Jump to content
Warhammer Forum

[40K][VO] Critiques Nouvelles Warhammer 40.000


Recommended Posts

 Salut à tous! Le sujet que j'ouvre à présent est un peu particulier, dans le sens qu'il ne sera pas dédié à la revue d'un ouvrage particulier de la Black Library, mais bien à un format de récit : la nouvelle.

Pourquoi un tel choix? Pour plusieurs raisons, la première étant ma récente acquisition d'une douzaine de recueils de nouvelles estampillés BL, traitant à la fois des univers de Fantasy ('Lords of Valour', 'Way of the Dead', 'Realm of Chaos', 'The Cold Hand of Betrayal', 'Death & Dishonour', 'Tales of the Old World', 'Les Épées de l'Empire') et de 40K ('Crucible of War', 'Into the Maelstrom', 'What Price Victory', 'Shadows of Treachery', 'Let the Galaxy Burn'). Étant finalement venu à bout de tous ces ouvrages (pour certains avec difficulté), je me suis dit que créer un sujet par livre n'aurait que peu d'intérêt, les liens entre les différentes histoires regroupées dans un volume spécifique étant inexistants. Démarrer un seul sujet, ou plutôt trois (un pour chaque univers, l'Hérésie d'Horus étant considéré comme un univers distinct), m'a semblé être un choix plus pertinent.


Une autre raison est que la nouvelle a un statut particulier pour la BL : il s'agit en effet de « l'antichambre » du roman, l'étape que tout écrivain a à franchir avant de se voir confier la responsabilité de la rédaction d'un récit de 100.000 mots. Même les auteurs les plus établis de la maison (Abnett, McNeill. Werner, King, Mitchell...) ont fait vivre, combattre et mourir leurs premiers personnages dans ce format. Mais si certains ont été jugés dignes par les éditeurs de la BL de se frotter à l'écriture d'un roman (une confiance pas toujours récompensée à sa juste mesure), d'autres n'ont pas eu cette chance : beaucoup d'appelés... peu d'élus.

De ces candidats malheureux, malchanceux ou tout simplement peu tentés par la perspective de travailler pour la BL, ne restent que les nouvelles publiées par cette dernière pour prouver qu'ils ont un jour collaboré à l'enrichissement des univers de GW, avec des résultats plus ou moins probants. Se pencher sur les nouvelles de la BL, c'est donc parcourir en filigrane l'histoire de cette dernière, une entreprise que je trouve (à titre personnel) assez intéressante.

Enfin, ces nouvelles, parce qu'elles ont été écrites par des auteurs aux parcours professionnels, aux intérêts, à la maîtrise du fluff et aux styles très différents, permettent d'envisager le background de Fantasy et de 40K sous des angles très variés : si les romans de la BL, particulièrement depuis quelques années, sont assez uniformes dans le style et le fond, les nouvelles, surtout les plus anciennes, ont en revanche bien plus de chances de surprendre et de dépayser leur lecteur.

Comment est organisé ce sujet :

Les nouvelles sont classées par ordre alphabétique d'auteur (Prénom_Nom : les écrits d'Anthony Reynolds apparaissent donc avant ceux de Dan Abnett). La critique en elle-même est précédée de quelques informations qui pourront être utiles (ou pas) au lecteur : le titre de la nouvelle, le nombre de pages, le premier recueil ou le magazine dans lequel elle a été publiée et l'année de la première publication.

Le sujet promettant d'être assez long, je fais usage de balises spoiler afin de faciliter la navigation. Cliquer sur la première balise suivant le nom de chaque auteur vous permettra d'accéder à une liste des titres de ses nouvelles chroniquées. Chaque chronique dispose en outre de sa propre balise spoiler. Enfin, et si la nouvelle s'y prête (en cas de twist final particulièrement réussi, par exemple), la sous-partie Intrigue pourra être partiellement ou totalement dissimulée.

Les nouvelles récemment chroniquées sont signalées par l'emploi de la couleur rouge (Auteur + Nom de la nouvelle). Les mises à jour (s'il y en a eu) sont signalées par un message récapitulatif une fois par semaine.

 

L'univers de Warhammer 40.000 étant vaste et diversifié, j'ai eu recours à des balises pour permettre au lecteur d'identifier plus facilement les auteurs et les nouvelles ayant donné dans les sous-franchises suivantes :

  • logo-nda.pngNecromunda
  • logo-bf.png Blackstone Fortress
  • logo-whr.png Warhammer Horror
  • warhammer-crime.png?resize=107,107 Warhammer Crime


J'essaierai aussi de relever les éléments les plus utiles pour le fluffiste assidu (cela peut aller d'une pratique digne d'être notée : « les Nécrons prennent toujours deux sucres dans leur café », jusqu'à un lieu/bâtiment important pour toute une race : « le monde-forge Septimus BZF-736 produit uniquement des sapins parfumés pour Land Raiders Redeemer », en passant par des anecdotes savoureuses sur la vie de personnages bien connus : «Asdrubael Vect a retapé sa deuxième année de CAP Coiffure huit fois de suite»)1.

 

Je termine enfin cette introduction en remerciant chaleureusement les membres (@Celtic_cauldron, @gilian, @Kaelis et @Red Qafe) qui ont accepté que leurs travaux soient repris et compilés dans ce sujet, pour l'édification et la distraction collective! Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à en faire de même...

1 : Certains auteurs à la connaissance des canons du background plutôt limitée ne s'étant pas gênés pour faire progresser ce dernier de manière plus ou moins anarchique, certains ajouts fluffiques sont à prendre avec une pince hydraulique.

Ouvrages critiqués (par ordre chronologique de parution) :

 

  • Recueils 40K :

 

deathwing-1-1.png.into-the-maelstrom.jpg.dark-imperium.png.words-of-blood.png.deathwing-2.png.crucible-of-war.jpg.what-price-victory.png.bringers-of-death.png.let-the-galaxy-burn.png.treacheries-of-the-sm.jpg.wolves-of-fenris.png.flame-damnation.png.croisade-autres-rc3a9cits.png.lords-tyrants.png.on-wings-of-blood.png.warriors-warlords.png.the-hammer-and-the-eagle.png.nexus-other-stories.png.sons-of-sanguinius.png.night-lords.png.the-successors.png.only-war.png.Galaxy of Horrors.

Cliquez sur une couverture pour accéder au sommaire du livre.

 

  • Recueils thématiques (Necromunda, Croisade de Sabbat, Blackstone Fortress, Warhammer Horror, Warhammer Crime) : 

 

status_deadzone.png.sabbat-worlds.png.sabbat-crusade.png.sabbat-war.png.maledictions.png.invocations.png.anathemas.png.vaults-of-obsidian.png.no-good-men.pngthe-harrowed-paths.png.the-accursed.png.the-resting-places.png.blackstone-fortress_the-omnibus.png.once-a-killer.png.

Cliquez sur une couverture pour accéder au sommaire du livre.

 

  • Recueils événementiels Black Library (Black Library Celebration, Summer of Reading, Advent Calendar...) : 

 
black-library-games-day-anthology-2011_2012.png.black-library-games-day-anthology-2012_2013.png.black-library-weekender-anthology-i.png.black-library-weekender-anthology-ii.png.Summer of Reading 2014.Summer of Reading 2015.summer-of-reading-2016.png.advent-calendar-2016.png.Summer of Reading 2017.black-library-advent-calendar-2017.png.Black Library Celebration 2018.summer-of-reading-2018-1.png.black-library-events-anthology-2018_19.png?w=677&h=1024.black-library-celebration-2019.png.black-library-celebration-week-2019.png.summer-of-reading-2019.png.black-library-events-anthology-2019_20.png..digital-advent-calendar-2019.png?w=400&h=607.blcw-2020.png.black-library-celebration-2020.png.character-week-2020-1.png?w=604.warhammer-horror-week-2020.png.12-tales-of-christmas.png.les-12-contes-de-noel.png.inquisition-week-2021.png.black-library-celebration-2021.png.black-library-celebration-week-2021.png.black-library-2021-advent-calendar_mosaique.png.black-library-celebration-2022.png.black-library-celebration-week-2022.png.chaos-space-marines-week-2002.png.character-week-2022.png.crime-week-2022.png.Horror Week 2022.Black Library 2022 Advent Calendar.astra-militarum-week-2023.png.Black Library Celebration 2023.Black Library Celebration Week 2023.Warhammer 40,000 eShort Week 2023.Black Library Character Day 2023.tyranid-invasion-2023.png.black-library-2023-advent-calendar.png.black-library-celebration-2024.png.black-library-celebration-2024-eshorts-week.png.SMSC Week

.Cliquez sur une couverture pour accéder au sommaire du livre.
 

  • Publications récurrentes (Inferno!, Hammer & Bolter) : 

 

couverture-annee-1.png.couverture-annee-2.png.inferno-annee-3.png.inferno-annee-4.png.inferno-annee-5.png.inferno-annee-6.png.inferno-annee-7.png.inferno-annee-8.png.year-one.jpg.Year Two.inferno-year-1.png?w=537.5-cover.png.6-cover.png.inferno-40k.png.inferno_the-inquisition.png.Inferno_The Emperor's Finest.

Cliquez sur une couverture pour accéder au sommaire du livre.


Nouvelles critiquées (584) :

 

Aaron Dembski-Bowden (8)

Révélation

 

Aaron Dembski-Bowden, a.k.a. ADB, est considéré par beaucoup comme l'une des meilleures nouvelles plumes de la Black Library, ou l'héritier putatif de l'intouchable et incontournable Dan Abnett. Il est donc assez savoureux que le premier se soit lancé dans la saga d'Abaddon ('Abaddon: Chosen of Chaos' , 'Extinction', 'The Talon of Horus', 'Black Legion'), alors que le second a lancé l'Hérésie d'Horus en consacrant un volume au Prim(arq)us inter Pares. Une complicité que les ajouts d'ADB au "Daniverse" ('Regicide', 'Arnogaur') permettent de vérifier. Avant cela, notre homme avait fait ses armes avec un diptyque Armageddonesque ('Helsreach', 'Blood & Fire') et une trilogie dédiée aux Night Lords ('Soul Hunter', 'Blood Reaver', 'Void Stalker'). Plus récemment, Dembski-Bowden a porté son dévolu sur le Chapitre des Spears of the Emperor, point de départ d'une probable nouvelle série, liée en partie à ses travaux d'Armageddon. Encore quelques bouquins, et on pourra légitimement parler de Dembskiverse.

 

We own the night : Night Lords (3)

 

Shadow Knight merci @gilian !

Révélation

Hammer & Bolter #11/2011/13 pages

 

Schattra:

shadow-knight.pngÉtrange nouvelle que ce Shadow Knight, commis par un Aaron Dembski-Bowden visiblement peu convaincu par son propos. Pour être honnête, ce texte semble être la réponse du berger à la bergère, cette dernière répondant au nom de Sarah Cawkwell et s’étant à de multiples reprises illustrée par la platitude navrante de ses écrits. Reprenant dans les grandes lignes le schéma narratif de Cause And Effect (à savoir, une sous-péripétie impliquant Gileas Ur’Ten, Space Marine du chapitre des Silver Skulls et héros récurrent de Miss Cawkwell - intérêt : nul - ), ADB livre ainsi un compte-rendu peu inspiré d’un épisode mineur de la vie de Talos, principal protagoniste de la (sinon) très bonne série des Night Lords.

 

Intrigue:

Schattra:

À la recherche de matériel récupérable dans un Space Hulk, Talos et la première griffe de la dixième compagnie (Cyrion, Uzas, Xarl) tombent nez à nez avec une petite force de Blood Angels, bien décidés à reprendre l’épée que Talos a dérobée à un de leurs champions1. Après avoir rapidement expédiés les pauvres scouts en combinaisons spatiales qui constituent la première vague des loyalistes, les quatre affreux se réunissent pour décider de la marche à suivre... et Talos est frappé par une vision, ce qui réduit drastiquement ses capacités de leader, et force ses acolytes à se débrouiller tout seuls. La narration restant malgré tout braquée sur le chef de la griffe en dépit de son état comateux, la suite de l’accrochage entre Night Lords et Blood Angels est couverte en quelques lignes lapidaires, par le biais du compte rendu fait par Uzas et Xarl à Cyrion après les faits. Pareillement, la mini bataille spatiale entre les vaisseaux respectifs des deux forces est résumée en un paragraphe, ce qui est un peu court jeune homme.

 

1: Cette obsession des Blood Angels pour Aurum - le nom de l’épée en question - constitue l’un des running gags de la saga, chaque tentative se soldant par un échec coûteux en vies d’Anges de la mort.

 

gilian:

Après une petite séance de flash-back pour nous raconter la jeunesse de Talos, on le retrouve aux commandes de la première griffe de la dixième compagnie des Night Lords (ou plutôt de ce qu’il en reste, ils ne sont plus que quatre), en train de fouiller un Space Hulk à la recherche de matériels à récupérer.

 

Mais ils se font piéger par un petit détachement de Blood Angels (une demi-escouade de scout et une demi-escouade tactique) qui sont apparemment venus pour récupérer Aurum : l’épée que Talos a prise sur le cadavre du capitaine Dumath des Blood Angels.

 

Après s’être facilement débarrassé des scouts et alors qu’ils s’apprêtent à attaquer les Blood Angels, Talos tombe en transe et ses trois compagnons sont obligés de se débrouiller seuls pour se sortir des ennuis.

 

Avis:

Schattra:

La plume de Dembski-Bowden a beau rendre l’ensemble très digeste, voire plaisant lorsque les Night Lords palabrent de la suite à donner aux opérations après que Talos ait succombé à sa crise de narcolepsie hallucinogène, il n’en demeure pas moins que Shadow Knight constitue à mes yeux la production la plus faible d’ADB à ce jour. Il va sans dire que la connaissance des personnages principaux de la série Night Lords ainsi que des événements relatés dans cette dernière constitue un prérequis appréciable (mais pas obligatoire) à la lecture de Shadow Knight, dont l’action se déroule peu avant l’attaque de la treizième croisade noire sur le système de Crythe, et constitue de fait une sorte d’avant-propos à la trilogie d’Aaron Dembski-Bowden. Au final, je pense que cette nouvelle aurait davantage eu sa place en introduction du (futur) omnibus Night Lords qu’en conclusion de ce onzième numéro de Hammer & Bolter, même si la lecture de ces quelques pages n'a absolument pas relevé du chemin de croix littéraire, le « pire » d’ADB surpassant allègrement le « meilleur » d’autres auteurs de la BL.

 

gilian:

Il y a deux façons de lire cette nouvelle :

La première est en solo dans un recueil de nouvelles quelconques et dans ce cas même si elle est plutôt bien écrite, elle tombe un peu à plat. On sent bien que cette nouvelle n’est qu’un prétexte à présenter le personnage de Talos.

La deuxième façon de lire la nouvelle, c’est en ouverture de l’Omnibus sur la trilogie Night Lords et là cette nouvelle prend tout son sens.

 

Au final c’est une bonne nouvelle pour l’omnibus et une nouvelle au-dessus de la moyenne autrement.

 

Fluff:

Schattra:

Pas grand chose de conséquent.

 

Throne of Lies merci @Celtic_cauldron et @gilian !

Révélation

Treacheries of the Space Marines/2012/37 pages

 

Intrigue:

throne-of-lies.png?w=612Celtic_cauldron:

Cette nouvelle traite des personnages phares d'ADB, à savoir les Night Lords de la Xème compagnie, et notamment le plus illustre d'entre eux, Talos Valcoran. L'action se déroule entre Soul Hunter et Blood Reaver. Les Night Lords vont se livrer au siège en règle d'une forteresse de l'Officio Assassinorum pour récupérer une relique vitale à leurs yeux.

 

gilian:

Sur Tyrias Secundus, un monde qui sur le point de se soulever contre l’Imperium, J’zara, une assassin Calidus, s’apprête à exécuter le grand prêtre Cyrus, chef de l’insurrection, pendant un discours qui doit être retransmit sur toute la planète.

 

Bien entendu ça mission se passe sans problème mais au moment de l’exfiltration, elle se fait intercepter par la première griffe commandée par Talos.

 

Talos a eu une vision, J’zara connait l’emplacement d’un temple Calidus où se trouverait un enregistrement de la mort de Konrad Curze.

 

Une fois ramenée sur le Covenant of Blood elle est torturée pendant 17 jours avant de dévoiler l’emplacement d’un temple Calidus caché dans le système Uriah.

 

Vandred l’Exalté envoie un message pour prévenir toutes les bandes de Night Lord dans le secteur et leur donner rendez-vous sur Uriah 3.

Le temple et la planète sont rasés par un assaut combiné du plus grand rassemblement de Night Lord depuis l’Hérésie d’Horus.

 

Avis:

Celtic_cauldron:

Si vous avez déjà lu mes critiques sur les précédentes réalisations d'ADB, vous devinerez aisément que j'ai adoré cette nouvelle. Comme d'habitude, c'est bien écrit, intéressant et les personnages sont bons. Pour moi, la meilleure nouvelle du recueil.

 

gilian:

Pas grand-chose à retenir de cette nouvelle, sinon que malgré tout, les Night Lord sont de grand nostalgique et vivent toujours très mal le sacrifice de leur primarque.

 

Même si au niveau du fluff il n’y a rien à retenir de cette nouvelle, elle est bien écrite et agréable à lire. Encore du bon boulot de la part d’Aaron Dembsky Bowden.

 

Fluff:

Celtic_cauldron:

Comme d'habitude, ADB explore une facette voilée du fluff des Night Lords et le fait bien, en respectant ce qui existait déjà. Bref, grosse plus-value.

 

The Core merci @gilian !

Révélation

Fear the Alien/2010/XX pages

 

Lié avec 'Prometheus Requiem'

 

Intrigue:

the-core.pngLa première griffe sous le commandement de Talos a abordé un Space Hulk pour escorter le prêtre du Mechanicus Deltarian qui pense trouver des informations dans la carcasse d’un vieux vaisseau du Mechanicus. La progression à travers le Space Hulk est relativement longue, celui-ci étant très anciens et très gros (il fait la taille d’une petite lune).

 

Les Night Lords se font attaquer par des Genestealers de plus en plus nombreux et de plus en plus puissants mais parviennent à les repousser. Alors que la première griffe arrive enfin à son objectif, Lucoryphus au commande de la neuvième griffe est tombé sur des Salamanders qui, de leur côté, essaient de récupérer la base de données d’un de leur vaisseau.

 

Le combat n’est pas à l’avantage des rapaces et l’escouade de Lucoryphus se fait tailler en pièces et il doit fuir. Mais avant de fuir, les Night Lords s’arrangent pour que les Genestealers fondent sur les survivant Salamanders.

 

Au final les choses ont plutôt bien tourné. Les données de Deltarian ont été récupérées et l’extermination des Salamanders a permis de récupérer six armures Terminators.

 

Avis:

Encore une fois c’est une nouvelle très bien écrit (bien mieux que Prometheus Requiem). Mais au final elle ne va pas apporter grand-chose aux évènements de la trilogie Night Lords.

C’est un peu comme une mission annexe qui ne fait pas avancer l’intrigue mais permet de faire patienter entre deux quêtes principales.

 

Fluff:

Rien de transcendant.

 

Oops We Did It Again : Emperor's Spears (2)

 

The First Primaris merci @gilian !

Révélation

The Successors/2022/7 pages

 

Intrigue:

Gardiens du Voile d'Elara, les Emperor's Spears se tiennent sur le fil de la destruction, assaillis par de nouveaux dangers. Diminués mais pas encore détruits, ils tiennent leurs serments là où leurs camarades des Star Scorpions et des Celestial Lions ont vacillé. Dans une galaxie divisée par la Grande Faille, ce Chapitre ravagé par la guerre perdure, loin de la lumière de l'Empereur-Dieu.

 

Le diacre Vectragos du culte Bellonien (ce qui se rapprocherait d’un Techmarine du culte de Mars dans un Chapitre plus conventionnel) doit enlever l’œil bionique d’Anuradha pour pouvoir en extraire les données visuelles permettant d’étudier les rites Calgariens qui permettent de transformer un Space Marine classique en Primaris.

 

Même s’il doute que beaucoup d’Emperor’s Spears soient tentés par l’expérience en étant en pleine possession de leurs moyens, il pense que la situation du Chapitre impose de tenter l’expérience sur tous les Space Marines ayant de trop graves blessures pour pouvoir combattre.

 

Avis:

Cette nouvelle a connu deux parutions au moment où j’écris ces lignes. Une première dans la version collector du livre Emperor’s Spear (vendu à 400 exemplaires…) et une autre dans le recueil 'The Successors'.

 

Elle permet de mieux comprendre le contexte de l’arrivée des Primaris chez les Emperor’s Spears et de ce qui a mal tourné. Si elle est lue en même temps que le livre, elle est intéressante sinon dans le recueil elle est un peu décalée, avec des personnages qui sortent de nulle part.

 

Fluff:

...

 

Son of the Storm World merci @gilian !

Révélation

The Successors/2022/4 pages

 

Intrigue:

Deuxième nouvelle sur les Emperor’s Spears écrite par Aaron Dembski-Bowden à se retrouver dans le recueil Successors. Comme la première nouvelle, elle n’a rien à faire dans ce recueil : si vous n’avez pas lu le livre consacré à ce Chapitre, elle va être très compliquée à comprendre.

 

Anuradha est en train d’analyser des archives vidéos pour son maître quand il est interrompu par Morcant des Arakanii.

 

Morcant avait toujours fait peur à Anuradha, il ne savait jamais si le Space Marine voulait le tuer ou pas. Mais cette fois Morcant avait l’air plus intéressé par les images que regardait Anuradha que par l’esclave lui-même.

 

Morcant veut voir les images que ses servo-crânes ont enregistré de la mort de Connall des Kavalei pendant la bataille d’Akamar. Et Connall était mort une arme à la main comme le voulait la tradition et c’était le principal.

 

Avis:

Comme je le disais, cette nouvelle n’est pas vraiment intéressante si on n’a pas déjà lu le livre Les Lances de l’Empereur. Elle est totalement décontextualisée. Par contre dans le cadre de la série Emperor’s Spear, elle permet de connaitre un peu mieux le Chapitre.

 

Fluff:

...

 

L'Amicale de Tanith : Les Fantômes de Gaunt (2)

 

Regicide // Régicide merci @gilian !

Révélation

Sabbat Worlds // Les Mondes de Sabbat/2010/28 pages

 

Intrigue:

Le sergent vétéran Commodus Ryland s’est fait capturer par un membre du Pacte de Sang qui l’interroge et le torture. Elle veut savoir ce qui s’est passé le dixième jour à la dix-huitième heure. Apres avoir pensé à résister, Commodus se dit qu’il va lui raconter toute l’histoire et profiter d’un moment de distraction pour s’enfuir.

 

Après un mois de bombardement, l’assaut avait été enfin donné sur Balhaut. Pendant dix jours les troupes impériales avaient progressé sans discontinuer allant de victoire en victoire et le dernier bastion ennemi était devant elles. Slaydo a mené la charge avec à ses côtés ses Argentum, sa garde d’honneur.

 

L’assaut sur le palais est enfin donné mais pendant le bombardement final des murs Slaydo est grièvement blessé, le genre de blessure qui si elle n’est pas soignée vous conduit tout droit à la mort. Mais il refuse d’être soigné, il veut tuer le général ennemi comme la Sainte lui a montré en rêve.

 

Ils finissent par rencontrer Nadzybar qui à ce moment tient plus du démon que de l’homme. Le combat s’engage et au mépris de sa propre vie Slaydo parvient à vaincre son ennemi. Avant de mourir il confie son épée à Commodus.

 

À la fin du récit, la sorcière du Pacte de Sang comprend que l’épée qu’elle a négligemment jetée est en fait une relique très précieuse. C’est le moment de distraction que Commodus attendait pour la tuer.

 

Avis:

Si on se remet dans le contexte, avec ADB qui arrive seulement à la Black Library c’est assez étonnant qu’Abnett le laisse écrire sur la mort de Slaydo, c’est une marque de confiance je trouve. ADB s’en tire plutôt bien, j’ai bien aimé la petite pique sur les Primarques et Slaydo guidé par la Sainte. C’est bien dans le ton des Fantômes.

 

ADB fait de l’humour aux dépends des Primarques :

 

Révélation

- Mort au pied de Rogal Dorn, commenta Yael. Voilà un honneur dont peu peuvent se targuer.

- C’est Guilliman.

- Comment le savez-vous ?

- Tu es myope ? Il tient un livre dans ses mains.

- Et alors ? Je suis sûr que Rogal Dorn savait lire, sergent.

- C’est le livre sacré de l’Astartes, qui contient toutes leurs lois.

Par le Trône, quel imbécile !

- Si vous le dites, répondit Yael sans cesser de tirer. J’ai toujours détesté les cours de mythologie.

 

Fluff:

Rogal Dorn savait probablement lire. ^^

 

Arnogaur // Arnogaur merci @gilian !

Révélation

Sabbat Crusade // La Croisade de Sabbat/2015/16 pages

 

Intrigue:

Il n’y a pas beaucoup de règle qui régisse le pacte de sang mais il en existe une que personne ne doit transgresser : On ne s’assassine pas entre collègue. C’est pourquoi l’équipage du Strygora à passer autant de temps à préparer le meurtre d’Erec pour être sur de le tuer sans se faire prendre. Mais les choses ne se passent pas toujours comme prévus…

 

Nautakah à prêter allégeance a Urlock Gaur il y’a quatre ans déjà mais contrairement a la plupart des membres du pacte il n’était pas humain c’était bien plus que ça, et il était devenu un Arnogaur, un membre du pacte bien au dessus des humains indisciplinés. Nautakah va enquêter sur le meurtre d’Erec. Malgré les mutilations de celui-ci, ces assassin avaient commis une erreur ils avaient laissé intacte le cerveau et c’était plus que suffisant pour Nautakah… Quelque heure plus tard il traquait l’équipage du Strygora avec ça hache et son bolter en main…

 

Le Strygora était ou plutôt avait été un char d’assaut Leman Russ, son équipage avait déserté la garde il y’a un an et était entrée au service de Gaunt, on leur avait désigné pour Sirdar Erec qui les avait humilié pendent un an avant de mourir dans les latrine… Le space marine déchut Nautakah, tombât sur le Strygora comme la foudre pour appliquer le châtiment de l’Archonte. Il est l’Arnogaur l’exception, celui qui peut tuer des membres du pacte de sang.

 

Avis:

Cette nouvelle nous donne deux informations principales sur les tribus Sanguiniennes, premièrement Urlock Gaur n’est pas un Space Marines mais un champion du Chaos pas encore un démon mais en bonne voie pour le devenir. Deuxièmement les tribus Sanguiniennes utilisent le Nagrakali. Pour leurs rites et la communication entre leurs prêtres, ou plutôt une forme abâtardie du Nagrakali. C’est la langue créée et utilisée par les World Eaters.

 

Pour les lecteurs qui ne connaissent pas bien l’univers de 30K et 40K, ils vont découvrir petit à petit qui est le héros de l’histoire, pour les autres à partir du moment où ADB décrit l’épaulette c’est foutu le charme est brisé^^. Mais ça reste une bonne petite nouvelle.

 

Fluff:

Quelques éléments sur la culture des tribus Sanguiniennes, et leur lien avec les World Eaters.

 

Autres (1)

 

Extinction //Extinction merci @gilian et @Red Qafe !

Révélation

Crusade & Other Stories/2018/17 pages

 

Intrigue :

extinction.png?w=533gilian :

C’est la fin de l’Hérésie d’Horus et les force du chaos ont été obligé de se replier. Les légions renégates passent leur frustration sur ce qu’il reste des Sons Of Horus. C’est une succession de petites histoires qui se finissent inévitablement par la mort du personnage traqué. La nouvelle finit sur Ezekyle qui regarde un groupe de Sons of Horus se faire massacrer après avoir quitté le mausolée ou est enterré Horus et où il a déposé sa griffe.

 

Red Qafe :

Je pense avoir déjà lu ce texte, sans me souvenir d'où exactement.

 

Cela parle de plusieurs défaites des Sons of Horus face à d'autres chaoteux après la défaite du Siège de Terra. Et au loin, Abaddon regarde ces évènements se dérouler.


C'est une introduction aux livres sur la Légion Noire du même auteur.

 

Schattra :

On ne le sait que trop, les lendemains de cuite sont difficiles. Quand la tournée des bars en question a duré sept ans, impliqué des centaines de milliards de participants sur des milliers de planètes, dont quelques dizaines ont brûlé au passage, et s’est terminée par un projet X débridé dans la maison familiale avec le capitaine de soirée qui s’étouffe dans son vomi sur la banquette arrière de sa Kangoo défoncée, il est somme toute logique d’avoir, très, mais alors trèèèèèèèèèèèèèèès mal aux cheveux pendant quelques temps. Surtout quand on s’appelle Ezekyle Abaddon, et qu’on a un goût immodéré pour les manbuns en palmier1. Nous reviendrons sur le cas de ce mauvais sujet un peu plus tard.

 

Extinction place donc son propos dans la période trouble qui succède à l’Hérésie d’Horus, qui, si elle n’a pas été une partie de plaisir pour l’Imperium, n’a pas été de tout repos non plus pour les Astartes rebelles, réfugiés dans l’Œil de la Terreur et en proie à de bien compréhensibles dissensions internes en l’absence d’un grand chauve costaud pour claquer le beignet aux éléments perturbateurs. Mais, comme l’éructe Borge Grassens, Prince Démon poète à la moustache remplie de Nurglings : « Or sous les cieux sous vergogne//C’est un usage bien établi//Dès qu’il s’agit de rosser des Sons of Horus//Tout le monde se réconcilie2 ». Tel le chouchou de la maîtresse ayant rappelé à cette dernière qu’elle avait oublié de ramasser les expressions écrites de la classe deux minutes avant la sonnerie, les guerriers de feu le Maître de Guerre se retrouvent en butte à l’hostilité non dissimulée de leurs petits camarades de jeu, qui leur reprochent, non sans raison, d’être responsables de la galère dans laquelle ils se trouvent désormais.

 

Nous faisons donc la rencontre, pour beaucoup d’entre eux juste avant une capture infamante, un décès prématuré, ou pire, de quelques fistons d’importance, alors qu’ils se retrouvent entraînés dans des explications de texte sans fin avec leurs cousins issus de germain. Le Sergent Kallen Garax peine à trouver les mots justes (pas facile quand on parle Chtonien et le gonze d’en face Nostraman) pour apaiser un gang de bikers Night Lords. Le Techmarine Sovan Khayral insiste impuissant à l’incendie de son véhicule de fonction des mains huileuses d’une bande de Death Guard désœuvrés. Le Capitaine Nebuchar Desh finit par rendre l’âme après une séance un peu trop soutenue avec son/sa Dominatrice Emperor’s Children, qui devra se trouver d’autres chats à fouetter. L’humble frère Zarien Sharak, coursé par une meute de World Eaters souhaitant lui voler son goûter (quand on n’a pas de monde à manger, il faut bien compenser), signe un bail de sous-location mal avisé avec un Démon mal élevé qui le met fissa à la porte de son âme à son corps défendant (ou le contraire). Erekan Juric, Capitaine Reaver, se fait incendier par la bande à Kahotep sur le chemin de la maison. Même la fameuse Kangoo d’Horus traîne son mal-être depuis la disparition du patron, remisée qu’elle a été dans un quelconque parking sous-terrain de l’Œil par ce galopin d’Abaddon.

 

C’est par un aparté dévolu à ce diable d’Ezekyle que se termine Extinction. Ayant tout bonnement pris un congé proprement sabbatique pour se ressourcer et faire le point sur sa vie, et voyageant de planète en planète pour visiter les attractions touristiques qu’elles ont à proposer (une pyramide ici, un mausolée là, un temple plus loin… c’est une sortie culturelle), Abby regarde de loin ses anciens frères se faire mettre la tête dans la cuvette des toilettes chimiques de leurs Rhinos, guère intéressé par les déboires de sa Légion. Quelque chose me dit toutefois que cela ne durera pas éternellement…

 

1 : Ça irrite le cuir chevelu comme pas possible et c’est très mauvais pour le bulbe.

 

2 : La rime est pauvre mais l’argent ne fait pas le bonheur.

 

Avis :

gilian : 

C’est une très bonne introduction à la série Black légion d’Aaron Dembski Bowden. Sinon j’ai trouvé ça un peu décousus c’est une suite de petite histoire sans rapport l’une avec l’autre sinon la mort d’une légion. Ça reste très bien écrit et ça sauve la nouvelle qui est agréable à lire.

 

Schattra :

Prologue à sa saga consacrée aux origines de la Black Legion, cette Extinction permet à Dembski-Bowden d’afficher sa maîtrise de la nouvelle d’ambiance. Il ne se passe en effet pas grand-chose dans ce court format, la succession de vignettes illustrant les déboires de la marmaille horusienne permettant seulement de prendre la mesure de la mauvaise passe que cette dernière traverse, orpheline de Primarque, traumatisée par sa défaite sur Terra, n’ayant plus d’objectif autre que la survie et ciblée à outrance par ses partenaires de crime. Pour autant, Extinction reste l’une des lectures les plus agréables de Croisade & Autres Récits, la patte d’ADB rendant chaque passage intéressant, chaque personnage attachant, et préparant parfaitement le terrain pour le début de la geste Abaddonienne, que le lecteur aura envie d’approfondir après en avoir terminé avec cet amuse-gueule, je gage. Il est fort l’animal, il est fort.

 

Fluff :

  • Sons of Horus (Vaisseau nommé) : Le Hevelius est un Destroyer des Sons of Horus ayant participé au siège de Terra. Il a été détruit par la Death Guard dans un affrontement fratricide après la fin de l’Hérésie.
  • Sons of Horus (Bastion) : La dernière forteresse des Sons of Horus après leur fuite dans l’Œil de la Terreur, où est gardé le cadavre d’Horus, se nomme Monument.

 

 

Adrian Southin (1)

Révélation

 

Adrian Southin est un auteur canadien, ayant commencé à écrire pour la Black Library en 2019 avec la nouvelle ‘Path of Grief’.

 

Path of Grief

Révélation

Only War/2022/18 pages

 

Intrigue:

Path of GriefSur le vaisseau monde de Saim-Hann, Itheíul porte le deuil de son frère Arsan. Cet épisode a tellement traumatisé notre héroïne qu’elle a abandonné ses chères études (BEP Shining Spear) pour emprunter la voie de la Hess, qui consiste à se lamenter H24 dans le temple de la Larme à l’Œil. On savait les Eldars très lacrymaux, mais c’est encore un niveau au-dessus. Alors qu’elle contemple la pierre esprit et la lance chantante (qui doit fredonner du Vincent Delerm, pour respecter l’ambiance) que son frère a laissées derrière lui, une voix se fait entendre dans son esprit. Sweet, sweet schizophrenia… sauf que non, bien sûr : il s’agit sans doute d’un Prescient défunt qui s’ennuyait dans le circuit d’infinité et a décidé de troller d’apporter ses sages conseils à une âme en peine. S’engage alors un dialogue psychique où l’invité mystère essaie de sortir Itheíul de sa torpeur en lui rappelant qu’il y a du bon dans ce monde, M. Frodon, et autres niaiseries optimistes. La pleureuse riposte avec des arguments bien sentis sur la futilité de se battre contre une galaxie hostile quand on est une fin de race, et la discussion se tourne vers la planète de Deniadol, où les Wild Riders sont récemment venus en aide aux Exodites après qu’une flotte ruche tyranide ait confondu le monde vierge avec un buffet garni.

 

Itheíul et Arsan faisaient partie du contingent dépêché par Yapadeuhazar Serpentard (le frère prescient de Salazar) pour sauver les meubles, c’est-à-dire permettre l’évacuation de bouseux locaux et de leurs dinosaures de compagnie (les petits seulement), avant que les hordes chitineuses ne dévorent les dernières poches de résistance eldars. Parce que les Saim-Hann ont beau être des rebelles, ils savent aussi reconnaître quand la situation est hors de contrôle, ce qui est tout à leur honneur. Cette tâche humanitaire (eldaritaire ?) ne pouvait être menée à bien que si le Prince commandant aux nuées tyranides était éliminé cependant, ce qui ne pouvait se faire qu’en localisant et éradiquant l’embêtante bestiole parmi sa masse de potes. Après un duel d’honneur entre les représentants des différents clans représentés sur Deniadol, c’est celui de nos deux héros (le clan Tyllach) qui remporte la mise, et part à fond de train castagner du cafard, juché sur ses motojets.

 

Après un premier engagement cathartique mais assez peu productif, Itheíul, Arsan et leurs cousins (on travaille en famille à Saim-Hann) firent une pause technique, pendant laquelle Arsan utilisa ses pouvoirs de Prescient pour faire tournoyer ses runes GPS, qui finirent par lui indiquer la direction où se trouvait la bioforme précédemment connue sous le nom de Prince. Bien qu’Itheíul lui conseilla d’attendre l’arrivée de renforts pour maximiser leurs chances, son frère n’écouta rien et mit les gaz en direction de sa proie, entraînant à sa suite le reste de la smala. Un combat aussi féroce qu’impossible à suivre à l’œil nu (à moins d’être fan de hockey sur glace) s’engagea entre les Xenos… et les Xenos, au cours duquel Astan tomba dans le piège tendu par le Prince, qui lui sortit une Neymar (se rouler par terre pour faire croire à une grave blessure, alors que pas du tout en fait), et finit les cervicales broyées par le neurofouet de son adversaire. Folle de rage, Itheíul ramassa la lance de son frère, lança « My Heart Will Go On » au volume maximal, et régla son affaire à la blatte fratricide, dont le trépas désorganisa suffisamment les Tyranides pour permettre une évacuation optimale des Exodites et de leurs alliés.

 

Retour sur Saim-Hann et à la discussion entre Itheíul et son conseiller spectral, qui se révèle être… Arsan. Shocking I know. En fin de compte, l’Eldar éplorée se range aux arguments de son frérot et sort du temple avec sa lance chantante, augurant sans doute d’une nouvelle reconversion professionnelle. La retraite, c’est pas pour tout de suite.

 

Avis:

Pour ses débuts au sein de la Black Library, Adrian Southin livre une nouvelle à deux facettes. Côté face, vous avez le récit d’un affrontement entre les Eldars de Saim-Hann et une flotte ruche lambda. Rien de très innovant ici, mais comme le Grand Serpent ne fait pas partie des factions les plus couvertes par les auteurs de la Black Library, cela peut intéresser ceux qui suivent cette allégeance de près. Côté pile, on trouve une réflexion assez aboutie sur la condition des Eldars des vaisseaux mondes au 41ème millénaire, oscillant entre découragement nihiliste et volonté de perdurer quoi qu’il en coûte. On ne peut pas dire non plus que le sujet est totalement neuf, mais Southin réussit assez bien à mettre en avant les arguments majeurs de ces deux courants philosophiques, en faisant là encore ressortir la psychologie belliqueuse et bravache de Saim-Hann. Au final, c’est beaucoup mieux que ce que nous a donné Gav Thorpe ces dernières années, ce qui ne veut pas dire que c’est absolument génial, mais simplement que ‘The Path of Grief’ tient assez bien la route (l’inverse aurait été triste pour une nouvelle consacrée aux Wild Riders…).

 

Fluff:

  • Deniadol : Monde vierge eldar, absorbé par une flotte ruche tyranide malgré l’intervention des Wild Riders de Saim-Hann.
  • Eldars (Culture) : L’Elthir Corannir Rhiantha, est une épopée eldar, dont le titre se traduit en “récit de la vierge dont les larmes pour les guerriers tombés de Rhidhol devinrent des étoiles”.

 

 

Adrian Tchaikovsky (2)

Révélation

 

Adrian Tchaikovsky fait partie de ces rares auteurs de science-fiction déjà (re)connus par la critique et le public au moment de leur arrivée au sein de la Black Library (on peut penser à John Brunner par exemple). Récipiendaire d'un Arthur C. Clarke Award, d'un British Fantasy Award et d'un BSFA Award, il est notamment l'auteur des séries 'Shadows of the Apt', 'Children of Time', et 'Echoes of the Fall', en plus d'un nombre conséquent de romans, novellas et nouvelles. Sa première contribution à la GW-Fiction est 'Raised in Darkness'.

 

Raised in Darkness

Révélation

Inferno!#6/2021/18 pages

 

Intrigue :

L’agrimonde de Shargrin reçoit la visite, pas vraiment amicale, de deux membres des Saints Ordos, les Inquisiteurs Vulpern et Jerrin, après qu’un de leurs collègue (Harghesh), ait disparu sans laisser de trace au cours d’une inspection de routine. Le dernier message envoyé par la rosette manquante faisant état de « difformité physiologiques régulières et persistantes » parmi la population de la planète, les deux compères arrivent sur place avec une jauge de suspicion déjà bien élevée, ainsi qu’une forte escorte de Space Marines de la Deathwatch. En effet, le jargon d’Harghesh, s’il rendrait fier n’importe quel fonctionnaire de l’Education Nationale, semble surtout indiquer que Shargrin a été infectée par la menace Xenos. Cela expliquerait pourquoi le premier Inquisiteur a si brutalement cessé de donner des nouvelles…

 

Accueilli par le Gouverneur en personne, ainsi que son statut le prévoit, le vieux et passablement désabusé Vulpern donne le change du côté des petits fours pendant que sa jeune, énergique et ambitieuse collègue va faire quelques prélèvements sur un site de transformation de la principale ressource de la planète : les champignons. Shargrin est en effet connu pour la richesse de sa biodiversité fongique, ayant colonisé les cavernes s’étendant sous la surface désolée de la planète. Sous le leadership avisé du Gouverneur Linus Donaghl, ancien officier de la Garde Impériale jouissant du statut de héros du sous-sous-sous secteur pour avoir flanqué en raclée aux Zoneilles en son jeune temps, Shargrin a réussi à faire croître sa production de bolets, girolles, morilles et autres vesses de grox de manière significative d’année en année, attirant l’intérêt professionnel des adeptes de l’Administratum, toujours prêts à augmenter les seuils de la dîme impériale à la moindre opportunité. Mieux vaut éviter de faire du zèle dans l’Imperium, c’est bien connu. Par un coup de chance ou une intervention de l’Empereur, l’intuition de Jerrin se trouve confirmée par la détection dans l’échantillon de travailleurs sélectionnés par l’Inquisitrice de plusieurs spécimens d’hybrides Genestealers, dûment exécutés par son escorte de Space Marines après que leur crâne allongé, yeux rouges et troisième bras recouvert de chitine aient été exposés au grand jour.

 

Commence alors une campagne de purge dans laquelle Jerrin joue le rôle de la zélote incendiaire, Donaghl celui du défenseur de son peuple (mais surtout de sa capacité de production, car le bougre est corporate), et Vulpern tente tant bien que mal de ménager la fièvre et le mou. La résistance acharnée qu’oppose un nombre croissant de Shargrinois à l’avancée impériale, le caractère opportun des attaques qui s’abattent sur les imperturbables et inoxydables Space Marines, et les multiples tentatives d’assassinat ciblant les Inquisiteurs font cependant réaliser à ces derniers que la corruption Xenos est profondément ancrée dans la société locale. Identifier les agents doubles au service du culte devient donc la priorité de nos envoyés spéciaux, avant même de jouer du lance-flamme dans les champignonnières (ce qui est dangereux quand les spores sont en suspension dans l’air, d’ailleurs)…

 

Révélation

…À ce petit jeu, c’est Vulpern qui finit par gagner, ou plutôt Donaghl qui finit par perdre. Le brave Gouverneur était en effet de mèche avec le culte, seul capable de lui permettre de remplir et même dépasser ses quotas de production, grâce à la main d’œuvre robuste et motivée qu’une colonie de Genestealers est capable d’engendrer. Avec quatre bras, on cueille deux fois plus pleurotes à l’heure, c’est logique. Derrière ses apparences farouches et son passif de soldat inflexible, Donnie cachait cependant un cœur d’artichaud et/ou des nerfs fragiles, puisqu’il avoue de but en blanc à l’Inquisiteur au bout d’à peine neuf jours de campagne sa pleine et entière duplicité. Ses motivations resteront cependant à jamais un mystère pour la postérité et pour le lecteur, puisqu’il intervient personnellement en défense de ce vieux croulant de Vulpern, à nouveau attaqué par un hybride pendant la confession de Donaghl, alors que ses gardes du corps de la Deathwatch faisaient un bière pong dans la salle d’à côté. Cette intervention salutaire n’épargnera toutefois pas au Gouverneur une exécution sommaire, précédée de la longue séance de torture prévue par la procédure inquisitoriale afférente. Voilà ce qu’il en coûte de prendre les légats de l’Empereur pour des truffes.

 

Avis :

Adrian Tchaikovsky livre une copie intéressante pour ses premiers pas au 41ème millénaire, avec une histoire inquisitoriale jouant habilement sur quelques uns des contrastes et paradoxes centraux de cet univers grimdark à l’envie. La méthode forte est-elle toujours la seule qui soit valable ? La foi en un Empereur distant et en un Imperium inhumain passe-t-elle systématiquement avant le bonheur de leurs sujets ? La fraternité offerte par un culte Genestealers ne compense-t-elle pas la corruption de ses membres ? Si ces questions ne sont pas nouvelles au sein de la GW-Fiction, Tchaikovsky prouve ici qu’il maîtrise ses fondamentaux en les posant dans ‘Raised in Darkness’, allégorie à la fois des fungus de Shargrin, des hybrides du culte mais également des bons et honnêtes sujets impériaux, dont ne demande rien d’autre que l’obéissance aveugle à un système brutal et obscurantiste. Ambiance ambiance. En plus de ce fond solide, la forme de cette nouvelle bénéficie du style affirmé et différent des canons habituels de la BL qu’Adrian Tchaikovsky a développé au cours de sa carrière d’auteur vétéran. Bref, je suis curieux de lire davantage des œuvres BLesques de cet invité de choix dans le futur, s’il juge bon de poursuivre sur cette voie.  

 

Fluff :

  • Shargrin : Un agrimonde imperial spécialisé dans la culture de champignons dans les cavernes souterraines habitées par sa population. Infesté par un culte Genestealers, avec la complicité de son Gouverneur, Linus Dorghal. Les Inquisiteurs Vulpern et Jerrin, assistés par la Deathwatch, purgèrent la planète et exécutèrent Dorghal pour trahison.

 

The Long and Hungry Road

Révélation

Tyranid Invasion Week 2023/2023/13 pages

 

Intrigue :

the-long-and-hungry-road.pngSi vous lisez ces lignes, il y a de fortes chances pour que vous sachiez déjà ce qui attend un monde impérial n’ayant pas la chance de compter sur d’importantes réserves de scénarium (natives ou importées, comme par exemple celles dont les Ultramarines font leurs armures) lorsqu’une flotte ruche tyranide affamée – pléonasme – arrive en orbite. Mais comme c’est Adrian Tchaikovsky qui fait office de narrateur, on ne va pas bouder son plaisir et écouter lire cet auteur confirmé mais nouveau-venu relatif au sein de l’écurie de la BL (au moment où cette nouvelle est sortie) donner sa version de ce grand classique du grimdark.

 

Nous suivons donc les dernières heures de (la biosphère de) la planète Chertes, placée pour son plus grand malheur sur le trajet d’une flotte tyty par le symbiote Waze de cette dernière, à travers les yeux de plusieurs personnages plongés dans cet événement cataclysmique. Du côté des défenseurs, le Capitaine Joal du croiseur Emperor’s Avenging Blade, le Techno-Prêtre Ashblend, et les membres des Forces de Défense Planétaire Walsh, Kirn et Burrows, donnent tout ce qu’ils ont pour tenter d’enrayer l’implacable fringale Xenos. Du côté des attaquants, le Magus Bartilam emmène ses fidèles participer à l’apocalypse qu’il n’espérait pas avoir la chance de vivre (et à laquelle il n’aura pas celle de survivre non plus). Dire que tout est bien qui se termine bien est une affaire de point de vue, et je laisserai chacun juger en son âme et conscience. En tout cas, la nouvelle se termine sur une satiété générale, et ça, c’est déjà appréciable.

 

Avis :

17 ans après le maître Abnett et son classique ‘The Fall of Malvolion’, un autre talent prometteur de la BL se penche sur le trope de « l’invasion-tyranide-qui-finit-mal », qu’il remet au goût du jour et du fluff moderne dans ‘The Long and Hungry Road1. À l’époque en effet, point de Cultes Genestealers pour jouer les trouble-fêtes, et pas d’humour non plus dans la narration de cet épisode hautement tragique (et puis le personnage principal étant un Garde de Fer de Mordian, des calembours auraient été déplacés), deux additions qu’Adrian Tchaikovsky ajoute avec réussite à sa version de ce « mythe » de la littérature grimdark2.

 

Évidemment, il n’y a aucun suspens dans cette histoire, mais comme cela ne fait pas partie du cahier des charges, on n’en tiendra pas rigueur à l’auteur, qui se tire assez adroitement de cet exercice pas si facile que ça, et nous donne un nouveau mètre-étalon dans ce sous-genre de niche. Souhaitons lui la même longévité et postérité que ‘The Fall of Malvolion’, et rendez-vous en 2040 pour voir si cela a été le cas…

 

1 : Ça vaut ce que ça vaut, mais le clin d’œil à une chanson des Beatles dans le titre de nouvelles dédiées aux cafards de l’espace pourrait être un moyen pour Tchaikovsky de filer la métaphore entomologique.

 

2 : On aurait aussi pu s’attendre à ce qu’il nous décrive par le menu les 39 nouvelles entrées du bestiaire tyranide depuis les temps reculés de la V4. Heureusement, il n’en est rien ici et ce n’est pas plus mal.

 

Fluff :

  • Chertes : Planète impériale dont la population comptait 12 milliards d’habitants au moment de son attaque et de sa destruction par une flotte ruche tyranide.
  • Flotte ruche : Après la réussite d’une invasion d’un monde riche en ressources, les vaisseaux ruches survivants se scindent pour donner « naissance » à une nouvelle flotte.

 

 

Alan Bao (1) logo-whr.png

Révélation

 

Illustrateur et auteur, Alan Bao a fait ses premiers pas, ou plutôt ses premières foulées, dans la GW-Fiction, avec la nouvelle ‘Runner’.

 

Runner logo-whr.png

Révélation

Anathemas/2020/18 pages

 

Intrigue :

runner.png?w=300&h=465Sur un monde ruche inconnu1, un peloton de Gardes Impériaux envoyé défendre une spire en avant du gros de son régiment est sur le point de se faire peloter jusqu’à ce que mort s’en suive par les hordes décérébrées de Papa Nurgle. Alors que Zombies de la Peste et autres Portepestes progressent, lentement mais sûrement, vers la dernière redoute tenue par l’Imperium, avec un bon gros reggae en fond sonore (avouez que ça le ferait), un vieux Sergent du nom de Vieux Sergent envoie notre héros, le Caporal Machinchose2, faire une course jusqu’au camp de base impérial, situé à quelques 200 miles de l’avant-poste pestiféré, afin de porter la mauvaise nouvelle au haut commandement. Car oui, le gros reggae des pesteux a brouillé les communications des bidasses jusqu’à les rendre inutilisables. Cette mission n’a pas été attribué au Caporal Petit Gars – c’est comme ça que l’appelait son copain de régiment Bullard, avant de disparaître à moitié en fumée (les cités ruches de grande solitude, tout ça…) – par hasard : notre homme est en effet connu sous (l’autre) surnom de Coureur, non pas à cause de son amour des jupons des autochtones, mais parce qu’il est doué d’une endurance peu commune. Le genre de type à finir un marathon en deux heures trente, et repartir aussi sec en sens inverse pour aller chercher sa voiture sur le parking du départ. Bref, Coureur prend ses jambes à son cou et commence à tracer la route, seulement chargé d’une gourde et de sa foi en l’Empereur (son fusil laser lui a été repris sur la ligne de départ, so-disant parce que ça pesait trop lourd).

 

Le terrain sur lequel il progresse, sorte de toundra gelée recouverte de cristaux aiguisés, pour bucolique qu’il soit, n’est pas sans poser de gros problèmes matériels à notre héros, dont les godillots n’ont pas été pensés pour résister à ce type d’environnement. Il ne faut donc pas longtemps avant que le brave Coureur se retrouve avec les pieds en lambeaux et les chaussures en sang (ou l’inverse), ce qui commence, lentement mais sûrement, à miner son enthousiasme jusqu’ici intact. Se raccrochant à son endoctrinement martial, il récite des prières pour se maintenir motivé, mais le poison du doute (et de la déshydratation) commence à le tenailler. Ajoutez à cela les voix de ses camarades défunts qu’il commence à entendre dans sa tête, et la méchanceté de la faune locale, qui refuse de se faire manger alors qu’il crève la dalle, et vous aurez une bonne idée de la situation peu brillante dans laquelle le Caporal Wanlek – au moins, il se souvient maintenant de son nom – se trouve…

 

Révélation

…Alors que les heures de course/marche/quatre pattes se succèdent les unes aux autres, Wanlek se retrouve de plus en plus tenté d’écouter les murmures amicaux de ses anciens frères d’armes, qui lui promettent de le débarrasser de sa souffrance s’il consent à les attendre (malgré son état, il avance en effet plus vite que ces lambins de Zombies). Concomitamment, la mémoire de sa vie d’avant la Garde, quand il était encore le fils à sa maman sur une planète somme toute assez sympathique, lui revient de plus en plus distinctement, ce qui lui permet de réaliser que son service au sein des armées de cet impotent d’Empereur de l’Humanité ne lui a apporté que des emmerdes. Lorsqu’il commence à fredonner des refrains en heptasyllabes à la place des prières officielles du Ministorum, c’est la fin pour Petit Gars, qui embrasse le putride salut qui lui est offert par la team Nurgle, et sombre dans un sommeil réparateur, où il a la chance de retrouver tous ses potes et sa vieille môman, certes un peu pourris, mais de bonne et joyeuse composition.

 

1 : Et volontairement en plus, ce qui n’est tout de même pas commun. Ca vous pose le jemenfoutisme du héros.

 

2 : Vous allez rire, mais il commence vraiment la nouvelle en ne souvenant plus de son prénom. C’est plus du jemenfoutisme là, c’est un Alzheimer précoce.

 

Avis :

Alan Bao signe un nouvelle inaugurale placée sous le double signe de Papa Nurgle et du respect du fluff, ce qui fait de The Runner une expérience de lecture doublement sympathique (wholesome, comme disent les Anglais), nonobstant sa conclusion sans grande surprise. C’est dommage car je pense qu’il aurait pu laisser planer un chouilla plus de suspens dans le dernier tiers de son récit, plutôt que de changer son héros en héraut sans aucune équivoque. Ceci dit, la bonne mise en contexte préalable du côté jovial et affectueux de Nurgle, mis en perspective de la dureté et vacuité (apparente) du credo impérial, permet à la nouvelle de se terminer de façon tout à fait satisfaisante, même si convenue. Bref, si vous avez apprécié l’approche « pus & love » de la faction telle que mise en scène par Chris Wraight (‘Les Seigneurs du Silence’‘Endurer’) et dans une moindre mesure Andy Clark (‘Croisade’), ne boudez pas votre plaisir et venez assister au dernier trail du Caporal Wanlek avant une retraite bien méritée.

 

Fluff :

  • Fede Imperialis : Prière impériale dont on connait les deux vers suivant  “Our Emperor deliver us from plague, deceit, temptation and war. Our Emperor deliver us from the scourge of the Kraken.(rq : Il semblerait que le premier vers fasse reference aux Dieux du Chaos, et le second aux Tyranides. Un moyen détourné de formater les esprits des Gardes Impériaux ?).

placeholder

 

Alec Worley (4)logo-whr.png

Révélation

 

Auteur de comics le jour (Judge Dredd, Star Wars, Teenage Mutant Ninja Turtles…), Alec Worley trouve le temps de contribuer aux univers de Games Workshop via un autre media sur son temps libre, et très probablement la nuit. Eclectique dans ses choix (Repentia, Whispers, Pride & Penitence, Stormseeker…), il a pris sur lui de participer au lancement de Warhammer Horror en signant, en plus d’une nouvelle (The Nothings), le seul travail individuel du premier lot de publication (Perdition’s Flame).

 

To penance and back : Adamanthea (2)

 

Whispers

Révélation

Lords & Tyrants/2019/24 pages

 

Intrigue :

whispers.pngEnvoyé de la sainte Missionaria Galaxia sur un monde sauvage peuplé d’indigènes ne demandant qu’à être initiés au culte impérial, le missionnaire Marcus Amouris croit faire avancer sa cause en demandant des renforts militaires à la métropole, afin de mettre fin aux disparitions régulières des intrépides chasseurs-cogneurs de sa tribu d’adoption. L’occasion de démontrer à ses naïfs sauvages la puissance souveraine de l’Empereur, à grand renfort de fusils laser, chimères rutilantes et distribution de chewing-gum, comme on savait le faire dans le temps. Manque de bol pour notre Jacques Désiré Laval du 41ème millénaire, ce coquin de Warp eut raison d’une subtilité essentielle de son message aux autorités compétentes (autant que contendantes), à savoir « envoyez-moi des mecs ». Non pas que notre homme soit un misogyne patenté ou un méniniste militant, loin de là, mais simplement pour respecter les us et coutumes de l’honnête tribu de la Griffe Déchirée (sans doute des soldeurs, il faut bien écouler les surstocks), qui ne permet qu’aux hommes de pénétrer la forêt sacrée – pour un symbole phallique, c’est un symbole phallique – dans laquelle tant de nobles sauvages ont disparu sans laisser de trace. C’est donc avec consternation que Marcus voit débarquer une escouade de Sœurs de Bataille de l’Ordre du Cœur Valeureux, menée par la taciturne Dominion Supérieur Adamanthea, dont la froideur et la dureté rendent un vibrant hommage à son nom de baptême.

 

Ayant rapidement obtenu de la part de la plèbe locale un laisser passer exceptionnel pour permettre à elle et ses ouailles d’investiguer en paix (tout est plus facile lorsqu’on a un bolter et que le gars d’en face n’a pas de mocassins énergétiques1), Ada se fait guider par Marcus jusqu’à la mystérieuse Cité des Murmures, ruines remontant aux premiers temps de la colonisation humaine de la planète, et laissées à l’abandon depuis des temps immémoriaux par les descendants un chouilla dégénérés, ou en tout cas, déculturés, de ces malheureux colons. Alors que tous les signes semblent indiquer qu’il se cache autre chose sous ces disparitions qu’un smilodon taquin ou un dodo atrabilaire, et qu’une petite voix se met à répéter en boucle à Marcus qu’il doit prouver sa valeur, tel le capitaine du Gondor qu’il était peut-être dans une vie antérieure, notre taskforce tombe dans une embuscade de locaux, qu’une influence néfaste a manifestement soumis à sa volonté, en plus de leur avoir refait le portrait avec autant de réussite que le premier chirurgien esthétique moldave venu. Les plaisanteries les plus courtes étant les moins longues, les Cœurs Valeureux ont tôt fait de buter les butors, à commencer par l’inflexible Adamanthea, qui s’offre un petit solo à l’Eviscerator (c’est plus rock que la scie musicale), pendant que le reste de son escouade la regarde œuvrer de loin avec les yeux de Chimène.

 

Cette galéjade évacuée, Marcus doit justifier à ses protectrices l’intérêt suspect que sa précieuse personne suscite visiblement chez les chuchoteurs en folie, le missionnaire ayant en effet été l’objet d’une louche tentative d’enlèvement plutôt que d’une honnête tentative de meurtre, ce qui n’arrange pas ses relations avec la méfiante Adamanthea. Cette dernière préférant consigner le zélé zélote à la sécurité du coffre de son Rhino de fonction, ce que le missionnaire, à ce stade obnubilé par l’impérieuse nécessité de prouver sa valeur, ne peut entendre, notre héros fausse manum militarum compagnie à ses chiennes de garde, et part à toute berzingue vers le cœur de la cité, mu par le sentiment impérieux que là l’attend sa destinée… et peut-être une pincée de coercition psychique.

 

Car en effet, alors que sa cavalcade éperdue l’amène jusque dans les ruines de la cathédrale locale, il réalise avec effroi que son corps ne lui appartient plus. Et pour cause, c’est sur l’invitation expresse du démon de Tzeentch qui squatte les lieux en toute impunité, et ayant bien compris l’intérêt d’ajouter un représentant Missionaria Galaxia à son réseau Linkedin, que l’aimable Amouris a fait faux bond à son escorte. Enfanté par la peur ressentie par les tribus locales envers la cité abandonnée, le truc du changement (car soyons clair, avoir le physique d’un tas de pâte à modeler Play Doh ne fait pas de vous un Duc) a lentement affermi son emprise sur le Materium, attirant toujours plus de natifs crédules vers leur perte, jusqu’à parvenir à attraper une proie un peu plus intéressante, capable de porter la parole divine sur d’autres planètes. Malheureusement pour notre fontaine de Bestigor Flesh, Adamanthea et Cie ne l’entendent pas de cette oreille, et débarquent bientôt pratiquer un peu de chirurgie réparatrice sur les séides du grand blub. Le combat est plutôt égal, à la fureur pleine de bolts des Sœurs répondant le feu arcanique des démons, jusqu’à ce qu’Ada, encore elle, entre un cheat code lui conférant une sauvegarde invulnérable, pour cause de foi indomptable envers l’Empereur. Face à tant de bassesse, et à un Eviscerator débridé, notre pauvre entité du Warp finit tout autant dépitée que débitée (en rondelles), assurant la victoire de l’Imperium, malgré des pertes sévères chez les Sistas. Ayant de son côté réalisé les errements causés par un ego surdimensionné, qui l’a laissé vulnérable aux insidieuses promesses de gloire susurrées par le démon, Marcus demande à Adamanthea sa mutation la droite de l’Empereur, que l’aimable DS lui accorde d’une caresse de son fidèle Tristar EM-41000. Moralité : mieux vaut ne pas aller au bout de ses rêves, car c’est souvent là que la raison s’achève.

 

1 : En plus de ça, comme le chef de village en question est décrit par Worley comme « étant presque de la taille d’un Peau-Verte », sans plus de précisions, je ne peux m’empêcher de me représenter ce farouche autochtone comme légèrement plus petit qu’un Snotling. Ce qui ne l’empêche pas de mener sa tribu à la baguette massue et de jouir d’une autorité incontestée, avant que les Sistas ne viennent lui apprendre les vertus de la parité à base de perforation podologique. 

 

Avis :

Soumission de bon aloi pour l’ami Worley, qui démontre à nouveau avec ce Whispers qu’il a bien compris la manière dont les démons interagissent avec le monde matériel dans l’univers de 40K, après l’intéressant The Nothings (Maledictions), qui comptait lui aussi un résident de l’Immaterium dans son casting. On peut cependant regretter que le potentiel scénaristique des voix « valeureuses » de Marcus ne soit finalement que peu mis à profit, l’auteur faisant monter la sauce au fil des pages avec une maîtrise consommée, qui ne débouchera que sur une révélation assez banale, et surtout, bien franche au vu de l’allégeance de l’antagoniste (un petit twist final aurait été de bon goût, methinks). Autre petite déception, une caractérisation des personnages un peu lacunaire, en ce que ni Marcus, ni Adamanthea ne sortent vraiment de leurs archétypes respectifs, malgré des éléments intéressants mis en relief par Worley (la vanité du missionnaire, le passé trouble de la Dominion) au cours du récit.  Malgré tout et mine de rien, Whispers reste l’une des nouvelles traitant des Sœurs de Bataille les plus abouties à ce jour (à mes yeux), notamment grâce à la bonne prise en compte par Worley du fameux « facteur foi » propre à cette faction, et qui constitue une part fondamentale de son identité et de son intérêt narratif (bien plus que le fanatisme chevillé au corps mis en avant par d’autres auteurs, qui peut être transposé à à peu près toutes les forces armées de l’Imperium, et ne constitue donc pas une caractéristique propre aux petites fiancées de Vandire). Il était une foi…

 

Fluff : 

  • Missionarus Galaxi : Administration impériale chargée de la propagation du culte impérial et de l’évangélisation des masses.
  • Sœurs de Bataille (Ordre Militant) :  L'Ordre du Cœur Valeureux (Valorous Heart) est réputé et craint pour le zèle implacable de ses membres, confinant souvent à la paranoïa. 

 

Martyr's End

Révélation

Only War/2022/15 pages

 

Intrigue :

Martyr's EndMême si elle a réussi l’impensable et réintégré les rangs des Sœurs de Bataille (en même temps qu’une armure énergétique) après avoir servi comme Repentia en expiation de ses péchés, la Sœur Supérieure Adamanthea vit toujours avec un sévère syndrome de l’imposteuse (?), persuadée qu’elle est que ses fautes ne pourront lui être pardonnées que dans la mort. Cela ne l’empêche toutefois pas d’être une meneuse charismatique et efficace sur le champ de bataille, son statut de Viventem Miraculum transformant toutes les Sistas de moins de 25 ans dans un rayon de 12 pouces en groupies (ce qui leur donne l’indémoralisable). Déployée dans une campagne contre l’Empire T’au, dont les tactiques de lâche – l’utilisation d’armes de tir – la font tourner en bourrique, elle s’est illustrée par son zèle dans la traque de tous les Xenos passant dans son périmètre, que ces derniers soient les cibles qu’on lui a attribuées ou pas. La nouvelle commence ainsi par un débitage de Kroots en règle, l’Eviscerator qu’elle a conservé de son époque punk semant la mort parmi les pauvres gallinacés.

 

A faire trop de zèle (un comble pour une Sœur de Bataille), Adamanthea a cependant pris du retard sur l’accomplissement de la mission que lui a confiée la Canonesse Lydia, à savoir l’assassinat du commandant ennemi, qui en bon otaku ne se déplace jamais sans son Exo-armure Crisis. Si une escouade complète de Dominions menée par une psychopathe endurcie maniant une épée tronçonneuse aussi grande qu’elle suffisait logiquement à régler ce problème, la fâcheuse tendance de notre héroïne fâchée à farmer tous les mobs de la map a prélevé un lourd tribut sur ses suivantes, qui ne sont plus que huit au moment où Adamanthea décide d’aller faire la peau au sniper T’au qu’elle voit décamper dans le lointain. Elle venait pourtant de promettre à Lydia de rester concentrée sur son objectif et de se rendre sans délai sur le lieu de l’embuscade. On voit que le télétravail a quand même des effets pervers en termes de management des équipes.

 

Tout à sa haine pour les Xenos, Ada ne prend pas la peine de monter une stratégie sensée pour assaillir le T’au isolé, et perd la moitié de son escouade sous les tirs du sniper et de ses drones. Elle a toutefois la satisfaction de mettre la main sur le petit homme bleu et de le plaquer violemment sur la paroi de la caverne où il s’était réfugié en lui hurlant dessus « C’EST TOUT CE QUE TU PEUX FAIRE, LOPETTE !? », avant de l’étrangler à mains nues. Féminisme 3.0 ? Je vous laisse juger. Le voile de haine qui obscurcissait ses sens finit cependant par se dissiper, lui faisant réaliser à quel point sa conduite erratique et ses décisions irréfléchies ont causé du tort à ses Sœurs, trop contentes de côtoyer une presque sainte pour mettre en question son commandement incertain.

 

Pour ne rien arranger, Lydia rappelle Adamanthea pour l’informer que le commandant T’au a dépassé le point où elle était censée le prendre en embuscade, et a commencé à dégommer les aéronefs impériaux passant à sa portée. Une Valkyrie s’écrase à proximité pour illustrer les dires de la Canonesse, et plonger notre héroïne dans les abîmes du remords. Intimant l’ordre à ses dernières Dominions de retourner au bercail, elle se met en tête de réparer ses torts en solotant l’Exo-armure, ou, plus probablement, en mourant glorieusement dans la tentative. Et ça tombe bien, car qui arrive en voletant de rocher en rocher ? Le grand Schtroumpf en personne…

 

Révélation

…Adamanthea n’avait cependant pas réalisé à quel point elle était populaire parmi les Sistas, puisque son escouade revient sur ses pas et ouvre le feu sur le Gundam de 40K, s’attirant ses foudres son plasma, mais permettant à la Sœur Supérieure d’arriver au contact de l’énervante machine. S’engage alors un combat physique aussi bien que mental, qui finit par une posture peu commune pour la littérature de la BL : Adamanthea, juchée à l’arrière de l’Exo-armure, et tentant de toute ses forces de lui arracher la tête à main nue, pendant que le commandant T’au enclenche le mode « taser de surface » pour griller l’insistante mais insaisissable furie collée à sa carlingue. A ce petit et stupide jeu, la foi absolue d’Adamanthea (et sa résistance à la douleur) finit par triompher, laissant la Crisis désorientée et son pilote à portée de gantelet. Un crochet du droit bien envoyé plus tard, le Xenos rejoint le Bien Suprême et Adamanthea est libre de se replier vers le QG impérial, emportant avec elle la Sœur Iris, qui a miraculeusement survécu à l’arsenal du leader T’au. Cela fait beaucoup de points de foi claqués d’un coup, mais cela en valait certainement la peine.

 

Avis :

Les Sœurs de Bataille se cherchaient depuis longtemps un auteur de la Black Library à même de rendre justice à leur zèle et leur ferveur incomparables, et leurs prières ont été entendues par l’Empereur (ou par Nottingham, ce qui revient au même). Alec Worley démontre en effet avec ‘Martyr’s End’ sa parfaite compréhension de la psyché particulière de cette faction, en mettant en scène une ex-Repentia dont la rage de vaincre donnerait des complexes à un Berserker de Khorne. Sœur Adamanthea est un savant mélange de brutalité maniaque1 et de découragement profond, et la dévotion totale qu’elle inspire à son escouade, quand bien même sa capacité à donner des ordres sensés est logiquement questionnée par ses ouailles, est pour moi une des représentations les plus inspirées que j’ai pu lire de l’état d’esprit des guerrières de l’Adeptus Sororitas. Pour ne rien gâcher, Worley parvient à garder un vrai suspens jusqu’au bout de son histoire, la recherche d’un glorieux martyre d’Adamanthea rendant plus que probable sa mort au combat. Une nouvelle d’action sans compromis et authentiquement grimdark, à conserver et vénérer comme une sainte relique par les fans des Sistas.

 

1 : Mais crédible d’un point de vue fluff, même quand elle décapsule une exo-armure T’au à mains nues. Une différence notable avec une certaine Augusta Santoris, je dois dire.

 

Fluff :

  • Kroots (Constitution) : Ces Xenos ont un sang vert foncé (rq : compte tenu de la nature très évolutive de l’espèce, la couleur change peut-être en fonction des individus).

 

Autres (2)

 

The Nothings // Les Nullâmes logo-whr.png merci @Red Qafe !

Révélation

Maledictions/2019/43 pages

 

Intrigue :

Red Qafe :

Dans une vallée isolée se trouve un village. Les habitants ne DOIVENT PAS quitter la vallée. Celle-ci est entourée de pierres gardiennes qu'ils ne doivent pas dépasser.


Pourtant, il est notoire que plusieurs d'entre eux sont nés EN DEHORS de la vallée, et y ont été apportés alors qu'ils venaient de naître. Certains se posent des questions, mais on leur répond de s'en tenir à leurs croyances en le Père Cornu.

Un jour, une des ado ou préado, déjà mal vue parce qu'elle pose trop de questions, passe les pierres. Malheureusement pour elle, le reste du village s'est rendu compte de ce qu'elle veut faire et la poursuit.


Un garçon de son âge la voit alors qu'elle vient de passer les pierres... et qu'elle revient en courant, terrifiée. Derrière elle, des ombres la poursuivent !!! Le garçon parvient à l'aider à revenir à l'intérieur, mais les pierres se désagrègent sous leurs yeux, laissant entrer les ombres dans la vallée. Des ombres dont la proximité leur fait mal à la tête.


Les deux ados parviennent tant bien que mal à échapper aux ombres mais entendent des bruits de combat venant du village. La fille se sent responsable de ce qui arrive, des monstres sont en train de détruire leur village !

 

Révélation

Ils se retrouvent obligés de passer sous une cascade, et finissent par découvrir une sorte de tunnel creusé sous la statue du Père Cornu. Un tunnel qui rejoint d'autres tunnels, aux parois en métal... Il y a un réseau de tunnels cachés sous la vallée !


Mais ils sont toujours poursuivis par les ombres. Ils finissent par se retrouver face à une porte, et... par désespoir ils la défoncent sans la toucher !!


Poursuivant leur route, ils finissent par déboucher dehors, toujours poursuivis par les ombres. La nuit est tombée. Ils prient le Père Cornu de leur envoyer de l'aide, et il finit par leur répondre en leur envoyant ce qui semble être un de ses avatars, une monture qui pourrait aider l'un des deux à fuir. Le garçon met la fille sur le dos de l'animal et tandis qu'elle s'éloigne, il finit par être rattrapé par les ombres, non sans s'être défendu... et avoir arraché une oreille à l'une d'elles !

 

Les ombres... Sont des Sœurs du Silence !!! Une novice de l'ordre, n'ayant pas encore prononcé son vœu de silence, peut parler avec le garçon. Elle lui explique qu'elles ne leur veulent pas de mal, que les gens du village ne sont pas morts. Elles veulent surtout les protéger de ce qui pourrait arriver s'ils ne font pas attention... Les pierres protégeaient la vallée du regard des Sœurs, elles savaient qu'il y avait quelque chose mais ne pouvaient le voir. Les pierres empêchaient aussi les villageois de développer leurs pouvoirs... car ce sont des psykers !

 

Le garçon se rend compte que l'avatar du Père Cornu est en fait un monstre ! Il dit aux Sœurs que cette chose doit être arrêtée avant qu'elle ne consume la fille. Les Sœurs sont encore plus inquiètes (un démon pourrait utiliser la psyker pour ouvrir un portail laissant entrer d'autres démons). S'ensuit une grande bataille des Sœurs contre le monstre. La fille est sauvée.


Alors qu'ils attendent la navette qui va les mener au Vaisseau Noir, le garçon a une vision, il la voit, resplendissante, puissante, massacrant des ennemis au nom de l'Empereur (le vrai nom du Père Cornu)... jusqu'à ce qu'elle se fasse à son tour tuer par un monstre ! (et lui... servira sans doute de combustible au Trône d'Or)

 

Schattra :

La tranquillité monotone mais heureuse du Berceau, une vallée isolée abritant un village l’étant tout autant, est sur le point de vole en éclats, condamnant les ouailles du Roi Cornu à un destin des plus incertains. Responsables involontaires de cette rupture du statu quo qui perdurait depuis des générations, le jeune chasseur Cade et la scribe rebelle Abigael ont en effet déclenché la colère des Riens (The Nothings), ces mystérieux croquemitaines qui sont réputés hanter les étendues sauvages au delà du Berceau. Pour leur défense, nos tourtereaux n’avaient que peu d’options à leur disposition, l’impertinence et les questions incessantes d’Abigael ayant fini par creuser un fossé infranchissable entre la forte tête et le reste de sa communauté, qui ne se montre guère surprise lorsque l’objectrice de conscience demeure introuvable alors que tous se préparent à la fête de la moisson. Problème, cela ne peut signifier qu’une chose : Abi a pour projet de partir à la découverte du vaste monde, ce qui va à l’encontre des lois les plus sacrées du Roi Cornu, qui retirera sa protection aux habitants du Berceau et les laissera vulnérables aux maléfices des Riens, si un seul de ses fidèles passe les pierres gardiennes délimitant son domaine. Dans le plus grand des calmes, les Bercelais décident donc de partir à la chasse à la gueuse, préférant de loin perdre une brebis galeuse que de risquer l’ire de leur dieu caprin.

 

Refusant de se rendre coupable du crime que fomentent ses concitoyens, Cade parvient à leur fausser compagnie à son tour, et, tirant profit de ses talents de traqueur, se lance à la poursuite de sa dulcinée. S’il arrive trop tard à la frontière pour dissuader cette dernière de commettre l’irréparable, il a toutefois la joie de la voir réapparaître peu de temps après, brushing défait et toilette dérangée, visiblement poursuivie par un chasseur dissimulé par les hautes herbes marquant le début des terres extérieures (Lands Beyond), et ne pouvant être qu’un Rien ! Ayant pu constater que ses fidèles hachettes de jet ne connaissaient pas leur succès habituel sur ce type de proie, klong métallique à l’appui, Cade cesse rapidement de faire le kéké et se laisse convaincre par Abigael de rejoindre la sécurité du Berceau. Malheureusement pour nos tourtereaux, la malédiction du Roi Cornu est bel et bien sur eux, comme l’explosion soudaine des pierres gardiennes le démontre bientôt. Seule consolation pour les gaffeurs, leur perception du monde extérieur semble se clarifier jusqu’à des niveaux inédits, montée de version certes utile quand on veut gagner des followers Instagram, mais de peu de secours lorsque les monstres des légendes locales viennent prendre de vos nouvelles.

 

S’en suit un long épisode de fuite éperdue, Cade et Abigael parvenant à trouver une galerie à travers les montagnes, débouchant sur un portail scellé qu’ils arriveront toutefois à ouvrir, sans trop savoir comment, pour au final parvenir une nouvelle fois dans les terres extérieures. N’ayant plus guère le choix que de pousser toujours plus avant, les Riens n’étant jamais très loin derrière eux, les amants maudits poursuivent leur course folle à travers champ (de maïs pour le coup), sans parvenir à distancer leurs poursuivants. En désespoir de cause, Cade se met à prier le Roi Cornu, l’implorant de protéger sa bien-aimée du péril qui les guette… et a la surprise de voir son souhait s’exaucer, par l’intermédiaire de la matérialisation de l’avatar de la divinité, le fameux Faune Follet (Faun Light) – en vrai c’est une grosse biquette verte, mais c’est moins la classe –. Juste le temps de remettre la donzelle aux bons soins de cet Uber bêlant, et Cade, en bon chevalier bouvier servant qu’il est, dégaine sa dernière francisque, Cabrelle1, et se tient prêt à vendre chèrement sa peau alors que les Riens convergent sur sa position…

 

Révélation

…et se révèlent être, comme le lecteur l’aura certainement deviné, des Sœurs du Silence. Tout s’explique donc à peu près normalement, sauf pour Cade qui, tout à son zèle et à sa terreur – et son mal de crâne persistant, comme vous pouvez l’imaginer – a besoin d’être calmé manu militari par une grande chauve à la chaussure noire2, rendue un peu chafouine par la perte d’une oreille par un Cade nerveux de la hachette. Fort heureusement, l’escouade de Sistas dispose d’une porte-parole toute désignée, sous la forme de leur stagiaire Maia, qui peut brosser au jeune psyker un tableau rapide de la situation.

