Aller au contenu
Warhammer Forum

Johnson99

Membres
  • Compteur de contenus

    583
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Information

  • Lieu
    Strasbourg

Previous Fields

  • Jeux
    Warhammer: skaven, bretos... Warhammer 40k: orks, Space Marines, Tyranides... Divers jeux de société aussi, comme Zombicide...

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Johnson99

    Le Sein et le Sang

    Prologue Où une enquête piétine Étouffé par les panneaux de bois de la porte, un écho de pas lointain se faisait entendre depuis plusieurs minutes, et, comme le son s’amplifiait et que les martellements des bottes ferrées se faisaient plus lourds et espacés dans le temps, un observateur, s’il y en avait eu, aurait pu conclure que quelqu’un gravissait les marches de la tour en direction de la cellule et que la longue ascension lui devenait assez pénible. L’individu finalement arrivé au palier, un tintement métallique résonna, une clef grossière pénétra dans la serrure, le pêne sortit de la gâche en deux tours de poignet, et la lourde porte s’ouvrit en émettant à la fin de son mouvement rotatoire un grincement aigu, dévoilant une imposante silhouette découpée en négatif sur la clarté toute relative des porte-torche de l’escalier. La créature marqua une courte pause afin de reprendre son souffle et pénétra dans la chambre en refermant le passage derrière elle, plongeant la pièce dans l’obscurité la plus complète ; ce qui du reste ne sembla la gêner que très modérément car, s’orientant de mémoire sans se cogner au mobilier, elle traversa la cellule d’un mur à l’autre, ouvrit à tâtons la fenêtre et en déploya le volet. Puis, à la lueur évanescente du clair des lunes, la silhouette vint ouvrir un tiroir pratiqué dans la modeste table que l’on discernait à peine au centre de la mansarde et, après qu’elle en eut extrait le nécessaire, elle produisit par des gestes accoutumés une flamme dont elle couronna l’une des deux chandelles du bougeoir qui trônait sur la table à côté d’un repas déjà froid, son pied de cuivre baignant dans les coulures de cire de la première bougie, allumée par quelque serviteur et consumée depuis longtemps. S’étant rendu la vue, l’homme, car s’en était un, laissons là ce suspense qui n’a que trop duré, ôta son chapeau à large bord et gagna le chandelier à la main une sorte de buffet adossé à la muraille de pierres froides, seul équipement avec la table, un maigre lit de cordes, un grand coffre à vêtements et un râtelier d’armes à constituer le mobilier spartiate du lieu. Une cuvette de fer y avait été déposée et remplie d’eau. Il y plongea les mains, les baigna jusqu’au coude et s’aspergea le visage à plusieurs reprises avant de s’essuyer d’un mouvement las à un linge blanc, qui ne le resta pas. L’homme le laissa choir dans le bac où il finit de se souiller de sang, puis releva la tête vers le terne reflet que lui renvoyait le verre dépoli du miroir dont était surmonté le meuble. Il y rencontra un regard dur, bleu glacé, tapi en embuscade sous des arcades sourcilières saillantes que dessinait par le dessous la vacillante lumière jaune du cierge, ne dévoilant à peu près rien des sourcils d’ailleurs presque inexistants. Naissait entre ces deux masses osseuses et sévères un nez dont la droiture parfaite était encore accentuée par l’éclairage latéral, et qui découpait sa figure en deux surfaces contrastées à la manière d’une épée de justice séparant par sa vertu le bien du mal. Une fine bouche exsangue aux commissures de laquelle la lisseté de la peau indiquait une incapacité au sourire lui balafrait le bas du visage, pareille à une cicatrice, et la ligne brisée de sa mâchoire musculeuse, aussi puissante et glabre que son crâne, venait se perdre dans les deux bosses de chair de son menton à fossette virile. Un observateur modestement inspiré­, et néanmoins absent, eût plutôt pris notre homme pour l’idole de pierre de quelque dieu farouche et impitoyable que pour une créature d’humaine matière, car le reste de sa stature imposante ne laissait pas d’appuyer encore la première impression laissée par sa face. Tout en sa physionomie terrible dénonçait l’homme modelé de roc plus que de chair, et certes son esprit était-il aussi