Jump to content
Warhammer Forum
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt

Helsin's'k' I


Tano Heefa27

Recommended Posts

Voici ce que j'appellerais un 'ré-essai'. Je ne pense pas retrouver ici de vieilles connaissances. Au cas où il serait apprécié/ trouverait suffisamment d'inspiration pour s'accomplir jusqu'au bout, ce texte pourrait devenir une narration de la Révolte de Kharsov, monde mentionné dans Kikass' I (cf. début des Archives Impériales, mais il a disparu.. Warhammer Forum est décidément une merveilleuse allégorie des univers éponymes..)

[u]Notes:[/u] je ne savais même pas à quelle version de 40k on en est actuellement. Présumant que cela n'aura pas beaucoup d'incidence, je tiens tout de même à prévenir que mes connaissances en fluff récent peuvent être lacunaires.

Cette première partie fait suite à une insomnie, n'hésitez pas à relever tout ce qui vous y gène. Merci d'avance. Bonne journée à tous ;) .

[u][b]Edit:[/b][/u] Notes: le surnom 'Mat' n'est ici nullement le diminutif de Mathew ou nom apparenté; il se prononce comme le mot 'Mat' russe (désignant l' 'Argot' russe.)

Le mot 'Underhive' (litt.: 'la Sous-Ruche', le Sous-Monde) est le prénom de la dernière version du jeu Necromunda.

[u]Important:[/u] ce texte est parfois choquant. Vous êtes prévenus.
___________

[center][u][b][font="Impact"][size="6"]SVENTLANOVGRAD - UNDERHIVE[/size][/u][/font][/center]

