Jump to content
Warhammer Forum
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt

[Création][Inspiration] Flotte Arabienne


Dreadaxe

Recommended Posts

Bonjour à tous,

Je suis retombée sur ce petit texte de Steve Darlington pour WFRP2 qui décrit succinctement les bateaux que je pourrais avoir une flotte arabienne.

 

http://www.liberfanatica.net/Tilea_Estalia/The_Thousand_Islas.pdf

 

Citation

SHIPS OF THE ARABY CORSAIRS

Some of the most hated pirates in the Southern Sea are the corsairs of Araby, who set sail in their Strange green-sailed Xebec ships.These vessels can have two or three masts and sit higher in the water than the galleons of the Old World, being faster and more manoeuvrable than anything short of the Sea Elf fleet.
Supporting the Xebecs are oar-powered galleys of design similar to those of the Empire and Tilea and small sailing yachts, known as Felucca boats.

 

Un traduction avec l'aide du Discord et de Nicolas Kempf

Citation

 

LES NAVIRES DES CORSAIRES ARABIENS

Parmi les pirates les plus détestés de la Mer du Sud figurent les corsaires arabiens, qui prennent la mer à bord de leurs étranges Chébecs à voiles vertes. Ces navires peuvent avoir deux ou trois mâts et se situent plus haut sur l'eau que les galions du Vieux Monde, ils sont plus rapides et plus maniables que n'importe quel navire à l'exception près de ceux des elfes. Les Chébecs sont soutenus par des galères à rames de conception similaire à celles de l'Empire et de Tilée, ainsi que par de petits vaisseaux rapides à voile, appelés Felouques.

 

 

Chébec pour Xebec

Felouque pour Felucca

 

Qu'en pensez-vous ?

Ça vous inspire ?

 

En parler avec les anglais ?

https://groups.io/g/TheSeaofClaws/topic/lore_wfrp2_the_thousand/81898902

Edited by Dreadaxe
Link to comment
Share on other sites

Je ne m'étais pas vraiment penché sur l'aspect maritime. De mémoire, une source officielle au moins dit que les Arabiens n'ont pas réellement de navires de haute mer et pratiquent essentiellement le cabotage, mais on peut aisément ne pas en faire une généralité. Après tout, on sait par un White Dwarf qu'a priori l'explorateur Brahim Jellal est allé en Lustrie, on peut donc penser que les Arabiens sont parfaitement capables de voyager en haute mer.

 

On a des mentions de navires arabiens dans Fell Cargo (mentionné dans The Thousand Islas), dans une nouvelle Felix et Gotrek il me semble, dans Dreadfleet (mais c'est particulier, c'est le navire-palais du Mage Doré), mais aussi et surtout dans la nouvelle The Voyage South qui se passe presque intégralement, de mémoire, à bord d'un navire de guerre arabien.

 

Il se trouve qu'un ami auteur qui faisait des recherches sur la piraterie m'avait transmis un lien vers un pdf avec des infos sur des navires d'époque, dont le Chebec et la Felouque. C'est pour un autre jeu mais ça peut t'aider à les situer par rapport à d'autres navires 

http://pavillonnoir.free.fr/download/afeu/listenavires.pdf

Link to comment
Share on other sites

Faut dire, les Arabiens sont quand même fictrement mentionné pour la piraterie et le commerce, difficile d'imaginer qu'ils se contente de servir de relais. De plus, l'invasion de l'Estalie et de Sartosa n'aurait pas été possible sans flottes.

 

Quand aux Chèbèques...

 

https://blaguepouvez-blesse.com/vuy/iYIMuTgJtCvcTSfg0clbhAHaKR.jpg

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Le Passant a dit :

Il se trouve qu'un ami auteur qui faisait des recherches sur la piraterie m'avait transmis un lien vers un pdf avec des infos sur des navires d'époque, dont le Chebec et la Felouque. C'est pour un autre jeu mais ça peut t'aider à les situer par rapport à d'autres navires 

http://pavillonnoir.free.fr/download/afeu/listenavires.pdf

 

Citation

Felouche

Transport Fluvial et Navire de Guerre Maure.

