Jump to content
Warhammer Forum
Sign in to follow this  

Recommended Posts

Personnages spéciaux : tout un débat
 

(article par ‘Henrypmiller’, traduit du Ninth Scroll nº10 par @Madd et @Ghiznuk )


 

Cet article reprend où en était resté le précédent Ninth Scroll, qui demandait à la communauté quels nouvelles unités elle désirait voir intégrées au jeu. Ces deux derniers mois, sur demande de Équipe d'engagement communautaire, j'ai demandé à la communauté quels seraient les personnages légendaires ou spéciaux qu'elle aimerait voir apparaître.

Ceci s'est trouvé être un sujet délicat car j'ai été tout d'abord confronté à une certaine résistance en interne. Les opinions étaient fort partagées quand à la pertinence de cette question et la manière dont elle devrait être posée. Certains craignaient de voir être repris les personnages de Games Workshop – ce qui devait évidemment être évité. À la place, l'Équipe background préférait que l'on parte sur un nouveau panthéon de personnages légendaires ; mais évidemment, étant donné que l'historique de notre univers est encore en plein développement, nous avons pensé qu'il serait difficile pour la communauté de faire des propositions qui soient cohérentes vis-à-vis du background du monde du 9ème Age. Nous avons donc finalement décidé de nous pencher non pas sur des personnages légendaires bien spécifiques, mais plutôt sur des « archétypes » de personnages spéciaux susceptibles d'intéresser la communauté.

Une fois ce projet présenté à la communauté, il s'est une fois de plus avéré extrêmement polémique. Toute une partie des joueurs s'est exprimé de façon assez retentissante sur le fait qu'il faudrait selon eux complètement oublier l'idée de personnages spéciaux, point barre. D'autres pensent que les personnages spéciaux pourraient être inclus en tant que choix auxiliaires. Enfin, le troisième « camp » dans ce débat est constitué des joueurs qui veulent des personnages spéciaux pleinement approuvés et testés par l'Équipe d'équilibrage, afin de pouvoir les jouer en tournoi de façon officielle.
 

 

Pas de personnages spéciaux ?

 

Je veux tout d'abord reprendre les principaux arguments du camp « anti-personnages spéciaux ». Dans le passé, certains de ces « super-mega-giga-héros » avaient des règles qui étaient vraiment trop puissantes, surtout comparés aux personnages normaux. La principale raison qui justifiait leurs règles était l'historique de l'univers mais, aussi, disons-le franchement, la volonté de vendre des figurines. Il s'agissait de héros légendaires venant d'un monde qui touchait à sa fin. Les acteurs principaux d'une saga épique. Et bien qu'ils coûtaient un bras, ils pouvaient à peu s'en prendre à n'importe quelle armée à eux seuls, tout en étant très difficiles à tuer.


Ceci est évidemment très mauvais pour le jeu compétitif. Avoir la possibilité d'inclure dans votre armée un personnage qui vous assure une victoire quasi automatique, sans parler des situations de type « feuille/papier/ciseaux », est quelque chose de très dommageable du point de vue de l'équilibrage. Bien sûr, on pourrait toujours encore augmenter le prix de ces super héros, mais on s'éloignerait alors de plus en plus de l'idée d'un jeu de « batailles de masse ». Une armée qui consiste en une pièce centrale très puissante accompagnée de quelques unités de capture qui se cachent derrière, ne correspond pas à notre conception du jeu.

La majorité des joueurs désirent un jeu équilibré où des armées se battent. Il est facile de comprendre pourquoi tant de joueurs sont hostiles à l'idée de personnages spéciaux. Mais ne serait-il pas envisageable d'en créer, tout en les limitant aux parties hors tournoi ? Il fut un temps où les personnages spéciaux ne pouvaient pas être pris lors des tournois (sauf spécifié) ni joués sans l'accord de l'adversaire.
 

 

Des personnages spéciaux uniquement pour le fluff ?


