Jump to content
Warhammer Forum
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt

Search the Community

Showing results for tags 'hail caesar'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Général & Associatif
    • /!\ Annonces Importantes /!\
    • Suggestions & Forum
    • Association, projets et évenements Warfo
  • Communauté
    • Autour du Warfo
    • Rapports de Batailles
    • Animations Warfo
    • Récits, Poésie et Dessins
    • Rencontres entre joueurs
  • Modélisme
    • Figurines
    • Armée Unique
    • Armées Multiples
    • Décors
    • Animations Warfo
    • Choix des Armes
    • Techniques
    • Tutoriels
  • 41/31 st Millénium
    • 40K - Général
    • 40K - Rumeurs et Nouveautés
    • 40K - Règles
    • 40K - Armées
    • 40K - Création & Développement
    • 40K - Background
    • 40K - Manifestations
    • KillTeam
    • Necromunda
    • WQ-Blackstone Forteress
    • Epic / Adeptus Titanicus
    • Aeronautica Imperialis
    • Horus Heresy
    • Anciens Jeux
  • Mortal Realms
    • AoS - Général
    • AoS - Rumeurs et Nouveautés
    • AoS - Règles
    • AoS - Armées
    • AoS - Création et Développement
    • AoS - Background
    • AoS - Manifestations
    • Warhammer Underworlds
    • Warcry
    • WQ-la Cité Maudite et précédents
    • Anciens Jeux
  • Terre du Milieu
    • SdA/Hobbit - Général
    • SDA/Hobbit - Rumeurs et Nouveautés
    • SdA/Hobbit - Règles
    • SdA/Hobbit - Armées
    • SdA/Hobbit - Création et Développement
    • SdA/Hobbit - Background
    • SdA/Hobbit - Manifestations
    • Anciens Jeux
  • Monde-qui-Fut
    • TOW - Général
    • TOW - Rumeurs et Nouveautés
    • TOW - Règles
    • TOW - Armées
    • TOW - Créations et Développement
    • TOW - Background
    • TOW - Manifestations
    • BloodBowl
    • Anciens Jeux
  • Autres Wargames
    • AW - Général
    • AW - Rumeurs et Nouveautés
    • AW - Le 9e Âge (T9A)
    • AW - Règles & Armées
    • AW - Background
    • AW - Manifestations
  • Autres Types de Jeux
    • Jeux de Plateaux
    • Jeux de Rôles
    • Jeux Vidéos
  • Brocante du Warfo
    • Achats/Ventes/Echanges

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Location


Jeux

Found 24 results

  1. Nouveau rapport de bataille : Hail Caesar cette fois avec une bataille jouée il y a quelques semaines à 500 points - romains contre pyrrhiques. Les aigles romaines triompheront elles de la foudre héllenistique ? Un grand merci à Hervé et Sylvain pour leur participation Rapport vidéo sur la chaîne youtube, si vous préférez le texte pur, continuez ci-dessous.
  2. Vendredi dernier nous avons joué une bataille de Hail Caesar, pour changer, avec l'ami Nicolas. C'est donc parti pour une bataille (fictive) à 350 pts Romains contre Bretons, se déroulant durant la seconde invasion de la Bretagne par César en -54. La partie fut très disputée et vraiment très amusante. La v2 de Hail Caesar me plait vraiment beaucoup car elle apporte des petits changements intéressants. Un grand merci à Nicolas pour sa participation. Le rapport vidéo est sur ma chaîne Youtube (english subtitles) : Si vous préférez le texte pur, continuez ci-dessous.
  3. Un nouveau rapport de bataille Hail Caesar. Cette fois nous repartons dans l'antiquité classique plus précisément à l'époque des guerres médiques pour un affrontement entre les perses et les grecs. Une bataille fictive prémice de la grande (et réelle) bataille de Platée en -479. Nicolas a pris le commandement des grecs et moi celui des Perses. En V1 cette affrontement était plutôt une purge pour les perses mais nous allons vérifier si cela est toujours le cas en v2. Un grand merci à Nicolas pour sa participation. Le rapport de bataille vidéo est disponible sur ma chaîne Youtube, si vous préférez le texte pur, continuez ci-dessous.
  4. Du Hail Caesar, ça faisait longtemps ! J'avais déjà fait une review sur mon blog sur ce que je pensais de la nouvelle édition de Hail Caesar sortie récemment. Globalement c'est du bon. Ici nous passons donc à la pratique avec le camarade Nicolas sur une partie à 350pts opposant les romains au royaume du Pont durant les guerres mithridatiques. Précisions tout de même : il s'agit d'une bataille fictive, pas besoin de la googler.... Comme d'habitude le rapport vidéo est sur ma chaîne Youtube. Si vous préférez le texte pur, continuez ci-dessous.
  5. Fichtre ça fait plusieurs moi que j'ai une chaîne Youtube dont je poste régulièrement les rapports de bataille en section Idoine, mais je n'ai jamais pensé à mettre un topic de présentation ici. ? Alors donc corrigeons cette erreur. J'ai crée la chaîne Youtube Les Rêveries de Thalantir, qui double le blog du même nom et ou je poste essentiellement les rapports de bataille des nombreux jeux que je pratique. Je suis un joueur plutôt du garage et je joue principalement dans mon groupe d'amis donc tout ceci est sans aucune prétention autre que le divertissement. Vous trouverez dans la chaîne de l'Historique (avec les formidables jeux de Warlord Games : Hail Caesar, Pike & Shotte, Black Powder et Bolt Action) de l'Heroic Fantasy en bataille rangée avec Kings of War et de l'escarmouche dans différents univers : Bushido, Vanguard, Carnevale. Donc voilà, si vous êtes curieux de ces jeux et que vous ne craignez pas l'accent alsacien, faites y un tour :
  6. Ce week-end avec l'ami Nicolas nous nous sommes programmés une partie de Hail Caesar, histoire de changer des armes à feu. C'était d'autant plus un dépaysement que notre dernière partie HC remontait à encore plus longtemps que pour Pike & Shotte. Mon adversaire a opté pour les Gaulois, j'ai donc choisi de faire des romains césariens, ce qui me permettait d'étrenner mes 3 nouvelles cohortes récemment peintes. Comme pour le Pike & Shotte de la dernière fois, nous avons crée les listes sur le moment sur un format à 350 pts. Il s'agit évidemment ici d'une bataille fictive, ne cherchez donc aucune réalité historique ici. Cherchant à rallier Labienus avec deux légions, César est confronté à l'armée de Vercingetorix, cette fois accompagnée de mercenaires Germains. Ah ces vils germains, ils se sont retournés contre lui... Afin de forcer le passage, les romains n'avaient d'autre choix que de vaincre le chef arverne. Le rapport de bataille video est disponible sur ma chaîne Youtube, si vous préférer le texte, continuez ci-dessous. les deux armées se font face. à l'Est les germains A l'Ouest, les gaulois dont notamment des fanatiques peu vêtus. Commandée par César en personne, la X Equestris tient le flanc droit romain, face aux germains. A l'Ouest, le légat Abribus se prépare à affronter les gaulois. A l'Est, la cavalerie ennemi arrive jusqu'à la rivière. A l'ouest les chars progressent, mais les tirailleurs germains décident de ne pas bouger. les gaulois parviennent au pont également. les hommes de la VIIIème s'avancent pour leur faire face, mais l'une des cohortes a mal compris les ordres et a quitté le champ de bataille ! Voilà les romains encore plus en infériorité numérique. les crétois manquent les chars. la Xème avance prudemment. Les frondeurs et le scorpion ouvrent les hostilités en causant des pertes aux cavaliers ennemis La VIIIème semble en passe d'être débordée. les gaulois n'arrivent pas à charger mais lancent des javelots sur les romains. La situation de la VIIIème est mauvaise, les ennemis arrivent de partout ! Les gaulois menacent les auxiliaires. les javelots des chars font replier les malheureux crétois. l'infanterie des germains ne bouge pas, mais la cavalerie en revanche charge droit dans la ligne de César. Ce dernier n'arrive cependant pas à amener sa cavalerie ibérique vers l'avant. les vétérans encaissent la charge avec succès. Les deux cohortes de la VIIIème s'apprêtent à faire face à la marée ennemie. Les vétérans de la Xème déroutent les cavaliers ennemis mais au prix d'un certain nombre de pertes. En passe d'être submergée, l'une des cohortes de la huitième se place en carré. Le Légat Abribus parvient enfin à prendre une initiative intelligente. Il fait charger sa cavalerie ibérique dans le flanc des gaulois, avec l'aide des scutarii de face. Malgré de lourdes pertes les gaulois se défendent férocement et tiennent bon ! Scutarii et Gaulois sont ébranlés. la cohorte perdue est revenue à la hâte et poursuit les chars bretons, mais ces derniers se dérobent et les harcèlent. Les légionnaires de la Xème poussent vers la rivière. Une des cohortes tombe sur le flanc des germains au centre. Vaincus, ils se replient en bon ordre et César réfrène la poursuite, par peur de la cavalerie ennemie. Le commandant germain fait avancer ses troupes à portée de tir pour délivrer une volée de javelots. Les cavaliers et les germains au centre se ressaisissent également et font de même. La première cohorte accuse de lourdes pertes. A l'Ouest, tandis que les fanatiques progressent difficilement dans les bois et que les tirailleurs germains continuent de ne rien faire, la mêlée se poursuit. Vercingétorix fait charger ses guerriers. Ces derniers disloquent le carré dès la première charge. et les gardes du Vergobret fondent sur le flanc de la seconde cohorte médusée qui tient cependant malgré des pertes sévères. Voyant ses vétérans vaciller, César vient les rallier. Le centre romain étant en danger de céder, le proconsul ordonne une charge générale de son infanterie. vainqueur, la cavalerie romaine se reforme et charge à nouveau. Mais, épuisée, elle ne parvient pas à briser la ligne ennemie. A l'Est, les légionnaires parviennent à repousser la cavalerie ennemie. En revanche le combat contre l'infanterie germanique est âprement disputé. Les gaulois ont ouvert une brèche dans le centre romain. La Xème tient bon, mais la VIII semble en passe d'être submergée. la 3ème cohorte de la VIIIème déjà confrontée aux chars, voit avec horreur une bande de fanatiques nus surgir de la forêt