Jump to content
Warhammer Forum
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt

Search the Community

Showing results for tags 'chaos'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Général & Associatif
    • /!\ Annonces Importantes /!\
    • Suggestions & Forum
    • Association, projets et évenements Warfo
  • Communauté
    • Autour du Warfo
    • Rapports de Batailles
    • Animations Warfo
    • Récits, Poésie et Dessins
    • Rencontres entre joueurs
  • Modélisme
    • Figurines
    • Armée Unique
    • Armées Multiples
    • Décors
    • Animations Warfo
    • Choix des Armes
    • Techniques
    • Tutoriels
  • 41/31 st Millénium
    • 40K - Général
    • 40K - Rumeurs et Nouveautés
    • 40K - Règles
    • 40K - Armées
    • 40K - Création & Développement
    • 40K - Background
    • 40K - Manifestations
    • KillTeam
    • Necromunda
    • WQ-Blackstone Forteress
    • Epic / Adeptus Titanicus
    • Aeronautica Imperialis
    • Horus Heresy
    • Anciens Jeux
  • Mortal Realms
    • AoS - Général
    • AoS - Rumeurs et Nouveautés
    • AoS - Règles
    • AoS - Armées
    • AoS - Création et Développement
    • AoS - Background
    • AoS - Manifestations
    • Warhammer Underworlds
    • Warcry
    • WQ-la Cité Maudite et précédents
    • Anciens Jeux
  • Terre du Milieu
    • SdA/Hobbit - Général
    • SDA/Hobbit - Rumeurs et Nouveautés
    • SdA/Hobbit - Règles
    • SdA/Hobbit - Armées
    • SdA/Hobbit - Création et Développement
    • SdA/Hobbit - Background
    • SdA/Hobbit - Manifestations
    • Anciens Jeux
  • Monde-qui-Fut
    • TOW - Général
    • TOW - Rumeurs et Nouveautés
    • TOW - Règles
    • TOW - Armées
    • TOW - Créations et Développement
    • TOW - Background
    • TOW - Manifestations
    • BloodBowl
    • Anciens Jeux
  • Autres Wargames
    • AW - Général
    • AW - Rumeurs et Nouveautés
    • AW - Le 9e Âge (T9A)
    • AW - Règles & Armées
    • AW - Background
    • AW - Manifestations
  • Autres Types de Jeux
    • Jeux de Plateaux
    • Jeux de Rôles
    • Jeux Vidéos
  • Brocante du Warfo
    • Achats/Ventes/Echanges

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Location


Jeux

  1. Le journal de Marzell von Stirlingen Fluff publié dans le Ninth Scroll nº14, et dont de nombreux passages sont repris dans le Livre d'armée supplément Cavaliers makhars. Traduction par ‘Ghiznuk’, relecture par ‘Minidudul’ et ‘Aenoriel’. Extraits du journal de Marzell von Stirlingen, ambassadeur de l'empereur Matthias auprès de la horde makhare dont le camp a été aperçu par notre patrouille de reîtres, à trois jours de marche à l'est de Volskagrad, dans la steppe au-delà des Flambeaux. 3e jour d'acrobre, début de soirée Il semblerait que les rapports de nos reîtres aient été fondés, malgré les nombreux doutes qui ont été exprimés à leur sujet. Les éclaireurs makhars qui nous interceptés avec une vitesse tout à fait surprenante nous ont escortés jusqu'à une véritable mer de tentes et de feux. Leurs guerriers sont innombrables, hommes comme femmes. Chacun de ces visages battus par le vent dégage la même aura de haine et de répulsion. Leur odeur est épouvantable, mais je m'abstiens de tout commentaire. Même si je comprends leur langue gutturale, il me semble plus avisé de garder mes réflexions pour moi. On les dit fort susceptibles ; le parchemin que je tiens, portant le sceau de l'Empereur, me paraît tout à coup une bien dérisoire protection. Au cœur de leur camp se dresse un imposant pavillon de cuir, de la taille d'un entrepôt d'Alfhaven. Je suppose qu'on pourrait facilement y loger tout un bataillon. De plus près, je constate qu'il est fait de cuir chevalin. Je savais que les Makhars ont une relation particulièrement étroite avec leurs montures, mais je trouve que le fait de vivre dans des bâtiments faits de la peau de leurs bêtes illustre parfaitement leur caractère primitif. Nous voyant arriver, des gardes viennent à notre rencontre. Je lève le bras, et notre petite compagnie s'arrête. J'espère sincèrement que le message demandant des pourparlers de paix que j'ai remis à notre guide sera bien reçu et accepté. Mais cela est difficile à dire. Ces gens de la steppe ne sont guère expressifs. Je suppose qu'ils attendent de voir la réaction de leur chef. Le battant en cuir qui sert de porte d'entrée au pavillon se relève. Un homme trapu, aux cheveux noirs et à l'air farouche, en sort. Au vu de la déférence que lui témoignent les Makhars qui nous entourent, je suppose qu'il s'agit de leur chef, le « gyula ». Il me fixe de son seul œil encore valide et, quand bien même il est vêtu d'un accoutrement qui ferait rougir le plus crasseux des mendiants du port, il est difficile d'ignorer la lueur d'intelligence qui brille dans son regard, ainsi que sa maîtrise de soi. Je soutiens son regard, mais ce duel est de courte durée : je dois bientôt admettre ma défaite. Il a un renâclement de triomphe (ou de dégoût ?), et commence à parler d'une voix pleine de l'accent des prairies, dans la langue à l'étude de laquelle j'ai consacré tant d'efforts. « La steppe des Makhars engendre de rudes hommes. Ce n'est que par un engagement sans faille envers notre peuple que nous autres, Makhars, parvenons à survivre dans ces plaines sans fin et inhospitalières, et à affronter les créatures redoutables qui y vivent. La loyauté est attendue et exigée de tous. Aucune faiblesse ne peut être tolérée. Nos alliés sont les bêtes de la steppe : le cheval, le chien, le puissant turul, le mammouth, et d'autres encore. Notre loi est celle de la guerre, une guerre que nous menons contre l'adversité permanente. Des profondeurs de la puissante steppe, nos hordes frappent avec une force élémentaire. Notre vitesse et notre férocité sont légendaires. Loin de nous la vie molle et aisée des sédentaires de l'Ouest ! Nous sommes les fils de l'herbe, du ciel et du vent, et partout nous portons la mort. Mon fidèle compagnon, Munkátsh, vous fera la démonstration de la puissance de notre armée. Écoutez bien ses dires, et sachez tenir votre langue ; car vous n'êtes pas entouré d'amis. En effet, si j'honore les termes des pourparlers et si je me retiens de verser votre sang, mon peuple pourrait ne pas vous porter les mêmes égards. Abreuvez vos yeux de notre grandeur, pour pouvoir la rapporter à vos maîtres. Dites-leur bien qu'à moins qu'ils n'accèdent à nos demandes, leur chute est proche. » Le gyula disparait de nouveau dans son pavillon. Un guerrier s'avance. Il se tient bien trop près de moi – une agression en bonne et due forme pour mes narines, mais je parviens à ne pas laisser voir ma réaction de recul. L'épée qui pend à sa ceinture a l'air usée. Il est clair que c'est là Munkátsh. C'est maintenant que nous verrons si les heures passées à compulser les traités de langue makhare n'ont pas été vaines. « Nos gyulas dirigent par l'exemple, car ils doivent mériter le respect de notre fier peuple. Ils doivent être des chefs talentueux, habiles à l'art de la guerre autant qu'à celui de la diplomatie, afin de pouvoir maintenir ensemble les éléments indisciplinés de nos tribus. Ce n'est pas là une tâche facile, nombreux sont ceux qui échouent. Leur faiblesse est leur perte, qu'ils soient tués par les lances de l'ennemi ou par les lames de leurs « amis ». Ceux-là, nous ne pleurons pas leur décès. Mais ceux qui parviennent à maîtriser cet art énigmatique sont rapidement aussi adorés que les dieux, et lorsque vient pour eux l'heure de quitter la steppe, nous élevons un grand tertre de terre afin qu'ils puissent conserver leurs trésors en ce Royaume comme en l'autre. Les faibles, quant à eux, sont abandonnés dans l'herbe, pour servir de pâture aux loups. Les présages que lisent les táltoshs dans le vent et dans les entrailles annoncent la venue d'un grand gyula, qui nous mènera à l'hégémonie sur les peuples sédentaires. Nous attendons son arrivée. » Sur ce, il presse le pas, sans un regard en arrière, présumant visiblement que nous le suivons. À quelque distance du camp, une yourte isolée se dessine dans les ombres projetées par les flammes vacillantes des feux de camp. Munkátsh approche lentement. Il se met à chuchoter, tandis qu'un nouvel arôme de sang, de feu et d'encens emplit l'air autour de lui. « Certains d'entre nous voient ce que la plupart des Makhars ne voient pas. Ils perçoivent le cœur vivant et battant de la steppe, ressentent le rythme du vent, communient avec l'esprit de notre terre. La voie des táltoshs est un chemin parsemé d'embûches. Les táltoshs font tout autant partie de la horde que nos chevaux et nos arcs. Nous attendons d'eux qu'ils se battent à nos côtés, qu'ils vivent et meurent comme nous, dans le feu du combat. Leur savoir éveille l'immensité de la steppe qui vient terrasser nos ennemis. À de nombreuses reprises, leurs pouvoirs sont capables de renverser le cours d'une bataille. » Munkátsh s'éloigne d'un pas furtif ; je remarque que ce faisant, il part à reculons, faisant face à la yourte du chamane. Nous le suivons du mieux que nous le pouvons. Notre petit groupe quitte les limites du camp. Dans la demi-obscurité, nous nous dirigeons vers les silhouettes des animaux qui sont parqués là. Munkátsh se fait plus loquace. Il veut nous montrer ses chevaux favoris – il insiste. Un enfant émerge de l'herbe, agrippant un lourd bâton. Il nous défie du regard, paraît désapprouver notre guide. Sortant des ombres derrière lui, une créature véritablement effrayante vient se positionner à ses côtés. Rappelant par sa forme nos propres chiens de chasse, cette bête est néanmoins aussi haute que l'enfant. Sa fourrure épaisse et emmêlée, de même que son regard, sont le témoin d'une myriade de luttes menées dans le noir. « La steppe abrite de nombreuses bêtes redoutables. Nous apprenons à les connaître dès notre enfance ; les histoires narrées autour du feu nous en inculquent une saine frayeur. Nous confions à nos jeunes la tâche de garder nos troupeaux de chevaux, chèvres et moutons. Mais il ne s'agit pas pour autant d'un jeu d'enfant : s'ils meurent, nous mourons. C'est pour les aider que nous élevons ces chiens : territoriaux, courageux, ils affrontent les terreurs de la steppe armés de leurs crocs et de leurs griffes. Ce ne sont pas des animaux de compagnie, comme ceux qu'élèvent les sédentaires ; les nôtres sont le fruit d'une sélection qui dure depuis des siècles, qui ne garde que les plus rapides et les plus farouches de leur race. Accoutumés à repousser les loups, et pire même, au plus profond de l'hiver, ils savent, tout comme nous, que nos troupeaux sont notre source de vie, et que leur combat contre les bêtes sauvages de la plaine doit forcément finir par la mort – la leur ou celle de leurs ennemis. » Le chien-loup se fond à nouveau dans les ténèbres, suivi par l'enfant. Munkátsh s'éloigne déjà à grandes enjambées. Je trottine derrière lui, ravi de m'éloigner du monstre. Un curieux spectacle s'offre à présent à moi. Un homme vêtu