Jump to content
Warhammer Forum

[WHB] Diptyque Gilead de Dan Abnett et Nik Vincent


Recommended Posts

==> GILEAD'S BLOOD by Nik Vincent & Dan Abnett

Citation

Gilead Lothain, guerrier ténébreux et dernier de la lignée de Tor Anrok, parcourt la terre assoiffé de vengeance sur les créatures sombres qui sillonnent les forêts et les montagnes de l’Ancien Monde. Avec son fidèle serviteur Fithvael à ses côtés, Gilead chargé d'une malédiction combat des humains corrompus, des hommes-bêtes, des guerriers des Dieux Noirs et plus encore dans cette collection de contes bourrés d’action.
Le roman Warhammer classique est de retour avec un tout nouveau look.

 

==> GILEAD'S CURSE by Nik Vincent & Dan Abnett

Citation

Gilead Lothain revient ! Des guerriers skaven aux rues de Nuln, le guerrier ténébreux et son fidèle serviteur Fithvael se retrouvent entourés par le mal. Sous la terre, le dangereux et fou Roi Rat, ses pouvoirs amplifiés par la magie maléfique, complote la chute de Gilead, tandis qu’un compte vampires assoiffés de sang devient un allié improbable… et l’ennemi le plus meurtrier de Gilead.
Un nouvel épisode de la saga Gilead.

 

 

Gilead's Curse & Gilead's Blood by Nik Vincent & Dan Abnett 920058Gileadsbooks1000

 

 

 

Avant tout retour il faut savoir que le premier livre n’est pas vraiment un roman mais plutôt un recueil de nouvelles. Il semblerait que ces dernières ont été publiées dans un magazine à l’époque mais je ne suis pas sûr (Hammer and Bolter) Mon retour se fera donc comme pour un recueil de nouvelles.

Il faut aussi savoir qu’avant chaque nouvel un narrateur imaginaire raconte les histoires de Gilead et nous présente ces aventures à nous les lecteurs. Comme si nous étions son publics. C’est une information importante sur lequel je reviendrai vers la fin.

Critique certifié avec spoil.
Bonne lecture.

 

GILEAD'S BLOOD

Attention Spoil!

 


Gilead’s Wake 2/5

I was anything and everything. I was a myth.


Une petite nouvelle nous introduisant l’univers autour des deux personnages principaux, Gilead et Fithvael.
Gilead a été capturé par des humains, venue le délivrer son frère jumeau et ses compagnons arrivent sur place. Son frère meurt, Gilead jure de tout faire pour traquer et tuer le responsable.

En tout premier point l'on apprend quand même qu’une cité nommée Tor Anrok existait. Celle-ci était protégée par un charme qui la dissimulait aux humains, cette dernière étant adjacente à une petite  cité humaine. Les elfes étant vus par les humains la peuplant comme des protecteurs.

J’ai apprécié que le patron de la pègre recherchait par Gilead se surnomme « l’homme-rat» ce qui fait croire au lecteur tout le long que celui-ci est bien un skavens. Il y a aussi une comparaison entre le héros et ce dernier qui se ressemble, tous deux présentés comme des montres à la toute fin.

La morale est aussi intéressante, Gilead ayant tout perdu (enfin juste son jumeau) il décidé de détruire l’empire de la pègre de l’homme rat et le laisse aussi en vie, comme ça ce dernier a aussi tout perdu.

Mais sinon le récit  est assez peu intéressant, hormis la présentation rapide des deux personnages l’intérêt est assez quelconque.


Gilead’s Fate 3/5

I  will not sir from here until Death comes for me.


Seconde petite nouvelle du roman, aux plus quelques pages.
L’empire de la pègre détruit Gilead revient des années après pour voir que son père est mort et son royaume déserté. Gilead et Fitvael sont les derniers de la lignée de Tor Anrok.

Le dernier seigneur de Tor Anrok tombe donc dans une grosse dépression de laquelle il ne sortira quasiment jamais durant tout le roman. Son frère mort et ayant tout perdu il tombe dans l’alcool (vraiment) et passe ses journées à boire sur son trône vide.

Pendant ce temps son compagnon trop inquiet par son seigneur ne veut pas le laisser seul. Il finira par rencontrer une jeune femme humaine qui l’implore de l’aider afin de se débarrasser du noble du coin qui a assassiné sa famille.