et leur jeter des javelines. Même si les pertes sont faibles, l'unité perd pied et recule en désordre. Les fantassins germains à l'Est sont finalement eux aussi repoussés. et les cavaliers s'enfuient en déroutent. Seuls les tirailleurs parviennent à s'enfuir. La cavalerie romaine et les scutarii sont mis en déroute le Légat Abribus tente d'envoyer sa 2ème cohorte à l'attaque contre la garde de Vercingétorix, mais à la place, les légionnaires décident de traverser la rivière pour en découdre avec les germains. Alors que la VIIIème s'effondre, la Xème massacre les fantassins germains et se tourne vers le centre. La VIIIème est définitivement brisée lorsque les fanatiques se reforment et chargent en hurlant la 3ème cohorte déjà éprouvée. Au terme d'une charge rapide et brutale, les légionnaires s'enfuient. Assoiffés de sang, les fanatiques poursuivent contre les crétois qu'ils massacrent sans pitié. Les germains sont eux aussi en déroute et quittent le champ de bataille. César en profite pour se tourner contre les gaulois. un duel de projectiles s'engage de part et d'autre de la rivière, tandis que les fanatiques poursuivent leur sillon de mort en allant pulvériser le scorpion. le harcèlement des archers et des tirailleurs gaulois contre sa seconde cohorte est tel que César doit tenter de la rallier en personne. Epuisée, la première cohorte de la Xème voit les fanatiques leur tomber dessus et les tailler en pièce. Gêné par la rivière, Vercingétorix tente de faire contourner le flanc romain par ses hommes. la 3ème cohorte de la Xème tient remarquablement le choc face aux gardes et aux chars. Le centurion décide de tenter de débloquer la situation en chargeant les gardes. Surpris, les gaulois pourtant commandés par Vercingétorix en personne sont repoussés par les vétérans de César. Au terme d'un combat intense sur plusieurs rounds qui verra les deux unités ébranlées les légionnaires parviennent à repousser les gaulois hors de table. Emporté par ses hommes en déroute, Vercingétorix, ne verra pas la fin de la bataille. Ni césar d'ailleurs. Les chars se joignent aux tirailleurs et sous leur harcèlement continuel la seconde cohorte déroute. César, blessé, est emporté sur civière. La troisième cohorte se reforme derrière les fanatiques. Ces derniers ont également été ébranlés par les tirs nourris des frondeurs des baléares et de la cavalerie ibérique. Au terme d'un duel de javelots sur plusieurs tours, les fanatiques refuseront obstinément de céder du terrain. Le légat Crassus qui a pris la suite de César parvient alors à rallier la troisième cohorte et à charger malgré le tir d'opportunité des chars (qui parviendront à ébranler les romains, du coup, test de moral décisif : je le ratais-je perdais, mais j'ai réussi ! Ouf !) les arrières des fanatiques pour les dérouter et assurer la victoire. C'est donc une victoire sur le fil pour César qui reste maître du champ de bataille, mais les deux armées sont cependant exsangues. Les romains, parviennent toutefois à poursuivre leur route. Un grand merci à Nicolas pour cette partie qui fut ULTRA serrée et très longue. Nous avons vraiment mis toutes nos forces dans la bataille et il s'en est fallu de peu que la victoire ne sourisse aux gaulois. Au final, c'est un jet de dé qui décide du sort
  7. Un petit rapport de bataille pour Hail Caesar parce que là aussi ça faisait longtemps que l'idée de sortir mes phalanges me démangeait. pour l'occasion j'ai crée des listes pour rejouer la bataille de Gaza de 316 av. J.C. lors des Guerres des Diadoques. Elle a opposé l'armée Antigonide menée par Demetrios Poliorcète à l'armée Ptolémaïque d'Egypte menée par Ptolémée et Seleucos. Ptolémée prend l’initiative de l’attaque. Il fait avancer sa phalange tandis que Séleucos ne parvient qu’à déplacer une de ses unités d’agema. En réponse Démétrios fait avancer sa cavalerie légèrement, mais ses éléphants en pointe passent de part et d’autre de l’amoncellement rocheux Sur l’autre flanc les éléments légers n’avancent que peu. En revanche Ptolémée fait encore avancer sa phalange qui menace désormais de coincer la cavalerie de Demetrios. Les hoplites mercenaires de Ptolémée tentent d’atteindre les archers montés qui fuient. Le flanc des hoplites est sous la menace des thraces. L’imposante phalange ptolemaique menace la cavalerie ennemie. Seleucos parvient à faire charger sa cavalerie. Les chevaux surmontent la peur des éléphants. Néanmoins le combat reste indécis. Demetrios parvient à faire replier sa cavalerie derrière sa phalange. Cette dernière tâchait de retarder le choc mais va finalement avancer. Au lieu de tomber sur les flancs des hoplites les thraces paniquent et battent en retraite. Alors que le choc entre les deux phalanges semble inévitable, le rusé Demetrios parvient à guider son éléphant dans le flancs des gardes de Ptolémée ! Le flottement dans les rangs désorganise la ligne ptolémaique. Avides d’en découdre les hoplites mercenaires chargent les piquiers antigonides soutenus par les peltastes L’éléphant piétine les gardes qui refluent en désordre vers le centre, désorganisant toute la ligne. Heureusement Séleucos mène personnellement une charge de l’agema contre l’elephant le tuant et abattant Demetrios. Les thraces se reforment pour charger au centre mais ne sont pas assez rapides. Les archers ne font guère de mal aux hoplites ptolemaiques Pendant ce temps à gauche l’éléphant restant et l’agema se rendent coup pour coup. Le remplaçant de Demetrios semble doué. Il fait charger la cavalerie en bloc. Loin de se laisser impressionner cependant, Seleucos contrecharge et malgré l’infériorité numérique il prend l’ascendant. Les hoplites mercenaires antigonides chargent les gardes de Ptolémée et les ébranlent sans parvenir à les dérouter. Les hoplites mercenaires isolés sont mis en déroute Les piquiers de la seconde ligne de Ptolémée attaquent de flanc les mercenaires mais ces derniers tiennent. Le reste des piquiers engage la phalange antigonide tandis que le combat de cavalerie fait toujours rage Les hoplites mercenaires de Ptolémée chargent le flanc des thraces qui tiennent et tentent d’organiser une contre attaque sans succès. L’agema finit par triompher du dernier éléphant mais elle est ébranlée. Le commandant de la phalange parvient à détacher des peltastes pour aider la cavalerie en difficulté. Ils tombent sur le flanc de Séleucos mais ce dernier résiste toujours. Les thraces sont déroutés Les combat font toujours rage entre les deux phalanges au centre et le commandant antigonide Andronikos périt. Le combat d’infanterie est toujours tendu. La phalange ptolemaique, en infériorité, résiste toujours au centre, tandis qu’à gauche les hoplites mercenaires antigonides se sont reformés et tiennent toujours bon Contre toute attente, Seleucos ébranle la cavalerie ennemie et la fait replier avant de massacrer les peltastes. Mais ce combat a ébranlé ses hommes et sa division est brisée. Les tirs des archers à pieds et montés des antigonides désorganisent les peltastes. Au terme d’un féroce combat la phalange ptolemaique est repoussée, mais la phalange antigonide est secouée et menacée sur ses arrières. Sa division brisée, elle entame un repli. Pendant ce temps les mercenaires antigonides sont mis en déroute. Les cavaliers antigonides ne peuvent charger de face les piquiers ennemis qui avancent sur eux. Pendant ce temps, Ptolémée qui a déjà rallié ses gardes, fait de même avec ses piquiers en repli. L’illustre remplaçant de Demetrios parvient à amener l’agema sur le flanc des piquiers. Les archers montés harcèlent la phalange que Ptolémée essaye de rallier, la secouant à nouveau. Pris entre deux feux, la phalange ptolemaique de tête est chargée par l’agema et dérouté. A ce moment, l’infanterie de Ptolémée est démoralisée et la division brisée à son tour. Le Roi d’Egypte sonne la retraite de son armée tandis que les antigonides restent maîtres du terrain. Les Antigonides remportent la victoire mais le défunt Demetrios, ne pourra pas en profiter. C’est tout de même un retournement de l’histoire !
  8. Bonjour à tous Depuis plus d'un an, je bosse sur l'adaptation de Hail Caesar à la fantasie. LE Yahoo groupe avait une base solide, mais je trouvais que ça manquait de saveur. Aujourd'hui, je vous propose deux livres : Le premier rassemble toutes les règles de Hail Caesar Fantasy sous le nom : Magic, Sword and Powder. Ces règles ont pour but d'être commune à toutes les adaptations de jeu fantastiques sur une base Hail Caesar. https://drive.google.com/file/d/0B_M6HDVENXWURFlHci01YUU1QjA/view?usp=sharing Deuxième gros livre que j'ai enfin mené quasiment à bout, l'adaptation de Warhammer pour Magic, Sword and Powder. https://drive.google.com/file/d/0B_M6HDVENXWUUXZrMFZUb0ZTVzA/view?usp=sharing Retrouvez y toutes les armées de Battle : Bretonniens, Comtes Vampires, Condottieres Tilléens, Démons, Elfes noirs, Elfes Sylvains, Empire, Guerrier du Chaos, Hauts Elfes, Hommes-Bêtes, Hommes-Lézards, Nains, Nains du Chaos, Ogres, Orcs et Gobelins, Rois des Tombes et Skavens. Retrouvez y aussi la méthode pour créer votre propre unité. Seuls quelques points manquent et là j'ai besoin de vous ! Donnez-moi les objets magiques qui vous semblent emblématiques d'une armée et comment vous les adapteriez pour Magic, Sword and Powder. Je souhaite aussi présenter aux joueurs différentes compositions pour une même armée, les fameuses armées à thèmes. Là encore, je ne connais pas assez certaines armés pour pouvoir le faire aussi si vous avez des idées partagez les. Enfin, la partie scénarios est pour le moment vide, mais devrais se remplir très bientôt. Là encore donnez moi vos idées. A cela j'ajouterais que toutes vos critiques et améliorations sont les bienvenues afin de faire de ce jeux un must. N'hésitez pas à nous rejoindre sur le Forum Hail Caesar France pour nous aider à pousser ce jeu.