de ce qui semble être les restes de la livrée d'un chevalier d'Équitaine est occupé à remplir un seau de crottin de cheval. Il est évident que ce travail lui déplaît. Je l'approche et le salue dans sa langue, que je parle aussi bien qu'un natif de ce royaume. Cela paraît l'émouvoir : il se lance promptement dans le récit de ses mésaventures. « Estions prêts à recevoir leurs cavaliers, car informés de leur arrivée. Œuvrâmes – entendez que manants œuvrèrent – journée entière à creuser tranchées que couvrîmes d'herbe fauchée afin de rompre les jambes des leurs cavales. Mais cavaliers jamais ne vinrent, seulement hordes de leurs sauvages vassaux tamyirs, pressant le pas. Cela effaroucha les manants, et je dus sévir. Plutôt sévèrement, s'il me souvient bien. En vain, certes, car fusmes submergés en un rien de temps. » Aussi invraisemblable cela puisse-t-il paraître, cet homme que nous avons rencontré là affirme être le baron Louis de Châtray, autrefois chevalier de la Quête, aujourd'hui simple purineur, pitoyable tableau, abominable odeur. J'ai jadis admiré son père jouter à Guênac. Son fils est tombé bien bas pour se retrouver prisonnier un en tel endroit. Alors que je prends congé pour m'élancer derrière Munkátsh, il demande misérablement si j'ai du vin dans mon bagage. Je le soupçonne de ne supporter son sort que par une consommation généreuse d'alcools forts. Je lui promets une bouteille. Peut-être ferais-je mieux de l'empoisonner afin de le libérer de son triste destin. Notre guide nous mène à présent vers un quartier du camp où les guerriers sont notablement différents. Plus larges d'épaules et plus costauds, ils se prélassent autour de leurs feux avec un air de nonchalance. Ça et là, de lourdes lances sont plantées pour former de petites pyramides. Même Munkátsh paraît intimidé en leur présence. Non loin, les enclos sont peuplés de montures plus grandes et plus massives que la plupart de celles que j'ai vues. Je reconnais là les demi-sangs daciens, élevés dans le sud-est de la steppe. Chacun d'entre eux équivaut à la rançon d'un prince dans les terres civilisées. Peut-être pourrais-je en demander un en guise de cadeau ? Ils sont gardés près du camp. Ceci semble indiquer qu'ils sont ici aussi considérés comme étant de grande valeur ; leurs propriétaires préfèrent ne pas prendre de risque en les plaçant entre les mains des garçons pâtres et de leurs chiens. Munkátsh est toujours en train de parler. Je me ravise, pour donner l'impression que je n'ai cessé de l'écouter au lieu de convoiter leur cheptel. « Tous nos guerriers ne combattent pas à l'arc… », conclut-il, prenant un air narquois en voyant mon visage. S'arrêtant près d'un petit groupe de chevaux, Munkátsh donne une tape sur la tête d'un petit garçon, qui détale rapidement pour se tenir à distance. Cela est sans doute perçu chez eux comme un geste de tendresse familiale. Munkátsh indique le cheval le plus proche, et un sourire d'authentique plaisir parental illumine son visage. Si cet homme connaît l'amour, alors en voici certainement une preuve. « Notre code du guerrier est un mode de vie qui concerne également nos chevaux, qui sont les plus proches et les plus vieux de nos alliés. Aussi rudes que les hivers cruels qu'elles endurent, nos braves montures nous fournissent tout ce dont nous avons besoin : leur vitesse, leur lait, leurs tendons pour nos arcs, leur cuir, la richesse et, au besoin, leur viande. Leur fidélité est totale et ancienne ; nos familles et leurs lignées s'entremêlent plus loin que remontent nos plus anciennes traditions orales. Nous sommes un seul et même peuple. Nous vivons et mourons ensemble. Tous les Makhars sont des cavaliers et des archers accomplis – notre survie en dépend. Aucun homme ne peut rivaliser avec nous à cet égard. Nous combattons comme un seul être hybride : homme, cheval et arc, comme une seule entité. Avec nos arcs, un archer à cheval makhar est à craindre, surgissant sans le moindre avertissement et disparaissant tout aussi vite. On ne peut compter ceux pour qui la dernière chose qu'ils ont entendue a été le sifflement de nos flèches. » Dans le noir, d'étranges sons nous parviennent de cette partie du camp. Je suis heureux de ne pas en discerner la source. Il semble que ce sentiment soit partagé par Munkátsh. « Parmi les Makhars, certains suivent une voie plus sinistre. Celle du flagelleur. Alors que la plupart de nos frères se contentent de leurs chevaux et de leurs moutons, les flagelleurs recherchent un bétail plus exotique et parfois dangereux : chimères, turuls, karkadans, voire même des feldraks. Plus féroce est leur cheptel, plus il est prestigieux aux yeux du flagelleur. Pour contrôler ces troupeaux périlleux et imprévisibles, les flagelleurs chevauchent des ombres chasseresses. Il faut être très rapide pour pouvoir diriger de tels troupeaux, tout en étant capable d'esquiver leurs terribles griffes et leurs mâchoires mortelles, en faisant claquer leurs fouets pour déchirer le cuir et la chair. » Je ne suis que trop heureux de poursuivre notre visite. Rebroussant chemin, je suis surpris d'entendre un accent d'Aschau très prononcé émanant du milieu d'un petit groupe de femmes makhares. L'homme, de toute évidence, passe du bon temps ; il est complètement saoûl. Munkátsh nous explique qu'il s'agit d'un guide au service des Makhars. Il est clair qu'il le méprise. L'homme affirme être le sergent J.G. Holtz, du 7e détachement de reîtres d'Ullsberg. Il prend un vif plaisir à nous raconter son histoire. Quant à moi, j'aurais bien pu m'en passer. « Vous voulez savoir ce qui hante mes cauchemars ? J'ai été un reître pendant trente ans. J'ai vu, combattu et tué à peu près tout ce qui marche, vole ou rampe sur cette terre. J'ai affronté de nombreux cavaliers et fantassins ennemis. Du menu fretin pour nos arquebuses à répétition. Mais ce char… c'est la pire chose que j'aie jamais vue. Je ne l'oublierai jamais. Quatre redoutables guerriers, dont deux étaient montés sur les chevaux qui tiraient le char. Un véritable problème. Deux fois trop d'arcs, deux fois trop de lances… On a perdu de bons éléments ce jour-là. Qu'Ullor les bénisse. Et maintenant, passez-moi cette bouteille. » Une fois revenus au pavillon du gyula, nous subissons ce qui passe pour du divertissement parmi ces gens. Des danseuses et un alcool véritablement effroyable, à base de lait fermenté. J'espère qu'il s'agit de lait de cheval, mais j'ai des doutes. Nous buvons à petites gorgées, en souriant à chaque fois que cela est requis. Nos hôtes se lassent rapidement de nous : nous avons pour ainsi dire quartier libre. Nous nous prélassons dans une alcôve plus calme du pavillon. Après quelque temps, j'aperçois un petit coffre contenant des parchemins. L'un d'entre eux, taché de sang séché, retient particulièrement mon attention. Je le tire de son casier avant de me plonger dans le texte. « Maître, j'éprouve de grandes difficultés à obtenir les œufs de turul que vous avez demandés. Ces créatures sont bien plus intelligentes que les aigles. Dès que la mère part chasser, sitôt que je vois ses ailes disparaître au-delà de l'horizon, j'entame ma descente. Mais à chaque fois que je suis à quelques mètres de son nid, mon guetteur me crie de remonter. Comme si ce maudit turul pouvait me repérer à des lieues de là ! Ces bêtes sont vraiment à craindre : l'arrière d'un lion de montagne et les serres, la tête et les ailes d'un faucon géant. Je n'ose m'approcher trop près de son nid tant qu'elle est en vue, sans quoi je finirais lacéré. Il me faut trouver une autre méthode. » La signature en est illisible. Je suppose que la personne qui a écrit cette lettre a quitté ce monde depuis bien longtemps. Je commence à l'envier. Un second parchemin attire maintenant mon regard. Il semble être un extrait du journal de voyage de Columbo Vinaroni, ambassadeur de Zilas auprès du Grand Khan. « Notre guide continue à s'amuser de notre ignorance. De nombreux mois après que nous avons quitté Volskagrad, nous avons passé la nuit dans une vallée rocailleuse, près d'un trou d'eau alimenté par un petit torrent. À notre réveil, dans le soleil matinal, je suis parti m'étirer les jambes et relâcher ma vessie. À ma grande surprise, j'ai vu de l'autre côté du trou d'eau, occupé à se désaltérer goulûment, une bête velue, dont le nez était surmonté d'une gigantesque corne. Tout joyeux d'être le premier homme de Zilas à contempler de ses propres yeux la majesté d'une licorne, j'ai réveillé le camp de mes cris. Mais une fois debout, notre guide n'a pas manqué l'occasion de se moquer de ma « découverte », tout en m'informant de la véritable nature de la bête. Comme pour enfoncer le clou, le karkadan a tourné les talons et vidé ses entrailles dans ma direction, éparpillant ses excréments fumants de quelques vigoureux coups de ses pattes arrière. Puis, avec un grognement, il a foncé en direction de la toundra pour y rejoindre sa harde. » Je poursuis ma lecture tandis que les Makhars continuent leurs ripailles. « Pénétrant dans la vallée en descendant d'un haut col, la mer d'herbe émeraude s'étendait devant nous comme une étoffe de soie jetée nonchalamment par terre. Le bleu profond du ciel matinal rencontrait à l'horizon le vert sans fin de la steppe. Les ondulations idylliques de la prairie n'étaient interrompues que par les gros rochers qui parsemaient l'herbe en petits amas jetés çà et là. Vus de plus près cependant, ces rochers nous sont apparus recouverts d'une épaisse fourrure. Quand je l'ai signalé à mon guide, il a une fois de plus failli tomber de son cheval, tant il riait. Il nous a informés de ce que ces rochers sont en réalité d'énormes créatures, assez débonnaires lorsqu'elles sont occupées à pâturer. Cependant, ces « mamuts », comme il les appelle, sont capables de se muer en de véritables monstres enragés une fois en colère. Ils sont élevés et montés de la même manière que les chevaux ; leur lait, une fois fermenté, sert à confectionner le kumiss, une liqueur très forte, hautement prisée parmi les tribus makhares. » Munkátsh est de retour. Il se jette à mes côtés et m'offre encore un peu de ce « kumiss ». J'en prends une gorgée, en gage de politesse. Un grondement sourd qui nous parvient d'en-dehors du pavillon couvre le brouhaha de la foule des fêtards. Je lève des yeux inquiets sur mon guide, qui accueille ma réaction d'un sourire narquois. « Certains habitants de la steppe entretiennent de bonnes relations avec les géants qui errent dans la plaine. Bien que leur démarche maladroite tranche avec l'agilité de nos cavaliers légers, ils peuvent s'avérer très efficaces au combat. Certains, désireux d'imiter nos archers, portent de puissants arcs qui projettent de gigantesques flèches mortelles, capables de dévaster les rangs ennemis. Un fort beau spectacle. » Je réponds que j'apprécierais certainement voir ce spectacle, mais seulement du haut de mes remparts. Nous attendons, assis. Peut-être serons-nous