Jump to content
Warhammer Forum

[30K] L’HERESIE D’HORUS [Projet évolution du fluff]


Recommended Posts

Rogal Dorn : The Emperor’s Crusader de Gav Thorpe 208 pages(primarque tome 16)

 

Révélation

0 : Avant-Propos :

Nous voici donc au 16ème tome de la série Primarques (19 en comptant les recueils) et comme prévu le Primarque en question est Rogal Dorn. Par contre petite surprise : l’auteur est Gav Thorpe, je me serais plus attendu à voir John French aux manettes, après tout c’est lui qui a été le principal chroniqueur des Imperial Fists pendant l’Hérésie d’Horus.

 

Après c’est un grand classique de la série Primarques de faire écrire le roman par un auteur différent de la série principale, on va voir ce que Gav Thorpe va nous offrir.

 

1 : L’histoire du livre :

  Masquer le contenu

60 ans après le début de la Grande Croisade, après une première phase d’expansion rapide, l’Empereur convoque le Conclave Solaire. Le Conclave a pour but de consolider les acquis de la Grande Croisade, mais aussi de donner une nouvelle impulsion à la conquête spatiale. L’Empereur ordonne à quatre de ses Primarques d’aller au-delà de la tempête Warp Majeure du Nord pour dénicher l’ennemi caché. La Croisade Nocturne était lancée.

 

1.1 : Note Personnelle :

  Masquer le contenu

La série Primarques est une série de livres mais aussi une série d’audio books. En général, même s’ils suivent l’audio book, les livres sont découpés en chapitres et plutôt bien organisés. Ici ce n’est pas le cas, le livre n’a pas de chapitre, c’est un texte continu de 208 pages. Je ne vous cache pas que c’est assez indigeste. De plus on saute d’un évènement à l’autre sans vraiment de transition (une ligne on est en plein combat et la ligne du dessous, une personne parle à un enregistreur plusieurs semaines après) ce qui fait que le livre ressemble plus à un carnet de travail qu’à un roman fini.

 

Je ne maitrise pas assez l’anglais pour comprendre dans quel but ça a été fait mais du coup ça complique pas mal mon résumé et je m’en excuse par avance.

 

2 : L’histoire avec un grand H :

  Masquer le contenu

Sur les murs de Terra, peu de temps avant l’arrivée de la flotte d’Horus.

 

Sigismund et Rann Fafnir attendent leur ordre de déploiement, et Fafnir s’interroge et se demande comment on a pu en arriver là, pourquoi Rogal Dorn et les Imperial Fists et pas une autre Légion ? Alors qu’il en parle à Sigismund, Malcador arrive et leur dit que Dorn a toujours été le Prétorien de l’Empereur. Même avant que Dorn n’en ait vraiment conscience, l’Empereur le savait déjà au moment de la Croisade Nocturne.

 

160 ans plus tôt, au départ de la Croisade Nocturne.

 

Cela faisait soixante ans que la Grande Croisade avait commencé et après une première phase d’expansion rapide, l’Empereur avait convoqué le premier Conclave Solaire. Alors que l’Administratum et les divers organes impériaux auraient aimé une pause dans la Grande Croisade pour pouvoir se réorganiser et consolider les nouvelles possessions avant de repartir de l'avant, l’Empereur a décidé de continuer à aller de l’avant et a pour cela motivé ses fils les Primarques. Il a ordonné à quatre d’entre eux de réunir leurs Légions et d’aller arracher la menace caché dans l’Occluda Noctis.

 

La première étape de la Croisade Nocturne a été de prendre le contrôle de Scathia, c’était une position stratégique qui devait servir par la suite de base arrière à la Croisade. Scathia ayant refusé d’intégrer l’Imperium, trois flottes d’exploration commandées par trois Primarques ont donc donné l’assaut au système planétaire de Scathia. La seule véritable force des Scatian était leur flotte mais elle n’a pas fait le poids contre les trois flottes impériales. Refusant de se rendre après la destruction de leur flotte, ils ont été massacrés jusqu’au dernier.

 

Après cette première étape, Fulgrim, Dorn et le Lion n’arrivent pas a se décider sur un plan à adopter. Fulgrim veut initier une attaque en spirale autour de l’Occluda Noctis pour ramener petit à petit les mondes dans la lumière impériale, le Lion veut attaquer l’ouest de l’Occluda Noctis pour pouvoir bénéficier des renfort de Caliban, et Dorn veut suivre à la lettre les ordres de l’Empereur et foncer directement au cœur de l’Occluda Noctis.

 

L’arrivée d’Horus permet de débloquer la situation, il propose d’exécuter les trois plans en même temps et de voir ce qui va se passer. La première phase de la campagne qui dure un peu plus d’une année permet de ramener un millier de systèmes dans le giron impérial et parmi eux cinq cents planètes habitées. Mais la progression directe vers le cœur de l’Occluda Noctis qu’effectue Dorn rapporte beaucoup moins de système que les mouvements de ses frères, néanmoins il s’obstine à continuer et finit par tomber sur un ennemi inconnu.

 

Ce nouvel ennemi gagne bientôt le nom d’Unseen, ils effectuent des raids contre les forces impériales en surgissant de nulle part et en repartant sans laisser de trace ni de cadavre. Après avoir passés de longs mois a avancer à tâtons d’un système à l’autre sans trouver la moindre planète ennemie, Dorn finit par mettre au point une stratégie. Avec l’aide d’Esuin Rigantis, le chef des Navigateurs de la flotte, et du chef de son Librarium, Dorn finit par découvrir comment l’ennemi se déplace et réussit à le forcer à engager ses forces dans une bataille ou les Space Marines ont l’occasion de montrer leur supériorité.

 

Une fois la première porte spatiale découverte, la flotte impériale met peu de temps à découvrir le premier monde peuplé par les Unseen, et après de violents affrontements, l’ennemi décide de se rendre et d’intégrer l’Imperium. Les Kapikulu comme ils se nomment étaient les esclaves d’une race extraterrestre, mais ils ont réussi à se soulever contre leurs maitres et à retrouver leur liberté. Malheureusement, ils ont été modifiés au court de leur esclavage, mais ont fini par s’approprier ces modifications pour en faire un avantage pour eux. Quand Dorn leur explique que grâce à la technologie de l’Imperium, ils pourront redevenir humains à part entière, ils refusent. Cette décision marquera leur arrêt de mort et Dorn fera exécuter tout les Kapikulu….

 

De retour sur Terra avant l’arrivé de la flotte d’Horus.

 

Fafnir se souvient de cette Croisade qui n’a pas été une franche réussite, les autres Primarques ont réalisé plus de conquêtes que Dorn et au final, les Imperial Fists ont eu besoin de l’aide des Emperor’s Children pour venir à bout des dernier Kapikulu.

 

Mais Malcador lui dit qu’il se trompe, c’est au court de cette campagne que Dorn est vraiment devenu le Prétorien de l’Empereur. Il a exécuté les ordres de l’Empereur sans les interpréter, sans faire des détours pour économiser des ressources. Il a fait exactement ce que l’Empereur attendait de lui. Comme maintenant, les Imperial Fists ont fortifié Terra plutôt que d’aller au devant d’Horus parce que c’était les ordres de l’Empereur. L’Empereur avait besoin de Dorn sur Terra, le Primarque en qui il avait le plus confiance.