Type de Gréement : Voiles Latines

Tout comme le chébec, à qui elle s’apparente, la felouque est gréée de voiles latines, sur deux ou trois mâts. La felouque bénéficie d’un très faible tirant d’eau, ce qui en fait un navire parfait pour le transport fluvial. Elle est redoutable dans les archipels de la Méditerranée, car elle est aussi équipée de banc de nages : de quoi manœuvrer avec une vingtaine de rames. Les Maures se servent de la felouque comme d’un navire de combat léger, rapide et maniable.

 

 

Un peu un épervier elfe on dirait mais la version à rame, c'est la galère classique.
 

Citation

Tartane

Fonction : Transport, Royale Espagnole, Flibuste.

Type de Gréement : Voiles Latines

La tartane porte deux mâts. Le grand-mât grée une grand-voile latine de taille considérable, parois surmontée d’un hunier carré. Le mât d’artimon porte aussi une voile latine, mais de petite dimension. La tartane comprend aussi un bout-dehors de grande taille qui supporte un ou plusieurs focs. Ce navire est apparenté au chébec et faisait office de petit navire de guerre dans la flotte Maure. Dans les Indes Occidentales, les tartanes sont avant tout des navires Espagnols. Ceux-ci les arment en guerre ou en navire de commerce. Les flibustiers et pirates font parfois leur navire d’une tartane prise aux Espagnols.

 


 

Citation

 

Chébecs

Fonction : Flibuste, Frégate Maure, puis Française.

Type de Gréement : Voiles Latines.

Le « tigre des mers », ainsi que l’on appelait les marins de la Méditerranée, est un petit trois-mâts de quarante mètres de long, gréé de trois voiles latines. Celles-ci en font un redoutable marcheur sous toutes les allures, mais le handicapent un peu quant aux manœuvres. En effet, les manœuvres de virement de bord et de prise de ris sont plus longues, voire plus difficiles pour les voiles latines que pour les autres gréements. Le chébec est obligé de « muder » pour avoir toutes ses voiles du bon côté du mât. Les chébecs sont encore plus redoutables durant un calme plat, car ils sont équipés de vingt à trente avirons, leur permettant de garder une bonne allure quelle que soit la force du vent. Même les pirates, qui préfèrent les embarcations légères, se permettent de l’équiper en frégate avec jusqu’à 20 canons de dix-huit. Les chébecs ont depuis longtemps été adoptés par les Français, qui les équipent parfois de voiles carrées. Quoiqu’il en soit, le chébec est un navire de choix pour un équipage passé maître dans l’art de la manœuvre.

 

 

Un peu un corsaire breto mais alors où est la classe bâtiment.

Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Miles a dit :

Merci! J'ai pas réussi à trouver d'aussi bonne qualité! Mais je tenait à l'ajouter à tout débat concernant les Chèbèques.

 

Chébec ?

Chébéque ?

Chèbèques ?

 

;)

 

Je découvre le supplément WFR4 Kingdom of the Shifting Sands de Amaury G.

https://drive.google.com/file/d/1pzcaghrg-MOesOJjchqnAtT4qPbQOJcE/view

 

Citation

Corsairs and Piracy

Araby is infamous for its dreaded corsairs, setting forth from Lashiek and a hundred lesser ports aboard war dhows to plunder trade lanes and distant shores. In Araby however, corsairs are esteemed and respected as an essential part of the economy. During peacetime, they plunder ships and coastal settlements, bringing back slaves and wealth that they sell like any legitimate merchant, paying taxes to the local authorities. They also sink rival powers merchant ships to monopolize the trade routes. During wartime, corsairs operate as independent auxiliaries to the regular navies of Araby. What set apart Arabyan corsairs from regular pirates is their discipline, fighting more like professional military units than sea-bandits and using complex strategies, often in coordination with other corsair crews.

 

The wealth and fame of the corsairs is such that many of them retire early and become full-time merchants and shipowners. Many of the wealthiest merchants of Araby were pirates and slavers at some point in their life, and the wealth they bring back from their excursions ensure their continued popularity and full support from the Sultans. They are so influential that the most renowned and powerful among them is bestowed the title of Sultan of the Seas, with the current one being a wizard known only as the Golden Magus.