autorisés à envoyer notre rapport relatif à cette masse humaine qui avance en direction de l'ouest. Sinon, il me faudra bien tenter de faire sortir ces notes du camp par les moyens que je trouverai. L'Empereur doit être informé de ce qui vient. –––––––––– Les présentes notes sont parvenues à la cour de l'empereur Matthias le 23 acrobre, ayant été découvertes en possession de deux hommes à l'article de la mort, totalement perdus dans la steppe. La patrouille qui les a trouvés affirme que tous deux déliraient et s'accusaient l'un l'autre de leur infortune. Ces deux hommes ont fourni des preuves suffisantes permettant de les identifier comme étant l'un le sergent J.G. Holtz, reître impérial, et l'autre le baron Louis de Châtray, chevalier équitain. Je dois avouer que je me trouve surpris que la Cour ait ainsi accepté ces téméraires affirmations ; car ces deux individus n'ont guère l'air de ce qu'ils prétendent être. Ces notes, à moitié recouvertes de sang séché, ont été acheminées hors du camp dans un emballage ciré astucieusement dissimulé dans une bouteille de vin. Ce vin était vraisemblablement empoisonné ; les messagers ont déclaré l'avoir utilisé pour se débarrasser des gardes du camp, vu que les Makhars sont de grands amateurs d'alcool. Et pas qu'eux, d'ailleurs, à en juger par l'odeur des deux compères. Ces deux hommes se sont vu offrir l'honneur de rejoindre la mission diplomatique que l'Empereur m'a ordonné de conduire afin de vérifier la véracité des informations contenues dans ces notes et de localiser la délégation menée par Von Stirlingen. Dire qu'ils ont tous deux poliment décliné notre offre serait un euphémisme. – Gravius Stiegler, ambassadeur impérial, Notes prises le jour du départ, le 25 acrobre
  2. Monjour les loulous ! J'ouvre ce nouveau sujet (a la place de [40k-Death Guard] - Les élus de Nurgle) car je voulais vous montrer plus de figurines de plusieurs races et univers ! Au programme : Death Guard T'au Eldars Stormcast Eternals Ce sujet nourrira un récit multi-univers disponible prochainement ! ! Infos ! Schémas de couleur : Death Guard : fils souillés T'au : T'au Eldars : Ulthwé Stormcast Eternals : customisé Matériel de photographie : Smartphone Samsung (qualitée pas tip top) J'ai pas de bombe de vert Death Guard ? ¡ Fin des infos ¡ Bon, assez parlé, j'attaque avec deux plague Marines ! (Dark Imperium et Plague Marine Icon Bearer) Photo de groupe : Bon, je les ai peints il y a un bon moment alors c'est pas fou... Bon...y'a un bug avec FlickR donc ce sera malheureusement tout pour aujourd'hui... Je poste ce que je n'ai pas pu demain ! A très vite !
  3. Une convertion de Dread de Khorne que je n'ai jamais terminé... Pfff!
  4. Voici quelques figs que j'ai réalisé il y a déjà un petit temps:
  5. Bonjour à tous, Je profite de quelques trou dans mon planning de commande de peinture pour faire avancer un projet que j'ai en tête depuis quelques temps, une armée de Guerrier des Dieux Sombres sans aucun piéton. Et parce que si il n'y a pas de défis, c'est pas drôle, j'ai décidé d'utiliser de faire l'armure de mes guerriers en NMM or, ce que j' n'ai encore jamais fait. Bref, j'ai eu envie de vous faire partager son avancée, alors voici les premières photos (Les photos sont pas génialissimes, mais je devrais recevoir de nouvelles lampes sous peu) La première unité que j'ai fini, des chevaliers élus que j'ai converti avec des guerriers du chaos et Vanguard Pallador stormcast eternal, et je savait pas trop quoi faire pour le freehand de la bannière, donc j'ai fini sur une spirale. Les socles sont du calendrier que j'utilise comme support pour la peinture, je suis en train d'avancer dessus en ce moment Prochainement, une première unité de cavaliers maraudeurs ainsi que le sorcier du chaos monté.
  6. Salut - sur le lord discordant via formation meute des orges d âmes , si je remplace ses mécavrilles ( chaque fois que le porteur combat , il peut effectuer 2 attaques supplementaires F4 ...) par des mécaserpents ( chaque fois que le porteur combat, il peut effectuer 1 attaque F5 ... pour chaque fig ennemie a 1ps) : -j échange mes 4 attaques conte l effet des mécaserpents ? - j en échange juste 1 pour "débloquer " l arme ? - je fait 4 attaques + effet des mécaserpents ? - sur la formation "batterie de dévastation" le stratagème "salve punitive" ( - à la fin de la premiere phase de mouvement adverse si vous n avez pas le premier tour , une unité peut tirer comme une phase de tir ) est joué sur des havocs de slaanesh black légion - donc : - je peux utiliser les stratagèmes "veterans de la longue guerre " + " cacophonie sans fin" - quid ? du stratageme black legion "la pointe de la lance" ( au début de votre 1iere phase de tir ... un bonus de relance) : votre 1iere phase de tir = celle du T1 ou celle d avant notre T1 via "salve punitive " (perso je pense pas que ce soit autorisé ) voila mes interrogations pour l instant
  7. Bonsoir à tous, Je me décide tout doucement à me lancer dans une force SMC dans un milieu amical mais avec l'envie de liste qui tienne la route. Il y a des unités qui me font de l'oeil et je sais que se sont les moins fortes du codex mais vu que je ne compte pas faire du compétitif, ca doit valoir le coup de les jouer. Les unités qui me font de l'oeil sont essentiellement : Raptor/warp talon, Heldrake, Helbrute, Forgefiend, un chaos predator etc Je suis un peu le jeu depuis la v8 et j'ai maté les vidéos de French Wargame Studio pour me dire au courant des unités/nouveautés. - le helbrute en terme de rentabilité c'est Canon laser/ Lance missile si je ne me trompe pour le l'aspect tire - les raptors/ warp talon sont boudés en cette v8 mais j'adore l'aspect de cette unité et avec Haarken Worldclaimer, ça me donne encore plus d'en jouer sur une table - le Heldrake j'adore l'aspect de la fig tout simplement ^^ - le Forgefiend, pareil que le Heldrake, la fig me plait énormément. Niveau équipement, j'ai cru comprendre que le plasma est moins rentable que les canons hadès. Qu'en est-il du forgefiend en CàC ?? - le chaos predator ca se joue full canon laser de ce que je vois sur table ? Je me laisse le temps car j'ai compris qu'en Mars, il va y avoir des nouveautés en chaos mais je prend les devants et je suis preneur de conseils pour me guider niveau liste amical mais qui tiennent la route.
  8. Le week-end dernier avait lieu la Chute de Kazad Lok, un week-end Warmaster et Man O'War durant lequel s'est joué le dernier chapitre d'une campagne débutée en 2014 sur le thème de la Fin des Temps dans la région de Kazad Lok. La région de Kazad Lok est mise à feu et à sang par les hordes du Chaos et les verminhordes Skavens. Depuis les ruines de Wielstadt, Vytor le Corrompu impose le règne de terreur des puissances de la ruine. Seuls quelques bastions des hommes, des nains et des elfes s'opposent encore à la Fin des Temps. Dans la cité de Belport, la garnison Bretonnienne a été renforcée par les survivants de Wielstadt et de la forteresse naine de Kazad Lok. Au nord-est, la Forteresse Etoilée des Hauts-Elfes continue à résister aux assauts ennemis tandis qu'à l'ouest des Montagnes de la Roche Noire les cohortes d'Hommes-Lézards assurent la défense des Marais de la Désolation où se dresse désormais la cité d'Azka. Pour ce dernier chapitre de la Saga de Kazad Lok, rejoindrez-vous les forces du Chaos et des Skavens ou jetterez vous vos dernières forces dans la défense des Hommes, des Elfes et des Nains ? Quel que soit votre destin, préparez vous à la Fin des Temps ! Le détail du contexte romancé de la campagne est disponible ici. L'une des originalités de cette campagne est que les différents arcs narratifs ont été joués non seulement à Lyon mais aussi à Vallauris (dans les Alpes-Maritimes) mais aussi Nouméa (oui, en Nouvelle-Calédonie) et à West Lothan (oui, oui, en Ecosse !). C'était donc une campagne multisystèmes et multilocalisée ! ? Je vous propose de découvrir le compte-rendu des événements arc narratif par arc narratif... Plusieurs armées coalisées avaient quitté la cité Bretonnienne de Bel Port : Bretonniens, Hauts-Elfes, Nains et même Morts-Vivants étaient tous réunis sous la bannière du Duc Sébastien de la Fouche. Leur objectif était d'investir Wielstadt et de découvrir la cachette du Bâton de Jade. En canalisant la puissance magique rassemblée par les alliés de Bel Port partout dans la région, le Duc de la Fouche espèrait activer l'artefact et accomplir les prophéties découvertes par le prêtre-mage d'Azka : sauver Kazad Lok de la Fin des Temps ! Mais Wielstadt était devenue le repère de Vytor le Corrompu, l'envoyé d'Archaon lui-même. Le Champion du Chaos avait d'autres plans pour l'antique artefact de Lustrie qu'il voulait utiliser à ses propres fins pour défier Archaon et prendre sa place auprès des Puissances de la Ruine. Il avait tendu un piège aux armées de l'Ordre qu'il voulait attirer jusqu'au Bâton de Jade pour l'abreuver des âmes de ses ennemis. C'est à Wielstadt que devait se jouer le destin de Kazad Lok ! TOUR 1 - LES PLAINES DE WIELSTADT Les éclaireurs envoyés vers Wielstadt rapportèrent au duc et à ses alliés que d'importantes forces ennemies campaient au pied des murailles de la ville. Ces hordes de démons et d'adorateurs du Chaos devaient être dispersées avant de pouvoir assiéger la cité. En réalité elles avaient reçu l'ordre de Vytor le Corrompu de procéder à une résistance de façade avant de battre en retraite afin d'attirer les armées de l'Ordre dans la cité. Après s'être concerté avec le comte vampire von Heiltse et l'envoyé de la Forteresse Etoilée, Sébastien de la Fouche décida de lancer l'assaut rapidement. Une armée de Khemri et un ost de Hauts-Elfes prirent la tête de l'assaut. Les morts-vivants se heurtèrent à la sauvagerie des légions démoniaques invoquées par Vytor le Corrompu et il fallut toute la force de sa volonté pour imposer aux créatures du Warp de ne pas détruire leurs ennemis et de se retirer en bon ordre. Olrick mène ses Démons contre les Morts-Vivants de Magnus L'attaque des Hauts-Elfes contre une armée de guerriers du Chaos et d'Hommes-Bêtes fut quant à elle si soudaine que les adorateurs du Chaos furent promptement massacrés sans opposer de réelle résistance. Seb Seb à la manoeuvre ! VICTOIRE MINEURE DE L'ORDRE A la fin de la journée, les plaines de Wielstadt avaient été nettoyées de toute présence des serviteurs des Puissances de la Ruine. Malgré la résistance de ses démons, la plupart des forces de Vytor le Corrompu n'avaient pas eu le temps de battre en retraite et avait été détruite... Résultats détaillés Morts-Vivants de Khemri (Magnus) vs Légions Démoniaques (Olrick) : Victoire des Légions Démoniaques Hauts-Elfes (Seb Seb) vs Chaos (LaTribuneLudique) : Victoire des Hauts-Elfes
  9. Bonsoir, Je n'ai jamais joué, j'aimerais me lancer dans le Chaos mais les mortels, pas les démons. J'ai 16 guerriers et 5 cavaliers. Que me suggérez vous pour commencer? Merci d'avance!
