius, Dorn et Horus). À mon humble avis (6 bouquins à mon actif), ça se joue encore à l'auteur. Reynolds ('Fulgrim'), Wraight ('Leman Russ') et Haley ('Perturabo') rendent une copie propre et qui exploite/enrichit bien le fluff connu. S'il ne fallait en retenir qu'un, ce serait celui de Wraight, avec double dose de Primarques et de Wulfens. Annandale ('Guilliman') s'est "souspassé", et au prix du bouquin, ça fait vraiment ch*er si on n'est pas en mode lecture de nanar (recherche volontaire de trucs bizarres). À titre personnel, Thorpe ('Lorgar') et McNeill ('Magnus') sont passés à travers, pour des raisons différentes. Schattra, qui attend les Humble Bundle
  14. Bonjour, bonne année, et bienvenue dans cette revue, un peu tardive, de la Warhammer Horror Week 2020. Organisée aux alentours d’Halloween, cette seconde célébration de la gamme horrifique de la Black Library mit à l’honneur cinq auteurs à travers le format classique de la soumission quotidienne d’une nouvelle inédite. On connaît la chanson. Cette semaine angoissante se compose de trois courts format siglés 40K pour deux se déroulant dans les Royaumes Mortels. Si James Brogden est le seul véritable nouveau nom au programme (bienvenue à lui), il faut noter que ‘Nightbleed‘ et ‘A Moment of Cruelty’ sont les premières armes de leurs auteurs respectifs (Peter Fehervari et Phil Kelly) pour Warhammer Horror1. Nick Kyme et Lora Gray complètent le line up et font office de vétérans de l’exercice. Avant de se lancer dans la dissection de ces nouvelles, remarquons et remercions la BL pour la direction artistique sobre, atmosphérique et pertinente (les illustrations font référence à des passages ou des descriptions figurant dans chaque histoire) retenue pour l’itération 2020 de l’Horror Week, en net progrès par rapport à celle de 2019 (à mon humble avis). Le cadre étant posé et la victime sacrificielle en place, il est temps de voir ce que cette dernière a dans le ventre… 1 : Encore que l’on puisse considérer que ‘Requiem Infernal’ soit un roman d’horreur de plein droit malgré l’absence du logo du crâne couronné sur la couverture. ‘The Reverie’, dûment siglé du symbole susmentionné, est d’ailleurs sorti à peu près au même moment que ‘Nightbleed’, marquant doublement l’entrée de Fehervari dans le Darkest Coil. Five Candles - L. Gray : Vivant en ermite parmi les collines reculées d’Aqshy, la vieille Havisa a commis l’erreur de piquer un roupillon sans avoir éteint sa chandelle de chevet. Réveillée par le début d’incendie, elle ne peut que clopiner jusqu’à la mare la plus proche pour tenter d’éteindre les flammes, même si ses problèmes d’articulation diminuent drastiquement ses chances de succès. Dans son malheur, elle a toutefois la chance de rencontrer un étranger venu s’abreuver au point d’eau, prêt à lui venir en aide de façon désintéressée (ce qui n’est pas du tout la coutume en Aqshy apparemment). Las, malgré la jeunesse et la vigueur de son nouvel ami (Eudon), qui est trop poli pour lui arracher le seau des mains et doit donc jouer les pompiers de service avec un abreuvoir (balèze le type), Havisa ne parvient pas à sauver sa masure, et doit se contenter de sauver quelques économies ainsi que sa fidèle lance de guerre. Si seulement elle n’avait pas tenté de marchander le prix de cette alarme incendie lors du dernier passage du camelot itinérant… La contemplation des ruines fumantes laisse au moins un peu de temps pour que de vraies présentations se fassent. On apprend ainsi qu’Eudon est une sorte de héraut campagnard, voyageant de Royaume en Royaume et de village en village pour alerter la populace des dangers du récent nécroséisme, beaucoup plus virulent que les précédents. Comme Havisa n’a d’autres choix que de se rendre jusqu’au hameau le plus proche, malgré les relations glaciales (un comble en Aqshy) qu’elle entretient avec la bande de jeunes – moyenne d’âge : 14 ans – qui y vit, elle accepte que le bon samaritain l’escorte. En route, il lui raconte la légende du chien noir de Mhurghast, une bête maudite dont le régime alimentaire consiste en voyageurs se