  9. Petite partie de HC à 400 pts au club 3M ce vendredi pour rejouer la bataille du Mont Graupius de 83 ap J.C. opposant les romains aux calédoniens. Triarus et Yotu prenaient le commandement des légionnaires d’Agricola tandis qu’Aldada et moi-même prenions la tête des tribus calédoniennes. Après un déploiement caché nous nous retrouvions avec mon allié à gérer un flanc refusé romain puisque ces derniers avaient quasiment tout mis sur la gauche, en face de ma cavalerie. Les légionnaires étaient placés sur les ailes gauche et droite romaine en première ligne avec les auxiliaires au centre et en seconde ligne. De plus les romains obtinrent le premier tour mais avancèrent, lentement, pour se poster le long de la rivière, leurs autres troupes. Je décidais de poursuivre mon plan initial et amenait mes chars, mes cavaliers légers et mes tirailleurs pour harceler les légionnaires de l’autre côté de la berge occasionnant 2 blessures. avance romaine prudente à gauche les celtes s'avancent, bien décidés à protéger leurs familles et leur lieux sacrés. A droite, les romains tentent de sécuriser leur flanc A droite, Aldada fonça pour se rabattre vers le centre. Yotu tenta de basculer sa cavalerie sans succès mais il déclencha une charge de sa cavalerie auxiliaire à gauche qui échoua puisque mes chars léger et mes cavaliers légers fuyaient. Le reste de l’armée romaine traversa la rivière pour jeter ses pilums sur nos troupes. Désormais exposé sa cavalerie subi la charge des nobles calédoniens et furent balayés. En parallèle les fantassins calédoniens chargèrent les légions sur la rive mais ne parvinrent pas à les faire tester. Idem côté gauche où Aldada malgré la violence de la charge des fanatiques et ses soutiens en masse furent mis en échec par l’invraisemblable nombre de sauvegarde réussi par Triarus. Le centre échouait à bouger et observait d’un air suspect les auxiliaires romains qui approchaient. Au centre les romains traversent la rivière A droite les fanatiques chargent en hurlant suivi par un flot de soldats en soutien Le tour suivant vit une charge des romains contre les chars bretons d’Aldada sur la gauche qui résistèrent, et la traversée des auxiliaires au centre qui jetèrent leurs javelots sur la garde du général sans succès. A droite la ligne romaine se reformait et les auxiliaires se placèrent derrière les cavaliers légers romains. Dans la mêlée à droite, celtes et légionnaires firent égalités en étant ébranlés et testèrent tous deux. Les celtes furent détruits, Calgacus leur général tué, et les romains restèrent et firent un mouvement (imprudent) en avant. emportés par leur élan, les légionnaires s'enfoncent dans les lignes calédoniennes Je saisissais l’occasion Les cavaliers nobles bretons chargèrent droit devant eux, les cavalier légers romains fuyaient et les auxiliaires encaissèrent la charge qui les dérouta tout en ébranlant les nobles. Un peu à droite, les autres nobles chargèrent de face les légionnaires ébranlés avec une charge de flanc d’une bande de guerre que j’avais gardé en réserve, les romains furent savaté. L’autre bande de guerre chargea les vétérans romains et les deux adversaires firent égalité deux blessures chacun. les renforts romains tentent de contenir l'attaque calédonienne. Au centre ce fut la charge générale et elle fit très très mal. Toute la ligne calédonienne chargea les auxiliaires et les légionnaires sur la rives et les ébranlèrent ou leurs occasionnèrent de lourdes pertes. Mais les romains réussirent tous leur test de moral. A droite cependant les fanatiques piétinèrent leurs ennemis et se placèrent sur le flanc de l’ennemi désormais exposé. Chars et cavaliers auxiliaires firent égalité. la charge au centre menée par la garde du général fait du dégât Le tour suivant fut une formalité puisque à droite mes celtes finirent par ébranler les vétérans sans les dérouter cependant, mais qu’au centre le second round de combat tourna au massacre des pauvres romains et auxiliaires dans la rivière qui les vit dérouter et quitter le champ de bataille. Dans le même temps les chars celtes ébranlèrent la cavalerie romaine et emportèrent cette seconde division. A gauche le flanc romain s'effondre au centre le massacre entraîne la déroute les romains. La victoire des calédoniens était totale.
  10. Hier soir petite partie de HC sans pression au club 3M avec Aldada. Les Macédoniens contre les Gaulois pour revisiter la tragique dernière bataille du fougueux (suicidaire) roi de Macédoine Ptolémée Keraunos que j'ai appelé "Bataille de la Chute du Tonnerre" de 279 av JC. Nous avons déployé alternativement chacune de nos 3 divisions. La phalange macédonienne se trouvait sur ma gauche, face à ma division d'infanterie, les éléphants et sa cavalerie au centre face à mon autre division d'infanterie et sa division "légère", sur ma droite face à ma division de cavalerie. Après un tour d'avance, les choses sérieuses commencent. Aldada fait mettre son infanterie légère en carré pour bloquer ma cavalerie noble, tandis que sa cavalerie légère s'insinue dans mon camp et désorganise mes nobles gaulois. Sa phalange avance doucement. Je tente de riposter sans parvenir à me dépétrer de ses cavaliers légers mais mes chars jouent aux indiens et aux colons avec ses carrés qui mangent force javelots mais ne cèdent pas. Par contre au milieu ça pue : mes fanatiques, enivrés par l'odeur du sang, chargent l'unité la plus proche, à savoir son Agema de cavalerie qui évidemment contre charge et, boosté par la présence de Ptolémée Keraunos piétine mes nudistes fous ainsi que mon commandant de division et perce sur une autre horde qui heureusement tient le coup. Les fanatiques se font massacrer par l'Agema. sa phalange d'élite avance pour intercepter mes hordes mais son autre division de phalange fait un fiasco et recule. Son flanc gauche tient toujours ma cavalerie en respect et Ptolémée ébranle ma horde de guerriers qui déroute mais parvient à secouer l'Agema avant de mourir. C'est déjà ça... Gros boxon à droite... Sauf que la garde du général gaulois, située juste à côté de l'affaire, ne parvient pas à se tourner et charger car visiblement elle ne reconnait pas l'autorité du remplaçant de leur commandant.... A la place je charge donc avec une autre horde sa phalange d'élite avec mes hordes ainsi qu'un éléphant et si le combat est équilibré avec les phalangistes, dans l'autre combat mes guerriers parviennent à faire replier l'éléphant et sa phalange en soutien au prix de lourdes pertes cependant. Non non non ! Peu importe qu'on soit menacés par une cavalerie de flanc, on refuse d'obéir à tes ordres, personne ne t'as élu ! au centre les guerriers font le boulot Aldada continue son manège face à ma cavalerie faisant avancer ses renforts thraces. Sa phalange explose finalement après un bon round de combat de ma part et il rallie des cavaliers pour remettre son Agema en état de combattre. Il fait charger son second éléphant sur ma horde centrale qui avait déjà subit 5 pertes et la piétine à mort. Un rocher de catapulte affaiblit l'une de mes hordes centrales de 2 blessures supplémentaires. L'éléphant se sacrifie pour la cause, non sans piétiner des gaulois ! Une fois encore les gardes du général refusent d'écouter les ordres du remplaçant et de charger l'Agema ennemie qui se rallie pourtant à quelques mètre d'eux ....Heureusement, le général de ma cavalerie parvient avec un ordre "suivez moi !" à percuter les cavaliers de Ptolémée mais ne parviennent pas à remporter le combat malgré la charge ! Je charge l'éléphant et le détruit avec une de mes hordes et je reforme un semblant de ligne au centre et à gauche. Mes cavaliers parviennent cependant à secouer l'unité entraînant la perte de sa division de cavalerie et donc la fuite de Keraunos qui est battu au combat et se replie. Je ne le poursuit pas sachant la division en déroute. Mes chars et mes archers continuent de se déployer pour tirer. Je détruit son premier carré de peltastes à force de javelots et je charge le second avec mes cavaliers nobles qui le secouent mais ne parviennent pas à le détruire. Ce satané Keraunos et son Agema refusent de mourir ! Là Aldada fait charger son éléphant restant sur la horde déjà amochée et la secoue engendrant la perte de la division des fanatiques et des gardes.... Mes gardes ajouteront donc la couardise à l'insubordination ! A droite, il fait charger ses fantassins légers thraces. Il a donc une balle de match et attaque mes nobles gaulois par le flanc mais ces derniers résistent et sont toujours opérationnels, les autres thraces, aidés de leur commandant, parviennent à attraper une de mes unités de chars encore en tirailleurs et la détruise avant de percer sur les autres chars sans succès. Raté pour lui. les nobles au combat contre le carré de peltastes sont pris de flancs par des thraces... A mon tour d'avoir balle de match, je recule mes hordes à gauche pour ne pas risquer de charge des phalanges. mes cavaliers victorieux de l'Agema tentent de charger ses thraces, si j'y arrive et que je les secoue c'est gagné.... mais je rate l'ordre "suivez moi !". Au combat je tente de mettre 4 attaques de mes nobles contre l'autre unité de thraces qui les prend de flanc, mais il fallait un perfect et je n'obtiens que 2 blessures sur 4. Du coup, c'est au tour de mon adversaire. Deuxième balle de match pour Aldada qui ne la manque pas cette fois et parvient à secouer mes nobles et mes chars.... Les renforts de phalanges arrivent trop tard mais de toute façon les thraces ont fait basculer la bataille et les gaulois replient. Super partie vraiment sympathique et serrée jusqu'au bout, un grand merci à Aldada ! Les ordres de bataille pour ceux que ça intéresse :