 

Ayant réussi à lui faire comprendre qu’il était dans son intérêt, et dans celui de sa chè(v)re et tendre, de coopérer, Maia et ses comparses se lancent à la poursuite de la chèvre de Mr Zuvassin, guidées par un Cade toujours méfiant, mais commençant à réaliser qu’il était le héros d’une nouvelle se passant dans un univers grimdark, et non dans un monde de high fantasy propret et bien famé, où les apparitions miraculeuses de patronus sont à prendre au premier degré. La suite des évènements donne évidemment raison à cette approche pessimiste des choses, l’innocente Blanquette s’étant muée en Ghorgon dans le court laps de temps s’étant écoulé entre la fuite d’Abigael et ses retrouvailles avec son aimé. Se nourrissant de la force psychique de sa protégée, la bestiole se révèle être très dure au mal, et sa capacité à regénérer de ses blessures de manière quasi instantanée, avant de disparaître sans laisser de traces, n’est pas sans poser quelques problèmes aux braves Sistas.

 

Pressentant que c’est à lui de mettre un point final à cette tragique histoire, Cade s’éclipse discrètement et, guidé par son goat sense, parvient à trouver le pied à terre où Abi et Djali se reposent. Incapable de convaincre la première de la duplicité de la seconde, il décide de prendre le chevreau par les cornes et balance littéralement tout ce qu’il a à la tête de l’imposteur. Son manque d’expérience et de maîtrise lui coûte cependant très cher, même s’il parvient à méchamment méchouiser le démon, qui se fait prestement bannir par une Abigael que le danger couru par Cade a finalement sorti de sa torpeur. Il est malheureusement trop tard pour notre héros, totalement grillé par son coup d’éclat. Ironie terminale pour pâtre sur le point de passer ad patres, il n’est même pas capable de prévenir Abigael du sinistre destin qui l’attend, ainsi que tous les psykers du Berceau, si elle suit les Sœurs du Silence qui viennent d’arriver sur les lieux. Son free ride dans le Warp lui a en effet révélé la manière dont l’Imperium met à profit ce type particulier de mutant, ce qui n’a rien de très sexy, reconnaissons-le. Moralité : (black) ships go to heaven, goats go to hell.

 

1 : Ça veut dire chevreau en occitan. Je marque des points de style.

 

2 : Je n’invente rien en plus. C’est tout ce qu’il y a de plus canon.

 

Avis :

Red Qafe :

C'était pas mal comme histoire, on passe un bon moment sans se rendre compte que c'est du 40k.

 

Schattra :

Cette longue nouvelle d’Alec Worley est intéressante à plus d’un titre. On pourra d’abord noter le soin que l’auteur prend de laisser hors de son récit tout élément pouvant le raccrocher de manière formelle et définitive à l’une ou l’autre des franchises de Games Workshop, jusqu’à la révélation qui prend place à la moitié de la nouvelle. Le suspens a ici fait long feu, du fait des balises placées en début de chronique, mais pour un lecteur découvrant The Nothings via Maledictions, la situation n’est clarifiée que tardivement dans l’histoire, ce qui est un parti pris digne d’éloges de mon point de vue. Cela permet en effet de rappeler que l’Imperium de Pépé est inconcevablement vaste, et que sur un nombre significatif de mondes, les connaissances que le Zhobbyisite moyen considère comme tout à fait triviales sur la situation du 41ème millénaire feraient tomber en syncope Mr et Mme Toulemonde. Worley s’amuse également à dépeindre les conséquences, souvent minimes mais parfois rédhibitoires, de l’éloignement et de l’isolement pour des planètes de second ordre, bien souvent laissées pour compte par l’Administratum une fois leur dîme payée. Ici, c’est l’Empereur lui-même qui en fait les frais, une couronne de lauriers mal dessinée et estompée par le temps ayant transformé le Maître de l’Humanité en Bestigor aux yeux des dévots Bercelais, sans que ces derniers soient conscients du terrible blasphème qu’ils commettent à leur insu.

 

La deuxième partie du récit, plus classique, permet toutefois à l’auteur de traiter quelques thèmes centraux du lore de 40K1, là encore avec une liberté et une fraîcheur de ton qui changent agréablement de l’ordinaire du lecteur de la BL. Même l’inclusion de factions bien connues de ce dernier prend une tournure assez particulière lorsque vu sous le prisme d’un couple de bergers naïfs, et pas d’une escouade de Space Marines ayant potassé leur Codex. À titre personnel, et pour faire le lien avec le thème du recueil dans lequel la nouvelle figure, j’ai apprécié le parti pris grinçant, mais fondé, de Worley sur ce qu’est l’horreur absolue pour le héros de sa soumission. Cade aura en effet de nombreuses opportunités de réévaluer sa position sur le sujet au cours de la nouvelle, et son ultime opinion risquerait fort de faire tiquer les Hauts Seigneurs de Terra, alors que notre chasseur stagiaire avait été un modèle de dévotion (un peu dévoyée il est vrai, mais pas de manière volontaire) à l’Empereur jusqu’à ce point. Que voulez-vous, toutes les vérités ne sont pas bonnes à connaître…

 

On pourra à la rigueur reprocher à The Nothings sa très (trop) longue séquence de course poursuite centrale, qui aurait gagné à être expédiée plus rapidement, ainsi que quelques WITJH2 commodes d’un point de vue scénaristique, mais assez délicats à justifier dès lors qu’on se penche sur la question. Sans doute un détournement professionnel, sans grande conséquence il faut le reconnaître, de la part de Worley, qui est auteur de comics à la base et connaît donc l’importance d’une narration rythmée. Reste que cette nouvelle demeure une lecture des plus satisfaisantes, qui changera agréablement le briscard de la BL de son ordinaire SF. C’est toujours mieux que… rien (pun intended).

 

1 :

Révélation

Par exemple, pourquoi est-ce une mauvaise idée de laisse ses psykers sans surveillance ?

 

2 :

Révélation

Well, It Just Happened qu’un Vaisseau Noir passait à proximité du Berceau au moment où Abigael décidait de se faire jeune fille au pair dans les terres extérieures. Comment expliquer sinon que les Riens se soient abattus sur le Berceau avec une telle rapidité ? 

 

Fluff

  • Soeurs du Silence (formation) : À la sortie de leur Noviciat, les Soeurs du Silence prêtent le Voeu de Tranquillité (Vow of Tranquillity), qui leur défend l’usage de la parole. Les escouades de Soeurs doivent souvent recourir à une novice pour interagir avec la population locale lorsqu’elles vont sur le terrain.
  • Vaisseaux Noirs : Ils ont une capacité totale de plusieurs millions de psykers (rq : c’est beaucoup compte tenu de la rareté supposée du gêne psyker chez les humains).

 

Stormseeker

Révélation

On Wings of Blood/2019/20 pages

 

Intrigue :

BLPROCESSED-Stormseeker.jpgRattaché à une expédition punitive menée par les Deathwolves envers une cabale de pillards Drukhari, le Prêtre de Fer Anvarr Rustmane se retrouve contraint et forcé de participer à une frappe éclair contre les insaisissables Xenos à la surface du monde désolé et désolant de Vityris, où ces derniers ont capturé les résidents d’une station de recherche. Piégés sur place par les manigances d’une faction rivale, les Drukhari constituent une cible rêvée pour les Space Wolves avides de revanche, à condition que ces derniers ne traînent pas en route. Cette fenêtre de tir réduite ne fait cependant pas le bonheur de Rustmane, dont la récente communion avec l’Esprit de la Machine de son Stormwolf lui a appris que ce dernier ne se contenterait plus de la pelisse puante et pleine de vermine qui lui servait jusqu’à présent de pare-givre. N’ayant pas pu trouver de relique convenable pour apaiser ce caprice imprévu, le Prêtre de Fer doit donc braver le déplaisir de sa monture et emmener sa cargaison de Griffes Sanglantes chanteurs jusqu’à la surface de Vityris, quoi qu’il en coûte.

 

La mission de notre héros se voit davantage compliquée par l’arrivée soudaine sur les lieux de l’empoignade d’un trio de Razorwings, mené par la sœur de l’Archonte en rade, forçant Rustmane à mener sa propre escadrille de Stormwolfs et Stormfangs à l’assaut des invités surprises. Jongler entre le déplaisir de son vaisseau, les appels en absence du Garde Loup Skaldr Frostbiter, en charge de la mission1, et les intentions meurtrières des Tom-Tom et Nana Drukhari ne sera pas une partie de plaisir, mais Rustie a suffisamment de bouteille et de bouteilles (boire ou conduire, pourquoi choisir ?) pour mener à bien cette mission…

 

1 : Harald a dû emmener Icetooth chez le vétérinaire pour lui tailler les griffes.

 

Avis :

Drôle de soumission de la part d’Alec Worley, qui prend avec Stormseeker le contre-pied d’un certain nombre d’éléments établis du fluff, pour un résultat qui, s’il ne peut pas être qualifié de désagréable, et se révèle même être assez distrayant par son parti pris assez léger, ne s’inscrit pas vraiment dans l’atmosphère générale du 41ème millénaire. Personnage haut en couleurs, Anvarr Rustmane n’est pas le moindre des éléments perturbateurs de cette histoire, sa tendance à l’alcoolisme et à l’accumulation compulsive de reliques plus ou moins ragoutantes, tranchant fortement avec l’image classique du Techmarine tel que le lecteur se le représente. Accompagné de son loup mécanique Cogfang (disposant de l’option « tonnelet de mjod intégré », en bon Saint Bernard grimdark), Rustmane ne se départit jamais de sa bonne humeur, mis à part lorsque les Griffes Sanglantes qu’il transporte dans son Stormclaw se mettent à chanter un peu trop fort, ce qui ne doit pas arranger sa gueule de bois fer persistante. Cette approche décomplexée de la guerre est émulée par Frostbite, jamais avare en petites blagues alors même qu’il emmène ses guerriers au front1, tandis que de l’autre côté du champ de bataille, le véritable amour fraternel qui semble unir Iruthyr et Izabella Xynariis est assez surprenant de la part de ressortissants de Commoragh.

 

Difficile d’en vouloir à Worley cela dit, quand on considère ce que la Black Library lui a demandé, c’est à dire une nouvelle dithyrambique sur les Stormwolf et Stormfang, probablement les aéronefs 1) les moins aérodynamiques de la gamme 40K, et 2) équipés de l’arme la plus cartoonesque de l’arsenal impérial (je veux bien sûr parler du mirifique canon Helfrost, tout droit tiré du Batman & Robin de 1997). C’est dans ce genre de situation que l’on comprend mieux pourquoi on parle de l’humour comme la politesse du désespoir…

 

1 : D’ailleurs, sa harangue héroïque se trouvera brutalement interrompue par une fléchette empoisonnée Drukhari en pleine gorge, sans autre effet indésirable qu’une sévère crise d’épilepsie et une blessure mortelle de son amour-propre. Pour citer le sage Tuco : « When you have to shoot, shoot. Don’t talk ».

 

Fluff :

  • Space Wolves (Vaisseau nommé) : Le croiseur d'attaque Ragnarök, rattaché à la Grande Compagnie des Deathwolves. 

 

 

Alex Hammond (5) logo-nda.png

Révélation

 

Alex Hammond fit partie des tout premiers contributeurs de la Black Library, au temps du lancement du projet par Games Workshop à la fin du dernier millénaire. Spécialisé dans le riant 41ème millénaire, on lui doit une poignée de nouvelles à forte teneur en Gardes Impériaux (‘Emperor’s Grace’, ‘Ancient Lances’) et en marginaux urbains (‘A World Above’, ‘Rat in the Walls’, ‘The Demon Bottle’). Il a depuis embrassé la carrière d’auteur professionnel, avec deux romans criminels à son actif (‘Blood Witness’ et ‘The Unbroken Line’).

 

Emperor’s Grace

Révélation

Into the Maelstrom/1999/21 pages

 

Intrigue:

Hammond propose au lecteur de suivre la lutte pour la possession de la planète d’Olstar Prime entre Impériaux et Eldars par les yeux de deux personnages aux vues radicalement divergentes sur la question. Au zèle fanatique du Commissaire Streck s’oppose en effet le pragmatisme du Lieutenant Catachan Lownes, et alors que le premier se tient prêt à sacrifier jusqu’au dernier soldat pour repousser les Xenos, le second serait plutôt du genre à filer à l’anglaise avec les survivants de son unité avant que les zoneilles ne massacrent tout le monde. Pressé par le temps et surveillé de près par un Streck ayant mal digéré le retrait stratégique ordonné par Lownes, notre Lieutenant tire au flanc arrivera-t-il à mener son projet de désertion à bien ?

 

Avis:

À y regarder de plus près, Emperor’s Grace n’est pas tant une nouvelle que le développement sur une vingtaine de pages par Hammond du dilemme classique du Garde Impérial : est-il vraiment condamnable de chercher à sauver sa peau plutôt que de voir sa vie sacrifiée par des officiers indifférents pour la défense d’une planète insignifiante ? Ce parti pris aurait pu être payant si l’auteur avait réussi à répondre à cette question, somme toute centrale dans l’univers violent et totalitaire de Warhammer 40.000, de manière convaincante et/ou originale. Au lieu de ça, Hammond termine son propos avec un piteux WIJH1, laissant un fort goût d’inachevé au lecteur à la fin d’Emperor’s Grace (dans la même veine, mais pour Warhammer Battle, on retrouve The Last Charge d’Andy Hoare). À oublier.

 

1:

Révélation

Well, It Just Happened que la personne qui devait permettre à Lownes et ses hommes de quitter la planète s’est pris un missile Eldar dans le buffet, ce qui condamne les Catachans à se battre aux côtés des défenseurs d’Olstar Prime.

 

Fluff:

  • Catachan (équipement): Les Gardes de  Catachan utilisent des drogues de combat, leur permettant d’ignorer la plupart des blessures et augmentant leur endurance de manière significative.
  • Catachan (rites de combat): Les officiers de Catachan honorent la mémoire d’un homme tombé au combat en s’entaillant l’avant-bras, puis en déposant un peu des cendres du mort dans la plaie afin d’obtenir une cicatrice rituelle.
  • Catachan (culture): Il semble que les natives de Catachan aient les cheveux coupés aussi court que leurs homologues masculins.

 

Ancient Lances

Révélation

Into the Maelstrom/1999/22 pages

 

Intrigue:

40k_ancient-lances.pngDe retour sur son Attila natale après des années de bons et loyaux services, le commandeur Al’Kahan découvre avec stupeur que son monde et ses compatriotes se sont détournés de leur mode de vie ancestral, et se font exploiter sans vergogne par les marchands de l’Imperium. Outré par cette infamie, il rejoint ce qu’il reste de sa tribu, et l’entraine dans une vendetta sanglante contre des voisins indélicats, ayant fait leurs les pâturages et les troupeaux des clans environnants. La victoire acquise, il repart aussi sec dans le vaisseau par lequel il est arrivé, ayant visiblement décidé de passer sa retraite ailleurs que de ce bled paumé. Merde, ils n’ont même pas la wifi.

 

Avis:

Si Ancient Lances s’avère plus consistant qu’Emperor’s Grace (dont le personnage principal, le Commissaire Streck, fait deux brèves apparitions en début et fin de nouvelle, sans qu’on comprenne trop ce qu’il vient faire dans cette histoire1), la seconde publication d’Alex Hammond comporte elle aussi son lot d’imperfections. On notera tout d’abord que l’auteur orthographie « Atilla » la planète d’Al’Kahan, ce qui laisse planer un gros doute aussi bien sur sa maitrise du background de la Garde Impériale que sur son niveau de culture générale. Deuxièmement, la meilleure progression narrative d’Ancient Lances par rapport à Emperor’s Grace (comprendre que la première se termine de manière un peu plus compréhensible que la seconde) n’empêche pas Hammond de perdre le lecteur par endroits, la faute à une absence de mise en exergue de points importants pour la compréhension de son propos.

 

Par exemple, lorsqu’Al’Kahan sort du vaisseau spatial qui l’a ramené sur Attila au début de la nouvelle, il se fait contrôler par deux Gardes Impériaux d’un autre régiment, qui lui demandent de présenter ses papiers. Notre héros s’exécute… et leur casse la gueule. Violence gratuite d’un vétéran psychotique ? Pas exactement, les victimes d’Al’Kahan appartenant au XIIIème régiment de Prakash, sauvé de la destruction quelques pages plus tôt par le sacrifice de la cavalerie Attilane. On peut donc comprendre que le vieux commandeur n’ait pas apprécié l’intervention des Prakashiens, et le leur ai fait savoir de manière appuyée. Seulement voilà, Hammond ne facilite pas ce travail de déduction, puisqu’il ne prend pas la peine de rappeler de manière explicite la cause de la rancune d’Al’Kahan envers ces deux pauvres bidasses, (trop) confiant qu’il est dans la capacité du lecteur à faire le lien entre les trois micro-passages où est mentionné le XIIIème Prakashien (dispersés sur neuf pages). Faut pas baisser la garde.

 

J’ai également eu du mal à accrocher au personnage d’Al’Kahan, vétéran couturé aux motivations aussi nébuleuses que son sens tactique2. Comme le fait remarquer le méchant de l’histoire juste avant de se faire trucider par le Zapata des grandes steppes, notre héros a beau gueuler contre les ravages de la galaxisation (c’est le même principe que la mondialisation, mais à l’échelle supérieure) sur Attila et se faire le défenseur des anciennes traditions de la planète, il ne se gêne pas pour utiliser l’arsenal de la Garde Impériale, beaucoup plus avancé que les armes de fer et de corne utilisées par ses compatriotes, afin de faire triompher sa cause. Bref, faîtes ce que je dis, mais ne regardez pas comment je le fais. On notera aussi qu’Al’kahan se barre juste après la victoire de son camp (abandonnant une deuxième fois sa femme et son - second - mari, mutilé par ses bons soins au passage), très probablement pour prendre possession de la province d’un autre monde lui ayant été promise en récompense de ses impeccables états de service. C’est ce qu’on appelle avoir de la suite dans les idées.

 

Toutefois, Ancient Lances est toutefois plus sympathique que pénible, en grande partie grâce aux détails de fluff apportés par un Hammond assez crédible dans son propos. Cette nouvelle a également le mérite de traiter des frictions pouvant naître de la rencontre de plusieurs cultures d’un niveau technologique très différent, sujet intéressant à aborder dans le cadre d’un empire galactique d’un million de mondes, où cette question doit évidemment se poser de manière récurrente sur pas mal de planètes. En conclusion, si vous ne deviez lire qu’un seul texte de Hammond, c’est celui-là que je vous recommande, et de loin.

 

1: Ancient Lances se déroule un peu avant Emperor’s Grace, mais les deux nouvelles n’ont d’autre point commun que la présence de Streck dans l’un et l’autre. Je n’ai d’ailleurs pas bien compris pourquoi Ancient Lances figure après The Emperor’s Grace dans Into the Maelstrom, soit à l’inverse de l’ordre chronologique. Peut-être Hammond avait-il pour projet de développer une série dont Sterck serait le héros ? Malheureusement pour lui, Ibram Gaunt (et plus tard Ciaphas Cain) avait déjà pris la place du Commissaire héroïque au sein de la Black Library.

 

2: « Salut tout le monde, c’est Al’Kahan ! Ça fait 30 ans que je vous ai quitté, mais maintenant que je suis revenu, vous allez tous faire exactement ce que je dis. »

« Et pourquoi ? »

« Parce que sinon, je vais devenir très méchant. Et comme presque tous les hommes en âge de se battre sont morts, je ne vois pas comment vous pourriez m’empêcher de devenir le nouveau chef de tribu. D’ailleurs, voilà la femme que j’ai épousée juste avant de partir me battre pour l’Empereur (je suis un vrai gentleman). Elle n’a pas l’air très contente de me voir, mais je vais lui offrir la main tranchée de son deuxième mari, ça lui fera plaisir. »

« Bon ok. On n’a pas le choix de toute façon. Mais on te prévient, on s’est fait volé tout notre cheptel par le clan d’à côté, dont le chef a construit une forteresse imprenable depuis laquelle il pille les terres alentours en toute impunité. »

« Pas de problème, j’en fais mon affaire. En ma qualité de soldat vétéran, je vous propose ce plan infaillible : nous allons charger les murs de son bastion à cheval, comme on le faisait à mon époque ! »

« C’est complètement con. »

« Et toi, à la prochaine remarque désobligeante, t’es complètement mort. Nan, mais en fait, je vous ai ramené quelques lances à têtes explosives, ça devrait faire de gros trous dans les murs, qui nous permettront de passer. »

« Ok, mais comment on arrive à s’approcher assez près pour utiliser ces armes fabuleuses ? La forteresse est entourée de pieux en acier, spécialement conçus pour briser une charge de cavalerie. »

« C’est pas un problème, j’ai également un fusil plasma, qui me permettra de détruire ces obstacles pendant notre glorieuse chevauchée ! »

« Heu, tu veux dire avant notre glorieuse chevauchée, non ? Genre on envoie un éclaireur préparer le terrain pour éviter les mauvaise surprises. »

« Pas du tout, on charge comme des débiles un ennemi bien retranché et mieux armé que nous, en faisant une confiance aveugle à mes talents de tireur. C’est non négociable. »

« C’est complètement c- »

 

Fluff:

On apprend pas mal de choses sur la culture Attilane dans Ancient Lances, et c’est cette caractéristique qui permet à la nouvelle de se distinguer de la concurrence. Avis donc aux amateurs de cavaliers moghols steampunk : vous avez trouvé votre texte de référence.

 

  • Attila (armes): L’armement traditionnel d’Attila inclut des dagues, des sabres, des lances et des disques de lancer. Les guerriers recrutés par l’Imperium reçoivent en sus des fusils laser et des lances d’acier à têtes explosives, assez puissantes pour détruire des pièces d’artillerie et abattre des fortifications.
  • Attila (faune): La faune d’Attila se compose principalement de chevaux (évidemment), mais également de bisons, chassés/élevés pour leur viande et leur peau, et de poules du désert (desert hen).
  • Attila (culture): Les Attilans mâles portent traditionnellement une longue barbe tressée, et le passage à l’âge adulte est célébré par la réalisation de cicatrices rituelles sur le visage et le limage des dents en pointe.
  • Attila (croyances): Les étoiles sont considérées comme les yeux des ancêtres.

 

A World Above logo-nda.png

Révélation

Status : Deadzone/2000/19 pages

 

Intrigue:

nda_a-world-above.pngAldus Harkon occupe la noble profession d’organisateur de voyages pour CSP+, et nous le suivons jusqu’au lieu de prise en charge de ses derniers clients en date, une petite bande de gosses de riches surexcités à l’idée de s’encanailler dans les favelas d’un pays du tiers monde. Comme notre histoire se passe sur la ruche Primus de Necromunda, il faut toutefois apporter quelques nuances à ce tableau jusqu’ici fort banal. Le service que propose Harkon tient en effet plus du safari que de l’escapade touristique boboïsante, avec les résidents du sous-monde dans le rôle de la faune sauvage et des Spyriens sur-équipés dans celui des dentistes américains1. Ayant manqué de se faire écraser par le vaisseau des fils et filles de Guilders lors de son atterrissage sur le tarmac, alors qu’il tuait le temps en glaviotant d’un air pénétré sur le rebord de la ruche, notre flegmatique et phlegmatique G.O. rassure ses Ran’Lo de clients sur la qualité de la prestation qu’il leur a vendue : il y aura de l’action et du fun à gogo pour les gogos, ce n’est pas la première excursion en terre inconnue qu’il organise, que diable !

 

Un peu plus tard et beaucoup plus bas, nous faisons la connaissance de Knife-Edge Liz, chef d’un gang d’Eschers dont la grande majorité des membres vient de connaître une fin brutale. Elle-même un peu esquintée par un combat d’une violence telle qu’elle a du mal à s’en souvenir, elle ne peut que constater que ses filles se sont faites féminicider de manière contondante, tranchante et pénétrante, ce qui en dit long sur les standards de gender equality à Necromunda. Quelques flashbacks épars et pas vraiment linéaires permettent au lecteur de recoller les morceaux de cet après-midi décidément très agité : mises sur un mauvais coup par Harkon, Liz et son gang ont vu leur projet d’embuscade d’une cargaison de matos Orlock échouer de façon spectaculairement sanglante, les chasseuses tombant dans le piège tendu par les Ran’Lo présentés plus haut. Dans l’affrontement qui s’en suivit, Liz vit périr ses BFF Bekka (Corinne Masiero avec un bolter lourd) et Kat (la Princesse Peach, mais en plus empotée) sous les coups des assaillants, ce qui la mit suffisamment en rogne pour lui permettre d’exterminer à elle seule la totalité de l’équipe adverse. Performance aussi impressionnante que statistiquement improbable, pour qui est familier du système de jeu, mais toujours est-il que Liz termine la partie comme Last Woman Limping, ce qui est toujours ça de pris.

 

Attirée par les gémissements de l’une de ses victimes/bourreaux, rendue aveugle par un coup pris à la tête, Liz fait preuve d’un peu de compassion en accompagnant la future macchabée dans ses derniers instants. Cela lui permet de réaliser qu’en dépit des différences de culture, statut et richesse qui les séparent, la Spyrienne et elle sont très similaire… ce qui est une raison de plus de la laisser crever comme un rat sur un tas d’ordures. Personne n’est gentil ni altruiste dans le sous monde, et chaque mort douloureuse est amplement méritée.

 

La nouvelle se termine avec une nouvelle rencontre entre Harkon et ses clients, réduits à leur portion congrue du fait de la disparition tragique de tous les Spyriens dans l’échauffourée précédemment exposée. Et de fait, c’est Liz qui a pris la place de sa dernière victime en date dans l’exo-squelette de celle-ci pour donner le change à l’onctueux intermédiaire. Comme elle l’annonce à un Harkon qui risque de passer un sale quart d’heure, la traque ne fait que commencer…

 

1 : Un jour cette référence sera complètement obscure pour le lecteur, mais j’ai bon espoir qu’en 2021, elle soit encore compréhensible.

 

Avis:

On ne va pas se le cacher, les Spyriens font partie des factions de Necromunda au fluff le plus intéressant, et toute nouvelle les intégrant à son casting jouit donc d’un a priori favorable de la part de votre serviteur. Le capital sympathie de ‘A World Above’ est toutefois grandement dilapidé par Alex Hammond dans la série de flashbacks assez obscurs qui constitue le cœur de son propos, et à travers laquelle le lecteur finit par comprendre pourquoi et comment Liz et une Spyrienne aveugle sympathisent (presque) après que la poudre ait fini de parler. Cette intrigue a beau être intéressante dans l’absolu, et se terminer de façon convenablement grimdark en sus, l’exécution n’est pas aussi propre qu’il aurait été souhaitable pour un plaisir de lecture optimal. On n’est pas passé loin de la pépite Necromundienne, et la suite des aventures vengeresses de Knife Edge Liz (‘Rat in the Walls’) pourrait être franchement sympathique si Hammond règle un peu sa mire, mais ‘A World Above’ a laissé un goût marqué et rédhibitoire d’inachevé à votre serviteur.

 

Fluff:

  • Spyriens (Technologie) : Lorsqu’elles sont endommagées, les exo-squelettes utilisés par les Spyriens peuvent tenter de fusionner les éléments organiques de leur porteur avec les matériaux inertes de l’armure, ce qui est généralement fatal pour le premier, en plus d’être incroyablement douloureux. Le code d’honneur des Spyriens empêche toutefois ces derniers d’enlever leur armure avant la fin de la chasse, ce qui peut conduire les plus bornés d’entre eux à périr dans d’atroces souffrances plutôt que de renoncer à leur serment.

 

Rat in the Wall logo-nda.png

Révélation

Status : Deadzone/2000/23 pages

 

Intrigue:

nda_rat-in-the-walls.pngNous retrouvons Knife-Edge Liz, l’héroïne vengeresse de ‘A World Above’ dans un état comparable à celui dans lequel elle a passé la majeure partie de cette précédente nouvelle : pissant le sang, trop faible pour tenir debout et sujette à des évanouissements fréquents. La constance, c’est la marque des plus grand.e.s. Ayant troqué ses frusques d’Escher pour une exo-armure Spyrienne aussi fatiguée qu’elle-même, et les profondeurs rassurantes du sous monde pour les tuyaux d’aération de la haute ruche, Liz sévit depuis plusieurs jours parmi les rupins de Primus, cherchant à faire payer l’élite necromundienne la mort tragique du reste de son gang. Une quête des plus nobles, mais dont on se demande bien comment elle est mise en œuvre par l’intéressée, qui ne dispose que d’informations très limitées sur l’identité du responsable de ses malheurs, le puissant et mystérieux Terrak Ran’Lo. On supposera que l’intermédiaire avec lequel ce dernier organisait des virées sanglantes dans le sous monde, et que Liz a proprement massacré hors champ à la fin de ‘A World Above’ (Aldus Harkon), lui a donné quelques tuyaux avant de passer l’arme à gauche. Mais la piste reste assez mince pour une sauvageonne comme notre Lison, que son existence de ganger n’a pas préparée à opérer chez les bourges.

 

Après quelques pénibles reptations, Liz finit par entrer par effraction dans une résidence de haut standing, et s’effondre dans la salle de bains avant d’avoir pu déboucher le flacon de mercurochrome. Elle a toutefois de la chance de sa torpeur : au lieu de se faire sommairement exécuter par le propriétaire des lieux en plein coma, ou simplement abandonner dehors sur un tas d’ordures (biologiques, car on fait le tri sélectif en haut de spire), son hôte entreprend de la remettre sur pied avec bienveillance et diligence, se permettant même de lui effacer la plupart de ses disgracieuses cicatrices au passage. Bien évidemment, notre bon samaritain, qui se présente comme Kassat Ran’Lo, n’est en rien désintéressé. Rival de son parent Terrak, qui occupe un siège au conseil familial sur lequel il lorgne avec insistance, Kassat souhaite faire assassiner son encombrant cousin par Liz, à la faveur d’un bal qu’il organisera prochainement. Après avoir d’abord refuser de marcher de la combine, notre Escher convalescente finit par comprendre qu’elle n’a guère le choix, et qu’accepter cette mission lui donnera l’occasion d’expliquer sa manière de penser à Terrak, ce qui serait joindre l’utile à l’agressable.

 

Au bout de nombreuses leçons d’élocution et de menuet, Liz est fin prête à l’action. Le plan de son commanditaire est simple : faire entrer son assassin sur les lieux des réjouissances grâce à ses relations éloignées pour brouiller les pistes, et cacher un pistolet dans la sculpture de glace trônant au milieu du buffet pour contourner la sécurité. Cela aurait été presque intelligent si Kassat et Liz n’avaient cru bon d’aller discuter pendant le bal (sans que rien de très important ne le justifie en plus de cela), ce qui aurait donné une magnifique piste à exploiter aux enquêteurs si la nouvelle avait été une novella ou un roman. Ayant laissé Kassat s’eclipser de la petite sauterie, Liz passe enfin à l’action, faisant diversion en libérant un duo de gladiateurs à la fois enchaînés et déchaînés afin de pouvoir briser la glace avec Terrak Ran’Lo, et pas nécessairement dans cet ordre. Petite complication au programme, un Chasseur de Sorcières importun s’est joint aux réjouissances sans prévenir, mais un test de sauvegarde d’armure réussi de la part de notre tueuse lui permettra de remporter le duel de tir avec le servant des Ordos. Dès lors, régler son compte à ce vieux croulant de Terrak n’est qu’une formalité, comme échapper à une horde de gardes armés jusqu’aux dents pour rejoindre la planque de Kassat. La magie des ellipses…

 

Révélation

…Sa mission accomplie, Liz aurait dû se douter que son employeur se retournerait contre elle, mais c’était sans compter son bon cœur et/ou sa tête vide. Si la fourberie de Kassat ne s’avère guère surprenante, la révélation de son identité secrète l’est davantage. C’est bien Terrak Ran’Lo qui a commandité son propre meurtre, ou plutôt celui d’un rival de la maison Ulantis, qui militait ironiquement pour l’interdiction des safaris urbains de la jeunesse syprienne. Le pistolet en sa possession ne fonctionnant évidemment pas contre son commanditaire, Liz fait ce qu’elle sait faire de mieux dans ces cas là, à savoir l’improvisation explosive. Un tir dans le velux du bureau de Terrak, sans doute situé très haut dans la stratosphère, provoque en effet une aspiration telle que les deux larrons se retrouvent en mauvaise posture, Liz accrochée à la rembarde et Terrak cramponné aux basques de la première1. Malgré les jérémiades de Ran’Lo, moins faraud depuis qu’il fait la planche à 10.000 mètres au dessus du sol, Liz préfère tout envoyer balader, sacrifiant ainsi sa vie pour accomplir sa vengeance. La légende raconte qu’elle plâne encore autour de la spire de Hive Primus à ce jour…

 

1 : Car les rembardes n’ont pas de basques, c’est connu.

 

Avis:

Conclusion de l’arc narratif débuté avec ‘A World Above’, ce ‘Rat in the Walls’ (clin d’œil à Lovecraft ?) cumule comme son prédécesseur bonnes idées et mise en œuvre poussive. Les points forts de cette nouvelle (révélation bien amenée de l’identité de Kassat, conclusion tragico-poétique pas si courante pour une soumission de la Black Library) passent malheureusement au second plan, masqués derrière manquements d’une intrigue (trop) visiblement au service de l’idée générale que Hammond avait de son histoire : le choc des civilisations entre une ganger Escher mal dégrossie mais droite dans ses bottes, et un notable de la spire, aussi raffiné que retors. Outre les questions de pure logique que le récit passe avantageusement sous silence1, le simple fait que Liz puisse faire illusion comme courtisane spyrienne en l’espace de quelques jours/semaines me semble très peu vraisemblable. On peut aussi regretter que la longueur limitée de ce texte n’ait pas permis à Hammond de développer un peu plus certains passages, comme l’apprivoisement de Smeagol Liz ou l’assassinat de Terrak Ran’Lo, ce qui aurait pu fluidifier/épicer davantage son propos. En résumé, un potentiel certain mais une exécution mal maîtrisée.

 

1 : Ou le monstrueux coup de chance de Terrak que sa Némésis vienne roter du sang sur le lino de sa salle de bain et nulle part ailleurs dans une cité ruche de milliards d’habitants…

 

Fluff:

Rien de transcendant.

 

The Demon Bottle logo-nda.png

Révélation

Status : Deadzone/2000/16 pages

 

Intrigue:

Dure journée pour Sarak le (demi) Ratskin. Réveillé de bon matin (07:00) par une tentative de meurtre raciste intentée par un prêcheur Cawdor au tempérament plus incandescent que son lance-flamme – et heureusement pour notre héros –, notre ivrogne désoeuvré échappe de justesse au lynchage et s’en va se remettre de ses émotions en assouvissant son penchant coupable pour la dive bouteille. Son statut d’homme à tout faire de la colonie du sous monde où il occupe la position exaltée de marginal alcoolique lui vaut cependant de risquer à nouveau sa vie dans la même matinée, sa mission de nettoyage du conduit d’aération de son lieu de villégiature habituel passant à un cheveu du drame. C’est que la faune locale de Necromunda est autrement plus agressive et mortelle que nos bêtes grenouilles et hérissons. Cela ne fait que renforcer sa motivation d’émigrer vers le haut de la ruche, qu’il s’imagine être une sorte de Disneyland peuplé de pole dancers parfumées. Son désir d’une vie meilleure est toutefois contrarié par une rencontre pas vraiment fortuite avec les sbires d’Otto Gunta, un gros bonnet du crime local, qui souhaite instamment lui parler et n’a pas pour coutume d’attendre le bon vouloir de ses débiteurs.

 

Une injection de tranquilisants et un réveil difficile plus tard, Sarak se retrouve dans une position qui l’est tout autant. Gunta demande à être remboursé séance tenante, mais la valeur des possessions physiques du (demi) Ratskin ne couvre pas la moitié de son encours, même en prenant en compte la vente de son cadavre à l’usine Findus la plus proche. Qu’à cela ne tienne, les talents d’exterminateur de nuisibles de Sarak donnent une idée au parrain, dont le territoire a été envahi par une bande de mutants cannibales difficile à déloger (saleté de trève hivernale). Le poivrot n’a qu’à s’arranger pour régler son compte au chef des squatteurs, par exemple en glissant un peu d’eau de javel dans son hydroxychloroquine, et son ardoise sera effacée. Plus facile qu’à dire qu’à faire, mais sous le regard vigilant et la menace implicite du gros bras de Gunta, un (demi) cyborg nommé Lugtekk, Sarak n’a d’autres choix qu’obtempérer. Il peut heureusement compter sur les largesses de son employeur, qui lui fournit un déguisement convaincant de Scavvy ainsi qu’un cadavre frais pour la soupe de ses futurs meilleurs copains, avant de partir en mission.

 

Cette journée déjà riche en événements va alors prendre un tour encore plus frénétique, puisqu’après avoir réussi à gagner la confiance de ses hôtes, Sarak parvient à glisser les pilules empoisonnées de Gunta dans la bouteille de WildSnake de sa cible (Hoegas), mais est témoin du meurtre de cette dernière par un rival mécontent (Blotta). Devenu calife à la place du calife, cet infâme communiste de Blotta insiste pour que tous les membres de la tribu prennent une rasade à sa boutanche – son coup d’état n’a été causé que par l’égoïsme de Hoegas, c’est dire s’il avait soif – à commencer par Sarak. Notre héros s’exécute, espérant survivre assez longtemps pour recevoir un éventuel antidote de la part de Gunta, mais doit avant cela suivre les Scavvies dans l’attaque d’une caravane de Guilders. Le cadavre apporté par le (demi) Ratskin avait en effet une carte sur lui, assez détaillée pour donner envie à une bande de goules basses du front de fomenter une embuscade. Il s’agissait évidemment d’un piège de Gunta, dont les hommes occupent les lieux et commencent à flinguer à tout va les mutants en goguette. Comme si la situation n’était pas assez critique, Sarak finit par se rendre compte que les pilules magiques qu’il a glissé dans le pinard sont du spook, une substance psychoactive provoquant au mieux des hallucinations, au pire des possessions démoniaques. Notre héros n’étant pas dans un bon jour, c’est le deuxième cas de figure qui se produit, et le (demi) Ratskin se retrouve contraint de partager son corps avec le démon le plus chill du Warp1, ce qui est tout de même pratique pour encaisser une fusillade à bout portant sans effets secondaires désagréables, comme la mort par exemple. Sarak n’a cependant pas dit son dernier mot, et abat sa dernière carte pour faire la nique à ses bullies avant de tirer sa révérence : atteindre le Nirvana sans crier gare, ce qui met fin à la possession, et faire un gros calin au mafieux alors qu’il a été transformé en torche humaine par son infection chaotique, pour entraîner Gunta dans la tombe. Je ne sais pas si on peut lier ce décès aux dangers de l’alcoolisme, mais il y a définitivement une morale à cette histoire, si on cherche bien.

 

1 : Vous en connaissez beaucoup des neverborn qui appellent leur hôte « boyo » ?

 

Avis:

Difficile de dire si c’était l’effet recherché par Alex Hammond lorsqu’il a écrit ‘The Demon Bottle’, mais on ressort de cette courte (9 pages) nouvelle avec un début de mal de crâne similaire à celui que pourrait causer une gueule de bois. En cause, la deuxième moitié hystérique de cette histoire, qui fait s’enchaîner les péripéties avec une frénésie digne d’un Héraut Exalté de Khorne. Ce grand final foutraque vient très largement masquer les points positifs que l’on pouvait mettre au crédit de Hammond, comme sa réflexion sur les illusions que les habitants du sous monde se font de la réalité des étages mieux famés de la ruche Prime1, ou les petites touches humoristiques que l’auteur a intégré à sa narration. Un éditeur critique aurait demandé à ce que la fin de ‘The Demon Bottle’ soit plus cohérente, ou accordé cinq pages de plus pour laisser l’intrigue respirer un peu plus, mais à l’époque farouche à laquelle ce texte a été écrit et publié, je doute que la BL disposait des ressources et de l’envie nécessaires pour soigner la qualité de ses sorties. On peut d’ailleurs toujours se poser la question aujourd’hui d’ailleurs. Dommage donc pour ‘The Demon Bottle’, que l’on peut remiser sans regret sur la pile des nouvelles médiocres de la Black Library.

 

1 : Sujet en partie récupéré par l’auteur pour ‘Rat in the Walls’ ceci dit.

 

Fluff:

  • Necromunda (Drogue): Le spook est une drogue populaire dans le sous monde. Ses effets hallucinogènes peuvent également amplifier les capacités psychiques de celui qui la consomme, ce qui explique son illégalité.

 

 

Amanda Bridgeman (1)

Révélation

 

Amanda Bridgeman a signé les séries ‘Salvation’ et ‘Aurora’, et écrit pour Pandemic et Marvel. Sa première nouvelle pour la Black Library est ‘Reconsecration’.

 

Reconsecration

Révélation

Inferno! presents the Emperor's Finest/2022/24 pages

 

Intrigue:

Astryd, une jeune Sœur de Bataille de l’Ordre du Cœur Valeureux, participe avec son escouade à une mission d’escorte d’un Inquisiteur de l’Ordo Hereticus (Tormun), envoyé sur la planète minière d’Hadrea pour enquêter sur les signes de rébellion manifeste de ses habitants. Après avoir refusé de payer la dîme impériale pendant quelques temps, ils ont en effet reçu la visite, pas vraiment amicale, d’un régiment de Gardes Impériaux, dont le Militarum est depuis sans nouvelles. Il n’en fallait pas plus pour que l’Imperium déroule le grand jeu et abatte sa carte maîtresse : un Inquisiteur (avec Servo-Crâne, tout de même) et 10 Sistas. Tremblez hérétiques, votre fin est proche.

 

On comprend rapidement que l’ambiance à la surface d’Hadrea est effectivement au libertarisme absolu, nos pugnaces héroïnes devant commencer la nouvelle en reprenant un temple impérial à une horde d’hostiles, composée en partie de mineurs et en partie de Gardes Impériaux renégats. Ayant perdu une des leurs dans l’accrochage, victime d’un kamikaze et de sa grenade krak, les Sœurettes ne sont pas d’humeur très charitable au moment d’interroger le prêcheur local (Ingor Previs), qui a miraculeusement réussi à échapper à la vindicte populaire alors que le reste de la planète sombrait dans l’hérésie.

 

La confession de Previs doit cependant être remise à plus tard, une nouvelle foule en colère menaçant de prendre d’assaut le temple où les Sœurs et l’Inquisiteur se sont barricadés. Bien qu’étant très largement surclassés en effectifs, la confiance règne du côté des zélotes, qui placent toute leur espérance dans le saint ratio, et parviennent effectivement à repousser sans mal ni perte les émeutiers. Il s’agissait toutefois d’une simple diversion de la part de ces derniers, qui profitent de la confusion pour kidnapper le prêcheur et l’Inquisiteur, que la Sœur Supérieure (Minnerva) avait relégué dans l’antichambre, le temps de gérer les impondérables. C’est la boulette.

 

Astryd et compagnie empruntent donc le tunnel utilisé par les hérétiques pour perpétrer leur forfait afin de leur reprendre la possession du ballon de l’Inquisiteur, ce qui les amènent dans les mines exploitées par les colons d’Hadrea. Alors qu’elles s’enfoncent profondément dans les galeries, des signes de combat et d’étranges marques sur les murs se présentent à leurs yeux…

 

Révélation

…Quelques étages plus bas, elles surprennent le fourbe Previs et quelques copains très occupés à mener une cérémonie sacrificielle, dont Tormun est le récipiendaire. Une bonne rafale de bolter plus tard, tout est rentré de l’ordre, au grand désespoir de Previs, qui avoue, avant de rencontrer une fin bien méritée, que ce sacrifice avait pour but d’apaiser les « démons des mines », qui se trouvent être, je vous le donne en mille, des Necrons. Les détonations des bolt ayant visiblement perturbé leur sommeil, les Xenos envoient un Spectre Canoptek, puis deux, puis trois, puis des nuées de scarabées, puis une Mécarachnide, puis Frank (un unique Guerrier Necron) se plaindre auprès des bruyants locataires du dessus. D’abord bien décidés à tenir la ligne contre les abominations Xenos, Tormun and the girls décident, après plusieurs pertes et en voyant le niveau de leurs munitions baisser dangereusement, de battre en retraite.

 

En fin de compte, les Sistas parviennent à sortir de la mine avec une escouade pas encore tout à fait descendue à mi-force (ce vieux Frank réussissant tout de même à sniper Minnerva alors qu’elle s’apprêtait à embarquer dans le Rhino de fonction), et les survivantes jurent de purger tous les Necrons de la galaxie, en honneur de leurs camarades défuntes. Il faudra calculer ce ratio là, ça risque d’être marrant…

 

Avis:

Amanda Bridgeman marche dans les pas de Danie Ware en choisissant de consacrer sa première nouvelle de GW-Fiction aux exploits martiaux des Sœurs de Bataille. N’ayez crainte, braves gens, la newbie se sort de cette épreuve de manière beaucoup plus convaincante que son aînée, et cela fait plaisir de voir une escouade de Sistas combattre de manière Codex Approved, c’est-à-dire en utilisant en priorité ses bolters et armes lourdes, au lieu de foncer au corps à corps pour mettre des baffes à des ennemis qui devraient pouvoir les briser en deux d’une seule main. Alléluia. Cette satisfaction évacuée, il reste que ‘Reconsecration’ n’est absolument pas original dans son propos, et se trouve être une nouvelle d’action comme la BL nous en a prodigué des centaines depuis sa création. Mettons cependant ce classicisme sur le dos d’une volonté de Bridgeman de prouver aux éditeurs de la BL sa capacité à servir la soupe faire le job dès ses premiers pas dans la carrière, une inclinaison compréhensible de la part d’un nouveau contributeur cherchant à se faire une place au soleil.  

 

Plus embêtant à mes yeux est le choix de l’antagoniste principal, qui ne s’accorde que très mal avec le comportement digne de cultistes chaotiques de la population d’Hadrea et des Gardes Impériaux, qui sont pourtant censés en avoir vus d’autres et bénéficier de l’endoctrinement nécessaire pour ne pas devenir xenophiles au premier rayon Gauss venu. Même si on peut mettre cette faute de fluff sur le compte de sa possible méconnaissance du lore, Bridgeman aurait pu mieux faire ici. Au chapitre des griefs, je rajouterai un style parfois lourd, comme la répétition de la prophétie macabre du premier goon tué par Astryd en début de nouvelle, pas moins de huit fois au cours des pages suivantes le dénote. Bref, c’est beaucoup mieux que ce à quoi Danie Ware nous avait habitué ces dernières années, mais ce n’est pas (encore) intrinsèquement bien.

 

Fluff:

  • Hadrea : Monde colonisé par l’Imperium pour exploiter ses ressources de bauxanium (rq : ça ne peut pas toujours être de l’adamantium). Les activités de minage réveillèrent la nécropole Necron qui se trouvait sous la surface, menant à la purge de la planète.

 

 

Andras Millward (1)

Révélation

 

Andras Millward est un écrivain de science-fiction gallois, comme le titre de certaines de ses œuvres ('Un Cythraul yn Ormod', 'Y Corff') l'indique. Il aurait donc été très qualifié pour écrire sur le Vaisseau Monde Saim-Hann, mais son ouvrage 'Samhain' ne traite aucunement des Wild Riders (pour info). Pour la Black Library, il a écrit la nouvelle 'Unthinking Justice' au début des années 2000. Il nous a quitté en 2016.

 

Unthinking Justice

Révélation

Into the Maelstrom/1999/21 pages

 

Intrigue:

40k_unthinking-justice.pngUne force de Black Consuls est envoyée sur la planète Suracto, en rébellion ouverte contre l’Imperium. Au fur et à mesure du déroulement de la mission, il apparaît toutefois que les traîtres ne sont pas forcément ceux auxquels on pense.

 

Avis:

Une petite nouvelle sympatoche, qui commence comme une histoire de marounes classique, puis se corse salutairement grâce à la mise en scène d’un (léger1) doute quant à la nature de l’ennemi véritable des Black Consuls. On est très loin de l’Elucidium de Simon Spurrier et du We Are One de John French, mais on ne peut que saluer l’intention d’Andras Millward de donner au lecteur davantage qu’une Cawkwell-erie lambda. La conclusion de l’histoire est toutefois assez nébuleuse, ce qui affaiblit un peu le twist final concocté par l’auteur.

 

1: « Alors vermine, pourquoi t’es-tu rebellé contre l’Empereur ?»

« Monseigneur Marine, il y a malentendu. Les copains et moi nous sommes soulevés contre l’administration planétaire parce qu’elle cherche à faire tomber la planète aux mains du Chaos. Nous avons des preuves solides de son implication dans un compl- »

« BAM BAM BAM »

« Administrateur ! C’est le cinquième prisonnier que vous exécutez en plein interrogatoire, juste au moment où il allait vous mettre en cause dans cette triste histoire. Je commence à croire que vous nous cachez quelque chose… »

« Veuillez me pardonner, ça n’arrivera plus. J’ai tendance à sur réagir quand ma fidélité envers l’Imperium est mise en doute. Héhé. »

« Bon, d’accord. Mais que je ne vous y reprenne pas une sixième fois, hein ! »

 

Fluff:

  • Space Marines (Black Consuls): Quelques informations sur le Chapitre des Black Consuls, qui, à l’époque de la publication d’Unthinking Justice, n’avait pas encore été exterminé par les rédacteurs du background Space Marines (se référer aux cinquième et sixième éditions du Codex SM, dans lesquelles il est précisé que la majorité du Chapitre a été tuée dans l’explosion de la cité-ruche de Goddeth). Participation à la campagne de Manalar, pendant laquelle les Black Consuls ont combattu les tyranides. Le capitaine de la 3ème compagnie est un certain Estrus.
  • Codex Astartes: Le contenu du Codex Astartes n’est connu que des Space Marines loyalistes (et possiblement de l’Inquisition, dont c’est le boulot de tout savoir). L’administrateur Niall révèle ainsi sa duplicité en citant un extrait du saint ouvrage au capitaine Estrus, qui en conclut que son interlocuteur est un traître.
  • Alpha Legion: Millward fait de l’Alpha Legion des cultistes de Tzeentch, un choix compréhensible eut égard au lourd passif de dissimulation et de traîtrise de la Légion des jumeaux, mais non sanctionné par le fluff officiel.

 

 

Andy Chambers (4)

Révélation

 

Le Grand Méchant Joueur est une des légendes du Hobby, tant à cause des corrections qu’il infligeait de façons régulières à ce pauvre Jervis Jonhson dans les pages du White Dwarf au tournant des années 2000, que de sa création de l’une des figures les plus emblématiques du background de 40K, l’iconique Ghazghkull Mag Uruk Thraka en personne, qui a commencé sa carrière en tant que simple boss du GMJ dans le WD #134. D’un point de vue littéraire, notre homme est un spécialiste de la gent Eldar – noire de préférence, comme pour le chocolat – (Path of the Renegade, Path of the Incubus, Path of the Archon, Midnight on the Street of Knives, The Treasures of Biel-Tanigh, Bellathonis and the Shadow King), même s’il a également mis sa plume au service d’autres factions du 41ème millénaire (Ancient History, Deus Ex Mechanicus, The Arkunasha War, The Alien Hunters, The Masque of Vyle).


Deus Ex Mechanicus

Révélation

Inferno! #20/2000/27 pages

 

Intrigue :

deus-ex-mechanicus.pngL’arrivée sur Naogeddon, monde mort et terne par excellence, de l’ingénieur et Techno-Prêtre (double cursus, t’as vu) Lakius Danzager et de son acolyte Osil manque de très mal se finir pour nos deux personnages, embarqué à bord d’un vaisseau à l’autopilote très bas de gamme. En chute libre depuis l’atmosphère haute de la planète, la navette occupée par les envoyés du Mechanicus est rebootée à temps par le dégourdi Lakius pour éviter un crash mortel à la surface désertique de ce roc sans vie, mais accueillant des ruines très anciennes qu’un Magos Explorator (Egal) souhaite étudier. En tant que spécialiste de la cryo-stase, Lakius dispose d’une expertise précieuse en matière de compréhension de technologie Necron (à ce stade, vous aviez sans doute déjà deviné qu’on prenait ce chemin…), et Egal l’a donc réquisitionné pour assister sa petite équipe de super geeks.

 

A peine remis de leur atterrissage mouvementé, Lakius et Osil doivent encaisser une nouvelle expérience traumatisante : l’attaque du camp du Mechanicus par quelques escouades de Guerriers Necrons, vomies comme toutes les six heures par la Necropole encore endormie qu’Egal a commencé à explorer. Bien que l’effet de surprise ne soit pas de leur côté, et que les servants de l’Omnimessie puissent compter sur une cohorte de Prétoriens ainsi que de solides fortifications pour les défendre, les robots squelettiques vendent chèrement leur châssis, forçant les adeptes à partir à la découverte de la crypte exhumée par le Magos avec une protection réduite.

 

De manière très prévisible, la progression du petit groupe (Egal, Lakius, Osil et quelques personnages secondaires à l’espérance de vie très limitée) rencontre une résistance qui va croissant, depuis des marches très hautes qui obligent les Prétoriens à rouler à deux à l’heure, jusqu’à des champs magnétiques générateurs de trouille, ou plus prosaïquement des vagues de Scarabées kamikazes. Au bout du compte, Lakius et Egal se retrouvent seuls dans la salle des bornes de chargement sarcophages de la Nécropole, tandis qu’Osil, qui s’est pris quelques échardes dans la fesse gauche pendant l’expédition indoor, a été ramené au campement de base par le dernier Pretorien pour désinfection et pose de pansement. La tension est à son comble…

 

Révélation

…Commençons par évoquer le destin d’Osil, que son maître a chargé d’une mission simple mais capitale : réveiller au plus vite l’Assassin Eversor qui végète dans la soute de leur vaisseau. Lakius soupçonne en effet que la Necropole est en train de se réveiller, et que seule l’intervention d’une machine à tuer bourrée de Red Bull a une chance d’enrayer cette trajectoire menaçante. Malheureusement, la navette du Techno-Prêtre s’est fait coloniser par une nuée de… barnacles (vous croyiez que les Necrons s’en étaient tenus aux scarabées ? erreur) métalliques pendant l’absence de ses propriétaires, empêchant l’acolyte de sortir le tueur de sa torpeur. Voilà qui est dommage.

 

De leur côté, Lakius et Egal récupèrent un « Bâton de Lumière » dans le sarcophage (vide) du probable Phaëron du lieu, avant de prendre à leur tour le chemin de la sortie. Bien que le Magos assure à son compagnon que cette relique a le pouvoir de tenir à distance les gardiens de la Nécropole, Lakius décide de jouer la carte de la sécurité et de détruire le générateur de phase qui a ouvert le portail permettant d’accéder à l’intérieur du complexe, une fois les deux explorateurs sortis de ce dernier. Egal n’est pas d’accord, et la dispute académique dégénère rapidement en duel de carabine laser, au cours duquel Lakius colle un tir à pleine puissance en pleine tête de son estimé confrère, avant de réduire le générateur en cendres. Une conclusion regrettable, mais la fin justifie les moyens…

 

Révélation

…Sauf qu’Egal refuse de rester au sol, et pour cause. Sous le fond de teint soigneusement appliqué, c’était un C’tan qui avait revêtu les robes écarlates du Mechanicus. On ne saura jamais ce qu’il cherchait à faire sur Naogeddon, à part troller quelques pauvres adeptes qui n’avaient rien demandé, bien sûr, mais comme on peut s’y attendre, les tirs désespérés de Lakius le font doucement rigoler. Beau joueur, il laisse ce dernier s’enfermer avec Osil dans le laboratoire installé par les chercheurs, avant de frapper doucement à la porte pour essayer de leur vendre des boîtes de biscuits pour financer sa classe de neige et/ou des bons du trésor moldave. Lorsque la paroi finit par céder sous ses coups, le C’tan s’aperçoit que ses proies n’ont pas été oisives, et ont bricolé une étrange machine avec les composants qu’ils avaient sous la main. That’s cute, but too little, too late

 

Révélation

…Eh non. La machine en question était un générateur de stase, qui emprisonne fissa la truculente Echarde dans une bulle atemporelle. Fin. Comment, vous trouvez ça un peu tiré par les cheveux ? Mais qu’attendiez vous d’une histoire qui s’appelle presque Deus ex Machina, enfin ?

 

 

 

Avis :

Les nouvelles d’exploration de Nécropoles Necron, un sous-genre assez populaire de la littérature 40K, ne sont pas vraiment ma tasse de thé. J’ai toujours l’impression de lire la même histoire, basée autour d’un faux suspens (« eh non, ils ne dormaient pas en fait… SHOCKING ») et finissant généralement par une course effrénée vers la sortie de la petite bande de héros ayant eu la mauvaise idée de faire de l’archéologie chez les grands anciens galactiques. Ce ‘Deus Ex Mechanicus’ a pour lui de proposer des variations assez intéressantes à cette base éculée (l’intervention d’un C’tan transformiste1, la presque intervention d’un Assassin Eversor), ce dont je sais gré à Andy Chambers.

 

Malheureusement pour ce dernier, il ne suffit pas d’avoir des idées innovantes pour accoucher d’une nouvelle réussie : encore faut il les intégrer à l’intrigue et en soutenir le développement de manière un tant soit peu crédible, ce qui n’est pas le cas ici. On ne saura donc pas comment un Techno Adepte du Mechanicus a pu se retrouver en possession d’un Eversor (l’Adeptus Assassinarum n’étant pas vraiment connu pour sa générosité), comment le C’tan transformiste a pris la place d’Egal (ou pourquoi il s’est donné le mal de revenir sur sa planète natale avec des acolytes humains, si le Magos n’a toujours été qu’une couverture), ou ce qu’il se passe après que cette divinité en vadrouille se soit retrouvée piégée dans un champ de stase (ce qui pourrait sans doute intéresser l’Inquisition, et impacter fortement le fluff de Warhammer 40,000… mais je dis ça comme ça). Ou même à quoi sert la scène initiale de la nouvelle (le quasi-crash du vaisseau de nos deux lurons), dont il ne sera plus jamais fait mention par la suite et qui aurait pu être remplacée par une arrivée sur site des plus classiques sans que cela ne change rien à la suite. Trop brouillon.

 

1 : Qui avec le recul ressemble fortement à Trazyn l’Infini, dans le genre boute en train avide de connaissances. Vu l’âge canonique de cette nouvelle, cette similitude ne peut être autre chose qu’une coïncidence troublante…

 

Fluff :

  • Necrons (Technologie) : Un champ de faeran (Faeran field) génère des ondes interférant avec les fonctions cognitives des individus à proximité, causant des crises d’anxiété et d’épilepsie.  


The Treasures of Biel-Tanigh

Révélation

Black Library Games Day Anthology 2011/12/2011/16 pages

 

Intrigue :

the-treasures-of-biel-tanigh.png?w=398&h=644L’Archon Yllithian a décidé, en son insondable sagesse et/ou son incommensurable ennui, de récupérer une relique gardée sous clé dans un des endroits les plus secrets de la galaxie : la Bibliothèque Interdite (Biel-Tanigh en langue locale). Comme regarder les gangs rivaux lui ayant juré allégeance s’étriper pour lui montrer qui a la plus grosse (fidélité) lui prend tout son temps, il charge deux de ses sbires, les jumeaux Vyriadh et Xyril, de la sale besogne. Après leur avoir donné des indications d’une précision absolue1, Yllithian retourne comater devant l’Intervilles de Commoragh, et les twins se mettent en chasse.

 

Les quelques pages qui sont nécessaires à couvrir la distance entre le palais de l’Archon et l’entrée du campus de Biel-Tanigh permettent à Chambers de nous apprendre que les jumeaux, développés à partir d’une seule cellule par un Haemoncule, jouissent d’une symbiose tellement forte qu’ils sont capables de communiquer télépathiquement, ce qui serait très pratique si ce n’était pas interdit sur Commoragh, comme toute forme de gaminerie psychique d’ailleurs. En contrepartie de ce don inutil(isabl)e, la mort de l’un causera un tel choc à l’autre qu’il est possible qu’il meure de catatonie quelques heures ou jours plus tard. Comme on dit chez les Araignées Spectrales : « de grands pouvoirs entraînent de grandes responsabilités, mais toi t’as vraiment pas eu de chance mon lapin » (ça rend beaucoup mieux en runes eldar, je vous assure). Retenez ça, il est probable que l’auteur ait voulu nous préparer à quelque chose de manière subeuh-tileuh. Ah, et tout aussi subeuh-tileuh-mengue, Chambers nous glisse que ses héros ont le super pouvoir de détecter les objets chargés d’énergie psychique à distance (ça s’appelle la psychométrie), ce qui est pratique pour éviter de perdre du temps à explorer le moindre recoin d’une sous-dimension de l’espace-temps à la recherche du galet commandé par Yllithian. Il a vraiment pensé à tout2.

 

Vyriadh et Xyril finissent par arriver sur les lieux du casse, et les ennuis commencent pour les Lannister aux oreilles pointues. Des ennemis aussi terribles que du lierre, un Guerrier Fantôme, un projecteur, du lierre, une tour à escalader (en évitant le lierre), des mono-filaments très coupants, sans oublier du lierre, se dressent en effet sur leur route, mais les jumeaux triomphent de toutes ces embuches pour arriver pile au bon endroit, comme les grands professionnels qu’ils sont. Mais au moment où Xyril s’empare de la relique convoitée par son boss, un quatuor d’Arlequins (je crois) se manifeste pour lui demander de s’arrêter, comme le légendaire Ay-dew’Aar Bhalad’Uhr en son temps. Sans surprise, les cambrioleurs refusent de s’exécuter, et une fusillade s’engage entre les étagères de bouquins et les armoires à trophées. Sans surprise non plus, la pierre ramassée par Xyril possède sa volonté propre (celle des milliers d’habitants de la cité de Shaa-Dom, engloutie par le Warp il y a fort longtemps), et ordonne à sa nouvelle « propriétaire » de se carapater en vitesse, laissant derrière elle le pauvre Vyriadh se sacrifier pour la cause.

 

Traumatisée par la perte de son âme sœur et handicapée par l’interdiction qu’elle a reçue de lâcher la pierre, ne serait-ce que pour la mettre dans sa poche3, Xyril parvient malgré tout à sortir de la Bibliothèque Interdite et à retourner dans la Toile, mais meurt (de chagrin, sans doute) avant d’être revenue à Commoragh, abandonnant la relique dans un coin paumé du périphérique aeldari. Alerté du décès, et plus grave encore, de l’échec de ses nervis par sa montre connectée, Yllithian s’autorise un profond soupir d’énervement avant de commander la petite sœur (même si dans ce cas, le pluriel serait plus adapté) à son Haemoncule personnel, Syiin. La persistance – des autres, hein, fôpadékoné non plus – c’est la clé de la clé.

 

1 : « Alors vous allez à l’endroit là où le fleuve rencontre une espèce de terrain vague immense, et il y aura un portail caché quelque part qui vous emmènera jusqu’à Biel-Tanigh. Là, vous vous démerdez pour me trouver une pierre de la taille d’un poing, avec peut-être des points de lumière qui apparaissent à sa surface (mais c’est pas sûr et de toute façon, on s’en fout). Ah et faîtes gaffe parce qu’il y aura des gardiens. J’ai vraiment trop la flemme de vous expliquer qui ils sont, mais si vous les croisez, vous êtes morts. Voilà, bisous. »

 

2 : Sauf peut-être au fait que la grande majorité des reliques de la Bibliothèque Interdite sont des chargés psychiquement, d’une manière ou d’une autre…

 

3 : Une consigne que la relique ne donnera plus à ses porteurs dans la nouvelle ‘The Curse of Shaa-Dom’ (Gav Thorpe), qui suit celle-ci. Si même un caillou peut apprendre de ses erreurs, il y a de l’espoir pour vous.

 

Avis :

On sent qu’Andy Chambers ne s’est pas donné beaucoup de mal sur ce coup-là, mais comme il est probable que ‘The Treasures of Biel-Tanigh’ n’a été écrit que pour figurer dans un recueil introductif tiré à quelques milliers d’exemplaires1 et dont l’un des buts était de faire vendre la trilogie ‘Path of the Dark Eldar’ (où Yllithian joue le premier rôle), cette attitude je m’en foutiste peut se comprendre. Cela ne rend pas la lecture de cette nouvelle vraiment bâclée agréable pour autant, mais comme Chambers n’en a pas fait des caisses et plie les gaules avant la barrière psychologique des 15 pages, je ne crierai pas au scandale, d’autant plus que la première partie du récit contient quelques ajouts de fluff sur Commoragh que j’ai trouvé intéressants.

 

1 : Pour vous donner une idée du niveau d’amateurisme de la démarche, l’histoire qui se déroule juste après ‘The Treasures…’ a été placée avant cette dernière dans le recueil. C’est du grand art.

 

Fluff :

  • Commoragh : Les soleils qui éclairent la cite s’appellent les Ilmaea. Commoragh est traversé par au moins un fleuve, la/le Livisia.

     

  • Eldars (Caractéristiques) : Tous les Eldars sont naturellement doués de pouvoirs psychiques, et peuvent communiquer par télépathie « aussi naturellement qu’ils respirent ».
  • Bibliothèque Interdite : Appelée Biel-Tanigh par les Eldars, elle est située dans une bulle d’espace-temps située à l’extérieur du Materium et de l’Immaterium, et est constituée de nombreuses tours effilées faites d’un métal noir, recouvertes d’une espèce de lierre sentient, capable de saisir et d’entraver les intrus qui passent à proximité.  


The Arkunasha War

Révélation

Hammer & Bolter #9/2011/22 pages

 

Intrigue :

the-arkunasha-war.png?w=400&h=618Si pour les fidèles les plus convaincus du Bien Suprême, le nom de cette planète évoquera instantanément un nom, le reste des lecteurs, moins bien informé1, devra attendre quelques lignes (ou quelques pages pour les plus lents d’entre eux, dont je fais partie) avant de réaliser que le héros de l’histoire n’est autre que le commandeur O'Shovah, alias Farsight, avant qu'il ne décide de se la jouer perso. Arkunasha est en effet le théâtre de la campagne au cours de laquelle celui qui n’était encore que le Shas'O Viorla Kais Montyr (tu parles d'un nom) gagnera sa réputation de stratège magistral, sa défense inspirée contre les hordes de peaux vertes assiégeant les colons Tau permettant l’évacuation de ces derniers avec des pertes minimes et accélérant la défaite finale des envahisseurs une fois les renforts arrivés.

 

Après le Commander Shadow de Branden Campbell dans le numéro précédent, la nouvelle de Chambers présente-t-elle les plus altruistes des xenos sous un angle plus intéressant que celui adopté la nouvelle recrue de la BL? En toute honnêteté, la réponse est non, la tentative du grand méchant joueur souffrant de plusieurs défauts significatifs.

 

1 : Ou qui s'en fout, c'est possible aussi.

 

Avis :

Le premier d’entre eux consiste sans aucun doute à avoir voulu, comme le titre le suggère, raconter la totalité de la guerre pour Arkunasha, depuis l’arrivée d’O’Shovah dans la colonie de l’empire Tau (bien avant que les Orks ne viennent dire bonjour) jusqu’à l’annihilation en bonne et due forme des derniers boys du malavisé Big Boss Gorbag Gitbiter par les renforts envoyés à la rescousse de la planète assiégée.

 

N'ayant qu’un nombre limité de pages à consacrer à chaque évènement un tant soit peu marquant de cette campagne, Chambers est forcé de faire un usage immodéré de l’ellipse, procédé littéraire généralement employé avec parcimonie par les autres auteurs de la BL (qui préfèrent plutôt recourir au bon vieux flashback des familles). On a donc l’impression d’assister à un récit « filmé » en accéléré, l’auteur zappant allègrement des semaines entières entre chaque passage un peu développé. Le choc est moins violent à la deuxième lecture, mais l’effet global est tout de même si peu « BL-like » qu’on a bien du mal à accrocher.

 

La deuxième lacune majeure de The Arkunasha War, qui découle de la première, est le peu de suivi que Chambers accorde à ses personnages, à l’exception d’O’Shovah. Aux côtés de Schtroumpf grognon gravitent en effet une petite galerie de seconds rôles, qui disparaissent tous du radar avec une telle brutalité qu’on a peine à croire que leur sortie de scène ait été causée par autre chose qu’un nombre insuffisant de pages. Premier concerné par cet « écrémage narratif » poussé, Gorbag en personne, qui n’aura même pas l’honneur d’être nommément dégommé au champ d’honneur, par O’Shovah ou par qui que ce soit. Malgré deux interventions pavant le chemin pour la traditionnelle confrontation finale entre le héros et sa nemesis, notre fringant despote vert ne réapparaîtra plus de la nouvelle. Dommage.

 

Enfin, comme beaucoup de ses prédécesseurs avant lui, Chambers se casse les dents sur le caractère doublement alien de la race Tau (non seulement ce sont des xenos, mais leur philosophie résolument progressiste les isole encore davantage dans un univers décadent comme celui de 40K) : donnez un faux nez et du fond de teint à O’Shovah et sa clique, et vous obtiendrez des gardes impériaux tout à fait convaincants, alors que des différences importantes devraient tout de même subsister. L’aura de commandement qui entoure les Éthérés est à ce titre bien mal décrite par Chambers, dont le héros, loin de ressentir la dévotion absolue (apparemment provoquée chimiquement, et c’est bien ça qui est intéressant) que les autres castes éprouvent pour les Aun, a plutôt tendance à considérer ces derniers comme des incompétents finis en matière militaire, qu’il convient certes de protéger, mais surtout d’éloigner de l’action pour avoir les mains libres.

 

Bref, malgré toute la sympathie que j’éprouve pour Andy Chambers, je dois dire que j'ai été plutôt déçu par son Arkunasha War, qui se laisse lire (et relire donc) mais dont le propos aurait sans doute gagné à être développé dans un roman plutôt que dans une nouvelle. Prochain défi d’Andy: raconter l’Âge de l’Apostasie en un tweet.

 

Fluff :

Rien de transcendant.

 

Ancient History

Révélation

Dark Imperium/2001/32 pages

 

Intrigue :

40k_ancient-history.pngRecruté contre son gré comme équipier polyvalent du Retribution, fier vaisseau de la flotte impériale à rade de personnel, à l’issue d’une opération porte fermée (traduction : une fois qu’on est rentré, on ne peut plus sortir), Nathan, notre héros, découvre progressivement les joies et les peines de la vie de canonnier de marine, noble et utile occupation qu’il projette toutefois d’abandonner dès qu’une occasion de déserter se présentera à lui. Cette frilosité à s’engager sur le long terme dans une institution impériale pourtant aussi respectable que la Navy1 s’explique en partie par la présence d’un nuisible connu de Nathan, Kendrikson, dans l’équipage de Balthasar (le nom du macrocanon auquel notre homme a été affecté). Les deux forçats se sont quittés fâchés au cours d’une précédente collaboration, et bien que Nath’ ne serait pas contre une petite vendetta pour régler ses comptes avec son ex-nouveau collègue, il préférerait à tout prendre mettre quelques années lumières entre eux, un « accident » du travail étant si vite arrivé… En plus de ces problèmes relationnels, le Warp ne s’avère pas être un long fleuve tranquille, et sa traversée pèse lourdement sur l’estomac et la psyché des rats de cale. En témoigne le coup de sang passager d’un passager, Fetchin, qui succombe à une crise de claustrophobie démoniaque, puis à une décharge de fusil à pompe à bout portant, non sans avoir envoyé quelques badauds à l’hôpital et à la morgue auparavant. Nathan a toutefois la chance de pouvoir compter sur le patronage bienveillant de Kron, canonnier vétéran dont l’accent chantant, les histoires passionnantes, les relations privilégiées avec le management et la connaissance intime des coursives du Retribution permettent au bizut d’acquérir des connaissances et compétences précieuses, monter dans la hiérarchie balthasaresque et, accessoirement, échapper à la tentative d’assassinat dont il fait les frais de la part de ce mauvais sujet de Kendrikson, qui se révèle être un Luminen2 infiltré.

 

Cette prise de fonction mouvementée culmine avec la toute première bataille spatiale à laquelle Nathan participe, baptême du feu à plus d’un titre au cours duquel il aura l’occasion de se frotter à l’ennemi de plus près que prévu sur sa fiche de poste, le crash d’une torpille d’abordage à proximité de son espace de co-working le forçant à prendre les armes pour défendre la vertu et l’intégrité de Balthasar contre les assauts païens de vils cultistes chaotiques, dont l’encadrant se trouve être un Space Marine renégat. Il faudra une nouvelle fois l’intervention décisive de Kron, qui sous ses abords décatis, se révèle être un individu décidément plein de ressources et d’énergie (il se relève d’un tir de pistolet bolter à bout portant et tase l’Astartes à mains nues), pour permettre à notre héros de se sortir de ce coup de Trafalgar. Les mystères de l’origine et des motivations du mentor de Nathan ne seront pas levés par Chambers avant la conclusion de cet Ancient History3, mais une chose est sûre, quand on est Kron, on est Kron.

 

1 : Sécurité de l’emploi, gîte et couvert offerts, destinations variées, activités physiques régulières… Ça c’est un job de rêve.

 

2 : Plus de quinze ans avant la sortie du Codex Adeptus Mechanicus, Chambers convoquait déjà des électro-prêtres dans ses nouvelles.

 

3 : Qui a peut-être été suivi d’une autre nouvelle, et aurait dû l’être ? Je suis sur le coup les aminches.

 

Avis :

Nouvelle protéiforme et un peu foutraque, Ancient History est une soumission plutôt hétérodoxe, mais loin d’être inintéressante de la part d’Andy Chambers. En multipliant les partis pris narratifs (cela commence comme un récit d’évasion, avant d’intégrer un passage « mythes et légendes », puis d’embrayer sur une révélation plutôt étrange sur un des personnages principaux, et de tourner à l’action pure et dure, pour se terminer sur un mystère vraiment mystérieux) et les péripéties, le grand méchant joueur n’a pas choisi la facilité, et son propos en paraît en conséquence décousu et incertain dans sa finalité. Pour autant, le simple fait de mettre sur le devant de la scène des personnages très peu abordés par la BL mais au moins aussi caractéristiques du grimdark de 40K que les Space Marines ou l’Inquisition (les « marins » de la Flotte Impériale) ne manquera pas d’attirer la curiosité bienveillante des lecteurs avides d’en apprendre plus sur la vie des travailleurs de la mer l’espace, ce en quoi Chambers se montre plutôt généreux. En outre, l’inclusion de la Complainte du Vieux Marin à la sauce 40K dans le récit s’avère être un interlude des plus intéressants entre deux scènes d’action, et ne manquera pas de susciter les hypothèses les plus radicales de la part des exégètes de tout poil qui constituent une part non négligeable du lectorat de la Black Library. La balance est donc plus que positive pour Ancient History dont les apports fluff et l’originalité compensent largement les tâtonnements et… l’originalité (aussi).

 

Fluff :

  • Flotte Impériale (Equipage) : La flotte impériale a recours à la presse pour « recruter » des hommes. Lorsque le besoin s’en fait sentir, le navire fait une halte en orbite d’une planète impériale et organise des rafles de civils à la surface de cette dernière. Le consentement des heureux élus n’est pas obligatoire. Cette pratique est nécessaire pour maintenir les effectifs à des niveaux suffisants pour permettre au vaisseau d’opérer de manière optimale. Les pièces d’artillerie nécessitent en effet un grand nombre de servants, qui sont formés sur le tas, pour être utilisées : un macro canon compte une quarantaine de servants (ce qui peut vite représenter des milliers d’artilleurs sur les vaisseaux de ligne), une lance plus de 1.500.
  • Voyage Warp : Malgré les protections offertes par les champs de Geller des vaisseaux impériaux, traverser le Warp affecte la psyché humaine. Les individus exposés ont tendance à faire des cauchemars récurrents, et pour les plus sensibles d’entre eux, à devenir fous, voire à se faire posséder par des démons. La taille des vaisseaux impériaux permet à certains des affectés de survivre dans les zones abandonnées de ces derniers, ce qui oblige les officiers à mener des purges régulières.
  • Contes & Légendes de l’Imperium : Les marins impériaux se racontent le mythe des hommes de pierre, créés par l’humanité pour explorer la galaxie dans un passé très ancien (les hommes de pierre étant laissés tranquilles par les démons). Les hommes de fer ont créés les hommes de fer pour les aider dans cette tâche, mais ont fini par se rebeller contre leurs maîtres, qu’ils ont exterminé avant d’attaquer l’humanité, qui les a vaincus et annihilés au prix d’une guerre terrible (rq : il est assez évident que les « hommes de fer » sont les machines intelligentes qui ont failli mener l’humanité à l’extinction, et que l’Empereur a interdites en conséquence. En revanche, je ne vois pas vraiment qui sont les hommes de pierre, dont l’insensibilité aux périls du Warp rapprocherait des Parias, mais que la création des hommes de fer lie plutôt au Mechanicus…).
  • Space Hulk : Il arrive que les vaisseaux impériaux incorporés dans les Space Hulks puissent être récupérés et remis en service (rq : pratique d’économie circulaire avancée et louable, mais un peu dangereuse tout de même je trouve).

