Jump to content
Warhammer Forum

Schattra

Membres
  • Posts

    2,209
  • Joined

  • Last visited

About Schattra

  • Birthday 10/30/1989

Contact Methods

  • Website URL
    http://nebelheim.wordpress.com/

Profile Information

  • Location
    Levallois-Perret

Previous Fields

  • Jeux
    Warhammer ; Empire+Nains

Recent Profile Visitors

27,203 profile views

Schattra's Achievements

  1. On termine la semaine (pour les Royaumes Mortels en tout cas) avec le retour de ce vieux Gotrek, plus en rogne et moins sobre que jamais. The Beast of Grey Gardens - D. Guymer : Schattra, "mais c'est quoi ce pouleeeeeeeeeeeeeet"
  2. Oui, c'est vraiment un signe d'abandon pour la franchise en VF... Même l'année dernière, il y avait une nouvelle dans le recueil français. Avec Battle qui n'a eu le droit qu'à un roman pour le moment et AoS qui passe en VO only, les franchises médiévales fantastiques deviennent le parent pauvre de la GW-Fiction. 'La Tour Foudroyée' a été republiée dans 'Shadows of Treachery' ; 'Crusade & Other Stories' ; 'Lord of the Dark Millenium' et maintenant 'Black Library Celebration 2024'. Elle date de 2007 donc on la connait depuis un bon moment maintenant. 'Immortal Duty' apparait dans 'Shattered Legions' ; 'Meduson' ; 'Born of Flame' et 'Lupercal's War'. De mon côté, le record absolu de republication pour une nouvelle de l'Hérésie d'Horus est détenu par une œuvre bien plus récente : 'Child of Chaos' de Chris Wraight ('Black Library Event Anthology 2018/2019' ; 'Black Library Advent Calendar 2020' (VF) ; 'Traitorous Scions' ; 'Black Library Celebration 2022' (FR) ; 'Lupercal's War') ! Schattra, le temps ne fait rien à l'affaire...
  3. Exact, je viens de lire le 4ème de couverture du bouquin et c'est assez évident. Merci pour cette précision ! On enchaîne avec un nouvel auteur et un très vieux thème, mais il faut bien que les rookies fassent leurs classes, pas vrai ? Eradicant - R. S. Wilt : Schattra, la victoire en éradiquant
  4. Deuxième entrée dans la série des Black Library Celebration Week 2024, John French nous revient avec son héros vampirique à la vacuité légendaire, Cado Ezechiar. Cannibal Gate - J. French : Schattra, Fine Old Cannibals
  5. Nous sommes le 19 février, et la Black Library nous livre enfin la première nouvelle inédite de l'année avec le lancement de la Black Library Celebration Week 2024. Il ne surprendra pas grand monde d'apprendre que c'est à l'incontournable (cette année en tout cas) Mike Brooks que revient l'honneur d'ouvrir le bal, avec une nouvelle histoire d'Orks. Painboyz - M. Brooks : Schattra, "si ça fait mal, c'est que ça marche"
  6. Bonjour à tous et bienvenue dans cette revue de la Black Library Celebration 2024, le recueil de courts formats de GW-Fiction offert annuellement à tous les quidams curieux de découvrir, ou redécouvrir, les travaux des auteurs de la BL1. Déclinée en trois langues (anglais, allemand et français), cette mini anthologie propose à chaque fois cinq nouvelles tirées du vaste catalogue de la GW-Fiction, et « sensées » illustrer la diversité de ce dernier. Les guillemets sont ici de rigueur car si la BLC 2024 en version originale accomplit parfaitement cette mission en alignant des représentants de toutes les franchises majeures de la maison d’édition de Nottingham (40K, l’Hérésie d’Horus, Age of Sigmar, Warhammer Horror et Warhammer Crime), les ouvrages français et allemands se cantonnent eux à 40K et à l’Hérésie d’Horus, ce qui est encore plus restrictif que l’année précédente (chroniquée ici), où Age of Sigmar avait encore droit de cité, ou de