Jump to content
Warhammer Forum
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt

Falcrisos et Co


Inxi-Huinzi

Recommended Posts

Pour ceux qui voudraient commencer mon histoire et qui voudrait prendre en cours, allez voir le résumé page 5

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Falcrisos

Bon j'ai crée cette histoire sur le principe du monde de warhammer (je ne reprends pas les noms officiels, pas même les cartes , je ne me sert uniquement d'une partie du blackground)

donc c'est parti je me lance:

Chapitre I

Une amitié éternelle

Falcrisos regarda autour de lui mais ne vit que cette foret, sa robe blanche écarlate

montrait son appartenance au bien. De stature importante pour un humain il n'arrivait guère à la poitrine de son compagnon.

Voilà ce qui était étrange dans ce tableau, c’était Tran, son ami un minautore. Falcrisos l’avait trouvé dans un campement minautore, ravagé, après le passage d’un clan orque particulièrement belliqueux : Les Briz' têt. Tran avait été laissé pour mort, une lance en travers de la jambe, Falcrisos l’avait recueilli et soigné. Depuis ce jour, ils sont inséparables et se sont sauvés la vie a mainte reprise.

Ils étaient dans ce bois depuis plusieurs jours déjà. Leur lenteur était due à Falcrisos qui était à pied car lors d’une embuscade de pittoyable orc son cheval avait été tué. Ils se dirigèrent vers la ville de Dagamoth, ils avaient quitté la capitale pour chercher un nouvel employeur dans cette ville qui regorgeait de problème .Cela faisait maintenant ne nombreuses heures qu’il avait commencés a accélérer l’allure car quelque chose tracassait Falcrisos depuis quelques temps et il n’arrivait pas à savoir d’où venait ce pressentiment qui allait en s’accentuant Quand soudain à cinquante mètres devant eux, des fagots de bois se dressèrent sur environ un mètre de hauteur .Sur le visage de Tran, un rictus mauvais s’afficha et il dit d’un voix caverneuse :

« Est-ce que je peux y aller ce coup ci ? »

« Oui, dit Falcrisos», désespéré

Falcrisos continua a avancer pendant que son ami s’éclipsait silencieusement. Un bruissement de feuille se fit entendre, et trois gobelins sortirent d’un buisson et se plantèrent sur les fagots. L’un d’eux se tourna vers un de ses congénères et dit de sa voix aiguë :

« Eh, Strig t’avé pa di ki été 2 ? »

« Rhhoo,on s »en fout »rétorqua-t-il.

« Tu conné le pro verbe , la bourse ou la ….. »

Il ne put terminer sa phrase, un violent coup de marteau les envoya planer quelques centaines de mètres plus loin, ils s’écrasèrent sur le sol avec un bruit de pastèque que l’on aurait jeté du haut d’un rempart.

Chapitre II

Exaspération

« J’en ai ras le bol, s’écriai l’humain, la cinquième fois depuis que l’on est parti, si cela continue je vais commencer à croire que l’on nous en veut »

« Moi, j’aime bien écraser leur tête en expulsant leur petit yeux luisant de leur crâne vide » dit Tran d’une façon désinvolte.

« Ouais, eh ben, il y a que toi que cela amuse ! ! ! »dit il sèchement, bon on met les voiles avant que d’autres ne rapplique. »

« On ne peut pas attendre, je manque d’exercice en ce moment »prononça-t-il en reprenant le chemin.

Quelques heures après, ils arrivèrent à l’orée du bois, et normalement devait se dresser face à eux Dagamoth. Il ne restait que cinquante mètres avant de quitter ce maudit bois, quand sans crier gare une flèche passa à quelques pouces seulement de sa tête et alla se planter dans un arbre derrière eux. Il se garda de lancer que tout le chemin lui avait paru trop facile car il n’y avait pas eu d’autres pitoyables embuscades. Il y avait quinze gobs derrière, et bien sûr vingt gobs devant

« Comme d’habitude » dit Falcrisos.

« Comme d’habitude »répliqua Tran.

Alors Tran dégaina son marteau et chargea comme un dément sur les gobs de derrière. Falcrisos se tourna vers les gobs et dit :

« A nous maintenant !»

Un gob écœuré du culot dont faisait part son adversaire, chargea tête baissée. Falcrisos articula sans hésitation :

« Dar akou ta pidtos! »

Le gobelin mourut terrassé par un éclair avant d’avoir pu approcher. Un doute commençait à germer dans l’esprit des gobelins, accentuer par le bruit des armes, et les cris de mourants du côté de Tran Il ne fit qu’augmenter quand un gob alla s’écraser à leur pied.

« Fait attention! » dit Falcrisos.

« Désolé! » dit Tran en écrasant un gob par terre. Falcrisos, fatigué et impatient de rejoindre Dagamoth fit appel à un sort qui risquait de le faire finir dépouillé, il incanta :

« Dal quin ejos taman odijero »

Une boule verte de la taille d’un boulet de canon apparu dans sa main et se dirigea vers les gobs. Ils ne comprirent que trop tard ce qui arrivait droit sur eux. Tout ce qu’il resta d’eux fut une douzaine de bonnets grillés. Il se tourna vers Tran et dit :

« Quand tu auras fini de jouer ….. »

Il avait attrapé un gob par les pieds et frappait furieusement sur un gob survivant.

« D’accord, j’arrive, si on ne peut même plus s’amuser….. »répondit-il ennuyé , il envoya éclater le dernier gob sur l’arbre le plus proche.

« Tu es vraiment désespérant…. » dit Falcrisos

Bon voila je mettrais la suite peut etre cet aprem si cela interesse quelqu'un :wub: On verra comment passera ce début d'histoire :clap: alors tous a vos claviers!! (comme le disait si bien Mr. Pech)

Edited by Inxi-Huinzi
Link to comment
Share on other sites

Guest Asurear

Pas mal de petites maladresses "la coupe de cheveux"

et aussi la grosse erreur :

"50 mètres" "50 mètres" "15 gobelins" "20 gobelins"

C'est assez maladroit d'utiliser des chiffres pour la description, ca immerge beaucoup le lecteur dans ton récit.