 

 

Andy Clark (6)

Révélation

 

Andy Clark est un relatif nouveau venu parmi les contributeurs de la Black Libray, mais il s'active ardemment pour se faire une place aux soleils (il a l'embarras du choix) du 41ème millénaire. Chevalier servant des maisons nobles impériales (Becoming, Defiant, La Lame du Chevalier//Knightsblade, La Lame du Roi//Kingsblade), il est également le biographe de Sainte Célestine en personne (Shroud of Night, Celestine). Le Stéphane Bern de l'Adeptus Terra, en quelque sorte.

 

Whiteout

Révélation

Summer of Reading 2015/2015/21 pages

 

Intrigue :

whiteout.png?w=400&h=616La première mission de Lothar Redfang, ambianceur Space Wolf envoyé servir dans la Deathwatch par ses supérieurs qui ne supportaient plus ses blagues honteuses, se passe relativement bien. Expédié à la surface d’Atrophon avec quatre comparses (un White Scar luddiste, un Iron Hand Asperger, un Raven Guard mutique et un Sergent Ultramarine1), le loubard énergétique a été chargé par l’Inquisition de supprimer un Gromek Ork dont les inventions mortelles font pencher la balance du côté des envahisseurs Xenos. Malheureusement pour notre fine équipe, leur Drop Pod se fait repérer et pilonner par un Dakkajet plutôt chanceux, et son insertion ne se fait pas au milieu de la zone industrielle où Badklaw a installé ses ateliers, mais du mauvais côté de la rivière Strakk, ligne de front entre les Orks et les forces éprouvées de la Garde Impériale.

 

Dans leur malheur, les chasseurs d’aliens ont toutefois la chance de tomber sur un pont intact, qui leur permettra de rejoindre à pinces leur cible. Ce pont aurait cependant dû être détruit par les forces impériales au moment de leur retraite stratégique, sa praticabilité exposant la Garde à une prise en revers par les verts, ce qui est loin d’être un scénario idéal pour le Marteau de l’Empereur. La tempête de neige qui s’abat sur l’ouvrage d’art rendant le signalement de ce léger détail au haut commandement impossible, les Space Marines décident de prendre les choses en main et de faire sauter le pont avant que les Orks n’aient eu le temps de débarquer en force.

 

En cela, ils sont aidés par la présence de quelques bombes à plasma posées sur les piliers du pont par une équipe de sapeurs Catachan malheureux, abattus dans l’accomplissement de leur mission par des éclaireurs ennemis. Pendant que Gorrvan l’Iron Hand reste au poste de contrôle pour geeker un peu et coordonner les actions de ses collègues, Lothar, Sor’khal, Kordus et Cantos partent enclencher les détonateurs à la mano. Bien entendu, ils devront composer avec l’arrivée des premières vagues d’Orks (et pour le furtif Kordus avec les caprices de son jet pack, qui tombe en rade au pire moment – et son porteur avec lui), ce qui nous donne quelques scènes de bagarre dont nos farouches héros se tireront plus ou moins bien. Personne ne meurt, rassurez-vous, sauf l’altruiste Gorrvan qui guide ses coéquipiers vers un conduit d’aération leur permettant d’éviter les Xenos en furie, mais reste à son poste pour appuyer sur le gros bouton rouge avec sa main de fer, le blizzard carabiné rendant incertain un déclenchement à distance. Bilan des courses : un pont détruit, des centaines d’Orks pulvérisés, un camarade tombé au combat… et une mission loin d’être bouclée, car la nouvelle s’arrête sur ces entrefaites. On a connu la Deathwatch plus décisive.

 

1 : Ce sont toujours les Ultramarines qui commandent, à croire qu’ils ont passé un pacte avec l’Inquisition.

 

Avis :

Pour sa toute première nouvelle pour le compte de la Black Library1, Andy Clark signe une histoire Deathwatch très classique (une bande de Space Marines que tout oppose mais qui finissent par apprendre à opérer ensemble), reprenant de manière troublante l’intrigue de ‘Chains of Command’ (un pont à faire sauter pour empêcher l’ennemi de faire une percée fatale). À défaut d’être mémorable, ce premier travail est assez sérieux et il serait mesquin de reprocher à un jeune auteur de se raccrocher à des schémas narratifs éprouvés pour son entrée dans le grand bain de la GW-Fiction. Encourageant.

 

1 : Tellement ancienne qu’elle ne lui ait même pas attribuée lorsqu’on entre « Andy Clark » dans la barre de recherche du site de la BL.

 

Fluff :

Rien à signaler.

 

Becoming

Révélation

Black Library 2016 Advent Calendar/2016/14 pages

 

Intrigue :

BecomingDaniel et Luc doivent passer leur oral de français demain en matinée, mais plutôt que de se coucher tôt pour attaquer cette épreuve cruciale dans les meilleures conditions, ces deux garnements préfèrent traîner jusqu’à pas d’heure dans le gymnase de l’internat à se battre avec leurs sabres laser de geeks. Ah euh, wait. On me souffle dans l’oreillette que je me suis trompé de lieu et d’époque. Nos héros s’appellent Danial Tan Draconis et Luk Tan Chimaeros, ils sont écuyers sur le monde Chevalier d’Adrastapol, et ils ne passent pas leur baccalauréat mais s’apprêtent à DEVENIR. Devenir quoi ? Je vous en pose des questions ? Sur Adrastapol, le verbe est intransitif, ok?

 

Leur duel puéril est interrompu par l’arrivée propice d’une légende vivante de la planète, Sire Markos Dan Draconis, dont les deux newbies se récitaient justement la liste des exploits, plus badass les uns que les autres. Il paraîtrait même qu’il arriverait à lacer ses chaussures1, ce beau gosse. Markos les gronde un peu pour la forme, mais accepte bien vite de leur raconter l’histoire de son propre rite de DEVIENDANCE, sur une idée originale de… lui-même. C’était il y a bien des années, alors qu’Adrastapol luttait pour sa survie lors d’une invasion massive de peaux vertes belliqueux, menés par le terrible Skarjaw…

 

La situation avait tellement dégénéré que tous les pilotes aptes, même peu expérimentés, avaient été mobilisés pour tenter d’endiguer la Waaagh. Cela avait conduit le tout jeune Markos à coller un groooooos « A » sur la lunette arrière de son Chevalier de fonction, le Dracon’s Wrath, et de partir au front le jour même de son DEVENAGE, après que le commandement impérial se fut rendu compte que sa savante manœuvre d’encerclement de la horde adverse avait lamentablement échouée. Fort heureusement, les Orks seraient obligés de passer par une passe (how apt) pour atteindre la plaine centrale du continent quelconque où le conflit prenait place. Si les Chevaliers de la Maison Draconis, sous le commandement du Portier (Gatekeeper) et futur Haut Roi (et père de Danial) Talwyn Tan Draconis, se révèlent assez rapides, il serait possible de bloquer les affreux Xenos entre deux pièces de décor infranchissable et les pilonner à distance : technique de chien mais technique qui marche, comme on dit dans les conventions 40K. Après une marche forcée durant laquelle Markos eut tout le temps de se familiariser avec les voix des fantômes de ses prédécesseurs, qui hantaient toujours sa fière monture, la bataille s’engagea.

 

Sans surprise, les Chevaliers parvinrent à leurs fins (avec tout de même quelques pertes pour faire genre c’était dur), et Markos s’illustra particulièrement en donnant le coup de grâce à Skarjaw en personne, qui commandait à ses Boyz depuis le howdah de son Squiggoth personnel. Ce haut fait fut même bonifié par le sauvetage in extremis de Talwyn par le novice, le Portier ayant fait l’erreur de faire une sortie à la Manuel Neuer sur le Big Boss adverse, et s’être fait à moitié empalé par sa monture pour sa peine. Un acte chevaleresque qui fit rentrer directement son auteur dans la légende…

 

Révélation

…Mais qui a été sérieusement enjolivé par le service Com’ d’Adrastapol pour booster le moral des locaux, comme le révèle le roué Markos à ses padawans ébahis. Car en fait, et tout à fait entre nous, celui qui a vraiment atomisé Skarjaw et remporté la bataille, c’est…

 

Révélation

…Ben on sait pas. Ptêt que c’est bien Markos, qui a tiré au pif et a eu la chance du débutant. Ou ptêt que ce sont les esprits de ses prédécesseurs qui se sont cotisés pour lui acheter un PC de relance de son tir complètement foireux. Ou ptêt que ce sont les Orks qui ont fait le coup. Ou les Necrons. Ou l’Empereur. Ou Alexandre. Bref, c’est flou. En tout cas, Danial et Luk sont estomaqués par cette belle histoire, et promettent d’aller se coucher pour pouvoir eux aussi devenir de vrais pilotes de Chevalier dès le lendemain… s’ils réussissent l’ardue épreuve de DEVENIRATION bien sûr…

 

 

Avis :

Andy Clark nous sert le B.A.BA de la nouvelle Chevaleresque, dégoulinant de bravoure désintéressée et de puissance martiale débridée, avec ce très convenu ‘Becoming’. On peut en partie lui pardonner en replaçant ce travail dans le contexte de la série qu’il a écrite sur cette faction, à l’époque assez nouvelle, de l’univers de 40K, et dont ce court format ne sert que de pièce d’introduction aux romans ‘Kingsblade’ et ‘Knighstblade’, dont Danial et Luk sont les protagonistes. Cependant, même ce lourd passif (jamais facile de devoir écrire de la GW-Fiction commerciale) n’excuse pas le manque assez total d’inspiration dont ‘Becoming’ est frappé. Le « twist » final est représentatif de cette carence fatale : c’est bien beau de révéler la face cachée, et donc moins glorieuse, d’une légende de propagande, mais ça aurait été plus efficace si on avait vraiment su le fin mot de l’histoire, au lieu de cette conclusion de Normand. Très dispensable.

 

Fluff :

  • Adrastapol : Monde Chevalier de l’Imperium, gouverné par plusieurs Maisons nobles, dont les Maisons Draconis, Chimaeros, Pegasson et Minotos. Brièvement envahi par les Orks du Big Boss Skarjaw au 41ème millénaire.

     

 

Crusade //Croisade merci @gilian et @Red Qafe !

Révélation

Crusade & Other Stories/2018/125 pages

 

Intrigue :

croisade-autres-rc3a9cits.pnggilian :

Au début de la Croisade Indomitus, alors qu’ils viennent de purger le monde de Knassos, le croiseur de combat « l’Epée du Primarque » et sa compagnie de Space Marines dirigée par le lieutenant Cassian, a connu un problème de navigation et doit sortir prématurément du Warp dans le système Kalides avec un vaisseau incapable de repartir. La planète capitale du système est assiégée par la Death Guard et après de durs combats finit en apothéose avec un duel entre Cassian et le commandant ennemi.

 

Mais rien n’est jamais fini car seule la mort met fin au devoir et le lieutenant se retrouve nominé au rang de Dreadnought Cassian. Mais cela est une autre histoire.

 

Red Qafe :

Nous suivons le lieutenant Cassian des Primaris Ultramarines, faisant partie avec ses troupes d'une force de frappe basée sur le croiseur d'attaque nommé "L'épée du Primarque", faisant partie de la Croisade Indomitus. Séparés du reste de la Croisade, leur croiseur se retrouve dans le système Kalides, en proie à une attaque de la Death Guard. Ils vont débarquer sur la planète principale pour combattre la Death Guard en supériorité numérique et tenter de se replier dans la tour astropathique largement défendue.


Bon, la nouvelle sert à introduire les Primaris et leurs unités de la V8, faire une histoire Ultramarines vs Death Guard (comme dans la trilogie sur Guilliman) et donc n'a rien de spécial pour quiconque lit les autres livres.


On va juste citer que Cassian est approché par des Aeldaris qui lui disent qu'il sauvera leur vaisseau monde ou un truc comme ça, et à la fin de l'histoire il est placé dans un sarcophage Dreadnought.

 

Schattra :

Alors que la Croisade Indomitus bat son plein, nous partons à la rencontre d’une force de Primaris Ultramarines, que les aléas de la guerre et les caprices du Warp a détourné de sa destination initiale. Ayant récemment ramené Knassos dans le rang (impérial), le Lieutenant Cassian et ses hommes émergent de l’Immaterium1 dans le système de Kalides, contraints et forcés d’y faire étape à la suite des avaries provoquées par la tempête Warp essuyée par le Primarch’s Sword, leur croiseur d’attaque de fonction. Leur propulseur Warp étant pour le moment hors service, les Ultramarines espèrent trouver sur le monde de Kalides Prime, coupé de l’Imperium depuis l’ouverture de la Cicatrix Maledictum, de quoi réparer leur joint de culasse (c’est toujours le joint de culasse), ou au moins envoyer un SMS d’excuse à Guilliman en utilisant le relais astropathique local. Par manque d’informations fraîches sur la situation de la planète, Cassian et ses lieutenants adjoints, l’Archiviste Keritraeus et le Chapelain Dematris optent pour une approche gardée, qui se révèlera sage car Kalides est assiégé par une bande de guerre de la Death Guard, ayant réduit la capitale planétaire, Dustrious, en ruines, et mis le siège à l’ultime forteresse de la cité, où se terre le collège des Astropathes. Bien que surclassés en nombre, les Primaris n’hésitent pas une seconde à voler, ou plutôt tomber, au secours des locaux, et engagent les troupes purulentes du Seigneur de la Peste Gurloch.

 

La campagne qui s’en suit verra les derniers nés de la famille Astartes exhiber leurs spécificités et matériel flambant neuf (mention spéciale aux Inceptors, qui partiront faire du flyboard au-dessus de Dustrious en préparation de l’arrivée du gros des troupes), épaulés quand le besoin s’en fait sentir par les restes d’un régiment de Cadiens bien éprouvés et totalement grippés, et une petite bande d’Eldars des Vaisseaux Mondes, dont la Prophétesse a vu en Cassian un futur allié d’importance pour la survie d’Yme’Loc, et n’hésite donc pas à cramer une relique millionnaire2 pour tirer ce dernier et ses séides d’un bien mauvais pas. De l’autre côté du ring, les prouteux de Gurloch, un brave type très jovial mais tellement sale que même sa voix dégouline de sueur (ce qui n’est pas donné à tout le monde) encaissent et rendent les coups avec toute la fortitude caractéristique des fils de Mortarion, et continuent à préparer l’apothéose pesteuse que leur Seigneur fomente pour s’attirer les bonnes grâces du Grand-Père. Et comme toutes les bonnes choses dans la vie, ce bouquet (de germes) final doit mijoter un certain temps pour révéler toute sa saveur et son onctuosité. L’intervention des Guilliboys doit donc être supportée et contenue assez longtemps pour permettre au chef d’œuvre de Gurloch d’arriver à maturité, mais les loyalistes ont bien évidemment un tout autre avis sur la question…

 

1 : La scène est assez drôle car on la suit depuis les yeux (?) d’une sonde de détection située à proximité du point de Mandeville du système, qui finit tel un moucheron sur le parechoc du fier vaisseau de l’Astartes. Il faudra rembourser messieurs.

 

2 : C’est encore plus vieux que millénaire, ce qui pour un Eldar, n’a pas grande valeur. Cependant, comme Cassian le fait justement remarquer, ce n’est pas parce qu’on lui balance un bout de bois carbonisé dans les bottes en prétendant qu’iI s’agit de la Canne du Rêveur (jamais entendu parler) qu’il va se mettre à genoux devant le premier Zoneille venu.

 

Avis :

gilian :

Personnellement j’ai trouvé un peu lourd la description de toutes les figurines Primaris de la nouvelle gamme mais j’ai quelques années de retard pour lire la nouvelle et je dois admettre qu’à la sortie du jeu, j’aurais été plus curieux que maintenant. Cette nouvelle fait très bien le taf en introduisant toute la gamme de gurine Primaris avec force détails. Et en mettant le lecteur directement dans le bain. (Apres y’a des eldars qui se tape l’incruste mais bon).

 

Schattra :

Ayant été un brin échaudé par ma première expérience de novella « d’initiation » aux franchises de Games Workshop à la suite de la lecture du décevant Sacrosaint // Sacrosanct de C. L. Werner, j’abordai cette Croisade avec un sombre pressentiment. Après tout, si un auteur confirmé comme l’homme au chapeau n’était pas capable de rendre une copie intéressante en mettant en scène des Stormcast Eternals, quel espoir y avait-il qu’un petit nouveau comme Andy Clark fasse mieux avec des Ultramarines Primaris, sans doute la faction la plus lisse de tout Warhammer 40.000 ? Eh bien, qu’il soit écrit ici que j’avais tort de douter de Mr Clark, qui s’est sorti haut la main de cet exercice imposé des plus périlleux.

 

Croisade étant d’abord un récit destiné à faire vivre les figurines d’une boîte de jeu 40K (Dark Imperium) et d’introduire le background de cet univers aux nouveaux hobbyistes, la première satisfaction que l’on peut tirer de cette novella tient au fait qu’elle réalise cette mission de façon sérieuse mais non ennuyeuse, ce qui était ma crainte principale. Certes, Clark passe en revue avec un détail qui pourrait sembler excessif dans une soumission classique de la BL toutes les escouades et personnages de son casting, précisant à chaque fois son rôle et ses missions au sein de sa faction. Mais il réussit le tour de force de le faire sans trop forcer le trait, ce qui rend la lecture de sa prose supportable pour le vétéran. L’intrigue de son récit, pour simple qu’elle est, offre un cadre robuste à l’empoignade entre Ultramarines et Death Guard, et, si le déroulé de Croisade se concentre majoritairement sur des scènes de combat (ce qui est, encore une fois, logique au vu du cahier des charges de cette publication), Clark parvient à aller au-delà de l’escarmouche bête et méchante, en faisant le lien avec le « macro-fluff » que constitue la Croisade Indomitus, et au travers de cette dernière, le retour de Guilliman et l’avènement des Space Marines Primaris. Enfin, la conclusion de la novella réussit à équilibrer de façon intéressante les côtés grimdark (Cassian, grièvement blessé lors de son combat contre Gulroch, atterri dans un caisson de Dreadnought) et épique (caméo de Guilliman, qui félicite son fils1 de ses actions sur Kalides et rebooste roboute le moral de toute l’équipe en leur promettant une belle bagarre à ses côtés dans quelques jours) de 40K, ce qui donne au newbie une bonne idée de la tonalité des franchises de GW en général.

 

Au-delà de ces premières considérations, j’ai également apprécié le souci apporté par l’auteur à mettre en avant de façon positive toutes les forces en présence, y compris les antagonistes, ce que Werner n’avait pu ou voulu faire dans Sacrosaint. S’il n’y avait guère à s’employer pour les Primaris, dont la totalité du background hurle « onélégenti », les Cadiens et les Eldars ne sont pas en reste, les premiers étant dépeints comme des parangons de bravoure et de dévotion, se sachant surclassés et condamnés mais accomplissant leur devoir sans faillir jusqu’au bout2, les seconds comme les gardiens du destin de la galaxie et des psykers incomparables. La Death Guard n’est pas desservie non plus, et ne se contente pas de jouer les faire valoir pour la bleusaille de Guilliman. Dotés par Clark de qualités littéralement appréciables, dont une bonne humeur généralisée mais également une solidarité entre Légionnaires (ce qui nous change des méchants sociopathes qui détestent tout le monde), ainsi que d’une stratégie compréhensible et valable3, Gurloch et ses affreux font jeu égal avec Cassian et ses vertueux en termes d’investissement du lecteur, ce qui est suffisamment rare pour être souligné.

 

Enfin, je dois reconnaître à Andy Clark une réelle capacité à intégrer à son propos des éléments clairement calibrés pour le lecteur BL confirmé, ce qui révèle une maîtrise et un intérêt pour le fluff qui sont évidemment des éléments positifs. Parmi les bonnes idées ou Easter Eggs parsemant Croisade, citons la joie incrédule du Capitaine Dzansk lorsque Cassian lui apprend que Guilliman a ressuscité (on a tendance à oublier que l’information ne circule pas aisément à l’échelle galactique, surtout avec le brouilleur géant que représente la Cicatrix), le petit clin d’œil théorique/pratique tiré du Codex Astartes, ou encore la vision comateuse de Cassian après sa victoire contre Gulroch, qui laisse sous-entendre que c’est Sanguinius en personne qui vient proposer au héros meurtri de déposer les armes. Au final, ce que j’aurais pensé n’être qu’une introduction passable au recueil de nouvelles Croisade et Autres Récits s’est révélé comme une des bonnes surprises de cet ouvrage, et l’un des textes les plus intéressants de ce dernier. Bravo Mr Clark, bravo. 

 

1 : Il aurait bien séché ses larmes aussi, mais sur un Dreadnought, c’est compliqué. 

 

2 : À l’image du Capitaine Dzansk, dont le sacrifice altruiste et explosif ne fut pas pour rien dans l’issue heureuse du combat entre Cassian et Gurloch.

 

3 : La lecture de la novella permet ainsi de comprendre pourquoi Gurloch, qui en avait pourtant la capacité, n’a pas envahi la forteresse de Dustrious avant l’arrivée des Ultramarines. La raison donnée par Clark est à la fois crédible et fluff, ce qui à mettre à son crédit.

 

Fluff :

  • Death Guard (organisation) : Il est fait mention d’un Plaguelord Morbidius, auquel est rattaché la force (assez conséquente, puisque comptant plusieurs centaines d’Astartes) du Seigneur Grulthor. Cette dernière appartient à la 3ème Compagnie Pesteuse de l’Enclume de Mortarion. La Death Guard récupère les glandes progénoïdes de ses défunts, et la bénédiction de Nurgle ne permet pas une conservation plus longue de ces précieux organes (rq : ce serait même plutôt le contraire, la pourriture rapide de ces derniers compromettant les chances d’une implantation réussie chez les aspirants de la Légion).
  • Death Guard (mentalité) : Aucun guerrier de la Death Guard ne refusera un ordre, même insultant, si cela risque de mettre en doute son endurance ou sa force (rq : c’est comme ça qu’Abaddon fait descendre les poubelles par Mortarion de façon très régulière). En tant que disciple de Nurgle, la Death Guard cherchera parfois à prolonger un combat qu’elle pourrait remporter rapidement afin de maximiser la souffrance et le désespoir de l’adversaire, ce qui contente le Grand-Père et permet à ses Champions de gagner son estime (rq : cela peut se retourner contre eux en laissant le temps à leurs ennemis de contre-attaquer ou à des renforts d’arriver sur place).
  • Nurgle (maladies) : Parmi les innombrables maux concoctés par ce dieu, on compte la slitherpox et le churning lung, utilisés par la Death Guard contre leurs ennemis.
  • Space Marines (organisation) : Les corps des frères de bataille tombés sont marqués sur les cartes tactiques avec des runes pour permettre aux Apothicaires de récupérer leurs glandes sans perdre de temps.
  • Ultramarines (Vaisseau nommé) : Le Primarch’s Sword est un croiseur d’attaque affecté à une Compagnie de Primaris pendant la Croisade Indomitus.

 

Consequences merci @Kaelis ! 

Révélation

The Psychic Awakening (VIII) - War of the Spider/2020/4 pages

 

Intrigue :

Sur le pont du Lux-Imperator, tout le monde est figé d’effroi après que le Shield-Captain Tyvar ait ordonné l’arrestation du Capitaine Gerion et ses trois Primaris. En effet, il était du devoir de Tyvar et de Dessima, Knight-Centura des Sisters of Silence, d’apporter sur le monde de Khassedur deux compagnies complètes de Primaris afin de renforcer les effectifs des Brazen Drakes. Mais ils découvrent en arrivant que le monde des Brazen Drakes est livré aux flammes de la trahison et de la rébellion. Le Shield-Chaptain pointe donc désormais sa direction en direction des Primaris.

 

Il leur ordonne de se rendre et d’attendre que les choses soient éclaircies quant à leur futur même s’il ne fait aucun doute de l’hérésie de leurs frères. De son côté, Gerion plaide l’ignorance sur le devenir du chapitre, une machination de l’ennemi et à l’extrême limite, la nécessité pour lui et ses frères de reprendre le rôle de leurs feu frères pour faire régner l’ordre dans ce coin de la galaxie.

 

L’un des frères de Gerion s’exclame qu’on ne leur laisse aucune chance de prouver leur loyauté et qu’ils ont déjà combattu  au nom de l’Empereur mais ne finira pas sa plaidoirie, coupé par un bolt de Tyvar. C’est le déclenchement des hostilités, le pont passe en lumière rouge et la fusillade commence, les plus malheureux se trouvant être l’équipage humain qui n’a pas les réflexes pour survivre en se retrouvant au milieu d’une confrontation entre deux camp post-humains.

 

Gerion, se sentant trahi, déclare par vox à ses frères que toute personne extérieure au chapitre doit désormais être traitée en ennemi et qu’ils doivent quitter la flotte. Dessima de son côté égorge l’un des Primaris, et Tyvar en empale un autre. Le Shield Captain affronte ensuite Gerion qui a sorti son épée énergétique. Le Primaris accuse le Custodes de l’avoir poussé à ses actes pendant que Tyvar lui dit que sa corruption est inscrite dans ses gênes de traitre. La force combinée de Tyvar et Dessima met à mal le Capitaine qui se fait percer un cœur et n’est sauvé que par l’arrivée providentielle d’autre de ses Primaris qui débarquent sur le pont.

 

Les Sœurs du Silence, se jettent à couvert et Dessima demandent aux Proszecutors survivantes de prendre à revers les Primaris. Alors qu’elles partent, elle remarque que Tyvar charge les rénégats de face et décide qu’elle ne peut le laisser affronter seul les nouveaux hérétiques. Prenant sa suite, elle tranche quelques Primaris et affronte à nouveau Gerion, qui finira empalé par Tyvar.

 

Reprenant son souffle, elle reçoit le rapport de plusieurs de ses Sœurs qui font état de conflits dans toute la flotte face aux Primaris. Demandant à Tyvar ce qui vient de se passer, celui-ci lui annonce qu’une nouvelle mission leur ait désormais attribuée : trouver et tuer tous les Brazen Drakes, anciens ou nouveaux, pour purger leurs rangs.

 

Avis :

Cette nouvelle intègre les Custodes et Tyvar, et montre à quel point 10 millénaires passés à garder l'Empereur donne aux golden boys un aspect très fachos eugénistes. Un peu bolter porn mais ça passe, on renoue avec l'aspect tragédie de 'Burden of Brotherhood', notamment avec le candide Capitaine Gerion qui se retrouve dépassé par cet Imperium à la vision manichéenne et qui meurt sur un "Emperor, no!" qui résume toute l'horreur de cette scène fratricide.

 

Revelation

Révélation

Character Week 2020/2020/12 pages

 

Intrigue :

revelation.pngIl n’est certes pas tous les jours facile d’être une idole, et ce n’est pas Sainte Célestine qui vous dira le contraire. Participant à la défense de la planète Machoria, assiégée par une horde de cultistes et démons de Khorne, notre héroïne a fort à faire pour maintenir le moral des troupes intact, mission qu’elle doit assurer seule depuis l’extermination totale1 du contingent de bonnes Sœurs qui l’accompagnaient par ces misogynes de Khorneux. Mais que fait Marlène Schiappa, on se le demande bien. Alors que la vague rouge se prépare à déferler une fois encore sur les positions impériales, Céloche se livre donc à un discours inspirant et à quelques poses martiales pour donner du cœur à l’ouvrage à ses bidasses (avec une conviction apparente qu’elle est loin de ressentir), avant d’enchainer sur quelques bannissements de Sanguinaires malchanceux à grand renfort de sa Lame Ardente.

 

C’est le moment que choisit son homologue et néanmoins ennemi mortel, Arnokh le Seigneur du Sang, pour lui proposer un duel à mort, histoire de faire un beau cadeau à sa divinité tutélaire. Cette dernière a en effet une sainte horreur des colombes, qui passent leur temps à larguer leurs fientes sur son bon trône de crânes. Voila qui coûte cher en entretien. Après s’être balancés quelques amabilités, le Prince Démon traitant la Sainte de vieille folle aux pigeons, et cette dernière ripostant en lui demandant s’il s’est mis à la musculation (il fait trois fois sa taille et X fois sa carrure) après s’être fait plaqué par Helga Pataki2, les deux adversaires commencent à se mettre sur la tronche, et Célestine a rapidement le dessous.

 

Malmenée par les horions hacheurs du démon, la Sainte perd du terrain, des points de vie et même un bout d’aile de jet pack, mais gagne en retour quelques visions de son lointain et brumeux passé, à commencer par sa transformation de Redemptia en pénitence en icône impériale. Pour vivaces que soient ces flashbacks, qui se manifestent à chaque fois que notre héroïne se prend une mandale un peu trop appuyée de la part de ce butor d’Arnokh (‘Célestine chine l’armure de Sainte Katherine aux puces’, ‘Célestine passe le kärcher à Aspiria3’), n’aident pas vraiment l’élue de Pépé à tenir en respect son tourmenteur. À deux doigts du renoncement et de la défaite, elle reçoit une dernière illumination/hallucination made in l’Empereur, où la petite part d’humanité qui lui reste lui demande expressément de jeter l’éponge pour arrêter de souffrir et mourir en paix. Cette proposition indigne outrage suffisamment notre égérie pour qu’elle reprenne du poil de la bête, passe en mode mégère pas du tout apprivoisée, réapprenne à voler (ça ne marche pas tout le temps apparemment) et vienne inscrire Arnokh sur le registre des hommes (ou équivalent) battus du Segmentum. Le bannissement du patron remettant en cause la présence des sous-fifres dans le Materium, et allant jusqu’à provoquer une belle éclaircie sur le champ de bataille, c’est une nouvelle victoire qui se profile pour l’Imperium. Merci qui ? Merci Titine !

 

Avis :

Je n’attendais pas grand-chose de cette nouvelle sur Sainte Celestine, personnage nommé qui ne m’inspire guère, et je n’ai pas été déçu (malheureusement). Andy Clark nous sert une histoire d’un classicisme absolu, où le.a brave héros.ïne se fait malmener par un méchant vraiment trétékosto, mais finit par l’emporter grâce à son mental à tout épreuve/un sursaut d’orgueil déclenché par un random event/une intervention mystico-divine, et, surtout, son armure de scenarium. Dans le rôle du heel, Arnokh l’armoire comtoise de Khorne accomplit sa tâche (ingrate) sans trop démériter. De son côté, Celestine peut vaguement intéresser le lecteur par ses états d’âme sur la toute puissance de l’Empereur, et ses quelques réminiscences, totalement gratuites en termes de fluff et/ou déjà couvertes ailleurs, ce qui ne fait pas lourd. Mon principal regret est qu’Andy Clark, qui pourtant est le biographe attitré de Madame au sein de la Black Library (‘Celestine : The Living Saint’, ‘Shroud of Night’), n’ait pas exploité le super pouvoir narratif de son personnage, à savoir la capacité de mourir et de revenir à la vie, qui lui aurait permis de donner un peu de suspens à son histoire. Bref, vraiment très peu à tirer de ce crêpage de chignon, ou plutôt, arrachage de frange, sur Machoria, ce qui est un peu triste pour une nouvelle sensée mettre en avant son personnage principal…

 

1 : Cela inclut même les fidèles Geminae Superia lui servant de gardes du corset. Heureusement que leur régénération fait partie de l’abonnement souscrit auprès de Big E.

 

2 : De la série ‘Hé Arnokh !’ bien sûr. Référence peut-être datée.

 

3 : Le monde cathédrale dont est originaire Aspirine, la Sainte Patronne des Sœurs Hospitalières.

 

Fluff :

  • Sainte Célestine : A combattu sur Machoria en compagnie de la Garde Impériale, et a vaincu en combat singulier le Prince Démon Arnokh le Seigneur du Sang qui commandait l’ost chaotique. A également participé à la campagne d’Aspiria, où elle a vaincu une incursion de Word Bearers.

 

Sanctuary and Sacrifice merci @gilian !

Révélation

The Gate of Bones/2021/3 pages

 

Intrigue :

Le translocuteur de première classe Tane était pressé, il avait une missive importante à remettre à sa hiérarchie. Il ne les lisait jamais mais cette fois il avait décidé de la lire et il savait que c’était urgent et que les plus hautes instances devaient être mises au courant.

 

Mais quand vous êtes dans l’Imperium, vous savez que rien ne va jamais vite. Et il va devoir batailler avec ses supérieurs pour faire remonter l’information.

 

Heureusement, pour une fois, la chance semble sourire et sa supérieure, après l’avoir menacé décide, elle aussi que le message est important.

 

L’Imperium Nihilus résiste malgré la tempête…

 

Note : cette fois l’Empereur fait le boulot jusqu’au bout plutôt que de laisser l’information s'enliser dans les méandres de la bureaucratie impériale.

 

Avis :

Andy Clark nous rejoue en trois petites pages le même scénario que l’arrivée de la découverte du nexus paria sur Terra dans le précèdent roman, mais là où Guy Haley avait fait durer l’intrigue sur plusieurs chapitres et l’avait bien étoffée, Andy Clark l’expédie vite fait en début de roman.

 

La nouvelle est accompagnée de la préface d’Andy Clark dans laquelle il explique qu’il a été surpris quand Mike Kyme lui a demandé de participer à la série « l’Aube de Feu ».

 

Il était enthousiaste et pressé de commencer à aider jusqu’à ce qu’il comprenne que Kyme ne cherchait pas un éditeur mais un écrivain. A partir de là, le stress et la pression ont commencé à s’installer.

 

Il espère s’en être bien tiré et pouvoir continuer à écrire des romans pour la Black Library.


Heureusement pour lui, le roman est bien meilleur que cette nouvelle.

 

Fluff :

-

 

 

Andy Hoare (3)

Révélation

 

Andy Hoare fait partie de la cohorte des concepteurs de jeu du studio Games Workshop (il a notamment travaillé sur la 4ème édition de 40K, ainsi que contribué à une demi-douzaine de Codex) à avoir fait un crochet du côté de la GW-Fiction. Spécialisé dans le libre marchandage ('Rogue Star', 'Star of Damocles', 'Ambitions Know No Bounds', 'Cold Trade') et les virées en békhan ('Savage Scars', 'Hunt for Voldorius'), il a aussi écrit l'aptemment nommé 'Commissar' et la nouvelle 'The Long War'.

 

Le Guide de l'Exploiteur Galactique : Brielle Gerrit & Cie (1)

 

Cold Trade

Révélation

Hammer & Bolter #25/2012/21 pages

 

Intrigue:

Tout commence par une approche simple, basique, de la navette contenant la Brielle susnommée, ainsi que le pilote privé d’icelle (le clan Arcadius a beau être dans la dèche, ils ont tenu à garder leur petit personnel, c’est tout à leur honneur) en direction de la capitale d’un monde marais situé en périphérie de l’Impérium, et pas franchement bien tenu. Nullement intimidée par l’accueil un peu froid qu’elle reçoit de la part de la tour de contrôle locale, dont le lance-pierres reste braqué sur son vaisseau pendant la durée de sa descente, Brielle a tôt fait d’entraîner son larbin (Ganna) ainsi que deux serviteurs portant une énaûrme caisse dans l’effervescence animée de Quagtown, renommée dans tout le sous-secteur pour le cabaret sauvage qu’elle abrite. C’est vers ce dernier que l’héritière des Arcadius se dirige d’un pas décidé, et finit par parvenir après s’être jouée d’un trio de Blood Axes pas vraiment physionomistes ainsi qu’un piquet de plantons assez impressionnables.

 

Arrivé à bon port, notre quatuor a à peine le temps de se commander à boire auprès d’une serveuse si vicieuse qu’elle a dû venir directement de Paris intramuros (du Marais aux marais, c’est le karma) et de jeter un œil au show barnumesque faisant office d’animation que le propriétaire des lieux fait son entrée et convie menonctueusement  (mais si, vous avez compris) nos héros à s’isoler avec lui pour parler affaire. Tant que nous y sommes, présentons un peu notre bonhomme car il vaut certainement le détour : le Baron Gussy est en effet un homme patchwork, constitué de petits bouts d’autres personnes patiemment assemblés pour obtenir un individu totalement flamboyant1, comme son titre et son nom l’auront déjà révélé aux plus anglophones de nos lecteurs. BG étant un bg, il commence par tailler le bout de gras avec la plantureuse Brielle, après avoir séparée cette dernière de son escorte, dont le rusé personnage a supposé, non sans justesse, qu’elle ne servait qu’à détourner l’attention des faquins du vrai trésor apporté par Voyelle, et qui se trouve être un anneau de transmutation. De son côté, notre héroïne insiste également pour reluquer la camelote, et Gussy s’exécute en déballant le grand jeu : un phallus chromatique porte-clé collector (sans doute le Tamagotchi McDonalds de 1997, il coûtait déjà 20 balles 20 ans après, alors imaginez 38.000 ans plus tard…), qu’un fan die-hard est prêt à acquérir pour la coquette somme d’un monde vierge.

 

Comme on peut se l’imaginer, les négociations qui s’engagent immédiatement ne sont badines qu’en apparence, Gus’ ayant la mauvaise idée de vouloir prendre Brielle en otage pour obtenir le beurre, l’argent du beurre et le c…ourire de la crémière, en extorquant au clan Arcadius quelques-unes de ses possessions terrestres (littéralement) en échange d’un retour de la fille chérie du patriarche en un seul morceau. Malheureusement pour lui, la donzelle dissimulait un gadget joakero dans l’une de ses dread, et la fatuité satisfaite de l’homme coupon se mue rapidement en rage impuissante lorsque Bridelle donne l’ordre à son vaisseau en orbite de dégommer un à un les pieds à terre quagesques de l’aristo mégalo. N’ayant pas les nerfs nécessaires pour rester dans la partie, et peu aidé il est vrai par le niveau d’amateurisme profond de ses nervis, Gussy, pris à son tour en otage par Brielle, ne peut qu’assister au départ triomphal de cette dernière, qui repart de Quag avec anneau, babiole et sans avoir payé sa consommation, ce qui est la porte ouverte à toutes les fenêtres et la mort assurée du petit commerce. Rouges (et pour une fois, ce n’est pas une faute d’accord, vu le pedigree du bonhomme) de colère et de honte, l’infortuné Baron rentre au bercail pour s’en jeter un petit, et découvre le dernier cadeau que lui a fait son invitée avant de partir : la caisse apportée par les deux serviteurs briellois n’était en effet pas vide du tout, mais contenait une charge plasma au bord de la surcharge et astucieusement mis sous stase, jusqu’à récemment. Bilan des courses : une déco d’intérieur complètement refaite, même s’il faudra attendre quelques millénaires que la peinture sèche. Rendez-vous en 45K.

 

1: Et à peiiiiiiine inspiré d’Armand Wessaen (Ravenor : Renaissance), mais on ne pique que les bonnes idées, c’est bien connu.

 

Avis:

Pour être tout à fait honnête, j’ai entamé Cold Trade avec un manque d’enthousiasme non dissimulé, la précédente tentative d’Andy Hoare de faire vivre à Dame Brielle de trépidantes aventures s’étant soldée par un ratage dans les grandes longueurs2. Toutefois, au fur et à mesure que s’enchaînaient les pages, je dus reconnaître que ce deuxième jet était bien plus abouti que le premier, à mon grand plaisir. Outre le fait que le casting réduit contribue grandement à dynamiser l’action, le propos assez novateur, ou en tout cas peu fréquemment utilisé (et quand c’est le cas, généralement par des auteurs de bon niveau, Abnett en tête) de la rencontre professionnelle entre gens louches de l’Impérium, sans que la baston soit – nécessairement – à l’ordre du jour, constitue une bouffée d’air frais dans une littérature BL-esque n’ayant jamais eu ni honte ni assez de distribuer bourre-pifs et bolts nuit et jour, à tout venant. Personnellement, je suis fort aise que Hoare ait opté pour l’approche diplomatique dans Cold Trade, d’autant plus qu’il arrive à dérouler son propos avec aisance et cadence, les péripéties et descriptions (arrivée sur Quag, recrutement de mercenaires, confrontation avec les Orks, puis avec les gardes, freak show, négo’, évasion, conclusion) s’enchaînant sans temps morts. Je le félicite également pour avoir donné à sa nouvelle un méchant digne de l’univers baroque et dépravé qu’est Warhammer 40K, la particularité physique du Baron Gussy étant suffisamment plastique et mémorable (même si le mérite en revient, encore une fois, en grande partie à Abnett) pour lui gagner une place dans le panthéon des trognes les plus singulières de la cosmogonie du 40ème millénaire. On en regretterait presque qu’Andy ait (jusqu’à présent) cessé de mettre en scène son héroïne, qu’il commençait à manier avec quelque chose approchant l’habileté. L’Empereur m’en soit témoin, c’est loin d’être donné à tout le monde au sein de la BL.

 

2: Il y a toujours des attractions touristiques qui semblent bien sur le papier et qui se révèlent être d’horribles attrape-nigauds au final. Dans l’univers des nouvelles 40K, ce sont les tombes nécrons.

 

Fluff:

  • Mondes frontières: Ces planètes situées à l'extrémité de l'Imperium ont des standards plutôt coulants en matière de tolérance des mutants et des Xenos. En témoigne la présence tolérée sur Quag d'un petit groupe d'Orks Blood Axes, embauchés comme gros bras par le Baron Gussy.
  • Terra: Des régions du monde trône sont possédées par des clans Rogue Trader (Pépé a du mettre le parc immobilier en viager pour assurer ses vieux jours!). Le clan Arcadius, auquel appartient Brielle, dispose ainsi de Zealandia (probablement la Zélande actuelle).

 

 

Autres (2)

 

Hunter/Prey

Révélation

What Price Victory/2004/24 pages

 

Intrigue:

40k_hunter-prey.pngLa préparation de la <insert random number here> 13ème Croisade Noire bat son plein, et les mondes impériaux entourant la Porte Cadienne reçoivent la visite, pas franchement amicale, de légionnaires noirs de livrée et d’humeur afin d’organiser la venue prochaine de Papadon. Ormantep, planète désertique parsemée de colonies minières de l’Adeptus Mechanicus, ne fait pas exception à la règle, mais peut au moins compter sur une forte garnison de Cadiens pour préserver son intégrité, ou mourir bravement dans la tentative, comme la Garde sait si bien le faire. Nous suivons en particulier les pérégrinations mystico-impertinentes de la Lieutenant Neme Fortuna, Psyker assermentée et objectrice de conscience patentée1, rattachée au Capitaine Vrorst et ses Kasrkins. Tout ce petit monde soldate gentiment dans le bunker qui lui a été alloué par le haut commandement, en gardant en œil sur la Chambre des Etoiles et sa garniture d’Astropathes, lorsque la routine est interrompue par l’arrivée inattendue d’objets tombant non identifiés à proximité de la base impériale. N’étant pas né de la dernière pluie, Vrorst envoie quelques hommes patrouiller à proximité, et lorsque ces derniers se font copieusement bolteriser par les nouveaux arrivants, dissimulés dans une tempête de sable de mauvais aloi, peu de doute subsiste sur les intentions ou l’identité des visiteurs. Comme on dit sur Terra : « Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir ».

 

La suite des événements voit les Cadiens monter une défense désespérée mais en définitive futile contre leurs assaillants, qui ont pris soin d’inviter un sorcier top moumoute pour geler (littéralement) les communications astropathiques enter Ormantep et le reste du secteur. Retranchés dans la Chambre des Etoiles, les survivants impériaux se préparent à vendre chèrement leur armure carapace, lorsqu’un nouveau joueur entre dans la partie sans crier gare…

 

Révélation

…Ou plutôt à pas de loup, car ce sont bien les Space Wolves qui s’invitent dans l’explication de texte entre groupies abaddonesques et bidasses impériaux. Et pas n’importe quels loulous, mais, 13ème Croisade Noire oblige, des membres de la 13ème Grande Compagnie, venus jeter un œil hors de l’Œil après quelques millénaires d’absence. À la tête de la meute, un Prêtre des Runes à peu près civilisé engage le sorcier chaotique en combat singulier au moment où il allait enrubanner Fortuna et Cie dans une gaze infernale, avec les conséquences fatales que l’on sait2. Cette distraction bienvenue permet à notre Lieutenant de retarder la mort glorieuse qui a fauché la plupart de ses camarades, Capitaine Vrorst compris, et la Psyker renvoie l’ascenseur à son sauveteur, sur le point d’être transformé en descente de lit par le Chaoteux, en balançant à ce dernier une grosse (s)mite en pleine face. Cette victoire inespérée des fidèles de l’Empereur manque toutefois d’être endeuillée par un Wulfen très joueur, qui saute que Fortuna pour lui faire des papouilles alors que le Prêtre des Runes reprend ses esprits. Fort heureusement, le chef de meute siffle son clebs avant que l’irréparable ait été commis et une euthanasie (de la Psyker) nécessaire. Après avoir balancé une phrase badass de circonstance, du style « le facteur sonne toujours deux fois » ou « to win the yes needs the no to win against the no », le treiziste vétéran repart comme un royal canin, laissant notre héroïne sauve mais perplexe.

 

1 : Le nombre de fois où elle manque de respect et/ou remet en question son supérieur au cours de la nouvelle mérite une mention. Et la cour martiale.

 

2 : Si on serre très fort, le sujet peut en mourir hein. Faut pas rigoler avec ça.

 

Avis:

Il y a des nouvelles dont la date de sortie explique beaucoup de choses, et ‘Hunter/Prey’ fait partie de cette catégorie. Publiée originellement dans le numéro #37 d’Inferno !, sorti en Juillet 2003, soit au moment de la campagne mondiale Œil de la Terreur organisée par Games Workshop pour décider du sort de la 13ème Croisade Noire, ce court-format sert d’illustration romancée au contenu du Codex éponyme, dont Andy Hoare se trouve être, surprise surprise, un des co-auteurs. Les Wulfens de la 13ème Grande Compagnie faisant partie des factions stars de ce supplément de jeu, il n’est guère étonnant de les voir mis en avant dans une nouvelle de la Black Library à ce moment précis, encore que Hoare ne les mette pas à mes yeux tellement en valeur pour le lecteur. Certes, ils sont dépeints comme pouvant massacrer des Space Marines du Chaos comme qui rigole, mais leur intervention dans le récit est trop tardive et limitée (ils restent majoritairement hors champ, et seul le Prêtre des Runes qui leur sert de nounou prend un peu la lumière) pour faire forte impression. La vedette est au contraire occupée par les vaillants mais peu efficaces Kasrkins Cadiens, qui meurent avec application d’un bout à l’autre de l’histoire. Le plus gros problème de ce ‘Hunter/Prey’ demeure toutefois son manque consommé d’inventivité et de surprise en matière de déroulé, faisant ces 24 pages une version deluxe d’un encart de background romancé dans le Codex ‘Œil de la Terreur’ davantage qu’une œuvre de fiction digne ce nom. Au moins, l’illustration est sympa.

 

Fluff:

  • Ormantep : Planète minière située à proximité de la Porte Cadienne.

 

The Long War merci @Celtic_cauldron !

Révélation

Treacheries of the Space Marines/2012/45 pages

 

Intrigue:

Il s'agit de la phase finale d'un siège mené par une Grande Compagnie Iron Warriors contre une forteresse impériale.

 

Avis:

Soyons honnête, c'est un bon rapport de bataille qui sert bien à vendre le Dex Chaos V6 et les nouvelles unités. Cela commence comme une bataille d'Apocalypse (avec Titans, formations d'Artillerie...) pour finir en bataille de 40K à 2000 points. Vous y trouverez toutes les unités du Dex (toutes citées au moins une fois, j'ai vérifié). Vous l'aurez compris, c'est ce que j'aimerais voir plus dans WD, mais pas dans ce genre de publication.

 

Fluff:

Ben... Je cherche encore quoi dire...

 

 

Andy Smillie (15)

Révélation

 

Andy Smillie a commencé son parcours au sein de la galaxie GWesque par l'écriture de nouvelles au début des années 2010, avec une prédilection multi-millénariste pour les fils de Sanguinius en général ('Astorath the Grim: Redemptor of the Host') et ces fripons de Flesh Tearers en particulier ('Beneath the Flesh', 'Trial by Blood', 'Sons of Wrath', 'Immortalis', 'Torturer's Thirst', 'Flesh of Cretacia', 'The Quickening'...). Il a également servi l'Empire T'au ('The Kauyon', 'The Tau'va') et l'Adeptus Mechanicus ('Of Gods and Men'), avant de rejoindre le studio d'animation de Games Workshop, où il officie comme scénariste.

 

Ceci est ta chair, ceci est ton sang (oupsie) : Flesh Tearers (14)

 

Sons of Wrath

Révélation

Sons of Sanguinius/2021/95 pages

 

Intrigue:

sons-of-wrath.pngLa novella commence avec le récemment nommé, et à son corps défendant, Maître de Chapitre des Flesh Tearers, Amit, contemplant d’un œil vitreux et torve une armure Terminator flottant dans un champ de stase. Cette armure, ce sera la sienne s’il accepte d’endosser le rôle qui lui a été confié après la scission de la Légion des Blood Angels, et de présider à la destinée de ses frères dans un Imperium encore ébranlé par l’Hérésie d’Horus. Amit est un légionnaire dans l’âme, et aurait bien aimé la Sangui Family ne soit pas dispersée aux quatre sangs, mais quand on a du mal à faire une phrase avec des mots de plus de trois syllabes, difficile de convaincre Roboute Guilliman que ses idées sont stupides. Alors Amit boude dans sa cellule gelée (on ne chauffe pas les locaux chez les Flesh Tearers), et aurait pu rester à fixer son nouveau jouet pendant quelques centaines d’années si le dévoué Capitaine Barakiel n’était pas venu lui secouer les puces et lui rappeler qu’il avait des missions à remplir, comme choisir à qui attribuer le dernier caisson de Dreadnought disponible dans l’armurerie du Chapitre. Entre le (petit) Sergent Grigori et le Chapelain Varel, Amit choisit le premier par pur népotisme. C’est son droit le plus strict, notez bien.

 

Un peu plus loin, toujours sur la barge de bataille Victus et vaisseau amiral du Chapitre, nous faisons la connaissance d’un autre personnage important de l’histoire : l’Archiviste Nuriel, qui a très mal à la tête. Cela est en partie dû au fait que le Victus et le reste de la flotte chapitrale sont dans le Warp et se dirigent vers le système de Zurcon, afin de… euh… crier dans le vide sans être dérangé (ils ont une prescription pour ça je suis sûr), et en partie dû à la grosse déception de ne pas avoir été choisi comme Chef Archiviste par Amit. Nuriel est en effet persuadé d’être ZEU BAIST, et après avoir échoué à calmer son mal de crâne en donnant des coups de tête dans les murs de sa cellule, il décide d’aller se passer les nerfs en descendant dans l’arène du vaisseau, et plongeant dans le coma le plus grand nombre de ses condisciples possibles. Nuriel est un chouilla caractériel, voyez vous. Il faudra l’intervention personnelle d’Amit, qui assoit sa dominance en montrant que celui qui met les meilleurs coups de casque, c’est lui, pour clore l’incident (et remplir l’infirmerie). La séquence se termine sur une visite du Maître de Chapitre dans le niveau ultra top secret du Victus (il y fait tellement noir que même un Space Marine n’y voit rien – et il y a des trous partout dans le sol), où Amit garde sa réserve personnelle d’Astartes renégats, qu’il massacre à main nue quand il a besoin de faire descendre la pression. Un Emperor’s Children et un World Eater plus tard, et ça repart1.

 

Après un voyage presque sans encombre d’un point de vue warpesque (seulement un petit saut des champs de Geller pendant quelques secondes dans un pont inférieur occupé par des serfs… rien de graaaaave), la flotte Flesh Tearers arrive dans le système de Zurcon. Elle y est attendue, sans que Smillie explique comment cela est possible, par la flotte locale, qui ne semble pas être animée d’intentions charitables envers les nouveaux venus. Le désamorçage de conflit n’étant pas le point fort de nos héros, ces derniers foncent dans le tas sans trop se poser de questions, contents de pouvoir enfin tuer quelque chose, même de loin, après toutes ces semaines de restreinte. La bataille ne se déroule cependant pas comme prévu, les vaisseaux ennemis se révélant impossibles à toucher par les canons impériaux. Incapables de réfléchir à une autre stratégie que de tirer au pif, les Flesh Tearers auraient sans doute été le premier Chapitre de la seconde fondation à être éradiqué sans la vision salutaire qui vient frapper Nuriel à l’improviste. Catapulté par cette dernière à la surface de Zurcon Primus, il se rend compte qu’une assemblée de Psykers est responsable des déboires de ses collègues, en camouflant la position des vaisseaux zurconiens et conjurant des illusions trompant les appareils impériaux. Attaqué par des manifestations psychiques branchées elles aussi sur réalité alternative, il est secouru par un mystérieux guerrier rouge, qui l’aide à vaincre les maléfices de ses ennemis. Grâce à cette révélation bien pratique, les Flesh Tearers parviennent à renverser le cours de la bataille en bombardant la tour servant d’antenne wifi aux défenseurs à la surface de Zurcon Primus, ce qui rend détectable la flotte des défenseurs, prestement exterminée par le Victus et les autres vaisseaux survivants de l’irrascible armada.

 

Ne voulant rien laisser au hasard, Amit déclare la saison du massacre ouverte et déploie son Chapitre de psychopathes à la surface de Zurcon Primus pour châtier du mécréant. Il charge également Nuriel d’inspecter les ruines de la tour bombardée afin de s’assurer que le travail a été bien fait (ce que la destruction de la flotte de Zurcon semblait déjà démontrer…). Ce sera la corvée de trop pour l’ambitieux Archiviste, qui pète une durite à son arrivée sur les lieux, se retourne contre l’escouade qui l’accompagnait (et le pauvre Capitaine Barakiel, dans tous les mauvais plans2), sous l’influence maléfique et passablement démoniaque du fameux guerrier rouge, qui se révèle être un démon de Khorne affilié à Kabanda. Possédé par le faquin, Nuriel commet ensuite un incident diplomatique en détruisant un Thunderhawk appartenant au Chapitre des Eagle Warriors, ainsi que ses occupants. Car oui, les Flesh Tearers ont été rejoints en cours de bataille par la Compagnie du Capitaine Nikon, qui croyait répondre à un appel à l’aide envoyé par les Zurconiens (depuis plusieurs mois, askip). Cette simultanéité des événements est tellement parfaite qu’elle en devient non euclidienne, moi je dis. Nous reviendrons sur les good guys Marines un peu plus loin : pour le moment, il faut juste noter qu’ils décident de se déployer également dans la capitale de Zurcon Primus, afin d’avoir une petite discussion avec Amit (mauvaise idée).

 

Sur le Victus, les choses évoluent également rapidement et brutalement. L’avarie des champs de Geller précédemment évoquée était en fait plus grave que prévue, puisqu’elle se termine par la possession de la Capitaine du vaisseau (une pâle copie de Lotara Sarrin jusqu’ici) par un démon de Khorne doté de pouvoirs psychiques. Ce qui n’est pas banal, vous me l’accorderez. Résultats des courses : le Victus atomise le vaisseau de ces pauvres Eagle Warriors à l’improviste, et les quelques Flesh Tearers étant restés à bord doivent se sortir les doigts du culte (il y a une majorité de Chapelains dans le lot) pour reprendre le contrôle de la barge à la barje. Comme si la situation n’était pas assez complexe, Smillie invite à table un nouveau personnage : le Thousand Sons Omari, gardé au frais par Amit dans son frigo à victimes expiatoires, et qui proteste depuis des années de sa fidélité à l’Empereur. Ayant besoin d’un Psyker pour bouter les démons et rebooter l’ordinateur de bord, Zophal promet au prisonnier de le remettre en liberté s’il accepte de filer un coup de main, ce qu’il fait, évidemment. Tout aussi évidemment, les gentils finissent par arriver à leurs fins malgré de lourdes pertes… et Zophal parvient à convaincre Omari qu’il est dans son meilleur intérêt de retourner dans sa cellule, démontrant ainsi à Amit qu’il est vraiment un loyaliste n’ayant rien à se reprocher. Un choix que je qualifierais de ballsy, quand on connaît les tendances psychotiques du personnage, mais en tous cas, Omari finit la novella en un seul morceau.

 

Sur le plancher des grox, on suit Amit se frayer un chemin jusqu’au parlement de la capitale afin de s’expliquer calmement avec les autorités locales, en commettant un tout petit peu de génocide au passage. Mais comme les élites de Zurcon Primus étaient au final des cultistes de Tzeentch, comme l’apparition de mutants aviformes dans l’hémicycle permet de l’attester, les Flesh Tearers ne massacrent pas, ils purgent. C’est très différent. De son côté, le Capitaine Nikon se voit contraint d’autoriser ses hommes à se défendre contre les assauts des Flesh Tearers les plus enragés3, ce qui ne facilite pas la discussion avec Amit lorsque les deux officiers finissent par se rencontrer. Avant que l’aigle énergétique ne se soit fait déplumer par son homologue, l’arrivée de Nuriel Robin permet au Maître de Chapitre de se concentrer sur le véritable ennemi, et d’en apprendre un peu plus sur les plans de Khorne au sujet des Flesh Tearers. Au terme d’un combat très meh, au cours duquel Amit invoque Grigori le Dreadnought dans le plus pur style d’un dresseur pokémon, Kabandinho est renvoyé dans le Warp après que son adversaire ait cassé sa jolie épée. Une faiblesse peu commune pour un démon, mais celui-ci devait sans doute beaucoup tenir à ses affaires.

 

L’histoire se termine sur la réalisation par Amit qu’il faudrait vraiment qu’il règle le problème des sautes d’humeur de ses hommes (et les siennes) s’il veut éviter aux Flesh Tearers de speedrun le chemin octuple. Aux insinuations du démon est en effet venue s’ajouter l’extermination « préventive »  des Eagles Warriors survivants, décidée par le pragmatique Zophal pendant qu’Amit se remettait de ses blessures, afin que les fistons de Guilliman n’aillent pas balancer les Flesh Tearers à Terra. Pas de témoin, pas de problème.

 

1 : Mais c’est tout de même au Chapelain Zophal de littéralement passer la serpillière après coup. Les avantages du leadership.

 

2 : Et les séquences étranges. Smillie fait ainsi rêver à Barakiel qu’il parvient à prévenir Amit du coup de sang de Nuriel avant de sombrer dans un coma sus-an des familles… sans que cette information finalement pas transmise soit d’une quelconque importance pour la suite.

 

3 : Et pourtant, il n’est pas du genre à prendre une décision aussi lourde de conséquences à la légère. Même la vue de son propre porte étendard, éventré par deux Flesh Tearers écumant de rage, pouvait à ses yeux s’expliquer par un simple malentendu. M’est avis que lui devait connaître un peu plus la peur que la moyenne des Space Marines.

 

Avis:

Soumission un peu foutraque de la part d’Andy Smillie, mais présentant quelques idées valides sur le positionnement et les failles des Flesh Tearers juste après leur création, ‘Sons of Wrath’ positionne surtout ce nouveau Chapitre comme les héritiers de la face sombre et torturée de Sanguinius, comme leur bisbille avec la smala de Kabanda le laisse apparaître de façon transparente. Tel père, tels vices, comme dit le proverbe. Il me semble que le résultat final aurait pu être plus satisfaisant si l’auteur s’était contenté de concentrer son récit autour de quelques personnages vraiment importants (Amit, Nuriel, Nikon) au lieu de convoquer le ban, l’arrière-ban, la chaise et le tabouret des Flesh Tearers1 dans son histoire, et avait de même épuré son intrigue en se concentrant sur les péripéties les plus significatives (donc exit la bataille spatiale et les Psykers de Zurcon, qui sont juste une distraction) à la conclusion de la novella : les Flesh Tearers et Amit en particulier sont à deux doigts de passer à Khorne, et ont commis des actions méritant leur extermination par l’Imperium à peine quelques semaines après leur fondation. On peut penser ce qu’on veut des capacités de scénariste et de romancier de Smillie, mais ces idées étaient assez intéressantes dans l’absolu, et auraient mérité d’être davantage exploitées par la suite (ce qui ne semble pas avoir été le cas, comme ‘Flesh of Cretacia’ et son approche purement « safaresque » le montre). Que les amateurs cyniques du bonhomme se rassurent, cette novella est d’une teneur en WTF tout à fait satisfaisante, mais contrairement à d’autres travaux de Smillie, le fond n’est pas aussi biscornu et irrécupérable que la forme, et c’est un… progrès, j’imagine ?

 

1 : Un parti pris que je soupçonne Smillie d’avoir emprunté à Dan Abnett et à son ‘Know No Fear’ (pas le meilleur bouquin de ce dernier d’ailleurs).

 

Fluff:

  • Flesh Tearers (Personnages nommés) : Le Capitaine Eligus (4ème Compagnie), Haut Chapelain Andras, Archiviste en chef Baros.
  • Flesh Tearers (Vaisseaux nommés) : Les croiseurs d’attaque Shield of Baal et Bleeding Fist, les frégates de classe Gladius Merciless, Butcher et Redeemer.
  • Flesh Tearers (Relique) : Le bolter Phobos, utilisé par le Chapelain Varaciel des Blood Angels pendant le Siège de Terra.
  • Eagle Warriors (Personnage nommé) : Le Capitaine Nikon Pelahius (2nde Companie), présumé tué par les Flesh Tearers avec le reste de ses hommes pour dissimuler les événements de Zurcon.

 

Flesh of Cretacia

Révélation

Sons of Sanguinius/2021/79 pages

 

Intrigue:

flesh-of-cretacia.pngNous sommes quelques années après la fin de l’Hérésie d’Horus, alors que ce planqué de Guilliman a réussi à mettre son plan de scission des Légions loyalistes à exécution. L’un des Chapitres successeurs des orphelins laissé par Sanguinius est les Flesh Tearers, mené par l’irascible et énervé Amit. Occupés à astropoutrer une flottille de vaisseaux Orks ayant eu le malheur de croiser leur route à proximité d’un système solaire inconnu, les Fleshy Boyz se retrouvent fort dépourvus quand la victoire fut viendue. L’affrontement n’ayant pris place que dans l’espace, sans le moindre petit corps à corps pour faire descendre le niveau de testostérone inhabituellement élevé de ces rageux devant l’éternel, nos héros restent sur leur faim et leur soif rouge. Une distraction salutaire leur est toutefois offerte lorsque la capitaine du vaisseau amiral des Flesh Tearers informe le bouillant Amit que quelques survivants Orks ont réussi à rejoindre une planète toute proche. Sautant sur cette excuse facile et dans son Thunderhawk de fonction, le Maître de Chapitre emmène sa Compagnie personnelle (phoque le Codex) en vadrouille à la surface de Cretacia1, démontrant au passage toute la virilité de son leadership (un gros front à front des familles lorsqu’un de ses Capitaines ose lui faire la réflexion que c’était pas une grande idée2). Prennent part à cette vadrouille improvisée tout un tas de francs Tearers plus ou moins intéressants pour notre histoire, dont le Scout Cassiel (Vincient de son prénom) et le Sergent d’Assaut Manakel. Je vous épargne la présentation des frères Bridel, Bonduel, Minitel, Pernohel et Komainavionsanzel, qui sont la même variation du colosse écumant de rage et d’hormones si commun parmi les effectifs du Chapitre. Notons tout de même la présence au casting du Chapelain Zophal, en charge de la Compagnie de la Mort qu’Amit embarque aussi avec lui, parce que voilà.

 

Ce que les Flesh Tearers ne savent pas, ou n’ont pas pris le temps de demander à leurs subalternes, c’est que Cretacia est un monde méchamment hostile, depuis son atmosphère très venteuse jusqu’à sa faune ultra-agressive, et composée en grande partie de… roulements de tambour… dinosaures. C’est le Thunderhawk transportant l’escouade de Manakel qui prend le plus cher dans la descente, une attaque de ptérodactylllles (ils ont quatre ailes) en rogne faisant tellement de dégâts que les Space Marines décident de sauter en vol. Vous allez me dire que ça peut le faire quand on est équipé d’un réacteur dorsal. Sauf que celui de Manucure connait une avarie technique au pire moment, envoyant notre personnage secondaire se crasher au sol avec la grâce d’un sac de sable largué d’un ballon. Il survivra à l’expérience, ne vous inquiétez pas. Les autres appareils de l’escadron parviennent eux à garder le cap et à se poser en formation resserrée, ce qui est un petit miracle en soit quand on juge du rapport très particulier qu’ont les Flesh Tearers avec la technologie. Après avoir dégagé une piste d’atterrissage dans la jungle en deforestant au bolter lourd, le contingent de Space Marines décide sagement d’établir un périmètre fortifié (un peu) et d’organiser un tournoi de MMA (surtout), pendant que les Scouts partent explorer les alentours à la recherche d’Orks auxquels vendre des boîtes de cookies.

 

Retour à Manakel, qui se sort de sa mauvaise chute avec seulement un bras démis et un casque fêlé. Abandonnant ce dernier d’un geste altier, et devenant du même coup un véritable Sergent Space Marines, l’officier se met ensuite à la recherche de ses hommes, éparpillés sur des kilomètres par leur largage sauvage. Malheureusement, les vélociraptors de Cretacia ne sont pas du genre commode et Manakel ne retrouve que des fragments mâchonnés de son escouade, ce qui le met d’humeur chagrine. Tellement chagrine d’ailleurs qu’il charge soudainement un arbre qui l’avait regardé de travers… et se fait remettre en place par cet adversaire trop coriace pour lui. Cette scène peu banale décide la horde de guerriers locaux, en chasse eux aussi des Orks qui par un gros coup de bol ont atterri à proximité d’un village d’indigènes et en ont massacré les femmes et enfants pendant que les hommes étaient partis escalader une falaise de 6.000 mètres sans corde pour ramener des œufs au logis, à se manifester auprès du colosse non identifié qui trouve malin de mettre des coups de boule à des troncs. Les natifs étant peu pacifiques par nature, c’est un combat singulier contre l’un des petits chefs tribaux qui attend Manakel, suivi d’une mêlée fermée contre la centaine de zoulous décomplexés de feu le grand sachem. Rien de bien difficile pour un Flesh Tearer ceci dit, et la vision du massacre (suivi d’une ingestion de quelques cadavres par le Space Marine affamé) convainc les autres nobles sauvages d’opter pour une approche plus consensuelle. Par un heureux hasard, il se trouve que Cretacia a été visitée dans un passé plus ou moins lointain par des envoyés de l’Imperium, qui ont laissé derrière eux un collier en forme d’aquila et un souvenir suffisamment positif3 pour que les natifs essaient de convaincre Manakel qu’ils sont dans le même camp en utilisant ce symbole commun. Malgré la barrière de la langue, une entente est rapidement scellée entre les Cretaciens et leur visiteur, qui joue de son statut de dieu vivant auprès de ses hôtes pour les enrôler comme auxiliaires et repartir avec eux en direction du camp avancé des Flesh Tearers.

 

Du côté d’Amit et de ses frérots, la situation a légèrement dégénéré quelques heures après leur arrivée à la surface. Attaqués sans qu’on sache vraiment pourquoi par tous les dinosaures à des lieues à la ronde (capables de coordonner leur attaque avec une précision digne de force spéciales), les Space Marines encaissent sans broncher la furia animale, prenant quelques pertes au passage mais amorçant franchement l’extinction de masse qui ne tardera pas à suivre. Amit se fait plaisir en fourrant un T-Rex un peu trop curieux à la bombe à fusion, et lorsque le calme finit par revenir, il décrète brutalement que cette planète est tellement cool qu’elle deviendra le monde chapitral des Flesh Tearers. Et les Orks, me direz vous ? Eh bien ils sont tous morts à ce stade, comme la reconnaissance douloureuse et semée d’embuches de l’escouade de Cassiel a permis de l’établir. Je vous épargne les détails de cette fade épopée (il y a quand même eu un duel triffides vs trouffions au menu), qui ne sert qu’à faire passer le Sergent Vétéran Asmodel et ses cinquante ans de service dans les rangs de la Compagnie de la Mort, et ainsi démontrer que nul n’est à l’abri d’une déprime passagère et d’une folie psychotique terminale. Ramené jusqu’au camp par les deux derniers Scouts de son escouade, Asmodel est remis aux bons soins du Chapelain Zophal, qui passe son armure au chalumeau pour acter de son intégration dans les rangs des condamnés… et c’est tout. Je dois aussi préciser que la Compagnie de la Mort est restée tranquillement dans l’habitacle de son Thunderhawk pendant toute l’attaque des dinosaures. C’est pas comme si les autres Flesh Tearers auraient eu besoin d’un coup de main de spécialistes du corps à corps pour repousser des mastodontes enragés. Mais gardez bien ça en tête car la suite n’en est que plus ridicule.

 

Tous nos personnages étant regroupés au même endroit, il est temps de passer à l’acte final de cette sinistre farce. Par un heureux hasard bis, le chef indigène qui a fait ami ami avec Manakel avait également sous la main une épée monstrueuse, fabriquée à partir de l’incisive d’un prédateur encore plus colossal que celui qu’Amit a fait sauter à grand peine (pour donner un ordre de grandeur, les dents de cette bestiole – un raktor – sont à peine assez grandes pour faire une dague, alors que celles du raktoryx sont plus grandes qu’un Space Marine en armure Terminator). Inspiré par cette réalisation, ou plus prosaïquement rendu malade de jalousie par la réalisation que quelqu’un s’est battu avec un dino encore plus gros que le sien, Amit décide naturellement qu’il faut exterminer le/un raktoryx. Ce qui est complètement con, lui fait remarquer le Capitaine Barakiel, car les Flesh Tearers ont déjà subi de lourdes pertes en participant au safari improvisé à la waneugaine par leur boss, et sont attendus par les Angel Vermillions pour filer un coup de main à la croisade de Sakkara. Ce à quoi l’éloquent Amit ne peut que répondre « MAIEUUUUUUUUUUUUUHHHH !!! », et lui latter sa face de type raisonnable (à travers son armure Terminator), pour lui apprendre à être intelligent4. Cette menue querelle ayant été vidée, il ne reste plus à nos héros qu’à s’organiser pour trouver le fameux raktoryx et lui faire la peau.

 

Par un heureux hasard ter, le dernier Thunderhawk en état de voler du contingent tombe sur un spécimen adulte qui faisait ses courses dans les environs, et par un heureux hasard quater, le Biocoop fréquenté par le reptile géant se trouve dans la vallée d’un volcan actif. Mother of all heureux hasards, la Compagnie de la Mort emmenée par Zophal en direction du raktoryx et du volcan, dont ils ne pouvaient pas connaître à l’avance la localisation, arrive à proximité du cratère au moment où Amit ordonne au Thunderhawk d’attaquer Godzilla (car oui, la bestiole crache du feu). Le plan des Flesh Tearers était de déclencher une éruption volcanique, seule capable de tuer un monstre de cette taille, en jetant quelques bombes à fusion dans le cratère, pendant que le Thunderhawk maintenait la bestiole sur place. Un peu concon (qu’est-ce qui empêche un dinosaure insensible à des tirs de canon laser de s’éloigner d’un volcan sur le point de péter s’il en a envie ?) mais pourquoi pas. Il faudra cependant m’expliquer pourquoi Zophal a trouvé malin de partir à pied vers un cratère situé à des jours de marche avec sa bande de psychopathes, alors qu’il pouvait faire le voyage en Thunderhawk avec Amit et se sacrifier héroïquement (apparemment, il faut se jeter en même temps que les charges explosives dans le cratère, sinon c’est pas du jeu) sans avoir besoin de trekker pendant une semaine avec les pires randonneurs de la galaxie. Mais ainsi l’a voulu Smillie, et ainsi disparaissent Zophal, qui promeut Manakel Chapelain avant de faire son saut de l’ange fatal, et le raktoryx qui n’avait rien demandé à personne. Mission accomplished ? Pas encore tout à fait, car avant de repartir vers d’autres cieux, en laissant les larbins du Mechanicum lui construire une forteresse chapitrale digne de ce nom, Amit fait un discours enfiévré aux guerriers tribaux de Cretacia, qui ne comprennent bien sûr rien, et fait exécuter leurs chefs devant leur yeux (y compris celui qui avait coopéré depuis le début et lui avait révélé l’existence du raktoryx), pour bien montrer que c’est lui le patron. Mais pourquoi est-il si méchant ?

 

1 : Qui s’appelait déjà Cretacia pour les natifs apparemment. Par un heureux hasard, les Flesh Tearers eurent la même idée un peu plus tard. Bravo Smillie.

 

2 : En même temps, qu’attendre de la part d’un type qui dit dans le plus grand des presque calmes : « Dans le doute, faut tout tuer » ?

 

3 : Il faut aussi noter que les indigènes ont deux cœurs. Non ça n’est pas justifié ni contextualisé par Smillie (c’est pas comme si c’était une caractéristique notable d’une des factions les plus iconiques de l’univers hein). Deal with it, comme pour le reste.

 

4 : Précisons ici que sans l’intervention du Sergent « CRS » de la Compagnie, Amit aurait battu Barakiel à mort. Et ça se dit civilisé ?

 

Avis:

Andy Smillie fait très fort avec cette novella retraçant l’établissement du Chapitre des Flesh Tearers sur Cretacia. Très fort dans le n’importe nawak, malheureusement pour lui (et heureusement pour nous – mis à part les fans des Flesh Tearers, qui auront sans doute déchiqueté leur livre/liseuse avant d’arriver à la fin), mais très fort tout de même. On passera rapidement sur le trip « Space Marines vs Dinosaures », que l’on peut aimer ou non (moi c’est non) mais qui relève de la licence artistique de l’auteur et est donc assez peu critiquable dans l’absolu. La chasse est par contre ouverte sur le reste de ‘Flesh of Cretacia’, qui cumule personnages grotesques, intrigue décousue, obscure et illogique, bolt porn bas du front et pépites WTF dans un mélange détonnant dont Smillie avait le secret. Cette novella passe complètement à côté de son objectif (donner un passé digne de ce nom à un Chapitre de descendants de Sanguinius particulièrement affecté par la Soif Rouge et la Rage Noire), et, loin de faire d’Amit et de ses fidèles des parangons de noblesse torturés par des pulsions psychotiques qu’ils essaient à grand peine de contenir, elle les dépeint (et surtout lui d’ailleurs) comme des berserks butés, colériques, cruels et complètement stupides. Lorsque le rideau tombe enfin sur Cretacia, un génocide et écocide totalement gratuits plus tard, les Flesh Tearers n’ont pas évolué d’un iota par rapport au début de l’histoire, laissant le lecteur se forger sa propre explication de la survie, proprement miraculeuse à ce stade, du Chapitre pendant les dix millénaires qui ont suivi. Alors que c’était un peu la raison d’être de ce… truc à la base, non ? YOU HAD ONE JOB, SMILLIE ! Si on est vraiment d’humeur charitable, on pourra accorder quelques points à l’auteur pour les détails fluff qu’il apporte sur ses Angry Marines entre deux poussées frénétiques. Ceci dit, le désastre ambiant est tel qu’il fait considérer à deux fois le bien fondé de prendre les ajouts de Smillie au background au premier degré (coucou la céramite liquide). Bref, un disasterclass comme on n’en fait heureusement peu et plus pour la Black Library, et une preuve supplémentaire du mauvais karma des Flesh Tearers devant l’éternel.

 

Fluff:

  • Cretacia : Monde chapitral des Flesh Tearers. Planète hostile peuplée de dinosaures géants (dont le raktoryx, plus grand qu’un Titan impérial et pouvant cracher du feu) et soumis à des conditions météorologiques extrêmes. Son nom signifie “Naissance de la Rage” dans la langue de Baal.
  • Flesh Tearers (Rites) : Avant chaque engagement, les Capitaines et le Maître du Chapitre s’entaille la paume et laisse leur sang couler sur le pont du Victus. Le fluide est récupéré par une membrane de drainage et reversé dans le Graal d’Ortus, aussi appelé Calice de Renaissance (rq : d’inspiration Blood Angels, mais en beaucoup moins propre). Les Chapelains utilisent de la même manière leur sang pour tracer une croix sur l’épaulière des frères ayant succombé à la Rage Noire, afin d’acter leur entrée dans la Compagnie de la Mort (rite d’Iranatus).
  • Flesh Tearers (patrimoine génétique) :  Les glandes progénoïdes du Chapitre font blanchir la peau, rendent les yeux bleus et les cheveux blonds (rq : très aryen comme résultat… un clin d’oeil délibéré de Smillie?).
  • Flesh Tearers (Personnages nommés) : Capitaines Barakiel (1er Capitaine), Azazel (Maître de la flotte), Akrasiel (10ème Compagnie), et Ismeriel.
  • Flesh Tearers (Vaisseaux nommés) : Barge de bataille et vaisseau amiral Victus. Storm Eagle Spear of Sanguinius. Thunderhawks Vengeance, Baal’s Fury, Mortis Wrath, Serrated Angel et Blood Drinker.
  • Space Marines (Equipment) : La pâte de céramite est utilisée par les Space Marines pour réparer et étanchéifier de manière temporaire leur armure en cas de dégâts sur le champ de bataille.

 

Trial by Blood

Révélation

Sons of Sanguinius/2021/142 pages

 

Intrigue:

trial-by-blood.pngUn conclave de Maîtres de Chapitre descendants des Blood Angels s’est réuni sur Baal, pour juger l’un des leurs dans l’intimité cosy du Forum Judicium, sorte de Cour Suprême pour les petits enfants de Sanguinius. L’accusé est, ô surprise, Gabriel Seth des Flesh Tearers, dont la réputation de tueurs sanguinaires et incontrôlables n’est plus à faire. Appelé à répondre de ses actes devant ses pairs, Seth sait que la survie de son Chapitre est dans la balance, mais n’est pas du genre à tourner autour du pot de Mephiston Red, et refuse de faire acte de contrition pour les génocides erreurs passées des Fleshy Bois.