 

3 : Les Primarques :

  Masquer le contenu
  • Rogal Dorn : Il est le Prétorien de l’Empereur, celui en qui l’Empereur a le plus confiance pour exécuter les ordres à la lettre. En fait Rogal Dorn ne connait pas la nuance, un ordre est un ordre. Il a du mal à supporter que ses frères adaptent les ordres en fonction de leurs préférences. Le livre nous montre aussi que c’est un tacticien et un stratège hors pairs. Il prévoit presque tout et parvient à tout anticiper. Sa seule faiblesse et sa totale incompréhension du Warp.
  • Fulgrim : Il est charmeur et diplomate, il essaie d’aplanir les différents entre Lion El ’Jonson et Rogal Dorn. Mais même s’il est un diplomate il reste avant tout un seigneur de guerre avec ses propres plans et idées sur la situation.
  • Lion El ’Jonson : Nouveau venu dans la fratrie, il veut faire ses preuves, mais surtout il est persuadé d’avoir raison et ne tolère pas la contradiction. Sa rencontre avec Dorn ne pouvait que tourner à l’affrontement.
  • Horus : Même si on le voit peut dans cette histoire, on comprend qu’il a été nommé Maitre de Guerre. Il a le don pour désamorcer les conflits, trouver une solution simple à un problème (la brouille entre les Primarques pour savoir quel plan utiliser). Il sait utiliser les atouts qu’il possède (c’est lui qui envoie Fulgrim calmer Dorn). D’apres Rann Fafnir il était le meilleur des Primarques et est logiquement devenu Maitre de Guerre.
  • Perturabo : Il est retrouvé au moment de la Croisade Nocturne. Il n’a pas été rappelé sur Terra parce que même si c’est un châtelain presque aussi ingénieux que Dorn, il est trop paranoïaque et aurait transformer cet honneur en remontrance.
  • Sanguinius : Sanguinius n’est pas revenu sur Terra parce qu’il était le mieux placé pour apporter le rayonnement de l’Imperium sur de nouveaux mondes.
  • Guilliman : Guilliman n’a pas été rappelé sur Terra parce qu’il est un organisateur né comme il l’a prouvé avec les 500 mondes. Et sur Terra il aurait été tenté d’interférer avec le Conseil de Terra.

 

4 : Maison Zuma :

  Masquer le contenu

Au début de la Grande Croisade, la maison Zuma faisait partie des maisons de Navigateurs les plus influentes de Terra. Le leader de la maison avait même des prétentions au poste de Paternova (chef de toute les maisons de Navigateurs), mais une gestion calamiteuse de leur chef de famille leur a fait perdre la plus grande partie de leur prestige.

 

Quand Esuin Rigantis est devenu chef de famille, il a tenté un coup de poker en misant tout sur Rogal Dorn et les Imperial Fists. Il a mis sa maison au service du Primarque dans le but de regonfler le prestige de la maison et de gagner de nouveaux contrats. Ce qui avait l’air d’être une bonne idée au départ a failli tourner au fiasco quand Dorn s'est lancé dans la Croisade Nocturne. Mais au final, ça s’est avéré un pari payant.

 

5 : Le Conclave Solaire :

  Masquer le contenu

Le premier Conclave Solaire (et peut-être le seul) a lieu sur le Phalanx, qui se trouve pour l’occasion dans le système solaire. Il a lieu 60 ans après le début de la Grande Croisade, à un moment où l’extension impériale connait son premier essoufflement après une expansion très rapide.

 

Alors que l’administration voudrait une phase de réorganisation avant de lancer la deuxième phase de la conquête spatiale, l’Empereur profite du Conclave pour remotiver ses troupes et relancer la machine impériale en poussant ses Primarques à se surpasser. Au moment du Conclave seulement six Primarques y participent dont le dernier retrouvé (Lion El ‘Jonson). C’est à ce moment là que l’Empereur décide d’envoyer quatre Primarques pour chasser la menace cachée dans l’Occluda Noctis.

 

6 : L’Occluda Noctis :

  Masquer le contenu

A : Géographie :

L’Occluda Noctis est une région de la galaxie constituée de plusieurs centaines (en fait plus d’un millier) de systèmes qui se trouvent coupés de la lumière de l’Astronomican par la grande tempête Warp du nord. (Si vous prenez une carte de la galaxie de 40K ou 30K, c’est au nord de Terra et à l’est/nord-est de Caliban)

 

B : Histoire :

Avant la Longue Nuit, les humains de la région vivaient dans un immense empire nommé Grande République. Quand elle s’est effondrée pendant la Longue Nuit, elle a été remplacée par la Seconde République qui s’est vite disloquée en plusieurs empires rivaux. Depuis la région est divisée entre une myriade de royaumes. Quatre flottes d’explorations ont été envoyées dans l’Occluda Noctis mais aucune n’en est jamais revenue, c’est pourquoi l’Empereur à envoyer quatre Primarques régler le problème.

 

C : Politique :

  • Grande République : Elle contrôlait et gouvernait l’Occluda Noctis avant la Longue Nuit. À son début, la République a réussi à maintenir un semblant d’unité grâce à des balises qui étaient placées sur ses principaux mondes et qui permettaient de rester en contact. Mais petit à petit, à mesure que la Longue Nuit durait, la Grande République a fini par tomber.
  • La Seconde République : Après l’effondrement de la Grande République, certains mondes ont tenté de retrouver un semblant de sécurité en formant une nouvelle république, mais alors que la Longue Nuit  était toujours là, la Seconde République n’a jamais eu la chance de pouvoir prospérer. Après la chute de la Seconde République, les mondes encore habités sont devenus des royaumes indépendants essayant de survivre à la Longue Nuit.
  • Scathia : C’est un royaume constitué d’un seul système qui se trouvait (malheureusement pour lui) situé au meilleur endroit pour servir de base à la Croisade Nocturne. Sa principale force était sa flotte de combat spatial. L’Imperium a proposé la mise en conformité au peuple de Scathia, mais il a refusé et a été massacré jusqu’au dernier. A peine une semaine après la mort du dernier Scathian, les premiers éléments du Mechanicus et de l’administration était en train de construire une base impériale sur le monde.
  • Carrefiefdom : C’est le premier empire de l’Occluda Noctis rencontré par les Imperial Fists. Ils sont surpris et heureux de voir que l’humanité a survécu et qu’ils ne sont pas seuls et ils rejoignent avec plaisir l’Imperium.
  • Damareen Consensus : C’est un empire humain qui occupe deux systèmes de l’Occluda Noctis. C’est le Carrefiefdom qui donne des informations sur cet empire, en disant de faire attention parce que ce sont des traitres (même si la traitrise en question remonte a tellement longtemps que plus personne ne se souvient comment ça a commencé). Et effectivement le Damareen Consensus ne se montre pas très coopératif et les Imperial Fists sont obligés de faire usage de la force pour mettre au pas cet empire qui finira par capituler et entrer dans l’Imperium.
  • Triumvirate of Garl : Cet empire est rencontré peu après la mise en conformité du Consensus Damareen. C’est un peu l’héritier de la Grande République. Il occupe le monde capital de cette ancienne république et en a gardé les archives et les cartes. Quand la flotte de Rogal Dorn arrive en orbite, le Triumvirate est heureux de constater qu’ils ne sont pas les derniers survivants de la Longue Nuit et rejoignent avec enthousiasme l’imperium. C’est une aubaine pour les impériaux, qui en profitent pour récupérer des cartes galactiques très utiles pour la suite de la Croisade.
  • Kapikulu Continuum : Après avoir assuré ses bases arrières avec la mise en conformité de Damareen et Garl, Dorn s’engage encore plus profondément dans l’Occluda. C’est à ce moment que la flotte impériale a ses premiers contacts avec les « Unseen », les invisibles. C’est le nom que leur donnent les impériaux parce qu’ils sont insaisissables et qu’on ne les voit que trop tard. Le génie stratégique de Dorn finit par prendre le dessus et force les Unseen à combattre et se faire massacrer. Il finit par trouver le monde d’origine des Unseen et à les forcer à la paix. On apprend alors que ce sont des Kapikulu, des humains qui ne sont pas originaires de l’Occluda Noctis. Il y a très longtemps, ils étaient les esclaves d’une race extra-terrestre : la Regency of Doeth. Mais ils ont fini par se rebeller et se sont installés dans l’Occluda. Après avoir écouté leur histoire et appris les altérations physiques qu’ils ont subi (et qu’ils ne souhaitent surtout pas perdre), Dorn décide de les purger.