Niveau orthographe ca a l'air d'aller.

Et puis bon, y'a pas réellement d'action

Ils bougent, ils tuent deux gobs, ils bougent, ils sont attaqués par une quarantaine de gobs mais ils en tuent 20 chacun...

Je ne sais si c'est parce que tu considères les combats comme pas importants, mais ils font quand même énormément partie de l'univers fantastique, et neccessite donc un soin particulier...

Link to comment
Share on other sites

Pas mal de petites maladresses "la coupe de cheveux"

et aussi la grosse erreur :

"50 mètres" "50 mètres" "15 gobelins" "20 gobelins"

D'accord si tu veux c'est corrigé

Et puis bon, y'a pas réellement d'action

euh , c'est ton point de vue mais faudrait pas oublier que c'est le début de l'hisoire....

quand même énormément partie de l'univers fantastique, et neccessite donc un soin particulier

Entierement d'accord mais je vais pas faire 3 paragraphes de combat pour trois gobelins.... mais ne t'inquiete pas il y aurau des batailles IMPORTANTES et rédigé :wub:

Link to comment
Share on other sites

Guest Asurear

En fait, c'était pas en longueur que je parlais, mais en intensité et en description.

on a l'impression que en 2 secondes on peut tuer une quarantaine de gobelins...

Oki, alors j'attends la suite :wub:

Link to comment
Share on other sites

En fait, c'était pas en longueur que je parlais, mais en intensité et en description

En fait je pense que si car pour que ce soit plus intense ca sera forcement plus long enfin bon.... :good:

on a l'impression que en 2 secondes on peut tuer une quarantaine de gobelins

Ah bon on peut pas :wub::clap: On en apprends tout les jours :D

Oki, alors j'attends la suite

héhé.. :wub:

Ben, c'est un bon texte! Reste peut-être qu'il se résume au massacre de gobelins(toujours ceux-là qui meurent...). Enfin bon, ça n'enlève rien au style...

Rhoo! attends la suite :angry:

@+

-Inxi écrit au plus vite :blink:-

Link to comment
Share on other sites

Chapitre III Petit contre temps

Ils quittèrent la forêt peu de temps après, devant eux, enfin se dressait Dagamoth, au pied de la montagne délimitant les territoires humains de celui des nains. De là où ils se situaient la ville avait l’air de posséder un halo produit par les plaques d’or qui ornaient les enceintes. Ils voyaient aussi le quartier fortuné sur les plus hautes roches. Les quartiers moins aisés étaient caché par les hautes protections qu’offraient les murailles. Dagamoth était une ville marchande, comme pouvait le signaler les caravanes maritimes et terrestres. Ces voies passaient par le ou le fleuve longeant la partie Est de la ville, ou bien les voies marchandes se dirigeant vers le royaume nain vers le Nord, ou encore le royaume humain vers le Sud et l’Ouest. Mais il ne fallait pas se fier aux apparences, ils savaient que Dagamoth n’était pas aussi parfaite qu’elle n’y paraissait.

Ils reprirent leur route en direction d’une des trois portes d’accès. De leur poste, ils virent qu’elles étaient creusé à même les enceintes et qu’elles étaient encadrés par deux tours mesurant environ soixante-cinq pieds de haut. Au pied de l’une de ces portes deux gardes interrogeaient les visiteurs aussi indésirables furent-ils, comme le prouvait cet homme qui allait droit en prison pour meurtre. Falcrisos et son ami allaient pour rentrer dans la cité quand un des gardes les interpella :

« Hey, vous allez où comme ça ? »

« A l’intérieur de la cité, nous sommes des mercenaires, nous louons nos talents au service du bien »rétorqua Falcrisos.

« Ne me prenez pas pour un blaireau, le minautore aussi peut être ? »

« Falcrisos, demanda Tran, puis je montrer mon laisser passer ? »

« Vas y. » acquiesa -t-il.

Une dizaine de tête de gobs roulèrent par terre jusqu’au pied du garde.

« O.K , d’ac……,d’accord » balbutia le garde en les laissant passer.

Ils rentrèrent dans la ville et purent s’apercevoir que sa réputation de ville fourmi était justifié. La ville s’était divisé en trois parties départagés par des routes traversant la cité, exactement en étoile en 3 branches. Il y avait trois quartiers : Les « normaux », Les défavorisés, Les riches. Les gens aisés bénéficiaient d’une muraille supplémentaire, surtout pour protéger leur ego. Ils se dirigèrent vers les bas quartiers, ou le double quartier car il se séparait en deux: Les docks et la partie pauvre. Ils arrivèrent à la taverne du "dragon d'or" juste avant le couvre feu, ils poussèrent la porte …

Chapitre IV: Une créature des plus étrange

La scène qui s’afficha sous leur yeux était aussi anarchique qu’une centaine d’orc sans chef. Des créatures aussi diverses que variées, en passant du jeu de dés à l’activité où bizarrement, les orcs excellaient, c’est à dire main gauche main droite (consistant ,en gros, à applaudir mais avec une tête sur la trajectoire. Le but étant bien évidemment de survivre) Falcrisos et Tran choisirent une table dans le fond. Ils s’assirent et commandèrent un tonneau d’hydromel.

« Tiens, t’es au régime. » fit remarquer Falcrisos.

« Oui, c’est les gobs ils étaient tout mou, ca me déprime… »dit-il agacé

Ils posèrent leur yeux, sur les scènes environnantes. C’est là qu’il remarquèrent que tout le monde avait arrêté leur activité respective et regardèrent la créature présente au centre de la salle. Elle avait un aspect luisant et bleu comme l’eau d’une parfaite rivière. Sa crête partait du sommet de son crâne jusqu’au bout de la queue. Ses mains et pieds étaient palmés et visqueuses. Ses yeux étaient globuleux centrés sur une iris verticale, ses dents étaient petites et pointues. Aussi étrange qu’absent de ce continent, cet homme lézard captivait l’attention. Il continua sa route et rentra en collision avec un nain particulièrement ivre. L’homme lézard tomba à la renverse. Il se releva avec une agilité surprenante, et siffla quelque chose dans une langue inconnue. Le nain le prit mal, et dégaina prestement sa hache de son encoche et tourna ses yeux malsains vers l’homme lézard .

