Jump to content
Warhammer Forum

Massacre dans le désert


ITHIEL AEL

Recommended Posts

Salut à tous,

Rapport de bataille Empire contre roi des Tombes

Bataille rangée à 2000 points sur une table de 2m sur 1m50. Décors : 4 éléments de rochers formant une diagonale. Une colline, chacune dans un coin opposé. Il s’agit d'un champ de bataille semblable à celui du grand tournoi français.

L’armée d’Amun-Seth

1 roi des tombes sur char

3 chars

3 chars

1 hiérophant

1 prêtre liche monté

1 prêtre liche à pied

3 ushabti

1 géant d’os

10 cavaliers squelettes lourds

1 catapulte à crânes

1 scorpion

Les croisés d’Helstrum

1 grand maître des chevaliers panthères monté (masse d’helstrum, amulette pourpre).

1 magicien niveau 1, 2 parchemins de dissipation, second signe d’Amul.

1 capitaine porteur de la grande bannière, monté (bannière de Sigismund)

1 capitaine à pied (épée de Sigismund)

13 arquebusier dont un tireur d’élite (arquebuse à répétition)

20 joueurs d’épée, détachement 1 = 10 hallebardiers, détachement 2 10 hallebardiers

11 chevaliers panthère du cercle intérieur

12 chevaliers du loup blanc, cercle intérieur

5 pistoliers

Le grand maître des chevaliers panthères Heinrich Helstrum distinguait au loin, à une dizaine de kilomètres, les tours décrépies de la cité d’Irem aux pilliers. La cité miroitait sous le soleil implacable. Heinrich savait que la cité n’était pas sans gardiens et qu’il faudrait lutter pour la conquérir. Ainsi il restaurerait l’honneur de l’ordre bafoué ici-même il y a une génération par son propre père qui dans une charge inconsidérée et suicidaire avaient quasiment conduit l’ordre à sa perte.

Heinrich Helstrum n’oubliait pas qu’il devait la nouvelle prospérité de l’ordre au comte électeur d’Ostland qui avait généreusement doté les siens de nouvelles terres et financé la croisade jusqu’aux rivages désolés d’Arabie. Le comte attendait beaucoup de cette expédition pour renflouer les caisses de son trésor. Les rumeurs de richesses venant du Moyen-Orient avaient soufflé sur l’Empire, attisant la cupidité des puissants. Pour Heinrich Helstrum, l’or et l’argent n’étaient rien de plus que des moyens pour réaliser ses ambitions. Il allait s’employer à ne pas décevoir le comte pour le plus grand bénéfice de son ordre.

Le grand maître avait installé son camp sur une colline surplombant une plaine de roc parsemé de groupes de rochers qui formaient une ligne du nord-ouest au nord-est de sa position. A environ trois kilomètre en face du camp, Heinrich distinguait une autre colline au sommet plat. Il estimait à environ trois jours la durée de marche jusqu’à la cité d’Irem. Les anciennes cartes assuraient l’existence d’une oasis à une journée de marche.

Il allait bientôt faire nuit. Le grand maître sortit pour effectuer une dernière inspection et redonner du courage à ses hommes, accablé par la chaleur et les éprouvantes marches. Il veilla particulièrement à ce que les réserves d’eaux soient équitablement distribuées entre les chevaliers et les simples roturiers.

Au petit matin, son écuyer le réveilla précipitamment. A l’aube, les éclaireurs avaient aperçu une armée de Khemri qui avaient surgi des dunes sans aucun bruit.

- Sir, l’armée ennemie s’est déjà rangé en ordre de bataille et semble attendre. Les flancs sont tenus par les chars, le centre par un géant, la cavalerie lourde ainsi que d’autres blasphèmes morts-vivants. Une catapulte a été montée sur la colline nous faisant face.

- Merci capitaine Rilkhart. Placez les arquebusiers sur la colline, les joueurs d’épée au bas de celle ci pour tenir notre flanc droit. Notre cavalerie lourde tiendra le centre. Envoyez les pistoliers sur le flanc gauche pour harceler l’unité de char ennemi qui tente de nous déborder. Que l’on selle mon destrier, il est temps de renvoyer ces blasphèmes de Sigmar dans leurs tombes.

Le plan du Grand Maître était simple. Il lui fallait charger le centre de l’ennemi avant que les chars ennemis sur son flanc gauche ne l’intercepte. Au pire, il pourrait toujours compter sur le sacrifice des pistoliers pour retenir les chars qui menaçaient son flanc gauche. Les joueurs d’épée et les détachements d’hallebardiers auraient pour mission de tenir le flanc droit. S’il parvenait à mettre en déroute le centre de l’armée adverse, Heinrich comptait ensuite se retourner pour porter main forte au reste de son armée.