 

D : Technologie :

  • Les balises de la Grande République : Elles permettaient à l’époque aux différentes planètes munies de balises de communiquer entre elles, et servaient à se repérer pendant la Longue Nuit mais elles ont toutes été détruites.
  • Les portails : Créées par la Regency of Doeth, ils permettent de voyager de façon instantanée entre deux lieux munis de portail. Cette technologie n’utilise pas le Warp mais une autre dimension. C’est la récompense de la Croisade Nocturne, le véritable objectif de l’Empereur, se procurer cette technologie.

 

7 : La Croisade Nocturne :

  Masquer le contenu

Après la prise de Scathia, les trois Primarques Dorn, Fulgrim et le Lion ont chacun une idée sur la façon de poursuivre la campagne. Horus a une idée pour éviter un débat sans fin, il propose d’utiliser les trois stratégies en même temps et de voir ce qu’il va se passer.

 

Rogal Dorn part donc directement vers le centre de l’Occluda Noctis dans le but de dénicher l’ennemi invisible qui s’y cache. Fulgrim effectue un mouvement en spirale pour ramener le plus de monde dans le giron impérial. Et le Lion concentre ses attaques dans le secteur ouest de l’Occluda Noctis pour pouvoir bénéficier du renfort en provenance de Caliban.

 

Au cours de la première phase de la Croisade et alors que les Imperial Fists s’enfoncent difficilement dans l’Occluda Noctis, un millier de systèmes sont revendiqués par l’Imperium et parmi eux cinq cents systèmes habités. La plus grande partie est récupérée par le Lion alors que Dorn n’en ramène que cinquante.

 

La croisade se finit par le massacre des Kapikulu par les Imperial Fists avec l’aide des Emperor’s Children, des années plus tard.

 

8 : Notes :

  Masquer le contenu

Les Kapikulu vont être exterminés jusqu’au dernier, ils n’ont donc rien à voir avec la brigade de fer de Kapikulu du livre 'Vengeful Spirit'.

 

Caliban et le Lion : l’auteur nous dit que le Lion décide d’attaquer depuis le côté le plus proche de Caliban pour avoir plus facilement des renforts. C’est un peu en contradiction avec le fait qu’il renvoie Luther sur Caliban et qu’il n’a plus de nouvelles de lui pendant des années… Et c’est d’autant plus dommage que c’est Gav Thorpe qui écrit le livre alors qu’il est quand même chroniqueur officiel des Darks Angels…

 

9 : Conclusion :

Je suis très partagé sur ce livre. Je n’ai pas aimé la forme et l’histoire racontée n’est pas vraiment intéressante, après tout c’est une conquête spatiale menée tambour battant par des Légions Astartes invincibles et qui n’avaient pas vraiment d’égal a cette époque (ils ont roulé sur tout ce qu’ils ont croisé pendant 208 pages, la seule difficulté a été de réussir à trouver sur quoi rouler). Malgré tout on apprend pas mal de chose sur les Primarques et leurs relations, sur l’intransigeance impériale. Et bien entendu on en apprend aussi beaucoup sur Rogal Dorn, ce qui était le sujet de ce roman court, donc au final la mission est accomplie mais je reste persuadé qu’il y avait vraiment mieux à faire, surtout sur la forme.

 

 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour/Bonsoir,

 

Et non je n'ai pas oublié ce post mais les sorties Hérésie d'Horus se font tellement rare...

 

Pour noël voila Rogal Dorn et si j'arrive a finir le résumé de Sanguinius, vous l'aurez peut être pour le jour de l'an.

 

ça a été une grosse fin d'année et je profite de ce message pour remercier les gens qui ont fait mes corrections et qui m'ont permis de rattraper 99% de mon retard de chroniques^^.

Link to comment
Share on other sites

Sanguinius the Great Angel de Chris Wraight 288 pages(primarque tome 17)


 

  Masquer le contenu

0 : Avant-Propos :

Les Blood Angels n’ont pas vraiment eu d’auteur attitré pendant l’Hérésie d’Horus et un seul roman concentré sur eux ('Fear to Tread' // 'Signus Daemonicus'). Après le gros boulot fait par Aaron Dembsky-Bowden sur eux dans 'Échos d’Éternité', c’est au tour de Chris Wraight de se pencher sur Sanguinius. Wraight a déjà écrit deux romans pour la série Primarques et ils sont parmi les meilleurs de la série, on va voir ce que celui-là nous réserve.

 

1 : L’histoire du livre :

Avajis Kautenya, un Commémorateur mis au placard, est contacté par Judita Widera. Elle voudrait qu’il écrive l’histoire de la Légion des Blood Angels. Elle pense que ça serait du meilleur effet qu’un Commémorateur connu pour son scepticisme envers la Croisade écrive un livre positif sur cette dernière, mais tout ne va pas se passer comme prévu…

 

2 : L’histoire avec un grand H :

  Masquer le contenu

Avajis Kautenya était un écrivain de talent, du moins avec assez de talent pour être recruté par l’ordre des Commémorateurs, mais il n’était pas vraiment convaincu par la Grande Croisade. À l’époque, on pouvait encore avoir des doutes et poser des questions…

 

Il avait fini par être mis au placard après la sortie de son dernier livre, très critiques sur les moyens employés… C’est pourquoi il a été très surpris d’être contacté par Judita Widera, la Commémoratrice en chef détachée au côté des Blood Angels. Elle voulait le rencontrer et avait quelque chose à lui proposer.

 

Judita Widera voyait arriver la fin de la Grande Croisade, l’Impérium dominait la galaxie et l’Empereur en personne était retourné sur Terra, laissant la dernière phase d’expansion aux mains de son fils préféré, Horus. Il était temps d’écrire l’histoire des Blood Angels, une œuvre à la hauteur de cette Légion d’exception.

 

Et pour donner encore plus de poids à cette œuvre, elle avait décidé de la faire écrire par un écrivain connu pour être sceptique et pour toujours chercher le mauvais côté des choses. Cela donnerait encore plus de valeur à cette histoire.

 

Après avoir rencontré Kautenya en orbite autour de Baal alors que la Légion se ravitaillait en attendant le retour de Sanguinius qui venait de participé au Conclave de Nikaea, Widera l’introduisit auprès de la Légion. Au retour de Sanguinius, Kautenya eu droit a son premier entretien avec le Primarque.

 

Ce dernier lui a parlé de son livre où il parle des atrocités de certaines unités impériales et de certaines Légions. Sanguinius lui fait remarquer qu’il n’a rien dit sur les Blood Angel dans son roman, et l’invite à raconter tout ce qu’il voudra sans restriction.

 

Après ce premier entretien, la flotte part pour une mise en conformité et Kautenya commence son travail. Mais plus il avance dans ses recherches et plus il a l’impression que toute cette perfection cache quelque chose. Quelque chose que tout le monde connait mais qu’ils font tous semblant d’ignorer…

 

Kautenya a beau chercher, il ne trouve rien, enfin rien jusqu’à ce qu’un message en provenance du Capitaine Khitas Frome n’arrive de Meurtre, trois Compagnies entières de Blood Angels et le contingent de l’armée impériale qui les accompagnait, se sont fait massacrer.

 

Et le vernis commence à craquer, pour la première fois Kautenya voit que quelque chose peut toucher Sanguinius. Ce n’était plus la Grande Croisade, c’était devenu quelque chose de plus personnel. Sanguinius a rassemblé toute sa Légion et ils sont arrivés sur Meurtre pour se venger. Même Horus et les Luna Wolves déjà sur place, ont laissé le commandement à Sanguinius et se sont rangés derrière les Blood Angels.

 

C’est lors de cette campagne que Kautenya a fait la connaissance d’Iacton Qruze et que ce dernier lui a parlé de la Revenant Légion… Et Kautenya a compris les implications de ces révélations et la portée de l’héritage des Blood Angels.

 

Alors que Judita Widera aurait voulu le faire taire définitivement, Sanguinius lui a offert sa protection et lui a dit d’écrire la véritable histoire des Blood Angels, d’où ils venaient, ce qu’ils avaient souffert, ce qu’ils avaient fait et le chemin parcouru jusqu’à la rédemption.

