Jump to content
Warhammer Forum
Schattra

[40K][VO] Critiques Nouvelles Warhammer 40.000

Recommended Posts

Comme d'habitude merci pour les retours.

J'ai quand même l'impression que cette Inquisition Week était une petite arnaque au vu de la qualité des dites nouvelles. Si on excepte la dernière le reste a l'air fade ou sans intérêt. Et je mets intentionnellement (et injustement) Mike Brook dans le lot, écrire des nouvelles pour lier ces textes c'est bien. Les traduire en VF pour que le lecteur puisse tout comprendre c'est mieux...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 24/01/2021 à 21:36, Rhydysann a dit :

Comme d'habitude merci pour les retours.

J'ai quand même l'impression que cette Inquisition Week était une petite arnaque au vu de la qualité des dites nouvelles. Si on excepte la dernière le reste a l'air fade ou sans intérêt. Et je mets intentionnellement (et injustement) Mike Brook dans le lot, écrire des nouvelles pour lier ces textes c'est bien. Les traduire en VF pour que le lecteur puisse tout comprendre c'est mieux...

 

Merci pour ton commentaire !

 

D'un point de vue objectif, cette offre n'était vraiment pas intéressante. Trop chère (14€ pour moins de 100 pages à lire), de qualité inégale, sans nouvelle vraiment excellente, une banale accumulation d'histoires sans fil rouge (je regrette vraiment cette période de l'histoire de la BL où plusieurs auteurs écrivaient ensemble sur un même sujet), très peu de fluff à se mettre sous la dent... Il y a beaucoup mieux à lire ailleurs, y compris dans le catalogue de la Black Library, pour ce prix là. Et même si on est fan inconditionnel de l'Inquisition, il y a de fortes chances pour que ces nouvelles soient incluses dans un prochain recueil plus rentable. 

 

Je savais tout ça avant de commander le bundle, et n'ai donc pas été déçu. J'ai la chance de pouvoir me faire "arnaquer" de la sorte sans regretter d'avoir claquer 15 balles dans ce passe temps plus tard dans le mois, et j'en profite pour me tenir informé des dernières sorties qui ont une chance, même minime, de m'intéresser (sans grand espoir quand certains noms sont convoqués, je dois dire :P). J'espère que les retours sont suffisamment clairs et honnêtes pour que d'autres puissent faire leur choix en connaissance de cause !

 

Schattra, "it's an acquired taste"

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ajout des nouvelles de l'Infernabulum! #4

  • 40k_relics.pngRelics (J. Swallow)
  • Altar of Cyrene (L. Soulban)
  • Engage the Enemy (L. Lightner)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, nous sommes sur une nouvelle semaine DNC (daily new content - nouvelle publication quotidienne) de la Black Library, en accompagnement de la future sortie des bouquins de la Black Library Celebration 2021. Hier j'avais poney-luge, mais je rattrape le coup ce soir en faisant un tir groupé avec les nouvelles d'hier et d'aujourd'hui, toutes deux placées sous le signe du cochon de métal (Warhammer 40.000, pour ceux qui se sont perdus).

 

The Labyrinth of Lost Souls - G. McNeill :

Révélation

 

Un inconnu, peut-être illustre mais certainement pas lacustre, se réveille en sursaut d’un coma pas vraiment réparateur. Notre homme se retrouve en effet nu comme un ver, suturé comme la créature de Frankenstein, en proie à un féroce mal-être, et sans le moindre souvenir de qui il est et de comment il s’est retrouvé là. Seule consolation pour Jean Dupont, malgré l’impression tenace et désagréable que son pacemaker est en train de lui fondre dans la poitrine, il se découvre doté d’une force prodigieuse, ce qui lui sera sans aucun doute utile pour se tirer de ce mauvais pas…

 

Révélation

…Je passe en mode spoiler ici pour épargner le suspense de cette soumission aux lecteurs de grande section de maternelle de cette chronique. Qui ne devraient pas être là, ni lire ce genre de contenu, mais d’une certaine manière, c’est grandement impressionnant. En tout cas, on ne m’accusera pas cette fois-ci de ruiner le dénouement d’une nouvelle, même si l’illustration de cette dernière devrait vous donne un énaurme indice sur qui est notre protagoniste. Deux si vous vous attachez également au fond de l’image et pas seulement à la Passion de Jean-Michel Blanquer au premier plan. Ajoutez à cela le nom de l’auteur et la date de sortie de cette nouvelle, et vous devriez être en mesure d’identifier le primate confus qui est en train de cavaler vers le « cœur du Labyrinthe1 », en fracassant tout ce qui a le malheur de se mettre sur sa route et/ou ne pas convenir à ses goûts esthétiques. Allez, je vous laisse une dernière chance de percer ce mystère par vous-même, en gentilhomme.e (je suis inclusif aussi) que je suis.