 

Comme dans tous les forums, la tension monte vite entre les participants, et les insultes et coups bas ne tardent pas à voler1. Entre deux invectives virulentes, Seth et ses juges se remémorent les actions des Flesh Tearers sous le commandement du premier, litanie de massacres et de bains de sang parfois perpétrés pour une bonne cause, mais le plus souvent causés par le mental fragile et le tempérament irascible des descendants d’Amit. Après que toutes les parties en présence aient eu l’opportunité de s’exprimer et de se faire menacer de mort par Seth, la séance est ajournée pour que les Maîtres de Chapitre puissent ruminer en paix2, et rendre leur jugement…

 

Révélation

…Qui trouve, à une écrasante majorité, Dante compris, les Flesh Tearers coupables des crimes qui leur sont reprochés. La sentence prononcée est la dissolution du Chapitre, dont les Frères seront dispersés parmi les autres Chapitres descendants des Blood Angels, tandis que Seth restera emprisonné sur Baal jusqu’à sa mort. C’est toutefois à ce moment qu’un nouveau joueur (Astorath) entre dans la partie, et vient dans le plus grand des calmes casser le jugement de son supérieur hiérarchique, pour la simple et bonne raison qu’il a raison3… et qu’il a bien aimé se faire corriger par Seth lorsque leurs chemins se sont croisés par le passé, j’imagine. À chacun ses fétiches. Toujours est il que l’intervention autoritaire d’Astorath convainc l’auguste (comme le clown, pas l’empereur) assemblée de reconsidérer sa position, et de laisser les Flesh Tearers et leur Maître de Chapitre continuer leur œuvre destructrice, au prix d’une simple remontrance orale et d’une petite tape énergétique sur les fesses. Viendra un temps où la sauvagerie des tireurs de flèches sera une arme essentielle dans la lutte pour la survie de l’Imperium (source : vision toute chelou d’Astorath, qui tient mieux la hache que l’alcool), et il serait donc inopportun de les faire répondre de leurs crimes avant cette épreuve fatidique…

 

1 : Gaby s’illustrant particulièrement en s’attaquant à la couleur de la livrée des Lamenters, qui pour leur malheur ont une armure jaune, preuve irréfutable de lâcheté d’après l’expert en psycho-héraldique qu’est notre ami Seth.

 

2 : C’est pas moi qui le dit, c’est Smillie. On le sait peut, mais Sanguinius adorait les vaches.

 

3 : On rigole mais Seth est littéralement émerveillé par les talents d’orateur du nouveau venu. Faut dire que lui passe plus de temps à grogner qu’à pratiquer la rhétorique.

 

Avis:

Il est compliqué de donner un avis sur ‘Trial by Blood’ car cette novella est en fait une anthologie à part entière, intégrant dix courts formats1 pondus par Andy Smillie sur son Chapitre de prédilection, reliés de façon très lâche entre eux par quatre séquences écrites pour l’occasion, et décrivant le déroulé du procès des Flesh Tearers. Si on se concentre sur ces dernières, on doit reconnaître que l’auteur se montre plutôt généreux en termes d’apports fluff, comme la description du Forum Judicium et l’inclusion de nombreux Maîtres de Chapitre l’attestent. C’est à mes yeux le principal point fort de cette pseudo-novella, dont le caractère artificiel se ressent rapidement, et vient cruellement souligner la vacuité des (més)aventures des Flesh Tearers telles qu’écrites par Smillie.

 

En effet, on a l’impression de lire dix fois de suite la même histoire de Space Marines trotro énervés2, cherchant à contrôler leurs pulsions pour faire leur devoir, mais échouant lamentablement et multipliant les gaffes et les bévues en conséquence. Cela est particulièrement évident lorsque l’auteur introduit ‘Beneath the Flesh’, ‘Torturer’s Thirst’ et ‘Death’s Shepherd’ comme le plaidoyer de Seth cherchant à démontrer les efforts accomplis par les Flesh Tearers pour lutter contre la Soif Rouge et la Rage Noire. Le seul problème est que ces histoires ne montrent rien de tel (se référer à leurs critiques respectives), et dépeignent les Flesh Tearers comme les mêmes psychopathes en armure énergétique que Smillie prend plaisir à stigmatiser depuis des lustres.

 

Au final, ‘Trial by Blood’, malgré sa construction particulière, s’avère être du même tonneau que le reste du corpus Flesh Tearers d’Andy Smillie : une Space Marinade assez insipide sur la forme, truffée de problèmes structurels majeurs3, sur lesquels on passe l’éponge par lassitude plus que par sympathie. Vu les contraintes de mise en forme avec lesquelles cette novella a dû composer, le résultat n’aurait sans doute pas pu être brillant, mais un auteur un peu plus doué/motivé aurait pu à mon sens obtenir un tout un peu plus cohérent que ce patchwork inabouti.

 

1 : 'Know Thyself', 'Blood in the Machine', 'From the Blood', 'Beneath the Flesh', 'Torturer's Thirst', 'Death's Shepherd', 'Immortalis', 'The Quickening', 'Astorath: Redemeer of the Lost' et 'Gabriel Seth: The Flesh Tearer'.

 

2 : Ils devraient prendre un âne comme emblème, ce serait approprié à plus d’un titre.

 

3 : Ici, on a Astorath qui se donne le pouvoir de contredire un jugement prononcé par plusieurs Maîtres de Chapitre, dont le sien, sur un simple coup de tête…

 

Fluff:

  • Blood Angels : Le Forum Judicium est une cour de justice propre aux Chapitres descendants de la Légion des Blood Angels. Situé sur Baal, il est ouvert aux Maîtres de Chapitres et a vocation à juger les affaires internes aux descendants de Sanguinius. Présidé par le Maître des Blood Angels, il peut décider de la dissolution d’un Chapitre et de la punition (pouvant aller jusqu’à l’exécution) de ses officiers.
  • Personnages nommés : Maîtres de Chapitre descendants des Blood Angels (M41) : Zargo des Angels Encarmine, Geron des Angels Numinous, Orloc des Blood Drinkers, Techial des Disciples of Blood, Malphas des Exsanguinators, Sentikan des Angels Sanguine, Malakim des Lamenters.

 

Know Thyself

Révélation

Sons of Sanguinius/2021/13 pages

 

Intrigue:

know-thyself.pngLa nouvelle s’ouvre sur une description proprement marseillaise dans son exagération du vaisseau amiral des Flesh Tearers, ce bon vieux Victus, avec sa coque de céramite de plusieurs kilomètres d’épaisseur, et ses états de service l’ayant amené à effectuer un millier d’Exterminatus. Bien que très marrante pour tout le monde, sauf pour la crédibilité de l’auteur et de la nouvelle, cette introduction superlative n’a pas grand-chose à voir avec la suite de l’intrigue, et c’est donc à regret que nous continuons à l’intérieur de la mirifique barge de bataille, où nous retrouvons le Chapelain Appollus et le Champion de Compagnie Harahel. Les deux compères ont été envoyé par Gabriel Seth, le Maître des Flesh Tearers, accueillir un visiteur de marque : l’Inquisiteur Corvin Herrold. La mauvaise réputation et les agissements borderline des Flesh Tearers ont en effet fini par les rattraper, et à la suite d’un massacre sanglant et avec témoin commis sur une population civile pendant les Guerres de l’Eclipse, un signalement a été envoyé aux autorités compétentes par des lanceurs d’alerte bien intentionnés1.

 

Ne pouvant pas envoyer balader un Inquisiteur comme il fuit d’habitude ses responsabilités, Gaby consent à une entrevue, mais avec une mauvaise volonté oscillant entre le palpable et le quasi physique. Séparé de sa suite dès son débarquement sur le Victus, même pas autorisé à enregistrer la conversation avec Seth, et forcé à poireauter dans une salle sans chaise pendant que son hôte finit sa séance de pilates dans le Reclusiam, Corvin endure les mesquineries des Flesh Tearers avec flegme, jusqu’à ce que le Maître de Chapitre finisse enfin par passer la porte. N’étant pas en temps normal particulièrement empathique et conciliant, Seth se montre ici particulièrement abrupt, menaçant et péremptoire au cours de la conversation, déniant en bloc les accusations d’exactions pesant sur son Chapitre, molestant physiquement Corvin, puis lui donnant quinze minutes pour quitter le Victus, sous peine d’être renvoyé à ses chères études par macrocanon interposé…

 

Révélation

…Cette confrontation n’était toutefois qu’une ruse destinée à permettre au véritable Corvin d’explorer le vaisseau des Flesh Tearers sans attirer l’attention. Déguisé en simple scribe de la suite inquisitoriale, Coco parvient à se glisser jusqu’au niveau où les Space Marines ayant succombé à la Rage Noire sont gardés en attendant une bataille digne de ce nom. Ayant dû en abattre un qui menaçait de lui sauter au cou après qu’il ait ouvert la porte de sa cellule pour documenter son investigation, l’Inquisiteur se prépare à repartir incognito vers la navette, mais est pris la main dans le sac par ce diable d’Appollus, qui avait vu clair dans son petit jeu. Assommé par le Chapelain à l’issue d’un duel très déséquilibré, Corvin se réveille attaché à une chaise, en compagnie de Seth, Appollus, de l’Archiviste Balthiel et d’un autre membre de la Compagnie de la Mort des Flesh Tearers, amené dans la salle d’interrogatoire à des fins pédagogiques. Voulant faire comprendre à son prisonnier à quel point la Rage Noire est dévorante, Seth ordonne à Balthiel de donner à l’Inquisiteur un aperçu de la psyché dévastée de Frère Gragraouh, une expérience douloureuse et débilitante pour ce fragile de Corvin, qui fait un burn out. Dans un accès de magnanimité aussi rare que stratégiquement stupide, Seth laisse toutefois repartir son visiteur, balancé sans ménagement dans sa navette avec les morceaux déchiquetés de ses serviteurs et gardes du corps. Il pensait peut-être donner une bonne leçon à l’Inquisition, mais s’il y a une constante dans l’univers de Warhammer 40.000, c’est que les Ordos ne sont pas de bons perdants…

 

1 : Quand ce sont les Space Wolves, et leur rapport conflictuel avec les saints Ordos, qui te balancent à l’Inquisition, c’est que la boulette que tu as commise pourrait être qualifiée de planétoïde.

 

Avis:

Nouvelle de pur remplissage, où l’on n’apprend strictement rien de nouveau sur les Flesh Tearers du 41ème millénaire qui n’ait été couvert précédemment1 (par Smillie ou par d’autres), ‘Know Thyself’ a pour elle le petit twist sympathique de la révélation de l’échange des rôles entre l’Inquisiteur et son grouillot, que je n’avais franchement pas vu venir. Je ne sais pas si c’est à mettre honnêtement au crédit d’Andy Smillie, car je pensais initialement que la couardise manifeste du pseudo Corvin devant les grognements de Seth se justifiait simplement par une nouvelle mauvaise interprétation du lore de 40K par l’auteur. C’est dire à quel point je rabaisse mes standards quand je lis sa prose. ‘Know Thyself’ peut à l’extrême limite être considérée comme un tournant majeur dans l’histoire contemporaine du Chapitre, car c’est là que commence le feud avec l’Inquisition (poursuivi dans ‘Blood in the Machine’), mais c’est faire beaucoup de cas de 13 pages très banales.

 

1 : Bon, si on veut vraiment chipoter, on (moi en tous cas) découvre que Manakel – un personnage Flesh Tearers ayant vécu au moment de la création du Chapitre – est devenu un Dreadnought. C’est peut-être couvert dans une autre nouvelle, mais je l’avais laissé en un seul morceau dans ‘Sons of Wrath’ et ‘Flesh of Cretacia’.

 

Fluff:

  • Flesh Tearers : Les agissements du Chapitre envers la population civile lors des Guerres de l’Eclipse ont mené les Space Wolves a attaquer leurs alliés et à les dénoncer auprès de l’Inquisition.

 

Blood in the Machine

Révélation

Sons of Sanguinius/2021/24 pages

 

Intrigue:

blood-in-the-machine.pngEngagés dans la défense d’Armageddon contre les hordes d’Orks de Ghazgkull, les Flesh Tearers tentent de se racheter une réputation en faisant des trucs héroïques, comme venir au secours d’un bataillon de Gardes Impériaux sur le point d’être anéantis par les Xenos. Ces nobles desseins sont toutefois interrompus par l’arrivée d’une escouade de Gardes Sanguiniens, envoyée par le Capitaine ‘Double Face’ Tycho des Blood Angels afin d’inviter Gabriel Seth à une réunion des plus urgentes. Après avoir protesté un peu pour la forme (c’est ennuyeux, il venait de remettre des piles dans son Eviscerator), le Fleshest des Tireurs accepte de laisser la Légion d’Acier prendre la rouille et la dérouillée qui lui était promise avant l’arrivée providentielle de son escouade de commandement, et se fait hélitreuiller (sans rire) jusqu’au QG des Blood Angels.

 

Là, il rencontre l’Inquisitrice Nerissa, recommandée par Dante en personne, et la véritable raison pour laquelle il a été rappelé au bercail. Nerissa a en effet une hypothèse potentiellement lourde de conséquences pour la suite du conflit, qu’elle veut vérifier dans les plus prompts délais : selon elle, les Orks sont revenus sur Armageddon parce qu’ils ont été attirés à leur insu par l’esprit belliqueux d’un Titan chaotique ayant été enseveli lors de la première guerre mondiale ayant pris place sur la planète. Après lui avoir demandé si elle n’avait pas par hasard glissé le scénario de Dawn of War : Winter Assault dans son dossier de recherche, Seth accepte en grommelant très fort (et pour esquiver une perquisition de glandes progénoïdes) de servir de garde du corps à l’Inquisitrice lors de son voyage jusqu’à la mine où le Titan a été localisé. Il reste bien sûr accompagné de sa fidèle escouade de commandement, composé d’un nombre non nul de personnages précédemment inconnus au bataillon (il y a Harahel le Champion de Compagnie et l’Apothicaire Nisroc parmi les véritables VIP), qui se feront une joie et un devoir de mourir en cours de mission1, afin de montrer toute la dangerosité de cette dernière. Après quinze pages de progression sanglante et tout terrain (air, terre, mer, mine : c’est un véritable trail cette mission), nos héros pénètrent enfin dans la salle de contrôle du Titan oublié, et Seth réalise soudainement qu’il y a un petit problème…

 

Révélation

…Tout est trop propre pour une machine supposément inféodée à Khorne. N’écoutant que son instinct, il flingue les derniers acolytes de Nerissa, qui étaient en train de poser des explosifs pour détruire le Titan, et somme cette dernière de s’expliquer. Ce qu’elle fait de façon tellement confuse que je ne sais pas vous dire si elle voulait vraiment détruire la machine, la capturer, et/ou se venger de Seth et des Flesh Tearers, qui ont plongé son mentor, l’Inquisiteur Corvin Herrold (‘Know Thyself’) dans une profonde dépression. Nerissa étant une Psyker, elle parvient à se tirer de ce mauvais pas en accentuant les pulsions violentes des Space Marines, qui s’attaquent mutuellement et s’entretuent avec entrain pendant qu’elle s’éclipse (et parvient à se frayer un chemin seule dans une mine infestée d’Orks, puis à retourner en territoire impérial par ses propres moyens -> la magie du hors champ). Il faudra l’intervention inespérée d’Harahel, laissé en dernier défenseur/dos d’âne sacrificiel par Seth quelques niveaux plus haut, et qui a réussi à contre toute attentes à sortir vainqueur de sa battle royale contre les Xenos, pour faire reprendre leurs esprits aux survivants.

 

La nouvelle se termine dans l’espace, avec un dilemme politico-moral se présentant à Seth. Il peut soit laisser Nerissa, qui a réquisitionné un vaisseau, lui filer entre les doigts, soit se venger de l’Inquisitrice en lui envoyant un petit cadeau d’adieu (une torpille d’abordage remplie jusqu’à la gueule de membres de la Compagnie de la Mort) avant qu’elle ne s’échappe dans le Warp, mais il lui faudra pour cela également détruire les deux navires hôpitaux accompagnant le transport de Nerissa pour ne pas laisser de témoins2. Après deux longues secondes – au moins – de réflexion, il opte pour la seconde option, et donne l’ordre au Chapelain Zophal3 de remettre une pièce dans la machine de la VENGEANCE !!!, enterrant définitivement toutes velléités (crédibles) de faire des Flesh Tearers des Space Marines un minimum sympathique. Et pourtant, l’Empereur en est témoin, il avait fait des efforts en ce sens en début de nouvelle !

 

 

1 : Mention spécial au Frère Shemal (sans -e à la fin), qui disparaîtra pendant un saut depuis un Stormraven jusqu’au Titan-taxi réquisitionné par Nerissa pour traverser un bras de la mer bouillonnante à pied, et perpétue ainsi la longue et distinguée tradition des Flesh Tearers s’écrasant au sol comme des bouses.

 

2 : Notons au passage que l’exécution par Compagnie de la Mort interposée laisse en pratique suffisamment de temps à l’Inquisitrice pour envoyer un message alertant sa hiérarchie de la trahison des Flesh Tearers. C’est donc un nouveau super plan de la part de ce génie de Seth.

 

3 : Qui va sur ses dix mille ans à ce moment, à moins qu’il ne s’agisse d’un homonyme du compagnon du premier Maître de Chapitre des Flesh Tearers, bien sûr. Autre hypothèse : c’est un Dreadnought/Chapelain/Capitaine de croiseur d’attaque, ce qui fait beaucoup de spécialisation pour un même individu.

 

Avis:

Je suppose qu’il faut voir cette nouvelle comme le récit de la descente aux enfers progressive des Flesh Tearers, entraînés « malgré eux » (mouarf) dans une spirale incontrôlable de vengeance et de trahison, dont la seule issue ne peut être que l’excommunication et la destruction du Chapitre. C’est en tout cas ce que Smillie voudrait nous vendre, et je ne suis que très moyennement convaincu. Si on passe outre tous les passages d’action pure, qui forment le gros de ‘Blood in the Machine’, il ne reste en effet que les actions mercurielles d’un Gabriel Seth dont l’empathie pour les simples humains fluctue entre héroïsme chevaleresque et sociopathie profonde en fonction des situations. Il aurait fallu un auteur un peu plus solide que Smillie pour faire apparaître une logique dans ces oscillations d’humeur, et au final dépeindre le Maître des Flesh Tearers comme un personnage torturé par sa conscience, et non comme un boucher colérique et inconstant. ‘Blood in the Machine’ n’a donc pas le moindre intérêt intrinsèque, que l’on se place du point de vue de la saga Flesh Tearers ou de celui du corpus de textes 40K de la Black Library. À archiver.

 

Fluff:

Rien de transcendant.

 

From the Blood

Révélation

Sons of Sanguinius/2021/18 pages

 

Intrigue:

from-the-blood.pngLes Flesh Tearers de l’Archiviste Balthiel et du Chapelain Appollus (Gabriel Seth avait rage poney ce jour là) prennent part à la campagne de pacification du système de Stromark, déchiré par une guerre civile opposant les familles dirigeantes de ses deux planètes habitées, Prime et Secundus. Les armées de l’Empereur ayant grand besoin des armes et munitions produites par ces bastions industriels, les autorités du secteur ont envoyé une flotte balancer quelques glaçons dans le slip des Gouverneurs en bisbille, depuis l’orbite haute s’il le faut. L’expédition a également la « chance » de pouvoir compter sur non pas un, mais deux contingents de Space Marines en support, tous deux issus de Chapitres descendants des Blood Angels : les Flesh Tearers donc, et les Angels Encarmine, menés par le Maître de Chapitre Zargo en personne.

 

Nous suivons nos héros sanguinaires dans leur attaque de Stromark Prime, dont les défenses aériennes sont tellement formidables qu’elles forcent Balthiel à user d’un pouvoir psychique d’une manière pas franchement permise par les règles. Le brave Archiviste puise en effet dans ses réserves pour déployer un Bouclier de Sanguinius sur les drop pods de la Compagnie de la Mort alors qu’elle est déployée au sol, ce qui le fatigue fortement mais permet aux Flesh Tearers de s’emparer du palais de la Gouverneure Agrafena en un temps record. Fidèle à sa nature de psychopathe, le Chapelain Appollus laisse Agrafena, blessée à mort dans les affrontements, lancer par pure malice une frappe massive (300 milliards de morts, tout de même) sur Stromae Secundus dans ses derniers instants, officiellement pour accélérer la résolution du conflit, officieusement pour emm*rder les Angels Encarmine, chargés de la prise de la seconde planète du système. On apprend à la toute fin de la nouvelle qu’il ne faudra « que » sept générations pour que les capacités de production de Stromark reviennent à leur niveau d’avant la guerre civile, ce qui fait de cette campagne un succès total. Quelqu’un aurait-il l’obligeance de me rappeler pourquoi l’Imperium est intervenu, pour commencer ?

 

Avis:

Encore une nouvelle où les Flesh Tearers démontrent à quel point ils sont peu fréquentables (enfin, surtout Appollus), avec Balthiel occupant la place du personnage principal en remplacement de l’incontournable Gabriel Seth. À défaut de donner plus de profondeur à son Chapitre fétiche, ou de nous servir des scènes d’action un tant soit peu originales/satisfaisantes, Andy Smillie atteint son quota de pages en intégrant une nouvelle bataille spatiale peu intéressante – son péché mignon, voir ‘Sons of Wrath’ – dans son propos, ce qui lui donne l’occasion d’ajouter un nouveau personnage secondaire au casting déjà bien fourni de son Chapitre : le Chapelain cul de jatte Zuphias, condamné à servir comme Capitaine du Death Cowl jusqu’à sa mort à cause du manque de fauteuil roulant dans les réserves du Chapitre1. Pas grand-chose à dire de plus sur ce ‘From the Blood’, dont l’intérêt m’échappe encore à ce jour.

 

1 : Smillie nous dit qu’il aurait dû être incarcéré dans un sarcophage de Dreadnought après avoir perdu ses jambes lors d’une bataille contre des Démons de Khorne, mais qu’il est maintenant trop tard pour le retirer du trône de commandement du vaisseau où il avait été placé pour sa survie. Mais le gus n’a « juste » plus de jambes, et il est encore revêtu de son armure (et pas placé dans un caisson de survie) : on a du mal à déterminer la gravité réelle de ses blessures.

 

Fluff:

  • Stromark : Système impériale dont deux des planètes sont habitées (Prime et Secundus), et spécialisées dans la production de matériel militaire. Le système a été ravagé par un affrontement entre Prime et Secundus, conclu par l’intervention de l’Imperium (dont les Chapitres des Flesh Tearers et Angels Encarmine) et plusieurs centaines de milliards de morts.
  • Flesh Tearers (Vaisseau nommé) : Croiseur d’attaque Death Cowl, transport de la Compagnie de la Mort du Chapitre.
  • Angels Encarmine (Personnages nommés) : Maître de Chapitre (Castellan) Zargo, 1er Capitaine Arjen.

 

Torturer's Thirst merci @Celtic_cauldron !

Révélation

Treacheries of the Space Marines/2012/29 pages

 

Intrigue :

torturers-thirst.pngCeltic_cauldron :

Les Blood Angels (ndr : les Flesh Tearers, en fait) répriment une insurrection de sectes chaotiques. Ouh, les vilains!

 

Schattra :

Les documentalistes du CDI d’Onuris Siti (très très réputé magheul) se sont mis en grève pour dénoncer leurs conditions de travail et ont fondé un syndicat d’obédience socialo-tzeenchienne, la Fraternité du Changement (c’est maintenant), pour porter leurs revendications en haut lieu. Envoyés à la table des négociations1 aux côtés de la Garde Impériale pour défendre les intérêts de Terra, les Flesh Tearers ont opté pour une approche agressive (pour changer), et nous suivons en particulier l’escouade de la Compagnie de la Mort du Chapelain Appollus, alors qu’elle part à l’assaut des cultistes avec une énergie débordante et un respect minimal pour les consignes du haut commandement. Appo’, dont la spécialité est d’ignorer les avertissements qui lui sont donnés (d’abord sur ses réserves de munitions, puis de carburant pour son jet pack, et pour finir sur le déclenchement d’un bombardement allié), se retrouve isolé de ses petits camarades et du soutien au porteur de crozius, et malgré toute sa vaillance et sa détermination, est fait prisonnier par l’ennemi après qu’un mystérieux Psyker en armure noire l’ai fait rebondir sur le sol plus de fois qu’une balle de service de Nadal. Ce sont des choses qui arrivent à la guerre.

 

Appollus revient à lui dans une cellule obscure et en mauvaise position, nu comme un ver et pendu par les pieds, à la merci des sinistres tortionnaire de la Fraternité du Changement, les Fratris Crucio. Convaincu que le Chapelain dispose de secrets qui pourraient être utiles à sa victoire finale contre l’Imperium, le chef suprême du culte, le Space Marine du Chaos et Psyker précédemment aperçu, Abasi Amun, déchaîne les douloureux talents des Crucio contre son invité de marque, qui finit très très marqué par leurs délicates attentions, mais refuse obstinément de cracher autre chose que des mollards acides à la face de ses bourreaux. Prenant acte de l’échec de la manière forte, Abasi rend visite au Flesh Tearer (qui n’a jamais aussi bien porté son nom), et pénètre son esprit à l’aide de ses pouvoirs psychiques afin de lui arracher le secret qu’il dissimule au plus profond de son être…

 

Révélation

Manque de pot pour Baba, ce secret n’était pas d’ordre stratégique, mais psychologique, et la RAAAAAAGE des fils de Sanguinius lui contamine fissa le cortex, transformant l’arrogant sorcier en bête de foire. Appollus, qui attendait patiemment le moment de briser ses liens (car il pouvait apparemment le faire sans problème), saisit cette opportunité pour regagner le plancher des vaches, et solote tranquillement son adversaire malgré son état d’affaiblissement et son absence d’armure énergétique. Il faut croire que l’on apprend aux Chapelains des Flesh Tearers à maîtriser leurs patients dans toutes les situations possibles au cours de leur formation pratique.

 

Ceci fait, Popol s’en va libérer les membres survivants de son escouade, gardés prisonniers dans des cellules toutes proches2, puis s’offre une scène d’action inutile pour la résolution de l’intrigue (il finira la nouvelle dans la base du grand méchant, dans l’attente de l’arrivée des renforts j’imagine), mais à haute valeur cinégénique, puisqu’elle combine à la fois l’explosion spectaculaire d’un vaisseau spatial, un aller retour du Chapelain (toujours en tenue d’Adam) dans l’espace pour échapper au souffle de ladite explosion – enfoncé Guilliman ! –, et l’arrivée à point nommé des Compagnons de la Mort pour envoi d'un petit one-liner d'une kioulitude absolue. Morale de l’histoire : il vaut mieux laisser aux Flesh Tearers leurs petits secrets énervants, c’est un coup à perdre la tête.

 

1 : Ni la table, ni les négociations, ne sont contractuelles.

 

2 : Avant cela, il se grave à l’acide mollardique le symbole de son Chapitre sur le torse. Parce que c’est COOL.

 

Avis :

Celtic_cauldron :

Bon sang, mais qu'est-ce que c'est que ce truc? Déjà, un héros Blood Angel, face à des types bêtes au point de le capturer et le garder en vie, cela la fout mal, mais en plus l'histoire ne présente qu'un intérêt plus que limité. A oublier très, très vite. Il faut un vrai talent pour bien décrire une scène de torture de manière crédible. Pour l'instant l'ami Smillie n'en n'est pas là.

 

Schattra :

Andy Smillie avait l’occasion de nous en dire un peu plus sur le rapport que les Flesh Tearers entretiennent avec la Rage Noire dans cette nouvelle centrée sur le Chapelain Appollus et ses charges, mais on devra se contenter de l’approche très premier degré que l’auteur a choisi de mettre en pratique pour ce ‘Torturer’s Thirst’. Il y avait pourtant du potentiel à exploiter, le caractère quasi viral de l’affliction frappant le Chapitre (déjà souligné par Smillie dans ‘Know Thyself’) en faisant une arme qu’il est possible d’utiliser contre l’ennemi de plus d’une manière, comme l’inquisiteur Abasi Amun l’apprend à ses dépends. De la même manière, j’aurais bien aimé que Smillie explique pourquoi les membres de la Compagnie de la Mort n’attaquent pas Appollus quand il vient les libérer, alors qu’ils ne devraient être que des bêtes de guerre décérébrées à ce stade. Il y avait là aussi de la place pour donner quelques éléments de fluff sympathiques aux Flesh Tearers, mais tel n’a pas été le choix de l’auteur, qui a préféré miser sur l’action à outrance (et même pas tellement sur le gore porn que le titre laissait pourtant présager), comme dans tous ses autres travaux consacrés à ce Chapitre. Et qui comme pour tous ses autres travaux consacrés à ce Chapitre, livre au final une nouvelle très moyenne. La persévérance, c’est la clé.

 

Fluff :

  • Flesh Tearers (Personnage nommé) : Archiviste en chef Luciferus.

 

Beneath the Flesh

Révélation

Hammer & Bolter #15-16/2011-2/41 pages

 

Intrigue :

beneath-the-flesh-1.png?w=199Chapitre issu de l’éclatement de la légion des Blood Angels après la fin de l’Hérésie d’Horus, les Flesh Tearers sont un peu les Stryges de la grande famille vampirique engendrée par Sanguinius1, c’est-à-dire de grosses brutasses que la vue de la plus petite goutte de sang fait entrer dans un état de rage meurtrière, alors que les Blood Angels, eux,  arrivent à canaliser leurs pulsions en faisant de la danse classique ou de la poterie. Considérés avec suspicion par leurs frères d’armes en raison de leurs nombreuses exactions envers les populations civiles au cours des siècles écoulés, les Flesh Tearers mènent une lutte permanente contre les tares de leur patrimoine génétique, bataille qu’ils sont en train de perdre et qui pourrait mener à la disparition prochaine du chapitre. Voilà pour la mise en contexte.

 

Relatant la mission d’une escouade de Flesh Tearers envoyée récupérer des données sensibles dans une base avancée du chapitre sur la planète d’Aere, et ce alors que la garnison stationnée sur place ne répond plus et que les forces du Chaos menacent de fondre sur l’avant-poste à tout moment (avec un rapport de force de un pour à peu près mille dix-neuf en faveur des cultistes – ne riez pas, c’est écrit noir sur blanc dans la nouvelle – ), Beneath The Flesh n’impressionne pas par son originalité, mais contient tout de même suffisamment d’éléments intéressants distrayants pour que sa lecture ne constitue pas la purge qu’elle aurait pu être. Car c’est une qualité que l’on doit reconnaître aux travaux de Smillie : pour perfectibles qu’ils soient, leur imprévisibilité et/ou incongruité les rend assez fendards à parcourir. Du Counter 2.0 en quelque sorte.

 

Mis à part la poignée de soldats humains présentés comme renégats par Smillie, mais finalement tout à fait loyaux au Trône de Terra, et dûment massacrés par les Flesh Tearers pendant leur « investigation » de la base avancée, la première moitié de récit est assez calme, l’auteur se concentrant davantage sur la construction d’une atmosphère oppressante (bof) et la mise en relief de la tare génétique des descendants de Sanguinius (pas mal) que sur l’action pure. Et s’il aurait été intéressant, ou en tout cas original, de poursuivre sur cette voie de relative non-violence jusqu’au bout2, il ne fallait pas compter sur Andy pour se détourner de la voie royale de l’auteur BL qui se respecte, à savoir une franche explication de texte entre protagonistes et antagonistes.

 

Au contraire, ayant rongé son frein pendant les 25 premières pages, Smillie embarque ses lecteurs dans un carnage digne des heures les plus sombres de l’Hérésie d’Horus, bien aidé il faut le reconnaître par le pedigree des forces en présence. Car aux (ig)nobles Flesh Tearers de l’escouade Barbelo est opposée une cohorte de World Eaters écumants, opposition ne pouvant déboucher sur autre chose qu’un tsunami d’hémoglobine. Heureusement pour nos héros, les Khorneux leur faisant face ne brillent ni par leur sens tactique (soit), ni par leurs capacités martiales (heu…), permettant aux six Flesh Tearers de massacrer leurs adversaires avec une désinvolture scandaleuse. Berzerkers, Raptors, Dreadnought et Aspirant Champion : tous finiront réduits en tapenade par la vertueuse furie et les pièges à cons des loyalistes, qui, au prix de quelques péripéties très confuses, arriveront à se regrouper et à tirer leur révérence au nez et à la barbe des séides d’Angron3.

 

1 : Qui était véritablement maudit puisque ses descendants ont eu le douteux privilège d’être immortalisés par James Swallow dans la tristement célèbre quadrilogie Deus Encarmine – Deus Sanguinius – Red Fury – Black Tide, avant que Smillie (Mountain Eater et Reparation, tout de même) ne vienne s’approprier le plus célèbre des chapitres successeurs des archanges aux blanches canines.

 

2 : Je pense qu’une grande partie du désamour que j’éprouve à l’heure actuelle pour les histoires de Space Marines vient du fait que ces derniers sont toujours mis en scène dans des récits guerriers. À croire que leur vie se résume à foutre sur la tronche des ennemis de l’Empereur H24. Il doit pourtant y avoir des temps morts dans leurs vies trépidantes de surhommes, faute de quoi la longévité moyenne ne dépasserait pas les trois mois. Je trouve dommage que ces zones d’ombres de la vie des meilleurs de Pépé n’aient pas été plus explorées par les auteurs de la BL (bon, Counter a bien essayé de mettre en scène un tribunal militaire dans Phalanx, avec les résultats que l’on sait, mais je suis sûr qu’un ADB ou un French seraient capables de traiter le sujet de manière intéressante).

 

3 : Leur Stormraven ayant été détruit dans la bagarre (il était de toute façon incertain que l’esprit de la machine ait suffisamment récupéré de l’immonde atterrissage voulu par ses passagers pour décoller), nos héros s’échappent en fusée. Si si. Le plus drôle est que la séquence, telle que narrée par Smillie, ressemble à s’y méprendre à la fin du générique d’Il Etait Une Fois l’Homme.

 

Avis :

Commençons par distribuer le seul et unique bon point de la nouvelle, qui tient mieux la route que les deux précédentes publications du bon Andy dans Hammer & Bolter. L’auteur arrive à rendre assez bien l’état de tension permanente qui est le lot des Flesh Tearers quand ils sont en opération, leur penchant pathologique pour le prélèvement d’organes à mains nues et sans anesthésie devant être strictement contrôlé sous peine de céder définitivement à la Rage Noire. Et à ce petit jeu-là, les vétérans (comme le sergent Barbelo de l’escouade du personnage principal – Maion –) partent avec un gros désavantage, la tare génétique de Sanguinius les travaillant depuis plus longtemps que les Marines fraîchement intégrés. Le brave Barbelo fait donc (peut-être à dessein) bondir le compteur de conneries dès qu’il ouvre la bouche, mais j’anticipe sur la suite.

 

Car Beneath The Flesh, c’est d’abord un festival de passages what the fuck-esques, qui continue avec une constance admirable d’un bout à l’autre de cette première partie. Ça commence très fort avec une arrivée sur site de l’escouade de Maion dans un Stormraven qui vient sciemment s’écraser à proximité de la base1 pour des raisons qui continuent à m’échapper à l’heure actuelle, Smillie ne prenant pas la peine d’expliquer pourquoi ses Flesh Tearers ont préféré prendre le risque de tous périr dans l’accident et de bousiller leur seul moyen de quitter la zone avant l’arrivée de l’ennemi, alors qu’un simple atterrissage conventionnel aurait parfaitement fait l’affaire. Pour ma part, je le soupçonne de ne pas bien faire la différence entre un Stormraven et un Drop Pod, mais passons.

 

Passons également sur les fourreaux d’épée-tronçonneuse, l’identification d’un modèle de magasin d’autocanon (ainsi que sa capacité) à l’oreille, ou encore – et à regret cette fois-ci – sur le kill le plus saugrenu de l’histoire de la BL2 , pour nous concentrer sur le cas du sergent Barbelo. Comme dit plus haut, le loustic s’est spécialisé dans la stupidité crasse une fois sorti du Noviciat, ce qui lui a fort logiquement permis d’accéder à des fonctions de commandement. Refusant catégoriquement au Prêtre Sanguinien qui accompagne l’escouade l'autorisation de s’enquérir des glandes progénoïdes des Flesh Tearers qui étaient stationnés dans la base, sous prétexte que ce n’est pas l’objectif principal de la mission (c’est pas comme si le chapitre était en train de s’éteindre, hein), ne s’émouvant pas le moins du monde de l’absence de cadavres dans un bâtiment maculé de sang et d’organes (« c’est pas l’objectif principal de la mission ! » bis), coupant volontairement sa radio au moment où l’inévitable embuscade est lancée contre ses hommes (qui aurait besoin de coordonner son escouade dans une situation pareille, après tout ?), et adepte convaincu de la scission en groupes de un, Barbelo est une vraie tête de lard comme on n’en croise plus guère au fil des pages de la BL.

 

Dans un autre registre, force est de constater qu’Andy Smillie a encore du chemin à faire pour amener ses rebondissements de manière un tant soit peu crédible. Ayant – à mon grand soulagement – laissé tomber l’approche du « zapping narratif »3  pour un rythme un peu plus compréhensible, il pêche cette fois par naïveté, les indices égrenés au long de son récit (car un bon twist est un twist dont le lecteur se dit qu’il aurait dû se rendre compte s’il avait fait plus attention à certains détails) ayant la subtilité d’un Nob en méga-armure défoncé aux champignons.

 

La conclusion de Beneath the Flesh est ainsi une compilation de révélations éventées depuis belle lurette et de zones d’ombres laissées sans explications. Comme prévu, Smillie confirme donc (enfin) que les malheureux Gardes Impériaux dépecés à l’apéritif par l’escouade Barbelo étaient de fidèles sujets de l’Empereur. Quel dommage que personne n’ait eu la riche idée de se servir de sa radio pour dissiper ce malentendu avant que la demi-douzaine de Space Marines en rut faisant figures de héros ne leur tombe sur leur râble ! À quoi tient la vie d’un bidasse (et la crédibilité d’un récit) parfois…

 

Du côté des mystères non résolus, Andy Smillie se garde bien de révéler pourquoi la garnison originelle de la base avancée s’est retournée contre ses alliés (même si le classique « c’est diablerie, monseigneur » est balancé en loucedé par un Capitaine SM qui passait dans le coin), ni qui était le gus qui a mis en scène les corps des huit Flesh Tearers dans la chapelle. Je suis sûr que l’on pourrait multiplier les exemples à l’envi en creusant un peu, tant l’intrigue développée par Smillie est friable, mais à quoi bon tirer sur l’ambulance ? Toujours est-il que c’est Gabriel Seth himself (le Maître de Chapitre des Flesh Tearers, pour ceux qui ne suivent pas) qui clôt les débats, en ordonnant l’Exterminatus d’Arare, là non plus sans grande justification de la part de l’auteur. Mais qu’importe : c’est kwioul.

 

Au final, Beneath the Flesh n’est rien de plus qu’une nouvelle classique de Space Marines, dont seule la longueur justifiait qu’elle soit séparée en deux parties. Les possibilités narratives offertes par ce format n’ont malheureusement pas été exploitées par Andy Smillie, dont cette troisième contribution à Hammer & Bolter reste du même acabit que les précédentes, c’est-à-dire très dispensable.

 

1 : Le Techmarine de la fine équipe coupe les moteurs et les rallume juste avant l’impact, ce qui ne sert strictement à rien au final puisque le fier vaisseau termine sa course dans le même état qu’une compression de César. Cette scène mémorable a été fidèlement adaptée dans Madagascar 2.


2 :

Révélation

Etape 1 : Arracher le crâne du cadavre de votre dernière victime en date.

Etape 2 : Balancer le dit crâne sur le torse d’un nouvel adversaire.

Etape 3 : L’impact écrase quelques côtes : le cœur s’arrête de battre. Fatality

 

3: cf la critique de Mountain Eater.

 

Fluff :

Pas grand chose, et c'est regrettable au vu de la longueur de la nouvelle.

 

A Son's Burden

Révélation

Sons of Sanguinius/2021/17 pages

 

Intrigue :

a-sons-burden.pngLa planète Nekkaris est assiégée par les forces chaotiques de Da’ka Jumoke, Space Marine renégat et impotent (il passera toute la nouvelle juché sur son trône, pépouze dans son Thunderhawk), mais peut compter sur l’aide des féroces Flesh Tearers de Gabriel Seth pour faire face à ce coup du sort. Venu avec l’intégralité de son Chapitre, Gab’ a toutefois commis l’erreur de renvoyer ses propres Thunderhawks passer leur contrôle technique une fois les Space Marines déployés au sol, réduisant drastiquement leur mobilité, et donc leur efficacité. Au moment où la nouvelle commence, on comprend que les fils bourrins de Sanguinius sont piégés avec leurs alliés dans les ruines de la capitale planétaire, et ne peuvent monter à l’assaut sans être réduits en pulpe d’Orangina Rouge par l’artillerie chaotique, qui pilonne la ville avec insistance. Résultat des courses : la galerie de personnages secondaires Flesh Tearers développée par Smillie au cours des précédents épisodes (le Chapelain Appollus, le Champion Harahel, l’Apothicaire Nisroc, l’Archiviste Balthiel) s’occupe comme elle peut en balançant des remarques désobligeantes sur le potentiel intellectuel des Nekkarites, qui n’ont pas encore maîtrisé l’art subtil du baissage de tête pour éviter les obus, comme les meilleurs de l’Empereur savent si bien le faire. What the duck, quoi. Un moyen comme un autre de canaliser la rââââââge qui menace de les faire dégoupiller à tout moment, comme c’est le lot des Sangui’ Bois de Cretacia.

 

Plus intéressant, nous suivons en parallèle la mission d’infiltration de la Compagnie des Scouts1 du Capitaine Temel, chargée de neutraliser les batteries adverses afin de permettre au gros des troupes de charger, éviscerateur au clair. Dans ces conditions difficiles, les novices font du mieux qu’ils peuvent, mais la présence de patrouille de Space Marines du Chaos dans le cordon défensif d’une part, et les gros problèmes de self-control qui sont le lot des Tireurs de Flèches d’autre part, prélèvent un lourd tribut chez les loyalistes. Déterminé à mener sa mission à bien dans les délais qui lui ont été impartis, Temel fait fi des pertes catastrophiques et parvient à faire exploser les obusiers adverses, mais se fait gravement grenailler le bedon dans l’opération. Il peut toutefois contacter Gabriel Seth avec le sentiment du devoir accompli, et la certitude que ses Scouts ne vont pas tarder à être secourus par leurs gros copains…

 

Révélation

…Enfin, ça, c’était le plan A. Le plan B, comme Baal-Est-En-Danger-Il-Faut-Venir-Nous-Aider-Tout-De-Suite-Bisous-Dante, ne laisse pas l’ombre d’une chance aux infiltrés, car Seth annonce à son subalterne que tout le Chapitre est déjà sur le chemin de l’orbite2, et qu’il n’est pas possible d’attendre ni d’aider les survivants de Temel. La tuile. En effet, le message de détresse envoyé par les Blood Angels, constatant que les Tyranides se rapprochaient dangereusement de leur planète chapitrale, à leurs successeurs, a eu un effet bœuf chez le patriote Gaby 7, qui considère qu’il est du devoir des Flesh Tearers de répondre à l’appel de leurs Primogenitors, même si ces derniers n’ont pas été très tendres avec les débordements des fistons d’Amit au cours des derniers siècles. La famille, c’est sacré. Beau joueur, Temel souhaite bon vent à son supérieur démissionnaire, et se prépare à mourir dignement après s’être tranché la langue, dans la plus pure tradition cretacienne (il a raccroché avant, bien sûr).

 

La nouvelle se termine avec un petit passage dans la salle du trône de Da’ka, qui était venu pour casser du Flesh Tearers plutôt que pour conquérir la planète, et décide donc de partir à son tour de Nekkaris lorsque ses subalternes locaux viennent lui annoncer la bonne nouvelle. À suivre, donc…

 

1 : Qui devrait être la 10ème Compagnie, mais comme certaines sources établissent que le Chapitre n’en compte plus que quatre, je préfère ne pas m’avancer sur les nombres.

 

2 : C’est à se demander qui gère les Thunderhawks des Flesh Tearers.

 

Avis :

Andy Smillie livre avec ‘A Son’s Burden’ une introduction satisfaisante aux événements relatés dans ‘The Devastation of Baal’, du point de vue de ses chouchous Flesh Tearers. Si la mission commando de Temel occupe le plus gros de la nouvelle, et nous donne à voir toute l’abnégation du Capitaine, prêt à sacrifier ses hommes (et pour certains d’entre eux, à les abattre de ses mains lorsque la Soif Rouge se fait un peu trop pressante) et à laisser massacrer des civils pour parvenir à son objectif, la description de la décision de Seth d’abandonner des frères d’armes pour voler au secours de Blood Angels pourtant peu sensibles à la difficile situation de leur Chapitre successeur, donne une dimension noble et tragique à des Flesh Tearers que l’on avait jusqu’ici dépeint en brutes sanguinaires. Cet enrichissement du background des natifs de Cretacia est à mettre à l’actif d’un Smillie que j’ai trouvé plus mature et à l’aise dans son propos qu’il ne l’était dans ses premiers textes pour la Black Library. Deux défauts significatifs empêchent toutefois ‘A Son’s Burden’ d’être une réussite totale. Le premier est son traitement très « épisodique », en cela qu’on a l’impression tenace, et sans doute fondée1, que les événements relatés ici ne sont qu’un fragment d’un arc narratif beaucoup plus large : un tel procédé n’est pas interdit, mais je considère tout de même qu’une histoire vendue comme une nouvelle indépendante devrait pouvoir être lue de manière indépendante, sans avoir l’impression de passer à côté d’une partie du propos. Le second est l’usage inconstant des Thunderhawks des Flesh Tearers fait par Smillie : ce n’est certes qu’un détail, mais cela démontre un manque de connaissances et de réflexion sur le mode de fonctionnement d’un Chapitre Space Marines assez problématique. Bref, des progrès mais pas encore un sans faute.

 

1 : Même si Da’Ka Jumoke semble avoir tout à fait disparu de la surface de l’univers après cette nouvelle.

 

Fluff :

  • Flesh Tearers (Culture) : Les langues des Flesh Tearers tombés au combat sont rituellement coupées, afin d’empêcher leurs fantômes de révéler leurs secrets à l’ennemi. Un Frère de Bataille s’attendant à être tué au combat peut se trancher lui-même la langue de manière « préventive ».

 

Gabriel Seth: The Flesh Tearer

Révélation

Sons of Sanguinius/2021/5 pages

 

Intrigue :

gabriel-seth.pngGabriel Seth en a gros sur la patate (énergétique). Ayant appris qu’Astorath avait exécuté des Flesh Tearers sans demander la permission auparavant1, le Maître de Chapitre lésé voyage jusqu’à Baal incognito (il a mis une capuche) afin de s’expliquer franchement avec le Haut Chapelain.

 

Par un heureux hasard, Astorath est présent dans le Reclusiam de Baal lorsque Gaby y fait irruption2, et les deux surhommes peuvent enfin se dire leurs quatre vérités… et se mettre des bourre pifs. On ne va pas se mentir, je n’en attendais/espérais pas moins de la part Gabriel « coup de boule » Seth, toujours aussi doué en matière de diplomatie. Seulement voilà, notre héros fait moins le malin lorsque son adversaire est un personnage nommé en armure d’artificier renforcé au scénarium, et le crétin de Cretacia crache rapidement quelques dents (même s’il parvient à abimer le jet pack de son adversaire dans la bagarre). Ayant compris qu’il ne sortirait pas vainqueur de ce combat, Seth abandonne sa stratégie initiale (occuper Astorath pour l’empêcher d’aller chercher des noises à d’autres Flesh Tearers), d’une stupidité aussi redoutable que lui-même, et s’en va se faire poser des implants en céramite en jurant à son adversaire qu’il n’a pas intérêt à revenir prendre la tête à d’autres Flesh Tearers. Sinon… Sinon.

 

1 : Voir ‘Astorath the Grim: Redeemer of the Lost’ du même auteur.

 

2 : Astorath passant son temps à voyager à travers la galaxie pour décoiffer les descendants les plus indisciplinés de la Légion de Sanguinius (ce qui fait un paquet de Chapitres à couvrir), on peut raisonnablement penser qu’il n’est pas souvent sur Baal. La nouvelle est d’ailleurs encore plus drôle si on considère que Seth est déjà venu vingt fois sur la planète, et est tombé à chaque fois sur une pancarte « sorry, we’re closed » lorsqu’il s’est présenté devant le Reclusiam.

 

Avis :

De toutes les micro-histoires tournant autour des Flesh Tearers qu’Andy Smillie a écrit pour son Chapitre de prédilection, ‘Gabriel Seth : The Flesh Tearer’ est de loin celle que j’ai trouvée la plus intéressante. Voir le patron des Flesh Tearers aller régler ses comptes avec Astorath sur Baal pour protéger ses frères, même si ces derniers méritent dans l’absolu l’exécution que le Haut Chapelain des Blood Angels leur délivre, donne en effet plus de profondeur et de sympathie à Seth que toutes ses précédentes apparitions dans le corpus de Smillie. Cela n’est pas suffisant pour justifier le prix de vente de ces quelques pages, mais j’aurais apprécié que cette intrigue soit développée sur un format plus classique, afin de permettre une plus grande immersion dans les relations compliquées entre Gabriel Seth et ses « tuteurs » au sein des Blood Angels (Dante et Astorath), dont Smillie ne livre que des bribes au détour de ses dernières soumissions (voir ‘Trial by Blood’ et ‘A Son’s Burden’). Il reste un peu d’espoir…

 

Fluff :

  • Erelim : La garde personnelle d’Astorath, composée de cinq Chapelains Blood Angels dont l’armure est entièrement noire. Les Erelim gardent le Reclusiam des Blood Angels sur Baal.

 

Death's Shepherd

Révélation

Sons of Sanguinius/2021/4 pages

 

Intrigue :

deaths-shepherd.pngDe retour sur le monde à problème de Zurcon Primus (déjà « pacifié » par leurs grands anciens il y a dix mille ans1), les Flesh Tearers sont à pied d’œuvre pour mater une nouvelle rébellion des autorités locales contre le pouvoir impérial. Le conflit ayant déjà fait 300 millions de morts au moment où la nouvelle commence, on ne peut pas parler de frappe chirurgicale de la part des meilleurs de l’Empereur, mais comme le protagoniste de l’histoire est (probablement, il n’est pas formellement identifié) le Chapelain Appollus, à qui le concept de victimes collatérales est étranger2, ce bain de sang préliminaire n’est pas vraiment une surprise.

 

Appollus a pris la tête d’une bande de soldats zurconiens fidèles à l’Empereur, compensant leur manque d’équipement et de munitions par un fanatisme chevillé au corps et des baïonnettes attachées aux crosses de leurs fusils (ce qui n’est pas comment qu’on utilise une baïonnette, j’en suis presque certain). Le Chapelain et ses brebis galeuses doivent attaquer une position tenue par un régiment fidèle au Gouverneur local, et comme il est contractuellement tenu de faire un discours inspirant avant de mener ses hommes au carnage, Popol prononce royalement 37 mots qu’il estime motivants, avant de charger à toutes berzingues vers les lignes ennemies, confiant dans la protection que lui apporte son armure énergétique contre les tirs sporadiques des hérétiques.

 

Au terme d’un combat à sens unique, le Chapelain se retrouve à court d’ennemis à massacrer, ce qui semble mettre fin à la guerre de Zurcon (sans rire, c’étaient vraiment les derniers rebelles de toute la planète : ça pourrait expliquer pourquoi Appollus est le seul Flesh Tearers de la nouvelle, Gabriel Seth ayant rappelé ses forces pour les déployer sur d’autres campagnes, et laissé le Chapelain faire mumuse en arrière garde). Mais avant de partir, Appollus tient à rappeler au lecteur qu’il est toujours le roi des sales types, et exécute donc gratuitement les trois survivants de son unité, afin de les châtier d’avoir laissé Zurcon se rebeller à nouveau contre l’Empereur. Comme si Jojo, Bébert et Steeve étaient responsables de cette crise. Mais comme dit le proverbe : l’innocence ne prouve rien sans casser des œufs. Ou quelque chose comme ça.

 

1 : Voir ‘Sons of Wrath’.

 

2 : Voir ‘From the Blood’.

 

Avis :

Quatre pages d’action bourrine et convenue et un clin d’œil pas vraiment inspiré à ‘Sons of Wrath’, c’est à peu près tout ce que l’on peut tirer de ‘Death’s Shepherd’. De façon contrintuitive, il se pourrait que cette histoire soit plus intéressante pour qui n’est pas familier du reste des travaux Flesh Tearers d’Andy Smillie, car ce nouveau lecteur aura plus de chances d’être surpris par la conclusion goredumb (c’est pas du grimdark pour moi) de cette micro nouvelle que l’habitué des pulsions homicidaires de ce bon Chapelain Appollus. Mais à 3,49€ les mille mots, l’addition est salée et le risque couru d’être déçu par cette plongée dans le monde vermeilleux des Flesh Tearers à la sauce Smillie non négligeable. Bienvenue au club.

 

Fluff :

Rien de transcendant.

 

Immortalis

Révélation

Sons of Sanguinius/2021/4 pages

 

Intrigue :

immortalis.pngAlors qu’il agonise sur le champ de bataille, un Space Marine des Flesh Tearers se rappelle ses deux morts précédentes. La première a été symbolique, et a pris place lorsque la Rage Noire s’est emparée de lui après qu’il soit tombé à court d’Orks à tuer, et ait compensé ce manque en faisant mumuse avec les Gardes Impériaux qui accompagnaient le Chapitre au combat. Cette incartade lui a valu d’être transféré au sein de la Compagnie de la Mort, et c’est au cours d’une mêlée furieuse contre ces pleureuses d’Eldars que notre héros a connu sa deuxième mort, le cœur primaire empalé par une lame Xenos. Il faut toutefois croire que FT Man était doué dans ce qu’il faisait, puisqu’au lieu de le laisser mourir en paix, le Maître du Chapitre le fit incarcérer dans un Dreadnought. Ce troisième service, et cette courte nouvelle, se terminent avec la troisième mort de notre gus, victime d’un « coucou qui c’est » pas franchement amical de la part d’un Genestealer Alpha en maraude.

 

Avis :

La trajectoire classique et tragique d’un Flesh Tearer, relatée en 1.000 mots par Andy Smillie, n’apprend pas grand-chose de neuf sur le Chapitre, et sa lecture est donc tout à fait dispensable. On notera au passage que contrairement aux Blood Angels, les Flesh Tearers atteints de la Rage Noire ne revivent pas les derniers instants de Sanguinius pendant le Siège de Terra (ce qui est totalement la classe, tout de même) : ils sont juste très très énervés. Symptôme propre au Chapitre ou gaffe fluffique de la part d’un auteur qui n’est décidément pas à l’abri de ce genre de bévue ? Je laisse à chacun le soin de se faire une opinion.

 

Fluff :

Rien de transcendant.

 

The Quickening

Révélation

Sons of Sanguinius/2021/3 pages

 

Intrigue :

the-quickening.pngL’Archiviste Balthiel des Flesh Tearers a choisi d’opérer seul derrière les lignes ennemies pour mener à bien l’assassinat du Gouverneur hérétique de Spheris, et nous le voyons faire usage de ses pouvoirs psychiques, dont son signature move : the quickening (une sorte de bullet time qui lui permet de ralentir l’écoulement du temps autour de lui), pour se débarrasser de la garde personnelle du félon. Bien que très efficace, l’abus du Warp est dangereux pour la santé mentale, et Balthiel finit la novelinette (3 pages !) en PLS, sa mission accomplie mais sa messagerie mentale submergée de spam de Démons cherchant à lui vendre des analgésiques miraculeux et/ou à lui faire rencontre des hot single spawns dans son voisinage. Bref, un jeudi ordinaire pour notre ami Flesh Pseaker.

 

Avis :

Andy Smillie continue sa série consacrée à la mise en scène des pouvoirs psychiques des Blood Angels (et descendants) dans ses nouvelles Flesh Tearers avec cet insignifiant à tout point de vue ‘The Quickening’. Les amateurs de ce genre très particulier peuvent se tourner vers ‘From the Blood’ pour voir l’incroyable Balthiel utiliser le Bouclier de Sanguinius d’une manière fort peu orthodoxe (et tomber à nouveau dans les pommes, comme le gros bébé fragile qu’il est). Les autres économiseront les 3.49€ demandés pour ces quelques lignes peu mémorables1 et iront dépenser leur capital chèrement acquis ailleurs.

 

1 : Qui bénéficient malgré tout d’une recommandation de nul autre que James Swallow (« So visceral, you can taste the blood in your teeth »). Si ça ne vous donne pas une bonne raison supplémentaire de ne pas acheter ‘The Quickening’, vous allez vite apprendre…

 

Fluff :

Rien de transcendant.

Astorath the Grim: Redeemer of the Lost

Révélation

Sons of Sanguinius/2021/4 pages

 

Intrigue :

astorath-the-grim.pngNous suivons Astorath dans son quotidien de Haut Chapelain des Blood Angels et voiture balai hache des descendants de Sanguinius, alors qu’il piste un groupe de Flesh Tearers de la Compagnie de la Mort ayant eu la mauvaise idée de survivre à la campagne d’Hamenlina. Le croirez-vous, mais même à un contre cinq, Astorath le bath parvient à apporter la paix des braves à ses brebis égarées. À peine le temps de prendre un petit café crémation, et voilà le Rédempteur reparti pour de nouvelles aventures sans queue (un peu) ni tête (surtout).

 

Avis :

Aucune surprise dans ces quatre pages, qui dépeignent un Astorath en tout point conforme à la présentation qui en est faite dans le Codex Blood Angels. Allez, si on veut être charitable, on peut dire que l’identité de ses victimes est une micro surprise pour qui ne connaît pas le passif d’Andy Smillie avec les Flesh Tearers (chanceux que vous êtes). Cela ne sert absolument à rien dans l’histoire, mais c’est une surprise (je vous avais dit que c’était de la charité hein). Encore une micro-nouvelle vendue beaucoup trop chère pour ce qu’elle apporte en termes de plaisir de lecture et d’éléments de fluff, et donc à éviter comme la Rage Noire1.

 

1 : Si le personnage d’Astorath vous intéresse, je vous conseille d’aller lire ‘Redeemer’ de Guy Haley, qui est d’un rapport qualité prix sans aucune mesure avec la soumission de Smillie. Et les deux sont vendues au même tarif par la BL !

 

Fluff :

  • Astorath: La couleur noire des ailes de son jet pack provient d’un mélange des cendres des victimes de la Rage Noire qu’il a exécutées (et brûlées) et de son propre sang.

 

Autres (1)

 

Reparation

Révélation

Hammer & Bolter #13/2011/23 pages

 

reparation.png?w=199Après avoir tâté de l’Ogre dans sa première nouvelle publiée par H&B, Andy Smillie nous revient avec une histoire se déroulant dans un futur aussi lointain que violent. La science-fiction gothique siérait-elle mieux à cet auteur que l’heroic-fantasy musclée ? À peine, et c’est malheureux.

 

Intrigue :

Notre héros est un certain Thorolf, Space Wolf fait prisonnier par les Eldars Noirs et contraint de se battre dans les arènes de Damorragh contre ses petits camarades de cellule (toute ressemblance avec Hammer Of Demons, le troisième opus de la série Grey Knights de Ben Counter, est évidemment fortuite). Thorolf fait la connaissance d’Ecanus, un Dark Angel ayant lui aussi oublié de croquer sa capsule de cyanure au moment opportun, et notre paire de surhommes va évidemment faire fi de la défiance millénaire entre lions et loups pour poutrer du mutant, du xenos et de l’hérétique dans la joie et la bonne humeur.

 

Arrivé au dernier quart de la nouvelle, coup de théâtre :

Révélation

Thorolf se révèle être Ramiel, Chapelain-Investigateur Dark Angel de son état ; et fait la peau à Ecanus, qui n’était lui qu’un sale Déchu perfide.

Ce twist final, tout à fait acceptable en soi, est cependant si mal préparé par Smillie que, loin de sauver les meubles, il contribue au contraire à décrédibiliser davantage la nouvelle, qui se termine, comme la majorité de son casting, en eau de boudin.

 

Avis :

La première critique que j’adresserai à cette deuxième publication est qu’elle se situe dans la droite ligne de Mountain Eater sur le plan des transitions narratives brutales, ce qui est toujours aussi désagréable pour le lecteur, en ce que ça l’oblige à revenir fréquemment sur ses pas pour identifier formellement les changements de scènes. Plusieurs fois au cours du récit, on a ainsi l’impression qu’un personnage se matérialise soudainement aux côtés du narrateur, avant de réaliser que cette apparition impromptue s’explique par l’absence de connecteurs logiques entre une scène A (un seul personnage) et une scène B (deux personnages). Résultat : une lecture hachée et pénible, qui ne donne pas vraiment envie de passer l’éponge sur les autres défauts d’écriture de Mr Smillie1.


Le deuxième défaut de Reparation est inhérent à l’intrigue développée par Andy Smillie. La conclusion de la nouvelle laisse en effet trop de questions sans réponses pour satisfaire le lecteur. 

Révélation

On ne comprend ainsi pas pourquoi Ramiel choisit de se faire passer pour un Space Wolf auprès d’Ecanus, mensonge qui ne lui rapporte absolument rien (surtout compte tenu de la rivalité entre les fils de Russ et ceux d’El’jonson) et qu’il a toutes les peines du monde à faire avaler à son comparse2. Un millier de chapitres Space Marines, et il choisit le moins adapté à son dessein (enfin, presque : il aurait aussi pu dire qu’il faisait partie des Iron Hands et raconter qu’il s’était fait greffer une main organique à l’insu de son plein gré par un apprenti Tortionnaire qui voulait réviser avant les partiels) ! Mais après tout, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

 

On ne sait pas non plus comment Thorolf/Ramiel réussit à percer à jour Ecanus, ni pourquoi il choisit de se retourner contre un allié aussi balaise de manière « gratuite » (comprendre qu’il bute Ecanus à la fin du tournoi, alors que les deux auraient pu coopérer pour monter une évasion, et Ramiel attendre d’être tiré d’affaire pour régler ses comptes avec le renégat). Pour la beauté du geste dirons-nous.

 

Enfin, Reparation est desservi par l’utilisation peu finaude que fait Smillie du fluff de 40K, recraché de manière scolaire et bancale plutôt qu’incorporé de manière fluide au récit. L’auteur a potassé ses fiches d’organes SM, et il tient à nous le faire savoir ! Du coeur auxiliaire à l’hématopigment, de l’oreille de Lyman à la membrane cataleptique, sans oublier bien sûr les incontournables glandes de Betcher (qui seront mises à profit pour un special move ostensiblement piqué à Aaron Dembski-Bowden), Smillie met à profit ses connaissances en matière de physiologie marsouine sans saveur ni génie. Ajoutez à cela quelques faux raccords (qui apparaissent comme mineurs en comparaison des enchaînements sauvages et autres liaisons tronçonnées soulignées plus haut), comme la succube qui prend des douches de sang sans en recevoir une goutte, et vous obtiendrez une bien piètre nouvelle, et un début de réputation à la Sarah Cawkwell pour Andy Smillie. Aïe.

 

1 : On dirait que Smillie a essayé de découper son histoire comme un monteur de cinéma, en se concentrant sur les passages les plus importants de l’intrigue et en évacuant toutes les scènes de transition n’apportant rien à cette dernière. Si cette technique est viable pour un film (car le spectateur reçoit suffisamment d’informations pour pouvoir immédiatement comprendre de quoi il en retourne), elle est en revanche très difficile à transposer pour une production écrite, où le lecteur a besoin d’être guidé en permanence.

 

2 : « Eh dis-donc, ils ne sont pas censés avoir des canines surdimensionnées les loulous ? »

« Euh si, mais les Eldars Noirs me les ont limées pour me faire chier. »

« Ah. »

Ou encore

« Tu ne te bats pas du tout comme un Space Wolf en fait. »

« Haha, oui en fait c’est pour surprendre les Eldars Noirs. Ils s’attendent à ce que je sois féroce et impulsif, alors je préfère être calme et posé. »

« Seems legit. »

 

Fluff :

  • Eldars Noirs (arènes gladiatoriales): Les Druchii de l'espace ne reculent devant aucune dépense afin d'assurer le divertissement des cabalites en goguette. En témoignent ces dispositifs de traduction automatiques (implantés directement dans les murs de l'arène dans ce cas précis) des différents dialectes et idiomes employés par les combattants, qui permettent à ces derniers d’œuvrer de conserve lors des matchs mettant aux prises des équipes "mixtes". Les prisonniers peuvent également visionner les combats de leurs concurrents depuis leur cellule (si leurs geôliers le leur permettent, bien sûr).

 

 

Anthony Reynolds (3)

Révélation

 

Anthony Reynolds restera sans doute dans l’histoire du 41ème millénaire comme le père de Marduk des Word Bearers, auquel il a dédié une trilogie (‘Dark Apostle’, ‘Dark Disciple’, ‘Dark Creed’). Ses pérégrinations littéraires dans les ténèbres du lointain futur l’ont également entraîné à collaborer avec les Iron Hands (‘The Blessing of Iron’), les White Scars (‘The Thrill of the Hunt’), les Imperial Fists (‘Lysander : The Fist of Dorn’) côté loyaliste, et ce félon de Khârn (‘Khârn: Eater of Worlds’) côté dissident.

 

La Vie de Marduk, Apostat du 34ème Ost des Word Bearers (2)

 

Torment

Révélation

Hammer & Bolter #15/2011/26 pages

 

Anthony Reynolds nous revient avec une nouvelle qui sert d’épilogue à la trilogie (Dark Apostle, Dark Disciple, Dark Creed) consacrée par le bonhomme aux Word Bearers, et plus précisément au personnage de Marduk, Premier Acolyte du 34ème Ost de la Légion de Lorgar. Pour n’avoir lu aucun de ces romans, et aborder les publications de Reynolds avec une méfiance non dissimulée, je dois avouer que le résultat est plutôt réussi, dans la veine du Grail Knight publié dans le Hammer & Bolter #6.

 

Intrigue :

torment.png?w=201La nouvelle retrace la fuite éperdue de Burias-Drakshal dans les entrailles de la Basilique du Tourment, édifice cyclopéen servant de forteresse et de lieu de culte à la XVIIème Légion. On comprend rapidement que Bubu était un adversaire malheureux de Marduk, condamné par ce dernier au confinement dans un sarcophage de Dreadnought en punition de sa traîtrise. Réussissant à faire ressurgir Drakshal (le démon avec qui il partage son corps) avant son entrée en boîte, Burias parvient à se libérer et à fausser compagnie à ses geôliers, mais pourra-t-il échapper longtemps à ses innombrables poursuivants?

 

Avis :

On retrouve dans Torment les deux points forts de Reynolds, dont la présence et la combinaison lui permettent (quand il est inspiré) de signer des textes assez intéressants : une bonne maîtrise du fluff (à la fois dans ses références au background officiel et dans les ajouts qu’il fait à ce dernier) et un souffle épico-onirique lui permettant de ne jamais faire retomber la pression, et l’intérêt du lecteur avec, elle jusqu’à la conclusion de son récit. En basant sa nouvelle dans un lieu aussi chargé d’histoire et symbolique que la Basilique des Tourments, Reynolds joue sur du velours, et s’offre une ultime virée dans le sacro-saint des Word Bearers, profitant au passage pour faire intervenir quelques personnages que j'ai deviné être importants dans sa trilogie (Burias-Drakshal et Marduk, mais également Eshmun, Kol Badar, et même cet asocial de Lorgar, le temps d’un petit caméo); tout en faisant faire au lecteur le tour du propriétaire de la « capitale » des Porteurs du Mot, endroit folklorique s’il en est. Petit bonus, mais appréciable néanmoins, la mini-révélation finale1, si elle peut être percée à jour assez tôt dans le récit par une lecture attentive du texte, porte tout de même et confère au dénouement de Torment une dimension mélancolique justement dosée.

 

1 :

Révélation

 Très inspirée du final de Brazil, ou plus récemment, de celui de Sucker Punch.

 

Fluff :

  • Langage : Les limbes sont appelées Bharzek (berserk?) dans la langue de Colchis.
  • Basilique du Tourment : Bâtiment principal du monde démon Sicarus, s’étalant sur des milliers de kilomètres carrés et s’élevant à des dizaines de kilomètres au-dessus de la surface de la planète. Le temps passe plus lentement dans la Basilique, afin de faire durer le supplice des prisonniers. Les niveaux inférieurs (plusieurs centaines) sont des labyrinthes peuplés par des créations grotesques (serviteurs-braseros, chérubins cannibales), des sentinelles mi-machines, mi-démons, et des dizaines de milliers de pénitents attendant leur sacrifice, et dans lesquels il est possible d’errer pendant « une douzaine de vies » sans jamais repasser au même endroit. L’extérieur de la Basilique est recouvert de spires et de flèches, où sont empalés des centaines de victimes. Entres autres joyeusetés, on peut y trouver des Discords, sorte de hauts-parleurs flottants diffusant des sons chaotiques sensés favoriser la communion des fidèles avec leurs Dieux (note personnelle : ces « discords » sont très semblables aux glyphs introduits par Dan Abnett dans Traitor General/Le Traître) et des Khatartes, harpies démoniaques écorchées dont la forme warp est celle d’un ange lumineux.
  • Sicarus : Monde base des Word Bearers dans l’Œil de la Terreur, recouvert de cathédrales fortifiées sans cesse en extension. La planète a deux lunes d’obsidienne, et la flotte de la légion est stationnée en orbite basse. Le visage et la silhouette de demi-dieux du chaos flottent dans le ciel.
  • Guerriers-claniques : Sicarus peut compter pour sa défense sur des guerriers claniques, une force d’élite constituée de post-humains disposant d’un armement sophistiqué (fusils radiant laser, lance-plasma, système extérieur de visée) et utilisant des drogues de combat. Bien que nettement surclassé dans tous les domaines par le Space Marine, le guerrier clanique de Sicarus est un combattant efficace et respecté par les Astartes.

 

Vox Dominus merci @Celtic_cauldron !  

Révélation

Treacheries of the Space Marines/2012/75 pages

 

Intrigue :

Cette nouvelle permet de retrouver Marduk et le 34ème Ost des Wordbearers, héros de la trilogie Wordbearer du même auteur. Dans ce récit, nos héros seront confrontés à un mystère impliquant une enfant, un vaisseau et des membres de la Death Guard.

 

Avis :

Comme avec ADB, on est en terrain connu avec cette nouvelle. J'ai bien aimé, tout comme j'aime la trilogie originelle. Anthony Reynolds maîtrise son sujet, ses personnages et arrive à nous emmener où il veut. La fin est pas mal du tout et invite à une suite.

 

Fluff :

Pas grand-chose non plus. En revanche, le final dans les jardins de Nurgle donne un aperçu sympathique du lieu en question.

 

Autres (1)

 

The Blessing of Iron

Révélation

Black Library Games Day Anthology 2012-2013/2012/16 pages

 

Intrigue :

the-blessing-of-iron.png?w=400&h=630La lune pénitentiaire de Penatora IV est en proie à une émeute terrible depuis qu’un malheuruex incident technique a déverrouillé la totalité des cellules de ce complexe accueillant plus d’un million de prisonniers (pour 32 places disponibles). Soumis à la légendaire rigueur des maisons de correction du 41ème millénaire, renforcée ici par la nécessité de remplir les quotas de production fixés par l’Adeptus Mechanicus, les Penatorans ne laissent pas passer l’occasion d’exprimer leur mécontentement directement aux oreilles du personnel pénitentiaire, avec des conséquences fatales pour les malheureux matons se trouvant sur leur route. Bref, there’s a riot going on in cellblock number 9, mais malheureusement pour les détenus dissipés, ce n’est pas Dr. Feelgood que les autorités impériales envoient remettre de l’ordre dans cette pagaille, mais une escouade d’Iron Hands riants comme la porte de la prison qu’ils sont venus purger.

 

La caméra se braque sur le Frère Dolmech, qui hait tout le monde et méprise le reste, alors qu’il participe à la défense d’un des centaines de rouages (les unités de production de Penatora) aux côtés de gardes lambda et d’un duo de Skitarii. Malgré l’efficacité clinique dont il fait preuve dans l’exercice de ses fonctions, sa position ne tarde pas à être submergée par les vagues d’assaillants qui s’abattent sans discontinuer sur l’atelier, forçant l’impassible mais pas impassable cyborg à battre en retraite en compagnie de l’unique être humain pour lequel il éprouve un peu de respect, le Beneficiari Armicus. En charge de la direction du rouage 349 depuis 17 ans, Armicus a toujours mis un point d’honneur à respecter les consignes de ses supérieurs, et a donc continué de travailler pour honorer les objectifs de production d’œil bionique (sa spécialité) fixés par la direction de Penatora alors que le complexe était en proie à un marasme monstre. Ce flegme à toute épreuve a impressionné Dolmech, qui décide de donner la Bénédiction du Fer à ce contre-maître méritant. Un insigne honneur pour un simple mortel, mais pour cela, il faut que le duo mal assorti parvienne à rejoindre le point de ralliement fixé par le Sergent Haldaarn, à plusieurs kilomètres de là.

 

Comme on peut s’y attendre, le chemin est jonché d’embuches et de mauvais sujets impériaux à mettre hors d’état de nuire. Malgré la froideur caractéristique dont fait preuve Dolmech envers son nouveau protégé, ce dernier parvient à briser (un toooouuuut petit peu) la glace en faisant remarquer à son nouveau gros copain que l’œil bionique qu’il porte a été confectionné ici-même, au rouage 349. La galaxie est vraiment toute petite. Armicus révèle également au Space Marine qu’il s’attendait plutôt à ce que ce dernier l’abatte sans sommation plutôt qu’il ne le sauve, à cause de sa connaissance d’informations compromettantes au sujet des responsables de la guerre civile ayant déferlé sur Penatora IV. En étudiant les flux de données depuis son poste de travail, Armicus a en effet réalisé que le déverrouillage généralisé a été causé par des Space Marines…

 

Révélation

…Dénégation formelle de la part de Dolmech, dont l’escouade n’a rien à voir dans ce boxon. Et pour cause, ce sont encore une fois ces fripons de Dark Angels qui sont responsables du malheur d’autrui, mais trop maladroits ou arrogants pour dissimuler leurs traces. Leur traque des Déchus les a en effet amené à créer une émeute généralisée sur Penatora pour pouvoir kidnapper tranquillement un prisonnier en possession d’informations (peut-être) utiles à la capture d’un des membres du Hall of Shame de la Première Légion. La fin >>> les moyens, on connaît la chanson.

 

Un Chapelain encapuchonné et ses deux porte-flingues en armure vert sapin embusquent ainsi Dolmech et Armicus alors qu’ils sortent de l’ascenseur les ramenant vers le point de rendez-vous des Iron Hands, et demandent à avoir « une petite discussion » avec le superviseur, qui pourrait mettre leur Chapitre de fourbes dans l’embarras s’il venait à partager ses connaissances. Pas dupe du caractère hautement suspect de cette demande (mais pas au courant de la duplicité des nouveaux venus), Dolmech refuse catégoriquement de remettre son nouveau copain à ces bullies de Dark Angels, et l’histoire aurait pu mal se finir si l’Iron Hand n’avait pas révélé le destin qu’il réserve à son protégé, et si le Chapelain Interrogateur, si antipathique qu’il soit, n’avait pas eu la culture nécessaire pour savoir ce que cela impliquait pour l’heureux élu. Les fils du Lion laissent donc finalement partir leur cousin et son sidekick, ce qui n’augure pas grand-chose de bon pour le pauvre Armicus…

 

Révélation

…Et en effet, une fois la mission des Iron Hands menée à bien (sans aucune perte à déplorer de leur côté), l’escouade Haldaarn repart sur sa Barge de Bataille, et Armicus reçoit la fameuse Bénédiction de Fer, qui consiste à être transformé en Serviteur. S’il s’agit d’un sort enviable pour les Space Robots, dont l’attirance pour la pureté de la machine n’est plus à démontrer, il est probable qu’Armicus avait un tout autre avis sur la question, mais personne ne lui a demandé. Upgradé dans sa chair et lobotomisé dans son esprit, c’est une longue carrière de (plus tellement) homme à tout faire qui s’offre à notre chanceux héros. C’est une bonne position, ça, Serviteur ?

 

 

Avis :

Pour ne rien vous cacher, et puisqu’on se dit tout (moi en tout cas), je dois vous avouer que jusqu’aux dernières pages de ‘The Blessing of Iron’, je m’étais préparé à attribuer un retentissant « BHÔFH » à cette nouvelle au moment d’émettre mon avis sur icelle. Une Space Marinade aussi bourrine et inimaginative ne mérite pas mieux à mes yeux, même si on pourrait me répondre que cela correspond tout à fait à l’état d’esprit de ce brave Frère Dolmech et à son reste de Chapitre de poètes, et qu’Anthony Reynolds nous a donc servi une habile mise en abyme. J’aurais alors répondu « Naaaaaaaaaaaaaaaaaaah fam tho » et on en serait resté là.

 

Pour une fois, l’arrivée de random Dark Angels (évidemment en train de traquer du Déchu, parce que c’est tout ce qu’ils faisaient dans la GW-Fiction à cette époque) dans une intrigue ne vient pas affaiblir ou affadir cette dernière, et permet au contraire de piquer l’intérêt du lecteur, auquel il est demandé de choisir les « gentils » à qui il préfère mettre des baffes. Et je peux vous dire que l’hésitation a été réelle de mon côté. Le twist final très grimdark et assez réussi de Reynolds (même si la révélation sur le destin d’Armicus est éventée un chouilla trop tôt par une technique narrative manquant de percussion) a achevé de me convaincre de ne pas jeter ‘The Blessing of Iron’ dans la pile du franchement dispensable de la littérature 40K, qui n’avait pas besoin de ça pour surplomber de très haut le contenu véritablement appréciable. C’est même une des meilleures soumissions que j’ai lues de cet auteur pour cette franchise le lointain futur1… Ce qui n’est pas non plus démentiel, mais je me devais de le souligner.