 

Il pouvait tout écrire mais il y avait une condition, son livre ne serait publié qu’après la Grande Croisade quand les gens seraient aptes à comprendre les tenants et les aboutissants. Pour le moment, rien ne devait remettre en cause la Vérité Impériale et les besoins de la Grande Croisade.

 

Quelques centaines d’années après la fin de l’Hérésie d’Horus, dans une des plus hautes tours de Terra en reconstruction.

 

Judita Widera contemple son ultime œuvre… Sanguinala, la fête qui doit célébrer la victoire de l’Empereur dieu et le sacrifice de son Grand Ange pour stopper la folie des démons d’Horus et des Xenos. Elle avait bien œuvré pendant toutes ces années, elle avait fait le ménage dans les différents cultes impériaux qui passaient plus de temps à se battre entre eux qu’à propager la foi impériale.

 

Mais aujourd’hui, l’humanité était unie et plus personne ne remettait en doute la divinité de l’Empereur (à part l’Adeptus Astartes, mais depuis l’avènement du Codex, leur pouvoir sur l’Imperium était négligeable).

 

Bien sûr, elle avait dû faire des choses affreuses, elle avait même dû tuer Kautenya, mais la fin justifie les moyens… Ce jour marquait le début d’une nouvelle ère et rien ne devait subsister pouvant entacher l’histoire des Bloods Angels et des Légions fidèles. Rien ne devait subsister de cette époque de doutes et de vérités, l'Imperium s’était essayé à la Vérité Impériale, mais le temps était venu du dogme du mensonge et de l’ignorance…

 

Et pendant que l’armée impériale défile devant la fresque de Sanguinius massacrant les Mecharachnids, Widera brûle le seul exemplaire de 'Sanguinius : le Grand Ange' par Kautenya Avajis…

 

3 : Personnages :

  Masquer le contenu
  • Avajis Kautenya : C’est un écrivain, il a été Commémorateur mais il est en disgrâce depuis que son dernier livre critiquant la Grande Croisade et les exactions des Word Eaters et des Night Lords a été publié. Judita Widera le recrute pour écrire l’histoire des Blood Angels, elle est persuadée de pouvoir exercer des pressions sur lui et veut profiter de sa réputation de sceptique pour montrer que même lui est subjugué par les Blood Angels. Mais Kautenya veut voir l’envers du décor et pas seulement le masque que montrent Sanguinius et ses anges. Et à sa grande surprise, Sanguinius est d’accord avec ça. Le Primarque aussi veut que l’histoire réelle soit préservée et pas seulement la propagande officielle. Il veut que l’on se souvienne d’où vient sa Légion et le sacrifice et l’effort qu’ils ont fait pour vaincre leurs démons. A noter que Kautenya est un peu Psyker aussi, il arrive à percevoir certaines choses de façon diffuse, ça lui permet de découvrir que les Blood Angels pratiquent encore les rites de sang, mais surtout il a un mauvais pressentiment sur la fin de la Croisade, il pense que Sanguinius devrait retourner sur Baal et finir ses recherches… Après avoir survécu à l’Hérésie d’Horus, il finira par être traqué dans la bordure de la galaxie et tué par Judita Widera qui efface toute trace du sombre passé des Blood Angels.
  • Judita Widera : C’est une Commémoratrice qui crée des images et des fresques pour les Blood Angels depuis très longtemps. Mais elle sent arriver la fin de la Grande Croisade et elle aimerait que quelqu’un mette par écrit les exploits des Blood Angels. Et pour cela elle pense à recruter Avajis Kautenya, un ancien écrivain Commémorateur mis au placard après avoir trop insisté sur l’atrocité de la Grande Croisade. Elle pense qu’il va être malléable et elle se trompe, surtout qu’il a le soutien et la protection de Sanguinius. Mais Widera est patiente, à la fin de l’Hérésie d’Horus (ou peut-être avant, on ne sait pas vraiment), elle rejoint ce qui deviendra l’Inquisition. Et après la mort de Sanguinius elle va faire le ménage dans l’histoire des Blood Angels pour ne garder que le côté positif de leur intervention. Et pour cela, elle va assassiner ou faire disparaitre tous les témoins des atrocités des Légions (y compris Kautenya).
  • Sanguinius : Le grand ange, le meilleur d’entre tous… Vraiment ? On apprend à mieux le connaitre dans ce roman. Avant de prendre le commandement de sa Légion, il a longtemps été sous la tutelle d’Horus avec qui il est devenu très proche. Mais d’après les observateurs, très vite c’est Horus qui a commencé à prendre conseil auprès de Sanguinius. Malgré son jeune âge (par rapport à son frère) il donnait toujours l’impression d’avoir un coup d’avance. Autant son physique avait l’air plus jeune, autant il avait quelque chose dans le regard qui le faisait paraitre vieux, comme une personne ayant déjà vu trop de chose… Après avoir pris le commandement de sa Légion, il leur a permis de retrouver leur fierté et de vaincre (ou du moins combattre) leur démon intérieur. La Revenante Legion détestée de tous est devenue les Bloods Angels que tout le monde veut avoir à ses côtés. Au combat il est impressionnant et ses dons de prescience font qu’il anticipe toute attaque ennemie ce qui rend son style de combat parfait… Tellement parfait que ça en est douloureux de combattre a ces cotés. (Les Blood Angels de sa garde personnelle souffrent de voir une telle perfection et de savoir qu’ils ne l’atteindront jamais). Sanguinius et ses fils sont de dignes porte flambeau de la Grande Croisade et tout le monde est heureux et fier de savoir qu’ils se battent pour l’Empereur, mais il y a une différence entre combattre au côté de quelqu’un et combattre sous les ordres de quelqu’un. Sanguinius comme tout les Primarques évolue à un autre niveau de force, de pouvoir et de pensée que les êtres humains normaux. Mais là où Horus par exemple a su rester proche de ses fils génétiques et des généraux de l’armée impériale, Sanguinius lui plane bien au-dessus de tout ça. Quand son regard se pose sur vous, vous ressentez tout le poids du jugement divin. Il galvanise autant qu’il terrorise ses interlocuteurs. Lors des discussions qu’il a avec Kautenya, on comprend qu’il est sûrement le Primarque le plus proche de l’Empereur. Il est très loin au-dessus des humains, il n’éprouve pas vraiment de sentiments et est toujours dans l’efficacité et le calcul. Quand il explique comment il a été recueilli par les Purs, une tribu humaine de Baal, il a compris qu’à un moment allait se poser le problème de ses ailes. Soit les humains allaient l’accepter comme il était et il finirait par devenir une sorte de divinité pour eux. Soit ils allaient vouloir le tuer et dans ce cas, il allait devoir massacrer tous les Purs et devenir l’ange des mutants. Pour lui les deux choix ne faisaient aucune différence, le but était de devenir maître de Baal d’un moyen ou d’un autre. Il est donc froid et calculateur, il est prêt à tous les sacrifices pour arriver à ses fins (sauver la race humaine comme son Père). Si j’osais le parallèle je dirais que comme son Père, il aime l’humanité mais n’a pas trop de considération pour l’humain à titre individuel. Il est toujours calculé et proportionné dans ses décisions, à part à une occasion, quand Sanguinius apprend la mort de Khitas Frome et de 300 Blood Angels sur Meurtre. Ça devient personnel et il amène avec lui l’intégralité de sa Légion pour se venger. Rien ou presque ne peut faire perdre son calme au grand ange et à ses fils mais si par malheur vous déclenchez leur courroux, alors tant pis pour vous…

 

4 : L’empire du mensonge :

  Masquer le contenu

Même à l’époque de la Grande Croisade les esprits libres qui posent trop de questions sont placardisés. On ne les fait pas encore totalement disparaitre mais on les discrédite.

