Jump to content
Warhammer Forum

Search the Community

Showing results for tags 'spoilers'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Général & Associatif
    • /!\ Annonces Importantes /!\
    • Suggestions & Forum
    • Association, projets et évenements Warfo
  • Communauté
    • Autour du Warfo
    • Rapports de Batailles
    • Animations Warfo
    • Récits, Poésie et Dessins
    • Rencontres entre joueurs
  • Modélisme
    • Figurines
    • Armée Unique
    • Armées Multiples
    • Décors
    • Animations Warfo
    • Choix des Armes
    • Techniques
    • Tutoriels
  • Warhammer 40,000
    • 40K - Général
    • 40K - Rumeurs et Nouveautés
    • 40K - Règles
    • 40K - Armées
    • 40K - Création & Développement
    • 40K - Background
    • 40K - Manifestations
    • KillTeam
    • Necromunda
    • WQ-Blackstone Forteress
    • Epic / Adeptus Titanicus
    • Aeronautica Imperialis
    • Horus Heresy
    • Anciens Jeux
  • Age of Sigmar
  • Terre du Milieu
  • Monde-qui-Fut
  • Autres Wargames
  • Autres Types de Jeux
  • Brocante du Warfo

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Location


Jeux

Found 8 results

  1. Allez vu que c’est un peu moi qui ai fait «déraper » le sujet du fluff, on va faire ça bien dans un autre sujet. —————- Alors, je ne fais pas le résumé du premier tome Morathi, que l’on retrouve déjà un peu partout mais je note les petits trucs que j’ai trouvé sympa: Morathi qui passe un accord avec Katakros pour faire une diversion à Archaon, je trouve ça sympa. C’est juste 2 lignes mais ça montre que les échanges entres les grandes alliances ne sont pas imperméables. La réunion du conseil Idoneth est vraiment sympa. Vrai que c’est difficile de ne pas avoir les images d’Aquaman en tête en lisant le texte.u Bon et surtout Volturnos qui récupèrent des âmes d’autres Cyntai c’est potentiellement intéressant pour avoir d’autres profils de général. L’impression que les Idoneth vont être là force “mercenaire” des aelfs; allié à tout le monde suivant les conditions. Même si c’est bref, me souviens pas avoir lu un Cogfort en action. Je ne pense toujours pas que cela sera traduit en fig un jour, même si cela semble se rapprocher d’un gros chevalier Imperial. Bon le nouveau né de Slaanesh, bien sûr qui ouvre d’énormes conséquences pour le fluff. D’ailleurs je croyais que l’on avait une forme en gestation à la fin de BR:M, mais pas du tout. A la fin il a sa forme finale (du moins une forme ailée ) et prononce même s’est premieres paroles devant la horde Hedonites. Et enfin, la fin; je m’en demande si l’intervention du vampire est dû au faite de son lien sur entre les Anvils et Shyish ou si c’est un espion de Neferata qui vient juste mettre le petit grain de sable dans les plans de Morathi. C’est juste tout le chapitre sur Anvilguard que je ne comprend pas trop le but; c’est pour montrer que l’ordre se disloque? Que les figurines ex Druchii quitte le Bt CoS progressivement ? Le seul intérêt sur l'intrigue serait que Morathi met la main sur 4 portes de royaumes d’un coups, mais pas l’impression que les destinations soient si importantes (on en aurait entendu parler sinon, comme pour Hammerhale).
  2. Bonjour à tous J'ai eu la chance de pouvoir me faire récupérer et lire en avant première le livre "Ashes of Prospero" au Black Library Weekender. Ce livre ouvre de grosses possibilités d'évolutions pour le fluff des SW et leur codex. Il y a également quelques pistes qui pourraient impacter d'autres factions et notamment l'Imperium avec les machinations de Magnus. Je vous préviens, je vais largement spoiler le livre "Ashes of Prospero". Donc si vous ne voulez pas être spoilés, passez votre chemin. Pour ceux qui veulent, voici le lien vers ma review complète du livre : Review Ashes of Prospero Je ne vais donc pas reprendre ma review complète mais vous faire part en spoilers de toutes les avancées sur le fluff qu'on a et de ce que cela peut présager pour le fluff des SW, leur futur codex et sur l'Imperium en général. Tout d'abord, en guise de préambule, ce livre est la suite directe des événements décrits sur la chute de Prospero dans le livre de FW Inferno et de l'audio : "The Thirteenth Wolf" de Gav Thorpe. On a bien sûr aussi des références aux événements de Curse of the Wulfen et Wrath of Magnus. Ce n'est pas nécessaire de les avoir lus ou écoutés pour comprendre l'histoire mais cela aide quand même pas mal. ************************************************************ L'histoire commence après les événements de la Croisade Indomitus. Les Space Wolves sont exsangues, leurs forces dispersées aux quatre coins de la galaxie pour essayer de répondre à toutes les demandes d'aide ou d'assistance qu'ils reçoivent. Un envoyé de Guilliman, un lieutenant Primaris, est également là pour faire la liaison avec les forces de la Croisade. C'est dans ce contexte que Logan demande à Njal de procéder à des divinations pour essayer de retrouver la trace de Leman Russ. Vous l'aurez compris, on a de grosses possibilités d'évolution du fluff. Et maintenant place à mes théories fumeuses sur le fluff SW, leur codex et pour l'Imperium : Voilà, qu'en dites vous?
  3. Sujet précédent : Les Guerres d'Unification LA GRANDE CROISADE DE L’UNITÉ Sujet suivant : Les Primarques Sommaire : Préparatifs La reconquête de la galaxie Le tournant d'Ullanor Le Grand Triomphe d'Ullanor L'ascension d'Horus Le grand projet de l'Empereur Annexes Sources Préparatifs L'Empereur a livré un nombre incalculable de guerres à la surface de Terra, la conquérant finalement avec l'aide des premiers guerriers génétiquement modifiés. Il s'agissait d'êtres rustiques, certainement, mais ils étaient les premiers prototypes des Astartes. Mais alors que Terra était devenue sienne, il allait s'attacher à développer ses créations. Tout cela conduisit à l'avènement des Primarques. Ils devaient être vingt guerriers de légende. Héros et chefs à la fois, ils devaient être les généraux destinés à conduire les vastes armées de l'Empereur dans son grand dessein de conquête. Chacun devait être un être exceptionnel, investi d'une portion de son génie, de son charisme et de sa personnalité. Chacun devait dominer les champs de bataille comme un dieu descendu des cieux, inspirant les hommes par des valeurs dont personne n'aurait pu rêver, et aurait dû voler d'étoile en étoile jusqu’à la victoire finale6-p.215. Chaque forge de Terra était occupée à fabriquer des armes, des machines de guerre et du matériel pour les armées de l'Empereur, alors que les Primarques grandissaient au sein des laboratoires secrets6-p.215. C'est dans les forges martiennes de Mondus Gamma et Mondus Occulum qu'ont été manufacturées les armes à feu et les lames maniées par les plus terrifiants de tous les guerriers menés par l'Empereur dans l'accomplissement de son rêve grandiose. Ces armes ont été fabriquées par les adeptes les plus habiles et garanties par le fabricator supplétif contre toutes les défaillances. Les armures de l'Astartes ont été façonnées avec le plus grand soin, par les meilleurs des maîtres forgerons, ceux qui disposent d'augmentiques leur permettant de bénéficier des plus hautes spécifications en termes de dextérité manuelle et de tolérance9-p.234. Le Mechanicum s'est surpassé pour produire des flottes entières de vaisseaux et permettre à l'Empereur de partir vers les étoiles accomplir sa Grande Croisade de l'Unité. Les cieux de Terra étaient emplis de croiseurs, des centaines de milliers de croiseurs organisés en plus de sept mille flottes, groupes de réserves et forces d'appui secondaire12-p.433. Les vaisseaux de classe Gloriana faisaient partie de cette grande flotte. L'Empereur donnera à chacun de ses fils l'un de ces navires afin qu'il en fasse son vaisseau amiral24-p.38,45,51,74. Les énormes transports de marchandises avaient autant de valeur pour la Grande Croisade que pouvait avoir n'importe lequel des guerriers ou des vaisseaux de guerre8-p.51. Mais le désastre frappa avant que ne débute la Grande Croisade. Les enfants Primarques furent volés sur Terra et éparpillés à travers les étoiles. Certains crurent que c'en était fini de la grande vision de l'Empereur, mais il s'obstina, résolu de surmonter ce revers qui aurait abattu n'importe qui d'autre que lui. Ainsi, la Grande Croisade fut-elle lancée, pacifiant les planètes les plus proches de Terra au cours d'une campagne qui vit les Astartes lutter hors de leur monde natal6-p.215. La Flotte saturnienne s'est bâtie un empire miniature parmi les anneaux de Saturne. Sa force et sa longévité ont été basées sur une tradition d'excellence dans la navigation spatiale, qualité essentielle pour traverser l'infinie complexité des anneaux. Ses amiraux ont signé un traité avec l'Empereur après que les Dusk Raiders aient repoussé les Anneliers des crêtes équatoriales d'Iapetus. Depuis, les vaisseaux de Saturne ont accompagné la Grande Croisade dans tous les recoins de la galaxie8-p.70 ; 17-p.392. La plupart des légions ont été déployées de façon éparse, emmenées par des seigneurs commandants et par toute une variété de flottes. Seuls les Space Wolves, les Blood Angels et les White Scars ont conservé une certaine cohésion. Certains détachements ont pris la direction de Terra, de Mars ou de maisons de navigateurs28-p.200. Ayant conquis la totalité du système solaire, l'Empereur porta son regard sur le grand abysse galactique. Les dernières tempêtes qui avaient gardé ses armées isolées depuis si longtemps s'étant calmées, il lança ses vaisseaux à l'assaut du vide et commença alors la plus grande quête qu'ait jamais entreprise l'humanité : la reconquête de la galaxie6-p.215. retour sommaire La reconquête de la galaxie La Longue Nuit s'est achevée, l'homme sillonne à nouveau les étoiles, et la puissance de l'Astartes avance à ses côtés pour le prémunir du danger1-p.27. L'époque était à l'optimisme, une période d'idéal. C'était une ère de découvertes. Les premiers jours furent magiques6-p.262. Ce fut une époque glorieuse où les Astartes ont appris quelle fureur destructrice ils pouvaient faire s'abattre sur leurs ennemis. La guerre forge le caractère des hommes, et cela n'a pas été moins vrai des légions. Chacune d'elles a commencé à prendre forme, au-delà de son simple nom. Les Ultramarines ont acquis une réputation d'ordre et de discipline, de combattants parvenant à apprendre de chaque engagement et d'appliquer cette connaissance lors du suivant, les World Eaters ont appris à combattre à leur manière, les Thousand Sons ont commencé à manifester des capacités bien au-delà de ce qui était attendu cinq ans après le début de la Grande Croisade12-p.434. D'anciennes cartes stellaires ont survécu au chaos de la Longue Nuit. Elles permettront aux flottes de l'Empereur de retrouver les mondes perdus de l'Humanité14-p.255. L'étude des planètes nouvellement découvertes seront préalablement étudiées à l'aide de drones servitorisés de cartographie stellaire3-p.52. L'Imperium s'est lancé dans une grande aventure. Les uns après les autres, les systèmes revinrent dans le giron du maître de l'Humanité2-p.197. Il est sidérant de voir combien ces mondes isolés ont résisté aux proportions de rétablir un contact. Et combien de fois les flottes expéditionnaires ont été forcées de se mettre en guerre contre les cultures qu'elles sont venues sauver et embrasser, dans le seul but d'obtenir d'elles ce que l'Empereur appelle de façon assez euphémistique leur obédience. Ces massacres sont toujours pour leur propre bien7-p.69. Bientôt, l'Empereur a retrouvé un par un les Primarques dispersés dans la galaxie peu de temps après leur naissance2-p.197. retour sommaire Le tournant d'Ullanor Des créatures bestiales se sont rassemblées en nombre sans précédent sur Ullanor et l'Empereur est allé recevoir leur attaque de front7-p.109. La grande masse des xenos menaçait de briser les nouveaux liens forgés par la Grande Croisade21-p.185. Une dizaine de systèmes ont été concernés par l'incursion ork dans le secteur d'Ullanor, depuis la Nouvelle Mitama jusqu'à Nalkari21-p.31. Ullanor a été le combat le plus important dans l'histoire du nouvel Imperium. Elle est la victoire qui a défini la Croisade à elle seule, le moment où l'Humanité a confirmé qu'elle était maîtresse de l'espace, le moment où les adversaires xenos ont fait demi-tour et se sont enfuis pour toujours7-p.109. Ullanor a été une empoignade barbare, dont la brutalité des corps et des lames a déterminé l'issue. L'offensive a été lancée dans la 202ème année de la Grande Croisade1-p.18 au milieu de bosquets boueux et de barricades de terre, de forteresses branlantes de métal nu, d'explosions de poudre noire et de hurlements d'ogres. La bataille a été un calvaire1-p.23. Ullanor était un monde transformé. Aux mains des peaux-vertes, la planète s'est trouvée réduite à un désordre de repaires puants, de campements étouffés sous leurs immondices. La guerre des Astartes a purifié sa surface avec une fureur sacrificatrice ayant tout balayé devant elle, mais qui, malgré sa férocité, ne pouvait soutenir la comparaison avec l'activité industrieuse du Mechanicum12-p.285. Six cents vaisseaux étaient ancrés en orbite autour de la planète des orks. La légion entière des Luna Wolves était mobilisée ce jour-là. Ils ont couvert ce monde de leur présence. Plus de deux millions de fantassins de l'Armée impériale, une centaine de Titans du Mechanicum, et tous les esclaves libérés des camps de travail des peaux-vertes. Et tous menés par l'Empereur. Les Fire Raptors, des engins tueurs de hordes, se sont fait un nom à Ullanor29a-p.121. Les légions de Guilliman et du Kahn ont aidé à purger les systèmes extérieurs en livrant des attaques de diversion. Mais le mérite revient aux Luna Wolves. Plus que les autres, ils ont marché dans le sang et la boue. Horus a emmené le fer de lance de l'escouade Justaerin à la victoire finale. Seuls Abaddon et le Maître de Guerre sont revenus vivants du combat contre le seigneur de guerre des peaux-vertes. C'était une créature coriace, mais Horus a jeté sa carcasse depuis la plus haute de ses tours2-p.94. Toutefois, ni les guerriers de Guilliman ni ceux du Khan n'ont apprécié de servir d'appât tendis que la gloire revenait à d'autres. De nombreux récits ont été faits de cette campagne, certains l'ont exagérée, d'autres l'ont diminuée, mais tous sont tombés d'accord sur la nature spectaculaire de cette victoire où l'Empereur et Horus ont combattu dos à dos29b-p.208. Mais Ullanor a été également un épisode glorieux. Les Astartes n'ont pas ménagé leurs efforts pour déloger et renverser un Empire bestial. Les peaux-vertes se sont montrés des adversaires pernicieux et résistants, mais ils leur ont brisé l'échine, et dispersé du pied leurs cendres encore chaudes. Horus a vaincu par l'emploi de sa stratégie de prédilection, le coup direct à la gorge : en ignorant les masses ennemies dont le nombre surpassait celui des croisés à cinq contre un. Il a attaqué directement le seigneur de guerre Urlakk Urg21-p.185 et sa caste de commandement, afin de laisser les troupes adverses livrées à elles-mêmes1-p.22. Tandis même que l'Empereur commandait à la soldatesque ordinaire et aux phalanges de Titans sur les plaines d'Ullanor Majoris, ce fut Horus qui porta le coup fatal. Urg ayant été exécuté, l'empire ork naissant s'autodétruisit, et ceux des xenos à n'avoir pas été écrasés dans la boue des vastes champs de bataille allaient être traqués dans des centaines de systèmes stellaires, jusqu'à Chondax, la ceinture de Kayvas et au-delà21-p.186. Ullanor n'a pas été plus important qu'une centaine d'autres campagnes des dix dernières années. Mais c'est celui où l'Empereur aura posé son épée et dit que sa Croisade était terminée. C'est celui dont tous se souviendront15-p. 268. retour sommaire Le Grand Triomphe d'Ullanor Sur prescription de l'Empereur, Ullanor a été refaçonnée comme un monde-trophée, désigné comme Mundus Tropaeum sur toutes les cartes galactiques et dans les livres de la dîme21-p.186. Le Grand Triomphe d'Ullanor a été une chose inimaginable : tout un continent a été aplani par le Mechanicum pour servir de décor à l’événement avec l'aide de fuseurs industriels et d'engins de géoformation. Des montagnes ont été rasées et leur matière a servi à combler des vallées. La surface était toute lisse, comme une immense plaine de graviers qui s'étendait à l'infini. Il leur a fallu des mois. Il a aménagé un décor digne de l'Empereur, si vaste qu'il pouvait être minuit d'un de ses côtés et midi de l'autre1-p. 325. Quatre Flottes ouvrières de géoformateurs se sont mises à l'ouvrage sur les terres ayant servi de domaines au seigneur de guerre de ces créatures sauvages, afin d'aplanir le plus grand continent et d'en faire une estrade digne du Maître de l'Humanité. Des millions de serviteurs, d'automates et d'hommes des bataillons pénaux furent mis au travail, réduisant les montagnes en gravats dont il fut fait usage pour combler les vallées sans lumière et mettre à niveau les désolations ondulantes, où les peaux-vertes avaient allumé leurs feux et érigé ses forteresses hideuses de boue et d'argile12-p.285. Ce qui aurait dû prendre des siècles n'a pris que des mois, la vue a été calculé pour couper le souffle de quiconque. Le sol était est un gigantesque cirque de granite poli, une masse continentale qui paraissait couverte d'une couche de mosaïque en terrazzo, brillante comme le miroir des anciens astronomes de cour. Des cratères vitrifiés ont été fondus dans le paysage et remplis de prométhéum, dont les flammes faisaient virer les cieux à l'orange et y projetaient de grandes colonnes de fumée12-p.286. Presque dissimulés par la fumée, des centaines de vaisseaux énormes étaient accrochés en orbite basse, leurs réacteurs luttant contre l'attraction impitoyable. L'atmosphère crépitait d'éclairs en chaîne, nés des champs électromagnétiques que chaque vaisseau générait. Des nuées d'appareils d'attaque, de chasseurs et de bombardiers volaient en formation, le rugissement de leurs moteurs exprimant de leur manière inarticulée une gloire primale12-p.286. Les croiseurs vermillon des Blood Angels disputaient leurs positions à ceux fabuleusement ornementés des Emperor's Children. Phalanx, la puissante forteresse dorée des Imperial Fists, dominait son segment de ciel, défiant les lois de la nature en demeurant immobile au-dessus de la terre12-p.286. Quatorze légions étaient représentées, en totalité ou par une de leur compagnies. Les autres étaient engagées dans des conflits trop lointains pour leur permettre d'être présentes. Neuf Primarques étaient là, Horus, Dorn, Angron, Fulgrim, Lorgar, Mortarion, Sanguinius, Magnus et le Khan. Les autres avaient envoyé des ambassadeurs1-p.327. Marqués par leurs batailles respectives, leurs vaisseaux-amiraux étaient suspendus au-dessus du sol en miroir à côté de ceux de leurs frères de Primarques. Néanmoins, prédominant parmi eux tous, un vaisseau de guerre était ancré au-dessus du seul élément du continent à n'avoir pas été aplani par les fuseurs industriels du Mechanicum. Ce fut le Vengeful Spirit, navire de commandement d'Horus Lupercal, uniquement dépassé par le Phalanx pour sa puissance de destruction. Des mondes entiers avaient péri sous son arsenal, et Horus Lupercal n'avait montré aucune limite dans son usage. Seul un événement d'une magnitude à bouleverser la galaxie pouvait offrir un tel spectacle. Seul le plus grand être de la galaxie pouvait inspirer une telle dévotion. Ce rassemblement n'allait être pareil à nul autre12-p.287. Cet événement a été unique, une grande célébration triomphale pour marquer le tournant d'une époque, et l'Empereur le savait très bien. Il savait qu'il fallait marquer les esprits. C'était la fin de la campagne d'Ullanor, et le couronnement du Maître de Guerre. C'était l'occasion pour l'Astartes de dire au revoir à l'Empereur avant son départ pour Terra, après qu'il eut mené ses armées lui-même pendant deux siècles. Cent mille guerriers ont pleuré1-p.326. Cent mille Astartes, huit millions de réguliers de l'Armée Impériale, des légions de Titans, une vraie forêt d'acier. Des colonnes blindées par centaines, des formations de chars rangés par milliers. Les croiseurs qui remplissaient l'orbite basse étaient éclipsés par les escadrons de chasseurs qui volaient en vagues ininterrompues. Le Mechanicum a tracé une route de cinq cents mètres de large, cinq cents kilomètres de long, une ligne droite qui traversait la grande plaine dégagée. De part et d'autre, tous les cinq mètres était planté un poteau surmonté d'un crâne de peau-verte ; des trophées de la guerre d'Ullanor. Et au-delà, de chaque côté, des feux avaient été allumés dans des bassins de pierrobéton. Sur cinq cents mètres. Les Astartes ont défilé sur cette route, en passant sous le podium où l'Empereur se tenait. Le podium était la seule structure que le Mechanicum avait érigée, à la racine d'une ancienne montagne. Ils ont défilé devant lui et ils se sont rangés sur la plaine1-p.326. Chaque homme, chaque femme présent sur le sol d'Ullanor ce jour-là a été choisi pour sa valeur et sa conduite, et jusqu'au jour où ils mourraient, chacun allait avoir l'honneur singulier d'arborer sur son uniforme la Barrette du Triomphe, parée d'onyx et d'or, une décoration forgée à partir des douilles de bolts récupérées sur le terrain et fondues21-p.187. retour sommaire L'ascension d'Horus Pendant près de deux cents ans, l'Empereur aimé de tous a mené la Grande Croisade depuis les premières lignes, combattant à l'avant-garde de la seconde expansion de l'Humanité vers les bordures de la galaxie. L'Empereur a annoncé son retrait des combats, proclamant à ses guerriers fidèles que l'heure était venue pour lui de confier à un autre le commandement de la Croisade. Les Astartes se sont lamentés d'entendre que leur maître les quittait, mais aussi frappante que fût cette séparation, l'annonce suivante de l'Empereur l'avait largement égalée. Devant ses guerriers rassemblés, l'Empereur a ôté de sa tête les lauriers d'or qui avaient été sa parure la plus iconique, et en avait couronné le plus brillant de ses fils. L'Empereur ne dirigerait plus les armées de l'Imperium. Cet honneur était désormais échu à Horus Lupercal, le Maître de Guerre12-p.308. Des flottes entières, des milliards de guerriers et la puissance de détruire des mondes sont aux ordres d'Horus. Il est désormais le régent de l'Empereur, le Maître de Guerre de toutes les armées de l'Imperium5-p.26. Ce titre ancien, ressuscité de la poussière des temps antiques, paraissait cependant naturel et capturait parfaitement les qualités uniques du Primarque des Luna Wolves. Pour les millions de guerriers rassemblés devant la tribune au reflet d'acier, l'adulation s'était mêlée à la tristesse12-p.309. Ce titre a été créé spécifiquement pour Horus et ses implications doivent encore trouver leur place dans l'esprit des Primarques, lesquels se sont retrouvés aux ordres d'un chef qui jusqu'alors était l'un des leurs5-p.26. Horus a été choisi comme Maître de Guerre car il était celui qui incarnait le mieux la réponse aux besoins de l'Empereur à cette époque. Il a combattu aux côtés de son père les trente premières années de la Grande Croisade et lui seul a perçu tout le poids de son ambition de régner sur la galaxie. L'Empereur a transmis cette vision à Horus2-p.197. Du Primarque au soldat de plus bas rang, la décision prise par l'Empereur de se retirer de la campagne pour s'isoler dans son palais de Terra a suscité une incompréhension générale. Personne n'a remis en question son choix de nommer Maître de Guerre le premier Primarque Horus, mais davantage la nécessité de désigner quelqu'un pour le remplacer à la tête des armées1-p.50. Depuis que cet honneur lui est échu, Horus a sollicité l'opinion et les conseils de tous les Primarques sur ce sujet. Être nommé Maître de Guerre l'a brutalement coupé d'eux et élevé au-dessus de ses frères, et il y a eu des objections réprimées, notamment de la part de ceux qui estimaient que ce titre aurait dû leur revenir. La rivalité et la compétition sévissait parmi les Primarques comme dans n'importe quelle fratrie. Horus a courtisé ses frères, calmé leurs craintes et apaisé leurs doutes, a réaffirmé ses pactes, et s'est renouvelé l'assurance de leur coopération. Il ne voulait pas qu'aucun se sente dépossédé, ni méprisé. Il ne voulait pas leur donner à penser qu'ils n'étaient plus écoutés. Certains, comme Sanguinius, Lorgar et Fulgrim, ont dès le départ acclamé la nomination d'Horus ; d'autres, comme Angron et Perturabo, ont ressassé leur amertume, et il a fallu beaucoup de diplomatie de la part du Maître de Guerre pour calmer leur colère et leur jalousie.1-p.131. Dorn a serré la main d'Horus, ce qui équivaut pratiquement à une explosion de joie21-p.194. L'Empereur a conseillé à Horus de renommer la XVIème légion les Sons of Horus, pour qu'il n'y ait aucun doute sur son autorité1-p.336. Beaucoup des Astartes présents s'étaient attendus à renouveler leurs contacts avec d'autres légions et à prêter de nouveaux serments de fraternité, mais une fois que les annonces de l'Empereur ont été proclamées, le rassemblement s'est dispersé avec ce qui paraissait presque une hâte inconvenante12-p.309. retour sommaire Le grand projet de l'Empereur L'Empereur a confié à Horus qu'il n'avait pas quitté la Grande Croisade parce que les combats l'avaient rendu las, mais parce qu'un plus grand destin l'appelait, un destin qui selon lui assurerait que l'héritage des conquêtes vivrait jusqu'à la mort des astres. Horus a été profondément affecté que son père ait refusé de lui confier de quoi il s'agissait12-p.312. Il existe un portail xenos sur Terra. L'Empereur a quitté la Grande Croisade pour poursuivre son étude12-p.493 et en devenir maître12-p.313. Ce portail ouvre sur un labyrinthe caché de tunnels transperçant l'Immaterium, reliant tous les endroits et toutes les époques12-p.312. Déterré des ruines oubliées enfouies sous le désert le plus sec et haut d'une dizaine de mètres, le trône d'or aurait été la pierre de Rosette qui aurait déverrouillé les secrets du réseau xenos. Ses inhibiteurs dimensionnels d'une impossible complexité et ses tampons d'isolation au Warp doivent séparer les deux dimensions. La crypte qui l'abrite est haute de centaines de mètres et large de bien davantage. Tout cet espace bourdonne du bruit des appareillages, dans l'odeur marquée de l'ozone. S'y étaient jadis trouvées les geôles impériales, cet emploi ayant depuis longtemps cédé place à un autre. De grandes machines aux facultés et à la complexité incroyables sont agencées dans toute cette crypte, ainsi que de vastes dépôts de stock, et des outils d'une conception unique qui auraient défié l'entendement de même les plus doués des adeptes du Mechanicum. Tout cela donne l'impression d'un immense laboratoire, appartenant au plus brillant scientifique que le monde ait jamais porté. Tout cela évoque de grandes choses, un potentiel encore inexploité, des rêves sur le point d'être transposés à la réalité. Telle l'entrée de la plus sublime forteresse, de gigantesques portes dorées emplissent le mur d'une des extrémités de la crypte. Les grands battants mécanisés sont ornés de reliefs : deux frères enlacés, un effrayant sagittaire, un lion rampant, la balance de la justice... Des milliers de technoadeptes, de serviteurs et de logi parcourent la myriade d'allées de la salle, vers son cœur où se dresse le trône, massif et mécanique, juste devant le portail xenos. Une forêt de câbles serpentins le relie de l'autre côté de la crypte aux immenses portes closes. L'entrée du portail est protégée par de grands boîtiers d'armement disposés dans tout le périmètre de la crypte, des sceaux et des hiéroglyphes12 p.313,501,506. L'Empereur a prévu de placer son fils Magnus sur le trône d'or, usant de ses pouvoirs pour guider l'Humanité vers son destin de race souveraine de la galaxie. Il doit être l'instrument choisi par son père pour sa victoire ultime12-p.506. Les cultures n'ont pas besoin d'un ennemi extérieur pour s'effondrer. Elles naissent, grandissent, puis perdent leur cohérence et meurent. C'est arrivé durant l'Age de Terra. L'Empereur a écrit sur les cycles des civilisations et leur fin inévitable. Les choses s'effritent, le centre ne peut plus tenir. Telle est la tragédie de l'histoire humaine. C'est de ce cycle que l'Empereur sauve l'Humanité500-p.98.L'Empereur pourchasse un idéal utopique, ce qui conviendra très bien tant qu'il durera. Il soulève et exhorte les masses, il donne aux soldats un but sur lequel se concentrer, mais la perfection n'est toujours qu'un idéal7-p.279. De grands actes ont modelé la société humaine. Le plus grand d'entre eux, matériellement, a véritablement été la réunification de Terra par l'Empereur, sa suite logique a été la Grande Croisade. Mais le plus grand des actes spirituels a été le rejet de cette lourde chape appelée la religion. Le plus grand succès de l'Humanité a été de se réinventer en culture séculière1-p.61. retour sommaire Annexe 1 : La menace xenos L'humanité est une espèce jeune. C'est un nouveau-né barbare aux yeux des Espèces anciennes, mais elle est vigoureuse et a connu un grand succès dans sa propagation. Elle a annexé la galaxie plus vite qu'aucune autre race ne l'a fait avant elle. Elle a poussé comme la mauvaise herbe et a trouvé à s'accrocher même sous les climats les plus durs7-p.319, éclatée sur des milliers de mondes. Le vide entre les étoiles recèle de nombreuses menaces : des engeances innombrables de créatures xenos ayant évolué dans une optique de prédation. Et celles qui ne jettent pas immédiatement sur l'Humanité afin de s'en nourrir ou de la détruire tendent à être dangereuses pour d'autres raisons. Leurs civilisations sont en déclin, soit parce qu'elles étaient trop faibles pour se stabiliser après leur expansion, ou parce que leurs technologies orgueilleuses et déviantes les ont condamnées. Il n'y a rien à apprendre de ces races. L'histoire les aura bientôt rejetées14-p.116. Les étoiles sont le patrimoine légitime de l'Homme. Chacune doit devenir un royaume de beauté et de magnificence, libéré des discordes, libéré de la guerre, libéré des bains de sang et de l'oppression qu'imposent les tyrans extraterrestres1-p.344. Seule l'Humanité est parfaite. Qu'une race extraterrestre compare ses propres idéaux et sa technologie à la sienne est un blasphème sous sa pire forme5-p.27. L'Imperium ne tolère pas l'existence de ces races extraterrestres hostiles, il les extermine1-p.348. Les Annales des Legiones Astartes de Gehennoe Proxima sont l'un des récits les plus complets retraçant la Grande Croisade501-p.77. Spectres des gaz : entités dotées de griffes, éradiquées sur Jupiter par les Emperor's Children29a-p.215. Psybrid : espèce éradiquée sur Septus Douze, dans l'amas d'Osiris, par les Ultramarines, avant que Roboute Guilliman n'ait été retrouvé500-p.11. Princes ommakkad : éradiqués sur leur monde-observatoire par les Luna Wolves, les Emperor's Children et l'Empereur. Horus a tué leur roi et a conservé sa tête pour le musée de la Conquête, pendant que l'Empereur se chargeait des derniers princes5-p.318. Empire Kolobite : entités artificielles menées par un roi-robot, éradiquées sur Carthis par les Ultramarines et les Space Wolves dans les premières années de la Grande Croisade11-p.37. Vers géants : espèce invertébrée, intelligente et agressive. Leur corps, de la taille d'un homme, est dotée de trois bouches garnies de dents. Éradiqués sur Nove Shendak par l'Empereur, Perturabo, les War Hounds et l'Armée9-p.324. Bec-en-hachette : espèce tenant du volatile portant de longues plumes, éradiquée sur Balthasar par les Luna Wolves des décennies avant Ullanor1-p.307. Essaims de guêpes : espèce insectoïde éradiquée sur Oger IV par la Death Guard4-p.75. Hykosi : espèce éradiquée par la Death Guard4-p.242. Galaspar : espèce éradiquée par la Death Guard32-p.251. Cadres dragonoïdes : espèce éradiquée sur Zantium par l'Armée impériale au cours d'une série de batailles fluctuantes et d'embuscades7-p.20. Vektates : entités extraterrestres éradiquées sur Arkenath par les Ultramarines11-p.25. Scandrane : reine xenos dont l'espèce a été éradiquée par les World Eaters11-p.276. Xenos inconnus : espèce éradiquée sur X173 Plural par l'Armée impériale et les White Scars15-p.238. Hrud : bêtes rachidiennes dotées de griffes venimeuses créant un champ d'entropie intense lors de leurs migrations. Éradiquées par les Iron Warriors16-p.348. Mégacéphalopodes : monstres aux tentacules sinueux, parcourant les cavernes, capables de faire franchir à leur corps caoutchouteux les plus tortueuses des galeries, d'y créer de nouvelles ouvertures grâce à leur bec de titane. Éradiqués sur Damantyne la Petite par les Iron Warriors16-p.337. Lacrymoles : changeurs de forme vampiriques éradiqués par l'Empereur et ses légions16-p. 182. Keylekides : espèce reptilienne éradiquée sur Keylek par les Luna Wolves et les Thousand Sons dans la 123ème année de la Grande Croisade1-p.178 ; 12-p.304 . Calisiens : peuple humain dirigé par la psychopompe Shal Vess Nalia IX, ayant introduit dans ses propres cellules du matériel génétique xenos. Éradiqué sur Calis par les Word Bearers dans la 142ème année de la Grande Croisade1-p.178. Etats-forteresses xenos : éradiqués sur Tethonus par les Luna Wolves dans la 150ème année de la Grande Croisade10-p.402. Chasseurs-tueurs cyboréens : éradiqués sur Cyboris par les Dark Angels10-p.35. K'nib : éradiqués sur Selator Secundus par l'Alpha legion21-p.433. Abominiplex : éradiqués sur Thorium par l'Alpha Legion21-p.433. Superviseurs : êtres conscients mécanisés aux ordres d'une machine supérieure, l'Achidroïde. Éradiqués sur Dahinta par les Luna Wolves dans la 183ème année de la Grande Croisade1-p.176,180. Nephilim : entités immenses aux contours vaguement humanoïdes, dotées d'approximations abstraites en guise de bras et de jambes. Éradiqués par les Blood Angels et les Luna Wolves dans la 200ème année de la Grande Croisade, peu avant Ullanor. Leur monde d'origine a été rasé par les White Scars22-p.18,30,103. Ligue gordienne : alliance d'humains et de xenos éradiquée sur Gordia IV par les Dark Angels dans la 200ème année de la Grande Croisade10-p.32. Aveniens : espèce xenos au squelette fin et gracieux, d'une taille exagérément élancée. Éradiquée sur Ark Reach Secondus (Grièche) par les Space Wolves, les Word Bearers et les Thousand Sons dans la 201ème année de la Grande Croisade12-p.216. Quiétude Olamique : entités artificielles (Graciles, Robustes et Super-Robustes) d'origine terrane ayant subi l'influence d'une culture xénobiologique au cours des millénaires. Éradiquées sur l'Instrument par les Space Wolves et l'Armée impériale dans la 202ème année de la Grande Croisade15-p.183,190,192,200. Laers : espèce techniquement évoluée dont l'apparence varie selon leur fonction. Toutefois, cette race possède un même aspect sinueux de départ5-p.33. Éradiquée sur Laeran par les Emperor's Children dans la 203ème année de la Grande Croisade5-p.22. Les laers sont l'une des premières espèces rencontrées par les Emperor's Children après qu'ils aient pris congé du grand triomphe d'Ullanor5-p.26. Diasporex : ancienne flotte de colonisation terranne dont les descendants ont intégré toute une variété de races extraterrestres au fil des millénaires. Éradiquée autour de l'étoile de Carollis par les Emperor's Children, les Iron Hands et un important contingent du Mechanicum dans la 203ème année de la Grande Croisade5-p.105,206. Arachnides : espèce apparentée aux arthropodes1-p.213, éradiquée sur Urisarach par une force combinée de Luna Wolves, d'Emperor's Children, de Bloods Angels, du Mechanicum et de l'Armée dans la 203ème année de la Grande Croisade1-p.330. Kinebrach : espèce simiesque techniquement évoluée et intégrée par une ancienne colonie humaine, l'Interex, éradiquée sur Xenobia par les Luna Wolves dans la 203ème année de la Grande Croisade2-p.342. Jorgall : espèce tripode parcourant la galaxie à bord de mondes-cylindres, dont certains spécimens sont dotés de pouvoirs psy. L’Empereur aurait souhaité conserver l'une de ces dépouilles afin de progresser dans sa compréhension des royaumes éthérés. Éradiquée dans le système de Iota Horologii par la Death Guard dans la 205ème année de la Grande Croisade4-p.14,62. retour sommaire Annexe 2 : Les flottes expéditionnaires impériales Un an après Ullanor, selon les chiffres du Conseil de Guerre, les expéditions principales engagées dans l'effort de croisade étaient alors au nombre de 4287, ce qui n'incluait pas les 6000 flottilles secondaires chargées des impératifs d'occupation, ni les 372 flottes principales en cours de réarmement ou de réapprovisionnement dans l'attente de nouveaux ordres1-p.50 : 4ème flotte expéditionnaire : White Scars (Shang Khan) puis Dark Angels (Lion El'Jonson)6-p.269 12ème flotte expéditionnaire : Ultramarines (Roboute Guilliman)5-p.15 27ème flotte expéditionnaire : Raven Guard (Corax) – Armée impériale (Praefector Marcus Valerius)3-p.57 28ème flotte expéditionnaire : Emperor's Children (Fulgrim)5-p.14 28ème flotte expéditionnaire : Thousand Sons (Magnus)12-p.34 40ème flotte expéditionnaire : Armée impériale15-p.184 45ème flotte expéditionnaire : Armée impériale9-p.28 47ème flotte expéditionnaire : Word Bearers (Lorgar)9-p.131 51ème flotte expéditionnaire : Iron Warriors (Maître de forge Barabas Dantioch)16-p.336 52ème flotte expéditionnaire : Iron Hands (Ferrus Manus)5-p.78 53ème flotte expéditionnaire : Luna Wolves - Armée impériale10-p.272 63ème flotte expéditionnaire : Luna Wolves (Horus) - Armée impériale (Seigneur Commandant Hektor Varvaras)1-p.12 88ème flotte expéditionnaire : Alpha Legion (Capitaine Trajus Boniface)1-p.361 140ème flotte expéditionnaire : Blood Angels (Capitaine Khitas Frome) - Armée impériale (Maître de Flotte Mathanual August)5-p.218 203ème flotte expéditionnaire : World Eaters (Angron)2-p.331 301ème flotte expéditionnaire : Word Bearers (Cyrène Valention)24-p.309. 376ème flotte expéditionnaire : Raven Guard – Armée impériale18-p.126 392ème flotte expéditionnaire : destinée à rencontrer des tribus guerrières d'un monde sauvage12-p.496 406ème flotte expéditionnaire : Iron Hands (Révérend de Fer Lasko Midoa)21-p244 670ème flotte expéditionnaire : Armée impériale (Seigneur Commandant Teng Namatjira)7-p.10 809ème flotte expéditionnaire : Night Lords22-p.309 817ème flotte expéditionnaire : Luna Wolves16-p.206 915ème flotte expéditionnaire : White Scars (Jaghatai Khan)28-p.35 954ème flotte expéditionnaire : Space Wolves (Seigneur Loup Bulveye)9-p.53 1102ème flotte expéditionnaire : Armée impériale9-p.28 1301ème flotte expéditionnaire : Word Bearers (Capitaine Argel Tal) - Armée impériale (Maître de Flotte Baloc Torvus) - Mechanicum14-p.206 2188ème flotte expéditionnaire : disparue dans une région proche de Colchis14-p.159 3855ème flotte expéditionnaire : Word Bearers14-p.254 retour sommaire Annexe 3 : Les institutions de la Grande Croisade Le Conseil de Terra : depuis le commencement de la Grande Croisade, le Conseil de Guerre, essentiellement formé de l'Empereur et de ses Primarques, a été l'épicentre de toute l'autorité. A présent, le nouveau Conseil de Terra l'a supplanté en lui reprenant les rênes de l'Imperium, un conseil composé de civils plutôt que de guerriers. Le Conseil de Guerre, laissé sous la direction d'Horus, a été relégué dans les faits à un rôle d'organe satellite, dont les responsabilités sont de se focaliser sur la campagne et la campagne seule1-p.50. Le Departmento Munitorum : cette institution n'encourage pas la créativité. Elle est le bras logistique de la Grande Croisade et réclame des officiers ayant un sens du détail, une mémoire parfaite, habités de l'amour des statistiques, et munis du genre d'esprit capable de les manipuler précisément, rapidement et soigneusement. Le Departmento, une fois pleinement assimilé dans l'administration de guerre impériale, a adopté les grades militaires28p.36,45. L'ordre des commémorateurs : de retour sur Terra après la Victoire d'Ullanor, l'Empereur a décidé qu'il était temps que la réunification de l'Humanité soit célébrée de façon formelle et renseignée. Le Conseil de Terra encore naissant s'empressa d'approuver sans réserve, car le décret qui inaugurait la fondation et le financement de l'ordre des commémorateurs a été contresigné par nul autre que Malcador le Sigillite, Premier Seigneur du Conseil. Recrutés à tous les niveaux de la société de Terra et de celles d'autres mondes-clés impériaux, sur le seul mérite de leurs dons créatifs, les commémorateurs furent rapidement accrédités, et dépêchés vers toutes les principales flottes expéditionnaires occupées à l'expansion de l'Imperium1-p.50. L'Officio Assassinorum : son origine remonte aux débuts de la Grande Croisade, lors du pacte du Mont Vengeance. Durant des décennies, l'Officio a travaillé dans l'ombre de l'Imperium, à la marge de la connaissance de l'Empereur, en le servant par des actes dont il ne doit jamais avoir conscience afin de maintenir sa noble pureté. Son credo est : "Nul ennemi n'est hors d'atteinte de la colère de l'Empereur". De nombreux orphelins sélectionnés pour suivre l'entraînement de l'Officio intègrent les temples (Vanus, Vindicare, Culexus, Eversor, Callidus et Venenum) sans identité réelle et tiennent leur nom de leurs maîtres et plus grands professeurs. Malcador, le Maître des Assassins est un fantôme parmi les fantômes, seulement connu des chefs des différents temples ou Director Primus, comme appartenant aux Hauts Seigneurs de Terra, mais aucun d'eux ne peut dire de quel membre du conseil de l'Empereur il s'agit. Seules cinq personnes connaissent la vraie identité du chef de l'Officio13-p.47,78. Le Conservatoire : cette institution est chargée de retrouver, de répertorier, d'étudier et de conserver l'ensemble des données ayant survécu aux Guerres d'Unification, ainsi que les données collectées lors de la Grande Croisade initiée par l'Empereur. Elle a été développée par Kasper Hawser sous l'égide du Conseil de l'Unification. Ses ambitions sont de permettre à chaque citoyen moyen d'accéder aux données de l'Administratum et de répondre aux questions suivantes : pourquoi l’Ère des Luttes a eu lieu et pourquoi l'Humanité a-t-elle atterri dans les ténèbres de la Longue Nuit15-p. 212? retour sommaire Sources Série L'Hérésie d'Horus : 1L'Ascension d'Horus, Dan Abnett 2 Les Faux Dieux, Graham McNeill 3La Galaxie en Flammes, Ben Counter 4La fuite de l'Eisenstein, James Swallow 5 Fulgrim, Graham McNeill 6Le retour des Anges, Mitchel Scanlon 7Légion, Dan Abnett 8La bataille des abysses, Ben Counter 9 Mechanicum, Graham McNeill 10Chroniques de l'Hérésie, recueil 11Les Anges Déchus, Mike Lee 12Un Millier de Fils, Graham McNeill 13aLes Portes de Terra, Nick Kyme 13bKryptos, Graham McNeill 14Le Premier Hérétique, Aaron Dembski-Bowden 15Prospero Brûle, Dan Abnett 16L'Âge des Ténèbres, recueil 17Les Morts Oubliés, Graham McNeill 18Délivrance perdue, Gav Thorpe 19La Bataille de Calth, Dan Abnett 20Les Primarques, recueil 21Signus Daemonicus, James Swallows 22Les Ombres de la Traîtrise, recueil 24Félon, Aaron Dembski-Bowden 29aLes Fils de Lupercal, Graham McNeill 29bLa Bataille de Molech, Graham McNeill 32Retour au Mont Deathfire, Nick Kyme Série L'Eveil de la Bête : 400Mon nom est Carnage, Dan Abnett Série Les Primarques : 500Roboute Guilliman, Le Seigneur d'Ultramar, David Annandale 501Leman Russ, Le Loup Suprême, Chris Wraight 502Magnus le Rouge, Maître de Prospero, Graham McNeill retour sommaire
  4. LES GUERRES D'UNIFICATION Sujet suivant : La Grande Croisade Sommaire : La fin de la Grande Expansion L’Ère des techno-barbares L'avènement de l'Empereur de Terra La conquête de Terra Les Legiones Astartes L'Unité Les répliques des Guerres d'Unification La Grande Croisade Sources La fin de la Grande Expansion Dans son jeune âge, l'Humanité s'est répandue sur les étoiles et a colonisé des milliers de mondes, formant ainsi les premières communautés stellaires humaines7-p.68. Durant l'Age d'Or des explorations, l'Humanité a envoyé depuis la Terre de vastes flottes de colonisation plusieurs milliers d'années avant que les ténèbres de la Longue Nuit ne tombent sur la galaxie5-p.105. Dans les premiers temps de l'exploration interstellaire, l'Humanité a cartographié les routes qui traversent l'Empyrean sous forme d'immenses aches s'étendant d'un bout à l'autre de la galaxie501-p.69. L'Anneau de Fer, un cortège de structures orbitales colossales flottant dans l'espace au-dessus de Mars, abrite les plus grands docks spatiaux de la galaxie. Ils ont produit les toutes premières flottes d'exploration9-p.45. Les humains ont parcouru l'espace en vivant dans d'énormes cylindres appelés colonies Ohnyl, avant la maîtrise de la force de gravité (Gerard K. O'Neill était un physicien américain qui s'est intéressé à la possibilité pour l'homme de vivre dans l'espace interplanétaire. Il imagine avec ses étudiants dans les années 1970 la création de colonies humaines dans des structures cylindriques, baptisées cylindre O'Neill, permettant de produire une pesanteur artificielle), à bord de véritables léviathans des étoiles aux dimensions titanesques, destinés à se poser sur une planète et à servir d'infrastructure de base à une nouvelle colonie502-p.32, puis à bord de nefs dotées d'une intelligence artificielle exceptionnelle servant les Hommes de leur plein gré100-p.387. L'Humanité a pu coloniser d'immenses régions de la galaxie grâce aux machines architectes, avant qu'elle n'échappe de justesse à une totale disparition lorsque la Longue Nuit s'est abattue sur elle. Les machines architectes sont des appareils miraculeux, aboutissement de l'évolution de la technologie et de la pensée, capables de fabriquer et de concevoir tout ce que leurs opérateurs désirent4-p.44 ; 9-p.98. Les premières colonies se sont parfois abritées dans des réseaux souterrains en attendant que leurs technologies terraformantes finissent de rendre leur monde plus accueillant pour eux13-p.104. Toutefois, le géotype ayant été colonisé de façon presque systématique durant l'expansion du Grand Age de la Technologie était comparable à celui de Terra. Il s'agissait de planètes rares et précieuses27-p.35. Les derniers mondes colonisés l'ont été au cours de la Huitième Diaspora. Ils se situent dans la frange australe de la galaxie10-p.64. Bien plus tard, dès le 25ème millénaire commence une période sombre d'anarchie et de désespoir pour une Humanité au bord de la destruction, appelée Ère des Luttes ou Longue Nuit. Ce fut une époque terrible, une période assassine où l'Humanité glissait vers la voie de l'extinction, sans savoir que l'Empereur viendrait et mettrait un frein à sa chute libre culturelle1-p.233. L’Ère des Luttes est tombée comme le couperet d'une guillotine, et durant l'essentiel de cinq millénaires, les tempêtes Warp ont rendu impossibles les voyages interstellaires. Les confins de l'Humanité se sont retrouvés isolés, coupés du reste. Dans ce marasme, beaucoup de branches humaines ont totalement oublié qui elles étaient ou d'où elles venaient7-p.69. La Longue Nuit a été une catastrophe aux proportions universelles, une apocalypse cosmologique. Les abus de certains arcanes et talents transformateurs ont été des événements causales. Des sociétés et des cultures entières ont fait une application et un usage erronés de la pratique ésotérique, souvent parce qu'elles n'avaient aucune compréhension de ce qu'elles faisaient15-p.498. Ce conflit global a été déclenché, comme toutes les guerres, par l'ambition et la convoitise. Mais il est vite devenu clair que les rois-guerriers qui se sont sautés à la gorge étaient dirigés par la volonté d'individus ivres de puissance et cachés dans l'ombre : les cognoscynthes17-p.178. Une vague de folie générale a balayé l'espace humain, consumé des mondes entiers dans une démence qui a failli éteindre toute vie dans la galaxie. L'Humanité évoluait trop rapidement, l'émergence de tant de porteurs du gène psyker fut trop soudaine, trop drastique. Cela ne pouvait que se terminer par un désastre. Cette démence de masse se manifeste par les psykers, infecte des mondes entiers et les plonge dans un abysse de ruine et de mort502-p.223. Tandis que Terra sombrait lentement dans l'anarchie et la guerre, les premiers technoprêtres arrivés sur Mars y ont apporté dans leurs bagages les secrets perdus de l'Humanité qu'ils ont jalousement conservés22-p.184. Luna, le satellite de Terra qui a pendant longtemps été une étape pour les voyages interstellaires, est redevenue déserte et désolée pendant cette période4-p.333. Si l'illustre maison Carpinus, la plus altière et la plus influente des maisons de Terra, a chroniqué l'essor des domaines de l'Empereur, des ouvrages pré-Imperium traitant de cette période tels que les Chroniques d'Ursh, le Revelati Draconis, l'Obyte Fortis et les Chroniques d'Uraman, parlent quand à eux de monstres comme les dragons et les démons, tout en décrivant l'ascension de divers seigneurs de guerre et tyrans tels que Narthan Dume, le cardinal Tang ou le seigneur de guerre Kalagann. Les Chroniques d'Ursh, constituées de quarante chapitres, sont brutales. Des citées oubliées y sont régulièrement brûlées ou mises à sac, ou disparaissent simplement sous des frappes nucléaires. Invariablement, les mers se teintent de sang, les cieux de cendre, et les paysages sont jonchés par les innombrables ossements blanchis des vaincus. Quand des armées partent en guerre, c'est fortes de milliards d'hommes, sous un million de bannières qui claquent dans les vents radioactifs. Les batailles sont des maelströms de lames et de casques à pointe noire et de cors de guerre, éclairés par les canons et les lance-flammes1-p.302 ; 2-p.17 ; 3-p.24. retour sommaire L’Ère des techno-barbares Narthan Dume Le règne de Narthan Dume est exalté dans un poème épique de neuf cantos, la Tyrannie panpacifique1-p.234. Avant son accession au pouvoir, le seigneur de guerre Khazar avait unifié les tribus de la zone panpacifique9-p.143. Les adventistes paneuropéens considèrent la croyance séculière dans l'Empereur comme une hérésie5-p.170. Le Cardinal Tang L'Ethnarque du bloc Yndonésien, a mis à mort des millions d'individus durant son règne. Il a mis en oeuvre des pogroms sanglants, mis en place des camps de la mort comme celui de l'île de Roon, et perpétré des génocides qui ont fait des millions de morts. Il a cherché à ramener le monde à un âge prétechnologique en imitant la façon qu'avait l'Inquisition de brûler les hommes de science, les mathématiciens et les philosophes qui contredisaient les vues de l'église sur la cosmologie. Il a pratiqué chez lui une forme d'eugénisme primaire. Au sein de l'Atoll-exclave de Nusa Kambangan en Yndonésie, les enfants étaient génétiquement répertoriés à la naissance. Quand ils atteignaient l'âge requis, ils étaient appariés avec un partenaire aux gènes compatibles de manière à former un couple qui aurait les meilleures chances de produire des enfants dont les capacités bénéficieraient au collectif. Lorque deux individus non adaptés avaient le malheur de s'unir, ils étaient sévèrement punis : ils étaient arrêtés puis jetés dans des camps de la mort. Leurs enfants étaient par ailleurs considérés comme de souche génétique inférieure. Avant que ses habitants ne puissent y vivre librement, Nusa Kambangan était une prison, un véritable enfer où l'on enfermait les pires malfaiteurs que le monde ait engendrés : des meurtriers, des chirurgiens-cloneurs, des violeurs, des voleurs de génomes et des tueurs en série9-p.154 ; 10-p.293. Quelques anciens textes Achaemeniens qui ont survécu à la purge de la bibliothèque de Shi-Wu, ordonnée par le Cardinal, ont été récupérés par les Thousand Sons. Ils contiennent plusieurs techniques permettant d'atteindre les énumérations502-p.20. Lorsque les ethnarques orientaux sont tombés, les Thousand Sons ont traversé les restes des nations Dragon, en ramassant pour les préserver tout ce qu'ils purent de cette terre qui a connu une histoire et une culture anciennes. Beaucoup avait déjà été perdu dans les immolations volontaires, mais dans les ruines de Ba-Shu, a été découverte une station de lancement pour appareils trans-orbitaux, peut-être les premiers à avoir pu quitter le système solaire502-p.97. Le seigneur de guerre Kalagann Son règne sauvage est chroniqué dans les Chroniques d'Ursh. Despote cruel d'Ursh, doté de pouvoirs "majiques", Kalagann est avide de conquête. Ses grands généraux, Lurtois et Shang Khal, et plus tard Quallodon, ont conquis pour lui des domaines d'une ampleur impossible dans la dernière période de l’Ère des luttes. Shang Khal a lancé des campagnes contre les conclaves de Nordafrike. Il a rassemblé un ost significatif d'irréguliers venus des états clients au sud d'Ursh, et les a employés durant l'invasion pour soutenir ses forces armées principales, notamment les Lanciers de Tupolev et les Moteurs Rouges. Les technologues nordafrikains ont préservé pour le bien de leur communauté une plus grande technologie que celle possédée par Ursh, et le désir de s'en emparer, plus que tout autre considération, a motivé cette guerre. Kalagann avait faim des instruments et des mécanismes dont les conclaves disposaient. Huit batailles épiques ont ponctué l'avancée de Shang Khal dans les zones nordafrikaines, et la plus grande fut celle de Xozer. Sur une période de neuf nuits et neuf jours, les machines de guerre des Moteurs Rouges avaient forcé leur passage sur les prés agroponiques cultivés et les avaient rendus au désert auquel ils avaient été arrachés par l'irrigation intensive. Ils ont franchi les haies de lasers et les murailles de gemmes du conclave extérieur, et lancé leurs bombes sales au coeur de la zone dirigeante. Alors les Lanciers de Tupolev ont entraîné avec eux dans la brèche une marée de berserks hurlants, et pénétré le paradis terrestre des jardins de Xozer, l'ultime fragment d'Eden d'une planète corrompue. Qu'ils ont piétiné sans ménagement. Dans la zone dirigeante, au cours d'une neuvième bataille mineure, un bastion, le murengon, a subsisté. Les derniers hiérophantes des conclaves s'y sont réfugiés et ont résisté grâce à des pratiques occultes. Shang Khal, souhaitant mettre un terme rapide à la conquête, a envoyé Anult Keyser écraser ce sanctuaire. Keyser était le seigneur des Lanciers de Tupolev, et par le jeu de diverses dettes d'honneur, pouvait en appeler librement aux services de la Roma, un escadron d'appareils volants mercenaires, dont les intercepteurs richement décorés n'atterrissaient jamais, mais restaient en permanence dans les airs. Durant l'avance contre le murengon, les oneirocritiques de Keyser l'avaient mis en garde contre la sciomancie des hiérophantes et leurs moyens fantasmagoriques. Quand débuta la bataille, comme l'avaient prédit les oneirocritiques, les hiérophantes employèrent leur "maji". Des nuées de criquets, aussi denses qu'une pluie de mousson, apparurent en masses tourbillonnantes qui masquèrent le soleil et tombèrent sur les forces de Keyser, bouchant les entrées d'aération, les canons des armes, les oreilles, les bouches et les gorges. L'eau s'est mise à bouillir sans flamme, les moteurs surchauffaient. Des hommes se changèrent en pierre, ou leurs os devinrent mous ou leurs chairs furent prises de bubons et tombèrent de leurs membres. D'autre devinrent fous. Certains se changèrent en démons et se retournèrent contre les leurs. Anult Keyser lui-même fut tué par un tel démon, qui quelques heures auparavant avait été son loyal lieutenant, Wilhym Mardol. Quand Shang Khal eut vent de la nouvelle, il entra dans une rage folle et se rendit immédiatement sur les lieux, apportant avec lui ce que le texte appelait "les chanteurs de colère", un genre de mages. Leur chef, ou maître, était un homme du nom de Mafea Orde, qui dirigea ses chanteurs de colère dans une guerre à distance contre les hiérophantes. Des hommes prirent feu et coururent, nimbés de flammes qui ne les consumaient pas, en appelant à l'aide. Le combat à distance entre les chanteurs de colère et les hiérophantes dura six jours, et quand il prit fin, la neige recouvrait l'ancien désert, les cieux avaient virés au rouge. Les formations aériennes de la Roma avaient été forcées de fuir, pour éviter que leurs appareils ne soient attaqués par des anges hurlants et jetés vers le sol. Au terme de ces six jours, tous les chanteurs de colère étaient morts à l'exception d'Orde. Le murengon n'était plus qu'un trou fumant, ses murs de pierre à ce point fondus par la chaleur qu'ils étaient devenus des coulures de verre. Et les hiérophantes n'étaient plus1-p.237,302. retour sommaire L'avènement de l'Empereur de Terra Les Chroniques d'Ursh, le Revelati Draconis et l'Obyte Fortis sont en réalité des contes allégoriques qui racontent l'avènement de l'Empereur, des représentations symboliques des forces de la lumière triomphant des ténèbres. Le tueur représente un être divin tout-puissant, et le dragon symbolise les dangereuses forces du Chaos et de la sédition. Le héros qui abat le dragon est le symbole de l'émergence de la conscience et de l'individualité, le symbole de la maturité9-p.226. Dans le Revelati Draconis, l'auteur décrit comment un dieu du ciel armé d'éclairs tue un dragon afin de libérer les eaux qui nourriront le monde. Une autre histoire parle d'une déesse serpent assassinée qui détenait de mystérieuses tablettes, et dont le corps est utilisé pour créer le ciel et la terre. Dans les Chroniques d'Ursh, des créatures nommées Unkerhi sont anéanties par un "guerrier du tonnerre". Leurs restes seraient devenus une chaîne de montagnes quelque part sur le continent méricain. Vers la fin des Chroniques, l'auteur parle d'une race de créatures connues sous le nom de Fomoriens qui sont décrites comme des êtres capables de contrôler la fertilité de la terre. Ils furent vaincus mais pas détruits parce que leur existence devait être préservée pour le bien du monde9-p.227. Les cognoscynthes étaient des bâtisseurs maîtrisant les harmonies psychiques architecturales. Ils avaient la faculté de modeler des structures résonantes. Leur savoir s'est éteint avec eux lors des psi-conflits durant la période pré-Unité. Si les psykers sont le fait d'une mutation rare - un individu sur un million possédera cette faculté latente - les cognoscynthes sont considérablement plus rares que n'importe quel psyker normal. Ils étaient immunisés contre les dangers du Warp et avaient la faculté de pénétrer l'esprit des autres individus et d'en prendre le contrôle17-p.25,178,180. Un grand guerrier aux yeux d'or s'est dressé, le seul homme dont la volonté était assez forte pour résister à l'influence des cognoscynthes. Il rallia les armées des quelques royaumes qu'il restait et entraîna un cadre de guerriers pareils à nuls autres, plus forts, plus rapides et plus endurants qu'aucun de ceux des grandes bandes de jadis. Une par une, ils attaquèrent les citadelles des cognoscynthes sur le dos de grandes machines volantes argentées. Pas même le plus puissant des cognoscynthes ne put dominer le guerrier aux yeux d'or, et chaque fois qu'il vainquait un de ces diables de psykers, les armées subjuguées se retrouvaient libres et se joignaient de leur propre chef aux forces du grand guerrier. Il fallut encore trente ans mais finalement ses armées défirent le dernier des cognoscynthes et les peuples du monde furent libres à