D'un autre côté, il y a de nombreux arguments en faveur de l'incorporation de héros nommés dans le monde du 9e Âge. Le principal argument est que ces personnages hors du commun apportent un élément narratif et de profondeur scénaristique à nos parties. Le jeu devient en effet plus intense et plus immersif lorsqu'on a une raison de se battre ; ça ressemble moins à un jeu d'échecs avec des dés. Un bon exemple est « La Cassure des îles aux Géants », la campagne narrative en trois épisodes, publiée dans les Ninth Scroll nº8 à 10. Je vous jure que Paul voulait VRAIMENT gagner le dernier scénar, non seulement en raison de ses piètres performances durant les deux dernières parties, mais aussi car il s'était beaucoup investi dans son personnage de Varg la Bête, qui cherchait à supplanter son ennemi mortel, Gunther von Burg.


Mais nous pouvons créer ce genre d'immersion même sans règles spéciales ! Le simple fait de nommer les personnages importants des différentes armées (comme par exemple les rois et seigneurs à la tête des différentes factions), en ajoutant quelques informations à leur sujet serait déjà un grand pas en avant dans l'évocation d'éléments narratifs et de listes thématiques, sans parler de l'inspiration pour la peinture et du modélisme. C'est vrai que ce genre de liste serait plutôt à réserver pour des parties amicales, mais il existe un nombre important de joueurs qui désirent voir apparaître un élément narratif supérieur dans leurs parties (particulièrement les jeunes qui peinent à véritablement accrocher). Cet élément en lui même est probablement la raison la plus importante de la création de ce genre de personnages.

Dernièrement, ce dont manque le monde du 9Âge, c'est d'un protagoniste et d'un antagoniste. Toute histoire fantastique a besoin de ce genre de personnages, bons ou mauvais. Qu'il s'agisse des adeptes du côté obscur comme Voldemort, Cersei Lannister, Thanos ou… Sky Net ; ou des héros du bien tels que Gandalf, Superman, Buffy ou Obi Wan, le 9e Âge à besoin d'un point d'ancrage et d'une histoire à partir de laquelle s'investir. C'est très bien d'avoir un monde ouvert ou l'on peut se battre et jouer à « on disait que ». Mais sans un fil rouge solide, il n'existe pas de raison de se battre. Les personnages spéciaux ajoutent à ce côté narratif ; même le simple fait de donner des personnages nommés et leurs motivations permet de lancer l'esprit sur la route des possibles. Le fait de nommer un Démon vermine désireux de détruire l'empire de Sonnstahl et les héros humains qui lui servent d'antithèse donne la possibilité de voir se développer des options de personnage, des scénarios, des règles et toute une littérature ad hoc. Voici ce qu'il faut au 9e Âge pour pouvoir évoluer au-delà du « beau jeu d'échecs bien équilibré ».

Outre le fait qu'ils apportent une expansion narrative à notre jeu, les personnage spéciaux peuvent aussi s'avérer bénéfiques pour le jeu lui-même. Le fait d'avoir des personnages qui mettent l'accent sur un aspect particulier de l'armée ou qui ont accès à des options normalement non autorisées (en contrepartie d'un handicap à un autre niveau) peut ajouter à la jouabilité au même titre qu'un livre auxiliaire ou qu'une extension des règles. Il existe d'ailleurs déjà de telles options de personnage dans les règles actuelles : pensons par exemple à l'honneur Cavalier de la Reine des Hautes Lignées elfiques, ou au Cœur sauvage des Khans ogres. Ces options permettent de donner un caractère particulier à une armée, avec par exemple plus de monstres mains moins d'unités d'élite.

De plus, on pourrait imaginer des héros légendaires avec des règles ou des objets qui leur sont propres et qui modifieraient le jeu d'une manière spécifique – un serait par exemple très dur à tuer, un autre rendrait un type de Décor inhabituellement dangereux, etc. On aurait ainsi des parties qui offriraient de nouveaux défis intéressants. Sans parler de l'aspect narratif.
 