trouvant à des carrefours à minuit, ce qui est tout de même très spécifique. Le pauvre toutou doit crever la dalle, c’est moi qui vous le dit. Bien entendu, Havisa refuse de gober ces sornettes, et bien entendu, Eudon lui assure le plus sérieusement du monde que le chien noir est tout ce qu’il y a de plus réel. Et ça tombe plutôt bien d’ailleurs, car la nuit commence à tomber. L’ombre furtive que Havisa croit voir rôder à la limite de son champ de vision serait-ce un simple campagnol obèse, ou une présence plus néfaste ? Arrivés au village, les deux voyageurs obtiennent une audience de la part du conseil, qui accueille avec sarcasme la mise en garde d’Eudon et son conseil de migrer vers des zones plus clémentes. L’étranger a beau pincer la corde de la fierté des Aqshiens, ces derniers n’en démordent pas : ils resteront dans leurs collines. Eudon n’a plus qu’à reprendre la route, et demande à ce qu’on lui accorde un guide pour le mener jusqu’au prochain hameau. Comme c’est là que sa seule famille réside, et que personne ne lui adresse la parole sans lâcher des gros « OK Boomer », Havisa se porte volontaire. Son bon sens paysan lui fait toutefois acheter quelques vivres et cinq bougies pour la route, qui se fera, comme c’est étrange, de nuit… Lora Gray m’avait habitué à des histoires plus prenantes et abouties que ce ‘Five Candles’, qui ne se révèle guère surprenant (un défaut majeur pour une nouvelle d’horreur). Avec deux personnages principaux et une menace mystérieuse, le suspense aurait eu du mal à être insoutenable, mais l’ambiance aurait pu être plus travaillée, à l’image de ce que Gray avait réussi à faire dans ‘These Hands, These Wings’ par exemple. Une petite déception valant mieux qu’un gros ratage, je ne déconseillerai pas la lecture de ‘Five Candles’ dans l’absolu, mais recommanderai plutôt de se pencher sur les autres œuvres de Lora Gray avant de considérer celle-ci, à réserver aux inconditionnels de cet auteur. Nightbleed - P. Fehervari : Les journées de Chel Jarrow, medicae disgraciée et névrosée de Sarastus, sont hantées par un cauchemar récurrent dans lequel elle se revoit faire l’erreur qui lui a coûté sa carrière, ainsi que la vie d’une de ses patientes. Epuisée par un enchaînement de gardes, elle a en effet confondu un Death Guard « XIV » avec un Son of Horus « XVI » et injecté de l’eau de javel à une malade du COVID-19K, ou une joyeuseté de cet ordre, ce qui ne pouvait pas bien se terminer. Renvoyée par son employeur, elle enchaîne depuis les petits boulots minables, le dernier en date consistant à servir de technicienne de laboratoire dans une usine agroalimentaire. Affectée à des cycles nocturnes pour ne pas entraver la production, Chel passe ses journées à dormir et ses soirées à éviter son mari Lyle, dont elle ne supporte plus la petitesse et la servilité1. Une bonne crise de la quarantaine comme on les aime, en somme. Alors qu’elle prend le chemin du turbin, elle remarque en attendant que l’ascenseur monte (131ème étage, tout de même) que de nouveaux tags ont fait leur apparition sur les murs de son couloir. L’un d’eux représente l’homme aiguille (Needleman), une sorte de croquemitaine local vivant dans les ténèbres et cherchant sans relâche à saboter les dômes abritant les cités ruches de Sarastus pour permettre à la Nuit Véritable de régner sans partage sur la planète. Le trouillomètre commence à s’affoler lorsque Chel entend des bruits suspects dans l’obscurité du couloir, hors de portée de sa fidèle lampe torche. Ou plutôt, aurait dû s’affoler car notre héroïne n’éprouve pas le moindre émoi à la pensée qu’un prédateur la guette peut-être depuis les ténèbres. C’est l’avantage d’avoir une vie vraiment pourrie : on voit toujours le bon côté des choses. Ceci dit, il ne se passera rien de bien méchant avant que l’ascenseur ne finisse enfin par arriver, et emmène Chel jusqu’au rez de chaussée de la tour Barka. Il est temps pour nous de faire la connaissance de notre second personnage principal, un jeune à problème s’étant rebaptisé Screech (cri perçant en français) après avoir entendu sa