nouveau17-p.181. Il est dit que l'Empereur serait parvenu à créer le dernier cognoscynthe en la personne de Magnus17-p.266. Au 31ème millénaire, l'Empereur, qui n'est déjà connu que sous ce nom, entreprendra de conquérir Terra et d'assurer son unité. Il était l'Empereur bien avant que quiconque ne lui eût reconnu un tel titre. Nul ne connaissait son nom de naissance, car il avait toujours, comme une évidence, été l'Empereur22b-p.4. L'Empereur avoue qu'il ne possède pas de véritable visage : il en a porté un million au fil des millénaires, selon ses besoins ou ses envies18-p.194. Il porte des masques, érige des façades afin de se mouvoir26-p.64. L'Empereur voit des choses qui sont invisibles aux yeux des humains. Il connaît le futur et guide l'Humanité. Une impulsion ici, une prophétie toute préparée pour annoncer sa venue là, les débuts du mouvement transhumaniste, une impulsion afin que l'Humanité évolue et passe de sa simple compréhension de la science à sa totale maîtrise. Tout cela se fait suivant ses desseins. Il oeuvre afin d'amener la glorieuse union dans un futur où les forges de Mars le reconnaîtront comme la divinité qu'elles attendent depuis d'innombrables siècles, l'Omnimessie9-p.386. L'idée que l'Empereur puisse avoir orchestré si soigneusement et si précisément le destin de tant d'êtres avec autant d'habileté et de froide insensibilité est tout simplement ahurissante. L'échelle inconcevable de ses desseins et la clarté de sa vision lui permettent de mettre en action des projets qui ne porteraient leurs fruits que vingt mille ans après9-p.387. Le Sigillite se trouvait déjà aux côtés de l'Empereur depuis qu'avaient débuté les Guerres d'Unification. Il a été son aide de camp, son confident et son conseiller22b-p.13. Alors que l'Empereur n'était qu'un seigneur de guerre féodal parmi d'autres, menant ses troupes en armures Tonnerre pour tenter de consolider ses premières victoires et de finir de paver la voie à l'Unification, un officier du rang des Levées du Caucase, une force significative liée par un pacte de trêve et soutenant l'offensive de l'Empereur sur les possessions territoriales du tyran panpacifique Dume, a eu l'occasion de le rencontrer. Après la conquête sanglante de la Bactriane, John Gammaticus, un être de la même nature que l'Empereur, a fait partie d'une centaine d'officiers caucasiens invités au triomphe de Pash, organisé par les contingents civils de l'armée à l'emblème de la foudre. Durant les festivités, l'Empereur a fait solennellement le tour des tables afin de remercier en personne ses alliés étrangers et les chefs de clans mercenaires. Grammaticus a fait partie de la centaine d'hommes présents pour recevoir sa poignée de main reconnaissante. Outre le fait d'avoir ressenti toute sa puissance, il a entraperçu, derrière le masque de ce noble et beau visage, juste une fraction de seconde, une chose dont il essaiera de ne jamais se souvenir. Il le qualifiera plus tard de "salopard sanguinaire"7-p.69,77. A l'aube de la grande diaspora, L'Empereur a posé les pieds sur la planète Molech des millénaires avant les guerres de l'Unité. Le vaisseau dont il a eu besoin pour s'y rendre n'est jamais retourné jusqu'à Terra, il forme maintenant le cœur de la citadelle de l'Aube. Il est venu sur Molech sous une apparence modeste et a trouvé à Lupercalia, sous la roche de la montagne, au-dessous de la Crypte Transcendante, un portail façonné par des mains n'appartenant à aucune espèce connue des habitants actuels de la galaxie et ouvrant sur un royaume de dieux immortels. L'Empereur a offert des choses que seul un dieu en devenir pouvait leur offrir, et ils lui ont fait confiance. ils lui ont accordé une mesure de leur pouvoir, et avec ce pouvoir, il s'est servi de la science pour percer les secrets de la création et de la genèse des Primarques. Mais l'Empereur n'a pas eu l'intention d'honorer sa dette envers les dieux. Il s'est retourné contre eux, il a accepté leurs prodigalités et les a combinées avec son savoir génétique pour donner naissance à des demi-dieux. L'Empereur condamne le Warp comme n'étant pas naturel, mais uniquement pour qu'aucun n'ose le manipuler. Le portail n'a pas pu être condamné par l'Empereur qui s'est contenté de le fermer. L'Empereur est revenu meurtri et affaibli du royaume démoniaque, le visage âgé et émacié, sur lequel pouvaient se lire les siècles écoulés alors que quelques minutes s'étaient égrainées dans l'espace réel. Alivia Sureka, une Perpétuelle proche de John Grammaticus et de Oll Persson, l'aidera à revenir, le bras passé autour de sa taille, et le sien posé sur ses épaules. Elle jouera le rôle de gardien du portail, en plus des cent régiments de l'Armée, des trois cohortes du Titanicus et des détachements de deux légions restés en garnison sur ordre de l'Empereur. Ce que l'Empereur a trouvé sur la planète a fait de lui un dieu, ou quelque chose qui s'en rapproche. Plus tard, l'Empereur et quatre de ses fils, Horus, Fulgrim, le Khan et Mortarion, se sont rendus sur la planète pour la rattacher au nouvel Imperium. Afin de garantir le secret de sa découverte, l'Empereur a altéré les souvenirs de ses fils et de leurs légions29a-p.46,119 ; 29b-p.111,280,282,284. retour sommaire La conquête de Terra L'Empereur s'est appuyé sur son immense armée et sur des créations brutales et sans subtilité afin d'unifier Terra, les proto-Astartes. Ces guerriers géno-engendrés en armure Tonnerre MkI, sont des hommes faisant partie des plus féroces combattants de l'Empereur dans le corps desquels il a implanté des ajouts biologiques à maturité complète et des améliorations mécaniques afin d'accroître leur force, leur résistance et leur vitesse. Les Guerriers Tonnerre sont plus forts et plus robustes que les futurs Space marines12-p.430 ; 17-p.409,421,476. Ces guerriers ont été créés pour le combat et passent chacun de leurs instants à l'entraînement. Ils ont le corps pris dans une armure à énergie qui enferment leur torse et leurs bras en raison de l'importance primordiale de ces parties du corps en combats rapprochés. Ils sont armés d'épées tronçonneuses et de bolters, et portent des plaques d'armure de bronze poli, d'énormes paquetages dorsaux ventilant la chaleur excédentaire ainsi que des plumets écarlates au sommet de leurs casques. L'armure MkI a évolué au fil du temps : elle est devenue intégrale et permet au combattant d'être isolé des éléments extérieurs par un ensemble de plaques savamment agencées10-p.281,285,298. La structure régimentaire des Guerriers Tonnerre sera plus tard adoptée par les Ultramarines : ils sont divisés en chapitres, composés de dix compagnies - qui demeure l'unité de base - d'un millier de guerriers19-p.39. Parmi les grades des Guerriers Tonnerre, on distingue les Subedar, les Jamadar et les Porteurs de l’Éclair17-p.409,421,476. Ces hommes saluent avec le poing fermé de l'Unité contre leur poitrine, salut qui sera remplacé par celui de l'aigle à deux têtes. Les Guerriers Tonnerre arborent l'emblème de la foudre, qui a été le blason personnel de l'Empereur avant que l'aigle de l'Imperium ne fût adopté. Tandis qu'il conduisait ses antiques armées de la réunification à travers la surface ravagée de Terra, l'Empereur portait un plastron ciselé et hors d'âge arborant les anciens symboles de sa domination qui étaient reconnus et craints à juste titre avant même la Longue Nuit, symboles qui seront repris sur les armures dorées de la Legio Custodes. Ces symboles ressortent en bas-relief sur son armure, ils représentent sa colère : des éclairs1-p.300,303 ; 10-p.158. Arik était le nom de l'un des porte-enseignes de l'Empereur dans la première période de l'Unité. Son titre de Porteur de l’Éclair lui a été donné après la bataille du mont Ararat dans le royaume d'Ourartou. Il a eu l'honneur de lever la Bannière de l’Éclair à la déclaration de l'Unité. Il s'est ouvert un chemin à travers cinq légions de combat des Broyeurs, il a mis à bas le Halo de Marteaux du Tsar de Fer. Parmi ses surnoms, les plus connus sont le Vainqueur de Gaduaré, le Dernier Chevaucheur, le Boucher de Scandia ou le Tueur de Trônes17-p.109,420,475. Cela a été une période dorée quand la bannière à l'aigle et aux éclairs précédait des armées de Guerriers Tonnerre que personne ne pouvait arrêter. Leurs batailles ont duré des semaines, avec des millions de pertes décomptées, et des duels titanesques de seigneurs de guerre capables d'abattre des montagnes et de fendre des continents17-p.418. Ces premières créations étaient destinées au travail de conquête de Terra afin d'assurer l'Unité, mais n'ont été d'aucune utilité pour la conquête de l'espace, leur matrice génétique n'a jamais été conçue pour durer. Leur code génétique contenait les graines de leur propre destruction, tout comme les sauvages génoboostés avant eux23-p.438. Ils ne devaient pas survivre à l'Unité et auraient dû disparaître à l'issue de la dernière bataille de ce conflit. L'Empereur avait envisagé leur obsolescence afin de conforter sa légende et s'imposer en tant que seul sauveur de l'Humanité12-p.430 ; 17-p.409,421,476. Les Guerriers Tonnerre étaient plus forts et plus robustes que les Space marines. Toutefois, les Primarques et les Space marines sont l'étape suivante dans l'évolution du super-guerrier17-p.421. retour sommaire Les Legiones Astartes Pour tester leurs talents, les premiers Space marines sont partis au combat réprimer les dernières poches de résistance de Terra, protégés par les derniers modèles d'armure et équipés des armes les plus destructrices12-p.433. Sans les Astartes, Terra n'aurait pas pu être unifiée15-p.236. Les Dark Angels ont été les premiers créés et leur histoire précède celle de toutes les autres légions Astartes. Ils ont été, à bien des égards, le prototype. Durant les dernières années des guerres d'Unification et les premières de la Grande Croisade, avant que les autres légions n'aient été créées, ils ont connu et accompli des choses dont aucune autre légion n'est au courant27-p.167. Certains membres de la Raven Guard qui participeront à la Grande Croisade de l'Empereur sont des survivants des Guerres d'Unification18-p.100. Les Thousand Sons ont reçu leur nom suite à la démonstration de leurs prouesses lors de ces combats12-p.433. Les chefs de la 2ème et 7ème compagnie de la légion de la Death Guard sont respectivement honorés des titres de commandeur et de capitaine de bataille. Cet usage trouve sa source durant les Guerres d'Unification, quand cette marque de distinction avait été accordée à un officier de la XIVème légion par l'Empereur lui-même4-p.24. A l'époque où la Death Guard n'en répondait pas à un Primarque mais à l'Empereur lui-même, la XIVème légion s'appelait les Dusk Raiders. Ils étaient connus pour leur tactique coutumière d'attaquer l'ennemi au crépuscule. Leurs armures étaient du blanc terne d'un vieux marbre avec leur bras droit et leurs épaulières étaient colorées d'un rouge profond et luisant, signifiant le bras droit ensanglanté de l'Empereur, implacable et impossible à arrêter. Pour la plupart, ils étaient originaires d'Albia4-p.112,114. Les Luna Wolves ont également participé à l'Unification. Certains vétérans ont pour habitude de poser leur poing fermé contre leur poitrine en guise de salut, l'ancien signe pro-Unité, qui avait précédé celui de l'aigle à deux têtes1-p.300. Certains Primarques tels que Sanguinius et Horus continuent également de saluer à la façon qui date d'avant l'Unité, en s'agrippant par le poignet et en entrechoquant leurs canons d'avant-bras21-p.43. L'Empereur a donné aux War Hounds le même nom que les chiens blancs que dressaient les guerriers yeshks du nord après avoir vu la légion combattre dans les étendues des ruches céphiques10-p.325. Il semblerait que les Ultramarines aient participé à la chute du tyran panpacifique : l'un de leur cuirassé est baptisé le Remonstrance of Narthan Dume19-p.130. Ils ont également participé aux côtés des Luna Wolves et des Imperial Heralds à la campagne visant à reprendre les enclaves de Luna aux cultes sélénariens29a-p.159. Les membres du culte sélénite ont toujours détesté l'Empereur et ses guerriers, car ils voyaient de la tyrannie, et non pas l'unité, dans l'assimilation de toutes les tribus techno-barbares de l'ancienne Terre. Ils ont frappé la légion des Emperor's Children, avant qu'elle ne soit menée par un Primarque, en contaminant les stocks génétiques de la légion conservés sur Terra33-p.431. L'assaut des forteresses des anneaux de Saturne par les Iron Warriors reste un modèle exemplaire de la façon dont les places fortes orbitales doivent être prises29a-p.191. Les Emperor's Children ont combattu la caste guerrière des spectres des gaz sur Jupiter29a-p.215. Les Bloods Angels conservent les archives de leurs engagements livrés sur Terra au crépuscule des guerre d'Unification sur des tentures de soie finement brodées de lettres et de détails complexes21-p.85. Comme les autres légions, les Space Wolves ont participé aux guerres de pacification de Terra : ils ont connu les forteresses de baraquement, les camps d'entraînement, les zones de combat puis les expéditions outre-monde15-p.318. Les Imperial fists ont pris part à la première pacification de Luna22-p.26. Le vaisseau nommé Lacedaemon a emporté le premier Imperial Fist au-delà du système de Sol22-p.102. Durant cette période, le Mechanicum a guerroyé contre les tribus de Terra, missionnant des corps expéditionnaires sur le monde natal de l'Humanité pour piller les cryptes oubliées d'anciennes citadelles et arracher les secrets de l'ancienne technologie. Refusant de partager ces trésors, l'Empereur a combattu les soldats de Mars et les a brutalement renvoyés sur la planète rouge9-p.99. retour sommaire L'Unité L'Empereur a mis fin aux guerres qui détruisaient la planète et a vaincu des dizaines de despotes. Sans ses armées, l'Humanité aurait sombré dans l'anarchie et se serait détruite en l'espace d'une génération10-p.280. Voici une liste non exhaustive des armes et matériels utilisés par les vastes armées de l'Empereur pour pacifier Terra : Bolter : Les premiers modèles utilisés par les proto-Astartes bénéficiaient de finitions apportées à la main. Aucun guerrier des Legiones Astartes n'a plus porté d'arme d'un modèle aussi brut et archaïque depuis l'Union de Terra et de Mars17-p.351. Épée tronçonneuse type court : Cette arme, pas beaucoup plus longue qu'un gladius, date de l'ère ayant précédé l'Unification de Terra. Elle a été conçue comme une arme secondaire de protection rapprochée pour la suite d'un noble panpacifique du nom de Kendra Huul27-p.176. Firelance : Intercepteur atmosphérique gracieux, doté d'ailes ressemblant à celles des chauves-souris et de réacteurs à propulsion vectorielle. Il est armé de missiles17-p.318,322,325. Fusil de combat Urak-1020 : Il a été l'instrument de prédilection du moindre seigneur de guerre de l’Ère des Luttes7-p.228. Greywing : Transport de troupes construit rapidement en très grande quantité. Il a été progressivement remplacé par la Valkyrie, plus étirée et plus petite14-p.428. Skylance : Vaisseau de largage qui a servi au cours des derniers jours de la Guerre d'Unification en fendant en deux les ruches de Ceylonia et Ind400-p.119. Stormbird modèle Warhawk IV et Warhawk VI, surnommé Oiseau d'assaut : (la relation entre Stormbird et Warhawk n’apparait pas dans la version française de L'Ascension d’Horus). Le Stormbird, engin de largage le plus rapide et le plus honoré de tout l'arsenal de l'Adeptus Astartes, est une machine de guerre racée, puissante et spacieuse400-p.119. Cette navette d'assaut fortement blindée au nez élancé a été conçue pour transporter l'Astartes en plein milieu des combats les plus féroces6-p.326 ; 10-p.52. Le Stormbird est un engin volant colossal2-p.93. Il est l'ancêtre du Thunderhawk. C'est un appareil lourd, capable de supporter le vide et assez agile pour les manœuvres atmosphériques. Le Stormbird a été assemblé sur Terra par le bloc Yndonésien pour être employé contre les tribus panpacifiques durant les guerres d'Unification1-p.143. Il a été développé à partir du vaisseau de largage quasi mythique, le Skylance400-p.119. Son profilé ample et menaçant a été conçu pour effaroucher. Sa masse et le talent d'ingénierie employé dans sa production sont bien plus considérables que ceux d'autres engins produits à la chaîne, tels le Thunderhawk et les modèles de déploiement que les usines de fabrication ont dégorgés en grand nombre, comme une solution utilitaire à court terme aux exigences matérielles de la Croisade. Un Thunderhawk n'est pas conçu pour durer : il n'est qu'une denrée périssable, moulée sur presse, fonctionnelle et bon marché. Le Stormbird est l'héritage des guerres d'Unification de Terra, un superbe appareil bien plus cher à produire en ressources et en temps. Des armadas entières de ces engins ont été constituées en vue de l'Expansion, et la nécessité d'un important complément moins coûteux n'avait été comprise que lorsque l'échelle véritable de la Grande Croisade eut fini par clairement apparaître. Les oiseaux d'assaut ne pouvaient pas donner une impression de vulnérabilité ou de maladresse. Ils étaient les seigneurs des airs, des créatures majestueuses capables de plonger depuis l'orbite droit dans les feux de l'enfer, et d'y survivre15-p.276. Toutefois, rien ne peut procurer autant de frissons qu'un Stormbird, le symbole du courroux de l'Empereur, aux ailes déployées comme celles d'un aquila400-p.119. Le Stormbird est capable d'emporter jusqu'à soixante Astartes et possède une capacité limitée de transport de blindés26-p.227. Les Astartes sont assis dans des sièges fermés tournés vers l'arrière. La section du cockpit, accessible par une allée dorsale, est occupée par deux officiers de vol assis dos à dos face aux panneaux muraux de leurs consoles. Derrière eux, deux serviteurs-pilotes sont connectés aux postes les plus avancés dans le nez de l'appareil1-p.153. Les membres d'équipage du Stormbird possèdent une ossature renforcée et des gaines musculaires. Leurs oreilles internes et leurs sens proceptifs ont été remplacés par des augmentiques, leurs estomacs et leurs systèmes régurgitatifs par des ingesteurs de fluides400-p.130. Des rangées de missiles sont accrochées sous chaque aile et de longs canons à fûts rotatifs sont montés sur un pivot avant2-p.94. Tous les dynastes et les ethnarques batailleurs, toutes les nations claniques et les maisons génétiques, tous les despotes et les tyrans pancontinentaux ont été matés ou écrasés, renversés ou annexés. Certains, les plus sages et les plus lucides, ont offert des termes d'armistice pour rejoindre le giron de cet ordre nouveau. Plutôt la vassalité que la colère des guerriers en armure Tonnerres. Plutôt la soumission que l'inimitié du nouveau maître de Terra22b-p.3. Des conclaves nordafrikains réduits en cendre par Shang Khal au ruines d'Ursh en passant par les bastions tombés de Narthan Durme, les hommes louent l'Empereur et ses guerriers manipulés génétiquement10-p.282. Après une Ère des Luttes sombre et sans lumière, les tribus et les credo de guerre ont tous été rassemblés sous une même loi. Le Palais de l'Empereur, posé comme une couronne sur le sommet du monde, a pour ambition de symboliser ce triomphe stupéfiant22b-p.3. Au-dessous du pic du Rakaposhi, la Legio Custodes possède des geôles où les individus jugés hostiles à l'Empereur sont isolés du monde. Cette prison, connue originellement comme la Khangba Marwu et appelée la Crypte, existe depuis des milliers d'années. Les lieutenants du tyran panpacifique y ont été amenés, comme l'éthnarque des Désolations du Caucase. Ce "premier Empereur" autoproclamé, uniquement connu comme le Faucheur, était un véritable monstre. Uilleam le Roux, prince tyrannique et buveur de sang d'Albyon, a également été amené à la Crypte pour y être mis à mort après sa défaite à la bataille de l'Aube bleue. Les partisans de Uilleam avaient conquis près d'un quart du globe avant d'être finalement arrêtés par une armée de puissants combattants levée par un seigneur de guerre nordafrikain du nom de Kibuka. Plus tard, Kibuka avait été à son tour amené à Khangba Marwu. L'Empereur en personne a conçu une cellule spécialement pour Narthan Dume, mais celle-ci n'a jamais servi du fait que le tyran a été tué lors de la dernière bataille qui a renversé son régime inhumain. Selon la rumeur, Constantin Valdor aurait insisté pour que Dume soit exécuté dans les ruines de son empire. Ce psychopathe mi-génial mi-fou, a été jugé trop dangereux pour être laissé en vie. Cependant, il semblerait que ce soit un certain Damon Prytanis qui ait mis fin prématurément à l'existence du tyran. Ce personnage énigmatique serait un Perpétuel, un être immortel exerçant les fonctions d'assassin pour le compte d'une association xenos antédiluvienne luttant contre le Chaos, la Cabale. Prytanis a été recruté sur les sables d'Iwo Jima, a participé à la bataille de Little Big Horn au sein du 7ème régiment de cavalerie, et a notamment assassiné le pasteur Martin Luther King27-p.106,108,174,336. Le Cardinal Tang était censé rejoindre cette prison spéciale, mais comme Dume, il n'a jamais vu l'intérieur de sa cellule. Durant toute sa longue histoire, un seul prisonnier est parvenu à s'échapper de la Khangba Marwu, un nain congénital du nom de Zamora, dont on prétendait qu'il avait appartenu à la proto-Legio Custodes en tant que major. On raconte que ce jour-là la montagne aurait pleuré17-p.227,229,270. Damoth Kyn, seigneur du Haut Brésil, est l'un des derniers tyrans à avoir tenu tête aux forces de l'Empereur durant les jours ultimes des Guerres d'Unification10-p.27. Daival Shan fût un autre seigneur de guerre séparatiste, exécuté par les sbires de l'Empereur. Il aurait proclamé qu'il préférait mourir au crépuscule de la liberté que de respirer encore à l'aube de la tyrannie14-p.10. Avant de rejoindre l'Unité, les Francs étaient un peuple factieux et n'appréciaient guère d'être envahis, même par des guerriers prétendant que leur présence était bénigne. L'autorité de l'Empereur a été pleinement acceptée après la bataille de Gaduaré, au cours de laquelle 50 000 rebelles menés par Havuleq d'Agross, un seigneur local, ont été massacrés par moins de 5 000 Guerriers Tonnerre10-p.283. Les Scandiens, un peuple du nord, ont refusé l'Unité et ont été balayés10-p.288. L'Ethnarque Tang a été envoyé dans la prison Nusa Kambangan après la prise de son dernier bastion. Il n'y est resté que quelques jours car d'anciennes victimes ont forcé sa citerne d'isolement et l'ont démembré à mains nues avant que son transfert depuis Nusa Kambagan ne puisse être arrangé17-p.229. La chute de Kalagann sera précédée par la conquête apocalyptique d'Ursh par les forces de l'Unité1-p.237,302 ; 2-p.53. Son armure de perle a été arrachée à son cadavre et exposée dans l'enceinte de l'Himadri. Elle ceinture la colossale montagne creuse de l'Himalazia qui couronne Terra. C'est une immense chambre de marbre noir et luisant, bordée de bustes et de statues à l'effigie de personnages encapuchonnés. Elle contient notamment le trône sphérique de Peshkein de Tali le roi fou, la Colonnade des héros, la dernière machine volante de la Roma préservée dans un champ de stase scintillant, et cent autre merveilles et trophées remportés au cours des guerres de l'Unité9-p.349,351. La venue de l'Empereur a permis à Luna de renaître. Une vallée large de plusieurs kilomètres, creusée de la main de l'homme, divise la Lune le long de son équateur. Il s'agit du Circuit, un canyon artificiel sur lequel s'ouvrent des passages vers l'intérieur du globe. Il est le plus grand complexe militaire jamais aménagé. Des milliers de vaisseaux allant de la navette la plus humble à la barge de bataille sont entretenus dans l'immense chantier naval de l'armada impériale. Sur la face opposée à Terra, un arrangement de stations d'observation guette le grand vide. Port Luna est le grand centre d'attache des flottes de l'Humanité4-p.333. Le clan Terrawatt possédait une grande forge dans l'Oural, sous le mont Narodnaya. Ferrus Manus y œuvrera plus tard avec les anciens maîtres de la fonderie, démontrant son talent phénoménal et le pouvoir miraculeux de ses mains5-117, après que les Iron Hands aient libéré le complexe d'une faction rebelle22-p.261. Prétendument issus des mêmes racines que le Mechanicum, les théologiteks du clan Terrawatt ont creusé des temples dans les fondements des Ourals durant un moyen-âge de la technologie, et ont enduré la fureur de la Longue Nuit dans une claustration isolationniste, au point que leur existence n'a guère plus été qu'une légende murmurée. Lorsque le clan Terrawatt a finalement émergé de son repaire sous le Kholat Syakhl (nom mansi signifiant "Montagne morte" désignant un mont du nord de l'Oural en Russie), cela a été pour trouver une planète ravagée par les guerres que s'étaient livrées les tyrans et les ethnarques. A mesure que s'est propagée la nouvelle de la résurrection du clan, des hommes suppliants sont venus de tout le globe solliciter ses merveilles anciennes, en assortissant leurs demandes de propositions, d'offres de traités et de menaces. Un seul homme est venu en offrant davantage qu'il ne voulait prendre. Il se faisait appeler l'Empereur, un titre dont les Aghas (du turc agha "chef", "maître", "seigneur") du clan s'étaient moqués, jusqu'à ce que sa vaste connaissance de technologies oubliées fût apparue à tous. Sa volonté de partager ces arts perdus ont rallié le clan à sa bannière, et des archives du clan sont ressorties bon nombre des armes qui ont amené l'Ancienne Terre vers l'Unité. Les noyaux mémoriels de ses plus vieux Aghas clamaient que c'était leur technologie et non celle de Mars qui a précipité la création des premiers proto-Astartes, une prétention que le Mechanicum réfute avec véhémence29a-p.168. Les plateformes atlantiques ont été anéanties et reconstruites deux fois. Elles forment un épiderme métropolitain de neuf kilomètres d'épaisseur coiffant l'ancien océan asséché15-p.126. De nombreux lieux de culte et leur clergé ont survécu et ont pu préserver l'essence de leur foi à travers l’Ère des Luttes : une cathédrale en Silésie se dressant au-dessus des gravats blancs et fumants d'un cratère atomique, des cavernes profondes et peintes au Baloutchistan, de hauts refuges monastiques du Caucase perchés à une telle altitude qu'on y apercevait à l'est l'expansion des zones-ruches du bloc caspien et à l'ouest les eaux nanotoxiques du Pontus Euxinus, où des savants et des érudits fuyant les progroms de Narthan Dume ont vécu leur exil. Ces hommes instruits ont quitté le royaume panpacifique de Dume en emportant un chargement de données inestimables, sauvées à grand-peine de la bibliothèque du tyran avant l'une de ses purges. La rumeur suggérait qu'une partie de ces connaissances datait d'avant l'Age d'Or de la Technologie15-p.33. Le bastion de Bhab est la plus ancienne forteresse de Terra. Ce cylindre rocheux et irrégulier est une relique disgracieuse plantée au cœur des enceintes tentaculaires du Palais impérial. Il a été le refuge durant les interminables millénaires de la Longue Nuit des seigneurs de guerre, des rois et des tyrans22-p.30. Un hymne a consacré l'Unification de Terra, La Marche de l'Unité15-p.178. L’Administration Hégémonique ou Administratum, est l'institution politique de l'Unification disposant de sa propre armée, le Corps de l'Hégémonie. Le Sigillite préside au conseil directoire de l’Hégémonie Intérieure15-p.394,407. L'Empereur est venu sur Mars au moment où il commençait à formuler les plans de sa Grande Croisade. Terra et la planète rouge étaient alors ennemis, des ennemis acharnés, car les tribus ignorantes de la planète bleue s'obstinaient à camper sur les ruines d'anciennes technologies dont elles ne savaient rien et qu'elles ne pouvaient espérer exploiter un jour. Malgré de grandes épreuves, le Mechanicum a réussi à survivre au chaos rampant de la Longue Nuit. Pour restituer à l'Humanité la place qui lui revenait en tant que maîtresse de la galaxie, le Mechanicum ne pouvait se passer de la technologie de l'Ancienne Terre. L'Empereur a été le premier Terran à fouler le sol de Mars en cinq mille ans. Le Mechanicum a reconnu en lui un frère, un homme de science avec assez de bienveillance pour accorder aux prêtres de la planète rouge d'accéder aux caveaux oubliés de Terra et leur offrir de mettre un terme à la guerre qui séparait les deux mondes. L'union entre Mars et Terra a été symbolisée par la seconde tête de l'aigle impérial de son blason personnel. Avec la Pax Olympus111-p.14, une ère de coopération sans précédent s'est ouverte entre Mars et Terra. L'Empereur a promis de protéger Mars et de respecter la souveraineté du Mechanicum sur les mondes-forges. Il a même accordé l'exclusivité des services de six grandes maisons de navigators, afin que le Mechanicum puisse de nouveau envoyer ses flottes en exploration22-p.197. L'une des clauses du pacte conclu entre le Mechanicum de Mars et l'Empereur interdit la recherche sur l'intelligence artificielle. Il y a des milliers d'années une grande guerre s'est déroulée contre des machines pensantes qui faillirent éradiquer la race humaine. Depuis, la recherche en matière d'intelligence artificielle est un domaine qu'il est formellement interdit d'approfondir22-p.173,178. Le pacte historique entre Terra et le clergé de Mars a été conclu au sein du Palais, dans la Forge de la chair et de l'acier. L'aigle bicéphale de sa pierre de coiffe a été modelé en ouslite et en porphyre17-p.43. retour sommaire Les répliques des Guerres d'Unification Terra continue d'être agitée par les hostilités à mesure qu'elle se restaure15-p.166. Les Guerres d'Unification ont amené la fin de l’Ère des Luttes. Toutefois, l'histoire ne garde trace que des grands traits du tableau, des phases générales de développement, et assigne des dates de façon presque arbitraire aux réussites humaines par des épisodes bien moins définissables dans le temps. Tandis que l'Empereur emmène sa Grande Croisade depuis Terra, les répliques des Guerres d'Unification continuent d'agiter la surface de la planète cent cinquante ans après la fin officielle de l’Ère des Luttes. L'Unification a été triomphalement déclarée au moment où nulle puissance, nul potentiel ne pouvait plus espérer vaincre l'incroyable mécanique impériale. Cela n'avait pas empêché divers états féodaux, les adhérents de diverses religions, des nations éloignées et des autocrates bornés de tenir tête, d'essayer de dresser des barrières et de préserver leurs petites poches d'indépendance. Beaucoup, comme la dynastie Yeselti de Boéotie, étaient parvenus à tenir des décennies, par la négociation et la connivence, à louvoyer entre les traités, les rapprochements et tous les autres efforts diplomatiques visant à les amener sous domination impériale. Leur histoire démontrait que l'Empereur, ou ses conseillers, possédaient une extraordinaire patience. Au lendemain des Guerres d'Unification, s'est imposée une volonté acharnée et de grande envergure de résoudre les conflits par des solutions non violentes. Et les Yeselti n'étaient pas des tyrans ni des despotes, ils n'étaient simplement qu'une ancienne maisonnée royale déterminée à préserver son existence autonome. L'Empereur leur avait accordé une grâce d'un siècle et demi le temps d'accepter leur déclin, bien plus que n'avaient vécu de nombreux empires de Terra. L'histoire démontre aussi que la patience de l'Empereur n'est pas infinie, et qu'une fois épuisée, sa clémence et sa retenue l'est également. L'Armée impériale a alors avancé en Boéotie pour capturer les Yeselti et annexer leur territoire15-p.37. Par ailleurs, il existe, notamment au sein du Bloc Yndonésien, des lieux de plaisir réputés à travers tout Terra et même le système solaire entier, ainsi que des troupes de pillards qui subsistent dans la plaine Atalantique. La vision de la Terra-Imperialis est celle d'un monde-nation uni et glorieux. Mais de l'extérieur, il existe de nombreux recoins sombres, sales et repoussants, qui ne cadrent pas avec l'idée de l'Imperium. L'existence de tels endroits sur le Monde-Trône reste un mystère13-p.104. De nombreuses bandes issues des champs de bataille de l'Unité ont été attirées par l'extension constante des bidon-villes qui ont prospéré au pieds des murailles du Palais. Elles ont perçu l'opportunité d'exploiter les populations vulnérables qui s'y sont réfugiées17-p.105. Longtemps après que l'Unité ait été déclarée, de vastes parties de la planète ne bénéficiaient pas encore des bienfaits des efforts de l'Empereur, même si la reconstruction était bien engagée. La plus grande partie du Monde-Trône était encore en ruine, ses nombreuses civilisations balayées par des armes capables de raser des continents entiers, et les structures monolithiques de l'Imperium restaient encore à terminer. Magnus était au côté de son père à cette période502-p.85. Afin de comprendre les causes de l’Ère des luttes, Kasper Hawser, sous l'égide du Conseil de l'Unification, a créé une institution chargée de retrouver, de répertorier, d'étudier et de conserver l'ensemble des données ayant survécu aux Guerres d'Unification : le Conservatoire. Son ambition est également de permettre à chaque citoyen moyen d'accéder aux données de l'Administratum, qui doublent tous les huit mois15-p.212. La première charte du Conservatoire a été établie au conclave de Lutetia15-p.128. Après l'Appel de l'Extérieur, l'Age d'Or de la Technologie, la Longue Nuit et l'Unification des fragments anarchiques de Terra, l'Empereur va entreprendre une Grande Croisade afin de retrouver et rétablir des liens avec les avant-postes perdus de la race humaine7-p.69 ; 15-p.165. retour sommaire Sources Série L'Hérésie d'Horus : 1L'Ascension d'Horus, Dan Abnett 2Les Faux Dieux, Graham McNeill 3La Galaxie en Flammes, Ben Counter 4La Fuite de l'Eisenstein, James Swallow 5Fulgrim, Graham McNeill 6Le Retour des Anges, Mitchel Scanlon 7Légion, Dan Abnett 8La Bataille des Abysses, Ben Counter 9Mechanicum, Graham McNeill 10Chroniques de l'Hérésie, recueil 11Les Anges Déchus, Mike Lee 12Un Millier de Fils, Graham McNeill 13Némésis, James Swallow 14Le Premier Hérétique, Aaron Dembski-Bowden 15Prospero Brûle, Dan Abnett 16L'Âge des Ténèbres, recueil 17Les Morts Oubliés, Graham McNeill 18Délivrance perdue, Gav Thorpe 19La Bataille de Calth, Dan Abnett 20Les Primarques, recueil 21Signus Daemonicus, James Swallows 22Les Ombres de la Traîtrise, recueil 22bLa Tour foudroyée, Dan Abnett 23L'Ange Exterminatus, Graham McNeill 24Félon, Aaron Dembski-Bowden 25La Marque de Calth, recueil 26Vulkan est vivant, Nick Kyme 27Imperium Secundus, Dan Abnett 28White Scars, Chris Wraight 29aLes Fils de Lupercal, Graham McNeill 29bLa Bataille de Molech, Graham McNeill 33La Guerre éternelle, recueil Série Les Batailles de l'Astartes : 100La mort d'Integrity, Guy Haley Série Mechanicum : 111Les Seigneurs de Mars, Graham McNeill Série L'Eveil de la Bête : 400Mon nom est Carnage, Dan Abnett Série Les Primarques : 501Leman Russ, Le Loup Suprême, de Chris Wraight 502Magnus le Rouge, Maître de Prospero, Graham McNeill retour sommaire
  5. Sujet précédent : L'Adeptus Astartes L'IMPERIALIS AUXILIA Sujet suivant : L'Hérésie d'Horus SOMMAIRE : Introduction Armement Equipement Procédures Tactiques Matériels Régiments Sources INTRODUCTION Après l'Unification, l'Empereur aurait conservé un certain nombre de régiments ayant servi durant l'Ère des Luttes, si ces derniers acceptaient de lui prêter serment. Ce sont les Anciens Cent. Des milliers d'autres régiments ont été contraints au démantèlement, châtrés en masse, ou activement purgés, selon leur degré de résistance à l'ordre nouveau. Un certain nombre de ces régiments préservés pratiquent la conscription génétique, ils sont alimentés en soldats issus d'élevages géniques permettant de les sélectionner pour leur musculature. Cette conscription a été un outil essentiel durant les années corrosives faites d'ouragans atomiques et de nuages dérivants radioactifs7-p.19,21,33,64. Avec le traité d'Olympus, Mars et Terra ont forgé leur union et l'Empereur a juré de ne pas intervenir sur les structures de la société martienne en échange de sa coopération9-p.45,47,387. Ce traité a lié les destinées du Trône et de la Forge pour constituer une union qui ne doit jamais être rompue. Aucun des deux ne pourrait survivre sans l'autre9-p.387. Dans les années qui précédèrent l'union de Mars et Terra, l'adepte Laszlo, explorateur et chasseur d'antiquités, a découvert sous le grand cratère de Kebira, sur les terres de Gyptus, un immense complexe funéraire que les tribus du Gilf Kebir gardaient jalousement. Après avoir réduit au silence ces tribus grâce à ses skitarii, il a retrouvé les secrets du transfert d'énergie, de la restructuration atomique, de l'ingénierie chimique, de l'évolution cognitive humaine et de la communication par le vecteur de la noosphère9-p.131. L'Empereur aurait orchestré en personne l'évolution du Mechanicum. Il savait qu'un jour il aurait besoin d'une organisation aussi puissante pour le servir. Sans le Mechanicum, le grand rêve de l'Empereur, l'unification de la galaxie pour l'humanité, se serait flétri sur le sarment qui l'a porté9-p.387. La matrice génétique des Guerriers Tonnerre n'a jamais été conçue pour durer. Ils ne devaient pas survivre à l'Unité et auraient dû disparaître à l'issue de la dernière bataille de ce conflit. La plupart de ces individus monstrueux ont fini par être rendus fous par les exigences de leur physiologie améliorée. L'Empereur avait envisagé leur obsolescence afin de conforter sa légende et s'imposer en tant que seul sauveur de l'Humanité. Les Guerriers Tonnerre ont été conçus pour conquérir un monde et pas une galaxie entière. Ils n'ont été d'aucune utilité pour la conquête de l'espace, d'où la création des Space marines et des Primarques12-p.430 ; 17-p.409,421,476. La venue de l'Empereur a permis à Luna de renaître. Une vallée large de plusieurs kilomètres, creusée de la main de l'homme, divise la Lune le long de son équateur. Il s'agit du Circuit, un canyon artificiel sur lequel s'ouvrent des passages vers l'intérieur du globe. Il est le plus grand complexe militaire jamais aménagé. Des milliers de vaisseaux allant de la navette la plus humble à la barge de bataille sont entretenus dans l'immense chantier naval de l'armada impériale. Sur la face opposée à Terra, un arrangement de stations d'observation guette le grand vide. Port Luna est le grand centre d'attache des flottes de l'Humanité4-p.333. L'Armée impériale dispose des ses propres vaisseaux, d'énormes croiseurs à la coque luisante2-p.180. Comme la plupart des vaisseaux des flottes expéditionnaires, ceux-ci proviennent de l'Anneau de Fer, un cortège de colossales structures orbitales constituées d'une succession presque ininterrompue de docks spatiaux et de chantiers de construction flottant dans l'espace au-dessus de Mars. Durant la Grande Croisade, ils sont les plus grands docks spatiaux de la galaxie9-p.45. Les forces aériennes de l'Armée sont regroupées au sein de l'Aeronautica29b-p.79. Le commandement de l'Armée a été confié aux légions22-p.239. Le rôle de l'Armée impériale durant la Grande Croisade consiste essentiellement à hériter des fragments d'un conflit après une offensive de l'Astartes. "Un corps continue de se débattre pendant son agonie. Et nous, nous nous assurons qu'il meurt bel et bien." - Seigneur Commandant Varvaras, rattaché à la 63ème flotte expéditionnaire impériale1-p.51. Selon les chiffres du Conseil de Guerre, institution qui sera supplantée par le Conseil de Terra après Ullanor, les expéditions principales engagées dans l'effort de croisade sont au nombre de 4287, ce qui n'inclut pas les 6000 flottilles secondaires chargées des impératifs d'occupation1-p.50. Les Astartes ont unifié la Terre et conquis la galaxie, mais l'Armée a tracé son chemin derrière eux parmi les étoiles et revendiqué d'innombrables mondes au nom de l'Empereur22-p.241. Le gouvernorat d'un monde conquis par l'Astartes est la récompense ultime pour un héros de guerre de l'Armée impériale, une distinction honorifique. Le gouverneur, ou designate imperialis, sera chargé de superviser les forces d'occupation le temps que la planète devienne un monde impérial de plein droit1-p.120 ; 4-p.89. Les combattants ayant officiellement achevé leur devoir, l'Administration impériale, avec toute son armée de logisticiens, de codifieurs, de serviteurs, d'ingénieurs, de manufacturiers, de taxonomistes et de scribes peuvent entamer la longue tâche de recolonisation26-p.347. Les Aexactors sont en charge du recrutement sur les mondes nouvellement assujettis à l'Imperium pour le compte de l'Armée impériale. Une fois leurs quotas de recrutement atteints, les sergents instructeurs commencent à former la population adulte aux arts de la guerre6-p.219. L'Armée est constituée par d'innombrables régiments issus de milliers de mondes7-p.126. La seule variété de leurs uniformes a pour effet de donner l'impression d'un carnaval chamarré29a-p.234. Toutefois, presque sept pour cent de son effectif total est constitué par les Outremars. Leurs officiers supérieurs, les khedives, sont tous frappés d'un nanisme congénital et sont issus de la même dynastie. Ils sont réputés pour leur clairvoyance stratégique et leur discipline. L'un d'eux a même été un confident et un conseiller de premier plan de l'Empereur7-p.126. Par ailleurs, certains régiments emploient des mutants de souche stable : ce sont des êtres primitifs avec suffisamment d'entendement, mais guère plus pour agiter une épée ou faire tirer une carabine2-p.228. Retour sommaire ARMEMENT Bouclier d'énergie personnel et segmenté Le bouclier forme un brouillard absorbant la lumière autour de son porteur. Il est porté grâce à un harnais individuel. Il peut détourner pratiquement tous les tirs au-delà d'une certaine distance. Il peut également arrêter une baïonnette, une arme d'hast ou un sabre. Ses points faibles sont les jonctions entre les segments16-p.314,318. Carabine à pulsion laser anatoliennes Ces carabines ont été développées à partir du fusil de combat Urak-1020 qui avait été l'instrument de prédilection du moindre seigneur de guerre de l’Ère des Luttes7-p.228. Fusil laser réglementaire Sa crosse et son habillage sont en bois, les ferrures en métal bleu25-p.361. Fusil laser Illuminator VI Cette variante améliorée produite sous presse et en dotation chez les auxiliaires de la XIIIème légion, est puissante, solide, légère et pratiquement sans aucun recul. Ce fusil possède une crosse métallique pouvant être repliée19-p.24,206. Piques de puissance Les piques sont renforcées par des gaines de force gravimétriques. Leur hampe télescopique, dont la base est dotée d'un contrepoids gravitique, peut s'allonger jusqu'à atteindre dix mètres de long. Les nervures qui courent sur leur pointe sont parcourues d'énergie grésillante. La pointe du fer scintille d'une petite lueur bleue, d'une étincelle photonique7-p.229 ; 16-p.314,323. Pistolet parthe Cette arme d'appoint destinée aux officiers a des allures de poivrière avec ses six canons chargés de mitraille. Elle se recharge en faisant basculer les canons7-p.231. Retour sommaire ÉQUIPEMENT Montre L'Armée fournit à ses soldats des montres à cadran d'acier, dont les runes lumineuses fournissent plusieurs types d'informations, monté sur une sangle noire sulfurisée25-p.358. Retour sommaire PROCÉDURES Édit 11411236a du Conseil de Terra Concernant les droits de fouille et d'enquête ainsi que régies par l'appareil martial : en temps d'opération de guerre, l'autorité de tout seigneur commandant, ou d'un commandant disposant d'une position équivalente à la tête d'une expédition ou d'un détachement similaire, ou d'un mandat équivalent permet, en cas de suspicion ou de menace générale d'insurrection, de saisir, consulter, copier et plus généralement d'examiner tout dossier de données compilé et conservé par toute section militaire d'un régiment se trouvant sous son commandement7-p.325. Parts de service Les parts de service correspondent à des lopins de terre attribués aux militaires qui ont fini leur service au sein de l'Armée impériale. Elles sont proportionnelles au nombre d'années effectuées, arrondies à l'inférieur19-p.31. Retour sommaire TACTIQUES Fer de lance Frappe de précision à la gorge de l'ennemi pour le laisser sans tête et aveugle2-p.95. Retour sommaire MATÉRIELS Arvus Navette de transport trans-atmosphériques15-p.224. Aves Navette de transport trans-atmosphériques15-p.224. ATAV léger All Terrain Amphibious Vehicles ou véhicule amphibie tout-terrain. Ces véhicules appartiennent au parc d'approvisionnement de l'Armée impériale7-p.246. Bruennhilde Pièce d'artillerie mobile montée sur un châssis de Land Crawler, véhicule imperial agricole29b-p.175. Cargo 5 Transport terrestre29-p.61. Cargo 8 Porte-conteneurs à capacité suborbitale101-p.42. Cargo 9 Navette d'escorte pesante17-p.319,326. Cargo 20 Porte-conteneurs employés pour acheminer les munitions que réclament les régiments d'artillerie mobile23-p.404. Cyclone Aéronef doté de rotors anti-gravité lourdement blindé et doté de lance-roquettes13-p.117. Firelance Intercepteur atmosphérique datant des guerres de l'Unité. Il est gracieux, doté d'ailes ressemblant à celles des chauves-souris et de réacteurs à propulsion vectorielle. Il est armé de missiles17-p.318,322,325. Galenus Medicus mobile du Corps médical de l'Armée, basé sur un châssis rallongé de Samaritan (NB : version médicalisée du Chimera). Le Galenus (NB : Claudius Galenus ou Claude Galien était un médecin grec de l'Antiquité, considéré comme un des principaux fondateurs des grands principes de base sur lesquels repose la médecine européenne) est une unité chenillée aussi longue et large qu'un super-lourd, mais à la différence de pratiquement tous les autres super-lourds, le moteur de celui-ci possède une puissance décente. Il peut recevoir une vingtaine de civières et tout un ensemble chirurgical29b-p.55. Greywing Navette de transport de troupes aux ailes inclinées datant des Guerres d'Unification et construit rapidement en très grande quantité. Il a été progressivement remplacé par la Valkyrie, plus étirée et plus petite. Son compartiment ventral et carré peut accueillir trente passagers14-p.428. Harbinger Navette d'assaut. Cet énorme transport de troupes ressemble plus à une petite forteresse qu'à une navette. Son contour est brisé par huit tourelles blindées armées de canons lasers. Il possède également des défenses automatiques plus petites telles que des lance-roquettes multiples et des bolters lourds anti-personnel. Il est utilisé par de nombreux régiments de l'Armée10-p.237 ; 18-p.165. Jackal Canonnière volante à l'aspect de grand corbeau squelettique7-p.205. Modules d'atterrissage Largués à partir de transports de masse, chacun emporte avec lui une centaine d'hommes en arme2-p.101. Porteurs de masse Ces navettes assurent le transfert des tanks et des blindés, des vaisseaux convoyeurs de la flotte jusqu'aux terrains d'opération. Les véhicules pénètrent dans les navettes par une rampe depuis le pont inférieur7-p.297. Rampant Véhicule de transport doté de vingt paires de pattes fines comme des branches de compas. Ses unités motrices alternent une syncope mécanique qui le fait courir sur le sol tel un mille-pattes géant7-p.202. Raven Intercepteur à capacité spatiale dirigé par un pilote asservi. Il est doté d'armes à énergie. Il est fabriqué dans les docks de Jupiter4-p.166,175 ; 13-p.159. Scarab Speeder blindé de taille moyenne, doté d'une soute de rangement et d'une tourelle automatique montée à l'arrière. Il a une longue coque à courbure légère doté de puissants champs de suspension. Il atteint les 80 kilomètres heure au-dessus des terrains les plus dégagés7-p.52. Testudo Transport de troupes de 40 tonnes à six roues renforcées et au blindage léger, doté d'un canon automatique monté en tourelle. Il est capable de déplacer une escouade complète11-p.110,162 (le nom Testudo n'apparaît pas dans la version française du roman). Retour sommaire RÉGIMENTS Dragons tanagrans Ils portent des armures carapace et sont armés de fusils laser11-p.196,351. Compagnies d'hoplites saturniens Stationnés sur les lunes de Saturne, ils disposent d'armures lourdes9-p.354,379. Régiments de grenadiers joviens Stationnés sur les lunes de Jupiter9-p.354,381 Eugéniens panpacifiques Ce régiment s'est distingué à mi-durée de la Grande Croisade aux côtés des Thousand Sons et de la Legio Astorum lors de la libération de la planète Kamenka Ulizarna, un domaine du Mechanicum envahi par les Orks. Après deux ans de combats, les forces impériales ont récolté une vingtaine d'honneurs, toutes bannières confondues12-p.52. Régiments Résidiens Les régiments fournis par le monde de Réside sont forts et loyaux. Leur corps d'élite est appelé le Voile de mailles et leurs troupes cérémonielles les Coercitifs tyjunates. Ces derniers portent un équipement resplendissant écarlate et argent. Leur armement est composé de longues épées énergétiques, de haches et de piques de puissance, de tubes soniques, d'armes à systèmes plasmiques, de carabines laser ainsi que de boucliers d'énergie personnels et segmentés16-p.302,310,314. 11ème de Mohindas Ce régiment a été éradiqué par les Nephratils sur Diurnus pendant la sixième année de la Grande Croisade25-p.361. Lanciers Karnatiques Ce régiment a pour emblème une pyramide de lances argentées sur champ émeraude. Il est composé de variantes de Chimera, de chars d'assaut modèle Malcador, de Minotaur et de quelques super-lourds29a-p.330. Spartaks Pour se dissimuler, ces soldats à cape bleue utilisent des champs d'énergie, des distordeurs à ions et des perturbateurs de photons29a-p.301. Sidthu Barat7-p.106 Régiments gédrosiens7-p.229 Host des ruches momediennes16-p.302 Flotille d'amas de siège de Nahan Instar16-p.302 Régiments natoliens18-p.340 Vierges au Bouclier du Septième Sein de Parthenati20-p.446 Sabreteurs Uzuriens20-p.446 2ème régiment monté de Xiphos21-p.189 Océanique Nord29a-p.234 Orientaux Kushites29a-p.234 Devsirmes belgares29a-p.327 Brigade de Fer de Kapikulu29a-p.327 24ème des Scions de Feu molechiens29b-p.56 Volontaires d'Arcadii29b-p.250 Régiments rattachés aux flottes expéditionnaires Cohorte Therion Rattachés aux 27ème et 376ème flottes expéditionnaires - Raven Guard La plupart des soldats du monde de Therion sont bardés d'armures carapaces aux plaques d'un noir luisant. Ils ont les cheveux ras, leurs visages sont tatoués de motifs en spirales. D'autres portent des uniformes rouge et or. Ils sont armés des fusils-hallebardes. La garde d'élite porte des armures couleur d'émail argenté18-p.14,126. Palatins d'Archite Rattachés à la 28ème flotte expéditionnaire - Emperor's Children Ils portent des tuniques écarlates et des cuirasses d'argent5-p.57. Guet Lacunien Rattachés à la 28ème flotte expéditionnaire - Thousand Sons12-p.37,237 Division d'extermination G9K Rattachés à la 40ème flotte expéditionnaire - Armée impériale Ils portent de longs manteaux légers sur leur combinaison de combat semi-énergétique. Ils jouissent d'une réputation prestigieuse en tant que contingent de front, réputé pour maintenir un système archaïque de solde calculée selon la performance, dont les origines remontraient à la tradition antédiluvienne des armées mercenaires rétribuées par les familles marchandes. Ils sont obéissants, bien entraînés, attentifs et disciplinés15-p.225,236,239. Jaggedpanzors Rattachés à la 40ème flotte expéditionnaire - Armée impériale Ils portent un uniforme austère15-p.228. Draks d'Ouranti Rattachés à la 47ème flotte expéditionnaire - Word Bearers Ces combattants à la peau bistre sont recrutés dans les régions de jungles desséchées de la Mérique du sud. Ils portent des capes d'écailles et des casques reptiliens. Ils disposent de troupes aéroportées12-p.37,237,254,281. 9ème Garde des Adamantiphractes d'Angeloi Rattachés à la 51ème flotte expéditionnaire - Iron Warriors Ils possèdent des carabines lourdes au canon évasé tirant des salves laser à faisceau large, ainsi que des gants d'écailles16-p.334,363. 4ème Juntarien de Nadir-Maru Rattachés à la 51ème flotte expéditionnaire - Iron Warriors Ils ont des visages mats et brillants, les dents bien blanches, et portent des turbans extravagants. Ils sont armés de carabines laser16-p.359,367,374. Ecuyers Bi-Nyssaliens Rattachés à la 51ème flotte expéditionnaire - Iron Warriors16-p.363 Lanciers du 15ème d'Hesperan Rattachés à la 53ème flotte expéditionnaire - Luna Wolves11-p.272 Janissaires Byzantins Rattachés à la 63ème flotte expéditionnaire - Luna Wolves Ils portent des vestes de treillis rouges, de longs manteaux crème à brandebourgs et des fusils aussi luisants que les pointes de leurs lances. Leur uniforme d'apparat se compose d'un long manteau crème à brandebourgs dorés, d'un haut casque chromé à la visière grillagée et aux cocardes écarlates, coordonnées avec la ceinture d'étoffe, et d'une lance énergétique ornementée. Leurs supérieurs disciplinaires disposent d'électrofaux pour châtier les lâches1-p.115 ; 2-p.91-111-128-371. Noirs de Lucifer Rattachés à la 670ème flotte expéditionnaire - Armée impériale Ils sont appelés ainsi à cause de leurs manteaux de velours anthracite et de leurs plaques de protection d'un noir de jais. Ils sont une brigade d'élite levée sur Ischia (a priori, une île volcanique située au large de Naples), ancienne et louée. Les Noirs ont quasiment tous disparus, leurs effectifs sont tombés très bas durant les dernières années des guerres d'Unification et leurs rangs n'ont jamais été comblés. Au sein de la Grande Croisade, ils tiennent un rôle cérémoniel en constituant des suites d'escorte pour certains commandants distingués. Ils ne marchent pas, ils se déplacent à pas feutrés, de façon aussi fluide et silencieuse que les chats. Les noms des Lucifer ne sont jamais rendus publics. Ils portent des lames incurvées et courtes en acier plié de Tolède7-p.155,205 ; 10-p.33 ; 26-p.28. Chiliade cinq-deux du Géno Rattachés à la 670ème flotte expéditionnaire - Armée impériale Elle est l'une des plus anciennes brigades de l'Armée impériale, une force d'élite d'un millier de compagnie. Sa tradition martiale remonte au travers de la Grande Croisade jusqu'à l'époque des Guerres d'Unification qui l'avaient précédée. Elle fait partie des Anciens Cent. Sa devise est : "La compagnie d'abord, l'Imperium en second, le Géno avant les gènes". Les compagnies du Géno portent les mêmes noms de code depuis près de huit cents ans. On distingue notamment les Danseurs, les Jokers, les Clowns dont la bannière représente un crâne hurlant maquillé de blanc et rouge, les Carnavals, les Batteurs, les Arachnés dont l'emblème est une jeune femme timide aux seins étonnamment rebondis et occupée à tisser sa toile élaborée avec les fils du destin, les Vauriens, les Troubadours et les Mannequins. L'uniforme du Géno est une tenue resserrée de cuir clouté et de mailles, avec une pèlerine de merdacaxi jaune, une soie de Terra, qui descend jusqu'à la taille. La doublure est richement brodée d'emblèmes de compagnie et de motifs. Les armures de cuir sont ornées de blasons, bordées de fourrure. Les soldats du Géno portent des sacs à dos légers, des bretelles de munitions, de longues baïonnettes. Ils sont armés de carabines laser, de lance-roquettes, de longs bâtons d'explosifs et de mitrailleuses de soutien. Tous sont puissamment bâtis, issus d'un élevage génique et sélectionnés pour leur musculature. Ils sont coiffés de casques à pointe d'un orange luisant, ou couleur de métal argenté, souvent rehaussés d'un bord de fourrure ou d'un voile couvrant la nuque, en dentelle sertie de perles. Les génospecteurs sont les stricts régulateurs de l'éthos de la chiliade, dotés d'une autorité spécifique pour maintenir la conduite des troupes et leur moral à haut niveau, et faire régner la discipline. A une époque passée, un génospecteur aurait pu être qualifié d'officier politique7-p.19,21,39,78,120,138,186,192,286,323. Sixième Torrent de Croissant-Sind Rattachés à la 670ème flotte expéditionnaire - Armée impériale Son emblème est le blason doré du Pontus Euxinus assorti d'une queue quadrillée de losanges7-p.29,106,126. Outremars Rattachés à la 670ème flotte expéditionnaire - Armée impériale Bien qu'ils n'aient fourni que cinq mille hommes sur les sept cent cinquante mille que compte la flotte expéditionnaire, ils forment l'ossature de l'Armée impériale dans son ensemble. Les troupes d'Outremar servent dans pratiquement toutes les expéditions et les osts de guerre7-p.106,126. Les Epines de Regnault Rattachés à la 670ème flotte expéditionnaire - Armée impériale Leurs armures sont dotées d'élégants systèmes de pointes d'acier mécanisées rétractables et psychoréceptives7-p.106,218. Régiments criméens Rattachés à la 670ème flotte expéditionnaire - Armée impériale7-p.47 Horte Zanzibari Rattachés à la 670ème flotte expéditionnaire - Armée impériale7-p.106 4ème Hussards Rattachés à la 670ème flotte expéditionnaire - Armée impériale7-p.223 Infanterie lourde lusitienne Rattachés à la 670ème flotte expéditionnaire - Armée impériale7-p.288 Cavalerie blindée de Pramatia Rattachés à la 670ème flotte expéditionnaire - Armée impériale7-p.288 Dragons arcturiens Rattachés à la 954ème flotte expéditionnaire - Space Wolves10-p.142 Régiments d'infanterie d'Euchar Rattachés à la 1301ème flotte expéditionnaire - Word Bearers Les officiers supérieurs portent un uniforme ocre. Les hommes du rang portent un treillis d'un ocre terne14-p.250,429,554. Régiments rattachés aux Légions Certaines unités auxiliaires de l'Armée impériale sont destinées à servir les légions11-p.22 : Dark Angels Jägers calibanites11-p.48 Iron Warriors Thorakitaï Sélucides23-p.63 : ils portent des plastrons segmentés et des casques façonnés à l'image d'une armure MkIV. Space Wolves Kaerls28-p.102 : ces auxiliaires assurent la garde des navires. Ils portent des armures carapaces et sont armés de fusils d'assaut robustes. Blood Angels Coloniaux Keltians21-p.109 Iron Hands Masonites de Saavan20-p.140 Ereinteurs dagoniens20-p.148 Korracts Véridiens20-p.198 Ultramarines Auxilia de Talassar16-p.14 Régiments de Neride19-p.15,336 : Régulateurs du 10ème et Occidentaux du 6ème Régiments de Numinu19-p.24,336 41ème d'Espandor19-p.336 2ème Erud Ultima19-p.336 14ème d'infanterie lourde de Garnide19-p.352 Troupes de choc de Cardace25-p.68 : ces soldats portent des armures carapace ablatives. Sur une épaulière, ils arborent l'insigne régimentaire des lances croisées par-dessus un crâne, et sur l'autre, un X noir peint à la main. Irréguliers de Vospherus25-p.252 Tribu guerrières T'Vanti19-p.35 : d'un niveau technologique très bas, ces tribus ont été des alliées honorables, formées de combattants habiles. Les T'Vanti ont accepté de servir d'auxiliaires aux Ultramarines. Les hommes de ces tribus ont été à l'origine de l'opinion tactique de Guilliman consistant à accepter la perte d'un nombre élevé d'hommes si cela peut apporter une victoire. Rangers légers d'Astagar33-p.355 Thousand sons Gardes des Spires12-p.215,516 ; 15-p.498 : ils portent des vestes et d'épais manteaux rouges, de lourdes bottes et des shakos argent bordés de fourrure. Leur entrainement est aussi efficace que celui de n'importe quelle division d'élite de l'Armée impériale. Ils portent de longs manteaux rouges à l'intérieur desquels sont tissées des protections balistiques, et des casques de plastacier. Garde Palatine12-p.548 Salamanders Régiments de Vodis26-p.38 : Vodis est un monde de maisons martiales austères, capables de retracer leur lignée jusqu'aux premiers rois antiques de Terra. Fusiliers d'Utrich26-p.159 Chasseurs navites26-p.159 Alpha Legion Spartocide sept-soixante du Géno20-p.404,418 : ce régiment est bien entraîné et ne s’effraie pas facilement. Ces soldats sont musculeux et dépourvus d'humour. Leurs casques couvrent leur visage, à l'exception de deux fentes austères pour les yeux. Ils sont coiffés d'un panache dont la longueur donne une indication de leur grade. Des capes pendent des épaules de leur plastron carapace et ils sont armés de carabines laser à large canon et aux cellules énergétiques conséquentes. Ce régiment jouit d'une histoire illustre. Régiments stationnés sur Terra Hort Lombardi Les membres de ce régiment sont équipés de plaques et de capitonnages anti-balistiques et d'une grande visière coulissante de plastek jaune, descendant devant leurs yeux. La surface intérieure sert d'écran pour des affichages à hauteur d’œil et des graphiques de ciblage. Ils sont armés de 'chetters et de fuseurs15-p.173. Janissaires attamans17-p.15 Lanciers de Tupolev Ce régiment est l'un des plus anciens. Leurs hussards possèdent des montures cybernétiques. Ils portent une armure de bataille complète et des curseurs photomécaniques d'un vert glacial bondissent d'un côté à l'autre de la fente optique de leur casque. Ils sont armés de carabines de selle15-p.37 ; 17-p.15. Ossurites de Magyar17-p.146 Seigneurs des Tempêtes Ouraliens Ce régiments de parachutistes gravitiques d'élite a servi l'Imperium depuis les premières années des guerres de l'Unité aux côtés des septs génétiques des rassemblements sud. Ils portent un tabard gris marqué d'éclairs et de la représentation approximative d'un rapace plongeant17-p.257,270,279,281. Escorteurs Gitanéens Cette unité d'élite basée dans les cratères des aires de Baïkonour pilote des engins volants17-p.270. Vitruviens17-p.279 Dragons écarlates17-p.270 Brigades anatoliennes Ce régiment a combattu aux côtés des Iron Hands avant que la légion ne soit dépêchée vers la gloire au sein de la Croisade. Ferrus Manus fut si impressionné par le courage de ces soldats qu'il arracha le gantelet de fer planté au sommet de l'un de leurs étendards de chapitre et en fit don au régiment22-p.261. Retour sommaire SOURCES Série L'Hérésie d'Horus : 1L'ascension d'Horus, Dan Abnett 2Les Faux Dieux, Graham McNeill 4La Fuite de l'Eisenstein, James Swallow 5Fulgrim, Graham McNeill 6Le Retour des Anges, Mitchel Scanlon 7Légion, Dan Abnett 9Mechanicum, Graham McNeill 10Chroniques de l'Hérésie, recueil 11Les Anges Déchus, Mike Lee 12Un Millier de Fils, Graham McNeill 13Némésis, James Swallow 14Le Premier Hérétique, Aaron Dembski-Bowden 15Prospero Brûle, Dan Abnett 16L'Age des ténèbres, recueil 17Les Morts Oubliés, Graham McNeill 18Délivrance perdue, Gav Thorpe 19La bataille de Calth, Dan Abnett 20Les Primarques, recueil 21Signus Daemonicus,James Swallow 22Les ombres de la traîtrise, recueil 23L'Ange Exterminatus, Graham McNeill 25La Marque de Calth, recueil 26Vulkan est vivant, Nick Kyme 28White Scars, Chris Wraight 29aLes Fils de Lupercal, Graham McNeill 29bLa Bataille de Molech, Graham McNeill 33La Guerre éternelle, recueil Série Mechanicum : 101Les Seigneurs de Mars, Graham McNeill Retour sommaire