Après quelques lignes de dialogues Gilead décide de sortir de sa léthargie et d’aider la jeune femme.
Arrivée au manoir du seigneur local les trois compagnons découvrent que celui-ci fricote d’un peu trop près avec le chaos. Le seigneur possède même un enfant du chaos (à moins que cela ne soit un démon).

Après une courte scène de bataille d’où en ressortent victorieux les trois héros Gilead décide d’arrêter l’alcool (mais de ne pas sortir de sa dépression) et de traquer le mal de ce monde, les êtres s’étant vendu au Chaos.

Tout comme la première nouvelle, ici le récit fait aussi office d’introduction des deux personnages.

Si le personnage de la jeune humaine est assez intéressant notamment de par sa relation avec les elfes j’ai trouvé dommage que cette idée soit vite abandonnée car nous ne reverrons jamais ce personnage du bouquin. J’ai aussi bien aimé le concept des humains qui viennent à un endroit précis pour demander de l’aide aux êtres des bois qui des fois répondent, d’autres non.

Le reste est au mieux intéressant à voir, un elfe alcoolique et dépressif ce n’est pas tous les jours que l’on voit ça. Au pire passable, chaos/méchant/combat final contre démon/héros gagne.


Gilead’s Chosen 1/5


Gilead se voit contacter par magie télépathique, lui et uniquement lui  par une femme elfique qui a été capturé à des kilomètres de là par un guerrier du chaos va se voir sacrifier pour ces maitres.

Gilead que Fithvael prend pour fou fait tout pour rejoindre cet endroit étrange. Étrange en effet car là où est détenu la jeune elfe se trouve un château semi-intangible qui a l’air d’appartenir au royaume chaotique. Après leur intrusion dans le château et le sauvetage la jeune femme ils se rendent compte que le château est de plus en plus ancré dans le monde réel selon le nombre de sacrifices fait.

La jeune elfe, qui se nomme Niobe, et Gilead finissent par tomber amoureux mais ne peuvent consommer leur amour avant que le château ne disparaisse.
Ils sont donc obligés d’y retourner et de vaincre le seigneur des lieux qui possède un unique point faible, son fils. En effet ce dernier infirme était voué à mourir. Le seigneur du chaos a donc décidé de le lier au château, si le château meurt lui aussi.
Après un combat contre le maitre des lieux et l’assassinat de son fils, le château disparaît. Unique problème Niobe aussi, étant déjà trop lié au bâtiment elle se voit aspirer et repartir de là où elle venait de base.

Gilead jure donc de la retrouver.

Histoire totalement WTF et tirée par les cheveux à l’extrême. Il faut s’accrocher pour suivre ce récit. Ce fut pénible à lire. La relation Niobe-Gilead n’a rien d’extraordinaire et Abnett et Vincent nous pondent ici du WTF d'A à Z. Que ce soit avec la magie télépathique que seul Gilead reçoit ou bien cette histoire de château aspirant les âmes.

Histoire rapidement a oublié dommage que cela soit le fil du conducteur des deux récits suivants.


Gilead’s Path 3/5


Gilead toujours en dépression (pour changer) recherche donc Niobe. Ils finissent par tomber sur un village humain ou une jeune femme porte un médaillon elfique. Après que Gilead l’est agressé contre l’avis de son compagnon ils finissent par découvrir la provenance dudit Bijou.

Une tombe elfique abandonnée se trouverait un peu plus loin sur les terres d’un seigneur local. Les deux héros décident de s’y rendre dans l’espoir de trouver des informations sur le jeune elfe.
Effectuant un délit de propriété ils se retrouvent nez à nez avec les gardes de ce dernier. Après un cours combat sommet de se rendre chez le seigneur local les deux chefs de chaque groupe trouve un consensus.

Gilead les aident à accéder à ladite tombe en échange des trésors enfouis, celui-ci n’étant intéressé qu'uniquement par les documents s'y trouvant.

Invités à rester au château les deux elfes déclinent et campent aux abords du domaine. Domaine où ils feront la découverte d’un jeune serviteur du noble, sujet aux moqueries des gardes. Ils finiront par se lier d’amitié avec, enfin surtout Fitvhael.

Un long voyage ce profil ou les elfes aident les humains à esquiver les pièges mortels et à s’orienter dans la forêt. Arrivé à la toute fin du voyage un choix de chemin doit être fait. Ayant peur pour sa vie le seigneur local décide d’envoyer le jeune serviteur voir l’un des chemins pour lequel il ne reviendra jamais ce qui a le don d’énerver les elfes.