mère pousser un hurlement inhumain lorsqu’il lui a crevé les yeux à l’aide d’une fourchette. Il venait de tuer son père de la même façon, et avait 14 ans à l’époque des faits. Voilà voilà. Obsédé par le mythe de l’homme aiguille, qui l’a fait basculer dans la folie homicidaire, Screech est devenu un grapheur marginal, laissant des messages aussi inquiétants que mal orthographiés2 sur les murs de la cité. En plus de cela, il lui arrive d’enfiler son cosplay de Needleman pour aller trucider du prolo au gré de ses envies. Cette nuit lui semble d’ailleurs propice à un nouveau crime, et alors qu’il erre dans la cité à la recherche de la bonne cible, son chemin finit par croiser celui de Chel, qui a pris place dans son TER habituel pour aller bosser. Pas de doute possible pour Screech, c’est elle que le destin a choisi pour rapprocher Sarastus de la Nuit Véritable, un meurtre sanguinaire à la fois. De son côté, Chel, qui en a vu d’autres et se balade avec un taser dans la poche, sent bien que l’ado tatoué et crasseux qui s’est assis par terre en tête de wagon et l’épie sans en avoir l’air n’est pas animé d’intentions charitables envers sa personne. Une poussée de mauvaise humeur manque de la faire aller au clash contre son stalker (pas vraiment discret) à la sortie du train, mais ce dernier est trop perdu dans ses pensées (il a dû sniffer le reste de sa bombe de rose pour passer le temps) pour prendre la mouche. Laissant à sa victime un peu d’avance, il finit par la suivre jusqu’à l’usine où elle travaille, après avoir enfilé son habit de non-lumière : un masque de métal et les griffes de Freddie. Ainsi paré, il se sent possédé par l’esprit de Noël du Needleman, que l’on devine être un peu plus qu’un simple fantasme d’achluophobe. Et en effet, lorsque Screech se retrouve attaqué par un cyber molosse après être entré par effraction dans le périmètre de l’usine de Potton Vitapax, il ne doit son salut qu’à sa possession temporaire par son esprit totem, dont l’un des pouvoirs consiste à pouvoir tordre ses bras dans tous les sens, ce qui est pratique pour venir à bout d’un mastiff énergétique qui vous cloué au sol après vous avoir déchiqueté la cuisse. Mal en point mais toujours opérationnel, notre héraut reprend sa traque en traînant la jambe. Pendant ce temps, Chel s’est remise à travailler sur le dernier échantillon qui lui a été remis, et dont elle suspecte la nature maléfique, ou en tout cas néfaste, sans pouvoir le prouver. Les tests du VLG-01 n’ont en effet rien détecté de suspect, mais la consistance de goudron pervers de la substance rend son utilisation dans des produits cuisinés, même pour des travailleurs de la caste Delta, impensable. En désespoir de cause, et prise d’une inspiration subite, Chel a résolu la veille d’ingérer un peu de cette mixture, ce qui a semble-t-il renforcé ses cauchemars. N’y tenant plus, et sans doute en manque, la technicienne décide d’aller visiter le lieu de stockage du VLG-01, convainquant pour ce faire un des gardes de nuit de la conduire jusqu’à l’entrepôt (forcément abandonné jusqu’il y a peu car il avait mauvaise réputation). Là, deux choses horribles se produisent coup sur coup. Premièrement, Chel sombre dans la folie et se sert une grande rasade d’élixir de noirceur à même la cuve (pochtronne !), ce qui ne lui fait pas du bien comme on peut s’en douter. Deuxièmement, Screech finit par la rattraper, après avoir égorgé le garde au passage, et s’apprête à lui jouer son grand classique : le concerto d’Edouard aux Mains d’Argent en Scie Mineure… 1 : Et également sa froideur coupable, car monsieur refuse obstinément de monter le chauffage, quand bien même la température de leur HLM se rapproche sensiblement de zéro. 2 : Dernier chef d’œuvre en date de notre Banksy sociopathe « C 1 MENSSONJE » au Hello Kitty Pink. Sans point d’exclamation à la fin, car ce n’était pas nécessaire. Comme on pouvait s’en doute, Peter Fehervari réussit sans problème son entrée dans la gamme Warhammer Horror avec ‘Nightbleed’, un petit concentré de noirceur (haha) à la sauce Dark Coil. Notons à ce propos que