[center][u]I - LA GRÊLE[/u][/b][/center]
[font="Trebuchet MS"][i]La tempête hivernale et ses nuées de grelons ne tarissent pas de violence sur les macrostructures arrondies, les murs des ruches blindées de Krïemlin's'k'.
[color="#F4A460"]__[/color]En cette heure tourmentée, le centre impérial de Sventlanovgrad semble plus que jamais oppresser, dominer les parterres d'immeubles gris des autres quartiers, qu'il domine de ses kilomètres de grandeurs et de largeurs. Malgré son propre centre, désintégré jusqu'à la quasi-vitrification par des bombardements orbitaux, il y a moins de deux ans.
[color="#F4A460"]__[/color]La multitude, insignifiante par sa hauteur, de bâtiments gris de l'immense périphérie, s'étend à perte de vue, jusqu'au-delà de l'horizon par temps plus calme, clivée par les voies rapides surplombant un quadrillage, comme leur soulignement chaotique de terre nue, chimiquement altérée ou non, de no man's lands, friches industrielles, décharges... Les immenses canaux, quasiment asséchés, ne contiennent plus que quelques sillons épars où stagne l'eau figée, encore ensevelie de neige solidifiée.
[color="#F4A460"]__[/color]Les zones de terrain nu à découvert, d'un ocre ferreux plus sombre et biotique que le sol martien, ne sont plus recouvertes que de nappes de neige à la fonte lente mais inexorable, comme le veut l'eau lentement déversée en mares par les bouches d'égout des gigantesques oueds artificiels. Bientôt, les éléments jamais tout à fait en paix subiront à nouveau la faible loi de l'étoile Kharsov A, et les colossales artères surélevées de la macro-mégalopole seront réanimées d'afflux extérieurs. Les voyages inter-cités en surface seront de nouveau possibles.
[color="#F4A460"]__[/color]Pour un temps.
[color="#F4A460"]__[/color]Pour ceux qui disposent encore de droits civiques..
[color="#F4A460"]__[/color]À l'heure où je pense tout cela, je ne peux plus qu'imaginer ce monde extérieur, certes souvent mortel, mais tellement moins sinistre que la chaleur insane, à l'humidité trop lourde et pourtant aseptisée, des geôles du [/i]TKA-P[i].
[color="#F4A460"]__[/color]Mortels. Tels sont les [/i]Organes[i] digesteurs de toute opposition au régime totalitaire d'Igor Sventlanoff. La rafle. L'interrogatoire. La mort rapide de tout amour-propre, même et surtout pour les plus solides et dignes. La mort de toute façon, au final du traitement. Peu importe le nombre d'années de camps de travail forcés des zones polaires qu'il faudra.
[color="#F4A460"]__[/color]Allez savoir pourquoi l'esprit humain n'est pas capable de s'auto-formater.. quand il en va de sa propre survie. Pourquoi penser à tout cela? Je ne pourrais plus en parler lors de cette existence qu'aux officiers politiques qui finiront, haut la main tandis que ma tête sera maintenue baissée par la suspension arrière par les poignets, par briser toute ma résistance. L'idée de ne pas revenir du passage par les [/i]Organes[i] est au final une sorte de consolation. Oui, ils me détruiront. Non, nul m'ayant connu dans le grand extérieur qui tient lieux de civilisation sur notre monde de steppes glacées, n'aura l'occasion de voir la chose pâle, sale, sans plus de bonté, que je serais dans ces dernières années, qui seront sans aucun doute peu nombreuses mais néanmoins interminables.
[color="#F4A460"]__[/color]Je suis assis sur le rebord d'une grande et épaisse baie vitrée flouante qui ne laisse deviner qu'une éternité blanchâtre, enclavée par deux colonnes de métal qui la divisent en tiers d'un côté.. et probablement deux à l'extérieur. Assis contre son vague froid, mon crâne rasé qui s'y colle se rafraîchit légèrement, et je résiste encore un peu à l'abattement fatal qui nous gagne tous, moi et mes cinq compagnons de cellule. Séance de 'luminothérapie naturelle', l'équivalent de la promenade pour les 'politiques'. Chacun attend son tours pour l'inspection médicale.
[color="#F4A460"]__[/color]J'étais connu à l'extérieur comme Vlasi 'Mat' Karsen.. Mon nouveau nom numérique sera bientôt tatouté de force sur mon avant-bras.
[color="#F4A460"]__[/color]Je ne sais pourquoi mon cerveau s'obstine a vouloir fonctionner.. peut-être parce que j'ai toujours lutté pour ma 'liberté' dans les Bas-fonds.. que l'animal Mat considère toujours les animaux d'officiers politiques comme des victimes potentielles.. dans le cas où ils feraient un seul vrai faux pas. La soumission condamne à la déraison et la mort; la dernière résistance est cinglée, fera quasi-certainement subir pire avec un même résultat final. Récyclage intégral, jusqu'à la dernière protéine, en nourriture pour les codétenus des camps. Voyons voir qui prendra le dessus: 'raison' désabusée et nihiliste, ou instinct de tueur du Sous-Monde...
[color="#F4A460"]__[/color]Car mon histoire est l'une des moins banales que je connaisse, et conséquemment, mon instinct de conservation n'abandonnera pas facilement. Tout tolitaristes qu'ils soient, nos bourreaux ne sont que des industriels de la violence.[/i]
[color="#F4A460"]__[/color]Eux n'ont jamais tué à mains nues. Rien ne surpasse l'artisanat 'Underhive'. Ils verront..[/font]

