Jump to content
Warhammer Forum
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt

HE vs Chaos Khorne


Imperator

Recommended Posts

Bon... Il y a deux jours, j'ai combattu les armées de Khorne avec mon ost elfique. Mon adversaire n'ayant que depuis très peu de temps reçu les faveurs de son dieu, ses troupes durent se contenter de ce qu'il avait put recruter jusque là, soit le minimum pour une armée. Voici ce que cela donnait:

liste d'armée du chaos:

- 20 maraudeurs

- 16 guerriers du chaos

- 5 cavaliers du chaos élu

2 héros à pied dont l'un frappe en premier avec une arme lourde

Ma liste elfique:

- un commandeur sur grand aigle avec arme lourde et armure lourde: 160

arc du patrouilleur

- 5 Heaumes d'argent bouclier/armure lourde, bannière et chef: 143

- 6 heaumes d'argent bouclier/armure lourde, bannière et chef:186

bannière de guerre

- 10 archers: 120

- 2 chars: 170

- 10 maîtres des épées avec chef et bannière:169

bannière d'ellyrion

- 1 grand aigle: 50

Bon, comme vous l'aurez remarqué, j'ai tout misé sur le mouvement, avec cavalerie, pas de baliste car je ne pourrais l'arrêter avant qu'il ne m'arrive dessus (et puis, contre la sauvegarde de la cav, ou pour faire un à deux morts...), des archers pour le fun (ça me gaspille 120 points, mais je pensais pouvoir contrer les maraudeurs...) et des maîtres des épées sylvains. Tout est fait pour la prise de flanc, de dos et autres (encore que je puisse faire pire.).

Mais assez des listes d'armées, parlons du combat en lui-même:

Lorsque j'arrivais, je constatais que le terrain sur lequel le chaoteux voulait m'affronter semblait en ma faveur: une colline tout au sud est (par rapport à ma zone de déploiement), devant elle, de l'autre côté du terrain, un marais; à environ une charge de heaume d'argent au nord est de la colline, une grand forêt d'environ 20 de diamètres. De l'autre côté du terrain, à l'est, se trouvait tout d'abord une petite forêt, presque un bosquet qui laissait un passage à sa droite et, à plus ou moins 10 de lui, une colline bordée par une falaise qui me faisait face. Entre la grande forêt et la colline de falaise, une sorte d'allée royale, un couloir vide de tout obstacle. Lerêve...

Je décidais de le laisser commencer à se déployer, ce qui lui fit mettre ses troupes au milieux du couloir, pensant ainsi pouvoir faire face à toute difficulté. Autant le dire, le déploiement, ce fut surtout moi qui le fit, vu qu'une fois ses trois troupes posées, il dut se contenter de me regarder sortir mon arsenal. Celui-ci fut placé de la façon suivante:

mes archers sur la colline, ma grande cavalerie de six juste après, afin de profiter du vide entre la grande forêt et le marais pour aller contourner l'ennemi ou même attirer son attention et le diviser. Devant la forêt, mes maîtres des épées, à deux pas d'entrer dans les bois pour ouvrir un front de plus avec l'adversaire. Au millieu du couloir, mes deux chars, se suffisant à eux-même, car je sais que mon adversaire en a peur, très peur. Un grand aigle vint se poser à leur droite et un second, avec sur le dos votre humble serviteur, encore un peu plus à droite. Enfin, pour clore le tout, la petite cavalerie vint se positionner tout à droite, afin de passer à l'est du bosquet et d'entrer en territoire ennemi par l'ouverture entre ledit bosquet et la falaise.

Tout cela fut donc minutieusement préparé et je pensais infliger une lourde défaite à mon adversaire... Mais le chaos reserve bien des surprises.

Enfin vint le moment où, prenant l'initiative, je commençais le combat:

- tour 1 des elfes:

toute l'armée fait mouvement, sauf les archers. Le grand aigle vint se poser presque devant les troupes chaotiques, mais à distance suffisante pour éviter une charge malencontreuse; les cavalerie suivirent le plan en se faufilant dans les passages que je leur avait assignée, les chars firent un faible mouvement pour, vu leur distance de charge, éviter tout risque et je me mis moi-même à me positionner afin que mon arc puisse punir ces infâmes créatures... (afin de vous faciliter la lecture et de ne pas encombrer avec les mouvements, je sauterais les miens, vu le peu d'intérêt qu'ils offrent... Après tout, je me suis contenté de voler pour éviter de me faire charger, ce qui fut très facile...). Le tir ne fut que celui dudit arc qui ne tua qu'un malheureux guerriers du chaos. Mais j'étais prêt et confiant en ma stratégie.