 

1 : A date, je n’ai lu que deux nouvelles d’Anthony Reynolds se déroulant au 41ème millénaire, ‘Torment’ (qui était franchement bien) et ‘The Blessing of Iron’. Par contre, les trois nouvelles qu’il a signées pour l’Hérésie d’Horus et que j’ai lues (‘Scions of the Storm’, ‘Dark Heart’ et ‘Children of Sicarus’) sont vraiment moyennes.

 

Fluff :

  • Iron Hands : Le Chapitre considère que la transformation en Serviteur est un grand honneur pour les humains normaux, et seuls des individus ayant prouvé leur valeur et leur mérite auprès d’un Iron Hand peuvent bénéficier de la Bénédiction du Fer. La Barge de Bataille Iron Will, déjà en service pendant la Grande Croisade (voir ‘Fulgrim’) était toujours utilisée par le Chapitre dix millénaires plus tard.

     

  • Bolter : Un tir de bolter est capable de tuer directement et indirectement une demi-douzaine de personnes, lorsque sa cible principale se trouve dans un groupe d’individus ne portant pas de protection.

     

 

 

Barrington J. Bayley (4)

Révélation

 

Barrington J. Bayley a collaboré avec la Black Library alors qu’elle venait juste d’être créée, et que lui-même était un écrivain de science-fiction établi, avec une douzaine de romans et une centaine de nouvelles à son actif. Ce passif impressionnant a joué un rôle dans la vision, parfois franchement iconoclaste, que notre homme eu du background de Warhammer 40,000 dans ses travaux de GW-Fiction. En plus des nouvelles ‘Children of the Emperor’, ‘The Lives of Ferag Lion-Wolf’, ‘Battle of the Archeosaurs’ et ‘Hive Fleet Horror’, on lui doit le légendaire roman ‘Eye of Terror’, ainsi que sa positivement mythique suite, ‘An Age of Adventure’, jamais publiée par la BL mais dont on sait que le manuscrit a été complété par Bayley avant sa mort, en 2008.

 

Children of the Emperor

Révélation

Into the Maelstrom/1999/25 pages

 

Barrington J. Bayley est un OVNI dans le petit monde de la Black Library. Ayant publié son premier roman (The Star Virus) en 1970, Bayley était une figure assez connue des amateurs de science-fiction anglophiles bien avant la parution de son Eye of Terror en 1999, incursion tardive d’un auteur n’ayant plus grand-chose à prouver dans l’univers de Warhammer 40.000. Disparu en 2008 à l’âge de 71 ans, Bayley nous a légué, en plus de ce mythique ouvrage, une poignée de nouvelles (pour la plupart publiées dans l’antique anthologie Dark Imperium) ainsi que l’incunable An Age of Adventure, suite confidentielle des péripéties de Maynard Rugolo (le héros d’Eye of Terror).

 

Intrigue :

Ayant échappé de justesse à la destruction du vaisseau qui transportait son régiment jusqu’à sa nouvelle affectation, le Garde Impérial Floscan Hartoum n’a d’autre choix que de faire atterrir sa capsule de sauvetage à la surface d’une planète mystérieuse dans l’attente d’être secouru. Recueilli par une tribu d’abhumains (deux paires de jambes) dont la mutation a été volontairement déclenchée par leurs ancêtres colons afin de lutter contre la forte gravité de leur monde d’adoption, Hartoum verra son courage et sa vision de l’Imperium sérieusement testés au cours de son séjour chez les enfants perdus de l’Empereur.

 

Avis :

Children of the Emperor est une petite gemme, et sa lecture est fortement conseillée à tous les esprits curieux familiers des publications de la Black Library. Cette nouvelle jette en effet un éclairage particulier et très dépaysant sur l’univers de Warhammer 40.000, en prenant toutefois garde de bien respecter le background qui existait à l’époque, attention aussi délicate que louable de la part d’un auteur aussi établi que Barrington J Bayley. L’un des charmes de Children of the Emperor est ainsi son absence d’aberrations fluffiques, preuve indubitable du sérieux travail de « documentation » effectué par Bayley avant la rédaction de ce texte1 (tous les contributeurs de la BL ne peuvent en dire autant, pas vrai Nik Vincent ?).

 

Mais les principales plus-values apportées par la plume experte de Bayley restent son style, affirmé, maîtrisé et très différent des canons de la BL (ce qui fait tout son intérêt), ainsi que son expérience d’écrivain de SF vétéran, qui lui permet d’attirer l’attention du lecteur sur des points jamais soulevés jusqu’ici par les autres auteurs de la maison (comme les variations de gravité d’une planète à l’autre, et les conséquences de ce changement sur un organisme humain normal) ; mais également d’amener son public à réfléchir sur des questions aussi centrales que celle de la tolérance envers la mutation (et donc du droit à la différence de manière plus large) au sein d’un Imperium dont la psychorigidité sur ce sujet – personnifiée par le personnage du Commissaire Leminkanen, zélote écumant et pas très futé – apparaît comme assez grotesque, eut égard à son histoire millénaire et au million de planètes qui le compose. Bref, on peut remercier Barrington J Bayley pour l’amical coup de pied dans la fourmilière qu’il a mis dans le background de Warhammer 40.000, qui n’était (et n’est toujours) pas au-dessus de tous reproches à l’époque, malgré le soin que lui a apporté Priestley et Cie au moment de son élaboration.

 

1 : Il va même jusqu’à faire mention d’éléments de background un peu avancés, tels que les fameux Schémas de Construction Standardisés. Chapeau l’artiste.

 

Fluff :

Pas grand-chose de transcendant à tirer de cette sympathique nouvelle, mis à part le fait que les colons du Moyen-Âge Technologique avaient les moyens de modifier l’ADN humain de manière avancée, et n’hésitaient pas à le faire en cas de besoin avéré. La gravité est trop forte ? Et hop, une paire de jambes supplémentaires pour tout le monde ! On peut donc extrapoler que bon nombre de souches abhumaines stables comme les Squats, les Ogryns et les Ratlings sont le fruit d’une intervention génétique ponctuelle plutôt que le résultat de siècles de « dégénérescence » engendrée par un environnement hostile.

 

Selon Bayley, l’Imperium a pour politique de laisser les espèces de Xenos tranquilles s’ils ne présentent pas d’intentions belliqueuses envers l’humanité et n’ont pas la technologie nécessaire pour quitter leur planète d’origine et partir à la conquête de l’espace. Abnett reprendra l’idée une décennie plus tard dans Horus Rising, avec la planète pénitentiaire Murder, visitée par erreur par le 140ème Corps Expéditionnaire au cours de la Grande Croisade. Les populations mutantes, en revanche, doivent être exterminées ou strictement contrôlées, selon le degré de facilité.

 

The Lives of Ferag Lion-Wolf

Révélation

Inferno! #14/2001/12 pages

 

Intrigue :

wfb_the-lives-of-ferag-lion-wolf.pngC’est une belle journée qui commence dans le palais de Ferag Lion-Wolf, Champion de Tzeentch ayant bien réussi dans la vie. Après avoir servi comme Space Marine dans les rangs des Purple Stars, notre héros a décidé d’aller relever de nouveaux défis en passant de l’autre côté du périph’ et de l’Œil de la Terreur, où il s’est taillé un petit empire. Aujourd’hui, il accueille un visiteur de marque, en la personne du Seigneur Quillilil (eh oui), autre Elu du Dieu du Changement dont il convoite le domaine (et réciproquement, comme on peut s’y attendre la part de disciples de Tzeentch).

 

Après avoir galamment secouru son hôte alors qu’il se faisait attaquer par des terroristes1 disques-jockeys pendant la descente vers son palais, Ferag ne peut résister à la tentation de faire une démonstration de ses pouvoirs de… maître Lego, aussitôt imité – mais en moins bien, évidemment – par Quillilil. Passées ces aménités, il est temps pour Fefe d’emmener son invité jusqu’à la table du festin qu’il a organisé pour lui, mais surtout de lui narrer par le menu les épisodes les plus mémorables de sa longue et épique vie.

 

On apprend ainsi que notre héros a reçu son nom si particulier après avoir vengé son père, sauvagement tué par un gigantesque lion-loup alors qu’il n’avait que huit ans (Ferag, pas son père), en réglant son compte en solo à la pénible bestiole, d’un coup d’épieu bien placé. Bien des années plus tard, Ferag s’est distingué en menant ses frères de bataille Purple Stars dans l’abordage inspiré d’un vaisseau ruche tyranide, d’une manière si convaincante que le Codex Astartes fut revu et corrigé pour l’occasion (nous dit-il). Enfin, ce fut le triomphe tactique de la bataille pour la planète-bol (si si), brillamment remportée contre les hordes énervées de Khorne et pestilentes de Nurgle, pour la plus grande gloire de Tzeentch. La régalade aurait pu continuer longtemps si un bloc de maçonnerie ne s’était pas décroché alors que les deux Elus passaient en contrebas, frappant Ferag en pleine tête et le faisant sombrer dans l’inconscience…

 

Révélation

…Et à son réveil, les choses ne sont plus les mêmes pour notre héros. Exit sa vie rêvée de Champion du Chaos, et bonjour à la triste réalité : Ferag n’est en fait qu’Ulf Rampe-Bouse, un avorton ayant intégré un culte de Tzeentch pour tenter de gagner de l’influence, mais ayant manqué du courage nécessaire pour assassiner un rival politique, malgré les ordres clairs donnés par son Magister. Condamné à être transformé en Enfant du Chaos en punition de son échec, Ulf a été victime d’une ultime cruauté de la part de sa déité, qui n’est pas connue comme étant le Maître du Mensonge pour rien : un aperçu de la vie qu’il aurait pu avoir, si les étoiles avaient été alignées différemment, ou quelque chose comme ça. Alors que son corps se transforme en amas informe et que son esprit sombre dans la folie, nous laissons Ferag/Ulf se débattre avec l’épineuse question de ce qui est réel et de ce qui ne l’est pas. Critique de la raison pure, Kant tu nous tiens…

 

1 : Comme quoi, on peut être un Seigneur du Chaos et détester l’anarchie.

 

Avis :

Les nouvelles dont le twist final consiste à révéler que le protagoniste a rêvé ou halluciné tout ce qui nous a été présenté au cours des pages précédentes sont assez rare au sein du corpus de la Black Library1, aussi ‘The Lives of Ferag Lion-Wolf’ n’est pas aussi inimaginatif dans son intrigue que ce que le lecteur non familier avec la GW-Fiction pourrait en penser2. Avec son style flamboyant/ampoulé (c’est selon) assez unique parmi les auteurs de la Black Library, et sa vision quelque peu surannée – justifiable au vu de l’ancienneté de la nouvelle – du fluff, Barrington J. Bayley trousse une petite histoire tenant plus de la fable fantasy cruelle que du bolter porn qui était, et est toujours, la norme pour les courts formats 40K. Un acquired taste, comme disent nos amis anglais, qui peut ne pas convenir à tout le monde mais qui mérite le détour à mon avis.

 

1 : Mais de manière assez drôle, deux d’entre elles se suivent dans le recueil ‘Dark Imperium’, le ‘Nightmares’ de Gav Thorpe exploitant la même idée.

 

2 : Je dois indiquer ici que même Lovecraft a cédé à cette tentation, dans ce qui peut être considéré comme la moins lovecraftienne de ses nouvelles : ‘The Dream-Quest of Unknown Kadath’.

 

Fluff :

  • Tzeentch : L’appellation chaotique d’un Duc du Changement est Chi’khami’tzann Tsunoi, et un Disque de Tzeentch est appelé K’echi’tsonae (rq : il s’agit du nom générique de ces entités, les démons ayant un nom individuel qu’ils gardent cachés pour ne pas donner d’emprise sur eux aux mortels).

     

  • Purple Stars : Chapitre Space Marine de la Seconde Fondation, recrutant des aspirants sur des mondes sauvages et ayant combattu les Tyranides.  

     

 

Battle of Archeosaurus

Révélation

Inferno! #18/2001/22 pages

 

Intrigue :

40k_battle-of-the-archeosaurs.pngLa planète ABL 1034, colonisée par l’humanité en des temps forts lointains puis laissée à mariner dans son jus pendant la Longue Nuit, a été redécouverte par l’Imperium. Idéalement situé pour devenir une capitale sous-sectorielle, comme Mont de Marsan avant lui, ce monde primitif aurait dû être conquis ou reconquis par le régiment de Gardes Impériaux dépêché sur place sans le moindre effort, mais voilà : les bidasses ont été toutes massacrées par la population locale, malgré le très faible niveau technologique de cette dernière. Une deuxième expédition, mécanisée celle-là, n’a pas connu un sort plus favorable, faisant d’ABL 1034 une sorte de village gaulois galactique, résistant vaillamment contre l’envahisseur romain impérial. Foin de druide à la faucille en or ou de potion magique ici : la raison de cette défiance étonnante se trouve dans la présence d’une mégafaune domestiquée par les natifs, et baptisée archéosaures par les Magos Biologis en raison de la ressemblance des dites bestioles avec les lézards géants qui peuplaient Terra il y a des millions d’années.

 

Comme on le sait bien ici, ni la patience ni la bienveillance de Pépé ne sont sans limite, au contraire de ses armées, qui sont elles proprement inextinguibles. La troisième fois sera donc la bonne pour l’Imperium, qui décide de mettre le paquet pour s’assurer d’une victoire probante et envoie pas un, mais deux Titans Warlord mettre de l’ordre sur ABL 1034. Bien que les Princeps des machines envoyées sur place (Gaerius et Efferim) doutent fortement que l’ennemi soit en mesure de les inquiéter, la discipline légendaire de l’Adeptus Titanicus les empêche de livrer le fond de leur pensée aux gradés de la Flotte et de la Garde avec lesquels ils partagent la séance de briefing pré-déploiement. Et puisqu’ils sont sur place, autant faire le job, pas vrai ?

 

Cette belle confiance est rapidement, même si temporairement, ébranlée par la vision qui attend les Princeps lors de leur descente à la surface de la planète : pas moins de cinq épaves de Gargants ork jonchant la plaine choisie par le commandement impérial pour déployer ses forces. Bien que Gaerius choisisse de croire qu’il s’agit d’une conséquence de la nature belliqueuse des Xenos, tout prêts à se battre en eux en absence d’ennemis valables, plutôt que d’un fait d’armes des indigènes, son aveuglement béat ne va pas durer longtemps. L’arrivée de la troisième vague d’assaillants n’est en effet pas passée inaperçue chez les locaux (en même temps, on parle de marcheurs d’assaut de plus de trente mètres de haut, c’est voyant), et la tribu la plus proche n’est pas longue à envoyer ses guerriers et deux archéosaures livrer bataille aux nouveaux venus. On apprend à l’occasion d’un petit passage raconté depuis le point de vue de l’un des deux seuls survivants de la deuxième vague impériale, et reconverti en étendard vivant par les autochtones, que ces derniers arrivent à contrôler leurs montures grâce à des pieux métalliques fichés dans le crâne des archéosaures à des endroits précis, et dont les vibrations permettent d’activer certaines zones du cerveau de ces grosses bestioles. C’est tout simple, mais il fallait y penser (et surtout, trouver un moyen de mettre l’idée en pratique…).

 

Le combat s’engage donc entre les Titans et les Kaijus, et le petit rictus de suffisance qui flottait sur les lèvres du Princeps Gaerius est rapidement remplacé par une grimace d’incrédulité devant la résistance incroyable de ses adversaires, puis par de la panique pure et simple lorsque les archéosaures déclenchent leur combo spéciale « jet de flammes/cabrage/coup de queue », mettant au tapis le Warlord d’Efferim et laissant la machine rescapée composer seule avec les deux dinosaures énervés qui lui font face. L’entraînement et la discipline de l’équipage du Titan survivant (et les gros flingues dont il dispose) permettent toutefois à Gaerius d’arracher une victoire mineure en abattant les lézards géants à bout portant avant qu’ils n’aient pu lui faire des papouilles. C’était moins une pour la crème de la crème de l’Omnimessie…

 

Révélation

…Et ce n’est surtout que partie remise pour la tribu vaincue, dont le nouveau chef décide que l’heure n’est plus aux combats honorables en 2 contre 2. Ayant bien compris que les armées impériales ne reculeraient devant rien pour s’emparer de la planète, il envoie dès le lendemain l’intégralité de son cheptel, soit une centaine d’archéosaures, piétiner les positions adverses. Le Titan mal en point de Gaerius ne peut pas s’opposer à une telle démonstration de force, et la troisième campagne se termine aussi ignominieusement que les précédentes.

 

Notre nouvelle quant à elle se conclut sur la décision prise par des gros bonnets de l’Imperium de régler une fois pour toutes cet ennuyeux, coûteux et humiliant problème en déchainant un petit Exterminatus sur la planète rebelle, quand bien même ça l’abimerait un peu, au moins à moyen terme. Un constat partagé à grand cri par notre ami Gaerius, qui a survécu à la débâcle et a été « adopté » par la tribu d’ABL 1034, où il sert maintenant de décoration frontale d’archéosaure. Voilà une reconversion réussie.

 

Avis :

Une nouvelle « et si ? » par excellence, ‘Battle of the Archeosaurs’ permet à une des plumes les plus libres de la première époque de la Black Library de mettre en scène une bataille assez improbable et donc totalement savoureuse entre Titans Warlord et dinosaures géants, le tout avec un respect du fluff que l’on ne peut qu’admirer. On ne verra probablement plus rien de tel dans le catalogue de la BL (tant pis ou tant mieux, je vous laisse seuls juges), ce qui est une autre raison pour les amateurs de GW-Fiction de prendre connaissance de cet OVNI de la littérature 40K.

 

Fluff :

  • Adeptus Titanicus : Un équipage de Warlord comporte un Princeps, un officier tactique, un Moderati en charge de l’armement, un ingénieur en chef, et une soixantaine d’opérateurs de rang subalterne. Il est courant pour les Princeps de Titans d’avoir un nez crochu (…). Les Titans Warlord Lex et Annihilato et Principio non Tactica ont été détruits lors de la troisième campagne de pacification de la planète ABL 1034, plus tard soumise à un Exterminatus par l’Imperium.
  • Tarot impérial : L’Empereur, la Force Universelle et le Royaume Galactique sont des cartes du Tarot impérial.

 

Hive Fleet Horror

Révélation

Inferno! #20/2001/14 pages

 

Intrigue :

40k_hive-fleet-horror.pngJako Jaxabarm exerce la profession d’apothicaire (et pas d’Apothicaire, la minuscule est importante) sur une planète tellement quelconque qu’on saura seulement qu’elle est semi-industrielle1, et située dans le Segmentum Ultima, et gagne sa croûte en soignant les petits bobos du prolétariat local à grand renfort de baume du tigre (bleu). Un contrôle d’identité anodin au sortir d’une consultation rapidement expédiée avec un travailleur aux bras cloqués (Drenthan Drews) le met cependant dans de beaux draps. Par un malheureux – et inexpliqué – hasard, l’Arbitrator qui lui demande ses papiers l’identifie comme étant le Genetor van Leedrix, un Magus de l’Adeptus Mechanicus en fuite depuis des décennies. Ce qui est bien le cas, et provoque l’arrestation sommaire de Jako la fraude et de celui que le zélé fonctionnaire considère comme étant son acolyte (Drews).

 

Enfermés dans une cellule avec un Garde Impérial accusé de couardise devant l’ennemi, Jako, Drews et le lecteur en sont quitte pour un petit briefing sur la situation compliquée dans laquelle se trouve la planète. L’humble bidasse ne se fait en effet pas prier pour révéler à Jako que la Flotte Ruche Kraken est attendue en gare dans les prochaines heures2, et que les chances pour que la rencontre se passe bien sont assez faibles. Bon d’accord, Jako est un Psyker débutant (la raison pour laquelle il est en fuite depuis pas loin d’un siècle, sa différence n’ayant pas été bien reçue par ses collègues de travail), mais ce n’est pas une raison pour balancer des secrets défense au premier venu, Engagé Chochotte ! Comme pour confirmer les dires de leur informateur, une annonce micro retentit dans la caserne des Arbitrators, annonçant que tous les prisonniers sont priés d’aller mourir au combat contre l’essaim de Hormagaunts qui s’approche en bondissant de la cité. Les portes de la cellule s’ouvrent, des fusils lasers sont distribués, et pendant que le Garde démotivé préfère se suicider plutôt que de retourner au front, Jako et Drews profitent de la quille pour aller faire un tour en ville.

 

 

Las, cette escapade est bientôt interrompue par la soirée mousse que les Tyranides lancent soudainement sur la cité, et dont l’effet principal est d’empêtrer les défenseurs impériaux dans une sorte de barbe à papa Xenos, permettant aux envahisseurs de ramener tout ce beau monde dans leurs vaisseaux. C’est l’occasion pour nos héros (et pour le lecteur) d’en apprendre plus sur les motivations profondes de cette race extra-galactique – merci les pouvoirs psychiques de Jako pour justifier le remplissage éhonté auquel se livre Bayley – et d’assister aux premières loges à la terrible cruauté de ces créatures sanguinaires, qui dissèquent un (1) prisonnier avec un intérêt tout scientifique. LES MONSTRES.

 

Grands nerds devant l’Esprit de la Ruche, les Krakens sont tirés de leurs travaux pratiques par l’arrivée d’une escouade de Space Marines quelconques, qui se contentent de déposer une charge explosive dans la salle de classe avant de repartir en ignorant royalement les captifs humains survivants. Il en faut toutefois plus pour décourager nos deux héros de tenter de faire ami-ami avec les meilleurs de l’Empereur, et ils profitent de la confusion pour suivre à la trace leurs (presque) sauveteurs à travers les corridors organiques du vaisseau ruche, jusqu’au Thunderhawk que les Space Marines acceptent gentiment de partager avec des civils pour le retour au bercail. La nouvelle se termine avec l’explosion du vaisseau sur lequel Jako et Drews étaient retenus prisonniers, et sur le constat qu’il en reste cependant plein d’où il en vient. C’est ça l’embêtant avec les Tyranides, ils n’ont pas vraiment le sens de la mesure…

 

1 : Ce qui est assez honteux selon les standards de l’Imperium, où tous les concepts sont poussés à fond.

 

2 : A bord des fameux vaisseaux escargots qui forment le gros des flottes tyranides.

 

Avis :

Hive Fleet Horror’ est sans doute la nouvelle de Barrington J. Bayley à avoir le plus mal vieilli de tout son catalogue. On peut à la rigueur passer l’éponge sur la vision très datée que l’auteur a et donne des Tyranides, ici dépeints comme des insectes géants pas foncièrement mauvais mais uniquement intéressés par la survie de l’espèce1, plutôt que comme l’horreur alien absolue qu’ils sont devenus dans le background actuel. Il ne faut pas oublier que Games Workshop a revu sa copie à propos de cette faction à plusieurs reprises, et qu’il fut un temps (certes lointain, et déjà révolu lorsque cette nouvelle a été publiée) où les Tyranides étaient effectivement relativement fréquentables. Soit.

 

Ce qui est en revanche impardonnable est l’absence d’intrigue et de rythme de cette nouvelle, qui prend le temps de nous présenter avec un luxe de détail disproportionné pour une histoire de 14 pages le passif de son protagoniste (sans que cela serve le récit d’une quelconque façon), l’affuble d’un side kick nommé à l’utilité toute relative, et leur fait vivre une « aventure » d’une simplicité digne de Fantômette ou du Club des Cinq. Certes, cela permet à Bayley de contextualiser ce qui semble être le but premier de ‘Hive Fleet Horror’, c’est-à-dire une présentation de la raison d’être des Tyranides pour les nuls et les newbies, mais le résultat est tellement décalé et téléphoné que je peine à croire qu’un éditeur de la Black Library ait donné son accord pour publier ce texte. Très décevant, et c’est d’autant plus triste qu’il s’agit de la dernière incursion de cet auteur iconique au 41ème millénaire. Au moins, l’illustration d’Adam Smith est très sympa…

 

1 : Et capable de débarquer sur une planète sans crier gare. L’Ombre dans le Warp, un concept inconnu pour Bayley.

 

Fluff :

  • Kraken : La Flotte Ruche a consommé les mondes de Moloch, Devlan, Salem et Sotha (monde chapitral des Scythes of the Emperor).

 

 

Ben Counter (8)

Révélation

 

Même si son activité pour la BL a significativement baissé depuis quelques années, Counter peut toujours être considéré comme un pilier de la maison d’édition, dont l’abondante production (une quarantaine de nouvelles et romans à ce jour) débutée dans les pages d’Inferno! en 1997 ('Daemonblood') alors qu’il n’avait que 18 ans, l’a propulsé au premier rang des auteurs de cette dernière. Parmi les oeuvres les plus marquantes rédigées par le bon Ben (à ne pas confondre avec Bombur, qui est un Nain du Hobbit), citons ses séries 'Grey Knights' et 'Soul Drinkers', ainsi qu’un certain nombre de publications dédiées aux Imperial Fists ('Malodrax', Seventh Retribution, 'The Tithe', 'Irixa', 'Endeavour of Will', 'Vermilion') troisième de ses Chapitres favoris. À noter que ce hobbyiste complet détient également un Golden Demon, ce qui n’est pas donné à tout le monde. 

 

Tel (Im)Père(ial), tel Fils(t) (2) :

 

Vermilion

Révélation

Hammer & Bolter # 17/2012/15 pages

 

Toujours engagé dans sa période (Imperial) Fists & Fils, Ben Counter livre avec Vermilion un petit stand alone assez surprenant. Si le style du créateur des immortels (mais néanmoins disparus) Soul Drinkers imprègne sans hésitation possible les 15 pages de ce récit, l’objectif poursuivi par l’auteur dans cette courte nouvelle ne saute pas aux yeux, ce qui étonne de la part d’un contributeur (habituellement) aussi « carré » que Counter.

 

Intrigue :

vermilion.png?w=199Notre histoire débute dans les ruines fumantes d’une station de recherche de l’Ordo Xenos, quelque part dans le Nord Est galactique. Prévenu d’une attaque du complexe scientifique par l’Inquisitrice Carmillas, l’Archiviste Deiphobus débarque avec quelques copains pour apprendre les bonnes manières aux xenos responsables de ces troubles du voisinage. Manque de bol, comme les carabiniers d’Offenbach, les jaunards arrivent trop tard pour interrompre la baston, et ne peuvent que constater l’extermination de tous les occupants de la station (Carmillas comprise). Seul survivant de cette empoignade, un unique xenos est ramené sur le vaisseau des Imperial Fists pour y subir des interrogatoires psychiques de la part de Deiphobus.

 

La suite de la nouvelle est principalement consacrée à l’exploration de la psyché du prisonnier des Fists par un Deiphobus assez imaginatif dans ses méthodes. Chaque « plongée » dans l’esprit de l’homme-pruneau (car c’en était un) donne ainsi l’occasion à notre héros de prendre une forme différente, afin de percer les défenses mentales du xenos. Barge de bataille, scout Space Marine ou missionnaire impérial, Barba-phobus ne rechigne pas à donner dans le transformisme lors de ses séances de trekking à l’intérieur du cerveau de son captif. Chaque expédition lui révèle de nouvelles pièces du puzzle, jusqu’à ce que la lumière se fasse sur les causes de l’attaque de la station.

 

Ayant obtenu le fin mot de l’histoire, Deiphobus fait son rapport au Seigneur Inquisiteur Vortz, lui laisse le xenos pour qu’il puisse faire mumuse avec, et s’en va en jouant de l’harmonica dans le soleil couchant, juché sur les épaules du fidèle sergent Ctesiphon. La nouvelle se termine par une signature de bail psychique entre Deiphy et Carmillas, la première (ou ce qu’il en reste, tout du moins) acceptant de mettre un peu d’ordre dans les souvenirs de l’Imperial Fist1. Le lecteur est laissé seul juge de la manière d’interpréter cette bien étrange conclusion, que l’on peut mettre au crédit soit d’un soudain penchant de Counter pour la métaphore larmoyante, soit de la volonté du même Counter de présenter à son lectorat un pouvoir psychique jusque-là inconnu des psykers impériaux. You choose.

 

1 : Ce faisant, l’Inqusitrice devient l’archiviste d’un Archiviste. Mind blown.

 

Avis :

Vermilion se révèle être assez différent du reste de la bibliographie SM-esque (essaimesque ?) de Ben Counter, cette nouvelle manquant à mes yeux de l’axe directeur fort présent dans tous les autres travaux de l’auteur. Le huis clos entre Deiphobus, son prisonnier et le fantôme de Carmillas, qui occupe la majeure partie du récit, ne semble ainsi avoir d’autre fonction narrative que de permettre à Counter de décrire avec l’imagination qu’on lui connaît les tribulations mentales d’un psyker en terrain hostile. Le fait que le psyker en question soit un Space Marine mène le lecteur à penser que ces séances d’interrogatoire déboucheront forcément sur un final musclé, au cours duquel Deiphobus et ses sous-fifres casseront du xenos afin de venger le trépas de l’Inquisitrice, développement archétypique de l’histoire de marounes de la BL (genre dont Counter est l’un des fers de lance). La direction différente que Ben choisit d’emprunter en conclusion de son récit constitue donc une surprise, qui, si elle ne peut pas être qualifiée de mauvaise (une nouvelle de SM qui se termine sans effusion de sang ? J’achète !), n’est pas superlative non plus, le final manquant de maîtrise comme d’intérêt.

 

Vermilion, étude littéraire plutôt que nouvelle totalement finie ? Et pourquoi pas ? Ce ne serait pas la première fois (ni la dernière, je gage) qu’un texte assez peu travaillé a été publié dans Hammer & Bolter.

 

Fluff :

  • Inquisition : Certains Inquisiteurs sont fournis avec équipés de disques durs internes, qui stockent des informations sur les recherches menées par leur détenteur, et permettent à d’autres agents impériaux de prendre la suite en cas de décès inopiné de ce dernier. Ces implants sont généralement localisés à l’arrière du crâne, à la naissance de la colonne vertébrale.
  • Imperial Fists :

                    - Le Phalanx comporte un hall entier dédié à la pratique, ô combien récréative, du Nerve Glove.

                    - Counter persiste et signe dans sa veine slave, en baptisant un des vaisseaux de la flotte Imperial Fist Fate of Stalinvast.

  • Xenos : Certaines espèces xenos ont développé une sorte de poison psychique, qui empêche les psykers ennemis de s’introduire dans leur esprit.

 

Irixa

Révélation

Hammer & Bolter # 19/2012/24 pages

 

Intrigue :

irixa.png?w=200Tel Joséphine Baker, Ben Counter a deux amours : la tête de veau sauce gribiche et écrire sur les Imperial Fists (ou leurs chapitres descendants). Bon, j’avoue que je ne suis pas tout à fait sûr de ma première proposition (je lui poserai la question la prochaine fois que je le croise), mais aucun doute n’est permis quant à la seconde, et cette nouvelle soumission à Hammer & Bolter en apporte la preuve éclatante. Irixa ne traite en effet pas d’une lotion anti démangeaison miraculeuse, d’un complément alimentaire à base de jinseng, de curcumin et de pot de yaourt ou d’une offre de placement à taux garanti de 87% (autant de suppositions pourtant valides, vu le nom de la nouvelle), mais bien de l’héroïque Premier Capitaine des Fists, l’imprésentable Darnath Lysander. Catapulté à la peu enviable position de maître de conférences pour une poignée de novices du Chapitre, sans doute suite à un défi perdu contre le roué Vladimir Pugh, Lysa prend le parti d’instruire ses charges en prenant comme exemple trois engagements de l’histoire des Fists ayant mis le commandant de ces derniers devant un choix cornélien.

 

Le premier exemple vit le capitaine Siculus résister à la tentation d’aller chasser un Acanthaspis petax1 fait Emperor’s Children pour la simple et bonne raison qu’il avait une colonne de réfugiés à escorter au spatioport le plus proche. Le second mit l’impétueux Hamander face à ses responsabilités lorsqu’il choisit d’aller récupérer avec quelques copains l’étendard de sa 7ème Compagnie2, abattu en même temps que le Thunderhawk le transportant lors d’une retraite stratégique. Malgré le fait que la plupart de ses collègues lui fissent part en termes non incertains de la stupidité d’aller risquer la vie de Space Marines pour chopper un bout de tissu, Hamander préféra la gloâre à la raison et s’en alla chercher l’étole… pour au final se prendre une tôle, les Eldars ayant envoyé rien de moins qu’un Avatar de Khaine pour les représenter au jeu du béret.

 

Utilisant ces deux anecdotes pour faire réfléchir ses pupilles aux responsabilités d’un Space Marine, Lysander conclut son cours magistral par un dernier récit, beaucoup moins connu que les précédents. Extrayant une douille de bolt de son tote bag Camaloon (car oui, on peut ne jamais quitter son armure terminator et néanmoins être un hipster hyper pointu3), il se lance dans la narration de l’expédition du Chapelain Belisar sur le monde hostile (il pleut des galets tout de même) de Xanatar, à la recherche des wanabees renégat du chapitre des Venom Thorns, dont les velléités de débuter leur Ultramar personnel à partir de cette planète pas vraiment sympathique mais néanmoins propriété de l’Empereur, passèrent moyennement bien auprès des autorités compétentes. Ayant filé rencart au Capitaine Tek’Shal (un ancien pote rencontré à la faveur d’un Festival des Lames) près d’un tas de cailloux particulièrement pittoresque, Belisar tenta de raisonner son buddy à coups d’arguments bien sentis, puis, constatant le peu de succès de sa méthode, dégaina sa pétoire et mit en joue l’apprenti Guilliman. Tirera, tirera pas ? Tout comme Siculus et Hamander, Belisar s’est retrouvé devant un choix sans solution évidente : descendre de sang-froid un frère de sang qui ne lui avait personnellement rien fait ou laisser partir un Space Marine félon ? Laissant les bleu jaune-bites méditer sur ce qu’ils auraient fait à la place de leur pas si illustre que ça prédécesseur, Darnie remballe son grigri gravé de l’acronyme IRIXA (Imperator Rex In Xanatar Aeternam), sonne la fin de la classe et part s’isoler dans son petit coin privé du Phalanx, qui se trouve être une salle accueillant une statue en pied de Belisar. La nouvelle se termine avec la révélation de comment le face à face entre ce dernier et le tourne-casaque s’est réellement conclu4, épisode ayant apparemment profondément marqué le jeune Lysander pendant son propre noviciat, et dont il tire une partie de sa légendaire fortitude. The end.

 

1 : Aussi connu sous le nom d’assassin bug, l’acanthaspis petax est une punaise de Malaisie utilisant le corps de ses proies comme armure. Pareillement, le Capitaine Cohpran Vaa’eigoloth s’est façonné un bouclier avec les parties les plus nobles d’un malheureux Archonte Eldar. Le plus drôle est que le zoneille est encore vivant, et peut donc faire office d’enceinte Bose de secours si le Guide Eternel souhaite organiser une petite soirée à l’improviste.

 

2 : Avec un matricule pareil, il n’aurait guère été étonnant que les héroïques sauveteurs se révèlent être des bras cassés de première, ce qui n’a évidemment pas manqué (merci Ben de respecter les classiques de la cinémathèque française). Ma scène préférée reste le moment où l’un des deux Thunderhawks ayant rebroussé chemin pour porter secours à l’arrière garde des Fists se crashe tout seul dans un bâtiment en feu, condamnant de fait ses occupants à faire le chemin du retour à pied. Le théâtre des opérations étant une ville en ruines grouillant de Dragons de Feu se croyant au Burning Man et de Banshees fans de Captain Beefheart, cette randonnée pédestre ne pouvait pas bien se terminer.

 

3 : D’ailleurs, Lysander a la coupe de cheveux et la barbe d’un mec qui écoute des bootlegs de Pigeon Haggard (le demi-frère alcoolique et bipolaire de Merle) au 41ème millénaire.

 

: Pour faire simple, disons que ça c’est fini par un Take that Tek’shal.

 

Avis :

Avec Irixa, Counter corrige de fort belle manière le presque faux pas qu’avait été le Vermillion soumis quelques mois plus tôt dans Hammer & Bolter #17. Bénéficiant d’une structure narrative bien mieux définie, alternant plaisamment et assez cinématographiquement les passages de questions-réponses entre Lysander et ses élèves et le récit des trois épisodes servant de base à la leçon de ce dernier (ce qui permet à Counter de mettre en scène quelques scènes d’action plutôt honnêtes), abordant de manière intéressante la relation pas forcément évidente entre le sens du devoir et la fierté martiale d’un Space Marine, et se terminant par une conclusion en bonne et due forme agrémentée d’une mini révélation pas vraiment capitale mais néanmoins sympathique, Irixa est un travail sérieux auquel on ne peut pas reprocher grand-chose. Construit sur le même modèle qu’un autre succès indéniable de Counter (Sacrifice – Victories of the Space Marines), Irixa est à mon avis l’un des meilleurs courts formats de ce pilier de la BL.

 

Fluff :

  • Lysander : Le premier Capitaine des Imperial Fists ressemble à une boulette de viande mâchée et recrachée. Mais une noble boulette, hein.
  • Imperial Fists (Etendard) : L’étendard de la 7ème Compagnie des Imperial Fists représente un poing de fer devant deux éclairs croisés, surplombant une pile de crânes de xenos enflammés. L’ensemble est coiffé par un système solaire avec sept planètes. La hampe de la bannière est montée d’un énorme crâne de xenos gravé de centaines de noms, et dont l’un des orbites a été endommagé par un tir de plasma. Cet étendard est conservé dans la chapelle de Hamander sur le Phalanx, et n’est amené au combat que lorsque la 7ème Cie est entièrement déployée. Hamander, qui n’a pas supporté de laisser son étendard tomber aux mains des Eldars et est revenu le chercher même si ce choix a coûté cher en vie de Space Marines (dont celle du principal intéressé, catapulté martyre de l’Imperium dans la foulée).
  • Ultramar : Le droit des Ultramarines à régner sur leur propre domaine a été sanctionné par l’Empereur en personne. On peut y voir une faveur spéciale, dont les autres Légions ne bénéficiaient pas (comme les Emperor’s Children étaient les seuls à pouvoir arborer l’aquila impériale sur leur armure avant l’Hérésie). L’Empereur n’étant plus en état d’accorder ce privilège à d’autres chapitres du fait de son incarcération dans le Trône d’Or, les Space Marines ne peuvent donc pas hériter ou revendiquer un territoire propre au sein de l’Imperium.
  • Venom Thorns : Chapitre descendant des Imperial Fists, dont au moins une des compagnies, menée par le Capitaine Tek’Shal, est passée renégate en tentant de se tailler son propre empire. Iconographie arachnéenne et goût pour la guérilla.
  • Phalanx : Vaisseau d’une taille inégalée parmi les flottes impériales, il est composé d’une agglomération de structures différentes (comme un Space Hulk), dont beaucoup ne sont plus connues des Imperial Fists. Quelques fois par siècle, des équipes d’exploration sont envoyées dans les profondeurs du vaisseau à la recherche de reliques de valeur.

 

Autres (6) :

 

Daemonblood

Révélation

Inferno! #12/1999/14 pages

 

Intrigue :

DaemonbloodSur la planète (forcément bleeue) de Saafir, Papy Nurgle est sur le point de rafler le vote populaire, au grand dam des défenseurs impériaux dépéchés par Pépé (l’autre) pour passer la serpilière. Isolés par les aléas de la guerre, la Sœur de Bataille Aescarion et le Sergent Ultramarines Castus se retrouvent dans les souterrains de la capitale planétaire (éponyme), où se trouve s’étend une station d’épuration possédée par le Warp, forme physique imposante du Prince Démon Parmenides le Vil. Comme il est difficile de passer par l’épée, ou, dans le cas de cette brutale d’Aescarion par la hache énergétique, une flaque de morve et d’excréments couvrant plusieurs hectares, M. et Mme Meilleurs de l’Empereur sont bien embêtés. Profitant de leur désarroi, le vil Parmenides lave/salit le cerveau du Space Marine avec ses confidences crasseuses sur l’état de la galaxie, transformant le pauvre Castus en séide chaotique. Immunisée à cet insidieux virus par sa foi dévorante et absolue, Aescarion n’est cependant pas de taille à achever les souffrances et les errances métaphysiques de son compagnon, et ne doit son salut qu’à la robustesse de son jetpack, qui la ramène à la surface avant qu’elle ne se retrouve féminicidée par le renégat.

 

On n’échappe cependant pas aussi facilement à cette force puissante qu’est la Destinée au 41ème millénaire, et les routes d’Aescarion et de Castus se croiseront à deux nouvelles reprises pendant les décennies suivantes. La première fois lors de la purge d’un Space Hulk squaté par les suivants de Parmenides, dont Castus est devenu le porte-parole officiel. Castoche aurait pu se faire trouer les pores par un peloton de Sistas judicieusement gardé en réserve par Aescarion, n’eut été la compétence « corps de mouches » développée par le M. Impropre de Saafir, et qui lui permet de tirer sa révérence sans dommage. La seconde, et dernière fois, se déroule sur le vaisseau du Seigneur du Chaos, le Defixio1, et avec la bénédiction de l’Inquisition, qui souhaitait contenir l’expansion cancéreuse de l’empire spatial de Parmenides en envoyant un petit Exterminatus bien senti sur Saafir. Il fallait bien ça à la Canonnesse de l’Ordre du Calice d’Ebène, auquel Aescarion appartient, pour autoriser l’impulsive et revancharde vétérante à se mesurer une nouvelle fois avec sa Némésis. Les deux précédentes tentatives ayant eu un coût élevé en termes de vies de Sœurs de Bataille aguerries, on comprend sa réticence à permettre à sa sous-fifre de sortir à nouveau le karscher. La connaissance intime de notre héroïne de la mentalité et des forces et faiblesses de Castus en faisait toutefois la meilleure candidate pour mener l’expédition impériale jusqu’à bonne orbite, en dépit de la défense acharnée orchestrée par le fidèle Castus du pré de la décharge carrée de son seigneur et maître.

 

Ayant soigneusement préparé son combat en oignant sa hache de gel Harpic, Aescarion parvient assez facilement à vaincre son adversaire, mais ne l’achève pas immédiatement. Elle souhaite en effet le faire revenir du côté lumineux, et aseptisé, de la force avant qu’il ne soit trop tard, et parvient (assez facilement *2) à convaincre Castus de retourner sa veste énergétique. Cachant une balise de visée, ou quelque chose comme ça, entre deux bourrelets du champion déchu, elle envoie son ancien camarade apporter ses salutations les plus distinguées à Parmenides dans les profondeurs de Saafir, permettant à l’ex Ultramarine de partir avec les mains sales, certes, mais une ardoise propre2. C’est ce qu’on appelle passer l’éponge, grimdark style.

 

1 : Je précise car Counter a écrit une autre nouvelle portant ce nom, pour ceux que ça intéresse.

 

2 : Le fait que Parmenides ne se souvienne même pas du nom de son champion après toutes ces décennies de collaboration à également dû convaincre ce dernier d’envoyer tout balader.

 

Avis :

Bien des années ont passé et bien des textes ont été écrits depuis, mais il faut se rappeler que c’est avec ‘Daemonblood’ qu’un tout jeune Ben Counter a fait ses débuts pour la Black Library, dans un numéro d’Inferno ! Si je ne placerais pas cette petite nouvelle parmi les meilleures soumissions de cet auteur, capable du moins convaincant1 comme du meilleur, cette première tentative a plutôt bien vieillie (notamment quand on la compare à certaines nouvelles publiées au début des années 2000), et s’avère assez solide dans sa réalisation, même si très peu originale dans son propos. Les milliards de Space Marinades qui nous ont été servies par la BL au cours des dernières décennies y sont sûrement pour quelque chose…

 

Ici, on peut tout de même mettre au crédit de Counter une conclusion un peu plus originale que le traditionnel « le-méchant-chaoteux-meurt-sur-un-gros-malentendu-avant-d’avoir-pu-mettre-son-plan-presque-infaillible-à-exécution », avec l’exploration d’un thème assez rare dans l’univers grimdark de 40K : la rédemption.  Cela compense largement à mes yeux les points techniques sur lesquels on pourrait venir lui chercher des noises, comme l’apparente facilité avec laquelle une « simple » Sœur de Bataille vétérante arrive à tailler des croupières à un Seigneur de la Peste. On apprendra d’ailleurs par la suite que la bonne Aescarion est une véritable héroïne d’action, ayant plus d’un Space Marine à son tableau de chasse, ce qui pourrait être perçu comme du féminisme de GW-Fiction avant-gardiste de la part de Ben Counter. Quel visionnaire alors…

 

1 : Vus les loustics qui ont bossé pour la BL, je ne peux pas décemment utiliser le qualificatif de pire pour la prose de Ben Counter. Il y a bien plus mauvais que lui.

 

Fluff :

  • Ebon Chalice : Ordre Militant de Sororitas, localisé sur Terra (Convent Sanctorum).

  • Saafir : Monde impérial du Segmentum Pacificus, corrompu par les forces de Nurgle du Prince Démon Parmenides le Vil.

 

Hellbreak

Révélation

Inferno! #15/1999/20 pages

 

Intrigue :

40k_hellbreak.pngLe Commissaire von Klas a eu la mauvaise idée d’être capturé vivant par les Eldars Noirs lorsque ces derniers ont annihilé son régiment, et son séjour à Commoragh se passe aussi bien, ou mal (c’est selon), que l’on peut l’imaginer. Identifié par ses tortionnaires comme officier, il a la chance douteuse de participer aux jeux donnés par la cabale de l’Échine Rompue (Broken Spine) en l’honneur de son maître, le positivement ancien Archon Kypselon. Rustre jusqu’au bout des ongles, von Klas a l’outrecuidance de remporter son duel face à une Céraste au style trop chargé pour son propre bien, et d’une manière si peu élégante (il lui pète le pif avant de l’empaler sur sa propre hallebarde… honteux) qu’il est prestement condamné à être écorché vif par l’Haemonculus personnel de Kypselon.

 

Survivre aux Intervilles1 de Commoragh a toutefois boosté le moral, déjà naturellement élevé, de notre brave Commissaire. Lorsque son tortionnaire (Verredaek) fait l’erreur de se présenter à lui sans l’avoir attaché au préalable, confiant qu’il est dans son aura de terreur pour figer sur place son nouveau sujet d’expérimentation, von Klas ne tarde pas à lui faire goûter à sa propre médecine, et s’échappe après lui avoir fauché sa main rasoir et son pistolet à aiguille, recrutant dans des geôles adjacentes quatre autres Gardes Impériaux malchanceux gardés en réserve par Verredaek. L’Haemonculus agressé n’aura guère le temps de s’excuser de sa nullité crasse auprès de son impitoyable employeur, qui le fait exécuter par sa Succube de compagnie (Yae) pour faute lourde, avant d’ordonner à cette dernière d’aller mettre un terme à l’excursion des Mon-keigh dans son territoire. Après tout, il a un rival ambitieux (Uergax de la cabale du Fil de la Lame) à mater, et ne peut se permettre qu’une bande de primates mal dégrossis sèment la pagaille à domicile.

 

Malheureusement pour Kyky, Yae ne sera pas très efficace dans sa traque, à tel point que von Klas et sa petite escouade parviennent à s’emparer de l’usine du Sybarite Laeveq, et des deux mille esclaves humains utilisés par ce dernier comme main d’œuvre, multipliant leur potentiel de nuisance. Pire, les mutins choisissent de se réfugier dans le temple que l’Archonte a fait élever à sa gloire (c’est un gars simple), ce qui constitue un crime de lèse-majesté impardonnable. Tant pis pour la prudence, Kypselon réunit le ban et l’arrière-ban de sa cabale et envoie ses pillards reprendre possession de la basilique gothique (elle est construite uniquement en os) aux zadistes en furie. Il commet toutefois l’erreur de sous-estimer la résolution du meneur adverse, trop content de faire s’effondrer le plafond de l’édifice sur les combattants au plus fort de la bataille, même si cela précipite l’écrasement de son insurrection raciale. Écrasé pour écrasé, autant que les Eldars Noirs participent à cette soirée crêpes, pas vrai ?

 

Révélation

…La nouvelle se termine dans une cellule de la cabale, où un von Klas en bien piteux état après son coup d’éclat languit des jours durant, jusqu’à ce que ses geôliers lui amènent un compagnon d’infortune, qui se révèle être Kypselon en personne. Comme l’Archonte l’apprend à son valeureux adversaire, sa rébellion a coûté très cher à l’Echine Rompue, aussi bien en ressources qu’en cabalites, et ses rivaux du Fil de la Lame ont profité de ce moment de faiblesse pour attaquer et annihiler ce qu’il lui restait de suivants. Bien que von Klas sache qu’il ne lui reste plus longtemps à vivre, il peut toutefois savourer l’indéniable victoire qu’il a remporté sur son adversaire, qui n’aura certainement pas la chance de bénéficier de la mort rapide dont le Commissaire agonisant héritera…

 

1 : Je m’interroge sur la pertinence de mettre un -s, la cité drukhari n’ayant pas d’équivalent.

 

Avis :

Ben Counter nous plonge dans l’enfer de Commoragh avec maestria dans cette variation sur le thème de Spartacus, qui illustre parfaitement la cruauté des Eldars Noirs et la défiance de la Garde Impériale face à l’adversité. Au final, ces deux factions sortent grandies de ce ‘Hellbreak’, et le lecteur bénéficie d’une histoire purement grimdark, comme sa conclusion aussi satisfaisante que nihiliste le démontre pleinement. De la nouvelle 40K comme on aime.

 

Fluff :

  • Légion Pénale : Certains régiments équipent leurs soldats avec des injecteurs de drogues de combat (frenzon) pour améliorer leur performance.

 

Words of Blood

Révélation

Inferno! #19/2000/26 pages

 

Intrigue :

40k_words-of-blood.png?w=400&h=660Sur la planète quasiment abandonnée d’Empyrion IX, le Commandeur Athellenas des Black Templars doit relever un défi de taille : empêcher une armée de 6.000 cultistes de Khorne de s’emparer du seul spatioport de ce monde minable, ce qui permettrait aux hordes dépravées et mal fringuées du terrible Manskinner de fondre sur Macharia pour y commettre un génocide. Le tout avec seulement trente Space Marines à disposition. Le rapport de force n’est pas en faveur de l’Astartes, mais Athellenas a… un plan (et pour un Black Templar, c’est déjà beaucoup). Le seul problème, c’est que ses frères risquent de ne pas l’apprécier du tout, ce qui va le contraindre à jouer très finement la partie1.

Du côté adverse, les préparatifs vont bon train pour ce qui ne devrait être qu’un massacre en bonne et due forme entre deux factions peu réputées pour leur tactique d’évitement. Le Manskinner, qui a reçu de sa divinité tutélaire le don démoniaque « parole de sang », ce qui lui permet de plonger son audimat dans une folie furieuse (et non pas de se mordre la langue à chaque fois qu’il prononce une phrase), prononce une petite causerie d’avant-match qui met ses ouailles de bonne humeur, et envoie sa cavalerie (si si) à l’assaut des positions retranchées des Marines. Il se doute que les fringants hussards ne feront pas long feu face à l’arsenal des Black Templars, mais cela devrait laisser le temps nécessaire au gros de ses forces d’arriver à portée de charge.

 

Conformément à ses pronostics, la brigade légère du bien nommé Die(ss) tombe glorieusement au champ d’honneur, sur le score sans appel de 210 morts à trois doigts tranchés. C’est alors que le rusé Athellenas dévoile la profondeur insondable de son génie stratégique, en ordonnant la retraite. Stupeur et bégaiements chez les meilleurs de l’Empereur, qui n’ont pas pour habitude d’abandonner du terrain à l’ennemi, à plus forte raison un temple millénaire à la gloire de Pépé, comme celui qu’ils occupent actuellement. Il faut donc claquer quelques PC au Commandeur pour passer le stratagème « Y a pas de mais », permettant un repli en bon ordre jusqu’à la ville voisine où une nouvelle position défensive est installée sans tarder.

 

Si cette manœuvre n’a pas fait consensus chez les Black Templars, elle a cependant compliqué la situation du Manskinner, dont l’emprise sur les éléments les plus foufous de son armée commence à s’effilocher. Malgré son éloquence sans pareille – en même temps, la plupart de ses suivants ont perdu l’usage de la parole, donc la compétition n’est pas féroce – Manski’ ne parvient pas à empêcher un de ses lieutenants, le Caporal Recoba, de partir à la chasse aux Marounes sans attendre les retardataires. L’ennui est que le charismatique officier embarque avec lui deux mille copains, divisant l’armée des cultistes en deux. Comme on peut s’y attendre, cet empressement à porter le combat à l’ennemi sera fatal pour Recoba et ses suivants, qui tomberont sous les bolts et les coups des Space Marines lors d’une embuscade savamment orchestrée par Athellenas et ses Sergents.

 

Cette nouvelle victoire est cependant rapidement ternie par la décision de Big A. de battre à nouveau en retraite, cette fois-ci pour une défense sur la ligne (ici le spatioport d’Empyrion IX). Cette annonce dévaste le Devastator Valerian, qui menace de se faire renégat plutôt que de commettre la forfaiture de la marche arrière, et n’accepte finalement de se plier aux instructions de son supérieur qu’après s’être fait menacer de sanctions disciplinaires dans cette vie et dans la suivante.

 

De son côté, le Manskinner enrage (comme d’hab’ vous me direz) de la couardise manifeste de ses adversaires, qui rend son armée sevrée de violence de plus en plus difficile à contrôler. Ayant compris qu’il s’agit d’un stratagème pour désorganiser ses forces, il tente de calmer les ardeurs de ses cultistes en exaltant les valeurs de la vengeance et de la patience, mais se fait brutalement interrompre par son dernier sous-fifre (Kireeah) avant d’avoir pu terminer son sermon. Bien que l’impoli paie son impudence de sa tête, proprement séparée de son corps par la paire de ciseaux géants que le Manskinner arbore à la place de son bras droit – c’est pratique pour inaugurer les bâtiments, je me demande pourquoi Charles III ne s’en est pas déjà équipé – le mal est fait et les Khorneux se lancent dans un sprint éperdu en direction du spatioport. Après avoir tenté de remettre un semblant d’ordre dans la horde en cisaillant de droite et de gauche, Manski’ décide de se joindre à la fête car après tout, les Marines n’ont plus nulle part où aller et l’avantage numérique est toujours largement en faveur des rouges…

 

Révélation

…Mais c’était sans compter sur le besoin pathologique des Khorneux de cogner sur quelque chose ou quelqu’un dans les plus brefs délais, qui va jouer un bien mauvais tour aux hérétiques. Alors qu’ils ne sont plus qu’à quelques dizaines de mètres de leurs cibles, leur soif de sang finit par se retourner contre eux et l’armée du Manskinner se transforme en battle royal géante, de laquelle seuls quelques survivants confus et blessés émergent à la fin des combats pour tomber aussitôt sous les coups des Marines. C’était ce sur quoi comptait Athellenas, qui a interdit à ses frères d’ouvrir le feu pour ne pas permettre aux cultistes de se reconcentrer sur leurs priorités. Malin. Ce qu’il l’aurait été encore plus, ce serait d’avoir partagé son plan avec ses hommes pour s’assurer que tout se déroule bien, plutôt que de compter aveuglément sur la discipline et la loyauté vacillante de ces derniers. Mais comme Athellenas l’explique doctement à Valerian une fois la bataille remportée, les meneurs n’ont pas à se justifier auprès des exécutants. Ce n’est pas avec une telle mentalité que notre héros gagnera le prix de camaraderie, mais les résultats parlent d’eux-mêmes, et c’est plus qu’assez au 41ème millénaire…

 

1 : Je choisis de penser qu’il s’est équipé d’un poing énergétique (qu’il n’utilisera pas une fois de la nouvelle, malgré ce que l’illustration grimdark à souhait laisse penser) pour donner l’impression à ses bourrins de collègues qu’il serait le premier à sauter dans la mêlée. Mais la moufle ne fait pas le moine de l’espace…

 

Avis :

Words of Blood’ fait partie des nouvelles écrites pour explorer une situation paradoxale ou problématique si on se réfère au background canon de univers de Games Workshop1, ici : « que se passerait-il si le seul moyen pour des Black Templars de remporter une bataille était de battre en retraite ? ». Je précise qu’à l’époque où cette histoire a été écrite, les zélés fils de Dorn prenaient leur serment de défense de l’Imperium de manière beaucoup plus littérale – certains esprits chagrins pourraient dire « basse du front », mais il ne faut pas écouter ces vils persifleurs – que maintenant. Sur ces prémisses intéressantes, en tout cas plus qu’une vulgaire empoignade entre Space Marounes et mutants/hérétiques/Xenos (rayer la ou les mentions inutiles), Ben Counter développe un propos qui, s’il accuse aujourd’hui sérieusement son âge, mérite encore la lecture à mon sens.

 

En effet, si on fait abstraction des quelques éléments surannés de ‘Words of Blood’ (le serment de non-reculade des Black Templars, les attaques de cavalerie…), la trame de l’histoire reste solide. Mieux encore, cette nouvelle présente un parallélisme aussi élégant que satisfaisant entre les dilemmes tactiques et managériaux auxquels sont confrontés les deux commandants ennemis. Tant Athellenas que le Manskinner doivent en effet réfréner les penchants naturels de leurs troupes pour espérer l’emporter, et composer avec la mauvaise volonté de ces dernières à obéir à des ordres avec lesquels elles ne sont pas en phase. À ce petit jeu, la discipline naturelle des Space Marines finit par l’emporter (mais de très peu), provoquant la fin des hordes hérétiques de la manière la plus Khorneuse qui soit. Le vieux fluffiste qui sommeille en moi a d’ailleurs failli verser une larme (de sang) en lisant la harangue de la dernière chance faite par le Manskinner à ses troupes indisciplinées juste avant qu’elles ne piquent leur sprint fatal vers le spatioport d’Empyrion IX. Car oui, Khorne était dans l’archéofluff une divinité plus complexe que l’immonde bourrin qu’il est devenu au fil des versions2, et Counter mérite une accolade pour avoir reflété ces fifty shades of red dans sa nouvelle.

 

Boni appréciables, il s’est également donné la peine de développer un minimum sa galerie de personnages (les plus intéressants étant le Manskinner philosophe et ses lieutenants exaltés), et se révèle plutôt généreux en termes de fluff Black Templar, même s’il est permis de douter de la validité de ces informations plus de vingt ans après l’écriture de cette nouvelle (à l’époque, cette faction ne disposait pas de son propre Codex, et on pouvait donc y aller franco sur leur background). Pour ne rien gâcher, la nouvelle se termine par un petit twist final, un peu ruiné par le TGJSUO (Ta Gu*ule Je Suis Un Officier) que l’aimable Athellenas décoche au pauvre Valerian, mais on n’en tiendra pas rigueur à l’auteur. Bref, même si ‘Words of Blood’ a un peu vieilli depuis sa sortie (en 2000, on peut être miséricordieux), il elle ça se laisse lire sans problème encore aujourd’hui.

 

1 : Marc Gascoigne indique dans son introduction de l’anthologie ‘Let the Galaxy Burn’ que la Black Library a été (au moins en partie) créée à cette fin. C’est dire si ce « genre » est important.

 

2 : Quand on voit les dernières entrées du Codex World Eaters, on ne s’étonne pas que le mot « subtilité » s’écrive avec neuf lettres, et non pas huit…

 

Fluff :

  • Black Templars : Le Chapitre se conforme à l’Initiate Doctoris, qui interdit (en théorie) à ses suivants de reculer face à l’ennemi. Un Protest Iudicarum peut être soumis au Maître de Chapitre pour demander la condamnation d’un Black Templar jugé fautif par ses camarades. Tous les Frères de Bataille sont testés secrètement sur Terra à la fin de leur endoctrinement pour évaluer leur risque de rébellion. Le nom de tous les membres du Chapitre sont inscrits dans le Liber Honarium. Ils croient que l’Empereur mènera une armée constituée de tous ses fidèles dans une ultime bataille qui scellera la fin des temps.  
  • Adeptus Mechanicus : La division Geologis est spécialisée dans l’estimation des réserves de minéraux et métaux des planètes impériales.

     

 

Defixio

Révélation

Inferno! #28/2002/27 pages

 

Intrigue :

40k_defixio.pngNous embarquons à bord du Leman Russ Exterminator Defixio, rattaché à un contingent de Chem-Dogs de Savlar, au cours de la campagne menée par la Garde Impériale contre une Waaagh ! Ork sur le monde de Jaegersweld. Parmi les membres d’équipage, le jeune Samiel peine à se faire une place pour une raison aussi simple que stupide : ayant survécu par miracle à la destruction de son précédent véhicule de fonction, ses nouveaux camarades (Karra-Vrass, Graek, Damrid, Dniep et Kallin) considèrent qu’il a « consommé » toutes ses réserves de chance, et que cela va porter la poisse au Defixio. Un accrochage rugueux avec une bande de Bikers Orks, pendant lequel le tank hérite d’une belle balafre de coque et l’horrible Graek d’une balle perdue fatale, ne fait pas grand-chose pour les convaincre de réviser leur jugement.

 

Isolé en territoire ennemi, le Leman Russ déglingué doit maintenant se frayer un chemin jusqu’au camp impérial le plus proche, tenu par le 24ème régiment de Cadia. Cela représente près de trois jours de route dans un environnement hostile, mais, sans autre perspective, les Chem-Dogs se lancent à corps perdu et à tombeau ouvert dans ce raid de tous les dangers. Alors qu’ils avançaient à bon rythme, un champ de mines posées par des Orks farceurs les force à faire une halte dans la pampa, le temps que Samiel leur ouvre un passage en identifiant les explosifs, permettant au bricoleur Dniep de les désamorcer plus rapidement dans un second temps. Cet arrêt au stand prend une tournure funeste lorsqu’un autre Kult’ de la Vitess’ tombe sans crier gare sur le Defixio alors qu’il patientait en double file que Samiel ait fini sa petite affaire. Assistant de loin à l’attaque, ce dernier décide d’aider ses camarades par une action aussi brave que suicidaire : utiliser le pistolet lance-fusée qu’on lui avait remis pour attirer l’attention des peaux vertes. Et ça marche. Intrigué par la belle rouge tirée par notre héros, les Orks se ruent sur sa position, ne réalisant que trop tard qu’ils s’engagent littéralement en terrain miné. Le bouquet final qui s’en suit permet à la fois de se débarrasser des motards indésirables, et d’accélérer le processus de déminage débuté par Samiel (qui survit encore une fois miraculeusement à une situation improbable). C’est ce qu’on appelle un win-win.

 

Sans d’autres difficultés techniques ou autochtones grognons pour les empêcher de reprendre leur route, les hardis tankistes filent à toute berzingue vers la terre promise, et finissent par arriver à proximité du camp de leurs camarades de lutte. Encore une colline à passer, et ce sera la quille…

 

Révélation

…Qui se transforme toutefois en tuile lorsque nos héros découvrent que le QG Cadien a été attaqué et squatté par une tribu d’Orks. Pour une culture qui s’enorgueillit tellement de tenir la ligne, c’est une faute professionnelle autant qu’éthique, si vous voulez mon avis. C’est surtout une cruelle désillusion pour les Chem-Dogs, qui se voyaient déjà engloutir leur pâtée bien méritée et se lover dans leur coucouche panier. Il faut toute la fortitude du chef de char Karra-Vrass pour remobiliser ses hommes et leur rappeler que leur devoir en tant que soldats impériaux est de mourir au combat en emportant le plus possible de Xenos avec eux dans la tombe. N’ayant c’est vrai rien de mieux à faire, les servants du Defixio reprennent du poil de la bête et livrent un combat homérique contre la patrouille d’Orks qui finit par les localiser. Submergé par les vagues vertes, le brave petit châssis finit par rompre sous les coups de boutoirs des Boyz, mais pas avant d’avoir clairsemé leurs rangs de manière drastique. Une fin honorable pour de telles crapules (et je ne parle pas des Orks)…

 

Révélation

…Enfin, presque pour tout le monde. Fidèle à sa réputation de catalyseur de chatte, Samiel se débrouille une fois encore pour survivre à la baston, alors que tout le monde meurt autour de lui. Récupéré quelques heures plus tard sous l’épave carbonisée du Defixio par un bataillon de Cadiens qui passait dans le coin, le chien chimique le plus chanceux de l’univers en est quitte pour quelques semaines chez le véto, le temps que ses pattes brûlées cicatrisent. Il se fait la réflexion qu’il aura encore plus de mal à trouver une nouvelle unité de rattachement avec un casier aussi chargé que le sien, mais ce sera une préoccupation pour plus tard…

 

 

Avis :

Sans doute une des premières nouvelles « embarquées » (c’est-à-dire prenant place dans un char ou un aéronef) de la GW-Fiction, mais loin d’être la plus marquante ou intéressante de ce sous-genre, ‘Defixio’ permet au moins d’en apprendre un peu plus sur les Chem-Dogs de Savlar, l’un des régiments de Gardes Impériaux à l’histoire la plus particulière qui soit. Pour le reste, c’est de l’action très classique, avec un peu de camaraderie virile et quelques gros coups de chance pour napper le tout. Counter a fait mieux.

 

Fluff :

  • Chem-Dogs : Régiments de Gardes Impériaux levés parmi la population de la planète Savlar et de ses lunes mortes, où les repris de justice (et leurs descendants après eux) sont employés dans des mines chimiques qui produisent la majeure partie de la richesse du système, exportée par de puissantes guildes. L’atmosphère des lunes mortes est si toxique que la population qui y vit est équipée de respirateurs implantés directement dans la mâchoire ou la cage thoracique. Les Chem-Dogs ont la réputation d’être des voleurs invétérés auprès des autres régiments impériaux.

     

 

Rise

Révélation

Lords & Tyrants/2019/19 pages

 

Intrigue :

rise.png?w=199Quelque part dans les ténèbres urbaines de Comorragh, un Drukhari en pleine crise de la cent-trentaine a décidé de tout plaquer pour prendre un nouveau départ, que dis-je, un nouvel essor, dans la vie. Notre héros, Skanis de son prénom, commence donc la nouvelle sur la table d’un Homonculus, qui l’a obligeamment transformé en poids plume en l’échange de six cadavres de premier choix. Aspirant à rejoindre la haute société des Fléaux, Skanis devra passer par une quête initiatique des plus périlleuses pour rejoindre une aire de décollage digne de ce nom (c’est ça de se faire greffer des ailes d’albatros et non de mouche : c’est plus classe mais l’envol n’est pas facile), seulement accompagné de l’oisillon aile-de-rasoir tombé du mirador qu’il ramasse sur le chemin vers les cimes de la spire Kaledari. Parking souterrain squatté par des Mandragores désœuvrées et racketteuses, hôtel particulier d’un Archon fin de race, logement social de la vieille folle aux chats khymerae… pour être blême, il est blême cet HLM1 ! Et comme l’ascenseur social de Comorragh est définitivement en panne, il faudra à notre intrépide impétrant emprunter l’escalier de service, à ses risques et périls. C’est l’histoire d’un Fléau qui monte jusqu’au 50ème étage. Le mec, au fur et à mesure de son ascension, il se répète sans cesse pour se rassurer : jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien…

 

1 : Habitat à Locataires Meurtriers.

 

Avis :

Soumission sympathique du gars Counter, qui démontre une nouvelle fois qu’il est tout à fait capable de tenir son rang de vétéran de la BL lorsqu’il se donne la peine de structurer un peu son schéma narratif. Comme pour Sacrifice et Irixa, deux nouvelles parmi les plus réussies de notre homme à mon avis, Rise est construit autour d’une succession de péripéties symétriques, qui permettent à l’auteur de présenter des situations très variées sans mettre en péril la cohérence du récit, tout en faisant réfléchir le lecteur sur les divergences et points communs de ces dernières. Bénéficiant de quelques trouvailles scénographiques de bon aloi, comme l’orchestre de cadavres écorchés chargé d’ambiancer la petite sauterie du l’Archon du 2ème étage, ainsi que de la profondeur apportée par l’utilisation d’un héros « churchillien » (comprendre qu’il est le pire personnage de l’histoire, à l’exception de tous les autres), et d’une conclusion grimdark à souhait, Rise est l’une de ces nouvelles qui incarnent et décrivent à la perfection le sombre et singulier univers de Warhammer 40K. Plutôt pas mal donc.

 

Fluff :

  •  Eldars Noirs (Fléaux) : Le taux de viabilité des aspirants Fléaux, passée l’opération chirurgicale, est de l’ordre d’un sur mille. Les hommes oiseaux doivent en effet se frayer un chemin jusqu’en haut d’une spire pour bénéficier d’une thermique et s’envoler pour la première fois, ce qui est loin d’être évident dans une zone aussi segmentée que Commorragh. Même une fois arrivé en haut, la partie n’est pas toujours gagnée, le milieu ayant ses propres prédateurs. 
  • Commorragh (géographie) : La Spire Kaledari est un des plus hauts bâtiments de la cité crépusculaire. 
  • Commorragh (faune) : L’aile rasoir (razorwing) est un rapace mi-oiseau mi-lézard, adapté à la survie dans l’atmosphère polluée de Commoragh. Ils chassent par essaims et abattent leurs proies en les lacérant avec les pointes acérées de leurs ailes. Le gorewyrm est un tube de muscles dont l’une des extrémités se termine par une gueule pleine de dents acérées et pouvant cracher de la bile acide.

 

The Phalangite Ascendancy merci @gilian !

Révélation

The Successors/2022/13 pages

 

Intrigue :

Créés lors de la Seconde Fondation par les Imperial Fists, l'histoire des Soul Drinkers est marquée d’une succession de tragédies. Leur destruction et leur rédemption sont entourées de mystère, expurgées par les Saints Ordos de l'Inquisition. Maintenant, ils renaissent, leur nom et leur héraldique ont été attribués à une nouvelle fondation de Primaris Space Marines… mais ce nouveau Chapitre connaîtra-t-il le même sort que leurs ancêtres ?

 

Theophanos Minoris s’était soulevée contre l’Imperium, et au lieu d’envoyer l’armée impériale, il avait été décidé qu’une frappe chirurgicale pour exécuter les dirigeants de la planète serait bien plus rapide et moins coûteuse.L’opération avait été confiée à une escouade de Soul Drinkers, Chapitre Primaris nouvellement formé et digne successeur des Imperial Fists.

 

Globalement la mission s’était plutôt bien passée. Une escouade de Space Marines Primaris avait été envoyée dans la capitale pour exécuter le parlement. Bien que leur transport ai été touché par la foudre, et que deux membres de l’escouade ait été séparés des autres pendant le crash, les huit derniers Space Marines avaient exécuté leur mission.

 

Un des deux Space Marines égarés (frère Pitamenes) s’est fracturé les jambes mais a réussi à combattre et à survivre. Le dernier frère, Cyvon, s’est écrasé sur le palais du gouverneur et c’est en fait sa chute qui a permis de découvrir le variable instigateur de la révolte. L’ancien conservateur des œuvres d’art du palais, qui, avec l’éveil psychique, était devenu un puissant psyker, avait imposé sa volonté au parlement de la planète. Après sa mort des mains de Cyvon les défenses de la planète se sont vite effondrées.

 

Avis :

Ben Counter ne s’en sort pas trop mal avec cette petite nouvelle sur les Soul Drinkers. Encore une fois le Chapitre a l’air bien parti pour se faire rayer des archives d’ici quelques années. Et même s'il a utilisé la facilité en faisant intervenir l’Inquisition pour expliquer l’inexplicable (les Soul Drinkers ont toujours eu une origine plutôt complexe avec plusieurs versions contradictoires) il a livré une bonne petite contribution.

 

Fluff :

  • Inquisition :La mission de reprendre Theophanos Minoris avec une action commando plutôt que le rouleau compresseur de la Garde Ompériale était une idée de l’Inquisition. Après les combats, un Inquisiteur est venu récupérer les œuvres d’art du palais du gouverneur, ces mêmes œuvres d’art qui avaient inspiré le conservateur et l’avaient poussé à se révolter contre l’Imperium.En signe de reconnaissance, l’Inquisition a remis au capitaine des Soul Drinker un tableau intitulé The Phalangite Ascendancy représentant la Fête des Lames se déroulant sur Phalanx et où un Soul Drinker affronte un Black Templar (mais la partie représentant les Soul Drinkers dans les tribunes a été effacée).
  • Souls Drinkers : Ils n’ont pas été oublié au cours des siècles, c’est l’Inquisition qui a effacé toute trace du Chapitre. Les Soul Drinkers sont aussi officiellement descendants des Imperial Fists, c’est grâce a l’Inquisition qu’on est sûr de ça ^^.

 

 

Boman Modine (1)

Révélation

 

Boman Modine est principalement connu comme scénariste et réalisateur de plusieurs épisodes de la série Angels of Death (Warhammer+). ‘Song of the Mother’ est sa première nouvelle pour la Black Library.

 

Song of the Mother

Révélation

Inferno! presents the Emperor's Finest/2022/30 pages

 

Intrigue :

Les temps sont durs pour Barthol Tordai, Libre Marchand et capitaine de l’Indagator. L’ouverture de la Cicatrix Maledictum a emporté la meilleure partie de la flotte de sa maison, ne le laissant qu’en possession de son vaisseau (ainsi que d’un joli sabre hérité de son père, tout de même). Bien qu’ayant désespérément besoin de se refaire une santé financière, Barthol est trop fier pour accepter de servir de chauffeur routier ou de livreur Uber, au grand désespoir de sa contremaitre, Prasini. Aussi, lorsque la mystérieuse et imposante Dame Saori Orwan vient supplier le capitaine abandonné bien éméché de transporter sa cohorte de pèlerins en terre promise contre crédits impériaux sonnants et trébuchants, il ne faut pas longtemps aux deux complices pour accepter la mission.

 

Ce que ni Barthol, ni Prasini ne savent ni ne peuvent soupçonner (mais qui est connu du lecteur depuis les premières lignes de la nouvelle), c’est que Saori est la Magus d’un Culte Genestealers, cherchant désespérément à rejoindre « la Mère » dans les profondeurs de l’espace, après que leur insurrection sur Hypaeth ait été matée dans le sang. La « berceuse » de cette mystérieuse entité a guidé Saori et ses ouailles à travers l’Imperium, et permet également de calmer l’Immaterium sur le chemin de l’Indagator, au grand plaisir de sa Navigatrice (spoiler alert, elle finira par réaliser son erreur). A bord, la cohabitation entre l’équipage et les pèlerins ne se passe pas très bien, la nature suspicieuse et recluse des derniers empêchant le premier de contrôler que les parties du vaisseau dans lesquelles les civils ont été parqués sont en état. Un accident fâcheux prend même place lors d’une visite technique de routine organisée par un Techno-Adepte, se soldant en plusieurs morts de part et d’autre après qu’une des gardes de l’Indagator ait ouvert le feu de manière indiscriminée. Interrogée par Barthol avant qu’il ne l’exécute pour éviter que les pèlerins ne se révoltent, elle affirme avoir vu un monstre la regarder depuis les ténèbres… Bizarre autant qu’étrange.

 

Le voyage prend fin de manière très brutale alors que le vaisseau réalisait son dernier saut Warp jusqu’aux coordonnées fournies par Orwan à l’équipage, la Navigatrice de l’Indagator se faisant tout bonnement gober (psychiquement) par l’Ombre dans le Warp alors qu’elle batifolait dans l’Immaterium. Ce sont des choses qui arrivent. Le croiseur revient en catastrophe dans la dimension matérielle, et un spectacle glaçant se présente à Barthol et ses lieutenants…

 

Révélation

…Au lieu de la planète idyllique que leur avait décrite Orwan, il n’y a qu’un monde sucé jusqu’au noyau par le vaisseau ruche qui orbite à proximité, et entouré par les épaves des autres vaisseaux que la Mère a attirés jusqu’à elle pour se refaire une santé. Rescapé d’une vrille ayant rencontré plus forte qu’elle, le bio-vaisseau a passé les dernières années à regagner des forces en consommant la biomasse passant à portée de tentacules, et l’Indagator est le petit digestif qui va lui permettre de finalement reprendre sa route vers le cœur de l’Imperium.

 

Réalisant qu’il a été dupé, Barthol décide de se racheter une conduite et une réputation en menant une action d’arrière-garde pleine de panache contre les hordes de cultistes, d’hybrides et de Xenos qui tentent de prendre d’assaut le Strategium pour guider le vaisseau jusque dans la gueule béante de la Madre. Au bout du compte, il parvient à 1) faire son affaire à Orwan, et 2) gagner suffisamment de temps pour permettre à une poignée de survivants, menés par Prasini, d’atteindre les navettes de sauvetage et de partir en direction de la planète (qui dispose toujours d’un chouilla d’atmosphère : c’est un peu quand on boit avec une paille, il en reste toujours un peu au fond, même en aspirant très fort). Dans ses derniers instants, le dernier des Tordai joue un coup tordu, mais prévisible, à l’Esprit de la Ruche en ordonnant la surchauffe du réacteur de l’Indigator, ce qui transforme le vaisseau en pili pili pour Xenos convalescent. BONNE FÊTE MAMAN !