Ils allaient devoir intervenir

@+

-Inxi qui veut la suite ?-

Edited by Inxi-Huinzi
Link to comment
Share on other sites

Guest Asurear

Raaaa, c'est interdit de couper un récit là ! :wub:

Non mais, bien sur qu'on veut la suite, c'est facile de poser cette question quand il y'a un suspense comme ca !

Bon, ca fait bizarre un Homme Lézard au milieu d'une taverne, et comme de par hazard il rentre dans un nain... Y'a que les nains pour attaquer sans réfléchir un pauvre Homme lézard sans défense, avec un elfe ca serait jamais arrivé ^^

Bon, bah moi je vote pour "La suite !!!"

Link to comment
Share on other sites

Guest Mr Petch

Un texte sympa! C'est vrai que ça parait bizarre une ville où se mèle les lézards, les nains, les humains, les minotaures (ça s'écrit pas plutôt comme ça?). mais bon, l'histoire est sympa et même drôle par moment. Donc bravo, continue! :wub:

Mr Petch

Link to comment
Share on other sites

Bon voila la suite ,bon je sais je suis à la bourre mais bon j'ai fait du vélo.....bon on est pas la pour raconter mais ma vie mais celle de Falcrisos:

Chapitre V: Une surprise de taille

Ils n’eurent pas le temps, l’homme lézard incanta:

« Assinss ssantantek! »coassa-t-il.

Un anneau bleu clair, sort que ne connaissait Falcrisos, entoura le nain. L’homme lézard fit un geste de ses mains palmées, le nain vola a travers la salle et vint s’écraser quelques mètres plus loin sur un table qu’il fracassa littéralement. Tout le monde avait suivi la scène ; sans exception …. Des bruits de chaises poussées et de lames que l’on dégaine du fourreau se firent entendre. Falcrisos et Tran choisirent ce moment pour intervenir. Falcrisos se dirigea rapidement vers la créature, pendant que Tarn se plantait au milieu de la salle et toisait les belliqueux de son pire regard, il lui dit :

« Je suis Falcrisos, mercenaire au service d’Asselus, Duc des plaines du Sud, compagnon du minautore Tran que tu peux voir derrière, archimage de la tour blanche, et membre intégral du conseil des 13 dans notre grande capitale : Lyreih. »

« Kraek, dit il en se courbant, je suis Itsi-Bitzi, scribe homme lézard de la cité de la Péninsule Ouest, prophète de Socoak, sorcier de l’ordre des étoiles, et commandeur de la sixième génération de skink à crête argenté .»se présenta de même l’homme lézard.

« Te joindras tu as nous, et partager notre repas ? » demanda Falcrisos.

« Oui, avec plaisir. » répondit-il en sifflant légèrement.

Bizarrement la tension était redescendu depuis que les belligérants avaient vu qui avait prit l’homme lézard sous son aile.

« Tran, je te présente Itsi-Bitzi .» dit Falcrisos.

« Mmm ...» marmonna Tran.

Les serveuses revinrent avec l’hydromel et leur donnèrent le numéro

« Ca y est il va être d’humeur plus jovial. »murmura Falcrisos à Itsi-Bitzi.

« Je comprends. » dit-il souriant.

« Une question, Itsi, qu’es tu venu faire ici ? » interrogea Falcrisos.

« Tu as grand rôle a jouer Falcrisos, c’est pour toi que l’on m’a envoyé .»dit l’homme lézard en tripotant son amulette en forme de soleil.

Chapitre VI:Revélations

« Est ce pour cela que les embuscades se multipliaient ? »demanda Falcrisos intrigué.

« Oui, Tal’Face est contre toi , et d’autres dieu encore…. »dit Itsi.

« Que peux bien me vouloir un Dieu orc ?, ce n’est pas grave je le saurais de toute façon »répondit-il.

« Tu es une pièce centrale sur l’échiquier des dieux, Falcrisos, mainte bataille vont être livrée , et je dois les retranscrire. »siffla-t-il.

Falcrisos réfléchi à ces propos, quand il reprit ses esprits, ses yeux se refermèrent pratiquement tout seul.

« Je monte dans la chambre .» dit Falcrisos.

« D’accord. » répondit Tran, qui était en pleine conversation sur les rites et coutumes de leur continent respectif. Falcrisos monta dans la chambre que leur avait indiqué la serveuse. Il s’allongea dans le lit après avoir mis des protections magiques un peu partout. Il s’endormit presque instantanément. Et fit un rêve des plus étrange. Il ouvrit les yeux et vu qu’il était dans une large plaine, il faisait nuit et tout ce qu’il put apercevoir c’était des formes sombres autour de lui. Un éclair découpa le ciel et éclaira brièvement la plaine. La lumière produite par l’éclair révéla les formes sombres. C’était un cimetière, d’ailleurs c’était plutôt une nécropole. Des milliers de corps ressemblant à des hommes chiens, des gnolls. Une pluie sanglante commença à tomber et vint se rajouter à ce macabre champ de morts.

Falcrisos se réveilla en sueur, les tympans battant de toute leur force. II était sur son lit et entendait deux ronflement l’un sourd et l’autre beaucoup plus léger . Il se leva, et alla se passer de l’eau fraîche sur le visage. Il se recoucha et se rendormit.

Voila bon faut que j'ecrive la suite :wub:

@+

-Inxi tourne pleine cadence...-

Edited by Inxi-Huinzi
Link to comment
Share on other sites

Et bien, avec un rythme comme ca, tu va avoir du succés, surtout avec la qualité de ces textes

Merci :wub: mais bon la je vais partir quelques jours donc l'aventure de Falcrisos va rester en suspense....héhé

Bon en attendant voila la suite

Chapitre VII:Vente aux esclaves

Lorsqu’il se réveilla, ses compagnons dormaient encore. Il descendit, et alla dans la rue. Il s’arrêta pour acheter du pain, il fureta dans les rues, et découvrit sur la place centrale, le jour de la vente aux esclaves, il y avait des cages avec diverses créatures. Un bruit de gong annonça la vente d’un autre esclave . Falcrisos allait se détourner, mais quand il vit l’esclave un terrible pincement au cœur lui rappela son rêve. Il ne savait pas ce qu’il allait en faire mais il devait l’acheter.