citation. Les Royaumes Mortels n’auront jamais été plus inaccessibles aux non anglophones qu’en 2024, et c’est bien triste pour cet univers. Si on s’attarde sur le sommaire de ces trois livrets, on remarque que c’est Mike Brooks qui fait figure de figure tutélaire de ce millésime, puisqu’une nouvelle mettant en scène l’ineffable Ufthak Blackhawk (‘Tant qu’y a le Warp, y a Moyen’ // ‘Wo da Warp is’, is’ auch ‘n Weg’) ou son ambitieux sidekick Snaggi Littletoof – représenté en couverture – (‘Packin’ Heat’) est présente dans toutes les versions2. Pour le reste, les contenus varient fortement et c’est sans surprise la VO qui s’en tire le mieux aussi bien en diversité (voir ci-dessus) qu’en nouveautés, aucune des nouvelles anglaises n’étant plus vieille que 2022. Les versions française et allemande se partagent quant à elles de plus antiques histoires, dont deux (‘La Tour Foudroyée’ // ‘Der vom Blitz getroffene Turm’ et ‘La Pureté de l’Ignorance’ // ‘Die Reinheit der Ignoranz’) en commun. Comme tous les ans, je m’attarderai particulièrement sur le caractère « pédagogique » des nouvelles sélectionnées par la BL pour figurer dans ces recueils destinés à un public novice, afin de juger de la pertinence du choix des pontes de Nottingham, en plus des traditionnels retours sur l’intrigue et la qualité de ces histoires. Le cadre étant posé, il est temps de se mettre à l’ouvrage. 1 : Il faut tout de même acheter un petit quelque chose sur le site de Games Workshop pour recevoir une version papier, ou sur celui de la Black Library pour pouvoir télécharger toutes les versions numériques. Comme les contenus diffèrent en fonction de la langue, je ne saurais trop vous conseiller de passer par le site de la BL si vous voulez en avoir pour votre argent. 2 : Cette mise en avant n’a rien d’étonnant quand on sait qu’Ufthak Blackhawk bénéficie également de sa propre figurine à l’occasion de la Black Library Celebration 2024. . Packin’ Heat – M. Brooks [40K] : The Waste, the Worm, and the Witch – G. Kloster [AoS] : The Shel’tain Affair – J. Reid [HH] : Pain Engine – C. Thursten [WHR] : Chains – J. D. Beer [WCR] : . Tant qu’y a le Warp, y’a Moyen – M. Brooks [40K] : La Tour Foudroyée – D. Abnett [HH] : La Pureté de l’Ignorance – J. French [40K] : La Tentation de Cain – S. Mitchell [40K] : Le Gouffre Abyssal – A. Dembski-Bowden [HH] : *** Et voilà qui conclut cette revue de la Black Library Celebration 2024, dont je vous invite à vous faire votre propre opinion car après tout, elle est (presque) gratuite et (en partie) disponible en français. Pour ma part, je retiens du bien, du moyen et du mauvais pour les deux versions chroniquées plus haut, mais je ne peux conclure cette critique sans remercier la Black Library de continuer à jouer le jeu de l’accessibilité et de proposer pour la septième année consécutive cet échantillon représentatif de sa prose au plus grand nombre. Continuez comme ça. Schattra, new year, old stuff
  7. Merci pour cette chronique complète de la série gilian ! Depuis que j'ai lu le bouquin sur les T'aus, je me demandais (un peu, ça ne m'empêchait pas de dormir non plus) comment l'histoire se terminait, surtout que Jeremias n'était pas encore bien installé dans la série à ce moment là. Je vois qu'on a le même avis sur la réussite "pédagogique" de Cavan Scott, qui parvient à introduire le grimdark aux jeunes lecteurs sans trop enjoliver les choses, ni sans trop les traumatiser non plus. Son choix de se concentrer sur les Xenos plutôt que sur les hérétiques, démons et factions-impériales-qui-ne-peuvent-pas-s-encadrer-les-unes-les-autres