 

Mais la chose la plus flagrante c’est le déni de la population humaine civile et même de l’armée. Tout le monde sait plus ou moins que la Vérité Impériale n’est pas vraiment vraie, mais tout le monde fait semblant. Les gens évitent de se poser des questions sur le voyage dans l’espace, les communications à longue distance, les Navigators qui sont des mutants. La réponse commune c’est je ne suis pas ingénieur je ne comprends pas la mécanique. Personne ne veut vraiment savoir.

 

La même chose s’applique aux conquêtes de la Grande Croisade. Autant le massacre de Xenos ne pose de problème à personne, autant la mise en conformité et parfois le massacre et l’anéantissement total de civilisations humaines laisse perplexe certains Commémorateurs. Mais en général quand ils en parlent, même preuves à l’appui, les gens ne veulent pas les croire.

 

Les massacres des World Eaters ou des Night Lords sont passés sous silence. Mais le débordement ne vient pas que des Légions de Space Marines, de nombreux régiments de la Garde pillent et tuent par plaisir. Plus la Croisade prend de l’ampleur, plus les récits d’exactions sont nombreux mais ignorés ou camouflés.

 

5 : Le choix du Maitre de Guerre :

  Masquer le contenu

Après que les Bloods Angels aient perdu trois Compagnies sur Meurtre, Sanguinius amène toute la Légion pour massacrer les Xenos, à ce moment la Horus vient l’aider. Et Avajis Kautenya a l’occasion de côtoyer les deux Primarques. A ce moment là, il comprend pourquoi Horus a été choisi pour être Maître de Guerre et pas Sanguinius.

 

Sanguinius est un symbole, un ange de l'Imperium, tout le monde aime savoir qu’il est quelque part à se battre pour l’humanité mais c’est une icône, un mythe, quelque chose de distant. Horus est un général proche de ses hommes, il parle, il fait la fête  avec eux après la victoire, il a toujours un bon mot, c’est quelqu’un qu’on a envie de suivre, qu’on a envie de côtoyer lors d’un combat, il est plus humain et dans un sens plus proche des hommes.

 

6 : Les Bloods Angels :

  Masquer le contenu

On avait eu un aperçu des Blood Angels avant leur rencontre avec Sanguinius dans le roman 'Echos d’Eternité'. A cette époque, ils étaient considérés comme la pire Légion en activité. Personne ne voulait combattre à leurs côtés et la Légion était à deux doigts de la disparition. Sanguinius a changé tout cela, il a aidé les Blood Angels à vaincre leurs démons et à retrouver leur dignité. Aujourd’hui (et même à la fin de la Grande Croisade) c’est une des Légions les plus appréciées et les plus respectées. Mais ce n’est que la surface des choses. La vérité est bien plus rouge que ça.

 

A. Dans l’univers du 40ème millénaire :
Toutes traces des atrocités commises par les Blood Angels ont été effacées. Ils sont des parangons de vertu et d’honneur au service de l’Empereur. Il y a bien sûr des rumeurs qui courrent sur des disparitions ou des Blood Angels devenus fous qui tueraient leurs alliés mais rien n’a jamais été prouvé et étrangement les témoins finissent par disparaitre.

 

B. Pour nous joueurs et lecteurs :

Les Blood Angels ont toujours été des parangons de vertu mais ils ont été touchés par deux désastres qui les ont affectés. Premièrement, ils ont été maudits par Ka’Bandha et ça a provoqué la Soif Rouge… Deuxièmement, le choc psychique et psychologique de la mort de Sanguinius a fait craquer les dernières barrières transformant la Soif Rouge en Rage Noire. La Soif Rouge est présente en chacun des Blood Angels et ils la combattent toute leur vie mais quand ils succombent à la Rage Noire, il n’y a plus rien à faire.

 

C. La vérité telle que l'a raconté Sanguinius à Kautenya :

La Soif Rouge a toujours fait partie de la Revenant Legion, ça vient du mode de recrutement de la Legion : des cannibales, des mutants, des créatures presque plus vraiment humains (on apprend aussi de la bouche de Iacton Qruze que très peu de choses subsiste à la transformation en Space Marine et que le mal qui affecte un fils (un légionnaire) provient à coup sur de son père (un Primarque)).

 

La Soif Rouge est donc là depuis le début et Ka’Bandha n’a fait que l’amplifier sur Signus Daemonicus, et Sanguinius en est conscient. Comme il est conscient que l’Empereur et Malcador avaient le moyen et le savoir pour corriger cette tare et sauver ses fils. D’ailleurs lui-même a presque trouvé la solution, c’est une question de temps (Kautenya supplie Sanguinius de retourner sur Baal pour finir ses recherche plutôt que de partir pour Signus où l’envoie Horus). Mais l’Empereur et Malcador ont préféré utiliser les spécificités des Blood Angels pour les déployer dans des conflits où leur tare serait utile, quitte à les maudire…

 

Et à la fin de l’Hérésie d’Horus, dans sa précipitation à faire disparaitre tout ce qui pourrait nuire à la légende imperiale de l’Empereur et de ses anges, l’Inquisition a fait disparaitre tout ce qui pouvait entacher l’histoire des Blood Angels….

 

7 : La légende de l’Hérésie d’Horus et de la Grande Croisade :

  Masquer le contenu

Déjà pendant la Grande Croisade, la censure était à l’œuvre. C’était en grande partie de l’auto-censure, les Commémorateurs parlaient rarement des mauvais côtés de la Grande Croisade, mais il y avait aussi une censure institutionnelle qui écartait les plus virulents.

 

Malgré tout, certains comme Sanguinius (et Dorn, Guilliman ou Sindermann comme on a pu le voir dans d’autres livres) pensaient à l’époque que même si tout ne pouvait pas être révélé en temps de guerre et de bouleversement, tout devait être consigné pour garder des traces pour les générations futures.

 

Mais tout cela est mort avec la fin du siège de Terra. A ce moment là, les survivants des Elus de Malcador ont commencé à faire le ménage, bien sûr ils ont commencé par collecter les informations pour les mettre sous clef, mais ils ont fini par faire disparaitre purement et simplement des pans entiers de l’histoire impériale.

 

La disparition des archives sur les Blood Angels et la réécriture de leur saga en est un exemple. L’autre exemple flagrant c’est la fresque sur Terra devant laquelle se tiennent les festivités officielles de Sanguinala. La fresque représente Sanguinius massacrant des arachnides, mais à la base cette fresque était plus grande et montrait Sanguinius et Horus combattant dos à dos pour la gloire de l’Imperium. Mais Horus a été effacé de la fresque.

 

8 : Conclusion :

Encore une fois Chris Wraight fait un roman basé sur des intrigues politiques plutôt qu’un roman d’action, et encore une fois ça marche. Ça marche d’autant mieux que ça a dû être fait en collaboration avec Aaron Dembsky-Bowden quand ce dernier a écrit 'Échos d’Éternité'.

 

Les Blood Angels perdent un peu de leur vernis avec un passé beaucoup plus lourd et noir, mais ça les rend d’autant plus intéressants, et d’une certaine manière leur quête de rédemption les grandit.

 

De son coté Sanguinius perd le peu d’humanité qu’il lui restait. Il se rapproche plus de l’Empereur ou de l’idée que je me fais de l’Empereur. Il aime l’humain, il aime ses fils et il est prêt à tout pour eux. Mais il est aussi froid et calculateur, il analyse ses visions et sait ce qu’il doit faire, il n’a aucune spontanéité, aucune qualité humaine, tout est dans le calcul…

 

Il reste un parangon de vertu au service de l’Imperium mais il inspire aussi la crainte.

 

 
Edited by gilian
Link to comment
Share on other sites

Merci pour ces retours @gilian! :)

 

Je me suis fait la réflexion en lisant ta chronique de 'Rogal Dorn: The Emperor's Crusader' que le côté "exécuteur sans arrière-pensée" de Dorn ne collait pas du tout avec ce qu'on apprend de lui dans 'Magisterium', puisque c'est précisément ce qu'il reproche à Valdor. :P Ca ne va pas améliorer les relations entre Imperial Fists et Custodes si leurs patrons respectifs jouent à celui qui réfléchira le moins...