Plutôt que de créer des personnages spéciaux, pourquoi ne pas tout simplement encourager les joueurs à nommer leurs propres personnages et à rédiger leurs propres histoires ? C'est vrai que rien n'empêche les joueurs de le faire ! Mais le fait de disposer d'un personnage « officiel » offre un petit quelque chose de plus. Je peux évidemment inventer que mon Monarque gobelin déteste vraiment les hommes-rats et écrire un texte à ce sujet. Mais si j'avais un personnage « officiel » avec un background bien détaillé et toute une série d'histoires à son sujet, décrivant les nombreuses batailles qu'il a menées contre la Marée de Vermine, l'enjeu serait certainement supérieur. D'ailleurs, étant donné qu'à l'heure actuelle, où nous ne disposons pas encore d'une carte du monde très détaillée, il me paraît un peu difficile de pouvoir vraiment situer l'origine de mon héros, les différents évènements, etc.

 

Avoir un personnage « officiel » bien connu de tous facilite aussi l'immersion narrative lorsque je joue contre quelqu'un que je ne connais pas. Imaginons que j'aie un Varkolak nommé Polly. C'est très amusant quand je joue dans mon club où tout le monde connaît Polly et sa tendance à charger tout ce qui bouge ; quand Polly meurt, je ressens une perte plus importante que lorsqu'il s'agit d'une autre de mes figurines. Mais si j'arrive à un tournoi dans un autre club où personne ne me connaît, mon adversaire du jour risque de me prendre pour un dingue lorsque je vais commencer à parler de Polly le Varkolak. D'un autre côté, imaginons qu'il y a tout un fluff bien établi dans lequel Polly le Varkolak joue un rôle en tant que protagoniste. Dès que je sors Polly sur la table, mon adversaire verra immédiatement son immense aura.
 


Des personnages spéciaux intégrés au jeu ?


Il est important de discuter de la manière dont les personnages spéciaux pourraient être inclus au jeu officiel. Il y a plusieurs niveaux d'immersion et plusieurs raisons pour lesquelles les héros légendaires pourraient faire des additions intéressantes à la création de liste ou lors d'une partie.

Premièrement et de manière la plus globale, les personnages spéciaux pourraient, comme par le passé, être des seigneurs légendaires avec des règles et des caractéristiques très puissantes. Nous savons tous qu'ils ne seraient pas équilibrés ni forcément amusants à jouer, mais ils pourraient être essentiels pour l'histoire de ce monde et éventuellement réservés aux batailles de grenier. Je suis sûr que certains joueurs adoreront cette approche.

Cette approche du héros individuel n'est pas sans charme. Je me rappelle ainsi d'une partie de Seigneur des Anneaux avec un ami : Sauron et quelques orques contre des elfes et Elrond. J'avais une « armée » et lui, en gros, avait juste Sauron. Après avoir coupé menu les quelques orques qui gambadaient, j'ai fini par encercler Sauron. Et j'ai commencé à grapiller au demi-dieu géant un PV après l'autre. Le combat a duré round après round après round (probablement plus que prévu pour une partie normale) et quoique je fasse, je n'arrivais toujours pas à lui enlever son dernier PV. C'était vraiment épique, à chaque round nous retenions notre respiration. Nous n'arrêtions pas de nous demander  : « Sauron sera-t-il vaincu ? L'anneau tombera-t-il entre les mains des elfes ? » Je m'en rappelle très bien maintenant, 13 ans après, car il y avait cette dimension fun, avec un puissant élément narratif. Je pense que c'est un peu la même chose lorsqu'on affronte un Dragon ancien ou un Démon majeur. On a un sentiment d'impuissance face à cet énorme monstre ou personnage uberboosté. Il faut le vaincre coûte que coûte, et quand il finit par tomber, on se retrouve auréolé de gloire, la soirée peut commencer.

Ceci est clairement une manière fun et narrative de jouer au 9e Âge. Est-ce que c'est équilibré pour des tournois compétitifs ? Sérieusement, non, je ne crois pas. Dans un environnement de match en solo, il y a de fortes chances à parier que l'adversaire n'ait pas les armes pour rivaliser avec un tel ennemi, et celui-ci ne serait pas le bienvenu.