 

Révélation

…Toujours là ? Bon, eh bien tranchons dans le vif de l’intrigue que Graham McNeill nous a amoureusement concocté et révélons sans plus tarder que l’énergumène qui vient juste de suspendre un Techmarine par les bretelles dans son propre atelier, parce qu’il avait une vague ressemblance avec l’homme taureau de la légende, n’est autre qu’Uriel Ventris. Le Capitaine de la 4ème Compagnie des Ultramarines, récemment primarisé (‘The Death of Uriel Ventris’), n’a donc pas passé le Rubicon avec la grâce et la fortitude des autre personnages nommés upgradés avant lui. D’ailleurs il a failli se noyer, ce con. Mais ce n’est pas vraiment de sa faute, notez. Comme l’Apothicaire Selenus le révèle à son supérieur (qui lui a fait une augmétique au beurre noir dans sa fuite éperdue) et au lecteur après que l’un comme l’autre aient digéré ce rebondissement digne de Hilfred Atchcock, c’est la fournaise bélisarienne implantée dans le thorax du néo-primarisé qui s’est mise en surchauffe et a provoqué son hyperactivité amnésique. Heureusement pour tout le monde, Ventris a retrouvé ses esprits avant de commettre l’irréparable (péter la vitre du réacteur plasmique du croiseur de bataille Vae Victus à coup de poing…because of reasons), et que l’irréparable soit commis sur sa précieuse personne (Petronius Nero était sur le point de lui donner le coup de grâce après avoir consulté la VAR pendant de longues minutes). Il aura fallu qu’on lui agite sous le nez le slip de Guilliman la bannière de sa Compagnie pour qu’il revienne à ses sens. La suite sera sans doute couverte dans ‘The Swords of Calth’, publié quelques jours après cette nouvelle. Trust me, I’m an expert.

 

 

1 : Car la seule chose dont notre protagoniste se rappelle à ce stade, mis à part un goût immodéré pour la violence, est la légende de Thésée et du Minotaure, auquel il s’identifie totalement en sa qualité de gros bœuf ruminant de sombres pensées.

 

the-labyrinth-of-lost-souls.pngGraham McNeill joue au plus fin dans cette nouvelle à « « suspens » » (première fois que je mets des guillemets à mes guillemets), mais ne semble pas prendre au sérieux sa tentative, peu aidé il faut le dire par les choix iconographiques de la Black Library. Bref, la « « révélation » » que l’auteur prend temps de temps (à défaut de soin) à nous amener est tellement éculée que l’on pourrait s’en servir pour égoutter les pâtes. Dès l’instant où le caractère Primaris du protagoniste est fuité (d’une façon tellement subtile que c’est à peine si McNeill ne termine pas sa phrase avec un ;)), relativement tôt dans l’histoire, 99,9% du lectorat habituel de la BL aura identifié le Space Marine en goguette et en chaussette/claquette victime d’un very bad trip. Mais il faudra tout de même attendre les dernières pages pour que l’auteur ne nous donne le fin mot de l’histoire, de façon tellement ampoulée que l’on pourrait s’en servir pour égoutter les pâtes aussi. Vous n’avez jamais égoutté les pâtes avec une ampoule ? Dommage pour vous. Bref, le monde se divisera ici en deux catégories : ceux qui seront ravis d’avoir des nouvelles de Mister UV (comme le fait qu’il déteste son nom, ce qui corrobore une hypothèse longtemps partagée par les fans), et ceux qui trouveront que McNeill les prend un peu trop pour des neuneus. Si vous voulez une bonne histoire de 40K exploitant le trope du guerrier amnésique se réveillant en territoire hostile, je vous conseille ‘Hunted’ de John French, et surtout ‘Torment’ d’Anthony Reynolds, largement supérieur au gruau littéraire, à la limite du prétentieux (pourquoi ce titre ?) et bleuâtre que nous sert Graham McNeill.