 

Pour 'Sanguinius: The Great Angel', finalement le nom de la Légion n'a aucun rapport particulier avec le sang? Car si je comprends bien, c'est le fait que les recrues soient des psychopathes et des meurtriers qui les a fait basculer du mauvais côté du karma ; une fois que Sanguinius est arrivé aux affaires, il a dû changer les politiques de recrutement, ne serait-ce que pour intégrer des recrues de Baal, qui n'étaient pas concernées par ces lourds passifs?

 

Schattra, et bonne année à tous!

Link to comment
Share on other sites

Je termine aujourd'hui les aventures du sysipheum. Comme Gillian j'étais pas mal attaché à cette petite bande et mon cœur s'est serré dans ma poitrine.

 

Je regrette deux trois petits trucs, comme par exemple la discussion entre branthan et Tyro qui arrive à un moment où ils n'ont pas le temps de discuter et pourtant on aimerait les entendre se dire des choses, 'l'analyse des données génétiques du même type faites par la selenar, on aurait voulu qu'elle développe pour nykona et tarsa aussi.

 

Je ne suis pas d'accord avec ta façon de voir Geruda, qui se fait bien remarquer mais dont les actions sont par contre toujours aussi difficile à comprendre.

 

Et pour ne pas divulgacher pour les quelques uns qui n'ont pas lu:

 

Révélation

 

Le Sangprimus Portum finira dans les mains de Guilliman qui va demander à Cawl de créer les primaris.

 

Note : c’est l’histoire officielle, mais nous verrons bientôt que ce n’est pas aussi simple et que Guilliman a soit menti soit été manipulé… Mais c’est une autre histoire … (Je le vends bien^^).

 

 

----+++

 

Bon le pont avec les primaris est évident dès le début, mais l'histoire à laquelle tu fais référence se passe en 30 ou en 40k?

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

@gaspard en fait je fais réference a l'autre moitier du recueil. Tu aura ta réponse apres avoir lue Saturnine et Fury of Magnus (la reponse se trouve dans ce roman format court).

 

Et ..

 

Révélation

Heureusement que McNeil est devenu un auteur avec plus de poid parce que la fin est vraiment bien.... Alors que la fin voulu par Nick Kyme et la blacklibrary aurait tout gacher..... Ils voulaient quand meme que tout le monde réussissent a partir vivant en bonne santé.

 

 

Le 01/01/2023 à 19:53, Schattra a dit :

Pour 'Sanguinius: The Great Angel', finalement le nom de la Légion n'a aucun rapport particulier avec le sang? Car si je comprends bien, c'est le fait que les recrues soient des psychopathes et des meurtriers qui les a fait basculer du mauvais côté du karma ; une fois que Sanguinius est arrivé aux affaires, il a dû changer les politiques de recrutement, ne serait-ce que pour intégrer des recrues de Baal, qui n'étaient pas concernées par ces lourds passifs?

 

Je répond en spoil au cas ou : ça va parler du passage sur les blood angels dans echo d'eternité et dans Sanguinius le grand ange:
 

Révélation

En fait ils ont recruté des psychopathes meurtriers mutant degenerer iradier malade etc etc etc etc parce que les genes du primarque les soignes. Donc ils ont formé la legion sans utilisé les recrues aptes a rejoindre d'autre legion. Le fait de manger leur ennemie et de boire du sang a toujours été la mais pour Iacton Qruze ca leur vient forcement de leur primarque.... D'ailleurs les blood angels continue a pratiqué les rites de sang et au moins une fois dans le livre le hero se chie dessus parce qu'il a l'impression que Sanguinius le regarde comme un truc a boire.

 

J'en ai pas parler dans le résumé mais Avajis Kautenya décide de titrer son livre Sanguinius le grand ange mais il avait deux autres titres en tête: Sanguinius the Dark Angel mais il a pas osé parce que faut pas faire chier le Lion..... Et .....

Révélation

Sanguinius The Fallen


 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 20 heures, gilian a dit :

Je répond en spoil au cas ou : ça va parler du passage sur les blood angels dans echo d'eternité et dans Sanguinius le grand ange:

 

Ah ok, si on considère que c'est le sang du Primarque qui a cet effet, ça fait plus de sens. J'avais peur que ce soit juste un ego trip de Sanguinius, qui aurait traduit son nom en anglais...

 

Schattra, don de plaquettes obligatoire

Link to comment
Share on other sites

Le 03/10/2022 à 22:22, Dias Irae a dit :

Le problème est que dans Fury of Magnus il y a d'autres personnages en jeu et qui ont partagé le même chemin que Magnus

 

Hiers soir on discutait de l'heresie d'horus avec ma correctrice qui vient de lire echoes d'eternité... Et elle est plutôt du coté de Magnus 😛
Et elle me dit

Révélation

c'est totalement con ce que dit Vulkan a Magnus, on sait tous que le fragment d'âmes de Magnus a été détruit par Malcador pour sauver Arvida, du coup l'empereur ment....

 

Du coup tu as raison il ne faut jamais croire la vérité impérial 😛

Link to comment
Share on other sites

Bon... J'ai lu les arcs Emperor's Children, Word Bearers et Night Lords, et là j'attaque l'arc Thousand Sons. Autant je trouve la période des tomes 20-30 vraiment intéressante, avec de bonnes idées et des développements intéressants, autantles derniers tomes don't vraiment lourds. 

 

Je pense notamment au Fléau du Loup et à Esclaves des Ténèbres. Le Fléau du Loup raconte une histoire sans intérêt de comment Leman Russ qui sait ne pas pouvoir battre Horus fait quand même massacrer toute sa légion parce que c'est le destin, avec 40% du bouquin dédié à un délire shamanique sans grand intérêt pour HH. Esclaves des Ténèbres se découpe en 3 arcs, celui de Lorgar/Fulgrim qui est intéressant, celui d'Horus qui est une redite de Davin et Molech, et celui d'Angron/Perturabo qui est sans intérêt en dehors de la création du premier Obliterator. 

 

Étrangement, je t'ai trouvé assez mesuré dans tes retours sur ces livres @gilian. Tu en as tiré quand même de bonnes choses ? Est ce que toute la fin de l'Heresie (Tallarn, la Mort des Titans, le Fardeau de la Loyauté, la Dague Enfouie,...) sont du même niveau ?

Pour le coup, j'avais pourtant bien aimé Hérauts du Siège et Les Légions Brisées, mais le reste... La Tempête de la Ruine très moyenne, etc. 

 

P. S. C'est franchement insupportable à quel point la trahison rend les légions traîtresses inférieures aux loyalistes. Dans le Fléau du Loup les SoH se font plier par les 6 Space Wolves de Bror à travers tous le navire, dans les bouquins Night Lords ceux ci se font éclater par des troupes irrégulières de paysans. La trahison te fait passer à CC3 et CT3 apparemment. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Kaelis a dit :

Étrangement, je t'ai trouvé assez mesuré dans tes retours sur ces livres @gilian. Tu en as tiré quand même de bonnes choses ? Est ce que toute la fin de l'Heresie (Tallarn, la Mort des Titans, le Fardeau de la Loyauté, la Dague Enfouie,...) sont du même niveau ?

En fait pris seul les livres ne sont pas les meilleurs de la série mais il y'a quand même des choses intéressantes quand on a tout sous la main.

 

Pour Fléau du Loup par exemple quand on a l'explication sur les lances qui se trouves dans la nouvelle Two Metaphysical Blades , on comprend que Russ va a la mort pas parce que c'est le destin mais parce que s'il arrive a blessé Horus alors Horus peut revenir vers l'empereur.

 

Apollinien et Dionysiaque

Révélation

La lance Apollinienne, elle a été donnée à Valdor par l’empereur en personne. Quand Valdor tue quelqu’un avec cette lance, elle lui révèle la vie et les péchés de l’homme qui meurt.

La lance dionysienne a été donnée a Russ par l’empereur, mais Russ ne l’aime pas et ne veut pas l’utiliser. Elle révèle la vérité et la déchéance de la personne blessée. En fait, elle donne une chance à la personne blessée de voir ses péchés.