Une autre manière d'ajouter des personnages légendaires avec un historique établi serait de doter ces personnages d'« améliorations » uniques. Un unique personnage par armée pourrait avoir accès à une « amélioration spéciale » de héros (voire de champion) pour un certain coût en points. Cette amélioration donnerait accès à des caractéristiques améliorées ou à des objets magiques spéciaux. Je pense qu'il s'agit là d'une manière plus pratique d'intégrer des personnages spéciaux au jeu. On aurait ainsi le sentiment de disposer d'un combattant plus puissant ou d'un lanceur de sorts plus spécialisé. Le problème, c'est que si cette option est vraiment plus puissante que la version du personnage « de base », on se retrouverait avec un choix « automatique », malgré un coût en points élevé, ce qui fait que le sentiment d'immersion serait un peu perdu. Comme on retrouverait le même personnage dans chaque liste, il perdrait son côté « spécial ». Il faudrait donc accompagner ce choix d'éléments négatifs, afin que son inclusion soit un véritable choix de la part du joueur.

Enfin, une dernière façon de différencier un personnage spécial d'un personnage générique est le fait de donner accès à des armées thématiques avec un style de jeu et une composition d'armée différente. Un peu comme je l'ai déjà mentionné ci-dessus, avec Cavalier de la Reine et Cœur sauvage, mais de façon plus radicale. Les modifications apportées induiraient vraiment un style de jeu différent, qui serait tout aussi intéressant que l'armée « vanille ». Des changements de l'ampleur de ceux du livre auxiliaire Barbares d'Åskland, ou de l'armée alternative « Légion des tertres » pour les Dynasties immortelles. Finalement, on pourrait imaginer de regrouper ces personnages spéciaux dans des livres d'extension « Personnages spéciaux », ce qui ajouterait un niveau supplémentaire de rejouabilité, tout en bénéficiant grandement au côté d'immersion narrative.

 

Nous proposons ci-dessous deux « Archétypes », sous la forme d'améliorations pour des Personnages existants. Je pense que ce genre de format de personnages spéciaux est le plus intéressant à introduire dans le 9e Âge. Ces personnages sont faciles à équilibrer avec seulement quelques ajustements au niveau des règles ; ils permettent de plus, avec un peu de background, d'apporter une dimension narrative supplémentaire au jeu.

Edited by Ghiznuk

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nouveau personnage spécial Elfe sylvestre : le Roi de la Sylve

 

Cela fait longtemps que les joueurs Elfes sylvestres demandent cette option. Sans rentrer dans les détails, elle permettra d'utiliser toute une série de figurines emblématiques de cette armée, tout en rendant le personnage du Changeforme plus viable en tant que personnage combattant tous terrains. Vous pouvez toujours personnaliser votre personnage avec des équipements spéciaux et normaux. Le fait de donner Ægide à ce personnage est assez puissant, mais c'est un choix qui impose également certaines limites à l'armée, ce qui signifie qu'il reste tout à fait intéressant de prendre le Changeforme sans l'améliorer en Roi de la Sylve. Son socle de 50×50 mm est clairement un inconvénient, tandis que l'obligation de prendre une unité de Chasseurs sauvages, s'il ajoute un côté narratif à l'armée, représente également une certaine « taxe » pour les avantages conférés par cette amélioration. Le risque est d'ailleurs d'autant plus élevé que cette figurine doit être le général de l'armée, et que si elle meurt, elle donne encore plus de points à l'adversaire, en plus de son coût déjà relativement élevé.