  6. Sujet précédent : Les Primarques L'ASTARTES Sujet suivant : L'Imperialis Auxilia Sommaire : Introduction Physionomie Psychologie Relationnel Physiologie Armement Equipement Procédures Tactiques Matériels Patruelis Astartes Sources INTRODUCTION L'Empereur se serait fortement inspiré des méthodes d'élevage génique employées par certains régiments durant les Guerres d'Unification pour créer les Legiones Astartes. Voici comment fonctionne, à titre d'exemple, l'un de ces régiments : le régiment du Géno est constitué d'Uxors, une lignée de femelles à la sensibilité psychique latente. Leurs ovocytes sont récoltés à la puberté. A partir de ces ovules, une soldatesque utérine à la carrure massive est engendrée en cuves, grâce aux codes génétiques de plusieurs donneurs paternels robustes ayant fait les preuves de leurs mérites martiaux. La banque génétique est maintenue saine par le recrutement de commandants, excellant dans les tactiques et la stratégie, auprès d'autres régiments7-p.64. Les recherches de l'Empereur ont débouché sur des créations brutales et sans subtilité : les proto-Astartes. Ces guerriers ont été créés pour le combat et passent chacun de leurs instants à l'entraînement. Ils ont le corps pris dans une armure à énergie qui enferme leur torse et leurs bras en raison de l'importance primordiale de ces parties du corps en combats rapprochés. Ils sont armés d'épées tronçonneuses et de bolters, et portent des plaques d'armure de bronze poli ainsi que des plumets écarlates au sommet de leurs casques10-p.281,285,298. Ces guerriers en armure Tonnerre sont des hommes faisant partie des plus féroces combattants de l'Empereur, dans le corps desquels il a implanté des ajouts biologiques à maturité complète et des améliorations mécaniques afin d'accroître leur force, leur résistance et leur vitesse. La plupart de ces individus monstrueux ont fini par être rendus fous par les exigences de leur physiologie améliorée. Ces premières créations étaient destinées au travail de conquête de Terra afin d'assurer l'Unité, mais n'ont été d'aucune utilité pour la conquête de l'espace, leur matrice génétique n'a jamais été conçue pour durer. Ils ne devaient pas survivre à l'Unité et auraient dû disparaître à l'issue de la dernière bataille de ce conflit. L'Empereur avait envisagé leur obsolescence afin de conforter sa légende et s'imposer en tant que seul sauveur de l'Humanité12-p.430 ; 17-p.409,421,476. Les Guerriers Tonnerre étaient plus forts et plus robustes que les Astartes. Toutefois, ces derniers sont l'étape suivante dans l'évolution du super-guerrier17-p.421. L'Empereur a cherché des individus dont l'héritage génétique n'était contaminé par aucun des défauts hérités ni aucune des carences immunologiques qui étaient si courants parmi les tribus de la Terre. Il a marché parmi les peuples sélectionnés avec son armée de savants pour tester chacun des groupes familiaux à la recherche des marqueurs génétiques requis. Il a emmené les enfants choisis avec le consentement de leurs parents dans un endroit secret profondément enterré sous les montagnes au sommet du monde. Ils ont été entraînés, ont subi des épreuves de force, de vitesse et d'agilité mentale sous le regard des scientifiques qui veillaient sur eux et surveillaient leurs progrès. Ils étaient nombreux à s'entraîner sous les montagnes, mais peu à peu, ils ont été scindés en plusieurs groupes12-p.432. Certains aspirants recrutés par une légion et qui ont atteint le terme du premier stade, celui de la sélection et du conditionnement physique, peuvent être réassignés vers une autre légion en fonction de leur classement et des objectifs de recrutement des Primarques28-p.25. Pour tester leurs talents, les premiers Astartes sont partis au combat réprimer les dernières poches de résistance de Terra, protégés par les derniers modèles d'armures et équipés des armes les plus destructrices12-p.433. Les premiers Astartes destinés à intégrer les légions étaient originaires de Terra ou du système de Sol4-p.113. Dès lors que les Primarques ont commencé à recruter sur d'autres mondes, le processus d'implantation des organes ne s'est pas toujours bien déroulé28-p.19. Certaines erreurs génétiques seront mises en lumière avec le défilement des années. La dégénérescence génétique entraîne la perte de certains organes, l'incapacité à saliver du venin comme chez les Imperial Fists et l'intolérance à certaines radiations altérant la peau et l'ossature des guerriers comme chez les Salamanders14-p.339. La faiblesse génétique présente chez toutes les premières légions a été exacerbée par la nécessité de maintenir leurs effectifs pour la Grande Croisade. Toutes se sont affaiblies d'elles-mêmes, d'une façon ou d'une autre, et sont devenues vulnérables. Les dernières légions sont restées suffisamment pures, leur patrimoine génétique n'a pas été dilué par les guerres terranes et extraterrestres7-p.183. L'Empereur a compris l'importance de la variété chez les Astartes, les guerriers qu'il a engendrés sont similaires mais pas identiques. Des qualités telles que la faculté à commander, l'intelligence et les aptitudes dans diverses disciplines leur permettent d'être flexibles et de remplir de nombreux rôles. La raison pour laquelle il n'a pas opté pour le clonage est que sans mutation aléatoire dans le génome, il n'existerait pas de variation18-p.349. Même si l'Imperium se soucie peu du sexe des simples soldats qui constituent ses armées, qui font opérer ses vaisseaux ou de ceux qui aident à le maintenir en marche, la vie des Astartes tourne autour d'un environnement ouvertement masculin29a-p.231. Depuis que le plus gros des forces Astartes ont quitté Terra pour servir de fer de lance à la Grande Croisade, les Terrans se sont mis à les appeler les Space marines, comme les héros à mâchoires carrées des illustrés à deux sous15-p.46. Suite aux réformes du Seigneur Guilliman402-p.79, les Legiones Astartes ont été dissoutes par décret impérial402-p.21,97. Ne subsistent que des chapitres constitués de mille combattants400-p.126. Retour sommaire PHYSIONOMIE L'impossibilité de définir précisément l'âge des Space marines n'est pas l'aspect le plus étrange de leur apparence. Ils sont améliorés jusqu'à atteindre des proportions imposantes, comme si leur corps avait continué à croître et se développer une décennie de plus que la nature ne l'aurait voulu280-p.22. Les Space marines sont immenses, une fois et demie comme des humains normaux et presque deux fois plus larges300-p.123. Ces géants de deux mètres et demi et d'une carrure inhumaine ont pour principale caractéristique le gigantisme de leur visage allongé, presque équin. Ils paraissent énormes. Leur carrure peu naturelle évoque celle d'un ogre, avec malgré tout une souplesse et une grâce surprenantes17-p.48. Les Space Marines bougent avec une fluidité plus proche de celle d'un prédateur situé tout en haut de la chaîne alimentaire que d'un être engendré par l'Humanité33-p.221. La plupart des guerriers ayant monté en grade au sein de l'Adeptus Astartes semblent sans âge. Le passage du temps se voit par les cicatrices qu'ils arborent. Ceux qui ont échappé aux blessures donnent l'impression d'avoir entre vingt et cinquante ans, et arborent autant les caractéristiques de la jeunesse que de la force de l'âge280-p.289. Toutefois, certains détails peuvent révéler l'âge d'un Astartes comparé à un vétéran. Ces derniers ont tendance à oublier ces petites touches tellement humaines, comme hocher la tête ou hausser les épaules280-p.293. Les Astartes ont d'épaisses arcades sourcilières, d'épaisses pommettes et la mâchoire carrée5-p.23,56 ; 11-p.14. Ils possèdent un visage large aux traits génétiquement étalés17-p.236, un cou épais et des muscles saillants sous leur cuir chevelu30-p.44. Ils possèdent un torse sans côtes1-p.31,76. Celles-ci ont fusionné autour de leur cage thoracique26-p.72. Délesté de son armure, un marines reste encore une machine de guerre valant plusieurs hommes301-p.143. Pris dans les canons de son armure, les membres d'un marines deviennent lisses et nets, mécaniques. Si cela était possible, un Astartes est encore plus effrayant hors de son armure. Ses proportions sont humaines, mais dans le même temps étranges et gigantesques12-p.319. Les micro-expressions sont notoirement difficiles à déchiffrer sur les traits transhumains27-p.208. Par ailleurs, Il est très difficile pour les humains de lire les traits des Astartes ou de distinguer leurs dissemblances. A leurs yeux, les marines se ressemblent tous. Ils semblent tous sortis d'un même moule et possèdent la même voix grave7-p.255 ; 14-p.105. Selon certaines rumeurs, les membres de l'Astartes auraient pu être classifiés en tant qu'espèce à part entière, tant leur génome diffère de l'original humain22-p.209. Les Astartes ne sont plus totalement humains, ils ne sont plus des Homo Sapiens mais des Homo Astartes14-p.339. Retour sommaire PSYCHOLOGIE Les Space marines appartiennent au genre prédateur. La moindre trace de faiblesse éveille leurs sens aussi sûrement que l'odeur d'une plaie ouverte pour d'autres carnivores271-p.83. L'analyse est un réflexe pour eux, aussi instantané que le fait de respirer. Ils perçoivent les choses plus rapidement qu'un humain ordinaire21-p.162. Les Astartes sont plus que des humains par tous les aspects. Il ne s'agit pas seulement de différences physiques, même si elles jouent peut-être le plus grand rôle : les différences psychologiques creusent encore plus le gouffre déjà existant. Un simple humain ne peut s'imaginer ce à quoi revient d'être un Astartes, sauf peut-être en rêve. Les vœux, le sacrifice, le conditionnement permanent permettent de s'endurcir contre tous les types de souffrance sous les formes les plus violentes100-p.131. Un Space marines n'a pas besoin de beaucoup d'intimité et partage la quasi-totalité de sa vie avec ses frères de bataille. Ces solides liens confraternels permettent à l'Adeptus Astartes de combattre comme une seule entité et de livrer des guerres impensables pour de vulgaires humains214-p.64. C'est un geste naturel pour un marines de se sacrifier pour protéger ses frères de bataille102-p.155. L'organisme augmenté des Space marines interdit même aux Genestealers de pratiquer toute interaction avec eux340-p.173. Toutefois, en dépit de leur endoctrinement et de leur entraînement, certains marines exilés par leur chapitre en raison de graves manquements, deviennent des renégats. Privés de tout signe distinctif, ils exercent le plus souvent leurs compétences en tant que mercenaires à travers la galaxie pour le compte de tyrans à la petite semaine212-p.393. Un Space marines est une puissance énorme contenue par un carcan de bonnes manières, luttant pour empêcher sa force surhumaine de se déchaîner : en société, un marines est en mesure de déguster une infusion de plantes dans une tasse en porcelaine en soulevant le petit doigt260-p.352. Toutefois, si certains chapitres tels que les Ultramarines ont pour raison d'être la préservation de la vie humaine lors de leurs opérations, d'autres, comme les Blood Angels ou les marines Malevolent, ont tendance à oublier qu'ils ne sont pas que des tueurs assoiffés de sang210-273. Certains marines pensent que si toutes les guerres étaient gagnées, ils se jetteraient les uns sur les autres240-p.32. Les Astartes ne sont pas particulièrement doués d'imagination. D'ingéniosité tactique peut-être. De créativité dans la réalisation stratégiques de défenses. Mais les notions de fantaisie et l'élégance des représentations créatives sont laissées aux humains25-p.277. Cependant, croire que les Space marines ne sont que des tueurs géno-engendrés reviendrait à les sous-estimer grossièrement. Leurs commandants sont des êtres de grand talent et d'ambition. S'ils étaient libres d'agir de leur propre autorité, ils n'apprécieraient pas de devoir à nouveau rendre des comptes17-p.86. La plupart des Astartes font de leur chambre d'armement un endroit de méditation et d'entrainement, rempli des souvenirs des victoires, gardés aux côtés de leur arsenal personnel24-p.300. Expressions populaires chez les marines : Tomber de Warp en Maelström304-p.219 Par les Dents de Dorn !304-p.271 Pour prendre une bourgade, envoyez un guerrier ; pour prendre une ville, envoyez une escouade ; pour prendre un monde, envoyez une compagnie ; pour soumettre une culture, envoyez un chapitre19-p.39 Vandire m'en soit témoin !270-p.97 Au nom du Trône !21-p.234 Par les os de Russ !231-p.12 Nous ne connaîtrons pas la peur !405-p.91 Retour sommaire RELATIONNEL La vue d'un membre de l'Adeptus Astartes en mouvement constitue un choc pour n'importe quel individu : aucun être d'apparence humaine ne devrait être aussi rapide, aussi preste, aussi puissant, et particulièrement pas un être haut de plus de deux mètres, bardé de plus d'armure que quatre n'auraient pu en porter. La vue d'un Astartes est une chose, prendre conscience de leurs mouvements en est tout à fait une autre. Les psychologues appellent ce phénomène la peur transhumaine, qui fige un homme, le rive sur place, provoque une fermeture de son esprit sur lui-même et lui fait perdre le contrôle de sa vessie et de ses intestins16-p.317. La présence même d'un simple Astartes au milieu d'humains provoque tout un panel de réactions extrêmes, depuis la servilité la plus écœurante jusqu'à la terreur la plus abjecte100-p.105. Très peu d'hommes peuvent se vanter de s'être tenus dans l'ombre d'un Space marines ou même d'avoir parlé à l'un d'eux, ne serait-ce que brièvement220-p.118 . Les gens les appellent parfois les "Anges de l'Empereur". Toutefois, ils n'ont rien d'angéliques. Ils évoquent l'incarnation de la mort. Ils sont comme des dieux mortels, comme quelque chose sorti des Écritures qui aurait pris vie220-p.119. Les combats des Space marines résonnent d'un bruit particulier, ils sont emplis des rugissements agressifs et amplifiés, des trépidations sonores des bolters, du choc des armes énergétiques28-p.363. Beaucoup de marines manquent totalement d'empathie envers les craintes que peuvent ressentir les humains présents sur un champ de bataille. En s'élevant si haut au-dessus du commun des mortels, les marines ne sont pas haut dessus d'un excès de vanité213-p.42. Les Space marines représentent bien plus qu'une simple force militaire. Ils sont les êtres vivants les plus proches de l'Empereur que les humains pourront jamais voir. La vue d'un Astartes donne corps aux légendes : si les Astartes sont réels, alors l'Empereur l'est aussi. Et si l'Empereur est réel, l'Humanité peut oser espérer pour son éventuel salut100-p.115. Pour la majorité de l'humanité, les marines représentent un pouvoir souverain mais éloigné. Ils sont les défenseurs de l'histoire et des légendes. Il n'est donc pas étonnant que les humains soient si mal à l'aise quand ils se rendent compte que les Space marines sont bien réels303-p.144. Les Spaces marines font l'objet d'un culte et d'un intérêt ludique chez les plus jeunes dans tout l'Imperium. Nombreux sont ceux qui possèdent des objets en relation avec l'Astartes comme des figurines moulées en métal ou des livres comme l'Insignum Astartes : Uniformes et héraldique des Spaces marines. Cet ouvrage contient des images de guerriers en armure, capturées par des appareils vidéo ou reproduites en illustration. Il donne le détail des symboles des légions, de leurs bannières et de leurs insignes ainsi que quelques faits basiques sur la nature des Astartes et leurs doctrines de combat. Certains collectionnent des objets rares ayant été en contact avec un marines comme des douilles de bolt16-p.103,105. Toutefois, le mot qui résume le mieux les relations entre humains et Space marines est la mesquinerie : ils sont diligents et accommodants l'espace d'une minute, puis hautains et distants la suivante, comme tiraillés sans cesse entre leur farouche indépendance et leur loyauté envers l'Imperium104-p.274. Retour sommaire PHYSIOLOGIE Accélération Cette capacité spécifique aux psykers des chapitres Space marines consiste en un courant d'énergie déployé sur le champ de bataille capable de métamorphoser son utilisateur en une véritable tornade de destruction271-p.219. Appareil respiratoire L'arbre bronchique aux ramifications démultipliées des marines leur permet de ne pas avoir à respirer durant presque une demi-heure301-p.246. Il permet la conversion osmotique de l'oxygène et disperse les toxines301-p.241. En cas d'hypoxie ou d'étouffement, les réactions autonomes du marines se déclenchent. Sa gorge se ferme et isole son appareil respiratoire principal. Les organes implantés auprès des poumons géno-améliorés prennent le relais : ils siphonnent le peu d'air qu'il y reste et détournent cet oxygène directement vers le cerveau. Un choc électrochimique redonne vie à son corps, une fibrillation auto-induite, afin que ses membres fonctionnent de nouveau25-p.131. Les marines peuvent même survivre pendant une brève période dans le vide absolu de l'espace304-p.156. A cet effet, il est de coutume qu'ils bénéficient d'une sorte d'hostie chimique délivrée par les prêtres du chapitre stimulant la glande mucranoïde, et changeant leur transpiration en un composé complexe qui défend la peau contre les rigueurs des températures extrêmes271-p.149. Carapace noire La majeure partie du corps d'un Space marines est engoncée dans une carapace de métal noir et flexible, située entre la peau et la chair230-p.235. Elle réside sous l'épiderme et le derme du Space Marine, enfouie parmi les tissus sous-cutanés33-p.427. Les nombreux nodules de plastacier qui en émergent servent d'interface avec l'armure230-p.235. La seule partie vitale non protégée par la carapace noire est la tête. Les cœurs, l'estomac, la poitrine et tous les organes internes du marines sont à l'abri de tous les coups contondants, même les plus puissants303-p.115. Cerveau Les Space marines ont été créés pour être les combattants ultimes et il serait aisé de ne les considérer que comme des exécuteurs génétiquement améliorés, dont le seul but est de tuer et de détruire. Mais ils sont bien plus que cela. Leurs esprits eux aussi ont été poussés au-delà de ce que les mortels peuvent en comprendre, et leur cerveau fonctionne d'une façon que personne n'est capable d'imiter17-p.382. Douleur Un Astartes peut s'élever au-dessus de la souffrance : son corps est conçu pour lui permettre de fonctionner sans perte d'efficacité12-p.142. Endurance Un marines à l'entraînement, portant une charge aussi lourde que son armure mais sans servo-assistance, parvient à égaler la vitesse moyenne d'un transport lourd Mastodon sur terrain plat21-p.106. Par ailleurs, un Astartes peut franchir une distance de cent kilomètres dans un environnement montagneux en moins de deux jours, là où un humain ne parcourrait que quinze kilomètres305-p.233. Les Astartes sont géno-forgés pour se battre des jours durant contre des adversaires humains et inhumains24-p.293. Ils sont notoirement résistants306-p.53. Formule sanguine Beaucoup de chapitres ont l'avantage de posséder un sang corrompu. Le fait même de leur infliger une blessure amène leur ennemi à se mettre en danger et même lorsqu'il n'est pas spécifiquement toxique, le grand nombre de modifications alchimiques et génétiques du sang amélioré qui coule dans leurs veines rend malsain pour les humains de s'en approcher trop longtemps201-p.353. Le sang d'un Astartes a une odeur différente de celui d'un humain, il est capiteux et a un parfum métallique beaucoup plus prononcé271-p.37. Glandes de Betcher En cas d'empoisonnement, l'héma-étamine du marines l'irrigue de sang purifié, modifiant la composition de ses constituants. Le cœur auxiliaire et le rein oolithique travaillent de concert à la désintoxication en pompant et en filtrant le sang contaminé. L'empoisonnement provoque un gonflement des Glandes de Betcher situées à l'intérieur du palais. Elles permettent de stocker le poison capté par l'organisme pour une utilisation ultérieure301-p.252,391. Goût La neuroglotte placée derrière la bouche du marines lui permet d'analyser la composition de l'air qu'il respire306-p.33. Cet organe également appelé neuroglande ou la Dévoreuse, permet notamment la détection des toxines, des ennemis cachés ou de la direction dans laquelle ils ont voyagé100-p.239. Lance Elle consiste en l'invocation par un psyker de combat d'un grand épieu de force télékinétique avec lequel il transperce ses ennemis21-p.250. Latéralité Tous les marines ne sont pas droitiers ou ambidextres, certains sont de véritables gauchers17-p.378. Mélanochrome Les marines peuvent s'exposer à des niveaux de radioactivité qui auraient été létaux pour un humain normal au bout de quelques heures10-p.100. Le mélanochrome est un organe qui déclenche un mécanisme biologique visant à brunir le teint et à protéger la peau des brûlures des radiations213-p.148. Grâce à cet organe et au mucranoïde, les marines peuvent vivre dans des environnements mortels pour les humains304-p.155. L'organe mucranoïde ou Tisseur, sécrète de longues protéines qui s'alignent les unes par rapport aux autres afin de recouvrir tout le corps d'une couche cireuse formant une seconde peau lorsqu'elle durcit101-p.173. Mémoire La mémoire d'un Space marines est très précise. C'est une qualité très utile pour se souvenir des plans de bataille ou des informations récoltées lors d'une reconnaissance sur les positions ennemies240-p.271. Chaque Astartes possède une mémoire eidétique24-p.161. Paradoxalement, de nombreux Space marines n'ont plus aucun souvenir de leur vie antérieure dès l'instant où ils reçoivent leur carapace noire. Il ne leur reste que quelques bribes embrumées, le plus souvent un jeu d'impressions qui ne leur permettent pas de retrouver une histoire. Chez d'autres, les souvenirs de l'enfance sont parfaitement clairs. Ils éveillent parfois une certaine mélancolie chez les marines concernés, et quelques regrets de ce qu'ils ont perdu ainsi qu'un indéniable désir de retrouver tout cela un jour ou l'autre240-p.51. La mémoire génétiquement augmentée des marines leur permet d'accéder aux banques de données langagières stockées dans leur cerveau213-p.181. Odorat Les marines peuvent distinguer les différentes effluves composants un même objet grâce à leurs cellules olfactives301-p.51. Omophagea Cet organe hautement spécialisé est implanté juste sous les vertèbres cervicales. Bien que proche de la moelle épinière du marines, cet organe est en étroite relation avec le cerveau et permet au combattant d'apprendre des choses en mangeant. Un réseau de nerfs reliant la moelle épinière et l'estomac permet à l'Omophagea d'absorber le matériel génétique contenu dans des tissus animaux pour en tirer les souvenirs, l'expérience et les capacités innées214-p.381. Ouïe L'ouïe génétiquement améliorée des marines leur permet d'éliminer par filtrage les distorsions causées par leur environnement et leur permet de localiser avec précision la source d'un son213-p.76. Peur Les ajustements génétiques des Spaces marines les prédisposent à n'enregistrer que des niveaux diminués de réponse à la peur. Leur programmation psychologique leur apprend à rejeter cette faiblesse, à résister aux chocs déstabilisants que la peur peut induire19-p.270. De la même façon, il y a bien d'autres émotions simples qu'ils n'éprouveront jamais, notamment face à une femme19-p.423. Les marines ont appris à se rendre maître de leur peur, ils savent comment la prendre, la modeler et la retourner contre l'ennemi. En acceptant parfois de s'en draper, ils en deviennent eux-mêmes une incarnation. C'est pour eux une alliée respectée qui les accompagne dans chacune de leurs sorties et avive leur impitoyable soif de combat270-p.64. Réflexes En cas de menace, les réponses physiologiques transhumaines des Astartes apparaissent sans avoir été sollicitées. L'adrénaline s'élève pour accélérer un temps de réaction déjà formidablement court et la mémoire musculaire se manifeste19-p.19. Résistance au froid La biologie Astartes semble merveilleusement adaptée à la rétention de la chaleur15-p.160. Soins Les énergies mentales d'un marines sont telles qu'en s'appliquant à les diriger selon une routine assimilée au prix de décennies d'étude et d'entraînement, il peut en concentrer le flux à des fins curatives232-p.374. Par ailleurs, des glandes implantées dans le système lymphatique produisent des hormones pour accélérer le processus de guérison, augmenter les réflexes et faire taire toute douleur232-p.140. De par sa physiologie particulière, le Space marines a une conscience exceptionnelle de son propre corps. Il sait avec exactitude quel organe est susceptible d'être touché en cas de blessure271-p.238. En cas de blessure, les cellules de Larraman sont injectées dans le flux sanguin et durcissent au contact de l'air pour former une couche protectrice. L'inconvénient de cette guérison rapide est le risque que des bulles d'air se retrouvent piégées dans les vaisseaux, ce qui peut occasionner une nécrose et une destruction des cellules si le marines ne reçoit pas des soins appropriés dans les meilleurs délais102-p.152. Sommeil Pour permettre aux Space marines de dormir tout en restant aux aguets, en influençant les rythmes circadiens ainsi que les réactions du corps à la privation de sommeil, le nœud cataleptique éteint séquentiellement des zones entières du cerveau. Si ce genre de procédé ne remplace pas entièrement les plages de sommeil naturel, il permet de prendre du repos sans cesser de percevoir l'environnement212-p.149. Ce nodule cataleptique permet également aux marines de rester éveillés des jours de suite304-p.43, environ une centaine d'heures d'affilée sans ressentir de contrecoup négatif302-p.218. Toutefois, le nodule cataleptique n'est employé que pendant les missions prolongées car il diminue la concentration nécessaire au combat102-p.154. Le cerveau peut se reposer et rediriger ses signaux neuronaux vers des zones actives de son cortex303-p.179,185. Un marines est capable de passer du sommeil profond à la vigilance en un clin d'œil213-p.208. Un Space Marine n'est pas censé rêver à la manière des mortels. Les songes des hommes ordinaires constituent un moyen approximatif de gérer les souvenirs et les apprentissages. Un guerrier n'a nul besoin de gérer sa mémoire, car tout y est rangé comme dans une bibliothèque bien tenue. De ce fait, ses rêves manquent de la nature allégorique de ceux des mortels et traitent davantage du quotidien : la maîtrise de nouvelles techniques, accélérée encore par des formations hypnotiques soigneusement calibrées33-p.456. Transe de préservation Les parties du corps d'un marines gravement blessé sont comme occultées dans son centre nerveux : des nerfs se taisent alors que sa physiologie se met en oeuvre pour le garder en vie. C'est une sorte d'état de stase, pas comme celle générée de manière artificielle, quand la chair est refroidie et des agents chimiques anticristallisation injectés dans le flux sanguin pour des vols de longue durée. L'état du marines est une demi-mort, celle des blessés Astartes proches de succomber. Le nodule cataleptique n'a pas pour unique fonction de permettre au marines de se reposer, il le maintient également dans un état étrange où il est à la fois conscient et inconscient de sa situation, en éteignant certaines sections de son cervelet4-p.131. Le corps blessé du marine est alors recouvert d'une sorte de mucus qui forme une mince couche protectrice autour de lui. Cette merveille d'ingénieurie génétique est étanche et résistante aux températures401-p.129. Il est possible de sortir un Astartes de son sommeil grâce au composé chimique Somnambule280-p.92. La transe de préservation provoque une réaction mélanochromatique rendant la peau sombre, presque noircie402-p.36. Transpiration Une pellicule de transpiration chimiquement modifiée permet aux Astartes de se rafraîchir durant l'effort21-p.106. Vieillissement / mortalité Les Space marines vieillissent bel et bien, mais bien plus lentement que les mortels214-p.96. En engendrant ses Space Marines, l'Empereur les a créés forts, mais ils ne sont pas indestructibles. Pas plus que ne le sont leurs Primarques32-p.18. Par ailleurs, les Space marines sont aussi mortels que toute chose vivante, ils mettent simplement plus de temps à mourir23-p.439. Toutefois, l'espérance de vie d'un Astartes n'a jamais pu être réellement mesurée. Il semble que pas un seul d'entre eux ne soit jamais mort de vieillesse. Ce serait un échec pour eux103-p.188. Personne n'a jamais pu mesurer jusqu'où pouvait s'étendre la longévité tirée du métabolisme ralenti des Space marines. La plupart de ces guerriers finissent par trouver la mort au combat ou, si le poids des ans se fait trop lourd, ils choisissent l'exil et une mort volontaire240-p.303. Vivres Les marines n'ont pas besoin de rations quotidiennes comme les humains, ils peuvent s'en passer durant de longues périodes301-p.45. Ils peuvent pratiquement être affamés et poursuivre leur progression à marche forcée, se battre et tuer26-p.214. Toutefois, ils tirent du plaisir à prendre un repas chaud ou peuvent manger occasionnellement de la viande crue afin d'en tirer davantage de bénéfices nutritionnels213-p.52. Leur anatomie modifiée leur permet de profiter des nutriments qui se trouvent dans des plantes, des animaux et même des éléments inorganiques qui auraient tué n'importe quel être humain10-p.100. La nourriture et les boissons Astartes sont des poisons pour les humains. Leur composition chimique est incompatible avec une physiologie mortelle502-p.189. Vue Les marines sont en mesure d'emmagasiner des données par le biais de leurs yeux. D'un simple cillement, ils peuvent enregistrer des informations ou des visages dans le cadre d'une reconnaissance de cible301-p.48. Par ailleurs, il semblerait qu'ils soient capables de percevoir des objets au travers de matériaux de faible densité tel que le tissu301-p.50 et de distinguer radiations et variations thermiques301-p.59. La vue améliorée des Astartes leur permet de percer l'obscurité sans mal213-p.43. Des implants leur permettent d'y voir presque comme en plein jour304-p.54. Ces occulobes de vision accrue sont greffés derrière les rétines270-p.49. Des membranes transparentes, sortes de secondes paupières translucides, peuvent se refermer sur les yeux des marines pour les protéger231-p.172 ; 232-p.20. Retour sommaire ARMEMENT Armes à lame tronçonneuse Les armes à lame tronçonneuses fonctionnent grâce à des cellules énergétiques291-p.102. Elles possèdent des dentelures en alliage de tungstène271-p.134. Il est possible de régler ces armes grâce à une rune pour la faire basculer de la position "tissus tendres" à la position "plaques d'armure". Cette seconde position libère une deuxième rangée plus épaisse de dents aiguisées. Toutefois, une telle arme ne peut que griffer la peinture d'une armure de céramite composite, même si elle est capable de déchiqueter aisément le treillage de fibres des articulations, ou les câbles d'alimentation exposés14-p.48. Une masse s'avère plus efficace, en écrasant la céramite et les os avec la même vigueur25-p187. Armure tactique Dreadnought ou armure Terminator L'armure Terminator a été développée à partir d'une exo-armure totalement étanche dédiée à la maintenance interne des réacteurs à plasma29b-p.53. Elle possède une source d'énergie interne, une des raisons pour laquelle elle est infiniment plus efficace que l'armure énergétique280-p.255. Ce modèle d'armure a été conçu pour l'assaut direct. Bardée de plaques de céramite et d'adamantium épaisses de plusieurs pouces et donc de dimensions importantes, cette armure est lente et pesante, mais est impossible à arrêter. Le porteur d'une telle armure sacrifie sa célérité, sa dextérité et sa liberté de mouvement au profit de l'invulnérabilité contre pratiquement toute attaque balistique5-p.92. Toutefois, aussi impossible que cela puisse paraître, un guerrier puissant et suffisamment enragé peut forcer une armure Terminator à réagir contre sa volonté et courir, poussant les articulations de l'armure au-delà des limites de l'endurance de la céramite280-p.395. Des systèmes d'armement massifs sont intégrés aux épaules, aux bras et aux gantelets1-p.159 ; 10-p.257. Il est dit que le Primarque Fulgrim les a détestées dès le premier jour en raison de leur inélégance5-p.92. Un marines porteur de ce type d'armure mesure près de trois mètres302-p.148. Malgré toute la sophistication de ses senseurs, l'armure réduit considérablement la vue naturelle du porteur. Sa vision périphérique est limitée par la largeur des épaulières. Le marines ne peut tourner la tête que légèrement sur la gauche ou la droite. Impossible également de regarder en haut ou vers le bas sans incliner son torse. Il ne peut pas regarder derrière lui à moins de se retourner complètement, ce qui fait des visionneuses-pict de son escouade une source inestimable de points de vue alternatifs de son environnement. Ce n'est pas seulement pour une question de prestige que l'utilisation de ces armures est réservée à la 1ère compagnie, car l'inexpérience est aussi dangereuse qu'un coup direct de canon laser101-p.100. Armure Terminator modèle Cataphractii : un Cataphractii (du grec kataphractos qui signifie vêtu de mailles, littéralement clos de tous côtés) est un Terminator dont les énormes protections d'épaules en lorica segmentata (nom de la cuirasse segmentée utilisée par les légions romaines) s'élèvent au-dessus d'un casque à cimier. Des ptéruges (lanières de cuir ou de métal portées sous la Lorica segmentata ou tombant sur le haut des bras comme des épaulettes) de cuir clouté et des pans de maille protègent les joints les plus faibles19-p.217. L'armure, faite de plaques renforcées et d'épaulières en demi-fût, est conçue pour les attaques frontales. Elle est encombrante et revient à porter sur soi un char de combat dépourvu de chenilles, mais en possédant toute la résistance et la puissance d'arrêt. Aucun guerrier revêtu de cette armure ne peut se relever sans assistance en cas de chute20-p.16. Armure Terminator modèle Indomitus : les premiers modèles de cette armure ont été forgés lors des derniers jours de la grande Guerre de l'Hérésie. Elle possède un heaume à la forme anguleuse caractéristique et un plastron imposant404-p.125. Armure Terminator modèle Aquila : cette imposante variante Cataphractii était portée par les membres de la Legio Custodes au 31ème millénaire. Ces armures disposent de hallebardes et d'incinérateurs aux gueules d'aquila33-p.92. Armure énergétique Les Space marines portent leur armure faite d'une demi-tonne de céramite405-p.127 comme s'il s'agissait d'une cape ou d'un vêtement. Ils sont en mesure de bouger comme si leur armure était était leur propre peau. Ils ne semblent pas être encombrés, leurs mouvements sont fluides et leurs réactions agiles. En comparaison, les mouvements des humains ayant accès aux armures énergétiques, comme les inquisiteurs, semblent patauds306-p.136. Pour un marines, son armure est bien davantage que ce qui le protège des balles et des coups de lame de ses ennemis. L'armure devient partie intégrante du guerrier qui l'endosse. A la mort de son dernier porteur, il est d'usage qu'on la répare afin qu'un autre guerrier en hérite pour combattre au nom de l'Empereur213-p.261. Le marines porte une combinaison moulante équipée de tous les branchements pour recevoir une armure énergétique213-p.390. Les ports de connexion qui relient le corps géno-amélioré du Space marines à son armure courent le long de sa colonne vertébrale, sur ses épaules et sur son torse. Ils ont besoin d'être régulièrement entretenus25-p.287. Bien que l'armure énergétique ait été conçue pour être portée des jours, des semaines, des mois mêmes, si nécessaire, cela ne signifie pas pour autant que ce soit plaisant au bout de quelques semaines. Les déchets sont minimisés en régulant les absorptions, mais le vrai problème vient des escarres sur la peau, lesquelles ne peuvent être nettoyées ou désinfectées sans que l'ensemble ne soit déconnecté et détaché, segment par segment280-p.381. La plupart des plaques d'armures des Astartes sont faites de céramite rare, dont le principal composant est le procéocite100-p.71. Les plaques de céramite des armures peuvent à peu près tout encaisser : tirs de fusils laser, bolts, mais elles ne sont que du papier face à une lame énergisée250-p.261. Par ailleurs, elles peuvent être tranchées par des haches maniées par des orks aux muscles puissants200-29 et peuvent être éventrées par des projectiles d'autocanon302-p.95. Les points faibles des armures sont les joints flexibles, les lentilles renforcées et les creux entre les plaques18-p.110. Les gantelets sont munis de capteurs transmettant la sensation du toucher à la pulpe des doigts et de détecteurs de température18-p.251. Les larges bottes blindées sont dotées de stabilisateurs gyroscopiques271-p.40. Les semelles sont dotées d'électro-aimants qui peuvent se mettre en charge sur une simple impulsion neurale subconsciente19-p.19. Les épaulières auto-réactives sont constituées d'un maillage d'adamantium recouvert de céramite304-p.298. Elles sont fixées à des stabilisateurs qui ajustent constamment leur position pour offrir un angle de vue optimal et une liberté de mouvement total, tout en formant un bouclier impénétrable contre les attaques de flanc303-p.33. Des lampes-torches au sodium peuvent être fixées dessus272-p.287. Les armures dispensent des baumes apaisants en cas de blessures212-p.303. Les analgésiques se répandent dans le système sanguin depuis les ports d'injection d'intraveineuses situés aux poignets, près des clavicules et le long de la colonne24-p.79. Leurs biosystèmes peuvent exécuter des routines de purification, évacuant les toxines via les glandes sudoripares modifiées placées sous la peau du marines, et injectent des stabilisateurs métaboliques dans ses veines10-p.99. Par ailleurs, des packs de nutriments peuvent être injectés par un port de l'armure. Ses mécanismes font le reste : les aliments passent lentement dans le flux sanguin et restaurent ce qui doit l'être28-p.318. De plus, les apothicaires peuvent ouvrir un panneau situé sur le côté du paquetage dorsal afin d'accéder aux contrôles de traction et de compression des fibres musculaires artificielles de l'armure et ainsi réduire une fracture ou remettre en place un membre désarticulé102-p.145. L'armure étanche de l'Adeptus Astartes dispose d'un système respiratoire interne et de réserves d'oxygène indépendantes270-p.84. Elle est étanche à l'air, et par conséquent à l'eau25-p.131. Elle maintient une température parfaitement régulée et presque constante100-p.426. Un Space marines ne dégage aucune odeur, de suie, d'huile mécanique des articulations de l'armure, ou de transpiration entre la peau et le gainage intérieur de l'armure. Il n'y a aucun dégagement de chaleur corporelle15-p.46. Les tampons inertiels de l'armure permettent à celle-ci de se verrouiller automatiquement en cas d'explosion et de résister à la puissance de son souffle19-p.164. L'armure hydrate son porteur en recyclant les secrétions de son corps avant de les lui réinjecter sous la forme de nutriments101-p.283. Le recyclage de l'humidité du corps par l'armure permet également de rafraîchir son porteur12-p.23. Un marines peut marcher indéfiniment tant que son armure continue à lui fournir de l'énergie304-p.277. L'oxyde d'aluminium calciné est une poudre de finition dont l'usage est particulièrement efficace pour le polissage des armures énergétiques. Cette poudre est également très efficace sur les matériaux les plus durs, tels que les silicones et l'acier trempé9-p.236. Armure MkI : armure à énergie qui enferme le torse et les bras du porteur en raison de l'importance primordiale de ces parties du corps lors des combats rapprochés qui se sont déroulés durant l’Ère des Luttes. Les plaques d'armure sont faites de bronze poli, d'énormes paquetages dorsaux ventilent la chaleur excédentaire et des plumets écarlates sont posés au sommet des casques. L'armure MkI a évolué au fil du temps : elle est devenue intégrale et permet au combattant d'être isolé des éléments extérieurs par un ensemble de plaques savamment agencées10-p.281,285,298. Armure MkIII : l'armure de fer est trapue et lourde, presque primitive comparée aux armures de classe Maximus14-p.489. Les légions se plaignaient que l'armorum ferrum était trop inconfortable et encombrante pour être utilisée quotidiennement en situation de combat. Mais elle était aussi, visuellement, le plus agressif de tous les modèles. Certaines légions appréciaient plus que tout cette brutalité d'aspect et désiraient le conserver en tant qu'uniforme pour leur gardes de cérémonie ou pour leurs unités d'assaut de pointe22-p.208. Armure MkIV : le modèle Maximus est une merveille technologique dont les auto-senseurs demandent néanmoins un certain nombre d'ajustements pour s'adapter aux préférences personnelles de son porteur. A titre d'exemple, elle est capable de déterminer le monde-forge sur lequel a été produit un Rhino et la densité de l'alliage dont sa coque se compose. Elle peut être complétée par un casque modèle Sarum dont la plaque faciale donne toujours à son porteur l'impression de sourire24-p.61,80. Les MkIV n'ont jamais été des armures silencieuses : elles sont caractérisées par le ronronnement grinçant des servomoteurs et le grésillement électrique des câbles d'alimentation. Toutefois, elles sont encore plus bruyantes lorsqu'elles sont endommagées22-p.279. Leur supériorité génétique et un régime strict de compléments chimiques maintiennent le corps d'un Astartes au sommet de sa condition, mais beaucoup des produits introduits dans les dispensateurs des armures MkIV nécessitent une stimulation physique pour amorcer la réaction métabolique chez leur destinataire5-p.209. Armure MkV : durant la Grande Croisade, en l'absence de lignes d'approvisionnement pour fournir les légions, le Mechanicum a regroupé toutes les modifications de fortune et non-standard sous l'appellation MkV18-p.389. Armure MkVI : cette armure a été baptisée modèle Corvus, non pas à cause de son casque à forme de bec, mais en l'honneur du Primarque de la Raven Guard, en remerciement pour le rôle que la légion a joué et pour les pertes subies lors des tests de ces prototypes d'armure. Ce modèle est très peu différent au premier abord du modèle MkIV. Toutefois, de subtiles différences apparaissent concernant la forme et la jonction des plaques, le matériau plus épais des joints flexibles, les jambières solides couvrant jusqu'aux genoux. Par ailleurs, l'épaulière gauche est renforcée de rivets, les systèmes intégrés sont bien plus efficaces, les câblages externes sont suppléés par des connexions à l'intérieur même de l'armure sans compromettre les performances ni ajouter un surplus de poids excessif. Les autosenseurs ont également été améliorés, notamment les capteurs auditifs et olfactifs, ainsi que ses capacités en matière de discrétion18-p.389. Armure modèle Praetor : cette variante était fabriquée dans le système de Véridia à l'usage exclusif des Ultramarines durant la Grande Croisade19-p.18. Armure modèle Crusader : ces larges et épaisses carapaces étaient affectionnées par les Legiones Astartes11-p.16. Armure légère : ce modèle est destiné aux unités de Space marines furtifs271-p.173. Combinaison de saut modèle Thyrsis : cette combinaison est spécifique à la 1ère légion . Les arsenaux des Dark Angels renferment des équipements inconnus de toutes les autres. Ils ont été les premiers crées et leur histoire précède celle de toutes les autres légions Astartes. Ils ont été, à bien des égards, le prototype. Durant les dernières années des guerres d'Unification et les premières de la Grande Croisade, avant que les autres légions n'aient été créées, ils ont connu et accompli des choses dont aucune autre légion n'est au courant. Leurs forces et leur identité se sont bâties durant cette aire, de façon isolée11-p.272 ; 27-p.167. Bolter Pour un Space marines, le bolter représente largement plus qu'une simple arme. C'est un instrument divin de la volonté de l'Empereur, un canal par lequel les foudres de Son courroux sont susceptibles de s'abattre sur ceux qui défient l'Imperium212-p.29. Il est l'instrument de la nature divine de l'homme, la preuve du droit qu'a l'humanité à régner sur les étoiles, le porteur de mort dont l'aboiement est comme une incantation aux dieux de la guerre304-p.113. Cette arme d'une puissance emphatique et d'une simplicité presque réductrice symbolise à elle seule la supériorité impériale et l'Unification de Terra. Il est l'arme de l'Astartes, pas exclusivement, mais porte quand même leur griffe. Peu d'hommes ordinaires ont la carrure requise pour en utiliser un15-p.189. Sans géno-amélioration, un homme adulte serait incapable d'utiliser un authentique bolter de l'Astartes18-p.365. Toutefois, ce dernier peut-être rendu utilisable par un humain grâce à une série de suspenseurs de la taille d'un ongle fixé à la crosse. Ces pastilles antigravitiques d'une grande rareté contrebalancent le poids de l'engin280-p.31. Le bolter est l'arme brutale et mécanique d'un âge passé, durable et fiable, n'intégrant que très peu de pièces sophistiquées qui lui feraient risquer l'incident ou l'enrayement. Sa technologie brute, au lieu d'avoir été dépassée et remplacée par des systèmes d'armes modernes et complexes, a simplement été perfectionnée et portée à niveau. Un Astartes armé d'un bolter équivaut à un homme armé d'un fusil, le tout exagéré dans des proportions cauchemardesques15-p.189. Son mécanisme de fonctionnement n'a guère évolué depuis bien avant l'âge de la Longue Nuit21-p.58. Ses effets sur des humains non modifiés, non améliorés, non pourvus d'armures, tiennent de l'excès de brutalité. Il a été conçu pour des guerres post-humaines19-p.194. Le système de visée du Bolter est asservi au casque de l'armure du marines214-p.24. Lorsqu’il n'est pas utilisé, le Bolter est fixé magnétiquement sur le côté de la cuisse33-p.222. Bolter lourd modèle Drako : la légion des Luna Wolves était notamment équipée de cette arme21-p.16. Bolter MkVb modèle Godwyn270-p.64 : modèle le plus couramment utilisé au 41ème millénaire280-p.31. L'arme dispose d'un support magnétique où les marines fixent leur couteau afin de les transformer en baïonnette270-p.107. Bolter modèle Umbra : modèle vénérable, parfois jugé rudimentaire et archaïque après les nécessités de l'Hérésie401-p.73, étant dénué des augmentations et intégrations qui ont suivi les améliorations des armures énergétiques405-p.16. Toutefois, bien qu'il lui manque la finesse et le raffinement d'autres modèles, celui-ci est fiable et remplit son office401-p.73; 405-p.16. Bolts Chaque Astartes porte normalement assez de munitions pour n'importe quel type d'engagement, puisque aucun tir ne se perd et que chaque cible succombe normalement au premier bolt2-p.149. Bolts traqueurs à propulsion gazeuse : utilisés principalement par les scouts, leur tête est constituée d'un noyau de mercure qui pénètre silencieusement les plaques d'armure et les chair sans exploser102-p.98. Bolts à tête chercheuse : ces projectiles contiennent un cogitateur miniature capable de diriger le bolt vers la signature thermique d'une cible102-p.268. Bolts Vengeance : ces projectiles au noyau instable mais redoutablement efficace sont capables de pénétrer les blindages les plus épais101-p.15. Bolts Bloodshard : la Garde Sanguinienne, équipée de bolters Angelus montés sur leur poignet, utilise ces bolts dotés d'une tête à masse réactive qui explose à chaque impact en centaines de monofilaments à charge magnétique21-p.26. Bolts Banestrike : munitions anti-blindage33-p.187. Bombe à lave Ces obus perforants tirés par les barges Astartes contiennent un générateur à fusion qui, à l'impact, produisent plusieurs gigatonnes d'énergie explosive plus brûlante qu'une étoile. Si on leur en laissait le temps, de tels projectiles peuvent fissurer la croûte d'une planète101-p.56. Bombe au phosphex Ce cylindre noir de métal brossé de la taille d'une tête d'humain est une arme incendiaire capable de faire fondre la pierre25-p.344. Le phosphex est un gaz de combat extrêmement inflammable appelé la “mort rampante”. Il ressemble à un nuage de vapeur rosée, une brume pastel qui glisse au niveau du sol sans se dissiper330-p.168. Carabine modèle Brontos Cette carabine de sniper est lourde et difficile à employer, mais son poids va de pair avec une grande puissance d'arrêt. Elle est chargée à l'aide de bolts spécialement conçus. Une pompe ajoutée à l'intérieur de la crosse compense la portée réduite par un supplément de propulsion pneumatique. Une glissière d'armement permet un rechargement rapide en cas d'urgence26-p.90. Fusil à gravitons Cette arme, utilisée par les légionnaires, libère des rafales de gravité hyperdense, pliant structures et êtres vivants pris dans son champ de gravité comme s'ils avaient été écrasés32-p.27. Grenades Grenade à gravitons : elle provoque une orbe d'anomalie gravitationnelle qui enfle jusqu'à un rayon d'un mètre, et multiplie par mille la masse de la cible visée. La sphère de matière ultra-dense se compacte sur elle-même comme le cœur d'un astre à neutrons et réduit à néant la cible29b-p.166. Grenade Frag : grenade anti-personnel, explosant dans une grêle de milliers de morceaux de métal, minuscules et mortels340-p.175. Grenade Krak : grenade anti-char conçue pour détruire des structures ou des véhicules blindés340-p.175. Griffe énergétique Cette arme consiste en de longues griffes segmentées portées sur les gants. Une fois alimentées, ces griffes sont parcourues d'éclairs bleutés. Une griffe pèse sept kilos et fait trois fois la taille d'une main humaine301-p.143. Micro-grenades Ces petits disques ovales sont de véritables bombes à fragmentation, équipées d'un détonateur. Elles sont transportées dans un distributeur intégré à la ceinture du marines231-p.18. Pavois d'abordage Ce bouclier est une énorme plaque de plastacier montant aux deux tiers de la taille d'un Space marines, et possédant une fente verticale à son sommet du côté droit, permettant de caler le canon d'un bolter. Le bouclier dispose d'un relais optique permettant à son porteur d'observer l'ennemi tout en restant protégé. Le pavois trouve tout son intérêt lors de combats dans les entrailles d'un navire22-p.46,112. Retour sommaire EQUIPEMENT Casque Il se fixe sur l'armure par un mécanisme situé sur la nuque301-p.89. Des connecteurs neuraux plongent alors dans le cortex du marines, lui faisant don d'une vision améliorée30-p.289. Les capteurs des visières peuvent évaluer les distances et les archiver, scanner et baliser le terrain301-p.89, et possèdent un mode de vision nocturne301-p.148. Les autres modes de vision sont l'électrochimique, l'ultraviolet, l'infrarouge, la vision prédatrice et l'écho localisation auspex24-p.58 ; 272-p.314. Des dispositifs de visée à l'intérieur des visières peuvent sélectionner des cibles prioritaires301-p.312. Le mécanisme des évents du casque modèle MkVII peut être inversé pour expulser les impuretés qui en bouchent les orifices301-p.94. Le casque possède une mémoire vive capable d'emmagasiner des données301-p.98 et dispose d'un lien cyber-data permettant l'échange d'informations numériques entre membres d'une même escouade301-p.117. Toutefois, seuls l'officier de commandement et le médecin de l'unité ont accès au flux télémétrique à courte portée indiquant le statut de l'armure de chaque membre de l'escouade : vert pour normal, ambré pour détérioré, rouge pour critique21-p.222. Le côté gauche du casque contient le relais du communicateur18-p.479. Une entrée d'échantillonnage atmosphérique est intégrée à la grille du casque21-p.231. Le comm-vox d'un casque, à son volume maximum, peut faire éclater les veines des tempes d'un homme et réduire ses dents en poussière306-p.84. Communications Chaque escouade dispose d'une fréquence distincte, avec un dispositif de prise de priorité sur un canal commun301-p.307. Pack dorsal L'unité énergétique M37 à montures dorsales est associée à l'armure MkVII301-p.204. Le générateur atomique qu'elle contient produit un bourdonnement continu qui, au fil des siècles, finit par être complètement oubliée par son porteur mais peut trahir sa présence auprès de l'ennemi100-p.243. Au sommet du générateur dorsal peuvent être placés certains artefacts comme le Halo de Fer, constitué d'adamantine, qui produit un champ d'intégrité autour de son porteur. L'activation de cet instrument, par simple commande neurale, est un gouffre en terme de consommation d'énergie et fait dangereusement baisser la puissance de l'armure et augmenter sa température interne. A terme, si le point de surchauffe est atteint, les systèmes de l'armure s'arrêtent automatiquement pour éviter une explosion atomique100-p.427,435. Réacteurs dorsaux S'ils sont parfaits pour permettre aux escouades d'assaut d'effectuer des frappes linéaires d'une rapidité et d'une précision exceptionnelles, ils ne sont cependant pas conçus pour les manœuvres aériennes complexes304-p.104. Lorsque le marines d'assaut bascule ses jambes devant lui, les moteurs vectoriels des réacteurs dorsaux pivotent vers le sol pour ralentir la chute10-p.52. Réductor Cet appareil médical sophistiqué possède une perceuse à pointe de diamant, des aiguilles rétractables, des scies à os monomoléculaires et des scalpels laser. Malgré son apparence macabre, il permet de prodiguer les premiers soins, d'effectuer un diagnostic, de détecter toute forme d'infection, d'administrer des analgésiques, de réaliser des transfusions sanguines ou des amputations sur le champ de bataille. Par ailleurs,son enveloppe en céramite dissimule toutes sortes d'antitoxines, de sérums et de liniments. Un frère apothicaire porte cet équipement au bras, à la manière d'un gantelet, sa force lui permettant de le soulever sans effort330-p.34. Cet outil destiné à la récolte des glandes progénoïdes, est susceptible d'être utilisé comme une arme. Il est doté d'un projectile en titane conçu pour traverser les couches de céramite et de plastacier d'une armure énergétique. A bout portant, il traverse la cage thoracique du marines et projette ses organes à terre. Il représente souvent la seule option honorable pour un frère de bataille trop meurtri pour pouvoir espérer la guérison271-p.115. Téléporteurs Ces antiques machines permettent à de petits groupes ainsi qu'à leur cargaison de se transporter d'un lieu à l'autre, sans avoir à passer par l'espace séparant les deux points. Ces instruments sont à la fois rares, précieux et capricieux. Seules les compagnies de Terminators les utilisent et uniquement lors des missions les plus urgentes et importantes231-p.96. Le flux de téléportation a tendance à couper la respiration des marines au moment de la transition. Ils sentent leur corps se liquéfier, chaque atome de leur corps devient évanescent et pendant un seul millième de seconde, ils ne sont plus qu'un ensemble de particules libres flottant dans un océan poisseux d'antimatière. Puis, en une fraction de seconde, ils redeviennent un tout cohérent, l'équilibre est rétabli aussi vite qu'il a disparu272-p.321. La téléportation donne l'impression d'être poussé à travers les mailles d'un tamis électrifié. Il se produit toujours un bang à l'intérieur du cerveau comme celui d'une bombe à fusion. Il reste dans la bouche comme un arrière-goût de bile et de papier brûlé19-p.425. Certains frères sont victimes des perturbations dans le flux et se transforment en amas de chair et de céramite fusionnées, résultat d'une réintégration incorrecte. Ces marines sont abattus comme des animaux malades272-p.321. La superposition téléportative est réputée être la douleur la plus inimaginable qui soit, capable de faire hurler un Astartes sans la moindre retenue19-p.426. Retour sommaire PROCEDURES Codex Astartes La plupart des chapitres suivent les enseignements du Codex Astartes : il s'agit d'un énorme tome long d'un mètre, assez