 

Révélation

…Cependant, tout n’est pas perdu pour feu la Mère, car Orwan et ses ouailles ont eu le temps de convertir certains membres d’équipage pendant le voyage, dont plusieurs ont accompagné Prasini à la surface de la planète. Une fois rentrés au bercail, il sera temps de trouver des Tantines…

 

 

Avis :

Pour sa première soumission, Boman Modine choisit de ne pas laisser planer de suspens sur son propos (la nouvelle commence avec Saori Orwan qui retrouve des hybrides dans une station spatiale), et de se concentrer à la place sur ses personnages – dont une bonne partie n’a pas été évoquée dans le résumé ci-dessus –, les relations qui les unissent (Prasini est ainsi mariée avec le pilote de l’Indagator), et la manière dont ils se comportent devant l’adversité. Cette histoire est d’abord celle de la rédemption de Barthol Tordai, qui passe de capitaine débauché et fantoche à parangon de la résistance humaine contre la menace Xenos. Si cette trajectoire n’a rien de neuf dans la GW-Fiction, la tentative de Modine est suffisamment bien construite et écrite pour ne pas lasser le lecteur, ce qui est évidemment positif.

 

Une autre caractéristique notable, et appréciable, de ‘Song of the Mother’ est de nous embarquer dans une véritable odyssée spatiale, en présentant de manière circonstanciée la vie à l’intérieur d’un vaisseau voyageant dans le Warp, et les risques pris par ce dernier en sortant des limites de l’Imperium pour aller explorer une partie « vierge » de la galaxie. Mine de rien, ce n’est pas une proposition si commune pour une publication de la Black Library. Enfin, la mise en perspective de l’objectif final poursuivi par les cultistes Genestealers (se faire dévorer par le premier vaisseau ruche venu) est un autre angle d’approche assez novateur, et particulièrement grimdark, à mettre au crédit de Boman Modine. A suivre par la suite, particulièrement s’il arrive à garder sa touche personnelle par rapport au BL-style ultra majoritaire à l’heure actuelle.

 

Fluff :

  • Cultes Genestealers : Le Culte des Nombreuses Mains (Cult of the Many Hands) s’est développé sur la planète d’Hypaeth, et a lancé une insurrection lorsqu’une flotte ruche s’est approchée de ce monde. Sa destruction par la flotte Ultima a scellé la défaite des cultistes, dont certains ont réussi à s’enfuir avant d’être exterminés par l’Imperium.
  • Hrud : Ces Xenos sont très sensibles à la lumière, qui leur est insupportable. Il est possible de les repousser avec une lampe torche (si la rencontre est fortuite, et qu’ils ne sont pas sur le pied de guerre).

 

 

Braden Campbell (2)

Révélation

 

Braden Campbell a touché à pas mal de factions du lointain futur pendant sa pige à la Black Library, débuté au début des années 2010. Spécialisé dans l’Empire T’au (‘Shadowsun: The Last of Kiru's Line’, ‘Aun’Shi’, ‘Commander Shadow’), il a également écrit pour les Eldars Noirs (‘Mistress Baeda's Gift’, ‘Tantalus’), la Deathwatch (‘Cepheus’, ‘Rackinruin’) et les Tyranides (‘Tempestus’).

 

L'Invasion de Cytheria (2)

 

Commander Shadow

Révélation

Hammer & Bolter #8/2011/22 pages

 

Il flotte un parfum très actuel dans cette nouvelle de Braden Campbell, petit nouveau dans l’écurie BL, dont le premier texte n’est, surprise, pas consacré aux Space Marines (ça doit être une sorte de bizutage), mais à la difficile campagne de pacification d’un monde récemment tombé aux blanches mains (un peu bleues tout de même) du Bien Suprême.

 

Intrigue :

Adoptant le point de vue du Commandeur Tau (deuxième - agréable - surprise) en charge du sale boulot, Campbell replace dans le cadre futuriste du 41ème millénaire une problématique des plus contemporaines, à savoir comment mettre vraiment fin à un conflit après que la guerre « classique » ait été gagnée. Car les Taus sur Cytheria (nom de la planète enlevée à l’Imperium par les guerriers de la caste du feu), c’est un peu comme la coalition en Afghanistan: une campagne remportée en quelques jours grâce à une supériorité technologique et logistique incontestable, une sincère envie de gagner la confiance et la sympathie de la population locale, que l’on fait bénéficier avec largesse des infrastructures modernes développées par les ingénieurs du Bien Suprême, sauf que, sauf que, une poignée de survivants revanchards retranchée dans une zone inaccessible fait tout son possible pour ruiner cette idylle naissante entre colonisateurs et colonisés en lançant des attaques « terroristes » sur des cibles emblématiques du nouveau pouvoir.

 

Dans le rôle des empêcheurs d’assimiler en rond, on retrouve donc Ezra Mihalik et sa bande de diables de Catachan1, reconvertis par la force des choses en moudjahidines de l’Imperium, adeptes de la bombe sale (mais bio, faut pas déconner non plus) et du chantage à l’attentat. Face à cette bande de fous furieux pas vraiment adeptes du compromis et de la diplomatie, notre brave Commandeur, tout frais sorti de son école militaire, se retrouve bien dépourvu, jusqu’à ce qu’il décide à la jouer comme Beckham2, et se résolve à louer les services d’auxiliaires aussi bad ass que les Catachans.

 

1 : KaTashun en Tau. Moi qui croyait que ça se prononçait « Katakan », me voilà fort marri.

 

2 : Brutos Boucher Beckham, ou BBB, champion exalté de Khorne de la légion des World Eaters.

 

Avis :

Sur cette trame plutôt innovante et intéressante, Cambell se contente malheureusement de mettre l’accent sur l’assaut des Kroots contre les derniers loyalistes de Cytheria, passage obligé certes, mais qui aurait sans doute gagné à être mis en retrait par rapport à d’autres idées que l’auteur ne développe que pas ou peu.

 

Par exemple, Mihalik donne une semaine aux Taus pour quitter la planète, faute de quoi il utilisera ses bombes bactériologiques faites maison contre les métropoles où sont stationnés les soldats du Bien Suprême, sans la moindre considération pour les dommages collatéraux qu’une telle action pourrait entraîner parmi la population civile, prétextant que tous ceux n’ont pas pris les armes contre l’envahisseur ne sont que des traîtres en puissance. À titre personnel, j’aurais bien aimé voir les Catachans se livrer à quelques exactions envers les « collabos » de Cytheria, histoire de sortir de la finalement très manichéenne guerre inter-espèce.

 

Car même si le Commandeur Shas’o Rra (le surnom que lui a donné Mihalik, qui signifie « Commandeur Fantôme ») est indubitablement le héros de la nouvelle, on peine à ressentir une quelconque empathie pour lui, les résistants de Papy apparaissant toujours bien plus sympathiques que lui aux yeux du lecteur1. Le dénouement de la nouvelle, au cours duquel Shas’o Rra pète un câble et se transforme en tueur sadique (Ezrah finira un peu comme le Kevin de Sin City, pour ceux qui connaissent), ainsi que les toutes dernières lignes de l’histoire, qui laissent entrevoir la victoire « morale » des diables de Catachan, ne font que renforcer ce sentiment de distanciation. Non que ce dernier soit vraiment dérangeant en lui-même, certains des héros de la BL n’étant pas vraiment des enfants de chœur (le petit Malus en tête), mais le manque de maîtrise de l’auteur amène à penser que lui-même considère son personnage comme un être vertueux, auquel le lecteur devrait pouvoir s’identifier, ce qui n’est malheureusement pas le cas.

 

Reste que Campbell réussit assez bien son premier test, en rendant une copie un brin plus exotique que la norme, dans laquelle le paradoxe que représente une guerre menée au nom du Bien Suprême est, sinon exploré, au moins évoqué avec une certaine justesse.

 

1 : Et c’est bien normal: Rambo est bien plus cool que le général Akbar. Fact.

 

Fluff :

  • Empire Tau (culture): La séparation entre castes régit également les rites funéraires des Tau. Les membres de la caste de la Terre (les travailleurs) sont ainsi enterrés, tandis que ceux de la caste du Feu (les guerriers) sont incinérés. L'histoire ne dit pas ce qu'il arrive aux dépouilles mortelles des membres de la caste de l'Eau (balancées en pleine mer? bouillies?), de l'Air (mises en orbite, données en pâture aux vautours - ou équivalent -?) et aux Ethérés (...).
  • Carnivores Kroots (physiologie): La sueur huileuse excrétée par les Kroots permet, entre autres propriétés, de camoufler la chaleur corporelle du sujet. Les Kroots sont donc très difficiles à repérer avec des lunettes à infrarouges.

 

Hunters

Révélation

Hammer & Bolter #13/2011/22 pages

 

Vous vous souvenez de Commander Shadow (H&B #8) ? Pour être honnête, moi non plus. Et pourtant, il faut faire le lien entre cette nouvelle et Hunters afin de tirer le maximum de ce texte. Merci donc à la BL de n’avoir pas jugé bon de faire un petit mémo à l’attention des lecteurs têtes en l’air, les prévenant que Hunters était, non pas la suite (ce serait trop simple), mais le prélude de Commander Shadow. Ça fait toujours plaisir.

 

Intrigue :

hunters.png?w=199Retour donc sur la planète Cytheria, quelques semaines après l’invasion des Tau. La défense acharnée de la garnison Catachan ne semble pas être en mesure d’empêcher le Bien Suprême de rafler un nouveau monde, la supériorité technologique des « Bleus » réduisant à néant les courageuses actions d’arrière-garde des impériaux. Il faut dire que les Catachans de Campbell ressemblent plus à Cameron Mitchell dans Ultime Combat (surtout le passage où le héros jette son fusil à terre, encaisse sans ciller la demi-douzaine de balles qu’un sbire lui tire à bout portant, tranche le bras de ce dernier d’un coup de machette puis le tabasse à mort avec son propre membre1) qu’à Schwarzie dans Predator.

 

Leur comportement comme leur stratégie sont ainsi dictés par leurs énormes cojones plutôt que par de quelconques considérations tactiques ; et quand bien même les trois derniers commandants humains (on présume que les autres gradés sont glorieusement tombés au combat en essayant de détruire un cadre de Riptides au lance-pierre) réussissent à monter une opération un brin sensée - infiltrer le QG ennemi pour dégommer l’Ethéré de faction -, ils décident de se charger seuls de l’exécution de cette mission suicide, afin d’être sûrs de ne laisser aucun officier supérieur pour coordonner la résistance au cas où les membres de la fine équipe se feraient tous tuer ou capturer par l’ennemi.

 

Mais ce n'est pas grave, car les Catachans sont des headless snakes, dixit ce vieil Ezrah Mihalik (la malheureuse némésis du Commandeur Shadow dans la nouvelle éponyme : je ne spoile donc pas grand-chose en vous révélant qu’il finit Hunters en presque bonne santé) : même si on leur coupe la tête, ils peuvent continuer à se battre. C’est drôle, cette métaphore m’évoque plus le lombric que le cobra, mais on va dire quelle fait référence à un serpent natif de Catachan plutôt qu’à nos bêtes reptiles terrestres, qui eux ne font pas trop les malins une fois décapités. Ou peut-être est-ce un hommage discret de Campbell à la fameuse formule du grand Steven Savile2. Au vu du nombre de conneries dites ou faites par nos super soldats d'élite3, je pense qu’on pourrait plutôt parler de brainless snakes, mais je vous laisse seuls juges.

 

1 : Je parle du bras tranché du sbire hein, petits fripons. On n'est pas dans Clodo et les Vicieuses.

 

2 : « He had lived with the notion that an army was like a snake, sever it head and another would grow to take its place. » Il fallait y penser.

 

3 : « On ne peut rien faire contre les Taus, ils sont capables de tirer des missiles sans avoir de ligne de vue sur leur cible ! Ce n’est pas naturel ! (sic) »

« Un peu comme un barrage d’artillerie quoi. C’est vrai que c’est une technologie tellement avancée que ça fait des millénaires qu’on l’utilise.»

 

Avis :

En dehors de cette mission d’infiltration, sorte de rapport de bataille Commandos scénarisé dont les meilleurs passages donnent à voir ce à quoi ressemble l’occupation Tau d’une ville humaine (et laissez-moi vous dire que ça évoque plus Paris pendant la seconde guerre mondiale que Woodstock pendant le Summer of Love), et les pires révèlent quel était le vrai objectif de nos trois chasseurs, Campbell fait naviguer le lecteur entre flashbacks récents (la mise sur pied de l’opération) et anciens (l’initiation de Mihalik sur Catachan, merveilleuse planète où les pré-adolescents servent d’appâts lors des campagnes de dédiabolisation - même principe que la dératisation, mais avec des diables de Catachan - ).

 

Le hic, comme pour Reparation, est qu’il oublie de signaler de façon claire où commencent et finissent chacun de ces passages, ce qui amène à des quiproquos grotesques. La première partie de la nouvelle relate ainsi la prudente et pénible traversée d’une plaine herbeuse par nos héros, qui mettent plusieurs heures à couvrir les quelques mètres qui les séparent de leur objectif... puis semblent soudainement se matérialiser dans la tente de Mihalik, en plein milieu du camp de base des Catachans.

 

Le fait que ces changements de temporalités ne soient même pas signalés par un saut de ligne m’incite à penser que la faute repose sur le maquettiste de H&B plutôt que sur l’auteur de la nouvelle, car je ne pense pas que ce dernier aurait pu en son âme et conscience opter délibérément pour une mise en page aussi confuse. Toujours est-il que le lecteur en est quitte pour quelques rétropédalages perplexes, afin de reconstituer le puzzle narratif mis en place par Braden Campbell. Au final, Hunters est une nouvelle à l’image de ses héros : pleine de bonne volonté mais risible (et même attachante) d’inefficacité. Ce n’est pas une conclusion de la trempe de Grail Knight ou de Survivor, mais ça laisse le lecteur de meilleure humeur qu'à la fin de The Rat Catcher's Tail (kill me) ou de Mountain Eater (kill me with fire).

 

Fluff :

  • Catachan (colonies): À l'opposé de l'image d'un monde autarcique et replié sur lui-même largement véhiculée par le fluff, Catachan apparaît (sous la plume de Braden Campbell en tout cas) comme doté d'une forte tendance à l'expansion, ayant implanté des têtes de pont sur plusieurs planètes, à commencer par Cytheria (utilisée pour l'aguerrissement des baby Rambo - comme s'ils n'avaient pas déjà tout ce qu'il faut à la maison... - ). Une sorte d'Ultramar en bandana rouge, en quelque sorte.
  • Catachan (régiments nommés): Le 51ème Régiment de Catachan, composé uniquement de snipers, a pour surnom les Vipères Noires (Black Vipers... et pas Black Adders, même si ça aurait été plus marrant). Il est commandé au moment où se déroule la nouvelle par Ezra Mihalik (héros malheureux de Commander Shadow, du même auteur). Est aussi mentionné le 26ème Régiment de Catachan, a.k.a les Cobras Tapis (Lurking Cobras), dirigé par un certain Paskow.
  • Catachan (superstitions): Les natifs de Catachan font preuve d'une méfiance extrême envers la technologie Xenos, qui s'étend jusqu'aux objets fabriqués par ces derniers (sophistiqués ou non). Le simple contact avec, ou pire, l'utilisation d'artefacts et d'armes non impériales est perçu comme un sacrilège par ces guerriers ultra superstitieux.
  • Catachan (technique de chasse): Les célèbres Diables du monde hostile sont, comme chacun sait, de fameuses saloperies pouvant atteindre une taille monstrueuse une fois parvenues à maturité. Étant de plus sociables, ces charmantes bestioles font peser une menace réelle sur la population humaine de la planète, ce qui a motivé cette dernière à monter des campagnes de régulation de ces nuisibles. Les individus adultes étant quasiment impossibles à traquer dans leur milieu naturel, c'est sur les jeunes (spawns) que portent les efforts des Catachan, qui les appâtent hors du nid (et de la protection de leurs parents aimants) en envoyant un jeunot recouvert de sang et de la résine d'une liane locale faire le Harlem Shake devant leur antre (à noter que l'odeur dégagée est irrésistible pour les jeunes Diables, mais repoussante pour les adultes, un peu comme la série SODA). Une fois la proie ferrée, le courageux volontaire doit courir vers la zone d'abattage préparée par ses comparses, qui consiste en une clairière autour de laquelle du prométhéum a été répandu afin de piéger la petite (grosse) bête dans un cercle de feu (à noter que les Diables adultes n'ont eux pas peur des flammes). Si tout se passe bien, l'appât parvient à rejoindre les autres chasseurs avant de se faire bouloter par le Diablotin, qui essuie alors une fusillade en règle aux conséquences (normalement) fatales.

 

 

Breanna Teintze (1)

Révélation

 

Breanna Teintze est l’auteur de la série ‘The Empty Gods’ (‘Lady of Shadows’). Elle a commencé sa collaboration avec la Black Library avec la nouvelle ‘Knife’s Edge’.


Knife's Edge

Révélation

Inferno! presents the Emperor's Finest/2022/17 pages

 

Intrigue :

Equita Myles est une agente de l’Officio Assassinarum, avec une spécialisation plus originale que la moyenne1 : elle est rattachée à la clade Venenum, et accomplit donc ses missions en empoisonnant ses cibles. Envoyée sur le monde minable de Galu IV pour unsuscribe to life le meneur d’une faction sécessioniste seulement connu sous le nom du Recteur, elle se tient particulièrement sur ses gardes malgré la facilité avec laquelle elle infiltre la ville où est censée se trouver sa cible. En cause, le fait que le Temple Callidus a envoyé un de ses agents (Nirra) régler son compte au Recteur il y a cinq ans, et que sa collègue a disparu sans laisser de traces ni accomplir son forfait…

 

La petite cité de Kerheim n’est pas sans avoir ses particularités, comme elle le découvre bientôt. La principale est sa taxe d’eau potable, dont tous les citoyens doivent s’affranchir pour pouvoir puiser à la fontaine locale (sculptée pour représenter un Empereur2 en train de pleurer toutes les larmes de son corps, probablement après que Malcador l’ait battu au rami), la seule dispensant une eau propre à la consommation. Equita remarque tout de suite que le précieux liquide est infusé d’un puissant tranquillisant, utilisé par le Recteur et ses sbires pour garder la population sous contrôle. Son prochain arrêt est la cathédrale de Kerheim, où doit se tenir un festival présidé par le Recteur le soir même. Cherchant à approcher sa cible pour pouvoir glisser des roofies dans son eco cup, Equita a la surprise de voir sa mission lui être littéralement tendue sur un plateau, un vieil intendant lui ordonnant d’aller porter le thé de son excellence à l’étage. C’est un petit peu trop facile, tout de même…

 

Révélation

…Et en effet, l’Alfred de Kerheim était en fait Nirra (sous polymorphine, évidemment), qui n’était pas au courant de l’arrivée d’une concurrente sur Galu IV, et essaie donc de régler son compte à Equita, ayant bien vu que la mystérieuse petite vieille dont elle avait pris l’apparence cachait quelque chose sous ses jupons. Au bout d’un combat engagé, le malentendu est levé et les deux agentes décident de coopérer pour mener à bien leur mission commune. C’est tout du moins ce qu’Equita veut faire croire à Nirra, le manque d’efficacité dont la Callidus a fait preuve la faisant apparaître comme suspecte aux yeux de l’intègre Venenum.

 

Pour sa défense, Nirra a bien supprimé le Recteur, mais elle s’est aperçue que sa mort n’allait pas être suffisante pour ramener Galu IV dans le droit chemin. Elle a donc endossé son identité, et cherche depuis lors un moyen pour assassiner tous les fidèles du défunt, afin de mettre fin à cette rébellion de bas étage. L’arrivée d’Equita est une aubaine pour elle, la maîtrise des poisons de sa nouvelle meilleure amie permettant d’opérer plus rapidement qu’un coup d’épée C’tan à la fois. Elle emmène donc la Venenum jusqu’à la citerne de la fontaine de Kerheim, l’endroit parfait pour planquer des pastilles de mort au Grox…

 

Révélation

...Seulement, Equita n’est pas d’accord. A ses yeux, Nirra a outrepassé ses ordres et sa fonction en demeurant sur place au lieu de se contenter de tuer le Recteur. Un désaccord professionnel entre Assassins ne se terminant généralement pas par une engueulade devant la machine à café, mais bien par un duel à mort (possiblement devant la machine à café), on a le droit à un crêpage de chignon en règle entre Equita et Nirra. Bien qu’ayant initialement la main haute dans le combat grâce à ses talents d’acrobate, cette dernière oublie que les Venenum ont les dents longues et les canines creuses, et se fait mordre à la gorge alors qu’elle venait narguer sa compétitrice, après lui avoir broyé le bras dans une machine.

 

Le poison injecté par Equita paralyse Nirra, avant de la placer sous son contrôle, et notre héroïne profite de la situation pour faire d’une pierre deux coups : obligeant la Callidus à reprendre l’apparence du Recteur, elle l’envoie faire de la figuration à sa petite fête, puis lui injecte une deuxième dose dont les effets secondaires incluent une combustion spontanée et explosive, rasant la cathédrale de la carte, et tous ceux qui s’y trouvaient avec. Voilà qui vérifie une nouvelle fois l’adage : surtout ne jamais prendre d’initiative.

 

 

1 : Et une attitude vraiment très cool vis-à-vis de son job. Elle affirme ainsi dans le plus grand des calmes qu’elle ne se souvient de pas grand-chose de son entraînement.

 

2 : Rebaptisé Seigneur Peacemaker par les habitants du cru. C’est John Cena qui doit être content.

 

Avis :

On peut remercier Breanna Teintze pour avoir signé ce qui est, sauf erreur de ma part, la première nouvelle mettant en vedette un Assassin du culte Venenum. Et on en a ici pour notre argent, les modes opératoires et les gadgets propres à cette sous-faction étant mis au centre de l’histoire, ce qui est à mon sens ce à quoi doit ressembler une nouvelle centrée sur ce type de personnage. Ma seule doléance concerne le « pourquoi » plutôt que le « comment » de ‘Knife’s Edge’, les « explications » données par Nirra sur les raisons qui l’ont poussée à prolonger sa mission pendant cinq ans et le contre-argumentaire mobilisé par Equita pour faire cavalier seul ne me semblant pas d’une limpidité totale. Le solde reste toutefois positif pour Teintze.

 

Fluff :

  • Adeptus Assassinorum (Venenum) : Un des poisons utilisés par les agents Venenum est la Grâce de l’Empereur. La première injection paralyse temporairement le sujet, le rend muet et le place sous le contrôle de son empoisonneur. Après la seconde injection, le métabolisme du sujet entre en surchauffe et l’individu se transforme en boule de feu au bout de quelques secondes, permettant d’éliminer un groupe de complices en plus de la cible principale. La Grâce de l’Empereur est inodore et indétectable, sauf par les agents Venenum.

 

 

C. S. Goto (3)

Révélation

 

Cassern Sebastian Goto (son nom complet) est sans aucun doute la légende noire de la Black Library. Cet auteur fait en effet l’unanimité contre lui, ce qui est remarquable en soi et donne une excellente raison de se pencher sur son œuvre si on est à la recherche de sensations fortes et déviantes. Les causes de ce désamour sont autant stylistiques que fluffiques, Goto ayant la réputation de prendre des libertés excessives avec le lore de 40K, comme l’article qui lui est consacré sur 4Chan l’explique en détail. Contentons nous ici de donner quelques titres que le curieux pourra découvrir à sa convenance : la trilogie ‘Dawn of War’ et le diptyque ‘Warrior Brood’ et ‘Warrior Coven’ en romans, et ‘The Blood of Angels’, ‘Tears of Blood’, ‘Vindicare’, ‘The Tower’, ‘The Trial of the Mantis Warriors’ et ‘Menshad Korum’ en nouvelles.


Menshad Korum

Révélation

Bringers of Death/2005/36 pages

 

Intrigue :

40k_menshad-korum.pngL’Exarque Vlalmerch du clan Saeemrar a été assassiné dans son sanctuaire de Saim-Hann, et sa pierre d’âme volée. Le défunt n’était pas seulement un seigneur de guerre respecté, mais également le Menshad Korum, ou Guerrier Perdu, statut honorifique autant qu’horrifique, car reflétant les irrépressibles penchants meurtriers du bonhomme. Pratique pour mener ses troupes à la victoire et mettre le feu (Vlalmerch a fait trois siècles de service dans le temple Dragon de Feu avant de retourner au bercail) au dancefloor, moins adapté en revanche à une paisible retraite dans le réseau d’infinité servant d’EHPAD aux Eldars canés. C’est pourtant ce que ses assassins, l’Exarque Guerrier Scorpion Arbariar et l’Arccube (mi-Archonte, mi-Succube, c’est une Guerrière Concept) Bureea, ont derrière la tête1, et elles se hâtent lentement vers le cœur du Vaisseau Monde pour aller plugger la babiole sur le disque dur de Saim-Hann. Pourquoi me direz-vous ? Eh bien, c’est compliqué et nébuleux, mais j’ai cru comprendre que c’était l’option la moins pire se présentant aux conjurés, averties par des visions troubles de la corruption totale de Vlalmerch et donc du danger de 1) le laisser vivre et 2) laisser sa pierre d’âme enchâssée dans son armure rituelle, où elle pervertirait à coup sûr son successeur. Les clans Chevaucheurs Sauvages étant fondamentalement opposés à la décharge sauvage de déchets dans l’espace, l’option de balancer discretos le caillou par un hublot ne fut pas retenue, déclenchant au bout du compte une guerre civile entre Saeemrar et Scorpionidas (Arbariar et Bureea ayant eu l’excellente idée de partir en mission commando avec des shurikens en forme de scorpion, permettant aux suivants de Vlalmerch d’identifier les coupables en deux secondes).

 

Avant de commencer la vendetta que le meurtre de V’la l’Merch impose, il faut toutefois offrir au défunt des obsèques dignes de son rang, et surtout, choisir son successeur parmi les guerriers du clan. Cette prérogative revient normalement à un Prescient, mais voyant que personne n’écoute ses mises en garde, ce dernier lâche rapidement l’affaire et se désintéresse du sujet, faisant de Quereshir, fils de Vlalmerch, l’heureux nouveau possesseur de l’armure paternelle. Après une session d’essayage compliquée, relevant plus de l’enfilage de camisole de force enduite de poil à gratter que du subtil alignement des pierres esprits des anciens porteurs avec l’esprit de l’impétrant, c’est enfin l’heure de la revanche, et Quereshir emmène ses forces toquer à la porte du temple des Scorpionidas pour une petite explication de texte. S’en suit une boucherie sans nom ni subtilité, au cours de laquelle tombent un grand nombre d’Eldars, y compris Bureea (la Psyker au mental le plus fragile qui soit) et Lureeal (le second de Quereshir) qui le valait bien alors que son armure ne valait, elle, rien.

 

Au bout du suspense, ou en tout cas de la dernière ligne droite vers le port USB central, Quereshir et Arbariar finissent par s’affronter (quand je vous disais que cette dernière n’avait pas une grosse pointe de vitesse, je n’exagérais pas2), et le Menshad Korum sort logiquement vainqueur de ce duel inégal. Il faut dire que quand il n’y a pas de piliers pour renvoyer les shurikens, c’est tout de suite plus dur pour Arbie. Malgré les supplications de cette dernière, Quereshir récupère la pierre paternelle et la replace sur son armure, ignorant sa noirceur de mauvais aloi…

 

Révélation

…Et, ô surprise, il se fait immédiatement souljacker par la présence dérangée de Vlalmerch, confirmant les craintes de la désormais défunte Arbariar. À l’autre bout de la galaxie, cette bonne vieille Lelith Hesperax, qui avait été vaincue il y a un siècle de cela par l’alliance des clans Saeemrar et Scorpionidas, s’interrompt un instant entre deux décapitations de Succubes (une pratique sadomasochiste extrême mais courante chez les Drukharis) et réception de brouillard parfumé au terreau pour partir d’un grand rire machiavélique. ‘Twas her all along, bien sûr, et la corruption de Vlalmerch autant que la guerre civile ayant endeuillée Saim-Hann sont de son fait. Demandez pas comment par contre, car la bougresse s’est contentée de se faire fesser en beauté face caméra par Vlalmerch et Arbariar lors de leur précédent affrontement, ce qui n’explique pas comment son plan diabolique a pu se mettre en place. À moins que le pacte qu'elle a conclu avec Slaanesh y soit pour quelque chose. Wait... Les Eldars Noirs n’ont peut-être pas de Psykers (enfin si, ils ont Lelith WAIT...), mais ils maîtrisent l’art cryptique du TGCM. Ca se vaut, moi je dis.

 

1 : Vlalmerch ayant lui derrière la sienne un éclat de shuriken lui ayant été fatal, la redoutable technique du ricochet sur pilier de moelle spectrale étant venue à bout de ce guerrier suprême, mais joueur de billard médiocre.

 

2 : Les Saeemrar ont tout de même eu le temps d’organiser les funérailles de leur chef, les essayages de son successeur, et l’assaut sur le temple Scorpionidas, sans qu’Arbariar soit foutue de voyager jusqu’au cœur de Saim Hann avec sa bécane à vitesse sonique. Je la vois comme ça hein.

 

Avis :

Goto s’embourbe dans des facilités scénaristiques aussi inexplicables que regrettables avec ce ‘Menshad Korum’, venant ruiner les sincères efforts qu’il déploie en introduction pour dépeindre la culture eldar (fonctionnement de la Voie et des temples aspects, importance du psychisme, géopolitique des clans de Saim-Hann…). On est en droit de considérer cette tentative comme pas très subtile, les personnages se balançant des vagues d’émotions dans les gencives comme nous autres pauvres Mon-keigh nous enverrions des seaux d’eau à la figure, mais on doit au moins reconnaître que Goto a essayé de dépayser son lectorat (sans respecter le background établi, certes). Malheureusement, tant l’intrigue que son déroulé s’avèrent rapidement problématiques, empêchant de prendre longtemps au sérieux cette histoire à la fois bêtement simple et stupidement complexe. Le tout donne l’impression de servir d’introduction à un arc narratif qui aurait été développé ailleurs par l’auteur (histoire de comprendre le rôle d’Hesperax dans la choukhroute et l’identité de la mystérieuse divinité avec laquelle elle a conclu un pacte1), et à en croire certains retours de fans, ce serait plus ou moins le cas2. Bref, une nouvelle qui ne viendra pas relever la réputation de notre homme parmi les amateurs de GW-Fiction, ce qui est dommage car il y avait un potentiel assez intéressant dans cette histoire.

 

1 : D’instinct, j’aurais dit Slaanesh, mais la description qu’en fait Goto laisse plutôt penser à Nurgle.

 

2 : Il semblerait que 'Menshad Korum' ait été intégré, au moins en partie, dans le roman 'Warrior Coven' (en piste pour le prix du roman de la BL à la couverture la plus moche).

 

Fluff :

  • Saim-Hann : Parmi les clans de Chevaucheurs Sauvages du Vaisseau Monde, on compte celui de Saeemrar, dirigé par le Menshad Korum, un Exarque provenant du temple Dragon de Feu, et celui de Scorpionidas, centré autour du temple Guerrier Scorpion. Les deux clans sont rivaux, et se sont combattus de façon ouverte suite à l’assassinat du Menshad Korum Vlalmerch par l’Exarque Arbariar.


Blood of Angels

Révélation

Inferno! #42/2004/15 pages

 

Intrigue :

40k_blood-of-angels.png?w=402&h=672Notre histoire commence sur les chapeaux de roue et des ailes de feu lorsque Tenjin, Chapelain des Angels Sanguine, Chapitre descendant des Blood Angels, fait irruption dans le Temple Sanguinien de la forteresse monastère, animé de bien sanglantes intentions à l’égard de son supérieur, le Haut Prêtre Sanguinien Ansatsu. Descendant depuis le velux fracassé du sanctuaire comme un spectre du jugement dernier, notre héros poursuit son œuvre de démolition et de profanation en tirant de manière indiscriminée avec l’intégralité de l’arsenal conséquent qu’il a pris avec lui pour l’accomplissement de sa mission de mort, jusqu’à faire sortir sa proie de sa cachette. Alors qu’Ansastu tente de s’échapper par le trou dans le plafond, Tanjin se lance à sa poursuite, et, tirant parti du poids kolossal du Graal de Sang (en fonte) et de l’Exsanguinator (en plomb) qu’Ansatsu a absolument tenu à emporter avec lui, rattrape le fugitif en pleine ascension pour lui flanquer son poing (énergétique), non pas dans la goule, mais à travers le thorax, ce qui a instantanément raison des velléités d’évasion du Prêtre. Malheureusement, ce petit meurtre entre amis déclenche une crise de Rage Noire chez Tenjin, qui, confronté à l’arrivée soudaine d’un Inquisiteur (Addiss) qui passait par là, accompagné par un Archiviste Angels Sanguine récemment démissionnaire de la Deathwatch, tient un discours suffisamment confus pour être neutralisé sans sommations par le service d’ordre. Lorsque Tajin de pruneaux se réveille, il est solidement attaché à une table d’opération dans l’Apothicarium du Chapitre, afin de permettre à son interrogatoire de se passer dans les meilleures conditions. Pourquoi donc le Chapelain a-t-il commis l’irréparable et trucidé son boss sans crier gare ? Nous n’allons pas tarder à l’apprendre.

 

Tout a commencé trois mois plus tôt, par la rétrogradation, plutôt suspecte, du brave Tenjin, réaffecté par Ansatsu de la 1ère à la 10ème Compagnie. Le principal intéressé, s’il n’en laisse rien paraître, en grand professionnel qu’il est, a bien du mal à comprendre le rationnel d’une telle décision, ayant prouvé depuis des décennies sa capacité à garder sous contrôle l’alcoolisme (Soif Rouge) et la psychose (Rage Noire) des vétérans très PTSD-isés dont il a la charge, mieux que tous ses prédécesseurs si on en croit les archives chapitrales. Son rattachement aux néophytes des Angels Sanguine, normalement peu touchés par les épisodes maniaques de leurs aînés, lui semble donc étrange, mais il ne tarde pas à découvrir, à son grand désarroi, que les p’tits jeunes du Chapitre ne sont pas exempts de la malédiction de Sanguinius, pas moins de neuf Scouts montrant des symptômes annonciateurs d’un pétage de plomb prochain. À l’occasion d’une virée en moto dans l’arrière-pays de Baalus Trine, le nouveau monde chapitral des Angels Sanguine, choisi pour son taux élevé de radiations (après tout, pourquoi pas) et d’où viennent toutes les nouvelles recrues du Chapitre, ce qui devait être une simple opération de purge de cultistes chaotiques dégénère en (véritable) bain de sang, après que plusieurs Néophytes aient vus plus rouge que de raison. Résultat : trois pertes à déplorer du côté de l’Astartes, et un Chérubin complètement aliéné à ramener à la maison, ce qui fait tache (de sang) sur les états de service jusque-là impeccables de Tenjin.

 

Convoqué par Ansatsu pour expliquer les raisons de cet incident, notre Chapelain tente de justifier ses actions en mettant en avant la nécessité de purger les mutants du domaine chapitral, mais se fait rabrouer par son boss qui insiste au contraire pour que ces derniers soient ménagés. Après tout, lui-même n’est-il pas un Baaltringue (je vous jure que c’est gentilé officiel), le premier natif de la planète à être monté si haut dans la hiérarchie du Chapitre ? Relégué dans ses quartiers dans l’attente de son jugement (on ne rigole pas avec les victimes collatérales chez les Angels Sanguine), Tenjin a tout loisir de réfléchir aux derniers évènements… et réalise avec stupeur qu’il y a sanguille sous broche. Convaincu qu’Ansatsu est l’architecte de la corruption du Chapitre, qu’il souhaite faire basculer dans la folie homicidaire en retirant à la 1ère Compagnie leur auxiliaire de vie le plus capable et en supervisant le recrutement de compatriotes complètement ravagés du bulbe, Tenjin saisit ses armes (qu’on lui avait laissées, car on est cool chez les Sanguine), rameute ses troupes et s’en va exposer à Ansatsu ses griefs, avec les résultats que l’on sait.

 

L’interrogatoire terminé, Addiss libère son prisonnier, convaincu par la conviction de ce dernier (on est cool aussi à l’Inquisition), et révèle qu’il soupçonnait lui aussi Ansastu d’agissements pas très catholiques ecclésiarchiques, ce pourquoi il avait envoyé l’Archiviste Ashok enquêter discrètement suite à son retour de la Deathwatch. Tellement discrètement d’ailleurs que ce dernier n’a absolument rien fait de concret, mis à part siroter des petits verres de rouge avec Ansatsu en se remémorant le bon vieux temps. À chacun ses méthodes. Malheureusement pour l’Inquisiteur, sa connaissance du secret honteux des Angels Sanguine se révèle être un problème pour Ashok et Tanjin, dont le meurtre de son patron (ainsi que celui d’un collègue de crozius, qui n’avait pourtant rien fait que chanter une berceuse aux Scouts névrotiques de la 10ème Compagnie pour les calmer un peu) a fait le nouveau Haut Prêtre Sanguinien du Chapitre. Notre infortuné légat souffre donc d’une rupture d’anévrisme purement fortuite au moment de quitter la pièce, ce qui fait les affaires de nos deux larrons, et permet aux Angels Sanguine de continuer leurs saintes déprédations en paix. Après tout, il faut laver son linge sanglant en famille.

 

1 : Notre homme utilise un lance-flamme, un bolter, un fuseur et un poing énergétique (sans compter son Crozius, qu’il a dû prendre avec lui également) dans sa traque d’Ashitsu.

 

Avis :

C. S. Goto. Pour les familiers de la BL, ce nom ne manquera pas d’évoquer des souvenirs et des images, car notre homme dispose d’une solide réputation auprès du lectorat des franchises de Games Workshop. Et, malheureusement pour lui, cette réputation est loin d’être flatteuse (se référer à la page hagiographique qui lui est consacrée sur 1D4Chan pour prendre la mesure du phénomène). C’est bien simple, il faut s’imaginer un Abnett inversé, concentrant les critiques et les moqueries autant que le bon Dan attire les louanges. Pour ma part, ce Blood of Angels constituait ma première expérience avec ce personnage non grata, dont la contribution avec la BL s’est interrompue aux débuts des années 2000, après quelques nouvelles et romans publiés unanimement descendus par la critique populaire. Voilà pour le cadre.

 

À la lecture de ladite nouvelle, j’ai dû me rendre compte que le peu d’estime dans lequel Goto était tenu se basait sur des faits concrets. Et même si l’effroyable réputation traînée par l’auteur me faisait craindre un ratage plus complet que ce que j’ai constaté en parcourant Blood of Angels, l’objet en question est à ranger dans les cartons « Passable –  » de la Black Library. Les remarques et reproches que l’on peut adresser à ce court format sont en effet multiples et sérieux, à commencer par une intrigue aux ramifications nébuleuses et assez contre-intuitives. Si la duplicité d’Ansatsu ne fait en effet que peu de doute, et la réaction de Tenjin à cette dernière est logique (même si elle pose la question de l’absence de gouvernance manifeste au sein des Angels Sanguine, le Maître du Chapitre n’étant à aucun moment consulté ou averti par le Chapelain vengeur), le rôle de l’Inquisiteur Addiss et de son âme damnée Ashok dans cette sombre histoire interroge. À entendre le compte-rendu du premier, il était au courant de longue date du problème touchant les Angels Sanguine, mais n’a pas jugé bon d’intervenir car il n’avait pas encore tous les éléments en sa possession. Pour un représentant d’une institution aussi expéditive que la Sainte Inquisition, une telle prudence semble déplacée, mais après tout, Addiss n’apparaît pas comme un investigateur très méticuleux (voir plus haut).

 

À ce premier problème structurel viennent se greffer des incongruités d’origine fluffique, qui ne font que plomber la crédibilité du propos de Goto. Ce dernier, fort d’une maîtrise supposée du background des fils de Sanguinius, se permet ainsi d’abreuver son lecteur de détails sur l’organisation et l’histoire des Angels Sanguine, sans avoir pris soin de vérifier qu’il respectait les canons du lore. Depuis les Scouts de la 1ère Compagnie (qu’il présente bien comme celle des vétérans, pourtant) jusqu’aux bains de sang d’Ansatsu, en passant par le Crozius diffuseur d’aura d’émerveillement et le recrutement d’un Archiviste par la Deathwatch parce qu’il a prouvé sa capacité à résister à la Rage Noire (quel rapport avec la lutte contre les Xenos ?), Goto évolue sur un terrain de sa propre composition, ce qui décrédibilise fortement les ajouts qu’il fait au fluff par ailleurs, alors que certaines idées (comme la recherche de planètes chapitrales à haut niveau de radiations par les Chapitres descendants de Sanguinius, afin de faciliter l’assimilation du patrimoine génétique de ce dernier par les aspirants) n’étaient pas si fantaisistes que ça. À propos de Rage Noire, la connaissance approfondie qu’Addiss semble avoir de ce phénomène honteux va de même à l’encontre de la version officielle prêchée par GW, à savoir que l’Inquisition ne dispose que de vagues présomptions sur les conséquences des tares génétiques frappant les fils et petits-fils de Sanguinius (sans quoi les Anges se seraient faits plumés depuis longtemps).

 

Enfin, Blood of Angels n’est pas épargné par une foultitude de problèmes relativement mineurs par rapport à ceux exposés plus tôt, relevant davantage de lacunes narratives et stylistiques que des défauts structurels précédemment soulignés. Dans le désordre et pour le lol, citons l’armurerie complète avec laquelle Tenjin se déplace1, les missions de reconnaissance et d’infiltration passant par la prise de pose dramatiques au sommet d’une crête illuminée par la lune (en termes de discrétion, on a fait mieux), les petites dégustations de rouge entre vieux copains, la consignation du héros dans ses quartiers en attente de son jugement sans qu’on n’ait jugé bon de lui retirer ses armes et armure, ou encore les pensées stomacales entretenues par Addiss juste avant son décès prématuré. Ah, et si on a pu se moquer de l’amour de Ben Counter pour les dalles (slab en anglais), on tient avec Goto un concurrent sérieux, adepte convaincu du clic (3 mentions en 15 pages, c’est pas mal). Bref, les Angels Sanguine sont bien mal tombés avec C. S. Goto comme chroniqueur de leurs exploits, c’est une certitude. De là à invoquer la malédiction de Sanguinius, il n’y a qu’un pas à franchir…

 

Fluff :

  • Angels Sanguine (organisation) : Chapitre descendant des Blood Angels, dont le premier Haut Prêtre Sanguinien fut Servius. La livrée du Chapitre associe le rouge et le noir, un rappel (rq : pas très discret) à la nature duale des fils de Sanguinius, partagée entre gloire sanglante et rage destructrice. Considérant que le recrutement de ses novices serait plus efficace si ces derniers venaient d’une planète similaire à Baal, le Chapitre ne s’est fixé que récemment sur le monde de Baalus Trine, dont le niveau d’irradiation est comparable à celui du monde chapitral des Blood Angels. Affectés par la Soif Rouge et la Rage Noire comme les autres descendants de Sanguinius, les Angels Sanguine ont baptisé leur première Compagnie la Compagnie de la Mort, bien que tous ses membres (les vétérans du Chapitre) n’aient pas basculés dans la Rage Noire.   
  • Angels Sanguine (Artefacts) : Le Chapitre possède un grand nombre de reliques, la plus révérée étant le Suaire de Servius (premier Haut Prêtre Sanguinien des Angels Sanguine) et la bannière chapitrale, qui permettent à leur porteur de maîtriser les pulsions sanguinaires de Marines ayant succombé à la Rage Noire. La Tablette de Lestrallio (un Chapelain des Angels Sanguine) est un autre artefact important aux yeux du Chapitre. C’est sur cette dernière que sont entravés les frères souffrant de Rage Noire et ne pouvant pas être immédiatement envoyés au combat (rq : Lestrallio lui-même a fini sur sa tablette). Les Anges Sanguine possèdent un Graal Rouge et un Exsanguinator, qui sont l’apanage de leur Haut Prêtre Sanguinien. Le Codex Sanguine est un traité dont la lecture est réservée aux Prêtres Sanguiniens et Chapelains des Angels Sanguine, détaillant les symptômes et effets de la Soif Rouge et Rage Noire. Enfin, il est fait mention d’un Suaire de Lemartes (rq : ce dernier n’est pas mort aux dernières nouvelles…), qui semble avoir un lien avec la Rage Noire.
  • Angels Sanguine (Personnage nommés) : Le premier Haut Prêtre Sanguinien des Angels Sanguine, à la suite de la 2nde Fondation, fut Servius. Ansatsu fut le Haut Prêtre Sanguinien du Chapitre à la fin du 40ème millénaire, un natif de Baalus Trine dont la corruption a failli condamner les Angels Sanguine. Démasqué et tué par le Chapelain Tanjin, qui lui succéda comme maître des rites. Reontrek a servi comme Chapelain de la 1ère Compagnie (la Compagnie de la Mort) du Chapitre, et a été tué pendant la purge d’Hegelian IX, où les Angels Sanguine avaient été déployés pour lutter contre une invasion Tyranide. Il fut attaqué et assassiné par les frères atteints de la Rage Noire qu’il avait sous sa charge.
  • Baalus Trine (Monde chapitral) : Investi par les Angels Sanguine de manière assez récente, cette planète est affectée par un haut niveau de radiations, proche de celui de Baal. La décision du Chapitre de s’installer sur ce monde tient au fait que les Angels Sanguine considèrent que des aspirants irradiés seront plus à même d’accepter le patrimoine génétique de Sanguinius, prenant comme Baal comme référence. La population de Baalus Trine comporte donc une proportion plus importante que la moyenne de mutants, dont certains vénèrent les puissances chaotiques (Khorne en particulier). On sait seulement que la planète comporte une chaîne montagneuse appelée les Monts Bhabatrix.


The Tower

Révélation

Let the Galaxy Burn/2006/17 pages

 

Intrigue :

La routine habituelle du cipher (à ne pas confondre avec Cypher, sinon vous serez déchu) Lexio, employé comme ses aïeux avant lui au service de l’Historicus de la Tour des Idoles, sur Terra, est interrompue de manière brutale alors qu’il se rendait comme tous les jours à son travail. Il n’est pas rançonné par un gang local ou piétiné par un mouvement de foule, comme cela arrive sans aucun doute très souvent à la surface du Monde Trône, mais le choc est néanmoins total pour notre héros, homme d’habitude et de rituel, lorsqu’il remarque une ombre inhabituelle être projetée sur le marbre de l’allée qu’il emprunte quotidiennement. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour lui ça veut dire beaucoup.

 

Ayant recruté un des nombreux agents d’entretien de cette institution vénérable (mais pas immaculée pour autant, car le traditionnel tour de vis budgétaire a mené au gel des embauches et par conséquent au nettoyage exclusif des zones ouvertes au public de la Tour) pour investiguer sur cette anomalie proprement terrifiante, Lexio finit par se retrouver en possession d’un petit tube de métal contenant un bout de parchemin sur lequel sont gribouillés des signes qu’il n’est pas en mesure de déchiffrer. C’est ce tube qui, posé derrière la tête d’une gargouille située sous une rosace exposée à la lumière du jour, avait causé ce jeu d’ombre perturbateur. Tout peut maintenant rentrer dans l’ordre, même si l’enquête de terrain menée par l’homme de ménage missionné par Lexio s’est soldée par une échelle renversée et un pauvre bougre suspendu à bout de bras à quinze mètres du sol. Ce sont des choses qui arrivent.

 

Arrivé à son poste avec onze minutes de retard, Lexio se fait houspiller comme il se doit par son supérieur hiérarchique, le Prefectus secondus Kayle, et ne peut que lui tendre sa trouvaille matinale pour expliquer cette prise de poste tardive. Guère impressionné par le tube récolté par son sous-fifre, le pragmatique Kayle envoie tout de même ce dernier solliciter l’un des nombreux traducteurs travaillant dans la Tour pour décrypter le message y étant renfermé. C’est ainsi que Lexio se retrouve à grimper 47 étages (à pied, très probablement) jusqu’au bureau de l’adepte Thucydia, grande spécialiste du Vindracum dans lequel la brève a été écrite1.

 

Faisons ici une pause pour nous téléporter jusque dans les ténèbres du Temple Vindicare, où l’Assassin Nyjia a été convoquée par le Grand Maître en personne pour recevoir une mission. Après un parcours du combattant digne de la version hardcore de Ninja Warrior, que cette athlète incomparable accomplit en chantonnant, elle est dûment briefée par cette figure mystérieuse et repart sans tarder afin d’accomplir la volonté de son sensei.

 

Retour à la Tour des Idoles, où Lexio accomplit sa propre mission en demandant humblement à Thucydia de lui traduire le texte qu’il lui apporte, afin qu’il puisse en transmettre la substantifique moelle à Kayle. Ce qu’il ne sait pas, mais nous oui grâce à la magie de l’exposition narrative, c’est que Thucydia enquête de longue date sur le Temple Vindicare, et sa mystérieuse absence des archives impériales (quand on y réfléchit deux minutes, c’est pas surprenant qu’une organisation d’assassins cherche à éviter qu’on parle d’elle, mais bon…). Et le message que lui a délivré Lexio la plonge dans une fébrilité intense, car après examen, il s’agit de la pièce manquante du puzzle permettant de tracer la quadrature du cercle, ou quelque chose comme ça. ENCORE UN P*TAIN DE COUP DE CHANCE DITES MOI. Professionnelle malgré tout, Thucydia livre à Lexio ses conclusions, mais comme ce dernier est formaté pour se souvenir parfaitement des messages qu’on lui dicte sans les comprendre, on n’en saura pas plus pour le moment.

 

Lexio retourne donc jusqu’à son point de départ, et attend au pied du trône de l’Historicus, à qui Kayle est parti faire son rapport matinal, l’occasion de transmettre à son boss la traduction qu’il avait demandé. Cette journée commence de manière bien étrange, mais ce sont des choses qui arrivent (bis)…

 

Révélation

…Ce qui arrive en revanche de manière beaucoup plus rare, c’est que l’Historicus se prenne un tir de sniper en pleine tête, provoquant la consternation compréhensible de son personnel. Comme on s’en doute, c’est Nyjia qui a fait le coup, et les raisons en sont simples (enfin bon, je vous laisse seuls juges) : l’Historicus était sur le point de recevoir des informations compromettantes sur les agissements du Temple Vindicare, et devait être supprimé pour préserver l’anonymat de cette institution. Les informations en question étaient le message traduit par Thucydia, et que Lexio délivre automatiquement à un Kayle éclaboussé de sang et de cervelle quelques secondes plus tard : « Vous devez tuer l’Historicus aujourd’hui. Ils en savent trop » (sic). Si cela vous paraît logique, vous avez bien de la chance…

 

1 : On pourrait faire remarquer que c’est tout de même beaucoup de chance que Kayle ait assez de connaissance dans cette langue morte quasiment oubliée pour diriger Lexio vers la bonne personne pour le job, mais je choisis de croire qu’on ne devient pas Prefectus secundus par hasard.

 

Avis :

Singulière nouvelle que ce ‘The Tower’, qui se démarque du reste du corpus 40K « classique » tant sur le fond que sur la forme. Sur ce second point, on ne peut que constater que C. S. Goto a choisi de prendre à contre-pied la tendance au bolter porn très présente dans les travaux de ses collègues (surtout à l’époque où cette nouvelle a été écrite, c’est-à-dire au milieu des années 2000) en se livrant au récit scrupuleux du fonctionnement d’un service de l’Adeptus Administratum, ce qui est beaucoup moins épique que la Space Marinade de base, on en conviendra. Pour autant, cette prise de liberté stylistique est loin d’être désagréable, et illustre de manière appropriée « l’envers » de l’Imperium de l’Humanité, c’est-à-dire la vie morne des milliards de fonctionnaires totalement aliénés par la bureaucratie d’un empire s’étendant sur un million de planètes et vieux de plus de dix mille ans. Les passages consacrés à Lexio et Thucydia constituent donc à mes yeux les points forts de la nouvelle, compensant leur manque d’action (et encore, on assiste à une remarquable cascade à un moment) par leur caractère inédit, ou presque1.

 

En revanche, les acrobaties de Nyjia ne m’ont que moyennement intéressées, sans doute parce que je m’attendais à ce qu’un Assassin soit capable de faire ce genre de dingueries et que Goto n’est pas le premier (ni le plus inspiré) à avoir intégré des membres de cette discrète et mortelle faction dans ses écrits. Ceci dit, ‘The Tower’ est de ce fait une source importante de fluff sur le Temple Vindicare, ce qui est appréciable, même si les informations relayées par Goto sont à prendre avec des pincettes. Notre homme n’a en effet pas fait long feu au sein de la Black Library et n’a pas quitté cette dernière avec une réputation d’amoureux du background.

 

Sur le fond, j’ai malheureusement moins de choses positives à relayer car le dénouement de la nouvelle m’a laissé profondément perplexe. Je n’arrive en effet pas à faire de lien entre la découverte fortuite par Lexio d’un document compromettant (oublié là par un Vindicare ? mais si c’est le cas, pourquoi ?) et la mission accomplie par Nyjia. Il aurait fallu que Goto se donne plus de mal pour relier ces deux intrigues, qui se percutent sans grâce et sans génie à la fin de son histoire. Il y a une petite chance que ce mystère soit levé ou en partie éclairci dans ses autres textes de GW-Fiction (que je n’ai pas lu), et je lui laisse donc le bénéfice du doute à hauteur de 5%, mais il y avait moyen de livrer une copie plus aboutie de ce point de vue-là.

 

1 : On peut penser à ‘A Good Man’ de Sandy Mitchell, qui place aussi sa caméra au niveau d’un clerc de l’Administratum. Et bien des années plus tard, Warhammer Crime viendra donner vie au grimBAU (Business As Usual) de 40K.

 

Fluff :

  • Officio Assassinarum (Vindicare) : Le Temple Vindicare sur Terra est un bâtiment cyclopéen et labyrinthique, plongé dans les ténèbres en raison de ses murs de vividium (type de roche absorbant la lumière) et de son absence de fenêtres, parsemé de pièges mortels et de fosses profondes. Le Temple est gardé par des Assassins vétérans, rendus presque invisibles par leur tenue photosensible et maniant des lames exotiques (rq : bizarre pour des Vindicare, spécialisés dans le tir de précision). Le Temple forme ses recrues en rassemblant des classes de vingt orphelins issus des Schola Progeniae impériales (une ou deux par an), et en les instruisant aux arts et techniques Vindicare pendant douze années. La sélection est si forte que seul un élève par classe devient Assassin, la dernière épreuve étant un duel à mort entre les deux derniers survivants de chaque promotion. Les Assassins Vindicare utilisent des combinaisons synthétiques (synskin) photosensibles, renforçant leur musculature et protégeant leurs organes sensibles. Ces combinaisons sont appliquées en spray à même la peau (comme s’ils prenaient une douche).
  • Tour des Idoles : Centre d’archive et de recherche historiographique de Terra, placé sous l’autorité de l’Historicus.

     

  • Vindracum : Une déclinaison archaïque du Gothique impérial.

     

 

 

C. Z. Dunn (2)

Révélation

 

Christian Dunn a eu plusieurs fonctions au sein de la Black Library, où il a successivement tenu la plume (comme auteur) et le marqueur (comme éditeur), avec un faible prononcé pour les histoires de Space Marines, et en particulier les Dark Angels. Il a écrit les romans ‘Pandorax’ et ‘The Eye of Ezekiel’, les novellas ‘Crimson Dawn’ et ‘Dark Vengeance’, les audio dramas ‘Trials of Azrael’, ‘Ascension of Balthasar’, ‘Deathwatch: The Last Guardian’, ‘Terror Nihil’, ‘The Rage of Asmodai’, et une demi-douzaine de nouvelles.

 

Signal to Noise

Révélation

Black Library Weekender Anthology II/2012/14 pages

 

Intrigue :

signal-to-noise.png?w=400&h=614Lorsque la flottille Space Marines à laquelle elle est rattachée se fait embusquer par des pillards Eldars Noirs à proximité d’un monde mort, la Sœur Dialogus Agentha de l’Ordre du Code Déchiffré se trouve confrontée à une énigme des plus intrigantes. Alors que le Croiseur d’Attaque Inevitable Retribution est parti se camoufler dans les anneaux de la planète le temps de faire quelques réparations, échappant ainsi pour un temps aux mortels mais fragiles vaisseaux drukharis, un signal radio est capté par les instruments du bord. Après analyse, il semble qu’il s’agit d’une communication émise dans une forme de Haut Gothique encore plus archaïque que d’habitude, et que l’érudite Agentha date aux alentours du 31ème millénaire, soit au moment de la Grande Croisade. Piégé par les conditions particulières de cette planète inconnue, le message a ricoché entre la surface et l’atmosphère pendant dix mille ans, et n’ayant rien de plus pressé à faire, notre brave sœurette décide d’investiguer ce mystère plus avant.

 

Elle doit cependant composer avec un concurrent de taille (dans tous les sens du terme) : le Chapelain Gerataus des Black Templars, grand adepte du mansplaining et plus qu’un petit peu misogyne, qui ne se fait pas prier pour lui piquer les meilleurs bouquins et cartes dans la bibliothèque de l’Inevitable Retribution. Mais comme le Croiseur d’Attaque appartient aux Black Templars, face de crâne est dans son bon droit. Au bout de quelques heures, les deux rivaux sont convoqués sur le pont par le Castellan Kaleb, curieux d’entendre les résultats de leurs recherches avant de repartir combattre les Xenos en orbite haute. Les deux chercheurs sont formels sur un point : la planète en question se trouve être Remonora Majoris, berceau d’une civilisation humaine avancée recontactée après la Longue Nuit par les flottes d’expédition de la Grande Croisade. Ayant refusé de rejoindre Pépéland malgré le plaidoyer sincère des itérateurs impériaux, dont les échos ont été captés par les appareils de l’Inevitable Retribution, cette enclave isolationniste et aux mœurs un peu trop dépravées pour les goûts terrans fut méticuleusement bombardée par ses lointains cousins, et sa flotte détruite en orbite, créant les anneaux dans lesquels le Croiseur s’est réfugié. En revanche, un point tout à fait majeur oppose Agentha à Gerataus…

 

Révélation

…Pour le Chapelain, il ne fait aucun doute que la destinée de Remonora Majoris a été décidée par l’Empereur en personne, qui a lui-même ordonné la destruction de la planète. La Sœur Dialogus, qui a beaucoup plus de connaissances que le Black Templar en historiographie impériale du fait de sa spécialisation, est en revanche catégorique sur le fait que cette version de l’histoire a été réécrite pendant la Purge qui a suivi la fin de l’Hérésie. Ce n’est pas l’Empereur qui était présent en orbite de Remonora Majoris au moment des faits, mais bel et bien Son fils favori : Horus Lupercal. Si le résultat a été au final le même pour cette malheureuse planète, Gerataus n’apprécie pas du tout cette hypothèse, car il se faisait déjà une joie d’entendre l’authentique voix de baryton basse de Pépé 1er implorer les habitants de la planète de ne pas faire les c*ns et de participer à son Go Fund Me, ou quelque chose comme ça. Ce n’est pas tous les jours que l’on a la chance d’entendre son dieu à la radio tout de même.

 

Avant que le suspens ne soit levé, et sans doute pour éviter un incident regrettable entre l’armoire à glace soupe au lait et la bibliothécaire maigrichonne mais sûre de son fait, Kaleb décide d’aller fritter du Drukhari pour détendre un peu l’atmosphère. Si les Space Marines remportent la revanche, les combats sont si intenses que la pauvre Agentha se cogne violemment le crâne sur une console avant que l’extrait fatidique ne soit diffusé. À son réveil, elle peut toutefois constater que la radio du bord a été explosée à grands coups de crozius, et Kaleb lui conseille amicalement de ne pas croiser la route de Gerataus d’ici à la fin de son séjour sur l’Inevitable Retribution, ce qui indique clairement laquelle des deux hypothèses était la bonne. Video Black Templars killed the radio stars…

 

Avis :

Dunn choisit de brouiller les cartes et les époques et nous livre une nouvelle à mi-chemin entre l’Hérésie d’Horus et le 41ème millénaire avec ce ‘Signal to Noise’. Si la partie « contemporaine » de cette histoire (la bataille spatiale avec les Eldars Noirs) n’a pas grand intérêt, et aurait pu à mon sens être supprimée purement et simplement, celle traitant du lointain passé et de la Grande Croisade s’avère plus intéressante… de prime abord. J’avoue que je m’attendais à une petite révélation fluffique lorsque l’identification du special guest du podcast « Remonorains majeurs, je vous ai compris » a été faite, mais Dunn n’avait visiblement rien en stock à ce niveau, et se contente d’un Chapelain rageux (pléonasme) et d’une héroïne instable sur ses jambes et de constitution fragile pour conclure son récit sans rien nous apporter de nouveau de ce point de vue là. C’est assez dommage et ça retire à ‘Signal to Noise’ la plupart de son intérêt (il reste un fond de fluff, tout de même), mais comme Sœur Agentha peut en témoigner, le métier d’archiviste est fait de nombreuses désillusions.

 

Fluff :

  • Space Marines (Vaisseaux Nommés) : Le Croiseur d’Attaque Inevitable Retribution des Black Templars, le vaisseau (non identifié) Guillotine des Executioners, détruit en orbite de la planète Remonora Majoris par les Eldars.
  • Order Dialogus : Les membres de l’Ordre du Code Déchiffré (Order of the Fractured Cipher) croient que les êtres humains ont été créé à l’image de l’Empereur, et refusent donc de modifier ou d’améliorer leur corps, à l’inverse des croyances de l’Adeptus Mechanicus. Pour les plus traditionalistes d’entre eux, même le port de lunettes est vu comme une infraction au credo. Une de ses responsabilités est de traduire et d’analyser les documents impériaux prédatant de l’Hérésie d’Horus, afin que l’Inquisition puisse décider s’ils peuvent être conservés en l’état, « corrigés » pour se plier au dogme impérial, ou tout simplement détruits.

     

  • Grande Croisade : La planète Remonora Majoris, située dans l’est galactique, fut redécouverte par les forces d’expédition impériales pendant la Grande Croisade. Abritant une civilisation avancée ayant survécu à la Longue Nuit, mais étant entrée en décadence dans l’intervalle, Remonora Majoris refusa de rejoindre l’Imperium malgré les exhortations des itérateurs et l’ultimatum adressé par Horus en personne à ses habitants. En conséquence, la flotte d’expédition bombarda la planète et détruisit sa flotte en orbite, transformant Remonora Majoris en monde mort et créant des anneaux de poussière et de débris autour de ce dernier. À la suite de l’Hérésie, une purge massive des archives impériales fut décidée, et les mentions à Horus et aux Primarques hérétiques furent systématiquement supprimées et remplacées par des passages apocryphes attribuant leurs hauts faits à l’Empereur et aux Primarques loyalistes.

     

 

Ship of the Damned

Révélation

Flame & Damnation/2016/14 pages

 

Intrigue :

ship-of-the-damned.pngSœur Dialogus désargentée, Agentha s’est résolue à prendre l’équivalent du FlixBus impérial pour regagner le couvent de son Ordre, et traverse la galaxie à bord du Herald of Piety, un vaisseau de pèlerinage faisant l’omnibus entre le sous segment Draconis et la sainte Terra. Bien que le billet soit gratuit et que tous les passagers et membres d’équipage lui vouent une admiration sans borne, le temps est long pour la Sista, qui s’occupe en dispensant des cours d’alphabétisation et de catéchisme aux masses dévotes qui encombrent le Herald. C’est au cours d’un de ses cours du soir (après tout, dans l’espace il n’y a pas d’horaire qui tienne) qu’elle reçoit la visite inattendue d’un trio de miliciens, envoyés par le capitaine Keifmann la quérir de toute urgence. L’antique radio du vaisseau a en effet capté un message intrigant, que notre Dialogus sera peut-être en mesure de déchiffrer pour le compte de ses bienfaiteurs.

 

Après écoute attentive, il faut bien à Agentha se rendre compte qu’elle n’a pas la moindre idée de ce que le type qui baragouine sur la fréquence captée par le Herald raconte. Il faut dire qu’un de ses collègues semble avoir trouvé très malin de faire carillonner sa cloche à proximité, ce qui n’aide pas notre héroïne à capter le message dans de bonnes conditions. Bien qu’elle considère en son for intérieur qu’aller investiguer la cause de ce raffut est au mieux une perte de temps, au pire un risque de faire une mauvaise rencontre, Agentha ne peut que se ranger à la décision de ce Bisounours de Keifmann, qui se sent obligé d’aller porter secours à tous les possibles naufragés passant à proximité de sa coquille de noix. Quel chic type alors. De son côté, Agentha profite des quelques heures nécessaires au Herald pour rejoindre la source du signal pour tenter de déchiffrer le message relayé sur les ondes grâce au contenu de sa bibliothèque personnelle. Le plus beau est qu’elle y arrive, mais un chouilla trop tard pour empêcher qu’une catastrophe ne se produise : un ancien traité consacré aux dialectes du sous-secteur indique en effet clairement que la sonnerie de la cloche est le moyen utilisé pour signaler la présence de Zombies de la Peste à bord… Oups.

 

Bien évidemment, et malgré avoir tapé son meilleur sprint semi-marathon pour rejoindre la salle de commandement du Herald, Agentha ne parvient pas à avertir l’équipage de ce dernier avant que la jonction n’ait été faite avec l’autre vaisseau, et que les Zombies qui y erraient tranquillement ne se soient déversé dans les coursives. Jugeant qu’il est de son devoir de sauver la femme (elle) et les enfants d’abord, Soeur Parlotte va s’enfermer avec ses jeunes élèves dans le refuge incertain de la chapelle du Herald. Après tout, si le Fléau de l’Incroyance se propage aux mécréants, comme l’Ecclésiarchie le raconte, alors cet environnement sanctifié devrait protéger ceux qui s’y trouvent, pas vrai ?

 

La réponse à cette question est « certes que sans doute », mais elle ne sera pas traitée dans ces pages. La faute à la disparition de l’un des protégés d’Agentha (Dolgan), qui s’inquiétait pour sa petite maman et a décidé de fausser compagnie à ses camarades de classe pour se rendre dans les quartiers où sa communauté s’était installée. Utilisant à son tour le système de ventilation du Herald pour éviter de faire de mauvaises rencontres, Agentha parvient à rattraper le chenapan au moment où il découvre que sa mère a fait une crise de foi fatale. Bien que la Sista parvienne à offrir la paix de Pépé à la jeune zombifiée avant qu’elle n’ait pu faire des papouilles à son fils, le bruit de la déflagration de sa pétoire attire l’attention des nombreux Zombies qui zonaient dans le coin. Manque de pot pour Agentha et Dolgan, la salle dans laquelle il se trouve ne compte qu’une seule issue, et le flingue que notre héroïne brandit n’a plus qu’une balle dans son chargeur. Pas besoin d’être un Techno Prêtre pour conclure que les probabilités de s’en sortir ne sont pas très élevées…

 

Révélation

…Heureusement, Agentha avait sur elle une pierre confisquée un peu plus tôt à Dolgan après une dispute en classe, et que le minot soutenait mordicus être un cadeau remis par un Spess Meuhreen. Le gamin n’avait pas tort dans le fond : c’est une balise de téléportation miniature utilisée par un Chapitre bien particulier, la Légion des Damnés. Au grand ébahissement d’Agentha, la pièce se remplit donc d’Astartes taciturnes, qui entreprennent de nettoyer le Herald en cinq minutes, montre en main. Bien que leur arrivée ait été trop tardive pour sauver les deux tiers des passagers du vaisseau, les Légionnaires permettent à ce dernier de reprendre sa route débarrassé de son problème d’infestation, et ça, c’est plutôt sympa. Quant à Agentha, elle décide sagement de débarquer sur la première aire d’autoroute venue et d’économiser assez pour se payer un retour au couvent par un moyen de transport un peu moins dangereux que le vaisseau de pèlerin. Qui peut l’en blâmer ?

 

Avis :

Je suis partagé au sujet de ce ‘Ship of the Damned’ : d’un côté, Dunn réussit à nous dépeindre de manière réaliste et captivante le quotidien d’un vaisseau de pèlerinage, décor assez rarement utilisé dans les histoires de la GW-Fiction (à ma connaissance tout du moins). Ces prémisses intéressantes se heurtent toutefois assez vite à la banalité de l’intrigue, et au manque d’ambition du dénouement, qui est un littéral Astartes ex Machina. Certes, on peut arguer que c’est comme cela que la Légion des Damnés « fonctionne » dans le fluff, mais Dunn aurait pu se donner un peu plus de mal pour intégrer les Skeletors énergétiques à son propos (il s’est plus donné pour le décodage du message capté par le Herald of Virtue, c’est dire). À lire pour s’ambiancer un peu, comme disent les jeunes, mais finalement assez décevant.

 

Fluff :

  • Mutations : Au bout de trois ou quatre générations, la sclérotique (le blanc des yeux) des êtres humains void-born (nés sur un vaisseau spatial et non sur une planète) change de couleur et devient d’un noir d’encre.
  • Voyage spatial (Imperium) : Les vaisseaux de pèlerinage utilisés pour transporter des civils ne sont pas capables de sauts Warp, et voyagent donc de manière conventionnelle (et très lente) à travers l’Imperium. Il est courant que leur équipage soit constitué de descendants d’une même famille, héritant des fonctions de leurs parents de génération en génération.

 

 

Callum Davis (2)

Révélation

 

Callum Davis a repris la noble et utile fonction de Maître du Savoir de Games Workshop (un titre créé et originellement détenu par nul autre que le vénérable Gav Thorpe), ce qui l'ammène à collaborer à un grand nombre de publications fluffy. Il a commencé à écrire pour la Black Library en 2022 avec deux histoires de Space Marines : 'Bless the Curse' et 'Iron Watch'.

 

Bless the Curse merci @gilian !

Révélation

The Successors/2022/14 pages

 

Intrigue :

Prétendument nés de la mythique 21ème Fondation maudite, les Black Dragons sont uniques. Une mutation dans leur patrimoine génétique leur a conféré une grande force, mais également des crêtes osseuses sur la tête et des éperons dépassant de leurs bras, ce qui a conduit beaucoup à douter de leur pureté. Malgré cette méfiance, c'est à la défense de l'Imperium que ces Space Marines déploient leurs dons, à feu et à os.

 

La flotte porte flambeaux transportant les recrues Primaris devant rejoindre le Chapitre des Black Dragon avait enfin réussi à parvenir à destination. Mais cette mission de renfort était un peu spéciale. Les Black Dragon font partie des Chapitre maudits de la 21ème Fondation et sont dans le viseur de l’Inquisition depuis des centaines d’années.

 

L’Inquisiteur Diokoes Unj de l’Ordo Astartes veut utiliser les recrues Primaris pour espionner les Black Dragons et avoir assez de preuves pour excommunier le Chapitre, et pour cela il confie au Primaris Ekorash un émetteur qu’il doit utiliser une fois les preuves réunies.

 

La premiere impression laissée par les Black Dragons est relativement mauvaise. Ils ont des proéminences osseuses (cornes et autres griffes) et ça ne les gène pas, ils voient même ça comme un honneur. Ekorash est obligé de luter contre ses instincts pour ne serait-ce que supporter leur présence, mais il a une mission, gagner leur confiance alors il prend sur lui…

 

Mais petit à petit, alors qu’il combat avec les Black Dragons, il commence à se poser des questions. Malgré leurs mutations physiques, les Black Dragons se battent courageusement et protègent l’Imperium et les humains contre les démons.

 

Ekorash finit par se rendre compte que les Black Dragons sont des fidèles serviteurs de l’Imperium en affrontant des World Eaters. Il voit la vraie corruption et comprend que les Black Dragons sont juste victimes d’une malédiction mais qu’ils n’ont pas sombré dans le Chaos. D’ailleurs lui aussi, même en étant un Primaris, commence à sentir pousser des excroissances osseuses.

 

Avis :

Callum Davis nous livre une nouvelle intéressante, avec un point de vue encore pas abordé, la fidélité des Primaris et leur réaction face à la possible hérésie de leur Chapitre. Au final le Primaris choisit ses frères plutôt que l’Inquisition.

 

Fluff :

  • Primaris : Cawl qui a nettoyé les patrimoines génétiques n’a pas l’air de considérer les mutations physiques comme des dérives. Après tout, les dents qui poussent chez les Space Wolves sont acceptables donc pourquoi pas des cornes et des griffes.
  • Black Dragons :
    • Un de leurs vaisseaux se nomme Sablewyrm.
    • Les scouts (Wyrmlings) pour devenir des Blacks Dragons doivent subir trois rites : le Rite des Os ; le Rite du Feu ; le Rite des Griffes.
    • Ils sont conscients d’être maudits et une de leurs phrases de combat est : Bénissez la malédiction.

 

Iron Watch merci @gilian !

Révélation

The Successors/2022/18 pages

 

Intrigue:

Ces fils de Ferrus Manus sont prêts à souffrir pour honorer leurs serments. Les Seigneurs de Fer sont les gardiens des Grendl Stars, les geôliers de leurs perfides habitants Xenos. Sous leur surveillance sévère, ils ont empêché la fuite des Barghesi et évité un désastre potentiel en tenant la flotte ruche Kraken à distance, même lorsque la formation de la Grande Faille les a laissés isolés et sans aide.

 

La mission de récupération du spécimen Barghesi avait été un succès mais la plupart des Space Marines engagés dans la mission étaient morts ou blessés. Le vaisseau était sur le chemin du retour et naviguait à vive allure dans le Warp.

 

L'Archiviste Aelerond qui dirigeait maintenant l’expédition (il est le plus haut gradé des survivants) essaie de convaincre l’Apothicaire Emphidio que malgré l’énormité des pertes la mission valait le prix qu’elle avait coûté.

 

C’est à ce moment là que le vaisseau est brutalement ramené dans l’espace réel, les Tyranides ont senti la présence du Barghesi (ou plutôt d’un patrimoine génétique inconnu) et un vaisseau de patrouille est en train de donner l’assaut à la barge Space Marine.

 

Aelerond et Emphidio ne sont pas d’accord sur les priorités, le psyker veut protéger le Barghesi pour empêcher les Tyranides de le récupérer et l’Apothicaire veut protéger le patrimoine génétique du Chapitre en fortifiant l’Apothicarium. Les Tyranides attaquant de tous cotés, les deux Space Marines se séparent et vont défendre leur objectif chacun de leur coté.

 

Malheureusement Aelerond avait raison et le gros des forces Tyranides se précipite vers le Barghesi, et sans le renfort de l’Apothicaire et des Spaces Marines avec lui, Aelerond finit par mourir. Mais Emphidio ayant réalisé son erreur arrive juste à temps pour empêcher les Tyranides de manger le Barghesi. Les Tyranides finissent par être repoussés et la mission menée à bien.

 

Emphidio s’en veut d’avoir laissé mourir Aelerond pour rien…. L’Apothicarium a été totalement dévasté pendant les combats.

 

Avis:

Callum Davis nous fait une bonne blague avec sa nouvelle sur le Chapitre des Iron Lords. En effet, il n’y a pas de Primaris et au final ce n’est pas plus mal. Davis a choisi de nous montrer un Chapitre au bord de l’extinction, qui se bat depuis trop longtemps sans renfort et qui risque de disparaitre… On sent que la situation est désespérée et que seule l’arrivée des Primaris peut les sauver.

 

Fluff:

  • Iron Lords : Un des Chapitres formés lors de la deuxième Fondation à partir de la Légion des Iron Hands. Ils ont été affectés au monde de Sternac dans la région des étoiles de Grendl. Leur principale mission était de contenir les Barghesi, une race extraterrestre très violente. Mais depuis l’arrivée de la flotte ruche Kraken, les données ont changé et il devient vital d’exterminer les Barghesi pour empêcher la flotte Kraken de récupérer leur patrimoine génétique.

 

 

Cameron Johnston (1)

Révélation

 

Cameron Johnston a publié les romans de fantasy ‘The Traitor God’ and ‘God of Broken Things’ avant de commencer sa collaboration avec la Black Library. ‘Faith in Iron’ est la première nouvelle qu’il a signé pour la GW-Fiction (2020).

 

Faith in Iron

Révélation

Only War/2022/23 pages

 

Intrigue :

Faith inLe système d’Albarnan est à feu et à sang depuis que la Death Guard a montré un fort intérêt pour l’acquisition des planètes fertiles de ce petit bout d’Imperium. Très engagé contre la conversion des terres (#Biodiversité), Pépé a envoyé l’Adeptus Mechanicus et les Iron Hands contenir la menace purulente, mais cet appariement s’est révélé malheureux lorsque les Prouteux ont dégainé leur arme secrète, à savoir un malware particulièrement virulent et à même de corroder et/ou corrompre toute la tech’ que les nerds impériaux ont à leur disposition. Appelée Morbus Metallum, cette affliction a atteint le monde agricole de Dundas II, et mis HS la majorité des adeptes de l’Omnimessie qui y étaient stationnés. Fort heureusement, la Magos Biologis Viridan Shale a réussi à mettre au point un antidote, mais se trouve isolée dans la capitale planétaire (une cité ruche tout ce qu’il y a de plus classique, car oui, on peut apparemment en trouver sur des agri-mondes…), et à la merci des hordes de cultistes dérangés qui y ont élu domicile. Il est impératif pour l’effort de guerre impérial qu’elle soit ramenée en lieu sûr, et après un bref appel au numéro vert mis en place par l’Administratum depuis le laboratoire blindé où elle s'est réfugiée, elle a la satisfaction d’apprendre qu’un technicien lui a été dépêché1. Son nom : Rathkugan des Iron Hands.