inflexible que son corps. Car il était un Répurgateur : juge, juré et bourreau ; bras armé d’une justice immanente et sainte qui s’abattait implacablement sur le déviant, le mutant, le sorcier, l’hérétique, où qu’il se trouvât et sans économie de moyen, afin de l’extirper ainsi qu’une tumeur maligne hors du corps malade de la société qu’il prétendait soigner par cette chirurgie particulière et sans rémission. Pourtant, sous l’immixtion de quelque sentiment profond et contraire à son usage, la froide et ombrageuse résolution de son œil se mua insensiblement en une lassitude extrême, qu’un effort de volonté effaça en une furtive seconde. L’homme ouvrit le premier tiroir du buffet, y prit une plume et un encrier qu’il déposa consciencieusement sur la table, et s’installa sur la chaise de paille tout en produisant depuis le gousset de son manteau une sorte de carnet semblable à un missel sigmarite, mais dont la couverture de cuir, au lieu de porter le symbole sacré du marteau, était gravée d’une flamme stylisée. Il ouvrit le petit volume à la page marquée par le signet, le plaça bien à plat sur la table et, après qu’il eut trempé la plume dans l’encre, apposa à la droite du sobriquet « Claquemain », qui était souligné de plusieurs traits, un X de bien mauvais augure pour la personne en question. Au vrai la page, qui abritait toute une foultitude de surnoms et de patronymes mis en liste et surmontés de la mention « Accusés », se voyait déjà constellée de plus de cette sorte d’étoiles mauvaises que le ciel nuageux en laissait voir cette nuit-là. C’était autant d’hommes et de femmes, peut-être même d’enfants, que le Répurgateur avait ainsi marqué du sceau de l’anéantissement. La page de droite, au haut de laquelle était inscrite la mention « Charges », demeura, quant à elle, une fois de plus vide de tout commentaire. Irrité de si peu de résultat, le justicier parcourut frénétiquement les feuillets du carnet, relut certains passages, en raya, en annota d’autres, en proie à une agitation violente, passant par des états mentaux contradictoires, enfin termina sa pantomime en arrachant avec véhémence toute une poignée de pages. « Rien que des demi-preuves! » cria-t-il amèrement cependant que les feuilles tombaient mortes sur le sol. Il se prit le visage dans les mains et demeura ainsi de longues et silencieuses minutes, troublées seulement par le léger sifflement de sa respiration nasale. Ce n’était pas dans l’habitude des Répurgateurs que d’accumuler avec assiduité les évidences d’une affaire pour la bien régler : d’ordinaire, un simple doute vaguement étayé de faits plus ou moins concordants était plus que suffisant pour que la sanction fût appliquée sans remord au coupable désigné. Mais il s’agissait alors du traitement réservé au menu fretin et aux malandrins de bas étage, dont était sans aucun doute ce Claquemain susnommé et passé tantôt de vie à trépas. Cela signifiait donc que ce cas judiciaire particulier, qui lui importait plus que de raison et que notre homme semblait avoir à cœur de résoudre au prix d’un bon nombre d’âmes humaines, nécessitait une approche différente ; cela signifiait qu’il mettait en accusation quelque influent personnage, publique probablement, de premier ordre on l’imagine, et qu’il lui eût été reproché au prix de sa propre vie une action par trop impétueuse. Non pas qu’il eût jamais craint sa propre mort, mais un décès prématuré aurait été de nature à passablement amoindrir les chances de succès dont il espérait voir couronner l’œuvre, humaniste en fin de compte, de son existence. Lui seul était assez intègre pour purger le Mal du genre humain. Il était indispensable à sa rédemption. En somme, nous le voyons, la justice n’était rien moins pour notre homme qu’un sacerdoce. Or son enquête piétinait : les pistes sérieuses à l’entame finissaient invariablement par se révéler fausses ; les évènements liés d’apparence au propos n’étaient que coïncidences pures ; les rumeurs citadines ne menaient à rien ; les opportunités, enfin, étaient trop rares, les témoins, les complices potentiels aussi. Conséquemment, si le destin ne jouait pas le jeu et que l’occasion manquait, il fallait bien qu’il la provoquât. Nous verrons par quels moyens.
  2. Johnson99