les références aux autres textes et arcs narratifs du Fehervariverse ne sont pas légions dans cette nouvelle (à moins qu’elles soient trop subtiles pour votre serviteur, ce qui est tout à fait possible), ce qui facilite sa compréhension pour le lecteur non familier de l’approche de l’auteur. Ceci dit, il n’est guère besoin de pousser loin l’analyse pour comprendre que ‘Nightbleed’ n’est pas un stand-alone, mais contient des éléments qui s(er)ont explicités ailleurs, à commencer par le sens des lettres « VLG », sur lequel Fehervari fait plancher son lecteur de façon très explicite1. Parmi les autres réussites indéniables de cette soumission, on peut citer la facilité déconcertante avec laquelle l’auteur arrive à « planter » son décor en quelques phrases, et à faire de Sarastus un monde impérial plus tangible et réel que bien des planètes auxquelles GW et la BL ont consacré des dizaines de pages (Necromunda ? Armaggedon ? Cadia ?), ce qui est la marque des vrais conteurs. De la même manière, Fehervari instille à son récit un véritable malaise (angoisse serait un peu fort), amplifié par les bribes de comptines qu’il met dans la bouche et dans l’esprit de Screech. Will you won’t you meet the Needleman ? 1 : À titre personnel, je penche pour un acronyme en haut gothique (latin donc) glorifiant les ténèbres/le Chaos, mais cela peut être chose. Je suis simplement à peu près sûr qu’il est possible pour un lecteur attentif de percer ce mystère à jour avec les indices que Fehervari a laissé ici et là… A Moment of Cruelty - P. Kelly : Héritier jouisseur, couard et infect d’une lignée de notables Azyrites venus s’établir en Shyish à la suite de la reconquista initiée par Sigmar, Alabastian Valenth use son indolente jeunesse et de son statut de golden boy pour collectionner les conquêtes, les excès et les gueules de bois. La dernière en date, lorsqu’elle finit par le laisser émerger, le laisse cependant en mauvaise posture car notre héros réalise avec horreur qu’il a trois heures de retard au rendez-vous avec son costumier. Et quand votre vie ne tourne qu’autour du prochain bal masqué de la noblesse, et que votre influent et richissime meilleur ami a également été invité à l’essayage, c’est une tuile de premier ordre, croyez-moi. Une clepsydre hors de prix fracassée au sol, une paire de gardes (Maltratt et Xarantine) rabrouées, et une galerie de clochards et d’infirmes rembarrés sur le chemin du tailleur plus tard, Alabastian arrive enfin présenter ses plus plates confuses à l’illustre Harratio d’Asbe (son BFF), qui l’a patiemment attendu en parfait gentleman. Quelques heures et verres de vin plus tard, les deux amis finissent par se séparer, et pendant que Bastian doit repasser rive droite (ou gauche d’ailleurs) de Mhurghast pour regagner son domicile, Harratio part contempler son gros pif dans un miroir un peu spécial, qui lui renvoie un reflet encore moins flatteur que ce que la prise au vent de son appendice nasal laisse à supposer… Alabastian, qui a fait un détour par le pont des Ahres pour éviter de recroiser la route de la cour des miracles qui l’a tant importuné à l’aller, joue de malchance car il tombe sur à nouveau sur un lépreux particulièrement lacunaire, qui le supplie de lui donner une petite goutte. Pas de pinard, notez, mais d’aqua ghyranis, l’hydroxychloroquine/eau de javel des Royaumes Mortels, capable de remettre sur pied même un cul de jatte. Bien évidemment, notre snob de héros refuse, et pousse la petitesse jusqu’à cracher dans le dos du miséreux, avant de partir en courant dans un grand élan de bravoure. De retour dans son hôtel particulier, il narre sa mésaventure à des deux gardes du corps (Maltratt et Xarantine, si vous suivez), avant d’aller se passer les nerfs en montant au grenier pour vaquer à son occupation d’intérieur favorite : lorgner les passants de la place que surplombe son manoir. Mais même cet innocent plaisir lui est refusé car qui sort des brumes pour lui rendre son regard indiscret dès qu’il a pris place dans son fauteuil de mateur ? Le lépreux susmentionné, évidemment. La paranoïa