Il est à noter que les deux armes sont abandonnées par Valdor et Russ et que les deux héros disparaissent le même jour. Apparemment, ils sont bien plus liés que je ne le pensais. (La saga de la lance de Russ est abordée dans plusieurs autres livres)

 

Pour Esclaves des Tenebres justement c'est le coup de lance qui est en train de tuer Horus et Malogurst se sacrifie pour detruire la derniere part d'humanité du primarque.
Par contre il y'a une info que tu ne mentionne pas ici et qui va se révélé décisive pour le siège de Terra (je vais pas te spoil je te laisse la surprise^^).

 

Avec le recule maintenant que j'ai tout lue je dirais que la tempête de la ruine est un des pires... Alors tu vas me dire y'a pire et je suis d'accord mais quand tu arrive au volume 46 et que tu es en train d'annulé des bouquins pour faire plus court c'est honteux de sortir ça 😛

 

Il y a 6 heures, Kaelis a dit :

Est ce que toute la fin de l'Heresie (Tallarn, la Mort des Titans, le Fardeau de la Loyauté, la Dague Enfouie,...) sont du même niveau ?

 

Tallarn c'est un recueil un peu particulier de John French, j'ai bien aimé surtout a cause du Twist final et ça introduit aussi la famause bataille de Talarn du 40eme millenaire avec les Eldar qui viennent aider l'imperium.

 

La mort des Titans est bien ça parle de Beta Garnon .

Fardeaux de la loyauté et un peu moins bien que Héraut du siège mais ça reste un bon recueil qui finit quelques histoires.

 

Par contre la dague enfouie c'est du James Swallow moyen... Même lui le dit dans la préface ou la postface je sais plus, il a eu du mal a l’écrire et le finir... Après ça apporte des info sur la Death Guard et les chevaliers de Malcador donc faut le lire.

 

Et surtout te dire qu’après c'est le Siège de Terra. Et le moins bon du siège est au dessus du meilleurs de l'hérésie de mon point de vue.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a de bonnes choses à tirer de ces romans de temps en temps, même si  ça reste très inégale et parfois totalement sans intérêt.

Je regrette que l'Hérésie n'ai quasiment plus aucune part d'ombre. Tout a été écrit, mis en lumière avec une chronologie à la semaine près des agissements des uns et des autres, pas facile d'intercaler son propre lore la dedans quand on veux en écrire un pour son armée, ses campagnes, ou pour du JDR. Déjà que l'hérésie en elle même dure pas bien longtemps selon cette chronologie...

 

Un truc qui me choque assez souvent c'est aussi l'idée des échelles de temps et d'espace que se font les auteurs, je les trouves franchement sous estimé. Je pense par exemple aux 20 mondes conquis par la 63ème flotte, c'est absolument ridicule, ça fait 100 000 monde conquis par 5000 flottes en 2 siècles de croisades si on imagine qu'elles ont toutes été aussi performantes que celle mené par le Maitre de Guerre... L' Imperium est sensé être à son apogée et en pleine consécration au moment de l'hérésie et il compte 1 million de monde 10 000 ans plus tard. Il faut multiplier le "planetcount" par 10 au moins, ou le nombre de flotte mais je préfère multiplier les mondes conquis personnellement. Surtout quand on sait que le barème de prise de planète pour certain c'est 31 heures x)

Edited by Zangdharr
Link to comment
Share on other sites

Merci pour ton retour @gilian !

 

Pour le Fléau du Loup, même si la lecture du spoiler me permet de comprendre un peu mieux le bouquin... Pourquoi c'est pas dans le bouquin ? C'est comme quand on te dit que Star Wars VII est top une fois que tu as lu tous les comics autour. C'est dommage qu'il faille lire des nouvelles non-traduites pour comprendre certains bouquins qui ne sont donc plus des œuvres à part entière. C'est un problème récurrent pour moi, qui me laisse penser que l'œuvre "Hérésie d'Horus" va perdre en intérêt avec le temps. 

 

L'un de mes gros points négatifs sur le Fléau, c'est que Russ est souvent montré dans l'hérésie comme un vrai tacticien, qui joue aux échecs avec Loken et Malcador, on a un gros montage sur le fait que le roi barbare est en fait un fin stratège, tout ça pour finir avec "je vais sacrifier ma légion pour tenter de blesser Horus tout en sachant que je n'y arriverai pas, c'est le destin" . Et les survivants qui, après avoir passé un bouquin à dire à Russ que son plan était pas très malin, partent faire un dernier carré sur Yarant. Même les Iron Hands ont réussi à s'adapter contre leur nature frontale, pas les Space Wolves. Ça clôt un peu mon avis sur les SW, que je trouve vraiment pas mis en valeur durant l'hérésie. 

 

Pour Esclave des Ténèbres, le passage où Maloghurst se sacrifie est top, de manière générale la gestion des personnages SoH est assez réussie. Mais dans l'ensemble, je trouve qu'on est vraiment sur un filler. Hâte de capter le point que j'ai zappé sur ce bouquin 😁

 

Merci pour ton retour sur les autres bouquins. Je ferai l'effort de m'y jeter. Pas de Siège pour moi avant quelques temps, j'aimerai finir les arcs de toutes les légions renégates avant d'attaquer le Siège. 

 

Question subsidiaire : Meros l'ange Rouge n'apparaît que dans Signus Daemonicus et Vengeful Spirit. On le revoit dans le Siège ou son arc narratif s'arrête là ? Peut être un face à face avec Sanguigui dans le Vengeful Spirit pour les derniers tomes ? 

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Zangdharr a dit :

Un truc qui me choque assez souvent c'est aussi l'idée des échelles de temps et d'espace

Je suis on ne peut plus d'accord, pour moi la croisade avait pris pas loin de 1000 ans, en 2 siècles, avec alpharius retrouvé 15 ans avant le début de l'hérésie... Allez quoi, c'est débile.

Tout comme le mur démon de "la tempête de la ruine" (mais bon on sait qui a écrit).


 

Pour ma part j'ai terminé "Saturnine" hier soir.

Je suis partagé sur le livre, notamment dans le bodycount et la façon expéditive de faire mourir un grand nombre de personnages. Après ça ajouté de la fatalité et un côté indicible à la guerre.

 

Autre exemple sur les échelles de distance, quand Abnett écrit que les mecs attendent que les assaillants soient à 10 m avant de tirer, allez, s'il vous plaît quoi...

 

Petits détails que j'ai bien aimé :

 

Révélation

- la légende d'ollanius Pious, bien amenée

- la confirmation de ce qu'est réellement l'epee de Garro

- la naissance de l'Inquisition

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 17 minutes, Kaelis a dit :

C'est dommage qu'il faille lire des nouvelles non-traduites pour comprendre certains bouquins qui ne sont donc plus des œuvres à part entière. C'es

 

Tiens oui, dans Saturnine, endryd haar qui débarque sans contexte, si j'avais pas le jeu HH : Légions je n'aurais même aucune idée de qui c'est. C'est la deuxième fois seulement que dans les livres en français on parle des boucliers noirs (blackshields).

Link to comment
Share on other sites

Citation

Autre exemple sur les échelles de distance, quand Abnett écrit que les mecs attendent que les assaillants soient à 10 m avant de tirer, allez, s'il vous plaît quoi...


Abnett a la réputation de meilleur écrivain parce que tout les autres sont moins bon ^^
En vrai il y' a des fois ou il devrait se poser un peu devant ce qu'il écrit et prendre la mesure de l'univers qu'il décrit. L' Ascension d'Horus a beau être mon roman préféré de cette série c'est quand même dommage de se taper une organisation tactique  41e millénaire codex astartes proof pour les Luna Wolves et de voir que des bolter et des épée tronçonneuse pour seule équipement tout le long du roman.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Kaelis a dit :

Question subsidiaire : Meros l'ange Rouge n'apparaît que dans Signus Daemonicus et Vengeful Spirit. On le revoit dans le Siège ou son arc narratif s'arrête là ? Peut être un face à face avec Sanguigui dans le Vengeful Spirit pour les derniers tomes ? 