Arriver au royaume elfique les humains ravis. Moins les elfes qui ne retrouvent pas ce qu’il recherche et son arrivée trop tard, toute information ayant déjà disparu. Le noble décide alors dans son infinie intelligence de se moquer des elfes qui n’ont rien trouvé.

Fithvael et son maitre s’éclipsent alors, laissant les humains (même le gentil sergent pour dire la cruauté du geste!) incapable de ressortir de l’édifice elfique qui finiront soit par mourir des pièges ou plus probablement de faim.
Quand Fithvael lui demande pourquoi il a fait cela. Son ami lui répond que les humains avaient signé un contrat uniquement pour l'aller et ce pour la durée d'une journée, et non le retour.

Le récit est assez sympathique, l’histoire de la coalition du noble humain et des elfes intéressante.
Mais outre cela rien de passionnant notamment du fait que le noble et Gilead sont deux connards arrogants, ces aspects étant poussés à l’extrême ce qui rend les personnages en plus d’être détestable d’un réel ennui et ont provoqué un désintérêt de ma part. En fait cela les a mêmes rendus très stupides.


Gilead’s Test 1/5


Les deux héros se retrouvent dans une forêt assaillie par le chaos et notamment des elfes chaotiques.
Ils finissent blessés et séparés. Alors que Gilead est recueilli par des elfes sylvestres dans un royaume non loin avec à leur tête non moins que le père de Niobe à leur tête. Niobe est d’ailleurs elle aussi présente.

Son compagnon lui galère seul afin de se soigner et de retrouver son seigneur.

Le récit est alors divisé en deux, d’un côté Gilead qui vit sa meilleure vie avec son nouveau royaume ( et qui n'a cure de la perte du vieil elfe au passage) et de l’autre Fithvael qui essaye tant bien que mal de s'en sortir de son côté.

Donc le prince de Tor Anrok a retrouvé le sourire et décide de rester dans le royaume mais c’était sans compter l’intervention de son compagnon qui retrouve enfin son seigneur.

Sauf que le vieil elfe lui voit ce qu’il est vraiment de ce royaume, corrompu. Là où Gilead voit de la beauté partout, Fithvael lui voit de la corruption chaotique.

Son ami ne voulant pas retrouver raison après que celui-ci lui a exposé la tromperie et étant même insulté de jaloux, il met en place un plan infaillible! Le jour de son intronisation au sein de la famille de la fausse Niobe, Fithval force son seigneur à regarder dans ces yeux afin qu’ils puissent voir le reflet de ceux-ci et la vérité sur ces elfes corrompus par le chaos. Et cela marche !
Les deux compagnons décident donc de trucider ces parodies d’elfes. Déçu de s’être fait berner et de n’avoir retrouvé son bien-aimé, Gilead remercie quand même son compagnon.

C’est la nouvelle qui m’a fait arrêter le bouquin pendant un grand laps de temps avant que je me redonne un coup de fouet afin de reprendre la lecture. C’est très long, très conventionné, notamment car le lecteur sait directement qu’il y a un problème avec  ces elfes venu sauver Gilead. La fin est une nouvelle fois tirée par les cheveux et assez mal présentés, bouclée en à peine quelques pages.

Surement la pire nouvelle du livre.


Gilead’s Swords 4/5


Les deux héros se retrouvent dans une taverne d’une ville quelconque de l’empire. Unique problème ils se sentent observer par un individu sombre dont le visage est couvert par une capuche. Les elfes mal à l’aise décident de s’éclipser mais voilà que leur stalker les suit.

Après un échange d’estoc d’épée entre Gilead et son agresseur suite à une course-poursuite de folie, qui correspond à traverser deux ruelles, les deux compagnons se rendent compte que leur adversaire n’est autre que Nithrom. L’ancien maitre d’armes de la maison de Tor Anrok, et ami de Fithvael. Celui-ci ayant quitté la demeure royale bien avant la première nouvelle du bouquin afin de vivre une vie d’aventure sur les terres humaines à besoin d’un coup de main des elfes.

Mais plutôt que d’expliquer son problème il réunit Gilead et son serviteur dans un entrepôt miteux afin d’attendre ces associées, qui ne tardent à arriver un par un.