- tour 1 du chaos:

les maraudeurs avant tout droit pour longer la grande forêt à 5 pouce de celle-ci; la cavalerie vient à la rencontre de la mienne, la grande, mais ayant commencé de l'autre côté, elle arrive à peine à aller jusqu'à la verticale de la puissante forêt. Enfin, les guerriers du chaos avancèrent vers ma petite cavalerie.

- tour 2 des elfes:

Bien, il faut se préparer en douceur, prendre le temps... J'avançais donc avec précautions mon armée, toujours sans pouvoir être chargée. Ma grande cavalerie fit ses roues, afin dese montrer face à l'ennemi qui venait les défier, mes maîtres des épées vinrent se placer vers le bord de la forêt, mais suffisament à l'intérieur pour ne rien risquer, mes chars jouèrent encore un peu et ma petite cavalerie continua un mouvement de contourenement des guerriers du chaos par le nord, soutenue par un grand aigle qui vint se placer au milieu de l'armée adverse, créant une peur sourde qui devait l'empêcher de bouger rapidement et avec efficacité. Mes tirs, toujours peu glorieux, firent s'écrouler un autre guerrier du chaos. Un regard aux archers me fit regretter d'avoir oser les amener avec moi, vu leur grande capacité à cueillir des paquerettes.

- tour 2 du chaos:

Sentant les choses tourner mal, il se mit à faire demi-tour à sa cavalerie afin de menacer mon grand aigle et à avancer avec se maraudeurs vers mes chars, à une vitesse de 4... Ses guerriers du chaos ne purent que continuer à tenter de menacer ma cavalerie.

- tour 3 des elfes:

Bon: mouvement du grand aigle pour se dégager de la charge, mais rester gêner le chaoteux pour son mouvement; tout petit mouvement de ma grande cavalerie qui recula un peu afin de rester quoi qu'il arrive hors de portée de charge; maîtres des épées sur le flanc des maraudeurs, prêts à charger et chars en face, prêts à charger (je voulais écourter ce combat au maximum, d'où ma précipitation). petite cavalerie continuant son mouvement de contournement. Le tir ne vit qu'un autre guerrier du chaos tomber.

- tour 3 du chaos:

Les maraudeurs font face aux maîtres des épées, déplaçant le héros qu'ils contiennent dans le coin gauche de l'unité, afin de faire face aux chars (ce qui causa ma perte); la cavalerie décide de se préparer à charger les maîtres des épées si ceux-ci restent englués et les guerriers du chaos, inlassables, tentèrent une fois de plus de menacer ma petite cavalerie, en vain.

- tour 4 des elfes:

Là, vraiment, j'ai hésité à charger. Je me doutais bien que j'avais l'avantage de flanc, charge combinée et en plus avec l'élite des troupes elfique, mais un mauvais pressentiment me dit que ça allait manquer. Tout de même, devant l'importance de ne pas faire durer la bataille, je chargeais avec les combattants de la tour et mes deux chars. Le reste ne fut que mouvement, ce qui amena ma grande cavalerie en retrait dans le dos de la sienne et ma petite dos au vide, si j'ose m'exprimer ainsi. Moi-même et un grand aigle dans le dos des guerriers du chaos. J'ose dire que, sans cette charge des chars et des maîtres, mon adversaire se serait peut-être suicidé, lassé de tout ce mouvement contre lequel il ne pouvait rien.

Le corps-à-corps fut magistral. Son héros frappa en premier, détruisant un char et enlevant ainsi ma capacité à lui enlever les bonus de rang. L'impact de l'autre fut assez nul et fit tout de même trois morts. Les maîtres des épées tuèrent trois autres maraudeurs et la riposte ne fit rien. Seulement, avec les trois bonus de rang, les trois blessures du char et le surnombre, il me fit faire un test dont, malgré la réussite, je ressentit l'effet dévastateur. Je restais englué, avec un char de moins, prêt à me faire charger de flanc par une cavalerie chaotique aux mauvaises intentions. Si seulement ce héros n'avait pas put se mettre dans ce fameux coin...