  11. Bataille de Magnésie version grand format Petit débrief sur une bataille dont j’avais déjà fait un rapport mais que nous avons joué à plus grande échelle (presque 1000 pts). Encore une fois un grand merci aux participants (ici les frangins Triarus et Tharaniel) pour cette boucherie dans la joie et la bonne humeur ! Donc les frangins s’affrontaient, le premier prenant les romains, le second les Séleucides. Moi en bon agent double je jouais une division de chaque armée dans un bord opposé (histoire d’éviter de m’affronter moi-même). Le déploiement Séleucides a été très impressionnant pour nous. Au centre une forêt de Sarisses avec la phalange de piquiers et juste à côté (centre droit) une marée de cavalerie. La division que Tharaniel m’a assigné se trouvait au centre gauche et contenait les gésates et les torakitai (qu’on a proxysé avec des hoplites faute de mieux). Enfin la cavalerie d’Antiochos s’était placée à gauche avec l’Agema et deux unités de Cataphractes. la phalange séleucide sous le soleil du matin La masse de la cavalerie séleucide s'avance les alliés latins vont avoir du boulot ! Hasard du déploiement elle se retrouvait en face de celle de Scipion l’Asiatique le général ennemi. En effet Triarus avait choisi de mettre les deux légions romaines sur la gauche, les alliés de Pergame au centre et les deux légions alliées à droite. La légion alliée située tout à droite m’était dévolue, il s'agissant des latins. La légion romaine du Consul Scipion se prépare à en découdre avec Antiochos La bataille s’engagea sur les chapeaux de roue : Tharaniel lança immédiatement sa cavalerie d'élite à la charge des légionnaires romains du consul. L’audace, et un très bon placement tactique paya puisqu’il renversa rapidement la légion en entier grâce aux coups de boutoir (ou plutôt de xyston) de ses trois packs de cavalerie lourde. Le feu continu des archers montés et même des javelots de l’éléphant séleucide finissait d’enlever leurs derniers points de vie aux quelques unités survivantes. Seule une courageuse unité de hastati restera jusqu'à la fin coincé en combat avec les cataphractes et finira par les dérouter... Avant de se rendre compte qu'elle était seule et de quitter à son tour le champ de bataille. Antiochos et ses cataphractes renversent les romains Cependant au centre ma division séleucide resta sur place plusieurs tours et la phalange avança au compte goutte. L’immense division de cavalerie séleucide se jeta sur les alliés mais ne réussit pas à vaincre et finalement aux termes d’une guerre d’attrition ou les jets de pilum alternaient avec les mêlées les romains parvenaient à dérouter les cavaliers. D’autant que la division des alliées séleucides située à droite derrière la rivière ne se déplaça pas à leur secours. Les hastatis alliés s’étaient illustrées, notamment ceux de ma division romaine qui survécurent à cette bataille. La cavalerie séleucide ne parvient pas à déborder les deux courageuses légions d'alliés Et les alliés repoussent les cavaliers Au centre une phalange trop avancée fut cernée par plus de 6 unités de tous les côtés mais tint bon plusieurs tours avant de succomber. Les romains continuèrent sur leur lancée et déroutèrent une seconde phalange. Alors qu’ils approchaient les gésates chargèrent mais ne parvinrent pas à vaincre tous leurs ennemis et ils furent finalement repoussés. Les piquiers recrues vendent chèrement leur peau : 3 tours de combats ! les fanatiques celtes gésates prennent la sauce ! Apparemment se promener le poireau à l'air ne permet pas de détourner les javelots ! La suite du rapport avec les ordres de bataille : ici
  12. Bonjour a tous, j'avais, il y a quelques temps fais des vidéos pour la chaîne Forge de Morphée. Du coup j'ai decidé de prendre mon envol et de créer ma propre chaîne Youtube sur le hobby. Pour l'instant il n'y a que du Fow (encore que les review de figurine et open th box peut aussi intéresser les joueurs de Chain of command ou Blitzkrieg). J'ai de quoi alimenter les prochaines semaines en vidéo (à hauteur d'une ou deux par semaine), ensuite je passerai surement a un autre jeux, si j'ai fini mon armée pour le tournoi de Bordeaux du 25 Octobre. En tout cas n’hésitez pas à jeter un œil et à commenter bon jeu a tous ! https://www.facebook.com/barbusingame https://www.youtube.com/channel/UC7ZBJWNIuMAE7gE4KXkD-eA
  13. Rapport de bataille Pyrrhus d'Epire et ses alliés de Grande Grèce contre la République Romaine. Ayant omis de prendre en photo 2 moments clés puisque je jouais je les ai "recrées" post bataille pour pouvoir illustrer ce rapport. Les deux armées faisaient aux alentours de 650 pts chacune. J'ai mis cette fois-ci les listes d'armée en bas de post. Comme d'habitude pour ceux qui préfèrent, le fichier en format pdf est ici Aux premières lueurs de l’aube, les romains se mettent en marche et traversent la rivière. Le contingent avancé de Milon les voit approcher et tente d’attaquer leurs premières lignes de tirailleurs. La tentative échoue et les grecs sont rapidement accrochés par les légionnaires qui balayent un contingent d’Illyriens et engagent les hypaspistes qu’ils repoussent vers leur camp avec de lourdes pertes. Le reste de l’armée romaine n’avance que très peu. En fait seule une légion romaine est parvenue à mi-chemin du camp grec, la seconde légion est juste derrière mais les légions alliées des ailes n’ont pas bougé, ce qui fait que l’armée romaine est dans une position en forme de lance. Voyant cela c’est le branle bas de combat dans le camp de Pyrrhus. Fidèle à sa réputation, le fougeux souverain sort à toute vitesse avec ses éléphants et son Agema pour frapper le flanc gauche romain. Le reste de la phalange se réorganise lentement et sort du camp. Cependant Léonnatos de Macédoine mène personnellement un régiment d’hoplites au soutien des hypaspistes tandis que les peltastes de Milon font de même. Mais c’est peine perdu, les romains sont emportés par leur élan et motivés par leur général, ils remportent largement le combat, la panique se répand et provoque la déroute de toutes les unités grecques engagées et du contingent avancé au passage. Les romains ne poursuivent cependant pas car le consul Laevinus est tué au combat et les tribuns préfèrent attendre le reste de l’armée et se regrouper. Les hypaspistes sont vaincus Mais durant ce temps le roi d’Epire a prit l’initiative sur la gauche romaine. Une charge de l’agema est esquivé par les equites romains mais ils ne peuvent éviter celle de l’éléphant qui les piétine sans merci. Les deux autres pachydermes s’avancent devant les alliés latins. Un déluge de projectiles s’abat sur eux mais sans aucun résultat. La charge des éléphants et de l’Agema qui s’en suit renverse toutes les premières lignes alliées détruisant une unité de hastatis, une de principes et les leves. Cependant la seconde ligne de principes, de triarii et la cavalerie alliée tiennent bon et freinent l’offensive du roi d’Epire. Les tarentins ne bougent pas La phalange approche Pyrrhus fait une percée Dans le même temps à gauche les autres alliés n’ont toujours pas bougé, laissant visiblement les légionnaires romains seuls face à la phalange qui approche. Il semblerait que ces « alliés » ne soient pas tellement dignes de confiance. La phalange épirote charge les hastatis et les tirarii romains mais ces derniers tiennent bon. Pendant ce temps les alliés romains de gauche jouent aux dés.... Les romains encaissent le premier choc de la phalange Le centre romain forme alors un saillant qui risque d’être submergé par le Nord et par l’Est. Plutôt que de continuer à attendre et profitant du fait que l’aile droite grecque n’avance pas assez vite, les légionnaires de la Légion du Sanglier jettent toutes leurs force contre la phalange à l'est. La légion Laurus s'avance pour couvrir le nord. Dans leur empressement à foncer les différentes unités de la phalange n’étaient pas alignées et laissaient des flancs dégarnis sur lesquels les romains se jetèrent. La première phalange céda et la seconde fut repoussée avec des pertes. Dans le même temps sur la droite un combat enragé se poursuivait entre les éléphants, l’Agema et les alliés latins et ces derniers prenaient peu à peu l’ascendant. Les romains repoussent la phalange A ce moment là de la partie la victoire romaine semblait probable puisque la division de Pyrrhus était sur le point de céder et qu’il suffisait de détruire une phalange supplémentaire de Mégaclès pour gagner. Mais la « légion du Sanglier » de feu Laevinus qui avait effectué l’essentiel des combats était épuisée et avait payé un lourd tribut. Tandis que les romains pensaient que les grecs allaient se replier, au contraire les phalanges de vétérans épirotes chargèrent et déroutèrent la légion du Sanglier. Le contingent de Tarente lança une charge coordonnée avec les épirotes. Tandis que la phalange attaquait à l’est du saillant central, les tarentins attaquèrent la légion du laurier au nord. Cependant cette légion encore intact tint le choc La phalange épirote déroute la Legion du Sanglier Les romains placèrent leur triarii pour bloquer les phalanges victorieuses à l’est et une mêlée s’engagea. Pendant ce temps à droite, la division de Pyrrhus fut mise en déroute et les alliés se portèrent sur les arrières de la phalange. Mais cette dernière se retourna chargea à son tour et mis en déroute les triarii alliés déjà durement éprouvés par les éléphants ce qui occasionna la déroute de l’aile droite alliée romaine. La légion alliée de droite s'effondre à son tour Ce fut un retournement puisque désormais avec 2 divisions partout on revenait à égalité et les grecs avaient l’avantage puisqu’ils étaient en mesure de prendre en tenaille le centre romain. De plus les alliés de l’aile gauche romaine avaient décidé de se déplacer mais très lentement et n’arriveraient donc vraisemblablement pas à temps. C'est un peu tard... Les romains en mauvaise posture La cavalerie thessalienne chargea la gauche de la légion du laurier mais fut vaincue et mise en déroute. Les romains profitèrent alors de cette victoire pour tomber sur les flancs des hoplites mercenaires de Tarente qui étaient engagés avec l’autre moitié de leur troupe et les détruisirent. Ils firent une percée qui les amena sur les flancs des piquiers macédoniens qui tinrent cependant bons. Cette percée fit vaciller la ligne grecque et à l’est du saillant central, les triarii de la légion Laurus remportèrent la victoire contre la phalange épirote (qui combattait depuis un bon moment aussi) mais surtout réussirent à la secouer ce qui donna finalement la victoire sur le fil à la République Romaine. Le laurier tient bon La charge victorieuse de la gauche de la Légion Laurus contre les hoplites mercenaires Point de situation à la fin de la bataille C’est donc un petit retournement de l’histoire puisque c’est une victoire à la Pyrrhus… mais des romains ! Les listes (pour ceux que ça intéresse) : C = Combat : ça regroupe les valeurs de Choc et de Mêlée CP = courte portée : ça regroupe les valeurs de Soutien et de tir à Courte portée LP = tir à longue portée Mo = Sauvegarde de Moral R = Résistance de l'unité (les PV quoi, les unités de taille standard ont 6, les petites 4)