Nous pouvons notamment compter un brédonnien alcoolique et son écuyer qui n’est autre qu’un ancien grand chevalier puni et voué à servir ce chevalier de pacotille. Un voleur sarcastique, un ancien chevalier du loup, répudié pour avoir refusé d’abattre Nithrom. Un humain qui fait très elfique dont je reviendrai tard plusieurs dessus. Une guerrière de kislev, des jumeaux de l’ostermark (deviné si l'un des deux va mourir clin d'œil Gilead et son jumeau clin d'œil comparaison) adepte d’arme à feu et un prince nordique. Bien sûr chaque histoire de chaque personnage est mise en avant à un moment de la nouvelle.

Bref Nithrom a réuni tout ce beau monde afin de protéger un village perdu d’humain contre une future attaque d’une compagnie Tiléenne, qui se comporte comme des écorcheurs la saison des combats terminés. Fithvael accepte de se joindre au groupe qui sera rejoint plus tard par un haut elfe qui les attendait au loin hors de la ville humaine. Gilead toujours aussi trop cool et ténébreux refuse.

Bien évidemment après quelques dialogues, mettant en évidence les doutes de Fithvael, Gilead rejoint la compagnie et sauve son serviteur préféré (et unique).

Tout ce beau monde finit par arriver au village qui est quasiment déserté jusqu’à qu’il retrouve la majorité des citoyens planqués sous le plancher du hall principal.

S’organise alors la défense du village, et il y a fort à faire ! Une dizaine de soldats et une cinquantaine de villageois contre trois cents tiléens armés de canon et ayant un ogre. Après c’est une succession de combat où la plupart des héros survivent sauf les elfes bien évidemment ce qui énerve Gilead. Un dernier gros combat final, la mort du boss côté méchant et fin de l’histoire.

Bon je tourne un peu le scénario en dérision mais l’histoire est vraiment intéressante. Elle comporte effectivement quelques points négatifs mais la majorité est bien lisible. C’est même l’unique nouvelle que j’ai appréciée de lire du recueil. Déjà car le pauvre Fithvael est mis bien plus avant, a contrario de Gilead. Si le second est un personnage ennuyeux le premier est bien plus intéressant et cela a permis de le mettre en valeur.

Mais aussi car j’ai  ENFIN retrouvé la plume d’Abnett qui nous transporte dans de vraies histoires, centré sur des personnages attachant tel des « fantôme de gaunt » avec son lot de surprise comme il sait les faire.

Premièrement  l’on se rencontre que le narrateur n’est autre que l’un des personnages de cette nouvelle. Deuxièmement que ce personnage n’est autre que l’humain faisant elfique, et pourquoi me diriez-vous ? Car celui-ci est un sang mêlé, rien que ça !
Un mi-elfe, mi-humain, fils de Nithrom et d’une fermière. Je me suis toujours posé la question si cela existait à Warhammer Battle. Pour Abnett et Vincent cela semble le cas.

L’unique nouvelle vraiment intéressante du recueil. Aussi la plus grande, plus d'une centaine de pages.


Conclusion :


Que retenir de ce livre, finalement pas grand-chose. Le fluff est assez maigre surtout pour un fan d’elfes sylvains tel que moi. L’on voie que Vincent et son marie on essaye de se démarquer en faisant dans l’extravagant à travers ces récits. Malheureusement cela ne fonctionne pas la plupart du temps. Due à une plume notamment très moyenne mais aussi à un personnage principal abominable. Ce qui donne des situations grotesques durant la plupart des recueils où je me suis demandé si c’était vraiment Abnett qui avait en partie écrit ce bouquin. Ou alors il y a eu abus d'amasec.

Parlons en des personnages principaux, si le pauvre Fithvael est assez plaisant à suivre, de voir sa façon de penser et d’agir son seigneur l’est d'autant moins.
À trop vouloir noircir le personnage de Gilead celui-ci est devenu une parodie de lui-même (voir running gag dark sasuke) et ne représente à mes yeux qu’un maigre intérêt. Que ce soit sa façon de penser irrationnel, le fait qu'il soit présenté comme vraiment le guerrier surpuissant ou encore son comportement totalement contradictoire d’une nouvelle à l’autre je ne retiendrai qu’une seule chose de celui-ci, un alcoolique et drogué.