La bataille commence

L’armée impériale commença à s’avancer vers l’ennemi. Les chevaliers panthères s’avancèrent prudemment vers l’ennemi. Les chevaliers du Loup Blanc se mirent légèrement en retrait pour épauler l’unité du Grand Maître. Les pistoliers contournèrent les rochers pour se placer derrière une unité de char et déclenchèrent un feu nourri sur les morts-vivants. Le sorcier Imshard tenta d’invoquer le signe d’Amul pour protéger ses troupes mais son sortilège fut aisément dissipé par le hiérophant. Sur la colline, les arquebusiers firent parler la poudre mais leurs tirs n’atteignirent pas la cavalerie lourde ennemie. Le roi des tombes ordonna à ses chars de progresser sur les flancs. Le géant, les Ushabti et la cavalerie lourde restèrent immobiles comme des statues d’os menaçantes.

Entre le marteau et l'enclume

Le Grand Maître se trouvait dans une situation délicate, sa garde d’honneur courait le risque de se faire charger par le géant d’os et les ushabti ainsi que par le roi des tombes et son unité de chars qui se trouvaient sur son flanc gauche. Il déclara une marche forcée pour se cacher hors de vue du roi derrière un amas de rochers. Confiant en la valeur et au nombre de ses hommes ainsi qu’au pouvoir de la bannière de Sigismund il ordonna à ses chevaliers de tirer leurs épées.

Le géant d’os et les Ushabti chargèrent. Le géant décida de porter toutes ses attaques contre le Grand Maître alors que les Ushabti tapaient dans la masse compacte des chevaliers de l’Empire. Le bouclier d’ Heinrich lui fut violemment arraché et la lame du géant s’enfonça dans son bras gauche. Heinrich répliqua en assénant un terrible coup de masse . L’arme magique pulvérisa l’avant bras du géant qui vacilla sous l’impact. Galvanisé par l’exemple de leur général, les chevaliers piétinèrent le géant et occirent un Ushabti.

Le flanc droit cède

Sur le flanc droit, les joueurs d’épée se préparèrent à encaisser la charge des chars lancés à pleine vitesse. Le capitaine Dorian Hawkmoon ordonna aux deux détachements de hallebardiers de contre charger lorsque il sentit le sol trembler. La cavalerie lourde ennemie enfonça le flanc de son unité. Un régiment de hallebardiers, tétanisé par cette terrible apparition resta figé par la peur alors que le second détachement chargeait bravement les chars de Khemri.

Huit joueurs d’épée tombèrent sous ce terrible assaut combiné. Réduit en infériorité numérique, les joueurs d’épée se débandèrent et furent anéantis sous le regard médusé des arquebusiers. Les deux détachement d’hallebardiers prirent leurs jambes à leur coup poursuivis par les chars.

Les hallebardiers se regroupèrent pour faire face.Sur la colline, Les arquebusiers firent rageusement pleuvoir une grêle de plombs qui fit voler en éclat les chars ennemis.

Le scorpion géant

Au tour trois, le scorpion géant émergea sur la gauche des hallebardiers et se rua en avant faisant sinistrement claquer ses terribles pinces. Sur la colline la situation des arquebusiers était précaire. La cavalerie lourde ennemie était trop proche pour tenir la position et tirer.

Les hommes de l'Empire dominèrent leur peur et décidèrent de donner un coup de main aux hallebardiers et des coups de crosses au scorpion géant mais celui-ci ne subit aucune blessure et continua implacablement à moisonner dans les rangs humains. La cavalerie lourde squelette mit en fuite les derniers défenseurs du flanc droit de l'armée impériale. Le sorcier céleste décida d'aller prudemment se cacher dans une zone de rochers.

Au centre du champ de bataille, la suite du Grand Maître des chevaliers panthères se battait toujours contre deux Ushabtis. Les chevaliers du Loup blanc décidèrent de charger sur le flanc des monstres qui se désagrégèrent et retournèrent à la poussière. Toujours harcelé par les pistoliers, le Roi des Tombes et son unité de chars se trouvèrent en position de charger. Les chevaliers du Loup Blanc tentèrent de se dissimuler derrière d'anciennes ruines alors que l'unité du Grand Maître se retournait pour faire face. Le mouvement de poursuite ne permit pas aux chevaliers du Loup Blanc de disparaître aux yeux du général ennemi. Cinq chevaliers tombèrent lorsqu'il fit tournoyer son imprésionnante lame à deux mains.

Suite au prochain épisode

Edited by ITHIEL AEL
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.