Personne ne manifestait d’intérêt pour cet esclave, la règle dans le cas où la créature ne serait pas vendu était simple, c’était la mort. Le vendeur fit un nouvel appel d’offre, Falcrisos en mit vingt cinq pièces d’or, il aurait pu au moins s’acheter cinq bons esclaves mais au moins personne n’en mettrait plus..

« Vendu. » hurla le vendeur.

Falcrisos monta sur l’estrade pour aller parler au gnoll ; sous les yeux ébahis des autres acheteurs qui attendaient une exécution.

« Pourquoi m’avoir acheté humain ? » demanda le gnoll.

« Ne cherche pas a comprendre ça serait trop long a expliquer. »lui répondit-il.

« J’ai une question en échange de ta liberté. » proposa Falcrisos à la créature.

« Vas y , pose ta question. » dit le gnoll suspicieusement .

« Y a t il quelque chose de spécial que tu connaît ou qui te semble louche qui se passerait dans une région ? » l’interrogea t il.

« Rien sauf une rumeur venant de l’Ouest, annonçant la levée d’une armée d’elfes noirs, mené par un seigneur sur dragon….mais cela reste une rumeur » annonça-t-il.

« Combien cela fait-il de temps que tu as entendu cette rumeur ? »

« Un mois et des poussières. »répondit le gnoll.

Falcrisos calcula rapidement de tête et arriva à la conclusion que dans un mois et demi l’armée adverse arriverait dans la plaine Ouest.

« Prends cet anneau, dit Falcrisos, il te protégera et il te permettra de quitter la ville sans problème.. »

« J’ai un service à te demander, le coupa la créature, rejoint moi à mon village, au nord des plaines marécageuses, je t’expliquerai avec plus de précision là bas. Ne t’inquiète donc pas je donnerai ton signalement à ceux de ma race…et celui de tes amis.. »

« Mais comment …. »

Trop tard le gnoll était parti. Falcrisos ne rejoint ses amis que bien plus tard, il avait à réfléchir. Il alla rejoindre ses compagnons et leur annonça leur départ vers Cartaltir, la ville de l’Ouest, et protectrice du pont de Restilos protégeant la frontière de la région. Falcrisos leur souhaita bonne chance, et leur dit qu’il se retrouverait en chemin, il parti peu de temps après.

Chapitre VIII:Une bataille s’annonce

Voilà deux jours que Tran et Itsi marchaient en direction de Cartaltir. Il restait une cinquantaine de km environ. Falcrisos leur avait dit qu’il devait aller à la capitale dépécher une armée en direction des forces adverses. Et qu’il irait au plus vite pour les rejoindre. Le soleil commençait à se coucher. Itsi proposa une halte et qu’ils finiraient les derniers kilomètres plus tard. Ils montèrent leur campement autour d’un feu.

« A ton avis que va t il se passer ? »demanda Tran.

« Dans deux heures je pourrais te donner une idée ,répondit-il, lorsque je verrai les constellation. »

« Je vois pas ce que l’on peut trouver d’intéressant dans ces petits points brillants…. »

Itsi se contenta de sourire.

« Pourquoi ce sont toujours les même qui ont le grand rôle, toujours ces humains…. »

« Oh , mais c’est qu’il nous fait une crise de jalousie. »se moqua Itsi.

« Ne t’inquiète pas, sans toi Falcrisos aura beaucoup de mal. » ajouta t il.

« C’était une question piège, tu sais ce qui va se passer… »dit Tran

« Peut être .» répondit-il en se levant pour aller faire un tour.

Voilà 1 heure qu’Itsi était parti et Tran commençait à se faire du souci. Il se leva et attrapa son marteau de guerre, il partit en direction des marais. Il avançait depuis cinq bonnes minutes quand il entendit des voix rauques et croassantes . Il s’approcha furtivement et en faisant attention à ne pas faire de bruit. Il aperçu la scène entre deux buissons mais il n’y resta pas longtemps, la terre étant boueuse, il glissa, se retrouvant pratiquement à coté d’Itsi. Il était en compagnie d’une trentaine d’autres skinks, et d’autres devaient se tenir en position tout près d’ici. Tran demanda ce que valait se rassemblement.

« Voici Texti-toalt, chef des skinks à crête violette, les plus discret des skinks. » expliqua Itsi.

« Il nous aidera lors de la bataille. » rajouta-t-il.

« Notre seigneur nous a envoyé pour empêcher les renforts hommes rats d’arriver, évitant à bon nombre de vos troupes de périr asphyxier, et en même temps de détruire l’arrière garde de l’armée elfe noirs. » annonça Texti.

« Nous devons y aller. » traduisit à la fin Itsi.

Ils disparurent dans le marais avec autant de bruit que le vent dans un camps de blé.

Cela faisait trois heures maintenant que Falcrisos attendait le retour du roi, il s’était principalement occupé de savoir comment contrer l’invasion venant de l’Ouest. Une porte s’ouvrit à la volée et l’empereur apparu à peine dévêtu de son armure, il avança vers Falcrisos et après les salutations coutumières, ils rentrèrent directement dans le vif du sujet.

« Combien sont ils et où sont ils ? » attaqua l’empereur .

« Ils sont des milliers dont des créatures et de machines de guerres est composé leur arrière garde a plusieurs tête et sont à deux semaines maximum de la frontière. »répondit il.

« Que vous faut il pour les arrêter ? » demanda l’empereur tout en se mettant la tête entre les mains.

« Dix milles hommes tout au plus, cela serait suffisant pour les dissuader de revenir »répondit-il.

« Je suis navré mais je peux vous en fournir que cinq mille au maximum, et j’accepte à une seule condition… » ajouta l’empereur.

« Je suppose que vous voulez que je sois à la tête de votre armée.. »devina Falcrisos.

« Oui, cela me soulagerai .»acquiesa t il.

« J’accepte avec joie et honneur » dit il en se mettant à genoux.