«Vous êtes des réprouvés de l'Empereur-Dieu, et votre gratitude est infinie à l'idée de [i]le[/i] servir jusqu'à vos [i]vaporisations[/i]!»
[color="#F4A460"]__[/color]- NOUS SOMMES DES RÉPROUVÉS DE L'EMPEREUR-DIEU, ET NOTRE GRATITUDE EST INFINIE À L'IDÉE DE [i]LE[/i] SERVIR JUSQU'À NOS [i]VAPORISATIONS[/i].
[color="#F4A460"]__[/color]Dans la lumière bleue blafarde, les cinq hommes, au garde-à-vous des bâgnards kharsovskiy -bras croisés dans le dos-, répondaient, inlassablement, au conditionnement. Leurs regards étaient fixes, parfois brouillés, toujours absents, hypnotisés, leurs yeux écarquillés au-delà du raisonné, leurs têtes légèrement levées, comme si ils s'adressaient à la jonction entre le mur face à eux et le plafond. Avec l'air qu'ils auraient pris s'ils avaient été à peine conscients que leurs misérables existences dépouillées en dépendaient. Vaguement suppliants dans leurs inhibitions chimiques.
[color="#F4A460"]__[/color]L'officier se tourna vers son suppérieur plus âgé, goguenard. «Ils sont prêts. (Se retournant vers la section:) ÊTES-VOUS PRÊTS, RÉPPROUVÉS DU PEUPLE ET DE L'EMPEREUR?»
[color="#F4A460"]__[/color]- NOUS SOMMES PRÊTS À SERVIR KHARSOV ET L'EMPEREUR, EN RÉMISSION DE TOUS NOS CRIMES ET PÉCHÉS, JUSQU'À LA MORT, PAR LA VOLONTÉ DU PEUPLE ET DU DIEU DE L'HUMANITÉ.»
[color="#F4A460"]__[/color]- Je... je..
[color="#F4A460"]__[/color]La réponse venait de quatre détenus. L'avant-dernier semblait vouloir ajouter quelque chose..
[color="#F4A460"]__[/color]- Q.. [i]QUOI[/i]?! L'officier avait perdu son calme et sa morgue à une telle vitesse qu'elle semblait impossible.
[color="#F4A460"]__[/color]Son supérieur garda son calme. Après quelques temps, l'endoctrineur se ressaisit.
[color="#F4A460"]__[/color]- 7063/13vk, un pas en avant.
[color="#F4A460"]__[/color]Comme un homme à la raison déjà vacillante, l'interpellé mis du temps à comprendre, regarda d'abord ses camarades, le coin opposé de la pièce, puis décroisa les bras et s'avança lentement. Il stoppa, tel un vrai zombie, les bras pendants, ayant du mal à stabiliser sa tête qui partit d'abord sur le côté puis trop en arrière. Un peu de bave déborda pour couler lentement sur sa joue et son menton. Quelques convulsions traversèrent ses bras lorsqu'il tenta, désespérément, de les recroiser dans son dos. Ou bien ne savait-il qu'en faire...
[color="#F4A460"]__[/color]L'officier, pour se laisser le temps de se calmer pleinement, n'avait regardé l'[i]anomalie[/i] que le temps de lui lancer le premier ordre. La tête tournée dans la direction opposée et le regard vers le sol, il dit lentement:
[color="#F4A460"]__[/color]- Quelque chose à ajouter, détenu?
[color="#F4A460"]__[/color]Contre toutes attentes, même une partie des siennes, l'être en souffrance parvint à articuler une réponse.
[color="#F4A460"]__[/color]- J.. je n'.. je n-ne suis.. pas.. là. Je.. ne suis.. pas.. vraiment là.
[color="#F4A460"]__[/color]Le feu de l'animosité couvant se ralluma pleinement, en une fraction de seconde, dans les yeux de l'endoctrineur, tandis que son visage se contractait de dépit.
[color="#F4A460"]__[/color]- Bien. 7063/13vk, ordre de me suivre, conclut simplement le supérieur.

Assis sur un chaise bordée d'une tablette d'instruments, dans un coin de la partie arrière de la salle d'interrogatoire-infirmerie, séparée par un rideau, 7063/13vk, le regard toujours vague, étrangement et silencieusement éploré, s'était.. 'repris'.
[color="#F4A460"]__[/color]Le fait de pouvoir s'asseoir après seize heures d'endoctrinement debout ne devait pas y être étranger. Un certain regain d'aplomb rendait même un air humain à son visage, où la bave était essuyée.
[color="#F4A460"]__[/color]À travers ses lunettes noires, un bloc-notes sous le bras, debout face à lui, le supérieur semblait l'interroger silencieusement, tentant de deviner rapidement par l'observation ce qui prendrait longtemps avec les moyens classiques.
[color="#F4A460"]__[/color]«Vous n'êtes toujours [i]pas là[/i], détenu?»
[color="#F4A460"]__[/color]L'homme sembla ébahi, prit l'air d'un enfant face à un surprenant monstre de contes. Puis il sembla comprendre, et son visage se renfrogna. Sa respiration s'accéléra, lentement, progressivement, jusqu'à une cadence proche de l'hyperventilation, en moins de deux minutes. Ses yeux se fixèrent, ses pupilles s'étrécirent, et dans un accès de sauvagerie inopiné, il bondit, et ses mains attrapèrent le supérieur par la tête et l'épaule, avec une précision improbable pour un homme chimiquement diminué. Tout en maintenant à l'écart l'officier qui se débattait, il affermit sa prise sur les deux épaules, et le tira à lui, le lâcha et lui assena un formidable coup de boule qui le fit chanceler lui-même. Une fraction de seconde.
[color="#F4A460"]__[/color]- [i]VOUS[/i].. N'ÊTES [i]PAS[/i] LÀ! cria-t-il, chutant-s'agenouillant sur sa victime inconsciente, pour lui assener un torrent de coups de poings qui la transformèrent vite en amas sanglant. Après quoi, l'écume au lèvres, il s’effondra, tombant dans l'inconscience. Edited by Tano Heefa27
Link to comment
Share on other sites