Dernière petite précision je n’ai pas trouvé le roman très compliqué à lire, le vocabulaire étant simple vous pouvez vous aventurer à sa lecture sans soucis.

Pour conclure j’ai mis beaucoup de temps à lire ce livre non pas par fainéantise ou difficulté de lecture mais vraiment car je l’ai trouvé tout simplement mauvais. J’ai toujours voulu lire cette série, Abnett + de l’elfe sylvains quoi de mieux. Eh bien j’ai pris une bonne douche froide !

Noté passable.


Note finale : 9.5/20


Si vous voulez de l'antihéros pur et dur assez sombre je vous invite à lire la trilogie d'Angelik Fleischer.

Concernant la suite de mes lectures en anglais je possède bien évidemment le second tome de ce diptyque mais je n'ai à ce jour pas le courage de le lire. Je ne sais pas quand je le lirai, car je le lirai, mais j'espère qu'il sera meilleur.

J'ai donc jeté mon dévolu sûr "Knight of the Blazing Sun" de Josh Reynolds. J'ai toujours voulu lire cet auteur pour lequel je n'ai entendu que du bien. C'est donc l'occasion le temps que j'arrive à dénicher le premier tome de la série The Marienburg Series de David Bishop (le nom me dit quelque chose), "A Murder in Marienburg" à prix décent. Enfin si tout simplement je ne change pas d'avis comme à mon habitude.

Edited by Rhydysann
Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Autant le dire franchement, ce retour n’est là que pour la forme et je vais donc être extrêmement sarcastique et mauvais.

Sûrement l’une de mes critiques ayant le moins d’intérêt (si elles en ont) sauf si vous appréciez de lire un défouloir. Je ne m’embête pas d’ailleurs contrairement à mon habitude à tout spoil.
Vous l’aurez compris, c'est l’un des pires récits que j’ai lus.

Certifié avec spoil.
Bonne lecture.

 

GILEAD'S CURSE

Attention Spoil!






- Scénario et mise en scène = 1/5


Un scénario totalement rocambolesque et avec des scénaristes qui ont certainement consommé des substances pas toujours légales.C’est ce que j’aurai dit en commençant une critique sur un auteur tel qu’Annandale où Green mais là nous parlons de l’un des maîtres de la plume de la black library, Dan Abnett ! Et pourtant sur ce récit il est à côté de la plaque, bien plus que son précédent bouquin sur son héros émo-elfique Gilead.

Nous retrouvons donc Gilead, seul, se baladant dans un Empire en proie à une peste de grande ampleur et à un monstre tueur d’homme que notre très cher héros cherche à occire. Après avoir observé et s’être infiltré dans un village d’humains qui aurait été visité par le monstre, il finit par être découvert et chassé à coût de fourche et tout le tralala du pécore moyen.

Néanmoins il réussit avant cela à découvrir la piste de sa proie qu’il retrouvera quelque temps plus tard, un chevalier breton, ou plutôt ce qui en reste, un chevalier vampire. S’en suit un combat où notre héros surpuissant affronte notre bon vieux suceur de sang durant toute la nuit (XD ?) avant que le duel ne se termine par une égalité nos deux coqs ne s’étant d’ailleurs pas adressé une parole ou un roucoulement avant d'engager le combat se voient dérangé d’un par le soleil venant pointer le bout de son nez de deux par des humains cherchant le monstre, soit Gilead.

Le vampire s’enfuit et l’elfe se cache. Gilead prend un petit temps de repos avant de reprendre donc sa traque grâce à son odorat de chien  elfique (surement un double 6 lui permettant de débloquer une nouvelle capacité sur le tableau dédié à cet effet à la suite des aventures du premier bouquin qui sait). Il finit par déboucher sur un village désert, il arrive toutefois avec ces sens de superman à savoir que femmes et enfants sont cachés dans l’église du coin. Entendant des bruits de combat ainsi que détectant la présence du vampire, il finit par descendre dans les sous-sols afin de venir en aide à des paysans en mauvaise posture contre des hommes rats.

Les humains finissent par partir et l’elfe repousse alors l’assaut seul avec un jeune homme étant gentiment resté lui prêter main-forte.L’assaut des rats est repoussé et la belle finit par retrouver la bête (oui le vampire) dans le sous-sol avant de passer à un passage où nous allons voir le point de vue d’un roi skavens nécromant totalement barjo à cause d’un bijou nécromantique (Wouaaaaaaaaaah relique de nécromancie de pouvoir numéro 126) qui cherche à vivre éternellement (sujet en soi pour une fois vu que les skavens ont une durée de vie tellement courte). Néanmoins ses passages du rat et de l’elfe sont entrecoupés mais les passages de l’homme souris sont tellement WTF que je ne les aborderai pas en détail.