naturelle d’Alabastian atteint des niveaux cosmiques, et il envoie ses deux chiennes de garde régler son compte à Jo le Clodo sur le champ… sans qu’elles parviennent à lui mettre la main dessus, bien évidemment. Après une nuit agitée, la vue de l’empreinte d’une main amputée de trois doigts dégu*ulassant sa fenêtre, pourtant située à 10 mètres au dessus du sol, manque de faire tomber le nobliau en syncope, et Maltratt et Xarantine en sont quitte pour repartir traquer l’insaisissable estropié dans les ruelles brumeuses de Mhurghast… Phil Kelly en dit trop ou pas assez dans ce ‘A Moment of Cruelty’, dont les pièces semblent former un tout cohérent mais sans s’emboîter parfaitement. En effet, si l’idée principale développée et révélée par l’auteur en conclusion de sa nouvelle fait écho à quelques indices égrénés plus tôt dans la narration, bien des questions demeurent, trop pour faire de cette soumission une réussite. Le rôle de Harratio d’Asbe dans l’intrigue, les pouvoirs du miroir qu’il utilise, la raison de sa visite chez Alabastian plus tôt dans la semaine, ou encore le sens à donner au rêve (prémonitoire ?) de ce dernier, sont autant de points laissés à la libre interprétation du lecteur. Et que penser de la motivation qui anime le persécuteur de notre froussard de héros ? Poursuit-il des desseins inconnus ou déteste-t-il simplement les gens qui ne font pas preuve de ponctualité ? Dommage pour Kelly, qui avait sinon exposé des idées intéressantes, comme ce jeu d’interprétation, difficilement traduisible en français, autour des sens de « Sally » (un prénom mais également un verbe, qui veut dire « faire route »), en plus de nous avoir offert une première visite de la fameuse Mhurghast. Je ne serais pas contre un peu de rab, afin de prendre totalement la mesure de la carrure AoSesque et horrifique de notre homme. Pentimento - N. Kyme : La cité de Durgov, comme le monde où elle se trouve, a connu des jours meilleurs. Isolé du reste de la galaxie par une tempête Warp, l’agitation et la paranoïa y progressent chaque jour un peu plus, ce qui ne fait pas les affaires de notre héroïne, la dessinatrice d’art Mabeth. Habituée au train de vie luxueux que sa renommée, gagnée auprès des grands de ce monde après la fin de son apprentissage chez son maître Hakasto (malheureusement victime d’un meurtre crapuleux), lui a permis d’atteindre, elle doit désormais accepter des jobs alimentaires pour payer ses factures. Et tout le monde a beau avoir un job en -or1 à Durgov, l’argent ne court pas les rues pour autant. Engagée par la PJ locale pour réaliser une série de croquis d’une scène de crime, Mabeth comprend rapidement que cette dernière n’a rien d’ordinaire. Primo, le cadavre a été mis en scène comme s’il s’agissait d’un arbre, avec les bras pour figurer les branches. Deuxio, toutes les tentatives pour prendre des photos du macchabée ont échoué, comme si un démon du Chaos s’amusait à photobomber les vaillants efforts de la police scientifique. Tertio, et plus inquiétant encore, la victime prononce distinctement le mot « paradis » à l’oreille de la croqueuse d’homme alors qu’elle s’était rapprochée pour lui tirer le portrait. Ce n’est pas banal, avouez-le, tout comme le puissant effluve de lavande que Mabeth inhale à ce moment précis. Secouée par ce qu’elle pense n’être qu’une hallucination liée à la fatigue et une hygiène de vie que nous qualifierons poliment de bohème, la portraitiste rentre chez elle, escortée par la présence rassurante de son Serviteur Gethik. Après s’être fait une bonne grosse chicha des familles pour se remettre de ses émotions, elle s’aperçoit à son réveil que son agent lui a dégoté une nouvelle commission : la restauration d’un triptyque de peintures religieuses qu’un certain « V » a remis à Gethik pendant que sa maîtresse était partie chasser le dragon du vide. Intéressée par cette commande, elle se met immédiatement à l’œuvre… et se fait interrompre par son contact chez les Arbites (Levio), qui a nouveau besoin de ses services pour immortaliser un nouveau cadavre artistement mis en scène. Cette