profond pour accueillir pleinement trente centimètres d'épaisseur de page. L'or brillant borde la couleur chaude du cuir et les pages sont d'un fin vélin, portant encore l'odeur de la bête dont il a été tanné. Rédigé à l'origine par Roboute Guilliman, Primarque des Ultramarines, il contient des doctrines tactiques, des régulations et ordres de combat imposant des directives strictes quant à la manière dont chaque guerrier et chaque escouade doit opérer au sein du chapitre. Il s'agit d'un ensemble de règles prédéterminées, constituant une ressource inestimable de savoir. Absolument tout, des couleurs des uniformes à la description des manœuvres militaires, en passant par le rôle exact que doit tenir chaque guerrier sur le champ de bataille, est consigné dans ces pages sacrées213-p.46. Toutefois, Guilliman ne souhaitait pas que son ouvrage se substitue à la raison et à l'initiative16-p.11,15,64. Guilliman écrivait beaucoup, il codifiait tout. Son intention était de tout compiler et de tout systématiser19-p.38. Des siècles de sagesse sont renfermés dans ces écritures, Guilliman en a écrit les premiers passages alors qu'il n'était qu'un jeune garçon214-p.74. Il est plus qu'un simple ouvrage, ses enseignements ont été les bases sur lesquelles s'est bâti l'Imperium à la suite de la Grande Hérésie. Ses mots furent le ciment qui a maintenu la cohésion des troupes loyales à l'Empereur lorsque les rebelles furent vaincus. Le Codex Astartes lie chacun des mille chapitres entre eux, il leur donne une cause commune, une connexion avec le passé et avec les autres. Chaque chapitre, qu'il le sache ou pas, doit son existence au Codex214-p.76. Principes issus du Codex Astartes La consécration du chapitre comme organisation standard des Space marines : un chapitre ne compte que mille frères de bataille. Il faut ajouter à ce personnel combattant les officiers et le personnel subalterne (serviteurs, scribes, techniciens et fonctionnaires). Au total, il n'est pas rare qu'un chapitre dépasse les sept milles individus211-P.22. Il souligne à quel point il est important que chaque poste soit tenu par l'individu le mieux adapté, sans se soucier du rang211-p.25. Il signale à de nombreuses reprises la nécessité de toujours rester en mouvement sur le champs de bataille211-p.289. Si vous commencez avec un nombre élevé de soldats et terminez avec ne serait-ce qu'une seule victoire, vos pertes sont acceptables19-p.35. L'information apporte la puissance. La théorie technique apporte la victoire19-p.38. Lorsque l'avantage leur appartient, ne vous acharnez pas16-p.54. La loi des moyens nécessaires : Le combat se gagne par tous les moyens nécessaires. En fin de compte, rien ne doit être exclu si ce refus mènerait à la défaite. Guilliman a souvent songé à supprimer cette règle car il craignait que la postérité la retienne comme une façon de justifier n'importe quel acte19-p.278. Les écrits de Guilliman expliquent souvent combien il est important de reconnaître la "moins pire" des options et de la saisir405-p. 16. Acquisition de cible : La phase d'acquisition, ou état préparatoire, est une composante essentielle à la poursuite et au succès de toute mission. Bien qu'un guerrier doive être prêt à se battre en réaction, sans avoir été averti par aucun signe avant-coureur, c'est lorsqu'il se prépare et planifie sa guerre, et intègre à ses plans les particularités de son adversaire qu'il connaîtra le plus de réussite. Cela implique de considérer la guerre comme un art ou une science. Le combat est souvent gagné avant même que le premier coup de feu n'ait été tiré, ou que l'ordre de tirer le premier coup de feu n'ait été donné19-p.14. Submergement absolu : Le combat n'est pas une situation dans laquelle s'engager à la légère. La bataille est toujours douloureuse et implique chaque fois d'en payer le prix, le commandant avisé n'engage donc jamais le combat à moins qu'il ne lui reste aucune autre option. Une fois la bataille engagée, une fois que la Phase d'exécution, ou état premier, est amorcée, elle doit être menée avec la plus haute efficacité : par l'application d'une force écrasante afin d'éliminer l'ennemi aussi rapidement et efficacement que possible. Ne lui laissez ni le temps ni la latitude de réagir. Ne lui laissez aucun matériel ni aucune opportunité dont il pourrait faire usage lors d'une phase de ralliement. Écrasez-le physiquement et psychologiquement, afin que sa menace sot entièrement effacée. Tuez-le au premier tir. Anéantissez-le totalement dès le premier coup porté. Cet usage peut-être considéré comme l'application de l'attaque sous sa forme la plus pure19-p.121. Skira Vordrotta (Mort systémique en fenrissien) : Il se révèle nécessaire en certaines circonstances, même dans des cas extrêmes lors d'assujettissements planétaires, de méthodiquement détruire l'infrastructure d'un adversaire conjointement à cet adversaire lui-même. Parfois, une victoire militaire emphatique ne suffit pas : parfois la terre doit être rendue stérile, ainsi que le présentaient certains textes de jadis. Les principaux arguments en faveur de ce genre d'action peuvent être d'ordre psychologique (contre une espèce ou un peuple belliqueux), ou question de sécurité (en ce sens qu'une région s'en trouve purifiée d'une chose trop dangereuse pour la laisser exister). Aucun de ces arguments ne confortera particulièrement un commandant pragmatique dans cette décision. La guerre est tout autant une question de prouesse que de victoire, et ne devrait pas avoir pour but la destruction suprême. Ce genre de guerre totale, ce processus de dévastation, s'observe le plus souvent de la part d'armées de choc ou sur-agressives19-p.187. Affrontement de la cible : Chacun se doit d'être proactif lors de la phase de guerre ouverte, particulièrement lorsqu'il se trouve placé dans une situation de défense ou de contre-attaque. Déterminez quelles ressources ou commodités vous sont nécessaires pour prendre l'avantage et maintenir votre adversaire sur la défensive. Établissez lesquelles de ces ressources ou commodités possède votre adversaire et prenez-les lui. Ne convoitez pas la gloire. Ne vous engagez pas dans des confrontations que vous ne pouvez gagnez. Ne perdez pas de temps à essayer d'égaler sa force si vous avez que sa force surpasse la vôtre. Décidez des choses qui vous rendront suffisamment fort, et obtenez-les. Votre commodité la plus précieuse sera toujours de conserver votre capacité à faire la guerre19-p.229. Ushkul Thu (Le tribut solaire ou l'étoile offerte) : Lors de la phase finale de tout affrontement, ou à n'importe quel point après que la frappe décisive ait été portée, la défaite doit être reconnue. Pour un guerrier, cette leçon est souvent la plus difficile à apprendre ; peu ont écrit à son sujet, et elle n'a guère été appréciée ou définie. Chacun se doit de comprendre lorsqu'il a perdu. Percevoir cet état est aussi important que d'obtenir la victoire. Une fois établi que vous avez perdu selon n'importe quel moyen de mesure théorique, il devient possible de décider de l'issue pratique la plus adéquate. Votre choix peut être par exemple de vous replier, en préservant ainsi des effectifs et des moyens matériels qui autrement seraient perdus. Votre choix peut être de vous rendre, si la préservation de votre vie, même en captivité, est bonne à l'accomplissement de quelque chose. Votre choix peut être de consacrer vos derniers efforts à infliger autant de dommages punitifs au vainqueur qu'il vous est possible, afin de l'affaiblir pour d'autres adversaires. Votre choix peut être de mourir. La façon dont un guerrier traite sa défaite témoigne davantage de sa combativité que son comportement en cas de victoire19-p.363. Un marines ne sort jamais seul dans l'espace270-p.183. Choisissez bien votre champ de bataille. Un terrain avantageux est un atout décisif101-p.78. Le respect est la base de la victoire101-p.85. Le doute est le déclin de la raison101-p.88. Le sang des loyaux sujets de l'Empereur préserve la pureté des étoiles101-p.146. Ne jamais appeler le danger de ses vœux. Le danger n'a pas besoin d'être aidé. Il n'existe pas de destin qui puisse être forcé. A l'inverse, le moral n'est jamais amélioré par une soif avide de se battre19-p.40. Les Spaces Marines excelleront à la paix comme ils excellent à la guerre, car l'Empereur les a conçus pour qu'ils excellent en toutes choses405-p.209. L'Homme ne change jamais, la guerre ne change donc jamais elle non plus405-p.222. La nécessaire visibilité du chef à des moments significatifs d'une campagne est indiscutable. Elle renforce son intérêt non seulement dans ses buts, mais également parmi ceux chargés de faire en sorte qu'ils aboutissent. Le chef qui n'entretient pas ces intérêts invite et mérite la défaite. L'intérêt ne saurait être feint500-p.10. Il est du devoir du soldat d'accepter un ordre sans justification rationnelle, mais l'absence de cette justification ne devrait jamais être une procédure500-p.11. Quand plusieurs options pour débuter se présentent, choisissez celle qui revêt une signification500-p.13. Un fait sans précédent est un appel à l'adaptation. N'espérez pas attendre toute éventualité. Allez plutôt à leur rencontre500-p.23. La différence entre la doctrine et le dogme est celle qui sépare le triomphe de la défaite500-p.23. Même si certaines circonstances rendent l'avancement inévitable, celui-ci ne doit jamais être perçu comme injustifié. L'alternative est désastreuse : les conclusions déjà établies dépassent la nécessité de la théorie. Ce qui est primordial ne doit jamais être remis en question. Ainsi, les traditions figées commandent sans le bénéfice de la raison. Dans les pires des cas, les erreurs auxquelles cela conduit sont loin d'être identifiables et rectifiables, au point que la réalité elle-même soit mal comprise, mal représentée et reniée. L'avancement doit par conséquent toujours être accompagné d'une raison claire. Rétrospectivement, seule sa justice doit rester500-p.29. La théorie et la pratique sont les clés de leur propre renforcement. En théorie : la totale implémentation de la théorie et de la pratique est le moyen par lequel leur force se matérialise le plus. En pratique : instiller, par l'édit et l'usage, la théorie et la pratique à tous les niveaux, et à chaque occasion, y compris et tout particulièrement dans ces situations où la correcte direction des actions à entreprendre semble si évidente. Ce sont ces cas de figure qui présentent le plus de risques et d'opportunités. L'évidence est traîtresse et justifie par conséquent que l'on s'interroge avec deux fois plus de rigueur. L'application de la théorie et de la pratique dans ces circonstances renforce par conséquent l'approche dans toutes les autres500-p.55. Le principal écueil de l'observation et de l'analyse est la présupposition. Gardez-vous-en. La rigueur de pensée doit épargner cette tentation. Fierté et conscience de maîtriser les applications de la science de la guerre ouvrent à la vanité d'infaillibilité. Cela débouche sur la présupposition, et les erreurs suivent inévitablement. Le bouclier contre ces erreurs qui peuvent s'avérer fatales sur un champ de bataille est l'adaptabilité. Ce n'est pas simplement, ni même principalement, la résilience physique qui permet la survie dans des conditions hostiles et changeantes. C'est la capacité à reconnaître qu'une théorie n'est que cela : une théorie. La contradiction doit être respectée, et la théorie altérée, ou même abandonnée, selon la réalité et non selon les désirs. Pratique et guerre sont toutes deux fluides et évolutives. L'avantage de la pratique est qu'elle est également consciente500-p.79. Les options tactiques divergentes doivent être départagées par une rigoureuse application de la théorie. Cette théorie est la méthode par laquelle la valeur relative des priorités peut être déterminée. Cette hiérarchisation est capitale. Choisir la mauvaise option tactique revient à rendre les armes à l'ennemi. La moindre erreur peut facilement conduire à la défaite, quelles que soient les propres options tactiques choisies par l'ennemi. En fait, l'adversaire pourrait même n'appliquer aucune stratégie. La guerre est une force en elle-même, et même si elle est conduite par les décisions des combattants, correctes ou désastreuses, elle n'est réellement contrôlée par aucune des factions. Cette force peut au mieux être orientée, et l'énergie our le faire serait dépensée en vain si la mauvaise méthode était employée. Ainsi, la théorie est non seulement la condition nécessaire à la victoire, mais encore faut-il l'appliquer avec rigueur. Une décision prise dans la consciente absence de théorie est une garantie de se condamner soi-même500-p.111. La bonne compréhension de la guerre doit nécessairement inclure celle du désastre. Le désastre est la réalité que la volonté de victoire choisit de négliger, et donc de ne pas prendre en compte. Il ne s'agit pas de dire que le désastre doit être anticipé, mais il doit être entendu. Même au cours des campagnes les mieux menées se produiront des erreurs. La chance échappe au contrôle des commandants. On ne peut jamais écarter la possibilité de l'imprévu. Le chef talentueux cherchera à repousser les possibilités de désastre, mais avec les temps, celui-ci se montrera inévitable. Il n'est en revanche pas considéré comme tel. Le fatalisme est tout aussi destructeur sur un champ de bataille que la naïveté. Le combat doit être livré comme si le désastre était impossible, jusqu'à ce qu'il devienne réel. La manière de le contrer est alors la véritable épreuve500-p.133. Une campagne non préparée est aussi inutile que l'incapacité à improviser500-p.136. Considérez toute action de l'ennemi comme une révélation. Chaque attaque et manœuvre trahit sa motivation, ses buts et ses intentions. Si l'attaque de l'ennemi est un succès, et à moins qu'elle ne résulte en votre défaite, il s'agit toujours de l'information la plus précise concernant sa tactique, son armement et ses forces. N'oubliez pas que l'ennemi apprendra de même sur vous. C'est la conscience de l'accumulation de ce savoir qui peut devenir critique. Le commandant qui comprend cela, et dans les plus infimes détails, saura minimiser les points forts de l'ennemi, exploiter ses points faibles, et s'ouvrira la route vers la victoire500-p.149. Convention de Sodalité Cette convention oblige un chapitre à porter assistance à un autre si celui-ci en fait la demande101-p.38. Entrainement Un marines en service dispose de très peu de temps qui ne soit consacré à se préparer pour la bataille. Son existence n'a virtuellement pas d'autre horizon que l'entraînement aux armes, les séances de musculation, les dosages biochimiques et toute sorte d'exercice. Sa vie entière est placée sous le signe du service, du sacrifice et de la guerre213-p.131. Leur entraînement leur donne accès à un potentiel inouï, qu'il s'agisse de facultés mémorielles, linguistiques ou stratégiques213-p.231. Extraction des glandes progénoïdes Les Apothicaires n'attendent pas toujours qu'un marines ait rendu son dernier souffle pour extraire les glandes progénoïdes. Lorsque celles-ci risquent d'être contaminées, tout marines préférera mourir en sachant que son héritage génétique est sain et sauf301-p.97. La méthode la plus rapide et la moins douloureuse pour mettre fin aux jours d'un Astartes est de lui plonger les trente centimètres d'alliage renforcé du narthecium dans le cou102-p.156. L'avenir d'un chapitre est conditionné par la survie de ses gènes. Il faut des mois pour qu'une glande progénoïde produise de nouveaux zygotes et ces derniers ne peuvent être obtenus que d'une glande extraite d'un marines encore en vie ou décédé depuis très peu de temps. Il est du devoir des apothicaires du chapitre de récupérer les glandes de leurs frères tombés, bien souvent au beau milieu de la fureur de la bataille. Si les apothicaires échouent dans leur tâche, la disparition d'un type particulier de gène risque de se produire, avec des conséquences désastreuses. La perte du gène assurant l'acclimatation des progénoïdes dans de nouveaux hôtes ou de celui provoquant le développement de la carapace-interface biomécanique cutanée, signifierait la lente extinction d'un chapitre incapable de compenser ses pertes par l'amélioration de ses novices304-p.92. Dès que les glandes d'un Astartes sont arrivées à maturité, elles lui sont retirées dans la relative sécurité d'un bloc médical. L'Astartes, ayant apporté sa contribution aux générations futures de son chapitre, peut désormais combattre l'esprit libre, conscient que d'autres le remplaceraient10-p.247. Marques de pénitence Le marines déclaré coupable d'avoir commis une faute et ayant été pardonné pour celle-ci, doit expier son erreur en portant une marque de pénitence, un aquila impérial inversé avec ses ailes repliées272-p.56. Nomination des capitaines Rares sont les frères qui survivent pour servir plus de deux cents ans. Les capitaines sont choisis parmi ces individus d'exception100-p.114. Plaintes Un marines peut porter un Protest Iudicarum (littéralement une déclaration auprès des juges) auprès du maître de chapitre en cas de litige doctrinal avec un supérieur300-p.29. Programme d'entraînement hypnagogique Il permet notamment aux marines d'avoir une connaissance basique du mode d'opération des véhicules, d'impartir à chacun d'eux la faculté de piloter les unités au sol et les appareils volants les plus basiques tels que les antigravs, les speeders armés et les motojets. Le pilotage de matériels plus importants dépasse les limites de cet enseignement21-p.213. Si cet entrainement leur ôte toute capacité à ressentir le moindre désir physique, il leur est toutefois agréable d'admirer la grâce d'une mortelle280-p.45. A titre d'exemple, Julius Kaesoron, capitaine de la 1ère compagnie de la légion des Emperor's Children, qui n'a jamais eu aucun réel souvenir d'avoir déjà admiré une femme, ni aucun cadre de référence auquel la comparer, a eu le souffle coupé par les formes d'une compositrice. Il avait déjà ressenti des élans d'émotions similaires en admirant son Primarque, en entendant une oeuvre musicale particulièrement inspirante, ou en partant au combat, mais de sentir ses sens troublés par une mortelle était pour lui une expérience nouvelle5-p.403. Relaxation Le limbus est un exercice de relaxation qui détend complètement les muscles en même temps qu'il apaise l'esprit301-p.246. Rituel de l'Harnachement Ce sont les serviteurs et les esclaves qui équipent rituellement les Astartes de leurs armures. La mise en place de chaque plaque est accompagnée d'onctions et de chuchotements. Ce cérémonial, observé par la plupart des Astartes, les aide à focaliser leur pensée et à affiner leur résolution10-p.22. Les bottes sont enfilées en premier, puis les jambières, les protections de hanche, et la ceinture. Une fois les connexions d'alimentation effectuées, la cuirasse est ajustée sur la poitrine du marines, les pièces protégeant les bras sont mises en place ainsi que les bracelets, les gantelets, les épaulières autoréactives et le paquetage dorsal214-p.131. Serment de mort Cette sentence est prononcée à l'encontre d'un marines par un conclave de ses pairs en raison d'un manquement grave à la discipline du chapitre. Ce serment est imposé au condamné par le Maître de chapitre et consiste en une mission se soldant généralement par la mort. A cette occasion, le condamné est privé de tout insigne relatif à son chapitre, à ses honneurs de bataille et à son statut hiérarchique212-p.24. Transport Lorsqu'ils partent en guerre, les Space marines embarqués à bord d'un vaisseau sont postés le long des coursives par lesquelles les forces ennemies sont le plus à même d'essayer d'aborder211-p.122. Retour sommaire TACTIQUES Fer de lance Frappe de précision à la gorge de l'ennemi pour le laisser sans tête et aveugle2-p.95. Formation Draco Demi-tortue adoptée par la Legio Custodes : les chevaliers à pied sont pliés en deux abrités derrière leurs épais boucliers dorés, les bolters des hallebardes énergétiques pointés par leurs camarades par-dessus leurs épaulières. Entre eux se profilent les longs canons d'incinérateurs aux gueules en forme d'aquila des Custodiens en armure Terminator Cataphractii. Cette formation crée non seulement un mur de boucliers pour protéger sa progression, mais également un mur de flammes qui la précède et repousse tout agresseur potentiel33-p.105. Formation Testudo Les escouades de marines se rangent en carré serré, épaule contre épaule, armes pointées vers l'extérieur sur tous les côtés, sans aucun espace entre eux30-p.77 (dans l'antiquité, la fameuse formation en tortue, ou testudo en latin, était utilisée par les légions romaines). Déploiement d'enveloppement planétaire Cette manœuvre spatiale est une tactique standard de l'Astartes. Elle consiste à employer une avant-garde conséquente, le reste de la flotte suit en élargissement graduel de sa rangée de tir, avec ses transports de masse et ses porteurs de titans à l'abri derrière29a-p.271. Vaisseaux-tombes Cette tactique consiste à projeter dans le vide des vaisseaux complètement éteints, vidés de leur atmosphère, dérivant vers leur cible. Ils n'émettent pas de signature et ils sont pratiquement impossibles à détecter jusqu'à ce qu'ils rallument leurs réacteurs. Cette manœuvre est normalement impossible à réussir, sauf pour les marines29a-p.283. Retour sommaire MATÉRIELS Apis - En dotation au 31ème millinénaire Bombardier utilisé par la légion des Thousand Sons12-p.238. Baneblade - En dotation au 31ème millinénaire Char super-lourd pesant dans les trois cents tonnes et doté d'une turbine à multi-alimentation19-p.321. Barges d'abordage Modules d'atterrissage modifiés : ils ont la même forme de larme mais possèdent en plus des grappins à sa base ainsi qu'un cercle de lampes à fusion capables de découper le blindage d'un vaisseau spatial. Des vérins pneumatiques enfoncent la section de coque découpée avant que la rampe d'abordage ne s'abaisse303-p.179,185. Bélier d'abordage modèle Caestus - En dotation depuis le 31ème millinénaire Sa proue est garnie d'ensembles de magna-fuseurs et son châssis est capable d'emporter une escouade entière de Space marines au combat28-p.114. Bloodhammer - En dotation au 31ème millinénaire Transport d'assaut terrestre super-lourd utilisé par la légion des World Eaters24-p.368. Bombard - En dotation depuis le 31ème millinénaire Pièce d'artillerie mobile montée sur un châssis de Chimera29b-p.175. Bruennhilde - En dotation depuis le 31ème millinénaire Pièce d'artillerie mobile montée sur un châssis de Land Crawler, véhicule imperial agricole29b-p.175. Castellan - En dotation au 31ème millinénaire Bombardier utilisé par la légion des Dark Angels10-p.229. Cervantes - En dotation au 31ème millinénaire Transporteur lourd utilisé par la légion des Thousand Sons502-p.22,30. Chariot de feu de Baal - En dotation au 31ème millinénaire Anti-grav biplace utilisé par la légion des Blood Angels. Doté d'une plateforme ouverte armée de canons à rayons21-p.369. Colossus - En dotation depuis le 31ème millinénaire Pièce d'artillerie mobile montée sur un châssis de Leman Russ29b-p.175. Condor - En dotation au 31ème millinénaire Navette d'assaut utilisée par la légion des Dark Angels. Elle possède un cockpit placé entre ses réacteurs11-p.154. Corsair - En dotation au 31ème millinénaire Ce bombardier est une horreur avec ses ailes de vautour et son arrière volumineux gonflé par ses réacteurs, une brute épaisse, pataude. Il est armé de bombes à plasma et de tourelles de défense22-p.370. Deathbird - En dotation au 31ème millinénaire Chasseur à l'aspect de faucon utilisé par la légion des Dark Angels10-p.229. Disque-speeder - En dotation au 31ème millinénaire Utilisé par la légion des Thousand Sons. Peut être utilisé comme chasseur aérien12-p.256,440. Fire Raptor - En dotation depuis le 31ème millinénaire Escorteur volant doté d'armes quadritubes installés en tourelle à mi-fuselage et de mitrailleuses Avengeur jumelées. Ces dernières tirent des projectiles de gros calibre à masse réactive haute puissance à haut pouvoir pénétrant29a-p.122,127,130. Furie - En dotation depuis le 31ème millinénaire Ce chasseur spatial aérodynamique est doté de réacteurs jumelés de trente mille kilos de poussée, d'une voilure delta tournée vers l'avant et d'une double queue. Il est armé de missiles explosifs à grande puissance logés sous chaque aile et de canons laser placés sous le ventre. Il est conçu pour éliminer les torpilles spatiales, intercepter les bombardiers et détruire d'autres chasseurs. Il constitue la colonne vertébrale de la Flotte impériale. Chaque Furie transporte du carburant supplémentaire dans un réservoir ventral auxiliaire. Il compte jusqu'à quatre hommes d'équipage qui sont alimentés en sang suroxygéné directement par intraveineuse. Il a vocation à opérer à partir de croiseurs spatiaux mais a des capacités atmosphériques211-p.68,71,75,77. Glaive - En dotation au 31ème millinénaire Tank super-lourd, variante du Fellblade. Il est armé d'un carronade (pièce d'artillerie courte développée par la fonderie écossaise Carron à partir de 1779) volkite d'une puissance démentielle. Ce char est une ruine du point de vue des ressources et de l'expertise nécessaires à sa production. Mars n'a approuvé qu'avec la plus grande réticence que soit livré aux légions un tank doté d'un tel armement. Les Luna Wolves ont été parmi les premiers à recevoir les Glaive, un signe supplémentaire de la faveur de l'Empereur29b-p.39. Gyrfalcon - En dotation au 31ème millinénaire Chasseur monoplace spécifique aux Evocati, légion des Ultramarines24-p.194,201. Harbinger - En dotation au 31ème millinénaire Navette d'assaut. Cet énorme transport de troupes en dotation chez les Dark Angels ressemble plus à une petite forteresse qu'à une navette. Son contour est brisé par huit tourelles blindées armées de canons lasers. Il possède également des défenses automatiques plus petites telles que des lance-roquettes multiples et des bolters lourds anti-personnel. Il peut contenir plusieurs escouades de marines, une dizaine de motojets ainsi qu'au moins deux land speeders10-p.237. Hawkwing - En dotation au 31ème millinénaire Navette d'assaut à capacité orbitale de forme large et élégante, la faisant ressembler à une raie géante avec ses vastes ailes triangulaires et sa longue dérive de queue élancée10-p.29 ; 18-p.175. Lotus - En dotation au 31ème millinénaire Chasseur utilisé par la légion des Thousand Sons12-p.238. Marcheur de combat Dreadnought - En dotation depuis le 31ème millinénaire Les marcheurs de combat Dreadnought ont commencé à remplacer les formidables Contemptor vers la fin de la Grande Croisade330-p.147. Un dreadnought est mythique, c'est une créature de légende. La majorité des hommes, même ceux qui servent dans les forces de la Garde impériale quadrillant la galaxie, n'ont jamais eu la chance de rencontrer un Space marines, et encore moins un glorieux vétéran dont les blessures et les hauts faits lui ont valu l'enchâssement dans un corps de métal afin de poursuivre son combat contre les ennemis de l'Homme au nom de l'Empereur304-p.245. A l'intérieur de ce tombeau métallique de quatre tonnes301-p.352 alimenté par un réacteur à arc atomantique30-p.342, se trouve une capsule remplie de fluide amniosarcophagal dans lequel baigne le corps d'un Space marines blessé. Ce corps a l'aspect d'un fœtus ancien, dont la peau, semblable à du parchemin, serait à la fois plissée et ratatinée. Les bras sont atrophiés et squelettiques et le torse, qui n'est plus qu'une cage d'os misérables, est infesté de tubes d'assistance et de branchements à impulsions qui relient l'Astartes à la machine16-p.376. Ils sont modelés avec des têtes pour focaliser leur conscience vers l'avant. Cela aide à créer l'impression que le corps se trouve toujours en vie car le guerrier voit comme il voyait de son vivant : avec une perspective humaine, mais plus haute cependant24-p.268. Les dreadnoughts ne dorment que lorsqu'ils sont placés en stase d'hibernation. Ils ne sont éveillés que lorsque vient l'heure de la guerre. Durant leurs périodes d'éveil, leur douleur est constante, ils ne peuvent plus s'en accommoder de la même façon dont ils le faisaient en tant qu'homme, ils ne possèdent pas de mécanisme pour la contrôler. Ils n'acceptent ni leur mort ni l'enfermement qui leur a été offert en échange. Pour cette raison, ils se retrouvent en proie à des variations émotionnelles qu'ils n'avaient pas connues en tant qu'homme. Ils sont donc souvent portés à la rage et à la colère, à l'amertume. Beaucoup sont acariâtres. Dans les premiers temps, ils sont également enclins à des accès de peur. Mais ce n'est pas de la douleur dont ont peur les Dreadnought, c'est du silence et de l'oubli. C'est afin de les apaiser qu'ils sont encouragés à dormir pour de longues périodes. Leurs craintes et leur douleur sont également canalisées par des ajustements graduels appliqués à leurs hormones et à leurs mélanges bio-chimiques. Ils sont soumis à des hypnothérapies et à des discussions d'acclimatation. Les Dreadnought vénérables, les anciens, servent de mentor aux plus jeunes. Dès qu'un Astartes est incarcéré dans un Dreadnought, il est renommé19-p.93. Mastodon - En dotation au 31ème millinénaire Ce grand transporteur de troupes est plus lent et plus massif qu'un Rhino. Il est porté par un train de roulement quadruple et dépasse en taille un Land Raider. Il peut transporter jusqu'à quarante guerriers. Il est doté de puissants champs de force20-p.314. Ce véhicule à quatre chenilles a été conçu pour le déploiement d'escouades complètes au milieu des zones de combat. Il dispose de meurtrières et de nombreux emplacements d'armes21-p.434. Missile Hellfury - En dotation depuis le 31ème millinénaire Ce missile air-sol est doté de sous-munitions incendiaires permettant de démultiplier ses effets30-p.215. Modules d'atterrissage - En dotation depuis le 31ème millinénaire Les modules spécialement adaptés aux dreadnoughts pèsent une vingtaine de tonnes304-p.188. Motojet modèle Bullock - En dotation depuis le 31ème millinénaire La Mk14 "Bullock" est conçue pour transporter un unique passager et une petite quantité d'équipement. Elle est armée de deux bolters dirigés vers l'avant, d'un auto-pilote et d'une conduite de tir automatique21-p.359. Motojet spatiale modèle Sojutsu - En dotation au 31ème millinénaire Ces motojets en dotation chez les White Scars sont plus grosses et plus brutales que les engins de classe Scimitar, avec des propulseurs cloisonnés et une source d'alimentation bien plus puissante. Elles ressemblent davantage à des chasseurs monoplaces, et un guerrier White Scar dans son armure hermétique peut s'en servir pour de courtes périodes dans l'espace de la même manière que d'autres légions emploient parfois leurs speeders pour des vols atmosphériques. Elles sont armées de bolters lourds montés au centre du carénage28-p.340. Nighthawk - En dotation au 31ème millinénaire Mise au point par le Révérend de Fer Wayland de la légion des Iron Hands, cette variante officieuse du Stormeagle est plus rapide, plus puissante et plus furtive avec son camouflage en multi-spectre. Le Nighthawk est doté de puissants réacteurs vectoriels, d'ailes renversées bardées de canons, et d'un nez trapu de bolters lourds reliés entre eux. Il possède également des nacelles à missiles sur son fuselage supérieur23-p.131,133. Plaques ablatives Ces protections sont fixées sur les Rhino et les Predator par des rivets à adhérence moléculaire18-p.104. Raptor - En dotation au 31ème millinénaire Intercepteur à capacité atmosphérique5-p.30,81. Raven - En dotation au 31ème millinénaire Cet intercepteur à capacité spatiale n'est pas dirigé par un Astartes mais par un pilote asservi. Il est doté d'armes à énergie4-p.166,175. Il est fabriqué dans les docks de Jupiter13-p.159. Rhino modèle Advancer - En dotation au 31ème millinénaire Utilisé par la légion des Ultramarines. Il possède un châssis plus long que le Rhino standard19-p.33. Rhino modèle Castellan - En dotation au 31ème millinénaire Utilisé par la légion des Iron Warriors. Cette variante spécialement modifiée par Perturabo possède des plaques de blindage dépliables et les renforts anti-impacts peuvent les transformer en bunkers miniatures. Cette conception modulaire leur permet d'être reliés à la chaîne, pour former une ligne fortifiée de fortune, lorsque les matériaux pour établir des emplacements plus permanents ne sont pas disponibles, ou lorsqu'une défense doit être mise en place rapidement23-p.402. Rhino modèle Tekton - En dotation au 31ème millinénaire Variante équipée pour l'ingénierie à l'usage des techmarines25-p.80. Skylance - En dotation au 31ème millinénaire Vaisseau de largage qui a servi au cours des derniers jours de la Guerre d'Unification en fendant en deux les ruches de Ceylonia et Ind400-p.119. Starhawk- En dotation depuis le 31ème millinénaire Ce bombardier doté d'ailes est conçu spécifiquement pour le combat spatial. Il dispose de turbolasers montés sous son nez, de canons laser sur pivot et de toute une batterie de fusées à courte portée. Il embarque dix hommes d'équipage. Le pilote et le copilote, logés dans un cockpit à verrière étroite, sont connectés à leur siège et à la console qui leur font face8-p.105 ; 300-p.45 ; 302-p.270. Stormbird modèle Warhawk IV et Warhawk VI, surnommé Oiseau d'assaut - En dotation depuis le 31ème millinénaire (la relation entre Stormbird et Warhawk n’apparaît pas dans la version française de L'Ascension d’Horus) Le Stormbird, engin de largage le plus rapide et le plus honoré de tout l'arsenal de l'Adeptus Astartes, est une machine de guerre racée, puissante et spacieuse400-p.119. Cette navette d'assaut fortement blindée au nez élancé a été conçue pour transporter l'Astartes en plein milieu des combats les plus féroces6-p.326 ; 10-p.52. Le Stormbird est un engin volant colossal2-p.93. Il est l'ancêtre du Thunderhawk. C'est un appareil lourd, capable de supporter le vide et assez agile pour les manœuvres atmosphériques. Le Stormbird est utilisé depuis le début de la Grande Croisade mais a été assemblé sur Terra par le bloc Yndonésien pour être employé contre les tribus panpacifiques durant les guerres d'Unification1-p.143. Il a été développé à partir du vaisseau de largage quasi mythique, le Skylance400-p.119. Son profilé ample et menaçant a été conçu pour effaroucher. Sa masse et le talent d'ingénierie employé dans sa production sont bien plus considérables que ceux d'autres engins produits à la chaîne, tels le Thunderhawk et les modèles de déploiement que les usines de fabrication ont dégorgés en grand nombre, comme une solution utilitaire à court terme aux exigences matérielles de la Croisade. Un Thunderhawk n'est pas conçu pour durer : il n'est qu'une denrée périssable, moulée sur presse, fonctionnelle et bon marché. Le Stormbird est l'héritage des guerres d'Unification de Terra, un superbe appareil bien plus cher à produire en ressources et en temps. Des armadas entières de ces engins ont été constituées en vue de l'Expansion, et la nécessité d'un important complément moins coûteux n'avait été comprise que lorsque l'échelle véritable de la Grande Croisade eut fini par clairement apparaître. Les oiseaux d'assaut ne pouvaient pas donner une impression de vulnérabilité ou de maladresse. Ils étaient les seigneurs des airs, des créatures majestueuses capables de plonger depuis l'orbite droit dans les feux de l'enfer, et d'y survivre15-p.276. Les Stormbird ont constitué l'arme intra orbitale de choix pendant toute la Croisade, et pendant la sombre époque qui a succédé. L'Hérésie en a consommé un grand nombre. Toutefois, rien ne peut procurer autant de frissons qu'un Stormbird, le symbole du courroux de l'Empereur, aux ailes déployées comme celles d'un aquila400-p.119. Le Stormbird est capable d'emporter jusqu'à soixante Astartes et possède une capacité limitée de transport de blindés. Au plus fort de la Grande Croisade, il a été aussi omniprésent que les étoiles dans la nuit. Toutefois, le Thunderhawk, plus petit et plus agile, a usurpé sa place26-p.227. Les Astartes sont assis dans des sièges fermés tournés vers l'arrière. La section du cockpit, accessible par une allée dorsale, est occupée par deux officiers de vol assis dos à dos face aux panneaux muraux de leurs consoles. Derrière eux, deux serviteurs-pilotes sont connectés aux postes les plus avancés dans le nez de l'appareil1-p.153. Les membres d'équipage du Stormbird possèdent une ossature renforcée et des gaines musculaires. Leurs oreilles internes et leurs sens proceptifs ont été remplacés par des augmentiques, leurs estomacs et leurs systèmes régurgitatifs par des ingesteurs de fluides400-p.130. Des rangées de missiles sont accrochées sous chaque aile et de longs canons à fûts rotatifs sont montés sur un pivot avant2-p.94. On ne voit plus de Stombird que lors des parades cérémonielles à présent, dans la Galerie des Armes ou en tant qu'escorte de Hauts Seigneurs, de maîtres de guerre ou de gouverneurs de secteurs400-p.119. Stormcrow - En dotation au 31ème millinénaire Navette d'assaut aux ailes inversées12-p.228 ; 24-p.220. Stormhawk- En dotation au 31ème millinénaire Navette d'assaut utilisée par la légion des Thousand Sons. Certaines versions modifiées sacrifient les espaces internes dédiés aux troupes et aux équipements lourds pour emporter des bancs d'appareillages de surveillance et de récepteurs cristallins12-p.236. Support d'arme sur chenilles modèle Rapier - En dotation depuis le 31ème millinénaire Associé à un ensemble laser de démolition, elle est l'une des armes mobiles les plus dévastatrices de tout l'arsenal Astartes. Ce système semi-automatique chenillé est doté d'un blindage additionnel, de systèmes de ciblage embarqués et de générateurs d'énergie. Sa vitesse de déplacement est celle d'un marines en marche. L'arme peut être transportée en pièces détachées et il faut environ treize minutes à un techmarines pour l'assembler. Lors d'une séquence de tir, le laser répand une rafale continue de rayons en émettant un bourdonnement aigu et saccadé26-p.147,154. Thunderbird- En dotation au 31ème millinénaire Navette d'assaut18-p.175. Thunderhawk - En dotation depuis le 31ème millinénaire Ce cuirassé pèse près de soixante-seize tonnes211-p.348. Un Thunderhawk est conçu pour transporter trois escouades codex au cœur même de la bataille. Le banc de commandement est placé près de la rampe d'assaut291-p.30. Cette rampe peut être éjectée grâce à des boulons explosifs272-p.339. Il a été conçu comme un pis-aller, il n'aurait pas dû rester en usage très longtemps. Il est le résultat d'un travail hâtif, aux piètres caractéristiques techniques et sa construction trahit un manque de savoir-faire. Cet engin présente toutes les caractéristiques d'un travail d'assemblage fait par de simples serviteurs. L'intérieur est grossier, moulé sous presse. Ses étançons de métal sont apparents et les entrailles de la connectique visibles en faisceaux de câbles reliés serpentant d'une extrémité à l'autre de la carlingue carrée16-p.33. Thunderstrike - En dotation au 31ème millinénaire Pièce d'offensive mobile utilisée par la légion des Iron Warriors. Il n'y avait que cette légion pour employer de l'artillerie aussi lourde. Cet énorme véhicule possède une tourelle au blindage articulé22-p.229,233. Torpille d'abordage - En dotation depuis le 31ème millinénaire L'abordage des navires ennemis s'effectue par le biais de petits vaisseaux de transports dotés d'une étrave en dents de scie et de portes à leur proue. Cette dernière est dotée d'une mèche en neutronium, la substance la plus dure connue dans tout l'univers232-p.67. Ils disposent de systèmes de contre-mesures électroniques, de fusées émettrices de chaleur et de paillettes de métal brouillant les senseurs ennemis, afin de couvrir leur approche. Dès que les navettes se sont enfoncées dans la coque du navire ennemi, les griffes de leurs flancs mordent dans le blindage. Des barbillons hydrauliques sont ensuite déployés par le cerveau-pilote autonome de l'appareil pour empêcher le souffle des gaz de renvoyer la navette dans l'espace. Une fois l'engin stabilisé, les rivets éclatent autour de l'écoutille étanche afin de libérer les marines à l'intérieur du vaisseau abordé4-p.37. Si les passagers de ces engins d'abordage ne sont pas écrasés lors de l'impact, c'est parce que ces véhicules sont dotés de compensateurs d'inertie. Par ailleurs, ces torpilles sont munies de charges explosives fixées sur leur nez et qui leur permettent de se frayer un chemin à travers la structure du vaisseau5-p.182. Ces véhicules d'assaut peuvent emporter jusqu'à vingt marines en tenue complète16-p.192. Les torpilles sont récupérées par des navettes à l'aide de laisses magnétiques23-p.337. Leur système de propulsion n'est pas conçu pour la vitesse. Il sert à les manœuvrer jusqu'à un point de récupération et guère plus. Les torpilles ne peuvent pas effectuer de manœuvres d'évasion30-p.121. Des torpilles d'abordage spécialement modifiées permettent d'atteindre des cibles immergées. Elles sont tirées à partir de croiseurs survolant la mer5-p.64. Transport d'abordage de classe Pugio - En dotation au 31ème millinénaire Navette d'abordage. Elle possède une proue d'adamantium et une écoutille avant en forme de pétales. Plusieurs escouades peuvent monter à son bord21-p.49,57. Tunnels d'abordage Un Thunderhawk est en mesure de se poser sur un navire et de s'y arrimer à l'aide de grappins. Un tunnel d'abordage muni de charges de démolitions est lancé à partir du cuirassé et va se frayer un chemin au travers du blindage du vaisseau abordé. Un passage est ainsi créé entre de Thunderhawk et les entrailles de sa proie210-P.159. Vaisseaux Un vaisseau de l'Adeptus Astartes est un bastion dans le vide, conçu pour briser des flotilles de blocus, faire pleuvoir des bombes sur la surface d'une planète et affronter des navires de guerre bien plus grands que lui. Bien des secrets présidant à leur conception ont été perdus, des connaissances antérieures à l'Imperium, aux racines profondément ancrées dans le Moyen-Age Technologique. Pour faire simple, un vaisseau de guerre Space marines est une forteresse dans l'espace, et ses entrailles sont un labyrinthe d'immenses salles à l'architecture grandiose280-p.76. Tous les Adeptus Astartes emploient les mêmes classes de vaisseaux, mais leur conception modulaire permet de s'écarter des SCS de base. A titre d'exemple, le chapitre des Fists Exemplar privilégient les nombreuses couches de boucliers psychiques. Une bonne partie de la puissance de feu des vaisseaux destinée au sol a été réaménagée en générateurs de champs psychiques inhibiteurs405-p.21. Vaisseaux amiraux de classe Gloriana - En dotation au 31ème millinénaire Ces vaisseaux appartenaient à la grande flotte de l'Empereur, avant même le début de la Grande Croisade. Ils sont devenus les vaisseaux amiraux de ses fils24-p.39. Ces vaisseaux, faits d'un milliard de tonnes d'alliage, transportent jusqu'à quatre cents modules d'atterrissage et peuvent larguer simultanément un effectif supérieur à cinq compagnies (ces navires sont le Conqueror d'Angron, le Fidelitas Lex de Lorgar, le Nightfall de Konrad Curze, le Red Tear de Sanguinius, le Macragge's Honour de Roboute Guilliman, l'Invincible Reason du Lion, le Hrafnkel du Roi des loups, le Ferrum de Ferrus Manus, le Vengful Spirit d'Horus, l'Endurance de Mortarion, le Pride of the Emperor de Fulgrim, le Swordstorm du Khan, le Shadow of the Emperor de Corax, l'Iron Blood de Perturabo, le Photep de Magnus, l'Alpha d'Alpharius et le Fireforge de Vulkan. Rogal Dorn, quant à lui, dispose d'une base volante plus grosse qu'une forteresse stellaire, le Phalanx. Cette construction massive et dorée, à la forme d'un aigle aux ailes tendues, est bardée de tours d'armement fortifiées, d'armes navales en batteries, de tubes lance-missiles et de canons de bombardement. Ses docks incrustés de tourelles sont assez larges pour loger des vaisseaux longs de plusieurs kilomètres). Chacun de ces vaisseaux est l'équivalent d'une douzaine de croiseurs501-p.102. Whirlwind modèle Scorpius - En dotation depuis le 31ème millinénaire La particularité de cette variante est d'être dotée de deux lanceurs de missiles rotatifs29b-p.14. Wrath - En dotation au 31ème millinénaire Élégant chasseur spatial aux lignes aussi fuselées que celles d'un requin, héritées d'une ère de créativité dont les esprits les plus géniaux avaient tiré énormément d'inspiration des espèces disparues qui hantaient autrefois les océans et les cieux pollués de l'antique Terra. Ce chasseur est dépassé, plutôt rare, de plus en plus souvent supplanté dans les flottes impériales par le Furie, produit en grande série. Ce dernier a un meilleur caractère, il répond bien mieux et avec moins d'incidents. Les Furies sont les modèles du futur, le visage moderne de la guerre dans l'espace. Il est armé de canons laser et de missiles. Ses rétrofusées sont situées sous les ailes delta repliées vers l'arrière et sous son museau, près des canons laser22-p.354. Retour sommaire PATRUELIS ASTARTES Custodes Les Custodes et les Astartes ne se ressemblent pas, ou comme des cousins ou des descendants d'une même lignée : ils sont semblables mais distincts. Les Custodes sont le produit d'un processus formatif plus ancien, ils sont les fils d'un processus plus rare, réclamant plus de temps que celui de l'Astartes. Ce processus a été revu et simplifié pour engendrer les Astartes en masse. La nature post-humaine des Custodes est dérivée d'un principe encore différent de celui à avoir engendré les Astartes et les Primarques, et leur fait trouver leur place entre les deux. Ils sont bien moins nombreux que les Astartes mais plus grands par leurs facultés. Corax aurait d'ailleurs affirmé que les Custodes ont des capacités supérieures à celle de ses marines. Leur esprit est un objet magnifique, un arrangement somptueux d'ingénierie psychique et de perfection génétique. Leur esprit est un piège à loup, prêt à se refermer d'un coup sur l'intrus imprudent, il est pleinement capable de se défendre contre des attaques psychiques. De façon générale, les Custodes sont plus larges et plus robustes, mais les plus grandes différences sont d'ordre mental : si les Custodes partagent un certain lien familial au travers des cercles de leur ordre, celui-ci n'a rien de commun avec ce sens aigu de fraternité qui cimente les Astartes. Les Custodes sont des êtres bien plus solitaires. Au combat, chacun livre sa propre guerre seul, sans le soutien des autres, ils ne chassent pas en meute, ils combattent sans fraternité. Par ailleurs, les Custodes, contrairement aux marines, ne s'entourent pas d'esclaves ni de serviteurs, ni d'aides et de valets. Ils s'équipent eux-mêmes, sans cérémonie10-p.22 ; 14-p.144 ; 15-p.395 ; 17-p.255 ; 18-p.271. A priori, les Custodes seraient nés du même code génétique que l'Empereur. La manipulation biologique employée pour donner naissance aux prétoriens de l'Empereur engendre des guerriers qui ne sont tenus par aucun lien de loyauté envers personne, hormis leur maître. Toutefois, la supposition que l'Empereur serait le Primarque de sa Garde Custodienne n'est étayée par aucune preuve et ne pourrait être qu'un mythe14-p.144,449,543. Le prénom d'un Custodes est l'élément le plus ancien de son identité. Le nom qui suit n'est pas un nom de famille mais désigne l'activité de la lignée ayant fourni ses gènes-source, vient ensuite le site de la naissance organique, celui de la maison où le Custodes a suivi ses études formatives, puis l'endroit où il a été formé pour la première fois au maniement des armes. Les noms suivants rappellent le premier combat du Custodes, une action ou un repère marquant de sa vie. Ce sont les maîtres du premier cercle qui octroient de façon formelle ces noms. Ils sont gravés sur la face interne de leur armure en commençant par le côté droit du gorgerin, puis s'enroulent en lignes serrées à l'intérieur de la plaque. Les vétérans voient leur cage thoracique remplie par leur nom complet qui peut dépasser les mille éléments10-p.20. Leurs équipements sont supérieurs d'un cran à ceux produits en masse pour les Astartes. Leurs armes, qui leur ont été confiées par l'Empereur en personne, identifient le code génétique des Custodes14-p.289,458. Les Custodes manient la traditionnelle lance de leur office, toutefois, certains leur préfèrent une bidenhander (une épée à deux mains utilisée en Europe entre le XVème et le XVIIème siècle, connue également sous le non de zweihander. Cette épée a une garde relativement complexe, au ricasso long protégé par deux pointes formant une garde avancée et peut être maniée comme une arme d'hast). Cette arme a une lame dorée, de facture exquise, ornée et gravée de la main d'un maître et génétiquement encodée afin de ne s'activer que dans celle de l'homme pour laquelle elle a été faite14-p.375,574. Leurs lances gardiennes sont portées derrière leur dos dans un fourreau à désengagement rapide17-p.235. Les plaques faciales amovibles de leur casque peuvent être ramenées en arrière à l'intérieur de leur structure afin de rendre visible leur visage17-p.230. Il y a quelque chose de jeune chez eux, en dépit de leur immortalité sans âge et régénérative14-p.378. Chevaliers gris Créés il y a dix-mille ans sous l'égide du Sigillite208-p.57, les Fils de l'Anathème sont le bras armé de l'Inquisition280-p.100. L'Empereur les a qualifié de "bouclier impénétrable contre les ténèbres qui avancent, une dernière lame, forgée pour défier le destin". Ils sont l'héritage qu'il a laissé à la galaxie qu'il a conquise, et son ultime don aux espèces envers qui il a failli280-p.11. Chacun d'entre eux a été élevé et formé pour agir comme un bouclier pour ses frères. Ils gardent en permanence leurs esprits reliés légèrement, prêts à voir à travers les sens des autres à la moindre alerte280-p.77. Les Justicars ont la faculté d'unir les esprits des membres de leur escouade, leurs paroles sacrées unissant les chevaliers, formant une liaison par laquelle leurs pouvoirs se déversent. Les Justicars peuvent alors manier cette puissance comme si elle était la leur280-p.105. Certains prétendent que le Don de l'Empereur immunise les Chevaliers Gris contre la corruption. Or, aucune âme ne naît parfaite, mais un guerrier peut être conditionné pour le devenir. En tant que fils de Titan, la plus grande lune de Saturne, les Chevaliers Gris deviennent incorruptibles par la dévotion, ils n'atteignent la pureté que par la constance de leurs efforts280-p.110. Les enfants sélectionnés et emmenés par les vaisseaux noirs au sein de la forteresse-monastère sur Titan, sont enfermés dans une salle recouverte d'hexagrammes durant quatre-vingt-neuf nuits durant lesquelles leur âme est sondée. Dès lors qu'ils sont déclarés exempts de toute corruption, leur passé est effacé, et ils sont identifiés par un numéro jusqu'à ce qu'ils gagnent leur nom véritable280-p.21. L'entraînement des Chevaliers Gris récure l'esprit bien au-delà d'une simple lobotomie. Tous les souvenirs sont éradiqués, arrachés et effacés comme un chirurgien le ferait d'une tumeur au milieu des chairs saines280-p.54. Sur chaque million d'enfants volés par les agents du chapitre, un seul survit pour devenir un Chevalier Gris, les autres sont voués à finir leur vie comme serviteurs ou serfs du chapitre, ou plus probablement comme un simple nom dans les Archives de l’Échec280-p.55. La plupart des chapitres pensent que l'ordre des Chevaliers Gris n'est qu'un mythe. Rares sont ceux autorisés à garder souvenir de leur existence280-p.93. Les chapitres en contact avec les Chevaliers Gris doivent subir une purge télépathique. Seuls les Grands Maîtres de l'Adeptus Astartes ont le droit de savoir que le 666ème chapitre arpente les ombres de l'Imperium. Ainsi le veut la tradition, et ainsi en est-il depuis sa fondation. La plupart des régiments de la Garde appelés à combattre à leurs côtés sont purement et simplement exécutés. Ces hommes ordinaires, armés de pauvres fusils laser, constituent une ressource inépuisable que l'immensité de l'Empire de l'Humanité permet de remplacer aisément280-p.200. La céramite de leurs armures est consacrée, protégée par des sceaux bénis280-p.40. Le symbole du Sigillite est gravé à l'acide sur la paume de leur gantelet gauche. Le même signe est tatoué sur leur peau280-p.186. Des nombreuses armes forgées dans les fonderies souterraines du monastère, il en est peu dont la fabrication requiert le même soin et la même complexité que le sceptre Némésis. Comme toute arme Némésis, sa matrice interne est un noyau inerte et blindé à activation psychique, et comme les armes blanches plus traditionnelles, elle ne peut être mise en fonction que par les pensées du guerrier pour qui elle a été conçue. Mais les similarités s'arrêtent là. Chaque sceptre possède un ornement d'une pureté rarissime. La hampe d'un sceptre Némésis est une enveloppe d'adamantium recouverte de runes hexagrammiques de bannissement. Elle est conçue pour abriter plusieurs générateurs amplifiés de champs de répulsion liés entre eux. Ils sont activés par une impulsion psychique et l'arme devient alors prête à remplir un rôle défensif en plus de sa capacité à détruire les démons répertoriés dans l'Arcus Daemonica208-p.112. Les escouades d'assaut sont dotées d'armures énergétiques et de paquetages dorsaux de téléportation type Interceptor280-p.408. Leurs vaisseaux sont mieux armés et bien plus rapides que leur équivalent de la Flotte et des chapitres mineurs280-p.67. Ils sont en outre protégés par des boucliers hexagrammiques et des plaques de blindage consacrées. Toutefois, les hurlements incessants des démons agonisant au contact de la coque rendent très éprouvants spirituellement les déplacements dans l'Empyrée280-p.158. Les Chevaliers tombés au combat sont emmenés dans les Champs Mortuaires, sous la surface de la lune, afin d'y être purifiés et enterrés280-p.187. Les cercueils sont confiés aux Passeurs, des parias géno-améliorés au service des Sepulcars. En tant qu'esclaves, ils sont formés à ces devoirs, purifiés et ont prêté serment d'accomplir cette tâche280-p.189. Les archives du chapitre sont parfois rédigées sur des parchemins en papyrus en langue Trecenti, l'une des langues cryptées de Titan. Son alphabet principal compte trois cents lettres différentes, et il n'en existe aucun équivalent parlé280-p.46. Les grandes victoires du chapitre sont honorées au cœur du Hall du Courage du monastère280-p57. Les Exhorcists, chapitre successeur des Chevaliers Gris, ont cette particularité d'avoir abrité des démons dans leur corps et d'avoir enduré l'exorcisme sous les yeux vigilants de l'Inquisition. Cette forme d'entraînement est décrite dans les archives des ordos280-p.150. Chevaliers errants Dotés d'une variante d'armure non familière qui parait être un modèle avancé, de couleur grise, sans iconographie ni aucun marquage de rang hormis l’œil de Malcador subrepticement gravé au rayon à mésons, les Chevaliers errants sont, au 31ème millénaire les agents du Sigillite. Les membres de cette confrérie agissent le plus souvent seuls et en toute discrétion32-p.218. Retour sommaire SOURCES Série L'Hérésie d'Horus : 1L'Ascension d'Horus, Dan Abnett 2Les Faux Dieux, Graham McNeill 4La Fuite de l'Eisenstein, James Swallow 5Fulgrim, Graham McNeill 6Le Retour des Anges, Mitchel Scanlon 7Légion, Dan Abnett 8La Bataille des Abysses, Ben Counter 9Mechanicum, Graham McNeill 10Chroniques de l'Hérésie, recueil 11Les Anges Déchus, Mike Lee 12Un Millier de Fils, Graham McNeill 13Némésis, James Swallow 14Le Premier Hérétique, Aaron Dembski-Bowden 15Prospero Brûle, Dan Abnett 16L'Âge des Ténèbres, recueil 17Les Morts Oubliés, Graham McNeill 18Délivrance perdue, Gav Thorpe 19La Bataille de Calth, Dan Abnett 20Les Primarques, recueil 21Signus Daemonicus, James Swallows 22Les Ombres de la Traîtrise, recueil 23L'Ange Exterminatus, Graham McNeill 24Félon, Aaron Dembski-Bowden 25La Marque de Calth, recueil 26Vulkan est vivant, Nick Kyme 27Imperium Secundus, Dan Abnett 28White Scars, Chris Wraight 29aLes Fils de Lupercal, Graham McNeill 29bLa Bataille de Molech, Graham McNeill 30La Damnation de Pythos, David Annandale 32Retour au Mont Deathfire, Nick Kyme 33La Guerre éternelle, recueil Série Les Batailles de l'Astartes : 100Le monde de Rynn, Steve Parker 101La mort d'Integrity, Guy Haley 102La purge de Kadillus, Gav Thorpe 103La chute de Damnos, Nick Kyme 104Helsreach, Aaron Dembski-Bowden Série Ciaphas Cain : 200Pour l'Empereur, Sandy Mitchell 201La main du traître, Sandy Mitchell Série Uriel Ventris : 210Nightbringer, Graham McNeill 211Les Guerriers d'Ultramar, Graham McNeill 212Ciel mort, soleil noir, Graham McNeill 213Champ de mort, Graham McNeill 214Courage et honneur, Graham McNeill Série La Croisade Macharienne : 220L'Ange de feu, William King Série Ragnar Crinière Noire : 230Space Wolf, William King 231Griffes sanglantes, William King 232Chasseurs gris, William King Trilogie du Tome du Feu : 240Salamander, Nick Kyme Série Les Fantômes de Gaunt : 250Le traître, Dan Abnett Trilogie Eisenhorn : 260Xenos, Dan Abnett Série Blood Angels : 270Deus Encarmine, James Swallow 271Deus Sanguinius, James Swallow 272Furie rouge, James Swallow Série Mechanicum : 291Les Seigneurs de Mars, Graham McNeill Récits complets : 280Le Don de l'Empereur, Aaron Dembski-Bowden 300Paroles de sang, recueil 301Les Frères du Serpent, Dan Abnett 302Chevaliers gris, Ben Counter 303Les Anges des ténèbres, Gav Thorpe 305Déluge d'Acier, Graham McNeill 306Night Lord, Simon Spurrier 330Khârn, le dévoreur de mondes, Anthony Reynolds 340Le culte du Maçon de Guerre, CL Werner Série Black Templars : 304La croisade d'Armageddon, Jonathan Green Série L'Eveil de la Bête : 400Mon nom est Carnage, Dan Abnett 401Prédateur, proie, Rob Sanders 402Au nom de l'Empereur, Gav Thorpe 404Monde Trône, Guy Haley 405Les Échos de la Longue Guerre, David Guymer Série Les Primarques : 500Roboute Guilliman, Le Seigneur d'Ultramar, David Annandale 501Leman Russ, Le Loup Suprême, Chris Wraight 502Magnus le Rouge, Maître de Prospero, Graham McNeill Retour sommaire