a dû certainement jouer dans l'atteinte de ce résultat plutôt probant. Clichéééééééééééééééééé Ils le neutralisent pour de bon (mort) ou bien on ne sait pas ce qu'il lui arrive et on présume qu'il finit par mourir de son infection ? Et à propos de cette dernière, est-ce que l'auteur donne des indices sur la corruption de l'Inquisiteur ou bien est-ce révélé d'un coup ? Euh pardon ? ^^ Il faut apprendre aux jeunes à ne pas demander leur chemin à des cultistes du Chaos, c'est dangereux pour eux ! Schattra, "tout se perd ma pauvre dame"
  8. Merci pour vos retours ! Je ne sais pas si c'est McNeill qui a collé le plus possible au supplément ou les auteurs de ce dernier qui se sont inspirés de la nouvelle, mais le travail de référence est très complet et j'adore ça. Merci pour le travail d'investigation, @Miles ! Non, il me reste quelques vieilleries à chroniquer, de la période entre 2006 (fin d'Inferno!) et 2015 (Fin des Temps). Mais le stock ne va pas tarder à s'épuiser, c'est sûr... A moins que la Black Library n'y mette du sien, bien sûr. Ajout des nouvelles de 'Tales of the Old World' : 'Freedom's Home or Glory's Grave' (G. McNeill) 'Rotten Fruit' (N. Long) 'Haute Cuisine' et 'Rat Trap' (R. Earl) 'Ill Met in Mordheim' (R. Waters) 'The Man Who Stabbed Luther Van Groot' (S. Mitchell) Schattra, "il en reste un peu, je vous le mets quand même ?"
  9. Exact, c'est la nouvelle 'Savage' (Guy Haley). Très drôle et rafraichissante d'ailleurs. Je ne vais pas rentrer dans les détails mais les tous premiers romans et nouvelles de GW-Fiction pour 40K (fin des années 80, début des années 90) comportaient beaucoup plus de personnages féminins que la première vague de publication Black Library (à partir de 1997) : 'Monastery of Death', 'The Alien Beast Within', 'Lacrymata'... Trois nouvelles sans Space Marines, et à mon avis ce n'est pas une coïncidence : l'expérience montre que lorsque les Astartes sont convoqués, les femmes sont absentes du casting dans l'écrasante majorité des cas (au moins sur la période des Inferno!). On a aussi eu droit à la même époque à une nouvelle dans laquelle figure un Assassin Callidus, alors que le fluff présente les membres de ce Temple comme majoritairement féminins. On est bien d'accord que la GW-Fiction n'est qu'un pan du background de 40K, et celui à considérer avec le plus de recul par rapport aux informations qu'il apporte : contrairement aux suppléments de jeu qui ont été écrit par des spécialistes de l'univers, les romans et nouvelles dont GW nous abreuve généreusement depuis plus de trente ans ont été écrit par des centaines d'auteurs, pour certains pas vraiment au fait de la complexité des franchises dans lesquelles ils s'aventuraient. Mais si on s'intéresse à la représentation des genres à 40K et dans ce type de publication, on peut clairement établir qu'il y a eu une période où les femmes apparaissaient très rarement dans ce type de publications. Schattra, "où sont les femmes ?"
  10. Merci pour le retour @Miles ! Ca me donne envie de lire ce supplément, et si tu as des infos à portée de main sur Derevin Libre, j'en suis preneur. Schattra, "la lutte continue, camarades"