 

Tiens c'est marrant que tu pose cette question ^^ . Pas encore revue dans le siège de Terra. Mais en théorie il est sur le vaisseau...

Par contre je suis en train de finir les résumé des livre de Guy Haley sur les événement de Baal et ..... vous verez bien^^

 

Il y a 1 heure, gaspard a dit :

 

Autre exemple sur les échelles de distance, quand Abnett écrit que les mecs attendent que les assaillants soient à 10 m avant de tirer, allez, s'il vous plaît quoi...

 

Parfois Les distances ne sont pas les même en VO et en VF :(

Sinon le livre est quand meme plein d info.

 

Pour la VF j'ai trouver 3 soucis

En premier souvent les nouvelles ne sont pas traduites ou plus tard... alors qu'en VO ça fait partie de la pré sortie.. il y a une ou deux nouvelles pour préparer l arriver du livre...

En deuxième il n'y a jamais les postes faces... et dans le siège de terra les postes face vont de 20 à 50 pages suivant l auteur....

En troisième il n'y a pas les illustrations... dans les livres en VO il y a 3 ou 4 illustrations

 

 

Pour la VO

Il n'y a aucun suivit... vous seriez surpris du nombre de fois où @Schattra fait un résumé d'une nouvelle et je me dis mais les perso sont dans un bouquin!!! Ou inversement...

Et la blacklibrary ne le précise pas ... c'est à nous de nous démerder 

 

Note j ai posté ça vite fait depuis le téléphone ^^ je verrais en rentrant si j ajoute des trucs 

Link to comment
Share on other sites

De mon point de vue, sur les derniers tomes de l’HH, Fléau du Loup et la Dague Enfouie bien qu’il ne soit pas fameux  restent au dessus de Corax, Esclave des ténèbres et surtout tempête de la ruine qui sont bien pires (avec mention spéciale pour ce dernier qui a la couverture la plus hideuse de l’Hérésie).

Je vois un parallèle entre Esclave des Ténèbres et Tempête de la Ruine car ils condensent le pire de cette série, soit la mise en scène de demi dieux soit disant supérieurement intelligents qui se comportent comme des poulets sans têtes et interagissent comme des ados dans un vestiaire de foot.

Bref, ils démontrent, à mon humble avis, que dans l’HH, plus il y a de primarques mis en scènes dans un tome, plus c’est nul. Heureusement cela ne s’applique pas au Siege de Terra, et je rejoins @gilian lorsqu’il dit que le

Il y a 21 heures, gilian a dit :

moins bon du siège est au dessus du meilleurs de l'hérésie

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

On lit régulièrement cette critique à propos des Primarques, et je ne la comprends pas. 

 

Oui les Primarques sont supérieurement intelligents, mais ils sont tous (à divers degrés) immatures émotionnellement. Ça n'a rien à voir, il ne faut pas confondre les deux.

Plusieurs facteurs sont en cause, dont les principaux restent qu'ils ont pour la plupart grandi en tant que demi-dieux sans cadre psycho-affectif (c'est le moins que l'on puisse dire dans certains cas, hein Konrad et Angron ?), et qu'ils sont à moitié composés d'entités warp par nature pas vraiment propices à la stabilité intellectuelle. Certains sont traumatisés par des pouvoirs dépassant l'entendement, d'autres sont écrasés par un fardeau trop lourd, etc. 

Qu'ils prennent systématiquement des décisions réfléchies et pertinentes ne serait pas raccord avec leur statut ni leur nature. 

J'irai même jusqu'à dire qu'il n'y aurait pas d'histoire dans ce cas : sans immaturité émotionnelle, sans guerre d'egos, sans erreur "humaine", il n'y aurait pas d'Hérésie, et au 41eme millénaire l'Imperium règnerait sur une galaxie débarrassée des Xenos et du Chaos. 

Link to comment
Share on other sites

Alors c'est pas vraiment une news mais je voulais revenir la dessus (en attendant l'arrivé de Garro sous peu^^).

Révélation

Le Soldat Mythique

Hari Harr fait partie des historiens les plus motivées recruté par Sindermann. Il a choisit d’aller sur le front du mur de l’éternité pour entendre les histoires des soldats.
Il rencontre un grenadier des Terres Hautes qui lui expliquent un peu comment vivent les soldats.
Les soldats se présentes en donnant le nom de leur compagnie parce que c’est tout se qu’il leur reste comme famille leur compagnie. Et les soldats mentent tous le temps parce que l’enfer de la guerre est trop dur à admettre sans une once d’imagination.

Hari apprend que la plupart des soldats croient en l’empereur divin ou quelque chose comme ça parce qu’ils ont besoin de croire autant que de respirer et de mentir … Et de raconté des histoires héroïque. Des histoires un soldat ordinaire réussit à survivre dans cette guerre de demi-dieu.

Alors Hari écoute les histoires et les écrits mais il ne veut pas mentir il a du mal à comprendre le concept…
Pour lui l’exactitude de l’histoire est importante, pour le soldat l’esprit est plus important que la vérité.

Petit à petit il arrive enfin à comprendre, l’important ce n’est pas l’histoire mais l’espoir qu’elle suscite.

Alors il écrit :
Des soldats se battent pour protéger une bannière imperial, contre les hérétiques qui les charges, contre Angron en personne qui charge le spatioport de l’éternité et le grenadier s’interpose (le martyr et le monstre) et meurt en se sacrifiant pour protéger la bannière au spatioport de l’éternité.

Et il embellie :
Comment s’appelai le grenadier déjà ? Olly Piers …. Olly parce que c’est moins ringard que son vrais prénom Ollanius qui se transmet de génération en génération … Piers deviendra Pius parce qu’il était pieux et croyait en dieu.

Ainsi donc :
L’armée de l’ennemie déferlait sur le champ de bataille et Horus en personne avançait pour affronter l’empereur sur le champ de bataille. Et Ollanius Piers c’est interposé pour sauver son empereur.

NOTE : je n’ai pas le style ni la classe d’Abnett mais je me voyais pas juste copier coller les passages de Piers ou faire juste une ligne pour dire y’en a deux 😛

 

L'inquisition a bien fait son travail^^

 

Révélation

20230216_191432.jpg

 

 

Link to comment
Share on other sites

Je viens de découvrir ce post. Super boulot! Il m'est vraiment utile, j'ai commencé à lire les romans HH depuis 2010 et je m'étais arrêté à Pharos, trop de sorties et indigestion. Depuis l'année dernière j'ai repris, avec bonheur, enfin j'avais oublié qu'il y avait un paquet de daubes quand même! 😆 Les résumés me servent de piqure de rappel, merci à toi Gilian!

 

Là j'ai lu "le roi écarlate" qui fût une épreuve à livre tellement c'est une abomination , je suis fier de juste l'avoir fini :stuart: j'ai enchainé avec "Tallarn" qui est sans intérêt. Je m'apprêtais à commencer "les anges de Caliban" mais j'ai zieuté vite fait les critiques, du coup je l'ai reposé sur l'étagère... j'ai pris "prétorien de Dorn" à la place, on verra bien, j'aime bien l'alpha legion. D'ailleurs, le bouquin de la série "Primarch"  sur Alpharius est un must have et secoue pas mal de fluff de la XX légion, je l'ai beaucoup apprécié. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Cara a dit :

j'ai pris "prétorien de Dorn" à la place, on verra bien, j'aime bien l'alpha legion. D'ailleurs, le bouquin de la série "Primarch"  sur Alpharius est un must have et secoue pas mal de fluff de la XX légion, je l'ai beaucoup apprécié. 

 

Mike Brooks continue de s'occuper de l'Alpha Légion au 40eme millénaire avec 2 nouvelles et un roman. Le seul vrais soucis de l'Alpha Légion c'est que vue que c'est écrit roman Alpha Légion sur la couverture ça gâche un peu la surprise 😛

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.