- tour 4 du chaos:

Charge de la cavalerie sur les maîtres des épées, test raté, l'élite d'Ulthuan fuit somme un seul elfe, pour être rattrapés. Malheureusement pour elle, la forêt l'arrêtant considérablement, la cavalerier chaotique se trouvait à ma portée, de dos. Mon char se fit tuer par le fameux héros (la force sept ne pardonne vraiment pas) et les guerriers du chaos m'acculèrent dans le bord du terrain. Des gouttes de sueurs perlèrent dans le vide.

- tour 5 elfique:

Que mes ancêtres me pardonnent, que tout les fiers soldats tombés en ce jour veuillent bien m'excuser ce combat sans honneur... En pleurs, je lançais ma puissante cavalerie dans le dos du chaos, enjoignant aux nobles d'Ulthuan de ne pas laisser un seul adversaire vivant! De plus, je chargeais de dos les guerriers du chaos avec l'aide de l'autre grand aigle et soutenu par la charge de face de la petite cavalerie.

Ce fut splendide et misérable. Alors que je mettais fin aux guerriers du chaos en les faisant fuir après n'avoir subi aucune perte (ce qui amena le grand aigle au milieu du fameux couloir et ma cavalerie presque à la verticale de la forêt tandis que je résussissais à modérer mes ardeurs et à rester sur place), les fameux nobles d'Ulthuan tuèrent deux cavaliers noirs, perdant trois de leurs elfes en retour! Mais, malgré cela, la cavalerie fuit à une distance de 17... Je m'arrêtais, pour ma part, à 10, juste devant ses maraudeurs... Enfin, devant... De dos au maraudeurs (je vais encore me faire charger!).

- tour 6 du chaos:

Impossible de rallier ces cavaliers du chaos qui continuèrent de 8 le mouvement de fuite, insuffisant pour le bord du terrain. Charge de dos de mes cavaliers qui fuirent, venant se placer à l'arrière des chaoteux montés.

- tour 7 (si si) elfique:

Mouvement de votre serviteur pour venir bombarder la cavalerie chaotique, ralliement de ma grand cavalerie qui continua à menacer ladite cavalerie chaotique, mouvment de ma petite cavalerie pour charger les maraudeurs. Le grand aigle allant empêcher les marches forcées de ces derniers. Le tir ne fit rien.

- tour 8 chaos:

retournement des maraudeurs qui ne firent plus rien de la partie, ralliement des cavaliers qui firent face à ma cavalerie.

- tour 9 elfique;

fuite contrôlée devant les maraudeurs, charge de la cavalerie chaotique.

Personne ne fait de mort, stricte égalité.

- tour 9 du chaos:

maraudeurs suivant ma cavalerie, corps-à-corps sans résultat.

- tour 10 elfique, charge de mon commandeur sur sa cavalerie, fuite des HA devant les maraudeurs (toujours contrôlée).

Le commandeur ne fait rien, le grand aigle ne fait rien, ma cavalerie ne fait rien, mais lui me tue un cavalier. test réussi.

- tour 10 chaos:

il ne me fait rien au corps-à-corps, je lui tue enfin deux cavaliers, il abandonne la partie (ce n'est pas trop tôt.).

Victoire elfique (lespoints? pourquoi faire, il n'y a ni massacre ni égalité, seulement une victoire pour le bien et la vertu).

C'est en écrivant ce rapport que je viens de voir que nous avons fait dix tours... Il faut dire que, face à Khorne, ça passe vite et que l'on ne s'en rend pas toujours compte. À la fin du tour 6 du chaos, je gagnais quand même, ne serait-ce que grâce à mes archers et leur quart de table. Mais les tours passent à une vitesse incroyable (pas de tir, pas de magie), la stratégie prend enfin tout son sens et j'avoue avoir passé là une partie vraiment agréable.

je conseillerais volontier à tout ceux qui combattent Khorne de ne pas hésiter à prendre la cavalerie, mais je me rends compte maintenant que les bonus de rang de l'infanterie ne sont pas pour déplaire. Enfin bref, à vous de voir. Je sais juste que, à l'avenir, je vais enlever les chars et les archers, ainsi que les maîtres des épées pour une cavalerie avec ellyrion et un autre grand aigle, ainsi que, qui sait, un deuxième commandeur.

Merci de votre attention et peut-être à bientôt.

Imperator, empereur des abîmes du néant, être sans scrupule et tout de même un peu elfique.

ps: je tiens à préciser que lorsque j'ai marqué: "de rage, je chargeais...", ce n'étais qu'une expression, car à part la tension dans l'air, dût à l'attente de mes charges, la partie fut exceptionnellement calme et sereine.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.