 

Warsphere - D. Hinks :

Révélation

 

warsphere.pngL’Archonte Jean-Michel1 a emmené sa côterie de mauvais garçons et de femmes fatales (dont l’empoisonneuse Zhain) dans un rade paumé : une sphère de guerre Kroot s’étant écrasée à la surface d’une surface. Si le Drukhari s’est donné la peine de quitter son triplex de Commoragh, c’est parce que ses recherches lui ont permis d’identifier dans ce tas de rouille une information de tout premier ordre : les coordonnées d’une Enclume de Vaul, ou Forteresse Noire pour les mon-keigh. S’il parvient à faire l’occasion de cette relique millénaire, il pense pouvoir ravir à Asdrubael Vect la mainmise sur la cité pirate, ce qui est cool. Prévoyant autant qu’instruit, Jean-Michel a renforcé son expédition en recrutant des traqueurs Kroots, jugeant avec sagesse que l’appui de ces oiseaux de mauvais augure lui serait utile pour négocier l’intérieur de la sphère de guerre et mettre le gantelet éclateur sur les érudits qui détiennent le tuyau qu’il convoite.

 

Notre histoire commence par un petit massacre des sentinelles qui gardent la sphère contre les visiteurs importuns, les Kroots se faisant un plaisir et un devoir d’honorer leur double réputation de tueurs sans pitié et de gourmets sanguinolents en abattant puis dévorant les gardes. Bien entendu, ceci offense le raffinement exquis de Jean-Mich’ Mich’ et de Zhain, qui meublent ce buffet froid en échangeant des idées sur la meilleure façon de trahir et de torturer un Kroot, une fois que la mission sera accomplie. Souhaitant tout de même montrer qu’il est aux commandes de l’expédition, Jean-Michel va interrompre le casse-Kroot en appuyant là où ça fait mal : la fierté mal-placée des autruches de l’espace envers l(‘absence d)e goût artistique de leurs anciens. Si le chef de la troupe, l’impavide Grekh, ne tombe pas dans le panneau, son sous-fifre Khebab ne montre pas autant de self-control et tente de molester Jean-Mi après que celui-ci ait mis un coup de pied dans une statue aussi sainte que moche. Résultat des courses : Khebab se fait flinguer par son employeur, ce qui rend Grekh chafouin. Mais le rapport de force est trop déséquilibré pour que le placide palmipède ne fasse autre chose que jeter un regard froid à l’Archonte. Poursuivons.

 

Grâce aux talents de traqueur de Grekh et à l’étonnante technologie Kroot, qui semble consister en des petits tas de mégots, prospectus, vieux pneus et restes de junk food placés à des endroits stratégiques, nos héros parviennent à se rapprocher de la salle où sont sensés attendre les érudits, sans trop de casse. Ceci dit, l’abondance de piejakon que les dits érudits ont placé autour de leur planque rend le périple franchement aventureux, et lorsque les derniers survivants arrivent devant la salle des bosses des maths de fin (après une ultime rencontre avec des goons peu aimables, ici des goélands métalliques), il est clair que sans les bons services de Grekh, ce tombereau d’ordures deviendra leur tombeau…

 

Révélation

…Ce qui rend la défection du Kroot problématique pour Jean-Michel, Zhain et Cie. Rusé comme pie, l'homme poulet a en effet fait charger son groupe dans une salle vide, et a profité de la confusion pour prendre son envol. Un départ en traître peu surprenant devant le peu de soin que l’Archonte a pris pour dissimuler ses intentions xenocides envers son sherpa jusqu’ici, mais qui pose toutefois la question du « pourquoi maintenant » ? C’est la vision d’une vieille video de surveillance de la sphère de guerre, restaurée grâce à la compétence native des Drukhari en hacking, qui permet d’y répondre. Contrairement à ce que Jean-Michel et ses caballeros pensaient, les sentinelles bestiales massacrées et boulotées par les Kroots ne gardaient pas les érudits, elles étaient les érudits2. Epiphanie finale pour nos héros : pendant qu’ils taillaient la bavette à l’arrière-plan, Grekh récupérait la localisation de la Forteresse Noire en… taillant la bavette aussi. Mais différemment. Coincés dans une situation qu’ils ne maîtrisent pas et en danger de mort, les Eldars Noirs font ce qu’ils savent faire de mieux : s’entretuer. C’est donc une fin de partie pour Jean-Michel, poignardé dans le dos par Zhain, qui ne risque cependant pas de faire de vieux os elle non plus. Moralité : ce n’est pas parce que ton grand-père était un dodo que tu ne peux pas pigeonner ceux qui te prennent pour un dindon.

 

1 : L’histoire étant racontée depuis son point de vue et son statut social étant visiblement trop élevé pour qu’il daigne nous donner son petit nom, j’applique ici la loi de Lucy en l’affublant d’un sobriquet venant de la pop culture.