    Le Sein et le Sang

    Bien le bonjour à tous! Cela fait moult plombes que je n'ai pas erré en ces lieux, encore plus longtemps que je n'ai posté. Je vous propose aujourd'hui quelque chose de particulier: la lecture d'un roman (très grand mot)! Alors bon, il est en tout début de chantier et en gros WIP donc le post avancera assez lentement (ne vous attendez pas à un nouveau chapitre par jour, goinfres que vous êtes!), mais en m'y mettant sérieusement (et c'est là que le bât blesse toujours), j'aimerais à vous fournir un peu de quoi lire, chaque mois disons. Vos commentaires me seront précieux pour trouver la motivation nécessaire à avancer, pour me corriger le cas échéant et surtout pour me donner votre avis et, qui sait, créer de l'émulation! Ah! j'allais oublier! L'histoire, que j'ai dans la tête de bout en bout et sur papier pour d'infimes parties, provient tout simplement des évènements d'une campagne de Jeu de Rôle de mon cru et que j'ai eu l'honneur de maîtriser au cours de longues années passées! Ainsi, je vous propose là un scénario original de plus d'une manière! car l'aventure - palpitante! hallucinante! fameuse! - que je vais essayer de vous présenter fut écrite par les mains et les imaginations de toute une tablée de joueurs des plus impliqués. Ah! si d'aventure je savais faire naitre en vous les mêmes émotions que nous ressentîmes autour des fiches de perso...!Des souvenirs comme si nous y étions! Autre chose, et d'importance! L'aventure se déroule dans l'univers de Warhammer Battle suivi plus ou moins scrupuleusement mais assaisonné à mon goût personnel, aussi certains détails peut-être pourront vous déranger (encore que je ne voie pas lesquels au moment où j'écris ce post). Voilà, place au prologue, et surtout, n'hésitez pas à me faire savoir votre ressenti, fut-il bon ou mauvais! Bonne lecture.
  3. Johnson99

    Rendre les posts plus lisibles

    Bonjour, je fais une proposition après être avoir navigué sur d'autres forums: créer dans chaque onglet (Figurines, Armée unique etc.) une sous-partie "commentaires". Je m'explique: à l'heure actuelle, certains sujets très prisés peuvent se retrouver surchargés de commentaires, noyant ainsi les informations essentielles aux visiteurs de passage et à ceux qui cherchent des infos particulières. Les avancées d'un sujet de peinture sont donc difficiles à trouver, les dernières figurines d'un sujet de rumeurs et nouveautés idems etc. vous voyez le soucis. Je pense que tout un chacun en a plus qu'assez ^^. Et bien, créer dans chaque onglet une section "commentaires" dans laquelle les personnes à l'origine d'un sujet créeraient un second post associé où ne figureraient que les commentaires et leurs réponses aideraient beaucoup à la visibilité. Par exemple, je veux faire mon post de peinture dans la section "Armée Unique", paf! je fais mon post principal nommé "Armée Skav DLMQT" où je posterai mes photos, puis tout de suite après un autre post dans la sous-partie "commentaires" de la section "Armée Unique", appelé "Commentaires de Armée Skav DLMQT" dans lequel viendront les comm et mes réponses. Voilà, en espérant avoir été clair et que l'idée puisse faire son chemin chez les modos! Merci bieng!
  4. Johnson99

    [MOR-03] Kolegar et ses Dawis

    Aaaah! Bah tout de même ! Aurais-tu voulu nous mettre au supplice que tu n'eusses pas fait différemment, l'attente fut des plus fébriles. En tout cas ça vallait le coup, les tueurs sont très beaux, avec leurs muscles saillants et bien dessinés. On serait presque tenté de les oindre affectueusement. Que d'émoustillement! Et le gladiateur est superbe aussi, je trouve les métaux particulièrement réussis sur c'te bonhomme. Bravo! PS: quelques fautes (inopinées on l'imagine) ce sont glissées dans ton texte, sans compter les accents sur les à qui manquent par cause de ton clavier. Sauras-tu les retrouver et les corriger? Ahahah
  5. Johnson99

    [WHB-Mortels] Les Clans des Mornes Collines

    Tout ceci est proprement sublime! Les teintes de peaux sont excellentes, de même que les ossements. L'ensemble est d'une cohérence qui en jette un maximum et bon sang! cette unité hétéroclite tout en étant parfaitement liée par les coloris! Quelle est ta méthode?
  6. Johnson99