« Vous partirez dans un jour, le temps des préparatifs, Falcrisos s’affaira ce jour jours durant. A la date prévue , il parti à la tête de ses hommes.

Bon bah la suite vous l'aurez samedi je pense desole.... :clap:

@+

-Inxi va bosser la fin-

Edited by Inxi-Huinzi
Link to comment
Share on other sites

Sympa mais il y a un p'tit hic, ton héros(chai plus comment il sapelle) va vers l'empereur et se voit confier dix mille homme d'un coup, comme sa, sans savoir qui c'est??!!!???!!!!

Link to comment
Share on other sites

Guest Asurear

L'empereur lui dit de partir dans un jour, et il bosse pendant 3 ? Pas pressé ce mage.

Une petite remarque : y'a un mage qui rêve, et un esclave gnoll qui balance une rumeur, et ca suffit à un empereur pour confier 10.000 hommes à ce mage ? :wub:

Link to comment
Share on other sites

y'a un mage qui rêve, et un esclave gnoll qui balance une rumeur, et ca suffit à un empereur pour confier 10.000 hommes à ce mage

Je vous fait un passage a part tout droit sorti de mon imagination:

La tour blanche se dresse en plein milieu du palais de l'empereur, cet édifice mesurant plus de cent mètres de haut et protégés par les plus puissantes protections connues. Les gardes de la tour sont équipés avec des armes elfiques ,les meilleurs qui soient. La tour en elle-même doit sa couleur blanche mâte a la pierre naine que les nains apportèrent tout droit du plus profond de leur mines. La tour est constitué de deux archimages , l'un est sous la coupole de l'autre. Pour être archimage, il faut non seulement avoir des pouvoirs magiques développés mais aussi un esprit hors du commun, presque au niveau de voir l'avenir.

Falcrisos y est rentré à l'âge de dix ans très vite repéré par ses instructeurs ,il pouvait déjà leur tenir tête à l'age de quinze ans. Ses études approfondis et son brillant résultat a son examen lui permirent d'obtenir le statu de mage. Un rêve une nuit lui appris l'arrivée de troupe orc près de la capitale, l'archimage alors en place vérifia ses dires, en fait c'était le cas. Une armée fut dépêcher pour les arrêter, Falcrisos en fit parti. Ils sortirent victorieux et Falcrisos vaincu non sans mal le grand général de l'armée adverse, il récupéra l'épée nommée Takrinos. En pistant le chemin qu'avait pris les orcs pour venir tomba sur le camp minautore. Là il découvrit Tran et le soigna. Ce duel avec le sorcier avait paru difficile a Falcrisos enfin jusqu'à un certain moment... De retour à la capitale il apprit que l'archimage était mort et que son successeur avait prit le relais. Personne ne sut pourquoi il était mort sauf Falcrisos qui savait maintenant d'où il avait reçu toute son énergie. Peu après la place de "sous-archimage" étant libre, un vote eu lieu pour déterminer qui allait avoir droit à cette place. Tous se mirent d'accord pour admettre que Falcrisos méritait cette place grâce aux événements récents.

Voila j'espere que ca va vous avancer , j'ai pas travaillé ce passage :wub: mais il va me permettre d'introduire d'autre élément plus tard dans l'histoire

-Inxi écrivain bonus-

P.S: Avant de partir je vais écrire un paragraphe supplémentaire en cadeau :clap:

Edited by Inxi-Huinzi
Link to comment
Share on other sites

Donc voila la suite , un petit chapitre que j'ai recopié en toute hate

Chapitre IX : Première bataille

Itsi et Tran étaient arrivés à la pointe du quatrième jour. La ville de Cartaltir s'était fortifié sur une colline naturelle qui était encerclé par une douve dérivée de la rivière. Cette douve servait d'enceintes principales. A une vingtaine de mètres de là un pont d'une trentaine de mètres de long traversait la rivière de Restilos, ce pont était le seul passage à des centaines de lieux à la ronde. Si un envahisseur voulait passer, il devait franchir ce pont, habilement gardé par deux tours. Ils rentrèrent directement dans la ville et allèrent voir le duc de la région. En moins de deux jours la garnison et les hommes étaient sur le pied de guerre et ils attendaient le signal pour la bataille. Leurs adversaires arrivèrent les heures suivantes, amenant la nuit avec eux. Ils étaient plusieurs dizaine de milliers, leur mouvement faisait onduler cette nuit profonde. Un lourd silence s'en suivit, il fut rompu par l'envol d'un dragon.

« Nous fuyons la région. » répondit le paysan au commandant de l'armée.

« A cause du combat qui va avoir lieu ? » Répliqua celui ci.

« Qui va avoir lieu ?, s'étonna le paysan, vous n'êtes pas au courant ? »

Devant l'air ignorant du commandant , il continua

« La bataille a déjà commencée, et la garnison avait des problèmes, je me presserai si j'étais vous .»

« C'est ce que nous allons faire. »

Il fit un geste pour appeler son chef musicien et lui ordonna de faire sonner le départ. La longue colonne se remit en marche, un climat d'anxiété était palpable, tout le monde espérait qu'ils arriveraient à temps. Ils accélèrent l'allure et arrivèrent à l'aurore.

La première chose qu'ils purent remarquer, ce sont les deux volutes de fumée qui s'échappaient des deux tours le long du pont. Falcrisos prit les trois quart de ses hommes et prit la direction du château, espérant y trouver des survivants …et ses amis. Ils avancèrent tout leur sens aux aguets. Quelques minutes plus tard , ils furent à la herse. Falcrisos remarque des formes humaines et fut soulagés de voir que le château n'était pas tombé. Il demanda à parler au commandant de la garnison, la herse s'ouvrit et Falcrisos s'engagea avec son armée dans la forteresse .Un homme d'une quarantaine d'année vint à leur rencontre. Falcrisos fit un pas dans sa direction et se présenta:

« Je suis Falcrisos, l'envoyé de l'empereur. "

« Votre réputation vous précède, enchanté , je suis Jolcar, le duc de la province. " répondit-il.

« Quelle est la situation ici ? »S'inquiéta Falcrisos.