  14. Petit CR d’une partie d’initiation disputée avec Nicolas. Mon invité ayant fait part de son intérêt pour la période d’Alexandre, nous sommes donc partis sur une reconstitution de la bataille du Granique. Je prenais le commandement des perses tandis que Nicolas assumait celui des macédoniens Nous avons effectué un déploiement historique. Certaines photos sont un peu floues et je m'en excuse, je jouais en même temps donc ce n'était pas l'objectif prioritaire au départ. Les listes d’armées : PERSES Spithridatès Sparabaras Garde Sparabaras provinciaux Sparabaras provinciaux Archers en levée Javeliniers provinciaux Memnon de Rhodes Hoplites mercenaires Hoplites mercenaires Hoplites mercenaires Hoplites mercenaires Javeliniers mercenaires Mithridates Cavalerie lourde bactrienne Cavalerie mède Archers montés en armure Cataphractes Garde Archers montés bactriens Arsitès Cavalerie paphlagonienne Cavalerie hyrcanienne Cavalerie cylicienne Archers montés hyrcaniens Archers montés hyrcaniens MACEDONIENS Alexandre le Grand Hypaspistes Hoplites alliés Hoplites alliés Archers Javeliniers agrianiens Javeliniers agrianiens Cavalerie des Compagnons Cavalerie paeonienne Infanterie illyrienne Parménion Hoplites alliés Piquiers vétérans Piquiers Piquiers Cavalerie thessalienne Cavalerie thrace Infanterie thrace Frondeurs L’armée Perse était en infériorité en termes d’infanterie en revanche elle disposait d’un important effectif de cavalerie et de nombreux archers. Les macédoniens avancèrent assez lentement. Les perses tentèrent de se mettre en ordre de bataille mais les disputes entre les satrapes (représentées par le Commandement de 7 plutôt bas) firent que seul les hoplites mercenaires s’avancèrent en formation. Spithridates parvint également à faire déplacer son infanterie près des berges du Granique tandis que les commandants de la cavalerie se disputaient pour des questions de préséance. Les macédoniens firent traverser la rivière à leur cavalerie et à leurs tirailleurs et commencèrent à harceler les mercenaires grecs qui n’y prêtèrent pas attention. Sur l’aile gauche macédonienne les cavaliers thessaliens et thraces se placèrent en première ligne. Le premier choc eu lieu sur l'extrémité gauche lorsque les cavaliers légers paeoniens chargèrent les javeliniers perses et les détruisirent. Ils percèrent ensuite sur les archers montés et les déroutèrent également au nez et à la barbe des hoplites mercenaires avant de se replier. Ce raid audacieux fut une première alerte. les macédoniens traversent le Granique sur la gauche des perses les audacieux paeoniens vont détruire les archers montés jusque devant les lignes perses ! Les perses firent pleuvoir un déluge de flèches depuis l’autre berge du fleuve. Les tirs des fantassins et des cavaliers royaux eurent raison des cavaliers thraces ainsi que des hoplites alliés des macédoniens qui perdirent leurs nerfs et s’enfuirent. Encouragé par ce bon début de partie, Mithridates fit manœuvrer sa cavalerie vers l’aile droite perse afin de créer le surnombre. Arsitès fit charger sa cavalerie contre les thessaliens pour enfoncer l’aile gauche macédonienne et menacer le flanc de la phalange qui avançait. Encouragé par Parménion les Thessaliens contre-chargèrent et triomphèrent à deux contre un détruisant la moitié des cavaliers d’Arsitès et tuant le satrape dans la mêlée. Le vieux Parménion trouva également la mort dans l’affrontement. Les thessaliens font face à l'immense cavalerie perse Tandis que sur les extrémités les tirailleurs et les archers montés des deux camps se livraient un duel sans merci, Alexandre fit charger ses hoplites alliés contre les mercenaires grecs. Malheureusement emporté par la fougue le roi macédonien fut tué d’une lance et ses hommes refluèrent dans la rivière. Combat entre grecs sur le flanc gauche perse Heureusement pour eux les hypaspistes arrivèrent pour leur prêter main forte et la cavalerie des compagnons chargea le flanc des mercenaires et après une furieuse mêlée les mit en déroute. Au centre la phalange avançait lentement sous les flèches des perses qui ne leur firent que peu d’effet. Mithridates fit charger sa cavalerie lourde contre les thessaliens durement éprouvé, persuadé de les écraser. A la surprise générale ces deniers contre-chargèrent et remportèrent le combat détruisant les cavaliers lourds bactriens et tuant le satrape ! Emporté par leur charge les compagnons enfoncèrent (en réussissant crânement tous leurs tests de désorganisation) la seconde ligne des mercenaires grecs qui tint bon. Les mercenaires perdirent cependant leur commandant et subirent des pertes si lourdes qu’ils abandonnèrent le champ de bataille. La phalange se rapproche Pendant ce temps les hypaspistes avaient percé au centre et engagèrent l’infanterie perse. Les sparabaras se montrèrent plus coriaces que prévu puisqu’ils mirent en déroute l’élite de l’infanterie macédonienne (qui avait été déjà bien éprouvée par le combat contre les mercenaires) et repoussèrent leurs soutiens illyriens et agrianiens. Malheureusement la seconde charge menée cette fois par les illyriens dispersa définitivement les deux unités de sparabaras du centre gauche et emporta la division de Spithridatès qui parvint cependant à s’enfuir. Le centre perse est enfoncé à son tour Lot de consolation pour les perses, le remplaçant d’Arsitès et Mithridates avait enfin réussi à mettre leur cavalerie (encore largement en état de combattre) sur les rails et repoussèrent les thessaliens sans cependant réussir à détruire ces héros ! Les archers montés secouèrent l’infanterie thrace ce qui occasionna la déroute de la division de Parménion et qui allait donc emporter une bonne part de l’imposante phalange du centre. La cavalerie perse tient le flanc droit Mais il était trop tard : la nuit tombait et la gauche des perses était en ruines. Spithridates qui avait éliminé ses rivaux à la faveur de la bataille, prit le commandement général et sonna la retraite. Il disposait encore de la plupart de sa cavalerie. Les macédoniens étaient maîtres du terrain mais ils en avaient payé le prix, les perses avaient vendu chèrement leur peau. Victoire macédonienne : 2 divisions détruites contre 1 pour les perses MVP de la partie : la cavalerie thessalienne qui a détruit trois cavaleries perses !
  15. L’automne étant désormais bien arrivé, et le froid donnant peu envie de sortir par chez moi je me suis dis que j’allais refaire un HC (ça faisait longtemps) L’armée Galate : Thermomix (général) 1 Warband de taille imposante 2 Warbands 1 Unité de gardes du général Aile Gauche Cartrex 1 cavalerie noble galate 1 unité de chars galate 1 unité de cavalerie légère cappadocienne (taille standard) 1 unité d’infanterie cappadocienne Aile Droite Bitrex 1 warband 1 unité de fanatiques 2 unité d’infanterie légère paeonienne L’armée Séleucide Tétanos (Général) 1 unité de cataphractes 1 unité d’Agema Cataphracte 1 unité de peltastes 1 unité d’archers montés Scythes 1 unité de frondeurs 1 unité de frondeurs infanterie légère Infanterie lourde – Calvados 3 phalange de piquiers (dont une de vétérans) 1 phalange de gardes 1 Elephant Les galates prirent l’initiative de l’attaque et avancèrent d’abord dans la discipline, les séleucides formèrent leur ligne : deux phalanges à gauche du bosquet central et les gardes à droite. Puis les cataphractes et derrière l’autre unité de piquiers (les vétérans) qui restaient en réserve en attendant de voir ce que ferait la cavalerie celte. Les frondeurs de l’aile droite infligèrent deux blessures aux fantassins cappadociens qui tentaient de contourner le temple en ruine. Sur la gauche, les archers montés scythes firent également deux blessures aux paeonniens. Parvenu à un jet de pierre ou deux de l’ennemi, les galates se préparèrent à l’attaque. Thermomix avait échaffaudé un plan qui consistait à attaquer les phalanges à un endroit bien précis. Mais visiblement ses ordres furent ignorés puisqu’il y eu un formidable Fiasco….6. Donc les galates de sa division chargèrent droit devant en hurlant et percutèrent les phalanges situées à gauche du bosquet. Bitrex lui n’arrivait pas à déplacer ses troupes (ou ne voulait pas) tandis que Cartrex amenait simplement les cavaliers cappadociens à portée de tir des cataphractes mais sans effets. Chargeeeeeeeez ! Bref thermomix et ses troupes étaient seules. Pourtant l’impensable se produisit : malgré le malus de -1 au toucher imposé par le fait de charger une phalange de pique de face et malgré la sauvegarde de 3+ des piquiers qui avaient serrés leur rangs, ces derniers subirent 7 pertes et n’en causèrent que 3, leur règle phalange ne fonctionna donc pas et ils ratèrent tous deux le test de panique : déroute. La moitié de l’infanterie séleucide venait de disparaître sous l’assaut furieux des barbares. De l’autre côté du temple les cappadociens avaient chargé et rattrapé les frondeurs. Fuyons ! Ils sont fous ! Ce fut un choc côté séleucide et désormais il fallait agir vite avant que les renforts gaulois n’arrivent. Les cataphractes sonnèrent la charge contre les unités celtes victorieuses. Le premier régiment s’encastra dans la grande bande de guerre centrale et après une mêlée furieuse occasionnant des blessures de part et d’autre il réussit à la faire se replier. L’autre unité, l’Agema, menée par Tétanos