  10. Bonjour a tous et a toutes, je commence ici mon premier (vrai) sujet, je posterais ici les photos et l'avancement de mes figurines "Les élus de Nurgle" (j'ai pris ce nom a l'arrache, je le changerais sans doutes). La formation de mon Ost Repoussant est un Plagueburst Crawler, Un myphitic blight-hauler, Un foetid-bloat drone, 2 escouades de Plague Marines, 26 Poxwalkers (en tout), 2 Lord Of Contagion, 4 blightlords terminators, 1 malignant plaguecaster, 1 Noxious Blightbringer... Je peins avec le schéma de couleur "Fils souillés" (vert death guard). Sur ce, je vous présente ma première figurine : plague marine icon bearer : M CC CT F E PV A Cd Plague Marine {5} {3+} {3+} {4} {5} {1} {1} {7} Sv : 3+ icône du Déséspoir : les unités a 6" ou moins d'au moins une unité ennemie avec une Icône du Desespoir doivent soustraire 1 a leur Cd. Vue générale : Petit zoom : Le dos La bannière : Petit zoom sympa : A très vite !
  11. Le gyrocoptère apparut enfin à l'horizon, rasant la cime des arbres et traînant derrière lui un long panache de fumée noire. Lorsqu'il passa au-dessus de Gibur Gudfudrorn, son pilote lui fit de grands signes de la main et largua le petit tonneau à l'origine de la sombre émanation. L'engin reprit de la hauteur au-dessus de la passe et survola l'armée Naine en cours de déploiement pour lui apporter son appui dans la bataille à venir. Gibur se tourna vers ses capitaines. - C'est parti les gars, ils ont mordu à l'hameçon ! dit-il en s'emparant de son bouclier et de sa hache. Quelques temps plus tôt, les rangers avaient repéré une armée de serviteurs du Chaos en marche vers les ruines de la forteresse de Kazad Lok. Les éclaireurs nains avaient clairement reconnu les bannières élimées de l'un des lieutenants de Vytor le Corrompu, un homme connaissant certainement la cachette du Bâton de Jade à Wielstadt. Il n'avait pas fallu longtemps à Gibur pour préparer son piège. Il avait déployé ses troupes en travers de la route menant aux Montagnes de la Roche Noire, une zone parsemée de collines où il pourrait profiter au mieux de la puissance de son artillerie et de l'endurance de ses guerriers. Il avait même dépêché des Mineurs pour faire une petite surprise à l'ennemi. Puis il avait envoyé le gyrocoptère qui avait feint d'être un éclaireur en difficulté pour attirer les hordes du Chaos jusqu'ici... Alors que les thanes rejoignaient leurs bataillons, le général fut rejoint par le sorcier impérial Reinhard Werich. - Si nous n'arrivons pas à le capturer, profitez au moins du désordre de la bataille pour l'approcher et siphonner son esprit retors ! dit le nain. Ce sera peut-être notre dernière chance de localiser précisément l'artefact ! Puis il prit la tête de sa garde personnelle de brise-fer et rejoignit le reste du throng Deuxième prologues au Codex Lugdunum 2019 - La Chute de Kazad Lok qui aura lieu en mars prochain : l'Ordre tente une nouvelle fois d'obtenir des informations sur la cachette exacte du Bâton de Jade dans la cité de Wielstadt devenue le repère de Vytor le Corrompu, envoyé d'Archaon dans la région en cette période de Fin des Temps... Magnus déploie ses Nains sur le champ de bataille Bondelk Sgestmirn avait bien cru que le voyage vers les ruines de Kazad Lok serait d'un ennui mortel mais manifestement il s'était trompé. Cela avait commencé par un vulgaire piège dans lequel il était tombé comme un débutant. Un gyrocoptère était apparu à l'horizon, il zigzaguait dans le ciel en laissant traîner un gros nuage de fumée noire derrière lui. Dès qu'il avait repéré la horde dirigée par Sgestmirn il avait fait demi-tour pour s'enfuir. Mais vu son état il ne pouvait pas aller bien loin. Sgestmirn avait alors décidé de donner un peu de bon temps à ses hommes (et hommes-bêtes) dont l'ennui commençait à poser problème d'un point de vue discipline. Il avait donc mené sa horde sur la piste du gyrocoptère pour tomber nez à nez avec une armée Naine déployée autour de pas moins de deux batteries de canons ! Le plaisir de combattre avait alors soudainement été remplacé par une légère inquiétude. Les ordres de Vytor le Corrompu était clair, il devait rejoindre la forteresse de Kazad Lok pour s'assurer que les Skavens lui remettent bien les artefacts Nains trouvés dans les ruines et il craignait encore plus la colère du Champion du Chaos que la gueule menaçante des canons qui lui faisaient actuellement face. Il s'étonnait également de voir que, malgré la situation générale, les Nains aient encore le cran et les ressources pour monter une telle embuscade. Cela ne lui disait rien qui vaille. Il n'avait cependant plus vraiment le choix et il commença à distribuer ses ordres pour que son armée se lance dans la bataille ! L'armée Naine de Gibur Gudfudrorn s'était entièrement déployée sur le flanc gauche du Chaos. Le throng était divisé en deux avec d'un côté deux régiments de Rangers appuyés par un régiment de Marteliers et un autre de Tueurs de Trolls et de l'autre deux batteries de Canons, un terrifiant Canon à Flammes deux régiments de Guerriers, un régiment de Rangers, un régiment de Tueurs de Trolls et enfin le fameux Gyrocoptère qui avait finalement cessé d'émettre sa sinistre fumée noire et semblait voler tout à fait normalement. De son côté, Bondelk Sgestmirn avait envoyé sa cavalerie lourde loin sur son flanc droit, les deux unités de Chars et l'escadron de Chevaliers du Chaos avaient pour objectif de frapper les Nains sur le flanc. Sur son flanc gauche se trouvaient les deux hardes de Centigores et la bande de Harpies dont le rôle était plus d'occuper l'ennemi que de représenter une réelle menace. Tout le centre de la horde était tenu par l'infanterie, quatre hardes d'Hommes-Bêtes et un régiment de puissants Guerriers du Chaos, appuyée par deux bandes de Bêtes de Nurgle dont le rôle était de servir de chair à canon... littéralement ! Les Nains prirent l'initiative et avancèrent en bon ordre même si leur flanc droit avait pris un peu de retard sur le reste de l'armée. La horde du Chaos réagit immédiatement en ouvrant une immense serre, les flancs droit et gauche constitués des unités rapides, prête à se refermer sur l'ennemi. Le tonnerre sembla résonner sur le champ de bataille quand les premiers boulets de canon commencèrent à faucher les Bêtes de Nurgle, massacrant les créatures démoniaques et les repoussant dans la confusion. Les Bêtes de Nurgle sont envoyées en première ligne pour attirer le feu des canons Nains ! La cavalerie lourde du Chaos menace le flanc gauche des Nains... Le général Nain Gibur Gudfudrorn est en première ligne ! Les Bêtes de Nurgle (count as Chiens du Chaos) servent littéralement de chair à canon ! Conscient de la menace que lui faisait peser la cavalerie lourde du Chaos, Gibur Gudfudrorn fit glisser sa ligne de bataille sur la gauche pour placer un bois en protection de son flanc. Mais une fois encore son flanc droit fut un peu trop lent ce qui créa une faille dans le dispositif. Les harpies s’engouffrèrent dans la brèche et s'abattirent sur une batterie de canons qu'elles mirent en pièces. Elles furent ensuite repoussée par les artilleurs du Canon à Flammes avant d'être chargées par des Rangers et des Tueurs de Trolls qui les massacrèrent jusqu'à la dernière. Les Harpies profitent d'un défaut dans la ligne de bataille Naine pour charger leur artillerie ! Les Harpies détruisent une batterie de Canons avant d'être repoussées par le Canon à Flammes... Elles sont finalement massacrées par des Rangers et des Tueurs Malgré les pertes, les canons continuaient de tonner et de massacrer les Bêtes de Nurgle et Bondelk Sgestmirn commençait à perdre patience. Bien que dans une position idéale pour charger la ligne Naine, les Chevaliers et les Chars refusaient de bouger. Finalement ce furent les Centigores qui montrèrent l'exemple en se ruant sur le flanc droit des Nains. Mais les hommes-bêtes ne causèrent que quelques pertes aux Rangers et Marteliers Nains avant de devoir battre en retraite. L'une des deux hardes fut même rattrapée et encerclée par les Nains qui furent sans pitié. Suite à cette démonstration de force, la deuxième harde préféra rester à distance respectueuse des guerriers de Kazad Lok... Les Centigores contournent la ligne Naine pour l'attaquer de flanc La deuxième harde de Centigores a compris la leçon et reste à distance respectueuse des farouches Nains... Toujours sous le menace des canons Nains, le centre du Chaos piétinait derrière une forêt. Les manoeuvres de l'infanterie étaient d'autant plus difficiles que le Gyrocoptère passait régulièrement en rase motte pour l'arroser de tirs. Voyant que la cavalerie lourde continuait à refuser d'obéir, Bondelk Sgestmirn décida de se déplacer en personne pour s'occuper des quelques réfractaires à son autorité. Après quelques décapitations expéditives, les chevaliers et les chars prirent enfin de la vitesse pour percuter le gros de l'infanterie Naine ! Les combats furent violents alors que les Nains défendaient chèrement leur vie. Cependant, petit à petit, ils cédèrent du terrain à la cavalerie du Chaos. Deux régiments furent écrasés sous les sabots et les roues du Chaos puis la ligne Naine finit par céder ! Après avoir massacré un régiment de Guerriers Nains, les Chevaliers du Chaos s'abattirent sur le flanc de l'artillerie et la balaya sans difficulté. La situation était désormais désespérée et Gibur Gudfudrorn ordonna de battre en retraite. Sous les ordres directs de Bondelk Sgestmirn, la cavalerie lourde du Chaos est prête à charger ! Pour le plus grand malheur des Nains, un Grand Immonde participe aux combats ! Prudent, Bondelk Sgestmirn a rejoint sa garde personnelle et assiste au massacre à distance... L'artillerie est la cible suivante sur la liste des Chevaliers du Chaos ! Gibur Gudfudrorn remonta le long de la colonne des survivants sans trouver trace du sorcier impérial Reinhard Werich. Celui-ci avait dû trouver la mort durant la bataille. Le général Nain sentit le désespoir l'envahir. Cette embuscade était la dernière tentative pour capturer un laquais de Vytor le Corrompu que pouvait se permettre le Dernier Conseil avant de lancer l'assaut sur Wielstadt. Impossible désormais de savoir où était la cachette exacte du Bâton de Jade et Les armées de l'Ordre auraient donc à fouiller la cité à la recherche de l'artefact. Cet échec était un rude coup porté à la réussite de l'ultime offensive des armées de Bel Port pour sauver Kazad Lok...