« Vos renforts sont grandement apprécié en ce temps de guerre, nous étions mal au point, vos amis ont eu besoin d'hommes pour attirer les Elfes Noirs hors d'ici, ils ont prit pratiquement toute la garnison mille hommes au total. Nous ne sommes qu'une cinquantaine environ. »expliqua t il.

« Que s'est-il passé ? » S'informa Falcrisos.

« Ils ont attaqué peu après l'arrivée de vos amis, nous avons réussi à les contenir au début, mais après le dragon a commencé a s'attaquer à nos tours , les détruisant en quelques minutes. Sans l'aide de votre petite créature nous aurions été perdus, il a téléporté avec lui les troupes à la lisière de la forêt. Ils se sont battus avec toute la hargne dont ils disposaient. Les régiments s'entrechoquaient à un rythme fou, les deux armées rivalisaient par leur efficacité mais ils étaient plus disciplinés….et avait un dragon qui avala par les flammes plusieurs de nos régiments. Le reste des troupes ,et vos amis ont préféré se replier dans la forêt. Des heures plus tard, on pouvait encore entendre le fracas des armes dans la forêt. Mais une partie de leur force assiégeait encore notre château ,il y a quelques minutes , vous les avez anéanti non ? » Demanda t il.

Falcrisos ne put répondre, un arbalétrier lui coupa la parole.

« Commandant, commandant, l'arrière garde est attaquée…. »

Et voila la suite samedi je pense

@++

-Inxi laisse les lecteurs en plein suspense-

Edited by Inxi-Huinzi
Link to comment
Share on other sites

Guest Feurnard

Parvenir à lever une armée en 1 jour est un record que je n'oserais pas relever. Il m'a fallu 6 mois, personnellement.

Il est rare de voir un dragon sur un champ de bataille mais, si c'est le cas, quelques centaines d'arbalétriers feront amplement l'affaire, sans compter une bonne vingtaine de canons. Car, avec 10'000 hommes, tu dois bien disposer de ça, non ?

Un minotaure dans une escorte, ça ne se voit pas tous les jours ! L'aide d'un homme-lézard pour sauver le Vieux Monde est rare... et qu'un troll en sache plus qu'un archimage me laisse de glace. Ca va t'être difficile de trouver une explication !

Pourquoi les elfes noirs déplacent-ils autant de troupes ? Avec autant de forces, ils comptent peut-être envahir l'Empire ! Allons, ces gaillards ne font que des raids, pas des invasions.

Si l'ennemi se compose d'orcs, d'elfes noirs, de skavens et (vu le cimetière) de comtes vampires, il s'agit d'un évènement de première ! Si l'on ajoute l'armée de Karl Franz et celle des hommes-lézards, y a pas à dire, tu déplaces des montagnes. J'espère que ça n'est pas pour rien.

Pourquoi un archimage se balade-t-il seul (même avec un minotaure) dans une forêt infestée de gobelins ? Et à pieds, précisons-le...

Toutes ces choses me font dire que ton histoire manque de fond. Quand à la forme, j'ai pour ma part une certaine appréhension quand à la justification de pareils espacement entre les paragraphes et l'utilisation abusive de chapitres. Mais là, c'est personnel. Par contre, ce qui l'est moins, ce sont les quelques fautes qui traînent encore et la ponctuation (mais tout le monde l'oublie !) qui laisse à désirer.

Passé ces faits, j'ai repéré certains effets de style et quelques belles tournures. Des exemples ?

Une porte s’ouvrit à la volée et l’empereur apparu à peine dévêtis de son armure
ou
Ils étaient incontables?, leur mouvement faisait ondulé cette nuit profonde.
J'aime bien ces essais.

Egalement un bon rythme qui ne lasse guère et des événements souvent suivis. Zara te ferait remarquer que le suspens a quelque peu disparu, mais pour ma part je n'en fais pas cas. Enfin, il y a une évolution intéressante nous faisant passer d'un style ironique à une situation dramatique. Agréable et fidèle au dénouement.

J'espère avoir équilibré le bien/bof et t'avoir précisé les points que je suppose comme améliorables. J'attendrais ton retour pour voir ce qu'il en est.

Link to comment
Share on other sites

Guest Asurear

Je penses que tu t'es un peu trop dépéché d'écrire le petit texte sur ton mage, car il y'a pas mal de fautes d'orthographe, et de tournure de phrase bizarres :

"Une armée fut depecher pour les arrêter , Falcrisos en fut dedans" :wub:

Ton autre récit est mieux quand même, même si il y'a encore beaucoup d'erreurs, et un truc que je comprend pas : tu nous parle de l'armée qui se rassemble dans la ville, et ensuite y'a un paysan qui apprend au commandant que la château a été attaqué ?

je pense qu'il y'a eu un changement de personnage, mais ca auait pu être annoncé plus clairement.

Enfin quand même, j'aime bien la fin ^^

Allez, faut pas poster des textes trop rapidement même si on est pressé :clap:

Link to comment
Share on other sites

Bon bon bon j'ai deux trois trucs à dire :D :

Parvenir à lever une armée en 1 jour est un record que je n'oserais pas relever

*héhé, il te manque de l'entrainement :D ....je ne vois pas pourquoi c'est si invraisemblable

Il est rare de voir un dragon sur un champ de bataille mais, si c'est le cas, quelques centaines d'arbalétriers feront amplement l'affaire

*pas d'acc pour moi un dragon a les capacités de raser une armée entière. Mais d'accord au niveau des canons mais pas pour les archers, je ne pense pas que 100 archers puisse vaincre un dragon...Dans mon histoire(j'orais du le préciser je le reconnais :wub: ) Falcrisos ne traine pas avec lui des canons qui sont beaucoup trop lent

Un minotaure dans une escorte, ça ne se voit pas tous les jours ! L'aide d'un homme-lézard pour sauver le Vieux Monde est rare... et qu'un troll en sache plus qu'un archimage me laisse de glace. Ca va t'être difficile de trouver une explication !

Pourquoi les elfes noirs déplacent-ils autant de troupes ? Avec autant de forces, ils comptent peut-être envahir l'Empire ! Allons, ces gaillards ne font que des raids, pas des invasions.