 

Dans la capitale de Dundas II, les combats font rage pour empêcher ces grands malades de Nurglites de prendre la clé des champs, ce qui est pourtant leur souhait le plus sincère. Nous faisons la connaissance du Capitaine Lennox Winters de la Garde Impériale et de ses braves soldats, bien occupés à tenir la ligne dans l’attente illusoire de renforts. C’est toutefois leur jour de chance, car le drop pod contenant Rathkugan (et son Serviteur de combat) s’écrase à proximité de leur position, scellant le sort des malheureux cultistes présents dans ce périmètre. Rath’, qui aime visiblement avoir de la compagnie, ordonne aux mortels de l’assister dans sa mission, et après avoir compris qu’un non n’était pas une réponse acceptée par le colosse en céramite, Winters accepte de seconder l’Iron Father. Un job assez ingrat il faut le souligner, car l’Iron Hand ne semble avoir besoin des Gardes que comme instruments de diversion, et n’hésite pas à une seconde à tirer avec son bolter lourd d’épaule dans les mêlées, sans faire de cas de la pitoyable sauvegarde d’armure de ses petits camarades. Pour sa défense, Rathkugan est engagé dans un contre la montre aussi douloureux que débilitant, ses propres bioniques se faisant attaquer par le Morbus Metallum à vitesse grand V. Il s’agit de ne pas niaiser en route, comme on dit à Chicoutimi.

 

Quelques heures, mauvaises rencontres2, et pertes de bidasses plus tard, la fine équipe parvient jusqu’au laboratoire et fait sa liaison avec Viridan Shale, qui a la particularité d’être une bombasse. Rathkugan insiste pour repartir immédiatement en direction du point d’extraction malgré le fait qu’il soit déjà aux trois quarts rouillé et que son disque dur soit plus vérolé qu’un Portepeste. Un tel stoïcisme est normal de la part d’un descendant de Ferrus Manus, me direz-vous, sauf que l’Iron Father finit par s’effondrer comme une chochotte, forçant Winters et Shale à lui prodiguer les premiers soins le temps qu’il se remette de ses émotions. Grâce à l’antidote qu’elle peut synthétiser dans son sang, la Magos Biologis purge le système du Space Marine, et le Serviteur de ce dernier donne héroïquement ses composants à son patron pour lui permettre de redevenir opérationnel. Les précieuses minutes perdues à s’occuper de ce gros bébé permettent aux cultistes d’embusquer les loyalistes, ce qui se solde par de nouvelles morts de personnages secondaires. Au bout du compte, Rathkugan parvient tout de même à repartir de Dundas II avec Shale, qui pourra faire bénéficier de son Avast personnel aux Iron Hands frappés par le Morbus Metallum. Quant à Winters et ses derniers soldats, ils restent sur le théâtre d’opérations et reprennent leurs activités habituelles. Il serait cependant fort possible que le sympathique Capitaine reçoive bientôt un bras bionique tout neuf pour remplacer sa vieille prothèse actuelle, et que son régiment soit invité à participer à la reconquête du monde forge d’où vient Viridan Shale. C’est ça d’avoir des relations parmi les grands de ce monde cet Imperium…

 

1 : Si on peut admettre que les Space Marines sont suffisamment rares et puissants pour qu’un seul d’entre eux soit affecté à une mission suicide avec des chances de la mener à bien, je suis en revanche moins magnanime lorsque l’auteur fait comprendre que l’Ange de la Mort en question est expédié via croiseur d’attaque. Ça fait beaucoup de ressources mobilisées pour un seul pignouf, fut-il énergétique. 

 

2 : Dont un Death Guard, mais comme il ne joue absolument aucun rôle dans l’histoire à part se faire bolosser par Rathkugan au close, et finit aplati par une frappe d’artillerie dans l’anonymat le plus complet à la fin de la nouvelle, on ne s’étendra pas sur son cas.

 

Avis :

Même si les Iron Hands ont une identité très forte, qui les différencie de la majorité des Chapitres Space Marines, et les rend techniquement plus faciles à mettre en scène par les auteurs de la Black Library que d’autres Astartes moins typés, tout le monde n’est pas capable de rendre justice à leur inflexibilité post-humaine. Le newbie Cameron Johnston le démontre ici, avec une histoire oscillant entre le polt born peu inspiré et la série B d’action piteusement mise à la sauce 40K (le background n’étant visiblement pas le point fort de notre homme). Même si elle est bien plus vieille, la nouvelle ‘Flesh’ de Chris Wraight, qui reprend à peu près les mêmes intrigue et conclusion, est supérieure en presque1 tous points à ce ‘Faith in Iron’ : si vous êtes aussi rationnel dans votre approche de vos loisirs (tant en temps qu’en argent) que les Iron Hands, vous ferez donc l’impasse sur la seconde pour vous concentrer sur la première.

 

1 : Je dois tout de même reconnaître que Cameron Johnston gère les munitions de manière plus réaliste que Chris Wraight.

 

Fluff :

  • Morbus Metallum : Affliction créée par la Death Guard, corrompant rapidement les composants électroniques.
  • Iron Hands (Vaisseau Nommé) : Le croiseur d’attaque Crimson Hammer.

 

 

Carrie Harris (1)

Révélation

 

Carrie Harris a signé plus de 25 romans, dont plusieurs appartenant à l’univers de Marvel et au jeu Crisis Protocol. Sa première nouvelle pour la Black Library, datant de 2023, est ‘A Forbidden Meal’.

 

A Forbidden Meal

Révélation

Warhammer 40.000 EShort Week 2023/2023/19 pages

 

Intrigue :

A Forbidden MealEn transition entre Arkunasha et Fort Pykman, la bande de mercenaires Kroots co-menée par les frères ennemis Skeith et Crewk (le premier soupçonnant le second d’être responsable de la mort de l’ancien leader de la bande, Akh) fait étape sur la colonie impériale de K’bakt et propose ses services au Gouverneur local, Belv, en échange d’une cambuse remplie et d’une révision gratuite de leur tacot spatial (le Pinacle). Malgré l’accueil peu agréable qu’ils reçoivent de la part des « peaux molles », qui ne voient en eux que des dindons cannibales, les Kroots acceptent d’enquêter sur une série d’attaques ayant fait de nombreuses victimes parmi la population de mineurs, et attribuées à un prédateur natif des jungles de K’bakt, le sicklefang1, sorte de gros chat grincheux aux canines disproportionnées.

 

Après avoir inspecté le dernier site où une attaque s’est produit et fait quelques prélèvements de matériel génétique pour juger du potentiel de ses futures victimes (contrairement aux humains, les Kroots n’ont pas de désir particulier de se transformer en furries), Skeith déploie ses traqueurs à la surface de K’bakt et les met au défi de ramener le plus gros matou possible afin d’organiser un petit buffet dégustation entre pigeons homicidaires. Jugeant qu’il est dans son intérêt de sortir vainqueur de cette épreuve pour maintenir son statut de meneur, et dégrader la popularité de son rival dans la bande, notre héros convainc la jeune et impulsive Re’at de collaborer avec lui afin de débusquer une meute de sicklefangs, plutôt que de se contenter de dégommer un seul individu, comme le reste de la troupe. Les deux chasseurs s’enfoncent donc dans la jungle à la recherche des grumpiest cats, une tâche compliquée par le fait qu’il est impossible de faire « psspssspsss » quand on a un bec.

 

La chance est toutefois de leur côté, et ils finissent par identifier un terrier (ce sont des chats croisés avec des blaireaux, sans doute) de sicklefangs, dans lequel ils pénètrent sans tarder. Très territoriaux, les félins ne sont pas longs à se ruer sur les intrus afin de défendre leur bac à litière, mais leurs assauts désorganisés ne font pas le poids face à l’entraînement et l’expérience des Kroots2. Après avoir exterminés les gros minets, les Xenos réalisent, snacking de Garfield à l’appui, que ces derniers étaient en fait en train de fuir une menace ayant pris possession des niveaux inférieurs de leur antre, et, curieux de percer ce mystère à jour, ils décident de constater par eux-mêmes de quoi il en retourne…

 

Révélation

…Et le fin mot de l’histoire ne leur fait pas plaisir du tout. Skeith et Re’at tombent en effet sur un couple de Genestealers, très occupés à infecter les derniers sicklefangs du terrier. On ne saura pas pourquoi les Génovores se sont piqués d’intérêt pour les sacs à puces de K’bakt (Skeith suppute qu’ils en ont eu marre de se faire voler leurs proies humaines par les sicklefangs, et ont donc décidé de remonter d’un niveau dans la chaîne alimentaire), mais c’est une question bien accessoire pour nos héros, qui décident bravement de se carapater de la planète le plus rapidement possible plutôt que d’aider les autorités à lutter contre ce fléau. On les comprend. Cette cruche de Skeith rate toutefois son jet de discrétion au moment de repartir vers la surface, déclenchant une course poursuite mortelle inter-Xenos, dont les Kroots sortent vainqueurs en faisant s’effondrer les galeries du terrier sur la tête de leurs poursuivants. Ayant réussi à récupérer une tête de Genestealer à moitié enfoui sous les décombres pour prouver leurs dires, les deux chasseurs rentrent au bercail, font leur rapport à Belv, et se préparent à mettre les voiles, le ventre vide.

 

Cette fringale dévorante aura toutefois une conséquence positive pour Skeith, car il surprend son rival en train de becqueter le trophée qu’il a ramené au Pinacle, malgré l’anathème qui frappe la viande de Tyranides (c’est haram, tous les Kroots le savent). C’est la fringale de trop pour Crewk, qui se fait promptement garroter par son camarade, avant que les effets dopants du pâté de tête de Genestealers ne puissent se manifester pleinement. Voici Skeith propulsé seul chef de sa petite bande par cette tragédie culinaire, et prêt à la mener à travers les étoiles à la recherche des gueuletons les plus mémorables et profitables qui soient.

 

1 : Qui fomentent avec le requin hammerhead une révolution pour déposer Pépé et le remplacer par une dictature communiste. Des bêtes détestables, donc.  

 

2 : Et le programme de musculation spécialement mis en place par Skeith afin de gonfler ses jambes de coq.

 

Avis :

On sent que Carrie Harris est une auteur expérimentée à la lecture de ce ‘A Forbidden Meal’, nouvelle solidement bâtie autour d’une intrigue simple mais tout à fait convenable, et servie par des personnages suffisamment esquissés pour permettre un brin d’empathie de la part du lecteur. Point très appréciable, Harris se donne la peine de mettre en avant la culture particulière, et jusqu’ici très peu couverte (à ma connaissance) dans la GW Fiction, des Kroots dans cette histoire, et révèle au passage qu’elle est très à l’aise avec le lore de cette nouvelle (pour elle) franchise. Tous les auteurs débutants recrutés par la Black Library ne peuvent pas en dire autant.

 

Le seul « défaut » que je reprocherai à ‘A Forbidden Meal’ est sa conclusion très rapide, pour ne pas dire bâclée, durant laquelle le personnage que je voyais parti pour être l’antagoniste récurrent d’une probable série (cette nouvelle ressemble fortement à un épisode pilote, si vous voulez mon avis) se fait régler son compte en deux temps trois mouvements par Super Poulet, après avoir pris une décision suicidaire que rien ne justifiait… à part la nécessité de terminer un arc narratif de manière définitive. Un peu dommage, mais si ça peut permettre à Carrie Harris et à sa bande de palmipèdes de choc de revenir claquer du bec dans un futur proche, je pense qu’on en sort tous gagnants.

 

Fluff :

  • Kroots (Culture) : Les Kroots vénèrent la déesse Vawk. Ils utilisent des skwabs, une espèce de scarabée capable de synthétiser du matériel génétique, et également utilisés par les Kroots comme détecteur de poison. Le terme aut’vakka signifie « humain ».

 

 

Cassandra Khaw (1)logo-whr.png

Révélation

 

Néophyte au sein de la Black Library, Cassandra Khaw a déjà exploré les tréfonds mal famés de la littérature d’angoisse, notamment à travers les séries Persons Non Grata, et God & Monsters.

 

 Nepenthe // Le Népenthès logo-whr.png merci @Red Qafe !

Révélation

Maledictions/2019/21 pages

 

Intrigue :

Red Qafe :

Des membres du Clergé de Mars poursuivent un vaisseau humain perdu dans le Warp depuis longtemps avant la naissance de l'Impérium. Un vaisseau de plaisance, doté de technologies oubliées dont une permettant la reconfiguration de sa propre structure, créant des plateformes d'atterrissage pour vaisseau par exemple.


Mais lorsque l'équipe débarque sur le Népenthès, elle se retrouve vite face à des Génovores de la souche Ymgarl (ceux avec les tentacules qui pendent sous la bouche, censée avoir été détruite).


Parmi l'équipe, deux frères qui ont découvert des informations supplémentaires concernant le Népenthès. Ils suivent une sorte d'appel et trouvent un corps féminin rattaché aux systèmes du vaisseau. L'appel, une voix féminine, leur explique alors être ce qu'ils appellent un psyker, qu'elle est DEVENUE le vaisseau, et qu'elle protège les Génovores.


Les deux frères parviennent à se faire accepter par la psyker, ils veulent juste rester avec elle. Le reste de l'équipe a été anéantie. Ils appellent alors le vaisseau du Mechanicus, où attend encore le magos qui dirigé la mission, lui disent que les Génovores ont été détruits, et l'enjoignent à venir voir ce qu'ils ont trouvé...

 

Schattra :

Le sommeil de Cornelius et Marcus, deux frères au service du Mechanicus et du Magos Explorator Veles Corvinus, a été troublé au cours des dernières semaines par les échos d’un chant qu’ils semblent être les seuls à entendre. Usant de la connexion 40G et de l’accès à Mechapedia dont ils disposent en tant que loyaux servants de l’Omnimessie, les frangins ont cependant réussi à localiser l’origine de leur émoi, qui se trouve être un Space Hulk répondant au nom de Nepenthe1, et dont la course l’amène hors du Warp pour une courte période de temps une fois tous les millénaires. Déterminés à percer à jour les secrets de ce mystérieux vaisseau, et celui de l’énigmatique cantatrice (sans doute chauve) qui leur roucoule dans le cortex depuis quelque temps, Coco et Markie réussissent à manipuler leur boss de manière qu’il décide d’envoyer une expédition aborder l’épave du Wild Wild Warp pendant sa brève transition de l’autre côté du périph’, vainquant au passage les protestations protocolaires de leur collègue de console, le procédurier Lupus.

 

Tout à leur excitation de rencontrer enfin leur Marsa Béranger personnelle, les Cog Brothers ferment les bioniques sur tout un tas de signes variant de l’étrange (le dock d’atterrissage qui a exactement la taille de leur vaisseau), au suspect (l’hologramme d’accueil qui leur conseille de décamper fissa), en passant par l’improbable (l’état de propreté clinique du Nepenthe, comme s’il avait été investi par les démons de Sheev’ha, la déesse du ménage à domicile – dans le Warp, tout est possible – ). L’arrivée soudaine d’une meute de Genestealers d’Ymgarl, astucieusement dissimulée aux yeux et senseurs des explorateurs par une technique de metachrosis diablement avancée, sonne toutefois le glas des espérances de Jules et Jim d’un premier rencard romantique, et c’est un sauve qui peut général qui est sonné après que les calculs de nos loustics aient établis de façon formelle que leur escorte de serviteurs et de skitarii n’auraient pas la méchadendrite haute dans l’algarade qui s’est engagée entre visiteurs et locaux.

 

Ayant choisi la fuite en avant au lieu de la fuite en arrière, nos héros parviennent néanmoins jusqu’au cœur du vaisseau, escortés par l’imperturbable hologramme de service, dont ils apprennent le nom au passage (MAUS), ainsi que celui de leur probable dulcinée (CAT). Et là, triple déception. Non seulement la DLC de la donzelle a expiré, tout comme elle, depuis des éons, en témoigne le squelette nécrosé qui barbote dans la cuve amniotique qui trône au milieu du pont, mais il se fait rapidement jour que leur speakerine fantasmée n’était qu’une intelligence artificielle un poil plus sophistiquée que la Siri de base2. Comble de l’infamie, les Magos Bros se font finalement éconduire par la b(i)elle, qui leur annonce brutalement qu’elle ne les a jamais appelés ici, et que tout ceci est un regrettable malentendu. Se prendre un râteau par un sex bot de première génération, il fallait le faire, et ils l’ont fait. La Fédération Martienne de la Loose (FML, un nom approprié à plus d’un titre) serait fière. En désespoir de cause, Marcus et Cornelius ravalent le peu de dignité qui leur reste, et se mettent humblement et totalement au service de cette garce de CAT, qui, pressentant qu’elle aura sans doute besoin d’un coup de main pour remettre en état le Nepenthe après le projet X initié par ses tentaculaires protégés, finit par accepter l’offre des adeptes. La nouvelle se termine par l’envoi d’une cordiale invitation au Magos Explorator Veles, prudemment resté à bord de son vaisseau, à visiter les merveilles du Space Hulk, décrit par les frangins comme parfaitement sûr. Il faut croire que CAT voulait finalement un peu de compagnie. Comme dit le proverbe « Souvent IA varie, bien fol qui s’y fie ».

 

: Un genre de plante carnivore dit « passif », qui piège les insectes en les attirant dans sa corolle avec un nectar aussi odorant que gluant. Pour vous épargner une recherche Google, disons que ça ressemble à un Empiflor. De rien. On peut remarquer que pour un expert en biologie comme Cornelius, ce nom aurait dû constituer une première alerte…

 

: Le truc est d’intégrer un psyker disséqué dans la carte mère. Le résultat est à la fois plus naturel et plus performant qu’une IA purement mécanique. Google est déjà sur le coup.

 

Avis :

Schattra :

Cette première soumission de Cassandra Khaw m’a laissé un goût d’inachevé assez marqué, tant au niveau des potentialités du récit laissés au stade d’ébauches (ce qui est dommage), qu’à celui du déroulé et de la conclusion apportée à la nouvelle, que j’ai trouvé confus au point de devenir imbittable (ce qui est grave). Pour commencer par le problème le plus critique, il m’a semblé que Khaw partait en roue libre narrative à partir de l’attaque des Genestealers, les péripéties s’enchaînant alors sans faire grand sens pour culminer sur une confrontation lunaire entre Marcus et Cornelius et CAT et MAUS, les premiers soutenant mordicus avoir été appelés sur place par la seconde, qui réfute catégoriquement leur version des faits. Pendant ce temps, Genestealers et skitarii font du charleston en arrière-plan, et Veles s’échine à tenter de rétablir la connexion avec ses sous-fifres. Plus que le fait que nos deux héros soient tombés dans un piège (ce que le nom du vaisseau laissait entendre de manière assez transparente), c’est le caractère fortuit de leur fin probable qui m’a laissé pantois.

 

Khaw ne donne en effet au lecteur aucune piste ou sous-entendu expliquant le dessein de CAT, qui se mure simplement dans le déni (« nan j’vous ai pas appelé j’vous dit, bande de gros mythos ! »), alors qu’il lui aurait suffi d’indiquer par exemple que l’IA a été corrompue par le Warp et considère les Ymgarls comme le véritable équipage du Nepenthe (ce qui est ébauché quelques lignes plus haut), et attire donc les vaisseaux aux alentours pour assurer la subsistance de ses protégés, pour que tout rentre dans l’ordre. Rien de tout ceci ici, et les revirements finaux de TOM et JERRY, qui acceptent de laisser leurs fans transis squatter à bord, sans encore une fois qu’aucune raison ne soit avancée à cela, puis coopèrent, ou en tout cas acceptent tacitement, au piégeage de Veles alors qu’ils ont clamé haut et fort deux minutes plus tôt que la maison était fermée, brouillent un peu plus le message. Bref, ce n’est pas une conclusion à twist, mais à bits, qui achève Nepenthe – comprendre que le lecteur est laissé libre de se forger sa propre opinion sur les tenants et les aboutissants de la nouvelle, en piochant dans les éléments narratifs laissés à sa disposition par l’auteur –.

 

À cela vient s’ajouter un certain nombre de questions sans réponses, qui auraient pourtant pu apporter à la nouvelle un cachet ou un intérêt supplémentaire si elles avaient été creusées par l’auteur. Par exemple, pourquoi Cornelius semble-t-il avoir un visage rituellement écorché ? Pourquoi les héros sont-ils les seuls à entendre la chanson de CAT ? Et qu’a-t-elle de si irrésistible ? À quoi « sert » le fait que le vaisseau soit décrit comme étant plus vieux que l’Imperium ? Comment le vaisseau arrive-t-il à s’adapter parfaitement à la taille de la navette et à se maintenir « propre » ? Pourquoi avoir « utilisé » spécifiquement des Genestealers d’Ymgarl ? À quoi sert MAUS ? On n’en saura malheureusement pas plus, et c’est assez dommage, d’autant plus que Cassandra Khaw, malgré les problèmes exposés ci-dessus, m’est apparue comme une auteur assez « stylée » (même si sa tendance à recourir à un champ lexical très technique peut s’avérer lassant à la longue), et ayant manifestement pris sur elle d’intégrer une bonne partie du fluff de 40K en préparation de cette première soumission, ce dont je lui en sais gré. Il faudra soigner le fond autant que la forme pour la suite, Miss Khaw.

 

Fluff

Rien à signaler.

 

 

Cavan Scott (3)

Révélation

 

Parcours intéressant que celui de Cavan Scott, qui après quelques courtes piges Space Marinées ('Trophies', 'Hidden Treasures', 'Plague Harvest', 'Death Mask', 'Flayed'), se spécialise désormais dans l'initiation de nos chères têtes blondes à l'univers glauque et nihiliste des 40K via la série Warhammer Adventures: Warped Galaxies ('Tomb of the Necron', 'Claws of the Genestealer', 'Secrets of the Tau'...). Il faut bien penser à la relève.

 

Flayed

Révélation

Lords & Tyrants/2019/13 pages

 

Intrigue :

flayed-1.png?w=200Sur Sandran, planète impériale localisée en périphérie des Astres Fantômes, la vie des habitants est rythmée par les incursions, régulières autant que malvenues, de squelettes métalliques aux doigts acérés et adeptes déviants du peau à peau. N’ayant pas trouvé d’autres remèdes à ce mal que de limiter autant que possible les actes de violence entre concitoyens, soupçonnés d’attirer l’attention de ces Ecorcheurs même à des années lumières de distance, les Sandranites ont pris l’habitude de se claquemurer chez eux au premier carillon de la cloche annonçant un nouveau raid Nécron, priant pour que les témoins de Llandu'gor aillent frapper chez le voisin plutôt que chez eux, et ne sortant qu’une fois le danger écarté pour passer la serpillière.

 

C’est pendant une de ces descentes de peaux-lisses que Cavan Scott nous entraîne, braquant son stylo sur la preste Alundra, récemment orpheline de famille suite à une opération porte ouverte mal négociée par sa mère, femme au foyer trop crédule, mais déterminée à retrouver son frère Husim dans le dédale de la cité assaillie, malgré le danger permanent que représente les insaisissables Ecorcheurs. Fort évidemment, notre héroïne fait une mauvaise rencontre au détour d’une ruelle sombre, et ne doit son salut qu’à l’intervention opportune d’un Space Marine Death Spectre qui passait dans le coin, ainsi qu’à la main secourable que lui tend son frangin depuis une fenêtre proche, permettant à Alundra, dont les capacités d’esquive s’avèrent être légèrement surestimées – tant pis pour ses rêves de carrière à Dreadball, de toutes façons, ce n’était pas le bon univers –, de rejoindre la sécurité relative d’une boulangerie abandonnée. Sommés par leur sauveur de rester où ils sont, les deux ados rebelles ne trouvent rien de mieux que d’inciter le noble Astartes albinos à aller voir là haut s’ils y sont (spoiler : c’est vraiment le cas), avant qu’Husim n’entraîne sa sœur jusqu’au lit parquet de douleur de son meilleur ami, un certain Galeb, dont le tort fut d’avoir commencé une guerre de chatouilles avec un Ecorcheur sans porter de plaque ventrale. Sortez couverts, kiddos.

 

Réalisant en son for intérieur que le gars-leb constitue un fardeau en plus de réduire leurs chances de gagner l’hypothétique salut de l’hôtel de ville, où d’autres survivants sont rassemblés, possiblement sous la protection des Death Spectres, mais ne pouvant se résoudre à laisser un camarade derrière elle, Alundra convainc ses comparses de tenter une virée en centre ville, ce qu’ils s’apprêtent à faire lorsque leur situation se dégrade fortement. D’une, un nouvel Ecorcheur se matérialise dans la pièce, et entame fissa la numérotation des abattis de l’homme à terre, qui d’andouille de Galeb, devient une galette à l’andouille1. De deux, le Space Marine précédemment croisé par nos chenapans a réussi à trouver la porte de la boulangerie, et, suivant les instructions qui lui ont été données, est monté participer à la petite sauterie improvisée par les teenagers de Sandran. Profitant de la confusion qui s’en suit, Alundra parvient à s’éclipser en douce, soutenant un Husim fort marri d’avoir tenté d’interrompre le dîner presque (dur de manger quand on n’a pas de bouche) parfait du Nécron, et ayant récolté des blessures presque certainement fatales pour sa peine.

 

À nouveau à la rue, nos héros se font cueillir par un duo SM (en tout bien tout honneur cependant), qui ont tôt fait de capturer Alundra et de laisser Husim agoniser sur le trottoir. Cette froide logique est obligeamment explicitée par le Sergent Vilda, qui ressort de la boulangerie après avoir calmé les ardeurs coupe-file d’une poignée d’Ecorcheurs mal-léchés et dévalisé le stock de chocolatines au passage : ayant réalisé qu’ils menaient une bataille perdue d’avance contre les Nécrons, les Death Spectres ont décidé de pratiquer la tactique de la terre brûlée contre les insidieux Xenos, et évacuent les planètes sujettes aux raids d’Ecorcheurs. En échange de ce bon et loyal service, les Astartes s’arrogent cependant le droit de sélectionner les individus les plus aptes à engendrer les nouvelles recrues du Chapitre, et à les installer dans des camps de concentration reproduction. C’est donc le destin, pas forcément enviable, mais toujours mieux que rien, qui attend notre pauvre Alundra. C’est qu’on appelle donner de sa personne au service de l’Empereur. 

 

1 : La nuance est fine, ce n’est pas étonnant qu’un Nécron s’y soit perdu. Un peu de tolérance envers nos amis métalliques, s’il vous plaît.

 

Avis :

Flayed est l’illustration qu’il ne suffit pas d’un twist final acceptable (même si la réalisation laisse à désirer) et d’un cadre un brin exotique pour accoucher d’une nouvelle convenable. La faute à des personnages insuffisamment développés, et auxquels le lecteur a bien du mal à s’attacher, des péripéties génériques n’apportant pas grand chose au récit à part une dose de grimdark passablement frelatée, et un manque de contextualisation, sans parler d’éléments fluff (l’étrange cri de guerre des Death Spectres mis à part), faisant tomber Sandran et ses détestables sauveurs1 dans les limbes de l’impersonnalité où tant de planètes et sous-factions de 40K ont sombré corps et bien au fil des ans. C’est d’autant plus dommage que les Death Spectres commencent à se faire un nom dans les publications de la BL, et se trouvent de plus en plus utilisés par les auteurs de cette dernière. Il y avait donc des choses à faire pour Cavan Scott de ce côté, en commençant par respecter l’historique fixé pour ce Chapitre, dont le mutisme caractérisé est apparemment resté en orbite haute avec la compagnie de réserve. Pour le lol, on pourra faire le parallèle entre ce Flayed, assez gore à défaut d’être intéressant, et sa version « tout public », le Attack of the Necron du même auteur, sorti dans la collection Warhammer Adventures. Attention à ne pas se tromper lors de l’achat du cadeau d’anniversaire du petit Timmy, les parents risquent de ne pas apprécier de devoir expliquer ce que « écorcher », « éventrer », et « femelle reproductrice » veut dire à leur chère tête blonde… Mais c’est ça aussi le 40K qu’on aime, par l’Empereur !

 

1 : Dont on se demande bien comment ils ont fait pour être là au bon endroit et au bon moment, si les Dépéceurs peuvent vraiment se matérialiser sur la planète en claquant des pinces.

 

Fluff :

  • Death Spectres (recrutement) : Le Chapitre a résolu de déporter la population de mondes régulièrement attaqués par les Nécrons sur d’autres planètes, plus préservées. En plus de leur permettre de défendre plus efficacement le territoire dont ils ont la garde, cela devrait faciliter le recrutement de nouvelles recrues pour rejoindre les rangs de la confrérie. Et si les civils en question ne sont pas contents, c’est même tarif.
  • Death Spectres (cri de guerre) : 'Feel the Emperor’s teeth !' (rq : je ne suis pas à 100% sûr de celui-ci, surtout que d’autres sources indiquent que le Chapitre se bat à l’inverse dans le silence le plus total, mais l’expression était trop fendante pour que je ne la remonte pas. On peut poser la question de savoir s’il reste des dents à l’Empereur, après tout ce temps).

 

Hidden Treasures

Révélation

Lords & Tyrants/2019/7 pages

 

Intrigue :

hidden-treasures-1.png?w=200Depuis que son frère et lui sont tombés par le plus grand des hasards sur un distributeur de reliques dans les entrailles abandonnées de Manos City, le ganger Elias passe une grande partie de ses journées à rapprovisionner le petit commerce d’articles de seconde main initié par sa brutasse de frangin. Non qu’il soit particulièrement content de descendre dans les profondeur claustrophobiques de ce qui doit être une cité ruche des plus classiques, mais l’amour de son frérot pour les devises sonnantes et trébuchantes rapportées par la vente des breloques se matérialisant mystérieusement dans la salle découverte par les explorateurs (un couteau, une épée, un casque de Space Marine un peu cabossé…), combiné à sa fâcheuse tendance à jouer des poings en cas de contrariété, ne laissent pas grand choix à notre pleurnichard de héros, que nous suivons alors qu’il descend une nouvelle fois relever ses filets.

 

Cette fois-ci, son obstination se trouve chichement récompensée, puisque c’est seulement un bout de chaîne barbelée qui l’attend dans la pièce mystérieuse. Assez cependant pour convaincre Elias de remonter sans plus tarder, ce qu’il s’apprête à faire au moment où quelque chose de pas banal se produits sous ses yeux ébahis. Deux Space Marines en rut se matérialisent en effet devant lui, traversant le mur de la salle comme s’il n’existait pas. Les intentions homicidaires de celui qui ne peut être qu’un Berzerker de Khorne, au vu de la description qu’en fait Scott, sont brutalement et totalement refroidies par la rafale de bolts que son adversaire, un Astartes à l’armure grise et aux dents d’argent (ça fait peu pour identifier son Chapitre tout de même), lui inflige à bout touchant. Même pour un Khorneux à la tête dure et à la nuque roide, le châtiment est sévère, laissant le loyaliste seul maître à bord. À peine le temps de récupérer le bout de chaîne qu’Elias voulait embarquer en douce, que notre enigmatique surhomme repart vers d’autres cieux à travers la cloison décidément bien fine du fond de la pièce, non sans avoir enjoint notre héros à se souvenir de cette péripétie dans les années à venir. Soit. Fin de l’histoire. Eh ?

 

Avis :

Pour être honnête, ma première lecture de ce Hidden Treasures m’a laissé pantois. Cette nouvelle ne détient pas le record de brieveté pour une publication de la Black Library, détenu à ma connaissance par The Hunter (Lyons), mais ses sept pages sont bien en peine de dérouler une histoire que l’on puisse qualifier de cohérente ou d’aboutie. Le manque criant d’explication ou de justification à même de faire comprendre au lecteur ce qui se passe, comment, et surtout, pourquoi, sont un défi aux lois les plus fondamentales de l’édition (au sens anglais du terme) littéraire. Pour autant qu’on me le demande, j’ai l’impression qu’Elias a trouvé l’accès au casier personnel d’un World Eaters, et récupéré les objets que ce dernier y stockait après une dure journée de massacre. On peut supposer qu’une anomalie Warp a agi comme un trou de ver entre la localisation du vestiaire chaotique et les bas fonds de la cité ruche, mais l’utilisation très limitée que fait l’auteur de cette situation pas banale pose plus de questions qu’elle n’en résout. Pour ma part, et prenant note du fait que Cavan Scott, en tant que nouveau venu au sein de la BL, a sans doute dû démontrer ses capacités en soumettant à cette dernière un exemple de sa prose (ce que Hidden Treasures pourrait tout à fait être), je m’interroge principalement sur les raisons qui ont poussé la Black Library à inclure ce WIP mal dégrossi à une publication officielle (et payante) de la maison d’édition. Qui peut lire cette « nouvelle » et affirmer : « ouah, qu’est-ce que c’était bien, j’ai vraiment vu le 40ème millénaire prendre vie ! » ? Surtout si le malheureux lecteur a payé la coquette somme de 3,49€ (le prix de la nouvelle à l’unité) pour ces sept pauvres pages. Bref, il y a des mystères plus insolubles que des Space Marines qui passent à travers les murs, les enfants, et la politique éditoriale de la BL en fait – parfois – partie.

 

Fluff: Rien à signaler.

 

Doom Flight

Révélation

On Wings of Blood/2019/19 pages

 

Intrigue :

Sur la planète industrielle de Quadcana, les dieux de la guerre ne favorisent pas les défenseurs impériaux, bien malmenés par les assauts de la Waaagh ! Ork qui a décidé de faire sienne les vastes complexes de production d’armes locaux. Envoyés à la rescousse des forces de défense planétaires, le Sergent Kerikus et ses confrères de la 7ème Compagnie des Doom Eagles ne peuvent pas revendiquer d’avoir fait une grosse différence dans le déroulement de la campagne, leur tentative d’assaut aérien sur la capitale locale, très originalement nommée Quadcana Prime, s’étant soldée par une déroute à peu près complète, ne laissant que notre inflexible héros représenter l’Astartes auprès des peaux vertes. Nullement découragé par ce tour du destin, Kerikus, qui, s’il n’est pas grand, est vaillant, grappille des points faciles à prendre çà et là, son Stormtalon répandant la mort parmi les véhicules et piétons Orks, au prix d’acrobaties que l’on pourrait poliment qualifier de suicidaires. Kerikus sait cependant très bien ce qu’il fait, et utilise avec à-propos son super pouvoir de Doom Eagle, le « même-pas-peur-isme », qui lui permet de réaliser les acrobaties les plus osées sans se départi de son calme olympien airien. Las, toutes les bonnes choses ont une fin, et à force de tenter le diable, notre Space Marine finit par se retrouver en fâcheuse posture. Poursuivi par un duo de dakkajets particulièrement collants, et ayant trouvé le moyen de pirater sa fréquence de transmission (ce qui l’énerve au point qu’il fracasse à main nue son récepteur pour… pouvoir mieux s’écouter parler je suppose), les doom carottes semblent cuites pour l’impavide pilote. Fort heureusement, c’est le moment que choisissent deux de ses collègues, Malika (qui est bien un individu de sexe masculin, je précise) et le Techmarine Tyrus, pour faire leur apparition, équilibrant prestement le rapport de forces et permettant à Kerikus de s’en tirer à bon compte.

 

Ragaillardi par ces renforts inespérés, le Sergent commence à élaborer des plans sur la planète, et propose à ses camarades de tenter un baroud d’honneur en direction de la centrale à plasma de Quadcana Prime. Nos chasseurs reprennent les cieux après que Tyrus ait réparé les dégâts subis par le vaisseau de Kerikus1 (dont une bonne partie ont été infligés par ce dernier, c’est l’Esprit de la Machine qui doit être chafouin) et se rapprochent de leur cible lorsque, semblant crever le ciel et venant de nulle part, surgit, non pas un aigle noir, mais le Death Deela, un chasseur Ork plus gros, plus armé et plus méchant que la moyenne. Si nos vaillants pilotes se montrent tout à fait capables de repousser les assauts de l’escorte de Dédé, ce dernier se révèle être trop coriace pour les Space Marines, et descend successivement Tyrus, Malika, et pour finir Kerikus, qui a tout de même le temps de s’éjecter avant impact. Malheureusement, tout à ses acrobaties nihilistes, Lefuneste n’a pas réalisé que son cockpit pointait vers le sol au moment de son évacuation, ce qui rend cette dernière passablement douloureuse. Il en faut toutefois plus pour abattre notre coriace héros, qui se sent pousser des ailes (mouahaha) à la vue de son objectif, qu’il espère faire sauter afin de réduire une bonne partie de la capitale en cendres et priver ainsi les Xenos des manufactures d’armes de Quadcana. Serrant les dents le bec, Kerikus réussit son jet d’insensible à la douleur et part en petites foulées en direction de l’EPR tout proche, qu’il parvient à atteindre malgré les tentatives enthousiastes d’une poignée de grunts de lui barrer la route2. Une fois sur place, il n’a besoin que de quelques tirs bien placés en direction du Death Deela, qui rôdait toujours dans le coin, pour convaincre le pilote de ce dernier de… faire une attaque kamikaze sur sa position, déclenchant la réaction en chaîne catastrophique synonyme de victoire mineure pour l’Imperium. Un peu extrême comme parti pris de la part du pilote Ork, qui n’avait qu’à faire quelques passages en rase motte pour régler son compte à l’oiseau de malheur. Mais après tout, quand on aime, on dakka.

 

1 : Qui aura cette phrase immortelle. Cocasse, de la part d’un Chapitre dont l’animal totemique en est rigoureusement dépourvu.

 

2 : Et la perte de son bras gauche, dont il ne se rend compte que lorsqu’il essaie de grimper à l’échelle et réalise qu’il a – littéralement – perdu la main. That’s pretty brutal.

 

Avis :

Après Simon Spurrier, James Alexander, James Swallow et Ben Counter c’est au tour de Cavan Scott de prendre les commandes des Doom Eagles, sans doute l’un des Chapitres les moins connus les plus utilisés (je me comprends) du lore de 40K. Dans ce qui est probablement l’un de ses premiers travaux pour la Black Library (cette nouvelle a été initialement publiée en 2013), l’auteur met en scène une mission à hauts risques entre une poignée de Stormtalons et une nuée de dakkajets, la supériorité intrinsèque des Space Marines et de leurs appareils sur leurs adversaires leur permettant de compenser l’avantage numérique dont disposent les Orks… jusqu’à un certain point. Prise à part, Doom Flight ne pourrait guère prétendre à la palme de l’originalité, et sa position en milieu d’un recueil consacré aux combats aériens au 41ème millénaire ne fait que renforcer le sentiment de déjà lu, relu et re-relu de l’objet1. Si la prose de Scott ne s’avère pas particulièrement désagréable à lire, même si certains de ses choix pourraient être discutés (les monologues du Sergent Kerikus en premier lieu, qui aime un peu trop le son de sa propre voix pour un moine soldat endoctriné et surentraîné), elle se révèle par contre être d’une platitude assez totale, le – fin – vernis de fatalisme apporté par la culture chapitrale des Doom Eagles ne teintant que de façon très légère le récit, voire étant carrément passé en perte et profit par l’auteur (lorsque Kerikus décide de dissimuler à ses compagnons qu’il les mène sur une mission suicide), alors qu’il s’agissait probablement de la piste la plus évidente et intéressante à exploiter pour singulariser ce récit. De l’autre côté du ciel, les Orks se contentent, comme à leur habitude, de vrombir de droite et de gauche, compensant par leur enthousiasme effréné (et parfois passablement crétin) la qualité toute relative de leurs aéroplanes. Bref, rien de nouveau sous le soleil, et pas grand-chose à retenir de cette nouvelle, pour peu que vous soyez déjà familier du genre (ce qui sera le cas si vous avez lu On Wings of Blood dans l’ordre).

 

1 : À ce stade, le lecteur en sera en effet à sa 4ème nouvelle mettant aux prises des escadrons impériaux à des Orks, et sa 4ème nouvelle où le héros pilote un Stormtalon, Stormraven ou Stormwolf. Comme un petit goût de reviens-y.

 

Fluff :

  • Doom Eagles (Personnage nommé) : Capitaine Relyn de la 7ème Compagnie (présumé tué dans l’explosion de son Stormtalon pendant la campagne de Quadcana).
  • Doom Eagles (Vaisseau nommé) : Stormtalon Wrath of Aquila (détruit pendant la campagne de Quadcana).
  • Quadcana : Planète impériale spécialisée dans la production d’armes pour la Garde Impériale. Envahie par les Orks au cours d’une invasion qui fit plus de 5 milliards de morts chez les défenseurs. Le Chapitre des Doom Eagles envoya une force de sa 7ème Compagnie au secours des assiégés, mais ne parvint qu’à contester la victoire des peaux vertes en provoquant la destruction d’une grande partie de la capitale planétaire, au prix de la vie de tous les Space Marines envoyés sur place.

 

 

Charles Stross (1)

Révélation

 

Charles Stross donna à Warhammer 40.000 ‘Monastery of Death’ et repartit écrire des choses plus sérieuses (avec succès, puisqu’il a notamment remporté le Locus Award pour son roman ‘Accelerando’ en 2006), ou en tout cas, plus hard sci-fi et space opera que le grimdark caractéristique de 40K. À noter qu’il ne s’est pas donné la peine d’utiliser un pseudonyme pour cette unique contribution aux ténèbres d’un lointain futur, alors qu’il a utilisé le nom de plume de Charles Davidson pour sa nouvelle Warhammer Fantasy Battle, ‘The Reavers and the Dead’.

 

Monastery of Death  

Révélation

Deathwing/1990/19 pages

 

Intrigue :

monastery-of-death.png?w=300&h=469La vie à peu près calme et relativement paisible de Hito, planète coupée du reste de la galaxie et de l’Imperium depuis quelques millénaires par des tempêtes Warp persistantes, est sur le point de devenir nettement plus funky. Pépé is back, suckers, et il – ou plutôt, ses envoyés – a des vues sur la bibliothèque conservée par l’ordre monastique des Vertus Célestes, gardien spirituel et fournisseur technologique principal de la planète. Face à la puissance dont disposent les visiteurs cosmiques, il ne peut y avoir de victoire pour nos braves bonzes, à moins qu’ils ne réussissent à la jouer très fine. Et, justement, l’abbé de l’ordre, conseillé par son Maître des Arts Secrets (un vieux ninja) et assisté par le disciple le plus prometteur de ce dernier, Tenzig, a une petite idée derrière la mitre…

 

Sur le vaisseau spatial qui stationne au-dessus de Hito, on réfléchit également. L’Inquisiteur Rathman, chargé de ramener ce système dans l’ample giron de l’Imperium, ne semble pas très chaud pour interrompre son binge watching de Feux de l’Amour, et accepte donc de grand cœur que l’Assassin Judit Bjarnesdottir et l’Arbites Joachim Ahriman1, qui ne peuvent pas se blairer à cause de leurs différents d’ordre philosophique, aillent faire le sale boulot à sa place sur le plancher des <insert random grazing mamal name here>. Ils auront trente jours pour mener à bien cette délicate mission, avec toute l’autorité qu’une rosette et un macro-canon peuvent apporter à leur possesseur.

 

Nous suivons donc la Team Roquette impériale se poser sur Hito à proximité du monastère de l’ordre, et être escortée sous bonne garde jusqu’au bureau de l’abbé pour l’ouverture des pourparlers. C’est Tenzig qui reçoit les plénipotentiaires de Rathman, prétendant être le chef de l’ordre pour éviter que ce dernier ne se mange un bolt mal placé. On ne sait jamais. À ses côtés, son vieux maître est tendu comme un ressort, près à intervenir à la moindre suspicion de fourberie. La discussion s’engage sans faux semblants, Judit exposant clairement ses demandes à son hôte : accéder à la bibliothèque de l’ordre pour pouvoir y chercher les traces d’éventuels SCS, en échange d’une domination planétaire garantie par les gros flingues impériaux pour les Vertus Célestes. Le marché a beau être tentant, et un refus compliqué à faire entendre aux émissaires de Pépé pour Tenzing, il renâcle un peu à partager la connaissance préservée depuis des millénaires par ses prédécesseurs, ce qui se comprend. Après tout, l’Empereur est connu pour avoir oublié de rendre ‘Comment traumatiser votre enfant pour en faire un être inadapté mais génial’ à la bibliothèque municipale de Vesoul pendant 25 millénaires. Cette tiédeur chagrine beaucoup Joachim, dont le complexe de supériorité sur les bouseux d’Hito n’attendait qu’un prétexte pour se manifester. Sortant sa plus belle réplique JFKienne, l’Arbites envenime la situation jusqu’à ce que l’inévitable et l’irréparable arrivent de concert…

 

Révélation

…Le Maître des Arts Secrets balance un shuriken bien placé dans la carotide du présomptueux, qui tombe raide mort, mais se fait venger aussi sec par le digilaser de sa comparse. Un mort partout, balle au centre. Fort heureusement pour Tenzig, Judit ne tient pas vraiment à devenir une martyre impériale, et accepte de reprendre la conversation de manière posée. Il ne faut pas longtemps pour qu’un accord soit conclu entre les deux parties, et l’Assassin repart sur son vaisseau après avoir jeté un œil aux archives bien tenues mais très vieillottes du monastère…

 

Révélation

Enfin, à une partie de ses archives, l’autre, la plus moderne et riche en SCS, restant le secret bien caché des moines. Il paraît même qu’ils ont une copie PDF de La Poétique d’Aristote là dedans…

 

 

1 LE TOUT PREMIER AHRIMAN DE LA GW-FICTION !!! L’Egyptien cornu peut aller se re-bandeleter.

 

Avis :

Il me paraît assez certain que Charles Stross avait envie de transposer Fondation d’Asimov dans l’univers de 40K au moment où il a écrit ce qui reste à ce jour son unique contribution à cet univers de la GW-Fiction. Et il a plutôt réussi à mes yeux, au moins dans l’esprit : l’Imperium faisant une très bonne Première Fondation, et l’ordre des Vertus Célestes une Seconde Fondation toute trouvée. Mis à part cette bonne idée de pastiche grimdark et son exécution sympathique, il n’y a pas grand-chose à dire de ‘Monastery of Death’. Fluffiquement, c’est très léger (en témoigne ce passage où Stross invente une rivalité entre Assassins et Arbites, les seconds voulant prendre la place des premiers), et narrativement, ce n’est pas irréprochable (j’en veux pour preuve que l’auteur nous annonce en avant-première la mort du Maître des Arts Secrets pendant l’entrevue, alors qu’il aurait été plus efficace de laisser planer le suspens à ce sujet). Bref, un exercice de style et d’érudition appréciable mais pas sans défaut.

 

Fluff :

  • Hito : Planète isolée par des tempêtes Warp depuis des millénaires, et redécouverte par l’Imperium après une longue isolation. Le pouvoir politique est disputé par une foule de petits seigneurs de guerre, tandis que des ordres monastiques comme celui des Vertus Célestes détient un pouvoir spirituel et technologique, du fait de la conservation dans les bibliothèques des monastères des archives des premiers colons (y compris des informations sur les SCS).

 

 

Chris Dows (3)

Révélation

 

Chris Dows s’est positionné sur un secteur de niche de la GW-Fiction : le récit des aventures renversantes des Paras Elyséens (‘The Mouth of Chaos’, ‘Scions of Elysia’, ‘Renegades of Elysia’, ‘Martyrs of Elysia’). Il a également écrit un roman sérialisé pour ce filon de Khârn (‘The Red Path’). Il a également donné de sa personne pour chroniquer la difficile conquête de la Blackstone Fortress (‘Augur of Despair’).

 

"...Plus grav sera la chute" : Paras Elyséens (2)

 

The Mouth of Chaos

Révélation

Hammer & Bolter #22/2012/21 pages

 

Intrigue :

Alors qu’une insurrection chaotique est sur le point de faire sortir le monde de Rysgah de l’ample giron de l’Imperium, la Garde Impériale lance une contre-attaque sur la capitale planétaire (éponyme) afin de calmer les velléités sécessionnistes de la milice locale. La topographie du théâtre d’action empêchant le Marteau de l’Empereur d’utiliser ses tactiques favorites (assaut massif de bidasses totalement sacrifiables et/ou bombardement à outrance de la position ennemie), le haut commandement impérial décide de la jouer fine et charge le 158ème régiment de parachutistes Elyséens de sécuriser une tête de pont dans la cité rebelle.

 

La nouvelle commence donc par une séance de chute libre synchronisée, qui voit nos skydivers de combat dessiner des symboles insultants envers les Rysgahans et les mères de ces derniers dans le ciel nocturne, déclenchant en représailles la mise en batterie d’une Hydre et la désintégration tragique d’une partie non négligeables de nos hardis paras. Fort heureusement pour les Elyséens, l’escouade de troupes de choc du Sergent Zachariah était inscrite sur la feuille de match, et ce dernier se fait une joie de descendre les trois servants du char ennemi, et ce alors qu’il n’a même pas encore touché terre. Vous avez bien lu, Zach’ snipe les faquins en pleine chute, de nuit et à une distance que l’on peut estimer à quelques centaines de mètres, si on en juge par le temps qui lui est nécessaire pour toucher terre après son triple headshot. C’est ce qu’on appelle une entrée en matière supercalifragilisticexpidélilicieuse (d’ailleurs le terme lui-même a été inventé par l’Empereur pendant la Grande Croisade après qu’il ait eu une vision de Zachariah réussir à décapsuler une bière depuis l’orbite haute avec un macro canon), qui a le mérite de camper d’emblée le personnage et donne au lecteur un avant-goût des capacités martiales du personnage principal et de sa fine équipe. Avec des gardes impériaux aussi balaises, qui a encore besoin de Space Marines ?

 

Ayant regagné le plancher des grox sans plus de péripéties, les Elyséens se mettent à creuser un tunnel à travers la paroi du cratère volcanique dans lequel Rysgah est bâtie afin de pouvoir apprendre la vie aux hérétiques faisant régner la terreur dans la cité. Il y a certainement une explication logique au fait que nos héros n’aient pas simplement opté pour atterrir directement sur zone (et donc du bon côté du cratère), au lieu de perdre du temps en de laborieux travaux d’excavation, mais Dows ne se donne pas la peine de la fournir, entamant sensiblement la crédibilité de son récit se faisant. Par chance, les ingénieurs Elyséens se révèlent avoir du sang squat dans les veines et ont vite fait de dégager un accès convenable pour le gros de la troupe, qui doit cependant essuyer un feu nourri de la part des sécessionnistes dès la sortie du tunnel. Soit exactement le genre de situation que des troupes aéroportées ne devraient pas rencontrer. L’officier en charge de cette opération doit être le beau-frère du Commandant Chenkov, ce n’est pas possible autrement.

 

Encore une fois, il revient à Zachariah et à ses spécialistes de sauver les miches de leurs petits camarades, ce qu’ils font avec un professionnalisme et une efficacité admirables, en bons Gardes Impériaux de film d’action qu’ils sont. L’épisode permet également à Dows d’introduire la fameuse Bouche du Chaos ayant donné son nom à la nouvelle, et qui se révèle être un vulgaire Difool chaotique dont les élucubrations prosélytes sont rapidement interrompues par un tir millimétré de lance-grenades venant détruire le haut-parleur relayant sa vile propagande (mais si, c’est possible). Même si le lascar reviendra taper sur les nerfs de nos héros à plusieurs reprises dans la suite de la nouvelle en lisant les dédicaces des auditeurs à l’antenne tentant de les faire basculer du côté obscur, son rôle dans l’intrigue restera très mineur, ce qui pose la question du choix effectué par Chris Dows au moment de nommer son travail1. Tant d’interrogations, et si peu de réponses, on se croirait dans Qui saura de Mike Brant.

 

De démonstration martiale en démonstration martiale, on comprend finalement que le but de Zach’ & Cie est de détruire un des trois ponts reliant le quartier où ils se trouvent avec le reste de la cité, ce qui permettrait aux forces impériales de sécuriser leur tête de pont et d’entamer la reconquête de Rysgah dans des conditions optimales. Secondées dans cette dangereuse mission par une escouade de gardes lambda, dont la seule utilité est de mourir sous les tirs ennemis à intervalles réguliers afin de montrer au lecteur que le risque est bien présent, les troupes de choc du 158ème réussiront bien sûr à dynamiter leur objectif malgré la présence du traditionnel boss-de-fin-que-le-briefing-tactique-n’avait-pas-prévu (tous des planqués au Strategium !), qui se trouve être ici une paire de tanks décatis, pour ceux que ça intéresse. Je laisse les lecteurs curieux découvrir la manière dont nos héros réussissent à se tirer de ce mauvais pas, la méthode utilisée étant trop absurde/épatante (c’est selon) pour être spoilée ici.

 

1 : Personnellement, je penche pour un titre suggéré par un éditeur pas franchement emballé par celui proposé initialement par Dows : Hey Chaos, Suck My Airborne Dick.

 

Avis :

Dows marche très clairement sur les traces de Dan Abnett et des Fantômes de Gaunt avec ce The Mouth of Chaos. Au-delà des ressemblances évidentes entre les protagonistes de ces deux auteurs (une bande de Gardes Impériaux vétérans surclassant outrageusement tout ce qui a le malheur de croiser leur chemin), on peut également noter une certaine similarité de style, particulièrement dans les scènes d’action, décrites dans les deux cas à hauteur d’homme et parvenant de ce fait à rendre de manière convaincante l’intensité d’un affrontement en environnement urbain.

 

Si l’on peut tiquer devant la facilité avec laquelle les Elyséens de Chris Dows roulent sur les pauvres renégats leur faisant face, et déplorer la tendance de l’auteur à sortir ses héros du pétrin en leur permettant de réaliser des faits d’armes dignes d’un Primarque au pic de sa forme, on doit en revanche lui reconnaître un certain talent dans la description d’une opération des forces spéciales de la Garde Impériale, et plus particulièrement des paras Elyséens, dont le mode de déploiement par grav-chute est mis en scène de manière assez satisfaisante en ouverture de la nouvelle. Un autre bon point peut être attribué à Dows pour le soin qu’il a mis à doter chacun des six membres de l’escouade de Zachariah d’une (ébauche de) personnalité, permettant au lecteur de différencier les personnages sans trop de difficultés au bout de quelques pages. Mine de rien, un tel résultat nécessite un niveau certain en matière de character development, dont peu de contributeurs de Hammer & Bolter peuvent se targuer (d’ailleurs, In the Shadow of the Emperor pêchait dans ce domaine).   

 

De façon plus marginale, on peut également reprocher à The Mouth of Chaos quelques incongruités scénaristiques (voir ci-dessus), ainsi qu’une entorse manifeste (et assez surprenante de la part d’un auteur apparemment au fait sur la question1) au background canon, l’un des hommes de Zachariah se déclarant en effet impatient de retourner sur Elysea pour chasser du pirate, ce qui n’arrivera selon toute probabilité jamais. Cette innocente remarque est d’ailleurs toute proche de déclencher une crise d’apoplexie chez Hawkeye, légitimement contrarié du manque de culture de son sous-fifre2, ce qui semble laisser la porte ouvert  à une possible sérialisation des aventures des cadors du 158ème dans le futur (futur pas encore réalisé à l’heure actuelle, si on croit la bibliographie du bonhomme), histoire de permettre à Dows de faire toute la lumière sur les causes profondes de cet incident.

 

Le solde final reste cependant assez largement positif, cette deuxième contribution à Hammer & Bolter s’avérant être de bien meilleure facture que la précédente, ce qui m’autorise à répondre de manière positive à la question posée en conclusion de la critique de In the Shadow of the Emperor quelques mois plus tôt. J’adore les histoires qui se terminent bien.

 

1 : Dows va même jusqu’à citer le nom d’un obscur Inquisiteur martyrisé par le Chaos (De Haan), créé par Graham McNeill dans Killing Ground.

 

2 : La vraie raison de la réaction épidermique de Zachariah à la bourde du première classe Beor n’est pas donnée, et cette relation apparemment compliquée avec la notion de retour au foyer est un autre point commun entre les Elyséens de Dows et les Tanith d’Abnett.

 

Fluff :

  • Garde Impériale (Régiment nommé): Le symbole du 158ème régiment d'Elysea est un aigle tenant le crâne d'un Ork dans une serre et une tête humaine avec un cache-œil dans l'autre. On en déduit que le régiment s'est particulièrement illustré dans la lutte contre les peaux-vertes et les pirates humains du secteur.
  • Personnage nommé: Mention d'un De Haan, qui est soit un Inquisiteur martyrisé par les armées du Chaos et est depuis vénéra comme un Saint Impérial (personnage créé par Graham McNeill dans Killing Ground), soit un Apôtre Noir Word Bezarers manipulé et tué par les Eldars (personnage créé par Matthew Farrer dans Snares & Delusions).

 

Monolith

Révélation

Summer of Reading 2015/2015/24 pages

 

Intrigue :

monolith.png?w=402&h=618On retrouve le Sergent Zachariah et son escouade de Paras Elyséens, déjà croisés dans ‘The Mouth of Chaos’, alors qu’ils répondent à l’appel à l’aide d’une force de Cadiens stationnés sur le monde d’Ophel Minoris, et attaqués par un ennemi des plus terrifiants : une bande de Raptors chaotiques. Fidèles à leur doctrine, les Elysées commencent la nouvelle assis dans la soute de la Valkyrie qui les amène au-dessus de leur cible (un monolithe géant assez semblable aux pylônes noirs de Cadia), mais le calme relatif de ce déplacement professionnel est interrompu par un grand boum sur la carlingue de l’appareil. Ce n’est pas la DCA ennemie qui a repéré les engins impériaux, non non : c’est un Raptor qui a pris sur lui d’attaquer à la griffe énergétique le Blablavion de Zach et Cie, situation ubuesque mais aux conséquences tragiques, puisque seul notre héros et un de ses hommes (Adullam) survivront à cet assaut. Cela n’empêche pas Zachariah de s’illustrer par un exploit improbable dont il est coutumier, cette fois-ci en attrapant au vol un Cadien qui s’était fait balancer par-dessus-bord par les Astartes renégats, et en le ramenant sain et sauf sur le plancher des vaches. Prends des notes, Spiderman.

 

Après avoir pansé ses blessures, le trio (le Cadien s’appelle Pedazhur, by the way) décide de monter tout en haut du monolithe afin d’empêcher les Raptors de faire sauter l’espèce de temple en ruines qui se trouve au sommet de la structure. Personne ne sait trop à quoi cette dernière sert, mais dans le doute, faire de l’antijeu reste une tactique valable. S’en suit le récit d’une ascension pénible, aussi bien pour nos braves Gardes, qui doivent composer avec l’attaque d’un Raptor un peu trop stupide pour son propre bien et une infrastructure en très mauvais état, que pour le lecteur qui a bien du mal à comprendre ce dont il en retourne, tant Dows peine à rendre intelligible sa description des combats.

 

Sans surprise, la nouvelle se termine par un affrontement (littéralement) au sommet entre les teams Z (pour Zachariah) et S (pour Shamhuth). Chaque équipe comptant trois membres, et celle du Chaos n’étant composée que de Raptors frais et dispos, alors que l’Imperium est représenté par des Gardes blessés et épuisés par vingt étages montés à pied, on se dit que le match va être plié en deux-deux. Cependant, Pépé devait veiller sur ses ouailles à ce moment précis, car la Garde Impériale remporte une victoire probante par un score final de 3 morts à 1, seul Pet d’Azur succombant à un violent choc à la tête pendant la baston. La palme revient une fois de plus à l’insurpassable Zachariah, qui se paie le luxe de tuer Shamhuth en lui glissant une grenade dans le slip alors que les deux adversaires étaient en train de se faire des papouilles en chute libre, Gandalf & Balrog style, avant de lui piquer son jet pack, de le remettre en route, de repartir jusqu’en haut du monolithe (suspendu à bout de bras), et de se laisser choir dans les ruines du temple juste avant que le jet pack ne tombe à court d’énergie. Bien sûr, l’expérience le laisse un peu moulu, mais c’est un petit prix à payer pour se farcir une escouade de Raptors quasi en solo. Sly Marbo n’a qu’à bien se tenir…

 

Avis :

Eh bien, ça faisait longtemps que je n’avais rien lu d’aussi nul. Le verdict peut paraître sévère (et il l’est), mais j’ai du mal à croire que Chris Dows se soit beaucoup foulé pour écrire cette nouvelle indigente, et surtout complètement incompréhensible par moments. Les scènes d’action en trois dimensions – assez fréquentes quand la plupart des participants ont un jet pack – sont en effet si mal mises en scène que j’ai rapidement cessé de tenter de me représenter ce qu’il se passait dans ces moments, confiant dans le fait que Zachariah finirait toujours par s’en sortir, peut-être imité par un de ses sous-fifres, et que ses adversaires mordraient au contraire la poussière d’une manière plus ou moins réaliste.

 

Et puisqu’on parle de réalisme, mon autre principal grief porte sur ce point précis. Lorsque j’ai lu le résumé de ‘Monolith’ au moment de son achat sur le site de la BL, j’étais curieux de voir comment Dows parviendrait à rendre de façon crédible une (probable) victoire de Paras Elyséens sur des adversaires leur étant supérieurs en tout point. Dan Abnett ayant été taxé d’infâme gros bill lorsque ses Tanith avaient corrigé quelques Astartes félons dans ‘A Blooding’ et ‘Traitor General’, je me doutais que la tâche ne serait pas aisée pour Dows, mais on assiste ici à un refus d’obstacle pur et simple. Pour le dire crûment, nos héros réussissent absolument tout ce qu’ils tentent et bénéficient d’une chance insolente, tandis que leurs adversaires, en plus d’être cons comme des balais, sont poursuivis par une déveine carabinée… quand ils n’oublient pas tout bêtement d’utiliser leur équipement. Dans ces conditions-là, même le physique avantageux, l’entraînement poussé et l’équipement de pointe d’un Space Marine ne peut rivaliser. Dommage que la vraisemblance du récit passe également à la trappe.

 

Bref, vous aurez compris que je ne recommande absolument pas ce ‘Monolith’, à moins d’être attiré par les entrées nanardesques du catalogue de la Black Library. Si c’est le cas, ruez-vous au contraire sur cette nouvelle.

 

Fluff :

Rien de transcendant.

 

Autres (1)

 

In the Shadow of the Emperor

Révélation

Hammer & Bolter #14/2011/24 pages

 

La première publication de Chris Dows dans Hammer & Bolter est assez déconcertante, en ce qu’elle semble s’inscrire dans un cycle narratif, qui, sauf erreur de ma part, n’a pas encore été publié par la Black Library. Plus habitué à évoluer dans l’univers de Star Trek que celui de Warhammer 40.000, Dows livre une nouvelle à l’intrigue et au déroulé assez opaques, et dont le propos peut être résumé comme suit.

 

Intrigue :

Surpris par la matérialisation soudaine hors du Warp de deux Space Hulks infestés d’Orks, le capitaine Barrabas (aucun rapport explicite avec le lauréat du titre de Mister Jérusalem 33, Jésus finissant, comme chacun sait, premier dauphin) emmène les rescapés du croiseur impérial Merciless Fist (dont il était le capitaine) sur la surface d'une planète voisine.

 

Poursuivis par des peaux vertes désireux d’aller jusqu’au bout de leur démarche d’extermination, notre petit groupe de survivants tente tant bien que mal de distancer ses assaillants, survivre à la faune locale et empêcher le Commissaire Abdiel de vider son pistolet bolter sur le pauvre Barrabas, pour lequel il voue une haine aussi profonde que succinctement expliquée par l’auteur.

 

Apparemment, le grand-père de Barrabas, sous les ordres duquel Abdiel servait, s’est débrouillé pour détruire son cuirassé Emperor au cours d'un affrontement, ce qui a précipité la disgrâce du Commissaire, accusé par sa hiérarchie d’avoir failli à son rôle en n’exécutant pas le faquin avant qu’il commette l’irréparable. Ayant survécu à l’explosion du vaisseau, Abdiel s’est depuis arrangé pour suivre les descendants de papi Barrabas (eux aussi commandants de vaisseau, comme c’est pratique1) comme leur ombre, prêt à se venger des errements de ce dernier sur sa progéniture.

 

1 : Ils auraient choisi de devenir fleuristes, il aurait eu l’air fin.

 

Avis :

Ces rapports compliqués - Abdiel passant l’essentiel de son temps à menacer Barrabas d’une exécution sommaire, sans qu’on sache trop pourquoi il se ravise à chaque fois - entre les deux personnages principaux de la nouvelle s’appuient donc sur une histoire commune sommairement brossée par Dows, qui oublie se faisant que le lecteur lambda n’a qu’une notion limitée de la rivalité existant entre ces deux personnages. Pour tirer un parallèle avec un autre duo de la BL aux relations ambiguës, c’est un peu comme si on nous demandait de comprendre pourquoi le major Rawne décide de ne pas tuer Gaunt sur son lit d’hôpital à la fin de Necropolis, sans avoir rien lu de la série des Gaunt's Ghosts auparavant.

 

Les autres personnages qui gravitent autour du duo central sont traités de la même façon, Dows laissant entrevoir au cours de son récit des bribes d’épisodes antérieurs pouvant justifier les comportements, autrement inexpliqués, de chacun. Par exemple, il n’est jamais clairement expliqué pourquoi l’un des survivants (Barat) prend systématiquement le parti d’Abdiel, alors que le reste du groupe est plutôt enclin à suivre Barrabas. Cet attachement est d’ailleurs mutuel, le Commissaire faisant demi-tour sous le feu de l’ennemi pour chercher un Barat blessé par un tir de mortier. Cette absence d’informations, assez frustrante, se retrouve tout au long du récit, obligeant le lecteur à meubler lui-même les vides laissés par l’auteur, ce qui, à la longue, est assez fatigant.

 

À ce premier manquement, que j’ai trouvé très rédhibitoire, vient se greffer une narration des plus heurtées, dans laquelle les séquences s’enchaînent sans véritables transitions, ce qui m’a plus d’une fois amené à revenir en arrière afin de m’assurer que je n’avais pas raté un élément essentiel à la compréhension du passage présent. La rareté des connecteurs logiques dans le récit est en grande partie responsable de cette pagaille, et le temps semble parfois s’accélérer ou au contraire ralentir au gré de la fantaisie de Dows. Ce dernier fait ainsi surgir des antagonistes avec la brusquerie de diables en boîtes, qu’ils s’agissent de « banshees », sortes de ptérodactyles à ailes laser (comprendre : capables de fracturer la pierre) chassant en meute1, ou de bandes d’Orks vraiment très furtives (à moins que ce soient les éclaireurs humains qui soient particulièrement nuls, ce qui est très possible).

 

Enfin, à l’instar des textes précédents de ce numéro (et de manière encore plus accentuée), on a vraiment l’impression que In the Shadow of the Emperor a été écrit au fil de l’eau, sans se soucier que les idées couchées par le papier fonctionnent à peu près correctement, ou même ne soient simplement vraisemblables. Dans la première catégorie, on retrouve par exemple un lieu à la topographie très particulière, invoqué par Dows afin de mettre en scène un dernier carré héroïque entre les hordes peaux vertes et la poignée de survivants impériaux. Imaginez une espèce de promontoire rocheux à la surface plane, uniquement relié à la falaise qui lui fait face par un pont naturel dont le milieu est plus fin que les deux extrémités (Khazad-dum like en quelque sorte). Vous y êtes ? Maintenant, imaginez que ce pont soit constitué de sables mouvants, et vous aurez une assez bonne représentation du décor dans lequel se joue la dernière scène de la nouvelle.

 

Dans la seconde catégorie, outre l’acharnement et les talents de pisteurs peu communs des Orks de Dows, dont une demie Waaaaaagh! semble être aux trousses de la quarantaine de survivants de la bataille navale introductive, et arrive à retrouver la trace de ces derniers à travers marécages impénétrables et souterrains effondrés, on ne peut que soupirer devant la désinvolture de Barrabas, qui ne consent à allumer la balise de localisation bricolée par ses hommes qu’au moment où les Orks arrivent en vue du lieu où les impériaux sont retranchés, soit trois bonnes heures après la découverte du fameux promontoire, formant selon ses propres mots une piste d’atterrissage idéale pour un vaisseau de secours. Vaisseau de secours qui arrive évidemment juste après que les Orks aient été repoussés manu militari, soit quelques minutes seulement après l’allumage de la balise. Il n’est donc pas absurde de penser que Barrabas et ses copains auraient pu s’échapper en douce de la planète si seulement ce dernier avait pensé à allumer son cerveau. Évidemment, le dénouement aurait perdu en héroïsme ce qu’il aurait gagné en vraisemblance, mais à tout prendre, j’aurais préféré que la rationalité l’emporte (pour une fois) sur l’instinct de bourrinisme bas du front qui pousse certains auteurs de la BL à inclure des scènes de baston dès qu’ils le peuvent dans leurs écrits. Certes, il paraît que dans les ténèbres d’un lointain futur, il n’y a que la guerre, mais tout de même.

 

Bref, ce ne fut pas le grand coup de foudre avec la prose de Dows, dont l’unique autre contribution aux univers franchisés de Games Workshop a été (pour le moment) une deuxième nouvelle, publiée dans le numéro 22 de Hammer & Bolter. Rendez-vous dans quelques mois pour voir si le bonhomme a progressé.

 

1 : Autre idée brillante s’il en est. N’y avait-il personne au sein de la Black Library pour suggérer à Dows de choisir un autre nom pour ses bestioles indigènes ? Ce n’est pas comme si le terme « Banshee » n’était pas légèrement connoté dans l’univers de Warhammer 40.000.

 

Fluff :

Rien de transcendant.

 

 

Chris Forrester (2)

Révélation

 

Avant de rejoindre la Black Library en 2021, Chris Forrester a écrit deux livres consacrés aux satellites de communication et à la télévision satellitaire (ce qui est une voie royale pour passer à la science-fiction, tous l'admettent). Depuis, il a écrit quelques nouvelles pour Warhammer 40.000, comme 'Disgraced' et 'Legacy of Posul'.

 

Disgraced merci @gilian !

Révélation

The Successors/2022/12 pages

 

Intrigue :

Sur le champ de bataille, vêtu d'une armure éclaboussée de sang, épée tronçonneuse à la main ; c'est la maison des deuxièmes fils de l'Ange. L'héritage de Sanguinius est une bénédiction, pas une malédiction, car les Flesh Tearers acceptent d'être ce que tous les Chapitres ssont vraiment : des monstres. Là où d'autres se cachent sous le vernis des parures et de la culture, le Chapitre de Gabriel Seth incarne la rage qui brûle au cœur de chaque fils de Sanguinius.

 

Le sergent Harox de la Première Compagnie des Flesh Tearers (et avec lui son escouade) avait été retiré du front principal contre les Genestealers et avait été réaffecté a la défense d’un pont insignifiant. Bien sûr il y avait des Xenos à tuer, mais il était en colère et il devait luter contre la rage qui essayait de prendre possession de lui.

 

Certains diront que cette réaffectation était de sa faute, après tout il avait estropié une demi escouade de Primaris à lui seul, mais ce n’était pas une raison pour le confiner à une mission d’arrière-garde…

 

Alors pour passer le temps il s’était donné pour objectif de tuer le commandant adverse, mais plus le temps passait et plus il sentait la rage monter en lui. Il savait très bien ce qui était en train de se passer et il espérait avoir le temps de finir sa mission avant de perdre la raison.

 

Il a fini par trouver le commandant adverse mais au moment où il était en train de l’étrangler… L’Ange poussa les portes et entra sur le pont de commandement du Vengeful Spirit

 

Avis :

Chris Forrester a réussi en une petite nouvelle d’à peine douze pages à nous parler de la Rage Noire (la descente aux enfers du Sergent Harox est particulièrement bien décrite), des soucis entre les anciens Marines et les nouveaux Primaris et de la crainte de voir les spécificités gommées pour au final avoir des Ultramarine peints en rouge (la fameuse déclaration de Gabriel Seth à la fin de la dévastation de Baal).

 

Il a fait le travail avec un final inoubliable ^^.

 

Fluff :

...

 

Legacy of Posul merci @gilian !

Révélation

The Successors/2022/13 pages

 

Intrigue :

Produit d'un monde plongé dans des ténèbres sans fin, les Mortificators tiennent plus de leur monde natal de Posul que de leurs pères génétiques Ultramarines. Rencontrer ces Space Marines d'une sauvagerie inhumaine sur le champ de bataille, c'est rencontrer la brutalité incarnée, et mourir de leur main, c'est voir votre crâne pris comme trophée - preuve de la mort des ennemis de l'Empereur.

 

Devan Arathos était le dernier Apothicaire de la deuxième Compagnie des Mortificators encore en vie et il lui revient donc l’honneur (autant que ça puisse être un honneur) d’évacuer les glandes du Chapitre de l’Apothecarion avant que les World Eaters qui sont en train de mettre à sac la forteresse ne les trouvent.

 

La progression est difficile et les cultistes alliés aux berserkers sont partout. En plus de cela les renforts qui devaient les rejoindre sont tombés dans une embuscade et se sont fait exterminer. Arathos se retrouve a la tête des cinq survivants de la deuxième Compagnie et il est tiraillé entre son devoir envers le Chapitre et son devoir envers ses frères survivants.

 

Après bien des efforts et avoir pris des risques inconsidérés pour sauver le dernier Chapelain de la Compagnie, il doit se rendre à l’évidence : il a échoué et sacrifié ses frères pour rien. Mais il a au moins réussi à sauver les glandes progénoïdes et le Chapitre survivra.

 

Avis :

Chris Forrester nous livre une bonne petite nouvelle sur les Mortificators en donnant quelques éléments de fluff et en décrivant un Chapitre presque à l’agonie. L’histoire reste relativement classique et elle aurait surement été meilleure avec un petit twist final, par exemple avec la disparition du Chapitre^^.

 

Fluff :

...

 

 

Chris Pramas (2)

Révélation

 

Chris Pramas est aujourd’hui une figure bien établie du jeu de rôle, et a à son actif des dizaines de suppléments écrits pour à peine moins de franchises (Dungeons & Dragons, Dragon Age, Freeport, Warhammer Fantasy Roleplay, Dark Heresy…). Sa plume prolifique a signé deux nouvelles pour Warhammer 40.000 au tout début de la Black Library : ‘The Black Pearl’ et ‘Into the Maelstrom’, publiées dans dans l’anthologie du même nom.

 

Into the Maelstrom

Révélation

Into the Maelstrom/1999/13 pages

 

40k_into-the-maelstrom.pngFigure bien connue du petit monde du jeu de rôle, notamment du fait de son implication dans le développement de licences telles que Warhammer Fantasy Roleplay (2ème Edition), Dragon Age RPG, DC Adventures, A Song of Ice and Fire Roleplaying ou Dark Millenium Online, Chris Pramas a rédigé deux nouvelles pour le compte de la Black Library, publiées toutes deux dans l’anthologie Into the Maelstrom (nommée d’après un texte de Pramas), et rééditées quelques années plus tard dans Let the Galaxy Burn.

 

Intrigue :

Capturé après l’abordage malheureux d’un croiseur White Scars par ses camarades Red Corsairs, l’archiviste Sartak doit prouver sa loyauté retrouvée envers l’Empereur (car la vue d’une dizaine de bolters braqués sur sa tête l’a aisément convaincu de retourner sa veste énergétique, étonnant non ?) en informant ses nouveaux copains de la destination du prochain raid de Huron Sombrecoeur hors du Maelstrom. Notre héros repentant arrivera-t-il à abuser le paranoïaque ex Tyran de Badab assez longtemps pour accomplir sa périlleuse mission ?

 

Avis :

Si on met de côté les zones d’ombre1 de l’argument d’Into the Maelstrom, que l’on peut imputer à la plus grande permissivité qui régnait à cette époque (voir Hell in a Bottle de Simon Jowett pour s’en convaincre), cette nouvelle se révèle être très convenable. La force de l’écriture de Pramas est d’arriver à retranscrire la course contre la montre dans laquelle est engagée son héros, et l’étau qui se resserre de plus en plus autour de lui au fur et à mesure des pages. Into the Maelstrom peut également se targuer de bénéficier d’un final réussi, autant du point de vue de la construction narrative que du respect de l’ambiance nihiliste de Warhammer 40.000, et de la participation du Huron Sombrecœur convaincant en psychopathe retors et flamboyant.

 

1 : « Seigneur Subotai Khan, le Red Corsair que nous avons fait prisonnier après l’attaque de notre barge de bataille (au lieu de lui coller un bolt dans le crâne, comme il aurait été normal) est réveillé et attend votre bon plaisir. »

« Faîtes le entrer. »

« Qui a été un vilain garnement, hum ? »

« Je dois reconnaître que j’ai commis quelques erreurs ces dernières années votre honneur, mais depuis que vous m’avez capturé et me tenez à votre merci, j’ai très envie que nous devenions copains. Vive l’Imperium donc. »

« Merveilleux. Maintenant que tu as miraculeusement retrouvé foi en l’Empereur, tu es libre de retourner chez les Red Corsairs. Essaie juste de nous dire où Huron dirigera sa prochaine attaque, de manière à nous permettre de le prendre en embuscade. »

«  Vous ne préférez pas plutôt que je vous mène directement jusqu’à la flotte des Red Corsairs, chose dont je suis capable selon l’auteur de la nouvelle ? »

« Nan. »

« Euh, d’accord, c’est comme vous voulez… Mais imaginons – je dis bien imaginons –  que mon repentir ne soit pas sincère, et qu’une fois de retour dans le Maelstrom, je vous fasse parvenir des informations erronées, permettant à Huron d’attaquer une planète sans défense, ou pire, de retourner l’embuscade des White Scars contre eux. Vous avez prévu quelque chose pour ce cas de figure ? »

« Bien sûr ! Le fidèle Arghun ici présent t’accompagnera dans ta mission, et s’assurera que tu mènes à bien cette dernière. »

« Vous êtes bien conscient que Huron risque de le faire tuer à la minute où il posera les yeux sur lui, hein ? Et que même dans le cas où il survivrait à son bizutage, il n’aurait aucun moyen de vous avertir de mon hypothétique trahison, étant donné que je serai celui qui vous transmettra les coordonnées du prochain objectif de Huron grâce à mes pouvoirs psychiques ? »

« Tu as raison Sartak, mon plan repose entièrement sur ta pleine et entière coopération. Mais j’ai tout à fait confiance en toi, car nos trente secondes d’entretien m’ont convaincu qu’en dépit des actes monstrueux que tu as commis en tant que Red Corsairs, tu es quelqu’un de bien. Pars avec ma bénédiction. »

« Merci Subotai Con, heu Khan. »

 

Fluff :

  • Red Corsairs (Dreadnoughts): Les sarcophages des pilotes de Dreadnought Red Corsairs sont gardés dans le grand temple du vaisseau amiral de Huron Sombrecœur, et protégés par un sceau (ou un phoque, ce serait drôle tiens) magique (the Great Seal).
  • Red Corsairs (organisation): Le vaisseau amiral des Red Corsairs est divisé en plusieurs quartiers distincts, chacun accueillant une secte particulière. Les disciples de Khorne sont menés par Crassus, un ancien Ultramarine.
  • Red Corsairs (personnages): Les Red Corsairs ne comptent que peu de psykers dans leurs rangs, ce qui confère un statut privilégié à ces derniers. Le plus puissant sorcier à la solde de Huron Sombrecœur est un certain Garlon Souleater.