Bref revenons à notre elfe et son vampire qui … et bien non le vampire a disparu et il ne sera plus mentionné avant moment. Sachez qu’à ce moment cela fait 100 pages de lecture mais qu’il n’y a presque eu aucun dialogue encore. Un parti pris de l’auteur soit un mauvais parti pris quand les péripéties sont pittoresques. Donc notre elfe se retrouve, cette fois-ci à la surface, avec le jeune humain l’ayant aidé qui ne veut pas le quitter et qui fait d’ailleurs partie d’une prophétie mystique.

Gilead décide donc de l’utiliser dans sa nouvelle croisade contre les rats. Après avoir piégé toutes les sorties des terriers, il s'enfonce avec l’homme dans les tunnels. Mais tout ne se passe bien et son jet d’intelligence ayant échoué (car il faut être vraiment con pour rentrer dans un endroit où l’on sait pertinemment qu’une armée de rats t’attend) le jeune homme se fait capturer puis assassiner devant les yeux de notre pauvre héros qui s’était presque attaché à son compagnon, il avait même retenu son nom pour une fois si ce n’est pas mignon.

Un combat s’ensuit entre les meilleurs hommes du roi souris et l’elfe qui voient bien évidemment aisément notre héros trop fort triompher mais il finira néanmoins par tomber contre le Big Boss s’étant entre-temps transformé en Hulk à Malepierre.

Gilead est donc emprisonné par sa nouvelle némésis qui compte l’utiliser comme réceptacle afin d’accéder à la vie éternelle. Enfermé dans la salle du trône, il finit par délirer et percevoir des choses que l’anneau (l’artefact trop fort du chef) lui laisse voir comme son histoire par exemple. Malheureusement (ou heureusement) pour vous je n’ai rien compris à cette dernière tant elle est cryptique et ne pourrait donc vous la traduire. Le roi Rat lui devient de plus en plus fou.

À côté de cela le vampire est de retour et cherche cette fois-ci l’elfe afin de le combattre de nouveau. Et oui car notre suceur de sang est suicidaire et cherche quelqu’un d’assez fort pour mettre fin à sa trèèèèèèèèèèèès longue non-vie. Gilead est à ses yeux bien évidemment la seule solution.
Mais il y a aussi deux elfes qui étaient sur la trace de notre héros dont un vieil elfe sage et compétent (clin d’œil, clin d’œil vous voyez de qui je parle) et son élève groupie de Gilead (doit avoir quelques posters de lui dans sa chambre et il doit être bien le seul).Les deux malheureux tombent sur le vampire qui les rouste promptement avant qu’ils ne voient qu’ils sont ici pour la même chose.

Ils finissent par faire une alliance entre eux afin de retrouver Gilead. Traversant une armée de rats pas toujours vivants ils arrivent à la princesse blonde qui bien évidemment s'est déjà délivré seule et était déjà en train de mettre une dérouillée à l’armée de souris. Foire à l’empoignade, le roi Skavens discute avec Gilead, dit qu’il voulait juste vivre et qu’il a vu comment il devenait de plus en plus fou au fil du temps. Il se mettra même à pleurer (oui, oui pleurer je ne mens pas) puis bien sûr mourra face à notre héros qui finira par récupérer l’artefact.

Mais attention car avec la mort du king et de son pouvoir la grotte s’effondre ! Il faut vite sortir. Tout le monde sort, non sans que le vampire doive enlever son armure qui l’empêche de se mouvoir sauf que le soleil est là. Les elfes pourraient partir mais Gilead veut son combat honorable.

Le combat s’engage et il en profite pour soutirer des informations sur l’artefact du skavens, socle de sa puissance et bien évidemment qui lui permettaient de créer l’épidémie. Après plus de questions que de réponses, le combat semble aller dans le sens du  mort mais Gilead déclenche ses capacités extrêmement bien caché (vu qu’après 600 pages il ne l’a toujours pas utilisé) de danseur de Loec pour cette fois-ci que le mort soit mort.