 

2 : Les Drukari s’en rendent compte en voyant l’un des gros lézards susnommés faire ses lacets tout seul. Si ça c’est pas une preuve d’intellect supérieur, je ne sais pas ce qu’il vous faut.

 

Darius Hinks n’en finit pas d’achever son cycle Blackstone Fortress, avec une nouvelle retraçant l’origin story de l’un des protagonistes du jeu et des romans/nouvelles associés à cette franchise : le traqueur Kroot Grekh. Si vous voulez savoir comment le gallinacé le plus badass du Segmentum est venu traîner ses quilles dans la Forteresse Noire, n’allez pas plus loin.

 

Pour les autres types de lecteurs, ce ‘Warsphere’ est également intéressant du fait du twist final assez bien pensé et exécuté que Hinks a incorporé à son intrigue. Cela ajoute une petite valeur ajoutée à une nouvelle autrement très classique dans le genre « exploration d’une ruine mystérieuse contenant un grand trésor mais recelant de dangers », dans lequel on retrouve 90% des vieilles histoires de Necrons… ainsi que 99% des histoires siglées Blackstone Fortress. Même à l’extérieur, on n’est donc pas dépaysé.

 

Schattra, en retard, en retard, en retaaaaaaaaaaaaard

Edited by Schattra

Share this post


Link to post
Share on other sites

Intéressant de voir que la nouvelle sur quasiment l'unique personnage intéressant  et réussi d'Hinks n'a pas été complètement détruit dans ce prequel à la forteresse noire.

Merci pour les retours.
 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 24/02/2021 à 11:54, Rhydysann a dit :

Intéressant de voir que la nouvelle sur quasiment l'unique personnage intéressant  et réussi d'Hinks n'a pas été complètement détruit dans ce prequel à la forteresse noire.

Merci pour les retours.

 

Eh oui, il a ses têtes le gars Hinks. À voir s'il continue de faire des piges pour cette franchise malgré son arrêt décrété par Games Workshop. Ce ne serait pas la décision la plus schizophrénique prise par Nottingham au cours de son histoire...

 

Pour l'heure, revenons à notre semaine Black Library Celebration 2021 avec la nouvelle que vous attendiez certainement avec le plus d'impatience, puisque placée sous le signe des incomparables Danie Ware et Augusta Santorus. Gardons la (mauvaise) foi, mes bien chers frères et soeurs...

 

The Sisters of Death - D. Ware :

Révélation

 

the-sisters-of-death.pngAugusta Santorus et ses Sistas de l’Ordre de la Rose Sanglante poursuivent leur mission de looting galactique1 en se rendant sur le monde cimetière de Letum, où le vaisseau Aeris s’est écrasé il y a quelques mois, victime de la tempête Warp qui isole la planète du reste de l’Imperium depuis une éternité. Si les dévotes tiennent tant à localiser l’épave, c’est que celle-ci contient, devinez quoi, une relique inestimable. Sans doute une liste de courses manuscrite de Sebastian Thor, ou une fan-fiction het A/B/O écrite par Sainte Mina, en tout cas un texte des plus précieux que Santorus doit absolument récupérer.

 

Cette œuvre littéralement littéraire est contrariée par l’étrange accueil que les Roses Sanglantes reçoivent de la part de l’Ordre mineur établit sur Letum, le Sépulcre Brisé a.k.a. les Sœurs de la Mort. Spécialisée dans l’entretien de pierres tombales, la conservation de grimoires anciens et la crémation par paratonnerre interposée, cette congrégation pacifiste est dirigée par une vieille Chanoinesse qui semble dissimuler un secret. Appelez ça de l’intuition féminine et/ou du commérage, mais toutes les Sororitas de Santorus se plaignent d’un mauvais pressentiment à propos de Letum et/ou de leurs hôtes pendant la première partie de la nouvelle, évidemment avec raison comme on le verra plus tard. Après une première tentative d’aller enquêter discrétos sur le site du crash, contrariée par l’intervention polie mais ferme d’un des Frateris au service des Sœurs de la Mort, les Roses sortent leurs épines et obtiennent la permission officielle de leur hôte de se rendre à l’endroit où l’auspex indique l’épave de l’Aeris.