    [MOR-03] Kolegar et ses Dawis

    Je vote le 3! Sa gueule mi-hallucinee mi-enragee me plaît au plus haut point. Et pis, avouons qu'un tueur en côte de maille ça vous a tout de suite un air de fête à la châtaigne de plus bel aloi!
  7. Bien le bonjour à tous! Je ne sais ce qui me prit cette nuit, mais il me fut impossible de trouver le sommeil et, etaient-ce les couinements animaux poussés par ma somnolente fillette de trois semaines ou toute autre chose inconnue de moi, j'ai été pris d'une irrésistible inspiration poétique dont voici le résultat matinal: Le Treizain du Rat Cornu Du treizième coup la funèbre cloche sonne; Le peuple rassemblé attend l'ultime personne: Il a aux rats semblé comme entendre ricaner, Grincer les grandes dents et gratter les graves serres, Du Rat non engendré, de la Vermine incarnée, De la Ruine, et du Fiel, du sombre Mal que l'on sert. Alors s'élève le cri, alors s'abat la nuit: "O! Dieu de la sénescence! Adjuge-nous la gloire; Sur la surface du monde, répand le désespoir. Qu'enfin leur engeance immonde, délicieuse ironie, Rampe, croule, soit anéantie; qu'en nos profonds domaines Nul qui ne soit asservi; que notre sainte Haine Leur fasse bien connaître le destin du Skaven!" En espérant non qu'il vous plaise, car c'est le premier poème que je fis jamais, mais que du moins il éveille en vous un brin de curiosité et une sollicitude qui puisse m'aider à m'améliorer!
  8. Johnson99

    [MOR-03] Kolegar et ses Dawis

    C'est bon ça ! Hâte de voir comment ça va évoluer. Dire que je pensais pouvoir m'y lancer aussi dans ce CDA... Mais toi même tu sais que me voilà bel et bien pris! Bonne continuation et franchement je rejoints mes collègues commentateurs sur la qualité de la peinture que ne laisse pas penser qu'il y a chez toi un talent tel que les ans n'y ont pas prise. PS: eh oui! Les nouvelles références de peintures GW sont tout simplement à vomir!
  9. Salut!

     

    Alors déjà, ta boite est pleine. Ensuite, j'ai une boite neuve de tueurs nains en métal et 2 héros peints en métal si ça te dit!

  10. Salut! J'ai un petit lot d'Orques pour Battle si ça te dit: des boyz, des archers, un char, un héros et quelques autres choses.

    PS: ta boite de réception est pleine!

  11. Johnson99

    [Orques-vampires-Empire-autres] Mes armées V4 et V5

    Fiou! Mais c'est tellement beau! Et géniale la joute!
  12. Johnson99

    [Divers] Litrikomatique

    Oh moche pour ta bande d'Orks 😱 elle était sublime ! Détruite détruite ?
  13. @Sorent ah bah tiens oui faudrait que je me procure ça! Allez promis pour le prochain je n'y manquerai pas. Là les gardes boue sont un poil trop petits pour en rajouter une paire... Snif
  14. @Sorent merci beaucoup pour ton commentaire ! Ce qui tu dis est juste, c'est vrai qu'une deuxième paire à l'arrière ou des roues plus grosses auraient été mieux. J'ai fait avec ce que j'avais ! En revanche pour ce qui est de la modernisation tu parles de donner le genre de roues des nouveaux véhicules orks ? Je' suis vraiment pas fan pour ma part. @Cyroz1fragile au niveau de la figurine tu veux dire ? Franchement je ne crois pas mais j'ai pas tenté de la tordre dans tous les sens non plus 😜. Et oui c'est bien de la carte plastique verte. Socle/plateau regimentaire de chez Perry miniatures
  15. Merci pour vos commentaires ça fait l'aider ! Je vois que @Litrik a l'œil acéré comme toujours ! Et oui je le voulais vraiment compact dans le style des véhicules de ces années là, ils avaient un cachet fou, même si honnêtement on ne peut y mettre que trois boyz ^^. Jamais joué à gorkamorka d'ailleurs ! Mais j'aime beaucoup les figs d'orks qu'ils avaient fait pour. Faut que je m'en degotte
×

Important Information

By using this site, you agree to our Conditions d’utilisation.