  11. Bonjour et bienvenue dans la revue de ‘Tales of the Old World’, anthologie pansue publiée en 2007 par la Black Library, et regroupant pas moins de 36 courts formats siglés Warhammer Fantasy Battle. Contrepartie de ‘Let the Galaxy Burn’ (chroniquée ici) pour la franchise med-fan de la GW-Fiction, ‘Tales of the Old World’ est constitué en grande partie de nouvelles initialement publiées dans le légendaire magazine Inferno!, et plus précisément de celles datant de la période 1997 – 2000 (compilées lors d’une première réédition dans les recueils ‘Realms of Chaos’ et ‘Lords of Valour’). Ce sommaire majoritairement recyclé dissimule toutefois six inédits, dont deux (‘Haute Cuisine’ et ‘Rat Trap’) signés de Robert Earl et un (‘Ill Met in Mordheim’) du tout aussi inédit Robert Waters. Graham McNeill (‘Freedom’s Home or Glory’s Grave’), Sandy Mitchell ('The Man Who Stabbed Luther Van Groot') et Nathan Long (‘Rotten Fruit’) viennent également faire souffler un peu de fraicheur dans ces pages poussiéreuses, avec de nouvelles aventures pour leurs héros respectifs (Leofric Carrard et les Black Hearts). Divisé en sept parties plus ou moins thématiques (les histoires de Warhammer Fantasy Battle ont tout de même tendance à se ressembler), ‘Tales of the Old World’ propose un panorama assez complet de ce que la Black Library avait en stock sur le Monde qui Fut/Monde des Légendes à cette époque fondatrice de la GW-Fiction. Comme dans ‘Let the Galaxy Burn’, on note l’absence de figures récurrentes de la franchise, comme Gotrek & Felix, Gilead ou Torben Badenov (bien que Stefan Kumansky passe une tête dans ‘Path of Warriors’ et Mathias Thulmann dans ‘A Choice of Hatreds’) au profit de one shots (ou two shots, dans le cas des maraudeurs de Grunsonn d’Andy Jones), ce qui fait de cet ouvrage une brique assez peu connue dans le foisonnant catalogue de la Black Library. Cela ne veut pas dire pour autant qu’elle mérite d’être délaissée par les lecteurs nostalgiques de l’univers si particulier qu’était WFB : comptez sur moi pour être votre guide dans cet endroit bucolique qu’est le Vieux Monde au cours des prochaines minutes. . Tales of Honour & Heroism Freedom’s Home or Glory’s Grave – G. McNeill : Ancestral Honour – G. Thorpe : A Gentleman’s War – N. Rutledge : The Doorway Between – R. Davidson : Birth of a Legend – G. Thorpe : Tales of Adventure & Mystery Haute Cuisine – R. Earl : Paradise Lost – A. Jones : Night Too Long – J. Wallis : Grunsonn’s Marauders – A. Jones : The Man Who Stabbed Luther Van Groot – S. Mitchell : Tales of Revenge & Betrayal The Faithful Servant – G. Thorpe : The Sound Which Wakes You – B. Chessell : The Sleep of the Dead – D. Hinks : The Path of Warriors – N. McIntosh : Rat Trap – R. Earl : Tales of Deceit & Obsession Rotten Fruit – N. Long : Faith – R. Earl : Portrait of my Undying Lady – G. Rennie : The Seventh Boon – M. Scanlon : Rattenkrieg– R. Earl : Tales of Tragedy & Darkness Mormacar’s Lament – C. Pramas : The Chaos Beneath – M. Brendan : .Wolf in the Fold – B. Chessell : The Blessed Ones – R. Kellock : Dead Man’s Hand – N. Kyme : Tales of Death & Corruption Shyi-Zar – D. Abnett : Tybalt’s Quest – G. Thorpe : A Choice of Hatreds – C. L. Werner : Who Mourns a Necromancer? – B. Craig : The Hanging Tree – J. Green : Tales of Madness & Ruin The Doom that Came to Wulfhafen – C. L. Werner : Hatred – B. Chessell : Son and Heir – I. Winterton : Ill Met in Mordheim – R. Waters : Totentanz – B. Craig : The Ultimate Ritual – N. Jones & W. King : . *** Et voilà qui conclut cette revue de ‘Tales of the Old World’, et avec elle celle des ouvrages infernaux (!) de la Black Library, au moins en ce qui concerne Warhammer Fantasy Battle. Comme souvent avec les recueils de nouvelles de cette maison d’édition, le constat est mitigé et les authentiques pépites côtoient les soumissions beaucoup moins abouties. Je note également quelques choix éditoriaux pas très heureux, comme celui d’avoir placé ‘Paradise Lost’ avant ‘Grunsonn’s Maraudeurs’ au