À partir de là je vais faire cours car le scénario ne s'enfonce toujours plus dans les méandres de Nurgle.
Notre petit groupe décide d’aller incognito à Nuln afin d’avoir des connaissances supplémentaires concernant cet anneau sur l’anneau.Après maintes péripéties, quelques crises de racisme de la part d'humains et maintes remarques désobligeantes de notre héros envers le jeune elfe et les humains, ils retrouvent le professeur qui les met en garde contre une prophétie (une nouvelle) qui va avoir lieu. Mise en garde faite entre deux urinations sur soi même et énigme sans queue ni tête.

Au même moment une carriole noire tirée par de sinistres individus et lâchant du sable (parfois mortel) sur son passage passé tous les postes de contrôle ainsi que traverse toute la ville les doigts dans le nez afin d’atteindre l’endroit où ce tienne nos héros et ce sans se faire remarquer. Deux gardiens des tombes et un prophète en sorte (stupeur) et entame un rituel sacré. Eh oui car Nuln et bâti sur une ancienne cité Khemrienne, ce qui en soi est impossible vu qu’ils n’ont jamais atteint ce secteur il me semble mais bref après le skavens qui pleure pourquoi pas.

Là la ville redevient sable, des nuées d’insectes tueurs d’hommes sortent de motifs faits sur les murs (faudra m’expliquer là aussi) car ils étaient enfouis dans les murs !
Qui va bien pouvoir sauver Nuln ? Les autorités ? La comtesse ? Gotrek et Félix ? Non seulement trois pauvres elfes qui traînent et tuent tout ce qui bouge.Le jeune va enfin avoir de la reconnaissance de Gilead après avoir développé lui aussi son super pouvoir d’elfes de Loec et Gilead ve tuer la grande liche non sans l’aide du vieil humain qui va utiliser l’anneau de pouvoir afin de vaincre Sauron en invoquant la pluie ! Ce qui contrera le sable ! Et l’anneau tombe dans l'eau perdue à jamais ! Tout est bien qui finit bien non ?

Bon je pense que pour ceux qui ont eu le courage de lire jusqu’au bout se pavait sarcastique vous l’aurez compris ma seule réaction à la lecture de ce roman était WTF !

Il n’y a en fait pas grand-chose à dire, c'est chiant et c’est à peu près tout.


- Style et écriture = 3/5


C’est même, si selon les standards d’Abnett faible, correctement écrit. Quelques parti pris sont pris mais certaines scènes sont assez bonnes, le second duel vampire/elfes ou la scène dans le bar avec la gamine abusée par son père. Mais rien de bien enchantant.

Le problème de ce bouquin c’est qu’il essaye de nous hyper pour des confrontations et des héros dont on se fiche. Le retour de Fitvhale par exemple est indiqué comme ci c’était le retour du Lion alors que bon je n’en ai rien à faire de lui. La seule joie de le voir c’est que l’on aura un héros un peu moins con et émo que Gilead.

Quant à Gilead, j’adore les elfes ainsi que leur arrogance mais quand elle est bien écrite là c’est vraiment pathétique. Le type est un mélange de Mkoll, Sasuke et Rob Stark…

A contrario le personnage du vampire était presque intéressant et bien décrit et l’idée du skavens cherchant l’immortalité dans la nécromancie si mal exploitée, bien trouvé..


- Intérêt fluffique = 1/5


Rien, et sur l’entièreté du roman rien d’intéressant sur les elfes sylvains. Même les danses de Loec ne sont pas abordées alors que l’on a quand même un elfe apprentie danseur de guerre.

Juste aucun effort n’est fait je n’en ferai donc pas non plus sur ma notation.

Comment Hinks arrive à mieux aborder le sujet qu’Abnett des elfes sylvains…


- Appréciation personnelle = 0/5


Un point car je n’arrivais pas à lire plus d’un chapitre à la fois (voire moins) avant de m’endormir. Je fais souvent des insomnies mais là ce bouquin m’a bien guérie.

C’est chiant, pas intéressant, à tel point que l’on se demande si Abnett a vraiment écrit cela. Alors oui sa femme a aussi participé (voir plus écrit que ce dernier ?) mais même « insérer nom » m’avait bien plus avec son histoire de famille dans le recueil des Gaunt. Là c’est aux antipodes de leurs productions que j’ai lues.