Si l'on ajoute l'armée de Karl Franz et celle des hommes-lézards, y a pas à dire, tu déplaces des montagnes

* Comme je l'ai précisé au début, mon histoire ne prends en compte que le blackground évitant ainsi de trop nombreuses contraintes . Cela me permet de laisser libre court à mon imagination

J'espère que ça n'est pas pour rien.

Pourquoi un archimage se balade-t-il seul (même avec un minotaure) dans une forêt infestée de gobelins ? Et à pieds, précisons-le...

C'est vrai que je ne l'ai pas précisé mais si j'expose une autre situation je suis obligée d'exposer celle qui est encore avant et ainsi de suite donc je trouve que ce n'est pas bien grave

j'ai pour ma part une certaine appréhension quand à la justification de pareils espacement entre les paragraphes et l'utilisation abusive de chapitres.

*Ne lis jamais candide :(

Par contre, ce qui l'est moins, ce sont les quelques fautes qui traînent encore et la ponctuation (mais tout le monde l'oublie !) qui laisse à désirer.

Passé ces faits, j'ai repéré certains effets de style et quelques belles tournures. Des exemples ?

Erf ! Je suis désolé mais je travaille sous word et je ne pense pas forcément à regarder si je fait des fautes (l'horto étant corrigés).Bon je pense en avoir corrigés pas mal sur les deux derniers posts.

Bon c'est un tout pour ton commantaire , d'ailleurs je préfere des gens honnete qui me font remarquer mes fautes que des gens qui me disent que c'est bien alors qu'ils pensent le contraire. :D C'est dans les erreurs que l'on apprends

Je penses que tu t'es un peu trop dépéché d'écrire le petit texte sur ton mage, car il y'a pas mal de fautes d'orthographe, et de tournure de phrase bizarres

* J'ai essayé de corriger j'espere que je n'en ai pas laissé.. :evilgrin:

tu nous parle de l'armée qui se rassemble dans la ville, et ensuite y'a un paysan qui apprend au commandant que la château a été attaqué ?

je pense qu'il y'a eu un changement de personnage, mais ca auait pu être annoncé plus clairement.

:):sorcerer:-_- , j'ai pas compris....

*mais je vais essayer de répondre, après le départ de Falcrisos avec son armée je fais un changement de personnages ou j'ennonce la position de Tran et Itsi. Puis je passe sur un dialogue ou le personnage principal ,que j'appelle Commandant, n'est autre que Falcrisos (J'ai fais elipse su voyage)

Mais merci pour tes remarques :wub: , j'espere que cela a repondu a ta question

Bon je vais taper la fin (que je vais raccourcir a cause de mon succes asser mitigé)

@+

-Inxi-

Link to comment
Share on other sites

Guest Feurnard

D'habitude, je ne répond pas à la réponse de ma réponse. Mais là, je suis d'humeur sereine, je vais donc m'amuser à répondre :

Parvenir à lever une armée en 1 jour est un record que je n'oserais pas relever
*héhé, il te manque de l'entrainement ....je ne vois pas pourquoi c'est si invraisemblable
1. les hommes n'attendent pas sagement, en rangs par quatre dans une cour, la nuit s'il le faut, l'heure du départ.

2. l'armement doit être vérifié ou distribué.

3. les ordres de marche doivent être données, les rations fournies et le matériel prévu.

4. il faut absolument prévoir des points de ravitaillements et axer la stratégie.

5. je devais attendre que suffisamment de bateaux se jettent dans mon piège. Sinon, 1-2 mois auraient suffi ! :)

je ne pense pas que 100 archers puissent vaincre un dragon..._Dans mon histoire(j'aurais dû le préciser, je le reconnais  ) Falcrisos ne traîne pas avec lui des canons qui sont beaucoup trop lents
Avec cent "arquebusiers", je te descends ce que tu veux ! Et je ne parle pas sur une table ! En outre, avec 10'000 soldats, me dit pas que tu n'en as "que" 100 !

De plus, ne pas avoir de canon est une aberration pour une armée impériale, au vu de l'aspect avantageux. Au moins un train d'artillerie à l'arrière, avec l'arrière-garde, pendant que l'avant-garde précède (comme c'est son rôle !).

*Ne lis jamais candide
Qu'as-tu contre Candide ? C'est cette répétition de situations catastrophiques, les discussions "philosophiques" ou l'ampleur des paragraphes ? Moi, j'ai aimé la forme, pas le fond.

Je ne doute point que tu tiennes à ton dragon, que monter une armée t'ennuie ou que Candide soit impossible à lire (quoique sur le dernier point...) : cherches juste TOUJOURS à expliquer ces diverses situations. Bon, en fait, tu fais ce que tu veux ; moi, je ne fais que conseiller... :evilgrin:

"Au moins, tu as écouté Zarathoustra : tu décris certains détails plus que d'autres... peut-être un peu trop !"

Link to comment
Share on other sites

Bon j'ai fait deux trois changement plus ou moins important

1) Falcrisos n'a eu accès qu'a 5000 hommes

2) Il y a une explication a leur position de départ

3) Je rajoute le chapitre d'après

ChapitreX : Besoin de secours ?

En effet, en nous précipitant au rempart, nous aperçûmes les soldats restés à l’extérieur qui étaient entourés de toutes part. Les soldats s’étaient mis immédiatement dos à dos, cette technique marchait à merveille les premières minutes de combats: les blessés ou fatigués retournant derrière leurs camarades et les protégeant des flèches par leur bouclier. Mais il n’allait pas les tenir éternellement. L’image d’un dragon s’imposant à moi, je donnais rapidement mes ordres:

« Les arbalétriers et archers, sur les remparts et frayer nous un chemin vers l’arrière garde! Les autres avec moi, on va leur porté secours, Jolcar préparez notre retraite… »

L’engrenage était en route, les premières flèches nous survolèrent, sifflante et rapide, suivies immédiatement d’une nuée de carreaux toute aussi meurtrière, les premiers ennemis tombèrent.