  7. Sujet précédant : M32 L'ASTRA MILITARUM SOMMAIRE : Armement Equipement Procédures Tactiques Matériels Appareils d'appui de la Flotte Régiments Sources ARMEMENT "Baise-tank" : lance-missiles d'appui dans l'argot régimentaire. C'est un tube de métal peint en kaki, doté d'une lunette, d'une poignée de tir et d'un venturi flûté à son extrémité arrière pour l'expulsion des gaz104-p.222. BAP : acronyme pour bombe oxygène/prométhium. Elle libère un gaz volatile avant de détoner pour optimiser la puissance et l'aire d'effet181-p.230. Bolter : ces armes se retrouvent rarement entre les mains d'un humain. Elles sont d'un calibre plus petit que celles des Space marines131-p.330. Carabine laser MkII-sk modèle court : cette arme dispose d'une lunette de visée intégrée et de ports pour la baïonnette et le lance-grenades optionnels. Un logement derrière la poignée est prévu pour accueillir une cellule d'énergie de taille trois300-p.115 ; 105-p.24 ; 108-p.351. Cellules d'énergie Cellules classiques : les chargeurs de fusil laser peuvent être courts, longs, courbes, cubiques ou en tambour. Ils existent en plusieurs tailles en fonction du type d'arme. Une cellule de taille 3 correspond à une cellule de trente millimètres de large avec un cran en biais. On peut recharger les cellules en exposant leur récepteur thermique à la chaleur d'un feu. Toutefois, cette méthode drastique raccourcit leur espérance de vie300-p.115 ; 105-p.24 ; 108-p.351. Cellules "pleine-bourre" : ces batteries de fusil sont en surcharge de puissance. Gavées au métal liquide, elles permettent de délivrer des tirs très puissants mais en faible quantité. Leur usage est essentiellement destiné aux snipers102-p.126. Det-pack : ce petit explosif en forme de disque est un arme anti-char qui peut être collée sur le blindage131-p.215. Fusil d'assaut U90 : ce fusil, au recul presque intolérable, tire des munitions solides à haut coefficient de pénétration. Il accepte des chargeurs plats de 25 cartouches ou des chargeurs en tambour de plus grande capacité104-p.276,343. Fusil laser MkIII réglementaire : ce fusil, pesant dans les 4 kilos, délivre des décharges d'énergie bleues ou blanches. Chaque décharge évoque le son d'un fagot de branches mortes qu'on casse lentement, méthodiquement. Il est alimenté par des cellules d'énergie standards de taille trois110-p.243 ; 100-p.417. Fusil laser MkIII modèle Commando : version modifiée du fusil réglementaire pour les missions spéciales : une crosse de métal repliable est ajoutée afin d'alléger l'arme et de la rendre significativement plus courte. Par ailleurs, le canon est renforcé, la longueur de la bouche est raccourcie et la capacité des cellules d'énergie est augmentée. Au final, ce fusil modifié a la puissance et la portée d'un fusil classique pour une longueur totale réduite d'un tiers110-p.73. Fusil laser Mk IV modèle Konor : utilisé principalement par les auxiliaires d'Ultramar, ce fusil tire son nom de la planète Konor, domaine du Mechanicus155-p.249. Fusil laser Mk IV modèle Urdesh à canon long : fusil de sniper à finition noire satinée avec des habillages de plastek noir. Les armes des spécialistes du tir longue distance sont surnommées "long-las"109-p.209 ; 111-p.71. Fusil laser M36 modèle Kantrael : version principalement utilisée par l'armée cadienne161-p.299. Gantelet énergétique : cette arme massive protégée par un champ de force, est portée par les officiers. Elle peut aisément fracasser le blindage d'un char d'assaut150-p.253. Hostec 5 : gros pistolet mitrailleur109-p.186. Lance-flammes portatif standard MkVIII : cette arme spéciale tire des giclées de prométhium gélifié107-p.121. Mines terrestres MkIX : elles sont chargées au diotride compressé D-6, un explosif plastique très violent109-p.373. Modulateur de mégathules : cache-flamme permettant de régler sur une fréquence spectrale spécifique les tirs de fusils laser171-p.210. Obus Augur : ces obus-flèches, à l'usage des blindés, ont un haut coefficient de pénétration. Ils sont capables de percer le blindage d'un Baneblade104-p.245. Sécurité à bord des navires de la Flotte : la sécurité à bord des transporteurs de la Flotte convoyant les régiments de la Garde est assurée par des personnels disposant de matraques débilitantes et de fusils à pompe conçus spécialement pour être employés à l'intérieur d'un vaisseau. Les échardes de verre et les plombs contenus dans chacune des cartouches jaillissent en un cône tassé, parfaitement capable à courte portée d'écorcher vif un homme, mais ceux-ci ne risquent pas de transpercer la coque extérieure, comme les tirs de fusils laser ou de bolters101-p.165. Torpille orbitale de classe Glaive : ce projectile sol/espace possède un sommet arrondi et irrégulier, creusé d'une rainure en forme de spirale, afin de pénétrer plus facilement la coque des vaisseaux spatiaux avant d'exploser une fois à l'intérieur. A une altitude de cent kilomètres, le premier étage se détache et le second se met en route pour guider la torpille vers sa cible à une vitesse de quatorze-mille kilomètres-heure301-p.206,214,221. Tube-charge : sorte de grenade existant en différents calibres, efficace contre l'infanterie et les blindés légers. La charge se déclenche en tirant une bandelette de papier ou en manipulant un cadran. Certains types de tubes-charges possèdent un retardateur124-p.193. Retour sommaire ÉQUIPEMENT Bonnet de laine noire : l'équipement réglementaire du soldat inclut le casque de céramite pour les affectations en première ligne et le choix entre le béret noir ou la gapette le reste du temps. Les éclaireurs ou les aspirants éclaireurs portent le bonnet de laine noire : il ne gène pas le mouvement ou la vision comme un casque et il ne risque pas de taper contre l'arme. Les bonnets sont la marque de l'élite, l'une des différences d'uniforme subtiles mais cruciales qui donnent du prestige106-p.208. Clés d'accès : les officiers supérieurs de la Garde disposent de différents niveaux d'accréditation pour accéder aux documents codés : on distingue les niveaux Panther, Esculis, Cryptox, ou Cyan, Pourpre jusqu'à Magenta, Obsidienne et Vermillon. La clé permettant cet accès est souvent matérialisée par une bague ou une chevalière101-p.149. Ecran de confidentialité portatif : il génère un motif d'interférences électriques permettant de garantir le caractère privé des réunions d'état major107-p.70. Paquetage réglementaire : chaque soldat porte vingt kilos de matériel par-dessus son treillis. L'essentiel de ce poids est imputable aux étuis de leurs harnais modulables, remplis de munitions, de lampes étanches, d'écouteurs de rechange, de rouleaux de corde et de bandes stériles, de colle ferroplastique, de textes impériaux, de grenades aveuglantes et de tout le reste du paquetage standard de la Garde104-p.29. Tentes d'état-major : les tentes de campagne d'état-major sont de vastes pavillons de fleximétal capables d'être déployées en quelques minutes et démontées en aussi peu de temps. Elles sont assez grandes pour accueillir une dizaine de Baneblade. Un mécanisme ésotérique leur permet de se fondre dans leur environnement185-p.341. Topolabe : petit GPS de laiton doté de cadrans concentriques et de gyroscopes gravimétriques sertis dans des bulles de gaz inerte102-p.99. Unité personnelle de descente modèle Icarus type 5 : paquetage de saut individuel antigravitique (du même type que celui utilisé par les régiments d'Elysia) destiné aux troupes aéroportées. Il est doté de boucles pour les cuisses et d'un bras à charnière terminé par une poignée sur le côté gauche. Il est équipé d'un double nullificateur de gravité M12 et d'un ventilateur-compresseur à orientation variable pour le contrôle de l'assiette. Le tout pèse une soixantaine de kilos. Ce paquetage est assemblé sur le monde-forge de Lucius105-p.229,276. La 9-70 : le chiffre 9-70 fait référence à l'outil individuel standard de la Garde : une petite pelle multi-usages, lourde et compacte, qui se range dans le dos du fantassin dans un étui de cuir, en détachant le manche de la tête. Son nom officiel est l'ustensile impérial/fortifications générales modèle 970106-p.42. Retour sommaire PROCÉDURES Accord de service entre la Garde et le Monitorum : cet accord précise notamment que chaque soldat de la Garde a droit à trois repas complets par jour. Ces repas sont le plus souvent constitués par les pavés, surnom affectueux donné par la Garde aux blocs de protéines graisseux qui leur servent d'ordinaire. Ces blocs comprimés regroupent toutes les sources de nourriture auxquelles a accès le Monitorum. Ils n'ont pas de goût particulier, seulement des relents de champignon, et se présentent sous la forme d'une pâte gris clair. Le pavé existe en conserve, lyophilisé, en boîte, en carton, en paquet, en bloc régimentaire, en portion individuelle dans sa boîte prête à chauffer. Les cuisiniers le découpent, l'émincent et l'utilisent comme base de tout plat lorsqu'ils n'ont pas d'autres sources d'approvisionnement. Ils l'assaisonnent avec ce qui leur tombe sous la main100-p.398,402. ACE : acronyme signifiant assistant au chef d'escouade. Il s'agit d'un sous-officier de rang inférieur entraîné pour prendre la place d'un sergent si celui-ci venait à être tué. Lorsqu'une escouade est divisée en équipe de terrain, l'ACE prend en général la tête de la seconde équipe quand elle est séparée de la première, et donc du contrôle direct du sergent181-p.85. Brevets : sorte de promotion en temps de guerre, qui doit être confirmée par la suite. Bien qu'autorisé à porter les insignes d'un grade supérieur et à être considéré comme tel dans la structure de commandement, un jeune promu reste administrativement sur son grade d'origine jusqu'à ce que son changement de statut soit approuvé par le Monitorum. En théorie, si l'intéressé s'avère incapable de remplir son nouveau rôle, il peut reprendre son ancien grade sans que son dossier ne porte la marque infamante d'une dégradation182-p.270. Charte de Croisade : promulguée par les Hauts Seigneurs de Terra, elle autorise les forces impériales à lancer une croisade pour reprendre des mondes sous domination ennemie100-p.135. Communications de terrain : un canal radio est attribué à chaque peloton, auxquels sont connectées les oreillettes des soldats. Le commandant du peloton a accès à ce canal et à celui de la compagnie, par lequel il peut faire ses rapports. Lors d'engagements plus vastes, les commandants de compagnie ont accès au canal tactique du régiment, et cet arrangement est répété pour tous les niveaux hiérarchiques supérieurs, jusqu'à atteindre l'état-major182-p.321. Compagnies auxiliaires ou de soutien : les régiments dont les effectifs sont tombés dangereusement bas peuvent être requalifiés de compagnies auxiliaires ou de soutien. Toutefois, l'état-major peut opérer la fusion de deux régiments en sous-effectif, appartenant à la même arme ou se complétant109-p.170. Croix noire : ce symbole, apposé dans les livres du Munitorum, indique un tir ami de la Garde contre la Garde109-p.97. Documents du Commissariat : les mandats d'arrêt du Commissariat ont un bord de couleur rouge, tandis que les ordres du Commissariat ont un bord bleu112-p.33,63. IAE : acronyme pour Identification Ami ou Ennemi. Une balise IAE est installée sur la majorité des engins volants militaires qui transmet un code les identifiant comme membre des forces impériales182-p.326. Jumeau : c'est une vieille ruse de la Garde utilisée pour envoyer un message radio alors que le poste de réception n'est pas sûr. L'émetteur envoie un signal sur l'une des fréquences opérationnelles standard de la Garde ressemblant à une séquence aléatoire pour quiconque l'entend. Toutefois, ce signal est spécifique à l'émetteur, encodé pour une réception spécifique. Même s'il ressemble à des parasites ou à de la friture, il contient le code radio signature du destinataire et un autre code appelé le localisateur. Le localisateur indique une fréquence où le récepteur doit chercher le véritable message. Cette fréquence est un canal non standard parmi les fréquences non utilisées. C'est là que le jumeau est caché. Il est appelé ainsi car il est le jumeau du premier message. Il est généralement en boucle passive, ou non réceptif, ce qui signifie que le récepteur doit tâtonner, en termes de radio, et capturer le message. Ce message est totalement indétectable pour ceux qui ne savent pas où chercher112-p.257. Loi de Ravitaillement Militaire d'Urgence : elle permet à la Garde, selon certaines circonstances, de s'approprier sans autorisation les ressources locales pour subsister112-p.266. Règles de débarquement : le protocole interdit qu'un colonel et son bras droit débarquent à terre dans un même vaisseau afin d'éviter qu'un régiment entier ne soit décapité par un seul tir au but182-p.41. Relations avec l'Astartes : les généraux de la Garde ne sont pas censés entrer en contact avec les Space Marines sans l'entremise de l'Administratum en raison de la séparation des pouvoirs. Toutefois, les Space Marines interviennent où ils veulent, quand ils veulent. Invariablement. Ils constituent une loi à eux seuls186-p.165,166,189. SO&E : le Schéma d'Organisation et d'Equipement n'est pas un fichier physique à proprement parler, mais un terme archaïque désignant l'organisation et l'équipement des soldats d'une unité de la Garde impériale. Il est toujours en usage dans la plupart des régiments dotés de traditions ininterrompues depuis un millénaire ou plus180-p.31. Verrouillage mental : cette précaution standard opérée par la Guilde astropathique consiste à placer un verrou mental chez un sujet en instance de jugement devant une cour martiale et ayant connaissance d'informations sensibles. Ce verrouillage permet la récupération ultérieure de ces informations108-p.311. Retour sommaire TACTIQUES Tactica Imperium : les principes qui régissent les engagements de la Garde à travers toute la galaxie sont compilés dans cet ouvrage de référence153-p.252. Cisaille : la Cisaille est une manœuvre audacieuse consistant, lors d'un assaut blindé frontal, à prendre l'ennemi par les flancs lors d'une seconde passe. Le Général Grizmund, commandant en chef des brigades de chars narméniens, est à l'origine de la Cisaille (voir "Les régiments")103-p.322. Formations réduites en zone urbaine : bien que non officielle, la pratique consistant à scinder les escouades spécialisées en combat urbain en équipes de terrain de cinq hommes, a été intégrée dans la procédure opérationnelle standard de nombreux régiments. Ces formations réduites sont plus faciles à coordonner que des escouades complètes180-p.51. Ligne bloquante : cette expression désigne un front défensif conçu de façon à maximiser le soutien par des tirs croisés, où chaque élément est couvert par les tirs d'enfilade de ses voisins109-p.237. Tirs alternés : la moitié d'une escouade effectue un tir pour couvrir l'autre moitié pendant que celle-ci avance, puis ce groupe se met à tirer à son tour pendant que les autres le rejoignent182-p.183. Retour sommaire MATÉRIELS Appareils de liaison Motochenille d'état major : ce véhicule est un sinistre monstre mécanique arborant un écusson représentant l'aigle à deux têtes, doté d'un compartiment passager arrière monté sur chenilles. Il dispose de vitres blindées et de banquettes en cuir quadrillées de clous argentés. Le siège de pilotage est situé sur la section frontale du véhicule. Le conducteur y est assis à califourchon et dirige l'engin semi-chenillé à l'aide d'un guidon101-p.131. Appareil du Seigneur Général Lugo : il évoque une sorte de deltaplane massif avec un cockpit sphérique monté en proue. Il est doté de réacteurs géants qui peuvent pivoter pour stabiliser l'appareil en position verticale. Sa coque argentée mate est rehaussée de bandes dentelées beiges vers la pointe de ses ailes, de chevrons jaunes et du symbole de l'Aquila104-p.109. Appareil du Seigneur Général Von Voytz : cet appareil de transport est un trimoteur trapu peint d'un motif en damier. Il est doté d'une verrière bulbeuse et de puissants moteurs à double hélices105-p.167. Atlas : ce char de récupération est basé sur le châssis d'un Leman Russ. Il est doté d'une grue et parfois d'une lame de bulldozer fixée à l'avant185-p.130. Baneblade : c'est l'un des modèles de tanks les plus gros à être jamais sortis des forges de Mars. Quelques rares mondes-forges du Mechanicum sont capables de produire ces béhémoths à un tel standard de qualité, les modèles moins performants sont considérés par les prêtres de Mars comme des machines de seconde génération tout au mieux. Une étroite coursive permet de rejoindre la cabine de commandement à la salle des machines située dans les entrailles de l'engin. Le Baneblade est également équipé de minuscules toilettes. Le Baneblade Mark V de la Forge de Callan dispose de systèmes de contrôle redondants contrairement au modèle martien. Un équipage de treize hommes est nécessaire pour faire fonctionner ce modèle, sans compter les serviteurs connectés aux divers instruments du char154-p.257 ; 185-p.32,123,124. Capitol Imperialis : généralement déployé en arrière du front, ce véhicule fait office de poste de commandement pour les officiers supérieurs tout en proposant des installations médicales d'urgence. Haut de 50 mètres, plus grand qu'un bloc d'habitation, il est plus large que trois Land Raider mis côte à côte. Oblong et disgracieux, cette forteresse mobile ridiculise par sa taille les machines de guerre de la Legio Titanicus. Son énorme ventre peut transporter plusieurs compagnies de soldats ainsi que leurs véhicules blindés. Il faut un équipage de centaines d'hommes et d'officiers pour manœuvrer de l'intérieur cette incroyable machine de guerre qui dirige des régiments entiers d'artillerie, des centaines de milliers d'hommes et des compagnies entières de blindés. Quatre chars Leman Russ peuvent tenir à l'intérieur du fût de son canon principal de type Béhémoth151-p.240,318 ; 153-p.124 ; 155-p.167. Centaur : tracteur d'artillerie possédant un moteur Vulcanor 8 qui peut fonctionner avec pratiquement n'importe quoi, que ce soient des mélanges de substances chimiques ou d'huiles recyclées300-p.212. Gorgone : transport de troupes super-lourd à ciel ouvert plus grand qu'un Land-Raider. Il possède un bélier colossal fait de métal épais formant un angle protecteur à l'avant190-p.294. Hydra : une Hydra est conçue pour abattre des appareils volants à longue portée avec ses quatre autocanons à long fûts. A bout portant, contre un rideau de végétation, ses rafales peuvent dégager une trouée de cinquante mètres de profondeur sur trente mètres de large. L'Hydra peut tirer plusieurs centaines d'obus en quelques secondes avec un recul spectaculaire faisant jaillir des langues de flamme de quatre mètres de long au travers de ses fûts104-p.267 ; 151-p.316. Leman Russ modèle Conqueror : cette variante du Leman Russ présente un rapport poids/puissance permettant les manœuvres rapides. Son système de suspension à barres de torsion lui permet de se montrer plus agile que ses adversaires. Le Conqueror est un char de cavalerie conçu pour une guerre en mouvement, pour les charges blindées, pour prendre l'ennemi de vitesse. Par ailleurs, il est doté d'un guidage et de mesures de portée laser, de stabilisateurs gyroscopiques et d'atténuateurs d'inertie lui permettant de tirer en mouvement. Le canon court, placé dans une tourelle électrique, produit un son très sourd lors des tirs. A cette occasion, la culasse pénètre dans l'espace intérieur avec une force de recul de cent quatre-vingt-dix tonnes. Comme tous les chars montés sur un châssis de Leman Russ, cette variante bénéficie d'une pression au sol extraordinairement basse et d'une excellente reprise grâce à l'arrangement de ses chenilles104-p.213 à 215. Leviathan : cette forteresse blindée de la taille d'une petite ville est destinée à transporter l'infanterie et sert de quartier général mobile. Le dos du Léviathan offre un panorama austère de bouches de refroidissement, de tourelles d'armes et de dômes senseurs. Il est également doté d'un tablier d'atterrissage pouvant accueillir des Valkyries101-p.237 ; 109-p.22. Motochenille d'assaut : engin de plus de deux tonnes nécessitant un pilote et un servant d'arme. La plate-forme arrière permet de fixer des autocanons jumelés ou une batterie lance-missiles. Cette configuration nécessite de doubler les chenilles102-p.142,144. Ornithoptère : engin volant doté d'hélices gigantesques et équipé de tourelles d'armes bulbeuses. Ces dernières sont accrochées sous le menton de l'appareil et à l'extrémité de sa queue allongée et suivent les mouvements de tête du pilote. Il sert notamment d'escorte aux navettes de l'état major104-p.109 ; 150-p.189. Transporteur de fret terrestres : monstre de trente roues arrimées à une unité de traction, dotée d'échappements verticaux. Le poste de pilotage, une cabine de métal montée sur d'énormes blocs moteurs, est surmontée d'une tourelle de défense armée de bolters lourds102-p.137,143. PTPV : une plateforme de transbordement à poussée verticale est un colossal rectangle cuirassé de cinq hectares de surface, suspendu au-dessus de l'eau par des réacteurs vectoriels monumentaux placés aux bords et aux coins. L'effectif d'un régiment blindé entier peut être absorbé par un seul de ces radeaux pour être déplacé d'un port à un autre302-p.324. Samaritan : version médicalisée du Chimera428bp.55. Speeder : cet antigrav de neuf tonnes, dans sa version militaire, dispose d'une plus grosse motorisation que sa version civile et d'un épais blindage. Il se déplace grâce à un moteur principal et possède des tuyères de positionnement. Il est capable de transporter une douzaine d'hommes équipés. Il est armé d'autocanons montés sur des chevalets placés dans l'embrasure de ses portes latérales coulissantes. Ses trains d'atterrissage ressemblent à de longues pattes d'insecte. Il est notamment équipé d'un projecteur, d'un auspex, d'un analyseur topographique, d'un appareillage de vision nocturne, d'un codeur de navigation et d'un système de contrôle à distance qui permet au pilote d'asservir les autocanons aux appareils de pilotage. Il a un rayon d'action de plus d'un millier de kilomètres avant rechargement de ses batteries121-p.141,162,164,171,172,174. Super-Hydra : véhicule de commandement doté de deux tourelles jumelées109-p.302. Termite : ce tunnelier est un petit véhicule chenillé dont le châssis en plastacier est presque écrasé par le poids du gigantesque foret cylindrique qu'il supporte. Il peut être équipé de lance-flammes pour seconder le foret en milieu arctique. Il peut transporter une escouade complète303-p.39,40,67. Retour sommaire APPAREILS D'APPUI DE LA FLOTTE Assaut Canon Nova : ce macro canon équipe les vaisseaux les plus lourds de la Flotte. Sa culasse est large de cinquante mètres et la mise en place des amortisseurs de recul de cette arme gigantesque nécessitent l'intervention de plusieurs milliers de matelots. Le pont d'artillerie sur lequel courent les rails de l'arme occupe toute la longueur du navire. Des impulseurs gravimétriques servent à accumuler l'énergie dans la chambre de l'arme afin de propulser un obus dont la puissance explosive équivaut à une douzaine de bombes à plasma. Lors du tir, le canon recule de trois cents mètres à cause de l'onde de choc. Il faut environ une demi-heure pour le recharger151-p.119,120,121. Falchion : classe de frégate spatiale relativement nouvelle qui a tardé à faire ses preuves en combat spatial. Les commandants de la Flotte n'avaient qu'une vague idée de leurs capacités préférant se reposer sur les vaisseaux de classe Sword, plus familiers. Toutefois, au fil des engagements, ces vaisseaux sauront prouver leur valeur. Ces frégates ont une origine insolite : des raiders de classe Infidel (une version améliorée du destroyer Cobra) ont été dérobés par des forces chaotiques aux chantiers navals de Monsk. Dans une tentative de restitution de l'original, ces modèles ont donné naissance à l'incomparable classe Falchion182-p.210. Faustus : patrouilleur spatial ressemblant à une élégante pointe droite, longue d'une trentaine de mètres depuis son nez saillant jusqu'aux dérives de queue. C'est un appareil effilé, semblable à une flèche de cathédrale garnie sur l'arrière d'arcs-boutants évasés qui abritent les propulseurs principaux. Le blindage de flanc arbore l'aigle impérial. Il est dotés de bolters lourds jumelés dont une batterie est située au niveau de la queue, et de canons plasma101-p.13. Héxathédrales : colossales plates-formes orbitales conçues comme point de rassemblement pour les contingents d'invasion. Des bras d'arrimages permettent à plusieurs dizaines de transports de troupes de stationner simultanément sur ces plate-formes102-p.259. Nymph : ce joli petit appareil atmosphérique de reconnaissance repose sur six longues pattes hydrauliques et possède des réacteurs à poussée vectorielle. Il dispose d'ailes repliables109-p.147 ; 124-p.26. Torpilles d'abordage Avenger : tirées à partir des croiseurs de la Flotte, ces torpilles sont dirigées par des pilotes endurcis304-p.262. Bombardiers Behemoth : bombardier géant, ancien et surtout redoutable (Behemoth est un terme désignant métaphoriquement dans le Livre de Job la force animale que l'Homme ne peut domestiquer)105-p.274. Laredo : bombardier lourd doté de moteurs à hélice100-p.58. Magog : bombardier lourd atmosphérique doté de six moteurs alternatifs. Il est en service depuis des siècles. Il est considéré comme vieux, lourd et laid (Magog est un terme désignant métaphoriquement dans la Bible les forces du mal)105-p.274 ; 302-p.42. Marauder : bombardier capable de caboter en milieu spatial lorsqu'il est doté de réacteurs largables spécifiques, fixés le long de ses ailes. Il est surnommé "saigneur d'oreille" par les équipages en raison du bruit assourdissant de ses moteurs305-p.49 ; 190-p.136. Shrike : antique bombardier en piqué, doté d'ailes courbes et d'un unique moteur turbojet. Il intervient en fin de raid sur des zones-cibles déjà gravement meurtries105-p.276. Starhawk : bombardier doté d'ailes conçu spécifiquement pour le combat spatial. Il dispose de turbolasers montés sous son nez, de canons laser sur pivot et de toute une batterie de fusées à courte portée. Il embarque dix hommes d'équipage. Le pilote et le copilote, logés dans un cockpit à verrière étroite, sont connectés à leur siège et à la console qui leur font face304-p.270 ; 305-p.45 ; 407-p.105. Chasseurs K4T Wolfcub : petit chasseur monoplace doté d'un pulsoréacteur placé sur son dos. Ses ailes et sa queue sont courtes, rendant sa silhouette trapue et pesante. Il est armé de quatre canons placés sous son nez302-p.17,18,26. Cyclone : puissant intercepteur biplace à aile delta doté de deux moteurs à hélices302-p.44. Furie : chasseur spatial aérodynamique doté de réacteurs jumelés de trente mille kilos de poussée, d'une voilure delta tournée vers l'avant et d'une double queue. Il est armé de missiles explosifs à grande puissance logés sous chaque aile et de canons laser placés sous le ventre. Il est conçu pour éliminer les torpilles spatiales, intercepter les bombardiers et détruire d'autres chasseurs. Il constitue la colonne vertébrale de la Flotte impériale. Chaque Furie transporte du carburant supplémentaire dans un réservoir ventral auxiliaire. Il compte jusqu'à quatre hommes d'équipage qui sont alimentés en sang suroxygéné directement par intraveineuse. Il a vocation à opérer à partir de croiseurs spatiaux mais a des capacités atmosphériques151-p.68,69,71,75,77. Lightning III-IX : chasseur monoplace de plus de 10 tonnes disposant d'une propulsion plasma. Il est armé d'un autocanon, de deux canons laser et de deux missiles antiaériens AF-9122-p.89 ; 130-p.216 ; 195-p.195. Thunderbolt I-XXI : chasseur lourd monoplace, d'un poids de 14 tonnes à vide, doté d'un groupe de canons courts en guise de nez, et dont le corps s'évase en une paire d'ailes à flèche inversée autour des tunnels de poussée des deux moteurs à double flux. La verrière se situe à mi-longueur du fuselage. Plus gros qu'un Lightning III-IX et une fois et-demi plus lourd, le Thunderbolt est moins vif mais plus robuste. Il est également mieux armé avec ses deux lasers jumelés et ses quatre autocanons. Il possède en outre un moteur-fusée pour l'assistance au lancement302-p.74,88,98,159,176. Convoyeurs atmosphériques Devourers : ces énormes navettes ont pour vocation d'acheminer troupes et matériels au sol qu'elles dégorgent au travers de leurs mâchoires de métal (la proue colossale de la navette est composée de quatre énormes panneaux qui vont se déployer afin de libérer les blindés stationnés sur le pont inférieur. Elle est, en outre, armée de deux lasers lourds montés en tourelles et de rampes de missiles)101-p.234. Dromon : les dromoni sont des navettes de transport et de liaison également conçues pour pouvoir participer à la défense d'un système en cas d'urgence (Dromon est un terme d'origine grecque qui désigne un navire long, manœuvrant et rapide employé dans l'Empire byzantin)200-p.278. Vaisseaux de descente : ces navettes trans-atmosphériques sont chargées d'acheminer les troupes au sol, notamment depuis les croiseurs impériaux. Elles sont dotées d'une large porte sur chaque flanc. Elles pèsent, pour les plus petites, aux alentours de soixante tonnes pour une capacité d'emport d'une cinquantaine d'hommes, et pèsent jusqu'à deux-cents tonnes pour les plus importantes. Des modèles de plus de six-cents tonnes ont vocation à transporter infanterie et blindés. Ces navettes sont dotées de réacteurs à poussée verticale leur permettant le vol stationnaire. Des variantes armées peuvent servir en tant qu'escorteurs102-p.89,90,216,220,221 ; 105-p.52-162. Zeppelins de dispersion : dirigeables longs d'un kilomètre, armés et cuirassés, pouvant transporter plus de quatre mille hommes, des navettes de descente et des appareils de soutien. Ils sont constitués de sacs à gaz plissés faits de panneaux de toile renforcée et d'un cadre de bois s'étendant vers l'avant en un éperon flûté. Ils sont propulsés par huit nacelles placées sous leur ventre dont les pales sont plus grandes qu'un titan Warlord. Ils sont de couleur argentée sur le ventre et blanc au sommet105-p.15,30,36,39. Convoyeurs spatiaux Galaxy : une des raisons pour lesquelles les vaisseaux de transport de troupes classe Galaxy sont restés si populaires, bien qu'aucun n'eût plus été construit depuis l'Age de l'Apostasie, est qu'ils ont assez d'espace de stockage pour embarquer un régiment entier dans des conditions optimums182-p.40. Super-convoyeurs de charge : ces vaisseaux de couleur grise et d'une longueur de près de seize kilomètres sont bâtis par l'Adeptus Mechanicus et sont parfois mis à disposition de la Garde. Ils présentent un carénage semblable à une cathédrale linéaire dont la bouche ventrale accueille et recrache les lumières minuscules des transports de troupe. Leurs surfaces et leurs tours crénelés sont riches de gargouilles sculptées, dans la large gueule desquelles pivotent des canons de défense rapprochée. Ils ne ressemblent pas aux vaisseaux convoyeurs de la Flotte, ils sont bien plus grands et sont conçus pour transporter des engins de guerre de Mars. Ils peuvent accueillir jusqu'à neuf régiments au grand complet101-p.153,201. Logistique Cargo 8 : transporteur de conteneurs à capacité suborbitale161-p.42. Destrier : ce transporteur de fret est disgracieux, courtaud et obèse. Il est doté de turbines à poussée verticale. Il est plus long de deux tiers qu'une Valkyrie et pèse dans les 80 tonnes109-p.359 ; 111-p.152,345. Onero : ce ravitailleur atmosphérique est un hexapropulseurs super-lourd spécialisé dans le transport de carburant. Il est lent et pesant mais il dispose de tourelles pour sa défense rapprochée (Onero signifie charger en latin)302-p.150,151. Sentinelle Powerlifter : ce bipède est employé par la Flotte pour la manutention des caisses d'armes mais également pour repeindre les carlingues des appareils volants : les pinces de manutention sont alors remplacées par des réservoirs et des pistolets à peinture302-p.221. Retour sommaire RÉGIMENTS Un régiment est constitué d'environ un millier d'hommes : il comprend jusqu'à une demi-douzaine de compagnies qui consistent chacune en quatre ou cinq pelotons. Un peloton compte cinq escouades de dix hommes, plus les sous-officiers, les divers spécialistes et les échelons de commandement180-p.50. L'espérance de vie moyenne d'un soldat de la Garde sur le champ de bataille est d'environ 15 heures303-p.57. Les effectifs de la Garde comptent moins de dix pour cent d'éléments féminins et la majorité des combattantes servent dans des unités unisexes180-p.50. Par ailleurs, chaque formation de la Garde traîne ses non combattants derrière elle. Ces derniers, constitués de civils, ne prennent jamais part à l'action. Ce sont des cuisiniers, des armuriers, des chargés d'intendance, des barbiers, des bottiers, des musiciens, des commerçants, des mercantis, des enfants, des petites amies, des rebouteux, des prêcheurs, des nécessiteux, des rafistoleurs, des profiteurs, des arracheurs de dents, des fournisseurs de contrebande, des scribes, des usuriers et des femmes maquillées à l'excès qui répondent aux besoins des hommes, des forgerons, des bouchers, des palefreniers, des familles, des boulangers, des blanchisseurs, des chirurgiens, des tailleurs, des magasiniers,et une centaine d'autres professions. Ils sont tous laissés à l'arrière lorsque la bataille doit s'engager. A bord des convoyeurs de charge, ils sont relégués dans les bas-ponts, ou "ponts de la plèbe". La taille de certains régiments peut doubler si on y ajoute le personnel non combattant105-p.174 ; 110-p.28,30 ; 422-p.397. La plupart des unités de la Garde retournent sur leur planète natale tous les vingt ou trente ans pour regarnir leurs rangs. Dans l'intervalle, un flot continu de nouvelles recrues, ou whiteshields161-p.175, sont fournies par les stations de recrutement du Monitorum basées sur la planète d'origine du régiment182-p.42. Les régiments ayant servi sur une période de plus de dix ans sont généralement mutés des zones de guerre qui les ont vus exceller, pour être réaffectés dans les armées de conquête. Il ne s'agit pas seulement là des meilleures troupes, mais aussi des plus expérimentées, ayant vaillamment livré bataille pour l'Empereur pendant au moins une décennie entière. En récompense, ils sont autorisés à prendre part à la conquête d'un nouveau monde. S'ils relèvent ce nouveau défi avec succès, leur régiment reçoit le plus haut rang honorifique que l'Imperium puisse accorder : l'éternelle gratitude de l'Empereur, ainsi que le droit de coloniser et administrer une nouvelle planète. On trouve dans tout l’Imperium des mondes qui furent originellement peuplés de cette manière, dont la population se compose de descendants des gardes impériaux des régiments victorieux153-p.9. Les fonctions de gouverneur reviennent le plus souvent au plus haut gradé du régiment153-p.184. La plupart des corps de la Garde vouent un certain mépris aux Forces de Défense Planétaires. Ils les traitent avec condescendance et les surnomment les "soldats de plomb"153-p.220. Les FDP sont habituellement composées d'un mélange de vétérans de la Garde et de soldats de carrière, renforcé par un infime pourcentage de volontaires dont l'entraînement ne va guère au-delà de savoir charger un fusil et tirer à peu près droit280-p.32. Il arrive que, lors d'une Croisade, la rareté des ressources conduise la Garde à confier ses soldats gravement blessés et privés de toute activité cérébrale, au Mechanicus afin que ces "unités de chair" soient reconditionnées en skitarii190-p.246. Les principaux centres d'entrainement de l'Astra Militarum dans le Système Sol se situent sur Triton, Ganymède et Vénus175-p.265. Myrmidons de Granit : régiment stationné sur Terra173-p.127,171. Fusiliers d'Aurora : régiment stationné sur Terra173-p.127,171. Foudres de Jupiter : régiment stationné sur Terra. Ils portent un uniforme moutarde et une écharpe rouge173-p.127,171. Aigles de Nazca : régiment stationné sur Terra173-p.127,171. Garde d'Orion : régiment stationné sur Terra173-p.127,171. Détachements spéciaux : les détachements spéciaux du Commissariat encadrent, notamment, la Division Assermentée qui a la charge de l'utilisation de psykers de combat111-p.421. Compagnie S : ces soldats d'élite forment la garde rapprochée que le Commissariat assigne aux plus gradés de ses gens. Ce sont des colosses cuirassés de noir et de vert, leurs épaulières arborant l'éclair argenté de leur compagnie. Ils sont armés de fusils radiants112-p.139,140. Achaman Falcatas : les hommes de ce régiment portent un uniforme rouge aux boutons d'argent. Leurs armures sont composées de plaques rouge vif, bordées de mailles aux liserés de fourrure, ainsi que de courtes capes cramoisies attachées à l'épaule gauche. Ils ont participé au massacre de Khaturian. Les troupes d'élite de ce régiment sont les Screaming Eagles. Ils ont la réputation d'être brutaux et d'user de violence aveugle153-p.12,15,72,81,91. 81ème régiment de Belladon : ce régiment a pour symbole une tête de carnodon en bronze. Fondé deux ans avant le début de la croisade des mondes de Sabbat, ce régiment a jadis été fort de huit mille hommes avant de perdre près des trois quarts de ses effectifs durant cette croisade109-p.107,169. Centenaires Bréviens : les régiments d'infanterie Bréviens portent un treillis moutarde et des armures pare-balles104-p.24,99. Troupes d'Assaut Cadiennes : elles sont parmi les meilleures de l'Imperium. Dès l'instant où ils reçoivent leur premier pistolet laser, les jeunes membres de la caste des guerriers de Cadia apprennent à manier de véritables munitions. La majorité d'entre eux sait tirer, pour tuer, et accomplir l'essentiel des manœuvres et des exercices de l'infanterie avant d'avoir atteint l'âge de dix années standard. Les jeunesses cadiennes passent l'hiver à s'endurcir et engagent des simulacres de guerre sur les îlots dispersés de la mer de Caducades. Elles y apprennent les arts et les techniques du camouflage. La planète produit des troupes d'élite depuis les débuts de sa colonisation. Un monde guerrier comme Cadia produit également des morts en grande quantité, c'est pourquoi le gouvernement planétaire a promulgué un édit selon lequel seules certaines parcelles de terre pourraient être utilisées pour les inhumations. En conséquence, l'espace funéraire est optimisé, d'où le Décret sur la Lisibilté. Il spécifie que, lorsque l'oeuvre d'érosion du temps et des éléments s'est accomplie et que les derniers noms des pierres d'un cimetière sont finalement devenus illisibles, les morts anonymes peuvent être exhumés. Leurs ossements sont enterrés dans une fosse commune et le champ peut alors être réutilisé122-p.186,190. Troupes d'Elite Cadiennes : les Kasrkin forment l'élite cadienne. Ils sont revêtus d'armures composites, portent des fusils et des pistolets laser de gros calibres et ont le cou tatoué de l'aigle de mer des Caducades. Ce sont des tueurs sans âme, mais leurs auspex de visée peuvent enregistrer des bio-empruntes alliées afin d'interdire les tirs fratricides122-p.223. Garde impériale de Coruna : leur insigne consiste en deux fusils entrecroisés sous un crâne de loup306-p.300. 2nd régiment des Creuseurs de Roane : les hommes de ce régiment sont grands, bronzés et ont les cheveux longs. Leurs treillis sont marron clair et ils portent des casques à filet. Ils ont la réputation d'être paresseux et ont une attitude ordinairement relâchée, toutefois, ils peuvent faire preuve d'une précision redoutable au tir et d'une férocité déterminée au corps-à-corps102-p.250 ; 103-p.137,272. 933ème Death Korp de Krieg : les colonels du Death Korp sont réputés pour solliciter les zones de guerre les plus dangereuses et les ennemis les plus redoutables151-p.84. 301ème régiment Dev Hetra : ce régiment est essentiellement composé d'Hydras, de plateformes Basilisks et de supports multilasers mobiles. Les hommes de ce régiment portent des uniformes presque royaux par leurs décorations : un tissu blanc immaculé rehaussé d'un passepoil doré, avec des casques à cimiers pour les officiers et des shakos de fourrure noire pour les simples artilleurs109-p.297. 383ème des dragons de Jouran : ce régiment composé de 20 000 hommes originaires de Jouran III a été cantonné sur la planète Hydra Cordatus, l'une des deux planètes de la galaxie où les glandes progénoïdes sont créées et stockées par le Mechanicus, afin de protéger ces dernières. Leur uniforme est bleu-ciel et le credo du régiment est Fortis cadere, cadere non protest (L'homme courageux peut tomber, mais jamais il ne pliera)152-p.136 ; 301-p.18,239,312. Dragons Vitriens : ce sont des hommes sveltes et athlétiques, vêtus d'une sorte d'armure de mailles aux reflets singuliers, sur lesquelles la lumière joue comme sur un métal lustré. Elle est constituée de plusieurs ajustements d'écailles crantées qui collent à leurs silhouettes et luisent comme de l'obsidienne. Seules deux fines fentes de verre sombre rompent la sobriété de leurs casques intégraux101-p.45,58. Ecorcheurs de Keyser : appelés également les chasseurs de crânes, ce régiment est spécialisé dans la traque d'Orks. Ils ont participé à la guerre d'Armaggedon. Ils ne portent pas d'insigne mais des peintures, des piercings, des défenses implantées qui dépassent de leur mâchoire et différents trophées récupérés sur des cadavres d'Orks. Ils ne respectent aucun rang, aucune autorité en dehors de la leur et élisent leur chef305-p.257,259. Régiments Elyséens : les Elyséens sont musclés, blonds aux yeux gris-bleu et ont le visage fin. Ce sont des spécialistes des raids en profondeur et il est rarement possible de récupérer les morts. L'endroit où se trouve le corps n'a pas d'importance à leurs yeux car ce qui importe est est que l'esprit puisse trouver son chemin. A ce titre, chaque soldat a sur lui deux pièces de monnaie Elyséennes en métal, rondes et percées en leur centre. Ces pièces de monnaie sont placées sur les yeux des soldats tombés au combat. Leurs chairs sont ensuite consumées par des flammes purificatrices et leur âme est guidée par les prêtres afin qu'elle rejoigne l'Empereur190-p.156,208. Fusiliers Harpins : ils portent des armures vertes et des carabines laser compactes100-p.293. Garde d'Estime d'Orestes : les hommes de ce régiment portent une lourde armure de plaques blanches300-p.58. Grands-Marcheurs de Kauth : ils sont vêtus de treillis de cuir brun sombre, coupés aux genoux et aux coudes pour révéler une peau sombre, couverte de tatouages en forme de spirales bleues et grises, de triangles déchiquetés et de cercles concentriques. Ils arborent des boucles ornées de plumes, des colliers d'os, de dents et de pattes d'oiseaux. Ils ont pour habitude de prélever des trophées, des doigts, des oreilles, des dents et tout ce qu'ils peuvent arborer en sautoir, sur les cadavres de leurs ennemis. Ils ont été pratiquement décimés lors d'un dernier carré aux côtés de Sainte Sabbat sur la colline de Vigo100-p.302. Grégoriens : peu de régiments sont aussi farouchement loyaux à l'Empereur que celui-là. Ces hommes sont aussi endurcis qu'efficaces101-p.126. 250ème régiment de Fusiliers de Boruna : ce régiment est natif de la planète Balhaut112-p.17. 50ème régiment de Fusiliers gudrunites : la levée de ce régiment a donné lieu à une célébration planétaire avec les cérémonies militaires associées, compte tenu du caractère extraordinaire de ce recrutement, de son importance -750 000 hommes- et compte tenu qu'il s'agissait du cinquantième régiment levé sur un monde illustre (Gudrun, sous-secteur Helican, secteur Scarus, Segmentum Obscurus). A l'origine, la levée devait concerner un demi-million d'hommes. Toutefois, le Seigneur Commandeur Militant du secteur a pris la décision d'augmenter ce chiffre en vue de la préparation d'une croisade dans le sous-secteur Ophidian. Leur uniforme est rouge et or120-p.123,132. 19ème régiment de Troupes irrégulières gudrunites : les vétérans de ce régiment, appelé la "Compagnie des Anges", portent un tatouage sur le poignet gauche depuis la bataille du plateau de Latislaw126-p.44. Hyrkiens : les Hyrkiens partagent tous une constitution solide, des traits tirés et le teint pâle. Ils ont des cheveux presque blancs qu'ils ont coutume de porter courts. Leur tenue de combat est gris foncé agrémenté de sangles beiges, la même nuance qui se retrouve sur leurs calots. Ce régiment a notamment été commandé par un général-commissaire101-p.22,35,65. 21ème régiment de Hurgren : ce régiment a pour caractéristique de compter des Ogryns parmis ses factions d'assaut. Ces créatures humanoïdes de trois mètres rapetissent même les Terminators109-p.344 ; 190-p.63. 2ème Huscarls Khulan : aussi appelé "Les Frères d'Argent", "Les Fils du Maître de Guerre" ou "Les Argentum", ce régiment est assigné à la protection du Maître de Guerre Slaydo en personne. Ces hommes portent les mêmes épaulières et les mêmes brassards d'argent que lui. Les blindés du 3ème régiment mobile d'Argentum arborent une livrée verte et argentée100-p.135 ; 300-p.142. 3ème Hussard de Kalaman180-p.65 : ce régiment a été anéanti lors de la catastrophe militaire de la campagne de Siron qui se déroula en 438.928.M41 : l'unité de Sentinelles du capitaine Gannack interpréta mal ses ordres et chargea une redoute ork qui abritait une batterie d'artillerie. 9ème régiment de Hussards Traskians : ces hommes trapus et musclés portent une livrée rouge et noire. Leur symbole est une épée rouge185-p.225,374. 1er de Kapaj : ces soldats ont une carrure massive et un teint olivâtre. Le 1er est une fondation récente, raisonnablement prometteuse, sans rien d'exceptionnel112-p.346. Régiments blindés de Ketzok : le 17ème, surnommé "les Serpents", est doté de Basilisks peints au motif de flammes et de plumes101-p.232 ; 102-p.44. Légion d'Acier : ces soldats sont habitués à leurs masques, aussi nécessaires à leur survie que leurs casques, leurs longs trench-coats, matelassés et traités pour assurer une protection contre les menaces chimiques, leurs bottes et leurs lourds gants de kevlar. Mais l'habitude ne rend pas pour autant cet équipement supportable. Il les fait suer et leur donne une puanteur particulière, mélange de caoutchouc chaud, de désinfectants chimiques et de transpiration rance. Lorsque les hommes peuvent retirer leur masque en toute sécurité, ils le font avec empressement et profitent de ce répit bien souvent trop court195-p.136. 44ème Hussards Lavrentiens : le peloton de reconnaissance du 44ème sont les Chiens de chasse154-p.15,176. 273ème de la Légion d'Acier : ce régiment de choc est surnommé les Vautours du désert. Leur écusson représente un oiseau charognard noir tenant dans ses serres l'aquila impérial131-p.90. Légion grise d'Astérion : les hommes de la Légion portent un uniforme gris et argent ainsi qu'un collier de métal symbolisant leur soumission à l'Empereur. Le symbole de la Légion est une tour grise sur un fond blanc185-p.225,374. 13ème légion Pénale : dirigée par le colonel Shaeffer, cet escadron suicide est composé de repris de justice de la Garde auxquels il a été laissé le choix entre un engagement "volontaire" dans la légion et une exécution sommaire en bonne et due forme305-p.237. 10ème de Logres : ces soldats viennent d'un monde de glace151-p.93. 12ème garde maravienne : ce régiment de vétérans a pour symbole un aigle à double tête retenant un disque solaire entre ses griffes. Les Maraviens sont grands et larges d'épaules212-p.184. Régiments blindés Narméniens : les chars narméniens sont peints dans un ton moutarde, arborant les symboles de l'Imperium et de Narmenia : l'aigle et le gantelet à pointes.Le Général Grizmund, commandant en chef des brigades de chars narméniens (Forgeworld a réalisé une figurine à son effigie), est à l'origine de "la Cisaille", une manœuvre audacieuse consistant, lors d'un assaut frontal, à prendre l'ennemi par les flancs lors d'une seconde passe (voir "Les tactiques")103-p.74,140,308,322. Patriciens Jantins : originaire de Jant Normanidus Prime, c'est l'un des régiments les plus anciens et les plus respectés de la Garde. Leur uniforme est d'un violet profond rehaussé par des boutons de chrome. Ils ont une réputation de snobisme101-p.39,60,222. 8ème régiment blindé de Pardua : les blindés Pardusiens ont une livrée mouchetée bleu-vert. Les hommes, pour la plupart, ont un teint olivâtre et le nez aquilin. Ils portent un treillis marron clair et un manteau de cuir à doublure de molleton104-p.33,123,189,206. Corps aérien de Phantine : c'est le seul régiment de la Garde exclusivement composé de pilotes en raison de la nature de la planète qui ne possède aucune terre viable. Il échappe ainsi au commandement de la Flotte impériale. Les cités de Phantine sont établies sur les plus hauts pics montagneux, le reste de la planète subissant une pollution permanente, toxique, corrosive et acide appelée "l'Ebouillanteuse"105-p.32 ; 302-p.86. Pourceaux : ce régiment s'est battu durant la première avance dans les Mondes de Sabbat (secteur regroupant une centaine de systèmes dans le Segmentum Pacificus). Il a conquis la planète Nacedon puis a gagné le droit de s'y installer102-p.209. Rangers d'Omicron et les Fusiliers de Calderon : ces régiments ont pour particularité d'être constitués d'unités mixtes180-p.50. 8ème régiment mécanisé de Rothberg : les motifs de leurs blindés sont peints dans un dégradé beige et brun109-p.167 ; 110-p.251. 9ème régiment d'Infanterie de Sameter : ce régiment a pour symbole le traquet motteux (un mini oiseau capable de migrations très longues) de couleur doré. Il a pour particularité d'être une unité mixte305-p.213,221. 5ème Slammabaddeen : les hommes de ce régiment sont trapus et ont le teint olivâtre102-p.250. Régiments de Tallarn : ils possèdent un nombre inhabituel de chapelains en comparaison de la plupart des autres régiments, souvent rattachés à un niveau hiérarchique aussi bas que l'escouade. Peu de natifs de ce monde seraient prêts à prendre une décision importante sans consulter auparavant un clerc pour qu'il l'aide à discerner la volonté de l'Empereur182-p.19. 1er et Unique régiment de Tanith : les Taniths ont le teint pâle et des pupilles bleues. Ils sont affublés de nombreux tatouages bleuis et portent une cape de camouflage qui est devenue leur marque distinctive. Il sont spécialisés dans la reconnaissance et les actions clandestines. Ce régiment a la particularité d'être commandé par un colonel-commissaire, le célèbre Ibram Gaunt, un ancien du 8ème Hyrkien. Leur planète a été détruite lors d'une incursion des forces du Chaos, toutefois, les membres du 1er et Unique ne sont pas les seuls représentants vivants de leur planète : quelques émigrés ont trouvé du travail sur d'autres planètes du système101-p.31 ; 300-p.289. 3ème régiment de Tentulas : ce régiment a pour symbole une épée-tronçonneuse ailée306-p.300. Régiments Urdeshi : au nombre de huit, ces régiments sont issus du monde-forge d'Urdesh. Ils constituent d'excellents groupes d'assaut. Ils portent des treillis au camouflage noir et blanc. Ils existent depuis plus de mille soixante-treize ans105-p.34,108. Validiens royaux : ils portent un uniforme rouge aux broderies dorées303-p.34. 50ème Royal de Volpone : ils se surnomment les "Sang-Bleu" car ils estiment être le plus noble régiment de toute la Garde. Leur uniforme est gris et or. La 10ème brigade est la force d'élite volponienne, composée de vétérans. Ces derniers portent une armure carapace segmentée gris et or, un casque à front bas et un fusil radiant noir. Ils portent à leur cou un aigle impérial indigo riveté à leur gorgerin d'armaplast. Ils s'entraînent par roulement dans toutes les disciplines. Le serment de bataille des Sang-Bleu est "Fidèles au Trône et durs à tuer !"102-p.44,47,303,348. 7ème de Bélial : il est composé de Baneblades, de Leman Russ et de Chimères185-p.151 ; 186-p.181. Ecumeurs des Neiges de Bjornie : ils portent d'énormes couvre-chefs en peau d'ours. Les officiers sont parés de capes en peau d'ours blancs186-p.38,180. Haute Garde de Calista : elle est composée de cavaliers et de mammouths sans poils. Ces créatures gigantesques réputées pour leur tempérament ombrageux ont des batteries d'armes lourdes attachées sur le dos186-p.181. Epéistes de Stula : ils sont de haute taille et vêtus de kilts. Leurs officiers portent d'énormes épées à deux mains attachées dans le dos. Ils ont le crâne rasé et de longues barbes tressées. Ils ont la moitié du visage recouverte de tatouages indiquant leur rang186-p.181. Les Chaudronniers : ce régiment entièrement mécanisé a pour emblème un rouage. Les membres d'équipage sont tous équipés de membres et d'organes mécaniques, suivant les préceptes d'un culte obscur dédié au Dieu-Machine186-p.181. 70ème d'Asmodai : troupes de choc compétentes et déterminées. Elles ont été formées par les meilleurs au sein des écoles d'artillerie du vénérable Pan-Pacifique170-p.124. 41ème Maritine d'Ondine : surnommés les “Aigles Hurlants”171-p.20. 17ème des dragons gammiques : Scions Tempestus constituant l'élite du Militarum Tempestus175-p.175. Régiments de Praagar101-p.126 Ravageurs Afghalis101-p.126 Irréguliers d'Oudinot101-p.126 Régiments blindés Bovanien101-p.181 Canonniers de Lattarii101-p.232 Régiments blindés de Samothrace101-p.232 Régiments blindés "les Chiens de l'Enfer" Borkellides101-p.232 Cohortes Blindées de Cadia101-p.232 Cavalerie Motorisée de Sarpoy101-p.232 10ème Régiment Royal de Sloka102-p.32 Régiments d'Abberloy102-p.241 Régiments blindés Raymiens102-p.102 6ème et 16ème Trynaï102-p.293 5ème Fadayhin103-p.23 Coloniaux Ardeléens104-p.109 Régiments Krassiens105-p.248 Régiments lourds de Gerzon302-p.312 Compagnies Chenillées de Balchinor302-p.312 Régiments blindés Hauberkans109-p.90 6ème régiment des Réguliers d'Androman110-p.116 52ème Cadogus111-p.154 Rangers de Castillian100-p.277 Sapeurs de Litus100-p.392 112ème régiment de cavaliers impériaux180-p.18 Synallagmatiques de Jopall305-p.257 Régiments de Savlar305-p.298 Régiments Kastaforéens182-p.21 44ème régiment des Hussards Lavrentiens150-p.339 Troupes de choc Leoparda307-p.108 Compagnies d'éclaireurs Donorian307-p.108 37ème régiment blindé de Cleondran195-p.128 79ème Lastrati304-p.34 12ème régiment d'éclaireurs methalorien304-p.166 Infanterie lourde balurienne304-p.166 197ème régiment d'assaut jhannien304-p.227 23ème régiment de Tanakreg190-p.63 18ème Mordian130-p.9 6ème Plovien133-p.28 15ème et 18ème bataillons de Vardia133-p.243 6ème Mordien "les Chiens stygiens"133-p.302 Troupes d'élite légères de la division Mirepoix120-p.353 90ème Vladislavien122-p.22 5ème régiment blindé Thracian122-p.82 51ème Thracian122-p.393 Garde impériale d'Hesperus125-p.12 52ème Bremenen112-p.49 Régiments Hemoriens186-p.27 Régiments Telusiens186-p.27 Régiments Planète Nova186-p.39 Seizième Voltigeurs de Cheth308-p.32 Fusiliers Tybultiens308-p.333 Dragons de Barsava308-p.338 Eclaireurs d'Uruvel308-p.358 41ème fusiliers thranxiens171-p.10 Fantassins de Phaxatine171-p.14 Longues Canes Drooiennes171-p.14 Bilatéraux de Corodina171-p.16 Bleus royaux de Borodino171-p.16 Régiments nastoriens172-p.28 Troupes de choc du Premier Quashanid – les Immortels171-p.158 Retour sommaire SOURCES Série Les Fantômes de Gaunt : 100Les mondes de Sabbat, recueil 101Premier et unique, Dan Abnett 102Les fantômes, Dan Abnett 103Necropolis, Dan Abnett 104Garde d'honneur, Dan Abnett 105Les armes de Tanith, Dan Abnett 10630 centimètres d'acier, Dan Abnett 107Sabbat Mater, Dan Abnett 108Le traître, Dan Abnett 109Son dernier ordre, Dan Abnett 110L'armure de mépris, Dan Abnett 111Seule la mort, Dan Abnett 112Le Pacte du Sang, Dan Abnett Trilogie Eisenhorn : 120Xenos, Dan Abnett 121Hereticus, Dan Abnett 122Malleus, Dan Abnett Trilogie Ravenor : 124Ravenor, Dan Abnett 125Ravenor II, Dan Abnett 126Ravenor III, Dan Abnett Série Les Batailles de l'Astartes : 130Le monde de Rynn, Steve Parker 131Helsreach, Aaron Dembski-Bowden 133La chute de Damnos, Nick Kyme Série Uriel Ventis : 150Nightbringer, Graham McNeill 151Les Guerriers d'Ultramar, Graham McNeill 152Ciel mort, soleil noir, Graham McNiell 153Champ de mort, Graham McNeill 154Courage et honneur, Graham McNeill 155La part du chapitre, Graham McNeill Série Mechanicum : 161Les Seigneurs de Mars, Graham McNeill Série L'Eveil de la Bête : 170Mon nom est Carnage, Dan Abnett 171Prédateur, proie, Rob Sanders 172Au nom de l'Empereur, Gav Thorpe 173Le dernier rempart, David Annandale 175Les Echos de la Longue Guerre, de David Guymer Série Ciaphas Cain : 180Pour l'Empereur, Sandy Mitchell 181Le labyrinthe de glace, Sandy Mitchell 182La main du traître, Sandy Mitchell Série La Croisade Macharienne : 185L'Ange de feu, William King 186Le poing de Demetrius, William King Série Word Bearers : 190Apôtre noir, Anthony Reynolds Série Black Templars : 195La croisade d'Armageddon, Jonathan Green Série Shira Calpurnia : 200Feux croisés, Matthew Farrer Série Ragnar Cinière Noire : 212Chasseurs gris, William King Récits complets : 300Titanicus, Dan Abnett 301Déluge d'Acier, Graham McNiell 302Double Eagle, Dan Abnett 303La garde des glaces, Steve Lyons 304Chevaliers gris, Ben Counter 305Paroles de sang, recueil 306Craignez l'alien, recueil 307Les Frères du Serpent, Dan Abnett 308Le Don de l'Empereur, Aaron Dembski-Bowden Série L'Hérésie d'Horus : 407La bataille des abysses, Ben Counter 422L'Ange Exterminatus, Graham McNeill 428bLa Bataille de Molech, Graham McNeill Retour sommaire