fois-ci, c’est un ange dépecé qui a été installé dans un temple impérial, pour un résultat tout aussi hypnotisant que déroutant. D’autant plus que le seul mot que le témoin de la scène a été capable de prononcer pendant son interrogatoire est « paradis »… Positivement ébranlée par cette confidence de Levio, mais concluant sagement que ce n’était pas de son ressort de mener l’enquête, Mabeth expédie le croquis et retourne chez elle continuer à bosser sur son triptyque. Elle finit par se rendre compte que les scènes religieuses dissimulent une autre peinture, plus ancienne et entièrement recouverte par l’artiste, procédé que l’on nomme, je vous le donne en mille, un pentimento (repentir en français). Ceux qui attendaient que Kyme intègre à son histoire une parka de taille réduite ou un blouson XXS sont priés d’aller s’acheter un dictionnaire et/ou une paire de lunettes de vue, ce qui est toujours pratique pour caler une table bancale. C’est le début d’une obsession irrépressible et suspicieusement perverse pour notre restauratrice, qui passe désormais son temps libre (il y aura encore deux autres meurtres « paradisiaques » à couvrir d’ici à la fin de la nouvelle) à révéler la peinture originale plutôt qu’à colmater les brèches… 1 : Proctor, Arbitrator, Abettor… 2 : ‘Fulgrim and his dirty hoe’ en VO. Nick Kyme signe une nouvelle assez honnête, même si elle relève plus du registre de la pétoche préfabriquée que de l’horreur ou de l’angoisse. Ce n’est pas qu’il pêche dans les idées, les références (je soupçonne fortement qu’il se soit maté l’intégrale de ‘Hannibal’ pendant l’écriture) ou la mise en scène de son récit, mais plutôt qu’il lui manque le métier (si on veut être gentil) ou le talent (si on veut être brutal) d’écrivain pour instiller une ambiance digne de ce nom à ce ‘Petimento’. Ce constat posé et cette déception écartée, on peut se consoler en se disant qu’on a enrichi son vocabulaire1, glané un peu de fluff sur ce que fai(sai)t Fulgrim pendant le siège de Terra/de son temps libre, et surtout, évité de lire une kymerie comme notre homme en a malheureusement beaucoup commise. Un moindre mal donc. On notera pour finir que ce ‘Pentimento’ s’inscrit dans la mine de rien assez conséquente lignée de récits de la BL mettant en scène un tableau imprégné par le Chaos, un trope bien exploré dans la GW Fiction (‘The Blessed Ones’, ‘Vespertine’…) et ce bien avant que McNeill ne tire le portrait de Fulgrim dans le roman du même nom. 1 : En plus du titre de la nouvelle, Kyme emploie le terme « pulchritudinous », qui veut dire exactement l’opposé de ce que son orthographe et sa prononciation suggèrent. Un mot à replacer dans vos dissertations d’anglais pour impressionner le prof. The Cache - J. Brogden : La vie de Lyse Urretzi, première fille du chef du clan du même nom, consiste à s’enduire de graisse pour aller récupérer de la tech perdue dans les niveaux souterrains du Spike, le dédale de coursives et de galeries qui constitue le seul monde qu’elle a jamais connu. C’est en effet aux Urretzi que revient la mission sacrée d’entretenir la barrière de Saint Geller, qui protège le Spike de l’Extérieur et des ses dangers innommables. En mission d’exploration dans le plus simple appareil, ou presque, Lyse manque de se faire alpaguer par un Crawler, charmante petite bestiole carnassière peuplant les bas fonds du Spike, et ne doit la vie sauve qu’à ses réflexes affutés et son fidèle pisto-grappin, qui arrête sa chute après que ses mains glissantes lui aient fait échapper quelques prises1. Remise de ses émotions, et en quête d’un chemin vers les hauts, à défauts de beaux, quartiers où vivent ses congénères, elle tombe sur une sorte de petit théâtre de l’horreur où un épouvantail fait de barbaque humaine se trouve seul en scène, avec un médaillon brillant autour du cou. Bien que cette performance d’art post-contemporain ne lui évoque qu’un malaise des plus profonds, Lyse est trop excitée par l’idée de rapporter une authentique babiole technologique à son clan pour faire la fine louche, et récupère donc le colifichet. Après avoir un