[quote]Notes: je ne sais même pas à quelle version de 40k on en est actuellement (toujours la VII?)[/quote]La 7° version! Par Tzeentch! Non, nous ne sommes qu'à la 5° version. Le fluff a subi des changements relativement important sous les 3° et 4° versions. Puis mainteneant, il tend à se recentrer sur les débuts d'une part (réapparition des Jokaeros par exemple), et continuer de s'éloigner d'autre part (le fluff nécron de la 2° version est différent de celui de la 3° version, qui est lui-même différent de celui de la 5° version).

Sinon, là, je vois pas vraiment quoi dire. Tout ce que je te demanderais, c'est d'éviter d'écrire en italique dans la totalité du texte. Mais c'est pas pour convention écrivaine, tu es le seul maître de ton choix.
Link to comment
Share on other sites

[quote]La 7° version! Par Tzeentch![/quote]
Ow.. Je dois confondre avec WHB? Ou tu es un 'taraniste' :blushing: ?
[quote]Sinon, là, je vois pas vraiment quoi dire. Tout ce que je te demanderais, c'est d'éviter d'écrire en italique dans la totalité du texte. Mais c'est pas pour convention écrivaine, tu es le seul maître de ton choix.[/quote]
Je pense éviter ça, pas seulement parce que ça fatigue plus les yeux, mais aussi parce que des passages non-narrés par un (des :unsure: ?) personnages devraient survenir.

Je vais réfléchir à l'italisation ou pas lorsqu'on lit les pensées d'un personnage. Ça m'avait semblé évident ici, lié aux diverses tourmentes. L'esprit de [i]Mat[/i] se trouble à cause de la chaleur.. En relisant -corrigeant du coup quelques.. maladresses insomniaques-, j'ai pensé laisser la dernière ligne normale, comme pour indiquer une nouvelle détermination au pied du mur. Un autre avis?..

TH, dont le crâne est peut-être déjà trop étuvé par le TKA-P. Edited by Tano Heefa27
Link to comment
Share on other sites

[quote]Ow.. Je dois confondre avec WHB? Ou tu es un 'taraniste' ? [/quote]En fait, ça fait déjà quelques mois que WHB est passé de la 7° version à la 8°.
Sinon, je ne suis pas vraiment taraniste, ni à fond dans le néo-fluff. Je suis plutôt hétérodoxe.

[quote]Je vais réfléchir à l'italisation ou pas lorsqu'on lit les pensées d'un personnage. Ça m'avait semblé évident ici, lié aux diverses tourmentes. L'esprit de Mat se trouble à cause de la chaleur.. En relisant -corrigeant du coup quelques.. maladresses insomniaques-, j'ai pensé laisser la dernière ligne normale, comme pour indiquer une nouvelle détermination au pied du mur. Un autre avis?..[/quote]Pour cela, je te conseille une astuce. Lorsque tu as un passage narré, tu peux mettre en italique les pensées de tes personnages. Ainsi, elles sont plus facilement identifiables, et aident à la lisibilité du texte.
Par contre, si tu fais des passages entiers remplis par les cogitations cérébrales de tes persos, là, l'italique tue la lisibilité. je te conseillerais de le laisser normal, ou simplement de changer de police de caractère.
Link to comment
Share on other sites

[quote]En fait, ça fait déjà quelques mois que WHB est passé de la 7° version à la 8°.[/quote]
Ça fait aussi plusieurs années qu'j'ai pas mis les pieds dans un club de wargames :/ .. Mais OK, tu m'rassure à propos d'la gravité d'mon erreur.
[quote]Sinon, je ne suis pas vraiment taraniste, ni à fond dans le néo-fluff. Je suis plutôt hétérodoxe.[/quote]
Je partage cette philosophie.