 

The corsairs appeared out of necessity early on in Araby’s history when it was first subjected to raids from norsemen and druuchis. The exploits that crowned them as the best pirates in the world happened more recently however, during the vicious trade war against Cathay and Ulthuan in 1148 I.C, with the control of the southern seas and the rich spice trade at stake. A large contingent of corsairs sailed from Lashiek and fought the elven Sea Guard and Cathayan sailors for decades, finally securing the trade roads with Ind and Cathay for the Sultans.


In more recent memory, the bloody Pirate Wars saw Nafel Muq, then Sultan of the Seas, invade Tilea with a fleet of corsairs at his command. They defeated the Norse mercenaries hired to defend Sartosa and pillaged the coasts and cities of the peninsula for three centuries. The war ended when Luciano Catena crushed the forces of Emir Abd al Wazaq, depleted after answering the
summons of Sultan Jaffar to aid against the Crusade.

 

Un peu d'histoire le concept de Sultan des Mers, la référence à leur implication en orient… très bien tout ça.

 

Citation

2295 - Scyla Anfinngrim, renowned champion of Khorne, raids the shores of Araby. He is confronted by a fleet of war dhows under the command of Admiral Ibn Dhul. The fleet is quickly reduced to splinters by the servant of Chaos.

 

Reprit pour l'événement du LA WFB8 GdC. Les War Dhows fait très terme générique

https://fr.wikipedia.org/wiki/Boutre

Citation

Le terme de « boutre » est générique et désigne toute une variété de navires fort différents les uns des autres1. Leur point commun2 est d'être construit en bois et gréé d'un ou plusieurs mâts portant chacun une voile trapézoïdale, dite « voile arabe », semblable à la voile latine à cette différence près que sa pointe avant est tronquée (au-delà d'une certaine taille).

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, Dreadaxe a dit :

Je découvre le supplément WFR4 Kingdom of the Shifting Sands de Amaury G.

https://drive.google.com/file/d/1pzcaghrg-MOesOJjchqnAtT4qPbQOJcE/view

 

Traduction rapide

 

Citation

Corsaires et piraterie

L'Arabie est tristement célèbre pour ses redoutables corsaires, qui partent de Lashiek et d'une centaine de ports moins importants à bord de boutres de guerre pour piller les voies commerciales et les rivages lointains. En Arabie cependant, les corsaires sont estimés et respectés comme une partie essentielle de l'économie. En temps de paix, ils pillent les navires et les comptoirs côtiers, ramenant des esclaves et des richesses qu'ils vendent comme tout honnête marchand, en payant des taxes aux autorités locales. Ils coulent également les navires marchands des puissances rivales pour monopoliser les routes commerciales. En temps de guerre, les corsaires opèrent comme des auxiliaires indépendants des marines régulières d'Arabie. Ce qui distingue les corsaires arabiens des pirates réguliers, c'est leur discipline. Ils se battent plus comme des unités militaires professionnelles que comme des bandits des mers et utilisent des stratégies complexes, souvent en coordination avec d'autres équipages corsaires.

 

La richesse et la renommée des corsaires sont telles que nombre d'entre eux prennent une retraite anticipée et deviennent marchands et armateurs à plein temps. Bon nombre des marchands les plus riches d'Arabie ont été pirates et esclavagistes à un moment ou à un autre de leur vie, et la richesse qu'ils rapportent de leurs exactions leur assure une popularité continue et le plein soutien des sultans. Ils sont si influents que le plus célèbre et le plus puissant d'entre eux se voit conférer le titre de sultan des mers, l'actuel étant un sorcier connu uniquement sous le nom de Mage Doré.


Les corsaires sont apparus par nécessité au début de l'histoire de l'Arabie, lorsqu'elle a été soumise aux premiers raids des nordiques et des Druchii. Les exploits qui les ont couronnés comme les meilleurs pirates du monde ont eu lieu plus récemment cependant, pendant la féroce guerre commerciale engagée entre Cathay et Ulthuan en 1148 C.I., avec pour enjeux le contrôle des mers du sud et le riche commerce des épices.  Un important contingent de corsaires quitta Lashiek et combattit la Garde Maritime elfique et les marins cathayens pendant des décennies, pour finalement sécuriser au nom des Sultans les routes commerciales avec l'Ind et Cathay.