  12. Bonsoir, Je viens de prendre connaissance des leaks des nouvelles règles des assassins (ils sont pétés...). Un stratagème permet d'en ajouter un à son armée (pour peu qu'on ai les points de réserve) si son warlord a le mot clé de faction imperium. Bon je ne vous cache rien, Cypher a ce keyword donc il peut appeler des assassins impériaux, pour peu qu'il soit notre seigneur de guerre. Toutefois, depuis la faq, on ne peut plus monter un détachement sans un keyword commun (autre que chaos) hors cypher n'a de keyword spécifique que fallen. Le wording de la règle allié obscure ne change rien a cela : si j'en crois ce que je lis dans la faq je ne peut pas prendre cypher dans un détachement heretic astartes (vu qu'il n'a pas ce keyword). Cela veut dire que le seul moyen d'avoir cypher est de le prendre dans un détachement de fallen (et ça je ne le souhaite pas car les fallen sont sympas lais complètement nazes), soit en le prenant dans un détachement auxiliaire pour 1 PC, ce qui n'est pas optimal non plus. Est-ce que quelqu'un a déjà travaillé sur ce problème de wording afin de trouver la réponse à ce problème et de pouvoir l'inclure dans un détahement CSM ? La lecture des faq CSM, big faq et CA ne m'a rien apporté de nouveau...
  13. Samedi dernier mon armée du Chaos a affronté l'armée impériale d'Olrick pour écrire un premier prologue de la Chute de Kazad Lok, le Codex Lugdunum 2019 qui aura lieu les 16 et 17 mars prochains. Encore un village abandonné. Rien qui ne puisse fournir un bon exutoire. Chevauchant à la tête de son armée, Skultalr commençait à regretter d'avoir quitté Wielstadt sur un coup de tête. Mais il devenait à fou à tourner en rond dans l'ancienne cité de l'Empire, attendant que Vytor le Corrompu daigne quitter les sous-sols où il cachait son précieux Bâton de Jade pour enfin reprendre la guerre. Skultalr était un guerrier du nord, un champion des Puissances de la Ruine. Il n'était pas fait pour tenir les murailles d'une ville mais pour les réduire en pièces et massacrer tous ceux qui se cachaient derrière ! Alors il avait rassemblé une vaste horde d'hommes-bêtes dont il appréciait l'agressivité et, accompagné de sa garde personnelle formée des membres de son clan, il était parti piller la région. Il était conscient qu'il avait poussé un peu trop à l'Ouest, vers Bel Port toujours tenue par les ennemis du Chaos, et que sa horde avait été repérée par des éclaireurs à cheval. Mais les couards de l'Empire et de Bretonnie ne sortaient plus guère de leur forteresse, ils savaient que leur fin approchait. Le sourire que Skultalr affichait à cette pensée disparut soudain pour faire place à la surprise. Dans la plaine qui s'ouvrait à la sortie du village s'étendait une vaste armée impériale en ordre de bataille. La surprise céda à son tour la place à un sentiment de satisfaction. Ces fous voulaient certainement abréger le temps qu'il leur restait à vivre et ils lui fourniraient une bonne distraction. Mais à aucun moment ne lui vint à l'esprit que les forces impériales s'étaient déployées là depuis un long moment, attendant avec patience l'arrivée de leur proie : un lieutenant de Vytor le Corrompu, un homme connaissant tout de Wielstadt, de ses défenses et de l'endroit où était caché le Bâton de Jade... Avant le début de la bataille, discussion décontractée entre Diégo (président du club du KRAC) et Olrick La horde du Chaos dirigée par Skultalr affronta l'armée impériale du général Siegfried Olrick aux alentours du petit village Bretonnien de Notre Dame d'Ardière, à l'est de Bel Port. Alertées par ses éclaireurs, les forces impériales s'étaient déployées pour bloquer le passage aux hommes-bêtes et guerriers du Chaos : le centre du dispositif était tenu par l'infanterie soutenue par deux batteries de canons tandis que chaque flanc était constitué deux escadrons de Chevaliers et d'un de Pistoliers. Le plan du général Olrick semblait assez clair : tenir le centre en bombardant l'ennemi de boulets de canon tandis que la cavalerie se rabattrait sur les ailes. Bien que peu réputé pour sa subtilité, Skultalr avait opté pour un plan assez similaire : plusieurs hardes d'hommes-bêtes (une infanterie sacrifiable à ses yeux) tenaient le centre avec un certain nombre de Bêtes de Nurgle destinées à attirer le feu de l'artillerie impériale, le flanc gauche était constitué de puissants Guerriers du Chaos chargés de prendre le village Bretonnien accompagné de deux hardes de Centigores. Sur le flanc droit se trouvait la force de frappe de la horde, avec deux unités de Chars et une de terrifiants Chevaliers du Chaos ! Les deux armées se font face ! Sans surprise, les serviteurs des Puissances de la Ruine prirent l'initiative. Au centre, les Hommes-Bêtes et les Bêtes de Nurgle se portèrent au-devant de l'ennemi. Les artilleurs impériaux ouvrirent le feu sur les créatures de Nurgle dont plusieurs furent fauchées. Certaines crurent que ces gros ballons en métal était un appel à jouer et se ruèrent joyeusement vers les deux batteries. En deux temps trois mouvements, les Bêtes de Nurgle atteignirent les canons sur lesquels elles sautèrent avec entrain, écrasant le bois et les os sous leur poids. Une batterie fut mise hors de combat tandis que l'autre survécut miraculeusement grâce à l'intervention des hallebardiers chargés de leur protection. Les Bêtes de Nurgle veulent jouer avec les canons impériaux ! Sur le flanc droit du Chaos, la cavalerie lourde des deux camps manœuvrait pour prendre l'autre de vitesse. Dirigée par un Grand Immonde manifestement plus habile au corps à corps qu'à donner des ordres, la cavalerie du Chaos mit du temps à dépasser la colline qui lui faisait face. Les cavaliers impériaux quant à eux s'avancèrent fièrement et réussirent même à repousser, sans pour autant lui occasionner de pertes irrémédiables, une bande de harpies qui cherchaient une bonne position pour charger l'infanterie ennemie de flanc. Cela mit cependant les chevaliers impériaux à portée de charge de plusieurs hardes d'Hommes-Bêtes qui, soutenues par un Enfant du Chaos, réussirent à détruire une unité et à semer la confusion dans une autre. Cela permit à la cavalerie lourde du Chaos de se mettre enfin en branle et de lancer une charge implacable qui massacra chevaliers et pistoliers jusqu'aux derniers. La cavalerie lourde du Chaos prend position sur une colline Ralentis après avoir chassé des harpies, les cavaliers impériaux sont pris à partie par des hardes d'hommes-bêtes ! Les chevaliers et pistoliers sont finalement submergés par les serviteurs du Chaos... De l'autre côté du champ de bataille, les affrontements se concentrèrent autour et dans Notre Dame d'Ardière. Les Centigores galopèrent au devant de la cavalerie impériale en tentant de la surprendre sur le flanc. Mais les hommes-bêtes avaient vu trop court et ils furent eux-mêmes contournés par les chevaliers et pistoliers impériaux avant d'être rapidement massacrés. Le reste de la cavalerie impériale contourne un piton rocheux... Des Centigores tentent de les prendre de vitesse ! Les Hommes-Bêtes sont finalement pris à leur propre piège et massacrés par les Chevaliers du Loup Blanc... Détail de l'action : Dans un premier temps les Centigor tentent de prendre les impériaux par surprise mais le deuxième ordre de charge échoue... Puis les Hommes-Bêtes sont finalement eux-mêmes contournés par la cavalerie impériale qui les charge de flanc ! Leur sacrifice n'avait cependant pas été vain car pendant ce temps le Chaos remportait les combats dans Notre Dame d'Ardière. Plusieurs régiments de Hallebardiers et d'Arbalétriers qui avaient pénétré dans le village avait vu leur progression stoppée nette par la présence des Guerriers du Chaos de l'autre côté de la rue principale. Trop occupés par cette sinistre menace, il furent pris par surprise par l'assaut de plusieurs hardes d'Hommes-Bêtes et d'un Enfant du Chaos (NdA : Erreur de ma part, l'Enfant du Chaos n'aurait pas du pouvoir charger une unité en défense dans un terrain difficile) et les survivants durent battre en retraite précipitamment. Ainsi lorsque la cavalerie impériale s'engagea dans l'artère principale du village après avoir massacré les Centigores, elle fut accueillie par un mur d'acier formé par les Guerriers du Chaos et promptement détruite. Seuls les Pistoliers parvinrent à s'enfuir et s'attelèrent à chasser les Bêtes de Nurgle survivantes qui batifolaient à l'arrière des lignes du Chaos. Les régiments de Hallebardiers sont interceptés par les hardes d'Hommes-Bêtes