Pour la solution d'italisation: une part de moi voulait faire partager la souffrance de Mat (la mienne x] ) au lecteur. Mais je suppose que ça suffit sans l'épuisement de ses yeux en plus.

Une police recommandée avec laquelle l'italique fatigue autant qu'le normal? Je pense que Trebuchet sans MS est la plus adaptée.. mais du coup l'effet flou se perd. Donc, j'vais encore y réfléchir :unsure: . Ça n'empêche pas d'cogiter lentement la suite, qui ne s'annonce pas rapide, pour être meilleure. J'espère.

TH, qui est peut-être aussi trop proche de l'écrivain personnage de [i]Misery[/i].. (j'parle pas du talent :lol: .) Edited by Tano Heefa27
Link to comment
Share on other sites

Ca me parait bien, mais je trouve que ça donne un petit côté "bonbon". Enfin, je le répète, c'est toi qui fait ce que tu veux.
Et il serait bien de ne pas trop éterniser cette discussion, afin d'éviter de polluer ton propre texte.
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
Tano, le retour ! Ça fait quoi de revenir sur les lieux après l'épuration massive ?... ( :( )

Bref, trêve de blablas. Pendant que vous continuiez à papoter et à vous jeter des fleurs, j'ai lu ce commencement. Qu'est-ce que j'en retire ? Du bon et du moins bon. Allons-y.

Dans le bon, j'y vois déjà le fait que tu es clairement dans le haut de ce que peut produire la section. Ma critique/commentaire n'en sera que plus virulente, dans la mesure où tu as déjà du rythme, une bonne narration et du vocabulaire appréciable.
D'ailleurs, puisqu'on en parle, je trouve tes descriptions très imagées sans être trop longues (même si sur une phrase ou deux, tu m'as perdu ; j'ai dû m'y reprendre à deux fois), ce qui les rend plutôt digestes. Je t'avoue que la première partie, en italique, m'a tout de même parue un peu longuette, dans la tête de 'Mat'... Cela doit être dû, je pense, à ma partielle méconnaissance du fluff de 40K/Necromunda, et du concept de monde-ruche. J'étais un peu perdu. Mais bref.

Une chose que je trouve vraiment dommageable dans ton texte, et d'autant plus qu'elle est corrigeable, c'est l'orthographe. Voyons ! Je te dirai la même chose qu'au Paladin : quand on écrit de la qualité, on n'a pas le droit de laisser autant de fautes dans ses textes... Surtout que tu n'es pas passé par un correcteur automatique (je le sais, puisque le mien me souligne "répprouvé" ! Même Firefox le voit, alors que c'est une buse...). Des accords, des accents qui se perdent, et qui endommagent plutôt inutilement ton début, alors que le fond est prometteur.
Pour ce qui est de la forme (outre l'orthographe), je suis partagé. En réalité, tu as un style très très (très) cinématographique. Tu décris ce que tu vois dans ta tête, et cela plutôt bien. Mais du coup, j'ai l'impression que tu places tous les événements, toutes tes visions sur le même plan... je ne sais pas si je suis très clair. Un peu comme si chaque chose avait la même importance. Pour les scènes "d'action", c'est moins grave, mais pour les premiers paragraphes de ta première moitié, c'est ballot ! Je manque d'un fil conducteur (ou alors je n'ai rien vu, ce qui est possible ; la faute sur moi en ce cas).

Sinon, j'ai pas mal de remarques purement formelles (notamment les lettres capitales, dont il me semble qu'elles font trop sortir du récit pour que leur utilisation soit justifiée... Mais c'est très personnel), mais plus la force de les énumérer en cette heure, désolé :-|

En tout cas, tu m'as bien accroché avec tout ça ! J'attends la suite avec impatience, d'autant plus que je sais que tu as la carrure pour développer tout ça ^_^
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
Attention aux fautes d'orthographe. L'écriture en italique est à réserver à des passages courts, surtout en début de récit.
Bonne impression sur le premier texte posté : j'aime bien le contexte totalitaire et le personnage décérébré retrouvant son libre arbitre. Gare toutefois à ne pas en faire un gros bourrin...
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.