 

Sur place, elles se rendent compte que le vaisseau a été méthodiquement désossé par les Frateris, sans que ces derniers jugent bon d’en informer leurs supérieures (qui ne savaient même pas que l’Aeris s’était écrasé à proximité de leur couvent2). « Pourquoi donc ? » me demanderez-vous. Eh bien cette question elle est vite mais confusément répondue par Danie Ware, et la solution se trouve être les Necrons. Qui ont réussi à se faire passer pour l’Empereur auprès du Frateris de garde en lui envoyant des visions, qui l’ont poussé à entasser du matériel informatique autour d’une gemme verte géante protégée par des Canopteks et des Scarabées, et à mettre triple dose de bêta-bloquants dans la camomille de toutes les Sœurs qui fouinaient un peu trop près de la crypte de ses protégés. Sans que ces dernières, qui ont fait également vœu d’aveuglement (à ne pas confondre avec la cécité) et de naïveté apparemment, ne s’en rendent compte. C’était vraiment pas de chance, ces arrêts cardiaques frappant des individus de moins de trente ans en parfaite condition physique, alors.

 

Après avoir fait le coup de feu réglementaire contre les Xenos, avec des résultats aussi incertains qu’indolores (Melia se fait un peu griffer par un Maraudeur Canoptek taquin), Santorus et ses sous-fifres retournent voir la Chanoinesse et lui dévoilent le pot aux Roses (Sanglantes). La vioque est colère de s’être faite embobiner par les Frateris, mais plutôt que de les condamner à mort, comme ils le désiraient – en accord avec leur tendance morbide développée – la gentille mémé les enferme à la cave sans goûter, jusqu’à ce qu’ils réalisent la méchanceté de leurs actions. Ce qui est soit la preuve d’une tolérance exceptionnelle, soit d’un sadisme exacerbé. La nouvelle se termine avec le choix de Santorus, qui n’a toujours pas trouver le saint post-it, de rester sur Lentum quelques temps encore, afin d’aider ses consœurs dans le besoin à mettre de l’ordre de leur ossuaire. Sisters Are Doin' It For Themselves, comme on dit.

 

1 : Voir ‘Da Big Mouf’.

 

2 : On connaissait le vœu de silence, celui de surdité est moins connu.

 

Danie Ware change son trois fois béni bolter lourd d’épaule avec ‘The Sisters of Death’, qui s’éloigne heureusement de son genre de prédilection (le match de catch à la sauce 40K) pour donner dans le thriller horrifique. Si le dénouement de cette nouvelle ne brille pas par sa clarté et sa mise en scène, son absence de péripéties cartoonesques constitue une nette amélioration par rapport aux précédentes aventures d’Augusta Santorus et ses chipies de choc. Je n’irai pas jusqu’à dire que ‘The Sisters of Death’ mérite le détour et la lecture, car l’ensemble reste largement en deçà de la qualité minimum que je demande d’une nouvelle de la Black Library pour la considérer comme qualitative. À trop multiplier les pistes et les ébauches d'idées peu/pas développées par la suite, Danie Ware rend en effet une copie brouillonne et confuse, alors que le début de son propos était assez prometteur. Cependant, c’est la preuve irréfutable que Ware est capable de varier son approche – ce qui est toujours un point positif de la part d’un auteur – et une raison suffisante pour ne pas l’enfermer à jamais dans la catégorie des contributeurs parodiques (à dessein ou non) de la BL. J’attends donc sa prochaine soumission avec une curiosité non feinte et sans arrière pensée, ce que je n’aurais pas pensé écrire un jour.

 

Schattra, spatiale dédicace @Red Qafe ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

On termine cette Black Library Celebration Week 2021 avec une dernière nouvelle 40K, et l'un des personnages les plus célèbres et les moins grimdark du sombre Imperium, le Commissaire Ciaphas Cain. Je remarque que le protégé de Mitchell a souvent été mis en avant au cours des derniers mois, aussi bien en VO avec la sortie de nouvelles inédites qu'en VF avec la traduction d'histoires plus anciennes. Assez pour ravir la ceinture galactique du Commissaire le plus influent à un certain Ibram Gaunt ? L'avenir nous le dira.