The Black Pearl

Révélation

Into the Maelstrom/1999/19 pages

 

Intrigue :

the-black-pearl.png?w=199Fraîchement nommé Chapelain Interrogateur, Uzziel des Dark Angels emmène ses frères sur le monde exodite de Lughnasa, afin de vérifier une information obtenue du premier Déchu qu’il a capturé. Selon la confession du traître, la mythique épée du Lion, maniée par le Primarque de la première Légion au cours de la Grande Croisade, et perdue au cours de la destruction de Caliban, reposerait en effet dans un temple de cette planète.

 

Avis :

Une nouvelle rythmée et assez bien construite, dans la droite lignée d’Into the Maelstrom. Comme cette dernière histoire, The Black Pearl se termine par un petit twist1 qui, sans être transcendant, conclut le récit de manière opportune et démontre que Pramas a bien intégré les codes de 40K (Praaaaa-maaaaaaaaas…ton univers impitoyaaaa-aaa-bleuh).

 

Reste qu’utiliser les Dark Angels comme protagonistes est un exercice périlleux, les multiples couches de secrets et de rumeurs entourant les Impardonnés obligeant l’auteur à procéder avec prudence. Malgré sa maîtrise du background (mention est faite de Moloc(h)ia, Chapelain Interrogateur détenteur du highest score en matière de confessions de Déchus), Pramas se prend les pieds dans le tapis pelucheux du fluff des Anges de la Mort à quelques reprises. Rien de très grave, je vous rassure, mais il fallait tout de même que le signale. Paradoxalement cependant, ce sont les (petites) révélations sur le passé des Dark Angels glissées par Pramas dans The Black Pearl2 qui constituent l’intérêt principal de la nouvelle. Les vieux de la vieille apprécieront aussi la présence de chevaliers dragons Exodites en tant qu’antagonistes, même si l’auteur se contente de les balancer sur les Space Marines dans une reconstitution futuriste de la charge de la brigade légère (si tant est qu’un chevaucheur de megadon puisse être considéré comme un cavalier léger) à la bataille de la Balaklava, et ne s’attarde donc guère sur la culture de ces fiers guerriers tribaux.

 

Honnête mais finalement assez terne, en ce qu’elle n’explore pas assez à mon goût la psyché si particulière des Dark Angels (une joyeuse bande de zélotes psychorigides et intolérants au plus haut point, à la fois arrogants à l’extrême et terrifiés à l’idée que le reste de l’Imperium apprenne leur honteux petit secret), The Black Pearl constitue une lecture assez dispensable, sauf si vous êtes un amateur inconditionnel de Lionel et de ses fistons.

 

1 :

 

2 : Référence à la perle noire que les Chapelains Interrogateurs des chapitres Impardonnés ajoutent à leur Rosarius pour chaque Déchu qu’ils « convainquent » de se confesser.

 

Fluff :             

  • Space Marines (caractère) : On connaissait de longue date le penchant des Space Marines renégats pour le meurtre, la torture, le pillage et la profanation. Pramas suggère que certains d’entre eux seraient également des violeurs.
  • Révélation

    Epée de Luther : Reposait dans la « Tombe des Martyrs », située sur le monde exodite de Lughnasa depuis un temps indéfini. Sa garde d’or représente un ange, dont les ailes déployées forment les quillons. La base de la lame est gravée des mots ”To Luther, friend and comrade-in-arms. May your faith be your shield. LEJ”. S’agissant d’un artefact chaotique, elle a tendance à exacerber les désirs de son porteur, voire à le plonger dans une folie des grandeurs digne d’un méchant de James Bond. Uzziel résiste à la tentation et l’emporte avec lui à la fin de la nouvelle. On suppose qu’elle doit maintenant reposer dans une crypte secrète du Roc, en compagnie de son ancien possesseur.

 

 

Chris Thursten (1) logo-whr.png

Révélation

 

Chris (most common BL prénom EVER) Thursten est un auteur et concepteur de jeux vidéo, ayant commencé à écrire pour la Black Library en 2022. Il a signé 'Pain Engine' pour la partie grimdark de Warhammer Horror.

 

Pain Engine logo-whr.png

Révélation

Warhammer Horror Week 2022/2022/14 pages

 

Intrigue :

Pain EngineOù l’on suit la longue et – forcément – macabre quête d’un Haemonculus drukhari pour acquérir un modèle de Talos customisé, qui avait fureur/des ravages lors d’une olympiade à Commoragh où notre héros était présent. Nommé Steeve Seethe, cette belle bestiole ne se révèle pas d’une approche facile : après avoir sacrifié, comme il s’y attendait, tous ses suivants dans les divers pièges mortels protégeant le laboratoire du créateur d’Achille Talos, l’Haemonculus pénètre seul dans le repaire de son estimé mais insaisissable collègue.

 

Là, il se retrouve face à un prototype inachevé de Talos, et entouré par divers cadavres en état de décomposition plus ou moins avancé, à travers lesquels le constructeur de Seethe s’exprime. Notre héros, qui n’est pas né de la dernière pluie acide, comprend rapidement qu’il est soumis à un véritable entretien d’embauche, et doit ainsi répondre au grand classique « racontez-moi trois projets dont vous êtes particulièrement fier (et pourquoi) ». Jamais mal à l’aise quand il s’agit de parler de sa vie et de son œuvre, l’Haemonculus décrit par le menu les diverses tribulations et collaborations (s’étant toujours très mal finies pour ses partenaires, bizarrement) qui lui ont permis d’arriver jusqu’ici.

 

Il y a ainsi eu une joint-venture avec un Fleshcrafter du nom de Vyst, exécuté par le successeur de l’Archonte auquel nos compères avaient juré allégeance, et transformé en Grotesque après une éternité de résurrections débilitantes. Il y eut ensuite un M.O.U. avec la Boulangère Pain-Master Talec, vaporisée par un tir de destructeur bien placé après qu’elle se fut montrée plus intéressée par réaliser des tests de Rorschach dans des entrailles de Cabalites que de progresser dans la quête de Seethe. Enfin, notre Haemonculus trouva rigolo de contaminer un camarade (Sziadan) avec un parasite très spécialisé, qui fit fusionner son âme avec son squelette. Squelette qui demanda ensuite le divorce avec le reste du corps du malheureux Drukhari. Et l’obtint. Just a prank, bro. Impressionnant, certes, mais serait-ce suffisant pour gagner le respect d’un artisan aussi doué que Papa Steeve ?

 

Révélation

…Et la réponse est oui. Mais comme les histoires d’Eldars Noirs ne peuvent pas bien se terminer (c’est contractuel), notre héros se rend bientôt compte qu’il ne va pas repartir avec Seethe. Plutôt, il va devenir Seethe, comme le modèle de Talos à moitié construit qui trônait au milieu du laboratoire depuis le début de la nouvelle le laissait à peine entrevoir. Appelez ça la poire d’angoisse de Tchekhov. Le rideau tombe sur le début de la transformation de l’Haemonculeur haemonculé, alors que le capot du Talos se referme sur la forme frêle de notre héros. Tel est pris qui croyait (ap)prendre…

 

Avis :

J’ai moyennement apprécié cette soumission de Chris Thursten, que j’ai trouvé très maniérée au niveau de son style (c’est rare pour des écrits de la Black Library, mais ça arrive, coucou Nik Vincent), et très lacunaire au niveau de son intrigue. Le fait que le twist final de la nouvelle soit éventé au cours des premières pages (la manière dont ‘Pain Engine’ est construit ne ménage aucun suspens sur sa conclusion) ne m’a pas non plus mis dans de très bonnes conditions, je dois avouer. Pour finir, l’aspect horrifique est assez limité, ce qui est un comble pour une histoire mettant en scène l’entrée la plus gore du Codex le plus dérangeant de Warhammer 40.000. Du potentiel, certainement, mais encore non réalisé pour autant que je puisse le dire.

 

Fluff :

Rien de transcendant.

 

 

Chris Winterton (1) logo-whr.png

Révélation

 

La courte bio que l’on trouve à la fin de sa première nouvelle écrite pour la Black Library (‘The Stacks’) indique que Chris Winterton est un fermier et un auteur (dans cet ordre) du Leicestershire. On n’en sait pas plus à ce stade.

 

The Stacks logo-whr.png

Révélation

Warhammer Horror Week 2022/2022/14 pages

 

Intrigue :

https://nebelheim.files.wordpress.com/2022/10/the-stacks.pngC’est la panique à la grande bibliothèque de Fransoimiterandia1. Cette noble et ancienne institution a en effet reçu la visite, pas franchement amicale, des saints mais peu patients Ordos, qui ont besoin d’un ouvrage bien particulier pour faire avancer une de leurs enquêtes. Petit problème : si la bibliothèque qui nous intéresse est le lieu parfait pour stocker des documents, elle est en revanche beaucoup moins au point pour les retrouver de façon rapide et fiable. Des générations d’adeptes ont passé leur vie à tenter de mettre au point un système d’archivage et de classement digne de ce nom, en pure perte. Cela a d’ailleurs tellement énervé le dernier Inquisiteur qui voulait récupérer ‘Martine sur le Trône d’Or’ pour un babysitting non planifié que ce dernier a décrété l’autodafé d’une partie des ouvrages, avec quelques archivistes ineptes en guise de bougies décoratives sur le haut du bûcher. Aussi, notre héroïne, la pâlotte mais consciencieuse Archivist-Praefectus Livia Tirio, comprend qu’il est dans son intérêt et celui de ses collègues de mettre la main sur le bouquin demandé sans trop tarder, et de préférence avant que l’acolyte inquisitorial envoyé sur place ne le fasse lui-même. Question d’orgueil professionnel, sans doute.

 

Ayant réussi à identifier un secteur de recherche prometteur après des jours et des nuits de recherche effrénés, elle part sur le terrain équipée seulement d’un sac de bougies réglementaire et de son vœu de silence (eh, c’est une bibliothèque, what did you expect ?), accompagnée par un Servo-Crâne relayant ses progrès à ses supérieurs. On apprend à cette occasion qu’il est tout à fait possible, et même hautement probable, de disparaître corps et biens dans le rayonnage, qui s’étend sur des centaines de kilomètres carrés, triste destin qui a déjà été le lot de la majorité de ses collègues. Grosse motivation donc. Alors qu’elle progresse vers sa destination, elle fait quelques rencontres pas franchement sympathiques, à commencer par le cadavre d’un archiviste à la plume tellement leste qu’il a continué à écrire sur ses robes, puis sur sa peau (avec une plume en métal, ça coupe un peu beaucoup) après avoir recouvert toutes les pages de son cahier. Bilan des courses, le gonze s’est vidé de son sang pendant sa scarification manuscrite. Tout le monde n’a pas le talent d’un Erebus. Un peu plus tard, elle surprend un autre adepte très occupé à dévorer des livres, de façon beaucoup trop littérale (et pas littéraire) à son goût. Lorsqu’il se met à vomir des torrents d’encre après avoir avalé de travers, elle s’éclipse sans se faire remarquer. Pour ne rien arranger, une présence furtive et très possiblement hostile s’est mise en tête de la suivre dans le dédale des couloirs, la forçant à se passer des chandelles fort utiles pour se repérer dans l’obscurité de la bibliothèque afin de semer son poursuivant.  

 

Enfin, elle parvient à la section où elle pense pouvoir trouver l’ouvrage tant convoité, et qui ne contient que des tomes frappés d’anathème et gardés dans des cages (ce qui n’est pas du tout inquiétant pour la suite, bien sûr). Guidée par le tapis de bougies qu’un collègue consciencieux a laissé derrière lui, elle arrive jusqu’à l’emplacement qu’elle avait repéré, où elle trouve un autre Archiviste totalement dément et/ou très impliqué dans son roleplay d’Inquisiteur. Il a avec lui un livre qui ne peut être que celui qu’elle recherche, mais n’a pas le temps de lui signaler poliment de le lui prêter que le malheureux bibliothécaire se prend deux tirs de pistolet laser dans le torse et finit raide mort. C’est l’agent inquisitorial, qu’elle n’avait finalement pas réussi à distancer, qui fait son apparition et l’aurait tout aussi bien trucidé, n’eut été pour sa malheureuse idée de se promener avec une fiole en cristal contenant de l’huile (inflammable) accrochée autour du cou. Dans la bagarre, Livia parvient à casser le récipient, puis à lancer une bougie sur son assaillant, qui décide de faire une Denethor et s’en va sans demander son reste.

 

Affaiblie et possiblement mourante (elle a pris elle aussi un tir de laser pour sa peine), Livia se saisit enfin de ce damné bouquin…

 

Révélation

…Et décide de traverser le portail, catégoriquement démoniaque, qui s’est ouvert au-dessus du livre. Du moment qu’elle le rend dans les deux semaines et dans l’état dans lequel il lui a été remis, elle peut aller le lire où elle veut, pas vrai ?

 

1 : Comprendre que la planète sur laquelle notre histoire se déroule n’est pas nommée, et que l’on sait juste qu’elle contient une graaaaaaaaaaaaaaaaaaaaande bibliothèque. Permettez que je m’adapte.  

 

Avis :

Chris Winterton réussit un sans faute remarquable pour sa première soumission siglée Warhammer Horror… jusqu’au moment de conclure son histoire, qui se termine de façon assez terne et indigne des trésors de montée en puissance atmosphérique mis en œuvre sur les pages précédentes. Dommage mais en rien rédhibitoire pour notre homme, qui s’impose comme un auteur très à l’aise dans l’école horrifique – ce qui est bien – et parfaitement à l’aise avec le concept de grimdark (une bibliothèque de la taille d’une cité, avec un système d’archivage et d’éclairage dignes du XIIème siècle, quoi de plus 40K ?) – ce qui est encore mieux. Si vous cherchiez le digne successeur de Peter Fehervari dans le genre « angoisse deluxe », Chris Winterton pourrait très bien vous plaire…

 

Fluff :

Rien de transcendant.

 

 

Chris Wraight (14) warhammer-crime.png?resize=107,107

Révélation

 

Membre à part entière de la « Jeune Garde » de la Black Library, Chris Wraight a commencé à faire parler de lui au tournant des années 2010, enquillant comme ses collègues de l’époque nouvelle sur nouvelle jusqu’à obtenir le droit de publier son premier roman sous les couleurs de la maison d’édition de Nottingham. D’abord spécialisé dans la littérature animalière ('Runes', 'Failure’s Reward', 'Wulfen', 'Kraken', 'Iron Priest', 'Battle of the Fang', 'Blood of Asaheim') et mécanique ('Flesh', 'Wrath of Iron'), notre homme a depuis diversifié ses contributions 40K, aussi à son aise dans les salons les plus select de Terra ('The Carrion Throne', 'Argent', 'The Emperor’s Legion') que dans les squats les plus insalubres de l’Oeil de la Terreur ('The Lords of Silence').

 

Loups y êtes vous ?  Space Wolves (5) :

 

  Kraken merci @gilian, @Kaelis et @Red Qafe !

Révélation

There Is Only War/2012/30 pages

 

Intrigue :

kraken.pnggilian :

Kvara avait perdu sa meute, ils étaient tous morts en combattant et lui, maudit soit-il, il avait survécu. Il était devenu un loup solitaire à la recherche de la vengeance sur le champ de bataille pour pouvoir expier sa faute et revenir vers les siens.

 

Mais le temps passait et il n’était pas satisfait, il ne cherchait plus la rédemption mais la mort. Il continuait à être hanté par la mort de ses frères de meute. Et il allait trouver la mort sur Lyses.

 

Le gouverneur du monde océanique de Lyses était confronté à un mystère, ses usines maritimes disparaissaient l'une apres l’autre sans laisser de traces. Il avait appelé à l’aide et pensait voir arriver une compagnie de space marine mais, à la place, c’est Kvara qui était arrivé.

 

Un unique space marine pour un petit problème qui était en train de condamné une planète. Les Astartes n’avaient visiblement pas la même notion de danger que les simples humains.

 

L’instinct de chasseur de Kvara lui faisait miroiter l’affrontement avec un monstre maritime digne des légendes de Fenris et une mort héroïque, mais, à la place il découvre un couvain Genestealer qu’il décide de purger seul. C’est le combat de trop pour notre noble space Wolves qui va enfin pouvoir rejoindre ses frères dans la mort. Non sans avoir emmené avec lui son ennemi.

 

C’était sans compter sur les forces planétaires qui viennent extraire son cadavre des décombres de la tanière ennemie. Et après des mois de coma,Kvara se reveille vivant. Mais son exil est terminé et il va rentrer sur Fenris rejoindre son clan. Sa soif de mort a été assouvie.

 

Kaelis :

L'histoire nous raconte comment un Loup Solitaire Space Wolf arrive sur une planète où les stations maritimes disparaissent toutes une par une. On apprend qu'il est le dernier membre d'une escouade qui s'est faite massacrer par un Seigneur du Chaos, et que même avant sa spacemarinisation, notre héros était déjà un chasseur de monstres, ayant tué un Kraken sur Fenris. Dans une station maritime, il trouve finalement des Hormagaunts et affronte à la fin un monstre marin tyranide (Trygon ? Mawloc ?) qu'il dépèce. Une trace de griffe ayant fait disparaître les noms de ses camarades défunts sur son armure, le Space Wolf décide de retourner dans son chapitre. Une nouvelle qui sent bon le SW, qui fonctionne pas trop mal... Si ce n'est les combats de monstres. Impossibles à suivre ou à comprendre, très brouillons, le combat avec le Kraken et surtout le monstre tyranide ne sont pas très intéressants en soi. Je suis également surpris par l'invasion en infiltration de la flotte-ruche Tyranide, qui serait plus le style des Cultes Genestealers que du gros des troupes.

 

Red Qafe :

Une planète impériale océanique voit les plate formes d'extraction de ressources nutritives être détruites les unes après les autres sans explication. Ils appellent à l'aide et un Space Wolf leur répond.


Un Space Wolf tout seul, qui ne s'embarrasse pas à leur expliquer pourquoi il est seul, et dont l'apparence hirsute déstabilise le Gouverneur qui se demande à quoi il a affaire.


Ce Space Wolf a juré de mourir en essayant de vaincre un Kraken (ou toute créature similaire), ou de réussir à le vaincre et de revenir au Chapitre, après la mort de toute son escouade face à des créatures du Chaos. Mais en explorant une plateforme apparemment vide, il découvre qu'elle est pleine de Tyranides. Alors qu'il les massacre, une créature immense détruit peu à peu la plateforme qui se met à couler.


Le Wolf va donc ainsi trouver son Kraken, qu'il va tuer avec une bonne explosion. Les impériaux parviendront à en conserver la tête pour la lui confier afin qu'il la ramène au Chapitre comme preuve qu'il a réussi l'épreuve qu'il s'était posée.


Dans le même temps, l'histoire raconte que lorsqu'il était encore humain, il était parvenu à tuer un Kraken de Fenris lors d'une sortie de pêche sur un bateau avec les autres pêcheurs du village, mais il avait pris un gros coup sur la tête qui ne guérissait pas. Des Wolves avaient entendu parler de son exploit et l'avaient sauvé en le transformant en l'un des leurs.

 

Schattra :

La planète aquatique de Lyses, habituellement si paisible, est confrontée à un mystère inquiétant. Les stations de collecte d’algues parcourant la surface de son océan disparaissent les unes après les autres, éparpillées façon puzzle par une force mystérieuse. Les investigations menées par les enquêteurs locaux (Morren Oen et Preja Eim) ne donnant rien, un appel à l’aide a été envoyé par les Astropathes de Lyses, et l’Empereur, fidèle à sa réputation de générosité, a provaïdé. Un pu(iss)ant guerrier de l’Astartes est en effet arrivé depuis le vide intersidéral, dans sa Twingo1 grise cabossée : Kvara des Space Wolves. Incarnation testotéronée et cradingue de la figure du loup solitaire, le nouveau venu traîne son mal-être et sa lassitude de zone de guerre en zone de guerre depuis vingt ans, cherchant à se confronter à un monstre suffisamment coriace pour apaiser l’esprit des huit guerriers de sa meute qu’il a perdus au combat sur Deneth Teros. Préférant opérer seul, Kvara demande qu’on lui prête un pédalo (énergétique, bien sûr) et qu’on lui indique la direction de la dernière catastrophe, et il se chargera du reste. Intimidé par la carrure et par l’odeur de l’ étranger, Oen accède à ses requêtes, mais prend soin de placer une balise GPS sous la coque du véhicule de courtoisie pour pouvoir suivre les faits et gestes du Space Marine.

 

Kvara, qui avant de boire au Canis Helix était chasseur de calmar-l’ermite colossal sur Fenris (le terme vernaculaire est hvaluri), et avant ça, apprenti sorceleur à Kaer Morhen, n’a aucun mal à traquer les mouvements de sa proie en fermant les yeux et humant la brise une fois arrivé sur les lieux du naufrage, ce qui est illogiq… bien pratique pour faire avancer le scénario. On va dire qu’il a pris la spécialisation « vieux loup de mer » lors de sa dernière formation professionnelle obligatoire. Pendant qu’il pédale à toute berzingue dans la direction que lui pointe son instinct infaillible, on a le temps pour un petit flashback, qui raconte comment, tout gamin, il s’était illustré en trépanant en solo un hvaluri lors d’une sortie en mer. Il avait pris un méchant coup sur la tête et s’était cassé le bras en glissant sur une bernacle mal fixée, mais cela en valait tout de même la peine, puisque ce haut fait avait attiré l’attention des Space Wolves, sans doute à la recherche d’ingrédients frais pour monter un buffet froid dans le Croc. La qualité des ingrédients, c’est important.

 

Retour à notre histoire : Kvara finit par arriver sur une autre plateforme, cette fois-ci intacte, mais suspicieusement calme. Comprenant que ça va commencer à barder, l’homme loup s’équipe de pied en cap, pendant que ses surveillants réalisent un peu tard qu’une station qui n’émet pas depuis dix jours, c’est assez suspect. Surtout quand un compte rendu quotidien est demandé. Comme l’explique le préposé aux commandes : « il y a trop à faire, je suis complètement sous l’eau ». Expression malheureuse puisque Preja Eim le prend au mot et le balance par-dessus bord2. Malgré tous leurs efforts, les vaillantes forces de l’ordre lysesiennes n’arriveront qu’après la bataille, laissant Kvara affronter seul, dans les ténèbres claustrophobiques de la station désertée…

 

Révélation

…des Hormagaunts. Ce qui est difficilement concevable quand on y réfléchit plus d’une seconde et demie, car la planète n’a connu aucun problème particulier pendant les cinq derniers siècles, ce qui ne colle pas tellement avec la possibilité d’une invasion tyranide. C’est pour cela qu’il est grand temps pour un nouveau flashback, qui explique cette fois-ci comment Kvara a perdu sa meute, occise par les forces du Chaos (dont un Terminator de Slaanesh assez peu commode) sur Deneth Teros. Traumatisé par l’expérience, le Chasseur Gris se fit Loup Solitaire, faisant graver les noms de ses frères disparus sur son armure pour ne jamais oublier son devoir envers eux. Tout cela est fort triste, mais n’explique pas comment les plateformes dérivantes de Lyses ont été détruites, sabotage hors de portée même des plus motivés des Hormagaunts. Il est donc temps pour le boss de fin de faire son apparition, et, ô surprise, il s’agit d’un Kraken.

 

Le combat qui s’engage, après que Popol le Poulpe ait ouvert une voie d’eau dans les niveaux sous marins de la plateforme, pile à l’endroit où se trouvait Kvara (c’est pas de chance, hein), voit le chasseur ultime se confronter à la proie suprême, affrontement aussi titanesque que foutraque dont le Space Wolf finit par sortir d’un vainqueur, grâce à une paire de grenades krak astucieusement camouflée au bout d’un appât irrésistible (son bras). Amputé d’un membre, blessé à de multiples reprises, gisant sur le plancher océanique et avec son casque qui se remplit rapidement d’eau, on se dit que Kvara est bon pour le Valhalla, mais ce serait faire fi du dévouement des Lysesiens, qui parviennent à le sortir de là et de l’eau pour le mettre sur un lit d’hopital (par contre après ils ne font plus rien car ils ont trop peur qu’il se réveille et leur foute des baffes). Après deux mois de coma réparateur, Kvara finit par émerger, et décide que son honneur, comme son enveloppe corporelle, est enfin lavé. Il est temps pour lui de reprendre sa place parmi le Vlka Fenryka… à supposer qu’il puisse conduire sa Twingo avec une seule main.

 

1 : Le descriptif qui est donné de l’engin laisse en effet à penser que ce dernier est trop petit pour accueillir d’autres passagers que son pilote et quelques Serviteurs. Donc pas de Navigateur. Ce qui est embêtant pour voyager dans le Warp.

 

2 : C’est pure invention de ma part, mais reconnaissez que ça aurait pu être approprié. Un peu d’humour dans une galaxie en guerre, ça ne peut pas faire de mal.

 

Avis :

gilian :

Nouvelle de 2012 de Chris Wraight. C’est une très bonne idée de lui faire présenter les spaces Wolves dans cette anthologie. Il a écrit de très bons livres sur eux.

Sinon, la nouvelle en elle-même nous montre bien la particularité des space Wolves qui vivent en meute. Avec les flash-back du héros sur sa formation et son intégration dans sa meute et la mort de ses frères. Contrairement aux autres chapitres, les pertes ne sont pas remplacées chez les space Wolves.

 

Kaelis :

Très dans l'esprit Space Wolf, un peu brouillon mais se lit bien.

 

Schattra :

Drôle d’histoire que celle-ci, qui parvient être à la fois très satisfaisante d’un point de vue narratif, et beaucoup moins aboutie sur le plan de l’intrigue et du respect du fluff. Le principal reproche que je ferai à Wraight sera son utilisation complètement contrintuitive des Tyranides comme antagonistes de Kvara. Et là où cela est particulièrement dommage, c’est que son histoire aurait pu tenir debout s’il avait utilisé des Genestealers à la place de bêtes et « impossibles » Hormagaunts. Quant à la Némésis de notre Space Wolf, rien n’indique qu’elle soit un rejeton de la grande dévoreuse (ou alors j’ai raté un truc dans la description du combat), ce qui pose les questions, logiques, du « pourquoi ? » et « pourquoi maintenant ? ». Moins flagrants, mais tout aussi embêtants, les problèmes posés par le vaisseau spatial du héros et sa capacité miraculeuse à suivre les monstres marins (qui nagent donc profondément sous la mer, et ne laissent pas d’empreintes ou d’odeur à suivre…), empêchent de prendre trop au sérieux cette soumission d’un – à l’époque – jeune Chris Wraight, déjà conteur fort habile, mais scénariste maladroit. Il s’est amélioré depuis, mais ce ‘Kraken’ aurait mérité d’être rejeté à la mer par la BL le temps qu’il murisse un peu plus.

 

Fluff :

gilian :

Des infos sur la mentatlité Space Wolves, et la caste des Loups Solitaires.

 

Schattra :

  • Lyses : Monde aquatique, exploité par l’Imperium pour produire des algues nutritives récoltées par des plateformes itinérantes, puis envoyées nourrir les mondes ruches aux alentours. Faible présence tyranide, dont on ignore les conditions d’arrivée.
  • Fenris (lexique) : Le hvaluri est une créature marine imposante et tentaculaire, chassée par les tribus de Fenris pour sa chair et sa graisse (rq : hval est le mot norvégien qui désigne la baleine). La chasse au hvaluri se fait en drekkar (drakkar).

 

Failure's Reward

Révélation

Black Library 2012 Advent Calendar/2012/4 pages

 

Intrigue :

failures-reward.png?w=398&h=616Tarolf est ce qu’on peut considérer comme un loser du 41ème millénaire, ou plutôt, un lo(up)ser. Né sur la planète Fenris, il a tenté pendant sa jeunesse de rejoindre les fiers Guerriers Célestes (aussi connus sous le nom de Space Wolves par l’Administratum) mais quelque chose s’est mal passé pour lui pendant le sévère processus de sélections des aspirants du Chapitre le plus cabotin de l’Imperium. On ne saura jamais ce qui est parti en cacahouète pour le pauvre Mister T. mais toujours est-il qu’il s’est fait recaler. Heureusement, les Space Wolves ont une fibre sociale bien connue et ont proposé au candidat malheureux de servir l’Empereur d’une autre manière qu’en zlatanant ses ennemis à travers la galaxie, et Tarolf est donc devenu assistant armurier dans les forges du Croc.

 

Comme il nous le raconte avec ses propres mots (assez simples, car il est probable que les Prêtres Loups l’aient un peu lobotomisé sur les bords pour s’assurer de sa docilité1), sa tâche consiste à customiser des genouillères d’armures énergétiques, afin que les Space Wolves puissent guerroyer avec le style flamboyant pour lequel ils sont réputés à travers tout l’Imperium. Free hand de dragon, de wyrm, de troll ou de loup : Toralf est un as du poinçon, de la cire et de l’acide, et même s’il reconnait sans mal que le moindre boulot peut lui prendre des mois (ce qui est long tout de même quand on considère la taille de la pièce), l’important est d’assurer un rendu irréprochable. La qualité totale, que voilà une belle doctrine !

 

1 : Et fait stériliser pour les mêmes raisons, mais en cela il ne diffère sans doute pas des recrues confirmées du Chapitre…

 

Avis :

Chris Wraight lorgne clairement du côté des encarts fluff des Codex et suppléments de jeu de rôle avec ce contemplatif ‘Failure’s Reward’, qui décrit avec un luxe de détails le quotidien d’un des milliers de serfs anonymes qui triment pour le compte des Space Wolves. Pas d’intrigue passionnante ou de conclusion tonitruante à attendre ici, seulement la réalité terne, assez triste et souvent violente du 41ème millénaire, « filmée » à hauteur d’homme (ou d’humanoïde, un aspirant Space Wolves n’ayant pas un physique ordinaire). Assez proche dans l’esprit du ‘Sacrifice’ de Ben Counter, qui était une autre bonne surprise du corpus de 40K.

 

Fluff :

  • Space Wolves (Equipement) : Les armures des membres du Chapitre sont décorées avec minutie par des milliers de serfs (dont certains sont des aspirants ayant échoué aux tests de sélection) travaillant dans les forges du Croc sous l’égide des Prêtres de Fer.

 

Iron Priest

Révélation

Space Marines: Angels of Death/2013/4 pages

 

Intrigue :

iron-priest.png?w=400&h=646Olvar est un jeune guerrier de Fenris, décidé à rejoindre le Chapitre des Space Wolves par la grande porte : celle de la forge. Plutôt que de se contenter de taper dans l’œil d’un Prêtre Loup, comme l’aurait fait un impétrant banal, notre héros s’est donné pour mission de relever le défi de la forge, qui semble consister à traîner à proximité d’une montagne littorale (ça existe sur Fenris), jusqu’à ce qu’un loup fenrissien daigne passer à l’assaut, par l’odeur alléché.

 

Il convient ensuite de calmer les velléités anthropophages de la bête en lui défonçant le crâne avec l’arme tranchante et/ou contondante de son choix (une hache pour Olvar), avant de terminer par une réanimation en bonne et due forme du cadavre, que l’on peut pimper comme bon nous semble, grâce au matos de pointe mis à disposition par le Chapitre. Dans l’esprit, c’est un peu comme nos cours de techno de 3ème, le côté grimdark en plus.

 

Comme on peut s’en douter, Olvar réussit brillamment cette épreuve (même s’il se fait un peu mordiller la jambe au passage). Bien des siècles plus tard, celui qui se fait désormais appeler Ragnvald et est devenu Prêtre de Fer, se fait sauver d’une fin prématurée par l’intervention de son cyber caniche, alors qu’un berzerker de Khorne mal luné s’apprêtait à le hacher menu. Si le chien est le meilleur ami de l’homme, celui du surhomme est indubitablement le loup fenrissien zombifié…

 

Avis :

Chris Wraight essaie mollement de nous intéresser à l’une des entrées les moins folichonnes du Codex Space Wolves (à mon humble avis) : le Prêtre de Fer, dans cette microfiction qui joue la carte de la surprise sans vraiment se donner les moyens de réussir sa sortie. C’est vrai que quatre pages, ce n’est pas beaucoup pour ménager un suspens digne de ce nom, mais quatre pages c’est bien assez pour cette nouvelinette qui ne restera pas dans les annales de la GW-Fiction ni dans celle du Croc.

 

Fluff :

  • Space Wolves (Culture) : L’une des épreuves pour devenir Prêtre de Fer pour les recrues du Chapitre est de tuer puis de ramener à la vie un loup fenrissien sous la forme d’un loup cybernétique (rq ; c’est une différence notable avec les autres loups cybernétiques du Chapitre, qui sont « seulement » gravement blessés).

 

Wulfen

Révélation

Wolves of Fenris/2013/15 pages

 

Intrigue :

wulfen.png?w=398&h=622Dans la forteresse de très haute sécurité du Seigneur Inquisteur Coteaz, l’Inquisitrice (junior) Alisa Damietta a été chargée de mener l’interrogatoire de routine du Sergent Mattias Morbach, Cadien déserteur ayant rejoint une armée de cultistes (toujours impériaux, pour changer) baptisée la Lame du Crédo, dont le grand projet a été de conquérir un monde… démon. Lumineuse et heureuse idée, comme vous pouvez vous en douter.

 

A la demande insistante de Damietta, Morbach raconte ses souvenirs de cette piteuse expédition dont il fut l’un des seuls rescapés, et au cours de laquelle il se trouva confronté à une horde de Sanguinaires bien décidés à apprendre à l’envahisseur que la planète Voidsoul resterait farouchement indépendante. Emporté par ses émotions et toujours profondément traumatisé par l’expérience, Morbach attaque l’Inquisitrice par surprise, la confondant sans doute avec la cousine de Valkia la Sanglante et forçant notre héroïne à lui mettre un coup de crosse sur la tempe pour lui apprendre la bienséance. A toute chose malheur est bon car ce contact non désiré permet à Damietta de localiser puis d’extraire de l’épaule du prisonnier groggy une griffe oubliée par l’équipe médicale en charge de la quarantaine à laquelle l’immuno-déprimant Coteaz soumet tous ses invités. Après avoir établi que ce corps étranger n’était pas souillé par le Chaos (et même étonnamment propre, si on considère l’état de Morbach au moment de son extraction), il est temps pour l’Inquisitrice de faire son rapport au Big Boss.

 

Ce dernier, aussi grincheux et conciliant qu’à son habitude, refuse tout net de repousser l’exécution programmée de Morbach, comme le proposait une Damietta persuadée qu’elle pourrait tirer des informations intéressantes de ce sujet plutôt coopératif et disert. Malgré cette rebuffade, et le respect et la crainte qu’elle éprouve envers son mentor, l’Inquisitrice décide tout de même d’aller rendre une nouvelle visite au déserteur au cœur de la nuit, afin de connaître la suite et la fin de son histoire.

 

Réveillé en sursaut par un cocktail de stimulant et une canette de Redbull, un Morbach un peu hébété reprend son récit et raconte à sa confidente comment il a été sauvé in extremis par l’arrivée de créatures bestiales menées par un colosse barbu au noble visage, qui sont tombés sur les Démons comme la misère sur le bas monde et leur ont mis une dérouillée sans merci. C’est à cette occasion que le renégat a hérité de l’estafilade à l’épaule remarquée par Damietta, l’intervention salutaire du Wulfen (car c’en était un, évidemment) pour le mettre à l’abri d’un horion fatal de Sanguinaire n’ayant pas été sans conséquence.

 

Pour Damietta, c’est une information absolument cruciale, et elle se hâte hors de la cellule de Morbach pour plaider à nouveau sa cause auprès de Torquemada, qui aura sans doute un nouvel avis sur la question grâce à cet éclairage inédit de la campagne de Voidsoul. Elle n’a cependant pas le temps d’aller loin avant que l’éclairage tombe mystérieusement en rade dans la forteresse, et que des bruits suspects se mettent à résonner à proximité. Revenant sur ses pas pour traquer l’origine de ces échos mystérieux, Damietta croise fugacement le chemin d’un Wulfen en vadrouille, qui esquive sans problème ses tirs en état d’alerte et accomplit ce qu’il était venu faire avec ses camarades poilus : évacuer les survivants de Voidsoul, très probablement davantage pour garder l’existence de la 13ème Compagnie des Space Wolves secrète que par grandeur d’âme.

 

La nouvelle se termine sur la grosse colère de Coteaz, furieux que son chez lui ait été envahi par des malotrus malgré le fric de dingue claqué en protection en tout genre, et sur le concert de hurlements que les Wulfens taquins donnent à l’extérieur de la forteresse de l’Inquisiteur pour lui faire les pied. Mais peut on empêcher des hommes loups de hurler à (et sur) la lune, hein ?

 

Avis :

Contrairement à ce qu’on pouvait attendre d’une nouvelle avec un tel nom, le Wulfen se fait rare dans cette courte histoire proposée par un Chris Wraight plus inspiré par l’Inquisition (et le célèbre Torquemada Coteaz, dont c’est ici la seule apparition dans une œuvre de la Black Library, à ma connaissance) que par les Space Wolves. On peut arguer que les membres de la 13ème Compagnie sont par nature élusifs, et que Wraight n’est pas le premier à les suggérer plus qu’à les décrire dans ses propos (voir ‘Hunter/Prey’ et ‘Engage the Enemy’), même s’il a été moins timide dans ‘Leman Russ : The Wolf King’, dans lequel les loups garous énergétiques jouent un rôle majeur. 

 

Si ce traitement ne me déplaît pas dans l’absolu, le propos de ce ‘Wulfen’ oscille cependant entre le très commun, l’inexpliqué (pourquoi la 13ème Compagnie irait s’embêter à récupérer quelques Gardes Impériaux renégats dans une forteresse inquisitoriale ?), et n’a débouché sur rien de concret en matière d’arc narratif, autant d’occasions manquées à mes yeux. J’aurais bien aimé que la BL prenne la balle au bon et mette en place une rivalité entre l’inflexible Coteaz et les plus borderline et poilus des Space Wolves, mais cela n’a pas été le cas, pour autant que je puisse le dire. On sera donc pardonné de laisser ce ‘Wulfen’ dans son cul de sac narratif et de se consacrer à de la prose plus marquante.   

 

Fluff :

Rien de transcendant.

 

Bjorn: The Fell-Handed

Révélation

Black Library 2013 Advent Calendar/2013/5 pages

 

Intrigue :

bjorn_the-fell-handed.png?w=398&h=640Bjorn contre le Buveur de Sang anonyme, 3ème acte. Après les affrontements s’étant déroulé lors de la Grande Croisade, et racontés dans ‘Bjorn: Lone Wolf’ par le même Chris Wraight, il est temps pour les deux ennemis jurés de remettre ça. Cette fois-ci, cela se passe sur la planète salée de Moreal, et près de dix millénaires après la dernière empoignade entre l’homme et le démon. Si ce dernier n’a pas pris une ride, ce qui est logique pour une entité de l’Immaterium, le passage des années a été plus cruel envers Bjorn. Confiné dans son caisson de Dreadnought depuis une petite éternité, l’ancien confident de Leman Russ n’est plus que l’ombre de son ancienne gloire, même s’il impressionne toujours autant les nouvelles générations de Space Wolves ayant l’honneur de combattre à ses côtés.

 

C’est d’ailleurs de la bouche du skjald d’une des escouades de Chasseurs Gris envoyées sur Moreal pour castagner du chaoteux que nous apprenons comment ce troisième tête à tête s’est déroulé. Témoin de l’affrontement titanesque entre le Dreadnought et le Démon Majeur, Finnvid a pu constater que le vioque avait toujours bon pied bon œil, compensant par sa résistance et son inflexibilité la perte de sa vitesse et de sa férocité légendaires.

 

Bien que mis à terre par sa Némésis, le Buveur du Sang remporta toutefois une victoire morale en faisant remarquer à un Bjorn un peu confus sur ses vieux jours qu’il avait oublié un de ses camarades de meute. Et en effet, quand vint le moment de la mise à mort, le vétéran ne put se rappeler le nom de Hrani. La vieillesse est un naufrage. Très troll sur les bords, le démon consola l’aïeul en lui indiquant que, lui, n’avait pas oublié, et qu’il était donc le seul être de la galaxie à se souvenir de ce frère d’armes de Bjorn. Malaise malaise…

 

Notre histoire se termine donc de manière ambivalente : bien que les Space Wolves aient vaincu leurs ennemis et que Bjorn ait inspiré ses petits frères au combat, ce trou de mémoire ennuyeux, et la rage et la honte manifestes du Dreadnought devant la faillite de la dernière chose qui lui reste : sa mémoire, achèvent la campagne de Moreal sur un constat mitigé. Bjorn lui-même n’est pas éternel, malgré ce que les Space Wolves (et Games Workshop) choisissent de croire…

 

Avis :

Chris Wraight conclut de belle manière, et de façon douce-amère, son cycle bjornesque avec ce ‘The Fell-Handed’, contrepoint parfait aussi bien sur le fond que la forme du ‘Lone Wolf’ de l’Hérésie d’Horus. C’est très bien trouvé de sa part de mettre l’accent sur la sénescence de son héros pour permettre à ce dernier d’évoluer par rapport à ce qu’il était des millénaires plus tôt, et sachant que son armure en scenarium feuilleté le met à l’abri de toute disparition définitive (pour le moment). Je ne suis pas un grand fan des microfictions de la Black Library, mais je dois reconnaître que ce diptyque vaut vraiment le coup, pour peu qu’on réalise ce que Wraight avait voulu faire avec ces deux histoires1.

 

1 : Ce qui est loin d’être évident car elles n’appartiennent pas aux mêmes franchises, et n’ont été regroupées que dans le calendrier de l’Avent 2013 et dans Wolves of Fenris’…   

 

Fluff :

Rien de transcendant.

                   
                   

Enjoy the Silence... : Death Guard (2) :

 

Unification

Révélation

Warriors & Warlords/2020/17 pages

 

Intrigue :

unification.png?w=532Unification nous propose de suivre le Capitaine Vorx de la Death Guard, bien avant qu’il ne devienne littéralement le Roi du Silence (Lords of Silence), pendant trois événements de sa longue carrière s’étant déroulés, non pas au temps des rires et des chants du rift qu’il est grand, mais au tournant du 31ème millénaire, quand la XIVème Légion était encore fidèle à l’Empereur, et juste après qu’elle se soit faite empestée par Nurgle lors de son voyage retour vers Terra (c’est ce qu’on peut appeler un problème de transit).

 

Le premier tableau voit les stoïques ex-Dusk Raiders mener à bien la mise en conformité du monde Xenos d’Oura’Nuoma, jusqu’ici la possession d’hommes papillons – ou équivalent, ils ont des ailes1 et des bouches qui ressemblent à des flûtes – en compagnie d’un petit contingent de Blood Angels, affecté à cette opération uniquement pour des raisons marketing, ou du moins si l’on se fie à la vision des choses de notre héros. Après tout, tout le monde sur Terra est fou des fils de Sanguinius, alors que la Death Guard doit se contenter de la simple satisfaction du travail bien accompli. Cela n’empêche pas Vorx de tenter de sympathiser avec un de ses homologues sur le champ de bataille, le Capitaine Camanio. Après s’être tapé deux vents de suite, d’abord en le complimentant sur la précision de ses tirs, puis en assurant que le bastion qu’ils assiègent tombera bientôt (ce qui revient à discuter de la météo pour un Astartes pendant la Grande Croisade), Vorx est distrait de ses tentatives de socialisation par l’arrivée de Mortarion en personne sur le champ de bataille. S’il est ravi et honoré par l’implication de son Primarque, le commentaire acerbe que lui souffle Camanio, qui qualifie Morty de « sac d’os » et tous ceux qui le considèrent comme un fils de l’Empereur de grands malades mentaux (en substance), choque en revanche profondément notre pauvre Capitaine, qui se met à éprouver une certaine colère à l’encontre de son vis-à-vis.

 

Bien avant cette campagne, nous partons ensuite sur Barbarus, surnommé par l’Empereur « le Finistère galactique » à son arrivée en orbite autour de la planète pour des raisons qui restèrent mystérieuses à la plupart de son entourage, sauf Malcador. C’est un Vorx encore tout minot que nous retrouvons alors, recruté avec le reste des valides de son minuscule hameau pour défendre ce dernier contre les déprédations d’un des terribles Rois Pâles, humanoïdes géants et blafards au sourire bovin et à l’appétit féroce. Au cours de l’escarmouche, Vorx perd ses deux parents sous les coups ou les semelles de l’envahisseur, mais est sauvé par l’intervention inattendue autant que salutaire d’un inconnu gigantesque maniant la faux avec une aisance consommée, et qui a tôt fait de réduite Paulo le Pâlot en carpaccio. Mortarion, car c’était lui, propose ensuite aux villageois reconnaissants de se joindre à son entreprise de fédération rebelle, ce que ces derniers déclinent poliment. Vorx, que plus rien ne retient sur place de toutes façons, décide lui de suivre l’étranger masqué, et finit par devenir l’un des soldats de la petite armée que le Primarque entraîne pour renverser les Rois Pâles. C’est ainsi que le jeune homme apprend lui aussi à manier la faux et à décupler son endurance, lors de trails réguliers dans les montagnes de Barbarus et de batailles incessantes contre les hordes livides des Xenos esclavagistes qui dominent la planète.

 

Notre histoire se termine pendant le siège de Terra, auquel l’incontournable (et d’autant plus depuis que les dons de Nurgle lui ont fait gagner un bon mètre de tour de taille) Vorx participe avec le reste de sa Légion. L’occasion pour lui de régler un vieux compte avec un certain Blood Angel, dont la remarque mesquine sur Oura’Nuoama n’a toujours pas été digérée. Le duel qui s’engage entre les deux Capitaines, s’il ne s’avère guère équilibré, Vorx pétant la forme dans tous les sens du terme alors que Camanio a été affaibli par des jours de combats incessants et la dégradation irrémédiable de sa précieuse panoplie, permet au moins au futur Seigneur du Silence de mettre un point, ou une faux, final à la querelle qui l’opposait à son rival, et d’apprendre à ce dernier à respecter le nom et le look de Mortarion. Cette leçon de lutte contre le body-shaming valait bien une hérésie, sans doute.

 

1 Ironiquement, Vorx considère ces appendices comme une déchéance totale. J’imagine qu’il a changé d’avis lorsque Mortarion est passé sur le bloc des chirurgiens démoniaques.

 

Avis :

Si l’inclusion de cette nouvelle dans un recueil portant sur le 41ème millénaire et non l’Hérésie d’Horus, où Unification aurait eu toute sa place, peut poser question, ce qui ne fera pas débat est en revanche le grand intérêt fluffique de cette lecture pour les hobbyistes s’intéressant de près ou de loin à la Death Guard et son Primarque, que l’on voit ici à l’œuvre sur Barbarus, période encore mal couverte de la vie du fumeur de chicha de la fratrie. En moins de vingt pages, Wraight parvient ainsi à donner un éclairage instructif sur la psyché de Mortarion, qui influencera fortement celle de sa Légion après sa redécouverte, ainsi qu’à livrer quelques bribes du combat mené par le fauchard masqué et son armée de partisans contre les mystérieux Rois Pâles régnant sur sa planète d’adoption (dont on apprend également l’origine du nom, au passage). À cela s’ajoute quelques éléments instructifs sur la manière dont la Death Guard opérait en son temps de loyauté, les effectifs qu’elle pouvait mobiliser, les campagnes sur lesquelles elle a été déployée, et, plus important, la manière dont elle était perçue par ses pairs à l’époque. Pour finir, Wraight parvient à faire passer ce contenu utile et passionnant pour les amateurs de lore sous le couvert d’une petite histoire de rivalité professionnelle entre l’affable Vorx et le dédaigneux Camanio, juste assez caractérisés par l’auteur en introduction de son propos pour que le lecteur s’intéresse au règlement de comptes qui vient clore cet Unification, en même temps qu’il semble ouvrir le siège de Terra. Je ne sais s’il faut demander à la Black Library de donner un cookie à Chris Wraight devant ce résultat des plus probants, mais j’espère en tout cas que les pontes de Nottingham penseront à lui lorsque se posera la question de choisir l’auteur de la novella Primarques dédiée à Mortarion…

 

Fluff :

  • Death Guard (Grande Croisade) : La Légion participa à la conquête des mondes d’Oura’Nuoma et de Promada IV (où elle eut recours à des agents biologiques – rq: ce qui suppose une lutte contre des Xenos, et pas des humans). Sur ce premier théâtre, la Death Guard utilisa sa 3ème Grande Compagnie, sous le commandement de Veranus Graganda, qui comptait au moment de l’engagement 11.450 Space Marines. Le Capitaine Vorx de la Seconde Cohorte avait sous ses orders 678 Astartes (rq: on voit donc que la division de la Légion est different de celle des Blood Angels). Mortarion participa également à cette campagne.

  • Blood Angels (Grande Croisade) : La Légion de Sanguinius était particulièrement populaire auprès du Conseil de Terra pendant la Grande Croisade, contrairement à d’autres. Ont envoyé deux Chapitres, soit un peu plus de deux mille Astartes, combattre aux côtés de la Death Guard sur Oura’Nuoama.

  • Death Guard (Mentalité) : La Légion considère l’endurance comme un trait prédominant chez un guerrier. Cela est dû en partie aux conditions particulières de Barbarus, où le brouillard permanent empêche de voir loin devant soi et donc d’éviter ses ennemis. Il est donc nécessaire d’être capable d’affronter n’importe qui et d’endurer n’importe quoi. Les légionnaires ne changent pas de nom lorsqu’ils intègrent la Death Guard, car ils considèrent qu’un homme ne peut en avoir qu’un. Ils émulent ainsi l’exemple de Mortarion, qui conserva le nom que lui donna son père adoptif malgré sa haine pour ce dernier.

  • Mortarion : Le Primarque a un visage lisse et ferme, une peau grise et des yeux jaunes. Il est grand et hâve, ce qui lui a valu le qualificatif de « sac d’os » de la part du Capitaine Blood Angels Camanio. C’est lui qui a baptisé Barbarus, donnant à la planète un nom reflétant le peu d’estime qu’elle avait à ses yeux. Sa voix est étrangement douce pour un être de sa stature.

  • Rois Pâles : Xenos habitant sur Barbarus et oppressant la population humaine de la planète. Humanoïdes d’aspect, les Rois Pâles sont cependant beaucoup plus grand qu’un homme. Ils sont décrits comme possédant un long visage exsangue et pendant, sur lequel flotte en permanence un sourire idiot. Leurs yeux n’ont pas de pupilles et leurs doigts sont plus long que l’avant-bras d’un enfant. Ils sont décrits comme ne pouvant être vaincus par moins de cent guerriers humains. Les Rois Pâles, malgré leur apparence stupide, sont capables de prouesses génétiques. Ils ont ainsi transformé une partie de la population humaine de Barbarus en Pâles, des créatures dégénérées et très semblables à des Zombies, même si elles sont bien vivantes.

  • Barbarus (Culture) : Les natifs de la planète découpent l’année en mois dont certains noms nous sont connus : Rethen, Ar-Manth, Kanand, Tonedd, Urdh.

 

Endurance // Endurer merci @Red Qafe !

Révélation

Black Library Celebration 2019/2019/23 pages

 

Intrigue :

endurance.png?w=530Schattra :

Sur le monde ruche de Lystra, l’escouade du frère Sarrien des Imperial Talons livre un combat d’arrière-garde aussi noble que vain contre les hordes innombrables des Zombies de la Peste ayant plus ou moins remplacées la population locale. Envoyés au casse-pipe pour permettre à un fonctionnaire de l’Adeptus Administratum obèse et tire au flanc (du moins, c’est comme ça que Sarrien se le représente) de maintenir son quota de dîme mensuel, ou autre raison purement technocratique, les braves Space Marines tiennent la ligne du mieux qu’ils peuvent, mais même leur constitution suprahumaine commence à donner d’inquiétants signes de fatigue. Pour ne rien arranger, les lignes de ravitaillement avec le reste de l’Imperium sont totalement coupées, ne laissant à nos fiers héros que la bonne vieille énergie cinétique pour défendre le domaine de l’immortel Empereur contre la corruption galopante titubante représentée par les Stumblers. Isolé de ses frères pour maximiser l’efficacité du soutien martial et moral que les Astartes représentent pour leurs alliés de la Garde, Sarrien débute la soirée comme toutes les autres auparavant : il chante chante chante ce rythme qui lui plaît (Endure ! For the Emperor ! Stand Fast ! Chihuahua !) et il tape tape tape (c’est sa façon d’aimer). On comprend cependant assez clairement que notre héros en a gros, et qu’il n’y a que son exemplaire éthique qui le pousse à suivre des ordres qui lui semblent totalement débiles.

 

À quelques encablures de cette planète condamnée, nous faisons la connaissance de notre deuxième protagoniste, le réfléchi (il ne court jamais) et hédoniste Dragan, Death Guard appartenant à la faction des Lords of Silence. Bénéficiant d’un quartier libre entre deux opérations de grande ampleur, Dragan a embarqué sa coterie sur son vaisseau personnel, l’Incaligant, et vogue là où le Warp le mène, massacrant tous les Impériaux qui lui tombent sous le moignon au passage. Les petits plaisirs de la vie, il n’y a que ça de vrai. Ayant fondu (dans tous les sens du terme) sur un transporteur de troupes de la Garde Impériale dépêché sans escorte en renforts de Lystra, Dragan décide sur un coup de tête, une fois le carnage expédié, d’emmener ses ouailles sur le monde en question, où il suppute (en même temps qu’il supure) qu’une distraction peut être trouvée.

 

Nous retrouvons ensuite Sarrien, toujours plus amer et toujours plus crevé, qui décide d’aller rôder derrière les lignes ennemies pour… le fun ? (étant donné que les défenseurs sont au bout du rouleau et s’attendent tous à crever, et que l’adversaire n’a aucune chaîne de commandement à décapiter ni de cibles stratégiques à prendre, l’utilité de la manoeuvre me semble obscure). Bien que durement éprouvé par des semaines de combat sans répit, notre surhomme se révèle malgré tout capable de faire mordre la poussière à son poids en Stumblers, voire plus, jusqu’à ce qu’il tombe sur un Fatty dont l’odeur corporelle, ou l’aura de zenitude, c’est selon, est telle qu’il a bien du mal à lever la main sur lui. Malgré l’attitude résolument peace man du gros lard, Sarrien parvient à le décoller proprement, non sans que sa victime n’ait eu le temps de le prévenir 1) des dangers physiques et mentaux du surmenage (il devait être élu au CHSCT dans sa première vie), 2) de l’arrivée prochaine du Potencier (Gallowsman). Bien en peine de faire quelque chose de cette information, et sappé comme jamais, l’Imperial Talon décide de se rentrer, avec l’espoir futile de trouver un McDo encore ouvert sur le chemin pour s’envoyer un bon Coca bien frais.

 

De son côté, Dragan a fini par arriver en orbite autour de Lystra, et emmène sa bande sur les lieux du dernier conflit agitant encore la planète, dans l’espoir de trouver un adversaire de valeur. Escortés par quelques cohortes de die hard fans, les Lords of Silence progressement pondéreusement vers la ligne de front, où les attendent…

Révélation

Des Iron Warriors. Eh oui. Car en fait, Sarrien et Dragan ont visité Lystra à deux moments distincts, petite surprise savamment préparée par Wraight. Il est d’ailleurs fortement suggéré que Sarrien est devenu Glask (le second de Dragan, qui passe son temps à l’appeler Potencier – au grand ennui de son boss – et dont la jambe torse pourrait être la conséquence de la blessure subie par Sarrien au même endroit à la fin de la campagne) peu de temps après sa rencontre avec le gros plein de pus, lorsque, finalement submergé par le nombre de ses ennemis et l’amertume envers l’Imperium, il a décidé que sa survie était plus importante que son devoir. Ceci dit, le récit se termine sur un flou artistique et un amoncellement de Zombies affamés sur Sarrien, dont le salut final n’est pas garanti, ralliement à papa Nurgle bien acté par ce dernier ou pas. Quelques dizaines/centaines/milliers d’années plus tard, Dragan est quant à lui saisi d’une impression de déjà vu alors qu’il corrode les armures chromées de ces frimeurs de la IVème, ce qui ne fait que renforcer l’hypothèse de la défection de Mr Talon.

 

Red Qafe :

Endurer nous présente le Space Marine Sarrien qui se retrouve isolé sur une planète en train de tomber entre les mains des forces de Nurgle. L'Imperium a perdu, le Marine a reçu l'ordre de se battre jusqu'au bout, et peut être que des renforts arriveront ou le sortiront de là.

 

Dans le même temps, un Marine de la Peste nommé Dragan intercepte justement un vaisseau impérial se dirigeant vers cette même planète, et, attiré par l'envie de combats, Dragan s'y dirige à son tour pour se retrouver face à des Iron Warriors.

 

Révélation

Il s'avère qu'en réalité, Sarrien finit par accepter la corruption de Nurgle afin de survivre à cette trahison/son abandon par l'Imperium, et qu'il est devenu Dragan... Il retourne donc sur une même planète après plusieurs décennies/siècles sans s'en rendre compte.

 

Avis :

Schattra :

Mis à part le manque de clarté de sa conclusion (voir la partie spoiler ci-dessus), Endurance est une soumission solide de la part de l’ami Wraight, sans doute rédigée en accompagnement de son roman The Lords of Silence pour un galop d’essai littéraire. En quelques pages, Chris arrive ainsi à donner une véritable profondeur à ses répugnants héros, dont l’attitude chill, thrill & kill les distingue clairement des autres factions d’Astartes chaotiques et renégats de notre sombre galaxie, en plus de s’accorder parfaitement avec la philosophie débonnaire de Papa Nurgle, ce qui ne gâche rien. Sans rien galvauder de leur nature éminemment mauvaise, Wraight réussit également à rendre attachant (sans mauvais jeu de mots) le personnage de Dragan, dont le caractère égal et l’approche désinvolte de sa pestilentielle vocation le font apparaître comme éminément plus sympathique que le Seigneur du Chaos lambda de la BL. De l’autre côté du ring, Sarrien s’avère moins mémorable, mais le récit que fait l’auteur de la lutte désespérée du loyaliste pour retarder l’inévitable, de part son caractère assez original (il combat en solo, et pas avec le reste de son escouade) et la bonne prise en compte des effets débilitants de la fatique et des blessures sur la constitution d’un Space Marine – qui reste une machine de guerre insurpassable, mais peut se mettre dans le rouge s’il tire trop sur la corde – s’avère prenant et plaisant, sur les quelques pages qu’il dure. Une nouvelle SM comme je les aime donc : courte dans son propos, précise dans son dessein, efficace dans sa réalisation et à twist dans sa conclusion. Prenez-en de la graine, les rookies

 

Fluff :

  • Death Guard : Il s’agit de la 2ème Légion Traîtresse en termes d’effectifs, seulement surpassée par la Black Legion. Parmi les titres honorifiques de la Death Guard, hérités de Barbarus, on trouve celui de Potencier (Gallowsman). L’un des traits caractéristiques de ces Légionnaires est leur absence de précipitation et leur dédain pour la discrétion (rq : la règle « lent et méthodique » a été écrite pour eux !)

 

Quelque chose de pourri sur Terra1... : Les Archives Interdites & Gardiens du Trône (2) :

1 : Et ce n'est pas l'Empereur.

 

Argent

Révélation

Lords & Tyrants/2019/16 pages

 

Intrigue :

argent.png"Je m’appelle Luce Spinoza, je suis Interrogatrice au service de l’Inquisiteur Joffen Tur, et ceci est mon histoire. Au moment où nous faisons connaissance, je gésis telle une loque sur le sommier de ma cellule, les deux bras dans le plâtre et la tête dans le Culexus. J’entends le pas lourd de mon tout aussi lourd (vous allez rapidement comprendre pourquoi) patron approcher dans le couloir, et je n’ai que le temps de me remémorer les évènements qui m’ont conduit à l’état de grabataire que le voilà à mon chevet. Comme vous, il cherche à savoir comment diable Horus j’ai réussi à me mettre dans un tel état. Pour celà, un petit flashback s’impose. Je m’appelle Luce Spinoza, et ces dernières heures n’ont pas été de tout repos.

 

***

 

Tout avait pourtant commencé de manière très classique. Nous étions arrivés en orbite du monde ruche de Forfoda pour enquêter sur les raisons de la rébellion ayant mené la planète à entrer en sécession ouverte contre le règne éclairé et éclairant de notre bien-aimé Empereur. Tur avait insisté pour prendre son utilitaire de fonction plutôt que sa limousine, soi-disant pour faire passer le message auprès des autres forces impériales que ce théâtre d’opération l’intéressait à peine. Mouarf. Il était tout de même venu, et la seule conséquence pratique de cette démonstration de morgue cryptique fut que les copains et moi dûmes nous serrer sur les sièges arrière de sa Kangoo au lieu de chiller tranquille à côté du minibar, comme à notre habitude.

 

Lors du briefing de la mission, Tur nous avait fait part de son plan. Afin d’éviter que nos alliés Imperial Fists ne dessoudent les meneurs de la rébellion avant que nous n’ayons pu les cuisiner, il était impératif de leur griller la politesse là où c’était possible, ou de réfréner leurs ardeurs homicidaires lorsqu’ils étaient déjà à pied d’œuvre. Je m’attendais à être affectée à l’équipe du boss, comme c’est habituellement le cas, mais mes quinze minutes de retard au point équipe hebdomadaire du lundi précédent n’avaient de toute évidence été ni oublié, ni pardonné, car Tur m’a au contraire chargé de la supervision d’une opération annexe, en solo avec les Astartes. Ca m’apprendra à aller en boîte le dimanche soir.

 

Un peu plus tard, je fis connaissance avec la bande de surhommes que j’avais pour mission d’encadrer, afin d’assurer la capture de l’assistante de direction du gouverneur rebelle, une certaine Servia, localisée en haut d’une spire annexe de Forfoda (c’était sans doute son jour de télétravail – chanceuse –). Dès mon arrivée au Strategium, j’ai compris que la partie allait être tendue. Je n’ai en effet pas senti une grande sympathie envers ma personne de la part de mes collègues de bourreau (Jaune, Jaune d’Œuf, Jaune Trois, Jaune Quatre, Jaune Cinq, et un Chapelain, Erastus), confirmant les rumeurs insistantes dépeignant les Imperial Fists comme une bande de suprématistes meninistes. C’était bien ma veine. Heureusement que j’avais passé mon BAFA pour encadrer les pupilles de la Scholam lors des colonies pénales de vacances lorsque jétais jeune fille au pair sur Dimmamar. J’ai donc remis en place ces butors dans le plus grand des calmes, et leur ai bien fait comprendre que c’était moi la boss. Non mais.

 

À partir de là, tout s’est enchaîné très rapidement. Notre taxi nous a déposé quelques étages en dessous du F3 de Servia, et mes gros copains souffrés firent souffrir le service d’ordre des traîtres avec une brutalité consommée. J’aurais peut-être pu les aider à rentrer plus facilement (c’est comme en boîte, il vaut mieux laisser passer les filles devant quand on est une bande de mecs), mais ils étaient déterminés à finir la mission à temps pour ne pas rater le début de Dorna l’Exterminatrice, et je n’avançais visiblement pas assez vite pour eux. J’ai toutefois pu rattraper le groupe maillot jaune une fois l’appartement de Super Nanny investi, car cette dernière, ainsi que les amis qu’elle recevait à notre arrivée, étaient en pleine réunion Tupperware, avec des mutations pas vraiment ragoutantes à la place des contenants en plastique (de toutes façons, il vaut mieux utiliser du verre, c’est bien plus sain). La sain(t)e fureur des Mrs Propres, goût Paic Citron, eut beau s’abattre comme un ouragan de fraîcheur sur le taudis de Servia, l’issue du match restait incertaine, d’autant plus que le brave Erestus était franchement à la peine contre la maîtresse de maison, qui lui avait arraché sa mop énergétique des mains au moment où je suis arrivée sur place (rapide pause make up sur le pallier, pour ne pas rater ma première impression).

 

N’écoutant que mon courage, j’ai bondi entre le canapé et la table basse afin de récupérer l’instrument de travail de l’immaculé Chapelain. Par le pacemaker de l’Empereur, ce truc pesait le poids d’un grox mort ! Pas étonnant qu’ils soient aussi baraqués chez les Fists, s’ils n’utilisent que de la fonte pour réaliser leurs objets du quotidien. Voyant qu’Erestus était trop occupé à repousser les poisseuses avances de son hôte pour récupérer son hochet, j’ai pris le problème à bras le corps et ai assené à la maraude un horion digne de Jaune Henry en personne. Je me sentais trop fraîche… jusqu’à ce que je réalise que le champ disrupteur du bouzin était poussé au max, et que je n’avais ni l’armure, ni la musculature nécessaires pour encaisser le contrecoup de mon revers à deux mains. Résultat : un vol plané de trois mètres à travers le salon, une paire de radius concassée, une manucure ruinée, mais une victoire assurée pour l’Imperium, la résistance de Servia et Cie ayant été brisée en même temps que la colonne vertébrale de cette dernière. À peine le temps de m’assurer que les nettoyeurs de choc ne réglaient pas son compte à la grosse tache de gras (parce qu’en plus d’être misogynes, les Imperial Fists sont grossophobes : c’est la Ligue du Lol en fait) dans un excès de zèle, ce que j’aurais eu du mal à expliquer au boss, et j’ai sombré dans une salutaire et bien méritée inconscience, avec la satisfaction du devoir accompli. Vous savez tout."

 

Fondu au noir et lancement du générique, précédé du texte suivant :

 

LInterrogatrice Luce Spinoza poursuivit sa carrière au sein de l’Ordo Hereticus avec distinction, où elle sert désormais l’Inquisiteur Crawl sur Terra. Pendant sa convalescence, le Chapelain Erestus vint lui rendre visite afin de lui offrir le Crozius Arcanum avec lequel elle avait éreinté la vile Servia. Relique millénaire des Imperial Fists, cette arme nommée Argent ne pouvait être maniée que par des guerriers du Chapitre… jusqu’à ce que Spinoza ne vienne la looter en loucedé apparemment. Raccourci et allégé pour permettre à sa nouvelle porteuse de le manier sans risquer la PLS à chaque attaque, Argent continue à apporter le courroux de l’Empereur à Ses ennemis, et incarne la précieuse et indispensable collaboration entre les serviteurs du Maître de l’Humanité.

 

De son côté, Erestus fit une demande auprès des services généraux du Chapitre pour obtenir un modèle plus récent de Crozius, ce qui lui avait été précédemment refusé. Mis devant le fait accompli, le DRH du Phalanx n’eut d’autre choix que de s’exécuter. Tout le monde est gagnant.

 

Avis :

Les habitués de ces chroniques savent quelle importance j’attache à la présence de twist final dans les nouvelles que je dissèque. Cet élément est en effet à mes yeux indissociable du genre en question, et c’est sur la présence et la pertinence de ce dernier que l’on peut souvent juger de la qualité d’un auteur et d’une soumission. La Black Library n’étant pas reconnue comme une maison d’édition aux standards très élevés (ce qui est logique au vu de sa mission première : fournir du fluff à foison pour faire rentrer des biffetons plutôt que de chercher à décrocher le Man Booker Prize), l’amateur de nouvelles devra souvent se résigner à des conclusions « plates », voire absconses s’il n’a vraiment pas de chance.

 

Le cas de cet Argent de Chris Wraight est un peu particulier, en ce que le twist final du récit s’avère être proprement méta, cas de figure que je n’avais rencontré jusqu’à présent. Tant la construction du récit à base de flashback que le pedigree respectable de l’auteur en matière de narration laissaient en effet entrevoir un dénouement un tant soit peu spectaculaire à cette nouvelle abordant le thème ma foi assez intéressant de la difficile coopération entre agents de l’Inquisition et guerriers de l’Adeptus Astartes. Le cadre posé, et l’incontournable séquence de Space Marines de films d’action évacuée, on se prépare à recevoir une conclusion édifiante de la part de Wraight, à même d’expliquer tant le titre que la finalité de la nouvelle… pour au final réaliser que nous sommes en présence d’une vulgaire digression n’ayant pour but que d’expliquer au lecteur comment Luce Spinoza, personnage récurrent de la série Vaults of Terra a reçu sa matraque de fonction (que l’on voit en couverture de The Hollow Mountain).

 

Pour une surprise, c’est une surprise, reconnaissons celà à Mr Wraight, qui nous avait cependant habitués à des soumissions un peu plus ambitieuses en termes de contenu. Drôle d’idée des éditeurs de la Black Library que d’avoir choisi de faire débuter le recueil Lords & Tyrants par cette nouvelle finalement très quelconque, et qui aurait eu davantage sa place en filler entre les tomes 1 et 2 de Vaults of Terra dans le futur omnibus de la série. Chris Wraight a beau avoir suffisamment de métier pour rendre l’expérience tout à fait supportable, on sort de cette dernière un rien blasé1, ce qui n’augure rien de bon pour les quinze nouvelles suivantes. Si plaie d’argent n’est pas mortelle (la preuve, Servia a survécu !), sa lecture, elle aussi, n’a rien de mortel. Et c’est bien le problème.

 

1 : Au risque de me répéter, tournons-nous une fois de plus vers l’étalon Abnett pour définir ce qu’une bonne nouvelle filler peut être. La comparaison la plus évidente à mes yeux est à faire avec Missing in Action (comment Eisenhorn a perdu la main, littéralement) et Playing Patience (comment Ravenor a recruté Miss Kys). Ces publications n’ont rien d’essentiel dans les arcs narratifs développé par Abnett pour ses personnages, mais sont suffisamment bien tournés pour pouvoir être lu par le tout venant, et non pas destinés uniquement aux plus dévôts serviteurs des saints Ordos.

 

Fluff :

  • Imperial Fists (organisation) : Les Imperial Fists déploient des forces d’auxiliaires de combats humains sur leurs théâtres d’opération.
  • Space Marines (Crozius Arcanum) : Un Crozius pèse le poids d’un être humain (rq : donc une soixantaine de kilos ?). Son utilisation nécessite un entraînement et une technique particulière, sinon le porteur peut se blesser gravement en assénant les coups. Les Imperial Fists (et peut-être d’autres Chapitres) tiennent ces reliques en si haute estime qu’ils considèrent blasphématoire qu’un individu extérieur au Chapitre pose la main sur ces dernières. 

 

Blood Guilt // Faute de Sang

Révélation

The Hammer & the Eagle/2020/14 pages

 

Intrigue :

Notre nouvelle débute avec une petite mise en contexte de la fonction de Custodiens, qui a connu bien des évolutions depuis les jours dorés de la Grande Croisade. On apprend ainsi que les Über Super Dupper de l’Empereur vivent dans une maison sans balcon sans toiture, où il n’y a même pas d’abeilles sur les pots de confiture1, même pas d’oiseaux, même pas la nature, et c’est même pas une maison. Ce qui est logique, puisque c’est la tour de l’Hégémon. Tour avalée par l’urbanisation galopante qu’a connu le Monde Trône au cours des derniers dix millénaires, mais tour tout de même. Parmi les 10.000 hauts fonctionnaires que compte cette noble institution, une majorité est affectée à la recherche fondamentale ou à la garde du Trône d’Or, et seuls quelques rares individus, les Ephoroi, ont l’occasion de se dégourdir les spalières en traquant les suspects désignés par leurs collègues du bureau des légendes. C’est à l’une de ces opérations très spéciales que nous convie Chris Wraight, aux côtés de Navradaran, enquêteur très spécial au service exclusif de sa Majesté.

 

C’est toutefois sur la proie de Nanar, le Seigneur Sleox, que la caméra se braque, alors que le noble se hâte vers le garage de son manoir en compagnie de son assistante Ysica. On devine sans mal que Sleox a des choses à se reprocher, et souhaite de toute urgence quitter Terra pour des cieux plus cléments plutôt que de devoir répondre de ses actes. Les éternels embouteillages du périphérique terran manquent toutefois de permettre au notable en fuite de se faire pincer avant d’arriver jusqu’au spatioport, un aéronef à l’allure menaçante ayant pris en chasse la limousine de Sleox sur le chemin du terminal. Au prix d’un sprint échevelé dans les coursives du bâtiment jusqu’à sa navette privée, le grand ponte et la petite main parviennent toutefois à rejoindre leur objectif avant d’être appréhendé par les forces de l’ordre. Une fois le vaisseau décollé et en route vers l’orbite, Sleox commence à se détendre, et se dirige vers le minibar pour s’en jeter un petit bien mérité…

 

Révélation

…Mais découvre avec stupéfaction qu’un colosse en auramite a déjà fait main basse sur ses réserves, et sirote un jus de tomate (pas d’alcool en service) accoudé au comptoir. Un bolt non explosif (donc, une balle, j’imagine) dans le caisson plus tard, Sleox passe de vie à trépas dans l’incompréhension la plus totale. Et pour cause, la vraie cible de Navradaran n’était pas ce pantouflard de Seigneur, mais bien son assistante personnelle, qui cache sous une apparence banale un pouvoir de nuisance considérable, aiguisé par des millénaires de planque dans la haute société terrane. Le temps que la navette ne vienne se poser dans le QG des Arbites le plus proche, le Custodien et l’intrigante chaotique discutent de tout et de rien, le premier cherchant à percer à jour les motivations de sa captive, et la seconde à endormir sa vigilance pour pouvoir se suicider avant d’être soumise à l’interrogatoire, ce qu’elle ne parviendra pas à faire, malheureusement pour elle. On apprendra tout de même qu’elle considère que les Custodiens ne sont pas prêts du tout à s’opposer à la prochaine attaque d’Abaddon le Fléau, toujours partant pour aller pousser Pépé dans les orties.

 

La nouvelle se termine avec le compte rendu de Navradaran à Valoris, ce qui nous vaut un nouvel échange de graves platitudes sur l’état de l’Imperium et le devoir des Custodiens, ainsi qu’un petit aperçu de ce que le futur réserve au Sombre Imperium : un retour des filles de l’Empereur, qui devra être favorisé et encouragé par les 10.000 dans la mesure de leurs capacités, qui ne sont tout de même pas minables.

 

1 : Mais qui est toujours éclairée avec des bougies en cire d’abeille, ce qui est un luxe indécent au 41ème millénaire.

 

Avis :

Comme beaucoup de ses camarades de jeu, Chris Wraight écrit des nouvelles de liaison entre les romans de ses séries de long cours, et ‘Blood Guilt’ se place dans cette catégorie de publications charnières (‘The Emperor’s Legion’ et ‘The Regent’s Shadow’). Comme peu de ses camarades de jeu, Chris Wraight, parvient souvent (mais pas toujours, cf ‘Argent’) à donner à ce type de courts formats un intérêt pour le lecteur opportuniste. Ici, on a le droit à un petit cours d’histoire sur la Tour de l’Hegemon au fin des millénaires, puis à une révélation savamment mise en scène à propos de l’identité de la cible de Navradaran, et pour finir, à quelques considérations stratégico-politiques (la spécialité de Wraight) entre deux personnages très au fait de la situation de l’Imperium, ce qui donne trois bonnes raisons de s’atteler à la lecture de cette petite histoire, et donne plutôt envie d’en apprendre en plus sur la vie trépidante de Nanar et Valoche, gardiens émérites de Papy Mougeot.

 

Fluff :

  • Adeptus Custodes : Les 10.000 protecteurs de l’Empereur sont divisés en plusieurs ordres de spécialistes. Les Ephoroi sont les héritiers des parties de chasse du temps de la Grande Croisade, et sont chargés de traquer les individus jugés dangereux en dehors du Palais Impérial. Depuis la fin de l’Hérésie d’Horus et l’incarcération de l’Empereur dans le Trône d’Or, les Custodiens portent le noir en signe de honte et de deuil.

 

Autres (5)

 

Flesh

Révélation

Hammer & Bolter #7/2011/40 pages

 

Chris Wraight, déjà papa d’un Feast of Horrors assez potable (Hammer & Bolter n° 5) et sur le point de devenir le Mr Empire de la BL (la série des Sword of…, Iron Company, Luthor Huss, Dark Storm Gathering), nous revient avec une nouvelle de Space Marines. Mais attention, pas n’importe quel chapitre, mais bel et bien la confrérie loyaliste la plus bad ass de tout l’Imperium, j’ai nommé les Iron Hands.

 

Légion au background assez peu exploré par les auteurs de la BL, les fils de Ferrus Manus sont décrits dans les fragments de fluff leur étant consacrés comme des Marines réglant leurs problèmes avec une brutale efficacité, dont leurs alliés non génétiquement modifiés ont souvent à souffrir. Pendant que les Salamanders s’amusent à construire des hôpitaux pour les victimes des conflits dans lesquels ils sont engagés et voient d’un mauvais œil qu’on bombarde les camps de réfugiés, les Iron Hands seraient plutôt du genre à raser la cité-ruche qu’ils viennent juste de sauver, rien que pour punir les défenseurs de leur inefficacité. Une bande de joyeux drilles donc.

 

Intrigue :

flesh.pngEnvoyée à la rescousse d’une ruche aux niveaux inférieurs envahis par ce qui semble être des zombies de la peste, la