Même le dévoilement du narrateur de l’histoire qui raconte à des Kisleviste n’a aucun intérêt et fait un flop. Je crois que c’est la pire lecture que j’ai lue depuis bien longtemps, même Green a fait mieux. Je ne sais pas si c’est le sujet que j’aime et piétiné ou le fait que ce soit un livre en anglais et donc au moins trouvé de chose positive mais je n’ai ici envie de faire aucun geste de gentillesse sur la notation.

Un bon 5/20 bien mérité ! Série et livre sans intérêt. Au bûcher et au suivant !


- Note globale = Total des points 5/20


Note globale de la série= Total des points 7/20


J’ai trouvé un roman de Robert Earl qui a l’air pas trop mal je pense me diriger vers ce dernier pour la suite de ma croisade en VO.

Edited by Rhydysann
Link to comment
Share on other sites

Merci (et bravo) @Rhydysann pour ton retour sur ce qu'on peut considérer comme le squelette dans le placard de la bibliographie, sinon impeccable, de Dan Abnett. J'ai lu GIlead's Curse lorsqu'il a été publié comme roman feuilleton dans Hammer & Bolter, et je me souviens avoir été constamment surpris par le caractère WTF des chapitres (mention spéciale à l'épisode où Gilead regarde les bibelots du roi des rats pendant 20 pages... et c'est tout). Qui aurait pu dire qu'entre Counter (qui a écrit le feuilleton de l'année 1 de H&B) et Abnett, ce serait le premier qui écrirait le meilleur roman ? Et pourtant, il n'y a pas eu match. DU TOUT.

 

Il y a 4 heures, gilian a dit :

C'est dommage parce que j'aime bien les long cycle mais entre toi et Schattra vous me vendez pas du rêve la :'(

 

Il n'y a qu'un seul type de lecteur qui peut apprécier Gilead's Curse, c'est le nanarophile vétéran, qui se délecte à lire des bouquins vraiment mauvais. ☠️

 

J'ai appris plus tard en lisant des interviews que le bouquin a été écrit pendant ou juste après la période pendant laquelle Abnett a découvert qu'il était épileptique, et il a reconnu que cela avait pu avoir un impact inconscient sur sa production de l'époque. D'ailleurs, si H&B s'est arrêté au #26 et pas au #24, c'est parce que Gilead's Curse était absent de deux numéros du webzine, peut-être parce qu'Abnett et Vincent n'étaient pas en état de tenir le rythme prévu à cause de ces complications de santé. L'héritage de ce grimoire maudit n'est donc pas uniquement négatif !

 

Les quelques nouvelles que j'ai lues et qui figurent dans Gilead's Blood sont beaucoup plus classiques, et pour certaines assez réussies, mais le regroupement en lui-même ne semble pas être très intéressant d'après ce que j'en lis plus haut. Je resterai donc probablement sur ma faim et les quatre nouvelles publiées dans Inferno!, sans regret.  

 

Schattra, WHAT HAPPENED TO THE FOOD CHAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN ???

Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, Schattra a dit :

Il n'y a qu'un seul type de lecteur qui peut apprécier Gilead's Curse, c'est le nanarophile vétéran, qui se délecte à lire des bouquins vraiment mauvais. ☠️

 

tout a fait pour toi du coup^^.

 

Je regardais la liste des aventure de Gilead et il t'en reste un a chroniqué 😛 Gilead's craft

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 20 heures, Schattra a dit :

Il n'y a qu'un seul type de lecteur qui peut apprécier Gilead's Curse, c'est le nanarophile vétéran, qui se délecte à lire des bouquins vraiment mauvais. ☠️

 

C'est plutôt un bon résumé.

 

Il y a 20 heures, Schattra a dit :

Les quelques nouvelles que j'ai lues et qui figurent dans Gilead's Blood sont beaucoup plus classiques, et pour certaines assez réussies, mais le regroupement en lui-même ne semble pas être très intéressant d'après ce que j'en lis plus haut. Je resterai donc probablement sur ma faim et les quatre nouvelles publiées dans Inferno!, sans regret.  

 

Le premier bouquin quoique lui aussi d'une qualité douteuse reste lisible comporte deux trois nouvelles correctes et une excellente nouvelle (qui sauve un peu le niveau du bouquin). Alors que vraiment le second tome est digne d'un livre de Jonathan Green

 

D'ailleurs j'ai relu tes retours de Gilead's Curse et je suis rassuré de voir que nous avons le même avis.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.