en personne et soutenu par les piquiers de la garde affrontèrent la garde personnelle de Thermomix. La mêlée se termina par la victoire des séleucides mais les gaulois replièrent en bon ordre. En revanche dans l’assaut les deux généraux qui s’étaient trop exposés, furent tués ! La contre-attaque des cataphractes Coûte la vie aux deux généraux Les galates ne parvinrent pas à déplacer le moindre renfort durant leur tour. Les cataphractes repoussèrent à nouveau la grande bande de guerre, tandis que l’Agema et les gardes détruisaient la garde du général. Les flancs restèrent calmes, à l’exception d’échanges de tirs entre les archers montés et les paeonniens. Heureusement qu'ils ne bougent pas trop la derrière... A leur tour les séleucides firent charger une seconde fois leurs cataphractes. L’agema contre la troisème warband située à sa gauche, les autres cataphractes contre la grande warband et l’éléphant contre les cavaliers légers cappadocciens. Devant les trois mouvements de l’éléphants (guidé par l’ordre « suivez moi » de Calvados), les cappadociens décidèrent de rester pour éventuellement bloquer le pachyderme et permettre la contre attaque de leur cavalerie. La charge de l’Agema détruisit la warband à gauche mais laissa les grecs secoués. Au milieu par contre ce fut la grande bande qui fit replier les cataphractes. L’éléphant piétina les cappadocciens et grâce à sa règle spéciale transforma leur repli en déroute. Et de un pour l'éléphant ! Cartrex ordonna la charge des cavaliers nobles et des chars sur l’éléphant. Ce fut un fiasco qui occasionnant un seul mouvement les arrêtant juste devant le flanc de l’éléphant. Bitrex fit déplacer ses troupe mais d’un seul mouvement. La grande bande chargea les cataphractes au centre qui contrechargèrent et désorganisèrent les celtes. Le combat qui s’en suivit vit la victoire des cataphractes qui firent replier la grande bande au prix de lourdes pertes et la division de Thermomix était en déroute. Repoussez ces barbares ! A leur tour les grecs n’avaient cependant plus de marteaux puisque leur deux unités de cataphractes étaient secouée. Il les firent replier derrière leurs lignes, plaçant les vétérans en carré entre le bois central et le temple. L’éléphant isolé dans la pampa entouré d’ennemis fit une charge d’initiative sur le seul ennemi en vue : la grande bande. L’éléphant chargea et au prix de 3 blessures fit encore replier l’ennemi. Il profita de sa victoire pour se replacer avantageusement face aux cavalerie ennemis. Les galates peu rassurés chargèrent le pachyderme, il réussirent leur test de désorganisation mais ne parvinrent qu’à lui infliger deux blessures tandis que lui, aidé par son commandant leur en mis 2 également. Il évita donc de justesse d’être secoué et ce fut une égalité. Le reste de l’armée galates ne parvint pas à bouger sauf les cappadocciens qui jetèrent des javelots sur le carré des vétérans sans succès. A leur tour les séleucides tentèrent de rallier les cataphractes remettant une des unités sur les rails. Et les peltastes et les archers montés échouèrent à secouer les fantassins paeonniens. Durant leur second round de mêlée, l’éléphant toujours très inspiré par son commandant remporta cette fois la victoire, le « 6+3 » synonyme de survie des cavaliers nobles galates fut à la faveur de la règle spéciale de l’éléphant transformé en « 1+3 » synonyme de destruction et l’animal empala même sur ses défenses l’infortuné Cartrex au passage. Toujours pas ébranlé, le pachyderme se dit que ça serait cool de renverser ces jolis chars situés derrières les cavaliers nobles. La percée fut donc déclarée, l’éléphant ne fut pas désorganisé (les chars non plus d’ailleurs il réussirent leur test de désorganisation contre l’éléphant) et il les piétina joyeusement ! (4 pertes contre 0). La encore leur test de panique « 6+1 » fut transformé en « 3+1 » signifiant déroute. Et de deux ! Et de 3 ! Et de 3 pour l’éléphant de l’enfer !!! Il démolit donc à lui seule l’aile gauche de cavalerie des galates et offre aux séleucides une victoire inespérée (bien qu’aidé vraisemblablement par la trahison de Bitrex qui n’a pas bougé le petit doigt pour aider ses camarades en combat…
  16. Bonjour à tous, HC France lance peut-être le premier CDA Histo ^^ de France, voire du monde ! (Je m'avance peut-être un peu trop ^^). Pour les intéressés, c'est l'occasion de sortir votre vieille boite de chevalier Perry, ou encore des spartiates de Victrix, des ashigarus de Wargames factory, des grognards de Warlord games qui trainent sur votre table de peinture depuis des lustres et qui n'ont jamais eu la chance de connaître vos coups de pinceau ! Bref, c'est le moment de dépoussiérer tout ça ! Le CDA est très court, juste 2 mois pour peindre une unité de taille modeste (8 figs) ou standard (16 figs) et un capitaine. Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 18 Octobre. En espérant vous voir nombreux !
  17. Bonjour à tous, Tout comme Hail Caesar, Black Powder va passer en VF, il ne reste plus que les finitions (toujours et encore la sacro-sainte relecture ^^). Celle-ci sera livrée le 30 Septembre et pour la recevoir ce jour-là, il faut s'inscrire ici ! N.B : N'oubliez pas de vous présenter sur le fofo. Le staff HCF, A+
  18. Je re tente un rapport de bataille Hail Caesar en espérant qu'il ait un peu plus de succès que ceux de BP. Séleucides contre Galates pour changer. Il fallait que je teste ma nouvelle table. Par contre je précise également avant qu'on me fasse la remarque : mon nouveau téléphone dispose d'un appareil photo qui soit n'est pas terrible soit que je ne maîtrise pas encore, bref certaines photos sont pas top et j'en suis désolé. Le Strategos Phagocytos venait de déployer son armée. Le puissant Basileus Antiochos de la dynastie Séleucide l'avait envoyé avec une petite armée pour punir une tribu de ces encombrants envahisseurs galates. Malré le traité de paix, ces derniers s'étaient octroyé des terres qui ne leur appartenaient pas et avaient rançonné les villages voisins. Phagocytos était confiant dans la puissance de son armée, il commandait le pinacle militaire de la civilisation hellénistique, nul doute que ces barbares seraient écrasés ! Il avait disposé sa phalange selon les préceptes en vigueur : au centre. Un mur de piques qu'il espérait infranchissable même si composés de jeunes soldats. Sur son aile droite il avait fait installer un engin de siège afin de faire goûter aux galates la puissance de la science grecque et plus à droite il avait disposé ses cataphractes appuyés par des archers montés perses. Sur l'aile gauche il avait déployé son Agema cataphractaire ainsi qu'un éléphant et des peltastes. L'aube se levait, il comptait bien en avoir fini pour le déjeuner... Armée Séleucide Aile Droite (Phagocytos, général) Piquiers Piquiers Cataphractes Catapulte Archers montés Aile Gauche (Argyros) Piquiers Piquiers Agema Cataphractes Elephant Tirailleurs peltastes Bitrex avait fait lever ses hommes dès qu'il avait repéré les préparatifs grecs. Ces séleucides ne pouvaient décidément pas les laisser vivre leur vie tranquillement. Ils demandaient juste à pouvoir s'installer où bon leur semblait et en rançonnant leurs voisins en toute amitié. Qu'à cela ne tienne ! S'ils avaient besoin d'une démonstration de l'art martial celte, ils allaient en avoir ! Ses gens étaient nombreux et vaillants. La motivation était grande et la perspective d'un glorieux combat (et de piller le camp grec) était alléchante. Bitrex avait placé ses bandes de guerres au milieu appuyés par ses plus intrépides javeliniers et ce, face aux phalanges ennemies. Il redoutait de s'attaquer à ce mur de piques mais il espérait que les troupes sur ses ailes feraient table rase pour épauler le combat au centre. Sur l'aile droite, il avait disposé ses chars, son char à faux et sa cavalerie noble appuyés par des fantassins cappadociens "alliés" (comprendre enrôlés de force). Sur sa gauche il avait disposé les fanatiques ainsi qu'une autre bande de guerre, appuyés également par deux unités de fantassins cappadociens. Ses deux ailes auraient fort à faire face aux cavaliers bardés de fer et à l'éléphant, mais Taranis saurait les inspirer... Armée Galate Aile Gauche (Bolderix) Fanatiques Bande de guerre Infanterie légère cappadocienne Infanterie légère capadoccienne Centre (Bitrex, général) Bande de guerre Bande de guerre Bande de guerre Garde du Général Tirailleurs javeliniers galates Aile Droite (Logarithmix) Cavalerie noble galate Char à faux Chars galates Infanterie légère cappadocienne Tirailleurs javeliniers galates Tour 1 Argyros fit avancer ses hommes pour contourner le petit bois au centre. Le reste de l'armée séleucide resta sur place sans doute dans le but de laisser l'initiative aux barbares. La catapultes infligèrent une perte à l'une des bandes celtes située à droite. La catapulte et le reste des tirs échouèrent lamentablement. Les Galates s'avancèrent avec détermination, toute leur armée contourna le bois au milieu de leur ligne et leurs chars à droite se positionnèrent à mi-chemin des lignes ennemies. Le reste de la division de Logarithmix refusa de bouger car des bagarres avaient éclatés concernant des histoires de partage de butin. Tour 2 Côté Séleucide Phagocytos parvint à faire avancer ses unités. En revanche, Argyros ne parvint pas à faire déplacer ses unités du flanc gauche. Cette fois, la catapulte et les archers infligèrent 3 blessures à la bande de guerre située à droite des lignes séleucides. Côté galate, ayant mal compris les ordres de leurs commandants les chars opérèrent un brusque tournant vers leur droite. il semblent qu'ils aient interprété les vociférations de leur chef comme une demande d'effectuer un large contournement de l'ennemi par la droite. Ils exposaient de facto leur flanc aux cataphractes ennemis ! Malgré cela, Bitrex parvint à rabattre ses bandes vers le centre de manière à couvrir leurs flancs par les bois et à percuter la phalange de biais si cette dernière tardait à réagir. Sur la gauche galate les fanatiques remontés à bloc abandonnèrent toute prudence et se jetèrent en hurlant sur les cataphractes séleucides qui contre-chargèrent immédiatement. Le combat fut sanglant et occasionna de lourdes pertes de chaque côté mais aucun camp ne prit l'avantage. La suite du rapport au format PDF (en fin du premier messsage) est ici : http://hailcaesarfrance.forumactif.org/t750-hc-querelle-de-frontiere-en-anatolie#6748