  8. Sujet précédent : L'Imperialis Auxilia L’HÉRÉSIE D'HORUS Sujet suivant : M32 SOMMAIRE : L'Hérésie d'Horus, Tome I : L'Ascension d'Horus de Dan Abnett L'Hérésie d'Horus, Tome II : Les Faux Dieux de Graham McNeill L'Hérésie d'Horus, Tome III : La Galaxie en Flammes de Ben Counter L'Hérésie d'Horus, Tome IV : La Fuite de l'Eisenstein de James Swallow L'Hérésie d'Horus, Tome V : Fulgrim de Graham McNeill L'Hérésie d'Horus, Ed. limitée : La Tour foudroyée / Le Roi Sombre de Dan Abnett et Graham McNeill L'Hérésie d'Horus, (GD 2012) : Les Portes de Terra / Kryptos de Nick Kyme et Graham McNiell L'Hérésie d'Horus, Tome VI : Le Retour des Anges de Mitchell Scanlon L'Hérésie d'Horus, Tome VII : Légion de Dan Abnett L'Hérésie d'Horus, Tome VIII : La Bataille des Abysses de Ben Counter L'Hérésie d'Horus, Tome IX : Mechanicum de Graham McNeill L'Hérésie d'Horus, Tome X : Chroniques de l'hérésie - recueil L'Hérésie d'Horus, Tome XI : Les Anges Déchus de Mike Lee L'Hérésie d'Horus, Tome XII : Un Millier de Fils de Graham McNeill L'Hérésie d'Horus, Tome XIII : Némésis de James Swallow L'Hérésie d'Horus, Tome XIV : Le Premier Hérétique de Aaron Dembski-Bowden L'Hérésie d'Horus, Tome XV : Prospero Brûle de Dan Abnett L'Hérésie d'Horus, Tome XVI : L'Âge des Ténèbres - recueil L'Hérésie d'Horus, Tome XVII : Les Morts Oubliés de Graham McNeill L'Hérésie d'Horus, Tome XVIII : Délivrance Perdue de Gav Thorpe L'Hérésie d'Horus, Tome XIX : La Bataille de Calth de Dan Abnett L'Hérésie d'Horus, Tome XX : Les Primarques - recueil L'Hérésie d'Horus, Tome XXI : Signus Daemonicus de James Swallow L'Hérésie d'Horus, Tome XXII : Les Ombres de la Traîtrise - recueil L'Hérésie d'Horus, Tome XXIII : L'Ange Exterminatus de Graham McNeill L'Hérésie d'Horus, Tome XXIV : Félon d'Aaron Dembski-Bowden L'Hérésie d'Horus, Tome XXV : La Marque de Calth, recueil L'Hérésie d'Horus, Tome XXVI : Vulkan est vivant de Nick Kyme L'Hérésie d'Horus, Tome XXVII : Imperium Secundus de Dan Abnett L'Hérésie d'Horus, Tome XXVIII : White Scars de Chris Wraight L'Hérésie d'Horus, Tome XXIXa : Les Fils de Lupercal : Vengeful Spirit volume I de Graham McNeill L'Hérésie d'Horus, Tome XXIXb : La Bataille de Molech : Vengeful Spirit volume II de Graham McNeill L'Hérésie d'Horus, Tome XXX : La Damnation de Pythos de David Annandale L'Hérésie d'Horus, Tome XXXI : L'Héritage de la Trahison, recueil L'Hérésie d'Horus, Tome XXXII : Retour au mont Deathfire de Nick Kyme L'Hérésie d'Horus, Tome XXXIII : La Guerre éternelle - recueil L'Hérésie d'Horus, Tome I - L'Ascension d'Horus : Où sont plantées les graines de l'Hérésie... Dan Abnett - Bibliothèque Interdite - 06/2006 - (ISBN 2-915-98925-7) - 416 pages... Physionomie des Astartes - p.31-76 Les Marines sont des géants de deux mètres et demi et d'une carrure inhumaine. Ils ont pour principales caractéristiques le gigantisme de leur visage allongé, presque équin, et le fait d'avoir un torse sans côtes. Précisions sur les flottes expéditionnaires - p.50 Un an après Ullanor, selon les chiffres du Conseil de Guerre, les expéditions principales engagées dans l'effort de croisade sont au nombre de 4287, ce qui n'inclut pas les 6000 flottilles secondaires chargées des impératifs d'occupation, ni les 372 flottes principales en cours de réarmement ou de réapprovisionnement dans l'attente de nouveaux ordres. Le Conseil de Terra - p.50 Depuis le début de la Grande Croisade, le Conseil de Guerre, formé par l'Empereur et les Primarques, est l'épicentre de l'autorité. Depuis Ullanor et le retrait de l'Empereur sur Terra, le Conseil de Terra, composé de civils, a repris les rênes de l'Imperium. Le Conseil de Guerre, sous la direction du Maître de Guerre Horus, est relégué à un rôle d'organe satellite dont les responsabilités sont de se focaliser uniquement sur la Croisade. Le Mournival - p.70-87-88 Il s'agit d'un ancien mot franc qui désigne les quatre figures royales d'un jeu de cartes : l'as, le monarque, l'impératrice et le valet. Il s'agit également d'une fraternité propre aux Luna Wolves, constituée des quatre capitaines les plus aptes de la légion. Son existence est officieuse et remonte aux premiers temps de la légion. Elle est distincte de la chaîne de commandement. Ses membres possèdent des caractères différents afin de refléter l'âme de la légion. Le devoir du Mournival est de veiller à la santé morale de celle-ci, de guider et de modeler sa philosophie, et plus important encore, d'être la voix que le Maître de Guerre écoutera avant n'importe quelle autre. Les membres du Mournival sont les compagnons et les amis à qui il peut s'adresser et exprimer librement ses inquiétudes. Le Mournival est également utilisé par Horus comme instrument diplomatique et politique. Faire partie du Mournival est un honneur informel, sans aucun poids officiel. On y entre par cooptation. L'appartenance au Mournival s'affiche, par le marquage au-dessus de la lentille droite du casque de ses membres, d'une lune ascendante, d'une demi-lune, d'une pleine lune et d'une lune gibbeuse (NB : gibbeuse signifie bossue. La phase gibbeuse est la période intermédiaire entre le Quartier de la Lune et la Pleine Lune où elle est au trois quarts pleine et arrondie comme par une bosse). L'œil, symbole d'Horus - p.115 Il signifie "Je suis la Vigilance de l'Empereur et l'œil de Terra". L'attribution de ce symbole fait suite à la campagne d'Ullanor, où, durant les festivités, l'Empereur a fait connaître son intention de retourner sur Terra et a nommé Horus Maître de Guerre. L'attitude des Primarques face à la promotion d'Horus - p.132 Après Ullanor, Horus prend la tête de la Grande Croisade avec le titre de Maître de Guerre. Toutefois, cette nomination n'a pas toujours été bien acceptée par ses frères : si Sanguinius, Lorgar et Fulgrim ont, dès le départ, acclamé cette nomination, Angron et Perturabo ont ressassé leur amertume. D'autres comme Russ et le Lion (NB : Lion El'Jonson, Primarque des Dark Angels, nom emprunté au poète britannique Lionel Johnson qui a notamment écrit "The Dark Angel") se sont cyniquement résolu à cette nouvelle, sans montrer la moindre surprise. Quant à Guilliman, le Kahn et Rogal Dorn, ces derniers ont considéré qu'Horus était le meilleur choix et surtout le choix le plus évident. Le Warhawk VI ou "oiseau d'assaut" - p.143 Il est l'ancêtre du Thunderhawk. Cette navette de transport est un appareil lourd, capable de supporter le vide et assez agile pour les manœuvres atmosphériques. Les Warhawks sont utilisés depuis le début de la Grande Croisade mais ont été assemblés sur Terra par le bloc Yndonésien pour être employés contre les tribus panpacifiques durant les guerres d'Unification. Le serment de l'instant - p.146 Chaque soldat de l'Imperium doit proclamer sa loyauté envers l'Empereur dès le début de son service, et ceux de l'Astartes n'y font pas exception. Personne ne doute de leur dévotion perpétuelle, mais avant chaque mission distincte, ils choisissent de prêter un serment immédiat, un serment de l'instant, qui les investit spécifiquement dans la mission en cours. Ce serment s'applique à une action bien spécifique. L'armure tactique Dreadnought ou armure Terminator - p.159 Ce modèle d'armure, relativement rare au début de la Grande Croisade, a été conçu pour l'assaut direct. Bardée de plaques épaisses et donc de dimensions importantes, cette armure est lente et pesante, mais est impossible à arrêter. Le porteur d'une telle armure sacrifie sa célérité, sa dextérité et sa liberté de mouvement au profit de l'invulnérabilité contre pratiquement toute attaque balistique. Des systèmes d'armement massifs sont intégrés aux épaules, aux bras et aux gantelets. Jour de colère - p.333 Le célèbre Dies Irae, titan de classe Imperator de la Legio Mortis, combat déjà aux côtés du Maître de Guerre durant la Grande Croisade (NB : Il connaîtra un destin funeste dans Déluge d'acier de Graham McNeill.) Les fils d'Horus - p.335 Si l'empereur a suggéré à Horus de renommer sa légion sur Ullanor afin qu'il n'y ait pas de doute sur son autorité, c'est sous l'impulsion de Sanguinius que le Maître de Guerre acceptera finalement de baptiser ses guerriers les Sons of Horus (NB : future Black Legion). Les constellations du Zodiaque - p.345 Lors d'une conversation avec Horus, l'Empereur lui a expliqué que vingt fils correspondraient aux vingt signes du ciel. Chaque fils incarnant le caractère d'un amas zodiacal spécifique. Horus correspondrait au signe de "l'effrayant Sagittaire", le plus grand guerrier de tous. L'Empereur lui a part ailleurs offert une chevalière en or patiné représentant un sagittaire, fabriquée en Perse l'année avant sa naissance. En Anatolie, lieu de naissance de l'Empereur, le centaure était un symbole de puissance. Autres signes évoqués : Leos (le lion), Skorpos (le scorpion) avec son armure et sa lame, Tauromach (le taureau) caractérisé par son obstination et Arbitos (la balance) caractérisé par son sens de l'équité. L'anathame - p.403 Erebus, Premier Chapelain des Word Bearers, s'empare de l'anathame, épée xenos dont la lame aurait été forgée selon des techniques interdites. C'est cette arme qui sera plus tard la cause de la déchéance d'Horus lorsqu'elle le frappera sur la lune de Davin. L'Hérésie d'Horus, Tome II - Les Faux Dieux : Où l'Hérésie prend racine... Graham McNeill - Bibliothèque Interdite - 01/2007 - (ISBN 2-915-98926-2) - 400 pages Une nouvelle classe de Titan - p.22 Il est évoqué une classe de Titan qui serait d'une nouvelle génération : le Night Gaunt. A priori, il s'agirait d'une version allégée du Warlord, sans arme scapulaire, mais plus rapide. Les gardiens des Titans - p.26 On en apprend un peu plus sur les entrailles des Titans, notamment sur les personnels qui en assurent la garde et la sécurité intérieure : ces gardiens sont affublés de plastrons noirs passés sur des chemises de mailles. Ils portent des casques en forme de crâne (NB : en l'espèce, il s'agit de la reprise du symbole de la Legio Mortis), ils sont armés de matraques incapacitantes et de pistolets à décharge, dont le canon est légèrement évasé. Deux aiguilles d'acier en dépassent entre lesquelles dansent des étincelles d'une lumière bleue. Ils génèrent des arcs électriques pouvant calciner la chair d'un homme sans risquer d'endommager les parois du Titan. L'armement du Warhawk - p.94 Des rangées de missiles sont accrochées sous chaque aile et de longs canons à fûts rotatifs sont montés sur un pivot avant. Quelques détails sur la bataille d'Ullanor - p.94 Lors de cette fameuse bataille livrée contre une immense Waaagh, six cents vaisseaux impériaux ont été mobilisés, ainsi que la légion complète des Luna Wolves, plus de deux millions de fantassins de l'Armée impériale, une centaine de Titans du Mechanicum et une partie des forces Ultramarines et White Scars. Horus a pris la tête de l'escouade Justaerin (NB : 1ère compagnie en armure Terminator commandée par Abaddon) pour affronter le seigneur de guerre Ork. Seuls le Maître de Guerre et Abaddon en sont revenus vivants. Comment descendre un Titan à la surface d'une planète - p.101 Les engins de descente du Mechanicum sont de vastes structures monolithiques aussi grosses qu'un quartier de ville, en forme de tube à nez court, bardées d'une profusion de technologies thermorésistantes et de réacteurs de décélération. Des champs d'inertie maintiennent les Titans en sécurité. A l'intérieur, les boulons des armatures anti-mouvement sont armés et sont destinés à éclater à l'impact. Précisions sur les Ultramarines - p.107 Propos tenus par Torgaddon à Loken : "[...] les hommes de Guilliman ont le cul encore plus serré que toi." L'épée d'Horus - p.143 Forgée par Ferrus Manus, cette épée à la lame dorée lui a été offerte par le Primarque des Iron Hands en cadeau d'investiture au rang de Maître de Guerre. Changement d'état civil - p.151 Est évoqué le nom de Nurgh-leth : le site Taran nous apprend que la racine Nurgh signifie décadence, désir de vivre/défier la décadence dans le langage du Chaos. Nurgh-leth ou sa forme dérivée, Nurgle, est la forme la plus pure de ce mot-racine, utilisée pour les rituels du Chaos. Comment Horus a-t-il été blessé - p.190 Si l'anathame a pu neutraliser Horus, c'est parce qu'elle inocule une toxine comportant un camouflage génétique lui permettant d'échapper aux défenses immunitaires améliorées d'un Primarque. Comment récupérer un Titan - p.191 Les vaisseaux qui ont déposé les Titans doivent être extraits de leurs cratères d'impact. A cet effet, des flottes entières de navettes amènent d'immenses grues, d'énormes machines d'excavation et de chargement. Une armée de serviteurs participe à la manœuvre. Les Primarques inconnus - p.285 Dans son "rêve", Horus endommage, a priori, la capsule contenant le bébé-Primarque de la XIème légion. Les périgrinations de l'anathame - p.366 Tour-à-tour, l'épée passe entre les mains d'Erebus, de Fabius Bile et de Fulgrim. La Legio Reductor - p.366 La Legio Reductor ou Ordo Reductor est une branche de l'Adeptus Mechanicus spécialisée dans l'armement de siège. L'Hérésie d'Horus, Tome III - La Galaxie en Flammes : Où l'Hérésie se révèle... Ben Counter - Bibliothèque Interdite - 06/2007 - (ISBN 2-915-98956-7) - 320 pages La nouvelle armure du Maître de Guerre - p.40 -66 Horus porte désormais une armure noire sur laquelle l'œil ambré brille comme un charbon au fourneau. Des griffes rétractables sont insérées dans ses gantelets et une lampe d'un rouge maléfique, intégrée à son gorgerin, jette sur son visage un éclairage démoniaque. L'armure Terminator du Maître de Guerre, couleur d'obsidienne, est un présent du Fabricator général de Mars. Elle lui a été envoyée pour cimenter l'alliance avec le Mechanicum. Si cette armure reprend la couleur de celles des Justaerin, elle les surclasse de loin en ornementations et en puissance. L'œil rouge de son plastron s'ouvre également sur son abdomen et ses épaulières, et l'une de ses mains arbore un monstrueux gantelet muni de lames acérées à la place des doigts. De l'utilité des World Eaters - p.47 La légion des World Eaters est souvent décriée par la communauté Space Marines en raison de ses méthodes expéditives. Cependant, Khârn, écuyer d'Angron, lors d'une conversation avec Loken, laisse penser que si les siens peuvent continuer librement à perpétrer des massacres notamment parmi la population civile, c'est parce que l'Empereur lui-même sait que parfois, le meilleur choix est de laisser les World Eaters faire ce qu'ils savent faire le mieux. L'étude des planètes - p.52 A priori, les planètes nouvellement (re-)découvertes durant la Grande Croisade sont préalablement étudiées grâce à des "drônes servitorisés de cartographie stellaire". L'Empereur et le Warp - p.73 Sarr'Kell, démon des ombres, avoue à Horus que les grands desseins de l'Empereur provoquent des remous dans le Warp et le déchirent de l'intérieur. L'Empereur est le fléau des entités warpiennes. Casser la voix.... - p.114 Les travaux de Fabius Bile l'ont amené à tester une nouvelle technologie sur Eidolon : il lui a greffé un implant trachéal combiné à une modification des rythmes de son processeur génétique. Cet implant lui permet d'utiliser sa voix et certaines harmoniques pour agir sur la matière et la détruire. L'utilisation prolongée de la voix va créer chez Eidolon un état d'insatiabilité permanent et de manque. Il voudra toujours plus de sensations. Les macro-canons - p.150 Les ponts d'armement des croiseurs s'étendent sur toute leur longueur. D'immenses grues sifflantes alimentent les pièces d'artillerie en soulevant des obus de la taille d'un tank depuis les profondeurs des magasins des vaisseaux, au travers de leurs volets anti-explosions. Pointeurs et chargeurs transpirent aux côtés des gréeurs : chaque batterie compte une centaine d'hommes pour tirer sur les chaînes de levage en préparation du tir. L'Hérésie d'Horus, Tome IV - La Fuite de l'Eisenstein : Où l'Hérésie s'étend... James Swallow - Bibliothèque Interdite - 01/2008 - (ISBN 2915989699) - 400 pages Du feu dans l'espace - p.13 Sur certains vaisseaux de ligne, brûlent des torches qui défient l'absence d'oxygène. Au bout de ces tubes, des lueurs plasmiques traînent leurs sillages orange clair de gaz turbulents, le long des kilomètres de flancs métalliques. Ces feux ne sont allumés que lorsque l'heure est au conflit. L'éclat de la chaleur qu'ils dilapident est un message adressé à l'ennemi. La Death Guard et la mode - p.19 Beaucoup des nouvelles recrues de la Death Guard ont la tête rasée, mais elles ont conservé sur l'arrière du crâne des cheveux qui frôlent leurs épaules en mèches noir et gris. La structure de commandement de la Death Guard - p.24 La Death Guard diffère des autres légions en ce qu'elle dispose de 7 grandes compagnies comptant bien plus d'hommes qu'à l'ordinaire. Par ailleurs, si le meneur de la 1ère compagnie est honoré du titre de premier capitaine comme chez les autres légions, les chefs de la 2ème et 7ème compagnie se voient respectivement honorés des titres de commandeur et de capitaine de bataille (NB : Garro porte ce titre). Cet usage remonterait aux Guerres d'Unification quand cette marque de distinction avait été accordée à un officier de la 14ème légion par l'Empereur lui-même. Certains chefs de compagnie ont également pour coutume d'avoir un écuyer à leurs côtés : il s'agit d'un simple humain, ancien candidat ayant échoué aux épreuves de sélection pour intégrer la légion. Le Linceul - p.28 La garde d'honneur de Mortarion, Primarque de la Death Guard, est constituée par l'élite de la légion. Ces gardes du corps, dotés d'armures décorées les faisant dépasser en taille leurs collègues portant les fameuses armures Terminator, sont armés de faux de combat nommées faucheuses. Elles sont forgées pour ressembler au simple outil de moisson censé avoir été l'arme du Primarque durant sa jeunesse. Seuls quelques rares guerriers personnellement choisis par le Primarque, tel que le premier capitaine Typhon, ont la permission de manier de telles armes. Les membres du Linceul sont condamnés à ne jamais révéler leur visage à quiconque jusqu'à leur trépas. Ils sont choisis en secret par le Primarque parmi les simples frères, puis enregistrés comme ayant été tués au combat. Ils ne s'éloignent jamais de leur seigneur de plus de 49 pas. Un indice sur la taille des Primarques - p.30 A priori, la poitrine d'un Space Marines arriverait à la hauteur de la ceinture de Mortarion. Cette échelle doit être grosso-modo commune à l'ensemble des Primarques, sauf chez les Thousand Sons : Magnus le Rouge est le plus imposant des Primarques (NB : d'où son nom, magnus est un adjectif latin qui signifie grand). Les engins d'abordage - p.37 L'abordage des navires ennemis s'effectue par le biais de petits vaisseaux de transports dotés d'une étrave en dents de scie et de portes à leur proue. Ils disposent de systèmes de contre-mesures électroniques, de fusées émettrices de chaleur et de paillettes de métal brouillant les senseurs ennemis, afin de couvrir leur approche. Dès que les navettes se sont enfoncées dans la coque du navire ennemi, les griffes de leurs flancs mordent dans le blindage. Des barbillons hydrauliques sont ensuite déployés par le cerveau-pilote autonome de l'appareil pour empêcher le souffle des gaz de renvoyer la navette dans l'espace. Une fois l'engin stabilisé, les rivets éclatent autour de l'écoutille étanche afin de libérer les Marines à l'intérieur du vaisseau abordé. La conquête de l'espace - p.44 Autrefois, les humains ont parcouru l'espace en vivant dans d'énormes cylindres appelés colonies Ohnyl, avant la maîtrise de la force de gravité (NB : Gerard K. O'Neill était un physicien américain qui s'est intéressé à la possibilité pour l'homme de vivre dans l'espace interplanétaire. Il imagine avec ses étudiants dans les années 1970 la création de colonies humaines dans des structures cylindriques -baptisées cylindre O'Neill - permettant de produire une pesanteur artificielle). Les épreuves de sélection de la Death Guard - p.67 Elles sont avant tout basées sur la résistance aux poisons et durent 7 jours. On distingue notamment la traversée des plaines noires, le tunnel aux venins ou encore le jardin aux épines. Le designate imperialis - p.89 Ce terme est utilisé pour désigner un gouverneur planétaire. Les Dusk Raiders - p.112 A l'époque où la Death Guard n'en répondait pas à un Primarque mais à l'Empereur lui-même, la XIVème légion s'appelait les Dusk Raiders. Ils étaient connus pour leur tactique coutumière d'attaquer l'ennemi au crépuscule. Leurs armures étaient du blanc terne d'un vieux marbre avec leur bras droit et leurs épaulières étaient colorées d'un rouge profond et luisant, signifiant le bras droit ensanglanté de l'Empereur, implacable et impossible à arrêter. Portrait de l'Eisenstein - p.150 A priori il n'a rien de remarquable, l'Eisenstein, ou "fer-pierre" dans l'ancien dialecte de la Jermanie, est un navire de schéma ancien, dans la catégorie de tonnage des frégates, dépassant tout juste les deux kilomètres de la poupe à la proue. Son modèle présente certaines similitudes avec les nouveaux escorteurs de classe Sword, mais dans la mesure où la plupart des vaisseaux impériaux incarnent une même philosophie de conception : lame de proue en pointe, bloc massif de propulsion Warp et subluminique, et entre eux deux, tout un fuselage crénelé bardé de plaques d'acier. Voyen, apothicaire de la 7ème compagnie à propos du navire : "Il est assez quelconque." La baie d'appontage est exiguë et étroite, mais si la frégate n'est pas très belle, elle est résistante. Elle aurait quitté les chantiers navals de Luna a peu près à la même époque où Garro est devenu Space Marines. Sa coque dorsale dispose d'un agrégat de canons laser à haute puissance. Le silence de l'espace - p.173 James Swallow devait avoir de bonnes notes en physique/chimie à l'école : il est l'un des rares auteurs de science-fiction à rendre silencieuse une bataille spatiale : " Ils [les canons lasers] lâchèrent en silence leur décharge dans le vide". En effet, dans l'espace, en dehors des planètes, des étoiles et des nuages, il n'y a pas de matière. Or, sans aucun milieu qui pourrait servir de support pour les ondes acoustiques, le son ne peut se propager. Nous apprenons également que le plastique existe toujours au 31ème millénaire. Luna - p.333 Le satellite de la Terre a pendant longtemps été une étape pour les voyages interstellaires. Durant l’Ère des Luttes, elle est redevenue déserte et désolée. La venue de l'Empereur lui a permis de renaître. Une vallée large de plusieurs kilomètres, creusée de la main de l'homme, divise la Lune le long de son équateur. Il s'agit du Circuit, un canyon artificiel sur lequel s'ouvrent des passages vers l'intérieur du globe. Il est le plus grand complexe militaire jamais aménagé. Des milliers de vaisseaux allant de la navette la plus humble à la barge de bataille sont entretenus dans l'immense chantier naval de l'armada impériale. Sur la face opposée à Terra, un arrangement de stations d'observation guette le grand vide. Port Luna est le grand centre d'attache des flottes de l'Humanité. Un grand anneau ceinture le planétoïde auquel sont arrimés des batteries de canons à rayons et de baies d'amarrage. Spéculations sur l'origine des chevaliers gris - p.374 Malcador le Sigillitte annonce à Garro que les 70 Marines survivants de l'Eisenstein seront bientôt employés à quelque chose : "L'imperium a besoin d'hommes et de femmes de nature inquisitrice, d'agents qui traqueront le sorcier, le traître, le mutant et le xenos...Des guerriers comme vous [...] qui attaqueront à la racine toute duplicité à venir. Et qui auront un devoir de vigilance." L'Hérésie d'Horus, Tome V - Fulgrim : Portrait d'une trahison Graham McNeill - Bibliothèque Interdite - 06/2008 - (ISBN 291598977X) - 480 pages Assauts sub-aquatiques - p.64 Les Space Marines non spécialisés dans la guerre sous-marine (NB : contrairement aux Emperor's Spears, à titre d'exemple) utilisent des torpilles d'abordage spécialement modifiées pour atteindre des cibles immergées. Elles sont tirées à partir de croiseurs survolant la mer. Fulgrim et le temple Laer - p.98 Durant la purge de Laeran, Fulgrim pénètre dans un temple où les xenos s'adonnent à une sorte de grand rassemblement sexuel grotesque. Ces derniers semblent protéger une longue épée à la lame incurvée. Fulgrim va se laisser subjuguer par l'atmosphère du temple et la beauté hypnotique de l'épée dont il s'emparera avidement. Dès qu'il posera la main sur le manche de l'épée, un grand soupir emplira le temple. Ce sera le début de la lente descente aux enfers de Fulgrim qui se laissera, à terme, posséder par le démon contenu dans l'arme. Fabrication de carburant solaire - p.143 Des collecteurs solaires voguant autour d'étoiles peuvent être utilisés pour générer de l'énergie à destination des nefs spatiales. Kill Bile - p.150 L'apothicaire Fabius Bile a découvert le moyen de relier directement le système nerveux d'un Marines aux centres du plaisir par le plus grand des hasards, alors qu'il étudiait le cerveau d'un comparse moribond. Sans savoir ce que cette découverte pouvait apporter à ses recherches, il l'a mise de côté pour une étude future. Accessoirement, le marine est mort dans la béatitude... Précisions sur les méthodes d'abordage dans l'espace - p.182 Si les passagers d'un engin d'abordage, ou torpille d'abordage, ne sont pas écrasés lors de l'impact contre la coque d'un navire ennemi, c'est parce que ces véhicules sont dotés de compensateurs d'inertie. Par ailleurs, ces torpilles sont munies de charges explosives fixées sur leur nez et qui leur permettent de se frayer un chemin à travers la structure du vaisseau. Description d'un vaisseau-monde Eldar - p.201-249 Ce type de vaisseau est d'une longueur colossale, entre neuf et quatorze kilomètres, fait d'une substance évoquant l'os jauni. Sa forme semble davantage avoir poussé qu'avoir été construite. Des dômes semblables à des gemmes reflètent la lumière faible des étoiles, mais une radiance intérieure brille comme une lumière phosphorée au travers des surfaces semi-translucides. Des minarets gracieux et ivoirins s'élèvent en groupements épars, leurs sommets effilés soulignés d'or et d'argent. De vastes conglomérations d'habitats aux lignes somptueuses s'accrochent à la surface du puissant vaisseau-monde et une pléthore de lueurs scintillantes décrivent de merveilleux tracés au travers de ses cités. Une grande voile or et noire se dresse au-dessus du corps du vaisseau, tendue dans le vent stellaire pour le pousser sur sa trajectoire. Précisions sur l'implant vocal des Emperor's Children - p.236 La greffe trachéale se soude sur les cordes vocales de l'hôte et permet de produire des cris paralysants. L'implant est un mélange de génome xenos (NB : les Laers en l'espèce) et de matériel génétique Astartes qui a muté sous des conditions contrôlées. L'Astartes et la gente féminine - p.403 Point de vue très intéressant de Julius Kaesoron, capitaine de la 1ère compagnie des Emperor's Children, concernant une mortelle partiellement dénudée : "Bien qu'il n'eût aucun réel souvenir d'avoir déjà admiré une femme, ni aucun cadre de rérérence auquel la comparer, les formes de la compositrice et sa féminité triomphante lui avaient coupé le souffle. Julius avait déjà ressenti des élans d'émotions similaires en admirant son Primarque, en entendant une œuvre musicale particulièrement inspirante, ou en partant au combat, mais de sentir ses sens troublés par une mortelle était pour lui une expérience nouvelle". Avènement des Noise Marines - p.410 Lors d'une représentation de la "Maraviglia", Marius Vairosean, capitaine de la 3ème compagnie des Emperor's Children, a, pour la première fois, fait usage d'un instrument de musique, de conception peu orthodoxe, pour donner la mort. Le cauchemar de Fulgrim - p.462 Fulgrim ne s'est pas transformé en démon mais serait possédé par l'une de ces créatures : en levant son épée devant son visage, le démon de la lame laer qui s'est emparé de son corps a pu apercevoir l'âme torturée du Primarque, prisonnière derrière ses yeux, se refléter sur la surface miroitante de la lame. Le démon a entendu ses cris raisonner à l'intérieur de son crâne : "Les fous qui servaient au sein de la 3ème légion ne se doutaient pas que leur commandant bien-aimé griffait devant leurs yeux les murs de la prison qui le retenait". L'Hérésie d'Horus - La Tour foudroyée / Le Roi Sombre Dan Abnett / Graham McNeill - Bibliothèque Interdite - 12/2008 - (ISBN 9782915989809) - 21 pages Les Primarques inconnus - p.7-12 Vingt Primarques ont bien été engendrés par l'Empereur. Cependant, aucun d'eux ne parle jamais de leur deuxième et onzième frère "absent" : "Leurs tragédies séparées avaient des allures d'aberration. Etaient-elles en fait des avertissements que personne n'avait compris ? [...] Pour l'heure, les traîtres avaient été drapés". Le terme traître est utilisé à deux reprises pour qualifier les deux Primarques inconnus. Le Sigillite, grand ami des arts - p.15 Malcador possède dans ses appartements, préservés dans des champs de stase, la Joconde, un Monet et peut-être un Rembrandt. Les pouvoirs psychiques du Night Haunter - p.13 En dehors des visions récurrentes du Primarque des Night Lords, celui-ci posséderait certains pouvoirs psychiques, très pratiques pour éteindre les lumières à distance : "Il étendit brusquement le bras. Une onde de choc psychique se propagea comme le souffle d'une explosion, avec Curze pour épicentre. Les tubes d'éclairage suspendus dans la chambre éclatèrent..." L'Hérésie d'Horus, Tome VI - Le Retour des Anges : Loyauté et Honneur Mitchell Scanlon - Bibliothèque Interdite - 10/2008 - (ISBN 2915989915) - 368 pages Les origines de la Ravenwing - p.59 Les chevaliers de la Ravenwing existaient bien avant l'arrivée de l'Empereur sur Caliban. Ils chassent en meutes les bêtes féroces qui hantent les forêts en chevauchant des destriers noirs. Les gènes qui auraient pu leur donner d'autres couleurs se sont éteints depuis longtemps et seules les montures d'un noir intense sont élevées par les maîtres palefreniers de l'Ordre. Les chevaliers de la Ravenwing peuvent survivre des mois seuls dans la forêt, ils portent des armures noires et des casques ailés qui dissimulent leur identité aux yeux de tous. Précisions sur le Seigneur Cypher - p.81 Ce n'est pas un nom mais un titre donné à l'homme chargé de veiller sur les traditions de l'Ordre (NB : confrérie de chevaliers antérieure à l'arrivée des Dark Angels sur Caliban). Le Seigneur Cypher assure les rites, conseille en matière de protocole et officie lors des cérémonies. Il est également nommé Maître des Mystères, Gardien de la Vérité ou Seigneur des Clés. Son rôle de gardien des traditions est symbolique : il est l'un des postes les plus élevés de l'Ordre, toutefois, il ne recèle que très peu de pouvoirs. Concernant son aspect, il est encapuchonné, porte des robes ainsi qu'un tabard noir et une épée au pommeau d'or. Sa véritable identité est gardée secrète, il est interdit de prononcer le véritable nom du Seigneur Cypher dès lors qu'il endosse son manteau. Ceux qui regardent dans la nuit - p.126 Ils ne sont pas humains et semblent être âgés de milliers d'années. Ils font partie d'une confrérie nommée la Cabale dont le but est de pourchasser "les plus anciens maléfices". Les grandes bêtes de Caliban sont un des symptômes d'un grand mal que Ceux qui regardent dans la nuit refusent de nommer, mais il semblerait qu'il s'agisse du Chaos : "[...] Il est la malédiction qui pèse sur tes semblables et [...] un jour, il vous consumera tous. [...] tant que les humains vivront, il sera là. [...] ton espèce [les humains] menace de faire plonger la galaxie dans une éternité de souffrances." Ces êtres sont de petite taille, ils ne dépassent pas quelques pieds de haut (NB : 1 pied équivaut à environ 30 cm). Ils portent de longues robes à capuche qui empêchent de voir leur visage. Précisions sur la médecine du 31ème millénaire - p.207 Les apothicaires Space Marines peuvent, à priori, utiliser des traitements qui entraînent la repousse d'un nouveau membre à partir du moignon de l'ancien. La psychoscopie - p.212 C'est une forme de vision : le psyker va utiliser ce pouvoir pour regarder au-delà de la dimension physique et projeter une partie de lui-même dans le Warp. Les Primarques inconnus - p.213 Nous avons une nouvelle confirmation que 20 Primarques ont été engendrés, perdus puis retrouvés par l'Empereur. L'Hérésie d'Horus, Tome VII - Légion : Secrets et Mensonges Dan Abnett - Bibliothèque Interdite - 01/2009 - (ISBN 291599000X) - 384 pages Les Anciens Cent - p.19 -21-33-64 L'Empereur aurait conservé après l'Unification un certain nombre de régiments ayant servi durant l’Ère des Luttes, si ces derniers acceptaient de lui prêter serment. Ce sont les Anciens Cent. Des milliers d'autres régiments ont été contraints au démantèlement, châtrés en masse, ou activement purgés, selon leur degré de résistance à l'ordre nouveau. A priori, un certain nombre de ces régiments préservés (NB : en l'espèce le Géno) pratiquent la conscription génétique, ils sont alimentés en soldats issus d'élevages géniques permettant de les sélectionner pour leur musculature. Cette conscription a été un outil essentiel durant les années corrosives faites d'ouragans atomiques et de nuages dérivants radioactifs. Petit catalogue de véhicules à l'usage de l'Armée impériale - p.52-202-205 Le Scarab : il s'agit d'un speeder blindé de taille moyenne, doté d'une soute de rangement et d'une tourelle automatique montée à l'arrière. Il a une longue coque à courbure légère doté de puissants champs de suspension. Le Rampant : il s'agit d'un véhicule de transport doté de vingt paires de pattes fines comme des branches de compas. Ses unités motrices alternent une syncope mécanique qui le fait courir sur le sol tel un mille-pattes géant. Le Jackal : il s'agit d'une canonnière volante à l'aspect de grand corbeau squelettique. La Cabale - p.62-69-70-95-182-349 La Cabale combat le Chaos depuis plus longtemps que l'Homme évolue. Elle rassemble des xenos les plus perturbants par leur aspect : certains sont des entités pâles perchées sur plusieurs pattes, d'autres respirent dans un murmure constant au travers d'une grappe mouvante de pseudopodes gélatineux, d'autres sont des choses échassières, des créatures vulpines et courbées ou des insectes asymétriques. Certains sont cornus, d'autres invertébrés ou engoncés dans des armures bizarres qui les isolent de leur environnement. On distingue également des mollusques, des créatures aviaires, des choses mécaniques et une des entités n'est rien d'autre qu'un rayon de lumière décolorée. Pire encore, certains membres de la Cabale ne sont ni plus ni moins que des poussières conscientes et énergisées, existant comme une couche membraneuse autour de géantes gazeuses mourantes. Elle use de stratégie, d'influence délicate et a une vue à long terme. Elle a trouvé aux humains des qualités particulières. Elle a cru déceler que les hominidés se lèveraient un jour, inexorablement, pour jouer un rôle central dans le grand ordonnancement de toute chose. L'Humanité deviendrait la plus grande arme contre l'Annihilateur Primordial ou deviendrait la plus grande arme que l'Annihilateur Primordial emploierait. L'Empereur est une figure pressentie depuis longtemps par la Cabale. Il est le seul humain qui pourrait représenter un ajout de poids dans son cercle intérieur. La Cabale, il y a plusieurs siècles, a déjà tenté de contacter les Dark Angels (NB : voir Le retour des Anges, p.126). A priori, il y avait trop de corruption inhérente en eux, au même titre que chez les autres légions qui se sont affaiblies génétiquement pour maintenir leurs effectifs pour la Grande Croisade. L'Alpha Legion est la dernière des légions, c'est parce qu'elle était encore suffisamment pure et réceptive au changement que La Cabale s'est tournée vers elle. Par le biais de l'Acuité, elle révèle au(x) Primarque(s) de l'Alpha Legion que la victoire d'Horus conduira à la destruction de l'Humanité et du Chaos, alors que la victoire de l'Empereur conduira à la stagnation de l'Imperium puis à sa déchéance et à la suprématie du Chaos. Indices sur la conception des Space Marines - p.64 L'Empereur se serait fortement inspiré des méthodes d'élevage génique employées par certains régiments durant les Guerres d'Unification pour créer les fameux Space Marines. Voici comment fonctionne, à titre d'exemple, l'un de ces régiments : le régiment du Géno est constitué d'Uxors, une lignée de femelles à la sensibilité psychique latente. Leurs ovocytes sont récoltés à la puberté. A partir de ces ovules, une soldatesque utérine à la carrure massive est engendrée en cuves, grâce aux codes génétiques de plusieurs donneurs paternels robustes ayant fait les preuves de leurs mérites martiaux. La banque génétique est maintenue saine par le recrutement de commandants, excellant dans les tactiques et la stratégie, auprès d'autres régiments. Le double-visage de l'Empereur - p.70-77 Durant les Guerres d'Unification, sur Terra, un psyker a eu l'occasion de serrer la main de l'Empereur :"Cela le [le psyker] refit penser à cette chose dont il essayait de ne jamais se souvenir ; à ce jour éloigné où il avait rencontré l'Empereur, d'avoir serré sa main, d'avoir senti sa puissance, et d'avoir vu, derrière le masque de ce noble et beau visage, d'avoir vu... Juste une fraction de seconde. D'avoir vu...". Nous n'en saurons pas plus... Mais le psyker en question, en parlant de l'Empereur, ajoute avec une petite touche de poésie :"[...] vous n'avez aucune idée du salopard sanguinaire qu'il est réellement." Les Noirs de Lucifer - p.106-115 Ils sont appelés ainsi à cause de leurs manteaux de velours anthracite et de leurs plaques de protection d'un noir de jais. Ils sont une brigade d'élite levée sur Ischia (NB : a priori, une île volcanique située au large de Naples, bien que Terra ne possède plus de mer depuis belle lurette), ancienne et louée. Les Noirs ont quasiment tous disparus, leurs effectifs sont tombés très bas durant les dernières années des guerres d'Unification et leurs rangs n'ont jamais été comblés. Au sein de la Grande Croisade, ils tiennent un rôle cérémoniel en constituant des suites d'escorte pour certains commandants distingués. Ils ne marchent pas, ils se déplacent à pas feutrés, de façon aussi fluide et silencieuse que les chats. Ils portent des lames incurvées et courtes en acier plié de Tolède (voir également Les chroniques de l'Hérésie, p.33). Précisions sur Ullanor - p.109 Ullanor a été le combat le plus important dans l'histoire du nouvel Imperium. Elle est la victoire qui a défini la Croisade à elle seule, le moment où l'Humanité a confirmé qu'elle était maîtresse de l'espace, c'est le moment où les adversaires xenos ont fait demi-tour et se sont enfuis pour toujours. Précisions sur l'Armée impériale - p.126 Bien qu'elle soit constituée par d'innombrables régiments issus de milliers de mondes, nous apprenons que presque sept pour cent de son effectif total est constitué par les Outremars. Ceux-ci sont frappés d'un nanisme congénital et sont réputés pour leur clairvoyance stratégique et leur discipline. L'un d'eux a même été un confident et un conseiller de premier plan de l'Empereur. Le Primarque de l'Alpha Legion - p.129-335 Alpharius et Omegon sont de véritables frères, ils sont les seuls jumeaux parmi les fils génétiques de l'Empereur. Ils sont tous les deux le Primarque, une seule essence dans deux réceptacles. C'est le secret le mieux protégé de la Legion, nul en dehors d'elle n'est au courant. Le Primarque n'a jamais identifié publiquement la planète qui l'a vu grandir. La façon de s'exprimer d'Alpharius semble indiquer une base linguistique gédrosienne ou cyrénaïque (NB : Gédrosa est un monde désertique où le Seigneur Stellaire Macharius combattit à travers les déserts sulfuriques et y trouva la tombe d'anciens explorateurs ; Cyrene est une planète civilisée du secteur Korianis qui a fait l'objet d'un Exterminatus), ou encore martienne voire odrométique. Précisions sur le Palais de l'Empereur - p.142 Si l'on peut apercevoir la Grande Muraille de Zhongguo (NB : traduction de 'Chine' en Mandarin) depuis l'orbite, le Palais, lui, se voit depuis Mars ! L'Hérésie d'Horus, Tome VIII - Mechanicum : Le savoir c'est le pouvoir Graham McNeill - Bibliothèque Interdite - 07/2009 - (ISBN 2359610023) - 448 pages Précisions sur le vaisseau de l'Empereur - p.21 C'est une titanique cité d'or, une citadelle volante constellée de lumières et de couleurs, aussi importante qu'une montagne que l'on aurait arrachée aux flancs d'un continent. Ses dimensions défient l'imagination. A l'une de ses extrémités, elle se termine sur une gigantesque proue dorée et ornée d'ailes d'aigle, tandis que des fortifications colossales, aussi démesurées que les plus hautes tours des plus imposantes spires de la plus grande cité-ruche de Mars, se dressent à l'autre extrémité comme des stalagmites noueuses. Sous le ventre du monumental vaisseau, des réacteurs rugissants flamboient d'une puissance phénoménale. Il a des capacités atmosphériques et est en mesure de se poser sur la terre ferme grâce à des champs compensateurs qui soutiennent sa masse titanique. Les protectors du Mechanicum- p.33 Ce sont les gardes du corps des adeptes du Mechanicum. Ils sont grands, puissamment charpentés, physiquement surgénodéveloppés et pourvus de toutes sortes d'armes augmentiques bio-implantées. Leurs robes sont sillonnées de câbles annelés et de fils électriques de couleurs différentes, directement branchés dans leur chair au moyen des connecteurs implantés dans leur peau. Ils dégagent une odeur déplaisante, un mélange de viande faisandée, d'huile de machine et de sueur rance. Ils sont armés d'énormes pistolets à larges barillets et de longs bâtons de fer couronnés d'un rouage de bronze et d'argent auquel est accrochée une bande de parchemin. Ils ont conservé leur partie humaine et ont, pour certains, le sens de l'humour. Les serviteurs sauvages de Mars - p.41 Les serviteurs inutilisables, irréparablement endommagés ou encore ceux dont la chirurgie crânienne a échoué, sont mis au rebut et souvent jetés dans le pallidus. Il s'agit d'étendues désolées, cendreuses et saturées de produits toxiques qui s'étendent entre les forges martiennes. La majorité de ces créatures ne tarde pas à mourir, mais certaines réussissent à survivre quelque temps. Ces rescapés peuvent acquérir un certain degré d'autonomie grâce au dérèglement de leur cerveau. Ils se regroupent en bandes totalement désorganisées et infestent les installations du Mechanicum, attaquant les ouvriers pour s'en repaître et ponctionnant l'énergie afin de se maintenir en vie. L'Anneau de Fer - p.45 Cet anneau abrite les plus grands docks spatiaux de la galaxie. C'est un cortège de structures colossales orbitales flottant dans l'espace au-dessus de Mars. Elles ont produit les toutes premières flottes d'exploration ainsi que la plupart des vaisseaux des flottes expéditionnaires. Le Furious Abyss - p.45 Est évoquée la construction du Furious Abyss dans les chantiers navals de Jupiter. Il s'agit du fameux et colossal vaisseau de guerre des Word Bearers, qui prendra ultérieurement la route de Maccrage pour casser de l'Ultramarines (voir La Bataille des Abysses de Ben Counter). Le langage du Mechanicum - p.63 Appelé également lingua technis, il s'agit d'un langage machine compréhensible uniquement par ceux qui parlent couramment le binaire. Les pensées du Primarque Alpharius - p.76 Voici une citation qui lui est attribuée : "La guerre est simplement une mesure d'hygiène pour la galaxie". Les océans de Laeran - p.79 Ils sont décrits par le poète Edwinor dans son Oceanus Cantos. Laeran est une planète lointaine constituée essentiellement de mers et d'océans, soumise par les Emperor's Children durant la Grande Croisade (Voir Fulgrim de Graham McNeill). Les machines architectes - p.98 Ce sont des appareils miraculeux capables de fabriquer et de concevoir tout ce que leurs opérateurs désirent. Elles ont permis à l'humanité de coloniser d'immenses régions de la galaxie. Le plus grand rêve de tout membre du Mechanicum est de découvrir une machine architecte opérationnelle. La participation du Mechanicum aux Guerres d'Unification - p.99 Durant cette période, le Mechanicum a guerroyé contre les tribus de Terra, missionnant des corps expéditionnaires sur le monde natal de l'humanité pour piller les cryptes oubliées d'anciennes citadelles et arracher les secrets de l'ancienne technologie. Refusant de partager ces trésors, l'Empereur a combattu les soldats de Mars et les a brutalement renvoyés sur la planète rouge. Les cryptes de Moravec - p.102-141 L'Empereur a imposé des restrictions concernant la recherche sur les technologies interdites. Dans ce but, il a scellé les cryptes de l'adepte Moravec il y a un millier d'années et a décrété qu'elles ne devraient plus jamais être ouvertes. Il a posé la main sur les battants hermétiquement scellés, les paupières closes, et il est resté aussi immobile qu'une statue durant seize minutes et quinze secondes avant de partir. Moravec avait été l'un des plus doués des anciens techno-adeptes de Terra. Il avait fui les persécutions des superstitieuses tribus barbares des désolations irradiées de la zone Pan-Pacifique et s'était réfugié sur Mars. Pour développer ses technologies, Moravec a conclu des pactes avec des entités beaucoup plus anciennes que la race humaine, les mêmes qui ont accordé leur aide à Horus. Précisions sur les skitarii - p.113 Ils constituent une partie des forces armées du Mechanicum. Ce sont de véritables colosses vêtus de cuirasses miroitantes, de casques de bronze ornés de cocardes et de capes doublées de fourrures. Grâce à leurs améliorations augmentiques et à leurs implants glandulaires, ils possèdent une force démesurée et sont en permanence sous l'influence de substances métaboliques destinées à décupler leur agressivité tout en les rendant insensibles à la douleur. Le labyrinthe de la nuit - p.123-150-378 C'est un sombre territoire de Mars, fait de gorges escarpées si profondes qu'elles ne sont jamais réchauffées par le soleil. Pour des raisons incompréhensibles et qui n'ont jamais été clairement formulées, les adeptes de Mars ont toujours évité le Noctis Labyrinthus. Il est censé renfermer le Dragon de Mars, le Dieu-Machine. Il est à la fois sa tombe et sa prison. Le décodeur akashique - p.126 Un adepte a conçu le prototype d'une machine, le décodeur akashique, permettant aux individus de puiser dans le Warp afin de parvenir au savoir universel. Elle se présente sous la forme d'une caverne de six cents mètres de diamètre aux parois tapissées d'un métal couleur d'argent et parfaitement hémisphérique. Ses murs incurvés sont recouverts d'un maillage de milliers de caissons, contenant chacun un psyker équipé de câblages et de branchements de cuivre. Le tout est relié au centre de la caverne à un trône doré posé sur une estrade de granit noir et poli. L'avènement du Mechanicum Noir - p.145 Regulus, l'émissaire d'Horus auprès du Mechanicum, a employé un code binaire corrompu pour ouvrir les cryptes de Moravec. Ce code s'est introduit dans le réseau martien et a corrompu la plupart des installations et des adeptes employant le lingua technis. La formation des tech-marines - p.235 Mondus Occulum est la plus renommée et la plus industrieuse de toutes les fabriques d'armes de Mars. Les membres de l'Astartes ayant une affinité avec les mystères de la technologie sont autorisés à y étudier les voies de la machine sous la férule de maîtres adeptes. Une fois formés, ces guerriers retournent à leur légion, riches de ce qu'ils ont appris, pour y instruire les néophytes. Le Fabricator supplétif Kane a formé les meilleurs de tous : T'Kell des Salamanders, Gebren des Iron Hands et Polonin des Ultramarines. La sororité Cydonienne - p.274 L'organisation des assassins technoprêtres est un corps de tueuses aussi inapprochables que mystérieux, ayant été mise en place au moment de la colonisation de Mars, dans un très lointain passé. Ils ne reconnaissent d'autre loi que la leur et ne sont soumis à aucune autorité, excepté celle de maîtres inconnus que l'on dit installés dans les ténébreuses profondeurs de Cydonia Mensae (NB : le visage de Mars). Les Primarques inconnus - p.352 Lorsque Dorn et le Sigilitte font leurs comptes, ils parviennent à un total de dix-huit légions (NB : quatre renégates et quatorze loyales). Lorsque Dorn objecte qu'il préfèrerait en avoir quinze à ses côtés au lieu de treize, Malcador lui rétorque sur un ton d'avertissement : "N'y pense même pas, mon ami. Ceux-là sont à jamais perdus pour nous". Le dragon et le chevalier - p.376-384 Le dragon de Mars est une entité qui parcourait déjà la galaxie des millions d'années avant que l'humanité ne soit qu'un soupir dans la bouche de son créateur. Il a bu au cœur des étoiles et a été adoré comme une divinité par les habitants d'un millier de galaxies. Il ressemble à la fois à une bête rampante et à un abominable oiseau. Sa tête écailleuse est énorme et sa queue fait vingt mètres de long. Son corps ailé et terrifiant est couvert d'écailles si solides, si luisantes et si bien polies qu'elles ressemblent aux plaques de l'armure d'un chevalier. Après une terrible guerre contre ses semblables, le dragon a trouvé refuge sur Terra pour se nourrir et reprendre des forces. Entre le onzième et le douzième siècle, il s'est installé dans une cité de Libye où il a massacré tous les chevaliers. Quotidiennement, il exigea le sacrifice d'une jeune et belle vierge pour se repaître de sa terreur. Alors que la toute dernière jeune fille de la cité marchait vers sa mort, un chevalier solitaire en armure dorée et casque à plumet écarlate, monté sur un puissant destrier noir pénétra dans la cité. Au bout de sa longue lance flottait un long pennon rouge et blanc orné d'un aigle qui prenait son envol en serrant un éclair dans ses griffes. Il était l'un des soldats de l'empereur Dioclétien et avait obtenu de grands honneurs dans l'armée. A peine avait-il eu le temps d'arrêter son destrier et de passer son bouclier à son bras que le dragon surgit de son antre. Après un âpre combat, le chevalier trouva le point faible du dragon, un endroit situé sous l'aile gauche, et frappa. Le chevalier enchaîna le dragon vaincu et l'emmena très loin de la cité, sur Mars, sous le Noctis Labyrinthus. Précisions sur l'origine de Mechanicum - p.387 C'est l'Empereur en personne qui aurait orchestré l'évolution du Mechanicum. Il savait qu'un jour il aurait besoin d'une organisation aussi puissante qui le reconnaitrait comme une divinité. Sans le dragon de Mars, il n'y aurait pas de Mechanicum et sans le Mechanicum, le grand rêve de l'Empereur, l'unification de la galaxie pour l'humanité, se serait flétri sur le sarment qui l'a porté. Car le plus grand secret entourant le Mechanicum est que se sont les rêves du dragon qui ont donné naissance aux premières machines des prêtres de Mars. L'Hérésie d'Horus, Tome IX - Chroniques de l'hérésie : La Corruption se répand Recueil de nouvelles - Bibliothèque Interdite - 10/2009 - (ISBN 2359610104) – 352 pages Parties de chasse - Dan Abnett Le palais de l'Empereur - p.14 Le palais est plus grand que bien des cités. Il est fait de couloirs décorés de diaspore (NB : sortes de cristaux) et d'agate, d'escaliers aux marches taillées dans des blocs d'onyx, de sols au marbre poli, de murs de quartz et de sardonite et d'immenses voies processionnelles. On y trouve des ravines artificielles profondes de cinq cents étages de grands dômes parfois si vastes qu'ils renferment leur propre système météorologique, des lacs d'agrément, des oasis, des cascades, des tours taxonomiques. Les lieux notables du palais sont l'Hégémon, immense dôme aux voûtes peintes, la Tribune de Jade, le Congrès, fait de malachite et de ferronneries, l'oasis du Qokang, l'Investiaire (NB : qui contient les statues surdimensionnées des Primarques), le hall de Leng qui abrite une anomalie temporelle, la maison des armes et le grand observatoire notamment. Précisions sur le nom des Custodes - p.20 Le prénom d'un Custodes est l'élément le plus ancien de son identité. Le nom qui suit n'est pas un nom de famille mais désigne l'activité de la lignée ayant fourni ses gènes-source, vient ensuite le site de la naissance organique, celui de la maison où le Custodes a suivi ses études formatives, puis l'endroit où il a été formé pour la première fois au maniement des armes. Les noms suivants rappellent le premier combat du Custodes, une action ou un repère marquant de sa vie. Ce sont les maîtres du premier cercle qui octroient de façon formelle ces noms. Ils sont gravés sur la face interne de leur armure en commençant par le côté droit du gorgerin, puis s'enroulent en lignes serrées à l'intérieur de la plaque. Les vétérans voient leur cage thoracique remplie par leur nom complet qui peut dépasser les mille éléments (NB : Ce qui est le cas de Constantin Valdor qui porte 1932 noms). Le dispositif de sécurité impérial sur Terra - p.21-25 Les parties de chasse : elles représentent une donnée fondamentale de la sécurité du palais et un devoir pour les Custodiens. Ces derniers se portent volontaires pour mettre à l'épreuve le dispositif de sécurité impérial, à l'intérieur du palais et sur toute la planète. A tout instant, une demi-douzaine de Custodes se trouvent quelque part, œuvrant en secret et de façon autonome. Le réseau de Vérification Biométrique Unifiée : situés dans une des tours de l'Hégémon, les quartiers de surveillance du Custodes renferment de vastes émetteurs hololithiques, des consoles de cogitation et des codifieurs de veille qui scrutent et analysent les mouvements constants et fluides de la sphère d'information de Terra. Précisions sur le rituel de l'Harnachement - p.22 Ce sont les serviteurs et les esclaves qui équipent rituellement les Astartes de leurs armures. La mise en place de chaque plaque est accompagnée d'onctions et de chuchotements. Ce cérémonial, observé par la plupart des Astartes, les aide à focaliser leur pensée et à affiner leur résolution. Les Custodes ne s'entourent pas d'esclaves ni de serviteurs, ni d'aides et de valets. Ils s'équipent eux-mêmes, sans cérémonie. Le Custode et l'Astartes - p.23 Ils ne se ressemblent pas, ou comme des cousins ou des descendants d'une même lignée : ils sont semblables mais distincts. Les Custodes sont le produit d'un processus formatif plus ancien, un processus qui a été revu et simplifié pour engendrer les Astartes en masse. De façon générale, les Custodes sont plus larges et plus robustes. Les plus grandes différences sont d'ordre mental : si les Custodes partagent un certain lien familial au travers des cercles de leur ordre, celui-ci n'a rien de commun avec ce sens aigu de fraternité qui cimente les légions d'Astartes. Les Custodiens sont des êtres bien plus solitaires. Le Hawking - p.29 Il s'agit d'une navette de transport à capacité orbitale de forme large et élégante, la faisant ressembler à une raie géante avec ses vastes ailes triangulaires et sa longue dérive de queue élancée. Précisions sur les Noirs de Lucifer - p.33 Ils sont aussi renommés pour leur perspicacité et leur esprit acéré que pour leurs prouesses martiales. L'appel du Lion - Gav Thorpe Petite revue des équipements d'une barge de bataille Dark Angel - p.229-237 Bombardiers de classe Castellan ; Vaisseaux d'assaut Harbinger : il s'agit d'un énorme transport de troupes ressemblant plus à une petite forteresse qu'à une navette. Son contour est brisé par huit tourelles blindées armées de canons lasers. Il possède également des défenses automatiques plus petites tels que des lance-roquettes multiples et des bolters lourds anti-personnel. Il peut contenir plusieurs escouades de Marines, une dizaine de motojets ainsi qu'au moins deux land speeders ; Intercepteurs Deathbird, à l'aspect de faucon. Précisions sur le changement de livrée des Dark Angels - p.231 Peu de temps après que la Grande Croisade ait atteint Caliban, Lion El'Jonson a décrété que ses guerriers porteraient le vert des forêts de Caliban au lieu du noir. Il s'agit d'un rappel des batailles menées pour pacifier la planète. Après Desh'ea - Matt Farrer Précisions sur la conception des Primarques - p.320 A priori, les organes des Primarques auraient été cultivés par l'Empereur pour ses enfants à partir de sa propre chair, en les modifiant de vingt façons différentes. Des War Hounds... - p.325 C'est le nom que portait la légion des World Eaters avant le retour d'Angron. L'Empereur leur a donné le même nom que les chiens blancs que dressaient les guerriers yeshks du nord après avoir vu la légion combattre dans les étendues des ruches céphiques. ...aux World Eaters - p.333 Les comparses d'Angron sur Desh'ea étaient surnommés "les dévoreurs de cités" alors qu'ils menaient la rébellion contre les Hauts Sires. Après que le capitaine Dreagher ait lancé "... avec vous à notre tête, les War Hounds vont dévorer les mondes !", Angron a repris le terme à son propre compte pour renommer sa légion les World Eaters. L'Hérésie d'Horus, Tome X - Les Anges Déchus : Manipulations et Trahisons Mike Lee - Bibliothèque Interdite - 02/2010 - (ISBN 2359610236) - 416 pages Le Lion, champion du monde en calcul mental - p.68 Lion El'Jonson, s'adressant à un compagnon d'armes : "Je suis capable de faire des calculs hyperspatiaux de mémoire, frère [...] Je pense être capable de compter jusqu'à trente sans aucune aide". Les Jägers calibanites - p.115 Ces troupes sont les auxiliaires des Dark Angels, elles sont constituées d'humains servant de support aux Space Marines. Les Jägers assurent essentiellement des missions de maintien de l'ordre sur la planète (NB : accessoirement, les Jägers sont des unités de chasseurs servant dans l'armée finlandaise). Les navettes Condor - p.154 Il s'agit d'énormes transports de troupes. Le cockpit est placé entre les réacteurs du vaisseau. Le Lion, un animal pas très intuitif - p.201 Le Lion est perçu comme un intellectuel et un savant, il peut prédire les agissements des individus sur un champ de bataille avec une précision incroyable, mais il est incapable de discerner un homme honorable d'un homme des cavernes... La corruption de Caliban - p.254-339 Zahariel retrouve ses vieux amis de la Cabale. Ces derniers lui avouent que Caliban est corrompue par le Chaos depuis toujours et que c'est grâce à leur vigilance que le mal ne s'est pas plus répandu sur la planète. Lion El'Jonson est a priori au courant depuis le début de cette corruption et l'aurait même caché à l'Empereur. Les petits arrangements du Lion - p.404 Les Ordinatus commandés par Horus auprès du Mechanicum ont été récupérés par Lion El'Jonson. Celui-ci, alors qu'il s'entretien avec Perturabo, lui avoue qu'il souhaiterait être nommé Maître de Guerre à la place d'Horus et qu'il compte sur son appui. En échange, le Lion lui livre les engins de sièges en lui faisant promettre d'en faire bon usage... L'Hérésie d'Horus, Tome XI - La Bataille des Abysses : Mon frère, mon ennemi Ben Counter - Bibliothèque Interdite - 09/2010 - (ISBN 2359610449) - 432 pages Le Furious Abyss - p.15 Il s'agit d'un immense vaisseau de guerre commandité par Lorgar, fabriqué sur Thule, un satellite de Jupiter converti en chantier naval par le Mechanicum, dans le but de réduire Ultramar en cendres. Des cathédrales jaillissent de sa coque richement décorée, forgée pour résister à l'assaut concentré d'une batterie de défense planétaire. Sa proue est râblée, en forme de projectile. Ses flancs s'écartent pour englober l'énorme section centrale qui est le point de départ de trois ponts massifs et crénelés. Chacune de ses bordées dispose de deux rangées de batteries laser. Des tours hérissées d'antennes surgissent des innombrables ponts intermédiaires, chargées de rangées d'armes lourdes et de lance-torpilles. La coque inférieure du vaisseau abrite des soutes débordantes de chasseurs-bombardiers. L'énorme figure de proue est un livre entouré de flammes, sculpté d'or et d'argent, révélant des textes choisis par Lorgar, et abritant un puissant canon Nova. A boire avec modération... - p.37-297 La Wulfsmeade est une bière originaire de Fenris, si forte qu'elle peut avoir raison d'un Astartes qui se hasarderait à en boire assez. Cette boisson est brassée dans le but avoué de surmonter les défenses de la physiologie génétiquement améliorée des Marines (NB : preomnor et reins oolitiques notamment) afin d'assurer un état d'ébriété provisoire. Précisions sur la philosophie guerrière de Guilliman - p.244 Un des préceptes de la sagesse de Guilliman est que n'importe quel plan, aussi méticuleusement préparé soit-il, survit rarement au contact avec l'ennemi. Le Primarque met en avant la nécessité d'être flexible et de savoir s'adapter en temps de guerre. L'Hérésie d'Horus, Tome XII - Un Millier de Fils : Tout n'est que poussière Graham McNeill - Bibliothèque Interdite - 11/2010 - (ISBN 235961052X) - 634 pages Structure de la légion des Thousand Sons - p.33 à 37-48-64-65-67-215 Le Rehahti : il s'agit du cénacle intérieur des Thousand Sons dont les membres sont choisis par Magnus afin de réfléchir aux situations ponctuelles que rencontre la légion. Les membres de cette assemblée, lors de leurs réunions, se tiennent debout sur une spirale géométrique dessinée sur le sol. Leur position sur la spirale par rapport au centre où préside Magnus détermine leur statut au sein de cette assemblée. Les Thousand Sons sont organisés en une pesedjet (NB : groupe des neuf divinités de la mythologie égyptienne rassemblant toutes les forces présentes dans l'univers) de neuf confréries. Le Sekhmet ou Scarabée Occulte : il s'agit de l'élite de la légion constituée de vétérans. Les guerriers de la première confrérie sont équipés d'armures Terminator, de bolters jumelés, de lance-flammes, de canons d'assaut et de sekhems (NB : sceptres symbolisant la puissance sous l'Egypte antique) à la lame prolongée par un long manche. Un scarabée de jade et d'ambre est serti sur leur plastron. Les Dérobés : ce sont les troupes de reconnaissance de la légion. La Garde des Spires : les soldats prospérins sont les auxiliaires de la légion. Les rangs honorifiques de la légion - p.33 à 37-69-100-128-155-341 L'Ipsissimus : correspond à un être libre de toutes limites, vivant en équilibre avec les univers matériel et immatériel, à un être parfait à tout point de vue. Seul l'Empereur correspond à une telle description. Le Magus : attribué au maître de tous les cultes, par conséquent à Magnus. Le Magister Templi : rang attribué au maître d'un des temples des cultes de Prospero. L'adepte Exemptus ; L'adepte Minor ; Le Philosophus : il parvient à accéder à la parfaite équanimité. Il s'agit d'une disposition affective de détachement et de sérénité à l'égard de toute sensation ou évocation, agréable ou désagréable. Le Practicus : il s'agit d'un apprenti doué, capable de contrôler son esprit. Le Zelator : il est capable d'accumuler de l'énergie par le biais de la méditation. Le Néophyte : il appartient au rang le plus modeste de la légion. Il se contente de contrôler les pouvoirs de son être à force de mantras (NB : a priori, ces titres auraient été inspirés par les travaux de Harvey Spencer Lewis, fondateur du très étrange et controversé Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix, dont il fut le premier Imperator...). Les cultes Thousand Sons - p.34-51-64-155-238-263-337 Après avoir déchiffré les motifs formés par les éclats d'une statue antique tombée au bas d'une falaise, sans raison apparente, alors qu'il la voyait pour la première fois, Magnus a partagé sa découverte avec les maîtres de Tizca. Peu de temps après, les psychneuein, redoutables prédateurs psychiques originaires de Prospero, ont attaqué la ville. C'est à ce moment que les pouvoirs de Magnus se sont révélés à lui et que les maîtres de Tizca ont développé leurs propres pouvoirs en fonction des motifs qu'ils avaient pu apercevoir dans les éclats de la statue. C'est de là que les cultes Thousand Sons tirent leur origine : Les Corvidae : les membres de ce culte sont capables de lire l'avenir. Leur symbole, porté sur l'épaulière gauche, consiste en un corbeau situé au centre de l'icône stellaire de la légion. Les Pyrae : les membres de ce culte maîtrisent le feu et sont capables de lancer des attaques pyrotechniques dévastatrices. Un titan Warlord de la Legio Astorum portant le nom de Canis Vertex se dresse devant les portes de leur temple sur Prospero. Leur symbole est le phénix. Les Pavoni : les membres de ce culte maîtrisent l'énergie électrique et sont capables de l'utiliser comme une arme en projetant des éclairs sur l'ennemi. Ils maîtrisent également la biomancie et la biomanipulation. Les Raptora : les membres de ce culte sont dotés de pouvoirs télékinétiques leur permettant d'ériger des boucliers ou d'interagir avec des objets. Leur symbole est une longue plume colorée. Les Athanaéens : les membres de ce culte sont des télépathes, ils peuvent capter les pensées des individus et, le cas échéant, interagir avec elles. Les Tutélaires - p.36-68-585 Ce sont des créatures du Warp associées aux membres des cultes des Thousand Sons. Ils sont le lien entre les guerriers de Magnus et l'Empyrean et permettent à ces derniers d'exploiter leurs pouvoirs. Les Tutélaires n'apparaissent pas à ceux privés de la vue aethérique, ils sont des fragments du Créateur Primordial et leur forme varie en fonction de ceux capables de les plier à leur volonté. La puissance de Magnus le dispense d'avoir un Tutélaire. A terme, les Tutélaires s'empareront des corps et des âmes des Thousand Sons provocant leur perte. Les références à l'ancienne Terra - p.43-73-104-120-156-168-230-378-542-564-600-602 Les Syrbotae : race de géants d'Ethiopie décrits par Pline l'Ancien et Cratète de Pergame, mesurant entre deux et quatre mètres de haut (NB : terme utilisé par un itérateur pour désigner des titans Eldar). L'allégorie de la caverne : exposée par Platon dans le Livre VII de La République. Elle met en scène des hommes enchaînés et immobilisés dans une demeure souterraine qui tournent le dos à l'entrée et ne voient que leurs ombres et celles projetées d'objets au loin derrière eux. Elle expose en termes imagés l'accession des hommes à la connaissance de la réalité, ainsi que la non moins difficile transmission de cette connaissance (NB : enseignée par Magnus à Ahriman alors qu'il était son apprenti). Les Elohim : terme hébreu qui apparaît dans la Torah se traduisant par Dieu en tant que nom commun (NB : terme utilisé par les Aghoru pour désigner les Eldars). Les Daiesthaï : terme grec signifiant partager, celui qui distribue. Il est à l'origine du mot démon mais également du mot démocratie (NB : terme utilisé par les Aghoru pour désigner les futurs Eldars noirs). Le chiffre maudit de Lorgar : dans la Rome antique, le chiffre dix-sept était considéré comme l'anagramme de l'expression gothique 'Vixi', signifiant "j'ai vécu", et dont l'extension logique est "je suis mort" (NB : réflexion d'Ahriman sur la légion des Word Bearers). Les neuf arcs : terme utilisé dans l'Égypte antique pour représenter ses ennemis traditionnels (NB : formation de combat agressive constituée de trois groupes utilisée par les Thousand Sons). Atlas Telamon : dans la mythologie grecque, ce titan fut condamné par Zeus à soutenir le monde jusqu'à ce que quelqu'un veuille le remplacer (NB : comparaison effectuée par Ahriman en voyant Phosis T'Kar déployer un bouclier kinétique pour protéger Magnus). Le Tarot des Visconti-Sforza : c'est un tarot divinatoire princier datant du XVème siècle, encore utilisé par les Thousand Sons. "Toute guerre est fondée sur la tromperie" : attribué à Sun Tzu, à la fin du VIème siècle av. J.