 

***

 

La note d'un clairon retentit, solitaire, dans les bois derrière nous. Jetant un dernier regard par-dessus mon épaule, j'aperçus une des créatures les plus farouches et les plus formidables que j'aie jamais croisées. Là, sur les marches montant au roc du Sanglier, se dressait un être de légende. Le roy de la Sylve, dans toute sa splendeur, après qui s'élançait la Chasse sauvage, telle un grondement d'orage, envahi d'un tonnerre d'aboiements. Ne pouvant soutenir cette vision, je me penchai sur l'encolure de mon coursier. Mes oreilles résonnaient à chaque foulée du martèlement des sabots qui nous pourchassaient ; mon dos pressentait à chaque instant le fer de lance qui s'y planterait. Point ne m'arrêtai à Corante, mais poursuivis sans une halte jusqu'à l'océan. Jamais n'aurois-je alors soupçonné ce que cette onde apaisante me destinait !

– Extrait de Thomas le Barde, Conte des fæs, Tome I : Sous les frondaisons, Épilogue

 

***

 

Roi de la Sylve (100 points)

 

Unique. Amélioration de Prince des forêts avec la Confrérie « Changeforme ».

La figurine gagne +1 Discipline, Ægide (4+), et son socle passe à 50×50 mm.

 

Règle spéciale : La Chasse sauvage :

Une armée qui contient une figurine avec l'amélioration « Roi de la Sylve » doit aussi contenir au moins une unité de Chasseurs sauvages.

Le Roi de la Sylve doit toujours être le Général. Si le Roi de la Sylve est tué, à la fin de la partie, votre adversaire gagne 100 Points de victoire supplémentaires pour avoir tué votre Général.

Edited by Ghiznuk

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nouveau personnage spécial Forteresses naines : la Forteresse perdue

 

L'idée de nains montés sur ours n'a pas été reprise parmi les nouvelles unités présentées dans le Ninth Scroll nº9. Cependant, j'aimais vraiment le concept d'un nain solitaire ayant perdu sa forteresse, parcourant la toundra juché sur un ours. En termes de jeu, il pourrait servir d'unité de redirection en guise d'alternative aux Autogyres pour ceux qui ne sont pas trop steam-punk. Il s'agit d'un thane, pouvant évidemment être personnalisé avec toutes les runes et équipements qu'on veut.

 

***

 

On raconte que des nains vivraient dans le Grand Nord, parmi les sommets des pics des Jötunns, dans les terres parcourues par les Åsklandais. Leurs forteresses seraient dissimulées par d'antiques runes, scellées de l'extérieur au plus profond des montagnes. Isolées du reste du monde, elles auraient accumulé une immense richesse et forgé des artéfacts fabuleux.

Parmi les histoires qui me sont parvenues, la plus intéressante est celle de la forteresse perdue. Un groupe de nains particulièrement entreprenants auraient quitté leur foyer à la recherche d'une route qui leur aurait permis de commercer avec Avras. Revenant après plusieurs années de voyage, ils ne seraient jamais parvenus à retrouver l'entrée de la forteresse. Condamnés à errer pendant des décennies entre les pics inhospitaliers, ces nains, dans leur honte, sont devenus de plus en plus taciturnes et affligés, ne se mêlant plus que rarement à ceux de leur race. On rapporte que certains d'entre eux auraient dompté les grands ours des montagnes pour les utiliser en tant que monture dans leur quête de la forteresse perdue.

J'ai moi-même un jour rencontré un tel personnage au cours d'une de mes expéditions aux Feux de veille. Gorik Sang-d'ours était son nom ; il ne communiquait plus que par gestes. Mais son regard fatigué trahissait une immense souffrance. Je ne pus m'empêcher de ressentir une grande pitié pour lui.

– Sigmund Selig, Les Feux de veille

 

***

 

La Forteresse perdue (100 points)

 

Unique. Amélioration de Thane.

Ne peut être le Porteur de la grande bannière.

La figurine gagne Pas un meneur et ne peut jamais rejoindre des unités ni être rejointe par d'autres Personnages.

Elle gagne une monture : Grand ours.

 

Grand ours

Taille : Grande

Type : Cavalerie

Socle : 50×75 mm

 

MS 6  MF 12  Dis P    Guide (Forêt)

PV P  Déf P  Rés 5  Arm P+1

Att 3  Off 4  Fo 5  PA 2  Agi 2    Harnaché

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.