  19. Bon, reprise de HC après un gros interlude Mordheim et Black Powder. Et ce vendredi au club j'ai fait jouer la bataille de Paraitacene, un des gros épisode de la Guerre des Diadoques opposant Antigone le Borgne à Eumène de Cardia. La bataille fut palpitante jusqu'au bout et nous avons fait quasiment les 7 tours maximum que nous nous étions fixés. Finalement les dés et les éléphants ont eu raison du vieil Antigone pour une réécriture de l"Histoire. Ordre de Bataille Armée d'Antigone le Borgne Division 1 Général Antigone le Borgne, Stratège d'Asie Agema Cavalerie légère thessalienne Cavalerie légère thessalienne Peltastes Eléphants Archers Division 2 Commandant Peithon Satrape de Médie Cavalerie lourde Mède Cavalerie légère Mède Peltastes Peltastes Mercenaires grecs Division 3 Commandant Démétrios Polyorcète, fils d'Antigone Piquiers Piquiers Piquiers en levée Piquiers en levée Mercenaires grecs Armée d'Eumène de Cardia Division 1 Général Eumène de Cardia Défenseur des Rois Agema Mercenaires grecs Peltastes Eléphants Archers perses Division 2 Commandant Antigenes chef des Argyraspides Argyraspides (piquiers d'élite) Piquiers Piquiers Peltastes Peltastes Division 3 Commandant Eudamos Eléphant Archers bactriens Peltastes Archers montés Archers montés Cavalerie lourde bactrienne Déploiement Eumène : Les forces d'Eumène ont effectué un déploiement assez inédit. La division d'Antigène regroupant la majorité de l'infanterie s'est postée sur la droite en débordant un peu sur le centre. Avec les Argyraspides postés le plus prêt du centre. Les forces sous le commandement direct d'Eumène sont déployés au centre et regroupent une majorité de cavaliers dont son agema ainsi qu'un éléphant et une unité d'hoplites mercenaires. Sur la gauche, Eudamos faisait face à Démétrios avec la plupart des troupes légères comportant des archers montés bactriens, des archers à pieds ainsi qu'une cavalerie lourde bactrienne. Antigone : Antigone pour sa part avait opté pour un déploiement disymétrique par rapport à Eumène. En effet sur sa droite, face à la cavalerie et aux troupes légères d'Eudamos, il avait posté les troupes de Démétrios Polyorcète, son fils, avec la quasi totalité de l'infanterie, soit 4 blocs de phalanges sur deux lignes. Au centre, face à Eumène, il avait placé la division de Peithon composée d'une cavalerie lourde, d'une cavalerie légère, de mercenaires grecs et de deux unités de peltastes. Antigone lui même s'était placé sur la gauche face à Antigenes et son infanterie lourde avec des troupes plus variées, comportant l'éléphant, son agema, sa cavalerie légère thessalienne et ses archers. La bataille Tour 1 L'armée d'Eumène se mit en branle assez lentement. Antigene amèna ses argyraspides sur la droite pour s'aligner devant les forces d'Antigone. La division d'Eudamos notamment se retrouva prise de confusion et resta sur place : les dissensions entre commandants semblaient à nouveau se faire jour. En face, l'Armée d'Antigone avanca de façon beaucoup plus déterminée vers le milieu de la plaine. Les archers et les peltastes s'approchèrent à portée de tir et lancèrent leurs projectiles mais sans succès. Tour 2 Motivant ses troupes d'élite, Antigenes lanca l'assaut le premier sur les forces d'Antigone qui s'étaient fortement avancées. Les argyraspides se mirent en marche avec une discipline de fer et avec rapidité ils engagèrent directement l'Agema d'Antigone qui ne put contre-charger face à ce mur de piques. Le reste des piquiers d'Antigenes se mit en soutien. Eumène ne profita guère de cette ouverture car il échoua à faire bouger ses troupes (sans doute du fait de commandants récalcitrants qui contestaient les ordres de ce parvenu de grec). Sur la gauche de l'armée d'Eumène, le commandant Eudamos, face au mur de piques formé par Demetrios décida de rapatrier sa cavalerie lourde vers le centre, mais celle-ci n'appliqua cet ordre qu'avec lenteur et le redéploiement pris du retard. Les archers montés et leurs homologues à pied firent feu sur les phalanges de Démétrios en approche, parvenant à faire replier l'une d'elle, mais sans véritablement stopper l'avance du fils d'Antigone. Durant les combat, malgré la situation ultra favorable les argyraspides n'arrivèrent qu'à enlever 1 misérable PV aux cavaliers d'Antigone dont la riposte enlèva 2PV, le combat s'enlisait donc et Antigone profita immédiatement de ce retournement pour faire donner sa réserve : il fit charger son éléphant sur le flanc des argyraspides, ainsi que ses peltastes sur le flanc des piquiers qui soutenaient les argyraspides. il déploya également le reste de son infanterie au soutien et ordonna à ses archers de tirer sur les autres phalanges d'Antigenes pour les ralentir, ce qui fonctionna plutôt puisque ces dernières replièrent désorganisées sous le feu. Cependant, malgré le renfort du pachyderme, Argyraspides et Agema d'Antigone continuèrent leur combat acharné sans céder un pouce de terrain. En revanche les peltastes se firent nettement battre par les piquiers d'Antigenes et durent replier. Pendant ce temps, au centre, croyant sentir du flottement dans le contingent d'Eumène, Peithon décida de faire foncer ses mercenaires grecs pour attaquer la gauche du général ennemi. Il devait cependant pour cela passer au travers des archers montés et des peltastes d'Eudamos. Les premiers ouvrirent le feu avant de tourner bride, tandis que les seconds décidèrent de rester pour se battre et contre toute attente tinrent le choc. Toujours au centre, les autres peltastes de Peithon tentèrent de faire paniquer l'éléphant d'Eumène mais sans succès. La suite du rapport en format PDF ici : https://www.dropbox.com/s/ghlem9nnfl2gu28/Bataille%20de%20Paraitacene.pdf?dl=0
  20. La semaine dernière nous avons enfin pu faire la bataille d'Issos avec mes camarades du club. Pour l'occasion il a fallut réduire les tailles des régiments de cavalerie (on les a passé sur un seul rang) afin de pouvoir représenter les colossales effectifs perses. Il a également été nécessaire de proxyser certaines unités (on a donc pris quelques romains et quelques gaulois, pas le choix !) Les listes étant notoirement déséquilibrées en termes de points nous avons atténué quelque peu en donnant des bonus aux macédoniens. Le résultat final est conforme à l'histoire : une victoire macédonienne, mais qui ici ne fut guère décisive. Déploiement : Comme à notre habitude nous avons opté pour un déploiement caché. Nous avons fixé une limite de 6 à 8 tours (en fonction de l'heure) et si à son issue il n'y a pas de vainqueur clair, il y aura utilisation de points de victoire. Perses Le champ de bataille étant, conformément à la réalité historique, très étroit, les perses durent se positionner en deux lignes pour pouvoir déployer leur immense armée. Sur leur flanc droit les bactriens et les phéniciens, au centre les mercenaires grecs et les scythes. Sur la gauche le contingent royal de Darius et la cavalerie. 2 contingents de cavalerie avaient été placés en réserve pour surgir par le bord de table gauche des perses. Macédoniens Les macédoniens choisirent un flanc refusé pour tirer parti au maximum de leur meilleur commandement. Ils se positionnèrent face au centre et au flanc droit perse. Vu du côté macédonien, la gauche était occupée par la division d'Alexandre et la droite par celle de Parménion. Pour contrer la cavalerie venue du bord de table gauche, Parménion avait positionné sa cavalerie thessalienne en protection. Tour 1 Pressé d'en finir Darius ordonne à ses troupes d'avancer sur l'ennemi, mais l'hétérogénéité de son armée fit que ses commandants furent incapables de répercuter ses ordres, la masse confuse de l'armée perse resta sur place. Seuls les mercenaires grecs avancèrent résolument vers la rivière. De leur côté, sentant le flottement dans les rangs de leurs ennemis, Alexandre et Parménion firent avancer leurs hommes dans un ordre rapide et magistral pour traverser la rivière. Tour 2 La cavalerie perse se reprit enfin et se mit lentement en route vers la rivière pour prendre les macédoniens en tenaille. Les premiers tirs des archers perses s'abattirent sur les rangs des hoplites des cités grecques au service d'Alexandre et firent quelques pertes. Les soldats de Parménion traversèrent la rivière pour engager les hoplites mercenaires grecs. Alexandre fit de même face aux javeliniers et aux frondeurs mercenaires mais ces derniers se dérobèrent. L'armée macédonienne réussit cependant à passer la rivière. Malgré la violence du choc les mercenaires grecs ne cèdèrent pas un pouce de terrain et l'avance macédonienne fut bloquée. La suite ici (PDF en fin de premier post) : http://hailcaesarfrance.forumactif.org/t453-hail-caesar#3257
  21. Salut tous le monde ! Déjà suis-je dans la bonne section ? :) Bon déjà commençons par le commencement! J'ouvre ce sujet car je souhaite monter une armée antique (surtout jouée Kow) or je suis face à un dilemme ! Je regarde deux sites en particulier : Victrix et warlord ! Et j'hésite entre monte une armée romaine ou une armée carthaginoise. ... la seconde je prendrais du Victrix mais l'armée sera telle étoffée à court ou moyen terme ? Pour les romains, je voulais prendre du victrix mais j'ai vu la boîte de démarrage et j'aimerais savoir si elle vaut le coup et si les figurines rendent bien ? D'ailleurs j'en aurais profité pour me lance dans HC ! :) Et jen profite pour écouter vos avis afin que m'aider dans mon choix de la civilisation ! ;)