sommaire, alors que la seconde histoire prend place avant la première, ou encore de ne pas avoir pensé à indiquer aux lecteurs souhaitant en apprendre plus sur les héros bénéficiant d’autres nouvelles et romans à leur nom l’existence et le nom de ces derniers. Malgré ces scories et étourderies, la lecture de ‘Tales of the Old World’ a suscité chez votre serviteur une telle nostalgie pour ce bon vieux Vieux Monde qu’il ne peut se résoudre à terminer cette chronique sur une note négative. Le Vieux Monde est mort, vive le Vieux Monde ! Schattra, retailer of tales
  12. Ça coïncide en partie parce que j'ai commencé avec des nouvelles assez anciennes ('Crucible of War'... j'étais jeune à l'époque) et que j'ai traité les plus récentes récemment. Mais il y a dix ans, je pouvais traiter une nouvelle de 20 pages en un paragraphe de cinq lignes, et comme je ne connaissais/maitrisais pas les balises spoiler, je m'arrêtais toujours avant d'en dire trop. Maintenant c'est rare que je fasse moins d'une page Word de texte par histoire : l'inflation est vraiment un problème généralisé. J'en gardais aussi un bon souvenir, et j'appréhendais un peu d'y retourner avec un œil de critique. Mais finalement, c'était aussi bien la deuxième fois. Schattra, time flies...
  13. Ajout des nouvelles de 'Let the Galaxy Burn'. 'The Fall of Malvolion' et 'Playing Patience' (D. Abnett) 'The Tower' (C. S. Goto)
  14. Bonjour et bienvenue dans cette revue de ‘Let the Galaxy Burn’, anthologie gargantuesque de nouvelles de Warhammer 40,000 publiée en 2006 par la Black Library. Avec pas moins de 38 histoires au compteur1 et 765 pages, cette vénérable brique fut en son temps l’un des ouvrages les plus volumineux jamais sorti par la BL, comme son équivalent de Warhammer Fantasy Battle (chroniqué ici), ‘Tales of the Old Word’. Il servit également de chapitre final à la première mouture du magazine bimensuel Inferno!, dont il compila une bonne moitié des nouvelles 40K initialement publiées dans ces pages légendaires (du numéro 1 au numéro 28, pour être précis). Cette distinction nette entre la période 1997 – 2002 et 2002 – 2005 me laisse à penser que Nottingham avait prévu de sortir un deuxième recueil sur le modèle de ‘Let the Galaxy Burn’, mais n’a pas concrétisé la deuxième phase de ce diptyque. Encore un mystère propre à la GW-Fiction, qui n’en manque décidément pas. Divisé en sept sous-parties plus ou moins thématiques (je comprends ce qui a été fait pour ‘We are the Space Marines…’, beaucoup moins pour ‘Kill Them All!’), ‘Let the Galaxy Burn’ propose un panorama quasi-complet du 41ème millénaire tel qu’il était couché sur le papier par les auteurs recrutés par la BL au tournant du 3ème (millénaire). On a donc droit à du « BL-Style » chimiquement pur et en grande quantité, grâce aux efforts enthousiastes mais pas toujours aboutis des 18 contributeurs ayant prêté leur plume et leurs idées à ce regroupement hétéroclite de courts formats assez nerveux en règle générale. Avec pas moins de cinq piges à son actif, c’est l’aujourd’hui vénérable Gav Thorpe qui fait office de pyromane galactique en chef, suivi de Ben Counter et Dan Abnett (4 chacun). On peut toutefois décerner à ce dernier le titre de MVP, car ‘Let the Galaxy Burn’ contient deux inédits du futur Maître du Millénaire Sombre et Se/aigneur de Terra : ‘Playing Patience’2 et ‘The Fall of Malvolion’. A son niveau, C. S. Goto fit de même avec ‘The Tower’, et remporte ainsi le prix de la confidentialité car cette nouvelle ne bénéficié (à ce jour, et je ne pense pas que ça change de sitôt) d’aucune réédition