dans Notre Dame d'Ardière Les Guerriers du Chaos mettent la cavalerie impériale en déroute... La situation était critique pour l'Empire qui avait perdu toute sa cavalerie. Cependant le général Olrick ne s'était pas résigné à la défaite et l'infanterie serra les rangs au centre, autour de la dernière batterie de canons, pour tenter de résister à l'assaut final lancé par l'ennemi. Skultalr décida de porter le coup décisif sur son flanc gauche. Pendant que le dernières Harpies s'abattaient sur la batterie de canons survivante, les régiments de Guerriers du Chaos sortirent de Notre Dame d'Ardière pour s'élancer sur les hallebardiers de l'Empire. L'élite des combattants de la horde était rendue encore plus dangereuse par la magie impie invoquée par des démons mineurs de Nurgle et par la présence du Grand Immonde qui avait quitté le flanc droit pour se joindre à la curée. Malgré leur courage, les soldats impériaux ne faisaient pas le poids et le flanc droit de l'Empire s'effondra, forçant Olrick à sonner la retraite... Privée de cavalerie, l'armée de l'Empire serre les rangs ! Les Guerriers du Chaos se préparent à lancer l'assaut final... Juché sur les restes d'un canon, le bras en sang, le général Siegfried Olrick braillait ses ordres aux troupes afin qu'elles battent en retraite en bon ordre. Plusieurs régiments de hallebardiers avaient formé une dernière ligne défensive pour tenter de contenir les hordes du Chaos mais leur sacrifice ne ferait pas gagner beaucoup de temps, il était urgent de quitter le champ de bataille rapidement. L'officier impérial fut rejoint par Reinhard Werich, le sorcier de l'armée qui avait passé une bonne partie de son temps à lancer des boules de feu dévastatrices sur les hardes d'Hommes-Bêtes. - Dites-moi que tout cela n'a pas été fait en vain, dit le général d'une voix épuisée. Dites-moi que vous avez réussi à entrer dans la tête du chef de cette horde de malheur ! Werich soupira. - J'ai réussi à capter plusieurs de ses pensées au cours de la bataille, Siegfried. Rien de très précis, juste des images fugaces de Vytor le Corrompu en contemplation devant le Bâton de Jade dans une immense grotte. L'artefact est bien à Wielstadt, dans les sous-sols de la cité mais c'est tout ce que j'ai pu voir. - C'est peu mais c'est déjà mieux que rien. Espérons que les autres auront plus de chance que nous... Un grand merci à Olrick de m'avoir rejoint au Crazy Orc pour cette première partie Warmaster (première partie tout court en fait) de l'année ! C'est toujours un plaisir de guerroyer contre lui et cette partie n'a pas fait exception. D'autant plus qu'il a eu l'amabilité de ne faire que de mauvais jets de dés, aussi bien au niveau des ordres (jets de commandement médiocres) que des corps à corps (attaques et sauvegardes catastrophiques). A contrario je bénéficiais d'une sacré chance avec des jets de commandement passant au meilleur moment (à une ou deux exceptions près) et surtout des stats monstrueuses au corps à corps (c'est simple, j'ai dû tourner autour des 70 à 80% de réussite en attaque ! OO ). Malgré ces handicaps, Olrick s'est particulièrement bien battu car je suis loin d'avoir remporté la bataille facilement. Ses chevaliers m'ont donné du fil à retordre du côté de Notre Dame d'Ardière et son unité de pistoliers, qui se baladait dans mon dos pour massacrer les unités de chiens du Chaos (Bêtes de Nurgle) que je tentais soigneusement de faire survivre pour préserver mon point de rupture, a été une sacrée épine dans le pied. La bataille a été amusante (c'est facile à dire quand on l'a emporté ceci dit ^^) et plutôt simple à gérer à quelques points de règle près. Nous avons testé une règle optionnelle permettant d'effectuer un demi-mouvement après le premier ordre raté et j'ai trouvé cela très sympa. Faut continuer à tester mais je pense l'autoriser au Codex Lugdunum 2019. Je suis aussi assez content de l'aspect visuel de mon armée du Chaos : il n'y avait pratiquement plus de figurines peintes à la truelle et tout de suite c'est plus agréable à contempler. Je dois cependant encore travailler un peu pour habiller un peu mieux ma table : je pense pas forcément à des décors impactant le jeu mais plus à des éléments d'ambiance à placer ici ou là pour éviter les grandes zones vides. D'un point de vue narratif, cette bataille illustre les tentatives du Dernier Conseil pour obtenir des informations sur la localisation exacte du Bâton de Jade. Cela impactera directement la narration du Codex Lugdunum 2019 si l'Ordre ne parvient pas à obtenir plus d'indices... Prochain prologue en février si tout se passe bien !
  14. Bonsoir ami(e)s hobbyistes, après avoir peint des figurines de 1997 à 2013, une pause s'est imposée, mais aujourd'hui je ressort mes grappes de plastiques pour m'engouffrer à nouveau dans notre hobby commun (et, accessoirement, cela permet de se "réfugier" l'esprit lorsque la vie vous fait vivre des épreuves douloureuses et dans lesquelles vous pouvez vous embourber, enfin bref le hobby devient pour moi salutaire en ces temps difficiles...). J'ai longtemps peint et collectionné les figurines du Chaos, de tous bords, de tous univers, mais en grande majorité Nurgle a toujours su remporter mes suffrages, à Battle via les Maggothkins, ou bien à 40.000 via la Death Guard. Passionné par les plagubones de notre cher ami Mörback, j'ai longtemps admiré son travail colossal mais néanmoins magnifique, et c'est presque "tout naturellement" que j'ai ressorti mes pinceaux pour me tourner une fois de plus vers les descendants de Mortarion. Ainsi, après avoir acheté quelques boîtes de la D.G. rééditée en 2017, j'ai très longuement hésité sur les couleurs à apporter. Bizarrement, les poxwalkers furent les plus simples à définir. Les spaces marines du Chaos furent plus complexes à définir et c'est presque par accident que j'en suis arrivé à mon schéma de couleurs qui retranscrit une ambiance que j'apprécie particulièrement. Je me décide ainsi à vous présenter ce tout début de "retour au hobby" en vous présentant la poignée de figurines en cours sur mon établi, un long travail de peinture étant encore nécessaire. Ne souhaitant jamais faire comme tout le monde, j'ai commencé à dessiner les prémices de ma propre légion au destin tragique, dark et crade : "le triangle de Vorker" Place aux photos :-)
  15. Salut à tous, je viens vers vous car j’ai besoin d’un petit coup de main pour ma liste d’armee. Le but est de jouer essentiellement en non compétitif contre du stormcast, du fireslayer et du kharadron. voici la liste des unités dont je dispose: khorne: - 1 khorgorath - 1 bloodsecrator - 1 mighty lord or khorne - 1 bloodstoker - 15 bloodwarriors - 20 bloodreavers - 1 slaughterpriest - 1 slaughterpriest with hackblade - 3 mighty scrullcrushers - 1 skullgrinder - 1 Exalted Deathbringer with Ruinous Axe Slaves to darkness: - 5 chaos Knights - 12 chaos warriors - 20 chaos marauders - 1 archaon the everchosen (archaon a cheval) Chaos : - 10 chaos warhounds Merci d’avance pour votre aide.
  16. Bonjour à toutes et à tous. Après avoir créé un bestiaire pour Warhammer V2, je vous propose 9 fiches pour PJ mauvais. Donc ces neuf fiches sont prêtes à l'emploi. Je n'ai juste pas écris les éléments que vous devrez modifier durant le cheminement et l'avancée en expérience de votre personnage. On aura donc ici : - Un acolyte de Slaanesh, Halfling - Un acolyte de Khorne, Nain - Une acolyte de Nurgle, Elfe - Une acolyte de Tzeentch, Humaine - Une voleuse, Halfling - Un nécromancien, Humain - Un maraudeur, Norse - Une hierogrammate, Naine du Chaos - Un ombre, Elfe noir Ils ont chacun leur propre histoire et personnalités. Pour accompagner ces fiches, des aides sont disponibles : Un premier scénario, leurs possibles futures carrières, diverses cartes et plans et la police d'écriture des fiches originales. J'ai écris le scénario pour moi, donc il contient sûrement quelques fautes, autres coquilles et peut-être des passages flous. Refaite le à votre propre sauce ou ignorez le simplement. J'ai volontairement boosté l'exp des personnages en fin de scénar, car ne jouant que rarement (quelques fois par ans), je ne veux pas que ça s'éternise. Remplacer les points de destin possiblement gagnés par diverses marques du Chaos. Et remplacez quelques loots du scénar à votre guise, certains ne sont pas pertinents. N'hésitez pas à me partager vos retours ! Bon jeu à vous Lien : https://www.casusno.fr/viewtopic.php?f=26&t=32269 (oui c'est un lien vers un autre forum, c'est normal).