Nous nous mîmes en marche et franchîmes les portes, nous forçâmes l’allure pour les rejoindre mais une meute de cavaliers sur lézard géant percuta une partie de nos renforts. Falcrisos fit le compte mil deux cent cinquante hommes étaient au prise avec les elfes noirs, plus cinq cent arbalétriers/archers, plus environ deux milles hommes coincés par ces cavaliers, cela faisait qu’il ne me reste plus que mille hommes et cinquante gardes de l’empereur. Ces colosses mesurant plus de deux mètres et maniant une terrible hache, ils se battaient depuis leur plus jeune âge d’où ils tiraient une terrible réputation qu’ils auraient tout à loisir de confirmer.

Tout en réfléchissant Falcrisos était pratiquement arrivés au contact.

Nous arrivâmes au contact et affrontâmes nos premiers ennemis, leur visage casqué reflétaient notre hargne meurtrière. La charge fut si violente que nous nous retrouvâmes à quelques pas de nos amis, les soldats d’élites en formation pointe de flèche les autres transformant cette formation en triangle. Du centre de cette figure je put lancer mes sorts en toute tranquillité. Le problème fut que ces perfides elfes resserrent les rangs, et nous nous retrouvâmes encerclés avec nos camarades. La situation s’aggrava rapidement, seul la garde de l’empereur n’avait subit aucune perte.

Qu'as-tu contre Candide ? C'est cette répétition de situations catastrophiques, les discussions "philosophiques" ou l'ampleur des paragraphes ? Moi, j'ai aimé la forme, pas le fond.

*Voila c'est l'ampleur des paragraphes :evilgrin:

@+

Bon la suite va arriver très vite

-=Inxi=-

Edited by Inxi-Huinzi
Link to comment
Share on other sites

J'ai pas eu le temps de faire un petit commentaire avant j'avais lu ton texte et puis j'ai oublié de te faire le retour (bon je n'ai pas lu les derniers envois...).

Tu emploie un ton un peu détaché qui te permet de faire de l'humour, c'est bien. Si je devais faire une remarque, on sent notament au début très fortement l'ambiance jeux de rôle. Non que ce soit génant, mais pour ma part, je trouve que cela ôte un peu d'originalité et que tu exploites parfois des situations typiques des scénar jeu de rôle.

D'autre part, il y a des scènes que tu (et tes persos aussi d'ailleurs) gère(nt) trop facilement pour être totalement impliqué le lecteur dans le récit. C'est d'ailleurs renforcé par le ton distancié que tu emploies.

Par contre, il y a des passages, des descriptions notamment, où on sent que tu as une bonne plume. En tout cas, ton récit est très facile à lire: style fluide, textes courts (un peu trop?), humour et actions. Reste peut-être à canaliser tes qualités avec un peu plus de rigueur.

Link to comment
Share on other sites

Toujours plus proche de la fin :evilgrin: de la première grande partie ça dépendra de ma motivation, si le suspense est trop dense ou si vous etes pressé :)

Chapitre XI : Mystérieux

Mais ils commençaient à faiblir, et les sorts que je lançais ne suffisaient à ralentir nos adversaires. Une clameur monta de derrière nous: non sans mal les hommes avaient réussi à se débarrasser des cavaliers reptiliens. Et prenaient à revers nos sombres adversaires. Pour la première fois depuis des années, je tirai ma lame; Takrinos: forgée par les nains, peaufinée par les elfes et maniée par un humain. « Celle qui ne fait qu’un » comme elle est appelée est maniée à une main malgré sa longue lame et avait le pouvoir de drainer la vie d’un adversaire et de la convertir en énergie pour la transmettre à Falcrisos ensuite. Je la tirai du fourreau et elle se mit à luire d’une étrange lueur rougeâtre, indiquant sa soif de sang. Je pris la place d’un soldat tout juste empalé, et d’un revers souple, je vengeais son honneur. D’un mouvement circulaire j’envoyai un autre ennemi rejoindre son frère d’arme. Nous reprenions l’avantage … Comme d’habitude j’avais parlé trop vite, la créature a plusieurs tête, plus communément appelée hydre, venait de faire son apparition. Elle commença à tout tuer sur son chemin; des dizaines de soldats de la garde de l’empereur, des lanciers, des archers …. De l’énergie accumulée par la mort des deux elfes noirs, je lançais un autre sort; une des têtes se leva vers le ciel et hurla, juste après elle fut prise de tremblements et implosa, moins une. Il en restait toujours quatre, et deux autres gardes avaient péri. Le maître de la garde, ce vétéran bardé de cicatrices et faisant passer le reste de son unité pour des enfants, fit face à la créature. Deux têtes foncèrent droit sur lui, il esquiva adroitement d’un pas de côté et la trancha d’un coup de hache. Il fit une roulade avant de se remettre face à l’hydre, de cette façon l’hydre était de dos par rapport à moi, j’en profitais. Je m’approchais d’elle, je levais ma lame et lui enfonça dans les côtes. L’énergie qui me fut transmise m’arracha un cri de douleur, je tombais à genoux, ruisselant de sueur et parcouru de spasmes. Draznar, le maître de la garde, accouru auprès de moi et me dit:

« Est-ce que ça va aller ? »

« Non, répondis-je, demandez à vos hommes de s’écarter quand je le dirai… »

Je devais libérer l’énergie que j’avais prise au plus vite, il alla les prévenir.

« Maintenant!» hurlais-je.

Ils s’écartèrent du chemin, mon champ de vision se troubla et une vision m’apparu: Une personne prononçant un sort et l’invoquant des gestes, il crut reconnaître le sort du mur de feu mais modifié. Je pris connaissance et la scène s’était comme figée, je répétais la formule toute juste entendue:

L’air crépita et s’enflamma, la vague s’éleva, par l’énergie accumulée et les modifications faite par la personne, elle atteignit des dimensions phénoménales: cinquante mètres de larges et plusieurs mètres de hauteur. La colère des flammes n’avait d’égal que la peur qui pouvait se lire sur les visages. Suivant le mouvement de la vague de flamme, les elfes tentèrent de fuir: la scène était terrifiante et majestueuse, une vague rouge et jaune engloutissait une vague noire. La vague de feu noya par les flammes un grand nombre de l’armée adverse, laissant derrière elle un paysage de feu, de cendre et de mort…

@+

-=Inxi qui attends les remarques=-

Edited by Inxi-Huinzi
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.