-C, dans L'Art de la guerre, considéré comme le premier traité de stratégie militaire écrit au monde (NB : réflexion d'Ahriman qui suspecte Leman Russ de masquer sa véritable ruse en se faisant passer pour un sauvage). L'enochien : il s'agit d'une langue occulte ou supposée angélique, possédant son propre alphabet, découverte dans les carnets de note des occultistes et alchimistes anglais John Dee et Edward Kelley, au XVIème siècle. Le Liber Loagaeth et le Claves Angelicae sont des ouvrages rédigés par ces deux protagonistes recèlant des informations linguistiques permettant de comprendre l'enochien (NB : écriture utilisée par le scribe personnel de Magnus). Le docteur Faust : il est le héros d'un conte populaire allemand du XVIème siècle. Cette histoire relate le destin d'un savant homme, Faust, déçu par l'aporie à laquelle le condamne son art, contractant un pacte avec le Diable, Méphistophélès, qui lui offre une seconde vie, tournée cette fois-ci vers les plaisirs sensibles, au prix de son âme (NB : comparaison effectuée par Magnus pour expliquer à Ahriman son pacte avec les entités du Warp). La Völuspá : "prédiction de la voyante" ou "dit de la voyante" est un poème cosmogonique et eschatologique de la mythologie nordique, qui fait partie du recueil de l'Edda poétique. Le Liber Draconis :ouvrage allemand traitant de magie. Le Livre d'Atoum : Atoum est un dieu de la mythologie égyptienne originaire de la ville Héliopolis. Il est né de façon autogène de Noun, personnification de l'océan primordial, et s'est créé lui-même selon son désir (NB : ces trois ouvrages font partie de la bibliothèque des Corvidae) Alhazred le fou : ou Abdul Alhazred, personnage fictif présenté dans le Mythe de Cthulhu par Howard Phillips Lovecraft. Il est connu pour ses écrits démoniaques, notamment le fameux Necronomicon (NB : son effigie de marbre figure dans le Palais de la Sagesse sur Prospero). "Le patriote volontaire, se battant pour son pays et pour ses droits, constitue le soldat le plus fiable de la Terre" : citation attribuée à Thomas Jonathan Jackson, officier supérieur sudiste durant la Guerre de Sécession, surnommé Stonewall Jackson. Il est l'un des trois leaders des États confédérés d'Amérique figurant sur le bas-relief de Stone Mountain, le pendant sudiste du Mont Rushmore (NB : cité par Ahriman alors que lui et ses frères affrontent les Space Wolves). Les Thousand Sons et la numérologie - p.48-52-120-299-300-339 Le canon faucheur : capable de délivrer mille coups à la minute, ce canon d'assaut à fûts rotatifs a été récemment attribué à la légion. Toutefois, les Thousand Sons ont trouvé sa désignation officielle dépourvue de grâce. L'étude numérologique les a poussés à conserver son titre précédent : le canon faucheur. Avec ses huit lettres, quatre voyelles et quatre consonnes, le chiffre du canon faucheur est le neuf. Considérant que la légion est organisée en une Pesedjet de neuf confréries, l'harmonie paraissait naturelle et le nom est resté. Après la guerre de Kamenka Ulizarna, la légion a été réduite de dix confréries au chiffre du Pesedjet, les neuf confréries de l'antiquité. Ahriman a passé cinq ans en détachement auprès des Word Bearers, toutefois, il ne s'y ai fait que très peu d'amis et n'a pas réussi à adhérer à leur philosophie. Il considère d'ailleurs que le chiffre dix-sept attribué à cette légion porte malheur (NB : voir Les références à l'ancienne Terra). Les neuf arcs : formation de combat constituée de trois groupes. Sur Ullanor, neuf Primarques ont répondu à l'appel de l'Empereur : Magnus y voit un signe, neuf équivaut à trois fois trois, le Pesedjet des anciens dieux, les chœurs des anges occidentaux et les neuf sphères cosmiques des âges oubliés. Magnus raille Mortarion, Primarque de la Death Guard, en lui faisant remarquer que le Linceul, sa garde personnelle, se tient à quarante-neuf pas de lui, soit sept fois sept pas. Après l'épisode de la statue multicolore, Magnus et les maîtres de Tizca retournent en pèlerinage sur les lieux de sa chute et se font attaquer par les psychneuein. Seuls neuf des maîtres les plus puissants resteront en vie pour fonder les futurs cultes des Thousand Sons (NB : Accessoirement, le chiffre neuf est communément associé à Tzeentch, alors que le sept correspond au Grand Seigneur de la Pourriture, Nurgle). Il n'y a pas de loup sur Fenris - p.135-141-560 Effectivement, le loup n'est pas exactement endémique de cette planète, puisqu'il s'agirait de la forme ultime des Wulfen, ces infortunés Marines ayant subi la malédiction du Canis Helix. Les Primarques inconnus - p.165-299-300-302 Une nouvelle confirmation que vingt Primarques ont été créés. Lors du rassemblement d'Ullanor, Magnus fait remarquer à Mortarion qu'une telle assemblée de Primarques sur un même monde n'était plus arrivée depuis...Mortarion l'interrompt en lui faisant remarquer que l'Empereur a interdit d'en parler à nouveau. Les Enumérations - p.200 Ce sont des mantras utilisés par les Thousand Sons pour s'élever vers des états d'esprit leur permettant de fonctionner avec une efficacité mentale optimale. Le bouleversement charnel - p.201-435-510-542 Cinq ans après le début de la Grande Croisade, des guerriers Thousand Sons ont commencé à changer, à subir d'horribles mutations génétiques. Leur chair s'est retournée sur elle-même et leurs pouvoirs sont devenus hors de contrôle. Des entités ont fini par s'emparer des corps de ces guerriers qui sont devenus des réceptacles pour les créatures du Warp. Afin de sauver sa légion réduite à mille guerriers, Magnus aurait pactisé avec les forces du Warp, notamment avec Choronzon, Habitant de l'Abîme et Démon de la Dispersion. Il y a sacrifié un œil. L'Empereur aurait également pactisé avec ces entités, certainement lors de la création de ses fils. Les forces aériennes des Thousand Sons - p.238-440 Elles sont composées de chasseurs Lotus, de bombardiers Apis, de transports Strormhawk et de disques-speeder. Les tours Tsiolkovski - p.310 Constantin Edouardovitch Tsiolkovski, scientifique russe de la première moitié du XXème siècle, est considéré comme l'inventeur de l'ascenseur spatial : il a imaginé une tour de 36 000 km de haut permettant d'amener par un ascenseur des charges en orbites. Le grand projet de l'Empereur - p.313-501-506 Un tunnel permettant de transpercer l'Immaterium en reliant tous les endroits et toutes les époques, a été découvert par l'Empereur il y a bien longtemps. Afin de se rendre maître de cette toile, il est retourné sur Terra après Ullanor et a finalisé les énormes travaux entrepris des siècles plus tôt, dans les sous-sols de son palais. Le trône d'or est l'artefact qui aurait permis de commander au réseau xenos. L'Empereur avait choisi Magnus pour l'y installer et guider l'humanité. Or, ce dernier a forcé tous les sceaux et protections de la crypte afin de prévenir son père de la trahison d'Horus, causant des dommages irréparables à la machine et tuant des milliers d'individus. Le contrôle du trône sur le portail ayant pris fin, de vastes bancs de prédateurs du Warp s'y sont massés avec pour seule instinct de détruire. Précisions sur le Trône d'Or - p.313-501-506 Déterré des ruines oubliées enfouies sous le désert le plus sec et haut d'une dizaine de mètres, le trône d'or est l'artefact permettant de commander au réseau xenos. Ses inhibiteurs dimensionnels d'une impossible complexité et ses tampons d'isolation au Warp doivent séparer les deux dimensions. La crypte qui l'abrite, ayant servi de geôles impériales, est une immense salle bourdonnant d'activités et du bruit des appareillages aux facultés et à la complexité incroyables. A l'une des extrémités de l'entrée se situent de gigantesques portes dorées dont les battants sont ornés de reliefs : deux frères enlacés, un effrayant sagittaire, un lion rampant, la balance de la justice... Des milliers de technoadeptes, de serviteurs et de logi parcourent la myriade d'allées de la salle, vers son cœur où se dresse le trône, massif et mécanique, juste devant le portail xenos. Une forêt de câbles serpentins le relie de l'autre côté de la crypte aux immenses portes closes. L'entrée du portail est protégée par de grands boîtiers d'armement disposés dans tout le périmètre de la crypte, des sceaux et des hiéroglyphes. L'humour à deux bolts des Thousand Sons - p.331 Ahriman à Magnus : "Vous avez l'œil, monseigneur". Le Meurtre de Thoros - p.351 Lorsque Sanguinius présente le capitaine Thoros à Ahriman, ce dernier a soudain un flash dans lequel il aperçoit furtivement une bête arachnéenne hurlante, toute faite de crocs et aux multiples membres garnis de lames. Cette image semble s'attarder comme un présage. En effet, quelque temps plus tard, le capitaine Thoros perdra la vie dans un déploiement mal préparé sur la planète 140-20 connue également sous le nom de Meurtre. Son décès sera confirmé par Sanguinius en personne, qui reconnaîtra les huit poinçons en forme de "chevaliers léopards" à l'intérieur du casque du capitaine défunt retrouvé par Saul Tarvitz (voir L'ascension d'Horus, p.328). Les Archivistes - p.363 Tout d'abord méfiant envers ces psykers émergeant des légions, l'Empereur a finalement entériné un programme destiné à entraîner et à développer le potentiel psychique de ces Marines un peu particuliers. Ils ont été progressivement introduits tout d'abord chez les Thousand Sons, les Blood Angels et les White Scars où des départements d'archivistes ont été créés. Tout sera remis en question après le Concile de Nikaea. Les proto-Astartes - p.430 Ces guerriers en armure Tonnerre sont des créations brutales et sans subtilité de l'Empereur. Ce sont des hommes faisant partie de ses plus féroces combattants dans le corps desquels il a implanté des ajouts biologiques à maturité complète et des améliorations mécaniques afin d'accroître leur force, leur résistance et leur vitesse. La plupart de ces individus monstrueux ont fini par être rendus fous par les exigences de leur physiologie améliorée. Ces premières créations de l'Empereur étaient destinées à un travail de conquête de Terra afin d'assurer l'Unité, mais n'ont été d'aucune utilité pour la conquête de l'espace, d'où la création des Space Marines et des Primarques. Un millier de fils - p.439 Les mille fils (NB : ou a thousand sons) reflètent l'état de la légion après que le bouleversement charnel se soit abattu sur ses guerriers. Or, la légion de Magnus portait déjà le nom de Thousand Sons avant qu'elle ne soit réduite à mille survivants. Coïncidence ? A priori non, l'Empereur savait quel serait le sort de cette légion. Smackdawn vs RAW ! - p.622 Leman Russ effectue un chokeslam backbreaker sur Magnus et parvient ainsi à le terrasser. Les derniers Thousand Sons - p.627-631 Seuls douze cent quarante-deux guerriers ont survécu à l'anéantissement de Prospero et ont pu être transférés sur la planète des sorciers. En dernier recours, afin de préserver ses compagnons du bouleversement charnel, Ahriman a utilisé le sort de l'Effacement, trouvé dans le livre de Magnus. L'Hérésie d'Horus, Tome XIII - Némésis : Guerre dans l'ombre James Swallow - Bibliothèque Interdite - 01/2011 - (ISBN 2359610627 - 416 pages Le Linceul - p.40 A ne pas confondre avec la garde d'honneur de Mortarion, car il s'agit en l'espèce du lieu où se déroulent les réunions des maîtres des temples de l'Officio Assassinorum. Le Linceul, situé dans le palais de Terra, est très probablement l'un des endroits les plus secrets et les mieux gardés de la planète, hormis la salle du Trône de l'Empereur. Il n'a pas d'existence officielle, il n'apparait sur aucun plan, il est impossible à cartographier et il possède de nombreuses voies d'accès secrètes que les membres de l'Officio Assassinorum ne connaissent pas tous eux-mêmes. Certains pensent que cet endroit se situerait au sommet de l'une des milliers de tours de l'enceinte intérieure du palais. Cette salle est équipée d'appareils de contre-mesure brouillant les détecteurs de fréquences radioactives, d'étouffeurs acoustiques, calorifiques et lumineux secondant une texture neuronale générant un équivalent télépathique de bruit blanc sur l'ensemble du spectre psychique. Elle est également entourée d'un champ disruptif qui la décale dans l'espace-temps de quelques fractions de secondes, lui permettant d'exister un battement de cœur plus tard dans le futur et hors d'atteinte du reste de l'univers. Les membres de l'assemblée ne sont pas identifiables, ils portent des masques symbolisant leur porteur et qui sont un véritable concentré de technologie. Ils les couvrent du haut du front jusqu'au cou. Présidée par le Sigilite en personne qui endosse à cette occasion le rôle de Maître des Assassins, l'assemblée comprend le maître du temple Culexus, le maître du temple Callidus, le maître du temple Venenum, le maître du temple Vindicare, le maître du temple Eversor ainsi que le maître du temple Vanus. L'Officio Assassinorum - p.47 Son origine remonte aux débuts de la Grande Croisade, lors du pacte du Mont Vengeance. Durant des décennies, l'Officio a travaillé dans l'ombre de l'Imperium, à la marge de la connaissance de l'Empereur, en le servant par des actes dont il ne doit jamais avoir conscience afin de maintenir sa noble pureté. Son credo est :"Nul ennemi n'est hors d'atteinte de la colère de l'Empereur". De nombreux orphelins sélectionnés pour suivre l'entraînement de l'Officio intègrent les temples sans identité réelle et tiennent leur nom de leurs maîtres et plus grands professeurs. Malcador, le Maître des Assassins est un fantôme parmi les fantômes, seulement connu des chefs des différents temples, ou Director Primus, comme appartenant aux Hauts Seigneurs de Terra, mais aucun d'eux ne peut dire de quel membre du conseil de l'Empereur il s'agit. Seules cinq personnes connaissent la vraie identité du chef de l'Officio. Accessoirement, il n'est pas contre couper son thé noir avec un peu de brandy. Les différents temples - p.78 et suivantes Le temple Vanus Les agents de ce temple, les cryptocrates et les infocytes, ont vis-à-vis de la collecte d'informations la même relation qu'un addict à sa drogue. Ils sont obnubilés par l'envie d'accumuler toujours plus de renseignements et feraient n'importe quoi pour cela, quel que soit le sujet qui leur est proposé. Ils quittent rarement le sanctum de leur temple pour aller sur le terrain. S'ils sont néanmoins déployés, ils ont à leur disposition un gantelet cogitateur, des insectes bio-mécaniques, des aigles psyber et des yeux-rats. Le temple Vindicare Les agents de ce temple sont des tireurs d'élite. Ils sont équipés d'une cape de caméléoline et du fusil Exitus, aussi long qu'un homme dont le viseur renferme un dispositif qui permet de lire sur les lèvres. Ce fusil est spécialement configuré pour la carrure du tireur, son style de tir et est synchronisé avec son rythme respiratoire. Il est équipé d'un distributeur de munitions à carrousel, d'un viseur multi-images spectroscopique, d'un stabilisateur gyroscopique et d'un système de refroidissement par azote liquide. A l'occasion de l'une de ses missions, l'agent Eristede Kell a notamment abattu un capitaine de l’Astartes… Le temple Culexus Les agents de ce temple, les protiphages, sont dotés d'un casque en forme de crâne doté de l'Animus Speculum, une arme psychique dévastatrice, et d'une tenue contenant une matrice de force capable d'aspirer l'énergie vitale des individus ou de leur environnement. Ils ne sont pas tout à fait humains, ce sont des replicae, des clones élevés directement à partir de fécondations artificielles dans un lieu secret situé dans l'une des étendues sauvages de Terra. Ils sont également appelés parias en raison de leur absence d'âme. Ils sont l'antithèse des psykers. Le temple Eversor Les agents de ce temple sont la rage distillée, ce sont des armes de terreur. Ils sont très méthodiques dans leur manière de dispenser leur sanglante violence, ils ne laissent jamais aucun témoin. Ils sont maintenus en stase dans des cryopodes entre deux missions. Avant l'une d'elles, ils subissent une hypno-programmation et sont conditionnés durant leur sommeil. Un code d'obéissance implanté dans leur esprit peut les rendre inopérants ou les plonger dans un état de mort clinique. Leur corps est parcouru en permanence d'un cocktail chimique composé d'une bonne douzaine de substances qui interagissent les unes avec les autres. Ils sont armés du pistolet combiné Executor, qui tire aussi bien des projectiles balistiques que des aiguilles, et d'un neuro-gantelet. Le temple Callidus Les agents de ce temple sont des sculptures qui se sculptent eux-mêmes. Des bio-implants et de fortes doses de polymorphine rendent leur peau, leurs os et leurs muscles souples et malléables. Ils peuvent se transformer en n'importe qui. Le temple Venenum Les agents de ce temple sont spécialisés dans la manipulation des poisons. Kung Fu ! - p.102 Petit clin d'œil télévisuel à l'occasion d'un échange entre deux agents de l'Assassinorum :"Tu en auras des histoires à raconter lorsque tu rentreras à la maison, petit scarabée." Les véhicules - p.117-159 Le Cyclone : il s'agit d'un aéronef militaire doté de rotors anti-gravité. L'intercepteur Raven : fabriqué dans les docks de Jupiter. Les suites de l'incident de Thulé - p.163 Suite à l'affaire du Furious Abyss (voir La bataille des abysses de Ben Counter), d'énormes pressions sont exercées par Terra sur Jupiter et ses docks spatiaux. Des purges ont été menées discrètement, mais diverses accusations continuent d'aller et venir, certaines faisant peser sur le Maître de Guerre la responsabilité d'un acte aussi indigne. D'autres se demandent si l'Empereur n'a pas laissé cela se produire dans le seul but d'affermir son emprise sur Jupiter. La Legio Cybernetica - p.164 Le maître de Legio est appelé Seigneur-Mech. La prophétie d'Horus Lupercal - 491 Horus à Erebus : "Cette guerre ne se terminera que lorsque je regarderai mon père droit dans les yeux. Quand il verra cette indéniable vérité, il comprendra que j'ai raison. Il me rejoindra alors dans cette incontournable compréhension. - Et si l'Empereur refuse ? - Alors je le tuerai. Mais c'est à moi seul de le faire et à personne d'autre." L'Hérésie d'Horus, Tome XIV - Le Premier Hérétique : Corruption Aaron Dembski-Bowden - Black Library France - 09/2011 - (ISBN 9781780300153) - 574 pages Les effectifs de la légion des Word Bearers - p.41-66 Alors qu'au 41ème millénaire les chapitres Astartes ne comptent pas plus, en règle générale, de 1 000 guerriers, la légion des Word Bearers compte au 31ème millénaire, en comparaison, pas moins de 100 000 Marines. Cependant, Guilliman admet que si les Word Bearers comptent plus de guerriers qu'aucune autre légion, ils ne dépassent pas en effectifs ceux des Ultramarines. De la nature de Kor Phaereon - p.43 Aux yeux de Xaphen, chapelain de la 7ème compagnie, le père adoptif de Lorgar n'est pas l'un des leurs, ce n'est pas un vrai Astartes, il est impur. Il était trop âgé pour recevoir les implants d'organes et les manipulations génétiques pré-adolescentes pour pouvoir devenir un Astartes. En lieu et place, par le biais de traitements réjuvénants, de bionisation coûteuse et de façonnage génétique limité, Kor Phaeron a tout de même été élevé au-dessus du genre humain, comme signe de valeur que le Primarque voyait en lui. Aurelian - p.48 Lorgar Aurelian ou Lorgar le Doré, est le véritable nom du Primarque de la XVIIIème légion. Seuls ses guerriers l'utilisent pour nommer leur père génétique. Précisions sur le caractère des Primarques - p.83 Les Primarques sont des facettes de l'Empereur, des aspects dérivés d'une amorce génétique. Par exemple, le Lion correspond à la rationalité de l'Empereur, à son talent analytique, libéré du fardeau de la conscience. Magnus possède son potentiel psychique et son esprit avide, libéré de la patience. Russ est sa férocité libérée de la raison. Horus est l'ambition de l'Empereur, sans la contrainte de l'humilité. Guilliman est l'écho de l'Empereur, de tout son cœur et de toute son âme. Il lui reviendrait de diriger l'Imperium s'il arrivait quoique ce soit à son père. Lorgar porte le visage de son père, il incarne son espérance, sa croyance en une meilleure façon de vivre et son désir de hisser l'Humanité vers son plein potentiel. Précisions sur les serviteurs - p.98 Ces pauvres hères sont monnaie courante dans l'Imperium. Ce sont en général des hérétiques ou des criminels condamnés à faire pénitence, leur esprit étant purgé de toute vitalité, et des bioniques sont installés à l'intérieur de leur corps afin d'accroître leur force ou d'augmenter leur utilité. La purge de Quarante-Sept Seize - p.111-131 Argel Tal, capitaine de la 7ème compagnie du chapitre du Serrated Sun, relate à Cyrène Valanton, Confesseuse de la Parole, la purge du seizième monde redécouvert par la 47ème expédition. Les habitants de cette planète, coupés de Terra durant des millénaires, ont déifié l'image de l'Empereur : "Argel Tal rechargea, et tandis qu'il enfonçait en place un chargeur neuf, il prêta attention un instant à un éclat de verre près de son pied ; un fragment du vitrail, montrant une silhouette en armure d'or." Lorgar ordonnera la destruction de ce monde afin de libérer toute la rancœur qu'il éprouve envers son père et prouver à ce dernier que les Word Bearers peuvent se montrer la légion la plus zélée au sein de la Grande Croisade. Le point d'orgue de cette extermination sera le massacre du siège du gouvernement planétaire (NB : décrit avec précision dans Les chroniques de l'Hérésie p.129). Précisions sur l'esprit de la machine - p.134 La Legio Cybernetica est une facette du Mechanicum utilisant des organismes artificiels abritant des esprits de la machine, des consciences organo-synthétiques conçues par les technoprêtres à partir de composants biologiques. L'intelligence organique demeure liée à la perfection du genre humain, malgré sa nature synthétique, ce qui n'est pas le cas de l'intelligence artificielle. Précisions sur les Custodes - p.144 Les Custodiens sont les fils d'un processus plus rare, réclamant plus de temps que celui de l'Astartes. La manipulation biologique employée pour donner naissance aux prétoriens de l'Empereur engendre des guerriers qui ne sont tenus par aucun lien de loyauté envers personne, hormis leur maître. Au combat, chacun livre sa propre guerre seul, sans le soutien des autres, ils ne chassent pas en meute, ils combattent sans fraternité. Colchis - p.157 La planète d'adoption de Lorgar est un monde assoiffé. De trois fois la taille de Terra, il lui faut presque cinq années standard pour accomplir une révolution autour de son soleil implacable. Ce monde est fait de chaînes de montagnes impitoyables et de plaines désertiques, veinées de minces cours d'eau. La plupart des cités demeurent accrochées aux lignes côtières et entretiennent les unes avec les autres des liens par le biais d'échanges aériens et de fret maritime. Des ruines anciennes suggèrent qu'un empire reposant sur les machines a jadis gouverné Colchis. L'héritage de ce royaume perdu est évident, même en orbite où des agglomérats morts et dérivants sont coincés sur des orbites où ils se décomposeront encore pendant des millénaires. Colchis n'est pas protégée par des plateformes d'armement orbital et possède peu de stations spatiales industrieuses en charge de réalimenter et d'approvisionner les flottes expéditionnaires. Elle semble tournée sur elle-même, regardant même en arrière, refusant de nettoyer ses cieux des épaves du Moyen-Age Technologique. Toutefois, la planète n'est pas dépourvue de toute technologie, à l'image de sa capitale Vharadesh. Les Primarques inconnus - p.185 à 187-191-334-338 Afin de répondre à cette question, "pourquoi sommes-nous des guerriers ?", Lorgar, rongé par le doute et l'amertume après l'humiliation que lui a fait subir son père et Guilliman, supplie Magnus de le rejoindre sur Colchis. Lorgar lui confie qu'il craint par dessous tout que l'Empereur n'anéantisse sa légion et qu'il le brise avec elle. Il a peur de l'oubli, "à l'instar des frères dont nous ne parlons plus". Magnus lui avoue que le sort des Word Bearers a été évoqué avant Monarchia. Horus se serait prononcé contre l'effacement de la légion, ainsi que Leman Russ, soutenant avoir déjà perdu deux frères, et qu'il ne souhaitait pas en perdre un troisième. Après avoir scellé le sort de leurs deux frères dont les légions ont été expurgées, les Primarques ont prêté serment devant l'Empereur de ne plus les évoquer, de ne plus prononcer leur nom, de tout simplement les oublier. Dans la vision du passé qu'offre un démon à Argel Tal, au moment de la conception des Primarques, ce dernier s'approche de la capsule numéro XI : "Le onzième Primarque dort dans cette capsule, encore innocent, encore pur. Comme j'aimerais intervenir dès ici. – Cela nous épargnerait à tous beaucoup d'efforts, n'est-ce pas ?" Argel Tal envisage d'en finir avec ce Primarque afin d'effacer un "futur ignominieux. " La rumeur voudrait que la légion des Ultramarines ait accueilli les éléments survivants des légions purgées, ce qui expliquerait la hausse soudaine de leurs effectifs. Guilliman affirme lui-même que sa légion possède de loin l'effectif le plus important parmi toutes les légions. Les chapitres Word Bearers - p.188 Ils trouvent leur origine dans les constellations colchisiennes : en scrutant les cieux, on distingue le contour effacé d'un crozius surmonté d'un crâne, le haut siège adopté comme symbole par l'Osseous Throne, le cercle dentelé du Serrated Sun... Précisions sur la genèse des Primarques - p.200 La manipulation biologique, la fonte charnelle et la réécriture génétique employées dans la construction d'un des fils de l'Empereur ont été uniques et impossibles à répéter. Leurs racines se cachent sous des couches de mystère indicibles, car même si un autre être intelligent avait pu entrevoir les laboratoires de gestation de l'Empereur, jamais il n'aurait pu comprendre ce qui s'y était déroulé. La moindre particule de matière biologique de leur corps a été formée avec une minutie extrême, reforgée au niveau quantique pour contribuer à l'ensemble. Un processus au-delà de la science, de l'alchimie, au-delà de la sorcellerie psychique, ayant néanmoins emprunté à tous ces domaines et à d'autres. Le secteur Scarus - p.260 Lors de la traversée d'un secteur stellaire non cartographié, la flotte des Word Bearers qui était en quête de l'œil de la Terreur, a versé un lourd tribu aux tempêtes Warp : trois navires ont été portés disparus : l'Unending Reverence, le Gregorian et le Shield of Scarus. Ce croiseur d'attaque, commandé par le capitaine Scarus, donnera son nom à ce secteur, sur ordre de Lorgar. Situé dans le Segmentum Obscurus, le secteur Scarus sera le théâtre, quelques millénaires plus tard, de l'avènement de deux des plus célèbres inquisiteurs de la galaxie : Gregor Eisenhorn et son élève, Gideon Ravenor (NB : Dan Abnett leur a consacré deux trilogies). Accessoirement, Scarus désigne un genre de poisson marin de la famille des Scaridae. Cadia - p.263-265 Avant de devenir l'une des planètes les plus militarisées de l'Imperium, Cadia a été un monde barbare, primitif, peuplé de tribus dont les membres étaient couverts de peaux et de colifichets divers. Ces humains ont tous les yeux violets en raison de l'immense tempête Warp qui déchire la région et voile l'essentiel du ciel nocturne. Elle s'étale telle une grande tâche en spirale faite de rouges et de mauves. Lorgar apprendra au contact des cadiens que sa venue était prophétisée par les dieux du Warp. Précisions sur la loyauté des Word Bearers - p.340 La dévotion des Word Bearers pour leur Primarque viendrait d'une divergence mineure d'un code génétique par ailleurs sans défaut. Leur patrimoine génétique accroît la réaction chimique de leurs tissus cérébraux, leur donnant une loyauté inébranlable envers leur cause et envers Lorgar Aurelian, bien qu'ils conservent leur libre arbitre. Le premier hérétique - p.342 Lorgar, Erebus, Horus, ou encore Argel Tal (NB : qui signifie "le dernier ange") ? A priori, le choix paraît difficile pour déterminer lequel de ces personnages pourrait arborer ce titre. Cependant, si la parole d'un démon peut avoir une quelconque valeur, ce premier hérétique pourrait être l'Empereur en personne. Bien avant de quitter la Terre pour la Grande Croisade, il aurait traité avec les puissances du Warp afin d'acquérir le savoir de forger ses puissants fils par une union de génétique divine et de sorcellerie psychique. Puis l'Empereur aurait rompu ses serments et aurait trahi les dieux du Warp s'en s'acquitter du prix promis en échange de sa connaissance : "Les Dieux du Warp sont les pères légitimes des Primarques". Il a utilisé le générateur de champ Geller le plus puissant qui existe pour protéger les incubateurs renfermant les futurs Primarques des démons et aurait fait graver des incantations et des prières sur les modules de gestation. Précisions sur la grande dispersion - p.346 Argel Tal serait à l'origine de la dispersion des bébés Primarques aux quatre coins de la galaxie. Profitant d'une vision/voyage du/dans le passé, il aurait coupé le champ de Geller protégeant les incubateurs, permettant aux entités du Warp de s'en emparer et de les disperser. Sa vision prend fin dans un éclat psychique brûlant de couleur d'or, ce qui correspond au moment où Horus, guidé par Erebus, a lui aussi voyagé dans le passé jusqu'aux laboratoires de son père (voir Les Faux Dieux de Graham McNeill, p.285). L'ambiguïté du Lion - p.349 Est évoquée l'arrivée des bébés Primarques, qui trahiront l'Empereur lors de l'Hérésie, sur leur planète d'accueil respective après que les forces du Warp aient dispersé leurs incubateurs. Lion El'Jonson ferait partie de ces futurs petits hérétiques... Les Imperial Heralds - p.382 C'est le nom que portait la légion avant de devenir les Word Bearers, à une époque où elle n'était composée que de Terrans. Les Gal Vorbak - p.384 Ils représentent l'élite du Serrated Sun, ce sont les élus de Lorgar. En Colchisien, ce terme signifie les Fils Bénis. Argel Tal est à la tête de ce groupe avec le titre de Seigneur écarlate, en raison de la teinte de son armure MkIV rouge et argent à casque noir, dont sont également dotés ses frères d'arme. Les Gal Vorbak sont composés des Word Bearers ayant réalisé de pèlerinage au sein de l'Œil de la Terreur. A cette occasion, ils se sont fait tuer puis posséder par des entités du Warp. Toutefois, le premier Marines connu à avoir fait l'objet d'une possession par un démon nommé Samus a été Xavyer Jubal, sergent de l'escouade tactique Hellbore des Luna Wolves (voir L'Ascension d'Horus de Dan Abnett). Le Greywing - p.428 Il s'agit d'un transport de troupes de l'Armée impériale datant des Guerres d'Unification et construit rapidement en très grande quantité. Il a été progressivement remplacé par la Valkyrie, plus étirée et plus petite. Théorie sur le Primarque des Custodes – p.449-543 Un Custodes affirme que lui et ses compagnons d'arme sont les fils favoris de l'Empereur. Par ailleurs, d'après Erebus, les Custodes seraient nés du même code génétique que l'Empereur. Toutefois, la supposition que l'Empereur serait le Primarque de sa Garde Custodienne n'est étayée par aucune preuve et ne pourrait être qu'un mythe. Mort au faux Empereur ! - p.474 Sevatar, premier capitaine des Night Lords et personnage aussi connu dans l'Imperium qu'Abaddon ou qu'un Primarque, est la première âme vivante à prononcer ces mots qui résonneront au fil des millénaires. Les Atramentar - p.485 Il s'agit de la première compagnie d'élite des Night Lords. Des maillons de bronze ceignent leurs armures, enchaînant leurs armes dans leurs poings. Atramenta est le pluriel du terme latin atramentum qui signifie encre noire. Précisions sur le fonctionnement des haches tronçonneuses - p.487 Il est possible de régler cette arme grâce à une rune pour la faire basculer de la position "tissus tendres" à la position "plaques d'armure". Cette seconde position libère une deuxième rangée plus épaisse de dents aiguisées. Toutefois, une arme à lame tronçonneuse ne peut que griffer la peinture d'une armure de céramite composite, même si elle est capable de déchiqueter aisément le treillage de fibres des articulations, ou les câbles d'alimentation exposés. L'épée et le crozius - p.537 Argel Tal fut l'ancien élève d'Erebus, toutefois, il a préféré l'épée au crozius et a abandonné son apprentissage auprès du premier Chapelain. Suite à un différend concernant les méthodes de ce dernier, Argel Tal a tiré son arme contre lui et a tenté de le tuer. Erebus affirmera que la toute première fois qu'un Astartes a cherché à en tuer un autre date de cette nuit là. La résistance à la nouvelle foi - p.541 Tous les Word Bearers n'ont pas adopté la nouvelle foi envers les "vrais dieux" : par conséquent, une purge a été effectuée dans les rangs de la légion et ceux qui ne souhaitaient pas se retourner contre l'Imperium ont péri de la main d'autres Word Bearers. L'Hérésie d'Horus, Tome XV - Prospero Brûle : Les Loups sont lâchés Dan Abnett - Black Library France - 10/2011 - (ISBN 9781780300283) - 540 pages Petit lexique fenrisien - p.13 et suivantes Maleficarum : sorcier, mauvais œil, malédiction. Wyrd : représentation du destin. Hel : représentation de l'enfer fenrissien. Bateaux-wyrms : équivalent du drakkar, le wyrm est une créature fantastique assimilée au serpent ou au dragon. Aett : demeure du clan, l'âtre, la tanière. Huscarls : garde personnelle des seigneurs. Upplander : qui descend sur le monde des mortels. Jarl : équivalent de capitaine. Hersir : équivalent de sergent. Gothi : équivalent de prêtre. Skjald : équivalent de barde. Hneftafl : jeu de stratégie. Juvjk : parler du foyer, langage utilisé dans l'aett. Wurgen : langage de combat. Hjolda : sorte d'onomatopée qui sert à ponctuer une intervention. Rout : désigne une bande, un rassemblement, une compagnie et par extension, les Space Wolves. Vlka Fenryka : vlka, terme tchèque, littéralement loups de Fenris, terme formel désignant les Space Wolves. Onn, twa, tra, for, fyf, sesc, sepp, for-twa, tra-tra, dekk : 1,2,3,4,5,6,7,8,9,10. Thralls : serviteurs, laquais. Mjod : boisson alcoolisée à base de miel et d'épices. Par extension, les mjoderies sont des fanfaronnades, des récits guerriers exagérés sous l'influence de l'alcool. Hrosshvalur : animal du bestiaire fabuleux islandais, sorte de baleine-cheval. Mushveli : animal du bestiaire fabuleux islandais, sorte d'anguille carnivore. Fjorulalli : animal du bestiaire fabuleux islandais, sorte de phocidé possédant des pattes. Urdarkottur : animal du bestiaire fabuleux islandais, sorte d'énorme chat sauvage. Saeneyti : animal du bestiaire fabuleux islandais, sorte d'énorme bovidé sauvage. Nidhoggur : serpent ou dragon dans la mythologie nordique. Il n'y a pas de loups sur Fenris - p.18-157-223-262-345-402-456 Kasper Hawser, l'un des héros du roman, a entendu cette phrase pour la première fois de la bouche de Kyril Sindermann, itérateur et ami de Garviel Loken (voir l'Ascension d'Horus de Dan Abnett). Un prêtre des runes valide cette affirmation en précisant qu'avant l'arrivée des Space Wolves sur Fenris, ces animaux n'existaient pas. Par ailleurs, il affirmera que le loup ayant sauvé Kasper Hawser était en fait Brom, un membre de la tribu des Ascommani, qui n'a pas réussi à passer l'épreuve du Canis Helix. Pour illustration : un prêtre des runes touché par la corruption subit une transformation en "presque-loup". Les origines du terme Space Marines - p.46 Depuis que le plus gros des forces Astartes ont quitté Terra pour servir de fer de lance à la Grande Croisade, les Terrans se sont mis à les appeler les Spaces Marines, comme les héros à mâchoires carrées des illustrés à deux sous. L'orphelin de l'Europe - p.48 Lorsque Kasper Hawser doit décliner son identité devant un Thousand Sons, ce dernier a l'impression que notre héros se moque de lui. En effet, Kaspar Hauser est un adolescent qui a vécu au XIXe siècle. Apparu sur la place de Nuremberg le 26 mai 1828, il était probablement âgé d'environ 16 ans. Surnommé "l'orphelin de l'Europe", il est encore aujourd'hui au centre d'une énigme relative à ses origines. Précisions sur les traitements réjuvénants - p.129 Ces traitements permettent de prolonger les individus, jusqu'à deux ou trois siècles pour les personnages les plus fortunés, et de les faire paraître plus jeunes. Ils consistent en des injections de collagène et d'agents dermiques de synthèse, application de pigments nanotiques pour colorer la peau, thérapies géniques, greffes ostéomusculaires, implants des sous-treillages, transfixations, raccords par cellules souches.... Décalage horaire - p.13 Une année fenrisienne correspond à trois ou quatre années standards de Terra. La cité d'Ur - p.145 Ur, actuellement Tell al-Muqayyar, est l'une des plus anciennes et des plus importantes villes de la Mésopotamie antique, dans l'actuel Irak. Elle apparaît comme une des principales et des plus puissantes cités sumériennes du IIIe millénaire av. J.-C. Durant le XXIème siècle av. J.-C. cette ville fut la capitale d'un puissant empire. Dans la Bible, « Ur des Chaldéens » est présentée comme la ville d'origine du patriarche Abraham. Le Conservatoire - p.212 Cette institution est chargée de retrouver, de répertorier, d'étudier et de conserver l'ensemble des données ayant survécu aux Guerres d'Unification, ainsi que les données collectées lors de la Grande Croisade initiée par l'Empereur. Elle a été développée par Kasper Hawser sous l'égide du Conseil de l'Unification. Ses ambitions sont de permettre à chaque citoyen moyen d'accéder aux données de l'Administratum (NB : ces données centralisées par l'Imperium doublent tous les huit mois) et de répondre aux questions suivantes : pourquoi l’Ère des Luttes a eu lieu et pourquoi l'Humanité a-t-elle atterri dans les ténèbres de la Longue Nuit ? Les navettes de descente de l'Armée impériale - p.224 L'Armée utilise des navettes de transports trans-atmosphériques pour débarquer ses hommes, de type Arvus et Aves. Sur l'apparence est bien fou qui se fonde - p.201-210-232-257-259 Les Space Wolves ont la réputation, même auprès de leurs légions sœurs, d'être des animaux indisciplinés, bestiaux et sauvages. Même si la VIème légion entretient avec délectation cette image, ils reconnaissent eux-mêmes que si c'était leur état naturel, ils seraient déjà tous morts. Dans la réalité, même si les Loups savent se montrer féroces lorsque c'est nécessaire, ils sont respectueux du droit et de la hiérarchie et agissent en application du code de la guerre. Ils s'appuient sur une intelligence du combat sans égal. Ils affirment par ailleurs que cela demande beaucoup de contrôle de soi d'être aussi dangereux. Par ailleurs, ils ne détruisent pas de façon indiscriminée, ils peuvent préserver certaines structures ou certaines machines pour une étude ultérieure du Mechanicum. De plus, lorsqu'ils s'acharnent sur leurs victimes, c'est dans le but de chasser et de congédier le maleficarum. Ils lui font mal au point qu'il comprendra qu'il ne doit pas revenir. Ils le punissent, lui expliquent la douleur pour qu'il ne puisse plus les importuner. Les Primarques inconnus - p.238-539 Au cours d'une discussion, un officier de l'Armée confie à Kasper Hawser que l'Empereur serait allé trop loin une ou deux fois lors de la conception des Space Marines. Il aurait créé des choses qui auraient dû finir "en fausses couches ou noyées dans un sac". Le Roi des Loups confirme que le fait pour les Space Wolves de châtier une autre légion n'est pas un événement sans précédent. Le wyrd du Loup - p.268-297 Lorsque l'Empereur a créé ses fils, il a forgé pour chacun d'eux un destin différent : un pour hériter du trône, un pour fortifier les défenses de l'Imperium, un pour garder le foyer, un pour surveiller le périmètre éloigné, un pour commander aux armées, un pour contrôler les renseignements. Le Roi des Loups aurait reçu de son père le rôle d'exécuteur. Les Space wolves sont les tueurs au service de l'Empereur, ce sont le dernier recours, ils font le nécessaire quand tout le reste a échoué. Ce sont les seuls Astartes qui acceptent de tuer pour le compte de l'Empereur, quelle que soit la raison et quelle que soit la cible. Les Space Wolves ont passé deux siècles à accomplir ce que les autres légions refusaient de faire, ce qui leur a valu leur réputation de barbares, mais ce sont en fait les Marines les plus entraînés. Leman Russ : "Les sales boulots ont toujours l'air de me revenir". Précisions sur les oiseaux d'assaut - p.276 Un Warhawk est un grand appareil trans-atmosphérique, dont le profilé ample et menaçant a été conçu pour effaroucher. Sa masse et le talent d'ingénierie employé dans sa production sont bien plus considérables que ceux d'autres engins produits à la chaîne, tels le Thunderhawk et les modèles de déploiement que les usines de fabrication ont dégorgés en grand nombre, comme une solution utilitaire à court terme aux exigences matérielles de la Croisade. Un Thunderhawk n'est pas conçu pour durer : il n'est qu'une denrée périssable, moulée sur presse, fonctionnelle et bon marché. Les Warhawks sont l'héritage des guerres d'Unification de Terra, de superbes appareils bien plus chers à produire en ressources et en temps. Des armadas entières de ces engins avaient été constituées en vue de l'Expansion, et la nécessité d'un important complément moins coûteux n'avait été comprise que lorsque l'échelle véritable de la Grande Croisade eut fini par clairement apparaître. Les oiseaux d'assaut ne pouvaient pas donner une impression de vulnérabilité ou de maladresse. Ils étaient les seigneurs des airs, des créatures majestueuses capables de plonger depuis l'orbite droit dans les feux de l'enfer, et d'y survivre. Ce dont les Rout ont peur - p.296 Les seules choses susceptibles d'effrayer les Space Wolves sont celles qu'ils ne peuvent pas tuer. Le rôle d'exécuteurs des Space Wolves leur interdit la peur. Les seuls moments où ils s'autorisent à la ressentir sont lorsqu'ils sont de retour à l'Aett, au travers des récits de maleficarum du Skjald. Les satellites de Terra - p.316-365 Les cieux de Terra sont emplis de plate-formes d'habitations sub-orbitales dont les principales sont nommées Lemurya (NB : Lemuria est l'hypothétique "continent perdu" ayant séparé l'océan Indien de l'océan Atlantique), Gondavana, Vaalbara et Rodinia (NB : ce sont des supercontinents à l'origine des masses continentales actuelles de la Terre). Les Sœurs du Silence - p.389 Les membres de la Sororité Silencieuse sont issus d'un ordre ancien de Terra. Certains les appellent les vierges nullificatrices. Ce sont des intouchables, leur âme est inerte, elles portent le gène du paria. Elles sont de puissants anti-psykers. Précisions sur les Custodes - p.395 Leur nature post-humaine est dérivée d'un principe encore différent de celui à avoir engendré les Astartes et les Primarques, et leur fait trouver leur place entre les deux. Ils sont bien moins nombreux que les Astartes mais plus grands par leurs facultés. La puissance des noms - p.416-428-535 Les noms ont une importance, ils investissent de leur pouvoir ceux qui les portent, et ils accordent un pouvoir sur ceux qui les portent à ceux qui les connaissent. Lorsqu'on connaît le nom de quelqu'un, on dispose d'un pouvoir sur lui. C'est pourquoi l'Empereur n'a jamais révélé son véritable nom. Par ailleurs, si le guerrier Ours a pu échapper aux incantations des Thousand Sons, c'est parce que Kasper Hawser a commis une erreur de dialectique depuis le début en prononçant son nom : il l'appelle Ours, traduction en bas gothique de Bjorn. De l'usage de la hache - p.444 L'art de se servir d'une hache en combat relève du jugement prédictif. Les jeux de stratégie prédictive font donc partie des activités obligatoires des Space Wolves. La machine d'Orrery - p.467 Machine inventée pour représenter le système moderne d'astronomie, avec la mobilité de la Terre, portant le nom de son inventeur, Charles Boyle, comte d'Orrery, général d'armée, noble et écrivain britannique du XVIIIème siècle. La main terrible de Bjorn - p.527-531 Alors qu'il se bat contre un démon du Warp, Bjorn a failli être corrompu. Kasper Hawser est intervenu in extremis pour lui couper le bras gauche, juste sous le coude, et le libérer de l'emprise du démon, a priori un acolyte de Nurgle : "[...] la Sororité Silencieuse bloquait sa sorcellerie [...]. Les nuées de mouches sont tombées mortes, et se sont amoncelées sur le sol en un tapis noir, aussi épais que les fragments de verre". Bjorn affirme qu'il se moque d'avoir perdu sa main et que c'est une moindre consolation face au destin des être enchâssés dans les Dreadnoughts : "Mais qui voudrait être tant mutilé, au point de finir comme eux ? Ca n'est pas une façon de vivre pour toujours". Ironiquement, il finira bel et bien comme eux, et sera au 41ème millénaire le guerrier Astartes le plus ancien de tout l'Imperium. L'Hérésie d'Horus, Tome XVI - L'Âge des Ténèbres Recueil de nouvelles - Black Library France - 02/2012 - (ISBN 9781780300467) - 441 pages Les règles du combat - Graham McNeill Le Codex Astartes - p.11-15-64 Cet ouvrage est un énorme tome long d'un mètre assez profond pour accueillir pleinement trente centimètres d'épaisseur de page. L'or brillant borde la couleur chaude du cuir et les pages sont d'un fin vélin, portant encore l'odeur de la bête dont il a été tanné. Rédigé à l'origine par Roboute Guilliman, Primarque des Ultramarines, il contient les nouvelles doctrines tactiques récemment mises en place, des nouvelles régulations et ordres de combat imposant des directives strictes quant à la manière dont chaque guerrier et chaque escouade doit opérer au sein de la légion dans son ensemble. Il s'agit d'un ensemble de règles prédéterminées, constituant une ressource inestimable de savoir. Toutefois, Guilliman ne souhaite pas que son ouvrage se substitue à la raison et à l'initiative. Imperium secondus - p.11 Guilliman ne s'est pas contenté d'édicter de nouvelles règles d'engagement dans ce qui sera l'œuvre de sa vie, il est persuadé que l'Imperium ne survivra pas sous sa forme actuelle à la guerre civile provoquée par Horus : "Mais je crois que le génie de votre victoire de ce jour résidait dans l'acceptation que le Fort de la Misère finirait par tomber, malgré tout l'art que vous y avez mis. Le Seigneur Guilliman partage votre vision. Le futur de l'Humanité repose sur la gestion de telles éventualités" (NB : propos tenus par Tauro Nicodemus, membre de la garde d'honneur du Primarque. Voir Coeur de fer de Rob Sanders, p.390). En conséquence, le Codex Astartes compile également l'ensemble des enseignements inculqués par l'Empereur, qui formeront les fondations de ce qui sera nécessaire pour surmonter la tourmente à venir. Le comportement de Guilliman incite même le Lion à penser qu' "Horus ne soit pas la seule âme à se croire l'héritier de l'empire" (voir Des armes brutales de Aaron Dembski-Bowden, p.441). La taille du Primarque - p.63 A priori, le sommet de la tête d'un Marines de 2,5 mètres n'atteint que le milieu du biceps de Roboute Guilliman. Les fruits du mensonge - James Swallow Manipulations - p.118 Durant l'Hérésie, la flotte d'Horus ne pouvait pas être partout à la fois. Pour semer la peur dans le cœur des loyalistes, elle doit donner l'impression d'en être capable. Alpharius, Primarque de l'Alpha Legion, a donc envoyé des dizaines d'agents à travers la galaxie pour attiser la dissension et la dissolution. Les fils oubliés - Nick Kyme Les Lacrymoles - p.182 Il s'agit d'une race xenos, ce sont des changeurs de formes qui ont besoin de goûter leurs proies, d'absorber leur matière avant de pouvoir les copier biologiquement. L'Empereur et ses légions a presque totalement annihilé ces créatures. Le dernier commémorateur - John French Précisions sur les torpilles d'abordages - p.192 Ces véhicules d'assaut peuvent emporter jusqu'à vingt Marines en tenue complète. La forteresse sans nom - p.194-197 Située près de la face cachée de Titan, elle a l'aspect d'un disque d'un kilomètre de large, constituée de pierres et de blindage, suspendu dans le vide au-dessus de la lune jaune. Cette station avait autrefois fait partie du réseau de protection de Terra. Depuis le début de l'Hérésie, elle sert de prison où sont gardés à l'isolement ceux que l'on soupçonne d'être des traîtres et qui sont attente d'être interrogés. Elle fait partie du domaine du Sigillite. Spéculations sur l'origine des chevaliers gris - p.195 Iacton Qruze, ancien membre des Sons of Horus et compagnon du capitaine Nathaniel Garro (voir La Fuite de l'Eisenstein de James Swallow), est investi d'un nouveau rôle : il est à la fois juge, juré et bourreau au sein de la forteresse sans nom. A cet égard, il est le bras droit du Sigillite et a prêté un serment de l'instant par lequel il s'est engagé à veiller sur le jugement de Rogal Dorn. Son devoir est de contrebalancer ce jugement par ses questions. Il porte désormais une armure grise, sans marquage de rang, avec un symbole sur son épaulière qui ne semble pas être l'héraldique d'une légion. Il est armé d'une épée à deux mains, Tisiphone (NB : l'une des trois déesses infernales dans la mythologie grecque, correspond aux Furies chez les romains. Signifie "vengeance de l'assassinat"), dont la lame à double tranchant est aussi haute qu'un homme. L'ordre des commémorateurs - p.202 Cet ordre a été crée après Ullanor par le Conseil de Terra, sous l'impulsion de Solomon Voss. Il souhaitait instaurer un ordre d'artistes pour illustrer, consigner et refléter la lumière de la vérité propagée par la Grande Croisade, un ordre d'individus qui serait la mémoire de la fondation de l'Imperium. L'Edit de la Dissolution frappera cet ordre après Istvaan V : "Une guerre entre les légions n'est pas un endroit pour les artistes". L'avenir est mort - p.215 Horus a laissé en vie le dernier des commémorateurs afin d'ébranler toutes les certitudes de Rogal Dorn sur le bien-fondé de l'Emperium de leur père, et afin de lui faire prendre conscience qu'il sera à l'origine de la disparition de tous les idéaux qui l'ont cimenté. Lorsque Solomon Voss affirme que c'est le Primarque des Imperial Fists et ses frères loyalistes qui détruiront l'avenir de l'Imperium, "[...] vous ne pouvez plus faire confiance désormais, et sans confiance ces idéaux mourront, mon vieil ami", Dorn perçoit la vérité dans ces paroles et comprend toute l'ironie de la situation :"J'ai peur qu'ils [les idéaux de vérité et d'illumination] n'aient jamais existé". Cette vérité exprimée par Voss sera à l'origine de sa perte, tous ses écrits seront brûlés :"Les armes de cet âge de ténèbres sont le silence et les secrets". Renaissance - Chris Wraight Le chiffre des Thousand Sons - p.237 Le neuf semble être un numéro très présent chez les Thousand Sons. C'est d'ailleurs le nombre de Marines qui sont retournés sur Prospero après sa destruction par les Space Wolves. Spéculations sur l'origine des Blood Ravens - p.267 Revuel Arvida, frère-sergent de la 4ème Confrérie des Thousand Sons, membre du culte des Corvidae et dernier loyaliste de sa légion, est de retour sur Pospero après l'attaque des Space Wolves. Dès son arrivée sur la planète martyre, il est pris à parti par les World Eaters. Il parviendra à leur échapper en se cachant dans les ruines de la capitale : "Il allait survivre. Il découvrirait les véritables causes de la destruction de sa légion, et il vivrait pour les affronter. Il ne s'arrêterait pas, ne chancellerait pas tant que tout ne lui aurait pas été révélé, lui fournissant l'arme qu'il aurait à employer. – Le savoir, c'est le pouvoir, murmura-t-il. […] La lueur rouge estompée des feux magmatiques accrocha son épaulière, éclairant l'étoile aux branches serpentines autour de la tête de corbeau noir, symbole de la discipline de son culte". L'autre Horus - Dan Abnett Le nouveau Mournival - p.308 Après la disparition de Tarik Torgaddon et de Garviel Loken, Ezekyle Abaddon et Horus Aximand décident de réinstaurer le Mournival (voir L'ascension d'Horus de Dan Abnett, p.70). Falkus Kibre, le "Faiseur de veuves", capitaine des Justaerin, et Grael Noctua, chef d'escouade des 25ème Ensorcelés, sont pressentis pour y être intégrés. La peur transhumaine - p.317 La vue d'un membre de l'Adeptus Astartes en mouvement constitue un choc pour n'importe quel individu : aucun être d'apparence humaine ne devrait être aussi rapide, aussi preste, aussi puissant, et particulièrement pas un être haut de plus de deux mètres, bardé de plus d'armure que quatre n'auraient pu en porter. La vue d'un Astartes est une chose, prendre conscience de leurs mouvements en est tout à fait une autre. Les psychologues appellent ce phénomène la peur transhumaine, qui fige un homme, le rive sur place, provoque une fermeture de son esprit sur lui-même et lui fait perdre le contrôle de sa vessie et de ses intestins. La pratique du Berkoutchi - p.329 Il s'agit d'un piège utilisé par les White Scars afin de couper la tête d'un groupe ennemi. Ce terme provient de l'art chogorisien de chasser à l'aide d'oiseaux de proie, les grands akwillahs (NB : traduction phonétique du terme latin aquila, a.'kwi.la), consistant à employer ces aigles pour attirer et isoler le mâle d'une meute de bisons. Une fois le mâle tué, la meute est brisée (NB : Cela fait 4 000 ans que les Berkoutchi, hommes de lignée noble de la Mongolie occidentale, domestiquent les aigles royaux pour chasser, notamment le renard) Coeur de fer - Rob Sanders Le contenu d'un Dreadnought - p.376 A l'intérieur de ce tombeau métallique se trouve une capsule remplie de fluide amniosarcophagal dans lequel baigne le corps du Marines blessé. Ce corps a l'aspect d'un fœtus ancien, dont la peau, semblable à du parchemin, serait à la fois plissée et ratatinée. Les bras sont atrophiés et squelettiques et le torse, qui n'est plus qu'une cage d'os misérables, est infesté de tubes d'assistance et de branchements à impulsions qui relient l'Astartes à