depuis lors. Faîtes ce que vous voulez de ces informations. Avant de conclure cette introduction et de passer aux choses sérieuses, je tiens à prévenir le lecteur que les chroniques qui suivent constituent aussi une plongée dans mes travaux critiques de la dernière décennie (dit comme ça, ça me fout un coup de vieux). La différence entre les nouvelles que j’ai couvertes au début de ma « carrière », comme ‘The Raven’s Claw’ ou ‘Ancient Lances’ et celles que j’ai abordées bien plus tard (‘Playing Patience’) ne manquera pas de sauter aux yeux du lecteur, qui se trouvera en présence d’un patchwork de revues. Je me suis brièvement demandé s’il ne serait pas nécessaire de reprendre mes premiers travaux pour uniformiser le tout, mais comme je ne renie ces modestes débuts, je me suis contenté d’éditer à la marge les références n’ayant plus lieu d’être dans les chroniques. J’espère que le résultat vous satisfera ! 1 : Si vous vous dîtes qu’il aurait été plus stylé d’arrondir à 40, ne vous inquiétez pas les éditeurs avaient eu la même idée, et réaliseront leur objectif dans le recueil ‘There Is Only War’, comptant 41 entrées en hommage aux 41 millénaires de la franchise. 2 : Ce que je trouve assez étrange car la BL a soigneusement gardé hors de l’anthologie les autres nouvelles inquisitrices d’Abnett. . We are the Space Marines, the Champions of Humanity Words of Blood – B. Counter : The Black Pearl – C. Pramas : Angels – R. Earl : Unforgiven – G. McNeill : In the Belly of the Beast – W. King : . Suffer Not the Alien to Live Hellbreak – B. Counter : Small Cogs – N. Rutledge : The Fall of Malvolion – D. Abnett : Children of the Emperor – B. J. Bayley : Deus ex Mechanicus – A. Chambers : Business as Usual – G. McNeill : Only in Death Does Duty End Salvation – J. Green : Hell in a Bottle – S. Jowett : Tenebrae – M. Brendan : Daemonblood – B. Counter : Know Thine Enemy – G. Thorpe : Innocence Proves Nothing Nightmare – G. Thorpe : Ancient History – A. Chambers : The Tower – C. S. Goto : Loyalty’s Reward – S. Jowett : Raptor Down – G. Thorpe : For the Emperor! Defixio – B. Counter : Ancient Lances – A. Hammond : Ork Hunter – D. Abnett : The Raven’s Claw – J. Curran : Emperor’s Grace – A. Hammond : Acceptable Losses – G. Thorpe : Burn the Heretic, Kill the Mutant, Purge the Unclean Pestilence – D. Abnett : Barathrum – J. Curran : Suffer not the Unclean to Live – G. Thorpe : The Lives of Ferag Lion-Wolf – B. J. Bayley : Playing Patience - D. Abnett : Kill Them All! Snares and Delusions – M. Farrer : Apothecary’s Honour – S. Jowett : Unthinking Justice – A. Millward : Battle of the Archaeosaurs – B. J. Bayley : The Wrath of Khârn – W. King : Into the Maelstrom – C. Pramas : *** Et voilà qui conclue cette revue de ‘Let the Galaxy Burn’, et clôture définitivement la partie grimdark de mon aventure infernale ! Je ne pense pas avoir besoin d’émettre de jugement final sur cette anthologie, qui présente la variété stylistique et qualitative propre à la plupart des recueils de la BL. Si vous êtes fans de cette époque mythique et fondatrice de la GW-Fiction, nul doute que vous trouverez plaisir à parcourir ces pages aujourd’hui un peu jaunies. Sinon, il y a énormément d’autres ouvrages qui vous attendent dans les rayons de la Bibliothèque Interdite, et vous y trouverez sans doute votre bonheur… je vous le souhaite en tout cas ! Schattra, a slow burn
  15. Ajout des nouvelles de la Black Library Events Anthology 2019/20. 'Death by a Thousand Gnaw-Bites' (D. Guymer) 'Tower of Secrets' (G. Lyon)
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.