  17. Nouveaux objets magiques Traduit du Ninth Scroll 11 Article par ‘Henrypmiller’ Ces derniers mois, j'ai demandé à la communauté quels étaient les objets magiques qu'elle aimerait le plus voir dans le jeu. La réaction a été extrêmement positive, avec pas mal d'idées on ne peut plus intéressantes ! Il semblait au départ que certains joueurs voulaient un jeu élargi d'objets magiques communs ; et quand on dit « communs », c'est vraiment pour dire des objets très basiques et bon marché, du style « +1 Fo », « +1 Att », « +1 Arm », etc. Il a été suggéré que les effets plus complexes, tels que ceux conférés par exemple par les Inscriptions bénies, devraient être réservés aux Livres d'armée. Je ne sais moi-même pas vraiment qu'en penser. D'un côté, j'aimerais vraiment voir plus d'objets magiques dans les Livres d'armée ; de l'autre, je trouve quand même que les éditions précédentes, où on avait par exemple quatre pages d'objets magiques pour les seules Hautes Lignées elfiques, étaient un peu abusées ! Je trouve qu'une grande partie du jeu provient des objets magiques ; du coup, quand on a un grand nombre d'objets magiques dans le Livre de règles de base, et peu dans les Livres d'armée individuels, on perd une grande partie du « parfum » du jeu. Prenons par exemple les Inscriptions bénies. Cet enchantement pourrait très bien jouer le rôle d'une épée de type « Excalibur » pour le Royaume d'Équitaine. Si rien n'empêche un Duc équitain de choisir cet enchantement, il me semble que le fait de le réserver à un Livre d'armée en particulier le rendrait bien plus « spécial ». Les joueurs se sentiraient aussi plus attachés à ce personnage : si vous avez un Duc avec Excalibur, ce n'est pas la même chose qu'un Duc avec une épée qui porte des Inscriptions bénies ! (Même si, évidemment, il n'est pas question du roi Arthur ni de Table ronde dans l'univers du 9e Âge). ‘Calisson’ a d'ailleurs fait toute une recherche sur les légendes arthuriennes, d'où il a tiré une longuissime liste d'objets magiques fréquemment rencontrés dans les récits médiévaux, tels que des boucliers, des ceintures, des coupes, des armures, etc. qui donnent tous des avantages défensifs similaires, lesquels pourraient se traduire en termes de Récupération de points de vie, de Résistance à la magie, d'Ægide, d'immunité au Attaques empoisonnées ou aux Coups fatals, voire d'invisibilité (‘Calisson’ a d'ailleurs suggéré que ce concept d'invisibilité pourrait être représenté dans le jeu par une Ægide contre les attaques à distance). Une autre suggestion intéressante était le Fanion de Pendragon, brandi par Merlin pour le roi Arthur. Selon la légende, cette bannière causait la terreur et donnait une Attaque de souffle (étant donné qu'elle figurait la tête d'un dragon). Une fois de plus, de tels objets pourraient être très intéressants pour les armées qui s'inspirent de sources historiques ou littéraires. Il faut aussi mentionner les objets suggérés par Eldan, un très grand fan de l'armée de la Marée de Vermine, qui nous a donné à peu près 30 idées d'équipements spéciaux ! J'en ai sélectionné deux parmi eux, que je vous donne ici, accompagnés d'autres suggestions parmi les meilleures. Couronne de traîtrise (Marée de Vermine) 100 pts Legius un fier assassin est. Le tueur de nombreuses prétentieuses choses-hommes. Sa lame caudale responsable est de la mort de capitaines, de maréchaux, et même d'un duc. Oui. Vrai cela est. Legius a sa coupe en or enterrée sous son nid. Pourquoi ici Legius est, il ne sait. Le tyran Cornelius pour une mission spéciale l'a appelé. Rien jusqu'ici n'est su. Les nains noirs nous combattons. Rusés ils sont, oui. Des gros balaises, beaucoup. Du feu, beaucoup. Pas sûr de comment un Sicarra peut aider, mais prendre ma paie, je vais. Hmm. Étrange c'est. Étrange que Cornelius au-devant des troupes se trouve. Étrange que les rats d'armes il mène. Inhabituel c'est. Étrange que sans ses gardes du corps la bête de la montagne de feu il charge. Un très brave rat il est… – Dernières pensées de Legius, assassin de la Maison Sicarra Figurines à pied de taille Standard. Usage unique. Une fois par partie, à la fin de la Phase de mouvement, le porteur peut échanger sa position avec un autre Personnage à pied et de taille Standard de son armée. Bâton du medicus Galvanus (Marée de Vermine) 80 pts C'est inspirés par l'ouvrage du célèbre professeur Galvanus de la Maison Rakatchit, De viribus electricitatis in motu musculari commentarius, que les medici de la Maison Fetthis ont développé cette baguette typique de leur griffe, qui permet d'utiliser la chair des faibles pour soigner les forts. Enchantement d'arme. Une figurine avec cet objet gagne le sort lié suivant, de Niveau de puissance (5/8) : Choisissez une unité alliée d'Infanterie ou de Rats géants à 12″ ou moins ; cette unité perd 2D6 figurines. Choisissez ensuite une unique figurine de la catégorie « Engins et cobayes » qui se trouve à 12″ ou moins : pour chaque tranche complète de 4 figurines perdues de la sorte, cette figurine regagne 1 PV. Balles en argent de Bardas (Objets communs) 40 pts Bardas était un des plus grands chasseurs de sorcières du Septième Âge, renommé pour avoir abattu des vampires, des loups-garous et des goules d'un seul tir de son pistolet. Cet équipement est un Enchantement d'arme qui ne s'applique pas à une arme en particulier, étant lui-même une arme à part entière. Arme de tir. Portée : 12″, Tirs 1, Précision 4+, Fo 4, PA 1. Contre les figurines dotées d'une sauvegarde spéciale, cette arme blesse automatiquement et ignore les sauvegardes spéciales. Amulette de chance du commandant (Objets communs) 50 pts Général uniquement. Usage unique. Peut être activée une fois par partie, à l'un de ces moments et pour obtenir l'effet associé : – Une unité ennemie réussit un jet de Distance de poursuite : ce jet doit être relancé. – Une unité ennemie réussit un test de Discipline non modifié : ce jet doit être relancé. – L'adversaire réussit un jet d'Embuscade pour une de ses unités : ce jet doit être relancé.
  18. "A la suite de l'effacement d'Ahriman, les membres de sa cabale furent bannis par Magnus le Rouge de la planète des sorciers. Voltar faisait partie de ceux-ci. Après avoir été séparé des autres durant un accrochage avec des loyalistes, il erra parmi les ruines de la planète dévastée Regor III. C'est là qu'il rencontra son destin à l'intérieur d'un temple dévasté. Attiré malgré lui vers la crypte, il découvrit une étrange amulette symbolisant un dragon se mordant la queue. Elle semblait vibrer d'une vie propre. Dès qu'il saisit celle-ci, ce qui restait de son âme lui fut littéralement arraché. Il lui sembla dériver une éternité dans l'immatérium, quand il fut finalement approché par une présence dont la puissance dépassait l'imagination. L'Architecte du Changement s'était intéressé à lui. Voltar fut littéralement subjugué par la puissance et la connaissance qui se dégageait de Tzeentch. Mais contrairement à d'autres qui auraient cherché à conclure un pacte avec Tzeentch, pour obtenir puissance et pouvoir, il s'abandonna sincèrement et totalement au Maître du Destin. Celui-ci vit alors en lui un agent potentiellement intéressant pour ses plans. Il lui confie depuis des quêtes, sans que Voltar ne demande quoique ce soit en retour ... Réintégré dans son corps par Tzeench, Voltar sut qu'il devait rassembler une force pour pouvoir mettre à bien les requêtes de son maître. Il accueille depuis les parias, les traitres et les sorciers qu'il rencontre sous la bannière des Drakes of Fate ... Cette légion parcourt désormais la galaxie à la recherche de mystérieux artefacts dont Voltar a eu la vision " Cela faisait un moment que j'avais envie de créer une force d'hérétiques dédiés à Tzeentch. Vu la manière dont elle s'est créée, elle sera probablement constituée de forces disparates, mais fidèles au Maître du Destin. Une escouade de marines du chaos appuyés par des cultistes seront les premiers éléments. Le symbole du dragon devrait être un fil conducteur pour lier cette bande un peu disparate. Pour le schéma, je reste sur un test que j'avais fait en fin d'année dernière sur un élu: Un cultiste de test en WIP ( désolé pour la photo bof ): Je ne suis pas d'une productivité fantastique, mais je suis plutôt motivé par ce projet en ce moment. D'autres petits pitous devraient arriver bientôt ;-) BK
  19. Bonjour j'aimerai savoir où trouver les rôle tactique des unité du chaos ? Merci d'avance !
  20. Hey J ouvre un sujet pour présenter mes figurines ( que j aimerai sortir plus souvent mais ayant déménagé je recherche encore..si vous etes du cote de montpellier ??). C est du tabletop de base n aimant pas peindre mais n aimant encore moins jouer du non peint...meme si ça arrive ?. Donc je joue surtout du Khorne et DG. J ai realisé une commande de Nurgle donc il va y en avoir bientot ? Et j espere pouvoir rapidement refaire su Tzeentch. Aller apres le test image qui marche voila les photos. D abord Nurgle du coup et DG.
  21. Bonsoir Voilà je viens partager ma passion pour la conversion et la construction autour de mon armée fétiche : L'Apha Legion. La sortie des primaris mon motivé à la création de mon armée, car enfin je vais pourvoir avoir des marines du chaos à l'échelle !!! Je pars donc sur un worksflow ou je prend une base primaris ou SM pour la fusionné avec des bloods warriors et des blitz voir des figues du Chaos. En espérant que cela vous plaira j'attend avec impatience vos retours ! Voici l'ensemble peint à ce jour : Le Chaos Lord et ses SMC (captain primaris/blood warrior/raptor/hellbrute et reivers/blood warrior) : Le Dark Apostre (chapelin primaris/blood warrior/raptor) : Une Raptor (raptor/inceptor/blood warrior) : Le Predator (predator/forgefiend) : et le Hellbrute (contemptor/hellbrute) : Et petit teasing avec des obliterator (centurion/blitz hellbrute) et sorcier (archiviste primaris/biltz chaos) :
  22. Bonjour, Je suis un joueur de blood angels qui a décidé de succombé au Chaos. Cependant je suis complètement perdus. Je voudrais faire une armée multi dieux si possible, (j'adore slaanesh et tzeench) et je ne sais pas quoi prendre. J'ai une bonne base mais que je n'arrive pas du tout a jouer... j'ai surtout pris les figurine qui me plaisait séparément sans chercher de synergie. J'ai 30 sanguinaire 30 horreurs 20 démonnettes 15 seekers 3 flamers 1 exalted de slaanesh 1 buveur de sang 2 princes démons 6 bloodcrushers 1 soul grinder Et le tout ensemble n'est pas cohérent. Maintenant je voudrais essayer de comprendre les stratégies applicable au chaos, mais par exemples je ne perçoit pas trop comment se servir de l'invocation (par rapport a la fep)... Si vous avez des conseil pour les unité qui pourrait m'etre utiles, ou les stratégie applicable je vous remercie =)
  23. Bonjour, comme indiqué dans le titre j’aimerai avoir une petite précision sur le stratagème dédié à l’ALPHA LÉGION. Celui qui permet « d’infiltrer » une unité à 9 pouces de l’adversaire. il est dit que le stratagème s’utilise au début du premier round de bataille mais avant que le premier tour ne commence. Mon interpellation est la suivante : si j’ai le tour 1 bah facile j’en pose mes berkos à 9 pouces de l’adversaire et je lui mets des grosses baffes. Soit j’ai pas le tour 1 et je décide de déployer les berkos ailleurs, dans un décor ou cacher derrière un décor occultant, etc. dans tous les cas je déploie mes berkos après la résolution du toss. A vous de me dire si je fantasme ? merci par avance les wargamers ??