 

Plus récemment, les sanglantes guerres de pirates ont vu Nafel Muq, alors sultan des mers, envahir la Tilée avec une flotte de corsaires sous ses ordres. Ils triomphèrent des mercenaires nordiques engagés pour défendre Sartosa et pillèrent les côtes et les villes de la péninsule pendant trois siècles. La guerre prit fin lorsque Luciano Catena écrasa les forces de l'émir Abd al Wazaq, épuisées après avoir répondu à la convocation du sultan Jaffar pour l'aider contre la Croisade.

 

Link to comment
Share on other sites

Encore du fluff fanmade

WFRP4 - Nations of Mankind [Rat Catchers Guild Homebrews - new careers & talents]

https://drive.google.com/file/d/11LRRfmMltRrXc_HpYL58JbrO-p34acU7/view?usp=sharing

 

Citation

Arabyan Corsair

The sea holds many dangers in these dark times, from sea monsters to dark elves and pirates—both living and dead. Amongst all the blood, plunder and chaos lies another devil of the high seas, the infamous and legendary corsairs of Araby. While Al-Haikk might be the city of thieves, it is the port city of Lashiek, home to the sultan, where these fiendish dogs of the sea originate. For thousands of years these corsairs dominated the slave trade, from the Black Gulf to the coastal towns along the Great Sea and the Sea of Claws.


Corsairs are amongst the finest elites on the lands and seas around Araby. Both sailor and warrior, these men and women are considered unmatched duelists able to cut down most sailors and privateers foolish enough to stand against them. From nobility and former military ranks all the way down to the commoners and peasantry of Araby, many peoples fill the ranks of the corsairs -- thirsty for coin and danger. Even the might of the Imperial and Bretonnian Navies aren’t enough to subdue them, as their expert seamanship and lightning fast ambush tactics make them nearly impossible to respond to after a merchant vessel or astray patrol ship is sacked, stripped of all it’s worth and its crew enslaved.

 

The corsairs of Araby have a long and bloody rivalry with the pirates of Sartosa, and for countless centuries they’ve been in a stalemate for control of the high seas. These pirate wars reached their height around the 13th century IC as large portions of Sartosa itself was conquered and controlled by the Arabyans for centuries. The Sartosans eventually drove off their invaders, but this was partially due to a rise in Norscan and Dark Elf competition around the Tilean sea, forcing the corsairs to fight against no less than three powerful rivals at one time. Nonetheless Araby is still the reigning power of the slave trade in the south, raking in a massive sum of wealth for themselves and the economy of Araby. From the port of Lashiek lies the heart of the slave trade and the main domain of the many pirate lords and guilds, all under the protection of the sultan himself. The best corsairs are said to have captured and sold hundreds-thousands of slaves within their lifetimes.


As part of a deal with the sultanate, the corsairs swear never to attack an Arab vessel, pay the sultanate a portion of their earnings and to fight on the sultan’s behalf for many naval conflicts that threaten Araby alongside its existing navy. This agreement has been honored for thousands of years and it has offered the corsairs protection from their seafaring enemies, immediate access to the Arab slave market, amnesty from the state for their acts of piracy and allies within the professional Arabyan navy that guards the waters around Araby—although many naval personal are themselves former corsairs or become corsairs. For this the corsairs are both nefarious devils of the sea to much of the Old World and are respected and cherished among many people in Araby. They’re so good at their job they are often hired by Marienburg merchants as guards and escorts through the dangerous waters they travel, or as personal bodyguards when docking on foreign lands.

 

“I miss the old days, before I was called the ‘King of Sartosa’. I miss the thrill of hopping on to a ship to plunder and challenging the crew to a duel for their freedoms! …Now, they simply run and hide, and I grow bored…” —Abd Al Wazaq, Legendary Corsair and Pirate King of Sartosa in the 16th Century IC

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.