 

The Bigger They Are - S. Mitchell :

Révélation

 

the-bigger-they-are.pngCain, Jurgen et le reste du 597ème régiment de Valhalla ont été envoyé sécuriser le monde de Traego après que la Gouverneur locale, Kerin, ait été visée par une insurrection montée par un de ses cousins. Les traîtres n’étant ni particulièrement bien préparés ou équipés, l’affaire est vite expédiée, ce qui laisse tout le temps à notre héros d’assister à quelques matchs du sport star de Traego : le nullball. Contrairement à ce que le nom peut inspirer à un lecteur francophone, le jeu n’a pas été nommé ainsi en raison de son manque d’intérêt1, mais à cause de l’utilisation de générateur d’antigravité sur le terrain, faisant du nullball une sorte de Quidditch SF. Content de pouvoir siroter son amasec dans un environnement calme et intact, ce qui le change agréablement de son ordinaire, Cain est cependant obligé de quitter le stade pour se rendre au QG régimentaire après que le Major Broklaw ait détecté un OVNI de belle taille venant de pénétrer l’atmosphère de la planète. Sans plus d’indication sur la nature de cet astéroïde, qui devrait s’abimer en pleine mer à proximité d’un archipel peu peuplé, les zélés Gardes Impériaux décident logiquement qu’il est urgent d’attendre. Grave erreur, comme vous vous en doutez.

 

Car en effet, un appel à l’aide provenant de l’archipel en question arrive au palais gouverneurial quelques jours plus tard. Par un malheureux concours de circonstance, Cain était sur place au moment où la nouvelle est reçue par l’impulsive et responsable Kerin, qui décide tout de go d’aller enquêter en personne avec sa navette personnelle (qu’elle conduit elle-même, dans la grande tradition des souverains taxis remontant à Elisabeth II de Terra, à la fin de M2). Galant homme et soucieux de préserver sa réputation de héros intrépide, Cain accompagne la Gouverneur et nos compères ne tardent pas à découvrir que les Kerguelen de Traego ont été totalement dévasté par une force hostile, inconnue et de fort belle taille. Une triangulation couplée à une consultation des archives militaires du système plus tard, le facteur X est identifié : il s’agit d’un bio-titan tyranide, rescapé de l’invasion infructueuse initiée par la flotte ruche Behemoth il y a deux siècles, et qui progresse maintenant en brasse coulée vers la capitale planétaire pour s’offrir un gueuleton bien mérité.

 

La suite de la nouvelle ne surprendra pas le moins du monde les amateurs de films de Kaijū, le Xenos en goguette faisant un Godzilla convaincant, que les Valhallans et les Forces de Défense de Planétaire tentent tant bien que mal de stopper pour permettre aux civils de s’échapper. Aucune arme impériale n’étant assez puissante pour blesser sérieusement le golgoth, la lutte semble bien mal engagée pour les défenseurs, mais c’est évidemment sans compter sans l’éclair de génie de Cain (bien aidé par les problèmes de cafetière de Jurgen), qui reprend à son compte l’idée de Kerin de piéger la bestiole dans le stade de nullball grâce à l’apesanteur artificielle du lieu. Là où l’inflexible Gouverneur proposait de déverser le feu et la fureur plasmique sur le bio-titan, rasant au passage la capitale et tous ses habitants de la carte, Cain suggère de pousser les accus jusqu’à 11, et de faire flotter le gros criquet à quelques centaines de mètres du sol avant de lui nuker la goule. Quel puissant génie alors. Ce plan génial se déroule sans accroc, mettant un terme à la seconde invasion tyranide de Traego ainsi qu’à la saison régulière de nullball. Il faut bien qu’il y ait des victimes collatérales.

 

1 : Il se se serait appelé « billard anglais » sinon.

 

Est-il encore besoin de présenter le concept des nouvelles de Ciaphas Cain ici ? Non, sans doute. Nous évoluons ici en terre connue avec une histoire venant s’intégrer dans l’arc principal de la série (Cain + le 597ème Valhallan), et où chacun tient son rôle avec application. À Cain le rôle du héros-faussement-brave-qui-ne-pense-qu-à-sauver-sa-peau, à Jurgen celui de l’idiot-puant-autant-qu-utile, à Kasteen et Broklaw celui des gradés-efficaces-mais-incapables-de-gérer-le-problème-sans-l-intervention-géniale-de-Cain. Seules véritables nouveautés dans ce schéma narratif rôdé et huilé, les « personnages » de Kerin et du bio-titan n’apportent à mon goût que peu de chose à l’intrigue, et le tout manque du petit grain de folie ou de l’inspiration bien sentie qui distingue les excellentes histoires de Ciaphas Cain des simplement correctes. ‘The Bigger They Are’ se place plutôt dans la seconde catégorie en ce qui me concerne, et est donc à réserver aux grands fans de Jurgen plutôt qu’aux lecteurs curieux de découvrir la légende mitchellienne, qui peuvent trouver plus mieux et plus drôle ailleurs.

 

Schattra, the easier they fold

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.