  24. Bien le bonjour ! Je suis un débutant qui a attaqué warhammer début janvier, et je viens de finir de peindre (non sans mal, j'avoue) ma première figurine, à l'exception du socle pour lequel il me manque un peu de matériel. Contre toute attente le résultat est globalement au-dessus de ce que j'espérais, donc j'ai décidé de poster ça ici avec mes commentaires sur ce que j'ai fait. Si je pouvais recevoir l'avis d'autres personnes pour compléter le mien, ça ne pourra que m'aider à améliorer les 9 autres derrière ! Remarque : Étant donné qu'il y a 9 images je les ai réduites dans le post pour garder une taille décente, mais elles sont toujours en 1024x720. De base elles étaient 4 fois plus grandes (4096x2880), mais donc 16 fois plus lourdes, j'ai dû réduire pour l'upload. Première image, sans doute la plus complète et flatteuse ! Elle met en avant la plupart du boulot que j'ai fait, notamment le glacis de l’œil droit que je pensais catastrophique au départ mais qui a très bien tourné au séchage. Pas grand chose à redire sur celle-là, j'ai pu gommer mes plus grandes erreurs sous cet angle. La peinture os dépasse un peu des ongles en haut à droite et le lavis ne suffit pas à le cacher, mais pour un début j'arrive largement à accepter des erreurs aussi petites. Restera juste à améliorer ça avec le temps. Deuxième image, rien de rien nouveau à part le dégradé de la langue qui est bien mis en avant ici, pour un total de 4 à 5 nuances, du violet du fond de la bouche au bleu le plus clair. Rien à redire là non plus, je ne sais pas la difficulté moyenne pour les gens sur ce point mais ça m'a paru incroyablement naturel, quelqu'un à qui j'en ai parlé (qui fait de la peinture, mais pas sur figs) a été surpris que j'y arrive du premier coup pourtant. J'ai mis beaucoup moins d'efforts pour que les queues aient un rendu "smooth" par contre, ça se voit peut-être un peu trop. J'essaierai surement de leur rajouter une transition sur les prochaines figs. Troisième image, de face. C'est là que ça dégénère. Ça se voit moins en 1024 qu'en 4096, et encore moins dans le post comme j'ai réduit la taille. Mais l’œil gauche m'a donné du fil à retordre, au-delà du fait que j'ai d'abord dépassé en le peignant j'ai eu beaucoup de mal à faire un point noir correct ET bien placé. Au départ j'aurais voulu un trait, comme pour les screamers (ou plus communément comme les dragons, ça parlera à tout le monde), mais j'ai laissé tomber pour sauver ce qui pouvait encore l'être. Au final, c'est un peu pâteux, le glacis est moins bon (en réalité c'était un glacis de rose sur le jaune et pas l'inverse, car j'avais vraiment trop dépassé...), et ça se voit. Cela dit c'est assez triste de blâmer autant de temps passé, donc je vais rajouter la note positive : comme voulu, le regard est dirigé vers ce que la main tente d'attraper (quoi que ça puisse être). Même si ça s'est fait dans la douleur, ça marche, à tel point que la main la plus proche a été floutée par l'objectif quand j'ai voulu que l'horror me regarde en face. Autre problème, et le lavis noir (nuln oil, celui là je l'ai retenu) le met en avant même ici : Une des couches que j'ai mis sur les dents du haut a une texture pâteuse. Pas moyen de savoir si ça vient du marron ou de l'os, je replace pas mon erreur ici, je sais juste que ça se voit. J'espérais que le lavis par-dessus cacherait la misère, avec le recul c'était idiot, le lavis sert à l'opposé exact... Ça reste potable donc, mais c'est pas top. Autre chose, je suis censé laisser dépasser un peu de marron sous l'os mais j'ai raté mon coup, du coup il a seulement masqué le rose. Comme le lavis remplit le même rôle c'est pas gênant, mais mon aplat marron a donc la mention spéciale "ça sert à rien". Quatrième image, vu de dessous. Le rendu est très bon mais mérite explication. La langue n'a que deux couleurs, violet et bleu foncé. Au départ j'en aurais bien mis une de plus, j'ai oublié de faire le dessous de la langue... Mais au final ça fait office d'ombrage, donc j'ai laissé tel quel. Le peu de bleu clair qui déborde aurait mérité d'être nuancé, mais au final ça éclaircit l'arête et une fois sur une table il faut aller chercher la petite bête pour le voir. Le second et vrai problème est sous la deuxième rangée de dents : Au départ, j'avais tellement débordé avec ma couleur os que même après application du lavis (nuln oil) qui cache la misère, on avait une ligne de blanc sous le noir. Étant donné le lavis rose sur tout le corps, plus le noir épongé sur toute la tête pour l'assombrir, je ne pouvais pas juste passer du rose pour corriger mon erreur. A la place, j'ai fini par avoir l'idée de mettre du screamer pink (rose plus foncé que le pink horror) peu dilué. Sa couleur a assombri encore un peu le bas de la bouche, ce qui donne un effet ombre parfait ! Ça se voit mal (voir pas du tout) sur la photo, mais déjà plus en vrai quand on regarde la figurine de dessous. En conclusion, plutôt fier du rendu ici ; Beaucoup moins de ma manière d'y arriver par contre. Cinquième image, de dessus cette fois. C'est l'image où on voit clairement la peinture de la langue. Rien à ajouter, j'ai déjà tout dit plus tôt sur ce sujet. Sixième image, pas mal de choses à dire sans que l'image aie spécialement le focus dessus : - Le bracelet d'argent (en haut) : On en voit les vestiges, j'avais bien exagéré sur mon lavis là. J'ai dû forcer l'éclaircissement de l'avant-bras pour corriger ça, l'ennui c'est que ça le rend plus éclairci que tout le reste de la fig. On le voit mieux plus loin en vue de haut, ainsi que sur la deuxième photo. - Le bracelet d'or (en bas) : La boucle était là aussi touchée par le lavis qui avait dépassé dessus. J'ai remis du doré pour rattraper, et sans lavis ça a éclairci la zone. C'est un éclaircissement à pas cher donc je l'ai fait sur tous les hauts de bracelets après coup, avec une réussite variable. Celui-ci reste le plus visible. - Près du bracelet d'or, le lavis a dû buller, ou faire un "pâté". Je m'en suis pas rendu compte sur le moment, mais quand je l'ai revu sur la photo. C'est pas bien, ça. - La pierre au sol : J'ai voulu faire un cristal, et je compte en rajouter sur la base (avant de coller le sable). Seulement, je suis pas vraiment satisfait de mon rendu, on est à des années lumières de ce que j'espérais... Je vais continuer dans cette direction, mais le premier jet est décevant. C'est la seule partie de la fig qui ne me satisfait vraiment pas. Si quelqu'un a des idées là-dessus, je suis volontiers preneur. Septième image, vu de haut avec un flash. Ma lampe éclaire bien en soi, mais ça met en avant les éclaircissements, ainsi que l'ombre du lavis. Sur le bras en haut à droite j'ai passé un coup de rose dans le creux par accident, et l'avant-bras est plus éclairci que le reste (comme je l'expliquais plus tôt, pour compenser le lavis noir raté). Huitième image, côté droit. Rien de bien neuf à part le gros bracelet, mais pas d'anecdote à son sujet. Le doré et l'argenté, notamment grâce au lavis ajouté derrière, sont ridiculement simples à appliquer pour avoir un rendu correct, même en dépassant, du coup j'y vais sans m'inquiéter. Ça m'a fait comprendre pourquoi les stormcasts sont la vitrine d'aos, soit dit... Neuvième image, on finit par une galerie des horreurs. A gauche, mon premier jet, et ma première tentative d'éclaircissement qui pique les yeux... A droite (proche), deuxième tentative sans éclaircissement. J'ai compris que la peau était trop foncée à mon goût, donc j'ai fait la troisième tentative au fond en appliquant un mélange de pink horror et ceramite white, à 60%-40% je dirais. Ça marche bien, mais j'aurais dû appliquer le lavis rose partout et pas juste dans les creux, contrairement à ce qui est conseillé sur internet. La version finale (avec cette modification) est celle visible sur la fig. Aussi, les trois ont servi de test à mon vernis. J'ai eu raison. Le vernis a écaillé et fait fondre la peinture, on le voit bien sur le bras en face à droite où on dirait que je n'ai pas mis de lavis, car il a été retiré des creux par le vernis. Je pense que le problème vient du fait que j'ai un vernis pébéo déco, pas pébéo acrylics... C'est piégeux, rien n'indique que c'est mal adapté dessus, il fallait savoir qu'un vernis spécial acrylique existant. Heureusement que j'ai testé même si ça me semblait idiot, si j'avais détruit mon travail sur la fig en voulant la vernir j'aurais sûrement été dégoûté et très démotivé pour la suite... Il me restera un dernier bras pour tester une fois que j'aurai acheté le pébéo acrylics, mais je ne veux surtout pas gâcher ma fig complète pour un vernis. L'air de rien, il m'a fallu bien 5 jours à rythme d'environ 2h par jour pour UNE SEULE FIG. Plus que neuf comme on dit... Mais au moins le rendu est bon, bien plus que je le pensais en aussi peu de temps. Ça me motive pour m'attaquer au reste. Avant tout, je vais finir d'utiliser celle-là comme test, en faisant son socle et son vernissage. Je veux deux cristaux en plus, et un effet neige, je crois que le sable est adapté pour ça mais je vérifierai avant dans le doute. Je mettrai le topic à jour avec ces photos une fois la fig totalement finie, pour ce soir je m'arrête là !
  25. Bonjour le warfo, ça fait un petit moment que je suis sur ce projet, ayant fini mes cow boys skitarii , J'ai voulu faire mes petites démonettes commandé lors du Made to order... Et finalement je n'ai pas pue résisté a faire une armée de cette superbe faction. Dans l'idéal, je partirai sur 2000pts ,la faction sera composé de: Général: Gardien des secrets 1 Host de slaanesh -Prince démon -3*20 démonettes -1 hérault sur char exalté -10 veuneuses 5 rabateurs de Slaanesh 5 harpies Le masque de Slaanesh Seigneur sorcier du Chaos. L'idée est de donner un visuel un peu plus vif que le shéma de base de GW, avec des couleurs plus vives, et beaucoup d'or. Je tente d'avoir un espèce de mixte entre le monastère de diablo 2 et les palais des elfes de sang. Fluff: Alors que les disciples de Slaanesh se divisent entres ceux qui recherchent désespérément leur maître et ceux qui désirent prendre sa place; Le gardien des secrets Izual vit, lui, dans ce chaos une opportunité d’émancipation. Ne se souciant que peu des querelles intestines, il pris d'assaut un temple de Sigmar qu'il profanât et aménagea en palais de déchéance. Dés lors, le lieu ne fut plus qu'une succession de fêtes déluré, les mortels des environs vinrent en nombre, subjugué par l'activité de ce temple dépravé. Ils se donnèrent au démon en échange de la chance de pouvoir, ne serais ce qu'un instant profiter des effluves provenant du lieu pervertis. Et cela au grand bonheur des démons qui tourmentèrent les nouveaux cultismes. La première pièce totalement finis est le hérault sur char éxalté. J'ai pas mal de figurines qui n'attendent que de recevoir un soclage décent. J'ai tenté de faire des gemmes et de donner un coté un peu bling bling au char
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.