détour malheureux en coulisses, où elle se retrouve nez à nez avec une vision démente de l’Extérieur, peint avec de la bouse de vache et de la bave d’escargot, elle trouve enfin le chemin vers le haut du Spike, mais finit par déboucher dans le territoire des Jaax, les ennemis jurés des Urretzi. Urretzut. On apprend alors que Lyse devait servir de monnaie d’échange et de mère porteuse au patriarche Jaax, Hadzor, afin de mettre un terme à la vendetta opposant leurs deux clans depuis des générations. Un mariage avait été négocié par la Prime Adjutant Galla Domitia, plus haute autorité du Spike, avec la bénédiction du père de Lyse, Sutomore. Il semblerait que les tourtereaux n’aient pu finalement convoler en justes noces, pour des raisons non précisées mais dont Lyse est sans doute (au moins un peu) responsable. Toujours est-il que notre héroïne ne tient guère à se faire pincer en territoire ennemi, surtout depuis qu’elle détient des preuves que les Jaax accueillent des adeptes de l’Extérieur parmi eux. Après une petite course poursuite rondement menée, elle parvient à regagner le bercail, mais le répit n’est que de courte durée. Hadzor Jaax vient en effet sonner à la porte en compagnie de Galla Domitia et de ses Arbites pour tirer au clair cette histoire d’empiètement de propriété privée. Sachant que c’est une discussion qu’elle ne pourra pas remporter, et peu emballée à l’idée de devoir remettre son nouveau médaillon à Hadzor en dédommagement, Lyse file à l’anglaise pour aller retrouver Cracius l’Er(e)mite, un dangereux hérétique selon la sagesse populaire, mais également un expert en matière de technologie oubliée… 1 : Comme quoi le gras est peut-être la vie, mais la graisse est sûrement la mort. Médite là-dessus le jeune. James Brogden soigne assez son entrée dans la BL avec ‘The Cache’, qui révèle quelques surprises bien senties à son lecteur… jusqu’à un certain point. Si les révélations amenées par Cracius font ainsi effet, et dénotent de la bonne vision qu’à l’auteur du background de 40K1 (et la petite mention de Valgaast, la planète « signature » des histoires futuristes de Warhammer Horror vient appuyer ce constat), tout comme l’ambiance à la ‘The Descent’ instillée dans les passages d’exploration des bas fonds du Spire se révèle être prenante, le grand final de la nouvelle n’est malheureusement pas au niveau des pages précédentes. Brogden laisse ainsi certaines questions importantes sans réponse satisfaisante, comme le passif de Hazdor Jaax (pourquoi et comment est-il devenu ce qu’il est ?) et le « statut » des Crawlers, que l’on devine être apparentés de façon inconfortablement proche aux humains du Spike, mais qui tiennent parfois de la faction peu fréquentable mais raisonnable, et parfois de la bande de prédateurs dégénérés. Malgré cette petite déception finale, James Brogden fait mieux ici que pas mal de nouveaux auteurs de la BL, et mérite donc à mon humble avis d’être suivi avec une bienveillante neutralité dans la suite de son parcours. 1 : *** Cette deuxième de l’horreur semaine propose un contenu assez correct, d’où Fehervari émerge comme l’auteur le plus inspiré. Ses petits camarades ne déméritent cependant pas (trop), notamment le nouveau venu James Brogden, qui semble avoir la carrure et l’expérience nécessaires pour devenir un contributeur à suivre de la BL, si les deux parties en présence décident de donner suite (beaucoup de one shots dans Warhammer Horror, heureusement ou malheureusement). Il y a fort à parier que toutes ces nouvelles seront republiées dans une anthologie à court ou moyen terme ('The Harrowed Paths', prévu pour Février 2021, reprend l'illustration de 'Five Candles' et indique que Lora Gray est au sommaire de l'ouvrage, donc...), et je conseille donc d’attendre cette sortie prochaine plutôt que d’acheter ces histoires à l’unité, si vous tenez à votre argent. Schattra, the fear year
  15. Ajout des nouvelles du Black Library Advent Calendar 2020. Buyer Beware - G. Thorpe The Offering - A. Clark The Dead Hours - D. Guymer
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.