  22. Pour changer des bataille rangées nous avons testé mon scénario "embuscade" au club. Le résultat fut proprement épique ! Lors de cette partie chaque camp passa tour à tour du désarroi le plus noir à la joie la plus pure. Retournement sur retournement. Du coup je me suis lancé dans un petit rapport de bataille, car cela valait le coup ! Tour 1 : Les romains gagnèrent le toss et se déplacèrent en tortue vers la rivière. L'avance fut relativement homogène. Abribus déploya deux cohortes en carré sur ses flancs en prévision de l'arrivée des bretons La précieuse charrette du collecteur d'impôts restait derrière les soldats de Crapula. Les bretons eurent de la chance, ils firent arriver immédiatement leur division et eurent même le droit (grâce à un jet de 6) de poser sur le flanc côté adverse s'ils le désiraient. Schizophrenix avait donc toute latitude pour se positionner et notamment pour mettre la pression sur la division de Crapula. Il choisit cependant de poser toute son infanterie sur un côté à l'arrière de la colonne romaine face à Abribus, et ses unités légères du côté opposé. Malheureusement le commandant breton échoua à son ordre et seuls les fanatiques se déployèrent finalement seuls face au carré. Les catuvellauni de Thermomix se placèrent le long de la rivière Tour 2 : Les romains ne purent avancer que quelques unités en raison de l'échec des ordres d'Abribus et de l'avance plus prudente de Crapula. Les fanatiques durent déclarer la charge sur le carré et réussirent. Ils causèrent 3 blessures mais les romains ne bougèrent pas. Les chars et les javeliniers Catuvellauni ainsi qu'une horde traversèrent le pont pour prendre crapula à revers. Le reste de la division de Schizophrenix fut déployé et se mit à portée de tirs, sans résultat notable. la suite en format pdf ici (en bas de post) : http://hailcaesarfrance.forumactif.org/t418-hc-retour-sur-la-tove#2874
  23. Retour au club ce vendredi avec un gros morceau : la bataille de Magnesie. Deux listes à 500 pts en tâchant le mieux possible de conserver les proportions et les types de troupes présentes Déploiement Nous avons procédé comme d'habitude par un déploiement caché. Les côtés sont vus depuis le bord de table romain par convention. Le déploiement grec était somme toute assez classique. Il consistait sur le flanc gauche à un déploiement de ses meilleures troupes : la division royale avec l'Agema royale, les cataphractes, appuyés par la cavalerie légère capadoccienne contrôlant ainsi les deux rives de la rivière. Plus vers le centre, les argyraspides et les vétérans étaient déployés devant la bande de terre situé entre la rivière et le bosquet , Derrière les deux régiments d'infanterie d'élite se trouvaient le reste des cappadociens à savoir un char à faux et deux régiments d'infanterie légère cappadocienne. Au centre la phalange était alignée en un mur ininterrompu de pique accompagnés des galates et de l'éléphant, le tout encadré sur la gauche par le bosquet et sur la droite par le bois. A droite du bois, une forte cavalerie composées des nobles galates et de cataphractes ainsi que de javeliniers galates des archers montés scythe et de deux chars à faux complétaient le dispositif. Le déploiement romain était très iconoclaste. Contrairement à d'habitude, les deux légions romaines se placèrent sur les flancs. La légion de Scipion africanus à gauche sur la rive gauche de la rivière. et celle de Scipion Asiaticus le général sur le flanc droit. Les alliés grecs de Pergame formaient le centre du dispositif avec les hoplites et la cavalerie lourde en première ligne et les peltastes et archers en seconde ligne. Les alliés grecs étaient encadrés de chaque côté par les Alae lucaniennes et latines. Tour 1 Séleucides La bataille commença par une avance prudente de toute l'armée à l'exception des cappadociens qui n'ont visiblement pas compris les ordres et se retrouvèrent à la traîne. Romains Le flanc gauche romain avança avec prudence également, seuls les Equites se mirent à portée de javelots de l'Agema mais leurs tirs ne donnèrent rien. Le flanc droit avança un peu plus rapidement notamment les socii Equites qui s'avancèrent un peu trop. Au centre en revanche, les alliés de Pergame ne bougèrent pas ce qui eut pour effet de distendre davantage les lignes romaines. Tour 2 Séleucides Profitant de l'avance des cavaliers romains sur la rive ruisseau à droite, le char à faux déclara une charge d'initiative qui l'envoya immédiatement percuter les cavaliers. Dans l'espoir de ne pas perdre le combat, les socii Equites contre-chargèrent ce qui les approcha davantage. Suite à cela, les cavaliers nobles galates libérèrent la place pour le second char à faux qui alla directement rejoindre son collègue contre les cavaliers. Lors du combat qui s'en suivit les chars pulvérisèrent les socii Equites et se dispersèrent pour poursuivre les fuyards en déroute. Le premier sang était pour les Séleucides. A gauche, Les argyraspides, les cavaliers cappadociens et l'Agema tentèrent de traverser la rivière pour engager les légionnaires de Scipion africanus mais échouèrent. A défaut ils lancèrent leur javelots mais sans succès. Les archers montés scythes s'avancèrent vers les lignes de Pergame En revanche la phalange principale ne bougea pas , victime d'ordres contradictoires. Romains Scipion Africanus tenta de mettre ses troupes en ordre de marche pour faire face à la menace du contingent royal mais ses ordres ne furent pas exécutés assez rapidement. Ses vélites se placèrent à portée de tir et infligèrent des pertes légères aux argyraspides. Au centre, les légions alliées ne bougèrent pas attendant sans doute les troupes de Pergame qui avancèrent enfin pour se mettre à leur hauteur. les peltastes infligèrent plusieurs pertes aux scythes avec leurs javelots mais ces derniers ne flanchèrent pas. La suite ici : https://www.dropbox.com/s/ff0uiexkqxqbxzc/Bataille%20de%20Magnesie%20du%20Sipyle.pdf?dl=0
  24. Bon reculons un peu dans le temps à l'époque des conflits entre les cités états grecques et l'empire perse achéménide. La partie fut sacrément serrée et assez riche en jets pourris et en retournements. Le satrape Ramentafrès se délectait dans son palais des délices que lui conférait son rang. Les coffres étaient pleins et l'ordre régnait... Jusqu'à ce qu'un messager dérange sa quiétude pour lui annoncer une rébellion et une invasion. Rien que cela ! Les cités grecques de la côte s'étaient encore soulevées mais cette fois un corps expéditionnaire avait débarqué, envoyé par ces satanées cités grecques libres et notamment Sparte et Athène alliées pour l'occasion. Ramentafres se devait de régler rapidement ce problème, sans quoi le Roi des Rois sera fort déçu, et il n'avait aucune envie de le décevoir. Il ordonna a ses capitaines de rassembler toutes les troupes disponibles. Ordre de bataille Défenseurs des cités ioniennes Contingent lacédémonien : Général Afficionados Hoplites spartiates Hoplites spartiates Cavalerie légère lacédémonienne Hoplites corinthiens Archers corinthiens Peltastes Contingent Ionien et athénien : Commandant Gaspachos Hoplites d'élite athéniens Hoplites ioniens Hoplites miliciens ioniens Peltastes ioniens frondeurs ioniens Armée du Satrape Ramentafrès Contingent royal : Général Ramentafrès Immortels à pied Cavalerie de la garde (immortels) avec arcs Sparabaras char à faux archers tirailleurs Contingent lydien : Commandant Emportepiès Cavalerie lourde lydienne avec arcs sparabaras lanciers miliciens cavalerie légère avec arcs archers tirailleurs Contingent capadoccien : Commandant Petiteniès Cavalerie moyenne capadoccienne archers miliciens cavalerie légère capadoccienne avec arcs chars à faux javeliniers tirailleurs capadocciens Déploiement Grecs Les grecs se déployèrent en ligne avec leurs hoplites au milieu. Les alliés lacédémoniens dirigés par le général Afficionados sur la droite avec les hoplites corinthiens et les archers côté centre et les deux phalanges spartiates flanquées de leurs peltastes à droite avec la cavalerie légère thessalienne. Sur la gauche, les troupes ioniennes et athéniennes dirigées par Gaspachos avec les hoplites d'élites athéniens au centre puis plus à gauche les hoplites ioniens ainsi que des miliciens et des peltastes (ioniens également). Perses L'armée impériale est divisée en trois corps d'armée. Sur l'aile droite se trouvait le Satrape Ramentafres accompagné des troupes octroyées par le Roi des Rois à savoir un régiment d'immortels à pied et un autre à cheval, mais également un régiment de sparabaras ainsi qu'un char à faux. Les troupes situées au centre sous le commandement d'Emportepiès se composait du gros des hatru provinciaux lydiens sous la forme de d'une unité de sparabaras, de lanciers, de la cavalerie lourde lydienne et de la cavalerie légère lydienne. Sur l'aile gauche, les forces capadocciennes composées d'archers, d'un autre char à faux, et de cavalerie moyenne et légère. Plans initiaux Le plan d'Afficionados était simple avancer en ligne compacte et percuter le centre perse pour le détruire tout en employant ses unités légères et ses hoplites miliciens pour tenir les cavaliers perses à distance. Côté perse Ramentafrès souhaitait rester à bonne distance le plus longtemps possible pour profiter de sa supériorité en terme d'archers et tenter de désorganiser l'attaque grecque le temps de briser leurs ailes et de les frapper de flanc avec sa cavalerie. La bataille Tour 1 Le général grec chercha à prendre l'initiative mais ses ordres furent très mal répercutés et les soldats ne quittèrent pas leur position. Devant la fébrilité des lacédémoniens, les autres grecs préferèrent rester sur leur positions. Les perses n'étaient pas mieux lotis puisque la ligne de bataille s'ébroua dans la confusion et les ordres contradictoires. Ramentafres enjoint à ses hommes de rester sur place, mais les troupes centrales reculèrent tandis que le commandant capadoccien lui s'avanca résolument à l'attaque. Les archers montés capadocciens tirèrent une volée de flèches sur les rangs des miliciens ioniens qui perdirent leur sang froid et refluèrent en désordre hors du champ de bataille. La suite ici (fichier pdf avec photos) : https://www.dropbox.com/s/29ajnbuh91bbou2/La%20r%C3%A9volte%20ionienne.pdf?dl=0
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.