la machine. Les Hruds - p.389 Il s'agit d'une race xenos antique, vivant dans des terriers ou des catacombes. Ce sont des guerriers nocturnes craignant la lumière. Ils semblent exister dans un continum espace-temps différent de l'univers qui les entoure, ce qui les rend excessivement difficiles à appréhender. Ils sont dotés d'une vitesse surnaturelle. Ils utilisent des armes "warp-plasma" (voir WD n°125 et le livre de règles Inquisitor) qui semblent, notamment, accélérer le vieillissement de leurs ennemis : "Le vénérable Vastopol n'avait pas uniquement survécu aux redoutables Hrud sur Gholghis. Il avait par la suite résisté à l'invitation glacée de la mort, avait persisté malgré les douleurs de l'âge, afin d'être à nouveau utile à ses frères". Des armes brutales - Aaron Dembski-Bowden Le gantelet rouge des Night Lords - p.417 Alors que leurs armures sont d'un bleu profond marquées par des stries d'éclairs, certains Marines arborent un gantelet rouge artériel. Il s'agit d'une marque de honte au sein de la légion, lorsque le marine a commis une faute suffisamment grave pour être punie de mort lorsque le Primarque l'aura décidé. Cette tradition est issue des gangs, elle signifie que le condamné a encore des tâches dont il lui faut s'acquitter avant d'être autorisé à mourir. La tenue des Dark Angels - p.418 Le fait de cacher leurs armures sous des habits de tissus est une tradition de chevalerie conservée de leur monde. L'Hérésie d'Horus, Tome XVII – Délivrance perdue : Les Fantômes de Terra Gav Thorpe - Black Library France - 09/2012 - (ISBN 9781780300832) - 557 pages L'embuscade félonne - p.16-21 Corax a survécu au massacre du site d'atterrissage en se repliant dans les montagnes sauvages d'Urgall pour un dernier carré. Les Raven Guards restés en garnison sur Délivrance, aux ordres du commandant Branne, se sont portés au secours de leur Primarque en organisant une évacuation en bon ordre. Cette action désespérée est à mettre au crédit du Praefector Valerius de l'Armée Impériale, commandant en chef des Therions, qui a "vu" le danger qui pesait sur Corax. Par deux fois au cours de la centaine de jours écoulés (NB : la bataille d'Istvaan V aura duré 98 jours), ce dernier a regardé la mort en face à deux reprises. Les pertes de la Raven Guard - p.20-32-63 Avant la catastrophe du site d'atterrissage, la légion comptait 80 000 Marines. Moins de 3 000 ont pu réchapper du massacre d'Istvaan V, auxquels il faut ajouter les 1000 Astartes qui étaient en garnison sur Delivrance. Les boucliers miroirs - p.30-83 Cette innovation provenant de la planète Kiavahr, autour de laquelle la lune d'origine de la Raven Guard tourne en orbite, est une version modifiée des boucliers qui protègent la plupart des vaisseaux de guerre et des installations impériales. Cette version change la modulation des noyaux Warp d'alimentation, en les calibrant sur une bien plus haute tolérance et en retournant les boucliers vers l'intérieur afin de rediriger cette fois toute la matière et l'énergie générées par le vaisseau. Toutes les formes de radiations émises par les vaisseaux de la Raven Guard peuvent être bloquées, les rendant indétectables par les équipements de balayage. Par ailleurs, ces boucliers réfractent la lumière rendant les bâtiments invisibles. Leurs faibles demandes en énergie rendent possible de maintenir cette furtivité presque indéfiniment, toutefois, leur usage diminue les capacités des senseurs, la vitesse de vol et rend les vaisseaux vulnérables aux attaques physiques. Durant son utilisation, les boucliers de navigation fonctionnent au minimum et ne servent qu'à protéger les vaisseaux des micro-astéroïdes et autres débris spatiaux. Exemple des capacités innées des Primarques - p.50-128-134 Enfant, Corvus Corax était en mesure de comprendre 7 641 langues, dialectes, idiomes et jargons de tout l'Empire ancien. Son savoir technique était vaste, englobant les plus grandes connaissances scientifiques du genre humain. Il était capable d'identifier la composition moléculaire de ce qui l'entourait ou les mécanismes biologiques régissant les humains. Son corps vieillissait cinq fois plus vite que celui des autres individus. Le double jeu d'Alpharius - p.58 Il est rappelé qu'Alpharius est intervenu, en se prévalant abusivement de l'autorité d'Horus, afin de sauver Corax des griffes des World Eaters lors de sa fuite d'Istvaan V (voir L'âge des ténèbres, Le Visage de la Trahison par Gav Thorpe). Horus ne sait rien des objectifs véritables de l'Alpha Legion ; s'il avait eu la moindre idée du rôle que la Cabale lui destinait (voir Légion de Dan Abnett), Alpharius aurait été tué. L'aveuglement de l'Empereur - p.61-114 Après le massacre du site d'atterrissage, Corax s'envol pour Terra afin de prévenir son père de la traîtrise d'Horus car les facultés de l'Empereur ne lui ont pas permis de voir arriver cette tragédie : les tempêtes Warp ont non seulement gêné les voyages stellaires, mais ont également bloqué sa vision distante. Les techniques d'infiltration de l'Alpha Legion - p.63-78-80 Les fils d'Alpharius ont la capacité d'infiltrer les autres légions en usurpant l'identité de Marines morts : les apothicaires peuvent transplanter les visages de légionnaires appartenant à ces légions, abattus depuis peu, sur des Marines ayant reçu un entraînement spécifique. Ces derniers peuvent s'approprier les souvenirs des Marines dont ils ont pris l'identité en consommant leur chair pour permettre à l'omophagea d'en distiller et d'en ingérer les informations (NB : implant cérébral qui permet de fournir au cerveau la mémoire génétique de n'importe quel tissu vivant ingéré par le porteur. Il est implanté lors de la phase 8 de l'initiation du Space marines). Les archivistes de l'Alpha Légion aident également, grâce à leurs facultés, à la collecte des fragments de vie des défunts. Le culte de la dépersonnalisation - p.63-78-80 Par le biais d'une part de reprogrammation mentale et d'une petite intervention psychique opérée par le librarius de la légion, beaucoup de Marines de l'Alpha Legion choisissent d'oublier leur vrai nom afin de prendre l'identité d'Alpharius. Par ailleurs, ils subissent des reconstructions faciales et s'efforcent de tous se ressembler en prenant leur Primarque pour modèle. Alpharius ou l'obsession du secret - p.68 Alpharius se donne en permanence l'apparence d'un simple Astartes. Sa chambre, à bord de sa barge de bataille, est semblable à celles dévolues aux capitaines de la légion. Sur la porte d'entrée est apposée une plaque signalant que la chambre est attribuée à un certain capitaine Niming, un astucieux jeu de mots employant une langue morte et ancienne de Terra, qu'Alpharius trouvait amusant tout autant qu'utile (NB : To nim signifie voler ou chiper en anglais). Parfois, plusieurs individus différents font usage de ces quartiers selon un ordre de rotation tenu secret, et il existe d'autres chambres semblables sur les autres vaisseaux de la flotte. Le canon Nova - p.84-91 Ce macro canon tire des ogives nucléaires d'une dizaine de mégatonnes. Il est considéré par beaucoup comme se trouvant à un stade hautement expérimental, expliquant ainsi que peu de commandants des forces impériales aient autorisé qu'il soit installé sur leur vaisseau. La capacité de transport des croiseurs - p.126 Alors qu'une barge de bataille peut transporter plusieurs centaines de Marines, un croiseur d'attaque n'emporte qu'une cinquantaine de légionnaires. Les moyens de communication des Primarques - p.147 Les Primarques ont accès à des canaux de communication particuliers, des fréquences ultrasecrètes uniquement employées par eux-mêmes et par l'Empereur, leur permettant de contourner les protocoles de communication standards. Les vétérans d'Istvaan V - p.151 Aucun insigne honorifique n'a été accordé officiellement aux légionnaires de la Raven Guard ayant survécu au massacre du site d'atterrissage. En souvenir des Marines disparus, les survivants portent sur leurs épaulières, juste sous l'emblème de la légion, un petit crâne d'un gris presque aussi foncé que le noir de leurs armures. Le Phalanx - p.153 La base volante des Imperial Fists est plus grosse qu'une forteresse stellaire. Cette construction massive et dorée, à la forme d'un aigle aux ailes tendues, est bardée de tours d'armement fortifiées, d'armes navales en batteries, de tubes lance-missiles et de canons de bombardement. Ses docks incrustés de tourelles sont assez larges pour loger des vaisseaux longs de plusieurs kilomètres. La grande entreprise de l'Empereur - p.161-197 L'Empereur, assis sur son trône d'or, livre un genre de guerre bien particulier depuis l'intervention de Magnus le Rouge (voir Un Millier de Fils de Graham McNeill). Sous ce trône existe un portail Warp par lequel, lui et ses guerriers, combattent les démons qui se sont alliés à Horus et qui cherchent à pénétrer le palais impérial de l'intérieur. Le visage de l'Empereur - p.194 L'Empereur avoue qu'il ne possède pas de véritable visage : il en a porté un million au fil des millénaires, selon ses besoins ou ses envies. La méfiance de l'Empereur envers ses fils - p.197-363 Corax espère de son entrevue avec l'Empereur l'accès à des secrets datant de la Longue nuit afin de continuer le combat contre les légions félonnes. Toutefois, l'Empereur s'est bien gardé de lui confier les informations relatives à sa propre souche génétique employée dans la création des Primarques. Sa confiance envers ses fils connaît des limites. Le sort des Primarques défaillants - p.213 Au cours d'une conversation avec Rogal Dorn, Corax affirme que ses frères Curze et Angron étaient défaillants dès leur conception. Il fait également référence à "l'ultime sanction" que l'Empereur aurait pu utiliser à leur encontre, comme il l'a déjà fait pour les Primarques inconnus. Précisions sur les Custodes - p.271 Corax affirme que les Custodes ont des capacités supérieures à celle de ses Marines. Les Primarques inconnus - p.291 A priori, l'Empereur aurait réglé le sort des deux Primarques de la IIème et XIème légion avant d'avoir retrouvé Corax et Alpharius. Lorsque Corax lui demandera combien de frères a-t-il, son père lui répondra qu'il en a dix-sept (NB : au lieu de dix-neuf). Visiblement, le fait d'évoquer les Primarques manquants attristerait profondément l'Empereur. Des jumeaux indésirables - p.293-304 Il semblerait que l'Empereur n'avait pas prévu d'avoir de jumeaux. L'incubateur qui a vu naître Alpharius et Omegon ressemblait exactement aux autres et n'avait pas été élargi pour mieux accueillir les deux frères. Ceci expliquerait qu'Alpharius soit le plus petit des Primarques. Par ailleurs, Les retrouvailles entre l'Empereur et les jumeaux ont presque été gardées sous silence, presque méprisées par les autres Primarques et leurs légions. Le fait que leur nature gémellaire soit considérée comme un secret n'a fait qu'accentuer l'absence de réjouissance. Précision sur le massacre du site d'atterrissage - p.327-330 Les apothicaires ont gravement souffert lors de cette bataille, il semblerait qu'ils aient constitué la cible privilégiée des félons. Seuls sept apothicaires de la Raven Guard ont survécu aux combats. Par ailleurs, si les traîtres ont pu opérer un véritable massacre parmi les rangs loyalistes, c'est notamment grâce à l'aide insidieuse du Mechanicus noir : ce dernier a fourni à Horus des bolts expérimentaux en provenance de Mars, capables de transpercer des armures MkIV. L'essence des Primarques - p.345 Lors de l'étude des vingt échantillons génétiques fournis à Corax par l'Empereur afin de reconstituer sa légion, a été mis en évidence dans le 4ème échantillon (NB : souche de Perturabo) un assemblage génétique tourné vers la résistance physique, au-delà de ceux trouvés chez les autres. Dans ce même échantillon, est constatée l'absence manifeste et délibérée de gènes participant à la construction d'une personnalité empathique. Dans le 6ème échantillon (NB : souche de Leman Russ), des encodages non-humains sont détectés, probablement d'origine canine. Dans le 20ème échantillon (NB : souche d'Alpharius), toute une série d'améliorations relatives à la croissance est absente. Précisions sur la conception des légions - p.349 L'Empereur a compris l'importance de la variété chez les Space Marines, les guerriers qu'il a engendrés sont similaires mais pas identiques. Des qualités telles que la faculté à commander, l'intelligence et les aptitudes dans diverses disciplines leur permettent d'être flexibles et de remplir de nombreux rôles. La raison pour laquelle il n'a pas opté pour le clonage est que sans mutation aléatoire dans le génome, il n'existerait pas de variation. L'armure MkVI - p.389 Dernier modèle sorti des forges de Mars, le modèle MkVI a été baptisé modèle Corvus, non pas à cause de son casque à forme de bec, mais en l'honneur du Primarque de la Raven Guard, en remerciement pour le rôle que la légion a joué et pour les pertes subies lors des tests de ces prototypes d'armure. Ce modèle est très peu différent au premier abord du modèle MkIV. Toutefois, de subtiles différences apparaissent concernant la forme et la jonction des plaques, le matériau plus épais des joints flexibles, les jambières solides couvrant jusqu'aux genoux. Par ailleurs, l'épaulière gauche est renforcée de rivets, les systèmes intégrés sont bien plus efficaces, les câblages externes sont suppléés par des connexions à l'intérieur même de l'armure sans compromettre les performances ni ajouter un surplus de poids excessif. Les autosenseurs ont également été améliorés, notamment les capteurs auditifs et olfactifs, ainsi que ses capacités en matière de discrétion. En l'absence de lignes d'approvisionnement pour fournir les légions, le Mechanicum a regroupé toutes les modifications de fortune et non-standard sous l'appellation MkV. Les Rapaces - p.401-527-553 Aux côtés des Serres (compagnies tactiques), des Faucons (Dreadnought) et des Aigles (escouades motocyclistes, Land speeder et forces aériennes), les Rapaces sont la nouvelle formation de frappe de la Raven Guard. Ils sont constitués par une nouvelle génération de Marines créés à partir du matériel génétique fourni par l'Empereur à Corax. Ils sont plus forts, plus vifs et apprennent plus rapidement que les autres. Il faut environ 80 heures pour transformer un adolescent en Rapace. Toutefois, suite à la corruption du matériel génétique par des Marines infiltrés de l'Alpha Legion (NB : à l'aide d'un substrat à base de sang de démon), les dernières générations de super-marines ont subi d'horribles mutations. Eu égard à leur loyauté sans faille, Corax ne mettra pas fin à leur jour et les considérera comme des Raven Guards à part entière. Il les dotera d'armures MkVI modifiées, renforcées là où cela est nécessaire, percées de trous pour les cornes et les excroissances vertébrales et adaptées pour les membres distordus. La corruption du code génétique des Rapaces dissuadera définitivement Corax de poursuivre son projet visant renouveler les effectifs de sa légion de façon accélérée. Cette décision aura également pour effet d'ériger la frappe éclair comme signe distinctif de la Raven Guard. Petit arsenal à l'usage du Mechanicus - p.497 la forteresse mobile Dominator : ce béhémoth blindé possède d'immenses flancs verticaux. le Falchion : autre dénomination du super-lourd Fellblade. le marcheur lourd de classe Iron Angel : doté de quatre jambes, il possède une coque hérissée d'armes antipersonnel. les Herakli : ces créations de Mars sont des géants ayant poussé en cuves, habillés de robes épaisses à capuchon couvertes de symboles du Mechanicum. Leur torse et leurs épaules sont protégés par des plaques de céramite. Ils portent des armes lourdes à canons multiples et des lasers pesants Le fouet de Corax - p.528 L'illustration de la couverture du présent roman représente Corax lors de l'attaque de la Forteresse parfaite. Il est doté d'une main gantée de griffes éclair, qui a survécu au combat contre Lorgar et Curze (voir Le Premier Hérétique de Aaron Dembski-Bowden), et d'un fouet énergétique aux effets dévastateurs qu'il avait employé lors de la retraite sur Istvaan V. L'Hérésie d'Horus, Tome XVIII - Les Morts Oubliés : La vérité est à l'intérieur Graham McNeill - Black Library France - 11/2012 - (ISBN 9781780300672) - 541 pages Les morts oubliés - p.376 Ce sont les morts tombés au combat mais qui n'auront jamais de sépulture ni de pierre tombale. Ils n'ont droit qu'à une fosse peu profonde et à de la chaux vive. Ils sont oubliés et abandonnés. Les Sentinelles noires - p.23-57-206 Ce sont des tueurs de psykers, des geôliers et des bourreaux. Ils assurent la sécurité de la Cité de la Vue. Leur rôle a été renforcé suite aux restrictions mises en place après le concile de Nikaea (NB : qui a donné lieu au démantèlement des Librarius). Ils portent des plastrons moulés d'une couleur d'obsidienne et des casques au sommet effilé semblable aux premiers modèles Astartes. Ils sont armés d'une longue lance à la hampe surmontée d'un fer noir, cristallin et scintillant, et de grenades à résonance psychique. Les Vatic - p.24-62-197 Ce sont des télépathes chargés de surveiller l'intégrité psychique des astropathes. Une partie de leurs pouvoirs leur permet de connaître le cours de l'avenir avec une parfaite clareté. Etymologiquement, Vatic tirerait son origine du mot Vates ou Vatis, signifiant devin ou voyant. Les cognoscynthes - p.25-178-180 Bâtisseurs maîtrisant les harmonies psychiques architecturales. Ils ont la faculté de modeler des structures résonantes. Leur savoir s'est éteint avec eux lors des psi-conflits qui se sont déroulés sur Terra durant la période pré-Unité. A priori, un grand guerrier aux yeux d'or s'est dressé face à ses psykers et les a soumis. Ce guerrier n'a, par la suite, plus jamais fait parler de lui... Si les psykers sont le fait d'une mutation rare - un individu sur un million possédera cette faculté latente - les cognoscynthes sont considérablement plus rares que n'importe quel psyker normal. Ils étaient immunisés contre les dangers du Warp et avaient la faculté de pénétrer l'esprit des autres individus et d'en prendre le contrôle. La cryptaesthésie - p.60 Cet art consiste pour un télépathe à trier le résidu psychique des communications astropathiques afin de rechercher des signes de cryptage, des messages cachés ou codés. Oneirocritica - p.63 Il s'agit d'un traité en cinq livres relatif l'interprétation des rêves, dont l'auteur, Artemidorus, a vécu au IIème siècle de notre ère dans la Grèce antique. Alchera Mundi - p.63 Dans la culture des aborigènes d'Australie, Altjira est le dieu du Temps du rêve qui créa la terre et se retira comme le temps du rêve disparaissait. Alchera est l'autre nom d'Altjira en langue australienne. Recueil de Yun - p.63 Recueil d'anecdotes étranges rassemblées par Ji Yun, haut fonctionnaire chinois du XVIIIème siècle, qu'il a pu entendre ou voir durant son existence, et qui constitue une approche insolite de la mythologie chinoise. Le nuncio - p.74 C'est un ensemble de mantras basiques que les astropathes novices doivent maîtriser. Le destin des astropathes - p.75 Les astropathes sont tous frappés d'un vieillissement précoce. Seuls les traitements réjuvénants les plus coûteux parviennent à masquer les dégâts que les trajets constants dans le Warp font subir à la physiologie humaine. La philosophie de Roboute Guilliman - p.83 "Un bon joueur de régicide réfléchit avec cinq coups d'avance, un excellent joueur de régicide ne prévoit qu'un seul coup à l'avance, mais il s'agira toujours du meilleur possible". Les cisailles-gemynd - p.83 Elles servent à retirer certains éléments du cerveau de serviteurs afin qu'ils ne conservent que les fonctions cognitives les plus rudimentaires. Gemynd est un terme issu du vieil anglais signifiant mémoire. Les erreurs d'interprétations du Telepathica - p.94 Il arrive que certains télépathes interprètent mal des appels à l'aide désespérés, ou au contraire, envoient des flottes expéditionnaires détruire des mondes dont les habitants sont de fidèles sujets du trône. Les migous - p.139 Il s'agit d'une race génoformée de créatures ouvrières vouées à supporter une vie de servitude. Les moteurs Warp et les psykers - p.194 Lorsque les moteurs Warp d'un vaisseau ouvrent une brèche dans le mur perméable entre les réalités, tous les psykers sur dix années-lumière à la ronde en ressentent un certain inconfort. Amon Tauromachian Leng - p.230 Pour connaître les aventures de ce prétorien de l'Empereur, voir Parties de chasse de Dan Abnett, dans l'ouvrage collectif Chroniques de l'Hérésie. Les chercheurs de vérité - p.255 Depuis que Magnus le Rouge a préservé sa légion de la destruction, des adeptes spécialisés se sont mis au service de leurs frères, en sondant les pensées dormantes de ceux qui ont été sauvés des horreurs du bouleversement charnel, à la recherche du moindre signe latent de faiblesse. L'esprit des Custodiens - p.255 Leur esprit est un objet magnifique, un arrangement somptueux d'ingénierie psychique et de perfection génétique. Leur esprit est un piège à loup, prêt à se refermer d'un coup sur l'intrus imprudent, il est pleinement capable de se défendre contre des attaques psychiques. Le Firelance - p.318-322-325 Il s'agit d'un intercepteur atmosphérique impérial datant des guerres de l'Unité. Il est gracieux, doté d'ailes ressemblant à celles des chauves-souris et de réacteurs à propulsion vectorielle. Il est armé de missiles. De la latéralité des Marines - p.378 Contrairement à ce que peuvent laisser supposer les figurines produites par Games Workshop, tous les Space Marines ne sont pas droitiers ou ambidextres : certains sont de véritables gauchers. Les Metron - p.379 Ce sont des psykers spécialisés dans la localisation d'objets ou d'individus. Galien de Pergame, Abascantus et Ménodote - p.384 Claude Galien, Abascantus et Ménodote de Nicomédie sont des médecins ayant exercé leur art sous l'antiquité et qui ont, chacun à leur niveau, contribué au développement de la médecine et de la pharmacie. Crêtes équatoriales d'Iapetus - p.392 Ce satellite naturel de Saturne possède une crête de 1300 km de long sur 13 km de haut et 20 km de large, qui court le long de son équateur. Cassini Regio - p.392 C'est une zone sombre qui couvre la moitié de Japet, autre nom d'Iapetus. Sturm und drang - p.419 Il s'agit d'un mouvement à la fois politique et littéraire allemand de la seconde moitié du XVIIIème siècle. Il correspond à une phase de radicalisation dans la longue période des Lumières. Les Guerriers Tonnerre - p.409-421-422-476 Créés par l'Empereur afin de réaliser l'Unité, ces guerriers géno-engendrés sont plus forts et plus robustes que les Space Marines. Toutefois, leur matrice génétique n'a jamais été conçue pour durer. Ils ne devaient pas survivre à l'Unité et auraient dû disparaitre à l'issue de la dernière bataille de ce conflit. L'Empereur avait envisagé leur obsolescence afin de conforter sa légende et s'imposer en tant que seul sauveur de l'Humanité. Les Guerriers Tonnerre ont été conçus pour conquérir un monde et pas une galaxie entière. Parmi les grades des Guerriers Tonnerre, on distingue les Subedar, les Jamadar ou les Porteurs de l’Éclair : Jemadar était un grade utilisé dans l'armée indienne jusqu'en 1965. Il désignait un intendant adjoint ou un officier adjoint. Ce grade a ensuite été renommé en Naid Subedar dans l'armée indienne et dans l'armée pakistanaise. Les Porteurs de l’Éclair sont les porte-bannières de l'Empereur. Le destin des Primarques - p.422 Les Primarques sont destinés à être abandonnés, une fois leur tâche accomplie, au profit des mortels au nom desquels ils ont combattu. A priori, l'Empereur serait insensible envers ses créations. Skraal - p.462 Pour en apprendre plus sur ce personnage, se reporter à La bataille des Abysses de Ben Counter. J'étais là, le jour où Horus a tué l'Empereur - p.517-525 Phrase prophétique prononcée par Garviel Loken et constituant l'introduction de L'ascension d'Horus de Dan Abnett. L'Empereur sait désormais que son destin est de mourir s'il veut pouvoir vaincre son fils. Il affirme qu'il ne peut être à la fois omniscient et omnipotent et que parfois, la seule victoire possible est d'empêcher l'ennemi de gagner. L'œil des navigateurs - p.536 Les navigateurs de la Navis Nobilite possèdent une troisième œil situé au milieu du front leur permettant de distinguer les courants du Warp. Cet œil est d'un blanc laiteux et d'un noir parfait. C'est un vortex aux profondeurs infinies et d'une opacité impénétrable. Fixer cet œil provoque une mort certaine. Ce dont Rogal Dorn a peur - p.540 La réponse à cette question se trouve dans La Tour foudroyée/Le Roi sombre, un ouvrage écrit à quatre mains par Graham McNeill et Dan Abnett. Petite visite du Palais impérial - p.38 Situé sur le Toit du monde, le Palais est décrit comme une couronne de lumière coiffant le monde, une masse terrestre d'un génie architectural sans rival, et comme la plus grande œuvre de l'Homme. Il est d'une immensité épique. Au-delà des cercles d'amarrage et des champs d'atterrissage du plateau du Brahmapoutra, se dressent les plus hauts pics, la Montagne nue, le Grand Noir, la Déesse Turquoise et la Mère de l'Univers. Le Mechanicum et les maçons de l'Empereur ont creusé et aplanis leur sommet, et ont profondément creusé leur socle rocheux afin d'y ancrer les fondations de l'imposant Palais. Il est le théâtre d'une activité humaine frénétique. Edifices les plus notables du Palais : La porte Primus - p.36-38-40 C'est la première grande porte du Palais. Elle se dresse au milieu de sommets titanesques est et constituée d'argent damassé et de caissons lapis lazuli. A partir de cette porte, il faut une vingtaine d'heures en véhicule terrestre pour atteindre le Palais. Le Préceptoire - p.15 Egalement appelée l'Ost de Croisade, cette structure triomphante faite de lions d'or dressés sur leurs pattes, de colonnes flûtées et de statuaire guerrière, est surmontée d'un dôme de marbre noir veiné de zébrures. Une fresque orne le fronton au-dessus du portique. L'entrée est dallée d'énormes pierres où sont gravés les noms des mondes assujettis par les Legiones Astartes. La Tour des Astartes - p.42 Cet endroit est le dernier où l'Empereur et les Primarques se sont parlé avant que les flottes expéditionnaires ne s'envolent vers les quatre coins de l'Imperium. La Forge de la Chair et de l'Acier - p.43 Le pacte historique entre Terra et le clergé de Mars a été conclu en ce lieu. Sa pierre de coiffe est constituée de l'aigle bicéphale en ouslite et en porphyre. La Cité de la Vue - p.43-53-56-64-169 Il s'agit du quartier général de l'Adeptus Astra Telepathica. Si certaines régions du Palais ont été bâties à la gloire de l'Unité, ceux qui ont érigé ce bâtiment semblent avoir fait de leur mieux pour que leur ouvrage pèse sur l'âme de chacun. Sa présence est monolithique et sinistre. Les rues de la Cité de la Vue, contrairement aux rues vibrantes et encombrées du Palais, ne recèlent que des fantômes solitaires encapuchonnés de vert. Les murs de la Cité et ses souterrains sont truffés de cristaux psi-disrupteurs afin de ne pas perturber les sens des astropathes. La Cité de la Vue est le carrefour de l'Imperium, c'est le lieu où transitent toutes les lignes de communication astropathiques à destination ou au départ de Terra. Si les Sentinelles noires assurent la défense physique de la cité, il semblerait que les cryptaesthésiens veillent à sa défense psychique. La Tour Murmurante - p.55-102 C'est la plus haute tour de la Cité de la Vue, elle brille d'une dentelle de lumière argentée. Les bribes disparates des messages astropathiques convergent vers ce lieu. Ces résidus sont ensuite dirigés par des pierres murmurantes vers les chambres de retenue où les cryptaesthésiens exercent leur art. Le Conduit - p.131 Situé au cœur de la Cité de la Vue, il le noyau de toute communication intergalactique. Une fois chaque message télépathique reçu et interprété, et filtré par les cryptaesthésiens, il est intégré et transmis par le Conduit vers le destinataire voulu. La salle aux esprits - p.24 Conçue selon la forme d'un grand amphithéâtre au cœur de la Tour Murmurante, cette chambre a été dessinée par les anciens cognoscynthes qui, les premiers, ont commencé à ériger la Cité de la Vue il y a plusieurs millénaires. Elle permet l'échange de messages astropathiques à très longue distance. Mille télépathes assis en gradin occupent cette salle. Des pierres murmurantes serties dans les murs facilitent le passage des messages jusqu'à son centre. L'Oneirocritica Alchera Mundi - p.112 Il s'agit de la grande bibliothèque des rêves de la Cité de la Vue. Les rayonnages immenses s'élèvent sur des centaines de mètres. Elle est constituée de rapports de rêves, de textes interprétatifs, de journaux de rêves et de perceptions, et de nombreux livres traitant de l'imagerie astopathique courante. Chaque vision expédiée et reçue par la Cité de la Vue se trouve ici, dans cette archive complète des communications entre Terra et le reste de la galaxie. Artemeidons Yun est le conservateur de cet entrepôt inestimable (NB : voir plus haut les explications concernant l'Oneirocritica et le Recueil de Yun pour pleinement apprécier le jeu de mots de l'ami Graham). Le zothasticron - p.201 Les conduits de déversement de ce lieu servent à éparpiller l'énergie psychique excédentaire en provenance des chambres de retenue de la Tour Murmurante. La Ville des Requérants - p.44-353 Il s'agit d'un gigantesque bidonville bâti à partir d'éléments dérobés dans les gravats du Mechanicum ou sur des chantiers de construction. Elle compte plusieurs millions d'âmes. Il paraît absurde qu'une telle pauvreté puisse exister dans l'ombre du Palais. La montagne creuse - p.53-88-91 Egalement appelée le grand phare. Elle domine la Cité de la Vue. Un javelot de lumière brûlante s'en élève. Elle est fortement consommatrice d'esprit. De nombreux astropathes ayant perdu une partie de leurs compétences y finissent leur carrière. Ces astropathes ont subi l'Unification des âmes mais n'ont pas assez de pouvoir pour être utiles d'une quelque autre façon. A terme, leur peau se met à craquer et à tomber en poussière. Puis les muscles se mettent à flétrir. L'esprit meurt morceau par morceau, d'abord la mémoire, la capacité à éprouver la joie et le bonheur, puis même la douleur et la peur. Le phare ne laisse rien se perdre, il ne laisse rien d'autre qu'une carcasse desséchée, une enveloppe vide de chair cendreuse et d'os qui tombent en poudre. La Galerie des Miroirs - p.54-55 Les psykers initiés passent à travers cette vaste bâtisse grande comme une cathédrale avant de se rendre dans les cavernes situées sous le Palais. Ils s'agenouilleront alors devant l'Empereur afin que les structures de leur cerveau soient douloureusement réorganisées pour mieux résister aux dangers du Warp. On suppose que les miroirs donnent aux aspirants l'occasion de voir une dernière fois leur visage avant que leurs yeux ne se consument à l'intérieur de leurs orbites au contact de la puissance de l'Empereur. Les étudiants et les adeptes du Telepathica se déplacent principalement par un réseau de tunnels et de galeries transverses taillées sous la Cité de la Vue, car sentir la lumière du soleil sur leur peau leur rappellerait juste un peu plus ce qu'ils ont perdu. La Crypte - p.227 Au-dessus du pic Rakaposhi, la Legio Custodes possède des geôles où les individus jugés hostiles à l'Empereur sont incarcérés et isolés du monde. Les derniers tyrans des guerres pré-Unité y ont été enfermés. L'Ossuaire d'Emeraude - p.329 Les cendres des astro-télépathes de Terra y reposent aux côtés des individus n'ayant pas survécu au dernier rituel censé les rendre pleinement opérationnels. Autres édifices remarquables - p.42-43-145 L'Ossuaire d'Hazaman, la Galerie d'Hiver, le tombeau d'Upanizad, le Hall des Requérants, l'Observatoire de Cristal, la Longue Salle, la forteresse de la Porte d'Eternité, la Galerie de l'Unité. L'Hérésie d'Horus, Tome XIX - La Bataille de Calth : Et ils ne connaîtront pas la peur Dan Abnett - Black Library France - 12/2012 - (ISBN 978-1-78030-079-5) - 461 pages Et ils ne connaîtront pas la peur - p.270 Les ajustements génétiques des Space Marines les prédisposent à n’enregistrer que des niveaux diminués de réponse à la peur. Leur programmation psychologique leur apprend à rejeter cette faiblesse, à résister aux chocs déstabilisants que la peur peut induire. L’armure énergétique modèle Praetor - p18 Il s’agit d’une nouvelle variante fabriquée dans le système de Véridia à l’usage exclusif des Ultramarines car ce standard n’a pas encore été formellement accepté par les légions Astartes (NB : un prætor était un magistrat de la Rome antique). Les plaques superorbitales - p.22 Les planètes maîtresses de l’Imperium ont des plaques superorbitales, et notamment Terra (NB : pour mémoire, Terra possède également des plaques suborbitales dont les principales sont Lemurya, Gondavana, Vaalbara et Rodinia - voir Prospero Brûle de Dan Abnett). Précisions sur la désignation du Maître de Guerre - p.22 Le titre de Maître de Guerre aurait pu échoir à quatre Primarques. Seuls Horus, Guilliman, Sanguinius ou Dorn en étaient dignes. Toutefois, Dorn était trop draconien, Sanguinius trop éthéré et Guilliman trop clinique et réservé. Le fusil Illuminator VI - p.24-206 Ce fusil laser en dotation chez les auxiliaires de la XIIIème légion est puissant, solide, léger et pratiquement sans aucun recul. Il possède une crosse métallique repliable. La notion de repère temporel - p.26 Elle se réfère, selon le protocole d’archivage des combats employé par la légion des Ultramarines, au décompte du temps de combat écoulé en heures terranes, dites sidérales. La marque de Calth - p.26 Elle désigne les brûlures provoquées par les radiations solaires dont furent victimes bon nombre de combattants, principalement chez les troupes humaines. Les derniers de ces vétérans qui moururent bien des années plus tard, refusèrent toujours les greffes de peau réparatrices, et arboraient leurs stigmates avec fierté. Saur Damocles - p.30 Saur (NB : et non pas Saul) Damocles est le capitaine de la sixième compagnie des Ultramarines. L’emblème de sa compagnie est un serpent blanc enroulé sur lui-même en forme de huit sur fond bleu (NB : Etrangement, ce symbole rappelle celui du chapitre des Iron Snakes, descendants directs des Ultramarines, et qui possède une escouade "Damocles". Voir Les Frères du Serpent de Dan Abnett). Ultramar - p.31 Appelé également Le Nouvel Empire, Ultramar est une grappe de mondes prospères que Guilliman a assujettis et dont il a fait une république frontalière forte et robuste (NB : voir également les tétrarques). Les parts de service - p.31 Les parts de service correspondent à des lopins de terre attribués aux militaires qui ont fini leur service au sein de l’Armée impériale. Elles sont proportionnelles au nombre d’années effectuées, arrondies à l’inférieur. Le Rhino Advancer - p.33 Il possède un châssis plus long que le Rhino standard. Roboute Guilliman - p.37-388 Sa silhouette est celle d’un homme, mais il est bien plus que cela, bien plus que même les géants transhumains de sa légion. Il est un Primarque et il n’en existe plus que dix-sept autres comme lui dans l’univers. Il est le treizième fils de l’Empereur de l’Humanité, le maître des Ultramarines, la XIIIème légion. Il est parmi les plus humains de ses frères. A une certaine distance, on pourrait le confondre avec un homme. Ce n’est qu’en s’approchant qu’on se rendrait compte qu’il ressemble davantage à un dieu. Guilliman brille d’une beauté ordinaire, il est beau comme le visage d’un régent paraîtrait beau sur une monnaie ancienne, de la façon dont une lame paraît belle. Il n’a pas la beauté d’une lame rituelle, de la façon dont l’est Fulgrim. Il n’est pas douloureusement angélique comme l’est Sanguinius. Aucun d’eux ne possède cette même beauté. Il y a dans sa mâchoire une ligne résolue, comme chez son frère Dorn, avec qui il partage la même noblesse. Il y a en lui la grande force de Ferrus et l’endurance de Mortarion. Il se trouve parfois dans ses yeux la morgue du Khan, ou la solennité du Lion. Dans l’architecture de son nez et de son front, beaucoup prétendent retrouver l’énergie et le triomphe d’Horus Lupercal. Il n’y a rien en lui de cette amertume qui assombrit Corax, ou du désespoir hanté qui persécute le pauvre Konrad. Rien de ce mystère délibéré dont sont voilés Alpharius ou Magnus, et son âme est plus ouverte que celle de Vulkan. Sa réussite trouble ses frères aux visées plus étroites comme Lorgar et Perturabo. Jamais il ne manifeste les pics de fureur que l’on observe chez Angron, et jamais ses yeux ne brillent de la même lueur psychotique que chez Russ. Il ne compte comme ami que Dorn, Ferrus, Sanguinius et Horus (NB : Accessoirement, il peut aussi retenir sa respiration pendant très très longtemps puisqu’il est capable de se balader sans casque dans l’espace…). L’organisation de la XIIIème légion - p.39 La légion des Ultramarines est divisée en chapitres, hérités de la vieille structure régimentaire des Guerriers Tonnerre. Chacun de ses 25 chapitres (NB : soit 250 000 combattants) est formé de dix compagnies, qui demeure l’unité de base, un millier de guerriers ainsi que leur cortège de soutien, emmenés par un capitaine expérimenté. Aphorisme populaire au sein de la XIIIème légion - p.39 "Pour prendre une bourgade, envoyez un guerrier ; pour prendre une ville, envoyez une escouade ; pour prendre un monde, envoyez une compagnie ; pour soumettre une culture, envoyez un chapitre" (NB : Pour un exemple concret de ce qu’est capable de réaliser un seul Space Marines, voir Les Frères du Serpent de Dan Abnett). Le Macragge’s Honour - p.42 Ce navire est le vaisseau amiral de Guilliman. Il mesure vingt-six kilomètres de long et dispose de points d’ancrage latéraux sur lesquels sont amarrées dix-huit barges de bataille. Tylos Rubio – p.46 Cet Astartes est un puissant psyker qui s’est laissé réduire au rang de guerrier ordinaire avec obéissance et abnégation suite au concile de Nikaea. Précisions sur la création des légions - p.50 Le but originel de l’Empereur, en créant ses légions et ses fils, avait été de créer une variété parmi ces forces combattantes qui se compléteraient les unes les autres. Leurs diverses forces et leurs caractères étaient supposés rejaillir et briller par contraste. Dans l’uniformité aurait résidé la faiblesse. Méthodes éducatives paternelles - p.50 La jalousie, la compétition, les rivalités et les disputes entre Primarques font partie de la vision de l’Empereur. Il souhaite que ses fils se concurrencent entre eux, que ses légions se mettent au défi. De cette façon ils se pousseront mutuellement de l’avant. L’Empereur et ses premiers fils, les plus sages, sont toujours là pour empêcher les choses d’aller trop loin. Les tétrarques - p.67 Les quatre tétrarques (NB : combinaison du préfixe numérique tétra, signifiant quatre en grec, et d'archon signifiant chef. Historiquement, il s’agit des dirigeants d'une des quatre parties d'un royaume) représentent les quatre planètes maîtresses qui commandent aux fiefs d’Ultramar sous l’autorité de Macragge : Saramanth, Konor, Occluda et Iax. Ils sont les quatre princes d’Ultramar et règnent sur les Cinq Cents Mondes. Leur place dans la hiérarchie du pouvoir se trouve juste en dessous de celle de Guilliman, au-dessus des maîtres de chapitre et des seigneurs planétaires. L’Octed - p.85 Ce virus informatique, savant mélange de magie warpienne et d’éléments binaires, a été introduit dans la noosphère de Calth afin d’en neutraliser les défenses. Il est peut-être le même que celui utilisé lors des guerres martiennes (voir Mechanicum de Dan Abnett). Précisions sur les Dreadnought - p.93 Ils ne dorment que lorsqu’ils sont placés en stase d’hibernation. Ils ne sont éveillés que lorsque vient l’heure de la guerre. Durant leurs périodes d’éveil, leur douleur est constante, ils ne peuvent plus s’en accommoder de la même façon dont ils le faisaient en tant qu’homme, ils ne possèdent pas de mécanisme pour la contrôler. Ils n’acceptent ni leur mort ni l’enfermement qui leur a été offert en échange. Pour cette raison, ils se retrouvent en proie à des variations émotionnelles qu’ils n’avaient pas connues en tant qu’homme. Ils sont donc souvent portés à la rage et à la colère, à l’amertume. Beaucoup sont acariâtres. Dans les premiers temps, ils sont également enclins à des accès de peur. Mais ce n’est pas de la douleur dont ont peur les Dreadnought, c’est du silence et de l’oubli. C’est afin de les apaiser qu’ils sont encouragés à dormir pour de longues périodes. Leurs craintes et leur douleur sont également canalisées par des ajustements graduels appliqués à leurs hormones et à leurs mélanges bio-chimiques. Ils sont soumis à des hypnothérapies et à des discussions d’acclimatation. Les Dreadnought vénérables, les anciens, servent de mentor aux plus jeunes. Dès qu’un Astartes est incarcéré dans un Dreadnought, il est renommé. Les casques rouges - p.106-396 Dès lors qu’un Ultramarines a fait l’objet d’une réprimande, son casque est grossièrement repeint d’une couche de rouge. Durant l’épisode de Calth, alors que toutes les communications étaient interrompues, Guilliman souhaitait un système visuel simple et net pour matérialiser la chaîne de commandant. Il a demandé aux chefs d’escouade de marquer leur casque en rouge. Depuis, le casque rouge a cessé d’être une marque de reproche. Le point de Mandeville - p.110 Il s’agit d’un point de saut dans le Warp, calculé de façon à envoyer de manière optimale un vaisseau dans l’Empyrean. Il se situe donc à distance des objets célestes et de leur force d’attraction (NB : voir également la poussée étendue). Tarik - p.112-390 Lors d’une offrande aux Dieux sombres, Erebus utilise les glandes progenoïdes de Tarik Torgaddon (NB : pour plus d’informations sur le destin funeste de ce Luna Wolf ou pour mémoire, voir La galaxie en flammes de Ben Counter). Il le ressuscitera sous une forme démoniaque nommée Tormageddon. La poussée étendue - p.125 C’est un état de propulsion employé pour les accélérations principales. Elle correspond au rendement maximum d’un vaisseau afin de l’amener à la limite de sa vitesse dans l’espace avant sa translation dans l’Empyrean. C’est un seuil de poussée employé lorsqu’un vaisseau s’éloigne d’une planète vers le point de Mandeville viable le plus proche, situé approximativement à mi-distance du rayon d’un système solaire moyen. Salle des machines - p.192 Dans les antres sombres des salles des machines et de la propulsion des vaisseaux, des hordes de mécaniciens et d’hommes de peine déploient furieusement leurs efforts. Ces salles sont infernales, noires de suie et éclairées par le rouge des vastes moteurs, des réacteurs et des fourneaux. Des armées de forçats, en sueur et rugissants, chargent à la pelle dans des déversoirs de fer des minerais combustibles et des billes de prométhéum solide. Le faisceau de mésons - p.210 Cette arme capable de transpercer un vaisseau équipe les flottes de l’Astartes (NB : en physique des particules, un méson est une particule composite, c’est-à-dire non élémentaire, composée d'un nombre pair de quarks et d'antiquarks). Les Cataphractii - p.217 Un Cataphractii (NB : du grec kataphractos qui signifie vêtu de mailles, littéralement clos de tous côtés) est un Terminator dont les énormes protections d’épaules en lorica segmentata (NB : nom de la cuirasse segmentée utilisée par les légions romaines) s’élèvent au-dessus d’un casque à cimier. Des ptéruges (NB : lanières de cuir ou de métal portées sous la Lorica segmentata ou tombant sur le haut des bras comme des épaulettes) de cuir clouté et des pans de maille protègent les joints les plus faibles. Les Perpétuels - p.235-379-381 Il s’agit a priori d’individus dotés d’une longévité hors du commun et de connaissances étendues dans l’occulte. Ils seraient de la même essence que l’Empereur. Le destin d’Ollanius Persson – p.32-235 à 241-370 "Oll" Persson est un Perpétuel. Il est croyant et porte autour du cou un symbole cathérique, c’est pourquoi il est souvent raillé et qualifié d’"homme pieux". Il est présenté comme un vétéran de l’Armée impériale, retiré du service (NB : Il a fait partie de la Chiliade cinq-deux du Géno, compagnie des Carnavals, rattachée à la 670ème flotte expéditionnaire durant la Grande Croisade. Il était alors connu sous le nom de Kaido Pius. Pour en savoir plus sur ce personnage, voir Légion de Dan Abnett, p.157). Toutefois, il serait âgé de plus de quarante-quatre mille ans. Il a connu l’horreur des tranchées à Verdun en 1916, la bataille d’Austerlitz en 1805 et aurait fait partie de l’équipage de Jason lors de sa quête de la toison d’or aux côtés des Argonautes (NB : lors de cette célèbre quête de la mythologie grecque, Jason ou Iason naviguait sur l’Argo. C’est également le nom du vaisseau servant de toile de fond au roman Les morts oubliés de Graham McNiell). John Grammaticus, un autre Perpétuel doté de certains talents psychiques grâce à l’intervention des membres de la Cabale (voir Légion de Dan Abnett), persuade son vieil ami Oll d’accomplir une mission de la plus haute importance. Il lui montre le futur, la mort de Sanguinius et la chute de l’Empereur. Pour empêcher l’humanité de sombrer, Oll devra se procurer une lame noire sacrificielle et assassiner Horus avant que ce dernier ne tue son père (NB : A priori, Ollanius Pius - le pieux en latin - appartient à la mythologie impériale. Il aurait sacrifié sa vie pour sauver celle de l’Empereur lors du siège de Terra. Il est depuis considéré comme un Saint, au point que certains régiments de la Garde arborent son effigie sur leurs bannières. Au 41ème millénaire, l’Ordre d’Ollanius Pius est la plus haute distinction militaire). Marius Gage - p.270 Le premier maître de chapitre compte parmi les Ultramarines depuis les premiers temps. Le symbole de l’Ultima - p.285 Il est arboré sur toutes les armures de la XIIIème légion. Peut-être à mettre en relation avec le fait qu’Ultramar se situe dans l’Ultima Segmentum. Affronter un démon - p.306 A priori, le feu et les armes blanches ont une plus grande efficacité contre les démons que les projectiles solides et les tirs d’énergie. Ces entités primordiales semblent souffrir davantage de blessures simples et élémentaires, de ces qualités primitives que sont le tranchant, et la force brute, et la chaleur et la flamme. Un lien semble exister entre les dommages portés et la fonction rituelle. Le feu et les instruments tranchants ou incisant étaient autrefois des éléments essentiels du rite magique. Il semblerait que les démons, étant le produit du vide primal qui existait avant l’apparition de l’homme, aient gardé le souvenir des outils sacrés utilisés pour les invoquer. Le Baneblade - p.321 Ce char super-lourd (NB : en dotation dans les légions au 30ème millénaire) pesant dans les trois cents tonnes est doté d’une turbine à multi-alimentation. Samus - p.361 Ce démon complètement mégalomane a été le premier à s’emparer de l’âme et du corps d’un Astartes, Xavyer Jubal, combattu par Garviel Loken (voir L’Ascension d’Horus de Dan Abnett). La remise en cause du concile de Nikaea - p.393 Guilliman pense qu’avec le concile de Nikaea, l’humanité s’est volontairement débarrassée de la seule arme efficace contre le Warp. Il envisage de demander le retour du Librarius et la révocation du concile. Les Inflexibles - p.394 C’est le nom donné par Guilliman aux Primarques sur lesquels il peut se fier. Dorn en fait partie, de même que Russ, Sanguinius et surtout Ferrus Manus. Son postulat théorique premier est que même dans des conditions extrêmes, les Ultramarines pouvaient s’allier à un seul de ces quatre et vaincre tout adversaire. Mais de tous, Ferrus Manus est l’élément clé, il est l’allié le plus résolu d’Ultramar. Tauro Nicodemus - p.438 Le tétrarque de Samaranth a survécu à la bataille de Calth. Il sera envoyé ultérieurement sur Damantyne la Petite afin de retarder l’avancée des Iron Warriors renégats (Voir L’Age des ténèbres – Cœur de fer de Rob Sanders). Conséquences - p.193-400-410-450 Trente mille Ultramarines et deux cent mille combattants de l’Armée et du Mechanicum ont échappé aux massacres. La surface de la planète ne constitue plus un environnement propice à la vie. L’étoile locale, bombardée par l’ennemi, souffre de traumatismes internes et irradie la surface à des niveaux mortels pour l’être humain. Les survivants, civils et militaires ont rejoint les arcologies souterraines datant de l’époque coloniale (NB : pour une description de l’actuelle Calth, voir La part du chapitre de Graham McNiell). Certains des vaisseaux détruits durant l’épisode de Calth continueront de tourner en orbite de son astre torturé pendant cent mille ans, en tant qu’épaves gelées, en tant que nécropoles pour tous ces morts silencieux et momifiés, figés dans leur dernier hurlement. L'Hérésie d'Horus – Les Portes de Terra / Kryptos Nick Kyme / Graham McNiell - Bibliothèque Interdite - 10/2012 - (ISBN 978-1-78030-101-3) - 46 pages Les Portes de Terra Le retour des Archivistes - p.6-25 Dans l’attente de l’arrivée inéluctable d’Horus et de ses troupes sur Terra, le Sigillite et Dorn ont recours aux Archivistes au mépris de l’édit de l’Empereur, et sans lui en référer. Ils les utilisent afin de tester les capacités des Marines destinés à occuper des fonctions stratégiques dans la défense du système de Sol et pour élaborer des projections tactiques. Ces Archivistes font partie de ceux des diverses légions que le capitaine Garro a renvoyé sur Terra (voir Oath of Moment de James Swallow). Le Récif ardent - p.15-25 C’est l’une des lignes de défenses du système de Sol. Le Récif est constitué d’une série de forteresses dotées de macro-canons, pour la plupart bâties à l’intérieur d’astéroïdes. Des milliers d’entre eux gravitent autour de Terra. Sergent Arcadese - p.23 Cet Ultramarines fait l’objet d’investigations et de lavages de cerveau de la part d’un Archiviste afin de tester ses compétences en tant que commandant d’une forteresse du Récif ardent. Auparavant, il avait été envoyé sur Bastion, aux côtés du Salamander Heka’tan, afin de convaincre le gouvernement local de rallier la cause des loyalistes (voir L’Age des ténèbres - Les fils oubliés de Nick Kyme). Kryptos La furtivité de la Raven Guard - p.29 Les fils de Corax possèdent des paquetages compacts et des systèmes furtifs sur mesure leur permettant de rester sous les seuils de détection et d’être virtuellement invisibles. Iron "Raging" Hands - p.34 Même dévastés par la perte de leur Primarque, les fils de Medusa étaient prêts à se battre vingt-quatre heures après avoir rallié les forces qui ont échappé au piège du Maître de Guerre. Depuis, les Iron Hands n’ont cessé de se jeter au combat. L’adepte Zeth - p.39 Outre le fait d’avoir formé l’Iron Hand Sabik Wayland, l’adepte Koriel Zeth, maîtresse de la Cité du Magma sur Mars, a mis au point le décodeur akashique et a refusé de céder au Mechanicum noir (voir Mechanicum de Graham McNiell). L'Hérésie d'Horus, Tome XX - Les Primarques Recueil de nouvelles Graham McNeill - Gav Thorpe - Nick Kyme - Rob Sanders - Black Library France - 02/2013 - (ISBN 9781780300887) - 472 pages Et le reflet se brisa - Graham McNeill Les Kakophoni - p.38-76 Suite à leur campagne contre les Laers et le massacre de la Fenice lors de la représentation de la "Maraviglia" (voir Fulgrim de Graham McNeill), les Emperor's Children ont pris goût aux couleurs, aux sensations et surtout aux harmoniques extrêmes. Sous le regard bienveillant d'un Fulgrim plus tout à fait maître de lui-même, la IIIème légion se laisse peu à peu séduire par les charmes de Slaanesh. Une partie des Emperor's Children, les Noise Marines, ont développé un penchant très prononcé pour les armes soniques. Parmis ces combattants, se distinguent les compagnies de Kakophoni. Leurs monstrueuses armes scindent les atomes de la matière sous des fréquences de résonance qui trouvent leur écho quelque part entre les mondes. Les Kakophoni sont pratiquement sourds, insensibles à tous les bruits hormis les plus fracassants. Des hurleurs cérébraux leur ont été implantés, bombardant leur cortex de bruits tumultueux, afin de les rendre dociles et de les transformer en tueurs fanatiques et obsessionnels. Modifications génétiques - p.41 Les modifications apportées par l'apothicaire Fabius au système nerveux des Emperor's Children réagissent aux puissants stimulis et le récompensent d'un cocktail capiteux d'accélérateurs hormonaux et de réponses provenues des centres du plaisir. Les Marines deviennent alors plus rapides, plus forts et plus réceptifs à leur environnement. L'Armée d'argile - p.45 Fulgrim connait l'existence d'une armée ayant jadis été enterrée sur l'ancienne Terra, une armée fantôme de statues d'argile, afin de protéger un empereur inquiet de subir les représailles des âmes innombrables que ses guerres de conquête avaient envoyées dans l'après-vie. Il s'agit en réalité d'une armée de terre cuite enfouie dans le mausolée dédié à l'empereur Qin Shi Huangdi, monarque chinois qui vécut au IIIème siècle avant notre ère. Cette armée est formée de huit mille statues, ayant quasiment toutes un visage différencié. Un Dieu tombé à terre - p.84 Convaincus de la possession de leur père génétique par un démon, les principaux capitaines de la IIIème légion ont affronté Fulgrim afin de le capturer et de le soumettre à la question. Il aura fallu user de gantelets énergétiques et de décharges d'armes soniques dans la tête pour en venir à bout ! L'Homme de Vitruve - p.86 Capturé par ses fils, entravé des fers les plus lourds, assommé chimiquement et allongé nu sur une table d'acier, Fulgrim a les bras rejetés au-dessus de sa tête et ses jambes sont écartées comme jadis celles de l'Homme de Vitruve. L'homme vitruvien est en réalité le nom communément donné au dessin réalisé par Léonard de Vinci aux alentours de 1492 et dans lequel y sont représentées les proportions parfaites de l'être humain (NB : accessoirement, il était également l'emblème de la société Manpower). Les Empereur's Children et les archivistes - p.89 Les Empereur's Children ont toujours été réticents à l'emploi des archivistes. La singularité qui permet à un psyker de manipuler l'énergie du Warp provient d'une altération génétique, d'un défaut. Et rien de ce qui s'apparente à un défaut ne peut être autorisé dans les rangs de la légion de Fulgrim. Le Vitae Noctus - p.106 Cette concoction se présentant sous la forme d'un liquide rose et trouble, a été mise au point par l'apothicaire Fabius Bile. Elle est capable de venir à bout d'un Space marine en l'espace de quelques secondes. Triomphe de Fer - Nick Kyme Les Morlocks - 124-163-166 Ces guerriers d'élite de la légion des Iron Hands issus des compagnies claniques des Avernii, portent l'armure Cataphractii, faite de plaques renforcées, d'épaulières en demi-fût, ornées de ptéruges qui recouvrent les canons de bras plus fins et plus maniables. Si les armures Cataphractii sont rares parmi les légions, les Iron Hands en disposent en grand nombre. Elles sont conçues pour les attaques frontales dans lesquelles ils excellent. Elles sont encombrantes et reviennent à porter sur soi un char de combat dépourvu de chenilles, mais elles en possèdent toute la résistance et la puissance d'arrêt. Aucun guerrier revêtu de cette armure ne peut se relever sans assistance en cas de chute. Les Morlocks sont porteurs d'une bionisation étendue. Eye of Medusa - 136 Ce titanesque vaisseau terrestre doté de chenilles démesurées est le quartier général au sol de Ferrus Manus. On s'y déplace grâce à des monte-charges verticaux et des convoyeurs horizontaux. La Gorgone - p.138 Des nombreux noms que l'on donne à Ferrus Manus, celui-ci semble être son préféré. Son regard est en effet suffisamment dur pour pétrifier sur place (NB : Dans la mythologie grecque, les Gorgones sont des créatures fantastiques et malfaisantes d'une telle laideur que quiconque ose regarder leur visage meurt pétrifié. La plus célèbre des Gorgones est Méduse, popularisée par le péplum américain Le Choc des Titans). L'inflexibilité de la Xème légion - p.169 Le sergent Bion Henricos, 7ème sergent de compagnie du 10ème clan, affirme que les Iron Hands manquent de flexibilité tactique. Il réchappera du massacre d'Istvaan V mais succombera ultérieurement sous les coups d'Horus Aximand (voir L'Âge des Ténèbres, L'autre Horus de Dan Abnett). La force mentale de la Gorgone - p.182-202 Ferrus Manus est investi d'une force mentale que peu lui reconnaissent véritablement. Guilliman le sait et le lui a déjà dit. Le bleu cobalt et le noir forment un mélange puissant, un alliage que rien n'a jamais fait plier (voir la notion d'Inflexibles dans La Bataille de Calth de Dan Abnett, p.394). Manus est un tacticien tout aussi adroit que Guilliman, même s'il a tendance à se tenir le plus souvent dans son ombre. Son seul défaut est que son opiniâtreté le rend parfois légèrement myope face aux problèmes. Les Primarques inconnus - p.211 Lorsque l'Empereur est venu chercher Manus sur Medusa, il l'a emporté vers dix-sept autres frères remarquables, seuls Corax et Alpharius n'avaient pas encore été retrouvés (Voir Délivrance perdue de Gav Thorpe p.291). Le Lion - Gav Thorpe La navigation stellaire - p.253 En l'absence de l'Astronomican pour irradier dans toute la galaxie, les Navigateurs se fient aux phares du Warp : de minuscules lanternes de lueur psychique émise depuis des stations de relais dans l'espace réel. Celles-ci ne sont que de vagues chandelles en comparaison de l'étoile de l'Astronomican et seul un système sur dix en possède un dans le secteur. Poursuite dans le Warp - p.257 Il est extrêmement difficile, voire impossible de suivre la trace d'un vaisseau dans l'espace Warp. Dans quatre-vingt dix-neuf pour cent des cas, le contact visuel se perd au bout d'un jour, et dans tous les cas au bout de deux. Les nephilla - p.259 Sur Caliban, certaines créatures parviennent à suivre leur proie par la piste que laisse leur âme, ce sont les nephilla. Le Mastodon - p.314 Ce grand transporteur de troupes en dotation chez les Iron Hands, est plus lent et plus massif qu'un Rhino. Il est porté par un train de roulement quadruple et dépasse en taille un Land Raider. Il peut transporter jusqu'à quarante guerriers. Il est doté de puissants champs de force. Les pouvoirs de Typhon - p.320 Calas Typhon, premier capitaine de la Death Guard, est un puissant psyker ayant appartenu au Librarius. Toutefois, la haine des arts du Warp qu'éprouvait Mortarion a mis fin à l'exploration par Typhon de son autre nature lorsque les Dusk Raiders sont devenus la Death Guard. La mise en garde de ceux qui regardent dans la nuit - p.349 A priori, l'un de ceux qui regardent dans la nuit aurait alerté Le Lion sur les événements de Caliban. Toutefois, le Primarque de la Ière légion semble être prêt à sacrifier les siens s'il peut mettre un terme au conflit qui embrase la galaxie. Le serpent en dessous - Rob Sanders Le Kahn - p.446 L'Alpha Legion a réussi la prouesse de tenir à l'écart de la guerre civile le Kahn et ses White Scars grâce au Pylône, une technologie xenos permettant d'utiliser l'immétéorologie du Warp dans le but d'isoler des régions complètes de la galaxie.
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.